Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Conclusion

Texte intégral

1Le travail forcé de Français en Allemagne est un domaine où j’ai été quelque peu pionnière en 1995. Les résultats principaux de mon étude d’alors ont été confirmés par mes recherches ultérieures et celles des collègues qui ont rejoint ce domaine de recherche qui a pris de l’ampleur depuis.

2En s’éloignant de plus en plus des débats méthodologiques un peu stériles qui distinguaient strictement les approches de l’histoire politique d’une histoire sociale dans le sens restreint, celle des événements de celle du quotidien, celle d’une échelle « macro » de la micro-histoire, celle enfin de l’histoire au premier degré de celle des perceptions, de nombreuses études ont suivi la mienne en osant, au contraire, combiner les angles d’approche et les sources, notamment le dialogue nécessaire et fructueux entre les sources d’archives écrites et orales. Mais aucune, à ma connaissance, n’a embrassé un éventail aussi large de genres de sources car, pour la première fois, a aussi été dépouillé un fichier d’état civil d’une ville allemande donnant accès à de très intéressantes précisions démographiques sur les Français requis présents à différents moments. Au-delà d’une sorte de « portrait-robot » du requis civil qu’il a été possible de tracer, l’importance majeure de la loi du 4 septembre 1942 a été nettement confirmée. Elle fut non seulement un préliminaire décisif et efficace au STO de février 1943, la main-d’œuvre étant plus facilement disponible en France fin 1942 et ayant encore très peu de moyens de se soustraire à la réquisition, mais son application se poursuivit bien au-delà de la loi sur le STO, puisque la réquisition à partir des entreprises était plus ciblée et beaucoup plus « rentable ». Or, dans le langage courant, on ne parle toujours que du STO.

3Le recours aux sources orales est, évidemment, indispensable pour étudier tous les aspects de la vie quotidienne des requis en Allemagne, sur lesquels les rares archives écrites émanent toutes des autorités. Les témoignages, essentiels pour connaître les détails des conditions de vie et de travail, mais aussi pour intégrer la perspective des victimes, sont irremplaçables pour l’analyse des perceptions et du travail de mémoire.

4En outre, nous avons montré que cette approche « micro-historique » permet de nuancer voire de trancher, par une analyse serrée des cas de figure concrets, bien des débats situés à une échelle « macro » : par exemple la controverse entre Sauckel et Speer, le rapport entre réquisition, « réfractariat » et maquis, la question de la solidarité antifasciste dans une gueule du loup régie par une forte hiérarchisation entre les catégories de travailleurs forcés, la coexistence entre « accommodement » et « résistantialité », les contradictions entre priorités économiques, idéologiques et impératifs de sécurité dans les politiques étatiques, pour ne nommer que ceux-là.

  • 1 Des résultats sont publiés dans les deux pays ou en édition bilingue : cf. Klarsfeld (1983/1989), (...)

5L’essor des études dans le domaine du travail forcé, stimulé en partie par l’intérêt porté à la question de l’indemnisation autour du changement de millénaire, a aussi encouragé une poussée d’internationalisation de la recherche en France, notamment dans le domaine franco-allemand.1 Les différences qui avaient longtemps caractérisé les approches françaises et allemandes du travail forcé sont devenues moins sensibles : à la perception allemande des travailleurs français comme composante des réquisitions provenant de tous les pays occupés, avec le danger d’amalgames que cela signifiait parfois, s’opposait un regard français souvent limité à leurs compatriotes dont la réquisition était analysée comme enjeu de la collaboration d’État et sous l’angle des attitudes de l’administration française et des répercussions économiques sur des entreprises, des branches d’activités et des entités territoriales du pays.

6Une certaine différence du regard persiste cependant. Si l’historiographie allemande et européenne en dehors de la France ignore pour la plupart (à l’exception de Pieter Lagrou) l’âpreté des batailles autour de la hiérarchie des victimes en France, les chercheurs français en revanche l’ont inévitablement intégrée. Aucune des études récentes ne se penche sur la réquisition sans aborder, du moins implicitement, le statut de victimes de cette catégorie, que leurs analyses de la réalité historique viennent confirmer sans exception.

7Qu’ils prennent explicitement position ou non sur la décision politique d’accorder un statut officiel aux requis du travail, ils sont conscients que leur jugement d’historien sera pris en compte dans ce débat et inévitablement perçu selon des catégories politico-morales, même s’ils ne les partagent pas, et que leurs résultats pourront non seulement avoir un impact immédiat dans l’arène politique pour la catégorie faisant l’objet de leur analyse, mais aussi, du moins à moyen terme, sur la mémoire nationale.

8Si un regard extérieur tend à ériger des frontières moins absolues entre les requis de force et ceux qui, recrutés au début, ont été qualifiés de « volontaires » mais ne le sont pas restés bien longtemps, cela peut paraître plus iconoclaste aux Français qu’aux autres Européens. Ceux-ci sont en effet plus familiers des vagues d’émigration économique qu’ont connues leurs pays alors que la France, pays d’immigration qui n’a jamais connu l’émigration de masse, a été une exception en Europe pendant plus d’un siècle. Là où les chercheurs étrangers verraient plutôt une banale émigration de travail, l’historiographie française continue à faire peser une accusation de manque de patriotisme et de collaboration avec l’ennemi sur ceux qui étaient peut-être simplement des chômeurs cherchant un emploi. Un historien italien, par exemple, qui a vu des compatriotes antifascistes et pauvres émigrer en France dans les années trente, puis mis à la porte des usines par le gouvernement de Vichy au nom de la préférence nationale et enfin souscrire un engagement au travail en Allemagne en 1941, ne leur jetterait pas la pierre, a priori. Pourquoi en serait-il autrement pour le travailleur français qui aurait agi de même dans cette situation ?

9Le regard encore plus moralement réprobateur sur les femmes françaises présentes en Allemagne répond à la même logique que le jugement sur les « volontaires », peu compréhensible en dehors d’un contexte de querelles franco-françaises. Comble de l’absurde, elles sont unanimement condamnées, tour à tour par Vichy, la Résistance, l’Église catholique, la Gestapo et leurs anciens camarades de misère dans la gueule du loup. Interdites de parole et soucieuses de se faire oublier, la vérité sur leur sort échappera probablement pour toujours aux historiens.

  • 2 Cf. le discours du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, lu par la ministre de la Défense Michèle (...)
  • 3 Lagrou (2003), p. 290.

10Les dernières décennies d’historiographie française ont pu rétablir « la vérité » tant réclamée par l’organisation des anciens requis, i.e. apporter la preuve qu’il ne s’était pas agi d’une contribution volontaire à l’effort de guerre ennemi, mais de départs forcés ; plus récemment encore, les pouvoirs publics les ont clairement reconnus comme victimes de l’occupant et du gouvernement de Vichy. Mais il faut constater que cette mise au point s’accompagne, notamment dans le domaine politique2, d’un accent mis sur le « réfractariat », la résistance dans la gueule du loup et les morts par la répression nazie, comme si le simple fait d’avoir été contraint à des années de travail obligatoire en Allemagne ne suffisait pas pour mériter l’estime de la nation. Celle-ci passe donc toujours par un rapprochement avec les figures plus nobles du héros résistant et du martyr déporté, perpétuant ainsi les stéréotypes de perception façonnés par la société de l’après-guerre. Quand seuls étaient recevables « les récits de travailleurs martyrisés et d’antifascistes intrépides, mâtinés d’héroïsme, de souffrance et de patriotisme », tous les groupes avaient dû se conformer à ce cadre « en abandonnant une partie de ses compagnons de mauvaise fortune comme les femmes parties travailler en Allemagne, les chômeurs ‘ volontaires ‘ des premières années de guerre, les juifs ou les étrangers »3, ainsi qu’une partie de leurs souvenirs individuels, dans la mesure où ils n’étaient pas conformes à la mémoire « utile » politiquement dans le combat pour l’honneur. Nous avons fait le même constat à plusieurs reprises, en analysant les vecteurs de la mémoire, leur impact sur les souvenirs individuels et leur degré de concordance avec la mémoire officielle du groupe.

11Or, constater un décalage entre une mémoire figée de groupe et les mémoires individuelles plus multiformes et en partie discordantes, chez les requis civils, mais aussi chez tous les acteurs de l’époque dont le passé a été l’enjeu de batailles de mémoire, n’est pas un acte de désolidarisation avec un groupe injustement méprisé et exclu de la mémoire nationale, mais une conclusion qui s’impose à l’historiographie critique, soucieuse de se détacher de ces mythes. Bien plus que les intéressés, ce constat met en cause le fonctionnement mémorial de la société de l’après-guerre qui fut ainsi responsable d’une exclusion des victimes du travail forcé de la reconnaissance nationale, mais aussi, au bout du processus, d’une dépossession des mémoires individuelles devenues inavouables, dans la mêlée du combat.

  • 4 Lagrou (2000/2003) qualifie de mythe fondateur l’idée communément admise qui prétend que l’unifica (...)

12Toutes les sociétés produisent des mythes utiles pour créer des consensus ou anoblir a posteriori des décisions dont les motifs sont dictés par des circonstances historiques bien plus banales. Le mythe fondateur selon lequel l’unification européenne serait issue directement de la pensée de la Résistance en est un exemple4, au même titre que, plus près de notre sujet, l’érection en martyrs des prêtres clandestins catholiques, le regard diabolisant sur les femmes françaises en Allemagne ou l’image d’Epinal des victimes des nazis unies dans une lutte antifasciste dans la gueule du loup, toutes nationalités et catégories confondues. Cette hypothèse a sans doute été nécessaire et donc « utile » pour pouvoir mener en RDA des recherches sur le travail forcé du temps de la guerre, malgré la désapprobation morale dont cette catégorie fut victime en URSS, comparable en cela à la France, mais pouvant aller jusqu’à la condamnation aux travaux forcés, ce que la France avait envisagé un moment pour les volontaires, mais qu’elle n’a pas réalisé.

13L’historien doit rendre ainsi compte des mythes rencontrés sur son chemin, mais ce n’est qu’un aspect de son travail. Tout en se sachant partie prenante des courants de son temps et incapable d’échapper aux questions qu’il lui pose, son rôle est d’enquêter sur le réel et sur les mythes qui en font partie, puisqu’ils agissent à leur tour sur le cours de l’histoire.

  • 5 Rousso (1987/1990) et Conan/Rousso (1996).
  • 6 Picaper/Norz (2004).
  • 7 Virgili (2000).
  • 8 Seel (1994/2002).
  • 9 Picaper (2005) ; Virgili (2009).

14Dans cette perspective que reste-t-il à faire en historiographie de la Seconde Guerre mondiale ? Certes, la « fièvre » constatée par Henri Rousso pour la postérité des années noires5 ne cesse de tomber, depuis les derniers grands procès des années 1990 contre des responsables. Désormais, les questions liées à la guerre, et notamment au travail forcé, trouvent de moins en moins écho auprès des médias et ne touchent pas l’opinion publique, comme l’octroi du titre en 2008 ou même le colloque des historiens à Caen. Loin des phares braqués sur eux il y a encore une décennie, les historiens de la Seconde Guerre mondiale peuvent retourner tranquillement à leurs recherches et soulever des questions restées à l’ombre des grands débats idéologiques. Ainsi, on a vu émerger des travaux consacrés à des groupes marginalisés, dont certains ont même éveillé un intérêt public, quand il s’agissait de sujets spectaculaires comme les « enfants maudits »6 ou les femmes tondues.7 En 2008, une rue de Toulouse a reçu le nom de Pierre Seel, alsacien déporté en camp de concentration pour homosexualité.8 Et au moment où ils arrivent à l’âge de la retraite, même les enfants nés « dans la gueule du loup » pendant la guerre, d’unions entre « ennemis », sortent de l’ombre.9

  • 10 En tout cas, le récent livre d’histoire franco-allemand « Histoire/Geschichte : Europa und die Wel (...)

15Ces travaux, et notamment ceux portant sur le travail forcé des civils, finiront-ils par amorcer une nouvelle révolution des perceptions comme celle qui, depuis le réveil de la mémoire juive des années 1980 et 1990, a réussi à faire émerger une attention plus spécifique à la Shoah, tout en posant la question de la co-responsabilité de Vichy ? Si, dans la perception nationale, un déporté avait été longtemps synonyme d’un résistant, les choses s’étaient alors renversées pour arriver à un amalgame entre les camps de concentration et la Shoah. Les études consacrées aux groupes de victimes restées dans l’ombre de ces héros et de ces martyrs, aboutiront-elles à leur tailler une place à côté d’eux, non seulement dans le monde restreint des spécialistes, mais aussi dans la mémoire nationale ? Rien n’est moins sûr.10

Notes

1 Des résultats sont publiés dans les deux pays ou en édition bilingue : cf. Klarsfeld (1983/1989), Gilzmer/Levisse-Touze/Martens (2003), Meyer (1999), Meinen (2002/2006) ; des thèses naissent en co-tutelle ou sont soutenues devant des jurys mixtes : Gaida (2008), Arnaud (2008).

2 Cf. le discours du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, lu par la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, le 8 mai 2005 devant la plaque de la gare d’Orsay, cité d’après Le Proscrit, No 47, 2005.

3 Lagrou (2003), p. 290.

4 Lagrou (2000/2003) qualifie de mythe fondateur l’idée communément admise qui prétend que l’unification européenne serait basée sur les conceptions de la Résistance. Celles-ci comportaient pourtant de nombreux aspects anti-allemands mais aussi anti-européens et l’Europe n’a point été façonnée selon les idées des mouvements de Résistance mais selon les conceptions des Alliés. Cf. Bories-Sawala (2002b).

5 Rousso (1987/1990) et Conan/Rousso (1996).

6 Picaper/Norz (2004).

7 Virgili (2000).

8 Seel (1994/2002).

9 Picaper (2005) ; Virgili (2009).

10 En tout cas, le récent livre d’histoire franco-allemand « Histoire/Geschichte : Europa und die Welt vom Wiener Kongress bis 1945, L’Europe et le monde du congrès de Vienne à 1945 », Klett/Nathan : 2008, entreprise en soi fort intéressante pour passer outre les perceptions nationales, a laissé échapper, pour cet aspect précis, une belle occasion de mettre les pendules à l’heure.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540