Version classiqueVersion mobile

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

Une bataille perdue, deux de gagnées : indemnisation, historiographie et enfin un nouveau titre

Texte intégral

  • 1 Garnier/Quellien (2003).
  • 2 Ni Le Monde ni L’Humanité ne semblent avoir rendu compte de ce colloque ou de l’obtention du statut

1Si, depuis les années 1990, le désintérêt des médias pour la mémoire des anciens du STO a persisté, trois nouveaux axes se sont développés autour du millénaire : la question de l’indemnisation pour le travail forcé ; les commémorations et l’historiographie, notamment la tenue d’un colloque consacré à « la main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich » en décembre 2001 à Caen1, et enfin l’octroi du titre de « Victime du Travail forcé en Allemagne » en octobre 2008. Seul le premier point a quelque peu retenu l’intérêt de la presse nationale, non sans semer la confusion parmi les intéressés.2

La question de l’indemnisation

  • 3 Le Monde 4 juillet 1996. Les lecteurs du Proscrit seront informés dans le détail par une chronologi (...)

2Les plaintes de nombreux anciens travailleurs forcés, représentés par des avocats influents américains au milieu des années 1990, avaient été suivies et encouragées par une sentence de la cour constitutionnelle de la RFA en date du 13 mai 1996. Le parallélisme qu’elle a créé entre les demandes de réparations inter-étatiques et les demandes individuelles avait rendu désormais recevables les plaintes individuelles d’indemnisation pour travail forcé. Puis, par des titres tels que « Bonn indemnisera les survivants du travail forcé du IIIe Reich »3, la presse française a suscité chez les anciens travailleurs forcés un légitime espoir de se voir symboliquement reconnus en tant que victimes, voire indemnisés par le fonds allemand « souvenir, responsabilité et avenir », créé par la RFA en février 1999 en réaction à ces plaintes. Quelques années plus tard, cet espoir allait se solder par une cuisante déception pour la plupart d’entre eux.

  • 4 Goschler (2005). Pour un bref aperçu cf. aussi l’article de Lorraine Millot, Libération du16 juille (...)
  • 5 Goschler (2005), p. 233.

3Une rapide mise au point s’impose pour comprendre ce qui avait fait revenir à l’ordre du jour le sujet de l’indemnisation, plus de cinquante ans après la fin de la guerre.4 C’est la réunification allemande, et plus précisément le traité « 2 + 4 » de 1990, qualifié d’équivalent à un traité de paix, qui avait mis fin à la protection des entreprises allemandes et de la République fédérale contre des demandes individuelles et collectives d’indemnisation pour travail forcé. Elles bénéficiaient de cette protection depuis les accords de Londres du 27 février 1953, dans un contexte de guerre froide, afin de ne pas gêner la reconstruction économique de l’Allemagne de l’Ouest et la mettre à l’abri de demandes venant de pays situés derrière le « rideau de fer ». Bien que la déportation forcée de travailleurs ait été un des chefs d’inculpation majeurs au procès de Nuremberg et malgré les réticences de la France et les protestations vigoureuses des Pays-Pas contre ce renvoi aux calendes grecques5, toute indemnisation était gelée jusqu’au règlement définitif des réparations dans le cadre d’un traité de paix en bonne et due forme.

  • 6 Clement/Delpech (1948).

4Les indemnisations demandées par la France en réparation du travail forcé étaient chiffrées à 13 milliards de francs de 1938 pour le travail fourni par les prisonniers de guerre et les civils déportés du travail en Allemagne et à 21 milliards pour le travail effectué en France au profit de l’Allemagne.6

  • 7 Cf. Pross (1988) qui parle d’une guerre contre les victimes, Fischer-Hübner (1990), Goschler (2005) (...)
  • 8 Kirsch (1995).
  • 9 Ibid, p. 41.

5Soustraite au domaine juridique par les accords de Londres, l’indemnisation a fait ensuite l’objet d’une loi en Allemagne même, le BEG, et d’accords bilatéraux avec plusieurs pays dont la France. Le chancelier Adenauer imposa cette loi sous la pression internationale et avec l’appui de l’opposition social-démocrate de l’époque, contre l’avis d’une bonne partie des chrétiens-démocrates et des libéraux qui, comme la majeure partie de l’opinion publique allemande des années 1950, auraient préféré voir dédommagés en priorité les veuves et orphelins allemands et non les victimes de la persécution nazie. Donnant la priorité au « miracle allemand » de la reconstruction, on avait tendance à considérer les victimes comme des gêneurs d’une amnésie des crimes nazis dont on n’était pas prêt à porter la responsabilité. Le BEG excluait le travail forcé des indemnisations, réservées aux cas de persécution pour motif politique, racial ou religieux, à condition d’établir la preuve de séquelles médicales, d’une incarcération ou de pertes matérielles. Sur l’application des procédures administratives, nous pouvons faire trois remarques : elles furent souvent humiliantes pour les victimes7 dont beaucoup renonçaient à faire une demande (80 % des demandes avaient été rejetées et un nombre non négligeable finit devant des tribunaux souvent méfiants)8 ; elles furent si lentes qu’au bout de trois ans seules 20 % des sommes avaient été versées et nombre de victimes parmi les plus touchées étaient décédées avant leur attribution ; et surtout elles comportèrent de nombreuses restrictions arbitraires excluant des catégories entières dont la persécution n’avait pas été classée comme spécifique au national-socialisme. Cela concernait les homosexuels, les malades mentaux et victimes de stérilisations forcées, les Tsiganes, les déserteurs de la Wehrmacht, les communistes de nouveau persécutés en RFA après l’interdiction de leur parti en 1956, et surtout les victimes étrangères, car la loi ne s’appliquait pas à ceux qui avaient quitté l’Allemagne avant 1947. Ainsi, les demandes émanant d’étrangers dans les années 1960 avaient été systématiquement déclarées non recevables sur la base des accords de Londres. En même temps, l’influente Jewish Claims Conference pouvait obtenir des succès au moins partiels et se voir attribuer des indemnisations par des firmes comme IG Farben (1957), Krupp (1959), AEG (1960) et autres.9

  • 10 Meyer (1999b).

6Le second volet à considérer est celui des accords inter-étatiques que l’Allemagne accepta de signer, en réponse aux critiques internationales contre le fait qu’en pratique le BEG concernait les seuls Allemands. En 1953, un tel accord avait permis le versement de 3 milliards de marks à des victimes vivant en Israël et de 450 millions au profit de la Jewish Claim Conference pour des DP juifs vivant hors d’Israël. La même année, l’URSS, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, l’Italie et l’Espagne avaient renoncé à des demandes d’indemnisation. Face aux protestations internationales, notamment françaises, contre le maintien de l’exclusion des demandes de victimes étrangères par le BEG modifié, la RFA signa entre 1959 et 1964 des ententes inter-étatiques avec 11 pays de l’Ouest. La France reçut la moitié de la somme consentie alors, dans le cadre de la Convention franco-allemande de 1960 sur les réparations. Après de difficiles négociations10, on s’accorda sur le chiffre de 400 millions de marks, versés au gouvernement français et non aux victimes directement. En outre, à la demande allemande, il fut décidé que l’argent devait dédommager les seules victimes de nationalité française, mais Adenauer aurait initialement voulu en priver aussi les résistants, surtout communistes, comme en Allemagne, point sur lequel le gouvernement français avait obtenu en fin de compte la pleine autonomie de décision. Avec le dégel à l’Est et l’établissement de relations diplomatiques avec la Pologne en 1975, un crédit d’un milliard de DM et des paiements de 1,3 milliards de DM pour contribuer à la retraite des anciens travailleurs polonais furent accordés, en guise d’indemnisation indirecte. Ainsi, jusqu’au milieu des années 1980, seuls quelques 16.000 anciens travailleurs forcés avaient perçu une indemnisation, et souvent sans que les firmes aient reconnu une responsabilité juridique.

  • 11 Cf. la documentation de plusieurs plaintes des années 1990 : Brüning (1999).

7La fin de la guerre froide changea la donne d’une manière décisive. Entre 1991 et 1993, la RFA versa une somme globale de 1,5 milliards de marks à la Pologne, la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine, par le biais de fondations ou de l’aide humanitaire, et non en reconnaissance d’une obligation. Mais les demandes invoquant la nouvelle situation de droit, les accords de Londres étant caducs, ne tardèrent pas. Une plainte d’anciens détenus juifs de Dachau venue des USA aboutit au versement assez discret de 3,1 millions de marks, pour ne pas créer de précédent. En vain, car d’autres plaintes individuelles, souvent présentées par des avocats américains mais pas seulement11, s’adressaient à des firmes qui, pour éviter un procès, acceptaient souvent des paiements volontaires. Daimler-Benz versa 20 millions de DM dès 1988. Volkswagen déboursa 12 millions de DM en 1991 puis la firme ouvrit un fonds spécifique pour indemnisation individuelle en 1998. Ainsi, sur les 277 Français ayant travaillé chez Volkswagen, 138 ont obtenu chacun 10.000 marks de ce fonds.

4.26 – Annonce de la Volkswagen A.G. paru au Figaro le 26 décembre 1998.

4.26 – Annonce de la Volkswagen A.G. paru au Figaro le 26 décembre 1998.
  • 12 Goschler (2005), p. 450-1.

8C’est pour prévenir les craintes des entreprises très présentes sur le marché américain de voir leur image de marque ternie par des plaintes d’anciens travailleurs forcés survivants12, déclarées recevables en 1996, et pour endiguer le flot de procès attendu de ce fait que fut créé, en 1999, la fondation « mémoire, responsabilité et avenir » qui a occupé le devant de la scène politique allemande au tournant du millénaire. Le grand public a ainsi appris l’existence, à côté des déportés des camps de concentration, de millions d’autres travailleurs forcés, mais les conditions de vie et de travail de ces hommes et le contexte historique n’ont guère été évoqués concrètement par les médias. Ceux-ci ont alimenté un feuilleton de scandale durant plusieurs mois en se focalisant sur les interminables hésitations des entreprises pour adhérer à ce fonds et y contribuer de manière substantielle, alors que les trois quarts de la somme visée étaient de toute manière à la charge du contribuable allemand.

9Cette réticence à alimenter le fonds de leurs dons fit couler bien plus d’encre et de salive que les critiques faites par les associations allemandes de victimes du nazisme. Elles dénonçaient l’exclusion de la fondation de tous les prisonniers de guerre, des travailleurs de l’agriculture, de tous ceux qui, très nombreux, avaient été forcés à travailler en dehors du territoire allemand et des héritiers de 90 % des travailleurs forcés décédés entre-temps. En fin de compte, selon elles, la fondation humiliait les victimes et protégeait les firmes à vil prix, car celui qui recevait des fonds renonçait aussi à jamais à toute autre demande d’indemnisation (cf. annexe, document 4.27). Même des milieux politiques allemands bien pensants finirent par s’exaspérer de voir renâcler ainsi ceux à qui la fondation évitait des poursuites de leurs anciens travailleurs forcés et garantissait un climat d’affaires propice, notamment aux États-Unis où les tribunaux promettaient, en contrepartie, de rejeter les plaintes groupées de victimes. Fait significatif, le 11 octobre 2000, le présentateur des nouvelles du soir à la première chaîne publique télévisée allemande, Ulrich Wickert, était sorti de sa grande réserve habituelle en rapportant des propos tenus en privé devant lui par le PDG d’une des plus grandes sociétés allemandes, pour qui on avait déjà assez donné aux juifs ! Dans différentes régions, on publia alors des listes d’entreprises réticentes en appelant à les boycotter.

  • 13 Débat sur la loi instituant la fondation Mémoire, responsabilité avenir du 6 juillet 2000, Deutsche (...)
  • 14 En fin de compte, il disposera de dix milliards de DM constitués de contributions d’environ 6.000 f (...)

10Au-delà de l’indemnisation matérielle, symbolique vu les sommes versées, ce scandale avait largement relégué à l’arrière-plan le geste de reconnaissance de la responsabilité historique et la demande de pardon envers les anciens travailleurs forcés opérés par la fondation. Le regard de l’opinion publique était uniquement attiré sur les travailleurs représentés aux négociations, notamment par les organisations juives et les gouvernements des pays de l’Est. Les rares voix rappelant que les travailleurs forcés venaient aussi des pays de l’Ouest, surtout de France mais aussi des Pays-Bas, de Belgique, de Grèce etc., passèrent presque inaperçues. À la diète fédérale, dans le très long débat sur la loi créant la fondation,13 seuls Ulla Jelpke du PDS et Volker Beck des Verts ont critiqué la pauvreté des moyens accordés14 et l’exclusion de catégories entières de cette loi. Le PDS avait demandé une indemnisation de toutes les catégories, à l’instar de celle offerte par Volkswagen, et exprimé la crainte que « les sommes prévues ne suffiront pas pour dédommager les victimes qui n’ont pas été représentées à la table des négociations ». Volker Beck avait mis en garde contre le danger majeur que « les victimes non-juives et non représentées par les associations est-européennes, qui doivent être dédommagées à travers l’OIM, n’auront rien ou bien moins que les victimes qui seront dédommagées à travers les autres organisations » et il avait rappelé que l’Holocauste était seul présent à la mémoire collective allemande tandis que les autres victimes du travail forcé, prisonniers ou déportés, étaient oubliées.

  • 15 Même un seul jour, cf. Goschler (2005), p. 470.
  • 16 Cf. décision du tribunal administratif de Berlin du 9 septembre 2004, cité d’après Goschler (2005), (...)

11Dans son texte final, la loi ne concernait que les travailleurs « esclaves » ayant été détenus dans un camp de concentration15 ou dans des conditions semblables, qui pourraient toucher jusqu’à 15.000 DM, ainsi que des travailleurs forcés des pays est-européens. Elle prévoit une clause d’ouverture éventuelle pour les travailleurs agricoles de l’Est, avec une indemnisation maximale de 5.000 DM. Sont exclus d’emblée les personnes forcées de travailler hors du territoire allemand, les descendants des ayants droit décédés pendant ou depuis la guerre et tous les prisonniers de guerre, qu’ils aient eu ou non ce statut à l’époque. Ainsi par exemple, les prisonniers soviétiques et internés militaires italiens, privés de ce statut et de la protection de la Convention de Genève durant la guerre, se sont vu répondre qu’ils étaient des prisonniers de guerre de fait, donc exclus du fonds.16

12La question des travailleurs de l’Ouest et donc celle des centaines de milliers d’ouvriers forcés français n’est pas abordée clairement et reste dans une ambiguïté et une négligence scandaleuses, passées largement inaperçues. Aucun organisme officiel ne les défendant, le comte Lambsdorff, négociateur en chef, les a classés dans une catégorie dite « reste du monde », administrée par l’IOM de Genève, vite débordée et incompétente. Les espoirs des Français et Belges qui avaient adressé leurs dossiers à cet organisme furent amèrement déçus par le refus de toute indemnisation pour leur déportation au travail forcé ainsi que par la rudesse de ton employé par l’OIM pour leur signifier qu’ils auraient dû « avoir été détenus dans des conditions extrêmement pénibles » (cf. annexe, document 4.28). Au téléphone plus que dans les courriers, le ton a du être souvent très sec, voire décourageant, au dire des anciens requis. J’ai eu l’écho de ces expériences auprès des témoins avec qui j’étais restée en contact et par l’association Walerjan Wròbel que je co-dirigeais alors, un organisme qui, bien avant la création de la fondation berlinoise, s’était engagé dans le soutien des anciens travailleurs forcés de la ville de Brême, tous pays et toutes catégories confondus.

  • 17 Le Proscrit No 40, 2002 qui fait état de ma contestation de l’attitude de l’IOM d’écarter les trava (...)

13À la suite de nos initiatives auprès de parlementaires et en réponse à la FNRVCNTF qui demandait, le 6 janvier 2000, (cf. annexe, document 4.29), une définition précise des ayants-droit, la chancellerie allemande avait précisé qu’à son avis les travailleurs forcés des pays de l’Ouest avaient « connu une vie de forçat et des conditions inhumaines d’existence tout comme ceux des pays de l’Est » et que la fondation les concernait également, tout en renvoyant pour les détails à l’OIM (cf. annexe, document 4.30). Celle-ci continua néanmoins non seulement à appliquer des critères très restrictifs qui revenaient à dire qu’il fallait avoir survécu à un séjour en AEL, mais aussi à décourager les éventuels candidats de constituer leur dossier. L’association brêmoise et moi-même avons alors, en avril 2003, adressé des lettres à l’IOM, en faisant part de l’inquiétude que « non seulement l’exclusion explicite de toute une catégorie d’anciens travailleurs forcés me semble contraire à l’esprit du Fonds (et pour l’historienne que je suis il n’y a aucun doute à ce qu’il se soit agi, dans le cas des STO, d’un travail forcé), mais surtout l’idée de voir ces hommes âgés une nouvelle fois humiliés par la réticence qu’on leur oppose pour être admis dans la procédure, m’est proprement insupportable. »17 (Cf. annexe, document 4.31.) La seule suite de cette lettre fut de rendre le style des formulaires de refus un petit peu plus poli, avec l’expression de regrets et d’un « profond respect à toutes les victimes du régime nazi, que celles-ci bénéficient de la Loi sur la fondation allemande ou non. » (Cf. annexe, document 4.32). Bref, une position inchangée sur le fond et qui fut ainsi définie sur internet :

« Demandeurs d’Europe occidentale.

Selon une décision prise par la Fondation allemande en août 2001, les anciens travailleurs forcés de nationalité belge, néerlandaise, française, italienne et luxembourgeoise ne pourront pas demander à être dédommagés au titre de la Loi portant création de la Fondation allemande (excepté dans certains cas très limités), la raison donnée par la Fondation étant que ces personnes n’ont pas été prises pour cible des actes de terrorisme nazi dictés par des considérations raciales ou apparentées. Seuls les anciens travailleurs forcés de Belgique, des Pays-Bas, de France, d’Italie et du Luxembourg ayant été détenus dans certains camps de réforme par le travail ou dans certaines prisons, ou appartenant à la communauté juive ou rom, ou membres d’un autre groupe persécuté, sont fondés à demander réparation en se réclamant de la catégorie des travailleurs forcés.

  • 18 http://www.compensation-for-forced-labour.org du 2 juin 2003.

Les Belges, les Néerlandais, les Français, les Italiens et les Luxembourgeois peuvent se réclamer de la catégorie des travailleurs réduits en esclavage s’ils ont été détenus dans un camp de concentration, un ghetto ou un autre lieu d’internement officiellement reconnu. »18

  • 19 Le Proscrit No 34, 2001.

14Tout convergeait pour décourager d’éventuelles demandes d’anciens travailleurs forcés : les délais d’un an dès l’entrée en vigueur de la loi, le 12 août 2000, prolongés ensuite au 31 décembre 2001, la difficulté d’obtenir un formulaire en français, les changements d’adresse où envoyer le dossier, etc.19

15Le bilan officiel publié par l’OIM en 2005 (cf. annexe, document 4.33) fait état d’un total de 332.312 dossiers traités provenant du « reste du monde ». Les craintes exprimées par les députés des Verts et du PDS que ces victimes n’auraient que des miettes étaient plus que fondées car la très grande majorité des dossiers (70,72 %) fut refusée. Le taux de rejets passe à 77,58 % pour la France (d’où provenaient seulement 27.157 demandes), 81,23 % pour la Belgique, 82,15 % pour les Pays-Bas et 88,90 % pour le Luxembourg.

  • 20 Selon le bilan de la fondation, 1.665.000 personnes ont été indemnisées, dont 856.000 en ex-URSS, 5 (...)
  • 21 Le Proscrit No 49, 2006, p. 5.

16L’OIM qui disposait de 386 millions d’Euros sur le total de 4,4 milliards prévus par le fonds d’indemnisation20 a rejeté environ 80 % des demandes françaises, belges, néerlandaises, et luxembourgeoises, parfois même, selon le constat amer de la Fédération française, dans le cas d’incarcération ou de séjour en AEL.21

  • 22 Communiqué de la FNDIRP du 9 septembre 1999, cité d’après Le Patriote résistant, octobre 1999, p. 3 (...)
  • 23 Roland Ferrier dans une interview accordée à Arte, cité par Le Proscrit No 25, 1998.
  • 24 Le Proscrit No 34, 2001.

17Mais la Fédération des anciens requis du travail, sceptique dès le début quant aux chances de succès des demandes individuelles, n’avait pas fait une priorité de cette question d’indemnisation. De même, la FNDIRP qui n’avait vu dans la fondation allemande qu’une entreprise servant à affranchir les entreprises de poursuites judiciaires refusait de telles « aumônes » au nom de ses adhérents : n’ayant « jamais été des salariés, ils n’entendent donc pas réclamer une indemnisation en compensation du travail qui leur a été imposé et ainsi servir d’alibi aux entreprises soucieuses de ne pas compromettre leur respectabilité nationale et internationale ».22 La FNRVCNTF avait toujours souligné que « l’initiative ne venait pas de nous et que notre revendication prioritaire demeurait l’appellation ‘ Victime de la Déportation du travail’, problème d’Honneur et non d’argent. »23 Cela ne l’avait pas empêchée pour autant de s’engager aux côtés de ses adhérents pour éclaircir la situation, en entretenant des contacts étroits avec les organismes comme le secrétariat d’État aux Anciens Combattants – alors que le fonds, lui, n’avait jamais cru opportun de contacter les associations de victimes – et avait informé les lecteurs du Proscrit des progrès du dossier et des démarches précises à suivre.24

  • 25 Le Monde du 18 juin 2004.
  • 26 Le Proscrit No 45, 2004.

18En dehors des démarches visant à une indemnisation par la Fondation berlinoise, des Conseils de Prud’hommes furent saisis de plaintes individuelles, comme celle d’un ancien travailleur forcé qui avait obtenu, le 17 juin 2004 à Draguignan, une condamnation de la République fédérale à 276.000 euros de dommages et intérêts pour 23 mois de travail obligatoire effectué de juin 1943 à mai 1945. Mais la Cour de cassation a ensuite systématiquement annulé de telles décisions.25 La FNRVCNTF incitait ses adhérents « à raison garder » et à ne pas « recourir à la ‘procéduramania américaine’ qui ne saurait être payante « ni matériellement ni moralement parlant ». Et de rappeler ses priorités : « Pour la Fédération qui, depuis le retour, a toujours placé en priorité la défense de votre honneur, le seul verdict qui compte est celui du Tribunal de l’Histoire : les historiens l’ont rendu lors du colloque international de Caen. Notre conscience est en paix, espérons que les parlementaires connaîtront la même sérénité en nous rendant le titre de ‘Victimes de la Déportation du Travail Forcé’. »26

  • 27 Le Monde du 18 juin 2004. Cette dernière catégorie de « situation en esclavage » avait été reconnue (...)
  • 28 Le Proscrit No 44, 2004, p. 11.
  • 29 Ibid. p. 2.

19Toujours est-il que la différence d’approche par le fonds allemand et le fonds autrichien de Réconciliation n’a pas manqué d’attirer, à plusieurs reprises, l’attention de la Fédération. Entré en vigueur le 27 novembre 2000, le fonds autrichien incluait notamment les travailleurs du STO et également les héritiers et ayants droit des disparus. En fin de compte, le fonds autrichien aura versé 18 millions d’euros aux anciens travailleurs forcés français, 1.453 euros par personne ayant travaillé dans l’agriculture, 2.543,55 euros dans l’industrie, 7.630,65 euros pour les détenus en AEL.27 Sur les 6.000 dossiers environ présentés par des Français, 5.915 avaient déjà été accueillis favorablement et réglés fin 2003, date de la forclusion.28 Et surtout, le fonds autrichien avait à plusieurs reprises contacté les partenaires français, en organisant, par exemple, une célébration autour de la remise du 5000e chèque au consulat d’Autriche à Marseille en juin 2004 et en cherchant constamment l’entente avec les associations d’anciens. « On peut mesurer toute la différence ente l’attitude autrichienne et celle de l’Allemagne version OIM », trouve Le Proscrit.29 Notons que cette différence n’est due ni aux sommes versées qui, comme celles du fonds allemand, ne sont que symboliques et ne pourront « indemniser » tant d’années de travail forcé, ni aux motivations sous-jacentes de ce geste tardif qui ont dû être les mêmes en Autriche, à savoir la crainte de voir le nom de son entreprise cité dans une plainte d’un ancien travailleur forcé. Cette différence tient à la décision d’inclure toutes les catégories de travailleurs forcés et à une attitude crédible de demande de pardon aux victimes plutôt que de les traiter en quémandeurs et en gêneurs.

  • 30 Le Proscrit No 49, 2006, p. 5.

L’OIM a joué avec les mots… L’Autriche, elle, a fait honneur à son engagement : placer à égalité ceux qui ont été contraints au travail forcé sur son territoire à quelque nationalité qu’ils appartiennent. Le critère étant « a été déporté pour le travail forcé ». Elle a validé rapidement et réglé toute demande fondée. Il est vrai que l’Autriche parlait, elle, d’un « Fonds de Réconciliation ».30

20Citons enfin une prise de position quelque peu étrange. D’après Le Monde, le secrétariat aux Anciens Combattants aurait déclaré en octobre 1999 que les anciens du STO en France n’étaient pas concernés par les négociations en vue de la création du fonds allemand « parce qu’ils ont reçu salaire à l’époque des faits et parce que c’est le régime de Vichy, et non le gouvernement de Berlin qui les a forcés à travailler pour l’Allemagne nazie ». Or le critère d’éligibilité pour l’indemnisation par la fondation n’a pas été le fait d’avoir perçu un salaire ou non, mais bien le caractère coercitif du travail. De plus, pourquoi attribuer à Vichy seul la responsabilité de l’envoi des travailleurs en Allemagne ? Sauckel y était bien pour quelque chose – sinon il n’aurait pas été condamné à Nuremberg pour ce motif, et si Vichy était, certes, responsable des lois forçant les Français au travail en Allemagne, ce fut indéniablement sous pression allemande, au sein de la collaboration d’État. Était-ce pour dire que, l’Allemagne n’étant pas responsable, les anciens travailleurs civils n’avaient plus d’interlocuteur à qui s’adresser, puisque le gouvernement de Vichy, seul responsable, avait disparu ?

Historiographie et commémorations

  • 31 Cf. Le Proscrit No 28/29 de 1999 qui reproduit une lettre de la Fédération du 5 septembre 1999 et l (...)
  • 32 Cf. « La chronologie de la lente maturation du Colloque » Le Proscrit No 36, 2001.

21Quoi qu’il en soit, deux ans après vint l’occasion de mettre les pendules à l’heure et de faire le point sur ce chapitre de la France des années noires qu’est la travail forcé des 700.000 civils environ, longtemps négligé par l’historiographie et sur lequel des contre-vérités et des silences avaient régné. La parole était aux historiens, avec la tenue du colloque international de Caen consacré à « la main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich » et demandé par la Fédération des anciens requis depuis des décennies. La tenue d’un colloque d’envergure était, dans l’esprit de la Fédération, mais aussi pour leurs interlocuteurs du monde politique, étroitement liée à la revendication d’un titre, sous le seul et même objectif du combat « pour l’honneur ». La FNRVCNTF avait adressé une demande en ce sens à chacun des candidats à l’élection présidentielle de 1995 et, en réponse, Lionel Jospin, devenu ensuite Premier ministre, avait promis la tenue d’un tel colloque en août 1997.31 Il avait fallu traverser encore une longue phase de gestation32 avant que celui-ci se tienne quatre ans plus tard, en décembre 2001.

  • 33 Titre du Proscrit en première page immédiatement avant la tenue, Ibid.
  • 34 Ibid p. 36.
  • 35 Ibid p. 3.

22Les titres qui l’annoncent dans Le Proscrit traduisent bien l’ampleur des espoirs liés à cet événement : « Trois jours de colloque d’historiens pour dissiper cinquante-six ans d’obscurantisme »33, « Qu’attendons-nous ? Rien d’autre que la vérité »34 et, sous le titre « Est-ce la dernière chance ? », un des militants exprime tout l’espoir de ces hommes « au soir de (leur) vie »35 de voir se briser le mur du silence et de l’ostracisme qui les avait entourés depuis des décennies.

23Or, le silence des médias persista bel et bien, malgré la participation des historiens français et internationaux les plus renommés sur la période, la présence nombreuse, et très exceptionnelle pour une telle occasion, de témoins de l’époque qui prenaient part aux discussions aussi bien lors des questions suivant les conférences que pendant toute une soirée qui leur était réservée, et enfin l’allocution très attendue du secrétaire d’État aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Jacques Floch, venu en personne. Dans son long discours, tout en regrettant la date tardive de la tenue du colloque et le silence des médias, il qualifia de crime de guerre l’instauration, par Vichy, du Service du Travail Obligatoire et, s’il ne promit rien de bien précis au sujet du titre revendiqué, il encouragea les anciens requis à poursuivre les démarches en ces termes :

  • 36 Spécial colloque, Le Proscrit No 37, 2002, p. 6.

Quand vous dites nous souhaitons porter tel ou tel titre, c’est parce que derrière ces mots il y a nécessité pour vous-mêmes d’être reconnus et c’est cela peut-être que vont pouvoir nous apporter les débats d’aujourd’hui et de demain, parce que tout le monde en a besoin. Vous vous tournerez très justement vers les responsables politiques et vous demanderez très justement de tirer les conclusions de vos travaux.36

  • 37 Surtout la vingtaine de pages denses des « Spécial colloque » contenus dans Le Proscrit No 37 et No(...)

24Les numéros suivants du Proscrit37 et une centaine de pages de son site internet ont fait un très large écho au colloque, tant sur les témoignages des anciens que sur les travaux des historiens. Ainsi, les intéressés disposaient désormais d’une foule de connaissances précieuses sur des sujets très variés : les données chiffrées et statistiques, les conditions de vie et la résistance en pays ennemi, la propagande et les attitudes de l’administration, de la gendarmerie, du grand patronat, de l’église catholique, des approches par branches de l’économie et par régions (le mur de l’Atlantique, le Doubs, le Rhône, la Gironde, le Calvados, l’Alsace et la Moselle annexées), ainsi que le volet européen de la réquisition (Pays-Bas, Belgique, Italie, URSS, Pologne) et enfin la question des retours et des combats de mémoire de l’après-guerre.

25La tenue tardive du colloque en décembre 2001 offrait l’avantage de disposer d’une production historiographique assez riche qui avait vu le jour depuis une dizaine d’années et qui est encore en plein essor de nos jours. (cf. introduction)

26Les publications couvrent toute la gamme, des travaux d’historiens confirmés et des thèses et colloques universitaires, mais aussi un vaste ensemble d’études locales, souvent liées à des commémorations et inaugurations de plaques inscrivant la mémoire dans la durée, et des récits publiés de façon ininterrompue par des anciens, dont certains ont été encouragés par des études de type universitaire comme la mienne.

  • 38 Cf. Bories-Sawala (1996b).
  • 39 Le Proscrit No 33, 2000, p. 15.

27En même temps, en Allemagne comme en France, et ce malgré l’âge des intéressés – avis de décès et notices nécrologiques se multiplient dans le Proscrit qui continue à sortir trois à quatre numéros par an et possède un site Internet depuis 1999 –, les activités commémoratives ont été très nombreuses. En voici quelques exemples : le 11 mai 1995, la cérémonie du 50e anniversaire de la fin de la guerre avait rassemblé 4000 participants au cimetière du Père Lachaise à Paris et un colloque international avait réuni historiens et anciens prisonniers et requis du travail sur les lieux de leur expérience à Brême.38 En 1997, une plaque commémorative a été inaugurée au camp de Loh à Dortmund où avait séjourné un millier de requis francais. En 2000, un groupe d’anciens y ont répondu aux questions de jeunes élèves – la presse locale allemande s’y était montrée attentive et Le Proscrit y avait consacré une page entière.39 En 1998, on a inauguré à Dresde un mémorial aux victimes du fascisme, dont 16 Français. Des voyages à Grosbeeren et Brandebourg ainsi que sur le site du Bittermark à Dortmund continuaient à être organisés jusqu’en 2006, pour la dernière fois (cf. p. 342). Des expositions ont été présentées dans de nombreux endroits.

  • 40 Une messe y a été célébrée par Mgr Charles Molette de Paris en mai 2000, à laquelle ont assisté plu (...)
  • 41 Le projet, dont j’ai été la coordinatrice du côté allemand, a été approuvé le 10 novembre 2004 par (...)

28Historiens confirmés et initiatives locales qui s’étaient relayés pour rechercher et conserver des traces de ce passé dans les villes allemandes firent parfois d’étonnantes découvertes : des fresques murales peintes par des prisonniers de guerre français dans un hangar du port de Brême où ils avaient logé et aussi dans la chapelle française d’un ancien Oflag de Soest.40 Ces recherches et découvertes ont été des points de départ d’activités réunissant les mondes associatif, universitaire et le grand public. Une exposition sur le travail forcé a été inaugurée à Berlin en septembre 2002, et une autre, itinérante et bilingue, sur les 50 martyrs de l’Église souterraine française en Allemagne a circulé entre Cologne, Metz et Le Mans en 2006. À la date symbolique du 18 juin 2005, une des fresques brêmoises a été transférée par une délégation de citoyens de Brême dans l’exposition permanente du mémorial de Caen, dans le cadre du projet « La captivité et ses lieux de mémoire franco-allemands ».41

  • 42 Vittori (2007).

29Le 8 mai 2005, pour la commémoration du 60e anniversaire du retour qui a été particulièrement marquée en Allemagne et en France, il n’était désormais plus question d’exclure la mémoire des anciens requis du travail. La revue Chemins de la mémoire, éditée par la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense, publication officielle distribuée aux établissements scolaires, a consacré à cette occasion un dossier au STO ; ce même organisme a publié en 2007, dans sa collection « Les romans de la mémoire » destinée à un public adolescent, le récit « De gré ou de force » de Jean-Pierre Vittori42 qui met en rapport très étroit la Résistance et le départ obligé pour l’Allemagne. De son côté, l’association du Musée National de la Résistance de Champigny consacre la une de sa revue Notre musée, à un dossier de huit pages sur le STO, également édité par Vittori.

  • 43 Cité d’après Le Proscrit No 47, 2005.

30Ce même 8 mai 2005, devant la plaque de la gare d’Orsay commémorant le retour, un discours du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, lu par la ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie, faisait mention explicite des trois catégories de rapatriés de 1945. Après les prisonniers de guerre dont elle précise que « leur sacrifice, injustement méconnu, mérite le respect et la reconnaissance de la Nation »43, elle parle du STO, cette « humiliante création », fruit de « la collusion croissante entre l’occupant et les autorités de la collaboration ». Elle salue alors le courage des réfractaires et des requis dont « sabotages et résistance passive ont magnifiquement exprimé (leur) indéfectible patriotisme ». Notons au passage que la reconnaissance de cette catégorie de victimes passe toujours par un rapprochement avec la Résistance.

4.34 – Plaque commémorative à la gare d’Orsay (Le Proscrit No 57, 2008, p. 12)

4.34 – Plaque commémorative à la gare d’Orsay (Le Proscrit No 57, 2008, p. 12)

La reconnaissance tardive d’un statut de victimes

  • 44 Cité d’après Le Proscrit No 42, 2003, p. 3.

31En cette fin du millénaire, si le dossier de l’indemnisation espérée par certains s’est soldé par un échec définitif, l’attention des historiens et des pouvoirs publics a permis de gagner le combat pour la reconnaissance d’un titre. Comme déjà par le passé, un premier volet était l’engagement de parlementaires pour débloquer une situation restée en suspens depuis les années 50, comme le rappela Maxime Gremetz (PCF) dans une question orale posée à l’Assemblée nationale à la 1re séance du 2 mars 1999. En mai 1951, un titre provisoire de « personne contrainte au travail en pays ennemi » avait été attribué, puis le parlement avait voté à plusieurs reprises en faveur d’appellations comme « déporté du travail » (3 mars 1955), « travailleur déporté » (25 octobre 1955) ou « victime de la déportation du travail » (10 octobre 1956), sans que cela ait eu de suites. Le député réclama donc une nouvelle décision parlementaire. Dans le même sens, le député UDM Vannson revint sur le sujet après le colloque de Caen par une question écrite, en constatant que « la qualité de déporté du travail est refusée à cette catégorie de Victimes de guerre en dépit de la vérité historique »44 et en rappelant que la Résistance les avait qualifiés de « déportés » à l’époque, tout comme les gouvernements de l’après-guerre qui avaient aussi attribué la mention de « morts pour la France » aux 15.000 victimes de la répression nazie en Allemagne.

  • 45 Cité d’après Le Proscrit No 54, 2007, p. 4.

32À l’élection présidentielle de 2007 comme aux précédentes, la FNRVCNTF avait demandé aux candidats si, en cas de victoire, ils inciteraient le gouvernement à inscrire à l’ordre du jour du Parlement un débat pour l’attribution du titre « Victimes des camps nazis du Travail Forcé ». Le 3 avril 2007, dans une longue réponse chargée d’émotion, Nicolas Sarkozy s’y était fermement engagé, en évoquant le sort des « 600.000 Français livrés à la puissance occupante par le régime de Vichy » et les 60.000 morts en exil, en précisant que « ce devoir de mémoire passe, bien évidemment par l’hommage de la nation à ses enfants qui ont tant souffert et sont morts pour elle. »45

33Dans les mois suivants, un processus intense fut enclenché, soutenu par des historiens comme Jean-Pierre Vittori, auteur d’une des premières études sur les STO et rédacteur du Patriote résistant, donc bien placé pour jeter un pont de compréhension entre les anciens travailleurs requis et les anciens déportés concentrationnaires. La Fédération nationale des Anciens Combattants alla dans le même sens en se déclarant, par une lettre du 6 février 2008, « absolument favorable à ce que la Fédération Nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé obtienne le titre qu’elle revendique fort justement depuis des décennies » (cf. annexe, document 4.35).

  • 46 Réponses publiées au Journal Officiel respectivement le 25 mars 2005 (p. 2585) et le 13 mai 2008 (p (...)

34De leur côté, des député-e-s de divers camps politiques revenaient à la charge par des questions au ministère : Thierry Mariani et Françoise Hostalier (UMP) le 22 janvier 2008, puis Françoise Imbert (Divers gauche) le 25 mars 2008. Le ministère leur répondit en des termes convergents qu’il étudiait « la possibilité de faire évoluer l’appellation actuelle vers celle de ‘ victimes des camps du travail forcé ».46

35Bien évidemment, la formule devait répondre aux attentes de la Fédération sans heurter les sensibilités des autres catégories de victimes qui les avaient incitées à déclencher la « querelle sur le titre » des années 1970 (cf. p. 322). Le Premier ministre, répondant le 6 mars 2008 au secrétaire national de la Fédération, tenait à préciser que la formule « implique également une concertation préalable avec les principales associations d’anciens combattants et de déportés » (cf. annexe, document 4.36).

  • 47 Paru au Journal Officiel le 5 novembre 2008.
  • 48 Le Proscrit No 57, 2008.

36Le titre enfin retenu par le décret du 16 octobre 200847 est celui de « Personne contrainte au travail en pays ennemi, Victime du Travail Forcé en Allemagne nazie ». On évitait ainsi le terme de « déportation » qui avait été la pierre d’achoppement durant des décennies, en le remplaçant par le mot de ‘victime’ aussi explicite, et on réintroduisait la précision historique nécessaire de l’« Allemagne nazie » qui, curieusement, avait entre-temps disparue dans la proposition du ministère. Le 29 décembre 2007, une « Association pour la mémoire de la Déportation du Travail », chargée de gérer le site Internet et appelée à devenir l ‘ héritière de la Fédération, avait d’ailleurs vu le jour.48

37Une carte leur attribuant le nouveau titre était délivrée sur demande aux anciens requis. Mais sur le plan matériel le statut demeura inchangé, tel qu’il avait été défini en 1951.

38C’est ainsi, sans que l’opinion publique en prenne acte, que se clôt le combat de plus de 60 ans pour l’honneur des requis civils du travail. La satisfaction de parvenir ainsi à terme à une solution de compromis, voire de réconciliation entre les anciennes victimes des nazis ne saura cependant gommer les décennies d’exclusion injuste de la mémoire nationale. Le plus grand regret concerne tous ceux qui ont quitté ce monde sans avoir vu aboutir le combat pour cette victoire tardive.

4.37 – Anciens travailleurs forcés et prisonniers de guerre et leurs familles en visite à Brême en mai 2005, accompagnés par des étudiants de Brême et de Caen.

4.37 – Anciens travailleurs forcés et prisonniers de guerre et leurs familles en visite à Brême en mai 2005, accompagnés par des étudiants de Brême et de Caen.

Collection Bories-Sawala.

Notes

1 Garnier/Quellien (2003).

2 Ni Le Monde ni L’Humanité ne semblent avoir rendu compte de ce colloque ou de l’obtention du statut.

3 Le Monde 4 juillet 1996. Les lecteurs du Proscrit seront informés dans le détail par une chronologie précise de ce dossier par le no 31 du 1er trimestre 2000.

4 Goschler (2005). Pour un bref aperçu cf. aussi l’article de Lorraine Millot, Libération du16 juillet 1996, p. 9.

5 Goschler (2005), p. 233.

6 Clement/Delpech (1948).

7 Cf. Pross (1988) qui parle d’une guerre contre les victimes, Fischer-Hübner (1990), Goschler (2005), Bermann/Jucoy (1982).

8 Kirsch (1995).

9 Ibid, p. 41.

10 Meyer (1999b).

11 Cf. la documentation de plusieurs plaintes des années 1990 : Brüning (1999).

12 Goschler (2005), p. 450-1.

13 Débat sur la loi instituant la fondation Mémoire, responsabilité avenir du 6 juillet 2000, Deutscher Bundestag, 14. Wahlperiode, 114. Sitzung Drucksache 14/3459.

14 En fin de compte, il disposera de dix milliards de DM constitués de contributions d’environ 6.000 firmes d’une part, de fonds publics de l’autre.

15 Même un seul jour, cf. Goschler (2005), p. 470.

16 Cf. décision du tribunal administratif de Berlin du 9 septembre 2004, cité d’après Goschler (2005), p. 470.

17 Le Proscrit No 40, 2002 qui fait état de ma contestation de l’attitude de l’IOM d’écarter les travailleurs de l’Ouest. Et le No 41 2003 y consacre une page entière et reproduit les lettres.

18 http://www.compensation-for-forced-labour.org du 2 juin 2003.

19 Le Proscrit No 34, 2001.

20 Selon le bilan de la fondation, 1.665.000 personnes ont été indemnisées, dont 856.000 en ex-URSS, 560.000 en Pologne et en République tchèque, 159.000 au titre de la Jewish Claims Conference et 90.000 par l’IOM. cf. http://www.stiftung-evz.de/presse/downloads/zahlenund-fakten/consulté le 20 juillet 2009.

21 Le Proscrit No 49, 2006, p. 5.

22 Communiqué de la FNDIRP du 9 septembre 1999, cité d’après Le Patriote résistant, octobre 1999, p. 3. Même propos à la FNDIR qui ne demande aucune rémunération, mais un don pour la Fondation pour la mémoire de la déportation serait bienvenu.

23 Roland Ferrier dans une interview accordée à Arte, cité par Le Proscrit No 25, 1998.

24 Le Proscrit No 34, 2001.

25 Le Monde du 18 juin 2004.

26 Le Proscrit No 45, 2004.

27 Le Monde du 18 juin 2004. Cette dernière catégorie de « situation en esclavage » avait été reconnue pour 5 % des dossiers, selon Le Proscrit No 47 2005, p. 7.

28 Le Proscrit No 44, 2004, p. 11.

29 Ibid. p. 2.

30 Le Proscrit No 49, 2006, p. 5.

31 Cf. Le Proscrit No 28/29 de 1999 qui reproduit une lettre de la Fédération du 5 septembre 1999 et la réponse encourageante de Lionel Jospin dix jours après. Par les numéros suivants, les lecteurs du Proscrit sont tenus au courant de préparatifs, des sujets abordés, et invités à assister à l’événement, cf. Le Proscrit No 35, 2001.

32 Cf. « La chronologie de la lente maturation du Colloque » Le Proscrit No 36, 2001.

33 Titre du Proscrit en première page immédiatement avant la tenue, Ibid.

34 Ibid p. 36.

35 Ibid p. 3.

36 Spécial colloque, Le Proscrit No 37, 2002, p. 6.

37 Surtout la vingtaine de pages denses des « Spécial colloque » contenus dans Le Proscrit No 37 et No 38, 2002.

38 Cf. Bories-Sawala (1996b).

39 Le Proscrit No 33, 2000, p. 15.

40 Une messe y a été célébrée par Mgr Charles Molette de Paris en mai 2000, à laquelle ont assisté plusieurs anciens déportés du travail, selon Le Proscrit No 33, 2000, p. 15.

41 Le projet, dont j’ai été la coordinatrice du côté allemand, a été approuvé le 10 novembre 2004 par le « Haut conseil de la mémoire combattante » sous la présidence du Président de la République et subventionné en grande partie par la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives du ministère de la Défense. (Cf. Bories-Sawala, 2007b).

42 Vittori (2007).

43 Cité d’après Le Proscrit No 47, 2005.

44 Cité d’après Le Proscrit No 42, 2003, p. 3.

45 Cité d’après Le Proscrit No 54, 2007, p. 4.

46 Réponses publiées au Journal Officiel respectivement le 25 mars 2005 (p. 2585) et le 13 mai 2008 (p. 4008).

47 Paru au Journal Officiel le 5 novembre 2008.

48 Le Proscrit No 57, 2008.

Table des illustrations

Titre 4.26 – Annonce de la Volkswagen A.G. paru au Figaro le 26 décembre 1998.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre 4.34 – Plaque commémorative à la gare d’Orsay (Le Proscrit No 57, 2008, p. 12)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 4.37 – Anciens travailleurs forcés et prisonniers de guerre et leurs familles en visite à Brême en mai 2005, accompagnés par des étudiants de Brême et de Caen.
Crédits Collection Bories-Sawala.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39677/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 425k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search