Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

La mémoire individuelle : formes et contenus

Texte intégral

Mémoire encadrée et mémoire individuelle

1La mémoire individuelle des années passées dans la gueule du loup, telle que l’expriment les témoins interviewés, a été façonnée par un ensemble de facteurs différents. En premier lieu, les conditions objectives de ce vécu, de la réquisition aux conditions de vie et de travail en Allemagne, des contacts avec les Allemands et les camarades français et étrangers à la répression, étaient extrêmement divergentes et aléatoires : celui qui se détendait le soir devant un bock de bière dans un café pouvait, pour un oui ou pour un non, se retrouver le lendemain dans un AEL.

2La mémoire spécifique du groupe des travailleurs civils requis, telle qu’elle s’est constituée depuis la fin de la guerre dans le combat acharné pour une reconnaissance comme victimes, a été un autre très puissant vecteur de la mémoire individuelle. Ceci est vrai pour ceux qui, comme Yves Bertho, tiennent à prendre leurs distances vis-à-vis de cette « mémoire encadrée » du groupe comme pour ceux dont la mémoire individuelle s’est fondue à des degrés divers dans celle de la Fédération. Des tensions et des contradictions entre les deux peuvent surgir dans les interviews. (cf. p. 94)

3Chez ceux qui ont été associés étroitement au combat de leur fédération, les revers répétés et le désintérêt grandissant de l’opinion publique ont fait croître l’amertume et favorisé l’émergence d’une mémoire parfois figée, sur la défensive et frileuse. Par d’autres, ces mêmes processus, notamment la querelle autour du titre de « déporté », ont été perçus comme du « parisianisme » « querelle inutile… ça ne tient plus debout » (Henri L.), ou encore une « querelle allemande » (Robert D. et Lucien L.).

4Il ressort des témoignages que tous les aspects de la mémoire n’ont pas été influencés de la même manière par la mémoire collective du groupe. Comme celle-ci n’avait cessé de souligner le caractère contraignant de la réquisition pour se démarquer clairement des « volontaires », rien d’étonnant à ce que les témoins insistent aussi, dans leur récit, sur les menaces accompagnant l’appel et l’impossibilité de s’y soustraire, en gagnant un maquis par exemple. Sur ce point, la mémoire individuelle et celle de la Fédération coïncident au point de se confondre.

5Le refus persistant pendant des décennies de la mémoire nationale officielle de reconnaître les travailleurs civils comme victimes a obligé la Fédération à insister sur ce point et à gommer de la mémoire du groupe certains aspects, tels la rémunération de leur travail, le temps libre et la relative liberté de mouvement des travailleurs de l’Ouest dans la gueule du loup. Une partie de ces tabous se retrouve dans les mémoires individuelles. Ainsi les témoins ne se souviennent pas d’avoir participé à des loisirs, matchs de foot, concerts, etc. (cf. p. 135) organisés par la DOF, organisme vichyste qui s’occupait des travailleurs civils français au sein de la DAF (cf. p. 129). Ni le titre de ces organismes et de leurs feuilles de propagande ni leur vue n’évoquent de souvenir. Peu se rappellent avoir reçu un salaire et un des témoins est étonné de retrouver des feuilles de paye dans une boîte de vieux papiers ; un autre découvre avec stupeur, dans une lettre écrite alors à sa famille, qu’il avait demandé, et sans doute obtenu une augmentation de salaire (cf. p. 159).

6En revanche, d’autres sujets exclus de la mémoire encadrée du groupe sont évoqués, même spontanément, dans les témoignages individuels, par exemple les éléments d’accommodement au travail, la sociabilité ouvrière, l’amour du travail bien fait (cf. p. 172) et les rapports avec les femmes allemandes (cf. p. 261). Tous ces domaines, pourtant très sensibles du point de vue de la réfutation du reproche de compromission avec l’ennemi, répondent dans la mémoire individuelle moins à la logique de la mémoire officielle du groupe qu’à des impératifs de cohérence personnelle et à l’image de soi-même telle qu’elle est crée par le travail de mémoire. Sous ce rapport, les individus ne se perçoivent pas comme « victime du national-socialisme », mais plutôt comme un travailleur apprécié pour ses compétences, un amateur de culture ou l’incarnation d’un Français fier et débrouillard qui réussit à tirer son épingle du jeu, même dans les conditions les plus difficiles.

7Les interviews font ressortir un regard très différencié sur les Allemands. Ce trait commun aux témoignages et à la pratique officielle de la Fédération contraste avec un anti-germanisme primaire assez répandu dans l’opinion francaise de l’immédiat après-guerre, affiché notamment par les résistants « de la dernière heure », mais pas seulement par eux. La Fédération, en revanche, a dès le début cherché activement la coopération avec les antifascistes allemands, par exemple pour créer des mémoriaux.

8Le refus de la société de reconnaître les souffrances subies dans la gueule du loup a pesé lourd dans le travail de la mémoire des individus et la satisfaction enfin obtenue en 2008 (cf. p. 361) ne saura plus y remédier. Il suscite chez la plupart de profonds sentiments d’humiliation et d’injustice, même parmi ceux qui ne considéraient pas que tout dépendait de la seule appellation de « déporté », i.e. la querelle du titre auquel s’était réduit le combat depuis les années 1970. Certains se seraient accommodés de ne pas l’obtenir, comme le témoin suivant, mais quelle amertume ressort quand il souligne que ce n’était pas forcément « mérité » si l’on se trouvait en camp de concentration :

Edmond T. : Sur le calendrier, c’est marqué dessus « déporté du travail », mais ils veulent pas le reconnaître, il faut qu’on enlève ce « déporté ». On est des travailleurs, mais pas déportés. Pourtant… on a bien été envoyés en Allemagne, au même titre qu’eux. Maintenant, si on n’a pas été dans les camps d’extermination, eh !, c’est pas notre faute. Vous savez… je vais vous le dire, vous avez beaucoup de gars qui sont partis là-bas qui ne savent même pas pourquoi.
H. B.-S. : Hm.
Edmond T. : Oh, oui. (ironique) C’étaient des communistes, c’étaient des collabos, c’étaient des maquisards, ouais ! Il y en avait qui piquaient chez les, dans les trucs, chez les Allemands, là, dans les dépôts, des trucs comme ça, alors…

9Parfois au fil de l’entretien, apparaît une certaine ambivalence entre la revendication d’une reconnaissance injustement refusée pour la catégorie des requis et une certaine compréhension devant le fait que les survivants des camps de concentration tiennent à défendre l’exclusivité de titre de « déportés » pour souligner l’importance bien plus grande de leurs souffrances :

  • 1 Allusion au livre de Schminck-Gustavus (1983) que j’avais amené en cadeau.

H. B.-S. : Et donc cette querelle, j’ai pris connaissance de cette querelle. Qu’est-ce que vous pensez de ça ? Qui oppose donc à l’heure actuelle, les déportés raciaux et politiques aux requis du travail que vous étiez ?
André P. : Ben… euh… La France envers nous a commis une grave faute. Par exemple, nous avons fait la guerre d’Algérie. En guerre d’Algérie, il y a eu trente mille tués… Nous, on était soixante mille à ne pas rentrer. Alors, il y a partout des rues aux anciens d’Algérie, aux anciens de ceci, aux anciens d’Indochine. Aucun pays n’a une rue « Anciens déportés du travail »…
H. B.-S. : Et pensez-vous que… pouvez-vous comprendre que les déportés politiques et raciaux vous…
André P. : On ne peut pas se comparer.
H. B.-S. : Oui.
André P. : On ne peut pas se comparer.
H. B.-S. : Ils vous attaquent sur le titre.
André P. : Oui. Ce sont eux qui nous ont attaqués sur le titre. On a pas le droit au titre de « déportés ». Nous sommes « victimes rescapés des camps de travail forcé en territoire ennemi ou nazi ».
H. B.-S. : Et quelle est votre opinion personnelle là-dessus, sur cette histoire ?
André P. : Ben… Ils n’ont pas tort. Ils ont tellement souffert qu’ils n’ont pas tort. Alors que nous, on a souffert… pas de la même façon. On a souffert de l’éloignement, on a souffert de ne pas manger assez, on a souffert…
H. B.-S. : Des bombardements ?
André P. : Ah oui, des bombardements, je l’excluais, parce que… on en a pris, hein ? On a vu Bremen Kaputt, hein !1
H. B.-S. : Enfin, ça sort un peu de notre question sur les catégories. Donc vous estimez que les déportés ont été sans commune mesure avec vous ?
André P. : Sans commune mesure, nous étions heureux auprès d’eux.
H. B.-S. : Donc, c’est en quelque sorte… vous leur donnez raison de vouloir avoir l’exclusivité du titre…
André P. : Oh… ! C’est pas chic. C’est pas chic. On était… Il y a le mot « travail », on était « déportés du travail » et eux étaient « déportés politiques ». À partir du moment où vous mettez « travail », « travail » et « politiques »… on voit bien que c’est pas du tout pareil.
H. B.-S. : Et maintenant, le journal même a changé de titre, j’ai vu…
André P. : Oui, je vous l’apporte.
H. B.-S. : Oui, je connais, je l’ai vu à Paris.
André P. : « Le Proscrit ».
H. B.-S. : Et vous êtes d’accord avec ça ?
André P. : Non j’aurais mis « Le Pleurnichard ».
H. B.-S. : Ah bon. Parce que « proscrit », ça veut dire quoi pour vous ? Vous vous considérez pas comme un proscrit ?
André P. : Proscrit, c’est exécré, c’est… un proscrit, c’est celui qu’on ne peut pas supporter, euh. Moi j’aurais pas mis ça, moi. Depuis le temps, depuis cinquante ans qu’on réclame, qu’on réclame, qu’on réclame… pour avoir une petite pension, pour avoir une petite somme… moi, j’en ai pas besoin, y en a d’autres qui en ont besoin, un billet de mille francs c’est toujours bon à prendre. Mais depuis qu’ils se plaignent sur ce journal, moi j’aurais pas mis « Le Proscrit », j’aurais mis « Le Pleurnichard ».
H. B.-S. : Mais c’est pas tellement pour les questions matérielles qu’ils se battent, si j’ai bien compris, c’est pour un point d’honneur aussi…
André P. : Pour un point d’honneur, oui. Il eût fallu conserver le mot « déporté ».
H. B.-S. : Hm. Et vous n’êtes pas tout à fait d’accord avec la Fédération pour, pour insister tellement là-dessus vis-à-vis des autres ?

André P. : Non.

10C’est également par une critique de ce nouveau titre que le journal de la Fédération s’était donné après avoir été contrainte d’abandonner celui de « Le D. T. » que Georges T. entame l’entretien. Entièrement d’accord avec la démarche de la Fédération, il s’était même rendu à Paris pour assister à l’inauguration de la plaque commémorative à la gare de l’Est en 1993.

Georges T. : Actuellement, c’est ça, c’est ça. C’est-à-dire que… on en est devenus à… on est devenus, euh… des gens… pas indésirables, mais enfin… pas bien… hein ! Pas admirés, il faut dire. Alors voyez le journal, il est devenu maintenant « Le Proscrit »…
H. B.-S. : Oui, j’ai vu ça…
Georges T. : J’ai pas bien aimé moi, ça…
H. B.-S. : Qu’est-ce que vous auriez préféré ?
Georges T. : Mais non, parce que… un proscrit en Français, ben, c’est un proscrit… c’est quelqu’un qui est condamné, et qui est condamné à l’exil… pour des fautes qu’il a… valable ou pas, mais enfin euh, chez les Romains, les proscrits, c’était pas des gens… euh… qui avaient fait… qui étaient tout blancs, si on peut dire, alors…
H. B.-S. : Et qu’est-ce qu’on pouvait…
Georges T. : Oui voilà, se dire proscrit ça veut dire que… on était coupables et que… on vous met à gauche ou ailleurs, et comme on avait en France… il y avait en France… c’est ces choses-là qui existaient aussi pour des condamnés politiques ou autres, ben. Ils étaient hop… ! C’est pas tout à fait ça, hein ?

11À la fin de notre entretien, il souligne encore l’importance de défendre l’honneur des travailleurs requis, notamment contre ceux qui ne s’étaient pas couverts de gloire eux-mêmes :

Georges T. : J’avoue franchement je n’ai pas fait de rébellion non plus, que je n’ai pas fait la grosse tête, que j’ai été docile, que j’ai été, euh, oui, on me dira peut-être que j’ai été un mauvais Français, maintenant, possible, parce que j’aurais peut-être dû, parce que, vous savez, c’est ça, dans les journaux ici, on cite des cas, euh, j’en ai gardé deux ou trois, là, eh bien, euh, de gens qui après la guerre en disant : hein, qu’ils disaient, tout Français prisonnier qui ne s’est pas, qui n’a pas cherché à s’évader au moins trois fois et tout STO est un traître.
H. B.-S. : Hm. Oui.
Georges T. : Ah oui, on peut toujours dire ça maintenant, hein, mais celui qui dit ça, il n’a peut-être pas été ni évadé ni STO ni rien du tout lui, hein…
H. B.-S. : Hm.
Georges T. : Et c’est facile de juger, et les journ-… les jugements, vous avez vu les cours (sic) de cassation maintenant, disent qu’on n’a plus le droit d’avoir ce titre, hein, bon.
H. B.-S. : Oui…
Georges T. : Mais alors, c’est pour ça, qu’on s’appelle « Le Proscrit », moi je n’aime pas ce titre, enfin bref hein, mais moi, je dis : victime, pas héros, pas traître, mais victime. On était victimes d’un système, d’une politique de l’époque, on n’a rien fait pour ça, on n’a pas mérité ça, mais on n’a pas mérité le déshonneur non plus, faut pas, faut pas nous accuser de, de tout. Alors, on nous dit : mais vous avez travaillé pour les Allemands, c’est à cause de vous que la guerre a duré plus longtemps. Oui, oui et non, ceux qui ont été pris, qui étaient réfractaires qu’ont été pris, ils ont fait la même chose en supportant peut-être plus gravement encore, et ils ont, ils ont fait pareil.
H. B.-S. : Et c’est pas qu’en Allemagne que les gens ont travaillé pour l’Allemagne…
Georges T. : Bien sûr, bien sûr, mais en France, en France, alors, tout commerçant, tout commerçant qui a vendu une veste ou une chemise à un Allemand…

12Puis, un glissement inattendu le porte à trouver exagéré de vouloir revendiquer le titre de « déporté » pour les travailleurs requis :

Georges T. : Moi, je trouve que c’est un peu gros, hein, bien sincèrement, déporté du travail, oui. Moi je pense qu’on aurait dû garder le titre STO, service de travail obligatoire, c’est tout, mais déportés… un déporté, vous savez, c’est un mot, qu’est-ce que ça veut dire déporté, ça veut dire : pris de là, emmené là, c’est vrai, c’est un peu le cas. Bon, que ceux qui ont été… déportés politiques, ça c’est autre chose, vraiment, hein, que ceux qui ont été raflés si vous voulez, euh, oui, ceux qui ont subi des sévices, des mauvais traitements etc. bon, c’est encore une catégorie un peu à part, mais les autres c’est vrai, on est allé prendre le train. Ben… mais si on n’avait pas pris le train, parce que moi, quand je me suis fait recenser, là, hein, pour tout dire, on m’a demandé mes cartes d’alimentation, puis c’était terminé, il n’y avait plus de cartes d’alimentation, et comment on peut vivre sans cartes d’alimentation pendant la guerre, tout seul ? C’est difficile, hein ?
H. B.-S. : Hm, oui.
Georges T. : Alors, on nous l’a dit après, certains nous disaient, je me rappelle très bien quand je suis rentré après, dans le truc où j’étais : « Mais, vous n’aviez qu’à faire comme les autres, vous sauver à la campagne. » Sauver à la campagne, c’est un mot ça, mais euh, aller chez qui ? Où seraient allés 600.000 personnes, 600.000 personnes ou 500.000 personnes dans les campagnes, où… dans les familles, et à ce moment, vous pensez bien que les Allemands, euh, les Allemands, que les, que les Français, non, que les Français qui voulaient prendre du monde, on va bien trouver quelqu’un, si ça avait pas été celui-là, ça aurait été un autre, ça aurait été pareil, il y avait une espèce de blocage, de, il fallait bien, il fallait bien y être quoi, on pouvait pas.

13Et il s’en explique en évoquant les conflits entre les différentes catégories dans l’immédiat après-guerre :

H. B.-S. : Et l’opinion publique là-dedans, vous pensez que, au début,…
Georges T. : Au début c’étaient les Français qui reviennent, les prisonniers qui rentrent, les gars du STO qui rentrent…
H. B.-S. : Les rapatriés, quoi…
Georges T. : Les rapatriés, ils rentrent, bon, euh, alors, bien contents c’est les familles, vous savez, les familles accueillent forcément les leurs, hein, mais l’opinion publique, à ce moment-là, en 47, en 45 même, euh, c’était qui était au pouvoir c’était Auriol, à ce moment-là, je crois, non c’était… Auriol, c’est en 47, euh…
H. B.-S. : Le ministre, à l’époque s’appelait Frenay.
Georges T. : C’était Frenay oui, Henri Frenay, bon, eh ben ces gens là ne nous considéraient, euh, pas du tout comme des traîtres, c’est qu’après que ça s’est, ça s’est un petit peu gâté, parce que surtout à cause des, des, des autres déportés politiques qui voulaient pas que le, ce mot de déporté soit notre titre.
H. B.-S. : Mais l’accueil dans l’immédiat après-guerre, c’était la même chose pour toutes les catégories, c’est-à-dire, il y avait des prisonniers de guerre, il y avait vous, il y avait les déportés, politiques et raciaux, tout ça…
Georges T. : Oui, oui, tout ça, oui. Oui, ça ça… écoutez, il y avait une affiche qui a paru…
H. B.-S. : Je la connais.
Georges T. : Hein, vous l’avez vue, bon, mais ça c’était, c’était des mots ça, en fait, c’était des mots, parce que chacun, après, disait bon, les, les, les, à juste titre si vous voulez, les les les gens victimes, les soldats, les anciens prisonniers, avaient des titres. Ils ont eu droit à une retraite de, d’un truc d’anciens combattants, ils avaient ça, et tout, ils pensaient à ça, anciens combattants, nous on n’avait rien, tout ça, donc, tout de suite, à partir du moment où il y a une question de, de, d’argent en jeu ou de titre en jeu, ça, ça, ça se, ça se gâte.
H. B.-S. : Parce que je me demande bien à propos de cette affiche, elle est très bien, l’affiche, elle correspond peut-être à la façon dont le ministre aurait pu voir la chose.
Georges T. : Oui ! Oui !
H. B.-S. : Mais est-ce qu’elle n’a jamais correspondu à une réalité, je veux dire au niveau des sentiments des uns et des autres ?
Georges T. : Ben, écoutez, sincèrement, euh, les gens s’ignorent un peu, les anciens combattants. Parce que moi, je, je suis amicalement dans une association d’anciens combattants, où je n’ai pas de titre, mais pour aider à faire, un copain qui, qui fait la comptabilité, v’là l’affaire. Bon, c’est tout. Eh ben, euh, le STO, ils ne connaissent pas, en fait. Les vieux soldats, les vieux soldats, c’est-à-dire, ils ont deux ou trois ans de plus que moi ! puis qu’ils se sont comptés soldats, oh ben, le STO, c’étaient des gars, c’étaient des civils, c’étaient rien, c’est… hein, bon.
H. B.-S. : Hm.
Georges T. : Les déportés raciaux ou les juifs, qui étaient des déportés, ou des déportés politiques, eux, ils sont vraiment, ils se prennent pour, vraiment, mettons, pour des héros. Et certains sont des héros, c’est vrai. Donc le reste ne vaut rien non plus, les anciens prisonniers n’avaient qu’à s’évader, comme disait quelqu’un. Non que, tout Français qui s’est pas évadé, c’est… ça vaut rien ! Donc ça s’est vite, l’affiche c’est une formule, ça s’est vite… euh, ça a vite éclaté. Chacun voyant son truc. Bon, nous, il y a une fédération qui s’est créée, bon, on était, qu’est-ce qu’on avait, qu’est-ce qu’on avait comme, euh, qu’est-ce qu’on demandait ? On ne demandait rien, parce que on avait des drapeaux des fédérations d’anciens déportés du travail, etc., on ne demandait rien de plus, hein, mais aussitôt, on était attaqués. Mais nous on demandait rien en fait. […] Qu’on nous dise, ben, vous avez été déportés du travail, moi je trouve que c’est beaucoup demander. Hein, bien humblement. Qu’on nous dise vous avez été travailleurs forcés en Allemagne, bon, c’est tout. C’est tout, on ne demande pas de retraite, on ne demande pas d’avantages sociaux, de rien du tout. Alors que les anciens combattants, par exemple, qui ont plus que 75 ans, ils ont droit à une part supplémentaire pour les impôts sur le revenu, par exemple, hein ? Nous on a rien, on ne demande rien de plus. […]
Il y a quelque chose que, qu’on peut comprendre, et en même temps, euh, je le comprends, j’avoue que je le comprends, et en même temps c’est, je justifie pas, je ne trouve pas que c’est bien, je le comprends, je comprends que, les partis politiques, hein, ou le gars qui a été deux ans à Dachau, ou un an, qui n’est pas mort, parce que, il y en a tellement qui sont morts, hein, et qui a été parce qu’il a fait la résistance, il a fait des trucs comme ça, je comprends que ça le, ça l’irrite, qu’il est lui, déporté, et puis moi aussi : déporté, je comprends, parce qu’on est quand même pas au même niveau, faut être juste. Mais ça ne… enlève rien à lui ! C’est qui, nous on sait qu’il la le droit au respect, admiration, ça ne lui enlève rien que nous aussi, on soit considérés comme ça. Mais lui, ça l’irrite. Alors, je vous dis, je comprends, et en même temps, ça ne me fait pas plaisir. Alors moralité, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils font des actions de justice. Et des actions de justice… Ils nous ont condamnés.
H. B.-S. : Hm.
Georges T. : Moi, moi je, je, je, je n’ai pas de pudeur à le dire, je je je n’ai pas fait de résistance, je n’ai pas été un héros, je, j’ai été un pauv’type, qu’on dit, il faut y aller, tu y vas, sinon on va te prendre, on va te mettre en cabane, et tu y vas, c’est tout. Tout. Mais j’ai, j’ai pas trahi mon pays non plus. J’ai pas été un mauvais Français. Mais j’ai pas non plus été un résistant. Ce… faut, faut bien le reconnaître. Si parmi nous, il y a des résistants, ce sont des héros. C’est différent. Mais on a quand même pas droit au mépris non plus.
H. B.-S. : Oui.
Georges T. : On a pas droit du tout à être considérés comme des lâches. Ni des traîtres, ni des mauvais Français. C’est ça qu’il y a. Alors les déportés politiques auraient tendance à vouloir nous faire croire qu’on est que ça. Qu’on est que des lâches. Bon. J’ai pas, je n’ai pas souffert en Allemagne de la méchanceté d’un ou de plusieurs Allemands, c’était peut-être parce que je n’étais pas un héros, évidemment, si j’avais été de la résistance, ça aurait été différent, donc je ne peux pas avoir de sentiments mauvais.

14Si, lors de notre entretien, l’opinion de Georges T. évolue spontanément, de l’amertume devant la discrimination dont il se sent frappé vers une sympathie envers ceux qui avaient plus souffert, chez Edgard B. c’est l’interview lui-même qui produit pareille ambivalence. Membre fondateur de la Fédération, plusieurs photos le montrent en porte-drapeau lors d’occasions officielles. Il débute son témoignage en réfutant le reproche selon lequel les requis du travail seraient montés dans les trains plus ou moins volontairement, reproche que leur feraient les déportés des camps de concentration qu’il appelle « les déportés » ou « les vrais déportés ». Puis, tout en voulant continuer sur cette lancée et en évoquant les situations concrètes dans lesquelles les uns et les autres étaient montés dans les trains, la très grande différence entre les requis et les déportés concentrationnaires finit par s’imposer, malgré lui, à sa façon de voir les choses et à le faire virer de bord. Il lui semble alors avoir toujours été de cet avis, à la différence de la Fédération, mais s’en être caché. Or, devant l’Histoire comme institution représentée par le microphone qui enregistre son témoignage, il se résout à admettre que lui et ses camarades avaient bel et bien été contraints au travail en Allemagne, mais non « déportés » :

Edgard B. : Moi, j’ai mon insigne… de la Fédération nationale des déportés du travail, avec les barbelés, qu’on en a. Mais, en principe, on devrait plus le porter.
H. B.-S. : Hm. Et donc ceux qui vous cherchent la querelle, ça c’est les…
Edgard B. : C’est les déportés.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : C’est uniquement les déportés, pas les prisonniers, les déportés.
H. B.-S. : Les prisonniers de guerre vous ont soutenus…
Edgard B. : Les prisonniers de guerre, ici, nous soutiennent, nous soutenaient, eh… Parce que, eux, ils étaient dans le même camp, au fond, ils ont été pris comment ? Ils ont été pris par troupeaux… Ça a été les déportés, les vrais déportés, du travail, les déportés politiques, les déportés, des vrais déportés, c’est eux qui nous ont toujours empêchés de porter ce… qui nous ont toujours fait des procès de ce plan-là.
H. B.-S. : Et vous imaginez pour quelle raison ?
Edgard B. : Parce que c’est le mot ‘déporté’.
H. B.-S. : Parce que la France est la seule dans ce cas, hein ?
Edgard B. : Peut-être, pour moi, parce qu’ils estimaient que nous, on était, qu’on était montés volontairement dans les trains.
H. B.-S. : Ils vous ont dit ça ?
Edgard B. : Ah, ils nous l’ont dit, oui.
H. B.-S. : Oui.
Edgard B. : Ils nous l’ont dit que nous, euh, on vous mettait pas dans les wagons comme ça. Vous y allez, vous montez dans les wagons et vous partez. Donc vous y êtes, vous êtes partis de vous-mêmes, avec un papier, mais vous êtes partis de vous-mêmes. Donc, vous n’avez pas été déportés. Ah, mais oui, mais…
H. B.-S. : Donc, ils tiennent vraiment à marquer qu’il y avait une grande différence… Edgard B. : Ah… euh… ils ont été à marquer qu’il y avait une très grosse différence entre le déporté politique et les dé-… et les STO.
H. B.-S. : Alors que vous pensez que la différence n’est pas si grande…
Edgard B. : […]
H. B.-S. : Si ?
Edgard B. : Elle est un peu. Parce que, dans le fond… Moi, c’est des vaches à bavoir qui m’ont conduit dans les trains. Mais les 600.000 autres, et… les 500.000 autres, ils sont montés dans les trains, on les a pas forcés, on les a pas fait monter comme les déportés…
H. B.-S. : Voilà…
Edgard B. : Comme dans les camps de concentration, on ne les a pas fait monter par les chiens et à coup de crosse dans le dos !…. C’est pas vrai, faut être logique. Faut être logique avec soi-même. Moi, je suis logique avec moi-même. Et si on me, me retire le mot de ‘déporté’, moi j’estime que… euh […] ils n’ont pas tout à fait tort !…. 50 ans après, ils n’ont pas tout à fait tort ! Eux, ils ont été pris, mis dans un train et dans un camp de concentration. Nous, les trois quarts, les quatre cinquièmes, les neuf dixièmes, sont montés eux-mêmes dans des trains !
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : On a été, on faisait partie du système du STO, du Service du Travail Obligatoire. Je ne sais pas ce qu’en peuvent vous dire les autres…
H. B.-S. : Si, si, c’est à peu près ça, oui. Enfin, la différence était quand même, euh, de taille, entre les déportés des camps de concentration, et les déportés du travail.
Edgard B. : Pour moi, elle a toujours été de taille.
H. B.-S. : Hm. Mais pas pour tous ceux qui…
Edgard B. : Comment ? Pas pour notre fédération !
H. B.-S. : Je cherche à comprendre, non pas à juger, mais à comprendre.
Edgard B. : Oui. Pas pour notre fédération. Pour notre fédération, on a été « déporté dans des camps nazis ». On était dans des camps nazis, c’est un fait, on a été dans des camps, puisque moi-même, on n’avait plus le droit de sortir dans des camps.
H. B.-S. : Sinon, sur d’autres revendications, est-ce que votre fédération vous a obtenu quelque chose, dans son combat, ou non ?
Edgard B. : En tant que combat, elle a obtenu simplement que le journal s’appelle plus « D.T. », qu’ils ont eu une grosse amende, et qu’ils veulent toujours s’appeler « Déportés du travail ».
H. B.-S. : Enfin, là, ils l’ont pas obtenu, au contraire, c’est même…
Edgard B. : Ils n’obtiendront jamais rien, Madame. Au bout de 50 ans, on n’obtiendra jamais quoi que ce soit.
H. B.-S. : Mais vous en faites partie, vous, vous êtes même…
Edgard B. : Oui, j’en fais partie, moi, je suis là. Je ferme ma bouche quand il faut la fermer. Mais je leur dis pas tout. Les fanatiques, en leur disant : c’est pas vrai, on n’a pas été déportés… je le dis pas.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Mais moi, au fond de moi-même, je vous dis, du moment où vous m’interrogez, et que ça passe par cassette, je vous le dis en toute sincérité, c’est pas vrai. […]
H. B.-S. : Hm. Les conditions d’existence étaient dures pour vous, mais terribles pour les autres.
Edgard B. : Étaient dures pour nous, mais étaient loin de valoir, loin de, on était, comment, des, des, pff, des princes à côté de ceux qui étaient dans des camps de concentration !
H. B.-S. : Hm. Oui.
Edgard B. : Bon. On était, on était parqués comme des bêtes, on travaillait, ben, parce qu’il fallait travailler, on mangeait, parce que le peu qu’on pouvait manger, on le mangeait, mais c’était tout.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Mais je vous répète et je vous le redis, qu’il y a aucune différence, et que ma sœur est, en est témoin, que je n’ai jamais dit qu’on était… déportés là-bas. On a (sic) partis en Allemagne, parce qu’on nous emmenait, par mon bureau, par le, euh, par notre directeur, mais jamais on nous a montés à coups de crosse dans le train, donc on ne peut pas se valoir du titre de déporté ! ! Et je vous le répète ! Nous sommes des, des travailleurs en Allemagne qu’ont subi les camps nazis, mais on n’a jamais été déportés dans des camps !
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : C’est tout.

15Ces extraits montrent bien le travail de mémoire tel qu’il se fait au moment même du témoignage en fonction des vecteurs qui la façonnent. Dans le bilan de vie entamé par les témoins lors des interviews, le degré d’amertume qui colore le souvenir des années passées en Allemagne et cette stigmatisation qui a duré des décennies dépendent de la gravité objective de la situation vécue (incarcération en Allemagne, attaques personnelles dans l’après-guerre) ainsi que des compensations que la vie devait leur réserver par la suite sur les plans professionnel, social et personnel. Enfin, les chances d’échapper mentalement à la contrainte, que ce soit par rapport à la situation pénible vécue ou par rapport à sa mémoire, n’étaient pas les mêmes pour tous.

16Pour avoir au moins une idée approximative de la façon dont les témoins jugent de leur propre rôle pendant la Seconde Guerre mondiale par rapport à d’autres sorts possibles, je leur ai demandé qui, à leur avis, s’était le mieux tiré d’affaire et, s’ils avaient pu choisir, quel rôle ils auraient aimé jouer.

17Pour une partie des témoins, étaient chanceux ceux qui n’avaient pas dû participer à des combats ou été soumis à des bombardements ou la répression, i.e. fait l’expérience de la violence, qu’elle vienne des occupants, des Alliés ou même de la Résistance. D’autres envient ceux qui avaient pu continuer à vaquer à leur quotidien et s’occuper de leur avancement professionnel, ce qui leur avait conféré un net avantage à la fin de la guerre. Mais ce sont surtout les paysans et les commerçants qui sont évoqués comme gagnants, à cause des profits qu’ils avaient pu tirer de la pénurie alimentaire grâce au marché noir. Sur la même lancée, sont mentionnés les collaborationnistes, les opportunistes et ceux qui avaient habilement retourné leur veste :

Aimé S. : Le marché noir ! (rire) Et ce sera.
H. B.-S. : Oui. Qui ont fait leur beurre là-dessus, sur la misère des autres.
Aimé S. : Voilà. Parce, vous savez, il y arrive des dégourdis partout… Il y a eu les collaborateurs, il y a eu. Il y a eu le, le vrai collaborateur qui y a cru…
H. B.-S. : Hm.
Aimé S. : Lui, le pauvre con, il a été…
H. B.-S. : Oui.
Aimé S. :… décapité.
H. B.-S. : Il a reconnu jusqu’à la fin et puis…
Aimé S. : Oui. Et puis l’autre, qui a été collaborateur au départ, et puis qui, à l’arrivée, à tourné comme ça et a tiré les marrons du feu.
H. B.-S. : Oui.
Aimé S. : Voilà. Ça ira. Il y en a beaucoup. (rire)

18Malgré une grande admiration pour le général de Gaulle, la Résistance est rarement évoquée dans ce contexte et ce n’est pas elle que beaucoup auraient choisie, s’ils avaient été libres de se donner un rôle :

Pierre G. Qui s’en est tiré le mieux ?…. Ben moi, j’ai eu beaucoup de confiance en de Gaulle, hein.
H. B.-S. : Oui…
Pierre G. : Moi, j’ai eu beaucoup de confiance en lui, parce que d’abord c’était… c’était un patriote, hein, c’était quelqu’un qui aimait bien son pays, hein, et qui voulait… qu’il soit considéré, qu’il soit… hein, qu’il ne soit plus à la remorque de, euh, n’importe qui. […]
H. B.-S. : Oui. Vous n’auriez pas préféré, vous parliez de de Gaulle, par exemple, d’être résistant dans un mouvement comme ça en France, par exemple ? Vous avez le choix de tous les rôles.
Mme G. : Mais vous savez, son frère était résistant, il est mort, hein.
Pierre G. : Ouais. Et puis l’autre, Arsène, il n’a même pas la Croix de combattant, hein, celui qui était à Gelsenkirchen, là. Il n’a même pas la Croix de combattant, et pourtant c’est un des rares euh, qui a fait vraiment de la résistance, qui a été pourchassé par la Gestapo pendant des années. Après la mort de ma mère, hein. C’est la crainte très réaliste du risque que comportait le fait d’être résistant qui amène les témoins à écarter cette option – et ceci parle en leur faveur, car ils n’essaient pas de se vanter après coup d’un courage qu’ils ne pouvaient être sûrs d’avoir eu – mais une certaine critique accompagne ce choix chez certains :
Paul M. : C’était une drôle de résistance des fois, il y avait des méritants mais aussi qui ne l’étaient pas.

19Lucien L. aurait peut-être résisté, « mais pas comme ça s’est passé. Il y a des résistants de dernière heure qui se sont mis en avant. » Assez étonnamment, deux témoins auraient opté pour le rôle qui avait été le leur. « Je ne regrette rien de ma vie », dit André D. en soulignant que le sort des Russes, Polonais et concentrationnaires ait été bien pire que le sien. Et même Martin B. approuve après coup son sort : « Je me battais contre le nazisme là-bas aussi. »

20Le seul personnage concret qui émerge dans les réponses à propos du rôle envié, c’est de Gaulle :

Georges T. : Dans mon film, évidemment, on a envie de dire, j’aurais pu être un héros, ça m’aurait plu d’être un héros.
H. B.-S. : Oui. Donc par exemple un des Français qui étaient avec de Gaulle, qui venaient à Paris libérer…
Georges T. : Ah oui, ça, ça m’aurait plu. Ça m’aurait plu ça. Parce que moi j’ai toujours été, ma femme n’est pas là, heureusement, admirateur de de Gaulle. Bon j’étais pas, j’étais pas, j’étais pas gaulliste, puisque j’ai été, ça n’existait pas. Le gaullisme avant de Gaulle n’existait pas. Mais quand je vois de Gaulle, ce qu’il a fait, j’sais pas comment il est considéré en Allemagne, mais pour moi, c’est un homme supérieur, hein, un héros, bon. […] À côté de ceux qui nous gouvernent maintenant, ça, ça me, bon il a peut-être pas fait que des choses bien, il a peut-être été un orgueilleux, hyper-orgueilleux, et cétéra, mais pour moi, il a été l’homme seul qui s’en va là-bas.

21Par rapport à lui, son propre sort apparaît bien insignifiant :

Georges T. : Alors, évidemment nous, on était pas spécialement heureux, mais comme on avait pas été soldats, nous, j’ai pas été soldat, bon, ben, à 21 ans j’ai pas été soldat, et je suis requis pour aller travailler… c’est à ce moment-là, requis, ça s’appelait requis, travail obligatoire, STO, hein… Bon ben, on était requis pour ça, on aurait été requis pour déblayer les ruines, on avait été aussi, hein… je ne sais pas, ça ne paraissait pas plus… pas plus dramatique, si vous voulez…

22Paul H. se voit plus comme objet que comme sujet de l’histoire qu’il a vécue : « C’était un cataclysme et nous sommes passés à travers. » Et Paul M. l’apparente même à une maladie : Je porte ça comme une maladie. J’ai été cinq ans malade, ce n’était pas de ma faute. Je ne demande rien à personne. J’en suis guéri, j’ai eu de la chance, c’est tout. Je ne porte pas ça comme un titre de gloire non plus.

Pratique de la mémoire et impact sur les attitudes

23Exclus de la mémoire collective nationale, les souvenirs des années passées dans la gueule du loup ont été parfois évoqués au sein de la famille. Si les enfants ne voulaient pas manger leur soupe, on leur parlait des rutabagas des camps, me dit un témoin. Mais en général on n’en parlait pas souvent : « On évite d’en parler parce que, à force d’en parler, ça devient une rengaine », trouve Henri L. Et plusieurs témoins me disent à la fin de l’interview que j’étais la première personne à s’intéresser de près à ces « vieilles histoires » dont même les plus proches parents parfois ignoraient tout. Si certains, comme Paul T. et Marcel B., avaient déjà contribué à l’enquête de J.-P. Vittori ou avaient écrit le récit de leur expérience, d’autres comme Georges T. ne trouvent plus même d’intérêt à relire leurs journaux. Devant le désintérêt de l’opinion publique pour ce passé, pratiquement tous considèrent qu’il ne regarde que le cercle restreint de la famille et les anciens qui ont partagé l’expérience et sont le mieux placés pour la comprendre. Se souvenir ensemble prend ainsi très largement le pas sur le témoignage vis-à-vis des générations futures, cher aux autres protagonistes de la Seconde Guerre mondiale.

24Ainsi, les souvenirs écrits s’adressent en premier lieu à ce cercle privé et non à un public plus large. D’ailleurs, la plupart de ces textes ont vu le jour à l’âge de la retraite des intéressés et font partie de leur bilan de vie. (cf. annexe, récits autobiographiques et littéraires).

  • 2 Par exemple : Mercedes-Benz : cf. Hopmann et al. (1994), p. 472-3, Kräutler (2006).
  • 3 Visites de groupes organisées en 1995 et 2005, plusieurs visites individuelles, cf. Bories-Sawala ( (...)

25Le retour sur les lieux est une autre forme importante du travail de mémoire. Certes la FNDT organisait régulièrement des pèlerinages sur les hauts lieux de commémoration. Mais peu de témoins avaient ainsi l’occasion de revenir sur leurs lieux de souvenir personnels, jusqu’à ce que, à partir des années 1990, avec le regain d’intérêt en Allemagne sur le travail forcé des étrangers pendant la guerre, plusieurs entreprises et associations ont commencé à inviter des groupes d’anciens.2 J’ai été moi-même, avec l’association « Walerjan Wrobel », à l’initiative de plusieurs de ces rencontres à Brême.3

  • 4 Bories-Sawala (1993).

26La réalisation des interviews avec les témoins a coïncidé avec la réunification allemande qui venait juste d’être accomplie et le référendum sur le traité de Maastricht. Cela a permis de faire ressortir l’impact du souvenir sur les attitudes politiques du moment, notamment par rapport à l’Allemagne et son rôle dans la construction européenne.4

27Parmi la moitié des témoins qui affirment que leur vécu pendant la guerre a un impact sur leurs opinions actuelles, il y a aussi bien des partisans que des opposants à l’unification allemande et européenne. Une dialectique remarquable relie ces deux sujets : la crainte de voir une Allemagne trop forte comme résultat de sa réunification s’accompagne toujours d’une réticence face au traité de Maastricht et cette attitude est pratiquement toujours motivée par l’expérience de la guerre. Ceux qui sont en faveur de l’Allemagne réunifiée sont presque toujours en faveur de Maastricht aussi. Mais contrairement à mon attente, aucun témoignage n’exprimait l’idée de vouloir utiliser une intégration européenne plus poussée pour mieux contrôler et limiter les nouveaux pouvoirs du voisin allemand. Voici un témoignage qui montre bien la liaison étroite entre Maastricht et l’Allemagne réunifiée dans la perception du témoin :

4.25 – Anciens requis du travail en visite chez Daimler-Benz et la DASA dans le cadre du projet « Retrouvailles », Brême mai 1995, accompagnés par les historiens Patrice Arnaud, François Cochet et Helga Bories-Sawala.

4.25 – Anciens requis du travail en visite chez Daimler-Benz et la DASA dans le cadre du projet « Retrouvailles », Brême mai 1995, accompagnés par les historiens Patrice Arnaud, François Cochet et Helga Bories-Sawala.

Collection Bories-Sawala.

H. B.-S. : On avait demandé l’opinion des Français sur Maastricht, il y avait un référendum. Est-ce que, en quelque sorte, votre expérience de la guerre a joué, dans un sens ou dans un autre, pour votre décision ?
André P. : Oui.
H. B.-S. : Oui ? À savoir ?
André P. : Je suis contre la grande Allemagne.
H. B.-S. : Oui. Mais Maastricht, c’était pas sur l’Allemagne, c’était sur l’Europe !
André P. : Ça revient au même. Si l’Allemagne fait la conquête de l’Europe, nous Français, qu’est-ce qu’on devient ? Je suis franc, hein ?
H. B.-S. : Oui, oui, tout à fait, vous avez raison.
André P. : Je vous l’ai dit, hein ?
H. B.-S. : D’accord. Et puisque vous avez…
André P. : Je ne veux pas, je ne veux pas d’une Europe allemande, ni d’une Europe russe, hein, non plus ! Chacun dans son pays et on est copain copain, hein ? Et puis… Copains, quoi.
H. B.-S. : Et Maastricht, ça voulait dire ça pour vous ? Que l’Europe allait marcher au… selon… le rythme allemand ?
André P. : Oui. Oui.

28Le refus de l’unification européenne dans les formes proposées par le traité de Maastricht et la crainte d’un excès de pouvoir allemand vont de pair pour Edgard B. également :

  • 5 Sic, au lieu de : sortis.

H. B.-S. : Et donc au moment récent-là, quand la grande Allemagne s’est reconstituée […] est-ce que ça vous arrive d’évoquer des souvenirs de la guerre, quand même ?
Edgard B. : Ça m’arrive d’évoquer des souvenirs de la guerre et j’ai dit qu’ils n’auraient jamais dû le faire. J’en ai parlé là, parce que l’Allemagne réunifiée, à un moment donné, ça me faisait peur.
H. B.-S. : Oui, j’imagine…
Edgard B. : Excusez-moi, euh, mais je vous l’avoue : la seule chose qu’avaient bien fait les Russes, c’est la seule chose qu’ils ont bien fait, c’est d’avoir coupé l’Allemagne en deux. Réunifiée, euh, ça me fait peur, parce que je pense que dans l’avenir on aura des problèmes. D’ailleurs vous commencez déjà à en avoir, avec les néonazis. […] Mais maintenant, euh, peut-être que, euh, s’il y a un gouvernement qui est assez fort, et qui maintient tout à bout de bras, comme il faut, peut-être vous arrivez quand même à vous… euh… oui, vous vous en êtes toujours servis5, comme je vous ai dit à table, l’Allemagne a été battue, a été vaincue, a été écrasée, les Japonais ont été vaincus, ont été écrasés, et c’est ces deux pays-là qui mènent le monde.
H. B.-S. : Pour parler de quelque chose encore plus récent, quand on vous a demandé, en France, […] de vous prononcer sur Maastricht, est-ce que, à ce moment-là aussi, votre expérience de guerre a joué dans votre décision ou non ?
Edgard B. : Ah oui, j’aurais répondu non.
H. B.-S. : Parce que vous craignez que…
Edgard B. : […] Toujours la même chose, toujours, ce sacré bon vieux souvenir qui resurgit du fond de moi-même en me disant pour pas que… Je vous trouve trop forts ! Excusez-moi. Vous êtes tellement forts ! […]
H. B.-S. : Et donc c’est ça qui vous fait peur, cet état d’esprit un peu trop…
Edgard B. : revanchard.

29Pour Aimé S., victime des Allemands en troisième génération, c’est l’histoire de sa famille qui le rend prêt à ce qu’il appelle « fraterniser » avec les Européens mais non avec l’Allemagne :

H. B.-S. : Mais quand, par exemple, quand cette grande Allemagne s’est refaite, ça vous a fait repenser à la guerre ?
Aimé S. : Ohff…
H. B.-S. : On retrouve la même là, Berlin capitale…
Aimé S. : Voilà ! Et est-ce que… est-ce que, l’affaire reprendra ? Qu’est-ce que ça fera ?
H. B.-S. : Moi, je crois pas, mais…
Aimé S. : Moi non plus, mais enfin…
H. B.-S. : Et vous, est-ce que ça vous a fait penser…
Aimé S. : Oui. Oui… Ça m’a fait une peur ! J’espère que ça n’arrivera pas.
H. B.-S. : Non, moi non plus, et puis je ne pense pas que l’histoire se répète de cette façon.
Aimé S. : J’espère, j’espère que les peuples fraterniseront d’avantage, et au contraire, même s’il peut y avoir… si ça continue, les échanges de jeunes, tout ça, l’armée, et les armées et tout, peut-être qu’on arrivera… et avec l’Europe. Maintenant, avec l’Europe, on voit bien ce qui se passe à l’Est, alors, on ne sait pas trop sur quel pied danser, vous savez !
H. B.-S. : Oui. Sur Maastricht, il y avait un référendum en France, nous on ne l’avait pas, on ne nous a jamais demandé notre avis. Mais votre avis là-dessus…
Aimé S. : J’ai dit non.
H. B.-S. : Oui. Et pourtant vous êtes pour l’Europe ?
Aimé S. : Je suis pour l’Europe, mais j’ai dit non à ça.
H. B.-S. : Mais l’histoire de la guerre n’a pas joué dans votre décision ou si ?
Aimé S. : Euh, l’histoire, si, elle a joué, parce que moi, là-dessus, pour fraterniser avec le peuple qui m’a, qui m’a pris cinq ans de captivité, je peux pas le faire.
H. B.-S. : Oui, je comprends.
Aimé S. : Et qu’il y a, je vous l’ai dit, il y a trois générations, mon père et mon grand-père et alors ça…
H. B.-S. : Je comprends.
Aimé S. : Bon, mais que mon petit-fils, bon, lui ne le sait pas, bon il voit, si, il le sait par moi, mais à part ça, mais moi qui l’ai vécu, c’est dur… c’est dur.

30D’autres sont résolument pro-européens à cause justement de leurs expériences de guerre. Martin B. est également favorable à la fin de la division allemande, qu’il met, en un rapprochement étonnant, en parallèle avec la division de la France en deux zones pendant la guerre :

H. B.-S. : Quand très récemment la grande Allemagne s’est refaite, est-ce que ça vous a fait penser à l’époque de la guerre ?
Martin B. : Euh, oui et non. J’étais content que ça se réforme. Parce que je trouve inadmissible qu’il y ait le même peuple qui soit coupé, parce que, euh, différemment, nous avons vécu la même chose lorsque Hitler a envahi la France, qu’il a coupé la France en deux. Il y a eu la partie, la zone occupée et la zone libre, ça a été pareil, nous étions… les mêmes gens, mais on ne pouvait pas se parler, on ne pouvait circuler, aller se voir, sans demander l’autorisation, des Ausweis et tout ça… euh non. Et vous voyez, quand ça s’est réunifié, euh, je le disais tout le temps, je ne le verrai peut-être pas, mais vous verrez qu’un jour, le mur il tombera, il tombera tout seul. Hein, et vous voyez, c’est arrivé plus vite que je ne le pensais, mais j’étais heureux, j’étais heureux pour les uns, j’étais heureux pour les autres, surtout. Parce que les autres étaient encore plus malheureux que… que n’importe lesquels, parce que, eux, ils ont vécu quarante ans, là, derrière le mur, et… quand… le peu de choses que nous avons vu en Allemagne de l’Est, nous avons vu de très belles choses, hé, faut pas dire… parce que vous voyez la propagande là, à la télévision, parce que on vous a dit une fois le mur tombé, qu’ils ont trouvé que des ruines, que des, des maisons…
H. B.-S. : Mais la grande Allemagne, ça pourrait faire peur aussi ?
Martin B. : Non ! Pas pour moi !
H. B.-S. : Non ?
Martin B. : Non ! Ah non, pas pour moi, non. Je vous le dis franchement. Non. Non. Pour certains peut-être, mais pour moi, non, euh, on s’entend très bien avec l’Allemagne de l’Ouest, je vois pas pourquoi on ne s’entendrait pas maintenant avec l’Allemagne de l’Est, qui… pour moi est une seule et unique Allemagne, c’est tout. Ah non, non, non, non, non, moi, j’en ai pas peur du tout, au contraire, je suis content, je suis content. Je suis content que l’Europe se fasse.
H. B.-S. : Oui, justement, on vous avait demandé en France, de vous exprimer sur Maastricht, il y a eu un référendum…
Martin B. : Oui, ah ben oui, mais euh, je comprends pas que, euh, il y en ait qui ont voté contre l’Europe, qui se disent Européens, puis qui votent contre, mais non, euh, on a une idée ou on ne l’a pas !
H. B.-S. : Et votre expérience de la guerre joue dans votre opinion ?
Martin B. : Oui, ah oui, ah oui, ça y a joué, énormément, ah oui, énormément. Moi, j’étais heureux quand on a dit, il faut se dire, est-ce qu’on est pour une Europe ou non, moi j’y… je suis de suite pour une Europe. L’Europe, nous, comme je vous ai dit, on l’a vécue déjà avant, d’une autre façon, on l’a vécue, on s’est entendu, pourquoi on ne s’entendrait pas maintenant ? Ah si, si, si, si, si, ah, ah, je vois ça d’un très bon œil, non, euh, je ne pense pas que… non, l’esprit revanchard, j’y pense pas, j’y pense plus à ça, je crois pas, je crois pas, je crois que… Je fais confiance à vous la jeunesse, je vous l’ai dit, euh, je le dis toujours, je fais confiance à la jeunesse allemande, je crois que dans ma première lettre, je vous l’ai dit, je fais une confiance et c’est vous qui avez les clefs entre les mains pour que tout marche bien maintenant, et, et… puis, le transmettre à vos enfants et petits-enfants, plus tard.

31Au-delà de la différence des attitudes, motivée certainement par les clivages politiques actuels autant que par les souvenirs du travail forcé et les conséquences qu’ils en ont tirées, tous les témoins s’accordent pour dire que l’impact principal de ces années passées dans la gueule du loup sur leur vie a été un processus de maturation forcée qui les a précipités avant l’heure dans une vie d’adultes. Cela comprenait des aspects positifs comme le développement de stratégies de survie, l’apprentissage de la vie en communauté, l’expérience de l’étranger et l’ouverture de l’horizon personnel, ce qui a amené quelques témoins à affirmer qu’en fin de compte ils ne regrettent pas d’avoir fait cette expérience. Par contre, il a fallu la payer par le sacrifice de la jeunesse qu’ils n’ont pas pu vivre. Dans de nombreuses interviews, on entend ce bilan : « Notre vie était gâchée, notre jeunesse était loupée, cela m’a brisé ma jeunesse, l’a foutue en l’air ».

Notes

1 Allusion au livre de Schminck-Gustavus (1983) que j’avais amené en cadeau.

2 Par exemple : Mercedes-Benz : cf. Hopmann et al. (1994), p. 472-3, Kräutler (2006).

3 Visites de groupes organisées en 1995 et 2005, plusieurs visites individuelles, cf. Bories-Sawala (1996b, 2007a, 2007b).

4 Bories-Sawala (1993).

5 Sic, au lieu de : sortis.

Table des illustrations

Titre 4.25 – Anciens requis du travail en visite chez Daimler-Benz et la DASA dans le cadre du projet « Retrouvailles », Brême mai 1995, accompagnés par les historiens Patrice Arnaud, François Cochet et Helga Bories-Sawala.
Crédits Collection Bories-Sawala.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540