Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

La querelle autour du titre de « déporté »

Texte intégral

1Pour mieux comprendre les enjeux mémoriels de la bataille autour du statut pour les anciens requis du travail, il faut brièvement revenir sur le processus politique et ses étapes depuis la fin de la guerre.

2À la suite de l’échec de la politique unificatrice du « pardon et de l’oubli » que le ministère Frenay avait envisagée (cf. p. 298), la question se posa de définir un statut à part pour les travailleurs civils. Il s’agissait d’abord de mettre à l’écart les volontaires, qui auraient dû en principe être l’objet de poursuites :

  • 1 Avis du Ministère de la justice du 7 juin 1945 (AN F/60/629).

Les travailleurs volontaires en Allemagne qui sont au nombre de 250 mille, pourraient théoriquement être tous poursuivis au titre du travail pour le compte de l’ennemi. Il convient donc de définir les hypothèses les plus graves et les plus caractérisées pour les soumettre seuls à des poursuites. Il semble que deux critères permettent de les définir : il faut qu’il s’agisse d’un départ vraiment volontaire et d’autre part que le travailleur ait donné à sa décision une signification politique, ceci afin d’écarter de la répression ceux qui ont seulement été poussés à partir en Allemagne pour des motifs économiques.1

3Mais quand il s’agissait d’« exclure du bénéfice de l’indemnité d’éloignement les travailleurs qui sont partis de leur plein gré pour l’Allemagne », le groupe des « non volontaires » était soumis à une définition bien plus restreinte et les intéressés furent contraints à une obligation de preuve :

  • 2 Art. 3 de la Loi du 22 mai 1946 tendant à exclure du bénéfice de l’indemnité d’éloignement les trav (...)

Sont présumés travailleurs partis de leur plein gré par l’application de la présente loi, d’une façon générale, toutes les personnes du sexe masculin qui sont allées travailler en Allemagne avant le 19 juin 1942, et, par la suite, celles qui ne pourront justifier avoir été appelées par le service du Travail obligatoire ou en raison de leur profession, de leur classe de mobilisation ou arrêtées au cours de rafles, à condition qu’ils justifient d’une situation régulière au point de vue de leurs occupations. Sont également présumés volontaires tous les travailleurs du sexe féminin, quelle que soit la date de leur départ. Les intéressés pourront échapper à cette présomption en faisant la preuve qu’ils ont quitté le territoire national par force, dans une intention autre que celle de coopérer à l’effort de guerre ennemi ou qu’ils ont effectué en territoire ennemi des actes de résistance.2

4.24 – Plaque commémorative à la gare de Bordeaux.

4.24 – Plaque commémorative à la gare de Bordeaux.

Collection Bories-Sawala.

Le débat sur un statut des années 1950

4Certes les Français civils envoyés en Allemagne qui prouvaient qu’ils étaient des travailleurs requis bénéficiaient, en octobre 1945 déjà, d’un statut équivalent aux « victimes de guerre », ce qui valut le titre de « Morts pour la France » aux défunts de ce groupe. Les rapatriés malades ou handicapés furent néanmoins contraints, jusqu’à la définition d’un statut, de prouver que leur handicap avait été occasionné par le travail forcé, avant de pouvoir prétendre à une aide de l’État.

5La FNDT qui avait donc tout intérêt à faire pression pour l’adoption rapide d’un tel statut fit une proposition en 1948 et, de sa propre initiative, émettait des formulaires à ses adhérents pour le demander (cf. annexe, document 4.17).

6Devant les réserves rencontrées au Sénat et pour éviter que la procédure des « navettes » retarde trop la promulgation d’un statut, dont le volet de protection sociale était devenu urgent pour les intéressés les plus touchés par les conséquences du travail forcé, la FNDT accepta de renoncer provisoirement à l’expression « déportés du travail ». Le 23 mai 1950 l’Assemblé nationale promulgua ainsi un statut pour les réfractaires, et le 14 mai 1951 un statut pour les anciens travailleurs civils requis. Sur cette base, des demandes de reconnaissance en tant que « personne contrainte au travail en pays ennemi » pouvaient être déposées (cf. annexe, document 4.18).

7Le problème de la protection sociale des intéressés était ainsi réglé, à part le change des Reichsmark ramenés d’Allemagne (conservés par les autorités dans un premier temps) et la redistribution des indemnisations forfaitaires payées par la République fédérale allemande, versées au compte-gouttes aux intéressés par la suite. Or, quand en 1973 le droit à une retraite anticipée fut reconnu aux prisonniers de guerre, les travailleurs civils furent oubliés. De toute façon, l’âge de la retraite fut rabaissé à 60 ans pour tous en 1981.

8Par la loi du 14 mai 1951, les travailleurs civils requis avaient été définis provisoirement comme « personnes contraintes au travail en pays ennemi, en territoire étranger occupé par l’ennemi ou en territoire français annexé par l’ennemi » et le débat parlementaire sur la désignation des travailleurs civils requis se poursuivit. Dans ce contexte, le « lobby » des associations des déportés des camps de concentration et notamment la FNDIR réussirent à convaincre plusieurs personnalités du monde intellectuel et résistant à signer la déclaration suivante :

  • 3 Texte signé entre autres par Fernand Braudel, Albert Camus, Vercors, Lucien Fèbvre, Ernest Labrouss (...)

Il est question de conférer le titre de « déporté » aux victimes du Service du Travail Obligatoire. Cette confusion est regrettable. Nul ne le nie : les centaines de milliers de Français arrachés à leur métier, à leur foyer, à leur Patrie, pour aller travailler au service de l’ennemi, ont été de malheureuses victimes de la guerre. Ils ont connu l’exil, la solitude morale, les bombardements, l’angoisse ; beaucoup sont morts. Mais ces transplantés ne sont pas des Déportés. Il ne s’agit pas d’une querelle de mots. La « Déportation » n’est pas entrée dans l’Histoire seulement comme un déplacement et un travail forcés : elle implique les tortures, les convois démentiels, les chambres à gaz et les fours crématoires ; la déhumanisation et l’extermination de millions d’êtres humains. […] Elle constitue le plus grand crime qui ait jamais été commis contre l’homme et dont il importe de prévenir le retour. Feindre d’en atténuer l’horreur en étendant à d’autres la triste auréole du nom de Déporté, c’est commettre à la fois un contresens historique, un déni de justice, et une offense à la mémoire de tous ceux qui furent astreints, eux aussi, au travail forcé, mais en attente de la mort obligatoire. Les proscrits, victimes du STO, ne gagnent pas grand-chose à exiger le titre de « déporté ». Mais par leur exigence, en créant une déplorable confusion, ils affaiblissent la compréhension, le retentissement, le gigantisme du crime. Par là, ils se font inconsciemment les complices de l’oubli. Ils font perdre beaucoup à la cause sacrée de la défense de l’Homme.3

  • 4 Ibid.

9Comme le remarque très justement Pieter Lagrou, « tout en refusant un possible amalgame entre travail forcé et camp de concentration, ces intellectuels Français, si prestigieux soient-ils, souscrivaient à un autre amalgame »4, celui entre camp de concentration d’une part, camp d’extermination et génocide de l’autre.

10Néanmoins, un accord était à deux doigts d’être signé fin 1957/début 1958, quand la commission médiatrice proposa le terme de « victimes de la Déportation du Travail ». Or, cette proposition de compromis, acceptée par la FNDT et acceptable par une majorité de parlementaires, ne fut jamais soumise au vote car les évènements d’Algérie provoquèrent la chute du gouvernement Guy Mollet le 21 mai 1958 et mirent fin à la Quatrième République.

La bataille juridique

  • 5 Par exemple : Assemblée Nationale no 670, Seconde session ordinaire de 1967-1968. Annexe au procès- (...)

11À partir des années 60 une série continue de propositions de loi5 visa à inscrire dans les textes cette formule de « Victimes de la Déportation du Travail », mais en vain car les gouvernements successifs refusèrent de mettre la question à l’ordre du jour. À la grande déception des anciens travailleurs civils, la victoire de la gauche en 1981 ne changea rien à la situation, bien qu’elle fît Président de la République François Mitterrand, ancien prisonnier de guerre et ministre des rapatriés, toujours bien disposé à l’égard des travailleurs civils. Beaucoup d’espoirs fondés sur lui furent alors amèrement déçus.

12Mais entre-temps, au milieu des années 70, les associations d’anciens détenus des camps de concentration avaient porté le conflit devant les tribunaux. Au début, l’évaluation juridique de la question donna des conclusions divergentes. La demande de cinq associations de déportés de camps de concentration, le 30 juillet 1974, auprès du Tribunal de Grande Instance de Paris fut rejetée le 01 janvier 1976. En appel, les plaignants eurent gain de cause le 13 février 1978. La Cour de cassation, instance juridique suprême, confirma ce jugement le 23 mai 1979, interdisant dorénavant à la FNDT d’utiliser les termes de « déporté » et « déportation » pour désigner les travailleurs civils requis. La Fédération modifia alors son nom qui devint « Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé (Ex-F. N. D. T.) ». Le tribunal, dans son exposé des motifs, avait d’ailleurs évalué l’échec des efforts parlementaires de la FNDT comme un rejet tacite de la part du parlement. Certes, un an plus tard, le vote de la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales de l’Assemblée nationale sur la désignation « victimes de la déportation du travail » était contraire à cette interprétation, mais le parlement avait déjà cédé le pas aux tribunaux pour trancher la question.

13Le deuxième argument décisif du jugement de 1979 fut d’ordre sémantique : le sens du mot « déportation » en français aurait désormais rétréci pour désigner exclusivement la déportation dans les camps de concentration nazis.

14Ainsi aurait été invalidé l’argument de la FNDT qui justifiait sa prétention au titre de « déporté du travail » en faisant valoir que la réquisition du travail avait été désignée comme « déportation » aussi bien par la Résistance, la BBC, l’opinion publique de l’époque que par le Tribunal de Nuremberg, et que les instances étatiques françaises de l’après-guerre utilisaient les mots « déporté », « travailleur » ou une combinaison des deux termes pour désigner les travailleurs civils requis. Au fond, cela revenait à dire que le terme aurait dû être reconnu dans les années 1950, avant que ne se produise le glissement sémantique en question, et qu’ainsi la FNDT faisait trois décennies plus tard les frais de son acceptation d’un titre provisoire lors de la promulgation de la loi en 1951.

  • 6 Delapierre (1973), p. 81-2.

15Mais l’argument n’était pas pertinent. Même le langage officiel a continué bien plus longtemps à désigner les travailleurs civils par le terme de « déportés ». Le 08 mai 1970, à l’occasion du 25e anniversaire de la Libération, André Delapierre reçut comme les autres présidents des associations de vétérans et de victimes de guerre, une médaille du souvenir des mains du Président du Conseil général de la Seine. La sienne portait l’inscription : « Déportés du travail ».6 En Belgique aussi l’association des travailleurs civils requis use sans contestation du terme de « déportés du travail ».

  • 7 Wieviorka (1992), p. 26.

16Au-delà de son emploi spécifique dans le contexte de la Deuxième Guerre mondiale où se situe le conflit entre les anciennes victimes, on constate que la langue française donne encore de nos jours à ce terme une signification qui dépasse largement le cadre historique précis : « Ce terme désigne le déplacement forcé hors des frontières et non la destinée après le déplacement ».7

  • 8 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 606.

17C’est dans ce sens que le Conseil général de la Seine-Saint-Denis l’emploie, dans une annonce pour des logements : « Vous voulez vraiment être déporté à 50 km de là où vous vivez maintenant pour trouver des loyers abordables ? »8

  • 9 Cf. les entrées : « déportation » ; « déporté, e » ; « déporter » dans : Grand Dictionnaire Larouss (...)

18Les émissons d’informations appliquent le terme de « déportation » à tous les pays et conflits possibles dans le monde, et les dictionnaires mentionnent généralement, à côté d’une signification traditionnelle d’« exil, bannissement » (sanction politique ou judiciaire), une signification particulière née durant la Deuxième Guerre mondiale : « internement dans un camp de concentration ».9

19Ainsi, tous les tribunaux ne suivirent pas le jugement de 1979. Les associations d’anciens ayant le statut de personnes juridiquement autonomes au niveau départemental, c’est à ce niveau que des procès se sont déroulés par la suite, dont quelques-uns déboutèrent les associations de survivants des camps de concentration de leur prétention à l’exclusivité du titre de « déporté », comme par exemple à Rennes, Agen, Toulouse et Limoges.

  • 10 Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 39.
  • 11 Cour de cassation. Assemblée plénière, Audience publique du 10 février 1992. arrêt no 336P.

20À l’encontre du jugement de Limoges qui considéra que l’ajout de la mention « du travail » suffisait à éviter la confusion entre les deux catégories qui furent, comme l’avait toujours souligné la FNDT, victimes du national-socialisme à des degrés très différents10, les associations de déportés des camps de concentration obtinrent le 10 février 1992 une sentence de la Cour de cassation11 ; celle-ci interdit définitivement à la fédération des travailleurs civils du département de la Haute-Vienne, et par conséquent aussi à toutes les autres fédérations départementales, l’utilisation des termes « déportation » et « déporté ». Désormais, la revue de la Fédération intitulée jusqu’alors « Le D. T. » devint « Le Proscrit », terme qu’avait employé la lettre de leurs adversaires en 1956. (cf. supra)

  • 12 Jugement du 29 septembre 1992 de la 17e Chambre du T. G. I. de Paris, in : Le Déporté, janvier 1993 (...)

21Mais cela ne s’arrêta pas là. Quelques mois plus tard, le 29 septembre 1992, l’UNADIF et la FNDIR eurent gain de cause au Tribunal de Grande Instance de Paris où ils avaient accusé de calomnie Roland Ferrier, rédacteur en chef du Proscrit, et Pierre Leleu, auteur d’un article. D’après elles, la phrase incriminée, « Les censeurs de maintenant sont peut-être les pourvoyeurs de l’époque », insinuait que les déportés des camps de concentration à l’époque auraient favorisé la réquisition forcée des travailleurs civils. Malgré les protestations vigoureuses des deux journalistes niant toute intention de déclarer des choses aussi absurdes, le tribunal prononça une peine d’amende de 10.000 FF et une rectification publique.12

22Des décennies de confrontation qui se sont ainsi achevées sur le plan juridique, sont loin d’être terminées pour les intéressés. En même temps l’intérêt du public pour cette querelle et son écho dans les médias avaient faibli au fil des ans.

L’impasse

  • 13 Lagrou (2003), p. 228.

23Peu à peu dans l’opinion publique les sympathies avaient évolué plutôt en faveur des revendications des déportés des camps de concentration, et pour une distinction claire et nette entre deux catégories dont les souffrances n’étaient pas comparables. François Mitterrand en tint compte en tant que « Président de tous les Français ». De même, le Parti socialiste cessa de soutenir les revendications des travailleurs civils lors des multiples projets de lois et laissa, comme les autres partis, chaque député libre de décider de sa position sur la question. Le Parti communiste fut le seul à maintenir son soutien inconditionnel aux anciens travailleurs civils requis dont la Fédération avait constamment élu entre autres des communistes à des fonctions de direction. Or, ce parti comptait également dans ses rangs nombre de résistants déportés ce qui ne manqua pas de créer des conflits. En 1967 déjà le fait que Marie-Claude Vaillant-Couturier, vice-présidente de la FNDIRP et députée communiste, soit parmi les signataires d’une proposition de loi datant du 1er décembre 1967 et attribuant aux requis du travail obligatoire le titre de « victimes de la déportation du travail » provoqua une fronde dans les rangs de la FNDIRP et obligea la Fédération à se distancier de son initiative et à exprimer une opinion prudemment hostile vis-à-vis des requis.13

24La querelle était donc une occasion toute trouvée pour la FNDIR d’affaiblir autant son organisation concurrente que le Parti communiste.

  • 14 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 598.

25En dehors de ces querelles partisanes, la solidarité des anciens prisonniers de guerre et de leur fédération à leurs anciens camarades civils n’a jamais été remise en cause. Une « confraternité honteuse et des convergences de leurs mémoires respectives »14, ressenties peut-être plus fortement encore dans les années d’après-guerre en France qu’au travers des expériences vécues en Allemagne, rapprochaient les anciens prisonniers des travailleurs, sans que pour autant ceux-ci se retrouvent dans les attaques par les associations d’anciens détenus des camps de concentration.

26Enfin, une distinction s’impose parmi les associations d’anciens détenus des camps de concentration. Certes la FNDIRP elle aussi, prétendait à l’exclusivité du titre depuis son congrès de 1966 :

  • 15 Résolution du congrès de 1966, cité d’après : Bourderon (1984), p. 141.

Le titre de déporté doit être réservé aux détenus des camps de concentration. Le congrès demande à nouveau aux travailleurs victimes du nazisme et contraints au travail forcé en Allemagne hitlérienne de le comprendre.15

27Mais elle ne participa pas aux actions juridiques des autres associations de déportés et continua à envoyer des représentants aux congrès des anciens travailleurs civils, du moins jusqu’en 1986. Il faut aussi noter que l’auteur du livre « Eux les STO », Jean-Pierre Vittori, qui brisa nombre de tabous sur le STO, exercait comme principal métier celui de rédacteur auprès de la FNDIRP. Ce furent essentiellement la FNDIR et l’UNADIF qui menaient cette querelle.

  • 16 L’Enfer nazi (s.d.).
  • 17 Henri Alleg, Les chemins de l’Espérance (t. 5).
  • 18 Fossier (1977).

28Cependant et malgré leurs affinités politiques, les relations n’ont jamais été cordiales entre la FNDIRP et la FNDT. Dans « L’enfer nazi »16, son histoire en cinq volumes de la France sous l’occupation allemande, la FNDIRP ne fait aucune mention de la réquisition forcée de travailleurs français dans le cadre des actions Sauckel et de la législation de Vichy. Les travailleurs du STO sont rapidement évoqués dans le seul tome 5, en même temps que les prisonniers de guerre.17 Même dans l’épais et très dense volume de Jean-Marie Fossier sur la répression allemande dans la zone interdite du Nord18, dont Marcel Paul, le président fondateur de la FNDIRP, a écrit la préface, on cherche en vain des informations sur les réquisitions forcées qui y furent pratiquées très tôt et avant la mise en place des lois françaises. Aux yeux de la FNDIRP, les victimes du national-socialisme étaient exclusivement les résistants, des otages soumis à la répression politique ou la population civile innocente traitée avec une violence barbare – les travailleurs du STO n’en font apparemment pas partie.

29Devant les dégâts causés par cette querelle, notamment l’accumulation des procédures juridiques et l’amertume chez les anciens des deux cotés, l’historien doit prendre le recul nécessaire pour analyser ces processus et leurs impacts sur la mémoire collective. Gratier cite et approuve avec raison le commentaire de Jean-Louis Forest sur le jugement de la Cour de cassation de 1979 :

  • 19 Le D. T., No. 233, juin 1980, cité d’après : Gratier de Saint-Louis (1990), p. 593.

Ah comme ils doivent sourire les collaborateurs qui nous livrèrent, vous et nous, à Hitler ! Ah, comme ils doivent sourire les gens bien en place, décorés, « respectés », qui, dans ces années noires de 1942-1943 mirent au point la Déportation du Travail et veillèrent à son exécution. Et puis, il est tellement plus aisé de s’en prendre aux victimes qu’aux bourreaux.19

30Il faut être deux pour une dispute ! S’il est vrai que l’intransigeance de la FNDT ne favorisa pas l’unité – mais la disposition au compromis qu’elle avait manifestée en 1951 n’avait-elle pas joué en sa défaveur en 1979 ? – force est de constater que la responsabilité de ne pas pouvoir achever la querelle sans réconciliation incombe à la FNDIR et l’UNADIF :

Ne pouvons-nous pas alors nous demander si les concentrationnaires de l’UNADIF et leurs amis n’ont pas manqué leur rendez-vous avec la mémoire en engageant les procès que nous savons.

  • 20 Ibid., p. 641.

31C’est ainsi que Gratier avait conclu sa thèse.20 Entre-temps la justice avait définitivement tranché en faveur des plaignants. L’historien François Cochet à son tour plaide en faveur de la reconnaissance du titre de « Déporté du travail » pour les travailleurs civils requis :

  • 21 Cochet, (1992a), p. 32-3.

Pourquoi, au vrai, dénier aux anciens requis le titre de « déporté du travail » qui leur avait été reconnu en 1945 ? Pourquoi un tel ostracisme, sinon parce que les anciens concentrationnaires veulent avoir le monopole du terme « déporté » et de la coloration tragique qu’il a pris quand on a connu la réalité quotidienne des camps de la mort ? Il suffirait d’employer exclusivement le titre de « concentrationnaire » pour désigner les uns et « déportés du travail » pour les autres.21

32Sans aller si loin et en évitant d’employer le terme en question, Yves Durand réclame lui-aussi la liberté de penser et de juger, au-delà des sentences des tribunaux :

  • 22 Durand (1975), p. 18.

L’historien est plus libre et – sans mettre en cause le bien-fondé des nécessaires distinctions juridiques – il a, me semble-t-il, le devoir de ne pas occulter les réalités d’une contrainte, à degrés variables, mais à laquelle n’a échappé qu’un petit nombre des Français transportés en Allemagne pour travailler pour le Reich. Il peut aussi montrer comment les débats auxquels les requis du travail sont, encore aujourd’hui, mêlés, trouvent leurs racines dans la complexité de ces temps difficiles, et surtout dans l’ambiguïté malsaine introduite, dans une affaire de victimes de l’Allemagne nazie, par la collaboration de Vichy avec celle-ci.22

  • 23 Article « STO » dans le Dictionnaire historique de la France sous l’occupation, dirigé par Michèle (...)
  • 24 Cf. Azema/Bedarida (1995). Des articles sont consacrés aux prisonniers de guerre (Yves Durand) et a (...)

33Si Jean-Pierre Harbulot évoque l’inquiétude des STO « de la place qui sera la leur dans la mémoire nationale »23, après avoir évoqué la querelle, d’autres ignorent la catégorie nombreuse des STO, comme Jean-Pierre Azéma et François Bédarida. dans le dictionnaire qu’ils ont édité sur l’époque.24

34Du côté de la politique, le geste du Secrétaire d’État aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Louis Mexandeau, qui a célébré le 50e anniversaire des lois du STO en dévoilant une plaque commémorative le 27 mars 1993 à la Gare de l’Est à Paris ne fut-il pas destiné à atténuer les échecs essuyés par les sentences des tribunaux en 1992 (cf. supra) ? La plaque, située dans un carré en bas à gauche, à côté de celles qui rappellent la déportation des prisonniers politiques en camp de concentration, le retour des prisonniers politiques et prisonniers de guerre et la déportation des Juifs, évoque enfin également la réquisition forcée des travailleurs :

Victimes du Nazisme et des lois d’exception du gouvernement de Vichy des 4 septembre 1942, 16 février 1943 et 1er février 1944 qui instaurèrent le Service du Travail Obligatoire, plusieurs centaines de milliers de jeunes français sont partis sous la contrainte et la menace pour le travail forcé sous la férule nazie. À la mémoire des dizaines de milliers qui ne sont pas revenus et de tous ceux qui n’ont pas survécu à cette tragédie. N’oublions jamais.

35Cette inscription était le résultat d’un compromis âprement négocié entre la FNRVCNTF et le ministère. Non seulement il évitait le terme « déportation » mais également toute donnée chiffrée. On peut retrouver semblable façon de parler, curieuse et a-historique, ainsi qu’un relent de mauvaise conscience, dans l’allocution du ministre, surtout lorsque d’emblée il constate :

  • 25 Éléments pour l’allocution de Monsieur Louis Mexandeau, secrétaire d’État aux Anciens Combattants e (...)

Nous en témoignons, ceux qui furent les victimes de ces lois d’exception instituant le Service du Travail Obligatoire ne sont ni des oubliés, ni des exclus de l’histoire. (Cf. annexe, document 4.22.)25

4.21 – Inauguration de la plaque commémorative à la gare de l’Est à Paris, le 27 février 1993 (Le Proscrit, mars 1993).

4.21 – Inauguration de la plaque commémorative à la gare de l’Est à Paris, le 27 février 1993 (Le Proscrit, mars 1993).

36Jean-Louis-Forest, le président de la Fédération, lui, ne se priva pas de mentionner aussi bien la collaboration d’État de Vichy que la faiblesse de la Résistance, de chiffrer à 60.000 le nombre des victimes du travail forcé et d’utiliser impunément le terme « déporté » en citant de Gaulle dans son discours de juin 1943 à Alger (cf. annexe, document 4.23).

  • 26 Par exemple les gares de Lyon (1946), Toulouse, Bordeaux, Béziers (1947), dont le texte contient le (...)
  • 27 Le hasard a voulu que j’étais à Paris et pouvais y assister.

37Si remarquable l’inauguration de cette plaque commémorative dans les années 1990 soit-elle en elle-même – en effet, la plupart de celles qui l’ont précédée dans les gares du pays datent de l’immédiat après-guerre26 –, reste que cette scène témoignait nettement de la querelle aux yeux d’un observateur attentif.27 Sur plusieurs des drapeaux des fédérations régionales, des rectangles noirs cachaient les termes désormais proscrits de « déportation » et « déporté ». Plus d’une centaine d’anciens désormais âgés et de leurs proches étaient venus de toute la France, mais les médias ont totalement ignoré l’évènement. Seuls étaient présents les journalistes de la presse des associations d’anciens combattants.

Notes

1 Avis du Ministère de la justice du 7 juin 1945 (AN F/60/629).

2 Art. 3 de la Loi du 22 mai 1946 tendant à exclure du bénéfice de l’indemnité d’éloignement les travailleurs qui sont partis de leur plein gré pour l’Allemagne.

3 Texte signé entre autres par Fernand Braudel, Albert Camus, Vercors, Lucien Fèbvre, Ernest Labrousse, Pierre Renouvin, René Cassin, Jules Romains, Georges Bourgin, Claude Bellanger, Mgr Salièges et les veuves des maréchaux de Lattre de Tassigny et Leclerc de Hautecloque, paru dans Déportation et liberté, avril-septembre 1956, cité d’après Lagrou (2003), p. 227.

4 Ibid.

5 Par exemple : Assemblée Nationale no 670, Seconde session ordinaire de 1967-1968. Annexe au procès-verbal de la séance du 17 avril 1968. Proposition de loi. Exposé des motifs (cf. annexe, document 4.19) et : Assemblée Nationale no 1547, Seconde session ordinaire de 1974-75. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1975. Proposition de loi. Exposé des motifs (cf. annexe, document 4.20).

6 Delapierre (1973), p. 81-2.

7 Wieviorka (1992), p. 26.

8 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 606.

9 Cf. les entrées : « déportation » ; « déporté, e » ; « déporter » dans : Grand Dictionnaire Larousse de la Langue Française, Dictionnaire du Français Contemporain, Petit Robert, Dictionnaire alphabétique et analogique de la Langue Française et Trésor de la Langue Française du CNRS basé sur une analyse quantitative de l’usage. Le Dictionnaire de la langue Française (Littré) ne connaît même pas cette nouvelle signification. Comme celle de 1874, l’édition de1982 donne invariablement : « action de déporter hors du pays », comme seconde, et comme première signification le bannissement à vie dans l’ancienne Rome, et dans sa version moderne : « Aujourd’hui, peine qui consiste à exiler quelqu’un dans un lieu déterminé, et, plus spécialement, à lui faire subir sa détention hors du territoire français. » Il n’y est même pas question de la Seconde guerre mondiale ou des camps de concentration.

10 Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 39.

11 Cour de cassation. Assemblée plénière, Audience publique du 10 février 1992. arrêt no 336P.

12 Jugement du 29 septembre 1992 de la 17e Chambre du T. G. I. de Paris, in : Le Déporté, janvier 1993, p. 9-10.

13 Lagrou (2003), p. 228.

14 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 598.

15 Résolution du congrès de 1966, cité d’après : Bourderon (1984), p. 141.

16 L’Enfer nazi (s.d.).

17 Henri Alleg, Les chemins de l’Espérance (t. 5).

18 Fossier (1977).

19 Le D. T., No. 233, juin 1980, cité d’après : Gratier de Saint-Louis (1990), p. 593.

20 Ibid., p. 641.

21 Cochet, (1992a), p. 32-3.

22 Durand (1975), p. 18.

23 Article « STO » dans le Dictionnaire historique de la France sous l’occupation, dirigé par Michèle et Jean-Paul Cointet, Paris : Tallandier 2000, p. 646.

24 Cf. Azema/Bedarida (1995). Des articles sont consacrés aux prisonniers de guerre (Yves Durand) et aux déportés (Denis Peschanski qui ne mentionne pas les STO), mais non aux requis civils, catégorie pourtant très nombreuse. Une phrase leur est consacrée dans l’article sur les prisonniers, sur les « displaced persons » et sur « occupants et occupés ».

25 Éléments pour l’allocution de Monsieur Louis Mexandeau, secrétaire d’État aux Anciens Combattants et Victimes de Guerre. Le ministère a mis ce manuscrit à ma disposition.

26 Par exemple les gares de Lyon (1946), Toulouse, Bordeaux, Béziers (1947), dont le texte contient le terme de « déporté » ou « déportation ». Le 3 septembre1989 une plaque a été inaugurée à la Gare d’Orsay à Paris, commémorant le retour de toutes les catégories en ces termes : « Entre avril et août 1945, un grand nombre de rescapés des camps de prisonniers de guerre, des camps de concentration, des camps de travail forcé, tous victimes du nazisme furent, à leur retour, accueillis dans la Gare d’Orsay, le plus important centre de rapatriement. »

27 Le hasard a voulu que j’étais à Paris et pouvais y assister.

Table des illustrations

Titre 4.24 – Plaque commémorative à la gare de Bordeaux.
Crédits Collection Bories-Sawala.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre 4.21 – Inauguration de la plaque commémorative à la gare de l’Est à Paris, le 27 février 1993 (Le Proscrit, mars 1993).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 570k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540