Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

La hiérarchisation des victimes

Texte intégral

Les survivants des camps de concentration

  • 1 Lagrou (2003), p. 216-29.

1Le grade le plus élevé dans cette hiérarchie, celui des survivants des camps de concentration, ne leur épargna pas des disputes mesquines, particulièrement insupportables en l’occurrence, à propos d’une graduation des statuts basée sur des motifs politiques.1

  • 2 Circulaire interministérielle du 22 mai 1945 (AN F/9/3792).

2La première définition du statut des détenus de camp de concentration, en mai 1945, excluait les détenus de droit commun et désignait tous les autres sans distinction comme « déportés politiques ».2 De plus, seuls des Français purent accéder à ce statut et aux avantages matériels qu’il comportait, et les étrangers déportés depuis le territoire français en sont restés exclus jusqu’en 1981. Cela pèse très lourd car, parmi les détenus des camps présentant le taux de mortalité le plus élevé, soit les 75721 Juifs, seuls 24500 avaient un passeport français, Vichy ayant, en 1940, dépossédé de leur nationalité française de nombreux Français de religion juive.

  • 3 Cf. Boulligny (2007). « Ces statuts, leur discussion par le Parlement, obscurcissent ce que fut la (...)

3À l’instigation des partis de droite, la loi de 1948 fit ensuite la différence d’une part entre les déportés qui avaient été internés ou envoyés en camps de concentration en Allemagne pour faits de Résistance et qui avaient donc pour ainsi dire un mérite personnel à devenir des victimes, et d’autre part le groupe des déportés pour raisons politiques ou raciales. Ces derniers avaient été envoyés en camp de concentration mais n’« y étaient pour rien » à titre personnel, à part leur appartenance à un groupe persécuté. Composée pour l’essentiel de juifs et de communistes, entre autres ceux qui avaient déjà été internés avant l’occupation allemande et ensuite déportés en camp de concentration, cette deuxième catégorie était placée plus bas sur l’échelle, car ses membres n’avaient pas été incarcérés pour avoir fait de la Résistance. Lors du vote à l’Assemblée nationale, le Parti communiste réclama alors – en vain – que soient reconnus comme déportés de la Résistance des Français qui au départ s’étaient fait recruter volontairement pour l’Allemagne (par exemple les prêtres catholiques clandestins) et qui une fois sur place furent internés en camp de concentration pour faits de résistance.3

  • 4 Conan/Rousso (1994), p. 297.

4Pour l’opinion publique de l’immédiat après-guerre un détenu de camp de concentration, c’était d’abord un résistant et non un Juif. Depuis, les choses se sont pratiquement inversées et on associe les camps de concentration presque exclusivement à la Shoah. Les survivants des camps de concentration qui se situent en dehors de ces deux grands groupes reconnus sont de nos jours encore mis à l’écart par les fédérations de déportés : dans les années 90, d’anciens déportés des camps, persécutés pour leur homosexualité, se voyaient refuser leur participation à la Journée de la déportation.4

5Or, dans la France de l’après-guerre, les deux forces politiques qui incarnaient avant tout la Résistance, à savoir les gaullistes et les communistes, ne firent pas de la guerre froide des années cinquante un enjeu de la politique intérieure du pays au même titre que d’autres pays européens, et ne furent prêtes ni l’une ni l’autre à soumettre les intérêts de la France à l’hégémonie occidentale des USA.

6Mais cela ne signifie pas que la guerre froide ne divisât pas profondément l’échiquier politique et idéologique en France, au contraire. Les fédérations de survivants des camps de concentration en sont hélas un exemple flagrant. Déjà en 1945/46 et contrairement aux prisonniers de guerre et aux travailleurs civils requis, il n’y avait pas une fédération unitaire d’anciens déportés des camps de concentration, mais plusieurs organisations. Dans les années 1990, elles étaient trois : la FNDIRP, de gauche, la FNDIR, proche des partis de la droite modérée – elle approuva la hiérarchisation de 1948 –, et l’UNADIF, issue de sa scission en 1950 d’avec la FNDIRP.

7Parmi ces associations, la FNDIR et l’UNADIF en particulier ont consacré une bonne part de leurs activités, surtout depuis les années 70, à une lutte acharnée, jusqu’aux plus hautes instances des tribunaux, pour faire interdire aux travailleurs civils requis de continuer à s’appeler « déportés du travail ».

Les prisonniers de guerre

8La FNPG, issue à l’origine notamment d’organisations de résistance, comptait parmi ses membres les deux tiers des prisonniers de guerre concernés, ce qui, dans l’après-guerre, en faisait la deuxième organisation française après la CGT. Elle devint bientôt un moteur de la réconciliation franco-allemande, se tint à l’écart de la querelle entre travailleurs civils et survivants des camps de concentration et ne fut pas l’objet de leurs attaques.

9Ceci ne signifiait pas pour autant que, pour les prisonniers de guerre, la reconnaissance sociale, qu’entretemps plus personne ne leur conteste, eût été facile et évidente à obtenir. À leur retour, ils durent d’abord constater que, hormis à leur propre famille, ils n’avaient pas manqué à leur pays au point que l’avait longtemps fait croire la propagande de Vichy. Au contraire, cette image de propagande de prisonniers de guerre fidèles au Maréchal, dont Pétain lui-même attendait un renouvellement de la patrie dans le sens de sa Révolution nationale, avait incité l’opinion publique à associer les prisonniers de guerre à Pétain et à sa politique et elle les accueillait désormais avec scepticisme. La réquisition massive de jeunes travailleurs civils français n’avait-elle pas à son tour été justifiée par la « Relève » des prisonniers de guerre ? Bref, les prisonniers de guerre rapatriés ravivaient dans l’opinion non seulement le souvenir de la défaite de 1940 – plus d’un leur reprochait implicitement ou explicitement de ne pas avoir fait figure de héros – mais aussi celui des années peu glorieuses de l’occupation allemande et de la collaboration, justement ce que la conscience collective était pressée de refouler.

10Il n’était pas rare que l’on projette sur les prisonniers de guerre ses propres compromissions du temps de l’occupation allemande. Ainsi on leur demanda comment ils s’étaient comportés dans cette « gueule du loup », que la propagande vichyste avait décrite comme tout à fait supportable en ne parlant ni de commandos d’usine et de camps disciplinaires, ni de bombes sur les villes allemandes mais davantage d’activités culturelles d’inspiration pétainiste :

  • 5 Fishman (1991), p. 236.

Readers in France were given the impression that the prisoners were at an extended summer camp of sorts.5

11L’ironie restait la meilleure réaction face à de telles suppositions, comme dans cette brève contribution au journal des prisonniers de guerre Le lien, en 1945 :

« Ah ! Les jolies vacances que vous avez passées en Allemagne de juin 40 à mai 1945 ! » Vous avez entendu, chers amis, à votre retour, cette antienne, lancée par des personnes fort bien intentionnés à votre endroit. Car eux, n’est-ce pas, avaient été fort malheureux chez eux, sous l’occupation. Mais nous, nous menions en Allemagne une vie dorée… La preuve : Savez-vous combien il est tombé de tonnes de bombes sur la ville de Hambourg pendant les bombardements de la nuit du 23 au 24 juillet 1943 ? DEUX MILLE !

Savez-vous combien il y eut de victimes parmi les civils – prisonniers compris – par les bombardements du 23 juillet au 3 août 1943 ? SOIXANTE-DIX-MILLE !

Combien d’avions participaient à chaque raid ? 722 BOMBARDIERS.

  • 6 Le lien, 1945, collection privée.

Ah ! Les jolies vacances que les gars des X-ABC passaient dans la ville de Hambourg ! Et je ne parle pas de Brême… !6

  • 7 Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, p. 2-3.

12C’est dans cette atmosphère de défense contre la méfiance et les insinuations que se déroula en 1945 la Journée des Hommes de Confiance des Prisonniers de Guerre, au cours de laquelle le ministre Frenay déclara : « Il existe encore un certain nombre d’hommes qui n’ont pas, à votre égard, la considération que vous méritez. »7

  • 8 Intervention de M. Pernin, Ibid., p. 40.

13En quatre groupes de travail, cette assemblée traita des problèmes spécifiques de la captivité, des conclusions qu’il fallait en tirer pour une nouvelle rédaction des Accords de Genève, des questions sociales et, dans la Commission de l’honneur prisonnier, des actes échappant à la justice mais témoignant d’un comportement non-patriotique, « ces actes bénins qui constituent néanmoins des saloperies ».8

14À partir de ce groupe de travail naquit une sorte de juridiction d’honneur interne à la fédération qui, dans les années suivantes, s’intéressa par exemple au comportement d’officiers qui avaient travaillé sans y être obligés ou aux prisonniers qui avaient écrit dans le Trait d’union.

15Cette procédure d’« auto-nettoyage » fut diversement appréciée par les intéressés. Ceux qui étaient passés au statut de « transformés » (cf. p. 126, p. 221) se sentirent certainement soulagés de constater que, contrairement à bien des craintes, ils ne subirent aucun préjudice à leur retour. Henri Frenay invalida tout simplement la transformation comme mesure de collaboration politique, et seuls les prisonniers de guerre qui, avant la transformation à large échelle, étaient de leur propre initiative devenus des travailleurs civils, ainsi que les officiers volontaires au travail et les membres de la mission Scapini, n’eurent pas droit à la carte du combattant.

  • 9 Gascar (1967), p. 268.

16D’autres, selon Gascar une très grande majorité de prisonniers de guerre, trouvèrent l’arrêt de la juridiction d’honneur injuste dans sa générosité : « Mais pour les neuf dixièmes des prisonniers cette absolution fut une insulte […] les prisonniers n’avaient pas besoin de cette bénédiction désinvolte et étendue à tous. »9

17La plupart des prisonniers de guerre ont certainement adhéré à la déclaration solennelle que la Commission de l’honneur prisonnier, lors de la session des hommes d’honneur, présenta en introduction à son rapport :

  • 10 Rapport de la Commission de l’honneur prisonnier, Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, (...)

Les prisonniers de guerre rapatriés en 1945 trouvent naturel que des explications leurs (sic) soient demandées sur la façon dont ils ont été faits prisonniers et sur leur attitude au cours de la captivité. Mais ils tiennent à déclarer solennellement – et c’est pour eux une question essentielle d’honneur – que, restés les derniers sur les champs de bataille et ayant subi l’épreuve intégrale de la captivité malgré, souvent, de nombreuses tentatives d’évasion, ils ont aussi des comptes à demander. Ils réclament, en particulier, que des enquêtes soient faites, s’il est nécessaire, sur l’attitude aux derniers combats (abandon de poste) de certains qui ont pris assez de distance de l’ennemi pour ne pas être capturés. Ils demandent également aux pouvoirs publics de veiller au châtiment rapide de tous ceux qui ont utilisé les prisonniers de guerre dans un but contraire aux intérêts de la Nation.10

  • 11 Gascar (1967), p. 311-2.
  • 12 Conan/Rousso (1994), p. 173s.

18Ce furent ces questions d’honneur et de reconnaissance, à côté des modestes avantages financiers qui s’y rattachaient, qui prévalaient dans la discussion sur la carte du combattant, qui ne leur fut pas immédiatement accordée mais seulement par décret du 23 décembre 1949.11 Ce furent surtout les anciens combattants de la Première Guerre mondiale qui insistèrent, dans un premier temps avec succès, auprès du successeur de Frenay, François Mitterrand (qui en tant qu’ancien prisonnier de guerre présidait depuis 1947 le ministère compétent), pour qu’une appartenance minimum de 90 jours à une unité combattante soit requise pour être reconnu comme combattant. Peu à peu seulement la FNPG obtint que la longue période de captivité soit elle aussi prise en compte, et pratiquement tous les anciens prisonniers de guerre de la Deuxième Guerre mondiale obtinrent ainsi leur reconnaissance.12

19Le dédommagement global des 2 milliards de francs payé par l’Allemagne en 1952 ne fut que très lentement redistribué aux intéressés. Un paiement de 400 (anciens) francs par mois de captivité (ce qui correspond à peu près au tiers de ce que perçurent les Belges en pareille situation) ne s’effectua qu’en 1958, soit 13 ans après la fin de la guerre.

  • 13 Frank (1993), p. 488.

20Depuis, ces disputes de l’après-guerre sont tombées dans l’oubli : aucun des témoins interviewés ne les évoque et la mémoire collective des prisonniers de guerre refait rarement surface : « Elle est relativement structurée, elle reste socialement discrète, introvertie et repliée sur elle-même. »13

Les requis du travail

  • 14 Barcellini (2003) la découpe en trois phases. Le temps des certitudes jusqu’en 1950, celui des dési (...)

21Il en va bien différemment en revanche de la mémoire collective des travailleurs civils forcés, qui reste encore très chargée d’émotion.14 Malgré le caractère massif de la réquisition, qui avait touché des classes d’âge entières de jeunes hommes de toutes les régions et de toutes les couches sociales, et était devenue l’un des principaux motifs qui poussa, à partir du milieu de l’année 1943, de plus en plus de Français à se détourner du gouvernement de Vichy et à accorder une sympathie grandissante à la Résistance, ce groupe de victimes n’a pas, jusqu’à présent, trouvé sa place dans la mémoire nationale de la France.

22Cela tient sûrement au fait que leur statut de victime du nazisme était d’emblée moins évident que pour le résistant arrêté, voire le soldat fait prisonnier car le travailleur requis avait parfois plus de possibilités, difficiles à évaluer au cas par cas, de se tirer d’affaire. Pourtant lors des procès de Nuremberg, la réquisition forcée valut bel et bien à Sauckel sa condamnation à mort pour crime de guerre, et les procès contre Pétain et Laval prouvèrent que Vichy et son vaste appareil d’État avaient été ses complices. Mais tous les sbires du régime, et de loin, ne furent pas appelés à comparaître.

Parmi ceux qui nous contestent nos droits, il y a ceux qui veulent dédouaner Vichy, mais aussi tous ceux, qui y avaient participé, dans l’administration. Nous étions le reproche vivant de leurs erreurs passés. Nous les empêchions de s’ériger en résistants de la 24e heure. […] On est des gêneurs, quoi,

  • 15 Interview menée le 2 mars 1993 à Paris.

23m’explique à ce sujet M. Laigneau, alors vice-président de la Fédération des travailleurs civils.15 Cela vaudrait également pour les patrons qui établissaient les listes de réquisition.

24Mais surtout, poser publiquement la question de savoir dans quelle mesure l’obéissance à l’ordre de réquisition et le travail forcé en Allemagne devaient être considérés comme des actes antipatriotiques, aurait nécessairement renvoyé aux Français restés en France, eux qui avaient aussi travaillé pour les Allemands et été bien obligés de le faire. Ainsi par exemple on lit au sujet des travailleurs du STO revenus chez Renault :

  • 16 Hatry (1983), p. 72.

Les semaines s’écoulant, un étrange silence ne tarda pas à peser sur eux. Bien sûr leur sort ne pouvait en rien être comparé à celui des déportés ou même de certains prisonniers de guerre. En Allemagne, leur préoccupation n’avait pas été de survivre mais tout simplement de vivre. Mais en quoi leur responsabilité personnelle était-elle engagée ? Ils avaient subi la contrainte, ne sachant ou ne pouvant s’y soustraire pour des raisons diverses. Les travailleurs restés en France n’avaient-ils pas dû, eux aussi, travailler pour l’ennemi ? Nombre de contemporains préféraient oublier cet aspect de l’occupation allemande. Et les requis restèrent les mal aimés. Malgré les années ils le demeurent encore aujourd’hui.16

25Entre un travail inévitable pour les Allemands, auquel la majorité des Français se pliait ou devait se plier, et le travail contraint en Allemagne, les derniers mois de la guerre créèrent une différence importante. Ils donnèrent à ceux qui étaient restés en France la chance de participer activement à la libération du pays, ou du moins de l’accompagner avec sympathie et d’avoir ainsi leur part de la victoire de la Résistance, alors que les travailleurs requis revinrent libérés mais non en vainqueurs. Moins cette différence était justifiée par un comportement personnel méritoire (ce qui fut bien le cas de la majorité des Français), plus elle fut souvent marquée. Après que furent distribués les rôles de héros et de victimes dans le scénario de la France d’après-guerre, il ne restait plus aux travailleurs civils requis que le rôle écrit sur mesure pour eux, celui de bouc émissaire, sur lequel on pouvait aisément projeter sa propre longue hésitation à résister.

  • 17 Cochet (1992a), p. 30.

Il est vrai qu’ils constituent des victimes expiatoires toutes désignées. Ils ne peuvent pas jouir du prestige relatif et de courte durée de la « Résistance ». Ils n’ont pas l’excuse de pouvoir incriminer de mauvais chefs comme les P. G. Leur principal tort ayant été d’avoir obéi à l’État.17

26Seuls quelques-uns, comme l’ancien ministre Mitterrand en 1948 – il s’agissait aussi de s’attirer les voix de ce nombreux électorat – prirent la défense des travailleurs civils requis accusés de collaboration :

  • 18 Discours de François Mitterrand au congrès de la FNDT du 31 janvier 1948, cité par : Cochet (1992a) (...)

On a tenté de représenter le déporté du travail, comme un Français s’étant laissé embarquer un beau jour pour l’Allemagne, mais qui aurait très bien pu sauter du train ; on aurait voulu qu’à son retour, il reprenne le travail sans mot dire. Il ne faut pas permettre de dire que 750.000 jeunes Français ont eu le privilège de la lâcheté. Il ne s’agit certes pas d’aligner les souffrances qu’ont connues les déportés du travail avec celles, beaucoup plus grandes que vécurent les déportés politiques.18

  • 19 Pour son histoire, cf. Lagrou (2003), Gratier de Saint-Louis (1990), p. 481-612.

27Mais de telles voix s’élevaient seulement quand les intéressés étaient entre eux et elles étaient à peine perceptibles dans le chant de la discrimination entonné par la société. De tous les groupes de rapatriés, c’est la FNDT, émergée à la fin de la guerre du MNPGD pour représenter spécifiquement ce groupe, qui dès ses débuts devait s’engager essentiellement dans la défense de l’honneur de ses 465.000 à 485.000 membres19, parallèlement à la défense de leurs droits sociaux.

28Voici les principaux arguments mis en avant par la FNDT durant ces dernières décennies, dans sa lutte constante pour la défense de l’honneur des travailleurs requis, et qui ont durablement marqué la mémoire collective de ce groupe.

29Premièrement, il était primordial de parer le reproche de collaboration volontaire, et si possible de le reporter sur le groupe qui se situait encore plus bas dans la hiérarchie, à savoir celui des « travailleurs civils volontaires » dont on avait hâte de se démarquer très nettement :

  • 20 Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 12.

À ce sujet, nous tenons à préciser que ces individus, qu’ils aient été volontaires tout court ou volontaires pour la relève, n’ont jamais eu place dans la FÉDÉRATION NATIONALE DES DÉPORTÉS DU TRAVAIL […].20

  • 21 Rousso (1990), p. 206-7.

30La longévité de l’« affaire Marchais » (cf. p. 60)21 – déterrée pendant 20 ans à chaque bataille électorale, aussi longtemps que Georges Marchais fut secrétaire général du Parti communiste – et son refus catégorique d’admettre qu’en 1940 il avait effectivement déjà travaillé en Allemagne en tant que recruté volontaire – refus qui permettra aux médias d’en faire un sujet anticommuniste aussi rentable – montrent clairement à quel point un fait biographique aussi banal pouvait avoir des conséquences infamantes au niveau de la société.

  • 22 Cf. Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 15-6.

31Pour obtenir la reconnaissance sociale, les anciens travailleurs civils requis étaient soucieux de se démarquer de ces « individus » avec lesquels ils n’avaient rien en commun, d’apporter la preuve qu’ils n’avaient eu aucun moyen d’échapper à la déportation.22

32Deuxièmement, il s’agissait de prouver que les requis étaient en accord avec la Résistance, dans ses principes et ses pratiques. Ainsi, la création en 1943 du Comité d’action contre la déportation par le Conseil National de la Résistance a été citée par la FNDT comme une reconnaissance officielle de la part de la Résistance du caractère contraignant de cette mesure. De ce fait, contrairement aux volontaires, un autre groupe était le bienvenu dans ses rangs : les réfractaires qui avaient réussi à s’opposer à leur réquisition, ceux qui n’étaient pas retournés en Allemagne après une permission, et ceux qui avaient réussi à s’évader. Par leurs actes, ces personnes prouvaient à quel point les requis étaient proches de la Résistance. Il en allait de même de l’évocation réitérée des protestations que déclencha le départ de nombreux trains de travailleurs (cf. p. 94). et de la thèse du « sabotage interne de l’économie allemande » et de la résistance passive des travailleurs en Allemagne (cf. p. 189).

33Troisièmement, il s’agissait de faire table rase des images fausses propagées dans l’opinion sur les conditions de vie en Allemagne et embellies par les campagnes de recrutement de Vichy et les officines allemandes (cf. p. 51). Que le travail ait été rémunéré par des salaires allemands était incontestable, mais à relativiser du fait de nombreuses retenues pour frais de logement ou amendes. Quant à l’hébergement, des arguments crédibles et des photos prouvaient que les conditions de vie ne correspondaient pas aux merveilleuses images des brochures de propagande (cf. p. 107).

  • 23 Le conseil municipal de Dortmund avait suivi l’initiative de milieux antifascistes allemands en déc (...)

34Mais c’est surtout la répression régnant en Allemagne et à laquelle les Français furent exposés, comme beaucoup de leurs camarades étrangers, qui représente un élément essentiel de la mémoire de la FNDT. Elle organisa de très nombreux pélérinages sur les lieux de mémoire en Allemagne rappelant l’assassinat de travailleurs civils français par les nazis : à Dortmund/Bittermark, au monument commémorant l’exécution, le vendredi saint en 1945, d’environ 350 travailleurs civils (dont beaucoup de Français) dans le parc de Romberg23, comme à l’ancien AEL de Grossbeeren près de Berlin où avaient péri 800 civils français, ou encore à la gare de Brandenbourg où onze cheminots français avaient été fusillés le 13 septembre 1944 pour faits de sabotage. Chaque année, le programme comportait un pèlerinage et la visite d’un ancien camp de concentration afin de témoigner clairement de la volonté d’unité entre toutes les victimes du national-socialisme et de mettre en évidence le caractère antifasciste de la commémoration des victimes du travail forcé En pleine guerre froide, ces voyages traversaient ainsi le rideau de fer :

  • 24 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 565.

Conduisant des pèlerinages en terre allemande elle (la FNDT ; H.B.-S.) a été conduite à établir des relations officielles et cordiales avec les autorités est-allemandes (anticipant très largement la date de reconnaissance officielle de la R.D.A.) de même qu’avec les autorités ouest-allemandes. Elle nous paraît représenter une sorte de fil d’Ariane lancé par-dessus les frontières au mépris des blocs.24

  • 25 Pour d’autres sites, cf. Barcellini (2003) et Schlippi (2003).

35En France même, la tombe du « Déporté inconnu, victime de la trahison et de la barbarie nazie » au cimetière du Père Lachaise, inaugurée le 17 septembre 1947, et le « Monument de la déportation du travail », érigé au même endroit le 21 juin 1970, sont des lieux de mémoire primordiaux pour les anciens travailleurs requis.25 L’inscription qui figure sur la pierre tombale met au premier plan d’un bilan sobre la souffrance et la mort :

1942-1945 : 600.000 Français déportés pour le travail forcé en Allemagne, 60.000 morts, 15.000 fusillés, pendus ou décapités pour actes de résistance

1945-1970 : 50.000 disparus des suites de cette déportation

4.15 – Mémorial du cimetière du Père Lachaise à Paris.

4.15 – Mémorial du cimetière du Père Lachaise à Paris.

Collection Bories-Sawala.

36Plus la reconnaissance sociale en tant que victimes leur était refusée et plus longtemps duraient les querelles à propos du statut des anciens travailleurs civils, plus on soulignait, avec une pointe d’amertume, le fait que la France a été le seul pays à leur refuser jusqu’en 2008 ce que d’autres ont reconnu comme justifié. Ainsi par exemple, la Belgique avait accordé aux anciens travailleurs civils un statut de « déportés du travail ». Les deux États allemands avaient reçu dignement les anciens travailleurs civils en tant que victimes de la terreur nazie lors de leurs pèlerinages, même si l’Allemagne réunifiée devait leur refuser tout dédommagement matériel au tournant du millénaire (cf. p. 349). Et surtout, le Tribunal international de Nuremberg avait sanctionné le travail forcé comme un des crimes de guerre majeurs.

37Par ailleurs, on rappela l’attitude unificatrice du ministère Frenay et des associations de déportés des camps de concentration au début de l’après-guerre. Toutes les brochures de la FNDT ou presque reproduisent l’affiche « Ils sont unis » et citent le Dictionnaire Larousse de la Seconde Guerre mondiale dont l’article consacré au STO prend nettement position contre les reproches de collaboration et la discrimination sociale à l’encontre des travailleurs civils requis :

  • 26 C’est ainsi que Isabelle Empereur-Bissonnet conclut son article (p. 1736) dans la version de 1979 q (...)

Alors que dans de nombreux cas, la situation de ces derniers fut aussi lamentable que celle des premiers, les requis n’obtiendront jamais le statut de déportés qui, moralement tout au moins, aurait pu leur faire oublier un peu leurs souffrances. Au contraire, on a laissé subsister cette ambiguïté qui pèse toujours sur l’histoire de ces évènements.26

  • 27 Il est étonnant que Lourdes (ou Fatima au Portugal) soient les destinations des pélérinages d’une f (...)

38Si l’historien peut considérer comme largement justifiés une grande partie des arguments qui accompagnaient la lutte menée durant des décennies pour obtenir le titre de « déporté » (cf. p. 319), il est vrai aussi que l’intérêt public s’en est détourné au fil des décennies. En même temps, une amertume sensible se fit jour dans la politique de la FNDT dont les manifestations publiques – les pèlerinages organisés depuis 1977 tous les 3 ans à Lourdes en sont un bon exemple27 – ont pris parfois un caractère figé et cérémonial :

  • 28 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 574.

Il est intéressant d’observer que les manifestations pour la défense du titre, de même que les congrès […] sont assimilés à des cérémonies, peut-être vécus par les intéressés comme des grand-messes de la communauté D.T. unie autour de ses dirigeants pour mener le combat et l’honneur pour la reconnaissance du titre.28

  • 29 Ibid., p. 481, 561 et 587.

39Cette « communauté des mal compris » a parallèlement développé de son côté une attitude de plus en plus méfiante à laquelle l’historien le mieux intentionné se trouve confronté. Michel Gratier, lors de ses recherches auprès d’une des branches régionales de la Fédération à Lyon, fit l’expérience de cette frilosité : ses lettres restèrent sans réponse, des demandes de rendez-vous sans suite, on refusa de lui parler et dans le questionnaire anonyme que la Fédération se déclara prête à distribuer à ses membres, les questions sur les relations avec les femmes allemandes et sur les sympathies politiques des sondés furent tout simplement censurées (cf. p. 261).29

  • 30 Veillon (1985).
  • 31 Ibid., p. 105.

40Au moment même où l’historiographie commencait à s’intéresser à eux, certains représentants des anciens travailleurs forcés s’étaient déjà enfermés dans une frileuse méfiance. En témoigne la réaction du président de la Fédération régionale de la Gironde à un article de l’historienne Dominique Veillon dans Histoire30, un des premiers articles de fond dans une revue renommée lue également par un public très large de non-spécialistes. Elle y abordait les faits essentiels du recrutement, d’abord volontaire, au sein de la collaboration d’État, puis de la réquisition dans ses différentes étapes, et battait en brêche par un exposé clair et nuancé les semi-vérités répandues dans l’opinion publique au sujet du STO. Voici la conclusion de l’historienne : « Des ‘ héros’, les travailleurs du STO ? Certainement pas. Des traîtres alors ? Sans doute pas. Des victimes ? Oui, souvent. »31

  • 32 Micard (1985) ; Histoire avait refusé de publier ce manuscrit de 6 pages qui m’a été rendu accessib (...)

41La mise au point de la Fédération girondine envoyée à la revue32 lui reproche d’avoir volontairement omis le nombre des victimes assassinées, de ne faire que semer la confusion entre volontaires et travailleurs forcés et de représenter les STO comme des « pauvres types ». Il y aurait bien eu aussi des héros parmi eux : « Ils firent la preuve d’un esprit de résistance que certains payèrent chèrement. Dans leur ensemble, ils n’ont pas de leçon de patriotisme à recevoir. » (p. 1)

42L’argument avancé par la suite, selon lequel les STO ne furent pas les seuls à servir l’économie de guerre allemande mais que les Français restés en France le firent aussi par leur travail (mais Veillon avait-elle prétendu le contraire ?) est sans aucun doute pertinent, de même que la réplique au sujet des salaires dont il ne conteste pas que les Français les aient perçus : « En France, le cas échéant, qui refusait l’argent des Allemands ? » (p. 2)

43Mais il dépasse les bornes de façon insupportable lorsqu’il ajoute : « À Buchenwald, les déportés politiques touchaient 1 mark par semaine. 1 mark, c’est dérisoire ! Mais s’ils avaient touché 10 mark ou davantage l’auraient-ils refusé ? » (p. 2)

44C’est par une autre boutade encore plus grave, que seule peut expliquer l’indignation face à leur prétention à vouloir être les seuls porteurs du titre de « déporté », que le même responsable girondin répliqua aux survivants des camps de concentration à propos d’un commentaire sur les prisonniers « transformés ». Ceux-ci, perdant la protection de la Convention de Genève en passant au statut civil, étaient directement soumis à la répression de la Gestapo et pouvaient dans les cas extrêmes être envoyés en camp de concentration. Et cela, selon notre auteur, aurait pu être un avantage convoité, dans la mesure où ils obtinrent ainsi le statut de « déportés » : « Certains y gagnèrent d’être reconnus comme déportés politiques mais combien y laissèrent leur santé ou leur vie pour des motifs qui ne le justifaient pas ! » (p. 4)

45De semblables accents sont perceptibles dans les réactions de la Fédération au film « Reichseinsatz » de Wolfgang Bergmann, à la partie française duquel j’ai contribué, et qui fut diffusé plusieurs fois sur les chaînes télévisées des deux pays depuis 1993. À côté de quelques lettres d’approbation d’anciens, la chaîne Arte reçut aussi le courrier d’un président départemental, exprimant au nom de ses camarades son « amère déception » sur la façon dont le thème avait été traité. Il reproche au documentaire de donner la parole aux intéressés à titre individuel et non pas à la Fédération. Les auteurs du film et la chaîne elle-même auraient-ils été peut-être victimes d’une conspiration ?

  • 33 En tant que conseillère scientifique de la partie de ce film consacrée à la France, j’ai eu connais (...)

Quant à nous, nous nous posons la question de savoir quels sont, en France, les puissants « lobbys » qui ont intérêt à occulter ce problème crucial, qui n’a jamais été résolu depuis 50 ans pour les septuagénaires, que nous sommes devenus, et qui n’ont aucune honte à parler de ce passé malheureux. « ARTE » n’a-t-elle pas, elle aussi subi l’influence de ces mystérieux « lobbys » pour éviter la « glasnost » indispensable ? […] Croyez bien que nous regrettons que votre émission nous ait gentiment gommés. Nous savons que nous sommes les éternels « Oubliés de l’Histoire », ceux qui n’ont pas permis à la FRANCE d’écrire une page de gloire. Mais à qui la faute ? Que l’on nous respecte, au moins, et que l’on nous reconnaisse comme ce que nous sommes : des « Victimes de la Déportation du Travail » sans tambour ni trompette !33

46Il est vrai que le commentaire sur le film dans Le Proscrit ne porta pas un jugement entièrement négatif, mais dans son titre, « Une bonne intention qui a pêché par omission », et ses premières phrases (« Copie à revoir »), les remarques sentencieuses et critiques prévalaient. Jean-Louis Forest ne pensait même pas que le film ait contribué à lever le tabou autour de l’histoire du travail forcé civil en France (cf. annexe, document 4.16).

  • 34 Le Proscrit, No 6, janvier 1994.

47L’émission en deux parties que France-Culture consacra au travail civil forcé dans la série L’histoire en direct en décembre 1993 a été plus favorablement accueillie dans la mesure où le président de la Fédération avait été invité à la table ronde et avait pu prendre publiquement position sur la revendication du titre de « déporté ». À la satisfaction se mêlait néanmoins le regret que les autres intervenants dans le débat se seraient éloignés de cet élément à son avis essentiel.34

  • 35 La main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, (...)

48Ce qui comptait surtout pour la Fédération dans les années 1990, c’était de contester la prétention des anciens détenus des camps de concentration à l’exclusivité du titre de « déporté ». Cette querelle avait fini par réduire à un seul mot toute la question de la place des anciens travailleurs civils dans la mémoire historique nationale. Ce n’est qu’au tournant du millénaire, par le colloque de Caen35, que le dialogue de sourds qu’était devenu le rapport de la mémoire des anciens et de l’historiographie francaise (cf. p. 358) céda enfin la place à un vrai débat et à l’ouverture d’un fructueux champ de recherche. Du côté symbolique, ce chapitre n’a été clos qu’en décembre 2008 avec l’octroi d’un statut à des hommes de 85 ans. (Cf. p. 361)

Notes

1 Lagrou (2003), p. 216-29.

2 Circulaire interministérielle du 22 mai 1945 (AN F/9/3792).

3 Cf. Boulligny (2007). « Ces statuts, leur discussion par le Parlement, obscurcissent ce que fut la déportation. Une déportation qui n’est revendiquée haut et fort que si elle est un prolongement de la résistance » (Wieviorka, 1992, p. 156-7).

4 Conan/Rousso (1994), p. 297.

5 Fishman (1991), p. 236.

6 Le lien, 1945, collection privée.

7 Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, p. 2-3.

8 Intervention de M. Pernin, Ibid., p. 40.

9 Gascar (1967), p. 268.

10 Rapport de la Commission de l’honneur prisonnier, Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, p. 201.

11 Gascar (1967), p. 311-2.

12 Conan/Rousso (1994), p. 173s.

13 Frank (1993), p. 488.

14 Barcellini (2003) la découpe en trois phases. Le temps des certitudes jusqu’en 1950, celui des désillusions (jusqu’à l’arrivée au pouvoir de F. Mitterrand en 1981) et celui de l’amertume depuis (p. 581). Il conviendrait d’ajouter une quatrième phase, avec la reconnaissance tardive d’un statut de victime depuis 2008.

15 Interview menée le 2 mars 1993 à Paris.

16 Hatry (1983), p. 72.

17 Cochet (1992a), p. 30.

18 Discours de François Mitterrand au congrès de la FNDT du 31 janvier 1948, cité par : Cochet (1992a), p. 204.

19 Pour son histoire, cf. Lagrou (2003), Gratier de Saint-Louis (1990), p. 481-612.

20 Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 12.

21 Rousso (1990), p. 206-7.

22 Cf. Pourquoi nous sommes des victimes (1961), p. 15-6.

23 Le conseil municipal de Dortmund avait suivi l’initiative de milieux antifascistes allemands en décidant le 28 juillet 1955 d’ériger ce mémorial inauguré le vendredi saint en 1958.

24 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 565.

25 Pour d’autres sites, cf. Barcellini (2003) et Schlippi (2003).

26 C’est ainsi que Isabelle Empereur-Bissonnet conclut son article (p. 1736) dans la version de 1979 qui n’a pas connu de réédition depuis.

27 Il est étonnant que Lourdes (ou Fatima au Portugal) soient les destinations des pélérinages d’une fédération qui passe pour être proche du Parti communiste. « La Fédération est devenue une section locale de l’évéché de France », m’explique, avec une pointe d’ironie, M. Laigneau en 1993. Il est vrai que le pape Jean-Paul II, lui même ancien requis du travail polonais, était très proche des requis français et que trois évêques français étaient également des anciens. cf. aussi Schlippi (2003).

28 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 574.

29 Ibid., p. 481, 561 et 587.

30 Veillon (1985).

31 Ibid., p. 105.

32 Micard (1985) ; Histoire avait refusé de publier ce manuscrit de 6 pages qui m’a été rendu accessible par un des anciens.

33 En tant que conseillère scientifique de la partie de ce film consacrée à la France, j’ai eu connaissance de ce courrier.

34 Le Proscrit, No 6, janvier 1994.

35 La main-d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, Université de Caen, Mémorial de Caen, Ministère de la défense, Office National des Anciens Combattants, Caen, 13-15 12 2001.

Table des illustrations

Titre 4.15 – Mémorial du cimetière du Père Lachaise à Paris.
Crédits Collection Bories-Sawala.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540