Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

« Ils sont unis » ? L’échec d’une illusion

Texte intégral

  • 1 Cochet (1992a), p. 233-40.

1Pendant que la société française d’après-guerre toute entière assumait son passé récent en en refoulant certains aspects, tels que la défaite de 1940, l’arrangement avec l’occupant, la collaboration d’État et la libération par les Alliés, les victimes et leurs associations ont développé des souvenirs spécifiques, allant de « l’impossible oubli » des survivants des camps de concentration à « la mémoire ambiguë » des prisonniers de guerre, en passant par la « mémoire revendicative et blessée » qui est celle des travailleurs requis.1

4.14 – « Ils sont unis - Ne les divisez pas ! » Affiche 1945.

4.14 – « Ils sont unis - Ne les divisez pas ! » Affiche 1945.

Collection BDIC.

2L’affiche de 1945 maintes fois citée, « Ils sont unis – Ne les divisez pas ! » exprimait parfaitement l’objectif politique du gouvernement français à la sortie de la guerre. Celui-ci réussit à mettre fin à l’occupation allemande en évitant une guerre civile qui, comme le craignaient de Gaulle et les Alliés occidentaux, aurait pu se solder par une prise du pouvoir par les communistes, et en appelant, en vue de la reconstruction nationale, tous les Français à la réconciliation et à l’identification collective avec la Résistance (ce qui, comme le montrera le démontage du mythe « résistantialiste » dans les années 70, devait paradoxalement finir par nuire à son prestige dans la mémoire collective). Une fois ce cadre de l’« unité nationale de tous les Français » établi, on attendait des rapatriés qu’ils s’intègrent dans cette image harmonieuse en leur souhaitant la bienvenue dans la patrie libérée.

3Voici un poème de Paul Eluard qui, comme l’affiche, évoque ces trois mêmes catégories de rapatriés côte à côte : les prisonniers de guerre, les déportés du travail et les déportés des camps de concentration (il se réfère aux résistants politiques, non aux victimes juives) :

À celle dont ils rêvent

Neuf cent mille prisonniers
Cinq cent mille politiques
Un million de travailleurs
Maîtresse de leur sommeil
Donne-leur des forces d’homme

  • 2 Au rendez-vous allemand, Paris : Éditions de minuit 1945, p. 34-5. Annette Wieviorka cite ce poème (...)

Le bonheur d’être sur terre
Donne-leur dans l’ombre immense
Les lèvres d’un amour doux
Comme l’oubli des souffrances.2

L’irénisme du ministère

4Avant même le retour des Français de ces trois catégories, on se doutait bien au ministère Frenay que l’unité des rapatriés n’allait pas de soi, et qu’il fallait lancer cet appel : « Ne les divisez pas ! ». Aux familles de travailleurs civils requis, comme à cette mère inquiète qui, en janvier 1945, s’était adressée au ministère, on avait assuré qu’il n’y aurait pas de différence de traitement entre les catégories de rapatriés :

  • 3 Lettre du Service Psychologique du Ministère du Rapatriement du 23 janvier 1945 (AN F/9/3168).

Par votre lettre du 2 janvier, vous m’avez fait part de vos inquiétudes concernant les détails de rapatriement que vous craignez de voir imposer aux travailleurs Français déportés en Allemagne. J’ai l’honneur de vous faire savoir que le Ministre des Prisonniers de Guerre, Déportés et Réfugiés n’entend nullement traiter avec défaveur les déportés du travail par rapport aux autres catégories de Français en Allemagne.3

5Déjà en novembre 1944 le ministre lui-même, à propos de la construction de structures d’accueil décentralisées pour les rapatriés, avait appelé les préfets à se montrer compréhensifs envers les travailleurs civils et avait même, sauf pour de rares exceptions, qualifié de « contraire aux intérêts du pays » voire de « trahison » la distinction entre « volontaires » et « requis » :

  • 4 Lettre d’Henri Frenay aux préfets du 13 novembre 1944 (AN F/9/3168). Pour ce qui est du traitement (...)

Je vous demande d’accorder une particulière attention à cette question des travailleurs déportés en veillant à aplanir au maximum des susceptibilités légitimes mais qui proviennent souvent d’une méconnaissance réelle des problèmes. S’il demeure bien établi en particulier que, dans plusieurs cas, le travail volontaire pour la victoire de l’Allemagne fut le fait de quelques fanatiques dont le cas relève de la trahison, il n’en est pas moins certain que la « Relève » fut une immense déportation qui n’eut de volontaire que le nom et qu’aucune distinction est possible entre ceux qui furent contraints par la force matérielle de la réquisition et ceux qui le furent par la force morale de toute une politique de mensonge. Hormis les cas visés ci-dessus et notoirement connus, toute distinction entre « requis » et « volontaires » est contraire aux intérêts du pays et serait de plus une trahison vis-à-vis de Français maintenant absents et que les mois de lutte qu’ils vont mener jusqu’à leur libération au coude à coude avec leurs camarades prisonniers et déportés politiques, contre l’oppresseur allemand vont encore souder plus fortement.4

  • 5 Frenay pensa qu’ils auraient pu constituer une sorte de « troisième Front ». C’était méconnaitre le (...)

6Mais cette appréciation bienveillante de la part du ministre n’exprime-t-elle pas justement une « méconnaissance réelle des problèmes », non seulement de la Résistance contre les nationaux-socialistes des Français retenus en Allemagne5, mais aussi des rapports entre les diverses catégories ?

  • 6 À son tour, Guy Tassigny, secrétaire général des Centres d’entr’aide pour les travailleurs déportés (...)

7Les travailleurs civils rapatriés, les prisonniers de guerre et les survivants des camps de concentration eux-mêmes attendaient de leur patrie libérée, moins le pardon et l’oubli, mais plutôt une « justice devant l’Histoire » qui accorderait à chacun sa place en tenant compte de l’injustice subie et des mérites acquis. De ce fait, la supposition bien intentionnée que Frenay exprime dans la lettre ci-dessous et selon laquelle la querelle sur le caractère contraignant de la réquisition cesserait d’elle-même après le rapatriement, s’avère aussi être une erreur flagrante d’appréciation. Mais il voyait juste en présumant que dans le milieu ouvrier on montrât davantage de compréhension pour ceux qui avaient dû se plier aux exigences de la réquisition. On peut toutefois douter du fait que cela s’appliquait aussi aux « volontaires » qui, aux yeux de Frenay, auraient déjà été suffisamment punis en étant obligés de rester dans le Reich.6 La région citée comme preuve à l’appui, les départements du Nord et du Pas-de-Calais, est particulièrement mal choisie car, justement, la distinction entre « volontaires » et « requis » n’y est pas aisée ; en effet, à la différence du reste du territoire, les réquisitions forcées de travailleurs y furent pratiquées déjà durant la première phase de l’occupation allemande (cf. p. 50).

Y a-t-il dans le Pays une hostilité marquée à l’égard des Travailleurs en Allemagne ? Elle s’est peu manifestée publiquement. Dans une région très ouvrière, comme le Bassin de la Sambre, on ne réclame pas de sanctions à leur égard. L’on pense en général, que même la plupart des « volontaires » ont été poussés par une pression morale ou des nécessités matérielles et il semble que la population soit prête à les accueillir. Ceci est d’ailleurs la position officielle de la C. G. T. qui a délégué quelques-uns de ses membres les plus importants au Bureau de la Fédération nationale des Centres d’entr’aide pour les Travailleurs. […]

D’autre part, il n’est pas douteux que certains volontaires appelés en Allemagne pour l’appât des hauts salaires seront notés par leurs camarades restés en France et plus particulièrement par les familles de ceux qui ont été requis et par les familles des réfractaires. […]

Certains Comités de Libération se seraient fait l’écho de ces sentiments.

  • 7 Lettre du Service Psychologique du Ministère du Rapatriement du 27 férvrier1945 (AN F/9/3168).

Il est à signaler toutefois, que si les travailleurs en Allemagne doivent être jugés, ce ne peut être que par leurs camarades de travail en Allemagne qui mieux que nous connaissent leurs sentiments et leurs agissements. C’est ainsi que certains travailleurs partis comme « volontaires » peuvent s’être aperçus de leur erreur peu après leur arrivée et avoir changé radicalement d’opinion, voire même être devenus des résistants actifs. D’autre part, des faiblesses de caractère, des fautes graves même peuvent avoir été constatées au cours de ces deux ans de vie en territoire ennemi. Nécessité d’une épuration ? Peut-être au moment du retour en France, la question aura-telle été liquidée sur place.7

8Or c’est le contraire qui se produisit. Certes les rapports faits par les militaires de liaison français auprès des Alliés au sujet de leurs compatriotes retenus en Allemagne (cf. p. 284.) ne modifièrent pas du jour au lendemain l’attitude du ministère qui continuait à entretenir l’illusion d’une unité de tous ceux qui revenaient et que l’on désigna sous le terme générique de « rapatriés ». À ce sujet, on usait sans distinction du terme de « déportés » pour désigner des travailleurs requis aussi bien que des détenus de camps de concentration. Mais ces rapports amenèrent de plus en plus le ministère à reconnaître la nécessité de faire une distinction entre les différentes catégories et, au sein du groupe des travailleurs civils, de différencier entre volontaires et requis, et de tenir compte ainsi de la perspective sous laquelle les différentes catégories s’étaient elles-mêmes perçues en Allemagne et avaient perçu leurs compatriotes.

9Si donc l’existence supposée d’une solidarité entre toutes les victimes du nazisme s’était avérée être une erreur d’appréciation et ne pouvait fonder l’unité tant désirée des Français revenant d’Allemagne, peut-être pouvait-on trouver dans le retour lui-même des éléments unificateurs :

  • 8 Cochet (1992a), p. 15.

Quel point commun y a-t-il entre une jeune déportée de 19 ans, un ouvrier spécialisé requis dans les usines allemandes et de nombreux prisonniers de guerre ? La réponse ne tient pas dans un inventaire à la Prévert. Elle est pourtant entièrement contenue dans un seul mot : retour. Toutes ces personnes rentrent en France en 1945. Derrière les nombreuses et importantes différences de conditions, de sexe, d’âge, de condition sociale, semble se dessiner le masque unificateur du rapatrié.8

Les attentes des rapatriés

  • 9 Lettre de la FNDT (AN F/9/3308).
  • 10 Georges Beauchamp, secrétaire fédéral de la FNDIR, cité d’après Cochet (1992a), p. 166.

10Cette aspiration à l’unité et à la réconciliation de la part du gouvernement, ainsi que la tendance de la presse française d’après-guerre à élaborer une identité unificatrice de victime de guerre, basée sur la répression subie sous le joug national-socialiste et la proximité de la mort pendant les années passées en Allemagne, trouvaient un certain écho chez les rapatriés. Notamment les travailleurs civils, perdants potentiels d’une différenciation pointue entre les diverses catégories, perçurent cette « perche » et pratiquèrent une solidarité avec les déportés concentrationnaires qu’ils n’avaient pas été en mesure (et parfois pas prêts) d’exercer en Allemagne dans les conditions qu’ils connurent en territoire ennemi (cf. p. 229). Ainsi, en mai 1945, la FNDT envoya six camions de vivres pour les camps de concentration de Dachau et de Mauthausen9 et, en retour, la FNDIR, dans une déclaration intitulée « Ce sont aussi nos camarades », tendit la main aux « travailleurs déportés », comme on les appela encore dans ce texte.10

  • 11 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 545.
  • 12 Olivesi (1987), p. 12-3.
  • 13 Wieviorka (1992), p. 122.

11Durant les années 1946 et 1947 se déroulèrent encore des manifestations communes de tous les rapatriés : en mai 1946 à Lyon, où l’affiche « Ils sont unis » fut incarnée par des personnes réelles11, la Journée de Compiègne » le 17 août 194612, un pélérinage à Lourdes du 6 au 10 septembre 1946. C’est dans ce contexte que paraît en 1946 le « Livre d’or de l’exil français », conjointement publié par la FNPG, la FNDIRP et la FNDT.13

  • 14 Cochet (1992a), p. 29.
  • 15 Wieviorka (1992), p. 122.

12De telles manifestations d’unité cependant contenaient déjà une hiérarchisation bien définie des victimes comme le montre, le 28 mai 1946 à Reims, la manifestation commune des rapatriés contre le traitement trop généreux accordé aux prisonniers de guerre allemands : à l’avant défilèrent les survivants des camps de concentration, suivis des prisonniers de guerre et enfin des travailleurs civils requis.14 Mais surtout on ne parvint pas à rassembler tous les rapatriés sous un même toit, comme l’aurait souhaité déjà depuis fin 1944 le Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés de François Mitterrand.15

13Certes les trois fédérations catégorielles qui s’étaient formées, contribuaient à élaborer une politique des rapatriés au sein de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, créé en 1947, et le ministère Frenay, comme ses successeurs, a gardé jusqu’à nos jours la compétence des trois catégories. Mais la tendance à marquer clairement les distinctions a néanmoins prévalu, et la dispute entre les associations, loin de faiblir au cours des décennies, s’est au contraire exacerbée. Peu après le rapatriement déjà, aucune « identité du rapatrié » pouvant servir de base à la création d’une fédération commune ne se dessina. Lors des Journées d’Études des Hommes de confiance des prisonniers de guerre, le ministre Frenay lui-même exprima son scepticisme à l’égard d’une telle « unité artificielle » :

  • 16 Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, p. 24-5.

Je ne suis pas sûr qu’il soit dans la volonté des prisonniers de guerre de s’associer avec les travailleurs et dans celle des travailleurs de s’associer avec les déportés. J’ai même, je dois le dire, le sentiment contraire.16

14Tout en aspirant à une réconciliation, le ministère n’avait pas non plus intérêt à voir naître une fédération unie pour formuler des revendications communes contre l’État.

15Si l’histoire des rapatriés a été marquée par une controverse compliquée entre les fédérations et les catégories et non par la réconciliation et l’unité, c’est certainement parce que la situation d’un détenu de camp de concentration et celle d’un « travailleur de l’Ouest » étaient en fait si radicalement différentes qu’une dénomination identitaire commune (« rapatrié », « victime de guerre » – la dispute à propos du titre de « déporté » ne se déclencha que plus tard) devait être considérée par les premiers comme un procédé scandaleux qui minimisait leurs souffrances.

16Or, le fait que le besoin de différencier entre les catégories ait été ressenti bien plus fortement en France que partout ailleurs tient à une série de raisons spécifiques. En voici quelques-unes.

Des « retardataires »

  • 17 « En effet, en lisant les grands quotidiens de l’époque, on ne peut se libérer de l’impression qu’u (...)

17Il y a d’abord les conditions du retour, qui s’est effectué plusieurs mois après la libération du pays. Les rapatriés furent accueilis avec beaucoup moins d’enthousiasme public qu’ils ne l’avaient imaginé en Allemagne (cf. p. 288)17 et, de plus, ils ne bénéficièrent pas de la reconnaissance nationale à laquelle ils pensaient avoir droit en tant que victimes. Cochet présente d’une façon à peine caricaturale l’image dans l’opinion de ces trois catégories :

Les prisonniers de guerre sont, dans le meilleur des cas, les héritiers de la génération des tranchées. Mais plus souvent la légende noire des « coureurs à pied » de 1940 s’impose comme versant péjoratif de la vision par l’opinion publique.

Les déportés politiques connaissent leur sphère d’admiration eux aussi : Ils sont ceux qui ont agi quand il le fallait, ils incarnent la résistance martyrisée. Les déportés raciaux connaissent quelques attitudes de pitié à leur égard. Le pan négatif n’est jamais très loin pour autant. Ils deviennent alors respectivement des « communistes », des irresponsables qui mettaient la vie des autres en danger, ou bien des juifs arrogants.

  • 18 Cochet (1992a), p. 174.

Les requis du travail sont, dans le meilleur des cas, des réfractaires qui auraient raté leur coup, et dans le pire des cas, le plus répandu, des lâches qui ont accepté de travailler pour l’ennemi.18

18Dans le domaine de la vie politique et sociale, tous les rapatriés devaient avoir l’impression d’être des « retardataires ». Ils se trouvaient face à une situation où les postes-clés des institutions politiques et sociales avaient déjà été attribués et où, dans les entreprises, ceux qui étaient restés en France avaient pris une avance certaine. Dans la vie publique, la Résistance avait été élevée au rang de garante de l’unité nationale. Le « résistancialisme » régnant dans les années cinquante n’empêcha pas l’absolution et la réhabilitation de quelques dignitaires de Vichy mais bien l’intégration de nombre de victimes de ce régime :

  • 19 Rousso (1990), p. 342.

Il [le mythe résistancialiste] a par exemple laissé sur la touche d’autres mémoires tout aussi marquées par l’Occupation : les prisonniers de guerre, plus d’un million d’hommes qui n’ont pas connu l’Occupation, sont restés souvent attachés au Pétain de la Grande Guerre, et dont la perception des événements a été radicalement différente du reste des Français ; les travailleurs du STO, mémoire honteuse par suite de la glorification outrée du réfractaire, assimilé souvent au maquisard ; les déportés raciaux, juifs en tête, ombre insupportable au tableau idyllique […] ; et peut-être aussi une bonne partie des résistants eux-mêmes, dépossédés de leur histoire, et dont beaucoup ont été en porte à faux du fait de leurs réserves à l’égard du gaullisme ou du communisme.19

19Dans ces conditions, le seul dénominateur politique commun des « retardataires » aurait pu être de contester aux résistants (véritables ou autoproclamés) leur place dans la hiérarchie sociale, idée absurde bien entendu. Aussi, le combat pour la reconnaissance sociale et un statut aux côtés de la Résistance ne pouvait se gagner que dans la confrontation avec le reste du groupe des « retardataires ». Selon une hiérarchie évidente et pré-établie, le plus grand respect allait au petit nombre de survivants des camps de concentration, suivis des prisonniers de guerre, malheureuses victimes de la défaite de 1940, puis des travailleurs civils, dont le statut de victime restait encore à définir :

  • 20 Lagrou (2003), p. 138.

D’un point de vue politique, ces hommes et ces femmes se sont retrouvés aux prises avec une société qui s’identifiait aux vainqueurs, et que le retour de cette masse de « perdants » forcée de travailler pour l’ennemi embarrassait.20

20L’exigence d’un règlement des comptes par le « Tribunal de l’Histoire » de la mère-patrie visa surtout les véritables responsables, les nationaux-socialistes et leurs hommes de main français. Mais le nouveau contexte de reconstruction et de guerre foide fit que l’épuration des collaborateurs ne fut pas poursuivie au-delà de l’immédiat après-guerre comme l’auraient souhaité de nombreux rapatriés. Le fractionnement catégoriel de ceux-ci, les condamnations morales qu’ils se lancèrent et leurs disputes fraticides peuvent apparaître ainsi comme des sortes « batailles de substitution » consistant à battre le sac plutôt que l’âne.

  • 21 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 550.

21La suite logique en était une hiérarchisation des victimes. Dans la catégorie qui jouissait du moindre prestige social, on s’est efforcé de se démarquer nettement de ceux qui étaient regardés avec le plus de mépris, les travailleurs civils volontaires. Les appels précoces du gouvernement à se montrer compréhensif à leur égard (cf p. 298) trouvèrent encore moins d’écho que les appels à l’unité des rapatriés. À la fin 1945, on commença même à faire rechercher les volontaires par la justice et – « double ironie de l’histoire »21 – à les réquisitionner pour le travail obligatoire, mesures qui ne furent, semble-t-il, pas appliquées à grande échelle.

  • 22 Wieviorka (1992), p. 142, en se basant sur : André Bossin : Droit des Anciens Combattants et Victim (...)

22Toujours est-il que le système français est unique en Europe en ce qu’il fait la distinction entre dix statuts de victimes de la Deuxième Guerre mondiale.22

Notes

1 Cochet (1992a), p. 233-40.

2 Au rendez-vous allemand, Paris : Éditions de minuit 1945, p. 34-5. Annette Wieviorka cite ce poème dans le même contexte que l’affiche « Ils sont unis ». Elle doit sa connaisance à Pierre Vidal-Naquet qui se souvient de l’avoir récité par cœur en attendant le retour de ses parents déportés en camp de concentration (Wieviorka, 1991, p. 121-2).

3 Lettre du Service Psychologique du Ministère du Rapatriement du 23 janvier 1945 (AN F/9/3168).

4 Lettre d’Henri Frenay aux préfets du 13 novembre 1944 (AN F/9/3168). Pour ce qui est du traitement juridique du volontariat à la Libération, cf. Chassin (2003).

5 Frenay pensa qu’ils auraient pu constituer une sorte de « troisième Front ». C’était méconnaitre le danger mortel d’un soulèvement ouvert. « Fort heureusement, le troisième Front n’a pas été ouvert » (Cochet 1992a, p. 100).

6 À son tour, Guy Tassigny, secrétaire général des Centres d’entr’aide pour les travailleurs déportés et leurs familles, a montré une grande compréhension pour les travailleurs qui ne s’étaient pas soustraits à la réquisition, tout en ironisant sur le comportement des attentistes et « résistants de la dernière heure » dans son discours radiodiffusé du 15 février 1945 : « On dit quelquefois des travailleurs déportés qu’ils furent des volontaires, on laisse donc supposer qu’il furent des traîtres, et, dans certains cas de Français, on ne se gêne pas pour déclamer ‘ils n’avaient qu’à ne pas y aller.’[…] Oh ! je sais bien, il y eut peut-être quelques volontaires authentiques, désireux de bien gagner leur vie, de voir ‘du pays’, de comparer les méthodes de travail françaises et allemandes. Comme ils doivent se ronger les poings aujourd’hui ! Puis il y eut tous ceux qui, n’ayant pas l’occasion ou le courage de prendre le maquis, d’entrer dans une organisation de résistance, de vivre traqués sous une fausse identité, craignant les pires représailles pour leurs femmes et leurs enfants, furent contraints de partir la rage au cœur. Et d’ailleurs, à part les maquisards, à part les purs résistants, qui donc n’a pas travaillé directement ou indirectement pour l’ennemi pendant ces terribles 50 mois, en France comme dans le repaire germanique. Qui donc ? Il est vrai que depuis septembre 44, nous avons eu la révélation que tous les Français appartenaient à la Résistance ! Réconfortante surprise. » (AN F/9/1368). Dans un document non-daté, mais vraisemblablement de peu antérieur au rapatriement, Tassigny distingue entre plusieurs catégories de volontaires hommes : « a) 30 % sont des volontaires réels, b) 40 % ont été attirés pas l’appât du gain, c) 30 % sont des travailleurs qui ont désiré se mettre à l’abri » Parmi les femmes, peu sont excusées : « Un petit nombre parti avec leur mari, d’autres, en petit nombre également, ont désiré rejoindre leur mari prisonnier. » Mais toutes celles qui ne suivirent pas un mari, sont condamnables : « Le reste se compose de femmes d’une moralité douteuse. » (AN F/9/3168).

7 Lettre du Service Psychologique du Ministère du Rapatriement du 27 férvrier1945 (AN F/9/3168).

8 Cochet (1992a), p. 15.

9 Lettre de la FNDT (AN F/9/3308).

10 Georges Beauchamp, secrétaire fédéral de la FNDIR, cité d’après Cochet (1992a), p. 166.

11 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 545.

12 Olivesi (1987), p. 12-3.

13 Wieviorka (1992), p. 122.

14 Cochet (1992a), p. 29.

15 Wieviorka (1992), p. 122.

16 Journées d’Études des Hommes de confiance, 1945, p. 24-5.

17 « En effet, en lisant les grands quotidiens de l’époque, on ne peut se libérer de l’impression qu’un événement de toute première importance dans la vie de la Nation (le retour des rapatriés) passait presque inaperçu » (Lewin, 1986, p. 95).

18 Cochet (1992a), p. 174.

19 Rousso (1990), p. 342.

20 Lagrou (2003), p. 138.

21 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 550.

22 Wieviorka (1992), p. 142, en se basant sur : André Bossin : Droit des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, Paris, 1955.

Table des illustrations

Titre 4.14 – « Ils sont unis - Ne les divisez pas ! » Affiche 1945.
Crédits Collection BDIC.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540