Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

De la Libération à nos jours : les vecteurs de la mémoire

Libération, rapatriement, accueil en France

Texte intégral

La fin de la guerre

1Les Français retenus en Allemagne ont vécu la fin de la guerre comme un processus qui a duré presque toute une année, depuis le débarquement allié en Normandie en juin 1944, puis la libération de leur patrie, ville par ville, région par région, jusqu’à leur propre libération et leur rapatriement fin avril/début mai 1945. Leur situation en Allemagne subissait les influences contradictoires produites par l’agonie du national-socialisme, mais aussi les conséquences de la libération de la France qui, paradoxalement, aboutissait parfois à la dégradation de leurs conditions de vie.

  • 1 Cf. Rousso (1984), p. 365 : « Ubu règne sans gouverner. En Allemagne. En 1944. À Sigmaringen ».

2Les restes du gouvernement de Vichy, le maréchal Pétain et quelques fidèles, avaient été transférés au château de Sigmaringen en septembre 1944. La Commission gouvernementale française pour la défense des intérêts nationaux, ce gouvernement fantôme par la grâce de Hitler, quasiment sans influence sur le territoire de la métropole1, n’avait plus comme « sujets » que les ressortissants français sur le sol allemand : les « collabos » réfugiés en Allemagne, les « malgré nous » en uniforme allemand, et ceux qui étaient retenus de force, prisonniers de guerre, requis du travail et déportés des camps de concentration dont le sort n’intéressait en rien la commission.

  • 2 Evrard (1971), p. 385-6.

3Dans ce gouvernement en exil, l’ultra-collaborationniste et dernier ministre du Travail, Marcel Déat, prit la tutelle des deux administrations vichystes qui continuaient à fonctionner. Le chef de la DOF à l’intérieur de la DAF, Gaston Bruneton, contrairement à l’ambassadeur des prisonniers de guerre, Georges Scapini, qui préféra démissionner, décida de rester en place après avoir demandé l’avis personnel de Pétain à Sigmaringen. Il continuait à appeler les travailleurs français à rester fidèles au Maréchal et les aurait même invités, en 1945, à défendre la ville de Berlin aux côtés des Allemands contre l’Armée Rouge.2

4Les Français retenus en Allemagne souffrirent durement de la rupture des liaisons postales avec la France, conséquence de la libération du territoire. Ils n’avaient souvent mangé à leur faim que grâce aux paquets envoyés de France dont l’apport leur fit alors cruellement défaut. La joie de voir les Alliés enfin débarquer en France fut aussi ternie par l’impossibilité, plusieurs mois durant, d’avoir des nouvelles de la famille vivant dans les zones d’opérations. Les inquiétudes étaient même renforcées à la lecture des journaux allemands et des feuilles collaborationnistes, comme l’Écho de Nancy, qui faisaient un large écho aux raids aériens des Alliés, qualifiés de « terroristes », et aux destructions subies par les villes de l’ouest de la France. À partir de novembre 1944 seulement, il fut possible, par l’intermédiaire de la Croix-Rouge, d’échanger des nouvelles de 25 mots au maximum tous les quinze jours avec la famille en France. Ainsi les peurs et préoccupations côtoyaient la joie et l’enthousiasme de savoir imminents la fin de l’épreuve et le retour si longtemps attendu.

5Au moment du débarquement allié en Normandie, les Français retenus en Allemagne ne s’étaient pas doutés combien de temps encore leur patience serait mise à rude épreuve. Cette journée du 6 juin s’est gravée dans leurs mémoires et beaucoup se souviennent, comme si c’était hier, de ce qu’ils faisaient quand ils l’apprirent par la radio ou par des collègues allemands. Bien entendu, après tant d’espoirs déçus, sur le coup personne ne pouvait être certain que cette fois serait la bonne. Mais la nouvelle suscita un enthousiasme spontané, même parmi des collègues allemands antinazis.

H. B.-S. : Vous aviez appris le débarquement allié en Normandie… le 6 juin, c’était comment ?
Paul T. : Ah oui. Alors là. C’était l’enthousiasme.
H. B.-S. : Vous l’avez appris le jour même ?
Paul T. : Le jour même. Le jour même et c’était un Allemand qui me l’a annoncé.
H. B.-S. : Ah ?
Paul T. : Oui. Je travaillais à mon tour, et tout à coup il vient, il était dans une salle, il était fraiseur, il vient dans la salle où j’étais, moi, et il me dit : « Paul, les Tommies ont débarqué », de ces histoires, moi je ne fais pas attention, et puis, mon doigt s’est pris dans le… (rire) la chose qui tournait, elle m’a arraché l’ongle, mais enfin, je ne l’ai pas senti…
H. B.-S. : Ça vous a fait souffrir…
Paul T. : J’étais très très heureux. […] J’étais très heureux, eh oui, tous les Français aussi, alors évidemment, ça a été répandu comme une poignée de poudre, partout, tout le monde se voyait déjà libéré, mais… ça durait bien longtemps…
H. B.-S. : Et l’Allemand, il vous a annoncé ça joyeusement aussi, en voyant la fin de la guerre, ou plutôt…
Paul T. : Eh oui, oui, oui, parce que, après la libération, j’ai appris qu’il avait eu beaucoup d’ennuis, il avait même séjourné au camp de concentration, ça devait être un communiste, je crois […].
H. B.-S. : Et vous avez su après…
Paul T. : Après, c’est lui qui me l’a dit, qu’il avait été…
H. B.-S. : Ah, oui. Donc, il a dû y avoir…
Paul T. : Alors lui aussi, il était content bien sûr, d’apprendre cette nouvelle.
H. B.-S. : Et vous vous souvenez d’autres réactions ?
Paul T. : Hein, les réactions des camarades, ils étaient très heureux. Alors les premiers jours, on nous autorisait, là, à écouter la radio. Les représentants des différentes races… écouter la radio… puis ça a duré une quinzaine de jours, et puis, comme ça marchait pas bien pour les Allemands… c’était terminé, quoi.
H. B.-S. : Et est-ce que leur attitude avait changé ?
Paul T. : Envers nous non. […]
H. B.-S. : Non.
Paul T. : Non, non.

6Évidemment, les sentiments qu’inspirait aux Allemands la fin de la guerre furent aussi divers que les rapports qu’ils avaient avec le régime nazi. Sur le coup, la conscience subjective de vivre leur propre libération ne pouvait être ressentie que par les ennemis jurés du régime, ceux à qui la dictature nazie était encore plus insupportable que la guerre elle-même. Au-delà de cette minorité, une bonne partie de la population, lasse de la guerre, accueillait la victoire alliée comme une issue inéluctable et prévue depuis quelque temps. Elle leur apporterait la fin des hostilités, mais aussi le rôle peu enviable de vaincus à qui on demanderait des comptes. En revanche, les dignitaires du régime qui avaient le plus à craindre la vengeance de leurs victimes réagirent souvent avec des accès de rage à l’annonce du débarquement allié, puis de l’attentat du 20 juillet contre Hitler et de la Libération de Paris.

  • 3 Herbert (1985), p. 329 et 336-8.
  • 4 Tillmann (1995), Asshoff (1988/1995), Gratier de Saint-Louis (1990), p. 578.

7Si certains des Allemands investis de pouvoirs vis-à-vis des étrangers devenaient peu à peu plus coulants dans l’exercice de leurs fonctions envers ceux qui seraient bientôt dans le camp des vainqueurs, tous ne firent pas preuve d’autant de sagesse, loin s’en faut. Dans les derniers mois de la guerre, une répression accrue frappa les étrangers, notamment ceux venus de l’Est, qui furent les victimes de persécutions de plus en plus radicales.3 Les SS ont massacré pendant la Semaine Sainte à Dortmund environ 280 à 350 hommes et femmes, résistants allemands, prisonniers de guerre et ouvriers étrangers, dont au moins une trentaine de victimes françaises.4 Au début novembre 1944, le RSHA, autorité policière suprême du Reich, autorisa par décret les instances locales de la Gestapo à procéder à des exécutions d’ouvriers étrangers au nom de la loi martiale. Ce décret visait avant tout les « OST », mais pas exclusivement, et les exemples cités montrent que des travailleurs de l’Ouest risquaient d’être froidement abattus pour un oui ou pour un non.

8Pour les Français, la méfiance des autorités s’était grandement accrue après le débarquement en Normandie. Les entreprises se plaignaient du fait qu’ils se montraient de moins en moins dociles et commençaient à faire la grève du zèle :

Nous avons constaté que la diminution du rendement a suivi le retrait de nos troupes en France. À partir de ce moment-là, les hommes ralentirent leurs efforts. (Cf. annexe, document 4.1.)

9Redoutant une révolte des travailleurs étrangers, les autorités policières prirent des dispositions pour prévenir des actes de vengeance ou de résistance active. Leurs craintes, qui devaient s’avérer tout à fait exagérées, avaient été amplifiées par une propagande alliée qui avait, à partir de l’automne 1944, appelé les travailleurs civils étrangers à passer à la résistance active. Pour le gouvernement de la France libérée, c’était d’ailleurs un manque de responsabilité qui mettait en danger la vie de ses ressortissants retenus en pays ennemi, et le ministre du rapatriement, Henri Frenay, protesta auprès du Commandement Interallié en des termes peu équivoques :

Par messages radiodiffusés des 5, 6, 13 et 25 septembre, un porte-parole s’adressant en votre nom aux ouvriers étrangers travaillant en Allemagne, les a incités d’abord à déserter leur lieu de travail et à gagner la campagne ; ensuite à se préparer à la résistance active […]

Le Gouvernement Français se rend compte que ces consignes ont été établies au moment où les opérations des Armées Alliées en France permettaient d’entrevoir une avance rapide en territoire allemand.

Il comprend également le souci du S.H.A.E.F. d’utiliser au bénéfice des Armées Alliées les services que la masse immense des étrangers en Allemagne peuvent (sic) être en mesure de rendre dans la bataille commune.

Il ne doute pas que le S.H.A.E.F. n’ait également été guidé par le souci de préserver des vies humaines mises en danger tant par les bombardements alliés que par les atrocités nazies éventuelles.

Cependant le Gouvernement Français se voit contraint de protester contre de telles mesures ordonnées à ses propres ressortissants par le Commandement allié sans que ni lui-même ni ses représentants militaires aient été informés.

10Après avoir constaté que les Alliés seraient entièrement responsables des suites de ces appels et des réactions susceptibles d’en découler, il termine ainsi :

  • 5 Message urgent et confidentiel du 26 octobre 1944 (AN F/60/410).

En conclusion, le Gouvernement Français se doit de protester contre ce qu’il est obligé de considérer comme une atteinte du Commandement Militaire à la souveraineté française.5

  • 6 Dancy (1946), p. 16.

11De toute façon, ces appels eurent peu d’écho. Certes, la tendance à l’insoumission et à la résistance surtout passive grandissait ainsi que la solidarité entre les diverses nationalités. Mais les travailleurs étrangers avaient acquis, durant les années de leur rétention en Allemagne, une conscience aiguë des limites à ne pas dépasser pour ne pas risquer des sanctions qui leur auraient coûté la vie. Au moment où leur libération était imminente, il leur importait plus que jamais de survivre. Il fallait donc éviter toute action imprudente et mal calculée. Les cas ont dû être très rares où, suivant l’exemple des prisonniers soviétiques libérés à Berlin, ils se seraient immédiatement rangés aux côtés des troupes alliées pour reprendre le combat, l’arme à la main.6

12Il y eut cependant des Français qui se mirent au service les Alliés pour servir d’interprètes, par exemple, et pour les aider dans les tâches d’administration, comme en témoigne ce rapport :

Il semble tout à fait possible de trouver sur place les hommes appropriés à cette tâche, de telle sorte qu’à l’heure actuelle, même dans cette zone chaotique, aucun problème d’organisation n’apparaît insoluble, et cela aussi est un facteur d’optimisme chez les libérés. (Cf. annexe, document 4.2.)

13Selon les situations, l’imprévisible et la désorganisation de la production et de la surveillance marquèrent ces derniers mois dans la gueule du loup. Certains eurent une chance inouïe comme ce requis du travail qui, bien qu’il ait tenté en vain de se soustraire à son départ forcé en novembre 1942, se vit, à son grand étonnement, muté en France à l’été 1943 et affecté à l’atelier de formation de Weser-Flug à Paris. Là, il demanda son congé annuel en juin 1944, partit sans au revoir, bien entendu, et participa comme maquisard à la libération de Dijon, sa ville natale (cf. annexe, documents 4.3, 4.4 et 4.5). D’autres requis, comme plusieurs de mes témoins, avaient suivi le mouvement des transferts de production dans les territoires moins exposés à l’Est puis, devant l’avance des armées soviétiques à partir de l’automne 1944, rebroussaient chemin vers l’Ouest, plus au moins surveillés.

Paul H. : Quand nos, nos patrons locaux ont su que les Russes arrivaient, les civils du patelin l’ont su aussi. Donc tous les trains ont été pris d’assaut. […] Mais, euh, les gens de la Focke-Wulff, en priorité, se sont fait affecter un train. Et ils sont partis. Quant à nous, ils nous ont dit : débrouillez-vous. Comme ça ! Nous avons commis une erreur qui pouvait nous être fatale. Parce que nous savions quand même bien où était l’Est et l’Ouest, et, au lieu de prendre l’Ouest nous avons pris l’Est. Ce qui fait que, au soir, nous sommes arrivés dans un village complètement vide, il y avait une ferme immense, avec des animaux, et là, nous avons retrouvé un, un un prisonnier de guerre. Euh, un…, qu’est-ce que c’était, l’autre ? Enfin…
[…]
Paul H. : Nous nous sommes retrouvés de, euh, 15 à 20 que nous étions au départ, nous nous sommes retrouvés 40.
Robert G. : C’était le 14 février 45. Je l’ai ça, sur le…
Paul H. : Oui, alors nous nous sommes retrouvés tous là…
Robert G. : (cite son journal) « Et couchons dans de bons lits, tuons même cochons et plusieurs poulets » (fin de citation). C’est pas moi qui les ai tués, parce que je ne savais pas.
[…]
Paul H. : Alors rien, rien ne se fait, la nuit se passe, nous couchons dans un appentis de, euh, d’une ferme, avec des Allemands qui étaient, eux aussi, en fuite. Ils avaient un camion, ils étaient couchés. Au milieu de la nuit, ils nous alertent : « Vite vite vite, voilà les Russes. » On entend des coups de canon.
Paul H. : Et nous n’en faisions rien.
Robert G. : On n’a pas bougé.
Paul H. : Nous les laissons partir affolés, ils s’en vont vraiment paniqués, et nous, nous attendons au petit matin… Rien. Pas de Russes. Parce que c’est ça que nous attendions.
Robert G. : Et puis, plus personne.
Paul H. : Nous attendions les Russes. Alors pas de Russes et pas d’Allemands. Là, nous, nous avons commencé à nous poser des questions. Quoi faire ? Là, ça devenait délicat. Un de nous, plus curieux, avait déjà découvert la propriété, une propriété, vous savez, vraiment belle, c’était somptueux, des quantités de bêtes, euh, euh une maison richement meublée, des fusils de chasse… des fourrures de prix, euh, quand nous avons vu ça, nous avons touché du doigt très vite le danger. Parce que nous avons dit, c’était inévitable, si les Allemands reviennent, ils nous trouvent là, notre compte est bon. Alors, nous avons fait de l’auto-… euh… assistance, nous avons regardé, fait un tour d’horizon et demandé à chacun quel était son grade, qu’est-ce qu’ils étaient. Et c’est là que nous avons trouvé un prisonnier de guerre évadé d’un camp, par là…
Robert G. : Ouais, ouais.
Paul H. :…qui était officier, un autre qui était sous-officier, euh, un troisième qui parlait bien l’allemand, par la force des choses, nous l’avons bombardé interprète, en cas, et ça n’a pas raté. Alors, nous nous sommes répartis le travail, il n’était pas question de rester là, nous avons réparti le travail, les uns, euh, nettoyaient les animaux, moi, je suis allé nettoyer les, les vaches, changer la paille, d’autres ont trait le lait, euh… […] Et, euh, nous avons attendu. C’est tout ce que nous pouvions faire. Mais ça ne résolvait aucun problème. Tout d’un coup, nous avons eu, euh, un, ou deux, trois, en fait, c’était un groupe de SS qui arrivait en reconnaissance. Quand ils nous ont vus là… […] Ils, ils, ils ont fait une drôle de tête…
Robert G. : « Qu’est-ce que vous faites là ? » Et tout ça.
Paul H. : Ils nous ont dit : « Mais qu’est-ce que vous faites là ? » Alors heureusement nous avions D […] qui a pu leur expliquer avec pré-… assez de clarté, et puis il avait quand même…
Robert G. :…il avait des papiers… des papiers de, qu’avaient la firme, l’en-tête de la firme.
Paul H. : Alors les gars nous ont cru, mais…
Robert G. :…à moitié, mais avec la mitraillette.
Paul H. : On sentait, euh, on sentait que la conviction n’était pas ferme. Alors euh…
Robert G. : Et alors, et vous savez, et alors ils nous ont embarqués…
Conduits à Erfurt puis de nouveau libres, ils sont tombés par hasard sur leur contremaître brêmois :
Paul H. :…Ils nous ont laissés sur une voie de garage, sans explications, le train va continuer je ne sais où, et ça a été une chance, une chance quand même, ça existe la chance, parce que nous avons erré, avec beaucoup d’inquiétude, sachant ce camp pas très loin, sachant que si, euh, la police nous trouvait là, à errer, euh, l’affaire serait vite réglée… Dans la rue, nous avons le, le contremaître, je ne me souviens plus de son nom… […]
Paul H. : Il nous a vus là, il s’est arrêté…
Robert G. : Il nous a dit : « Qu’est-ce que vous faites là ? »

14Et les voilà repartis en direction de leur ancienne usine qu’ils ont retrouvée complètement détruite. D’autres témoins m’ont raconté des pérégrinations semblables, d’un endroit à l’autre, pour éviter de tomber aux mains des Allemands ou des Russes.

15La libération proprement dite, à savoir l’arrivée des troupes alliées, s’est étalée sur plusieurs mois et a présenté une grande variété de situations. Tout d’un coup, les rôles étaient inversés. Les anciens « seigneurs » brûlaient leurs uniformes et dépendaient parfois de certificats de conduite cléments de la part de leurs anciens prisonniers ou ouvriers requis.

Pierre G. : J’ai vu quelque chose qui m’a fait bien plaisir à la libération, j’ai vu les SS et les SA brûler leur tenues en face de Goldina, là, hein, et puis j’ai vu les… des Allemands qui étaient délégués de l’Arbeitsfront, Arbeit- ceci, hein, qui avaient ça devant leur devanture de maison, là, hein, enlever les plaques, et puis venir nous dire, hein : Tu ne diras pas que t’as été malheureux avec moi, là, et ainsi de suite, hein. Parce que c’est sûr, à la libération, il y avait des officiers… alliés, là, qui nous interrogeaient.

16Du jour au lendemain, les otages étaient devenus des hommes libres, voire appartenaient au camp des vainqueurs, même s’ils hésitaient un peu à assumer pleinement ce nouveau rôle. Ce renversement des hiérarchies se montrait jusque dans les petits détails de la vie quotidienne :

Edgard B. : Et il y a une chose extraordinaire qui nous a fait drôle, qui m’a fait drôle à moi, Français. Quand on marchait sur le trottoir, les Allemands descendaient et ils retiraient leurs casquettes. […] On était, on a été tellement habitués du contraire… […] que ça… qu’on est restés…
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Alors, là, mais… moi j’ai dit, tu as vu, alors, ils descendent, ils nous saluent. Oui, je me dis, oui, hein, mais si, mais qu’est-ce, qu’est-ce qui se passe, vraiment, on était, alors, abasourdis. Étonnés, de voir l’inverse parce qu’on ne réalisait pas encore… On ne pouvait pas réaliser qu’on était libres !
H. B.-S. : Et que vous étiez vainqueurs, en quelque sorte.
Edgard B. : Qu’on était vainqueurs, que nous, on n’était pas, on était délivrés. Attention. Nuance !
H. B.-S. : Hm. Oui.
Edgard B. : Parce que nous, on n’a rien fait.
H. B.-S. : Non, non, mais vous étiez dans le camp des…
Edgard B. : On était dans le camp des vainqueurs. On réalisait très mal.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Y en a eu quelques-uns qu’ont fait des excès, qui ont balancé des meubles… euh, des meubles par la fenêtre, mais ça a été vite mis, mis d’aplomb, parce que nous, on a commencé à leur dire, mais dites donc, eh, oh !

17Bien entendu, pour leur ravitaillement, les Français, et tous les « D.P.s » (Displaced Persons), comme les libérateurs alliés les appelaient, n’avaient d’autre choix que de vivre sur l’habitant et sur les stocks allemands. Les Alliés les y incitaient d’ailleurs expressément. Quand l’occasion s’y prêtait, m’ont dit des témoins, ils n’hésitaient pas à se procurer aussi des vêtements ou des chaussures. Paul P., un ancien prisonnier de guerre, s’est vu offrir un vélo :

Dans le flot de la circulation, les Tommies (toujours corrects mais inflexibles) arrêtaient tous les cyclistes et donnaient les vélos aux étrangers et aux P.G. qui attendaient leur tour ! J’en ai pris un !

18Mais les sentiments de haine et de vengeance qui les auraient poussés à des destructions gratuites, des pillages ou des actes de violence étaient pratiquement absents chez les étrangers ouest-européens. Par contre, de tels sentiments pouvaient puiser des motifs bien plus profonds dans les traitements endurés par ceux venus de l’Est qui, considérés comme des sous-hommes, avaient dû mener, des années durant, une existence de parias et dont les pays, toutes proportions gardées, avaient connu une occupation allemande beaucoup plus dévastatrice, semant la répression sanglante et la terreur généralisée.

19Dans l’explosion de joie, il y eut, certes, les célébrations spontanées de la libération, unissant les Français et les Russes dans un même enthousiasme, comme s’en souvient Yves Bertho :

Pour finir sur des images finales, je voudrais terminer sur la fin de la guerre, c’est-à-dire trois ou quatre jours avant le suicide de Hitler… ça devait être le 27 avril, si je ne m’abuse, où les troupes anglaises ont délivré Brême et où il est resté avant la remise en ordre par les autorités anglaises – puis après américaines – d’occupation de Brême une période de joyeux désordre. Et ça se terminait pour moi par cette image qui était vraiment d’un comique complet : d’arriver un soir, peut-être le 28 avril, dans une roulotte d’entretien des tramways qui devait se situer du côté du musée de Brême, au bout d’Am Wall, où j’entendais – la nuit était tombée – où j’entendais chanter et hurler. Je suis rentré dans cette petite roulotte, et là-dedans, il y avait sept Russes qui étaient en train de faire des crêpes, casser des bouteilles à même… la bouteille et à chanter, et ils étaient tous en frac, avec des queues-de-pie qu’ils avaient volés sans doute dans un magasin très chic de Obernstraße, en sorte qu’ils avaient à même la peau des costumes de mariés, avec les parements de soie, avec de grandes tâches de graisse ! Et alors on a bu, on a levé un toast à la santé de de Gaulle, un toast à la santé de Staline, tout ça criait… ils étaient manifestement presque tous complètement saouls, et moi je commençais à l’être aussi, tout ça donnait une image quand même dérisoire et merveilleuse de ce que pouvait être la vie, et d’en être sortis.

20Mais en même temps, beaucoup de Français, qui, pendant leur séjour, avaient appris à distinguer parmi les Allemands, protégeaient même parfois les civils allemands contre des actes de vengeance. Les Alliés regardaient cette attitude d’un œil quelque peu critique :

  • 7 Rapport du lt.-colonel Dubarle au commandant de la mission de liaison francaise colonel Lano du 2 m (...)

Vis-à-vis des populations allemandes, il est difficile aux français récemment libérés de passer tout d’une pièce du système antécédent au système d’occupation. Beaucoup de relations humaines subsistent, les allemands s’y appuient constamment pour éviter d’avoir affaire aux russes, yougoslaves, polonais… En zone américaine, les Français récemment libérés constituent parfois une sorte de petite milice locale, plus ou moins armée, chargée de policer le pays et d’éviter aux populations les excès qu’elles redoutent de la part des russes.7

21Beaucoup de témoins font état de cette peur des Russes qu’éprouvaient notamment les femmes allemandes :

  • 8 Enquête auprès d’anciens prisonniers de guerre (XB) par le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre (...)

Vers la fin, elles avaient toutes peur des Russes et souhaitaient que les Américains arrivent les premiers à Brême. Quelques jeunes Français ont agréablement profité de cette peur…8

22Cette crainte était sans doute en grande partie justifiée, mais la propagande nazie y avait aussi contribué, en nourrissant délibérément la peur des représailles qui s’abattraient sur les Allemands en cas de victoire alliée. En tout cas, les sentiments de haine, auxquels le moment était enfin venu de laisser libre cours, correspondent directement à la place respective de chacune des nations et des « races » dans la hiérarchie nationale-socialiste et à leur degré d’oppression.

23Pour ce qui est des civils français, ils n’ont que rarement commis des actes de vengeance contre la population allemande, mais ont parfois aussi fait preuve de charité. Ainsi, une photo prise par André P. montre des femmes allemandes venant au camp des Français avec leurs enfants pour demander des vivres.

4.9 – Des femmes allemandes avec leurs enfants demandant des vivres auprès des ouvriers français juste libérés, Bremen-Hemelingen, fin avril 1945.

4.9 – Des femmes allemandes avec leurs enfants demandant des vivres auprès des ouvriers français juste libérés, Bremen-Hemelingen, fin avril 1945.

Collection André P.

24Les rapports avec les libérateurs alliés étaient d’abord marqués par la joie de voir enfin finir, à leur arrivée, la longue captivité et la contrainte au travail en Allemagne. Mais il y eut aussi quelques frottements car ces troupes devaient donner la priorité à l’accomplissement rapide de leur mission militaire et ne pouvaient pas prendre en charge et rapatrier les libérés aussi vite que ceux-ci l’auraient voulu. Devoir encore attendre leur rapatriement organisé – car les convois spontanés gênaient les opérations militaires -, être entassés dans des « centres de rapatriement », souvent leurs anciens camps, se faire enregistrer sur des listes, supporter une nouvelle tutelle et bureaucratie, tout cela mit à rude épreuve la patience de plus d’un libéré.

Le rapatriement

25Le responsable du rapatriement des Français était Henri Frenay, ministre des prisonniers, déportés et réfugiés, mais les modalités concrètes du retour dépendaient largement des forces alliées combattant en Allemagne. Elles formèrent pour cela un corps militaire de rapatriement de 12.000 hommes, complété par des missions militaires françaises dans les pays de transit comme la Belgique. Inévitablement, il y eut parfois conflit entre le souci de rapatrier les DP et les opérations militaires. De plus, les autorités militaires agirent au début selon leur logique traditionnelle en privilégiant les militaires dans le rapatriement. Frenay contesta cette doctrine au nom d’une égalité de traitement pour toutes les catégories. La condition particulièrement précaire des détenus des camps de concentration, qui dépassait l’imaginable, força peu à peu tous les responsables à réviser leurs conceptions théoriques et à aider en priorité ceux qui en avaient le besoin le plus urgent.

  • 9 Frenay (1945), p. 109.

26La difficulté de la tâche était accrue par le manque d’informations précises sur le nombre des Français libérés et les lieux où ils se trouvaient ainsi que par la pénurie de moyens matériels dans une France affaiblie par les années d’occupation. Le ministère et les intéressés divergent dans leur bilan global du rapatriement. Henry Frenay faisait valoir que, malgré des conditions particulièrement difficiles, 95 % des Français avaient pu être rapatriés dans les 100 jours, i.e. le double du chiffre de la Première Guerre mondiale dans un tiers du temps, qu’il n’y avait pas eu d’infections secondaires au typhus et que les rapatriés arrivés en bonne santé avaient regagné leur familles en moins d’une semaine.9 Les intéressés, eux, étaient parfois très déçus et faisaient de nombreuses critiques contre l’organisation du rapatriement, comme celle-ci :

  • 10 Cochet (1992a), p. 81.

Ces hommes ont été maintenus dans leur camp en attendant un rapatriement qu’ils ne voient pas venir. […] Il y a là une honte qui doit cesser. […] Quand les campagnes allemandes regorgent de vivres et de produits, quand les officiers et généraux hitlériens mangent à leur habitude, c’est une honte, en effet, que les internés politiques connaissent la faim. […] Ces hommes ne demandent pas grand-chose. Ils ne veulent pas de traitement de faveur : ils ne réclament ni médailles, ni discours : Ils veulent seulement rentrer chez eux.10

27Les itinéraires du rapatriement et les moyens de transport étaient extrêmement variés. Exemple typique, voici le souvenir que garde Michel Brisset de son départ de Bremerhaven, au bord de la mer du Nord :

Le 12 mai, l’ordre est venu au camp de préparer nos valises pour le départ. Le 16, des camions américains sont venus évacuer tout le camp : Français, Belges, Hollandais et quelques Italiens. […] Les camions se suivent et descendent vers le sud. De gauche à droite nous regardons les convois de camions sur toutes les routes : des chars, des bulldozers, des half track. Nous découvrons la puissance américaine. Des champs remplis de jerricans pour transfert de carburant. Des chauffeurs sont en majorité des noirs. Quand il y avait des rivières, des ponts s’affaissaient sous le poids du camion en passant sur des doubles rainures métalliques et remontaient ensuite en tanguant sur l’eau. Nous nous arrêtions dans un camp américain pour nous faire inscrire et passer à la désinfection au DDT aspergés presque à nu. Nous restions une nuit dans ce camp où des médecins militaires soignaient ceux qui étaient souffrants. Le lendemain, nous repartions dans un train pour wagons à bestiaux avec de la paille, mais libres. Le train roulait lentement et s’arrêtait toutes les heures environ. Tous ceux qui avaient un besoin naturel à satisfaire descendaient, et comme il y avait des céréales aux herbes de 80 cm de hauteur, se soulageaient car naturellement il n’y avait pas de WC dans ce genre de wagon. Nous étions des S.T.O., des prisonniers français et quelques-uns qui revenaient des camps de concentration avec leurs pyjamas rayés blanc et noir amaigris. Nous passons sur la Weser dans la région de Minden, toujours au ralenti. Puis Münster, et à Wesel nous passions sur le Rhin, tout doucement, sur un nouveau pont, les rails fixés sur de gros poteaux en bois, à 5 km à l’heure. Le Rhin était à 5 à 10 m en dessous et nous en retenions notre respiration.

  • 11 Brisset (2008).

Ensuite, nous arrivons dans la Ruhr. La campagne verte est finie, ce n’est plus que désolation, usines démolies, terrils, décombres, aciéries, hauts fourneaux anéantis. Nous traversons la Hollande propre et verte, et Maastricht. Les gares sont fleuries et pavoisées, la vallée de la Meuse, la Belgique, Namur, Charleroi et enfin Valenciennes en France. Le train s’arrête à la frontière. Tout le monde descend. L’émotion est forte, les larmes aux yeux et on embrasse la terre.11

  • 12 Cochet (1992a), p. 66 ; Durand (1980), p. 500.
  • 13 Jacobmeyer (1985), p. 83. Une lettre du ministre des Affaires étrangères au « Commissaire Général p (...)

28Si les Français libérés par les Américains et les Britanniques rentraient chez eux en moyenne dans les 17 jours après leur libération, les 19.000 Français libérés par l’Armée Rouge et se trouvant donc à l’Est du front, mettaient 116 jours, en passant par Odessa et Marseille.12 Seuls 0,13 % des Français n’avaient pas regagné leur pays en septembre 1945.13

29Un petit nombre avait retardé leur retour de quelques jours pour tenter de ramener avec eux une amie allemande, polonaise ou soviétique. Selon les souvenirs de mes témoins, des femmes allemandes se seraient couchées devant les camions de rapatriement en exigeant d’y être admises, avec ou sans le consentement de leur ami français d’ailleurs. (Cf. p. 261) Si certains Français ont réussi par la suite à faire admettre en France des femmes connues du temps de leur travail forcé, la politique française dans la phase du rapatriement immédiat était restrictive en la matière. Les étrangères n’étaient admises que si le couple avait déjà des enfants ou en attendait – le seul fait d’être mariés ne suffisait pas.

  • 14 Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets du 12 juin1945 (AN F/9/3308), confirmée par celle (...)

Rien n’est modifié au principe posé par ma circulaire du 5 mai selon lequel les femmes enceintes, ou avec enfants, sont seules admises actuellement à pénétrer en France accompagnées d’un prisonnier ou déporté. Le fait que les intéressées prétendent avoir contracté régulièrement mariage en Allemagne avec un prisonnier ou déporté ne les autorise donc pas, jusqu’à nouvel ordre, à entrer sur notre territoire.14

30Soupçonneux, le chef de la mission française du rapatriement, le colonel Lano, demande le 18 avril 1945 au Ministère des Prisonniers, Réfugiés et Déportés :

La question la plus fréquente qui m’est posée, est celle concernant les femmes qui suivent un déporté ou un prisonnier. S’il y a enfant ou maternité proche, nous les laissons passer. Mais où commence l’état de « femme enceinte » depuis 10 minutes ou depuis 6 mois ? (AN F/9/3308)

31Et il ne laisse aucune équivoque sur ses sentiments à leur égard :

Les femmes ramenées ainsi sont pour la plupart Russes ou Polonaises. Leur aspect est une preuve du manque de goût de leurs protecteurs. (Ibid.)

32Quant aux attentes ressenties par les rapatriés, toutes catégories confondues, plusieurs sources font état d’une volonté nette de voir punis les responsables de leur déportation, aussi bien allemands que français.

Comme toujours attitude très décidée en ce qui concerne l’épuration. Ce ne sont pas les prisonniers qui se montreront tendres pour les collaborateurs. […] Au départ du train ils chantaient à tue-tête la « Marseillaise ». (Cf. annexe, document 4.10.)

33Les expériences communes de la captivité, les nuits sous les bombardements alliés, le travail exténuant, les conditions de vie précaires, la surveillance par la Gestapo et le SD n’étant plus qu’un mauvais souvenir, le jour de faire les comptes était proche et la France allait prendre en compte et juger à leur juste valeur les souffrances et les mérites patriotiques de chacun, en sanctionnant les compromissions avec l’ennemi. Mais si tous attendaient ce jugement, les attitudes divergent selon les catégories de rentrants :

Moral des prisonniers :

P.G. = excellent

Déportés politiques = excellent

Déportés T.O. = un peu fermé au début. Nous les rassurons petit à petit ; ils se détendent et partent en chantant la Marseillaise

  • 15 Rapport de l’officier de liaison colonel Lano du 27 mars 1945 (AN F/9/3308).

Prisonniers transformés = ce sont les plus inquiets sur l’accueil qui leur sera fait en France.15

34Il s’agissait de savoir qui était victime de la politique de Vichy et qui en revanche avait profité des faveurs du Maréchal.

Les travailleurs et les prisonniers ne fraternisent pas beaucoup. Les prisonniers transformés restent encore plus nettement à l’écart.

De façon générale, la mentalité des travailleurs est plus aigrie, moins patriote. Ils nourrissent contre le Gouvernement Pétain une vigoureuse haine, ils lui en veulent de les avoir livré [sic] à l’ennemi, de n’avoir jamais pris leurs intérêts en main, de n’avoir jamais envoyé de colis, alors que les prisonniers en recevaient de la Croix-Rouge ou d’ailleurs.

Quant aux prisonniers transformés et travailleurs volontaires, ils craignent l’accueil qui leur sera fait en France. (Cf. annexe, document 4.12.)

35L’apparente contradiction qui attribue aux travailleurs civils une plus grande hostilité vis-à-vis du gouvernement de Vichy mais un manque de patriotisme semble résulter de l’appréciation personnelle de l’auteur de ce texte. En tant qu’officier, il voyait un signe de patriotisme dans la discipline militaire dont les prisonniers de guerre firent preuve tandis qu’il jugeait comme communiste, et donc antipatriotique, la mentalité de saboteurs chez les ouvriers beaucoup moins disciplinés. Voici sur le chemin du retour au pays des éléments de l’« anti-France » qu’on devrait surveiller attentivement dans l’avenir. Une telle opposition à Vichy, qui n’était pas issue du gaullisme et ne s’inscrivait pas en accord avec les Alliés de l’Ouest, loin d’être bienvenue, lui était même suspecte. N’avaient-ils pas écrit sur un train du retour le slogan « Les prisonniers transformés au poteau ! », mais aussi « Mort aux Anglais… Vive le communisme » ? (Cf. annexe, document 4.13.) Aux yeux de cet officier de liaison, il s’agissait là d’éléments bien plus troubles que les prisonniers de guerre :

  • 16 Dans l’aprés-guerre immédiat, le terme de « déportés » désigne souvent les requis du travail.

Toutefois nous notons que la différenciation entre prisonniers et déportés16 s’accentue de jour en jour.

Il faut attribuer cet état d’esprit :

  1. à la discipline très stricte qui règne chez les prisonniers de guerre, en opposition flagrante avec le laisser-aller des déportés.

  2. aux déplacements sur route. Les soldats, mieux organisés vivent mieux, s’entr’aident.

  3. Les déportés sont plus fatigués, car peu ont résisté à l’attrait du pillage et reviennent chargés comme des baudets d’un attirail hétéroclite.

    • 17 Rapport de l’officier de liaison colonel Lano du 18 avril 1945 (AN F/9/3308).

    Chez les déportés, on trouve des traces de l’ancien communisme saboteur antipatriotique, et même antifrançais ; chez les soldats, on note une recrudescence de la discipline, du sentiment national et surtout de l’esprit militaire.17

36Le même rapport, qui confond les catégories de manière flagrante, abonde dans les reproches de collaboration adressés aux travailleurs civils requis et aux prisonniers transformés et souligne leurs craintes à ce sujet :

  • 18 Ibid. L’expression « STO volontaires » semble indiquer que Lano n’est pas très familier des différe (...)

Le prisonnier transformé est considéré comme un lâcheur, comme un faux frère, alors que parmi ceux que j’ai interrogé (sic) beaucoup paraissent avoir obéi au désir d’améliorer leur condition, d’obtenir des permissions pour rester en France. […] Plusieurs STO volontaires ont manifesté la crainte d’être mal reçus à leur retour en France.18

L’accueil en France

  • 19 Ceux-ci étaient souvent d’anciennes « maisons du prisonnier », avec le personnel hérité du régime d (...)
  • 20 Lagrou (1992), p. 240.
  • 21 Cochet (1992a), p. 114.

37Le retour au pays, tant de fois imaginé et tant espéré, était-il à la hauteur des attentes ? Inévitablement mais parfois à leur grande déception, le tout premier contact avec la mère patrie retrouvée consistait en un ensemble de mesures administratives qui retardaient les retrouvailles avec la famille de plusieurs heures, voire journées, dans un des 75 centres d’accueil situés près de la frontière ou dans les départements.19 Ces mesures comprenaient aussi la désinfection et des interrogatoires souvent d’une méfiance à peine voilée, ce criblage du rapatriement qualifié par Pieter Lagrou de « Nuremberg des masses rudimentaire ».20 Ces centres émettaient les cartes de rapatrié et les cartes d’alimentation et distribuaient aux ayants droit d’éventuelles primes et subventions. Il n’est pas étonnant que les appréciations sur leur efficacité divergent autant que pour le rapatriement. Aux yeux de l’historien Cochet, certains centres méritent cette remarque : « Si l’anarchie n’est pas totale, elle semble, en tous cas, impressionnante. »21

38Le ministre Henri Frenay par contre, qui avait promis de tout mettre en œuvre « afin que le retour de chacun soit une fête », tire un bilan globalement positif :

  • 22 Frenay (1976), p. 742-3.

Chaque rapatrié allait remplir en un temps record toutes les formalités qui le réinséraient dans la vie du pays. En outre, il allait être douché, épouillé, examiné médicalement, muni d’une fiche de santé, d’un bon de transport, de vivres de route et d’une prime en argent. En une heure dix tout devait être terminé.22

4.6 – Carte de Rapatrié.

4.6 – Carte de Rapatrié.

Collection Georges T.

  • 23 Vissiere (1988), p. 459.

39Les souvenirs des témoins sur ces premières heures passées sur le sol français divergent beaucoup. En général, plus le retour était précoce, plus l’accueil semble avoir été chaleureux et cordial. Et bien entendu, beaucoup dépendait des dispositions individuelles des rapatriés et des personnes qui les accueillaient. Les infirmières traitaient parfois de haut ces garçons qui, au lieu de s’engager dans la Résistance, étaient partis volontairement, croyaient-elles, contribuer à l’effort de guerre du Reich. Assimilés aux collaborateurs, les S.T.O. devaient raser les murs et quêter humblement leur pardon.23

40Ce sont surtout les interrogatoires qui décevaient les rentrants :

Edgard B. : On a été reçus les bras ouverts, par les Hollandais, par les Belges […] et moins bien par les Français.
H. B.-S. : Ah oui ?
Edgard B. : Les Français, ça a été, euh, vraiment, euh, un inter-… interrogatoire, à Lille, très serré.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : On avance et : Pourquoi qu’on avait été là-bas, pourquoi qu’on avait fait ça, euh, si on était ancien collaborateur, enfin, des questions complètement idiotes et tout ça… M’enfin, on a été reçu froidement.

41Pour la plupart des témoins cependant, ces formalités bureaucratiques ne pouvaient pas gâcher l’immense joie d’être enfin libres et de retrouver les leurs. Le pays, lui-même à bout de forces après quatre années d’occupation, les avait, somme toute, convenablement accueillis, jugent-ils. Pour ceux d’entre eux qui ont pris une part active dans le combat de la FNDT contre la stigmatisation des anciens requis du travail, l’accueil par la mère patrie se divise entre la population en général, bienveillante et amicale à leur égard, et l’attitude des gouvernements successifs qui leur avaient refusé la reconnaissance d’un statut :

H. B.-S. : Et considérez-vous que la France, dans son ensemble, vous avait bien accueillis, ou plutôt…
André P. : Très bien accueillis, à notre retour. Très bien. Très bien.
[…]
H. B.-S. : Et si vous considérez les deux autres catégories dont s’occupait le ministère P.D.R. de l’époque, donc : prisonniers, déportés et rapatriés, il y avait aussi des déportés raciaux qui rentraient, déportés raciaux et politiques, et il y avait aussi des prisonniers de guerre. Est-ce que vous vous sentiez traités de la même façon, ou est-ce qu’il y avait des avantages d’un côté ou de l’autre ?
André P. : Nous sommes totalement abandonnés.
H. B.-S. : Abandonnés ?
André P. : Oui. La preuve, j’ai découpé le titre du « D.T. », il a changé de nom, il s’appelle « Le proscrit ».
H. B.-S. : Tout à l’heure, je vous ai demandé si vous avez été bien accueillis, vous avez dit que oui…
André P. : Ah… ! Par la popu-… par la population locale.
H. B.-S. : Non, je veux dire, par la France, en tant que pays.
André P. : On a été négligés par les gouvernements. Mais bien accueillis par la population.

42Pour ce qui est du soutien matériel, les témoins sont unanimes à signaler son insignifiance : « Ils nous ont donné la permission de nous débrouiller » (Robert G.).

43En décembre 1944, bien avant l’arrivée des rentrants, le colonel Lano, officier de liaison au rapatriement, avait mis en garde Henri Frenay contre les suites possibles d’un accueil qui ne serait pas à la hauteur des attentes :

Je crains que si nous ne mettons pas à profit les semaines qui vont suivre à mettre sur pied une organisation complète avec ses vivres, ses vêtements, ses logements, nous risquons de voir débouler sur la France des hordes de prisonniers qui s’écrieront : C’est ça le Gouvernement provisoire de la République française, c’est ça le Gouvernement du Général de Gaulle, eh bien sous Vichy, ça n’aurait pas été plus mal.

Je hais, comme vous Monsieur le ministre, le sectarisme gaulliste, je ne suis pas de ceux qui veulent la lutte entre Français, mais il faut se rendre à l’évidence, il y a des vichystes et des Gaullistes. Il est difficile d’être neutre même pour le plus mou des mous, et comme chaque prisonnier, à sa rentrée, créera autour de lui un groupe de 3 ou 4 personnes, parents, frères, sœurs, amis, 3 millions de Prisonniers et Déportés risquent de créer une masse de 10 millions de mécontents à un moment où la France a tant besoin de l’Union de toutes les bonnes volontés pour sortir de l’ornière. […]

Il ne faut pas qu’au grand espoir succède le plus lamentable des désespoirs, et qu’une vague de fureur ne vienne ajouter sa force destructive aux destructions qui se sont accumulées sur le sol de France. (13 décembre 1944, AN F/9/3308)

44D’un autre côté, s’ils invoquaient les expériences douloureuses de la captivité et du travail forcé en Allemagne, les rapatriés se voyaient répondre que le sort des Français restés au pays n’avait pas été enviable non plus, loin de là :

  • 24 Boudot (1976), p. 716.

Tentent-ils d’engager une conversation, ils entendent des plaintes sur l’indigence du ravitaillement, sur l’existence du marché noir, sur les difficultés quotidiennes. Lorsqu’ils veulent évoquer leurs propres misères, on leur décrit l’Occupation et ses drames ; quand ils parlent de leur fidélité à la France, on évoque devant eux le sacrifice des résistants. Un lourd malaise pèse sur eux. Sont-ils encore à l’heure de leur pays ?24

45En plus des déceptions dues à un accueil plus froid et moins généreux qu’ils ne l’avaient espéré, et au fait de trouver une France exsangue à leur retour, les rapatriés devaient se demander s’ils avaient vraiment autant manqué à leur patrie que les discours de bienvenue le prétendaient. Au moment de leur retour, l’enthousiasme de la Libération qui avait parcouru la France à partir de l’été 1944 avait déjà cédé le pas à une certaine désillusion. Les destructions de la guerre étaient partout présentes, les rigueurs d’alimentation allaient encore durer un certain temps et la reconstruction demandait un effort collectif important. Les moyens pour soutenir les rapatriés étaient limités, de même que la compassion d’une population qui avait l’impression d’avoir autant souffert qu’eux, mis à part les survivants des camps de concentration, évidemment.

46De plus, le pays avait entamé la reconstruction et s’était doté de nouvelles structures politiques et sociales dès les premiers mois suivant la Libération, bien avant leur retour. Peu d’entre eux avaient pu participer aux premières élections législatives d’avril 1945 et les postes de commande dans les partis politiques et les institutions avaient déjà été répartis et conférés parfois à des « résistants de la dernière heure », ce qui ne manquait pas d’exaspérer les rapatriés. Certains soldats des Forces Françaises Libres se conduisaient alors comme des cowboys, trouvait Paul T., et Edmond T. jugeait mesquine la façon dont étaient faits certains règlements de compte : « J’ai été écœuré, booh ! »

  • 25 Sur les 40.000 personnes condamnées à des peines de prison en 1945, les deux tiers étaient libres t (...)
  • 26 La critique des imperfections de l’épuration fait parfois abstraction de la situation concrète de l (...)

47Aux yeux des rapatriés l’épuration n’était pas suffisamment dirigée contre les responsables de la collaboration d’État politique et surtout économique25, mais frappait surtout le « menu fretin ».26

Fernand L. : Beh, oui, la France est beaucoup changée, la France était, beh, c’était la France des règlements des comptes. C’est la France de… phh… comptes, on coupait le cheveux aux femmes qui avaient collaboré, les collaborateurs ont fui, il y en a qui en voulaient à d’autres et, par là, il y avait des choses qui, alors c’était une France qui était… morose oui, c’était une France… libérée, parce que la Libération, vous avez vu des photos peut-être ? La libération de Paris, tout ça ?

48À part les petites minorités authentiquement collaborationnistes ou résistantes, la plupart des Français avaient vécu les quatre ans d’occupation en s’arrangeant bon gré mal gré avec les circonstances tandis que la guerre était menée sur d’autres fronts décisifs. Le mythe gaulliste de la nation française résistante dans son ensemble leur offrait un modèle d’identification puissant et volontiers endossé.

49Par contre, les rapatriés, eux, par le simple fait de leur absence ne pouvaient revendiquer une appartenance quelconque à la Résistance, fut-ce celle de la dernière heure. L’insistance sur les sabotages et la résistance passive dans la gueule du loup, que l’on trouve parfois dans la mémoire officielle du groupe (cf. p. 189), essaie de faire admettre les travailleurs requis dans cette mémoire collective, mais en vain. Il était trop tentant de projeter sur eux les ambiguïtés qui avaient été celles de la majeure partie des Français en les accusant d’avoir « collaboré », d’autant plus que leur histoire rappelait le triste épisode de la collaboration d’État de Vichy, que l’on préférait encore passer sous silence à l’époque.

  • 27 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 12.

Et on leur demande des comptes sur les raisons de leur présence en Allemagne. De terribles censeurs, résistants de la vingt-cinquième heure, leur jettent des regards soupçonneux comme s’ils étaient des gestapistes ou des Waffen-SS français. Les rêves de bras ouverts tournent court le plus souvent, et il faut rentrer discrètement dans le rang. Quarante-cinq ans plus tard, la blessure n’en finit pas de cicatriser. Pire, elle s’est rouverte dans les prétoires où certains l’ont entraînée.27

  • 28 Cf. Arnaud/Bories-Sawala (2003), Virgili (2007).

50Si l’honneur des travailleurs civils n’a très longtemps pas été reconnu par la mémoire nationale – l’octroi d’un statut de victimes plus de 60 ans après la fin de la guerre (cf. p. 361) ne pourra remédier aux décennies d’amertume – il a au moins été revendiqué et défendu. Il en va tout autrement d’un groupe de rapatriés dont nous savons très peu de choses : les femmes françaises n’ont fait l’objet d’aucune étude approfondie et nous n’avons pu entrer en contact avec aucune d’entre elles, sans doute à cause de la condamnation sans appel qui les avait frappées à l’époque et du tabou qui n’a jamais été levé à leur égard (cf. p. 224).28

  • 29 Rapport sur l’activité des médecins du groupe médical de secours au cours du mois de mai 1945. Cent (...)

51Les archives du ministère Frenay livrent plusieurs documents les concernant : un rapport sur le contrôle médical des rapatriées aux « Ecluses-Saint-Martin », qui insiste sur le fait que « les visites médicales devaient être nécessairement minutieuses »29 et deux autres textes intéressants, l’un sur la gestion politique de leur retour, l’autre sur la situation dans laquelle elles se trouvent.

52Le « Rapport relatif aux femmes rapatriées d’Allemagne » (cf. annexe, document 4.7) se réfère à des pourparlers avec des mouvements « politiques, familiaux et confessionnels » et demande au gouvernement de prendre des décisions sur leur sort en évitant de les rejeter sans distinction.

Tous les mouvements, considérant la situation démographique de la France d’une part, le danger qu’il y aurait à créer des « martyres » appelées à former le noyau d’un parti d’opposition, d’autre part, se rejoignent sur cette idée que nous ne pourrions rejeter en bloc les volontaires pour le Travail en Allemagne, de la vie nationale.

53Le rapport propose ensuite une distinction en quatre catégories de femmes qui devaient recevoir un traitement différent. Celles qui « sont parties volontairement, obéissant à leurs convictions politiques, ou, et c’est le cas le plus fréquent, suivant des soldats de l’armée d’occupation », i.e. les amantes de soldats allemands, devaient être internées dans des camps spéciaux. Les prostituées devaient être transférées dans des hôpitaux pour surveillance médicale. Celles qui « se sont engagées pour rejoindre leur mari Prisonnier ou Déporté du Travail » devraient être « envoyées, avec leur mari, dans des ‘ maisons de repos’ spécialement aménagées pour permettre la vie par couple. » Enfin, celles « qui, ne pouvant vivre en France du fait des bas salaires se laissèrent séduire par la propagande », donc avaient accepté de travailler en Allemagne pour des motifs économiques, seraient considérées comme « non-volontaires » et devaient passer quelque temps dans des ‘maisons de repos‘ où l’on s’efforcerait de « les entourer d’un climat moral sain. »

54Ensuite, puisque « toutes les enquêtes […] prouvent que la Femme rapatriée d’Allemagne ne peut reprendre sa place soit du fait de sa famille, soit du fait de ses voisins », le rapport recommande qu’elles soient placées « dans une ville suffisamment éloignée de la résidence d’où la femme partit pour l’Allemagne », et ce même pour le cas des couples de prisonniers ou de déportés du travail, ce qui en dit long sur le climat social qui régnait à l’égard des femmes rapatriées.

  • 30 Virgili (2007), p. 372-3.
  • 31 Virgili (2007), p. 374-6. « Plus de la moitié des départements connurent des lynchages, un quart de (...)

55Ces mesures ont-elles été appliquées ? Devant le mutisme des intéressées, il est impossible de le savoir. Les soucis des autorités, en tout cas, portaient plus sur un danger de « contagion » que sur des attitudes collaborationnistes car, de toute manière, on ne prêtait pas aux femmes des convictions politiques et peu d’entre elles furent réellement inquiétées par la justice.30 Elles furent, par contre, nombreuses à être victimes de la vindicte populaire et de l’auto-justice, tondues, brutalisées sur les quais de gare, voire lynchées.31

  • 32 Thaumiaux (s. d.).

56L’histoire de Rolande Thaumiaux, la femme d’un prisonnier de guerre qui l’avait rejoint à Glückstadt,32 semble attester que les femmes dans son cas étaient tout de même beaucoup plus facilement pardonnées que les femmes célibataires. Elle relate son séjour, accompagnée de son mari, dans un centre d’accueil et d’examens médicaux et une audition devant un tribunal militaire l’acquittant de tout reproche de collaboration avec l’ennemi. Ce n’était pas l’apport fourni à l’effort de guerre ennemi qui importait, mais le motif pour lequel elle y avait consenti. Et dans cette hiérarchie du jugement moral, les relations sexuelles avec l’ennemi, qu’elles aient été rémunérées ou amoureuses, étaient le sommet de l’abjection. Rolande Thaumiaux, quant à elle, put retourner peu après dans sa famille qui s’était occupée entre-temps de son fils aîné.

57Le sort des femmes célibataires a dû être tout autre. Le rapport de la Mission française de rapatriement en Allemagne sur l’accueil de ces femmes en région parisienne, en date du 5 juin 1945, (cf. annexe document 4.8) constate d’emblée que « la situation des Françaises travailleuses rapatriées d’Allemagne semble s’aggraver de jour en jour ». En effet, les familles et les voisins les rejetaient et aucune autorité du rapatriement ne voulait se pencher sur leur sort. Après avoir subi l’examen médical obligatoire au centre des Ecluses-Saint-Martin, ces femmes étaient souvent dans la rue, au sens propre du terme, n’ayant parfois aucun abri pour la nuit : « Toutefois, celles qui ont des enfants sont acceptées, de mauvais gré il est vrai, au Centre Benoît-Mallon » dépendant de la préfecture et destiné aux réfugiés hommes. Ainsi, les différentes instances se renvoyaient mutuellement la balle pour ne pas avoir à s’occuper de ces citoyennes indésirables.

58Par manque d’archives et de témoignages, on ne peut pas en savoir plus sur le retour et la réinsertion sociale de ces femmes. En tout cas, la crainte exprimée par le ministère (cf. supra) de voir ces « martyres » s’unir dans une force politique revendicative démontre une méconnaissance flagrante de leur situation de boucs émissaires. Il est au contraire très probable que leur seul désir a été de faire oublier ce passé honteux aux yeux de leur entourage, d’en parler le moins possible et de l’enfouir aux oubliettes pour toujours.

  • 33 Cochet (1992a), p. 18.
  • 34 Un livre blanc (1987), p. 39.
  • 35 Cochet (1992a), p. 190.
  • 36 Lewin (1987), p. 56.
  • 37 Un livre blanc (1987), p. 38.

59Nous sommes bien mieux renseignés sur la réinsertion sociale, professionnelle et personnelle des rapatriés hommes. Rappelons d’abord que le taux de mortalité pendant leur séjour en Allemagne est estimé à 2 % pour les prisonniers33, 9 % pour les requis civils (selon la Fédération)34, et 83 % pour les déportés des camps de concentration.35 Le premier bilan de santé des rapatriés, fait à leur arrivée dans les centres de rapatriement, classait comme malades un quart des prisonniers, un sixième des travailleurs civils et un tiers des survivants des camps de concentration (cf. p. 114)36, mais ces résultats ne sont sûrement pas fiables car environ 30 à 40 % des rapatriés sont rentrés sans examen, ceux qui avaient été hospitalisés dès leur libération n’y figurent pas et on ne fait aucune distinction entre maladies graves et maladies bénignes. Et surtout, si les séquelles du travail forcé n’apparaissent souvent que des années plus tard, il est alors difficile de les lui attribuer avec certitude. Au sujet des suites à long terme, une étude faite sur demande de la FNDT en 1972 avait constaté une mortalité de 20 % de ce groupe, les deux tiers des décès étant survenus avant l’âge de 60 ans, un taux bien supérieur à la moyenne générale de la population.37

  • 38 Lewin (1987), p. 59.

60Les aides accordées par l’État aux travailleurs rapatriés se limitaient en général à deux semaines de congés payés (au tarif du salaire moyen local), l’octroi d’une double ration alimentaire pendant 3 mois et des soins médicaux gratuits pendant les neuf mois suivant le retour.38 A leur arrivée en France, ils avaient reçu 1000 francs, des coupons alimentaires et vestimentaires pour quelques semaines et ils pouvaient échanger jusqu’à 100 marks allemands au taux de 1 pour 20.

  • 39 Charriere/Duguet (1946). Cf. pour ce qui suit : Cochet (1991,1992a, 2003), Lewin (1987), Boudot (19 (...)

61Il ne semble pas que ces principes aient été appliqués partout uniformément. Diverses dispositions visaient à pallier les désavantages juridiques dus à leur longue absence dans le domaine du travail.39 Après un repos de courte durée, la plupart des travailleurs rapatriés s’étaient réinsérés dans la vie active car, dans cette phase de reconstruction de l’après-guerre, la demande de main-d’œuvre était forte et le chômage quasiment inexistant. Les agriculteurs rentrants reprenaient en général leur ferme, les autres trouvaient facilement un emploi dans l’industrie, l’artisanat ou les services, le plus souvent dans leur ancien métier et même leur ancienne entreprise. Parmi les témoins interviewés, seul Georges T. fut confronté à une attitude surprenante :

Georges T. : (en imitant le chef du personnel de son ancienne firme)… « Ah, mais dites donc, les… les prisonniers qui vont rentrer, on les emploie, mais vous, quand même vous auriez pu… vous défendre pour pas aller en Allemagne ». Le même type, vous savez, qui nous avait dit qu’il fallait partir.
H. B.-S. : Le même ?
Georges T. : Ah oui, (rire), ah j’dis, c’est pas possible. « Alors on vous convoquera si on a une place pour vous. » Parce que les prisonniers rentraient aussi, forcément, il y avait beaucoup de monde qui rentrait. Alors, « vous comprenez, vous, vous n’avez pas été, vous n’avez pas été tellement des héros » que nous dit le type, ah, là, là je me rappelle toujours, mince, il me dit ça maintenant, hein, c’est gentil ! Et puis finalement, je vais trouver du boulot ailleurs, c’est, c’est fini, c’est pas grave. Oui. Mais en 45, euh, 45 là, la vie était très agitée en France, mais il y avait, euh, on travaillait, il y avait du travail.

62La situation de ceux qui avaient perdu leur commerce ou leur atelier pendant leur absence était plus compliquée car ils devaient souvent repartir à zéro. D’autres, frappés par la réquisition durant leur formation professionnelle ou leurs études, les reprenaient ou bien changeaient de cap après leur retour. En effet, cette expérience les avait tous profondément marqués, voire traumatisés pour certains, et il fallut plusieurs mois à la plupart pour se réadapter à une vie normale. Voici comment Michel Brisset a vécu le retour à la ferme parentale :

  • 40 Brisset (2008).

À la maison c’était la surprise car personne n’était prévenu étant donné que le téléphone n’existait pas encore, mes parents n’avaient pas eu de mes nouvelles depuis août 1944. Mais qu’est-ce que j’ai trouvé mon lit bon avec des draps blancs après un déjeuner délicieux que je n’avais pas cru revoir… J’étais entre ciel et terre : Il m’a fallu quelques jours pour réaliser que j’étais enfin revenu d’Allemagne sans avions et alertes : Il m’a fallu six mois pour que les piqûres de puces disparaissent sur mon bras : Enfin après une dizaine de jours mon père me dit : Michel va donc atteler les bœufs et la boucle était bouclée.40

63S’il était agréable de dormir de nouveau dans des draps après tant d’années, leur sommeil resta troublé, longtemps voire leur vie durant, de cauchemars de bombardements et de répression, pour ceux qui les avaient subis :

Paul T. : Je reviens un petit peu sur le retour, nous étions complètement désemparés, là, au retour, hein. D’abord j’avais perdu l’habitude de dormir dans un lit. Je dormais sur le plancher, et puis les camarades me manquaient. Énormément. L’ambiance de camaraderie, ça… Mes parents m’avaient trouvé complètement changé, ma mère… ne me reconnaissait plus. Et puis j’avais des cauchemars, j’avais des… plein de choses désagréables. Ça a duré longtemps…
H. B.-S. : Hm. Longtemps, ça veut dire ? Des années ?
Paul T. : Oh. Peut-être quinze ans… Parce que ce séjour en prison, ça m’avait marqué énormément.
H. B.-S. : Oui. Plus le séjour en prison que les autres conditions…
Paul T. : Oui. Il m’arrive même encore, et pourtant, il n’a pas été très long, ce séjour, il m’arrive encore de, parfois, de rêver…

Notes

1 Cf. Rousso (1984), p. 365 : « Ubu règne sans gouverner. En Allemagne. En 1944. À Sigmaringen ».

2 Evrard (1971), p. 385-6.

3 Herbert (1985), p. 329 et 336-8.

4 Tillmann (1995), Asshoff (1988/1995), Gratier de Saint-Louis (1990), p. 578.

5 Message urgent et confidentiel du 26 octobre 1944 (AN F/60/410).

6 Dancy (1946), p. 16.

7 Rapport du lt.-colonel Dubarle au commandant de la mission de liaison francaise colonel Lano du 2 mai 1945 (AN F/9/3292).

8 Enquête auprès d’anciens prisonniers de guerre (XB) par le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale (AN 72/AJ/299 No 12).

9 Frenay (1945), p. 109.

10 Cochet (1992a), p. 81.

11 Brisset (2008).

12 Cochet (1992a), p. 66 ; Durand (1980), p. 500.

13 Jacobmeyer (1985), p. 83. Une lettre du ministre des Affaires étrangères au « Commissaire Général pour les Affaires Allemandes et Autrichiennes » du 14. janvier 1946 mentionne des « … ressortissants qui, appartenant à la catégorie des P.G., déportés ou travailleurs, persisteraient, malgré les directives du Gouvernement en la matière, à prolonger leur séjour en Allemagne. Ces groupes sont formés d’éléments flottants » (AN F/9/3792). Le 5 avril 1946 le Ministère des Anciens combattants et Victimes de la Guerre demande que ces Francais soient recherchés : « Je vous signale toutefois que prisonniers, déportés et travailleurs sont encore nombreux dans les zones d’occupation. La présence de plusieurs centaines d’entre eux est connue, à Dresde, Lübeck, Hambourg, Leipzig, etc. […] Il en existe certainement qui ne se sont pas fait connaître et seront à rechercher » (Ibid). Ceux rapatriés après avril 1946 furent soumis à un interrogatoire sur leurs activités en Allemagne (décret du ministre de l’Intérieur du 3 avril 1946 AN F/9/3794).

14 Circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets du 12 juin1945 (AN F/9/3308), confirmée par celle du 21 août 1945 (AN F/9/3792).

15 Rapport de l’officier de liaison colonel Lano du 27 mars 1945 (AN F/9/3308).

16 Dans l’aprés-guerre immédiat, le terme de « déportés » désigne souvent les requis du travail.

17 Rapport de l’officier de liaison colonel Lano du 18 avril 1945 (AN F/9/3308).

18 Ibid. L’expression « STO volontaires » semble indiquer que Lano n’est pas très familier des différentes catégories de travailleurs à rapatrier.

19 Ceux-ci étaient souvent d’anciennes « maisons du prisonnier », avec le personnel hérité du régime de Vichy, renforcé par des volontaires.

20 Lagrou (1992), p. 240.

21 Cochet (1992a), p. 114.

22 Frenay (1976), p. 742-3.

23 Vissiere (1988), p. 459.

24 Boudot (1976), p. 716.

25 Sur les 40.000 personnes condamnées à des peines de prison en 1945, les deux tiers étaient libres trois ans après (Rousso, 1990, p. 70).

26 La critique des imperfections de l’épuration fait parfois abstraction de la situation concrète de l’époque où il était difficile de conjuguer la justice et la rapidité des procédures. Cf. Buton (1993), Conan/Rousso (1994).

27 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 12.

28 Cf. Arnaud/Bories-Sawala (2003), Virgili (2007).

29 Rapport sur l’activité des médecins du groupe médical de secours au cours du mois de mai 1945. Centre de Travailleuses Volontaires rapatriées d’Allemagne du 21 juin 1945 (AN F/9/3313).

30 Virgili (2007), p. 372-3.

31 Virgili (2007), p. 374-6. « Plus de la moitié des départements connurent des lynchages, un quart des tontes de femmes. » (Ibid.) ; cf. aussi Chassin (2003).

32 Thaumiaux (s. d.).

33 Cochet (1992a), p. 18.

34 Un livre blanc (1987), p. 39.

35 Cochet (1992a), p. 190.

36 Lewin (1987), p. 56.

37 Un livre blanc (1987), p. 38.

38 Lewin (1987), p. 59.

39 Charriere/Duguet (1946). Cf. pour ce qui suit : Cochet (1991,1992a, 2003), Lewin (1987), Boudot (1976).

40 Brisset (2008).

Table des illustrations

Titre 4.9 – Des femmes allemandes avec leurs enfants demandant des vivres auprès des ouvriers français juste libérés, Bremen-Hemelingen, fin avril 1945.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre 4.6 – Carte de Rapatrié.
Crédits Collection Georges T.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 341k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540