Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Représentations, regards croisés et interactions

Rapports avec différentes catégories d’Allemands

Texte intégral

1Les relations que les Français pouvaient établir avec les citadins étaient fondamentalement différentes de celles du milieu rural. Les rapports noués avec les collègues de travail même les plus proches n’atteignaient jamais le degré d’intimité familière qui existait dans bien des cas lorsque les Français travaillaient dans des fermes et que, malgré l’interdiction formelle, ils prenaient souvent place à la table familiale. En revanche très peu de témoins sont entrés dans un appartement en ville, si ce n’est pour y travailler lors du déblayage des ruines ou à l’occasion de travaux faits à titre privé dans des domiciles. Si les contacts privés entre les Français et les Allemands auxquels ils avaient affaire restaient donc plus distants qu’à la campagne, beaucoup de témoins trouvent que les villes respiraient bien davantage la tolérance et que parmi les ouvriers des entreprises, surtout les plus âgés, régnait souvent de la compréhension, voire même de la sympathie à l’égard des collègues français.

2Les relations entre les Français et les catégories très différentes d’Allemands que nous allons examiner de plus près se situent dans un cadre de type urbain. Excepté pour quelques « intellectuels » disposant d’une formation scolaire conséquente, la barrière de la langue a considérablement limité la compréhension en public ou sur le lieu de travail, au début surtout. La compétence linguistique acquise après quelques années permettait les conversations simples de la vie courante. Il est particulièrement intéressant de constater quelles sont les « bribes d’allemand » qui subsistent aujourd’hui encore dans la mémoire de ceux qui n’ont appris l’allemand de façon systématique ni avant leur séjour ni après. Faisant leur apparition de manière spontanée dans les interviews, ces expressions reflètent bien ce qui déterminait leur vie au quotidien. Mis à part « Guten Tag, Bitteschön, Dankeschön », elles se réfèrent essentiellement au travail, aux ordres et aux insultes, aux attaques aériennes et à l’alimentation.

3Presque jamais au cours des interviews, les Allemands n’ont été désignés par une des appellations populaires courantes (Boche, Chleuh, Fritz/ Frisé/ Fridolin, Doryphore, etc…), si bien que je pose expressément la question. En s’excusant (« à l’époque, fallait voir, c’étaient les ennemis »), on me révèle qu’on les appelait les Chleuhs. La réticence à employer ce mot peut être interprétée tout d’abord comme une marque de politesse à l’égard de l’historienne qui mène l’interview. Mais elle a certainement aussi trait à ce que la plupart des Français, dans les souvenirs qu’ils ont des Allemands avec lesquels ils ont eu affaire dans ces années de guerre, font preuve d’une vision très variée des différents groupes et personnes, et d’une distinction précise entre les Allemands qui représentaient un danger et ceux dont ils pouvaient attendre tolérance ou même protection. Dans cette perception, une désignation collective comme celle de Chleuh n’avait pas grand-chose à voir avec la réalité vécue, et on pourrait même aller jusqu’à prétendre que dans la France d’après-guerre, à propos de la Deuxième Guerre mondiale, elle venait plus souvent à la bouche des personnes qui n’avaient pas vécu personnellement ce genre d’expérience.

Allemands exerçant des fonctions d’autorité : personnels de surveillance, supérieurs hiérarchiques, patrons, policiers

4Les premiers Allemands avec qui les travailleurs requis entraient en contact sur place étaient presque toujours des représentants des autorités : celles chargées de l’utilisation de la main-d’œuvre en la personne d’un fonctionnaire de l’office pour l’emploi ou d’un chef de camp. Ensuite, c’était l’entreprise. Dans l’artisanat, les travailleurs requis dépendaient directement du patron ; dans les grandes entreprises ils n’avaient affaire qu’à leurs supérieurs directs, les chefs d’atelier et les contremaîtres.

5Les Français ne prirent conscience que peu à peu, souvent grâce à leurs camarades de travail allemands qui les avertissaient, de l’omniprésence dans l’entreprise, le camp et en public, des policiers de la Gestapo, des SS, du SD et des services de sécurité de l’entreprise. À leur arrivée en Allemagne les Français n’avaient qu’une connaissance assez sommaire de la situation intérieure de ce pays qu’ils avaient l’habitude de considérer surtout de l’extérieur, en tant qu’ennemi, si bien que plus d’un parmi eux dût faire à ses dépens l’expérience douloureuse du système de terreur totalitaire qui y sévissait.

6À ces différents niveaux, les Français avaient donc affaire à des Allemands qui exerçaient envers eux des fonctions d’autorité. Des conflits d’intérêts entre ces diverses instances tournaient parfois à leur avantage, comme le montrent les rapports faisant état de conflits sur le lieu de travail (cf. p. 180). Comme ils ne pouvaient pas se passer d’eux dans l’entreprise, il arrivait que des patrons et des supérieurs hiérarchiques prennent la défense de leurs ouvriers condamnés à des peines d’emprisonnement. Edmond T. raconte qu’un soir un surveillant allemand ivre l’avait pris à partie, traité de « juif » et l’avait obligé à se raser. Lorsque le lendemain son chef en eut vent, le vieux surveillant allemand fut licencié et, à la grande surprise du Français, il disparut à jamais.

7Comme autre exemple d’une personne d’autorité qui en cas de conflit prenait fait et cause pour « son » Français, Paul M. cite le directeur des abattoirs :

Paul M. : Il avait toujours son grand macaron, toujours avec sa croix gammée, là, j’ai appris après, que, là, il n’était pas plus nazi que moi, m’enfin il était obligé. Et un jour il me dit, mais, puis il me vouvoyait, il me tutoyait pas, je vous vois jamais prendre de viande – moi, je dis, si, si, évidemment, j’allais pas dire non, hein… je lui dis, j’en prends comme tout le monde. – Ah, bon, il me dit, parce que… je ne peux pas vous dire de le faire, mais… […] Il dit, moi je ne le fais pas. Mais lui, on lui en donnait, c’était pas pareil, voyez, les bouchers lui en donnaient, c’était différent. Alors, moi, hein, il y avait une considération extraordinaire.
H. B.-S. : Oui.
Paul M. : Pour vous dire, euh, une autre anecdote, euh, j’en ai d’ailleurs un souvenir extraordinaire, un jour, j’avais saisi des abats d’une bête, chez une espèce d’un gros… boucher, vous savez ces gros bouchers qui étaient pleins de sous, à ce moment-là, comme partout, comme en France, et comme en Allemagne, hein, les gens profitaient de l’occasion. J’avais, on avait des caisses de saisies, j’avais saisi des poumons, foies… bon, de cochon, pour pas grand-chose, hein, à ma façon, je faisais un petit peu de, de sabotage. M’enfin, là, je reconnais que ça ne méritait pas la peine d’être saisi, m’enfin, bref, je l’ai saisi. Le gars m’énervait, je le vois faire, il ouvre la boîte, il ressort ce que j’avais saisi. (inaudible) Écoutez, je vous comprends, je comprends bien que j’ai, je n’ai pas d’autorité, m’enfin j’ai saisi ça à un tel… Il est allé le sortir… oh là là, moi j’ai cru qu’il allait me tuer. Il lui a fait tout remettre en place, et ce qu’il m’a raconté, alors, que le boucher… (inaudible). Moi de mon côté, je sais ce qui me reste à faire, vous défendez un étranger, et cetera, et cetera, faut jamais perdre de vue que c’est un ennemi, que… Il nous a tenu tête, enfin, bref, et puis après, il m’a dit, ne faites plus jamais ça, surtout à celui-là, il dit, on risque trop gros tous les deux, parce que, vous savez, ça pouvait se nettoyer, et c’est la guerre, on aurait pu nettoyer un peu, mais j’ai dit, j’ai été un peu rapide, je reconnais, que…- Bon, faites attention. Une fois, mais enfin… Là, il m’avait défendu, c’est pour vous dire à quel point cet Allemand quand même m’avait défendu, hein.

8Dans une situation de conflit à première vue peut-être anodine – mais combien il leur aurait été facile, en invoquant un prétexte de sabotage, de brandir la menace de plusieurs semaines d’AEL ! – Émile C. a appris que son contremaître avait pris sa défense contre le chef du magasin d’outils, xénophobe :

Émile C. : Souvent il venait causer avec moi, bon, une fois le contremaître lui a dit, il dit, faut pas causer si longtemps que ça avec les étrangers, qu’il dit. […] Mais… enfin, c’était pas pour moi qu’il disait ça, c’était sûrement pour… pour cet Allemand…
H. B.-S. : Hm. Certainement.
Émile C. : Parce que… il y a toujours… c’est pour lui, son intérêt à lui. Sûrement. Mais… parce que le contremaître il avait, il faisait pas de différence, je ne crois pas…

9Il raconte ensuite en détail, comment le contremaître a amené le chef du magasin d’outils à accepter de reprendre un outil légèrement rayé – s’il avait accusé l’étranger d’avoir abîmé le matériel, il aurait alors été facile de soupçonner ce dernier de sabotage.

10Parfois les Français, comme Lucien L. dans l’organisation Todt, furent témoins de conflits entre leurs propres chefs et des Allemands ultra nationaux-socialistes :

Lucien L. : Ce fameux ingénieur, là, qui s’appelait Monsieur Barringhaus. Il n’était pas du tout nazi. […] Euh, c’était un homme, vous savez, calme, gentil, il nous serrait la main… Il était vraiment sympathique. Mais je me souviens de ceci : un matin, il est arrivé, et il y avait donc les chefs de l’organisation Todt qui étaient là. Dont un que je me souviens très bien… et il dit « Morgen, Morgen. » Et ça, enfin. Et il y a un qui s’est levé de l’organisation Todt qui était en mili…, pas en militaire, mais, en kaki, avec le brassard de la croix gammée. Et il dit : « Monsieur Barringhaus, on ne dit pas Morgen, on dit Heil Hitler ! » […] Oh, mais alors, hein, vous savez, d’une voix sèche !

11Ces Allemands qui avaient une influence décisive sur les conditions de vie dans les camps et les conditions de travail disposaient, à leur niveau de compétence, d’une marge de manœuvre importante. Beaucoup dépendait de la façon dont chacun usait du pouvoir conféré, l’utilisant pour des brimades et des mauvais traitements ou se comportant au contraire avec humanité. Outre les différences de caractère, il y avait l’intérêt que les supérieurs hiérarchiques allemands avaient à conserver leur poste bien au chaud et à ne pas être expédiés sur le front de l’Est, objectif que certains cherchaient à atteindre en montrant un excès de zèle, et d’autres plus accommodants en évitant de se faire remarquer par des conflits. Visiblement les chefs d’un certain âge, parfois vétérans de la Première Guerre mondiale, prenaient la discipline moins au pied de la lettre que les Allemands plus jeunes qui, provisoirement classés indispensables ou après une convalescence par exemple, craignaient de devoir retourner sur le front de l’Est.

  • 1 Marcy, Souvenirs, 1/13.

Curieusement, les jeunes loups, les ingénieurs encore planqués se montraient les plus arrogants, les plus distants aussi. On trouvait là aussi de tout : ceux qui ne faisaient pas de zèle, ceux qui ne voulaient pas faire de vagues mais conserver la place et aussi ceux qui s’engageaient à fond et voulaient se rendre indispensables.1

12Martin B. a vécu lui-même la rapidité avec laquelle le mépris de l’être humain associé à un tempérament colérique pouvait se transformer en agression criminelle :

Martin B. : Euh, une petite histoire, une petite anecdote seulement, oui euh, un jour, j’étais tout à fait, on était tout à fait en haut de la base, c’était, on était déjà, à 25 mètres de haut. J’étais sur la bordure et je faisais de, indiquais à une grue pour marcher. Euh, il y a le contremaître, pas le contremaître, un chef d’équipe, qui était brave, euh, je sais pas, la crise l’a pris. Je savais pas, je faisais pas marcher comme il voulait, il m’a attrapé par le col, et puis alors, j’ai compris, puis il me dit : Tiens, je te fous en bas. Alors moi je l’ai attrapé par le, par le sien, et je lui ai dit : Maintenant, si tu veux me mettre en bas, tu viens avec moi, hein. Alors vas-y. Alors il est devenu pâle, tout, ça a été fini. Dix minutes après, il, il y avait une ferraille, qu’il n’arrivait pas à enfiler, et je l’ai regardé faire, j’étais pas plus, je ne connaissais rien moi, mais, en regardant faire les euh, des fois le travail, tiens, un tel, il fait comme ça… Il n’y arrivait pas, il s’énervait, il me dit : Sors, toi. J’ai pris l’affaire, je lui ai enfilé. […] Puis c’est tout. Brave comme tout. C’était passé…
H. B.-S. : Vous vous parliez… ou avec des gestes… ?
Martin B. : Avec des gestes. Avec des gestes. Lui il parlait dans son patois, moi je parlais dans le mien, comme on dit, ah, et tout s’est fait par gestes, et moi, moi j’ai compris, il m’a très bien compris, ce que je voulais dire, ce que je voulais faire euh, non euh, puis il en est arrivé d’autres, il y a eu plusieurs, des trucs comme ça.

13Les rapports des Français avec les surveillants et les supérieurs hiérarchiques étaient caractérisés par une grande diversité. En revanche tous les témoins, leurs collègues allemands et certains de leurs supérieurs, patrons et même équipes de gestion des camps, s’accordent à dire qu’il était vain d’attendre de l’indulgence et de l’humanité de la part de la troisième instance d’autorité, celle de la police et de l’appareil de répression. Il s’agissait d’éviter à tout prix d’être pris en grippe par eux. (cf. p. 139).

Collègues de travail

14En général, la bonne entente avec les collègues allemands était un des facteurs essentiels d’une relative satisfaction dans le travail. Cette sociabilité basée sur une reconnaissance de la compétence des Français et sur un code de valeurs et de normes était propre à la communauté ouvrière et relativement peu dépendante de la situation politique (cf. p. 172). Or, sur cette toile de fond, deux aspects sont particuliers à la situation historique concrète. Il s’agit premièrement de la divergence objective d’intérêts entre le personnel allemand en poste et les étrangers requis, et deuxièmement de la présence d’une opposition au régime, remarquée avec étonnement par les Français, notamment dans les entreprises industrielles des villes où était encore perceptible, malgré la destruction de ses structures, un mouvement ouvrier qui avait été fort auparavant.

  • 2 Herbert (1985), p. 211.

15En effet l’arrivée de travailleurs étrangers représentait pour les membres du personnel allemand une menace à double titre : les étrangers venus prendre leur place permettaient de les expédier sur le front russe et pouvaient aussi être utilisés pour faire pression sur les salaires et le rendement.2 Il n’est donc pas étonnant que les Français requis aient été traités de façon plutôt hostile par des collègues allemands, aussi longtemps que ceux-ci croyaient la propagande officielle les présentant comme des volontaires, et ils durent s’en expliquer :

Georges T. : Non mais ça, ça on a entendu de dire ça, les étrangers, et je me rappelle très bien d’avoir dit ça : Nous sommes, euh, je disais : « Wir sind nicht freiwillig gekommen. » C’est le mot que je leur disais, moi. C’est… c’est à peu près bien prononcé ? (rire)
H. B.-S. : Oui, oui. Et à qui vous disiez ça ?
Georges T. : Et ben à ceux qui me disaient que j’étais Français, que j’étais venu prendre la, euh, la place des Allemands.
H. B.-S. : Et il y avait des gens qui vous disaient ça ?
Georges T. : Ah oui, parce que, parce que il y avait des gens, il y avait des gens, il y avait des gens, les Allemands savaient bien qu’il y avait des Français volontaires aussi. Et il pouvait, il pouvait y en avoir, des Français volontaires. Alors s’ils voyaient un jeune type, eh ben ils disaient c’est un volontaire, il a pris la place d’un, de, de, de mon fils ou mon mari, qui est parti, soldat, c’est dans ce sens-là, alors moi, je leur répondais, je suis pas venu volontaire moi, eh, c’est pas de ma faute.

16Alors seulement, Allemands et Français purent établir entre eux des rapports de bonne entente et même un début de communauté d’intérêts. Cela s’exprimait par une commune réserve au niveau des performances au travail et par une solidarité mutuelle qui les menait même à faire bloc face à certaines personnes de l’entreprise soupçonnées d’être des mouchards.

17Émile C. n’est pas le seul à s’étonner du climat relativement hostile au régime qui régnait dans de nombreuses entreprises et il se souvient de discussions politiques qui avaient lieu ouvertement sur le chantier :

Émile C. : Il y avait un jeune qui était sûrement requis. Je ne demandais jamais aux gars s’ils étaient requis ou s’ils étaient réformés… et puis, ses parents, ils avaient une ferme, dans, dans la banlieue, euh… alors… on discutait, comme euh… Non, mais je suis sûr que les Allemands, ils discutaient plus facilement, plus profond - … euh, avec un étranger, que… Mais entre eux, ils se connaissaient quand même, hein, il y avait des… hein… Alors, hein, une fois, il disait, je discute avec lui, avec Hitler tout ça, je dis, mais Hitler, mais alors… Ah, mais… il me dit, il y avait dix millions de chômeurs, qu’il me dit, il a donné, il a donné du travail à tout le monde… Forcément, ils travaillaient pour la guerre… Bon ! Hein ? Enfin… Mais évidemment, il y avait eu la misère, je comprenais bien ce qu’il me disait, hein… Le contrôleur qui était plus vieux, c’est lui qui m’attaquait sur la politique, des fois pendant plus d’une heure… qu’il venait à mon tour, puis, le, le contremaître qui va passer… puis qui passait à mon tour. Mais… le contremaître, je dis, mais lui disait : Non, non, non, il aimait bien discuter… Je pense que les Allemands, ils veulent pas qu’on leur, euh, ils aiment pas qu’on leur, euh… ils aiment bien quelqu’un qui, qui, s’il est pas d’accord, qui le dit, hein ? Et peut-être que Brême c’est un peu spécial, hein. Parce que… il paraît que Hitler n’est jamais venu… il n’a jamais été à Brême… je ne sais pas si c’est vrai, mais, hein, il n’a jamais mis les pieds là-bas. Du fait que c’est un port aussi, l’esprit est plus ouvert, je ne sais pas, mais enfin, moi, j’ai toujours dit ce que je pensais, hein, hein, en discutant avec les ouvriers, et… avec le contrôleur, c’est lui qui m’a attaqué, le contrôleur, il, le contrôleur, il m’attaque comme ça, euh… et me dit : Hitler, on avait rien, tout ça, puisqu’il fallait… c’est vrai, ils avaient pas de produits étrangers, des, des fruits, tout ça… Et est-ce que c’est juste, qu’il me disait, il dit, la France, qu’il me dit, il connaissait mieux la géographie que nous, la France a tant de colonies, euh… le… le… l’Angleterre, puis, l’Allemagne n’a pas de… est-ce que c’est juste, ça ? – Ah, je dis, oui, oui, non, c’est pas juste. C’est d’accord. Bon… euh, alors il arrivait petit à petit à me, à y arriver, après que… que Hitler… Oh mais, je lui dis… Mais Hitler, il veut des choses justes, qu’il me disait, euh… il veut… – Non, je dis, il en veut toujours plus, je lui dis, il veut ça, il veut ça, il voudra le monde entier, je lui dis, alors… On discutait de ça comme ça…
H. B.-S. : Vous aviez des idées politiques déjà précises quand vous arriviez en Allemagne…
Émile C. : Ah oui, c’est-à-dire que… j’étais, euh… Dès que j’avais seize ans, dix-sept ans, j’étais communiste, disons, je me suis fait, j’étais inscrit, enfin, au parti communiste… Et mon père déjà, quand il était jeune, il était… il était inscrit au parti socialiste… puisqu’il avait eu des idées…

18En fait, il régnait par exemple dans ces chantiers navals de Brême un autre climat politique et il y avait visiblement des discussions entre adversaires et adeptes du régime, qui auraient été absolument impensables dans les « entreprises modèles » de l’industrie aéronautique, entièrement acquises au national-socialisme (cf. p. 172). En particulier sur le chantier de la A. G. Weser, il y avait beaucoup d’antifascistes convaincus et, du fait du manque de main-d’œuvre, des sociaux-démocrates et des communistes y furent même réembauchés, une fois qu’ils eurent purgé leur peine de prison ou en camp de concentration. Aimé S. avait connu un tel communiste et donc « camarade » à lui, allemand :

H. B.-S. : Et donc, vous avez, vous m’avez dit que vous avez connu un Allemand qui avait dit qu’il était communiste ? […] Il vous le disait carrément ?
Aimé S. : Oui. Il me le disait. C’était un civil. Il est mort, le pauvre bougre, il est, il était, je me rappelle pas le nom, au-dessus de Burg, il était. […] Un homme très gentil. Il était très très gentil. Moi, de lui, en hommage, j’ai un souvenir extraordinaire. Oui. Et il est mort en 43. Il était malade, il était. […] Lui, nous avait dit, et il nous avait dit dans le… atelier, il nous avait dit : Voilà, vous vous méfiez de celui-là, celui-là, celui-là et celui-là, ainsi de suite.
H. B.-S. : C’est précieux, ça. Hm.
Aimé S. : Et ceux-là, attention. Nicht gut il nous disait.
H. B.-S. : Et vous savez, s’il avait eu, lui, des problèmes avec les nazis, au début ?
Aimé S. : Oui. Lui était communiste et il avait été interné, il avait, il avait fait, je ne me rappelle pas, combien de camps de… de discipline ou de, enfin, je sais pas comment ils les appelaient.

19Des opposants au national-socialisme se dévoilant aussi ouvertement à leurs collègues français, il n’y en avait pas qu’à la A.G Weser. Edgard B. et Pierre G. chez Borgward, comme Henri L. chez Focke-Wulf firent la connaissance d’ennemis jurés du régime. De même chez Weser-Flug, comme le raconte André D. :

André D. : Il y en avait un, un, un, un petit vieux, là, qui travaillait à côté de moi, un gars qui était, un gars magnifique. C’était un communiste.
H. B.-S. : Comment vous le saviez ?
André D. : Eh, parce qu’il me l’avait dit. Il me chantait l’Internationale le matin quand il arrivait à l’usine, à côté, tout doucement, en sourdine. Il chantait l’Internationale. Et, tous les matins, il me portait un petit casse-croûte, il y avait deux tartines de pain avec un peu de margarine dessus ou quelque chose comme ça. Il me mettait ça dans mon tiroir à l’établi où je travaillais. Je travaillais à côté de lui, il me mettait ça dans mon tiroir. Et tous les matins, je trouvais un petit casse-croûte, là, qu’il me portait, tous les matins. […] Et alors c’était un, il avait fait la guerre 14-18.
H. B.-S. : Oui, c’était un vieux, déjà…
André D. : Oui ! Et alors, il me chantait L’Internationale, en sourdine, le matin quand il arrivait… Il était…
H. B.-S. : Fallait le faire, hein ? André D. : Il était impeccable, ce gars-là. Incroyable ! C’était, c’était un père pour moi, c’était, c’est vrai, vraiment un père pour moi, c’est, c’est magnifique.
H. B.-S. : Hm. Et qu’est-ce que vous avez pensé, de découvrir un Allemand qui était comme ça, vous avez dû être étonné, non ?
André D. : Bah, off, mais pas tellement, hein. Parce que… oh, il y avait pas que lui, il y avait d’autres, de toute façon, eh. C’est sûr que… ils étaient pas tous, ils étaient pas tous du même régime, hein ? (rire)
H. B.-S. : Hm. Et ça se voyait, vous le sentiez de quel côté ils étaient ?
André D. : Ouais. Ça se voyait, en discutant des fois, on voyait, quoique, donc, il fallait faire attention quand même parce que des fois il y en avait d’autres qui voulaient vous sortir les vers du nez, de toute façon, c’est certain…

20Dans les interviews, les témoins évoquent presque toujours spontanément ces contacts avec les adversaires allemands du régime national-socialiste et, s’ils font à ces souvenirs une si grande place, c’est sans doute parce que, pour eux, il s’agit là d’un des aspects les plus inattendus de leur séjour en Allemagne. Pour la plupart des témoins, ces rencontres qui aboutirent souvent à une solidarité active, comme le montrent les exemples cités, ont, bien plus que tous les autres contacts avec les Allemands, marqué l’image qu’ils se sont faite d’eux et contribué à ce qu’ils aient toujours refusé de placer sur le même plan Allemands et nazis. Cet amalgame existait pourtant jusque dans certaines parties de la Résistance en France, surtout chez les « Résistants de la dernière heure ».

Population civile et vie citadine

21Les contacts parfois très étroits avec les collègues allemands sur le lieu de travail ont néanmoins rarement évolué en amitiés qui auraient eu un prolongement privé hors de l’entreprise. Certes les Français partageaient parfois les soucis familiaux des collègues allemands avec qui ils avaient un rapport de confiance : on leur montrait les photos de famille sorties du portefeuille, on leur apprenait par exemple le décès d’un fils mort sur le front de l’Est. André P., qui accompagnait son collègue Heini jusqu’à sa maison détruite par les bombes, confectionna pour le fils de celui-ci une machine à vapeur comme cadeau de Noël parce qu’il était difficile de trouver des jouets. C’est pour cela qu’Heini l’invita à déjeuner une fois chez lui, mais le gamin, éduqué à l’école à être de la race des « seigneurs », au lieu de reconnaissance ne manifesta que du mépris envers le Français.

3.7 – Un collègue de travail allemand avec sa famille devant leur maison.

3.7 – Un collègue de travail allemand avec sa famille devant leur maison.

Collection André P.

22Généralement les Français ne pénétraient dans l’appartement privé des Allemands que pour déblayer les ruines ou effectuer de menus travaux et des réparations, construire des cages à lapins, transporter le charbon entre autres choses ; cela, ils le faisaient contre rétribution ou en échange de denrées alimentaires, de conserves ou de tickets, etc.

23Ces contacts entre Français et Allemands se produisaient donc surtout sur le lieu de travail ou en ville, par exemple lors du troc car il se faisait dans l’anonymat d’une grande ville où les travailleurs civils français étaient libres de circuler. En revanche, recevoir un Français chez soi était beaucoup plus dangereux et ouvrait la porte à toutes les dénonciations.

24Si l’interdiction de contact avec les prisonniers de guerre était très sévère, pour les travailleurs civils français la situation était beaucoup moins précise, au grand dam des services de sécurité. Le SD fustigeait le préjugé favorable des Allemands à l’égard des Français : « Lorsque que les citoyens allemands portent un jugement sur les travailleurs civils français ils insistent toujours sur le fait qu’ils ont affaire à des membres d’un peuple civilisé. » (rapport du 22 avril 1941) ; et il critique aussi le fait qu’ils les considéraient « comme les travailleurs étrangers les plus acceptables » (Ibid.). Ceci ajouté à la reconnaissance que les Français s’étaient acquise pour leurs compétences et leurs qualifications sur le lieu de travail représentait un danger à leurs yeux : « Dans tous ces faits il faut voir la raison des rapprochements parfois trop intenses et des dangers qui y sont liés au niveau de notre caractère national. » (Ibid.)

  • 3 Cette initiative fut rejetée par les autorités le 6. juin 1941. Le camp fut construit et devait héb (...)

25Le SD aurait sûrement préféré l’attitude des soixante citoyens d’un quartier bourgeois de Brême qui, en mai 1941, avant donc l’arrivée en grand nombre des travailleurs requis, adressèrent au sénateur chargé des affaires intérieures une pétition de cinq pages signée nominalement, pour s’opposer à la construction d’un camp de baraquements pour ouvriers dans leur voisinage (cf. annexe, document 3.8). Outre le danger accru d’attaques aériennes, non pour les travailleurs mais pour eux-mêmes, et la dévalorisation de leur terrain et leur immeuble, ils craignaient que la « présence de travailleurs étrangers » ne fasse augmenter considérablement les nuisances et l’insécurité. Ces « habitants de baraquements » pourraient vouloir se réfugier dans les maisons du quartier en cas de « sérieuse attaque aérienne » et « il ne fait aucun doute que lors de telles situations il faut s’attendre à des atteintes à la propriété, à des nuisances et même vraisemblablement à l’infection des maisons des riverains. »3

26Ils craignent par ailleurs de devenir la cible d’une haine sociale :

Le fait d’afficher tous les jours une certaine aisance devant ces travailleurs manuels étrangers, que la misère a poussés à accepter du travail en dehors de leur patrie et à qui, logés dans des baraquements, on ne peut garantir davantage qu’un misérable abri, ne fera qu’attiser leur envie envers les habitants de leur entourage. Il sera de ce fait inévitable, que la jalousie et l’amertume de ces ouvriers ne les amène à déranger les habitants des terrains riverains, d’autant plus que chez les étrangers on ne peut pas s’attendre au même esprit de discipline que chez les Allemands. (Ibid.)

27La peur du contact qu’expriment ces citoyens aisés fait écho aux voix de ceux qui de façon générale, en public et particulièrement dans les cafés, les tramways et les piscines, ressentaient la présence des étrangers comme importune. Le monde qui sépare cette attitude de celle des collègues allemands envers les Français reflète une fracture sociale que le régime national-socialiste, en dépit de ses prétentions, n’avait pas, tant s’en faut, surmontée. De même, contrairement à leur idéologie enjolivée de « socialisme », les nazis auraient sans doute donné raison, dans cette affaire, à la bourgeoisie dominante des « seigneurs » soucieuse de maintenir les distances, si le manque de main-d’œuvre ne les avait pas contraints à des compromis. Mais vu la situation, la mise en œuvre d’une ségrégation serrée et totale, telle que l’exigeaient les services de sécurité, devait échouer autant du fait des réalités pratiques que des exigences de la production. (cf. p. 152)

28Ainsi, ni la fréquentation des cafés ou des piscines, ni l’utilisation des tramways n’avaient pu leur être interdites. Cependant les travailleurs civils étaient conscients qu’ils devaient s’attendre à tout moment à un contrôle de police :

Georges T. : Comment voulez-vous qu’un type de 20 ans, comme j’avais, il pourrait pas être Allemand, parce qu’ils étaient tous mobilisés, hein ! Alors, d’ailleurs, dans les tramways où j’étais, il n’y avait pas un seul homme jeune, il n’y avait que des vieux… enfin, vieux, plus de 50 ans si vous voulez, ou des femmes, alors c’était pas difficile, c’était forcément un étranger, pas un Allemand, quoi. […] Alors, si un type se promène dans la rue comme ça, en civil… il y a eu la police en Allemagne forcément, comme partout, eh ben, tout de suite on demande ses papiers.

29Hormis cela, les « travailleurs libres de l’Ouest », et plus tard les prisonniers de guerre français ayant obtenu un statut de travailleur civil, avaient la possibilité de participer librement à la vie publique, dans la mesure où ils disposaient de vêtements à peu près décents. Il est vrai que les étrangers étaient nombreux dans leur groupe d’âge, ce qui pouvait amener à des scènes cocasses dans les cafés, lorsque par exemple le serveur et le client étaient du même pays :

Edmond T. : Eh bé, du moment où j’étais proprement habillé, et moi, j’étais un petit orgueilleux, j’avais ramené mes fringues de Tartas, j’étais bien sapé, c’est d’ailleurs… vous pouvez voir sur les photos, hein, j’étais bien sapé, j’étais reçu comme… (rire), alors ! Et même un jour, un serveur s’amène, un Allemand, et va me servir, et… il me dit : Vous êtes Français, je dis, non, je suis Italien, comme ça, vu que l’Italie était alliée de l’Allemagne, je me suis dit, je vais être bien vu. S’en va, ne dit rien. Y a un autre, un autre serveur qui va me trouver, alors, avec l’accent parisien, accent gavroche, il me dit : Donc, tu vas me faire croire que t’es Italien, toi, avec la gueule que t’as ? Un Français ! C’était un type qui travaillait à Pigalle j’sais pas combien d’années… alors il parlait français mieux que moi, et avec l’accent parisien, il me dit : Tu es un Français, tu vas pas dire à mon collègue que t’es Italien, hein ? (rire). Ah, le mec !

30Tout compte fait, ne pouvait-on pas arriver à la conclusion que le sort des travailleurs français était préférable à celui des Allemands de leur âge qui, excepté quelques réformés ou affectés spéciaux, étaient au front alors qu’eux-mêmes étaient seulement contraints de travailler ?

André P. : Et le comportement des civils allemands… Nous on rigolait, on s’amusait, on chahutait, on se bousculait, comme des jeunes de vingt-deux ans, vingt ans, et puis les Allemands avaient les pa-… la famille au front… sur les fronts, alors évidemment… imaginez…
H. B.-S. : Ils ont dû être jaloux…
André P. : Imaginez, avoir un enfant au front et voir un jeune de vingt-deux ans qui chahute devant votre fenêtre… […]

31Pierre L. confirme la description que fait Yves Bertho dans « Ingrid » de l’atmosphère qui régnait dans la ville, même si les prisonniers de guerre disposaient de moins de liberté de mouvement. Globalement la population n’aurait pas été hostile :

Pierre L. : Non, on n’a pas, on n’a pas rencontré de grande hostilité, nous, de la part de la population. Non, non. Il y avait quelques-uns, quelques-uns, ou des… Si, il y avait ceux qui avaient été prisonniers de guerre en France. Certains, certains étaient méchants, parce que… ils avaient souffert, ils avaient souffert, oui… Mais, souvent, avec, par contre, avec des anciens combattants, on, euh, de la guerre de 14, au contraire, ils étaient gentils en général, oui.
H. B.-S. : Vous m’avez parlé du livre d’Yves Bertho : « Ingrid ». Je l’ai lu aussi, moi. Et vous, vous êtes à peu près d’accord sur l’image qu’il décrit, là, sur la Brême de l’époque ?

Pierre L. : Oui, mais, je vous dis, nous, on était dans un monde absolument à part de celui-là. Je l’ai connu un peu, bien sûr, parce que, quand j’allais jouer par là, mais… oui, oui, Brême de l’époque, c’est sûr que c’était un peu spécial…
H. B.-S. : Ça correspond ?
Pierre L. : Oui, oui. Oui, oui. Oui, oui.

32Pratiquement tous les témoins affirment que la population citadine se montrait tolérante à leur égard, et dans bien des cas amicale et serviable. Quelques-uns insistent sur le fait que l’ambiance dans une grande ville n’était absolument pas comparable à celle des campagnes ou des petites villes :

H. B.-S. : Donc l’état d’esprit était très différent…
Paul T. : Tout à fait différent !
Paul T. : La population, eh ben, envers nous, elle n’était pas hostile. Tandis que là, où j’étais après, à Verden, à Hohenaverbergen, là, ils étaient hostiles. Les gens nous parlaient pas, nous ignoraient. Vous parliez des jeunes filles tout à l’heure, les jeunes filles, dès qu’elles voyaient les Français, elles se sauvaient. C’était de véritables…, c’est pas des sauvages, bien sûr, mais…

33À Farge, le personnel du camp aurait même été, à quelques exceptions près, plus aimable envers les travailleurs civils que la population civile allemande dans les villages des alentours :

H. B.-S. : Et la population allemande, des voisins, des, euh, villages ?
Martin B. : Ah, très mauvaise. À Farge, très très mauvaise.
H. B.-S. : Ah oui ?
Martin B. : Ah oui. Très mauvaise, il fallait voir, la haine qu’ils pouvaient avoir contre nous quand on passait. Ah oui, une haine, mais alors, une haine, hé ! Ah, oui oui.
H. B.-S. : Et d’où ça venait ? Qu’est-ce que vous pensez ?
Martin B. : Euh… cette haine venait que, on était, d’abord ils ne pouvaient pas comprendre qu’on soit là, qu’on soit volontaires, pour eux, on était tous des volontaires, hein, pouvaient pas admettre que, et puis euh, j’sais pas euh, euh, ils nous prenaient pour une race, euh, tout à fait en dessous d’eux, voir, parce que, il fallait voir quand même qu’on était très mal habillés, on était dé-, déchirés et tout euh, euh, à force de travailler, il y avait pas de, de changement de vêtements ni rien, euh, euh, on n’avait pas euh, de changement de vêtements, rien, euh. Donc il y avait une haine… H. B.-S. : Ils étaient pires que les Allemands qui étaient dans le camp ?
Martin B. : Ah ils étaient, ils étaient pires que ceux qui nous commandaient. Oui. Pires. Pires. Fallait pas, il aurait pas fallu aller leur, leur demander un verre d’eau, euh, non. Nous étions des, des êtres en dessous de tout. Il n’y avait que un endroit à Schwanewede, qui avait un petit café qui était sur la droite qui y est toujours, et c’était des personnes âgées. Et là, on allait chercher la bière. Quand on pouvait sortir, on allait chercher les, soit de la confiture, soit on allait chercher la bière. Et bien souvent, c’était fermé, parce qu’il n’y avait plus de bière. Et par-derrière, ils nous donnaient de la bière. Il y avait pas pour les Allemands, il y en avait pour nous. Ils étaient, et sans se, ils nous ont jamais parlé un mot de français, sûrement ils comprenaient, euh, pour nous, euh, c’était sûrement le type qui avait été prisonnier en France à la guerre 14-18, euh, qui avait dû être bien traité par les Français, et qui, qui, qui rendait la pareille. Bon, hein, il était très gentil ce, domma-… on avait pas de contacts, hé, avec des, des… des civils.

  • 4 Jeggle (1991), p. 387.

34En ville comme à la campagne, un groupe d’Allemands était particulièrement haineux et agressif envers les étrangers : « ces jeunes terroristes mal élevés, qui au nom de l’État avaient le droit de donner libre cours à leur agressivité » ainsi que les désigne l’historien Jeggle4, ces enfants et ces jeunes auxquels l’école et les organisations de jeunesse nationales-socialistes avaient inculqué l’idéologie des seigneurs et la foi en la victoire finale.

35Robert G. et Edgard B. ne sont pas les seuls qui, dès leur arrivée à Brême, ont été bombardés de pommes de terre et de crachats par des enfants et des jeunes fanatisés. D’autres aussi se souviennent de scènes semblables et de jets de pierres. Éduqués dans l’esprit du seigneur dominant et « un peu excités », c’est ainsi que Paul P. et Paul T. ont perçu ces adolescents en uniformes. Pierre G. raconte que malgré la guerre ils étaient choyés et gâtés. Par exemple, des prisonniers de guerre français avaient été affectés aux soins des chevaux de selle pour la jeunesse hitlérienne et ces chevaux auraient été bien mieux nourris que la population civile allemande.

Pierre G. : Il y avait un Allemand, là, à côté de nous, tout à côté de ma machine, qui m’a parlé de son Junge, mein Junge, ça veut dire mon fils, c’est ça, il était dans les Hitlerjugend, « ah bé, il dit, je n’ose plus parler à la maison, il me dénonce, hein ? » Ah, oui, oui, oui.
H. B.-S. : Il paraît que les enfants étaient les pires, hein ?
Pierre G. : Ah oui, ouais, ouais, ouais, les enfants… et attention, toi, hein, il fait… bon. Les enfants étaient les pires et puis alors, tout était fait pour les enfants. Écoutez aussi, donc j’étais au commando Borgward. Et figurez-vous qu’au commando Borgward, un beau jour, il est arrivé des prisonniers français. Et qu’ils ne venaient pas travailler à l’usine, mais j’ai dit : Qu’est-ce que c’est que vous venez faire par ici ? Alors vous ne savez pas ce qu’ils venaient faire ? Entretenir des chevaux qui servaient aux Hitlerjugend, aux jeunesses hitlériennes ! Alors, l’Allemand me disait : Ben tiens, mein Jong, il va faire du cheval, alors, tout est fait pour eux. Et alors, et on est espionnés, on n’ose rien dire, ni rien faire…

36D’autres témoins, comme Henri L. et Yves P., confirment que les collègues allemands vivaient dans la peur de leurs propres enfants et c’est aussi pour cette raison qu’ils ne pouvaient pas faire entrer des étrangers chez eux. Chez un électricien de Bremerhaven, Yves P. fit la connaissance du fils qui était un nazi convaincu. Et le fils de seize ans d’un menuisier de Brême, chez qui un de ses camarades avait été employé, avait effectivement dénoncé son père parce qu’il avait désapprouvé sa décision de s’engager volontairement dans la Luftwaffe. On était venu chercher le père qui ne devait plus revenir.

37Tous les jeunes, notamment ceux qui travaillaient dans les entreprises, n’étaient pas des nazis purs et durs. Mais plus ils étaient jeunes et inexpérimentés, plus l’idéologie véhiculée par les institutions de l’État faisait son effet. Les enfants de la jeunesse hitlérienne furent les derniers à croire encore à la victoire finale.

38Avant d’aborder la façon dont les témoins français ont, au fil des ans, perçu l’évolution de l’état d’esprit de la population, passant de la certitude de la victoire à la lassitude de la guerre, nous envisagerons un dernier domaine de contacts franco-allemands, relevant de la sphère privée celui-ci, les relations avec les femmes allemandes.

Relations avec les femmes allemandes

39Au travail et, pour les ouvriers civils venus des pays ouest-européens, même en ville, les étrangers avaient l’occasion de rencontrer des femmes allemandes – sous l’œil désapprobateur des autorités policières qui auraient préféré empêcher tout contact entre eux et la population civile allemande.

40Il est malaisé de saisir la réalité précise des relations que les Français ont pu entretenir avec les femmes allemandes, en partie à cause des mythes et des tabous qui se sont créés autour de cette question et qui agissent dans deux directions opposées. Alors que la mémoire officielle de la fédération des anciens requis met en avant le rôle de victimes et minimise, voire occulte cet aspect, il apparaît au contraire plutôt exagéré dans le mythe de « l’irrésistible Français ».

On n’aime pas beaucoup parler d’éventuels rapports sexuels ou même flirts en Allemagne parce qu’on imagine détruire ainsi le côté souffrance quotidienne, mal bouffe et usure physique…,

  • 5 Vittori (1982), p. 152.

41c’est ainsi que Vittori commente la réserve dont font preuve les témoins lors des interviews.5

Dans un pays vidé de ses jeunes hommes et où les femmes côtoient de jeunes étrangers à l’atelier, il ne se serait rien passé…

  • 6 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 69.

42s’étonne Gratier6 et il décide aussitôt d’interroger ses témoins à ce sujet. Mais la fédération régionale qui distribue les questionnaires écrits à ses membres élimine simplement la question de la liste ! Et l’on conseille à l’historien d’interroger plutôt les prisonniers de guerre que les travailleurs civils.

43Lors des interviews orales que j’ai réalisées et où une telle censure n’existait pas, les témoins étaient plus ou moins disposés à parler des relations avec les femmes allemandes. Cela dépendait naturellement des circonstances de l’interview – pourtant ce genre d’amour de jeunesse fut parfois évoqué ouvertement même en la présence de l’épouse. Chez une minorité des témoins l’autocensure était plus ou moins évidente : comme les flirts ne correspondaient pas à l’image du travailleur forcé que l’on avait été, on les avait éliminés de sa mémoire. Selon certains, les relations avec les femmes allemandes auraient été impensables par le manque d’occasions, une surveillance sévère et des menaces de répression. Le tabou est en partie levé dans bon nombre de déclarations de témoins qui, en citant certains de leurs camarades (parfois victimes de sanctions), affirment qu’en dépit de l’interdiction, les relations entre Français et Allemandes auraient été très répandues, mais déclarent qu’ils n’y avaient pas pris part ou n’évoquent pas leurs expériences personnelles :

Edgard B. : Et nous, le premier temps qu’on a été, qu’on a eu droit à aller chez les Allemands, après… Ça a été une année. Après, ça nous a été interdit… […] alors, euh : Ausländer verboten, étrangers interdits.
H. B.-S. : En 44, ça ?
Edgard B. : Ah, oui, c’était en 44. C’était interdit. Alors, c’est là qu’ils ont monté ces maisons-là, exprès, pour qu’on ne puisse pas aller avec les Allemandes.
H. B.-S. : Oui, oui, pour la pureté de la race…
Edgard B. : Et… les, en 43, euh, je suis passible de reconnaître qu’il y avait beaucoup d’Allemandes qui aimaient beaucoup nous fréquenter.
H. B.-S. : Oui ?
Edgard B. : Mais fallait pas qu’elle se fait (sic) prendre. Parce que automatiquement, elle était tondue.
H. B.-S. : Elle était tondue ?
Edgard B. : Ah, oui.
H. B.-S. : Vous en avez vues qui…
Edgard B. : J’ai vu des Allemandes tondues, moi, personnellement, j’ai vu, à Bremen, à la gare, des femmes qui avaient un foulard, on leur a demandé, moitié, moitié français, moitié allemand, pourquoi qu’elles avaient un foulard, elles nous ont fait comprendre qu’elles avaient couché avec un étranger et quelles avaient été tondues par la Ges-, par la, euh, le service allemand.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Pour avoir osé, euh,…
H. B.-S. : Et qu’est-ce qui arrivait à l’étranger s’il se faisait prendre ?
Edgard B. : Comment ? Ah ben, un étranger, automatiquement, on le revoyait plus.
H. B.-S. : Ah oui. Mais quand… Edgard B. : Elles, elles continuaient leur travail, elles étaient tondues, et l’étranger, on ne le revoyait plus.
H. B.-S. : Vous connaissez des cas comme ça, où c’est arrivé ?
Edgard B. : Ah, j’ai… non, j’ai vu, j’ai entendu des oui-dire… H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Faut pas que j’exagère. Des oui-dire.

44Moins souvent que les traces d’autocensure perceptibles ici et là, on peut percevoir dans les interviews une tendance inverse consistant à visionner ses propres souvenirs à travers les lunettes d’un « Don Juan ». Il est vrai qu’en Allemagne les Français jouissaient depuis toujours d’une image de marque d’irrésistibles amants, image restée en vogue à l’époque, et même soutenue par des productions franco-allemandes d’inspiration collaborationniste, comme le film « Bel Ami ». Durant leur séjour en Allemagne, ils avaient été confrontés à ce cliché, parfois par les hommes allemands, avec un certain complexe d’infériorité :

Or nous étions, nous, les hommes de ce pays délectable, enviables et méprisables. Le poméranien de base devait rêver d’obtenir de nous les recettes de « grosses cochonneries » ; d’une certaine manière, la lune de miel de la collaboration l’autorisait à nous les demander, avec beaucoup de honte et en rougissant très fort. Bref il se sentait un barbare devant les représentants de la civilisation, du raffinement, du stupre et de la savoureuse décadence que nous étions.

Le film Bel Ami, coproduction franco-allemande de la collaboration, transpire avec une répugnante ingénuité ces croyances sur le Français :

  • 7 Ikor (1975), p. 175.

Bist nicht schön, doch charmant, bist nicht klug, doch galant, bist kein Held, nur ein Mann der gefällt.7

45Un de mes témoins avait encore conservé ce petit papier de l’époque avec la transcription de la chanson, en français et en allemand. En voici le refrain : « Bel amant, bel amour, bel ami follement chaque jour, bel ami, tu conduits sur tes pas une femme qui tout bas s’est juré de tomber dans tes bras. Ton pouvoir en riant bel ami, ton doux charme a conquis tous les cœurs du grand Paris, bel ami, bel ami, bel ami. »

46Image qui aurait eu son pendant dans les attentes des femmes allemandes :

  • 8 Evrard (1971), p. 316-7.

Il est certain qu’au point de vue… disons sentimental, c’étaient les Français qui jouissaient de la côte la plus flatteuse, que ce fût l’effet d’une vieille réputation mi-chevaleresque mi-polissonne […] ou plus prosaïquement du chocolat ou du rouge à lèvres qui leur arrivaient de France.8

47On imagine aisément à quel point les instances de sécurité considéraient les talents de séducteurs des Français comme dangereux (cf. p. 126), mais est-ce un indice fiable de la fréquence effective de ces relations ? Il est en tout cas intéressant de constater que, dans les souvenirs d’un ancien travailleur requis civil comme Vissière, ce genre de conquête – et le SD était du même avis ! – pouvait être considéré comme un acte subversif de démoralisation des troupes qui s’apparentait plutôt à un acte de patriotisme qu’à une « fraternisation » :

  • 9 Vissiere (1988), p. 456.

Les Allemandes apprécient la douceur, la galanterie des Français, et, pendant que leur mari, sur le front de l’Est, écoute la musique des orgues de Staline, certaines d’entre elles adoucissent l’exil d’un prisonnier transformé ou d’un requis du STO.9

  • 10 Cf. Arnaud (2006), p. 1095-1111, et ses réserves par rapport à cette justification a posteriori des (...)

48Les Français auraient eu donc ce genre de relations dans le but explicite de nuire au moral du mari et du même coup à celui des troupes ?10 Voici une explication certes originale, mais peu vraisemblable, et construite a posteriori. Tout donne à penser au contraire que des jeunes Français trouvaient compréhension et sympathie auprès de femmes allemandes justement du fait que leurs pères, leurs maris voire leurs fils étaient au front ou en captivité. Ces sentiments avaient souvent, mais pas toujours de connotation sexuelle.

49Les rapports entre les jeunes Allemandes et les Français ont certainement connu de nombreuses formes, allant de rencontres superficielles et passagères à des véritables histoires d’amour romantiques, racontées avec émotion à un demi-siècle de distance. En ce qui concerne les relations amoureuses, à la fin de la guerre ces couples se trouvèrent placés devant la décision de savoir si leur lien allait perdurer au-delà du séjour obligatoire du partenaire français. La rupture était alors le cas le plus fréquent, comme le relate Paul M. :

  • 11 Marcy, Souvenirs, 1/2.

Le dénouement n’a souvent malheureusement pas été très heureux ni très honorable ! ! S. parti, presque clandestinement plus tôt que nous grâce à son père, gros industriel, et comme dans tous ces cas-là, avec promesses de retour, mais promesses rarement tenues […] Inoubliables ces scènes déchirantes au départ. Cette femme littéralement accrochée au camion qui nous emportait suppliant son amant de l’emmener.11

50Ce n’était pas non plus chose aisée de se rendre en France en passant la frontière avec une Allemande, même si elle avait caché le Français au péril de sa vie (cf. p. 284) :

  • 12 Rapport du Commandant Malcor au ministère du rapatriement du 26 mai 1945 (AN F/9/3792).

J’estime que 20 % à 25 % des Français qui se trouvaient en Allemagne depuis une ou plusieurs années ont un ou plusieurs enfants d’une femme allemande et ils manifestent dans la plupart des cas l’intention de les ramener en France, déclarant que la femme les a nourris clandestinement pendant des mois et cachés pendant des semaines au péril de sa vie, faisant preuve du plus grand dévouement. La réglementation en vigueur interdisant de ramener en France une femme allemande, les intéressés préfèrent attendre espérant que le Gouvernement Français modifiera son attitude.12

51Bien sûr, il est difficile de savoir si les relations amoureuses entre jeunes Allemandes et requis du travail, clandestines par définition, furent répandues. Il est peu probable qu’elles aient été aussi fréquentes que le suggère ce document. Les récits des anciens qui ont accepté de me livrer leurs souvenirs me portent plutôt à croire que la vérité est à mi-chemin. Personnellement ils ne connaissent ni des camarades qui seraient restés en Allemagne ni même de pères d’enfants franco-allemands, à de rares exceptions près. À ma question sur ce sujet, Pierre L. me révèle seulement en fin d’interview que lui-même a ramené plus tard en France l’amante qu’il avait connue pendant la guerre, qu’il l’avait épousée ensuite et que leur premier enfant était né à Brême le 9 mai 1945 !

Pierre L. : Alors, moi, j’ai eu un enfant là-bas. mais… (rire) avec une Allemande.
H. B.-S. : Oui ? ?
Pierre L. : Et qui est né à Brême, d’ailleurs, le 8 ou le 9 mai… Voilà… M’enfin… il est toujours là, hein ?
H. B.-S. : Et ça n’a pas posé de problème, ni à elle, ni à… ?
Pierre L. : Si ! Enfin, ça a posé quelques, quelques-uns. M’enfin, je m’étais débrouillé, je vous dis… Non, non, ça n’a pas posé de problèmes. Non.
H. B.-S. : Et vous l’avez revu ?
Pierre L. : Qui ?
H. B.-S. : L’enfant ?
Pierre L. : Bien si. Bien sûr. Oui, puisque, je me suis marié, je suis marié, enfin j’étais marié, enfin, marié, puisqu’on a divorcé, avec une femme de Brême.
H. B.-S. : Ça, j’ignorais ! !
Pierre L. : Ah, oui. Si, si, si, si (rire). Si, si. Mais on s’est, elle est venue en France après, on s’est mariés, et puis, il y a eu deux autres enfants.
H. B.-S. : Hm. Vous avez pu la rapatrier en France, après… ?
Pierre L. : Oui, en… 47, 48, fin 47, oui, c’est ça.
H. B.-S. : Et donc, vous avez vécu en France ?
Pierre L. : Oui, oui. Oui, oui, oui, oui.
H. B.-S. : Hm. Et l’enfant qui était né à Brême, aussi, ils sont devenus des Français…
Pierre L. : Ils sont mariés et ont des enfants. Bien sûr. Oui, oui.
H. B.-S. : Et vous n’avez pas eu de problèmes pour les rapatrier en France ?
Pierre L. :…Si, si. M’enfin, bon, je connaissais le préfet de police de Paris, ben, on l’a fait rentrer, m’enfin, non, pas de, pas de problèmes majeurs, quoi. Simplement, au début, elle n’avait pas le droit de résider dans, dans le même département que moi, quoi. C’est tout. Enfin, bref… Puis après, bon, ça s’est arrangé, on s’est mariés, bon. Voilà.
H. B.-S. : Mais à Brême, sur place, ça a dû être strictement interdit de… d’avoir une relation…
Pierre L. : Bien sûr. Bien sûr.
H. B.-S. : C’est toujours passé inaperçu… Vous avez toujours su…
Pierre L. : Non, ce n’est pas passé inaperçu… Puis, justement cette dame de l’Arbeitsfront, euh, c’est elle qui m’a arrangé l’affaire, je le lui ai rendu la, la politesse, après.
H. B.-S. : Ah, oui. Oui, oui, oui.
Pierre L. : Parce que, quand on jouait au, c’est idiot, m’enfin, c’était comme ça, quand on était dans ce café, là, je me rappelle, je jouais… une étude de Chopin, et, il y a derrière moi une dame qui dit : bravo, et… une grande dame… Et alors, elle me dit : « félicitations », et ceci et cela, « si vous avez besoin de quelque chose, vous me… venez me trouver », elle m’a donné sa carte, ainsi de suite. Alors, quand j’ai eu… eu des ennuis, j’ai… parce que la police m’avait attrapé une fois, je lui ai dit, bon, elle a arrangé l’affaire, moi, c’est tout.
H. B.-S. : La police vous avait attrapé.
Pierre L. : Oui… Au cours d’un contrôle d’identité, vous savez. Bête, comme ça. Bon. Alors, voilà.
H. B.-S. : Parce que, sinon, j’ai vu des choses, où le gens ont vraiment été inquiétés…
Pierre L. : Oui.
H. B.-S. : Ça risquait gros, hein, les femmes étaient…
Pierre L. : Oui, oui. Oui, oui, oui. C’est-à-dire que, euh, faut dire que cette femme n’était ni mariée ni fiancée. C’était très grave quand, euh, c’était… euh, la femme d’un soldat, notamment. Mais là, bon…
H. B.-S. : Oui, mais encore… Puisque, en tant que prisonnier, vous n’aviez pas le droit…
Pierre L. : Non, mais, bien sûr. Bien sûr. Vous savez, là, alors, là, il y en avait beaucoup, quand même qui avaient des amies allemandes. énormément.
H. B.-S. : Et qui ont eu des ennuis, ou… Pierre L. : Ah, pff, il y en a eu qui ont eu des ennuis, mais la plupart du temps, ça se passait assez bien, quoi. Oui. Bon, j’en ai pas connu directement qui ont eu des ennuis, quoi. Non. J’en ai pas connu. Enfin, je sais qu’il y en a d’autres, ailleurs, mais de ceux que j’ai connus à Brême, non. Il n’y a pas eu de, de problèmes.
H. B.-S. : Il y en a eu d’autres qui ont… ensuite, légalisé leur relation et puis, ou les femmes les ont suivis en France ?
Pierre L. : Oui. Oui. J’en connais d’autres. Oui. Oui. Je ne sais pas ce qu’ils sont devenus d’ailleurs, mais oui. Je connais, oui, je connais deux autres, oui.

3.9 – Texte de la chanson « Bel Ami » en version allemande et française, recopié à la main.

3.9 – Texte de la chanson « Bel Ami » en version allemande et française, recopié à la main.

Collection Jacques B.

  • 13 Cf. Picaper (2005) ; Virgili (2009)

52Puis, à l’occasion d’une soirée consacrée au sujet du travail forcée en juin 1993 à l’Institut français de Brême, un monsieur d’un certain âge s’adressa à moi : fils d’un travailleur civil français, il était né pendant la guerre et aurait bien voulu entrer en contact avec son père qui ne pouvait pas se douter de son existence. En effet, il était reparti en France à l’expiration de son contrat, dans l’ignorance de la grossesse de sa petite amie. Comme il se souvenait du nom de famille très peu usité, j’ai pu le mettre en relation avec cette famille française, à savoir ses deux demi-frères, puisque l’ancien travailleur civil, lui, était décédé dans les années cinquante. Récemment, des études ont été consacrées aux enfants issus de telles unions.13

53Enfin, j’ai eu connaissance d’une histoire d’amour hors du commun qui réunissait le travailleur civil Edmond T. et une jeune Allemande prénommée Rosemarie ; elle cessa à la fin de la guerre, bien qu’ils aient envisagé plus d’une fois de s’enfuir ensemble vers la France :

Edmond T. : Oui, mais je commençais à m’inquiéter moi-même, je vais devenir allemand, ma parole…
H. B.-S. : (rire)
Edmond T. : Non mais, vous rigolez, dans le temps, c’était pas marrant, parce qu’on en parlait, hein, avec Rosemarie, hein, parce que elle avait peut-être dix-neuf, vingt ans, elle avait, elle fait plus, plus jeune que moi, un peu, moi, j’en avais vingt-deux, on se disait : si on s’échappait, on se disait, en passant par la Belgique pour rejoindre la France, voyez. On a failli le faire ! On aurait été propres si on avait été pris. Si on avait été pris. Elle aurait été fusillée, et moi, renvoyé dans un camp.

54Malgré les terribles semaines qu’il a dû passer dans le camp disciplinaire de Farge, cette relation intense (bien que restée platonique) avec la jeune Allemande a laissé Edmond T. complètement exempt de tout ressentiment collectif à l’égard des Allemands, d’autant qu’il avait connu, en la personne de son contremaître et homonyme Edmund qui intervint en sa faveur, un adversaire convaincu du régime. C’est pourquoi la nouvelle de la mort du frère de son amie sur le front de l’Est le toucha comme s’il s’était agi de son propre frère.

55Peu de témoins vont aussi loin qu’Edmond T., qui s’est identifié à ses amis allemands au point de se sentir lui-même allemand, comme il le dit au début de son interview. Cependant les relations de solidarité avec les collègues allemands sur le lieu de travail, et certainement aussi celles plus ou moins profondes avec les femmes allemandes, ont eu pour effet que les frontières entre « amis » et « ennemis » coïncidaient de moins en moins avec celles qui séparaient Allemands et Français. Ces délimitations ne suivaient pas non plus simplement une ligne de démarcation basée sur des critères politiques, séparant « nazis » et « collaborateurs » d’une part et « antifascistes » d’autre part. Elles se sont plutôt formées dans la réalité sociale du pays en guerre, avec ses contraintes, ses hiérarchies, mais aussi ses îlots de liberté et d’humanité. Cet aspect doit être pris en considération dans l’essai d’analyse suivant qui porte sur l’évolution de l’état d’esprit de la population, telle que la perçurent les Français.

Les Français témoins de l’évolution de l’état d’esprit des Allemands

56Un potentiel considérable d’informations sur les évolutions qui se sont produites au sein de la population allemande n’a guère été exploité par l’historiographie : ce sont les souvenirs de ces millions d’étrangers qui, pendant les années de guerre, partagèrent son quotidien dans la « gueule du loup ». Le rôle d’observateurs privilégiés, jugeant certes avec quelque parti pris, mais aussi avec la distance de l’étranger, apparaît à l’évidence dans beaucoup de dialogues avec les témoins. Les doutes quant à la victoire finale, par exemple, si tant est qu’ils s’exprimaient à voix haute, parvenaient plutôt aux oreilles du collègue français qu’à celles du voisin allemand. Seule la Gestapo devait être aussi bien informée sur ces courants de pensée et ces dissidences.

57Dans un premier temps, en 1940, les victoires rapides à l’Ouest avaient fait gagner en éclat l’étoile des nationaux-socialistes dans l’estime de la population, selon la Gestapo :

L’avancée irrésistible des armées allemandes en Hollande, en Belgique, en France et la victoire dans la bataille des Flandres a, dans de larges couches du peuple, énormément consolidé la foi et la confiance dans le Führer. Même les citoyens restés jusqu’à présent à l’écart manifestent à l’égard de la personnalité géniale du Führer une admiration sans limites…. Le nombre de râleurs et de défaitistes a nettement diminué depuis l’ouverture de l’offensive à l’Ouest. (STB 3-M. 2. h. 3. ad Nr.8 (21)).

58C’est cet état d’esprit que rencontrèrent majoritairement les prisonniers de guerre amenés dans le Reich après l’issue victorieuse de la Blitzkrieg. Seuls quelques-uns firent alors la connaissance dans les débuts de leur captivité d’adversaires déterminés du régime, de ces « râleurs et défaitistes », notamment parmi les ouvriers. Deux ans plus tard, passé le moment des victoires faciles, le moral avait beaucoup changé et les requis civils arrivèrent à un moment où régnaient la peur d’être engagés sur le front de l’Est, la multiplication des bombardements et les difficultés croissantes d’approvisionnement, bref, un sentiment de lassitude de la guerre. Un rapport de la Gestapo décrit ainsi l’ambiance du mois d’avril 1943 :

Dans toutes les couches de la population règne l’inquiétude et la situation militaire inspire de plus en plus de préoccupation. Beaucoup de concitoyens expriment par leurs propos et leurs attitudes qu’ils n’arrivent plus guère à croire en la victoire finale. […] Dans toutes les couches de la population l’avenir est vu en noir […] On y souhaite vivement une fin proche de la guerre. (Ibid.)

59Et en janvier 1944, on y lit le constat contradictoire suivant :

Nos concitoyens ont perdu presque toute croyance en une victoire allemande […] Les dernières attaques terroristes de l’aviation ennemie n’ont pas pu ébranler la confiance de la population brêmoise. Il est cependant à noter que les soucis et la détresse n’engendrent plus l’impassibilité et le sang-froid, mais une léthargie toujours plus répandue. (Ibid.)

60Sentiment qui devait encore s’accentuer par la suite, selon ce rapport du 27 mars 1944 :

Le découragement et la résignation gagnent de plus en plus de terrain. Beaucoup de concitoyens sont d’avis qu’il n’y ait plus guère de possibilité de terminer cette guerre par une victoire. […] La population pense que la fin de la guerre est une nécessité urgente. On ne prend plus au sérieux l’idée que le temps travaille pour nous. (Ibid.)

61Les témoins sont nombreux à avoir remarqué cette évolution de l’état d’esprit :

Robert D. : Ben, c’est-à-dire, les Allemands, naturellement, ils subissaient quand même les bombardements, à Brême, assez importants, les destructions étaient de plus en plus importantes, euh, alors, on le voyait, le lendemain : Ah, c’est mauvais, la guerre, mauvais, la guerre… C’est toujours l’expression qui revenait…
Lucien L. : Mauvais, la guerre… mais pas plus
Robert D. : Mais pas plus, hein, pas plus, c’était… l’air de dire…
H. B.-S. : Une certaine lassitude…
Robert D. : Une lassitude, oui. Il y avait une certaine lassitude.

62Même avec des moyens linguistiques réduits on pouvait, autour de l’établi, avoir des discussions politiques sur le sujet :

Fernand L. : Moi, j’avais un vieux chef d’équipe allemand, hein… Sur mon étau, vous savez ce que c’est un étau ? […]Alors j’ai marqué URSS-USA, puis j’ai serré. Vous savez, alors il me dit : « Ja ja, Krieg Scheiße. ». Quand il y a un bombardement comme ça, « Wo ist Focke-Wulff, wo ist Messerschmidt ? ». Les Américains passaient peut-être… 200 avions. Qu’est-ce que vous voulez faire contre ça ?

63Ce que beaucoup de témoins soulignent, c’est que deux camps s’opposaient de plus en plus nettement : d’une part ceux qui n’attendaient de la poursuite de la guerre que davantage de souffrances et de pertes, et d’autre part les imperturbables qui se cramponnaient à la « victoire finale ». Juste avant la capitulation certains auraient encore cru à un revirement de dernière minute :

Georges T. : Ah oui, absolument, ah ça je me vois encore des gens, alors que, euh… au mois de mai 45, alors que… mai, avril mettons, si vous voulez, alors que les troupes américaines étaient arrivées à Berlin déjà, hein, et que nous on était dans la poche au-dessus là, qu’on allait être pris, disant : la guerre n’est pas perdue, on a l’arme secrète. […] Non non, beaucoup de, non, beaucoup de, de gens, si vous voulez, euh… moins informés de ces soi-disant bombes secrètes, des gens du… du courant comme nous, si vous voulez, je vois encore une femme qui, qui avait hâte que son mari rentre, hein, euh, on a perdu la guerre, euh, on a perdu la guerre, c’est fini, on a perdu, on a perdu, hein. Mais d’autres, d’autres disaient, mais un petit groupe, si vous voulez, c’est pas les mêmes, pas les mêmes personnes, ils disaient : On a notre arme secrète, et sans doute, c’était vrai. Et nous, ça nous faisait presque rire, parce qu’on disait c’est pas, c’est pas, c’est pas possible, que l’arme secrète c’est… ça, ça, ils l’auraient déjà fait et… […] Alors c’est ça, mais le moral, je crois que le moral était assez bas, quand même, oui. Le moral des gens moyens, si vous voulez, du… de tout le monde, c’était assez… parce que quand même c’était… écoutez, une partie de l’Allemagne occupée déjà par les troupes américaines, les Russes de l’autre côté, qu’est-ce qu’on pouvait espérer, de se sauver, comme on pouvait espérer de se sauver.

64Dans une folie fanatique de résistance à tout prix, ce sont avant tout les jeunes et les vieillards du « Volkssturm » qui, dans les derniers jours, furent envoyés à une mort complètement insensée :

Pierre G. : Mais malgré ça, ils ont toujours cru à leur victoire, figurez-vous que, peut-être quinze jours avant, quinze jours avant, euh, que nous soyons libérés, le parti nazi a décidé de faire une, euh, une harangue dans l’usine. Et je les entends encore : « Niemals kapitulieren ! Niemals ! » Ça veut dire : nous ne capitulerons jamais, hein. Alors, et j’vois encore, ils avaient monté une estrade, dans la cour de, de l’usine, là, et puis alors, il est arrivé des, des nazis, là, avec les, les grands drapeaux, là, et puis, leurs tenues, tout ça, et, alors, ils nous ont obligés à y aller parce que, il y avait presque plus d’Allemands dans l’usine, il y avait surtout des Ausländer, des étrangers, des prisonniers, alors nous on ne comprenait rien de ce qu’ils disaient, on se rappelait qu’ils euh, qu’ils braillaient : « Niemals kapitulieren ! Niemals ! », nous ne capitulerons jamais, mais, c’était de la, c’était de la comédie, là. Et alors après, quand je les ai vus démonter les bouches d’égout dans la rue de Hemelingen, là, qui conduisait à… ils ont, de chaque côté de la rue ils avaient démonté les bouches d’égout, et puis ils avaient mis des jeunes là-dedans, des, des Hitlerjugend, avec des Panzerfaust, et, pour essayer d’attaquer des chars. Alors les Anglais qui n’étaient pas plus bêtes que les autres, et puis les Américains, avant d’attaquer, ils sont venus, ils ont pris d’enfilade toutes ces rues-là, alors ils ont tout bombardé, mais les jeunes, ils se sont faits massacrer là-dedans !

65Globalement, défaite après défaite et surtout après Stalingrad, le groupe le plus important était formé de ceux qui souhaitaient une issue proche et aux yeux desquels la défaite allemande était scellée. En tout cas, les plus intelligents d’entre eux traitèrent avec une grande indulgence les vainqueurs prévisibles de cette guerre, car leur propre sort pouvait dépendre de leur témoignage :

H. B.-S. : Comment réagissaient-ils ? Est-ce qu’ils se rendaient compte… est-ce qu’ils tenaient jusqu’au bout… ?
André P. : Ah ben non, l’inverse : ils ralentissaient le travail, ils ont dit : Pour foutu, pour foutu, c’est plus la peine de… Grand temps que la guerre finisse et que nos enfants et nos maris rentrent.
H. B.-S. : Tous comme ça ?
André P. : Les hommes. Il n’y avait des contacts qu’avec des hommes, c’était leur état d’esprit. Ils savaient qu’ils étaient foutus, que ce n’était pas la peine de continuer… […] Et je vous rappelle que, il y avait un véritable nazi, euh, sur cinq ou sur huit… Il y en a certains, c’était par intérêt et d’autres, c’était par conviction, et puis, il y avait tous ceux qui étaient neutres.
H. B.-S. : Et la façon dont ils traitaient les étrangers, avait-elle changé par cela ou non ?
André P. : Ils avaient peur de nous. […] À partir des débarquements en Provence, en Italie… ils avaient peur des…
H. B.-S. : Et cela se manifestait comment ?
André P. : Ils avaient pas peur… Bien, ils… on a jamais été rudoyés, mais ils mettaient plus de délicatesse à nous… Ils osaient à peine nous demander de travailler.

66À l’annonce de chaque nouvelle défaite allemande les espoirs et l’assurance des Français augmentaient. Et naturellement, ils ne se contentaient pas de percevoir en observateurs passifs l’évolution de l’état d’esprit des différents Allemands qu’ils côtoyaient quotidiennement, mais ils utilisaient parfois leur rôle de spectateur pour exaspérer ceux des d’Allemands qu’ils considéraient comme ennemis. (cf. p. 180) À l’inverse, le fait d’être observés par les étrangers incitait bon nombre d’Allemands à faire semblant d’être certains de la victoire pour ne pas leur prêter le flanc :

Yves Bertho : Et il y avait ceci aussi, c’était… ce qui n’a pas été suffisamment dit par aucun historien : le fait que la population allemande, pendant cette période-là, de la fin de la guerre surtout, se trouvait somme toute sous un contrôle complet, et un contrôle qui a été beaucoup plus subtil que l’on peut le supposer : il y avait un contrôle de la Polizei certainement, il y avait un contrôle de l’Arbeitsfront, mais il y avait surtout ce contrôle inattendu et subtil qui faisait que toute la population allemande était surveillée par sept millions d’étrangers, et qu’il y avait tout un problème de morale nationale qui les impliquait… qu’ils n’allaient pas craquer devant sept millions d’étrangers ! Je pense que c’est quelque chose qui doit être dit !

67Grâce à des contacts quotidiens, à la solidarité sur le lieu de travail et à bon nombre de relations de sympathie, d’autres Allemands étaient ressentis comme autant d’êtres humains ; vouloir alors définir les catégories « ami et ennemi » sur un plan national ou politique n’avait plus grand sens. C’est sous les bombes que les « amis » déversaient ou face à l’annonce par un camarade de travail de la mort de son fils tombé sur le front russe, que se développa la compassion, sentiment qui permit de dépasser la notion d’« ennemi héréditaire ». Mais cela ne signifiait nullement que les Français, à quelques exceptions près, aient oublié leur identité nationale ou soient devenus indifférents à l’issue de la guerre ; bien au contraire l’espoir en une victoire alliée ne faisait que croître.

68L’expérience de la dimension intérieure du national-socialisme, l’omniprésence de la surveillance et de la répression ainsi que le contact avec des adversaires du régime parmi les collègues de travail firent naître entre ceux-ci et certains Français des relations de solidarité, basées sur ce que l’on pourrait appeler un antifascisme délibéré. Mais l’empathie s’établit également à partir de la prise de conscience que la guerre, et désormais aussi la dictature représentaient pour les Allemands des couches populaires le même joug que pour eux-mêmes.

Robert D. : Les Allemands étaient durs aussi avec eux, hein, avec la population allemande, étaient très très durs aussi, hein, ils étaient durs avec les étrangers, plus durs encore, ça évidemment, mais… Je me rappelle un fait que j’ai vu ici, à Brême. Il y avait eu un bombardement de train, d’un train, et dans ce train, il y avait des, des petits cochons. […]Alors, euh, il y a eu, il y eu aussitôt des, c’étaient des affiches, vous savez, de propagande, en disant que tous ceux, ceux qui seraient pris à venir se chercher de la viande seraient aussitôt condamnés à mort. Évidemment, toute cette viande-là était perdue et il y a des Allemands qui sont venus. Il y en a un qui s’est fait prendre. Et effectivement, il a été fusillé sur-le-champ. Sur-le-champ ! Et c’était un Allemand.

69Il n’était pas nécessaire d’avoir une conscience antifasciste, au sens étroitement politique du terme, pour déduire, à partir des évènements vécus, qu’à côté des responsables du régime il y avait parmi les Allemands un grand nombre de gens à compter parmi les victimes de ce régime, et avec qui un rapprochement était possible sur des bases humanitaires, ce qui n’avait rien à voir avec la collaboration officielle.

Fernand L. : Vous savez, je vais vous dire une chose, moi, là-bas, j’étais un peu pour la réunification franco-allemande.
H. B.-S. : Ah, oui ?
Fernand L. : Parce que, un jour, nous évacuons, et… pendant la débâcle, il y a sur une place, des femmes qui attendaient, et là, il venait un Allemand vers nous, puis cet Allemand m’a dit : Vous êtes Franzose ? Je dis oui, alors il parlait, il me dit, est-ce que je voudrais un rapprochement franco-allemand ? Je connais la littérature française, je connais votre pays. Et je serais content de voir un jour un rapprochement franco-allemand. Et c’est à ce moment-là, vous savez, ça me, ça m’a…, alors et il a dit : Mais vous, d’où êtes-vous ? Depuis quand… ? – Mais depuis deux jours, on est sur les routes, il a appelé les femmes, elles sont arrivées avec leur casse-croûte, marmelade, le pain, ils nous ont donné. Vous voyez, cet Allemand était pour, euh, voyez, ça m’a, ça nous a touchés ça, de voir que… qu’il leur a dit que… qu’il connaissait la littérature française, et qu’il est pour un rapprochement. C’est pour ça que, actuellement, ce que moi, ce que je crains actuellement, c’est ce qu’on voit souvent les, le néonazisme qui commence à… On voit souvent les photos, tout ça, les, l’extrême droite, là, qui a fait… ce qui me fait peur, parce que nous, qu’on a connu tout ça, on voudrait pas le revoir !

70Mais ce n’est pas un hasard si ce sont justement ces évènements de la fin de la guerre, ces images de femmes et d’enfants dans les abris, d’une population civile affamée sous les bombardements, sans compter les souvenirs de la solidarité du monde ouvrier, qui incitent bon nombre de témoins à considérer les Allemandes et les Allemands comme des victimes du régime et de sa guerre criminelle. La compassion, si respectable soit-elle, peut ainsi passer à côté du fait que ceux-ci, pour une grande partie, ne faisaient que payer pour les dommages qu’ils avaient eux-mêmes provoqués quelques années auparavant. Rares sont les témoins qui porteraient un regard lucide comme celui-ci :

  • 14 Ikor (1975), p. 178-9.

L’Allemagne elle-même était faite, pour sa majorité, de braves types… n’empêche que cette Allemagne d’alors avait à sa tête Hitler, soutenu par des millions de fanatiques qui étaient allemands, qui étaient le plus souvent les mêmes personnes que ces braves types. D’où l’impression de duplicité insupportablement absurde lorsque, remontant du brave type que notre expérience nous montrait, nous le voyions se muer, à la hauteur de l’Allemagne, en bête fauve nazie.14

Notes

1 Marcy, Souvenirs, 1/13.

2 Herbert (1985), p. 211.

3 Cette initiative fut rejetée par les autorités le 6. juin 1941. Le camp fut construit et devait héberger des travailleurs civils italiens.

4 Jeggle (1991), p. 387.

5 Vittori (1982), p. 152.

6 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 69.

7 Ikor (1975), p. 175.

8 Evrard (1971), p. 316-7.

9 Vissiere (1988), p. 456.

10 Cf. Arnaud (2006), p. 1095-1111, et ses réserves par rapport à cette justification a posteriori des relations avec des Allemandes comme actes quasi subversifs sinon de résistance à l’ennemi, ainsi que la condamnation généralisée des femmes françaises par leurs compatriotes masculins. Les déclarations des témoins d’avoir « subi » ces rapports de la part des femmes allemandes leur ayant fait perdre le rôle masculin dominant (à la différence des étrangères) ne seraient-elles pas à leur tour de l’ordre de l’imaginaire ? (p. 1125 et 1709).

11 Marcy, Souvenirs, 1/2.

12 Rapport du Commandant Malcor au ministère du rapatriement du 26 mai 1945 (AN F/9/3792).

13 Cf. Picaper (2005) ; Virgili (2009)

14 Ikor (1975), p. 178-9.

Table des illustrations

Titre 3.7 – Un collègue de travail allemand avec sa famille devant leur maison.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39656/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre 3.9 – Texte de la chanson « Bel Ami » en version allemande et française, recopié à la main.
Crédits Collection Jacques B.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39656/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540