Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Représentations, regards croisés et interactions

Rapports avec d’autres étrangers

Testo integrale

1Les prisonniers de guerre français retenus dans le Reich comme « butin de guerre » et leurs compatriotes civils qui y avaient été déportés contre leur gré occupèrent malgré tout une place relativement privilégiée comparativement aux autres étrangers et, à plus forte raison, aux détenus concentrationnaires de toutes les nations (cf. p. 126). Cela ne résultait pas seulement d’une politique allemande en matière de main-d’œuvre étrangère oscillant entre rationalisme économique et principes idéologiques (cf. p. 37 et p. 152). Mais la position intermédiaire plaçant les travailleurs civils français à bien des égards plus près du statut des Allemands que de celui des travailleurs de l’Est a laissé dans la perception des témoins des traces ambivalentes qui remontent à la surface justement lorsqu’ils se souviennent de leurs relations avec ces autres groupes.

Travailleurs de l’Ouest

2Français et Wallons se trouvaient placés au même niveau et entre eux régnaient les relations les plus étroites et les plus amicales qui soient. Les Flamands, en revanche, comme les Néerlandais, étaient mieux traités par les Allemands, puisque « germaniques ». Aussi les Français et les Wallons les considéraient plus ou moins comme des collaborateurs. Déjà du fait de la langue, on soupçonnait les Flamands et les Néerlandais d’être très proches des Allemands et on se méfiait d’eux. Edgar B. raconte que les Wallons appelaient leurs collègues français à la rescousse, quand il s’agissait de rosser les Flamands :

Edgard B. : Ah, on a, on a eu des Belges, on a eu des Wallons et des Flamands. Et les Wallons venaient nous chercher pour fich… foutre la figure aux Flamands… Parce que… les Flamands étaient plutôt plus collaborateurs que les Wallons. Alors ils venaient nous chercher en disant : on fait une descente dans les… Parce que les Flamands, ils avaient, les Belges flamands, ils avaient leur café. […] Ils avaient leur… euh, dans Brême, ils avaient un statut très spécial. Ils étaient favorisés.
H. B.-S. : Ah, oui ?
Edgard B. : Et les Wallons étaient avec nous. Alors ils venaient nous chercher pour qu’on aille chez eux, pour qu’on aille voir…

3En tant que membres d’un peuple « apparenté » les Néerlandais bénéficiaient, du moins sur le plan racial, d’une estime plus grande que les Français. (cf. p. 126) À côté des requis hollandais, avec qui les requis français entretenaient des relations amicales quand ils les connaissaient personnellement, il y avait beaucoup de travailleurs recrutés qu’il n’était pas possible de distinguer au premier coup d’œil. Avec ou sans raison, tous les Néerlandais se virent parfois accusés du même reproche de collaboration et, comme les Françaises, on jugea que les Néerlandaises étaient « des dames qui vivaient de leurs charmes » (Henri L.).

4Dans les souvenirs de ce dernier, l’exemple le plus typique de Hollandais collaborationnistes est celui de travailleurs civils qui s’étaient engagés dans la Waffen-SS, (ce que quelques Français firent aussi, mais la plupart du temps en France même). Il en avait rencontré qui ne furent pas envoyés sur le front de l’Est mais dans les entreprises allemandes en tant que policiers auxiliaires : « C’étaient ces gens-là qui nous passaient à tabac. »

5Seuls quelques témoins se souviennent explicitement des travailleurs immigrés italiens. En tant qu’étrangers issus d’un État ami, et en raison de considérations internationales, ils bénéficiaient officiellement, jusqu’au revirement italien de septembre 1943, d’un traitement privilégié que, de fait, la population allemande ne leur accordait pas toujours, mais que les Français observaient néanmoins avec envie. Les Italiens avaient leur propre chambre, leur propre cuisine, recevaient des rations supplémentaires de vin et de pâtes, étaient mieux payés et recevaient en plus de leur gouvernement des petits colis de denrées ; bref, dans la hiérarchie ils se situaient au-dessus des Français.

6Le niveau de vie dont ils disposaient leur conférait aussi une supériorité au niveau du troc. Ils auraient marchandé avec toutes sortes de choses, des cigarettes, des alliances, et ils auraient même été jusqu’à vendre leurs femmes si elles avaient été là, suppose André D. Lorsque, après la chute de Mussolini le 25 juillet 1943, les travailleurs civils italiens présents encore dans le Reich furent maintenus de force en Allemagne, l’occasion fut bonne, non seulement pour les Allemands d’exprimer un mépris longtemps contenu et de rejeter les Italiens à nouveau au rang inférieur auquel ils appartenaient à leurs yeux, mais aussi pour les Français de régler quelques comptes :

Henri L. : Quand on avait trop faim, on allait leur acheter une gamelle de soupe qu’ils vendaient à prix d’or. Et le jour où ils ont laissé les Allemands seuls, on l’a su, et on a pillé la cantine des Italiens… les Allemands ont laissé faire.

7La joie maligne que manifestèrent les Français face à la perte de leurs privilèges par les travailleurs civils italiens n’était pas seulement dirigée contre eux parce qu’ils avaient auparavant bénéficié des grâces des Allemands, mais visait surtout la nation qui, en 1940, s’était placée du côté des Allemands au moment où l’affaire était réglée, pour pouvoir ainsi, « à bon compte », profiter de la victoire de la Wehrmacht sur la France. (cf. p. 208)

Internés militaires italiens

  • 1 À la suite de la capitulation italienne, 650.000 Italiens avait préféré se constituer prisonniers (...)

8Le comportement italien de 1940 fut aussi la principale raison pour laquelle les internés militaires italiens ne reçurent pas beaucoup de compassion de la part des Français, en dépit du fait qu’ils avaient justement rejeté toute collaboration et la poursuite de l’alliance avec les Allemands, ce qu’ils payèrent par leur déportation en Allemagne1 :

Pierre G. : Et j’étais, mais des souvenirs j’en ai, sensationnels, j’ai été, donc à Bremen, quand les… comment, les Italiens, qui venaient de capituler… […]
H. B.-S. : Les internés militaires.
Pierre G. : Oui, alors, vous savez ce qu’ils leur ont fait faire ? On était à ce moment-là, le commando avait été détruit, on était à Goldina. C’était un grand bâtiment, avant, c’était une fabrique de chocolat. Alors, figurez-vous que les Allemands quand ils sont… euh, les priso-… euh, les Italiens… c’était de l’armée de Badoglio j’sais pas trop quoi… Alors ils sont arrivés un dimanche. Alors on nous a tous fait rentrer dans Goldina, et c’était pour… il était pourtant déjà assez tard, ils leur ont donné à chacun une pelle, une bêche et puis ils leur ont fait bêcher la cour… puis il était déjà assez tard, hein. Alors la cour qui était de… assez grande, là, hein, bêcher la cour ! Vraiment ! (rire)
H. B.-S. : Puis l’ambiance entre les Italiens et les Français n’a pas dû être très bonne non plus puisque…
Pierre G. : Avec les Italiens, non, non, non, nous, on pouvait pas les voir hein, non, nous… les Italiens…
H. B.-S. : Puisqu’ils étaient entrés en guerre contre la France.
Pierre G. : Mais ouais, oui, ça. Puis alors, moi je me rappelle que, euh, même en Normandie, là, les Italiens ils venaient nous bombarder, là. Alors non, les Italiens, non, non, ils étaient très, très, très, très mal vus, hein ?
De nombreux témoins disent s’être réjouis de leur malheur :
Paul M. : Ca a été la grosse rigolade. Tout le monde a rigolé avec l’histoire des Italiens. Ils étaient mal vus par tout le monde.
Edmond T. : On ne les plaignait pas tellement, ceux-là.
Pierre L. : Boh ! On se moquait d’eux. Ça alors, on n’avait pas tellement de sympathie pour eux. On avait tort, sans doute, mais enfin… Si si, on les a vus arriver, oh là là. Ils étaient nombreux, il y en avait beaucoup.
H. B.-S. : Pour être mal vus, ils ont dû être mal vus aussi par les Allemands, non ?
Pierre L. : Oh, vraisemblablement. Oui, oui. Oui, oui. Oui, oui.
H. B.-S. : Les traîtres, qui les avaient lâchés…
Pierre L. : C’est sûr. C’est sûr. Oui, oui, oui.

9Sans hésiter, le SD tira profit de cette indignation du « bon sens populaire » pour justifier la privation de droits des internés militaires et même l’encourager :

En résumé il faut répéter le constat que parmi tous les travailleurs et prisonniers de guerre étrangers employés dans le Reich, les internés militaires italiens sont l’objet du rejet le plus unanime de la part de la population allemande. Celle-ci non seulement demande spontanément que ces traîtres de Badoglio ne soient pas traités selon les principes formels du droit, mais que leur force de travail soit exploitée de façon à correspondre à l’humiliation infligée au peuple allemand. (rapport du 20 décembre1943)

10C’est en effet la vengeance pour la trahison et l’humiliation subies et même pas l’exploitation rationnelle de leur force de travail qui détermina, du moins dans un premier temps, la façon dont les Allemands traitèrent les internés militaires, soumis à leur arbitraire dans les entreprises et les camps. Les témoins français se souviennent d’exemples d’actes de brimades, comme le bêchage de la cour de nuit. Pierre G. a vu dans la même entreprise les Italiens obligés de ramasser les petits morceaux de leur soupe qui avait été renversée sur un chemin recouvert de graviers. Yves Bertho décrit une tentative de meurtre sur un Italien, camouflée en accident du travail dans une entreprise.

11La « saine colère populaire », les brimades à l’encontre des Italiens et leur alimentation totalement insuffisante prirent finalement une telle ampleur que les autorités chargées de l’emploi s’inquiétèrent de l’état physique de cette main-d’œuvre. En juillet 1944, lors d’une discussion à la chancellerie, Sauckel s’exprima à ce sujet :

  • 2 Compte-rendu d’une réunion à la chancellerie du Reich du 11 juillet 1944.

L’alimentation complètement insuffisante des internés militaires, qui seraient en train littéralement de mourir de faim constituerait un problème particulier. Que l’on demande au Führer de faire évoluer progressivement le statut de ces internés militaires. Ainsi des énergies de travail non négligeables seraient libérées.2

12Il semble que parmi les Français aussi, d’abord réjouis de voir les Allemands se venger des Italiens, ce qui avait satisfait leur ressentiment pour l’humiliation de 1940, commença à se faire entendre un discours plus pondéré, tel celui d’Yves P. et de Paul P. qui trouvaient critiquable le comportement de leurs compatriotes. À propos des internés militaires de Borgward, Paul P. se souvient :

Paul P. : Bon. Alors je vais vous dire, déjà, étant chez Borgward, une fois j’étais à l’infirmerie, il y a un groupe d’Italiens dans un état épouvantable, qui, qui étaient venus pour voir notre médecin. Alors parmi nos compagnons, il y a eu quelques-uns qui les ont accablés d’injures : Salauds, traîtres, etc.
H. B.-S. : Du côté allemand, ou des Français ?
Paul P. : Des Français qui les ont, qui ont accablés… oui… oh ben, les Allemands, d’ailleurs, la discipline leur aurait interdit de… disciplinairement, on leur aurait pas permis de dire grand-chose.

13Il insiste sur le fait que les conditions auraient été plus libérales dans la zone occupée par les Italiens que dans la partie occupée par les Allemands.

Paul P. : L’occupation italienne pas bien méchante a été remplacée par celle de la Wehrmacht… et celle de la Gestapo. Les rafles des Juifs ont commencé ; c’est ainsi que Mme Simone Weil, bien connue depuis des années comme ministre, a été déportée alors qu’elle étaient adolescente.

14La réflexion politique qui germait dans l’esprit de certains Français, la compassion que d’autres éprouvaient à l’égard des Italiens suite aux mauvais traitements que leur faisaient subir les Allemands, et surtout la vie commune partagée au quotidien et les liens personnels ont peu à peu détendu les relations mutuelles. Cette ambivalence entre rejet des Italiens en tant que groupe et sympathie à l’égard des individus que l’on connaissait est bien perceptible dans cet extrait d’interview :

Paul T. : On avait pas eu une très haute opinion d’eux, des Italiens, hein ! Il y avait notamment un gondolier, de Venise, et puis, un monsieur qui était percepteur à Rome, son père était un cardinal haut placé, à Rome. On s’entendait très bien. Mais le gondolier, lui, il pleurait toujours.
H. B.-S. : Vous n’aviez pas une bonne opinion d’eux, mais vous vous entendiez bien quand même ?
Paul T. : Oh ben oui, parce que nous étions dans le même sac, si on peut dire, oui.
H. B.-S. : Vous les teniez un peu pour les lâches ou, euh, pourquoi…
Paul T. : Un peu, oui. Surtout, oui, pour ce qui s’était passé en 1940, là, l’Italie nous avait poignardés dans le dos, les avions italiens avaient mitraillé des colonnes de réfugiés et alors, ça, on l’avait pas oublié.
H. B.-S. : Hm. Et l’entente, ça se manifestait comment ?
Paul T. : Oh ben, c’était comme avec les Français. Pareil.
H. B.-S. : Il y avait moins de difficultés de langue aussi, pour vous comprendre…
Paul T. : Aussi, oui. Moi, je m’entendais très bien avec eux.
H. B.-S. : Vous en avez connus personnellement ?
Paul T. : Ah oui. Ces deux, là, dont je parle. Le gondolier et puis, le percepteur.
H. B.-S. : Ils avaient été avec vous ou non… ils étaient dans un camp à part ?
Paul T. : Avec nous. Avec nous. Dans le même camp.

15Les anciens internés militaires à leur tour ressentirent les relations avec les Français comme contradictoires et furent d’abord déçus par leur rejet brutal qui s’adoucit peu à peu jusqu’à devenir un comportement plus solidaire. Cela ressort des souvenirs analysés par un groupe d’historiens italiens :

  • 3 Bendotti (1992), p. 186-7.

Ils auraient attendu de la part de ces privilégiés qui recevaient les colis mythiques de la Croix Rouge, notamment de la part des Français avec qui les communications étaient facilitées par les affinités linguistiques et culturelles, des gestes généreux et la capacité de surmonter des ressentiments, fussent-ils justifiés. Quand cela n’eut pas lieu et que les Français se montraient hostiles, la déception fut cuisante. […] La tendance générale, toutefois, est autre : les cas bien plus nombreux sont ceux qui se souviennent d’un précieux soutien matériel ou moral reçu des Français, ou même des prisonniers belges ou hollandais. Évidemment, le souvenir met en avant le don de nourriture et un témoin souligne qu’il a reçu plus de solidarité de la part des Français que de ses compatriotes.3

16Mais le morceau de pain proverbial que l’on se passait par-dessus la clôture n’était pas toujours une aide désintéressée, comme on le penserait de prime abord. À y voir de plus près, on est en présence de rapports de force qui témoignent de relations d’échanges plutôt inégales, comme le montre la scène concrète de « tir au caleçon » racontée ci-dessous. C’est qu’avec les Badoglios on arrivait à faire affaire contre un assez vieux morceau de pain, dont on pouvait aisément se passer puisqu’on disposait de mieux :

H. B.-S. : Et est-ce que vous avez eu un contact quelconque avec une des catégories de ces étrangers ? Ou pas du tout ?
André P. : Ah si… ! […] Si, avec les Italiens-Badoglios, ils étaient ravitaillés par la Croix Rouge… ce qui est logique… et… ils avaient faim. Et alors, ils étaient dans leur camp avec des grillages, des barbelés, les barbelés étaient tressés. Et quand nous recevions un colis de France […] dedans, il y avait des farineux. Alors par plaisir, je mangeais d’abord les farineux de mon colis et j’arrivais à économiser du pain… allemand. Alors le pain allemand, il m’arrivait, il m’est arrivé de lui donner deux destinations, m’enfin, je vais vous donner celle qui correspond à votre demande… Comme les Badoglios étaient ravitaillés par la Croix Rouge, de temps en temps, ils avaient des vêtements, et nous, nous en avions pas. Alors, l’Italien venait qui… était dans sa cour avec des barbelés, puis des sentinelles allemandes. Alors, le Badoglio, d’une main, moi, j’ai eu deux caleçons, d’une main, il tenait son linge à travers la maille et de l’autre main, vous passiez votre morceau de pain.
H. B.-S. : Hm.
André P. : Moi, je passais du pain rassis, hein, puisque j’avais mangé mes farineux français, j’avais mon pain allemand qui était rassis, et je coupais un peu de pain comme ça, je tenais mon bout de pain, et lui, il tenait son caleçon, et c’était à celui qui tirait… c’était à celui qui lâchait le premier. […] Alors à la fin, on lâchait quand même, parce que pour un bout de pain…
H. B.-S. : Hm.
André P. : Si je donnais mon bout de pain, c’est parce que, à ce moment-là, j’en avais… j’avais les farineux, j’avais quelque chose, et lui me donnait le caleçon, j’ai eu deux caleçons, des caleçons longs, par les Italiens… bof, c’était comme ça que ça se passait.

17L’inégalité qui régnait dans ce type de relations de troc est révélatrice de l’appréciation des rapports entre les groupes d’étrangers et pas seulement entre Français et Italiens. Le SD n’y voyait qu’une preuve supplémentaire du faible niveau moral de ces hommes, acceptés seulement à contrecœur en Allemagne :

Les membres de presque tous les peuples recrutés pour travailler en Allemagne se livrent au troc. De toutes les façons possibles et imaginables, ils cherchent tous à s’estamper, le plus désavantagé de tous est presque toujours le travailleur immigré car il sait le moins apprécier la valeur de l’argent et c’est lui qui a le moins l’occasion de se procurer des marchandises (rapport du 17 août 1943).

18Bien sûr, les souvenirs de quelques épisodes individuels ne permettent pas d’avoir une idée exacte des rapports de force sur ces marchés et de l’évolution des « cours du change », mais la hiérarchisation sociale entre les différents groupes nationaux (y compris des Allemands) en ressort clairement. Les rapports de force qui régissaient ces échanges inégaux contrastent avec l’image quelque peu idéalisée des souvenirs de certains témoins.

Polonais et Soviétiques

19Le positionnement privilégié des Français vis-à-vis de la plupart des Européens de l’Est, tel qu’il se manifestait sur le marché noir, dans la hiérarchie du travail et le statut légal et social, ainsi que la perception de cette hiérarchie constituent la base de leurs relations réciproques.

20Remarquons d’abord qu’avec la constitution du « bloc de l’Est » dans l’Europe de l’après-guerre, la mémoire collective perçoit parfois les Européens de l’Est plus ou moins comme un seul et même groupe. Peut-être y a-t-il là, aussi, quelque écho inconscient de l’image allemande du « sous-homme » slave, contemporaine de la guerre. En revanche de nombreux témoins tiennent compte des différences. Ainsi, les prisonniers de guerre serbes et polonais bénéficiaient, comme les Français, d’un traitement relativement « correct », conforme aux dispositions de la Convention de Genève, tandis que les prisonniers de guerre russes étaient complètement dépourvus de droits et de protection, comme ce fut le cas des Polonais après leur transformation obligatoire en travailleurs civils et l’application de dispositions spécifiques dirigées spécialement contre eux.

21Par contre, pour des considérations de politique étrangère, les travailleurs tchèques, slovènes, croates et roumains bénéficiaient souvent d’un traitement privilégié qui les aurait incités à collaborer. Il paraît qu’il y a eu aussi des groupes très différents parmi les travailleurs civils soviétiques : « Il y avait qui étaient pour et qui étaient contre. Il ne fallait pas les mélanger », dit Henri L.

22Celui-ci a personnellement connu Nadja, une Russe très cultivée et adversaire convaincue de Hitler, pour laquelle il avait souvent quémandé, auprès des familles chez qui il effectuait un emploi secondaire, du dentifrice et du savon qu’il lui passait ensuite. Robert D. se souvient de jeunes Ukrainiennes de 15/16 ans, qui avaient accroché dans leur chambre un portrait de Hitler, peut-être collaboraient-elles ? Les travailleurs civils ukrainiens avaient, selon Paul M., leur propre police qui veillait plus sévèrement au respect des règlements et de la discipline au travail que la police allemande de l’usine.

23La relation entre Polonais et Français était également très différente selon les cas. Réunis par une religion commune, ils organisaient parfois des messes et des processions, par exemple. Selon Martin B., les relations entre travailleurs civils polonais et français à Farge étaient de bonne intelligence. D’autres témoins, comme Edmond T., supposent qu’il y avait beaucoup de collaborateurs parmi les civils polonais. D’autre part, les Français en tant que nation ne se considéraient pas comme irréprochables, sur le plan international, à l’égard des Polonais : leur pays avait certes, par obligation, déclaré la guerre à Hitler après qu’il eut attaqué la Pologne, mais l’armée française s’était repliée sur ses positions de défense et contentée de la « drôle de guerre », jusqu’à ce que l’attaque allemande la surprenne à son tour.

24À propos des relations entre Français et Polonais, Paul T. fait remarquer :

Paul T. : Bon ben, nous avions des contacts avec les Russes, les Polonais, et après, plus tard, les Italiens. Mais avec les Polonais, ça ne marchait pas du tout entre nous et eux. […] On s’entendait pas.
H. B.-S. : Et pourquoi ?
Paul T. : Je ne sais pas pourquoi. Est-ce que c’était en rapport avec la guerre, du fait que la France avait eu un accord avec la Pologne, et puis que les Français étaient restés sur place, n’étaient pas partis au secours des Polonais ? C’est peut-être ça. Mais non, et puis les Polonais n’avaient pas une attitude franche, voyez-vous, c’étaient des jeunes comme nous, mais on les entendait des fois, qui, comme on dit, qui nous mouchardaient auprès des Allemands, ils voulaient se faire bien voir, ils étaient obséquieux. […] Non, on les estimait pas beaucoup, hein, la plupart des Français qui ont été en contact avec les Polonais, pensent la même chose. Par contre avec les Russes, on s’entendait très bien. Les Russes et les Ukrainiens, il y avait aucun problème.
H. B.-S. : Donc c’était des civils qui étaient dans la même usine que vous ?
Paul T. : Des civils. Oui, oui, oui.
H. B.-S. : Par contre, ils ne sortaient pas en ville…
Paul T. : Si, ils pouvaient sortir, mais ils ne pouvaient pas fréquenter les lieux publics. Ils pouvaient pas aller au café, ni au cinéma. Puisqu’ils avaient le fameux rectangle « Ost » ou « P » pour les Polonais. Puis, il arrivait parfois qu’ils l’enlevaient, mais c’était risqué parce qu’en cas de contrôle de police… c’était très grave.
H. B.-S. : Et eux, du point de vue de leur situation, elle était comparable, la situation, ou quelles étaient les différences, vis-à-vis de vous ?
Paul T. : Au point de vue nourriture, oui. Parce qu’il y avait la nourriture pour les travailleurs de l’Ouest et celle des travailleurs de l’Est, qui était bien inférieure.
H. B.-S. : Et vous l’avez vue, ce que c’était ?
Paul T. : Oui. Ben, je me souviens qu’ils n’avaient pas beaucoup à manger et ça n’avait non plus la même qualité que ce qu’on nous donnait à nous.
H. B. -S-. : Et donc ils cherchaient peut-être à obtenir des choses en échange…
Paul T. : Oui, oui. Ils échangeaient beaucoup, oui.
H. B.-S. : Qu’est-ce qu’ils proposaient en échange ?
Paul T. : Du tabac pour avoir du pain, par exemple, et des choses comme ça. Des lames de rasoir, des, même des vêtements aussi.
H. B.-S. : Donc ils ont été plus malheureux que vous.
Paul T. : Ah oui, oui, oui, indiscutablement.

25En ce qui concerne les rapports des Français avec les prisonniers de guerre soviétiques et les travailleurs civils de l’Est, aucun des témoins ne conteste le fait que, globalement, les Français aient été mieux lotis que ces derniers, et ce dans tous les domaines de la vie, qu’il s’agisse de la façon dont ils étaient traités et surveillés, du logement, du travail, de la rémunération, en passant par les soins médicaux et la protection contre les bombardements, voire la liberté de circulation et les menaces de sanctions.

26La plupart d’entre eux abordent d’eux-mêmes ce sujet au cours de l’interview. Selon Fernand L., André D., Lucien L. et Edmond T., le traitement infligé aux Russes aurait été « inadmissible » : les prisonniers de guerre soviétiques seraient arrivés à moitié morts de faim et gravement malades et un grand nombre mouraient du typhus. Yves P. rapporte qu’ils avaient été enfouis dans des fosses communes et Paul M. décrit les conditions de vie horribles qui leur furent infligées, il les avait même vus manger de l’herbe tellement ils étaient affamés. Robert G. affirme qu’ils mangeaient les pelures des pommes de terre destinées aux Français. Dans son entreprise les civils russes, en partie des enfants de 11 ans, étaient maltraités et brutalisés. Une fois, il fit une affreuse découverte : dans un hangar de l’usine gisait dans un chariot le cadavre nu d’une femme russe !

27Si de nombreux témoins évoquent spontanément ces parias placés bien en-dessous d’eux dans la hiérarchie, d’autres hésitent à s’en souvenir. Leur mémoire porte les traces d’un mécanisme de refoulement du passé comparable à celui de la population civile allemande qui, après coup, a gommé de sa mémoire le souvenir des étrangers, quand elle n’avait pas déjà, à l’époque, préféré ne pas y regarder de trop près.

28Dans certains cas isolés, fusent même quelques remarques méprisantes comme celles d’un ancien travailleur français : « Les Ost, il y en avait en pagaille, ces êtres-là… on ne les aimait pas beaucoup. C’étaient des voleurs… Les Polonais et les Russes – ça tirait avec les Français… »

29D’autres voient en eux des êtres qui manquent de civilisation : des hommes et femmes russes et ukrainiens auraient vécu ensemble dans une grande promiscuité dans des camps mixtes ; certains se seraient comportés comme des bêtes et se seraient livrés au pillage après la guerre, si bien que les Français auraient dû protéger les Allemands contre eux. À propos des Russes, un autre témoin se souvient qu’il en a vu un une fois boire entièrement un flacon de parfum. Le mot « sous-hommes » ne vient à la bouche d’aucun des témoins français, mais le fait qu’ils aient figuré bien plus bas dans la hiérarchie n’apparut à certains peut-être pas totalement injustifié et, en tout cas, comme plus rassurant que scandaleux.

30Il est évident qu’aucun de ces Français, qu’ils aient ou non éprouvé de la pitié pour ces « parias » esclaves, n’aurait aimé être à leur place et que tous étaient soucieux de conserver leur statut relativement privilégié. Qui sinon aurait dû répandre les substances hautement toxiques créant le brouillard artificiel qui dévorait jusqu’aux buissons, si cette tâche n’avait pas incombé aux Russes ?

31Mais on ne s’interroge pas non plus sur le partage quotidien du travail, reflet de cette hiérarchie. Ainsi était-il tout à fait naturel, même pour des adversaires déclarés du système national-socialiste, que ce soient en général des Polonaises et des travailleuses de l’Est qui, dans les camps, fassent le ménage, la lessive et la cuisine pour les travailleurs de l’Ouest. Beaucoup de Français (dans les souvenirs, ils s’agit la plupart du temps de camarades et pas des témoins eux-mêmes) entretenaient avec ces femmes corvéables des relations sexuelles passagères, parfois sérieuses, dont on ne se glorifiait pas dans les interviews, contrairement aux liaisons qu’on avait avec des femmes allemandes (cf. p. 261).

  • 4 Hopmann (1994), p. 485.

32Il s’agissait souvent simplement d’une espèce de prostitution désespérée où les travailleuses de l’Est vendaient leur corps contre des vivres indispensables, de l’argent, des bijoux ou des ustensiles de la vie courante.4

33Au travail, la répartition des hiérarchies était tout aussi évidente. Lorsque les prisonniers de guerre russes furent amenés dans le Reich, ils furent souvent employés dans des travaux particulièrement durs et sales et les Français pouvaient parfois « refiler » aux Russes les tâches les plus ingrates :

H. B.-S. : Donc le Français, il avait en quelque sorte une position intermédiaire ?
André P. : Oui.
H. B.-S. : Il pouvait aussi, par exemple, filer des boulots aux Russes… André P. : Ah ben, c’est ce que nous faisions, hein ! C’est ce que nous faisions. Il y a le fameux Ivan, lui… quand on avait des grues qui rentraient avec du charbon ou la chaudière qu’il faut encore descendre, tout ça, à se mettre hors d’état, c’était le Russe qui faisait ça, hein… on lui refilait… et puis avec ça, il était bien bâti, il faisait tous les sales boulots. […] Et il était chargé, vous me direz que c’est secondaire, il était chargé du nettoyage de l’atelier, le Français ne nettoyait pas. […] On était la catégorie au-dessus. Compte tenu que les Allemands considéraient la France comme collaboratrice.

34Que des Français aient été employés comme contremaîtres de Russes, effectivement (ou prétendument) moins qualifiés, paraissait normal à leurs yeux, les choses étant ce qu’elles étaient ; et, plutôt que de s’interroger sur cette hiérarchisation, ils en parlent parfois avec fierté, comme preuve de l’estime dont ils bénéficiaient auprès des patrons allemands :

Pierre G. : Parce que, un beau jour, euh, moi, comme homme de confiance, il m’a dit, à partir de maintenant, tu vas t’occuper des Russes. Je dis, quoi, m’occuper des Russes… ? Il y avait beaucoup de femmes russes. Alors ils m’ont dit, oui, les Russes, on va les mettre sur des machines automatiques, des perceuses et ainsi de suite, et puis alors, tu t’en occuperas. Alors moi, j’avais un tour, c’était un tour automatique, et puis, en même temps, ils me demandaient de m’occuper de tout un tas de Russes. […] Alors euh, donc, Pierre G., un beau jour, on l’a mis pour s’occuper en plus de ma machine, des Russes, là, des Russes. Et l’ingénieur allemand, il avait bien modernisé l’usine, et… vous ne savez pas que c’était un prisonnier français qui faisait marcher la chaîne ?

35L’acceptation des hiérarchies existantes fait ainsi partie des éléments d’accommodement présents chez les Français (cf. p. 172) et pouvant aller de pair avec une sincère compassion pour leurs collègues de travail soviétiques placés dans une situation bien plus désavantageuse qu’eux, une sympathie qui, à l’occasion, se manifestait par un geste de solidarité, tel le proverbial morceau de pain passé à travers la clôture. Mais le plus souvent, c’est un sentiment d’impuissance qui dominait, comme l’exprime Paul P. :

Paul P. : On a donc vu les Russes dans une misère effroyable, quand ils se sont amenés fin 41. Les Russes, enfin je dis les Russes parce que […] la Russie, c’est immense, par rapport à l’Union Soviétique.
H. B.-S. : Donc ceux-là sont arrivés dans un état lamentable…
Paul P. :… effroyable, oui… Alors quoi faire, on était pas avec eux… Je sais pas moi, je sais pas, j’ai dit : faire un sacrifice. Vous savez, enfin, j’ai été, j’ai été élevé dans la pratique de la religion. Longtemps on nous disait : il faut faire des sacrifices. Bon ben… Voilà… je ne fume plus, et je dis au Bon Dieu : je ne fume plus et puis, tu fais quelque chose pour eux.
H. B.-S. : Et qu’est-ce qu’on pouvait faire ?
Paul P. : Oh ben ! Le Dieu. Il pouvait… il peut tout, en somme.
H. B.-S. : Ah d’accord, oui. Et vous concrètement… ?
Paul P. : Ah, euh, ben oui, des cigarettes dans la poche. Camarade français, Sacourite… […] Voilà. Sacourite, ça voulait dire cigarette.
H. B.-S. : Oui. Fumer, c’est.
Paul P. : Enfin, je connais Sacourite, Niépanyimaillou, qui veut dire… et puis Karacho, et puis, je crois que c’est à peu près tout ce que je connais…

36Que les Polonais et les Russes manquaient du minimum vital se reflétait dans leur position sur le « marché » du troc. Pour avoir du pain qui leur faisait cruellement défaut, ils n’avaient pas de marchandises à échanger comme les Européens de l’Ouest à qui des colis envoyés de chez eux fournissaient des denrées presque introuvables en Allemagne et de bon rapport sur le marché noir. La seule valeur qu’ils pouvaient échanger, outre la ration de tabac, c’était leur habileté manuelle. Avec de la paille, des déchets ou du matériel subtilisé dans les entreprises, ils créaient durant leur bref temps de loisirs de petits objets artisanaux, offerts aux « riches » travailleurs de l’Ouest en échange de pain indispensable à leur survie.

37Martin B. me montre un petit étui à cigarettes en aluminium entièrement décoré, avec une vue de la Weser et ses initiales sur le couvercle, qu’un Russe lui fabriqua en souvenir de son séjour à Brême. Cette petite boîte qui devait avoir nécessité environ 10 heures de travail, sans parler du danger que représentait le vol d’aluminium pour un travailleur de l’Est, n’avait comme valeur d’échange que l’équivalent d’une tranche de pain de l’épaisseur d’un pouce ! On ne peut exprimer de façon plus drastique les différences de position entre les Russes et les Français dans leur classement sur le marché noir. La pensée qu’il aurait pu s’agir de tout autre chose que d’un « échange équitable », n’effleure pas le moins du monde l’esprit du témoin, même à des décennies de distance :

H. B.-S. : On dit que les plus malheureux finalement, tout compte fait, c’étaient les Russes.
Martin B. : Ah, les plus malheureux c’étaient les Russes, ah oui. Ah oui.
H. B.-S. : Vous m’avez fait voir ça, c’est en aluminium ça. (une petite boîte à cigarettes)
Martin B. : C’est fait en aluminium, en aluminium pris sur les chantiers. Oui, euh, c’est, c’est tout martelé. D’autres, il y avait, qui faisaient des petits serpents, articulés, des têtes, euh, des bricoles quoi.
H. B.-S. : Et puis, euh, ils vous proposaient ça ?
Martin B. : Ah oui, ils nous proposaient ça, euh, ils arrivaient, quand ils nous voyaient : « Franzos, Franzos, -Qu’est-ce que tu veux ? – Brot, Brot. » Bon, alors, ils nous disaient « écoute », j’ai dit non, comme ça, oui, une tranche de pain de, euh, de, une boule comme ça, elle faisait trois, trois centimètres d’épaisseur peut-être, on leur donnait, quand ils le portaient, on leur donnait le pain. Aussitôt.
H. B.-S. : Là, c’était une commande, puis qu’ils ont mis, euh, pour vous, vos initiales.
Martin B. : Parce que je leur avais dit. Oui, parce que, ils, bon, ils le font. Ils le font, et alors, c’était fait tel que, « mais moi je veux qu’il y ait ça. Là et là. Mes initiales dessus. » Alors il me l’a fait, le… le soir. Le lendemain matin, il m’a porté ça, c’était fait. Il a eu son pain. Un un, un très très grand souvenir pour moi.

L’Europe ?

38Les relations entre les différentes catégories d’étrangers « au service du Reich » ont donc une structure complexe, basée en partie sur la solidarité, mais aussi sur des hiérarchies fortement marquées.

39Les rangs des uns et des autres étaient tout d’abord ceux que le système national-socialiste assignait à chacun des groupes, en fonction de l’idéologie raciale, de considérations de politique étrangère et de la rationalité économique (cf. p. 126). La hiérarchie ainsi définie et que les Français n’ont pas remise en cause conditionnait leur façon de percevoir les groupes plus mal lotis qu’eux. Ils se trouvaient ainsi dans une situation ambivalente que la mémoire individuelle a traitée de différentes manières, y compris en faisant appel à des mécanismes de refoulement.

  • 5 Cf. Bertho, Ingrid, p. 287.

40D’une part, ils étaient dans la position de victimes du national-socialisme qui les avait contraints à travailler contre leur gré pour son économie de guerre ; d’autre part, dans la classification des étrangers, ils se trouvaient placés dans une « upper class »5 qui avait même parfois la possibilité, comme ce fut le cas pour Yves Bertho, de mener une sorte de double vie mondaine ;

  • 6 Lettre d’Yves Bertho du 12 mai 1991. Ce n’est certainement pas la vie que tous les requis ont conn (...)

[…] où chaque soir certains étrangers privilégiés pouvaient changer de planète, gagner la délectation d’avoir deux vies superposées, de rejeter le bleu de travail crasseux, et, douchés, rasés de près, chemisés, cravatés et des marks dans les poches d’administrer dans la ville l’orgueilleuse ambition d’être plus forts et plus rusés que la Brême nazie.6

41L’empathie et des gestes de solidarité à l’égard des travailleurs civils et des prisonniers de guerre qui vivaient une situation plus dure, comme les Polonais, les Russes et les internés militaires italiens ont existé malgré le sentiment d’impuissance dominant ; ont aussi existé les rendez-vous internationaux que l’on se donnait pour écouter la BBC en cachette, l’espoir commun en une victoire alliée et finalement les contacts individuels et personnels, les amitiés au-delà des frontières nationales ; mais tout cela ne créait pas une « Europe antifasciste » qui serait née dans le contexte du travail obligatoire.

  • 7 Cf. Bories-Sawala (1993).

42On ne voit pas davantage surgir dans ces conditions cet « esprit européen » que le gouvernement français collaborationniste appelait de ses vœux pour faire admettre la France comme partenaire junior dans une Europe antibolchevique sous domination allemande (cf. p. 85). Lorsqu’ils évoquent les différents groupes d’étrangers travaillant côte à côte en Allemagne, les témoins ne se réfèrent d’ailleurs pas à l’« Europe », si ce n’est de manière ironique.7 Et quand ils parlent d’« Européens », ils y entendent en tout premier lieu les Belges, les Néerlandais, les Danois, donc les étrangers qui, en tant que « travailleurs de l’Ouest », se situaient à peu près au même niveau qu’eux dans la hiérarchie sociale.

43Les travailleurs de l’Est ne sont pas spontanément associés à la notion d’« Européens ». Le fossé qui, dans la réalité et dans la perception mutuelle, les séparait les uns des autres était en effet bien trop grand. La guerre froide a eu à son tour un effet incontestable sur la mémoire. Mais dans le contexte des années 1940, une autre nation se trouve tout aussi spontanément exclue de la dénomination d’« Européens », à savoir les Allemands, cette société ennemie dans laquelle les Français vivaient à contrecœur, à laquelle ils étaient confrontés de différentes manières et envers laquelle ils développaient des relations complexes et variées.

Note

1 À la suite de la capitulation italienne, 650.000 Italiens avait préféré se constituer prisonniers plutôt de combattre aux côtés des Allemands et avait été déclarés « internés militaires » pour les priver du statut protégé de prisonnier de guerre.

2 Compte-rendu d’une réunion à la chancellerie du Reich du 11 juillet 1944.

3 Bendotti (1992), p. 186-7.

4 Hopmann (1994), p. 485.

5 Cf. Bertho, Ingrid, p. 287.

6 Lettre d’Yves Bertho du 12 mai 1991. Ce n’est certainement pas la vie que tous les requis ont connue, mais elle était, du moins en principe, possible.

7 Cf. Bories-Sawala (1993).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540