Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Représentations, regards croisés et interactions

Attitudes et représentations des requis français

Texte intégral

1La description des conditions de vie et de travail qui précède, doit déjà beaucoup aux témoignages oraux. Ils complètent les archives écrites ou des études historiographiques dont la portée dépasse le cadre des expériences personnelles. Or, les sources écrites nous renseignent très peu sur le vécu de la situation, l’accommodement au quotidien, l’organisation de la vie commune entre camarades, l’évolution de leur rapports avec la mère-patrie, le jugement porté sur le régime de Vichy et les relations avec les différents groupes de Français, d’étrangers, voire les Allemands. Aussi, sur tous ces aspects, il sera plus largement encore que dans la partie précédente fait appel aux témoignages, éclairés à l’aide d’autres sources et du contexte historique. Et, bien entendu, sans perdre de vue que, quand il s’agit de leur vécu, de leur façon de penser et de juger, ou de leurs sentiments, les souvenirs des témoins de l’époque sont sujets aux processus personnels d’harmonisation et de réinterprétation a posteriori. C’est particulièrement vrai pour ce groupe dont la mémoire est marquée par le fait d’avoir été longtemps exclue de la mémoire collective nationale.

2Retenus dans un pays ennemi pour un conflit à l’issue incertaine, contraints de contribuer à sa production de guerre et de déblayer les ruines causées dans les villes allemandes par des bombes qui ne faisaient pas de différence entre ami et ennemi, partager ce sort avec des centaines d’autres dans le même cas, ne pouvoir se réfugier dans l’intimité de ses quatre murs, et tout cela pour une durée indéterminée, telle était la situation de la majorité des Français requis.

3L’empreinte que cette expérience a laissée dans la mémoire varie naturellement selon les individus. Souvent les témoins affirment – souvenirs embellis peut-être – se rappeler avant tout de la bonne entente, de la camaraderie qui régnaient alors. « Le moral est bon », affirme-t-on dans les lettres à la famille. Qu’écrire d’autre d’ailleurs ? Y croire simplement, c’était déjà s’en persuader à moitié.

Vie communautaire imposée, formes de solidarité

4Loin des leurs, les prisonniers de guerre mais aussi les travailleurs requis, ont su souvent créer une convivialité qui permettait de partager les joies et les peines et d’occuper son temps. Au sein des chambrées s’étaient constituées les légendaires « popotes », petits groupes de trois à six Français qui se partageaient le contenu des colis venus de chez eux. Un substitut de famille basé sur la réciprocité naquit ainsi, s’étendant du partage de la nourriture aux loisirs, à l’entraide et à tous les domaines de la vie. On préparait des fêtes en écrivant parfois de petits textes satiriques, on organisait des groupes de théâtre ou de musique. Outre le sport quand c’était possible, la distraction la plus répandue était le jeu de cartes qui devenait pour certains un véritable jeu de hasard avec des mises importantes.

3.1 – Au camp.

3.1 – Au camp.

Collection André P.

5S’était ainsi créée une micro-société où les compétences des uns et des autres étaient mises au service des camarades qui en avaient besoin, que ce soit pour assister dans sa correspondance celui qui ne maîtrisait pas bien l’écriture, ou simplement pour se couper mutuellement les cheveux. De même on préférait régler entre soi les conflits internes, on imaginait ses propres systèmes pour éviter que ne prennent trop d’ampleur les rancunes qui ressortaient pour une histoire de bouchée de pain. La vie en commun dans un espace si réduit, sous la menace de sanctions et sans savoir quand cela se terminerait, a été une rude école de tolérance et a contraint à une cohabitation étroite des êtres humains issus de différentes classes sociales.

6Alors que, pour les prisonniers de guerre, les « popotes » ont souvent débouché après la guerre sur de longues amitiés, cela a été moins le cas pour les travailleurs requis. Même s’ils ont milité dans des associations locales d’anciens requis, ils ont plus vite perdu de vue leurs camarades après le retour au pays, comme le dit Georges T. :

Georges T. : Alors, nous, on a été, on a vécu cette époque-là, bon ben, au retour vous savez… moi je vous dirais par exemple que je ne me rappelle pas du nom… peut-être d’un seul ou deux des camarades qu’il y avait avec moi. J’ai totalement oublié vous savez…
H. B.-S. : Vous avez perdu de vue…
Georges T. : Oui, absolument, absolument, on perd les gens de vue…
Un certain nombre se sont montrés très critiques vis-à-vis des camarades rencontrés en Allemagne, mais seule une minorité s'exprime dans des termes aussi sévères :
H. B.-S. : Y avait-il une bonne ambiance ou est-ce qu’il y avait vraiment beaucoup de différences…
Georges T. : Ben, je dirais qu’il n’y avait pas tellement de… de convia-… de convivialité hein, les gens n’étaient pas tellement… euh… chacun pensait à soi un peu, vous savez, un peu à soi, euh, vous savez quand vous recevez un colis de famille et puis euh, le partager c’est dur, hein, quand on crève de faim, ça se faisait pas, pratiquement… Chacun avait son truc… Des fois euh, bon, mais, si je me rappelle à Noël, une fois, il y avait un qui avait trouvé une dinde, figurez-vous, il avait trouvé une dinde au marché noir, je ne sais pas comment, hein, et il a… oui, euh, oui, on a tous, on a tous partagé, en payant bien sûr. Et euh, lui, il avait acheté ça. Je sais pas, je sais pas par quel procédé il a pu trouver ça, hein. Alors on avait partagé, euh, mais en payant quoi. Chacun payait sa part, oui, oui. Mais autrement c’était pas tellement amical il faut dire, euh, euh, pas plus, pas plus que… pas plus pas moins que dans d’autres milieux, si vous voulez, je sais pas si vous, dans les milieux, vous savez, euh, ou intellectuels ou autres, on voit des gens qui s’entendent bien les uns avec les autres et des gens qui sont distants, qui sont froids, ben chacun faisait son boulot… […]

7Cela s’appliquait aussi bien aux quelques trente Français que Georges T. côtoyait quotidiennement qu’aux Français qu’il transportait dans son tramway et qui sont restés pour lui des étrangers.

Georges T. :… Tout ce que je peux, vous voyez, tout ce que je peux dire c’est que…, dans notre petit milieu fermé, là, de trente personnes, on vivait comme ça, sur place, et que je n’ai jamais fréquenté un autre Français travaillant ailleurs. Une Française, puisqu’il y en avait, qui travaillaient ailleurs. Une entreprise, je me, j’ignore même les noms d’entreprises… Absolument pas, hein, comme, comme dans certains quartiers, comme dans beaucoup d’endroits, vous savez pas le nom de votre voisin. Dans un immeuble où il y a dix étages, vous ne savez pas le voisin de palier, vous l’ignorez. […]
On ne s’est pas connu vraiment et, et, vous savez c’est pareil, on se, on se lie pas tellement avec de, avec d’autres, des Français, bon ben, il y avait souvent qui montaient dans les tramways, forcément, et des fois, ils me disaient, ils parlaient le français : ah oui, toi t’es Français, toi, mais ben oui, moi aussi. D’ailleurs, nous sur notre… là, [sur la casquette des cheminots] on n’avait pas la croix gammée, ici, il y avait une croix gammée, hein, sur le, il y avait une petite euh, vous savez une petit enseigne… la croix gammée on n’avait pas nous, hein, alors euh : peut-être toi, tu es un Franzose, – ben oui, c’est vrai, - alors euh, ben : tu travailles où ?, bon ben, je disais, où je travaillais, mais ça, ça ne disait pas grand-chose.

8Finalement il semble bien que la cohésion entre prisonniers de guerre fut plus solide et plus durable car elle reposait sur un « esprit prisonnier ». Ces différences de mentalité s’expliquent d’abord par la durée de séjour plus longue des prisonniers, ainsi que par la plus grande liberté de mouvement dont jouissaient les travailleurs civils, par les plus nombreux contacts qu’ils pouvaient nouer en dehors du camp ou du commando, ce qui les rendait moins dépendants les uns des autres. Arrivés dans le Reich à différents moments, ils avaient moins le sentiment d’appartenir à une communauté de destin et davantage de raisons de s’accommoder individuellement de la situation. Le fait d’être plongé dans cette expérience « exotique » du monde du travail industriel, telle que la vécurent les travailleurs requis issus des classes « bourgeoises », a été davantage vécu de façon solitaire et n’a pas, dans la plupart des cas, créé des relations étroites avec leurs compatriotes prolétaires se trouvant dans la même situation. Toujours est-il que des structures sociales informelles qui se sont créées dans cette situation de contrainte ont représenté un atout important pour faire face aux problèmes de vie quotidienne et de survie.

3.2 – Menus pour les réveillons de Noël de 1943 et 1944.

3.2 – Menus pour les réveillons de Noël de 1943 et 1944.

Collection Paul M.

Organismes de tutelle

9Dans quelle mesure y a-t-il eu des liens entre ces structures informelles et les organismes de tutelle établis par Vichy, à savoir la Délégation Bruneton chargée des travailleurs civils français au sein de la DAF allemande (cf. annexe, document 3.3) ? Comment les intéressés ont-ils perçu ces structures, dans quelle mesure les considéraient-ils comme un organisme de représentation au service de leurs intérêts ? Il est intéressant de constater que, à la différence des prisonniers de guerre qui se souviennent de leurs hommes de confiance et de la mission Scapini, presque aucun des anciens requis n’a entendu parler du service Bruneton. Robert D. se rappelle pourtant l’existence d’un foyer pour les jeunes requis provenant des Chantiers de la Jeunesse.

Robert D. : Il y avait un foyer, à proximité d’où on était logés, un foyer qui était réservé aux Français, principalement, aux Français et Belges. […] Mais ça avait… une connotation un peu pétainiste… […] Parce que on avait trouvé là-bas, les, comment, les camps de jeunesse de France. Ils en avait envoyé en Allemagne, des…
H. B.-S. : Oui, ça m’intéresse, ça. Vous les avez vus arriver ?
Robert D. : Oui, on en a vus venant de France. Avec leurs pantalons golf bleus et les chaussettes blanches, les guêtres blanches, plutôt.
H. B.-S. : Et eux, ils arrivaient en groupe encadrés… ?
Robert D. : Oui, ils arrivaient… Encadrés, euh, pas par les Allemands, mais par des…
H. B.-S. : Par leurs chefs…
Robert D. : Alors, ils venaient dans ce foyer, où naturellement, il y avait euh… On a eu une fois qu’on est, il y a peut-être plusieurs fois, qu’on est allés, m’enfin, on a pas continué après avoir compris que c’était surtout organisé par ça. Là, il y avait un ingénieur des… des égouts de Paris. […] Qui avait, je ne sais pas, une trentaine d’années, à peu près, qui avait été envoyé en Allemagne. Il nous a fait tout un, une conférence sur les égouts de Paris. Une conférence, justement, dans ce foyer-là…
H. B.-S. : Ah oui. Donc, ce foyer n’était pas réservé au camp… c’était un foyer général…
Robert D. : Général, pour les Français. C’était au bout de l’Admiralstrasse, qui est, si vous avez votre carte-là, et que je situerais à peu près… […] C’est ça, c’est une salle de spectacle qui avait été réquisitionnée, euh…
H. B.-S. : Et il fonctionnait déjà quand vous êtes arrivés ?
Robert D. : Ah, oui oui oui. Il fonctionnait, oui. Il n’y avait pas beaucoup de, il n’y avait pas grand monde, elle avait fonctionné surtout en 43 et 44, jusqu’à, donc, qu’elle soit détruite. Après août 44, ça n’a plus fonctionné, hein. Vu que cette partie avait brûlé, toute cette partie de la ville.

10Le prisonnier de guerre Paul T. lui aussi se souvient de ces jeunes gens en uniforme venant des Chantiers et arrivant accompagnés de leurs chefs, dernière contribution de la France collaboratrice au combat pour une « Europe anti-bolchevique ».

Paul T. : Oui, mais j’en ai connus, oui, qui sont arrivés, la veille ou l’avant-veille du débarquement. Ils ont été raflés dans les Landes en France, là, puis ont été transportés en Allemagne. […] Des camps de jeunesse, euh, je ne sais plus comment on les appelait. Ils avaient un uniforme, un uniforme vert…
H. B.-S. : Oui. Et donc c’était un groupe qui venait des Landes ?
Paul T. : Oui, oui. Directement des Landes à Brême.
H. B.-S. : Ça m’intéresse beaucoup, ça, parce que parmi les correspondants, qui ont bien voulu me répondre, comme vous, il y a effectivement beaucoup de gens qui viennent de la région de Bordeaux et des Landes. Donc ça a dû être un peu ça.
Paul T. : Oui, oui, c’est ça. Ils travaillaient dans les Landes. Ils sont arrivés en 44.
H. B.-S. : Donc auparavant, ils avaient été affectés à des travaux de bois certainement…
Paul T. : C’est ça. Ils faisaient des travaux forestiers. Ils sont arrivés peu de temps avant le débarquement.

11Ces jeunes étaient dès le départ encadrés par la JOFTA (cf. p. 129), une structure où les chefs des Chantiers continuaient à les encadrer et à veiller à maintenir l’ordre et la discipline dans les camps en Allemagne, ce qui arrangeait bien les autorités allemandes. Des levers de drapeaux et des serments d’allégeance au gouvernement de Vichy devaient maintenir les jeunes dans le giron de la politique de collaboration, à l’instar des Cercles Pétain mis en place parmi les prisonniers de guerre. Les ouvriers plus anciens, tels Martin B. portent un jugement critique sur cette structure :

  • 1 En effet, Roger Micard, ancien président de l’association des anciens STO de la Gironde, à laquelle (...)

Martin B. : Ça, euh, oui, euh oui, c’est la JOFTA.
H. B.-S. : Oui, alors qu’est-ce que vous en pensez, parce que je l’ai vu aussi.
Martin B. : Ah oui, alors la JOFTA, là, il y a beaucoup de, il y a beaucoup de choses à critiquer. Oui. Il y a beaucoup à critiquer à la JOFTA. Euh, ils veulent peut-être se blanchir maintenant,1 parce que c’était, justement c’était des Français, euh, c’était des Français, euh, qui encadraient, qui encadraient les autres Français. Oui, et ils étaient sous la, la, sous la domination de, euh, des Allemands, euh c’est pour ça je vous dis la JOFTA, il y a à boire et à manger, hé. Mais […] non. Pour moi ils, ils ne méritent pas, ils ne méritent pas qu’on les appelle des déportés, parce que, ils ont fait peut-être plus de mal que de bien. La JOFTA.
H. B.-S. : Des responsables, pas les, pas les jeunes qui sont partis ?
Martin B. : Non, euh, c’est, c’était les responsables, ils étaient responsables là, là-bas. C’est eux qui faisaient les formations. Vous voyez, les formations. Alors euh, euh, vous savez lorsqu’on s’engage là-dedans, ça c’est, c’est un peu comme ceux que je vous disais qui s’étaient engagés dans la police pour aller faire travailler les autres. Il y a un sujet à critique, hé.

Les travailleurs civils comme messagers du « vent mauvais » soufflant sur Vichy

12Au moment précis où la politique de Laval amenait toujours plus de prisonniers de guerre à s’opposer au gouvernement de Vichy et où le déroulement du conflit renforçait leurs espoirs dans les Alliés, arrivèrent dans le Reich les travailleurs requis de l’automne 1942 et ceux du STO à partir de février 1943. Ayant vécu la réalité de la vie sous l’occupation allemande et le gouvernement de Vichy, ceux-ci devinrent pour les prisonniers – malgré l’interdiction théorique de tout contact – la source d’information la plus crédible sur la situation en France. Ces contacts et ces informations ont été un facteur décisif poussant les prisonniers de guerre à prendre de plus en plus de distance avec Vichy :

Paul M. : Au début, on les lisait ces gazettes, je me souviens. À la fin, on disait, c’est trop, c’est trop orienté, c’était vraiment trop orienté. Ça veut dire, à partir du moment où on a eu des nouvelles de France par les civils qui sont venus travailler, ça a changé un petit peu l’atmosphère, oui, ça a changé un petit peu l’atmosphère des, des camps, et… on savait un peu ce qui se passait en France.
H. B.-S. : Voilà. Au début…
Paul M. : Au début, on savait pas. On ne pouvait pas savoir, hein. On ne savait que ce qu’on nous disait, hein. Alors, quand les civils sont arrivés, on a dit, ah, bé, non… non, ça c’est comme ça, c’est comme ça. Ils sont arrivés en 43, je crois, les civils.
H. B.-S. : Oui, en 43, la plupart.
Paul M. : C’est ça, la plupart. Ah oui. Parce que, une fois, dans les premiers arrivages, à… à Brême, on m’a demandé d’aller… à la gare. Parce que… ils ne parlaient pas français. Alors, on allait convoquer quelques-uns qui parlaient allemand, on les a envoyés à la gare, et puis, là, je vois passer des gars… ils avaient un papier où on leur disait d’aller à… […] Alors, c’est là qu’ils nous racontaient ce qui se passait en France. […]
H. B.-S. : La différence c’est que, eux, ils avaient vécu les deux premières années du gouvernement Pétain…
Paul M. : Voilà ! Et nous on avait vécu trois ans en dehors, nous, et ils nous racontaient un petit peu ce qui se passait en France.
H. B.-S. : Et les gens n’étaient plus tellement favorables au…
Paul M. : Ah non. À ce moment-là, ils étaient pas favorables du tout.
H. B.-S. : Tandis que vous fondiez vos espoirs quand même encore sur lui ?
Paul M. : Oui, c’est-à-dire que… lui, il a été changé aussi, si vous voulez. Au départ, au départ, on a fait comme tout le monde, on a fait un petit peu, bon, on était prisonnier, en exil, euh… C’est pas la faute à Pétain, du tout, même, au début. Alors, après, il y a eu ce changement. Ça allait plus ou moins bien entre Pétain et les Allemands aussi, d’ailleurs, hein ?
H. B.-S. : Oui. oui.
Paul M. : C’était… ça a pas toujours été, contrairement à ce qu’on, à ce que les gens croient… […] Ça a pas toujours été formidable. D’ailleurs après, il y a eu cette histoire du STO, il y a eu cette histoire de zone non occupée, qui est devenue zone occupée. Ça, ça nous avait marqués quand même, ça. […] Parce qu’on se disait, encore une zone non-occupée, oh, c’est bon, et quand on a su qu’elle était occupée, ça nous a quand même un petit peu…
H. B.-S. : Et qu’il restait en place…
Paul M. : Et qu’il restait en place quand même, oui, parce que, soi-disant, il ne devait pas rester en place. Ça nous avait marqués quand même.

13Il n’est pas étonnant qu’en général les travailleurs civils n’aient eu de sympathies ni pour les Allemands qui les obligeaient de travailler pour eux, ni pour le gouvernement de Vichy qui avait promulgué les lois au nom desquelles ils avaient été requis. Le SD en tous cas, pour qui les étrangers étaient avant tout un danger pour la sécurité du Reich, (cf. p. 125) se montra très méfiant à leur égard et nota que :

14« ces derniers temps des tendances anti-allemandes et même parfois communistes se répandent parmi les Français, notamment ceux nouvellement arrivés dans le Reich sous une certaine contrainte » (rapport du 22 avril1943).

15Il fut conforté dans son appréciation par les pressions que la majorité des Français exercèrent sur les quelques collaborationnistes et l’accueil qu’ils avaient préparé à Gaston Bruneton lors de sa visite des usines BMW de Munich :

  • 2 Naturellement par allusion ironique à la « Relève » !

Ses remarques auraient déclenché auprès des Français de vives protestations. Son appel au patriotisme aurait été accueilli au cri de « La France, on s’en fout, on veut plus à manger ». Lorsque B (runeton) commença à évoquer la question des congés, il aurait eu beaucoup de mal à se faire entendre et quand il demanda s’ils savaient pourquoi les congés avaient été bloqués, on lui aurait répondu massivement « non ». Et lorsqu’il rappela que dans nombre d’entreprises 70 % des travailleurs partis en congé n’étaient pas revenus, on aurait répliqué par des « bravo » et « bien fait ». À la question de savoir s’ils reviendraient après être partis en congé, les travailleurs auraient répondu catégoriquement « non » ou alors « Pétain n’a qu’à venir lui-même, pour la Relève » ou encore « La Relève c’est les Américains et les Russes qui vont la faire ».2 Ou encore « ils n’avaient qu’à nous laisser en France, on n’a pas demandé à venir en Allemagne », auraient été des objections souvent entendues. Enfin Bruneton se serait tiré de cette situation en prétendant qu’il n’était pas vexé de cet accueil inamical qu’on lui avait réservé, car il savait bien qu’au fond de leur cœur ils étaient tous de bons Français. Derrière cette attitude négative d’une grande partie des travailleurs civils français se cacheraient des tendances bolchevico-marxistes. Beaucoup de Français seraient non seulement arrivés dans le Reich déjà politiquement contaminés, mais continuaient à être influencés par des groupes de résistance de France, comme l’avaient prouvé la divulgation de certains mots d’ordre et la découverte de quantité d’intrigues hostiles à l’État. (rapport du 24 janvier1944)

16Si certains cas de résistance organisée sont connus, une étroite relation entre les réseaux de résistance en France et les milieux d’ouvriers civils en Allemagne relève de l’imagination du SD (cf. p. 189) qui avait sans doute découvert le manuel déjà cité (cf. annexe, document 2.34) et le considérait comme une preuve. Or, il est peu probable que ce soient justement des bolchevistes purs et durs ou des dirigeants du mouvement ouvrier qui aient pris le chemin de l’Allemagne. Au contraire, le mouvement ouvrier, s’identifiant à la Résistance, souligne que le devoir de tout travailleur ayant une conscience de classe était de refuser de partir et de prendre le maquis. Disposant des réseaux nécessaires et habitués à la clandestinité pour certains, les dirigeants politiques du mouvement ouvrier avaient sûrement été les premiers à appliquer ces consignes, et ce dans des proportions croissantes dans les mois qui ont suivi la loi du STO de février 1943. Tout au plus, il est probable que quelques-uns soient arrivés contre leur gré en Allemagne, pris par surprise dans les filets des lois de septembre 1942 ou mis en priorité sur les listes de travailleurs requis, par des patrons qui y voyaient un bon moyen pour se débarrasser d’eux.

17Globalement, et cela ressort aussi des témoignages, les travailleurs civils requis reflétaient bien l’éventail politique de leur classe d’âge. Certains d’entre eux, relativement jeunes, avaient évolué dans le milieu ouvrier et été en contact avec le mouvement ouvrier, comme Martin B. ou les collègues d’Edgard B. chez Borgward, qui lui avaient appris comment saboter des pièces, mais la plupart n’étaient ni plus ni moins engagés politiquement ou syndicalement que leur entourage. Comme leurs compatriotes, une fois les premières frayeurs passées, ils s’étaient accommodés de l’occupation allemande et beaucoup, comme toute la France d’ailleurs, travaillaient déjà directement ou indirectement pour les Allemands, que ce soit en France ou en Allemagne, sans trop se poser de questions. Pour le Français moyen, dans les premières années du gouvernement de Vichy, la gestion du quotidien, la construction de son avenir professionnel, le sport, les sorties au bal avaient bien plus d’importance que la politique.

  • 3 Laborie (1990), p. 207-326.
  • 4 Voici le passage qui donna son nom au discours : « Français, j’ai des choses graves à vous dire. De (...)

18Les témoins ont des souvenirs des années 1940-42 d’autant moins explicites que leur expérience personnelle correspondait à l’évolution de l’opinion publique, telle que l’a décrite Laborie.3 D’abord en 1940, au choc et à la désorientation dus à la défaite succéda une attitude de reconnaissance et de suivisme vis-à-vis du « sauveur » Pétain ; à partir de 1941, une désillusion croissante accompagnée par le repli dans le quotidien et la vie privée, puis un grandissant rejet de la collaboration et de l’autoritarisme croissant du Régime de Vichy – c’est alors que Pétain fait, le 12 août 1941, son « discours du Vent Mauvais ».4 L’opposition ne cessa ensuite de croître contre une collaboration de plus en plus ouverte avec les occupants dans les domaines de la persécution des Juifs, de la répression contre les opposants au régime et aussi de la réquisition des travailleurs civils. Si les premiers, déportés en Allemagne fin 42 début 43, ne furent plus témoins du revirement de l’opinion publique en faveur des Alliés et de la Résistance, ce fut en revanche le cas pour ceux qui quittèrent la France plus tard, comme par exemple Yves Bertho, Paul T. et Martin B.

19En tout cas, sauf exception, l’opposition au régime de Vichy reposait moins sur des convictions politiques de fond que sur le fait que la déportation vers l’Allemagne faisait d’eux personnellement des victimes de la politique de collaboration. La réquisition déclencha avant tout des sentiments de colère et d’amertume.

Fernand L. : On était en colère contre nos dirigeants.

Robert D. : On ne portait pas le gouvernement de Vichy dans notre cœur.

  • 5 Vittori (1982), p. 7.

20Aussi l’exhortation paternelle de Pétain, « Faites que je sois fier de vous »5 ne trouva-t-elle aucun écho favorable auprès des travailleurs requis. Mais l’opposition contre le régime de Vichy était-elle plus forte que celle contre les Allemands, comme le suggèrent les déclarations des témoins quand on leur demande à qui attribuer la faute (cf. p. 94) ? Ou bien s’agit-il d’une perception déformée par l’enquête, une marque de politesse vis-à-vis de l’historienne allemande venue les interviewer ? Dans le même ordre d’idées, pourquoi les témoins ne peuvent-ils pas ou ne veulent-ils pas se souvenir des publications allemandes de propagande (cf. p. 133). Il est difficile d’imaginer qu’ils n’aient pas eu connaissance de l’idéologie européenne qui imprégnait les discours qui leur étaient destinés, ceux de Laval mais aussi ceux des nationaux-socialistes. Pourquoi refoulent-ils cela de leur mémoire ? Qu’ils aient rejeté en bloc cette propagande serait plausible, mais alors comment expliquer leur silence ? Seule une recherche sur les effets de la propagande, basée sur un bien plus grand nombre d’interviews permettrait de répondre à cette question. La plupart des travailleurs civils interrogés l’éludent ou répondent comme Paul T. :

H. B.-S. : J’ai lu dans des… des publications allemandes, mais ça a dû être répercuté aussi par l’« Écho de Nancy », j’imagine, que les Allemands faisaient de ce travail des Français et des autres étrangers en Allemagne, un précurseur de leur Europe et de l’idée européenne, etc.
Paul T. : Oui, certainement, oui…
H. B.-S. : Qu’est-ce que vous en disiez, quand vous lisiez ça ?
Paul T. : Eh, on était un peu sceptiques.
H. B.-S. : Oui. (silence)
Paul T. : Non. Je n’ai pas de souvenirs précis à ce sujet.

21Il ne fait cependant pas de doute que la grande majorité des travailleurs civils ne faisait pas particulièrement confiance à Pétain et que la réquisition avait considérablement renforcé leur opposition au régime, déjà préparée par le climat politique régnant en France. Il est certain également que les travailleurs civils, par leur attitude et les informations qu’ils apportaient aux prisonniers de guerre sur l’ambiance en France, ont contribué à porter un sérieux coup au pétainisme initial chez ces derniers.

L’impact de l’évolution de la guerre sur les attitudes

22Par la lecture de la presse allemande et française autorisée et des lettres de France, l’écoute illégale des émetteurs alliés, surtout de la BBC, et naturellement la source inépuisable des rumeurs, dénommée « radio-chiottes », les Français retenus en Allemagne prenaient connaissance des évènements majeurs du déroulement de la guerre. À l’arrivée des travailleurs civils en Allemagne, on pressentait déjà la défaite allemande qui arriva cependant moins vite que certains ne l’avaient espéré. Dans la période qui a précédé la nouvelle décisive du Débarquement des Alliés en Normandie, il devenait de plus en plus évident que l’issue de cette guerre mondiale dépendrait de l’évolution du front de l’Est. Toujours plus de travailleurs français espéraient une victoire des Alliés car, depuis la prolongation obligatoire de leurs contrats de travail, seule cette victoire permettrait leur retour. Aussi étaient-ils de plus en plus nombreux à oser manifester leur joie à chaque défaite allemande. Le SD s’en indigne dans un rapport de février 1943 :

La main-d’œuvre étrangère travaillant en Allemagne se serait sentie très concernée par les évènements militaires du Front de l’Est. […] On aurait tout d’abord constaté une ambiance joyeuse, qui se serait parfois transformée en l’expression ouverte d’une joie maligne. […] Les évènements militaires sur le Front de l’Est auraient fait l’effet d’une soupape auprès des travailleurs étrangers dans leur ensemble, permettant l’échappement de sentiments d’insatisfaction et de haine accumulés. Ils pourraient se résumer en une phrase « Demain, moi maître, et toi serviteur. ». […] Les travailleurs civils et les prisonniers de guerre français auraient souvent donné libre cours à leur joie à l’annonce des évènements militaires sur le front de l’Est. De différentes régions du Reich on rapporte qu’avec un sourire narquois, ils se seraient renseignés auprès des membres du personnel allemands pour savoir pourquoi on ne levait plus les couleurs le 30 janvier comme on le faisait d’habitude. (rapport du 25 février 1943)

23Mais il serait trop simpliste de voir dans ce parti pris pour « le bon côté » l’indice d’une attitude complètement cohérente. Tributaire de leur situation d’otages retenus dans le Reich, elle présente des ambiguïtés illustrées par deux exemples : la perception ambivalente des bombardements alliés sur les villes allemandes et la façon dont le revirement d’alliance des Italiens a été jugé.

24Pour tous les témoins, les bombardements des Alliés font partie des souvenirs les plus tenaces et terribles de leur vie en Allemagne. (cf. p. 109) La peur pour leur propre vie, associée à un fréquent sentiment d’empathie pour les femmes et les enfants allemands réfugiés dans le même bunker prenaient souvent le pas sur l’idée que ceux qui déversaient leurs charges mortelles sur eux étaient, d’un point de vue rationnel, des libérateurs et des amis. La Gestapo de Brême a jugé invraisemblables des rapports du SD faisant état d’actes kamikazes et la rumeur qu’à Cologne et à Brême des Français auraient attiré par des torches électriques l’attention des avions alliés sur ces cibles intéressantes (rapport du 30 mai 1943). Mais il est fort possible que des travailleurs se réjouissaient lorsque les attaques alliées visaient une autre ville. On rapporte qu’à Aumund qu’« ils auraient cabriolés dans la salle, applaudi et manifesté leur liesse en apprenant que les « Tommies » avaient transformé Berlin en tas de ruines. » (22 avril 1943)

25En revanche on fait bien plus souvent état d’éloges mérités par des prisonniers de guerre ou des travailleurs civils français pour avoir lutté contre les incendies et sauvé des vies.

Selon des sources concordantes en provenance de Hambourg, Düsseldorf, Stettin et Kiel, ce sont les prisonniers de guerre et les travailleurs civils français qui se sont le plus engagés dans la bataille contre le feu et les destructions. » (30 mai 1943)

26Tout en craignant que son attitude puisse être interprétée a posteriori comme antipatriotique, Edmond T. se souvient en avoir souvent voulu aux Américains pour les bombardements en rase-mottes et leur indifférence aux populations civiles : « Ne dites pas ça aux Français, hein ? Oh, et puis, maintenant je m’en fous, j’ai été décoré de la Croix de guerre. (en Indochine) »

27D’autres voient dans ce comportement plutôt de l’humanité qu’un manque de fidélité envers les Alliés :

  • 6 Dancy (1946), p. 9-10.

Malgré leur propre infortune, nos compatriotes secouraient les sinistrés allemands. Jusqu’au bout, ils ont conservé leur sentiment d’humanité très élevé. Au cours des nuits lugubres, ils ne voulaient plus voir dans leur exploiteur de la journée qu’un être pitoyable sous cette pluie de fer et de feu…6

28Le parti pris en faveur des Alliés, acquis de principe, n’était donc pas inconditionnel ; le fait d’être soi-même concerné et la compassion éprouvée envers les victimes civiles pouvaient, dans des situations extrêmes comme les bombardements, faire basculer dans un sentiment opposé.

29Les réactions françaises à l’annonce de la chute de Mussolini le 25 juillet1943 et de l’armistice signé par Badoglio le 3 septembre 1943 traduisent à première vue de la sympathie pour les Alliés puisque ces événements annoncent une possible défaite de l’Allemagne. C’est ainsi que le SD a dû constater :

Selon les multiples informations en provenance de différentes régions du Reich […], la capitulation aurait déclenché, chez la plupart des travailleurs étrangers, l’expression sans ambages d’une joie maligne […] Contrairement aux travailleurs italiens qui en général n’afficheraient pas d’hostilité envers les Allemands, les derniers évènements auraient fait ressurgir chez plupart des travailleurs étrangers, une très forte attitude de rejet. Ceci serait particulièrement vrai chez les Français. Il apparaît clairement dans tous les rapports, que ceux-ci verraient dans la capitulation de l’Italie les prémices de la chute du Reich allemand. Dans tout le Reich ils ont organisé de véritables fêtes pour manifester leur joie. (13 septembre 1943)

30Comme le note à juste titre le SD, la liesse des Français tenait à des raisons particulières qui s’ajoutaient à l’espoir de voir bientôt la victoire des Alliés :

C’est avec une grande amertume et du mépris que l’on se rappellerait les évènements de 1940, lorsque les troupes italiennes firent leur entrée en France alors que le pays avait déjà été pratiquement conquis et occupé par la Wehrmacht. (Ibid.)

31Leur satisfaction à l’idée que cet « acte lâche » soit maintenant expié ne visait pas spécialement Mussolini, l’ex-allié de Hitler, mais les Italiens tout court et, au fond, même les acteurs italiens de ce revirement furent regardés comme lâches. Quelque soit leur camp dans la guerre, aux yeux des Français, les Italiens étaient en quelque sorte tous des « macaronis ». Les internés militaires italiens surtout devaient faire les frais de cette attitude. Exposés sans défense au ressentiment des Allemands à la suite de leur « trahison », ils payèrent très cher leur refus de continuer la guerre à leurs côtés. Les rendant responsables du coup de poignard de 1940, beaucoup de Français les traitèrent aussi avec une franche hostilité.

32La prise de position de ces Français en faveur d’une victoire des Alliés résultait donc d’une part de leurs intérêts immédiats en tant que captifs retenus en Allemagne, et de l’autre de leur affirmation d’un point de vue national, deux perspectives qui concordaient souvent, mais pas toujours.

Être Français : Sentiment national, image de la France et perception de soi

33Comme dans toutes les situations d’exil, les Français en Allemagne ressentaient un besoin d’identité communautaire, définie de façon régionale et surtout nationale, et exprimée dans des formes plurielles et variables. Les nouvelles de leur pays qu’ils recevaient, notamment par la presse autorisée, ne leur apprenaient rien du pillage économique du pays occupé ni de ses conséquences dramatiques pour les familles qui devaient s’en sortir sans leurs fils. Souvent, les familles elles-mêmes se gardaient bien de se plaindre de leur sort auprès de leur fils dont la situation était supposée encore plus difficile. Même des nouvelles concernant des accidents ou la faillite de l’atelier, du magasin ou de la ferme étaient éludées afin de ne pas causer de soucis inutiles à celui qui était loin.

34Tout aussi précieux que ces lettres, les colis provenant de la maison sentaient bon le village natal et la cuisine familiale. (cf. p. 120) Leur contenu qui faisait plus d’un envieux parmi les Allemands confortait l’image de la France « pays de cocagne » et donnait de solides arguments gastronomiques à la fierté nationale française face à la barbarie allemande. Avec le contenu des colis on préparait des repas en « popotes » et, pour les grandes occasions ou les fêtes, on se mitonnait des menus complets, parfois même avec champagne et foie gras. Mais on avait presque mauvaise conscience en pensant à ceux qui étaient au pays : le chagrin que leur causait l’absence de l’exilé ne leur enlevait-il pas toute envie de faire la fête ?

35Parfois le hasard amenait des Français à exprimer leur fierté nationale à des dates précises. Ainsi le groupe de travailleurs requis avec lequel Edmond T. arriva à Hambourg le 11 novembre 1942 aurait entonné la Marseillaise et récolté immédiatement des coups de pieds des gardes allemands. Mis à part ces souvenirs, le 14 juillet et le 11 novembre étaient des jours comme les autres pour les témoins qui se sont étonnés de ma question quand je leur ai demandé s’ils avaient fêté ces jours-là à leur façon. Il n’est pas improbable que ces dates n’aient pas été perçues comme particulières et apparemment, parmi les fêtes à date fixe, seul Noël a gardé une grande importance dans les souvenirs des témoins. Plus que les dates officielles du calendrier, les vrais jours de fête dont leur mémoire a été marquée, ce furent ceux de l’arrivée d’un colis bien garni.

36La conscience nationale face aux Allemands s’exprima à d’autres occasions que les dates tricolores. Quand il fait appel à ses souvenirs, plus d’un Français par exemple a l’impression – à travers sa propre personnalité ou ses comportements – d’incarner un « vrai Français » qui, selon la perception qu’il a de lui-même, se définit par la roublardise, l’art de (sur) vivre, l’humour et un esprit d’opposition et de rébellion subtiles. Ce n’est pas un hasard s’ils définissent leur mentalité française par la fameuse « débrouillardise ».

Fernand L. : Les Français étaient débrouillards, plus que les autres.

Pierre G. : N’importe quel Allemand pouvait nous demander n’importe quoi, on arrivait à lui donner, parce qu’il y avait des prisonniers français qui étaient vraiment très, très ingénieux, hein. Très, très, hein. Les prisonniers français, hein.

37Même le bon tour passait à leurs yeux pour « typiquement français », celui qu’ils se jouaient entre eux (André P. a gardé en mémoire beaucoup d’histoires à ce sujet) comme celui qu’ils se permettaient publiquement, dans la gueule du loup.

Henri L. : On allait au magasin, là, au Karstadt, là, alors, pour ennuyer les caissières, par exemple, on faisait ça. Parce que le Français, c’est, c’est un loustic, le Français, vous savez, c’est, bon ben, il aime bien embêter les gens. Embêter les gens, c’était, c’est-à-dire, qu’on achetait, à ce moment-là, des petits riens, des petites glaces comme ça. Ça valait dans les 40 ou 50 Pfennig. Alors on payait, et on s’en allait, cinq ou six, on payait tous avec, quand on avait touché l’argent, avec des gros billets de vingt marks. Et, au bout d’un moment, la caissière… n’avait plus de monnaie. Alors, vas-y, il y avait une autre tournée de gars qui venaient et qui payaient pareil. Alors, au bout d’un moment, ça criait, le patron venait, il nous flanquait les miroirs à la figure et nous, on riait, et il nous mettait dehors. (rire) Alors, on faisait ça à une époque, pour rire, pour embêter le monde, pour faire voir que… on était… Le Français, c’est ça, il se plie, il se plie, euh, éventuellement, il se plie, mais, en réalité, son esprit de Français ne se plie pas.
H. B.-S. : Et il le fait voir quand il peut.
Henri L. : Eh oui, il le fait voir quand il peut et quand il peut se servir de quelque chose, il s’en sert. Ça, c’est exact. C’est le Français, c’est… L’Allemand est beaucoup plus discipliné, euh, par lui tout seul. Pour travailler, il est plus lent, il est beaucoup plus lent, mais ce qu’il fait, peut-être, euh, est plus fignolé, plus raffiné. Si, on le voit avec les voitures.

3.4 – Au camp de Wesermünde, Spadener Strasse.

3.4 – Au camp de Wesermünde, Spadener Strasse.

Collection Brisset.

38La conscience de soi et l’affirmation en tant que Français n’étaient pas les seuls facteurs qui déterminaient leurs relations avec leurs compatriotes, les autres étrangers et les Allemands, mais elles n’avaient rien de négligeable.

3.5 – Au camp de Sandberg (Hemelingen) 1943.

3.5 – Au camp de Sandberg (Hemelingen) 1943.

Collection André P.

Notes

1 En effet, Roger Micard, ancien président de l’association des anciens STO de la Gironde, à laquelle appartient aussi Martin B., a pris la défense des anciens dirigeants de la JOFTA, cf. Micard (1987).

2 Naturellement par allusion ironique à la « Relève » !

3 Laborie (1990), p. 207-326.

4 Voici le passage qui donna son nom au discours : « Français, j’ai des choses graves à vous dire. De plusieurs régions de France, je sens se lever depuis quelques semaines un vent mauvais. L’inquiétude gagne les esprits, le doute s’empare des âmes. L’autorité de mon gouvernement est discutée. » (cité d’après Laborie 1990, p. 250).

5 Vittori (1982), p. 7.

6 Dancy (1946), p. 9-10.

Table des illustrations

Titre 3.1 – Au camp.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre 3.2 – Menus pour les réveillons de Noël de 1943 et 1944.
Crédits Collection Paul M.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 3.4 – Au camp de Wesermünde, Spadener Strasse.
Crédits Collection Brisset.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre 3.5 – Au camp de Sandberg (Hemelingen) 1943.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39647/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540