Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La vie quotidienne : au camp, en ville, au travail

Le monde du travail : conditions et comportements entre accommodement et esprit d’opposition

Texte intégral

1Ce sont également les impératifs économiques qui régissent la convergence entre les statuts et les conditions de vie que nous avons constatée en comparant prisonniers de guerre et travailleurs civils français (cf. p. 126). Sur un fonds de détérioration croissante des conditions de vie de tous, y compris de la population allemande, et d’une aggravation générale de la répression, le statut des « travailleurs libres de l’Ouest » se vida de sa substance avec le passage à la réquisition forcée – par contre, une partie des prisonniers de guerre vit son statut « transformé » en celui de travailleurs civils.

Statuts

2Les premiers travailleurs civils français recrutés signèrent avec des entreprises allemandes déterminées des contrats pour une certaine durée fixant leurs droits et salaires ; ils pouvaient même, les conflits qui en résultèrent le montrent, faire jouer la concurrence sur ce « marché » et rechercher les offres les plus attractives. Par contre, leurs compatriotes faits prisonniers comme « butin de guerre » peu avant, furent détenus derrière des barbelés en Allemagne ; la Wehrmacht les employa dans des bataillons de travail ou les loua à des entrepreneurs qui choisissaient leurs gens sur leur apparence, comme sur un « marché aux esclaves », sans qu’ils eussent un mot à dire, sauf indiquer une profession, parfois inventée, dans l’espoir d’une situation meilleure. L’entrepreneur versait les salaires à la Wehrmacht et en recevait l’indemnité pour l’hébergement en entreprise et l’alimentation.

3Avec l’emploi de prisonniers de guerre dans l’industrie, on se mit à réfléchir de plus en plus à la façon d’utiliser au mieux les ouvriers qualifiés parmi les prisonniers de guerre de l’Ouest, en contournant les accords de Genève, et d’augmenter leur motivation par un encadrement, des primes, et des incitations matérielles. Cette logique de la carotte et du bâton chère aux nationaux-socialistes, était au fond de la proposition de transformation du statut de prisonnier de guerre en statut de travailleur civil.

4Quant aux travailleurs civils, avec le passage à la réquisition, il y avaient encore dans un premier temps, le nom d’une firme précise sur les fiches de recrutement, mais dans les faits l’affectation releva de plus en plus du hasard et le choix pouvait même se faire sur la seule apparence. Le statut de « travailleur libre de l’Ouest » était devenu bien illusoire. De même, l’égalité de traitement avec les travailleurs allemands initialement proclamée recula sensiblement de 1940 à 1945. Cependant, contrairement aux Polonais et aux travailleurs de l’Est, des éléments essentiels de cette égalité ont été conservés pour ceux de l’Ouest, par exemple sur les questions de rémunération, de durée et de conditions de travail ou d’alimentation. Pour l’imposition et les assurances de sécurité sociale et de maladie aussi, les règles étaient identiques à celles des travailleurs allemands.

5Les conditions de travail variaient beaucoup selon les firmes. Certes, dans les bataillons de travail de l’organisation Todt, des travailleurs civils vivaient dans des conditions ressemblant à une captivité, mais ce n’était pas la règle. L’examen précis d’aspects tels que la rémunération, les permissions, la durée du contrat permettra une analyse différenciée du statut au travail et de son évolution.

Rémunération

6Les conventions salariales des travailleurs recrutés et requis français qui, une fois en Allemagne, avaient le même statut, correspondaient en principe aux salaires des travailleurs allemands de même compétence. Mais comme cela inquiéta ces derniers, on insista de plus en plus sur la règle suivante :

  • 1 Birkenholz/Siebert (1942), p. 245.

Cependant à activité et performance égales, le taux de rémunération ne doit jamais dépasser celui du travailleur allemand dans l’entreprise.1

  • 2 Décret du ministre de l’économie du 5 mars 1941.

7Que ces salaires, grâce aux taux de change arbitraires, aient été bien plus élevés que ceux en France et soient apparus à certains comme vraiment avantageux, ne doit pas faire oublier qu’ils n’assuraient pas pour autant aux travailleurs civils vivant en Allemagne un niveau de vie meilleur. Ce cours du change était toutefois très intéressant pour les destinataires en France des sommes que les travailleurs civils pouvaient envoyer. Les virements, transmis par la Deutsche Bank vers des comptes du Crédit Lyonnais, allaient jusqu’à 160 Reichsmark par mois.2 Un rapport de l’année 1944 montre le volume des sommes en jeu :

  • 3 Rapport Tassigny sur le problème des travailleurs déportés du 7 novembre 1944 (AN F/9/3168).

Le volume des transferts de fonds […] se monte, à la date du 1er août 1944, à plus de 9 milliards de francs. Environ 250.000 familles bénéficiaient de ce procédé, à raison d’une moyenne mensuelle de 3.100 francs par famille.3

  • 4 Les plaintes étaient tellement répandues que les Feldkommandaturen en France disposaient de formula (...)

8Ce sont surtout les ouvriers recrutés français qui, attirés par le niveau élevé des salaires, avaient signé des contrats de travail pour entretenir leur famille en France. Le fait que les virements de salaires aient souvent mal fonctionné, que l’argent ne soit parvenu aux familles que des mois plus tard, perturba sensiblement le recrutement de main-d’œuvre en France.4

9Parmi les témoins, certains se souviennent d’avoir envoyé de l’argent en France, mais d’autres non.

10D’ailleurs les souvenirs de l’argent gagné en Allemagne et surtout de ce qu’ils pouvaient en faire sont très variables : certains affirment que les prélèvements réguliers pour le logement et la nourriture absorbaient l’essentiel du salaire, alors que d’autres se sentaient financièrement très à l’aise, d’autant qu’il y avait de moins en moins à acheter sur le marché libre. Il était alors plus important pour le niveau de vie d’avoir des tickets donnant accès aux marchandises rationnées que de disposer d’argent liquide, dépensé le soir dans les bars, en achat de denrées au marché noir ou à des jeux de hasard.

  • 5 Cf. Vittori (1982) : « Ils n’aiment pas évoquer la question du salaire, les S.T.O.. Mais alors pas (...)
  • 6 Cf. Arnaud (2006), p. 572.

11La disponibilité des témoins à me renseigner à ce sujet a d’ailleurs été bien plus grande que celle à laquelle je m’attendais, après les expériences de Vittori et Veillon.5 Le « refoulement mémoriel » qui fait de l’argent « un sujet tabou, comme s’il représentait une négation de la contrainte et un gage de collaboration »6, est plus présent dans la perception véhiculée par la Fédération que chez les individus. Dans un seul cas, se manifeste un mécanisme de refoulement sous-jacent, lorsque Fernand L. affirme que lui et ses camarades auraient dû imposer d’être rémunérés :

Fernand L. : D’abord, comme salaire, on savait qu’on serait pas payés, non. Parce que on nous l’avait dit : vous êtes comme des, considérés comme des, comme soldats, et… Puisque les Français qui sont partis volontaires en 42, ils étaient payés ceux-là, ils avaient un salaire, parce que les Allemands, dans la propagande, ils payaient les, les gens, euh, bien, pour qu’ils partiraient en Allemagne.
H. B.-S. : Oui, oui…
Fernand L. : Comprenez, l’appât du gain. Tandis que nous, c’est pas pareil, nous on est partis comme, euh, ben, un peu comme soldats, et on n’était pas payés, quoi.
H. B.-S. : Hm.
Fernand L. : D’abord, c’est simple, il a fallu que… On s’est pas mis en grève, m’enfin, un jour, on a refusé de travailler, en disant : si on n’est pas payé, on ne travaillera pas, (rire), alors c’était le branle-bas, attention (rire) ! Autrement on ne savait pas comment on partait quoi, on savait que, euh, à l’aventure, quoi, vous savez, qu’on partait, m’enfin, on était jeunes, on avait vingt ans, vous savez…

12Sur cette question de la rémunération, le vain combat pour la reconnaissance sociale des STO a conduit à un mécanisme de la mémoire qui construit, vis-à-vis du groupe des travailleurs civils volontaires, une démarcation nette qui n’a pas existé dans la réalité.

13Pour répondre avec des chiffres précis à la question que je lui posais sur sa rémunération, un autre témoin cherche un passage dans une lettre écrite à sa famille à l’époque. Il se montre tout d’abord étonné, voire même contrarié, de constater qu’il avait alors demandé une augmentation de salaire pour ses bonnes performances, mais ensuite il ne le contesta pas :

Edgard B. : (cite sa lettre) Alors, parce que je crois que je vais avoir, euh… la gratte de 60 Pfennig. Je vais passer à 74. Le… Vorarbeit, Vorarbeit, c’était le… vous savez ?
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. :…vient de me le dire hier. Vous voyez, il faut demander plusieurs fois pour avoir quelque chose. D’ici à la dernière paye, j’ai dit que je ne pouvais pas travailler sur une grosse machine avec un petit salaire. Et comme je fais bien mon travail, il ne faudrait rien me dire, alors j’attends toujours l’augmentation.

  • 7 Bulletin quotidien d’études et d’informations économiques no 439, 27 octobre1942.

14À partir des déclarations de différents témoins, et surtout des bulletins de salaire que certains possèdent encore ou de documents d’archives, il est possible de se faire une idée de la grille de rémunération des travailleurs civils. Les fiches de recrutement des travailleurs civils français volontaires de Brême (STB 4,29/1-1281) montrent qu’en 1941 un terrassier sans formation était embauché à 74 Pfennig, un ouvrier qualifié à 86 Pfennig de l’heure. Les primes à la performance pouvaient aller jusqu’à 10 %, les primes à la pièce jusqu’à 20 % au-dessus du salaire conventionnel, des suppléments pour séparation de 1 à 1,50 RM par jour étaient accordés aux personnes mariées. Dans les constructions navales, les ouvriers français de la « Relève » percevaient les salaires horaires suivants : 61 Pfg pour les non-qualifiés (plus des primes de 20 Pfg), 67 Pfg pour les O. S. et 74 Pfg pour les ouvriers qualifiés (+ 24 Pfg).7 Ces données sont confirmées par la mission de recrutement de la Bremer Vulkan à propos de 25 mécaniciens de moteurs, auxquels furent proposés, en été 1941, un salaire de base d’ouvrier qualifié de 73 Pfg et une prime de rendement de 25 Pfg (AN AJ/40/859 Nr. 3). Pour 1943 à Bremerhaven, dans l’industrie métallurgique, on annonce un salaire horaire de 89 Pfg, ce qui aurait représenté la limite inférieure pour les travailleurs allemands dans la même entreprise, tandis que pour les Français c’était déjà bien au-dessus de la moyenne.

15À l’usine Focke-Wulf, comme le montre, en octobre 1942, la fiche d’embauche d’un travailleur requis de Bordeaux (cf. annexe, document 2.22), les salaires horaires des ouvriers qualifiés étaient considérablement plus élevés, à savoir de 98 Pfg à 1,15 RM de salaire horaire (pour les débutants 86 à 98 Pfg) et 88 Pfg à 1,05 RM pour le salaire à la pièce avec une prime au rendement de 10 à 20 %. La plupart des ouvriers français furent employés à la chaîne et donc payés aux pièces.

16Dans la Reichsbahn en 1943, le salaire journalier s’élevait en moyenne à 10,20 RM. Une enveloppe de paye non datée de l’usine Borgward (cf. annexe, document 2.23) indique un salaire brut hebdomadaire de 77,76 RM, sans préciser le nombre d’heures de travail par semaine. À raison de 60 heures hebdomadaires de travail, cela aurait représenté, toutes primes et suppléments inclus, un salaire horaire de presque 1,30 RM ; donc seul un nombre considérable d’heures supplémentaires peut expliquer le montant de ce salaire.

  • 8 Ces différences de salaire sont également constatées par Patrice Arnaud (2002, p. 579-80).

17Bien qu’employé comme simple manœuvre sur le chantier du bunker de Farge, un travailleur du STO obtint lui aussi des gains mensuels importants grâce aux heures supplémentaires. De ses bulletins mensuels de salaire conservés pour la période de mai 1944 à mars 1945 (cf. annexe, document 2.26), il ressort qu’il était possible, sur la base d’un salaire horaire stable de 82 Pfg, en travaillant 77 heures par semaine et en bénéficiant de primes au rendement, de parvenir à un gain mensuel brut de 322,32 RM. En revanche un marinier, même après une augmentation de salaire hebdomadaire pour bons résultats, n’obtint que 149,50 RM de salaire mensuel (cf. annexe, document 2.24).8

  • 9 Arnaud (2006), p. 585.

18Ces salaires subissaient divers prélèvements pour le couvert et le logis et les Français étaient par ailleurs, tout comme leurs collègues allemands, contraints de payer l’impôt et les assurances sociales et même de cotiser à la DAF. Selon les fiches de recrutement, en 1941 la ville de Brême, tout comme l’usine Bremer Vulkan, accordait la gratuité de l’hébergement aux civils français ; il fallait compter 1,45 RM par jour pour la nourriture au camp, respectivement 50 Pfg pour le repas quotidien de midi à l’usine Bremer Vulkan. Sur un salaire brut de 64,54 RM par semaine sur un chantier naval de Bremerhaven, il fallait payer 3,50 RM pour l’hébergement au camp, 1,95 RM pour les impôts, 95 Pfg à la DAF et 5,17 RM pour les cotisations sociales, ce qui aboutit à un salaire net de 52,97 RM. En octobre 1942, Focke-Wulf prélevait la somme de 18 RM par semaine pour l’hébergement, la nourriture et la blanchisserie. L’enveloppe de paie de Borgward citée plus haut indique que, sur un salaire brut de 77,76 RM, étaient prélevés 5,40 RM pour les impôts sur le revenu, 5,96 RM pour les assurances sociales et 1,20 RM pour le DAF. Les divers prélèvements atteignaient donc entre 15 et 18 % en moyenne.9 Sauf cas exceptionnel, il serait donc inexact de prétendre qu’ils aient grignoté l’essentiel du salaire.

19Cependant, il est important de rappeler que le niveau du salaire avait moins d’importance que le fait de disposer ou non de tickets de rationnement donnant accès à la plupart des marchandises d’usage courant : denrées alimentaires, et surtout chaussures et vêtements. En règle générale, les étrangers n’en recevaient pas, et ils n’avaient pas non plus, à la différence de beaucoup d’Allemands, de réserves de textiles, ni leurs propres jardins ouvriers ou des contacts avec des agriculteurs. Dans un contexte de pénurie, ces ressources faisaient la différence et l’égalité des salaires signifiait moins que jamais l’égalité du niveau de vie.

Temps de travail

20Pour la durée comme pour les conditions de travail, il n’y avait pas de différence fondamentale entre Allemands et Français ou entre prisonniers de guerre français et travailleurs civils, la différence se faisait entre les entreprises. Chez un marchand de vin par exemple, on ne travaillait qu’en équipes de jour et jamais le dimanche, alors que le chantier de construction du bunker de Farge fonctionnait 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, ce qui amenait à organiser le travail en équipes de 12 heures et aussi le dimanche.

  • 10 Pfliegensdörfer (1986), p. 339.

21Au début de la guerre, le temps de travail dans l’industrie aéronautique s’élevait déjà à 60 heures par semaine10 et d’autres branches de l’économie suivirent. Auparavant, la journée de 12 heures n’était pas rare selon l’urgence et le manque de main-d’œuvre, dans la construction d’abris par exemple. En 1941, les contrats de recrutement stipulaient 60 heures. Des horaires de tramway de décembre 1942 (cf. annexe, document 2.28) où figurent les horaires de départ et d’arrivée des transports d’ouvriers entre les camps et les entreprises montrent que les journées de 10 heures étaient de règle, avec parfois une demi-journée le samedi. Tous les témoins interviewés ne se souviennent pas exactement du temps de travail hebdomadaire exigé d’eux, mais tous confirment qu’ils ne travaillaient ni plus ni moins que les Allemands employés dans la même entreprise. Les documents que certains d’entre eux possèdent encore confirment les 10 à 11 heures évoquées et des semaines de 60 heures.

2.27 – Cartes d’emploi à la base « Valentin » de Bremen-Farge, mentionnant les heures effectuées

2.27 – Cartes d’emploi à la base « Valentin » de Bremen-Farge, mentionnant les heures effectuées

Collection Martin B.

22Comme les Allemands, les travailleurs civils pouvaient être contraints de travailler le dimanche et, durant les deux dernières années de guerre, ils furent, selon les besoins, également employés en dehors de leur entreprise. À partir de 1945, tous les étrangers devaient travailler les samedis et dimanches comme les autres jours de la semaine, et être à disposition pour l’exécution de mesures d’urgence, en cas de cessation de travail dans leurs entreprises, par exemple à cause de bombardements.

Congés

23L’égalité formelle entre travailleurs civils et Allemands fut bien plus brève en matière de congés. Les autorités allemandes ne voulaient pas laisser partir en congé dans leur pays des travailleurs insatisfaits des conditions de travail en Allemagne, car ils risquaient de ne pas revenir et, en racontant leurs expériences, rendre plus difficile le recrutement de volontaires. Mais les maintenir de force dans le Reich, en violation de leur contrat, était une propagande au moins aussi négative qui n’avait même pas besoin de messager. Un dilemme insoluble !

  • 11 Osthold (1942a), p. 931.
  • 12 Décrets du RAM du 4 mars1941 et du 6 mai 1941.

24En principe les Français avaient le droit de retourner dans leur famille, les personnes mariées une fois tous les six mois et les célibataires une fois par an.11 Étant donné la tendance croissante des travailleurs à ne pas revenir après ces congés, on entrava ces droits par de multiples obstacles administratifs, autorisation du chef d’entreprise à confirmer par l’office pour l’emploi, obligation de prendre son billet de retour12, ou encore difficultés de mise en place de trains spéciaux. Dans un « appel aux travailleurs étrangers industriels » publié en novembre 1942, Sauckel admettait qu’il ne pouvait ou ne voulait pas respecter les promesses faites en matière de congés :

Lorsque certains d’entre vous souhaiteraient passer Noël auprès de leurs proches au pays, et qu’ils doivent rester ici, pensez qu’il s’agit d’une nécessité due à la guerre. […]. Acceptez donc le fait qu’un petit nombre d’entre vous seulement pourra partir en congés pour Noël, et vous qui avez obtenu un congé, revenez dans les temps ! (Cf. annexe, document 2.29).

  • 13 Vittori (1982), p. 171.

25Mais en même temps, les travailleurs civils français eurent une raison impérative de ne pas revenir. La prolongation obligatoire de la durée des contrats de travail à une durée indéterminée impliqua qu’il ne suffisait plus d’attendre la fin du contrat pour pouvoir rentrer à la maison. Sans « rupture du contrat de travail », on devait rester tant bien que mal dans le Reich, au gré des autorités allemandes, c’est-à-dire jusqu’à la fin incertaine de la guerre. Aussi, le nombre de permissionnaires ne revenant pas en Allemagne augmenta d’un bond durant l’été 1943. Sur 46.418 travailleurs civils français partis en congé entre le 1er mai et le 14 juillet. 1943, 19.638 (42,3 %) ne retournèrent pas en Allemagne, et sur les 34.140 partis entre le 15 juillet et le 31 août 1943, 28.178 (82,5 %) restèrent en France.13 Dans un courrier tenu secret pour ne pas nuire au recrutement, Sauckel autorisa donc en juillet 1943 les entreprises à bloquer si nécessaire les congés des travailleurs civils français (cf. annexe, document 2.30).

26Les autorités allemandes se trouvaient bien embarrassées. D’une part on voulait retenir les Français dans le Reich par des mesures coercitives, ce qui allait les inciter à s’évader ; d’autre part on était conscient que la prolongation forcée de la durée des contrats et le blocage des permissions allaient saper complètement une politique de recrutement qui donnait déjà de moins en moins de résultats. Mais surtout, une attitude ouvertement « esclavagiste » envers les travailleurs civils français aurait aussi enlevé au gouvernement de Vichy le reste de son crédit auprès de la population. Or, sa chute et un front supplémentaire à l’Ouest auraient rapidement fait basculer la guerre en faveur des Alliés.

  • 14 Note de Documentation du « Commissariat Général à la Main-d’œuvre française en Allemagne » du 27 oc (...)

27Après avoir, en septembre 1943, tiré le signal d’alarme et décrété l’arrêt des permissions sur l’ensemble du Reich, il s’agissait, à partir de cette convergence d’intérêts entre le Reich et le régime de Vichy, d’impliquer si possible ce dernier dans le travail de prévention et de poursuite à l’encontre des « ruptures de contrat de travail ». Cette stratégie fut couronnée de succès. Depuis qu’il s’était rendu entièrement dépendant du bon vouloir de Hitler en tolérant l’occupation de la France entière en novembre 1942, Vichy était prêt à acheter la levée du blocage des permissions pour les travailleurs civils français en s’engageant encore plus avant dans la collaboration : l’idée d’un système de caution lors de l’octroi de permissions fut, selon ses propres indications, un « principe proposé par le Gouvernement Français et adopté par les autorités allemandes ».14

28Cela fonctionnait ainsi :

  • 15 Lettre de la Délégation officielle française, septembre 1943 (AN 83/AJ/17 Nr.6).

Les travailleurs seront jumelés ; lorsque le premier ne rentrera pas de permission, les Autorités allemandes feront connaître au second, ainsi qu’au Préfet de son département, au Maire de sa commune et à sa famille qu’il ne partira pas en permission parce que son co-équipier n’est pas rentré..15

29Le gouvernement de Vichy donna son accord pour une « recherche très sérieuse des défaillants par la Police » mais, malgré sa bonne volonté, celle-ci se révéla peu productive selon les Allemands. En revanche, le système de caution exerça une pression morale très efficace sur les Français en Allemagne. En cas de permission, tous étaient contraints à faire un choix : soit saisir l’occasion et devenir réfractaire, soit revenir par solidarité avec le camarade qui attendait. Bien que peu de temps en fonction, ce mécanisme de chantage mit les travailleurs civils devant le même dilemme que lors de leur réquisition : obéir ou se soustraire ?

30Après coup, la majorité des témoins pensent que la décision de s’évader était une évidence. Quelques-uns, cependant, seraient revenus par solidarité :

Georges T. : Sincèrement, je me pose la question maintenant, vous savez, avec le recul du temps, si j’avais eu une permission, est-ce que je serais reparti ? Je crois que oui. […] Bien sincèrement. Parce que je n’aurais pas osé dire, ça va priver mes copains de le faire, voyez, hein ? Le tout…
H. B.-S. : Eh oui, c’était bien ça, le système…
Georges T. : Eh oui. Tout homme qui s’évade évidemment, tout prisonnier qui s’évade, il amène des sanctions sur les autres, et alors comment faire le choix ? C’est difficile parce que…
H. B.-S. : Le choix, on le fait pour les autres…
Georges T. : Eh oui, quand on fait… ça implique les autres personnes, alors…
D’autres racontent que des travailleurs revenus de congé volontairement auraient été traités d’imbécile, de lâche et « mis en quarantaine » pendant un certain temps :
Edgard B. :… Qu’un seul qui est revenu. Mon copain, qu’est-ce qu’il a pris, il a été en quarantaine, on lui a pas parlé pendant, un, un petit mois. Il a eu peur. Ça existe, la peur. […] Nous, on est inconscient quand on est jeune, on n’a pas peur, mais lui il a eu peur. Quand il se trouvait en France, qu’il fallait qu’il distribue des tracts de la Gesta… de, de la Résistance, ou bien alors, euh, distribuer des faux… fausses cartes d’alimentation, tout ça, il avait peur. Il est revenu en Allemagne parce qu’il avait peur.

31Il semblerait que, même chez ceux qui s’étaient portés garants pour un permissionnaire, il y avait un consensus pour penser que les rares partants avaient raison d’en profiter pour s’évader. De toute façon, personne ne savait pendant combien de temps on allait accorder des permissions, et si ceux qui avaient dû rester ou étaient garants auraient jamais une chance de partir. Cela ne valait donc pas la peine de remplir un contrat de caution :

H. B.-S. : Vous n’avez jamais connu des camarades qui seraient partis en congé en France, qui auraient obtenu, euh, un congé ?
Fernand L. : Si. Si.
H. B.-S. : Si ?
Fernand L. : J’en ai connu, mais, je vais vous dire une chose, les Allemands étaient malins parce que quand un partait ils faisaient signer à nous, et s’il ne revenait pas, nous on partait pas. C’était le piège, ça. Mais on le savait.
H. B.-S. : Donc lui, pour l’obliger à revenir.
Fernand L. : Mais on savait qu’il ne revenait pas. Parce que tous ceux qui sont partis en permission, sont pas revenus, faut être logique.
H. B.-S. : Vous signiez quand même ?
Fernand L. : Oui, on signait, oui, parce qu’on savait que, vous savez, c’était 43, puis ça commençait à aller mal pour les Allemands, voyez, euh… on savait qu’il y avait Stalingrad qui avait… ça allait mal, là, on avait quand même l’espoir que… que ça finisse parce que, quand même, il y avait quand même les Russes d’un côté, les Américains de l’autre. Alors, euh, on signait, on savait qu’il ne reviendra pas, mais on disait qu’il ne reviendrait… on le savait, on lui disait même de pas revenir. On le savait.
H. B.-S. : Mais vous n’étiez pas fâchés qu’ils ne revenaient pas ?

Fernand L. : Non, non. Eh non, parce que, euh, on savait qu’on ne partirait pas, nous, en dernier, ils avaient supprimé toutes les permissions. Voyaient bien que… ils ne revenaient pas. (rire)

32La propagation de telles idées parmi les Français affaiblit ce système de chantage et on l’abandonna rapidement au profit d’une abolition pure et simple des permissions. En avril 1944 Sauckel décréta la suppression générale des congés, qui ne fut plus jamais levée, bien entendu, après le débarquement des Alliés en Normandie.

  • 16 Gratier (1990) estime le taux des permissionnaires à 16,5 % (p. 72).

33Il est difficile de déterminer dans quelle mesure des permissions ont été accordées aux différentes catégories de travailleurs civils français. L’analyse des fichiers d’état civil laisse penser que les vacances au pays suivies d’un retour en Allemagne n’étaient pas fréquentes, même chez les travailleurs civils originalement volontaires. Pour les travailleurs requis, elles étaient une exception absolue.16

Durée des contrats

34La prolongation obligatoire de la durée des contrats, instituée depuis 1942 et qui a contribué à ce que de moins en moins de Français reviennent de permission, a été appliquée d’abord aux contrats des travailleurs civils recrutés, arrivés à terme en 1942. Comme les réquisitions forcées organisées simultanément, cette violation flagrante du statut de « travailleur libre de l’Ouest » tient aux contraintes économiques résultant des déboires militaires du Reich allemand, au moment où, parallèlement à l’envoi accru sur le front de forces vives allemandes, il fallait s’adapter à une longue phase de production de guerre intensive.

35Comme la décision d’accepter de faire entrer les étrangers au Reich, cette pratique des prolongations obligatoires des contrats est une décision ad-hoc contraire aux principes nationaux-socialistes. En théorie, les étrangers ne devaient à l’origine rester que peu de temps dans le Reich et surtout pas y devenir « sédentaires » (cf. p. 37).

36Or, c’est juste au moment où l’on ne pouvait plus se passer d’eux que de plus en plus de travailleurs civils de l’Ouest refusèrent de prolonger leur contrat afin de quitter l’Allemagne, surtout à cause des attaques aériennes. Pour résoudre ce problème, on avait déjà pris en mars 1943 des mesures préventives permettant une prolongation forcée :

  • 17 Ordonnance brêmoise du 24 mars 1942.

En cas de prolongation tacite de l’emploi des étrangers outre la durée du contrat, celui-ci se prolonge pour une durée indéterminée. Le travailleur est obligé de donner son congé en bonne et due forme. Le chef d’entreprise pourra alors refuser cette démission, puisqu’il s’agit d’un travail important pour la guerre. L’ouvrier devra être renvoyé à l’agence pour l’emploi auprès de laquelle il devra demander son congé. L’agence pour l’emploi examinera ces demandes et dans la mesure où il s’agit d’un travail important pour la guerre, elle refusera les demandes de congé.17

37Celui qui, par ignorance du droit allemand du travail, laissait passer le délai pour sa demande de démission devait donc désormais rester en Allemagne pour un temps indéterminé. Celui qui réussissait à présenter sa démission voyait sa demande forcément vouée à l’échec à cause du veto de l’entreprise ou de celui de l’agence pour l’emploi. En tout cas, le résultat était le même.

  • 18 « En ce qui concerne les contrats de travail à durée déterminée des travailleurs français, belges, (...)

38Mais le Ministère du travail du Reich hésita visiblement à trop rendre publique ces procédures pratiquées partout dans le Reich. Par un décret du 27 août 1942, la pratique tacite des prolongations de contrat fut indirectement officialisée mais il était aussi précisé qu’il fallait résilier le contrat si le travailleur avait réussi à déposer sa demande à temps. Pour faire en sorte qu’il n’en ait pas l’idée, cette disposition concernant ses droits ne fut pas rendue publique.18

39Ainsi, au moins vis-à-vis du gouvernement de Vichy, le statut de « travailleur libre de l’Ouest » semblait-il garanti dans sa forme. La pratique des prolongations forcées des contrats se poursuivait cependant et déclenchait un très grand mécontentement en France, même dans les milieux officiels. Il s’exprima dans les négociations entre gouvernements et dans les déclarations publiques, comme celles d’un groupe de journalistes de Clermont-Ferrand qui s’étaient rendus à Aix-la-Chapelle et à Cologne. En principe très favorables à l’engagement de travailleurs civils français pour la « nouvelle Europe », ils recommandaient un arrêt d’urgence de pratiques qui n’allaient pas dans le sens de la « grande collaboration » :

  • 19 Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne, p. 23 (AN F/41/300).

Nos ouvriers partis en Allemagne ont contracté un engagement d’une année ; à l’expiration de leur contrat, ils voient celui-ci renouvelé automatiquement, en dehors de tout consentement de leur part, pour une autre année, ce qui, en fait, revient à dire qu’ils partent en Allemagne pour une durée indéterminée. Cela, ajouté à la répugnance propre aux Français de quitter leur pays, fait qu’ils considèrent la chose comme une sorte d’exil. Aussi, ne pourrait-on pas permettre à un nombre important d’ouvriers de contracter un engagement de courte durée (quatre mois par exemple), avec l’assurance qu’à l’expiration, le contrat ne sera pas renouvelé sans leur consentement formel.19

40Quand ce texte fut publié à la fin 1943, la prolongation critiquée des contrats avait été élargie des travailleurs civils recrutés aux nombreux travailleurs requis à l’automne 1942 pour la Relève forcée ; à l’échéance de leurs contrats d’un an, ces travailleurs non plus ne purent pas rentrer en France. En 1944 étaient concernés les requis de 1943.

2.31 – Prolongation d’office du contrat par la Bremen-Mindener Schiffahrt Aktiengesellschaft du 21 avril 1944.

2.31 – Prolongation d’office du contrat par la Bremen-Mindener Schiffahrt Aktiengesellschaft du 21 avril 1944.

Collection Jacques B.

41Même mécontent de ces mesures, le gouvernement français ne fut pas pris au dépourvu, comme le montre la brochure officielle destinée aux requis se rendant en Allemagne :

  • 20 Guerdan, (entre septembre 1942 et février 1943), p. 12-3.

Si dans le Reich des ordonnances venaient à être prises, bouleversant le régime applicable en matière de durée des contrats, ces ordonnances s’appliqueraient aux travailleurs français comme aux travailleurs allemands et les stipulations du contrat ne joueraient plus.20

42Par ses négociations de l’automne 1942, Vichy savait que ces prolongations de contrats, loin d’être des éventualités, se pratiquaient déjà, en dehors d’une réglementation officielle. De plus, tout observateur attentif de la situation en Allemagne devait être conscient du fait que les prélèvements allemands de main-d’œuvre, depuis l’été 1942 au plus tard, étaient prévus pour la durée de la guerre, et surtout que Sauckel était fermement décidé à garder en Allemagne, par tous les moyens, tous les Français qui y étaient venus.

43Sans aucun doute, les autorités allemandes chargées du recrutement auraient préféré des travailleurs qui, venus et restés de leur plein gré en Allemagne, se seraient livrés à la collaboration et pliés au service du Reich moyennent l’illusion d’un statut « libre », à l’image du gouvernement de Vichy qui avait accepté de collaborer avec l’occupant pour garder un semblant de souveraineté. Si les travailleurs français dans leur ensemble s’étaient montrés aussi « compréhensifs » que leur gouvernement, cela aurait permis une économie de personnel pour la réquisition, la surveillance, le contrôle et enfin la répression des auteurs de « ruptures de contrat ». De plus ces travailleurs se seraient montrés plus motivés pour fournir un travail qualifié et de meilleures performances.

44Le conflit d’objectifs entre les autorités allemandes de sécurité, qui voyaient dans les étrangers un danger pour le Reich, et les autorités de recrutement entre également en ligne de compte (cf. p. 126 et p. 152). Pour ces dernières, après les prolongations de durée des contrats portant gravement atteinte au statut de travailleur « libre », il s’agissait de tout mettre en œuvre pour conserver aux travailleurs de l’Ouest un reste de libéralité et de privilèges par rapport à ceux de l’Est. Le but était de ne pas nuire à leur motivation au travail, un travail forcé depuis longtemps pour les requis, et désormais aussi pour les anciens recrutés encore présents dans le Reich en 1942.

45Fritz Sauckel inversa cette logique à des fins de propagande, lorsqu’il invoqua, lors d’une séance organisée par Vichy pour les journalistes en mars 1943, la bonne volonté au travail des travailleurs étrangers :

  • 21 Le Travail Français en Allemagne, mars 1943, p. 37.

Les travailleurs étrangers se sentent bien en Allemagne, sans cela leur travail ne serait pas si bon. […] Personne ne peut prétendre que les ouvriers originaires de tous les pays imaginables qui travaillent côte à côte en Allemagne y sont maintenus par la police.21

Éléments d’accommodement

Estime des patrons

  • 22 Rapport du 26 octobre 1942 (STB 9, S 9-17/11).
  • 23 Werksgeschichte Weser-Flug Bd. 2, (STB 9, S 9-17/17).

46L’efficacité au travail, que Sauckel reconnaît en général aux travailleurs civils français en Allemagne, est confirmée par d’autres sources pour l’ensemble du Reich. Comparant les performances au travail, un rapport fait en octobre 1942 par la chambre d’industrie et de commerce au NSDAP de Brême, par exemple, constate qu’en moyenne les travailleurs de l’Ouest atteignent 90 % du niveau allemand, les Flamands et les Français arrivant en tête, les Hollandais en bas du classement.22 Sur toute la période d’emploi des étrangers pendant la guerre, l’usine Weser-Flug, où furent employés des travailleurs civils et des prisonniers de guerre de vingt nations différentes, présente le classement suivant : « Polonais : 90 % ; Hollandais : 80 % ; Prisonniers de guerre français : 85 % ; Civils français : 85 % ; Italiens : 55 % ; Belges : 85 % ; Prisonniers russes : 70 % ; Civils russes : 70 % ».23

47Il est probable que des préjugés ou des critères de discrimination raciale ont en grande partie influencé ces estimations. D’autant plus étonnante, la position des Polonais en tête s’explique par le fait que Weser-Flug ne gardait dans l’usine que les ouvriers polonais les plus qualifiés et que, contrairement aux Russes, elle leur proposait une formation professionnelle.

48L’épuisement physique, une alimentation et un logement de mauvaise qualité et le niveau de qualification sans doute peu élevé (sauf exception) expliquent sûrement les moins bonnes performances des travailleurs de l’Est. L’évaluation globalement inférieure dans l’ensemble du Reich de ces derniers devrait, au moins en partie, avoir été une « self-fulfilling prophecy » qui servit de prétexte pour leur accorder des salaires inférieurs, une alimentation et un logements insuffisants, bref pour leur attribuer un statut de paria dans la hiérarchie. Par ce même système, les travailleurs requis de l’Ouest furent, eux, davantage embauchés en fonction de leurs compétences et reçurent même de temps en temps une véritable formation.

49Que l’on ait reconnu aux Français des performances au travail relativement élevées est un fait qui, pour l’historien, demande explication. Dans quelle mesure était-ce une contribution volontaire et compromettante à l’effort de guerre ennemi ? Une analyse des témoignages montre la complexité et la diversité des situations entre accommodements et insoumission.

Ambiance sur le lieu du travail

50En arrivant sur leurs nouveaux lieux de travail, bien des choses apparurent aux requis français comme étonnantes et inhabituelles, comme par exemple l’obligation du sport matinal à l’usine Borgward (Pierre G.), ou l’image des travailleurs allemands arrivant avec casquette et porte-documents et ne revêtant leur salopette d’ouvrier que dans l’entreprise (Edmond T.). Pour le cheminot Georges T. la comparaison ne profitait pas à ses compatriotes :

Georges T. : Il y a eu des Français qu’on transportait, on en voyait des gars parce que les Français souvent, ils étaient débraillés. C’est, c’est, vous savez, hein. À l’inverse des travailleurs allemands qui avaient toujours une petite casquette noire, une veste noire, impeccable quand ils sortaient du boulot, et sa petite gamelle à la main, là, mais impeccable, les Français toujours, hein, euh, la musette, n’importe comment, c’est sale, il faut dire que les Français sont pas hein, bon, alors ça c’est, c’est sûr que c’est un Français, puis l’âge, parce que les, les Français qui travaillaient dans les usines, ils étaient plus jeunes… forcément, que les Allemands, hein, mais où ils travaillaient, qu’est-ce qu’ils faisaient, qu’est-ce qu’ils faisaient de leurs loisirs ou qu’ils… mais rien rien, que… là, vraiment, je peux pas vous donner une grande précision parce que je n’sais pas, je sais pas. […]
Paul P., muté en 1943 à l’usine Borgward, décrit ses premières impressions avec un mélange de crainte et d’admiration :
Paul P. : D’abord, moi, j’avais jamais vu… une usine, j’savais pas ce que c’était. J’étais suffoqué, stupéfié en… en voyant cet immense atelier. Je le comparais… vous avez vu la gare de Lyon, le grand hall, le grand hall, vous êtes descendue à la gare souterraine, non, mais le hall, là, quand vous entrez ? […] Ben, je vous disais… l’usine Borgward, c’était au moins ça. Puis alors, des centaines et des centaines de machines, qui tournaient qui répandaient quand même… oh, ça, oui, on n’était pas, on n’avait pas froid, c’était, ça a dû être tout neuf, il y avait, à l’entrée, il y avait un s… et un sas, c’est-à-dire un espace entre deux portes, avec un formidable courant d’air chaud, et puis il y avait encore des, du chauffage… des appareils de chauffage près des piliers. Pour ça, j’étais vraiment à l’abri des intempéries.

51Fernand L. n’est pas seul à être agréablement surpris par le fait que les ateliers soient chauffés, mais il reconnaît également la bonne prise en charge sanitaire : « Au point de vue social, ils étaient avantagés sur nous. » Or, comme Robert G. et Paul H., ses impressions sur le monde du travail allemand se référent à l’entreprise Focke-Wulf, classée « entreprise modèle du national-socialisme », dans laquelle, tout comme chez Weser-Flug régnait un climat très particulier. Déjà durant la période d’expansion rapide dans l’aéronautique, branche de pointe dans les années 30, les salaires et les prestations sociales élevés avaient amené à une conscience d’élite et à une grande identification du personnel allemand avec l’entreprise (qui avait son hymne propre), qui sont à attribuer en partie aussi à la fascination de l’aviation, fer de lance de l’évolution technologique de l’époque.

52À la différence des chantiers navals où les liens traditionnels de solidarité et les structures du mouvement ouvrier restèrent encore efficaces, bien que la plupart du temps cachés, dans les chantiers aéronautiques il n’y eut pas de véritable comportement de refus ou de résistance jusqu’à la fin de la guerre, même s’il se produisit, dans la deuxième moitié de celle-ci, un changement de mentalité des ouvriers. Les Français arrivèrent donc dans une entreprise qui se considérait à l’avant-garde d’une communauté de production d’inspiration nationale-socialiste, ce qui étonna beaucoup les témoins, même s’ils venaient de cette branche, très avancée aussi en France, de la construction aéronautique :

Paul H. : Alors, ce que je me rappelle par exemple sur Brême, euh, quelque chose qui m’a beaucoup marqué, moi, c’est euh, l’atmosphère de travail. L’atmosphère des Allemands…
Robert G. : Oui.
Paul H. :…par rapport à l’atmosphère que l’on trouvait en France à la même époque. Euh, dans l’usine, il y avait quand même un effort pour mettre un peu de gaîté. Il y avait des fleurs sur les fenêtres. En France, c’était impensable.
Robert G. : Ça, oui.
Paul H. : Impensable. Bon, la propreté, ça, n’importe qui pouvait faire de la propreté, en France les usines d’aviation faisaient aussi un petit effort là-dessus, ou même un gros, de ce côté-là, c’était la différence avec l’ancienne industrie. Parce que l’ancienne industrie, n’en parlons pas…
Robert G. :…dans l’aviation c’était un peu plus coté que…
Paul H. : C’était moderne, c’était, euh, avec un esprit différent. Et chez Focke-Wulf l’esprit était un bon esprit. Et nous avons bénéficié de cet esprit par rapport aux ouvriers, par rapport aux chefs, par rapport à l’ambiance. Ça manifestement, ça, moi, ça m’avait beaucoup frappé. […] Pour revenir à, à Brême, euh, moi ce que j’en ai connu et qui m’a surtout choqu-… euh, au début surtout, puisque euh, plus tard, euh, les choses ont changé, bien sûr, mais, donc, tout le monde était pris dans la même salle, euh, il n’y avait pas de différence…
Robert G. : Les ingénieurs, tout le temps, on mangeait, tout le monde mangeait ensemble.
H. B.-S. : Les Allemands aussi ?
Paul H. : Ah oui oui, et vous aviez un self-service, comme on fait maintenant couramment, à l’époque, c’était pas courant, il y avait la queue…
Robert G. : On passait devant les cuisines…
Paul H. :…mais dans la queue, le PDG prenait sa place dans la queue derrière un Français, si c’était un Français. Alors ça, moi, ça m’avait complètement ahuri…
Robert G. : C’est vrai, ouais.
Paul H. :…parce que dans les usines françaises, on ne veut rien vous cacher, même après la guerre, les cadres mangeaient à part.

53Il serait même arrivé que chez Focke-Wulf des Français soient les contremaîtres d’ouvriers allemands. À Sorau, le personnel déplacé venant de Brême, y compris les étrangers, conserva son niveau de salaire, alors que les travailleurs allemands de la région percevaient des salaires plus bas correspondant au niveau local. Paul H. se souvient qu’il y gagnait trois fois plus qu’un ouvrier allemand âgé, dont il avait vu une fois le bulletin de salaire.

54Le corporatisme social, qui prétendait résolu l’antagonisme des classes et rétrograde les objectifs du mouvement ouvrier, n’était pas partout aussi présent en Allemagne que dans les « entreprises modèles » de l’industrie aéronautique. Mais il y était plus ancien qu’en France où la défaite de 1940 avait instauré un régime de revanche contre le Front Populaire, au nom de la « Révolution Nationale ». De ce point de vue, certains partisans français d’une refonte corporatiste du système économique et social voyaient dans le système national-socialiste un modèle à imiter :

  • 24 Chasseigne : Le Travail Français en Allemagne, mars 1943, p. 31.

Même à présent, sous la rude discipline d’un pays en guerre, l’esprit social qui règne là-bas fait apparaître parfois celui de quelques-uns de nos patrons d’ici comme singulièrement retardataire, et les ouvriers français ne peuvent s’empêcher de faire d’amères comparaisons lorsque le patron vient s’asseoir à côté des ouvriers, dans son usine, pour partager leurs repas.24

  • 25 Cf. Hermet (1945), p. 68.

55Bien entendu, il s’agit de démagogie. Mais d’autres témoins que l’on ne peut soupçonner d’une once de sympathie à l’égard des nazis, comme Hermet25, confirment l’impression qu’il existait en Allemagne un système social plus « progressiste ». Ce récit autobiographique est d’autant plus intéressant qu’il a été écrit immédiatement après la guerre et qu’il ne porte donc pas encore des traits de l’amertume des anciens requis face à une mémoire nationale qui les excluait. Dans les décennies qui suivirent, de tels aspects seront exclus ou refoulés par la mémoire du groupe, puisqu’ils sont susceptibles de nourrir le reproche d’avoir consenti au travail pour l’ennemi.

56Or, toutes les entreprises n’étaient pas aussi « modernes », Robert G. et Paul H le soulignent. Ils furent d’abord placés quelques jours par erreur chez Borgward avant d’arriver dans l’aéronautique comme le stipulait leur contrat. Leur protestation reçut une réponse positive et ils furent très heureux de quitter la première entreprise qui leur apparut, par ses conditions de travail désavantageuses, comme un commando disciplinaire qui ne disait pas son nom.

57Mais même là, on pouvait trouver une certaine satisfaction sur le lieu de travail, comme le montre l’exemple du prisonnier de guerre Pierre G., passé ensuite au statut de transformé. La reconnaissance de sa compétence et de son intelligence qui lui valut une promotion dans la hiérarchie de l’entreprise le réconcilièrent avec son travail :

Pierre G. : Nous voilà partis, dans le commando de chez Borgward…
H. B.-S. : Où vous étiez logés…
Pierre G. : Ah oui, alors, attendez, où… où déjà il y avait des prisonniers français, alors on venait compléter parce que, euh, eh, les Allemands venaient de déclarer la guerre à la Russie, donc ils ont prélevé de la main-d’œuvre parmi les civils, et nous sommes arrivés, nous, les remplacer. Alors, donc, euh, mon camarade qui était électricien, lui, c’était véritablement son métier, alors, on l’a mis… euh, électricien sur voitures, et puis, j’avais un autre camarade, lui connaissait un peu la mécanique, alors lui, on l’a mis euh, comment… tourneur.
H. B.-S. : Dreher…
Pierre G. : Dreher, hein. Et puis moi, vous savez ce qu’on m’a fait faire, on m’a fait ramasser les déchets dans l’usine. C’était le plus beau poste qui existait, alors, vous savez ce que c’est qu’une usine, il y a des tours, ça fait des déchets, alors je ramassais donc, je, je véhiculais dans toute l’usine avec une carriole et je ramassais tous les déchets que j’allais mettre dans un tas. Alors donc, je voyais beaucoup d’Allemands, je parlais avec beaucoup d’Allemands, et il y en avait quand même quelques-uns qui étaient gentils. Et de temps en temps, il y en avait un qui me donnait un casse-croûte et ainsi de suite. Et puis alors les déchets, après, j’en faisais un gros tas, et puis, on allait conduire ça à une fabrique euh, à une fonderie pour que ce soit refondu. Alors j’ai fait cela au moins pendant 6 mois, et puis, un beau jour, ils m’ont dit… T’es Dreher. Moi, j’ai dit : quoi, aujourd’hui tu seras tourneur, mais j’ai dit moi, j’y connais rien, egal, il dit, tous les Français sont intelligents, tu seras tourneur, alors ils m’ont dit ça à six heures du matin, parce qu’on travaillait de six heures à six heures, hein, à ce moment-là. Alors, j’suis allé, donc on est allé aux usines Borgward, où il y avait un commando pour nous, il était très bien le commando, hein…

58La reconnaissance de la compétence au travail par les supérieurs hiérarchiques allemands et les collègues, et son retentissement sur l’ensemble du groupe des Français, sont à l’origine de la satisfaction éprouvée sur le lieu de travail.

59Dans le cas d’André P., à la reconnaissance professionnelle et au contact solidaire avec les collègues allemands s’ajoutait le fait qu’en passant de la SNCF à la Reichsbahn il avait quitté son pays mais pas son milieu familier. Il restait parmi les cheminots :

André P. : Avec des Allemands, euh, je vous l’ai déjà dit, ils étaient… en grande partie très agréables au travail. Je vous l’ai déjà dit, ça.
H. B.-S. : C’était tous des cheminots ?
André P. : Tous des cheminots. Cheminots allemands. Mais alors, ils étaient d’un certain âge, ils avaient au minimum 45 ans, sauf, il y avait quelques jeunes, c’était des soldats en convalescence. Et quand la convalescence était terminée, ils retournaient au front. Enfin… […] On travaillait. C’est-à-dire que s’il y avait une alerte la nuit, les Allemands, ils faisaient de la défense passive. C’est-à-dire, les Allemands n’allaient pas au lit, ils tournaient dans la ville, ils faisaient la sécurité dans la cité cheminote, parce que, à Brême, nous étions… c’est exactement comme en France, c’était une ville de cheminots. […] Alors il y avait des cheminots d’un certain âge qui faisaient de la défense passive. Alors que nous, nous allions dormir dans notre baraque. Alors dans la journée, les Allemands qui n’avaient pas dormi cherchaient à dormir. Et alors, ils se mettaient dans les fosses, des fosses sous les trains, des fosses pour faire la visite, ils se mettaient des sacs, ils dormaient. Alors que, nous avions à charge, nous, de les réveiller si le contremaître arrivait. C’est nous qui réveillions les Allemands si le contremaître arrivait. Mais, en revanche, nous demandions aux Allemands d’aller faire la sieste aussi. Et c’était l’Allemand qui nous surveillait au cas où le contremaître viendrait. […]
H. B.-S. : Donc vous avez l’air de dire que la surveillance n’était pas terriblement stricte pour vous, là, sur le travail.
André P. : Pas du tout, on faisait ce qu’on voulait. Je, euh, enfin peut-être vous allez me questionner ensuite, nous avons fait ce qu’on appelle en France de la « perruque ». C’est-à-dire des choses qui n’ont rien a voir avec le travail. Par exemple, on ressemelait nos chaussures, on fabriquait des poêles à frire, des, des petits fourneaux, je vous ai raconté l’histoire des petits fourneaux, on… on travaillait même pour les Allemands. […] Voyez ? Euh, aux grues, nous avions la belle vie. Je vous raconte ? C’est beau.

60Il est évident que les bonnes relations avec les collègues allemands sont pour beaucoup dans le sentiment de satisfaction éprouvé sur le lieu de travail. Mais les bases de ce sentiment étaient moins motivées par une opposition politique commune à la dictature nazie, bien qu’il existât une convergence d’intérêts qui s’exprima à l’occasion, surtout à la fin de la guerre, là où les opposants aux nazis se firent connaître. L’explication tient plus à un ensemble de valeurs propres au monde ouvrier, univers relativement résistant aux changements de régimes politiques. Ici, la compétence et la conscience professionnelles continuaient de jouer un grand rôle dans la reconnaissance auprès des collègues, indépendamment de la couleur politique. La solidarité, même sans être marquée politiquement, consistait souvent à ménager son zèle d’une manière ou d’une autre. Pour les intellectuels tel Yves Bertho, comme pour les séminaristes et futurs prêtres-ouvriers, le temps passé en Allemagne fut l’occasion de découvrir, avec un mélange de distance et de fascination, le monde du travail et ses lois, une sorte de planète étrangère.

2.32 – Production de munitions chez Engelhardt und Förster.

2.32 – Production de munitions chez Engelhardt und Förster.

Collection Paul T.

Sociabilité ouvrière et amour du travail bien fait

61Quant aux conditions concrètes du travail auquel ils étaient affectés, la plupart des travailleurs requis français étaient dépaysés mais, dans la mesure où ils appartenaient à la classe ouvrière, les valeurs qui la régissaient leur étaient familières et leur permettaient, même au-delà des barrières linguistiques, de développer des relations de sociabilité ouvrière sur le lieu de travail. La règle fondamentale dont la compréhension pouvait se passer de mots était celle-ci : « Valait mieux faire peu mais bien. » (Fernand L.). Le communiste Aimé S. l’explique ainsi :

H. B.-S. : Vous aviez l’impression que la connaissance du métier était appréciée par les Allemands ?
Aimé S. : Oui. Oui, oui. Parce que dans le temps, on faisait, nous on faisait, enfin, moi, et ceux qui y étions, là, sur les machines, nous faisions les ajusteurs, notre… C’était premièrement notre métier, c’était… Bon, on le faisait proprement. Bon, euh, proprement… Proprement et rendement, c’est pas du tout pareil, eh !
H. B.-S. : Hm.
Aimé S. : Bon. Le travail, bon, parce que, malgré tout, on était, c’était contrôlé, vous comprenez, bon, le rendement, ça, moins qu’on en faisait, mieux on se portait. Ça, je vous le dis tout de suite. Parce que, on passait autant de temps aux chiottes (rire) qu’à travailler. Ça, question boulot, je vous dis, on n’était pas embêtés.

62La mise en pratique du premier principe, à savoir travailler le plus lentement possible, si nécessaire faire semblant de travailler ou bien faire de la « perruque » pendant le temps de travail, était largement répandue sans être une spécificité du travail forcé. Le deuxième principe apparemment contradictoire avec le premier, à savoir l’amour du travail bien fait, ne peut être simplement interprété comme acte de soumission ou de collaboration mais, si on le relie aux notions d’honneur communes aux ouvriers français et allemands, il revêt une autre signification, non négligeable mais sans rapport direct avec des critères politiques.

63Premièrement, la compétence comme gage de cette reconnaissance aidait à supporter la situation de contrainte dans l’entreprise. On avait de l’estime pour celui qui travaillait bien :

Le contremaître ne faisait pas de différence si c’était un Allemand ou un étranger. […] Les professionnels étaient estimés là-bas. Un homme de métier était considéré, peut-être plus qu’en France… Les ouvriers là-bas n’étaient pas des martyrs. (Émile C.)

64Deuxièmement, une certaine fierté nationale cherchait à s’exprimer dans ce désir de fournir du bon travail, présent même chez les prisonniers :

  • 26 Durand (1985), p. 119.

La fierté d’être Français affirmée par les PG face à leurs gardiens et employeurs allemands les entraîne parfois à céder au réflexe « pont de la rivière Kwai ». Comme l’officier britannique prisonnier des Japonais, héros d’un film célèbre, beaucoup de PG au travail dans les fermes et ateliers allemands veulent montrer à leurs employeurs et geôliers, d’abord pleins de mépris, qu’eux aussi savent travailler et même mieux que leurs maîtres du moment.26

  • 27 Gascar (1967), p. 186-7.

65Mais la mise en exergue de la fierté nationale semble un peu exagérée lorsqu’on traite avec mépris les autres nationalités : ainsi aurait-il été plus facile pour les Russes que pour les Français de travailler lentement, du fait de leur penchant naturel pour la léthargie. « À cause de sa vivacité naturelle, le Français se plie mal, et parfois pas du tout, à cette cadence réduite à l’extrême ».27

66Troisièmement, cet amour du travail bien fait peut être simplement, surtout chez les artisans et les ouvriers qualifiés, une question de conscience professionnelle et d’estime de soi. Pareille absence de réflexion aux implications politico-économiques de leurs actes (le profit qu’en tire l’ennemi) aboutissait parfois à des choses étonnantes. Ainsi, Robert G. et Paul H., spécialistes en aéronautique, répugnaient à fournir le travail bâclé exigé par les Allemands, extrêmement pressés par le temps :

Paul H. : Et nous, nous ne sommes pas heureux parce qu’on est loin de chez nous, euh, on ne fait rien d’utile. On ne faisait rien d’utile, le travail que nous faisions, c’était fait en dépit du bon sens. Quand je suis revenu chez Dassault, il m’a fallu au minimum 15 jours pour apprendre à retravailler proprement.
Robert G. : Parce que là-bas, oui…
Paul H. : Parce que on avait pris l’habitude de… faire un travail de cochon. Le plus triste, c’est que quand, au début, moi j’ai pris le travail, j’étais en tête de chaîne, donc c’est moi qui guidais les ouvrières qui ne savaient pas travailler, je leur montrais, je leur expliquais ce qu’il fallait faire, ce qu’il ne fallait pas faire, et je surveillais, en plus. Et maintes fois, je me suis plaint au, au chef de contremaître en disant : Mais écoutez, c’est inadmissible, euh, sur un avion, ce travail, ce n’est pas acceptable. Le gars, il riait, il haussait les épaules. Bouf, il me disait, il va voler deux heures et puis…
Robert G. : Il va se faire descendre.
Paul H. :…il va se casser la gueule. Qu’est-ce que vous voulez faire ? Alors, mais, en abandonnant le sens, on sortait des avions, ah on en sortait comme des petits pains, mais il ne fallait pas les voir de près.
Robert G. : Oui.
Paul H. : C’était affreux.

67Yves Bertho raconte un autre évènement curieux qui s’est produit dans les usines Francke :

Yves Bertho : Évidemment, tout le monde était anti-allemand, hein… euh… des Français. Mais lorsque… est sortie la centième locomotive de chez Francke-Werke, où je travaillais, hein, à Neustadt, euh, tous les Français voulaient absolument avoir leur photo… où, alors, il y a eu la centième locomotive… « Wir rollen für den Sieg » inscrit sur la locomotive. Et puis, tous les travailleurs, euh, allemands, qui n’étaient pas tellement nombreux, et une masse de travailleurs étrangers – à l’exclusion des Polonais, ils n’y avaient pas droit – ont eu droit à la photo. Le, le… le Frontführer avait apporté de la bière et tout ça et tout le monde avait été sans doute très heureux d’envoyer une photo… Une photo « Wir rollen für den Sieg » a dû atterrir dans des ménages qui se demandaient (rire) exactement… ce que… si leur fils ou leur mari n’était pas un peu timbré (rire)…
H. B.-S. : Eh oui ! Ça a dû être à la source de malentendus comme ça…
Yves Bertho : Mais alors, ça indique quand même une sorte de candeur, où à la fois on pouvait être fier de bien travailler…
H. B.-S. : Voilà !
Yves Bertho :…et, si vous voulez, faire un travail, euh, qui était, avec des résultats et tout ça, sans voir la, la finalité quand même de la chose…

68Dans d’autres cas, la question de savoir à qui pouvait servir le bon travail et la compétence fournis était bel et bien discutée, comme pour André P. à qui ses camarades reprochèrent d’avoir fait plaisir au contremaître sans y avoir été obligé :

André P. : Comment, je cherche à m’expliquer pour que vous, vous le compreniez bien, euh, jusqu’au… je vais vous dire que jusqu’au contremaître, on avait un vieux contremaître, je ne sais pas quel âge il avait, il avait bien 60 ans, il a été… une fois il a voulu faire une clé pour, de serrure. Il a été voir mon chef d’équipe. Et mon chef d’équipe est venu me voir avec le contremaître et il m’avait dit : « Paulette », parce que je m’appelais Paulette là-bas, Paulette, hein, il dit : « Paulette va faire la clé. ». Alors j’ai eu l’occasion de faire une clé de serrure pour le contremaître. Il m’a dit : « Danke ! », puis il est revenu le lendemain, puis il m’a dit que la clé marchait très bien, qu’il me remerciait beaucoup de ce que j’avais fait. Alors il a été très gentil en me remerciant, le contremaître, seulement j’ai eu des ennuis avec mes camarades.
H. B.-S. : Oui, parce que…
André P. : Parce que j’avais fait une clé pour mon contremaître. Alors il y a eu un petit froid quelques jours, avec mes contre-maîtres…
H. B.-S. : Avec vos camarades…
André P. : Euh… « Tu as travaillé pour un chleuh », excusez-moi, je vous ai dit que je serai franc, hein, « tu as travaillé pour un chleuh, euh, t’étais pas obligé de le faire », ben j’ai dit « Si ». Les Allemands, euh, voyez, euh, le, le, mon chef d’équipe n’avait pas jugé un seul de ses Allemands sous ses ordres capable de faire une clé de serrure.
H. B.-S. : Oui.
André P. : C’est à moi qu’il l’avait confiée.

69Même si beaucoup de Français, pour les raisons complexes déjà décrites, ne réfléchissaient pas à toutes les conséquences de leurs actes, d’autres avaient conscience que leur travail était dirigé contre leur propre pays et, pour des raisons politiques, ils s’efforcèrent de faire avancer le plus lentement possible la production de guerre allemande, voire même de l’enrayer, ou d’exprimer leur dissidence sous diverses formes.

Éléments d’opposition et d’insoumission

70Des éléments de dissension, d’opposition et d’insoumission apparurent sous des formes et à des degrés divers, allant de manifestations de mauvaise humeur au sein du groupe des camarades jusqu’à un refus de travail ouvert voire même une résistance organisée. C’est seulement au début que, dans leurs déclarations officielles, les autorités allemandes firent l’éloge des travailleurs français. Le docteur. Ley s’adressa en ces termes aux ouvriers français du Reich :

Durant l’année 1942, vous avez travaillé infatigables et dévoués côte à côte avec les ouvriers et ouvrières allemands et européens. Le travail que vous avez fourni a servi à protéger l’Europe contre les hordes barbares bolcheviques et contre le capitalisme judéo-anglo-américain qui veut l’affamer. Par votre attitude et votre discipline, vous avez gagné le droit à l’estime par les ouvriers et patrons allemands. Je vous remercie de la volonté de travailler dont vous avez fait preuve et je suis convaincu que par ce travail vous ne contribuez pas seulement à notre combat pour la paix et la sécurité en Europe et aidez à construire un pont entre nos deux peuples, mais encore que vous rendez le plus grand service à votre pays et à son avenir. (Pariser Zeitung du 11 janvier1943)

71Moins de deux ans plus tard, le ton avait bien changé :

  • 28 Appel de Sauckel publié en 5 langues dans la circulaire du ministre de l’intérieur du 9 septembre 1 (...)

Ouvriers étrangers, je vous appelle à continuer à travailler de façon loyale, bien intentionnée et diligente. Protégés par le peuple allemand vous pouvez travailler paisiblement et sans être troublés. La direction nationale-socialiste de la grande Allemagne connaît parfaitement les slogans des agents ennemis. Elle sait que la plupart d’entre vous ne suivra pas ces slogans haineux et extrêmement dangereux pour vous-mêmes. Les autorités nationales-socialistes sont pourtant fermement déterminées à rendre impossible toute tentative de troubler la production ou l’ordre public, par tous les moyens, le plus rapidement et sans ménagement. Quiconque entreprendrait la moindre tentative de sabotage, se laisserait tenter par des préparatifs ou des complots de révolte, quitterait son emploi, manquerait de loyauté ou se montrerait hostile, de ce fait prolongerait la guerre et retarderait inutilement le moment de retrouver sa patrie et sa famille. Quiconque se rendrait coupable d’un tel crime, devra donc s’attendre à des peines les plus sévères voire la peine de mort.28

72La détermination à la répression, surtout par l’envoi en AEL n’était pas une menace en l’air. Malgré cela, le « laisser-aller » au travail, les non-retours de permission, et même des actes de sabotage allaient en augmentant, comme il ressort des rapports du SD, qui était bien conscient que « pour la plupart des Français l’incorporation dans le Reich était ressentie comme une déportation » (24 janvier 1944).

Railleries et « piques »

73Face aux instances de répression omniprésentes la moquerie était l’expression la plus courante d’un mécontentement voué à l’impuissance. Au moins pouvait-on ainsi se donner du courage entre amis et « décompresser ». Quelques exemples de ces railleries sont restés à la postérité, comme le poème d’André P. « La Deutsche Reichsbahn » (cf. annexe, document 2.33). Dans les cas où les Français avaient osé, en leur présence, prendre les Allemands pour cibles de leurs moqueries, la joie se mêle au souvenir de ces Allemands « nigauds », comme dans certaines scènes de films populaires sur l’occupation allemande qui tiraient de même leur effet comique de ces figures de Teutons balourds, peu malins mais aussi quelque peu dangereux.

Edgard B. : Je me rappelle, il y avait, on avait un Meister, un Meister, c’est un chef de… euh… H. B.-S. : Contre-maître, oui.
Edgard B. : Oui, là-bas, il y avait un parisien… il était marrant. Le Meister il ne parlait qu’allemand… et le parisien, chaque fois qu’il lui adressait la parole, le regarde en souriant, puis lui disait : m-e-r-d-e… Ça, ça a été notre résistance, un peu. Et il le regardait en souriant puis lui disait : t’es un vieux con. Et il souriait. L’autre, il disait : ja, ja, ja. Jusqu’au jour où il s’est fait traduire. Alors là, je crois, que le parisien a pris quelque chose (rire). Enfin, il ne l’a plus répété, ça.

74Deux autres travailleurs requis français exprimèrent leur mauvaise humeur en dehors du cercle de leurs semblables par quelques « piques » contre les Allemands, mais sans franchir les limites de ce qu’ils considéraient comme répréhensibles :

Paul H. : Euh, la direction de l’établissement avait mis une grande carte du front de l’Est.
Robert G. :…avec des petits drapeaux…
Paul H. : Et il y avait des volontaires qui chaque jour avançaient des petits drapeaux au fur et à mesure que les forces allemandes avançaient vers l’Est. Et nous, nous passions devant sans y prêter attention. Et un jour, les petits drapeaux n’ont pas bougé. Alors ce jour-là, ostensiblement, nous nous sommes tous arrêtés devant la carte pour regarder les petits drapeaux.
Robert G. : Après, ils reculaient les drapeaux peut-être, non ?
Paul H. : Et après, les drapeaux ont commencé à reculer. Et alors là, évidemment, je ne vous dis pas, la tête que faisaient les ouvriers allemands. Parce que, ils voyaient bien que nous nous payions… nous ne disions rien, nous ne faisions rien, bon alors, c’est des bêtises comme ça, mais ça se limitait là. Vous savez hein, c’était euh, vraiment très très léger, hein.

75S’arrêter pour regarder la carte était aussi peu répréhensible que de jeter exprès dans la corbeille du chef d’atelier de la DAF les paquets vides de cigarettes de marques américaines si convoitées, en prenant un malin plaisir à le voir envieux :

Pierre G. : Et moi figurez-vous, que mon voisin immédiat, mon voisin immédiat sur les machines à l’usine, hein, c’était lui qui était chargé d’afficher les communiqués de victoires allemandes. Alors, il était délégué de l’Arbeitsfront, alors si j’étais surveillé, aïe aïe aïe… […] Alors il fallait que je fasse très attention. Mais alors, il y avait des prisonniers français qui le vexaient aussi. Nous recevions des colis américains, dans lesquels il y avait les fameuses cigarettes américaines. Chesterfield, Old Gold, Camel, euh, il y avait 5, 6 sortes de cigarettes, de paquets de cigarettes. [inaudible]… prisonnier, qui le connaissait, là, et qui avait un malin, un plaisir à… il fumait des cigarettes, et puis, le paquet vide, il le mettait dans sa poubelle à lui, alors… pensez si… Jonge, Jonge, Franzose, il disait, hein, Jonge, Jonge…

Lenteur au travail

76Le principe du « doucement le matin et pas si vite le soir » était largement répandu dans les entreprises où les collègues allemands le pratiquaient aussi par intérêt vital, car si leur poste devenait superflu ils seraient envoyés sur le front.

Robert D. : On prenait notre temps. Les Allemands étaient les premiers à nous dire langsam, langsam.

77Officiellement répréhensible, un manque de zèle était difficile à prouver car, le plus souvent, c’était un acte passif : on lambinait ou on allait souvent au « petit coin ». Cette passivité causait des dommages économiques sans doute non négligeables en permettant de saper la production de guerre allemande sans courir soi-même de risques, comme lors de sabotages ou de refus de travail caractérisé. Peut-on pour autant qualifier la lenteur au travail comme une attitude d’opposition politique consciente ou comme un fait de « résistance passive » ?

Edgard B. : Et nous-mêmes, on avait des, des, des choses assez amusantes, entre nous, euh, comme…
H. B.-S. : Comme par exemple ?
Edgard B. : On, euh, faisait une résistance passive. Si vous aimez mieux. […] On marchait au ralenti. Et s’ils nous demandaient pourquoi on travaillait si lentement, on disait parce qu’on n’avait pas à manger.

78Fallait-il des raisons politiques pour expliquer la lenteur au travail ? Autrement dit : quelles raisons auraient eues les travailleurs requis, contraints à travailler, de manifester un zèle particulier ? L’évaluation positive par les patrons du travail des Français et le succès au moins partiel des tentatives pour les motiver en leur accordant de relatifs privilèges, rendent peu probable que la majorité des travailleurs français requis aient été enclins à une résistance pour des motifs politiques. Il est plus vraisemblable qu’ils aient agi selon leurs intérêts immédiats. Travailler au ralenti servait aussi bien leur propre intérêt que celui de leur pays, par les dommages que cela provoquait sur la production ennemie.

79Mais au cours de la guerre les deux perspectives, celle de l’intérêt individuel et celle de la libération de la patrie et de la fin de la guerre, se rejoignirent dans la mesure où il devenait de plus en plus clair que la défaite allemande qui se profilait dépendait de la capacité d’endurance de l’économie de guerre. Le moment où chaque Français individuellement prit conscience de ce contexte et du rôle historique qu’il avait à jouer dans ces évènements, relève de la lucidité de chacun. Il est certain en tout cas qu’à la fin de la guerre la résistance passive, par exemple lors de la réparation de ponts ou de digues, au moment où les troupes alliées se rapprochaient, était à la fois omniprésente et politiquement motivée :

André P. : Quand l’usine a été bombardée et qu’il n’y avait plus de toit, qu’il n’y avait plus moyen de travailler, les Allemands nous mettaient en bande, nous emmenaient le matin et on marchait quatre ou cinq kilomètres, on allait au bord de la Weser – le midi, on ne mangeait pas – et on avait des pelles, des pioches, de tout. Et il fallait, il y avait des inondations, la Weser bombardée, débordait. Et alors, il s’agissait de faire des talus pour empêcher l’eau de gagner l’intérieur des terres. Alors, on travaillait un peu, mais on faisait rien. C’est-à-dire, je te passe la terre, tu la passes à lui, tu la passes à lui, la passes à lui, la passes à lui… et la terre tournait. Les Allemands nous surveillaient, le voyaient, ne disaient rien. On n’a jamais fait de talus.

Sabotage

80Le sabotage ! Qui pouvait s’en vanter espérait écarter d’un coup les reproches de collaboration et se rapprocher de l’identification avec les « faits et gestes » de la Résistance. Il pouvait en effet se sentir membre de sa « 5e colonne » aux avant-postes en Allemagne, même si, dans la mémoire nationale de la France d’après-guerre, cette reconnaissance fut parfois même refusée aux travailleurs civils requis qui avaient été punis pour ce motif dans un AEL.

  • 29 « Dans les récits, les exemples de sabotage volontaires fourmillent au point que l’historien ne peu (...)

81C’est pourquoi dans les interviews j’ai soigneusement évité de poser explicitement des questions sur les sabotages, pour ne pas déclencher chez les témoins d’inévitables stratégies de justification. Avertie par d’autres historiens29, je n’aurais pas été étonnée non plus d’entendre bon nombre de récits spontanés d’histoires de sabotages embellies par la mémoire. En réalité c’est le contraire qui s’est produit. Dans leur récit, les témoins mettent peu en avant l’aspect « héroïque » d’actions pour lesquelles ils furent pourtant punis (Edgard B.), ou de suspicions de sabotage qui furent invalidées après une grosse frayeur (Robert G., Robert D.) ou envoyèrent des innocents en prison, comme ce fut le cas d’Edmond T. qui continue d’affirmer qu’il n’avait pas saboté :

Edmond T. : Je ne veux pas me vanter, j’aurais pu dire en France, après, on m’a arrêté comme saboteur, alors que c’est pas vrai. Il ne sert à rien de mentir.
Georges T. insiste lui-aussi sur cet aspect :
Georges T. : De là, de là à dire que nous sommes des héros, non ! Moi, j’ai conduit mon tramway et j’ai écrasé personne, je n’ai fait de mal à personne, bon peut-être bien que ce… que ceux qui sabotaient étaient plus héroïques et…
H. B.-S. : Ça existait ça ?
Georges T. : Ah oui, y en a, euh… ah oui, y en a qui… ça se trouvait.
H. B.-S. : Vous étiez au courant… ? Comment vous avez su ?
Georges T. : Ah ben, ça s’est su, parce que… comme ça, on l’a su… euh, comme ça, de bouche à oreille, ça se disait pas, vous savez, c’est pas difficile de bousiller un moteur de tramway, hein ?, c’est pas difficile, vous savez, il suffit de mettre deux fois le… comment, dans un sens et puis dans l’autre et puis le moteur flambe, hein ? mais moi, j’aurais pas, j’aurais pas osé parce que si je me fais piquer, qu’est-ce qu’il va arriver… ?
H. B.-S. : Ah oui. Vous avez connu concrètement des cas ? Qu’est-ce qu’ils sont devenus ?
Georges T. : Non. Parce que… ici il ne s’est rien passé. C’était à la fin au fait, c’est à la fin, hein, alors on peut dire maintenant on peut y aller et les Allemands sont écrasés… on peut y aller, mais… j’ai entendu dire, mais je, je ne pourrais pas le dire parce que beaucoup de gens racontent, mais ce n’est peut-être pas vrai…
H. B.-S. : Non, non, ne dites que ce que vous savez…
Georges T. : Non, non, non, non, beaucoup qui racontent qu’ils ont bousillé des boîtes de vitesses dans les voitures etc. des camions… euh… j’ai entendu un gars qui m’a dit une fois qui travaillait dans le port et qu’un autre avait bousillé une grue comme ça, de chargement, euh… qu’il avait bousillé pour casser la flèche. Tout ça, c’est des on-dit à la limite du rêve, vous savez, ou de l’imaginatif. On va, on va pas certifier, moi, je ne pourrais pas dire ça, je, je n’ai pas de cas concrets, des gens qui soit se vantaient de l’avoir fait, mais j’ai des souvenirs de gens qui m’ont dit qu’ils ont entendu que d’autres l’avaient fait, mais… Voyons, vraiment non.

82Le renoncement très explicite à l’héroïsme, perceptible chez plusieurs témoins, ne tient pas seulement à leur amour de la vérité mais sans doute aussi au fait qu’aujourd’hui comme à l’époque, on ne prend pas ce sujet à la légère : on ne badine pas avec le sabotage. Le soupçon suffisait déjà pour que la Gestapo de l’entreprise voie rouge et les pratiques de répression étaient impitoyables.

83Si l’on peut douter du « fond de résistance » qu’aurait présenté la lenteur au travail, le sabotage en revanche apparaît comme l’acte de résistance par excellence. Mais à y regarder de près, il s’avère que dans ce domaine il y eut un large éventail de degrés. À côté d’actes de sabotage délibérés et sévèrement châtiés par les nationaux-socialistes et éventuellement reconnus par la Résistance, il y avait des petits « sabotages » de la production, sous forme de négligences, d’inattentions ou de maladresses, qui étaient aussi difficiles à prouver que la lenteur au travail. On pouvait faire semblant d’être maladroit, comme le travailleur civil Paul P. :

H. B.-S. : Les Français étaient bien qualifiés aussi, en général, ils savaient bien faire leur travail, en fait.
Paul P. : En principe oui, mais évidemment, il y avait une certaine mauvaise volonté… plus au moins… Mais pour vous dire, qu’on, peut-être un peu, de temps en temps, sans prendre de risques, pour, euh… Donc mon tour automatique était souvent en panne, et puis, j’avais trouvé un truc pour… faire griller un moteur. Bon, mais tout ça, c’était fait avec… un air plutôt idiot que… voulu.

84Ainsi aucune faute délibérée ne pouvait lui être imputée. Lors de travaux de bétonnage, on perturbait sensiblement la production par des petits riens : du béton qui avait pris trop vite bouchait un conduit, une petite erreur se produisait lors du coffrage ou des sacs de ciment éclataient. Il s’ensuivait parfois une perte considérable de temps ou de matériel, mais on ne pouvait en imputer la faute à personne.

85Les cas reconnus et sanctionnés, de même que les actions de sabotage individuelles mûrement réfléchies, n’étaient que le sommet émergent de l’iceberg. Les « grains de sable dans le rouage » sont comparables à des actes comme la simulation de maladies, l’automutilation ou le fait de se soustraire au travail en se cachant (André D. s’était fait enfermer une fois dans une penderie pour échapper au travail du dimanche), dans la mesure où de tels agissements créaient des dommages économiques, avec des risques plus ou moins grands de sanctions, mais sans volonté de confrontation ouverte avec la hiérarchie ou les autorités.

Refus du travail et confrontation ouverte

  • 30 Hülsdünker (1989), p. 58-9.

86En cas de conflits ouverts dans les entreprises la Gestapo intervenait aussitôt. À Emden en 1943, trois ouvriers furent arrêtés par suite du refus collectif d’un Hollandais, un Russe, et de trois Français de passer la serpillière dans le camp.30 Aussi recoururent-ils à des formes d’action qui ne pouvaient être sanctionnées, comme le refus de la prime de Noël pour protester contre l’assassinat de leurs camarades de travail, dont parle Yves Bertho (cf. supra p. 139.). Mais de temps en temps ils osaient protester contre certains inconvénients et parfois même leurs revendications aboutissaient ; mais si les Allemands les considéraient comme injustifiées, ils étaient très vite contraints à filer doux :

H. B.-S. : Et vous avez vu les forces de l’ordre – entre guillemets – faire irruption dans l’usine, des fois ? Ou dans, ou dans le camp ?
Robert G. : Non.
H. B.-S. : La Gestapo ? Non ?
Robert G. : Non. Ah si, une fois, à Sorau, parce que la Gestapo, on, on s’est, on a fait grève. Tellement que c’était mais, on mangeait mal, c’était affreux. C’était pas à Brême, eh… C’était affreux, ils nous faisaient deux assiettes de soupe, qu’ils appelaient, mais c’étaient des soupes de, c’était des ersatz de soupe. C’était rose, on aurait dit du dentifrice. C’était immangeable. Alors un jour, eh merde, on fait grève, on ne travaille pas. Putain, ils sont tous arrivés là. La Gestapo et tout.
H. B.-S. : Et ça s’est terminé comment ?
Robert G. : Et il y en a un qui est monté sur, c’était à l’usine là, et il est monté à, sur une estrade, et puis il a dit euh, devant nous il a, il a mangé l’assiette de soupe, enfin, il l’a goûtée, il a dit : « Cette soupe est excellente ! » En français. « Et je vous conseille de reprendre votre travail immédiatement. » Il avait les gars. Avec des fusils et tout. Il avait les Wehrmacht là. Des SS c’étaient. On est revenu, on est revenu au travail… On ne pouvait rien faire de mieux.

« Ruptures du contrat de travail » et évasions

87Les évasions et tentatives d’évasion des travailleurs requis témoignaient moins de leur combativité que de leur extrême insatisfaction quant à leur situation. Depuis la prolongation d’office de la durée des contrats et la suspension des permissions, elles étaient la seule possibilité de tourner le dos à l’Allemagne. Quelques techniques présentaient un danger mortel : l’évasion en montant dans des wagons vides ou en s’accrochant aux essieux des trains, ainsi que la simulation de maladies ou l’automutilation. Dans de tels cas, une tentative d’évasion équivalait alors bien souvent à un suicide. En cas d’échec, les fugitifs risquaient les pires sanctions, y compris l’envoi en AEL ou en camp de concentration.

88Les travailleurs civils circulaient librement, disposaient de vêtements civils et d’argent liquide, pouvaient échanger de façon illimitée du courrier, même censuré, avec la France et étaient surveillés moins strictement sur le lieu de travail ou dans le camp ; tout cela leur offrait plus de possibilités de préparer des évasions que n’en avaient leurs compatriotes prisonniers de guerre, dont ils facilitèrent ainsi plus d’une fois l’évasion. C’est parce qu’on lui reprochait une telle assistance à deux prisonniers de guerre de statut civil, rattrapés dans la neige peu avant la frontière suisse, que Robert G. échappa de peu aux griffes de la Gestapo, grâce à l’intervention de son contremaître qui le présenta comme un ouvrier qualifié indispensable. Tant qu’il y eut des permissions, il arriva qu’un prisonnier de guerre, auquel ses camarades avaient procuré des vêtements civils et parfois de faux papiers, se mêlât aux groupes de travailleurs français rentrant dans leur pays par les trains spéciaux.

89Après la suspension des permissions, il fut très difficile pour tous de s’évader en train à cause des contrôles très stricts. Un camarade de Robert D. réussit à s’évader dans l’un des derniers trains de permissionnaires, uniquement parce qu’il avait mis à profit la mêlée dans une gare, lors d’un contrôle de police dans les mailles duquel son collègue d’évasion s’était trouvé pris. Il rejoignit la France alors que l’autre dût payer sa tentative en AEL.

90Autre « bon tuyau » pour les ports de la mer du Nord, les cargos suédois à quai, à bord desquels, avec l’aide d’un ou deux matelots, déguisé en marin suédois ou comme passager clandestin, on pouvait atteindre un pays neutre. C’est un bombardement qui, un soir, empêcha Paul T. de quitter ainsi Brême, alors qu’il avait tout préparé pour cela :

  • 31 Vittori (1982), p. 175.

De Brême, grand port du Nord, la tentative par la mer s’impose. Paul T […] commence à fréquenter le port à la recherche de marins de pays neutres qui pourraient l’aider. Il rencontre deux suédois. Le fil se noue : « Nous nous revoyons plusieurs fois dans un café puis, la confiance établie, je les informe de mon projet d’évasion. Rendez-vous est pris. Ils devaient m’apporter un uniforme de marin suédois et des papiers pour me permettre d’embarquer. Le jour même du départ, un violent bombardement détruit le quartier. Je n’ai jamais revu les marins suédois. »31

91Plus tard, m’expliqua Paul T., cette technique d’évasion avait été connue et n’avait plus fonctionné. Il avait auparavant essayé en vain de simuler une maladie pour se faire rapatrier. D’après lui et Paul P., d’autres prisonniers de guerre ou travailleurs civils réussirent à rentrer de cette façon, soit parce que leur simulation était réussie ou que le médecin n’y regardait pas de trop près. (cf. p. 114) Malgré les sévères sanctions qui la punissaient, l’aide à l’évasion est même venue dans quelques cas de la population civile allemande.

92À partir de l’été 1943, justement à cause des lois de réquisition, la situation politique intérieure en France évolua tellement à la défaveur de Vichy et la Résistance renforcée bénéficiait d’une sympathie si grande que les travailleurs civils rentrés illégalement purent compter sur le soutien de leurs compatriotes. Mais ils avaient à craindre le zèle des policiers restés fidèles à Vichy, même si leur nombre déclinait. Violant les lois françaises sur la main-d’œuvre, il ne fallait pas qu’ils tombent aux mains de groupes paramilitaires franco-allemands que Sauckel envoyait spécialement aux trousses des réfractaires du travail et des combattants de la Résistance.

93Malheureusement, les données quantitatives manquent sur diverses questions : les « ruptures de contrat » dans le Reich, la proportion de Français revenus en France, légalement après échéance de leur contrat ou illégalement malgré la prolongation forcée des contrats, le nombre de recrutés et de requis partis en permission. Combien d’entre eux sont ensuite restés en France ou sont retournés à leur ancien poste de travail ou dans une autre ville du Reich ? La prolongation forcée des contrats et la limitation progressive des permissions sont des processus qui se sont déroulés sur plusieurs mois, et ont été appliqués différemment selon les villes ou les entreprises.

94Une interprétation prudente des registres d’état civil permet de penser qu’à Brême une proportion minimum de 25,2 % du nombre total des travailleurs requis français aurait commis des « ruptures de contrat de travail », sachant que seules sont prises en compte là les « ruptures de contrat » réussies, en tout cas celles qui n’aboutirent pas à un retour à Brême.

  • 32 Décrets du RAM du 19 décembre1940 et du 9 novembre 1940.
  • 33 Décrets du RAM du 19 août 1943.

95L’analyse du traitement des « ruptures de contrat de travail » par les autorités complète les informations sur leur sens et leur évolution, tant au niveau quantitatif que politique. Durant les deux premières années, on s’efforça de ne pas heurter inutilement de front les auteurs de « ruptures de contrat de travail », car ils étaient d’abord venus majoritairement « de plein gré ». Celui qui, en France, qu’il soit rentré légalement ou après « rupture de contrat », signait un nouveau contrat de travail pour le Reich, était traité comme un nouvel embauché et n’encourait pas de sanctions.32 Mais il fallait empêcher certains travailleurs civils de changer d’employeur avant le terme du contrat pour obtenir une meilleure rémunération. Depuis mars 1941, avant une nouvelle embauche un travailleur civil devait en principe prouver la dissolution formelle de son ancien contrat de travail.33 Avec le passage à la réquisition forcée, fini le gant de velours en matière de poursuites contre les auteurs de « ruptures de contrat de travail », d’autant que des mesures coercitives étaient nécessaires pour maintenir dans le Reich ces travailleurs venus contre leur gré. Entre-temps, ainsi que le constatait le SD :

la majorité des travailleurs civils étrangers n’était pas du côté allemand et considérait que la guerre était déjà perdue pour l’Allemagne et que l’issue de la guerre était proche (rapport du 23 août 1943).

96C’est essentiellement pour ces raisons que se seraient multipliés partout

les dépassements des temps de permission et, dans des proportions inquiétantes, les départs non autorisés de travailleurs civils. Il s’agirait essentiellement de travailleurs de l’Ouest et en l’occurrence surtout de Français. (Ibid.)

97Voici quelques exemples :

Ainsi que le fait savoir la direction de l’usine Deutsche Schiffs-und Maschinenbau A.G.- Seebeck – de Wesermünde, parmi les Français partis en permission et en partie aussi parmi les Flamands, pas plus de 10 % reviennent à leur poste de travail. Ainsi par exemple, sur un transport de 30 travailleurs civils français, 3 seulement sont revenus. L’usine principale de Deschimag à Brême accorda récemment une permission à 175 Français, seuls 4 d’entre eux revinrent à Brême. […]Les rapports nous apprennent que les non-retours de permission de Français sont si nombreux que les trains prévus pour leur transport ont dû être annulés (le 23.05 au départ de Paris-Est par exemple), en conséquence de quoi des travailleurs souhaitant revenir n’auraient pas pu revenir, eux non plus, à temps sur leur lieu de travail. (Ibid.)

98La compétence de la Gestapo en matière de poursuites à l’encontre des étrangers en rupture de contrat de travail fut élargie et finalement, le 30 novembre1943, on ordonna le rapatriement forcé de ceux d’entre eux qui séjournaient en France. Ils furent inscrits sur une liste de personnes recherchées, chassés par des groupes spécialisés, rassemblés dans un AEL central, d’abord à Hinzert près de Coblence, puis près de Metz, enfin ramenés sur leur ancien lieu de travail et, dans des cas graves, internés dans un camp de concentration.

99Paul T. connaît un camarade de travail qui, après une permission, n’était pas revenu en Allemagne et eut, longtemps après, l’incroyable malchance de croiser par hasard son directeur de Brême à Paris ! Après quelques semaines en AEL près de Metz, il retourna à Brême.

  • 34 Rapport de l’agence pour l’emploi de la Basse-Saxe en juillet 1944 (STB 9, S 9-17/10).

100Les mesures draconiennes firent leur effet et, en juillet 1944, le nombre des étrangers en « rupture de contrat » pour l’office pour l’emploi du Land de Basse Saxe passa de 1100 en février 1944 à 311 en juillet.34

  • 35 Osthold (1942a), p. 932.

101En conclusion, si l’on mesure toutes ces tentatives d’abandon du poste de travail en Allemagne à l’aune que les nationaux-socialistes eux-mêmes y appliquèrent – pour Osthold, en 1942 le nombre, faible encore, de « ruptures de contrat de travail » représentait une « échelle objective particulièrement valable pour apprécier l’aspect réconfortant de la collaboration des deux côtés »35 – il faut alors évaluer le nombre considérable de ces tentatives, réussies ou non, comme des signes d’une énorme insatisfaction. Mais s’agit-il pour autant d’une preuve de combativité ou même de Résistance ?

Résistance ?

  • 36 Elsner/Lehmann (1988), p. 209.

102Qui aborde le thème de la résistance des travailleurs forcés en Allemagne s’avance sur un terrain politiquement miné. Certes, les historiens des anciens pays socialistes n’ont désormais plus besoin de légitimer le travail forcé comme objet de recherche en « faisant usage du terme de Résistance dans un sens très large en parlant de la lutte antifasciste des étrangers »36, englobant alors sous le mot de Résistance même la lutte pour la survie, par exemple le vol de charbon et de pommes de terre. Faire d’eux des résistants, et sauver ainsi leur honneur, était certes méritoire et courageux de la part de ces historiens, car le pouvoir stalinien voyait dans les travailleurs forcés des collaborateurs, non seulement en théorie mais aussi dans une pratique répressive cruelle.

103Or, à l’Ouest aussi, cette notion de résistance a été souvent considérée dans sa dimension morale seulement et attribuée a priori à tous les actes de ceux qui étaient objectivement opposés au nazisme ou qui ont été ses victimes. Les requis civils et leur fédération qui depuis des décennies revendiquent une reconnaissance sociale de leur groupe, et qui attendent de l’historien un appui utile à leur combat, salueraient que l’on mette l’accent sur l’aspect résistant pour remédier à l’injustice flagrante dont ils furent l’objet dans la mémoire collective. Il n’incombe toutefois pas aux historiens de distribuer des certificats d’héroïsme et des médailles de mérite.

104Tentons plutôt d’examiner cette notion de résistance sous sa dimension historique et non pas morale, et de mesurer le comportement des travailleurs civils à cette aune, sans prendre part aux querelles politiques ambiantes. Il n’est pas impossible qu’une telle démarche serve même mieux la cause de ceux que la mémoire collective a injustement traités. Au bout du compte, un concept de résistance trop ample amoindrit les mérites des résistants au sens strict du terme. Cependant la notion de résistance constitue un jugement de valeur et est si intimement liée à la reconnaissance et au prestige des acteurs – et au mépris des lâches – qu’il n’y a pas de critères objectifs universellement reconnus pour la mesurer. Voici plutôt quelques dimensions qui me paraissent essentielles pour permettre un jugement différencié.

1051. le contexte : L’action se plaçait-elle dans le contexte d’une organisation de la Résistance, s’est-elle déroulée sur la base de consignes déterminées au préalable, participait-elle de ce fait d’une stratégie d’ensemble délibérée ?

1062. l’efficacité objective : L’action causa-t-elle effectivement des dommages économiques ou politiques à l’adversaire ? Ce seul critère ne peut pas être déterminant pour la classification de « résistance » car des dommages furent aussi causés à l’économie de guerre par des petits « grains de sable dans les rouages », dont les nazis eux-mêmes furent responsables et sans que l’on puisse qualifier leurs auteurs de résistants. Il faudrait ajouter :

1073. l’intention subjective : L’action reposait-elle sur des considérations politiques ou servait-elle les intérêts avant tout personnels (même justifiés) de ses auteurs ?

108Enfin un autre critère associé par les associations d’anciens à la Résistance est

1094. la répression : Quelles sanctions fallait-il craindre pour l’action en question ? Certes la détermination à agir malgré le danger indique une motivation politique, et l’efficacité d’une action destinée à nuire à l’adversaire se traduit aussi jusqu’à un certain point par la sévérité de la sanction prévue. Mais peut-on se servir de l’échelle des nationaux-socialistes comme indice de résistance ? L’appareil de répression de cette dictature était arbitraire, et beaucoup d’innocents qui n’avaient jamais commis d’actes de résistance furent ses victimes. Et il est aussi difficilement supportable de distinguer parmi les victimes des nazis ceux qui auraient « mérité » la répression et les autres, que d’évaluer une action comme acte de résistance en fonction seulement de la menace ou de la réalité de la sanction.

  • 37 Arnaud (2006), p. 1366.

110Les comportements décrits précédemment comme des « éléments d’opposition et d’insoumission » forment donc, selon ces critères, un ensemble hétérogène englobant le manque de zèle et la moquerie, la plupart des aides à l’évasion de prisonniers de guerre, l’acte d’insoumission délibéré, le sabotage industriel, la grève politique, de même que la résistance au sein de structures organisées appartenant à la Résistance au sens restreint du terme. Selon les calculs de Patrice Arnaud, ils comptent pour un tiers dans les délits politiques pour lesquels des tribunaux condamnèrent des civils.37

  • 38 Cf. la vaste étude sur cette question par Arnaud (2006), p. 1449-55.
  • 39 Herbert (1985) cite le groupe BSW qui comptait seulement des civils soviétiques (p. 317) et donne q (...)
  • 40 Arnaud (2006), p. 1456-60.
  • 41 Ibid, p. 1460-1487.
  • 42 Ibid., p. 1482-8.

111Nous avons déjà vu que les « véritables » sabotages (non le travail au ralenti ou négligé) et le refus de travail collectif étaient plutôt rares.38 Les organisations de résistance parmi les requis français ont été ultra-minoritaires, mais ont existé.39 Patrice Arnaud cite un premier groupe communiste, créé en 1942 par des Allemands sous le nom révélateur d’« Union Européenne », auquel participèrent des travailleurs étrangers, français et soviétiques notamment.40 D’autres groupes de résistance internationale (souvent composés surtout d’Allemands, de Russes et de Français) ont existé à Zwickau, Chemnitz et Jena, à l’initiative de la Résistance allemande. Des Français ont créé des structures de résistance locales propres, par exemple à Munich et à Vienne et même en Norvège.41 Enfin, l’existence d’un maquis de travailleurs forcés français est mentionnée en Slovaquie.42

  • 43 Cf. Boulligny (2007).

112Plus rares encore que cette résistance organisée, souvent franco-allemande ou internationale, étaient les contacts avec des réseaux français.43 Le « Manuel du déporté en Allemagne » (cf. annexe, document 2.34), non daté mais vraisemblablement du milieu de l’année 1943, est pratiquement la seule référence à ce sujet. Cette brochure de huit pages diffusée par la résistance gaulliste contient des instructions détaillées pour l’action : outre le sabotage industriel sous toutes ses formes, il recommande une action commune internationale dans les entreprises ainsi qu’une prise de contact avec les prisonniers de guerre français, les adversaires allemands du régime et les femmes de soldats qu’il s’agissait de monter contre Hitler. L’éventail des actions proposées allait du manque de zèle jusqu’à la recommandation de passer les traîtres par les armes. Outre le fait que certaines instructions n’étaient à l’évidence pas applicables, au point que l’on peut douter de la connaissance par les auteurs de la réalité en Allemagne, elles ne sont pas un indice de l’existence de relations entre les travailleurs civils français et les mouvements de résistance en France, tant que l’on ne saura pas dans quelle mesure ils connaissaient cette brochure. Or, aucun des témoins interviewés n’a jamais eu l’occasion de voir quelque chose de semblable.

113La résistance communiste, qui s’efforçait d’empêcher le départ des appelés pour l’Allemagne, n’exporta pas ses structures en Allemagne, bien que de nombreux travailleurs aient dû y partir au début des réquisitions. L’idée des catholiques d’envoyer en mission secrète en Allemagne certains des leurs pour agir auprès des travailleurs n’avait pas été imitée par les organisations de résistance issues du mouvement ouvrier. Mais parmi ces travailleurs, il y avait des communistes qui se comportaient comme tels dans le pays ennemi, tout en agissant individuellement, de leur propre chef.

114Un monde séparait donc la Résistance, de plus en plus structurée en France, et les Français enfermés dans la gueule du loup. Les travailleurs civils dans les camps et les entreprises écoutaient de plus en plus les émetteurs alliés, surtout la BBC. Elle a multiplié, à partir du milieu de l’année 1943, les appels aux prisonniers de guerre et aux travailleurs étrangers à se transformer en une « 5e colonne ». Mais peu, sans doute, y ont donné suite car ces appels à des actes de sabotages risqués et à la résistance ouverte, comme dans les instructions du Manuel déjà cité, ont dû leur apparaître inadaptés à la situation. L’écoute de la BBC servait d’abord à s’informer du déroulement de la guerre. Georges T. se souvient même des tracts lâchés par les alliés vers la fin :

Georges T. : Ce dont je me souviens un peu à la fin c’est que, les… les Anglais, là, ou les Français, je ne sais pas trop, euh lâchaient des tracts. […] Les tracts, vous savez, ah oui, disant : ça y est, la fin de la guerre approche, euh, les Allemands sont vaincus etc., parce que c’était pour impressionner. C’était aussi en allemand, et en français, c’était pour impressionner les… les civils pour leur dire, ça y est, hein, alors ça, là, on tapait des mains, ça nous, ça nous faisait plaisir, hein, mais ça, parce que évidemment, on était quand même, on était quand même restés un peu à dire, euh, vivement la fin de la guerre, qu’on rentre chez nous, et puis, que les Allemands soient aplatis, ça c’est… (rire) vous savez, c’est… […]. Moi personnellement, j’ai voulu la mort de… personne, mais je n’avais qu’une hâte, c’est rentrer en France. Comprenez bien, et que la guerre s’arrête, forcément. D’ailleurs, d’ailleurs vous savez, euh, mais je vous dirais, quand même, quand je suis rentré en France… on m’a dit de Gaulle, de Gaulle, mais on le connaissait à peine, là-bas ! Catroux, le fameux général Catroux, jamais, jamais entendu parler !

115Les adversaires allemands du régime, eux aussi, donnaient des nouvelles à leurs collègues français :

Robert G. : Surtout le travail de nuit, je me rappelle toujours que, euh, il y avait un Allemand, il avait été, il n’était pas parti au front ni rien, parce que certainement qu’il devait être… Il était âgé d’abord un peu et puis, peut-être… je sais pas s’il n’avait pas, au point de vue physique ou quoi, il avait quelque chose, et on a appris, il était à une, à une perceuse, Bohrmaschine, hein, et on allait le voir parce que… il était communiste. Alors ça, je sais pas comment ça s’était dit, il avait des idées communistes. Et ce, ce type il écoutait Londres. […] Alors, on allait le voir, il fallait être très prudent à l’usine, la nuit c’était surtout, en plus, mais enfin quelquefois il y avait pas une pause comme ça, alors et lui, il travaillait, il perçait, puis, en même temps, il nous disait, enfin, on comprenait, on se, il se faisait comprendre, il ne savait pas parler français, mais il nous disait que Londres avait dit ça, ça et ça. Alors donc il écoutait Londres.

116Dans d’autres cas, on organisait en cachette l’écoute d’un poste de radio, parfois même en se mettant d’accord entre étrangers de différentes nationalités.

H. B.-S. : Donc vous avez dit que vous écoutiez la radio anglaise dans le bureau du directeur ?
Paul T. : Dans le bureau du directeur, oui. À tour de rôle, les différentes nationalités écoutaient, nous avions fabriqué de fausses clés…
H. B.-S. : Ah, d’accord !
Paul T. :…et nous écoutions la radio dans le bureau du directeur. Alors, il y avait tout un système de protection, des sentinelles, si vous voulez, à l’extérieur, qui permettaient de ne pas nous faire surprendre. Alors là, nous suivions les informations et après, ben, chacun les diffusait auprès des uns et des autres.
H. B.-S. : Enfin, ça supposait quand même une sorte d’organisation !
Paul T. : Ah oui, il y a eu une organisation, là. Et nous avions failli nous faire prendre une fois, je me souviens, c’était au moment de l’offensive allemande dans les Ardennes ( ?). Le fils du directeur avait été porté disparu, puis il l’avait appris, lui, à l’auberge où il prenait ses repas, à côté de l’usine, et dans la nuit, il est venu pour téléphoner, et là, il s’en est fallu de quelques minutes…
H. B.-S. : Oui, oui, j’imagine, oui.
Paul T. : Et une autre fois, toujours au sujet de ces écoutes, la clé que nous avions fabriquée, en fermant la porte, s’était cassée, elle était fabriquée avec du métal léger, nous travaillions pour la fabrication de pièces d’avions, elle s’était cassée, puis elle est tombée à l’intérieur. Alors comment faire pour la récupérer ? Alors, c’est une Russe ou une Polonaise qui faisait le ménage du bureau, qui a vu ce morceau de clé, qui l’a mis dans sa poche et elle dû comprendre de quoi il s’agissait. On avait eu très peur aussi.
H. B.-S. : Donc, pouvez-vous me parler de cette organisation, à partir de quel moment ça s’était fait… et…
Paul T. : Oh ben, euh… Je me souviens plus très bien, mais dès le début de 44, dès le début de 44. C’était pas vraiment une organisation, c’était une entente, voyez-vous ?
H. B.-S. : Oui, d’accord, mais…
Paul T. : Les Français écoutaient de telle heure à telle heure, les Polonais de telle heure à telle heure, les Belges de telle heure à telle heure et puis…
H. B.-S. : Mais il fallait mettre ça au point, il fallait être sûr des gens qui…
Paul T. : Ah oui. Mais chacun, chaque nationalité se débrouillait. Hein ? Bon, nous avions nos gardes français qui étaient dehors, il y avait deux ou trois, aux points stratégiques, si on peut dire, qui nous prévenaient en cas de pépin.
H. B.-S. : Et donc, comment faisiez-vous pour transmettre les nouvelles aux autres nationalités… ?
Paul T. : Verbalement. Aux autres nationalités non, non. Chaque nationalité avait…
H. B.-S. : Ses heures d’écoute…
Paul T. : Ses heures d’écoute, oui.

117Ce sont là, dans la plupart des cas les seuls liens avec la Résistance organisée. L’écoute de la BBC en cachette permit la naissance de groupes et de structures clandestins et une prise de conscience chez les travailleurs étrangers – elle peut ainsi déjà être évaluée comme une activité de résistance au sens large. Si le contact ainsi établi avec les organisations de résistance en France était à sens unique et ne débouchait sur aucune action, connaître son existence était déjà un facteur allant plutôt dans le sens d’une dissension voire d’une insoumission, même si cela ne menait pas à une résistance politique délibérée.

118Les exemples cités de railleries et de « piques » témoignent d’une attitude consciemment « résistante », mais causent très peu de dommages à l’adversaire, tout au plus un peu de désagrément pour les Allemands concernés.

119Pour le travail au ralenti, c’est l’inverse : les dommages économiques, bien que difficilement mesurables, étaient sans doute considérables ; mais dans la majorité des cas il y n’avait certainement pas de détermination subjective consciente à faire acte de résistance. La notion de « résistance passive » apparaît appropriée dans la mesure où elle exprime bien la différence avec de la résistance au sens strict du terme, par exemple le « sabotage actif » par lequel une pièce d’usinage est rendue inutilisable, une machine cassée ou la coulée de béton gâchée.

120De véritables refus de travail caractérisés furent relativement rares, comme le prouvent le petit nombre de plaintes des patrons à ce sujet. L’absentéisme était quasiment exclu car la main-d’œuvre était pour l’essentiel hébergée dans le camp, ce qui lui laissait peu de chance de rester chez soi, hormis en se faisant porter malade. Chez les femmes allemandes obligées au service du travail, par exemple, le taux d’absentéisme était beaucoup plus élevé, sans que l’on puisse supposer ici d’acte de résistance.

121Enfin, les « ruptures de contrat de travail » par ceux qui ne rentraient pas de permission et même les tentatives d’évasion, imposant la présence de personnel de surveillance, causèrent certes beaucoup de dommages à l’économie du Reich. Il est incontestable que l’aide solidaire à ces évasions était un acte de résistance. Mais les Français qui tournèrent ainsi le dos au Reich ne devinrent pas automatiquement des combattants résistants, pas plus que les réfractaires qui, en France, avaient réussi à se soustraire à leur réquisition dans le Reich. Des deux groupes, quelques-uns rejoignirent la Résistance en France mais ce ne fut pas la majorité, et de loin.

  • 44 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 78.

122À l’issue de cette analyse des différents éléments d’opposition et d’insoumission et à la lumière des critères nommés au début de ce passage, seules pourront être qualifiées de résistance au sens strict certaines actions individuelles qui émergent. Les comportements relevant plutôt de la résistance passive ou d’une insoumission contenant parfois des éléments de résistance furent en revanche largement répandus. On pourrait retenir la proposition de Gratier qui, au lieu de « résistance », préfère parler de « résistances » au pluriel.44 L’insoumission, l’acceptation partielle et l’accommodement avec la situation n’étaient pas inconciliables et pouvaient exister chez un même individu.

123Et tout ceci n’est-il pas, trait pour trait, à l’image de la façon dont se comporta la population française dans son pays sous l’occupation allemande ? Le degré de « résistance » des Français en Allemagne n’est-il pas bien honorable si l’on pense au cadre étroit de contrôle et de répression où il put se développer ? Pour sauver l’honneur de la réputation des travailleurs civils en particulier, est-il nécessaire de les statufier en héros, en qualifiant systématiquement toutes leurs actions comme actes de résistance ?

124Ils font d’eux-mêmes un portrait souvent plus réaliste que celui qu’élabore la mémoire de groupe officialisée. Georges T. résume une attitude que j’ai retrouvée chez bon nombre de témoins :

Georges T. :… j’aurais honte, j’aurais honte de mentir en disant que j’étais, que j’étais, que j’étais un esclave, que j’étais torturé, que j’étais martyrisé, j’avoue…
H. B.-S. : Cela a dû exister aussi.
Georges T. : Bien sûr, mais mais j’avoue franchement je n’ai pas fait de rébellion non plus, que je n’ai pas fait la grosse tête, que j’ai été docile, que j’ai été, euh, oui, on me dira peut-être que j’ai été un mauvais Français, maintenant, possible, parce que j’aurais peut-être dû, parce que, vous savez, c’est ça, dans les journaux ici, on cite des cas, euh, j’en ai gardé deux ou trois, là, eh bien, euh, de gens qui après la guerre en disant : hein, qu’ils disaient, tout Français prisonnier qui ne s’est pas, qui n’a pas cherché à s’évader au moins trois fois et tout STO est un traître. […] Moi, moi je, je je je n’ai pas de pudeur à le dire, je je je n’ai pas fait de résistance, je n’ai pas été un héros, je, j’ai été un pauv’type, qu’on dit, il faut y aller, tu y vas, si non on va te prendre, on va te mettre en cabane, et tu y vas, c’est tout. Tout. Mais j’ai, j’ai pas trahi mon pays non plus. J’ai pas été un mauvais Français. Mais j’ai pas non plus été un résistant. Ce… faut, faut bien le reconnaître. Si parmi nous, il y a des résistants, ce sont des héros. C’est différent. Mais on a quand même pas droit au mépris non plus.

Notes

1 Birkenholz/Siebert (1942), p. 245.

2 Décret du ministre de l’économie du 5 mars 1941.

3 Rapport Tassigny sur le problème des travailleurs déportés du 7 novembre 1944 (AN F/9/3168).

4 Les plaintes étaient tellement répandues que les Feldkommandaturen en France disposaient de formulaires de lettres de plaintes pour réclamer des versements plus prompts (STB 4,29/1-1313, AN AJ/40/857).

5 Cf. Vittori (1982) : « Ils n’aiment pas évoquer la question du salaire, les S.T.O.. Mais alors pas du tout » (p. 141). D. Veillon pense que le fait même d’avoir perçu un salaire était inavouable vu leur image défavorable dans l’opinion publique (Veillon, 1985, p. 108).

6 Cf. Arnaud (2006), p. 572.

7 Bulletin quotidien d’études et d’informations économiques no 439, 27 octobre1942.

8 Ces différences de salaire sont également constatées par Patrice Arnaud (2002, p. 579-80).

9 Arnaud (2006), p. 585.

10 Pfliegensdörfer (1986), p. 339.

11 Osthold (1942a), p. 931.

12 Décrets du RAM du 4 mars1941 et du 6 mai 1941.

13 Vittori (1982), p. 171.

14 Note de Documentation du « Commissariat Général à la Main-d’œuvre française en Allemagne » du 27 octobre 1943.

15 Lettre de la Délégation officielle française, septembre 1943 (AN 83/AJ/17 Nr.6).

16 Gratier (1990) estime le taux des permissionnaires à 16,5 % (p. 72).

17 Ordonnance brêmoise du 24 mars 1942.

18 « En ce qui concerne les contrats de travail à durée déterminée des travailleurs français, belges, hollandais et norvégiens […], les agences pour l’emploi doivent annuler les contrats arrivés à expiration si le travailleur le demande. Ce décret ne doit pas être publié. » (STB 4,13/1-A. 8. b. Nr.75).

19 Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne, p. 23 (AN F/41/300).

20 Guerdan, (entre septembre 1942 et février 1943), p. 12-3.

21 Le Travail Français en Allemagne, mars 1943, p. 37.

22 Rapport du 26 octobre 1942 (STB 9, S 9-17/11).

23 Werksgeschichte Weser-Flug Bd. 2, (STB 9, S 9-17/17).

24 Chasseigne : Le Travail Français en Allemagne, mars 1943, p. 31.

25 Cf. Hermet (1945), p. 68.

26 Durand (1985), p. 119.

27 Gascar (1967), p. 186-7.

28 Appel de Sauckel publié en 5 langues dans la circulaire du ministre de l’intérieur du 9 septembre 1944.

29 « Dans les récits, les exemples de sabotage volontaires fourmillent au point que l’historien ne peut pas ne pas soupçonner que certains événements ont été exagérés pour servir dans le cadre de la bataille mémorielle sur le travail obligatoire » Arnaud (2006), p. 1451.

30 Hülsdünker (1989), p. 58-9.

31 Vittori (1982), p. 175.

32 Décrets du RAM du 19 décembre1940 et du 9 novembre 1940.

33 Décrets du RAM du 19 août 1943.

34 Rapport de l’agence pour l’emploi de la Basse-Saxe en juillet 1944 (STB 9, S 9-17/10).

35 Osthold (1942a), p. 932.

36 Elsner/Lehmann (1988), p. 209.

37 Arnaud (2006), p. 1366.

38 Cf. la vaste étude sur cette question par Arnaud (2006), p. 1449-55.

39 Herbert (1985) cite le groupe BSW qui comptait seulement des civils soviétiques (p. 317) et donne quelques rares indications pour des Français (p. 4423 et note 204).

40 Arnaud (2006), p. 1456-60.

41 Ibid, p. 1460-1487.

42 Ibid., p. 1482-8.

43 Cf. Boulligny (2007).

44 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 78.

Table des illustrations

Titre 2.27 – Cartes d’emploi à la base « Valentin » de Bremen-Farge, mentionnant les heures effectuées
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Crédits Collection Martin B.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre 2.31 – Prolongation d’office du contrat par la Bremen-Mindener Schiffahrt Aktiengesellschaft du 21 avril 1944.
Crédits Collection Jacques B.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39641/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre 2.32 – Production de munitions chez Engelhardt und Förster.
Crédits Collection Paul T.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39641/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 498k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540