Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La vie quotidienne : au camp, en ville, au travail

Encadrement, surveillance et répression : l’étranger, un ennemi en puissance

Texte intégral

1Ni l’emploi de millions de travailleurs étrangers, ni le fait que l’ensemble de l’économie allemande dépende de plus en plus de ces étrangers ne correspondait à l’idéologie nationale-socialiste. Leur emploi en masse a été décidé lorsque, contrairement aux attentes de victoires rapides, la guerre s’était éternisée, exigeant du pays à la fois un surcroît d’efforts économiques et l’augmentation du nombre d’appels sous les drapeaux.

  • 1 Ordonnance de Martin Bormann sur le rôle du Parti dans la surveillance de la main-d’œuvre étrangère (...)
  • 2 Aide-mémoire secret sur les principes de traitement de la main-d’œuvre étrangère au service du Reic (...)
  • 3 Circulaire de la direction Gestapo de Münster du 19 janvier 1943.

2Dans cette situation d’exception due à la guerre, il fallait bien sacrifier quelques principes idéologiques au profit d’exigences économiques prioritaires. Une ordonnance d’août 19421 y voit une raison de plus pour combattre « la mise en danger considérable de la substance raciale de notre peuple » par « une surveillance renforcée des ethnies étrangères » par la police et le NSDAP. Les relations sexuelles entre des étrangers et des personnes « de sang allemand » sont le premier de ces dangers pour la « race », parmi beaucoup d’autres. « La sécurité du Reich est prioritaire », lit-on à propos du « traitement de la main-d’œuvre étrangère employée dans le Reich ».2 Dans une circulaire de janvier 1943, la Gestapo de Münster écrit qu’il fallait considérer la main-d’œuvre étrangère comme « une composante menaçant la sécurité ».3 À l’occasion, Sauckel admettait même publiquement que les ouvriers étrangers ne soient pas très motivés pour engager sans réserve leur force de travail au service de la victoire finale allemande :

  • 4 Rapport des Bremer Nachrichten du 22 mai 1943 sur un discours public de Sauckel. Il n’y fait aucune (...)

Ce ne serait pas sans inquiétude qu’il se serait décidé à permettre l’entrée des ouvriers étrangers en grand nombre, qui travaillent ici pour nous. Depuis des décennies, la plupart ont été éduqués dans une haine profonde de notre peuple et ils sont en grande partie la proie d’une propagande haineuse infernale. Malheureusement bien peu d’Allemands savent avec quel talent le Juif sait s’y prendre pour attiser la haine du monde contre l’Allemagne.4

3Plus la réquisition forcée durait dans les conditions de la « guerre totale », plus les autorités avaient peur de réactions hostiles. On considérait les étrangers, y compris les Français, de plus en plus comme des ennemis en puissance, enclins à désorganiser la production et de troubler l’ordre public. La plupart de ces craintes s’avérèrent largement exagérées. Elles augmentèrent d’ailleurs au fur et à mesure que la population allemande vit dans l’emploi des étrangers une composante de plus en plus « normale » de son quotidien et que les multiples dispositions visant à empêcher tout contact entre la population et les étrangers – notamment les « travailleurs libres de l’Ouest » – devinrent de moins en moins applicables. Dans les faits, ce n’est pas seulement l’idéologie raciale que l’on devait sacrifier aux nécessités économiques mais souvent aussi la méfiance vis-à-vis des étrangers et des dangers liés à leur présence.

Hiérarchies idéologiques et réalité des statuts

4La classification des différentes nationalités quant à leur statut dans le Reich ne correspondait jamais à la seule théorie raciale, mais était toujours infléchie selon d’autres critères liés à la politique extérieure, par exemple pour ne pas heurter l’allié italien « non-aryen ».

  • 5 Circulaire de la direction Gestapo de Münster du 19 janvier 1943.

5À la fin 1942, le RSHA publia une « différenciation ethnique » des étrangers à quatre niveaux, qui est une sorte de compromis entre les points de vue d’ordre purement raciste et ceux d’ordre politique.5 Les alliés italiens faisaient partie du groupe A ; en revanche, au nom du « Grand empire germanique », le groupe B réunit, sur un critère purement racial, les « peuples germaniques » : Flamands, Hollandais, Danois et Norvégiens.

6Les Français appartenaient, avec les Slovaques, Croates, Roumains, Bulgares, Hongrois et Espagnols à la catégorie C, très diversifiée, des « peuples non-germaniques, avec lesquels nous sommes alliés, ou avec lesquels nous sommes liés du fait de leur importance culturelle et européenne ». Il fallait certes les « respecter », mais ils devaient reconnaître le « rôle dirigeant de la Grande Allemagne » et, « conformément à la nature », ne pas s’autoriser de « liens sanguins ».

7Tout en bas de l’échelle, dans le groupe D, se situent les « membres des peuples slaves non-germaniques », essentiellement Serbes, Slovènes, Polonais et travailleurs de l’Est, mais aussi des Baltes, évalués sur des critères à la fois raciaux et politiques. Pour eux, s’imposent un « encadrement strict » et le « maintien d’une distance particulièrement nette ».

8Sans nul doute, les Polonais et les travailleurs de l’Est, considérablement plus mal traités que toutes les autres catégories d’étrangers, furent les parias de ce système. Leur statut est bien un exemple de la façon dont cette classification s’est imposée contre toute logique économique, sans même chercher à exploiter des qualifications professionnelles.

9En revanche, les distinctions théoriques entre travailleurs de l’Ouest « germaniques » et « non-germaniques », par exemple entre Hollandais et Français, ne jouaient pratiquement aucun rôle. Qu’il s’agisse de leur situation matérielle, leur réputation auprès de la population civile ou des relations avec les femmes allemandes, les étrangers « germaniques » ne jouissaient pas des droits particuliers qui théoriquement auraient dû leur être accordés. C’est plutôt le simple fait d’être étranger qui, aux yeux du parti et de la police, rendait indésirables, voire répréhensibles les rapports personnels avec la population allemande.

10Or, la discrimination des Français en tant que « non-germaniques » ne se manifestait que pour des sujets sans aucun intérêt, comme l’attribution de médailles du mérite. Au cas improbable où ils auraient aspiré à ce genre d’honneurs, il n’était question pour eux que d’une médaille de bronze, créée spécialement pour les étrangers, alors que les « Alsaciens, les Lorrains, les Luxembourgeois, les Baltes » et les étrangers « germaniques » pouvaient, comme les Allemands, recevoir la Croix de Guerre et la Médaille militaire. Même « l’honneur » tout aussi discutable de faire des dons pour des œuvres nationales de bienfaisance leur fut refusé. Le travailleur civil français André P., qui aurait volontiers renoncé à cet « honneur » se souvient néanmoins d’avoir dû apporter son obole lors de telles collectes :

André P. : Mais lorsqu’il y avait une défaite ou quelque chose, eh bien, le dolmetsch et certains Allemands se mettaient à la porte entrebâillée, avec des timbales et des chiens, et il fallait mettre au moins une piécette dans la boîte. Il fallait collaborer à l’effort de guerre. Alors nous mettions des piécettes, pas beaucoup…

  • 6 Mais pourquoi le « sang » des soldats d’occupation allemands n’était-il pas en danger dans des mais (...)

11L’enjeu principal de la politique raciale, au cœur de toutes les dispositions et avertissements du SD sur les « dangers pour la race germanique », résidait dans le risque de « pollution du sang allemand » par des relations entre hommes d’« ethnies étrangères » et femmes allemandes.6 Les prisonniers de guerre français étaient, en principe, passibles de la peine de mort pour de tels « délits contre la race ». Mais comment l’État pouvait-il empêcher ces contacts indésirables entre des femmes allemandes et des travailleurs civils de l’Ouest ? Pour des raisons politiques, on ne pouvait se permettre l’interdiction stricte et les punitions draconiennes appliquées aux travailleurs de l’Est et aux prisonniers de guerre. Une discrimination raciste crue aurait été une sévère entrave, tant dans les rapports avec le partenaire italien que pour le recrutement de travailleurs civils grâce à la collaboration avec le gouvernement de Vichy.

12Dans ce domaine, les autorités allemandes étaient donc contraintes de louvoyer. Les témoins interviewés sont cependant convaincus que de telles relations étaient purement et simplement interdites et certains connaissent des cas où l’Allemande et le Français ont été punis, celui-ci étant dirigé le plus souvent vers un des sinistres AEL.

  • 7 Rapport secret du SD du 8 juillet1940.
  • 8 Rapport secret du SD du 10 juin1943.

13Il semble donc que, dans la pratique et sans que cela ait abouti à une décision formelle, le point de vue des services policiers l’ait emporté sur les égards suggérés par la politique étrangère. Le SD exigeait une intervention musclée de l’État et ne cessait de fustiger le « comportement indigne des jeunes Allemandes face à des hommes étrangers à leur race »7, comportement favorisé notamment par une activité commune sur le lieu de travail et l’estime mutuelle qui en résultait.8 Le danger, pensait-on, venait même plus des Français que des Polonais ou des travailleurs de l’Est :

  • 9 Rapport secret du SD du 29 avril 1943.

Tandis que le Polonais, visqueux, la plupart du temps, rebute les femmes allemandes, celles-ci admirent le Français pour sa galanterie affichée. En plus, ceux-ci savent amadouer les femmes avec du chocolat, des bonbons, du café, des cigarettes, des biscuits et autres choses de ce genre.9

14Pire encore, ils s’en prenaient même à des femmes de la bonne société :

  • 10 Rapport secret du SD du 24 janvier1944.

Même les rapports sexuels ne se bornent pas à des femmes des couches médiocres ou a-sociales, mais ont atteint désormais tous les milieux.10

15En fin de compte, la décision de réquisitionner des millions de travailleurs étrangers était en contradiction avec des aspects importants de l’idéologie nationale-socialiste, mais elle ne signifiait pas pour autant un renoncement à la politique raciale dans le traitement différencié des étrangers. Au contraire, c’est le seul critère de la race qui justifiait la discrimination des Polonais et des travailleurs de l’Est. Globalement, aspects raciaux et considérations d’ordre diplomatique s’entrecroisent dans la ligne directrice de l’État.

16Or, le statut social effectif de chaque groupe dépendait aussi de son prestige dans la population et chez les patrons, sans correspondre toujours aux recommandations officielles sur le traitement des étrangers. La population qui se basait sur des jugements traditionnels ne comprenait pas forcément pourquoi ce qui était sévèrement puni chez les Polonais était toléré chez les Italiens pour des raisons politiques alors que, dans le « ressenti populaire » régnait le même niveau de mépris pour les deux nations.

17À l’inverse, les Français figuraient bien plus haut dans l’estime de la population que sur l’échelle de classement racial. Les patrons avaient une influence décisive sur les conditions de vie des travailleurs étrangers tant d’un point de vue matériel que, par exemple, pour rendre compte à la Gestapo de petits conflits ou d’actes d’insubordination. Or le rendement au travail des étrangers les intéressait bien plus que des considérations d’ordre racial ou diplomatique.

18Les statuts de travailleur civil et de prisonnier de guerre se rapprochent au fil des années du fait des exigences du travail et de l’économie de guerre. Au début, en 1940, un large fossé séparait le statut de « travailleurs libres de l’Ouest » concédé aux Français et celui des prisonniers français amenés comme « butin de guerre » dans le Reich. Il était strictement interdit à ces derniers de fraterniser, de s’asseoir à table avec des Allemands, d’assister à des fêtes ou des services religieux communs et ils ne devaient recevoir que le strict nécessaire en vêtements ou biens de consommation. Mais cette interdiction de tout contact ne fut respectée ni à la campagne ni dans les entreprises, et les Français étaient en général bien appréciés par la population et les patrons. Ceux-ci leur donnaient parfois même des postes à responsabilité et les payaient en conséquence.

19Parallèlement, le manque d’effectifs dans la Wehrmacht avait depuis longtemps conduit de fait à relâcher la surveillance, ce qui aboutit à accorder officiellement aux prisonniers de guerre une plus grande liberté de mouvement. La proposition, à partir de l’été 1943, de transformer le statut des prisonniers de guerre dans l’industrie en statut de travailleur civil, qui allait de pair avec l’octroi de salaires civils et de la liberté de mouvement, se situe dans cette logique. Cette « transformation » qui libéra surtout le personnel de surveillance allemand pour le front leva aussi les derniers obstacles à l’emploi des prisonniers dans l’industrie d’armement ou, plutôt, permit de le légaliser.

20Si, dans cette convergence de statut, les prisonniers de guerre se rapprochèrent des civils en gagnant des libertés, les travailleurs civils français, eux, en perdirent et leurs conditions de vie finirent par ressembler à une captivité. Déjà pour les premiers recrutés, la réalité en Allemagne s’avéra bien différente des brochures idylliques et des promesses des recruteurs, surtout pour le salaire et l’hébergement mais, au moins au début, on leur accordait le droit de prendre des congés et de retourner au pays à la fin de leur contrat. Fin 1942, avec le passage à la réquisition forcée et la prolongation unilatérale des contrats pour ceux qui se trouvaient en Allemagne, la quasi-totalité des Français étaient devenus contraints et l’on pouvait ôter les gants de velours. La vie quotidienne des travailleurs requis fut de plus en plus réglementée et canalisée, des ordonnances pour les camps furent décrétées, la représentation des travailleurs français fut étroitement encadrée au sein de la DAF, la Gestapo reçut davantage de moyens d’intervention dans le camp et l’entreprise, et un dispositif de répression spécifique pour les « délits » des étrangers fut mis en place. Peu à peu, piscines publiques, transports en commun ou abris antiaériens furent interdits d’accès aux civils étrangers, même à ceux de l’Ouest, et l’égalité théorique de traitement avec les travailleurs allemands était vidée de sa substance dans les faits. Dans une situation qui militairement et économiquement s’exacerbait vers une « guerre totale », seul comptait désormais le rendement maximum du travail, qu’il s’agisse des travailleurs civils ou des prisonniers de guerre.

L’encadrement des travailleurs français

21Pour faire face aux « dangers » imputés à la présence des étrangers, plusieurs instances ont agi conjointement au sein d’un système complexe d’encadrement, de surveillance et de répression,. Alors que les prisonniers de guerre étaient placés sous la tutelle de la Wehrmacht, les travailleurs civils, comme tous les autres étrangers, dépendaient pour une part des dispositions du droit des étrangers, élargies et renforcées en 1938, et des possibilités d’intervention de la police des étrangers. Ils faisaient l’objet d’une attention particulière du très ramifié appareil de surveillance et d’espionnage de la Gestapo et du SD, présent dans tous les domaines de la vie.

22De son côté, le gouvernement de Vichy avait prévu des aides matérielles accompagnant l’emploi de ses ressortissants en Allemagne et un service censé les représenter sur place. Les avantages matériels qui devaient encourager la décision d’aller travailler en Allemagne furent mis en place dans le cadre de l’accord conclu avec Sauckel sur la promotion du recrutement de travailleurs civils. Il s’agissait du paiement d’une prime de séparation, d’une aide plus importante à la famille pour les premières semaines d’absence, du versement de 50 % du salaire aux familles, de l’ajournement de tous les dossiers juridiques (par exemple des poursuites judiciaires ou des expulsions), d’une garantie de réemploi au retour, etc. Ainsi pour l’essentiel, les travailleurs acceptant de partir furent placés sur un pied d’égalité avec les soldats du front de l’armée française.

23Ces avantages attribués à l’origine aux ouvriers qualifiés volontaires (loi du 26 septembre 1942 « accordant des avantages financiers aux travailleurs spécialistes qui participent volontairement à la relève ») ne furent pas totalement conservés après le passage à la réquisition forcée. La loi du 1er mai 1943 « relative aux avantages financiers accordés aux Français partis travailler en Allemagne » (AN F/60/410) limitait désormais la prime de séparation et le versement du salaire à la catégorie des ouvriers qualifiés volontaires, qui étaient déjà en Allemagne et, même pour eux, jusqu’au 16 novembre 1943 au plus tard. Pour les prestations des assurances maladie, on en vint également à des restrictions. L’assurance contre des dommages subis par faits de guerre en Allemagne (ce genre de chose a vraiment existé !) dépendait de la stricte observation, par les travailleurs français, des dispositions allemandes de la protection civile, pour ne citer qu’un exemple quelque peu surréaliste. Cependant les avantages judiciaires tels que la protection contre les poursuites pénales furent conservés, accordant même une réelle possibilité de choix : prison ou STO, élargie en 1944 à la réquisition des détenus pour l’Allemagne.

  • 11 Cf. entre autres : Archives Nationales : État général des fonds, t. V, 1940-1958 ; La Main-d’œuvre (...)

24Le Service de la main-d’œuvre française en Allemagne, créé par Vichy le 26 mars 1942 d’abord pour encourager la candidature de volontaires et représenter leurs intérêts, était compétent pour l’ensemble des mesures sociales et politiques concernant les travailleurs. Le 6 février 1943 ce service fut réorganisé et renommé Commissariat général à la main-d’œuvre française en Allemagne, puis devint le 1er janvier 1944 Commissariat général à l’action sociale pour les Français travaillant en Allemagne.11

  • 12 Inaugurée par Pétain le 14 novembre 1942, présidée par Gaston Bruneton à partir du 2 mars1943. Le 5 (...)

25La branche hexagonale, le Comité national des amis des travailleurs français en Allemagne, devait s’occuper des familles en France12, mais son action semble avoir été plutôt modeste. La brochure de propagande « Travailler en Allemagne, c’est gagner sa vie dans de bonnes conditions » évoque comme activité propre du comité cinq foyers (dont un est un château en Gironde, avec photo), pour des enfants dont les pères sont en Allemagne (« Nos ‚ petits‘ sont entre bonnes mains »). Des goûters, des arbres de Noël et des soirées cinéma étaient organisés et les colis pour l’époux travaillant en Allemagne étaient collectés gratuitement à domicile. L’activité des comités décentralisés semble pourtant s’être limitée pour l’essentiel à quelques mois de l’année 1944 et avoir davantage servi à se donner bonne conscience. Son financement reposait d’ailleurs exclusivement sur des dons.

  • 13 12 hommes de liaison avec la DAF furent nommés en juillet 1942 (La Main-d’œuvre française pour l’Al (...)

26Autre organisation créée par Vichy en 1943 en rapport avec l’envoi de travailleurs civils, la Jeunesse ouvrière française travaillant en Allemagne servit de pendant en zone occupée aux Chantiers de la Jeunesse existant encore en ex-zone « libre ». L’Association des anciens des Chantiers servait à envoyer des jeunes travailleurs en Allemagne, dans la mesure du possible en groupes, sous surveillance française et encadrés sur place. À partir de mars 1942, l’encadrement des travailleurs français en Allemagne, en accord avec le Ministère des Affaires Étrangères, fut confié au Service de la main-d’œuvre française en Allemagne, sous la direction de Gaston Bruneton, et sous la surveillance de la DAF (« Front du Travail Allemand »).13 Dès le début, cet organisme français se fixa comme règle de conduite une coopération étroite et loyale avec la DAF :

  • 14 Brochure : « Travailler en Allemagne, c’est gagner sa vie dans de bonnes conditions ».

De cette confiante collaboration résulte une atmosphère de détente où disparaissent les préjugés pour faire place à une mutuelle compréhension, à une estime réciproque qui sont en définitive les fondations de cet esprit européen sur lequel se bâtira un monde meilleur, plus juste, en un mot plus social.14

27Des divergences entre les intérêts des ouvriers français et l’organisme allemand de tutelle n’étaient pas prévues.

  • 15 Ibid.

On le greffa en quelque sorte sur le Front du Travail Allemand, cette organisation gigantesque qui est la fierté de la jeune Allemagne, et, d’un coup, les travailleurs français devenaient les égaux de leurs collègues d’outre-Rhin.15

28Aux yeux des Allemands eux-mêmes, un tel encadrement des ouvriers français n’avait que des avantages, si bien que le 1er février 1943 ils donnèrent le feu vert à la Délégation officielle française en Allemagne. Bruneton fut autorisé à mettre en place son propre réseau régional avec environ 250 délégués. Ainsi il avait réussi, lui aussi, dans son domaine et par une collaboration complaisante, à obtenir la reconnaissance d’une pseudo-souveraineté française, une ligne politique qui reprenait, à petite échelle, celle du gouvernement de Vichy.

  • 16 Cf. aussi Arnaud 1995 et 2006.

29Au fil des années, cette institution de Vichy qui était, dès le début, un enfant de la collaboration et que les Allemands prisaient en tant que courroie de transmission, tombait de plus en plus sous la tutelle inconditionnelle de la DAF, avec qui elle finit par fusionner au niveau de l’organisation.16 À la fin 1944, selon un rapport détaillé du Ministère du Rapatriement,

  • 17 Rapport Tassigny sur le problème « Travailleurs déportés » du 7 novembre 1944 (AN F/9/3168).

les services français n’étaient qu’un prolongement de la D.A.F. […] sans aucune indépendance ni possibilité d’intervenir librement et réellement en faveur des travailleurs.17

30Et Rousso de remarquer :

  • 18 Rousso (1984), p. 340 et 354.

Côté allemand, on s’est dit – comme d’habitude – qu’il est plus facile d’inciter les ouvriers au calme, par le biais d’organisations françaises dispensatrices de bonnes œuvres et de chocolat ; même suspectes, elles sont plus efficaces que les Allemands. […] Les délégués de Bruneton jouent aux petits soldats du Maréchal. Mais, en définitive, ce sont les Allemands qui en bénéficient. En somme, la mission Bruneton satisfait tout le monde : aux Français, du chocolat, aux Allemands de l’ordre.18

31Les interprètes ou les hommes de confiance au sein de cette structure étaient choisis et mandatés dans les entreprises par la DAF, puis intégrés au service Bruneton. Voici le témoignage d’un ancien travailleur civil de Francfort, fin 1944, à propos de ces processus de nomination :

  • 19 Rapport d’un travailleur du STO de Francfort de fin 1944 : « Conditions de vie des Travailleurs Fra (...)

Avant même que les services Bruneton soient à Berlin, les Allemands avaient choisi leurs hommes, des créatures à eux. Ils les avaient installés à la tête des volontaires français puisqu’au début il n’y avait que des volontaires, et ils ont choisi des créatures vulnérables, de basses créatures qui se trouvaient être à la tête de 200, 300, 400 travailleurs. Ces délégués régionaux choisis par la D.A.F. ont été reconnus peu de temps après par les services Bruneton à Berlin ; ils étaient bien obligés, ils se trouvaient en face d’un fait accompli, et si vous le permettez, parce que je le sais de source bien sûre, dans la plupart des villes allemandes les délégations françaises étaient semblables à […] des valets entre les mains de la d.a.f.19

32Le service Bruneton menait ses principales activités dans les domaines que les Allemands lui concédaient, à savoir des activités sportives, culturelles (cours de langue, conférences, bibliothèques) et sociales (soutien aux familles et foyers pour enfants). Quant aux véritables problèmes de défense de leurs intérêts, comme par exemple la suppression des congés et l’allongement unilatéral des contrats, la délégation se contentait d’en prendre connaissance avec une neutralité teintée de regrets. On n’osait même pas nommer l’auteur de ces mesures :

  • 20 Rapport annuel de la DOF d’Oldenburg du 21 janvier 1944 (AN 83/AJ/17 Nr.4).

Le non-octroi des fins de contrat est considéré comme une non-observation de celui-ci.20

33Le véritable enjeu de l’encadrement destiné par ces structures françaises à leurs protégés, sous le contrôle bienveillant des autorités allemandes, était la propagande. Loin d’abandonner complètement ce terrain aux Français, les autorités allemandes se rendirent vite compte qu’il était plus efficace de rester à l’arrière-plan et, éventuellement, de faire passer pour français leurs propres produits de propagande.

Propagande allemande et française

  • 21 DAF-Mitteilungen 5/1944 (STB 4,29/1-1236). Cf. La liste des publications autorisées : rapport final (...)

34La presse française, mise au pas et soumise à la censure de toute façon, était vendue librement en Allemagne. Par ailleurs, à partir de 1942, la DAF avait mis en place, dans les grands camps, des services de commande de presse qui pouvaient livrer selon une liste de l’année 1944, les quotidiens : L’Écho de Nancy, Le Cri du Peuple, L’Œuvre, Paris-Soir, Petit Parisien, Paris-Sports et les hebdomadaires : L’Appel, L’Atelier, Au Pilori, La Gerbe, Gringoire, Je suis partout, Semaine, L’Auto, L’Écho des Sports.21

  • 22 Circulaire de l’administration du Gau Berlin du 8 décembre 1941.
  • 23 La BDIC possède une collection des numéros sortis entre le 4.1.1942 et le 23.7.1944.

35En plus, à travers la DAF, les autorités allemandes menèrent leur propre propagande dans les camps de travailleurs civils, qui laissa volontiers la parole aux ouvriers eux-mêmes, encadrés par la DOF, car ce fut sans doute bien plus efficace que la propagande allemande directe. À partir de décembre 1941, un service en langues étrangères de la DAF publia pour les travailleurs civils des différentes nations, des hebdomadaires « adaptés à la façon de penser des étrangers pour faciliter leur familiarisation en Allemagne et consolider leur confiance dans l’entreprise allemande ».22 Destiné aux Français, Le Pont contenait, conformément aux directives de la DAF, les rubriques suivantes : 1. Nouvelles de la patrie ; 2. Les dernières nouvelles politiques allemandes ; 3. Réglementations importantes au niveau de l’emploi ; 4. Informations sur la politique sociale allemande en général ; 5. Informations relatives à l’emploi ; 6. Le coin de la langue (cours de langue) ; 7. Courrier des lecteurs.23

36Nombre de contributions au contenu plutôt apolitique étaient censées rendre le journal plus distrayant, du moins à ses débuts : conseils de mode pour les Françaises, reportages, descriptions de paysages, informations sportives, critiques de films, caricatures et encarts culturels. Le numéro du 23 avril 1944 imprima même le poème « Je ne suis pas seul » de Paul Eluard ! Avec la mise en place du service Bruneton au printemps 1942, le magazine donna la plus large place aux institutions, amicales et manifestations de cette organisation. Le sous-titre faisait état des nouvelles priorités : L’Hebdomadaire des ouvriers de langue française en Allemagne devint Hebdomadaire de l’Amicale des travailleurs français en Allemagne.

  • 24 Ce Bulletin CITFA ainsi que Le Pont s’y trouvent également, ainsi qu’à l’IHTP.

37À côté du journal Le Pont qui devint de plus en plus l’organe de la DOF, naturellement sous le chapeau et la surveillance de la DAF, il y avait encore un journal d’information français, le Bulletin du centre d’information du travail français en Allemagne,24 publié par le Ministère français de l’Information, et destiné à tenir les employés, les délégués et les personnes de confiance au courant des diverses activités du service Bruneton. À côté des aspects juridiques et administratifs de la vie du travailleur civil, on y traitait de thèmes politiques liés à la collaboration franco-allemande. La teneur politique de ces publications était identique, qu’il s’agisse de produits français ou allemands à peu de choses près. Évidemment, l’éloge des conditions de vie et de travail dans l’Allemagne nationale-socialiste, un thème cher à la propagande nazie en France n’apparaissait pas dans la vision officielle du gouvernement de Vichy, mais Le Pont était, lui-aussi, devenu bien plus réservé sur ce point, puisque ses lecteurs vivaient, désormais dans la gueule du loup, une réalité bien différente.

38Tout compte fait, les Allemands ne cherchaient pas tant à convaincre les Français de l’idéologie nationale-socialiste. Et, plutôt que de soutenir les partisans d’un national-socialisme à la française, ils penchaient en faveur des conceptions pétainistes, considérant que seul le régime en place pouvait garantir l’ordre et la tranquillité, et en faveur de Bruneton plutôt que de l’ultra germanophile Marcel Déat qui en 1944, en tant que ministre du Travail, avait essayé d’idéologiser l’encadrement des travailleurs en Allemagne.

  • 25 Rapport final du MBHF, 1944, p. 76-7 (AN AJ/40/846).

Le travail d’encadrement était de toute façon devenu plus difficile en 1944 […] (sont mentionnées les attaques aériennes faisant des morts, la suppression des congés et du courrier H. B.-S.) Si les Français continuent néanmoins, en général, à travailler dans le calme et la discipline, c’est parce que la plupart croit naïvement que la guerre sera bientôt finie et qu’ainsi la voie du retour à la liberté sera ouverte. Cet état d’esprit demande une caution extrême quant aux tentatives de propagande politique. Il serait en tout cas extrêmement risqué de permettre aux partis et groupes nationaux-révolutionnaires français en désaccord les uns avec les autres, de venir mener librement leur propagande parmi les ouvriers français présents dans le Reich. On ne réussira pas à faire de la majorité d’entre eux, qui attendent calmement la fin de la guerre, des militants politiques voire des soldats engagés volontaires, bien au contraire : de telles tentatives provoqueront les réactions hostiles les plus extrêmes auprès de la partie qui sympathise avec le communisme. Cela fera nécessairement baisser le rendement au travail et augmenter les sabotages et l’absentéisme, et mettra en danger la tranquillité et la sécurité dans le Reich. On ne peut qu’adhérer pleinement à l’avis du commissaire général Bruneton en voyage en Allemagne depuis le 14 août, où il visite de nouveau sans relâche les camps des Français et ses délégués. Selon lui, à l’heure actuelle, c’est avant tout par l’effort permanent de son travail que l’ouvrier français dans le Reich pourra contribuer à la victoire des armes allemandes. C’est plus tard qu’il s’avérera dans quelle mesure les impressions favorables que des centaines de milliers de Français ont reçues pendant leur séjour au Reich pourront contribuer à une entente durable et servir de pilier pour une nouvelle Europe.25

39On ne pourrait le dire plus clairement : la politique officielle de collaboration de Vichy servait bien mieux les intérêts allemands que les pro-nazis et ultra-collaborationnistes français. L’influence idéologique exercée sur les Français dans le Reich était bien calculée et, quoiqu’on en dise officiellement, elle tenait compte d’un état d’esprit hostile aux Allemands parmi ceux que l’on maintenait contre leur gré dans le Reich. En fin de compte, même en matière de propagande, les exigences de l’emploi, de la tranquillité et de la sécurité prenaient le pas sur les questions d’idéologie.

Loisirs organisés

40La déportation en Allemagne, le travail forcé, une surveillance sans faille au camp et dans l’entreprise, comment tout cela est-il conciliable avec l’idée de loisirs ? La question en soi n’est-elle pas déjà scandaleuse ?

41En effet, constamment contrainte de se défendre contre le reproche d’avoir contribué à l’effort de guerre ennemi, la mémoire collective des travailleurs civils, telle qu’elle s’exprime dans leurs associations, a du mal à intégrer des moments de détente et de joie à l’image globale qu’elle véhicule du séjour forcé en Allemagne. Parmi les témoins interrogés, très peu s’expriment spontanément sur cette question et beaucoup se montrent réticents. La plupart n’aime pas regarder de plus près les articles des publications de l’époque que j’avais apportés pour les interviews et qui traitent de manifestations sportives ou de music-hall (cf. annexe, document 2.15).

42Ce serait cependant ignorer complètement un domaine important de la vie, car même malgré les longues journées de travail et les corvées comme le ménage, le linge et la cuisine, il restait du temps pour régénérer la force de travail, en dehors des heures de sommeil. Ainsi, l’attention des autorités se portait sur le temps libre, le soir et le week-end, pour empêcher que ces « dangers » qu’ils appréhendaient pour la « race germanique » et pour la « sécurité publique » ne deviennent réalité. Pour cela, la Gestapo souhaitait que les travailleurs civils de l’Ouest soient incités à passer leur temps de loisirs le plus possible à l’intérieur du camp. Ne pouvant les y enfermer de force, il fallait surveiller et contrôler les locaux qu’ils fréquentaient et, si possible, faire en sorte qu’ils y restent entre eux.

  • 26 « Les Gaue allemands se feront un point d’honneur de régler les conditions de travail des ouvriers (...)

43La tâche d’encadrement de ces travailleurs, qui incomba à la DAF puis, après son institutionnalisation, à la DOF dépendait beaucoup des réalités concrètes de chaque entreprise et chaque camp. En tous cas, le souhait de Sauckel de montrer aussi de beaux paysages aux travailleurs civils arrivant dans leur « Gau parrain » était bien plus qu’illusoire.26

44On pouvait emprunter des livres, des disques et aussi un tourne-disques auprès de la DOF. Il était également possible de se faire envoyer de la lecture de France, à condition qu’elle soit idéologiquement inoffensive. Mais un livre dans le colis envoyé par la famille réduisait d’autant le poids de nourriture et limitait l’approvisionnement.

45Les cours d’allemand qui ne devaient pas seulement servir à occuper les Français et les empêcher « de faire des bêtises » mais avaient des visées idéologiques plus larges, aux yeux des Allemands, rencontraient un certain succès pour l’utilité au quotidien de ces connaissances de langue.

46Alors qu’à la fin 1941 tout contact entre des troupes d’artistes et même toute représentation réunissant travailleurs civils français et prisonniers de guerre étaient encore interdits, il semble qu’à partir de 1943 les prisonniers de guerre transformés aient joué un rôle actif dans l’organisation d’activités culturelles parmi les travailleurs civils français, et surtout parmi les jeunes travailleurs.

Région de Weser-Ems. Section de Bremen

Le samedi 15 janvier, la section de l’Amicale du lager français de Misslerstr. présentait un concert de variétés avec le concours de Mme Jane Monty et de sa troupe, orchestre sous la direction de L […] (Le Pont 30-1-44).

47Le témoin Pierre L., ancien prisonnier de guerre, se reconnaît tout de suite et s’identifie avec le dénommé L. lorsque je lui montre ce rapport.

Pierre L. : Oui, oui… ah, oui, on donnait, nous, avec l’orchestre, on faisait, des, des tournées, là, dans les camps. […]. Alors, on allait jouer comme ça. On allait jouer, je me rappelle, on prenait le train à Hauptbahnhof. Je me rappelle, une fois ça a été la rigolade, alors, les types, en train de jouer dans le train, euh, ça a été… (rire)
H. B.-S. : Vous avez eu l’impression que les Allemands avaient assez de compréhension pour ces activités-là, ils les encourageaient, ou…
Pierre L. : Ah, ils les encourageaient, bien sûr, parce que, bon, euh… ça permet de maintenir les gens, bien sûr, ah oui, oui, oui. Ah oui. Ça oui. Il y avait d’ailleurs des officiers, euh… qui aimaient bien la musique, bon, je les connaissais… On avait même une sentinelle qui était un ténor professionnel. Et moi, je le faisais répéter. Bon.

  • 27 « Les Autorités allemandes nous ont autorisé le recrutement dans les Oflag et Stalag, de Délégués e (...)

48Dans la plupart des grands camps, il y avait au moins un terrain pour les jeux de ballon, parfois même un gymnase. À défaut, on pratiquait des sports moins encombrants, comme le ping-pong, la boxe, l’escrime ou la lutte. D’anciens prisonniers de guerre faisaient fonction d’entraîneurs pour les travailleurs civils.27

  • 28 Décret du ministre de l’intérieur du 24 octobre1942.

49Il est évident qu’en encourageant des activités sportives les autorités allemandes voulaient à la fois satisfaire les besoins physiques des jeunes hommes et contenir leur « virilité » afin qu’ils ne représentent pas un « danger pour la race germanique ». Comme une activité sportive abondante ne pouvait pas anéantir tous les instincts sexuels et que la prescription de médicaments aurait été néfaste au travail, les autorités allemandes avaient imaginé un expédient pour laisser intacte la « race aryenne » : installer des bordels spéciaux pour étrangers.28

2.16 – Activités sportives du dimanche.

2.16 – Activités sportives du dimanche.

Collection Brisset.

  • 29 Rapport du 29 novembre 1943.

50Le SD annonça en 1943 que 60 de ces maisons avaient été installées et 50 autres prévues, et qu’il fallait expliquer à la population qui souffrait de la pénurie de logements la nécessité des dépenses pour ces institutions, en insistant sur l’argument que « la préservation de la pureté du sang allemand était prioritaire et qu’il fallait veiller à ce que l’emploi de personnes appartenant à des ethnies étrangères n’entraîne en aucun cas une dégradation ou même une désintégration du sang allemand ».29

51Tous les travailleurs civils interrogés se souviennent de ces maisons closes où le marché noir et le troc se pratiquaient aussi. Elles étaient exclusivement réservées aux travailleurs de l’Ouest, mais visiblement les travailleurs français avaient aussi accès à des maisons allemandes.

Edgard B. : Au point de vue trafic, il y avait une chose. Il y avait ce qu’on appelait les Puff. […] Et c’étaient des étrangers qui y étaient. Et nous, on y avait droit d’y aller. Et c’était là-dedans que se passaient les trafics. […] C’est là que j’ai fumé ma première cigarette américaine… que j’avais payée très cher ! Vous vous rendez compte, qu’une cigarette, je l’avais payée deux marks et demi. Ça avait fait un sacré budget, dans mon, un trou dans le peu de marks que j’avais.
H. B.-S. : Hm. Puis, il paraît que, dans ces maisons, il y avait aussi des prostituées françaises.
Edgard B. : Ah, des, des, des Françaises. C’était que nous, où on a été, on ne parlait que français. C’étaient des Françaises, des prostituées françaises. […] Il fallait aller, en Allemagne, alors, quand vous allez en ville, il y avait une rue spécialisée… […] Donc, il y avait deux panneaux, comme ça, pour entrer dans ce, dans cette rue-là. Alors, il y avait… les tarifs étaient affichés, aux portes. Alors, plus ou moins vous avez de l’argent, plus ou moins vous avez droit à des personnes… pas trop fanées.
H. B.-S. : Hm… Et donc, là, c’étaient aussi des Françaises ?
Edgard B. : Oui, c’étaient… non, c’étaient des Allemandes. Je parle en 43, là. Hein ? 43, la première année, qu’on pouvait sortir. […] C’étaient des Allemandes. […] Qui automatiquement… Elles étaient, alors ils avaient une avance extraordinaire sur tout, parce que… il fallait tout de suite avoir un préservatif. Ah, ils vous donnaient un préservatif. Enfin, si vous n’avez pas de préservatif, quand vous rentrez, vous payez, vous avez le préservatif, vous étiez lavé, et puis c’était tout, hein, mais si vous ne mettez pas, euh, l’Allemande voulait pas, euh, aller avec vous. […]
H. B.-S. : Et ces Françaises qui y étaient, elles étaient venues de leur propre gré…
Edgard B. : Elles étaient piquées en France…
H. B.-S. : Obligées, ou…
Edgard B. : Obligées.
H. B.-S. : Elles vous l’ont dit ?
Edgard B. : Elles me l’ont dit.
H. B.-S. : Parce que ça, je me le demande, comment elles étaient arrivées là, si elles…
Edgard B. : Elles sont arrivées là-dedans, ils les ont foutues à pleins, à pleins wagons là-dedans, pour pourvoir le, le bien-être des étrangers qui travaillaient en Allemagne.
H. B.-S. : Et elles faisaient déjà le métier en France ? Ou non ?
Edgard B. : Elles faisaient, y en a beaucoup qui faisaient le métier en France. […] Ils les ont toutes piquées sur les trottoirs, ils les ont toutes piquées, là. Et les ont donc conduit (sic) là-bas, les ont foutues là-bas, dans les maisons. […] Et ils ont mis… Elles avaient un tarif, elles avaient quand même un, un statut particulier, elles étaient beaucoup plus… Elles mangeaient bien… euh, sans être considérées… Elles avaient un statut à part. […] Parce qu’elles étaient là pour le bien-être de l’humanité.
H. B.-S. : Hm… Oui, et comme j’ai vu dans les rapports de la Gestapo, elles étaient là aussi pour empêcher que les Français couchent avec des Allemandes.
Edgard B. : Madame, je ne vous le ferai pas dire…

52Et Yves Bertho, en tant que personne qui aurait pu constituer ce prétendu danger pour la « race germanique », commente de façon très pertinente la fonction de cette institution :

  • 30 Lettre du 12 mai 1991.

Mais la plus « merveilleuse » trouvaille de cette tutelle est bien la création de bordels pour étrangers – le concept achevé d’un génie nazi de l’organisation de fermer la boucle où les étrangers seraient enfermés, un « humanisme » national-socialiste pour hommes complets incluant jusqu’à leurs vies sexuelles et très attentif à la valeur prophylactique où des femmes pourraient leur être vendues ; quelles femmes ? des étrangères bien sûr, en retirant sans doute des dividendes financiers étatiques du fonctionnement d’entreprises aussi rentables…30

Répression

53Le dispositif de répression de la Gestapo, agissant conjointement avec les autres instances d’encadrement et de contrôle, inspirait une peur proverbiale. Tout un chacun devait s’attendre, même pour une futilité, à tomber dans les filets des services de répression omniprésents et était à la merci d’un gardien de camp, d’un contremaître, d’un mouchard de la police ou de fonctionnaires de la Gestapo.

  • 31 Arnaud (2006), p. 1127.
  • 32 Ibid.

54Il est impossible d’établir des données précises et des chiffres fiables au sujet de la répression dont furent victimes les travailleurs civils français en Allemagne. L’important chapitre que Patrice Arnaud consacre à la criminalité et aux sanctions décidées par les tribunaux à leur encontre31 montre un large éventail de délits, allant des chapardages, vols alimentaires et de vêtements aux délits de sang en passant par les bandes organisées et le marché noir. Le groupe des travailleurs recrutés sur une base libre vient très largement en tête des statistiques ; cela tient en partie au fait que certains ont bénéficié d’une libération conditionnelle ou d’une remise de peine en s’engageant pour l’Allemagne ou que d’autres, venus exprès « avec l’idée de pouvoir y commettre des actes crapuleux lucratifs »32, faisaient déjà partie de milieux criminels en France. À mon avis, cette sur-représentation peut être largement imputée aussi au fait que le groupe de « volontaires » se recrutait dans une frange de la population plus précaire que les requis, plus représentatifs de la moyenne sociale avec une composante prononcée d’ouvriers industriels.

  • 33 Ibid, p. 1573.

55Les condamnations prononcées par les tribunaux spéciaux ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Les nombreuses sanctions appliquées dans les entreprises (retenues de salaires, privation de nourriture, mutations par exemple) n’ont souvent pas laissé de traces d’archives, pas plus que des mesures aussi graves que l’envoi dans un des sinistres AEL, effectué sans jugement formel. Patrice Arnaud estime que 30 à 50.000 travailleurs français y furent internés et qu’un millier environ n’y aurait pas survécu, mais, à certains endroits et à certains moments, la mortalité pouvait atteindre des taux bien plus élevés encore.33

  • 34 Boulligny (2004) et (2007).

56Selon les travaux d’Arnaud Boulligny34, parmi les plus de 7000 Français arrêtés en Allemagne et internés dans un camp de concentration (qui y représentent un dixième des 63.000 Français) et se composent d’un tiers de « volontaires », d’une moitié de requis et d’un cinquième de prisonniers de guerre, neuf sur dix le furent pour actes jugés – à tort ou à raison – comme anti-allemands, souvent sur dénonciation, la plupart d’ailleurs à partir de 1944. Plus de la moitié des délits concernait les refus de travail et les actes de sabotage, un quart la propagande anti-allemande, comprenant des propos ou gestes et l’écoute de la radio alliée.

57L’arbitraire du système de répression est frappant. Toute bagatelle ne donnait pas forcément lieu à poursuite tant que les décisions relevaient des responsables du camp ou des supérieurs dans l’entreprise, et non de la Gestapo. De même l’appréciation d’un fait identique et sa sanction étaient variables. Bien plus, les étrangers ne bénéficiaient d’aucune protection légale et leur vie ne valait pas cher. Des témoins se souviennent de Polonais, de travailleurs de l’Est et d’internés militaires italiens qui n’avaient pas survécu aux mauvais traitements et aux brimades de leurs surveillants, sans que la justice soit jamais intervenue.

  • 35 Cf. Herbert (1985), p. 329.

58Par le décret du 1er novembre1944, le RSHA autorisait par écrit et officiellement la Gestapo locale à procéder à des exécutions sommaires. Ce genre d’ordres avait déjà été donné oralement depuis longtemps.35 La pratique commença à se développer à l’automne 1944 dans les grandes villes. Elle concernait toutes les « ethnies étrangères », même si dans les faits les travailleurs civils de l’Ouest et les prisonniers de guerre bénéficiaient d’une plus grande protection contre les exécutions sommaires et les assassinats.

59L’exemple suivant ne permet pas de conclure que tous les travailleurs civils étaient hors la loi et que de tels évènements étaient monnaie courante. Mais le fait qu’ils étaient possibles a dû faire perdre à tous ceux qui en furent témoins toute éventuelle illusion sur leur protection.

Yves Bertho : Noël a été fêté, aussi, il y avait de gâteaux supplémentaires, mais alors là, je peux vous donner une histoire… Là, dans notre lag, le, le Lagerführer, il s’appelait Meyer, et… la veille de… de 1944, de Noël 1944, il a abattu… un Français, euh, à coup de révolver, là, il l’a tué… d’ailleurs il a été… il a été, comment…
H. B.-S. : Pour quel motif ?
Yves Bertho : Ah ben, c’était une tête dure, il refusait de travailler, et tout ça, mais c’était un type qui était très, lui-même très violent, hein, il devait venir de, de Bordeaux, et, euh, de toute façon, il l’a, il l’a poursuivi… il l’a poursuivi, il l’a abattu là, autour de, autour de l’usine. Bon. Et alors je sais que ce c’était juste la veille de Noël, et que tous les Français ont, ont refusé les allocations de, de pâtisseries et de tout ça, de Zusatzkarten qu’on devait… qu’on devait avoir, hein, qu’on profitait du camp, enfin, bref, ça n’a pas d’importance. Là, il y a eu ça, hein, le type s’appelait Meyer…

60Dans ce cas, on réussit à incriminer le meurtrier, les Français l’ayant eux-mêmes livré aux Anglais, mais combien d’« exécutions « sommaires de ce genre sont-elles restées impunies ?

  • 36 Colombet (1989), p. 68.

61Colombet évoque aussi une dispute lors de travaux de réparation d’un pont à la fin de la guerre, au cours de laquelle deux Russes, un Français et un Hollandais furent exécutés sur le champ.36 Il s’en est fallu d’un cheveu que Lucien L. subisse le même sort quelques jours avant la fin de la guerre :

Lucien L. :… On faisait des tranchées. Alors, là, il a failli, il a failli m’arriver une histoire assez grave, moi. Ça s’est bien terminé, mais après quand j’y repensais, j’ai, enfin, plus maintenant, mais j’ai eu des frissons dans le dos, hein. Voilà, euh, donc, on creusait, et puis, il y avait cette fois-ci, un, euh, un officier allemand, ou un sous-officier, je ne sais pas, moi, m’enfin un gars d’un grade, quoi. Il me dit : tu vas pas bien vite, hein, il me dit, puis, j’ai dit : si je ne vais pas vite, tu n’as qu’à prendre la pelle… (rit) Quand j’ai dit ça, il n’a pas été content. Il m’a poussé, il m’a poussé d’un coup d’épaule, moi, je suis tombé dans le ruisseau. Puis, j’ai vu qu’il cherchait son, son arme. Me v’là mal parti, alors, je suis remonté, là, puis lui, il s’est calmé, il s’excusait, euh, il s’excusait, bon ben, je me suis un peu excusé aussi, et puis, j’ai repris ma pelle et puis j’ai continué, hein, voilà, bon. Mais enfin, il a failli me tirer dessus et, hein, ça aurait été malheureux, de finir à, trois quatre jours, là, avant la, la fin de la guerre.

62Ce contexte d’arbitraire sans critères ni instances, qui se manifesta surtout à la fin de la guerre, échappe à la voie institutionnelle qui valait pourtant pour la grande majorité des sanctions. Au plus bas de l’échelle, on conféra au personnel des camps et aux cadres d’entreprises une compétence, même limitée, pour infliger des sanctions telles que retenues sur salaires et réductions de rations alimentaires. André P. a conservé la trace écrite de la sanction financière dont il fut l’objet parce qu’à cause d’une blessure il n’avait pas répondu à l’obligation de travailler en plus un dimanche (cf. annexe, document 2.17). En cas de récidive la Gestapo en aurait été informée et ce n’était pas une menace en l’air.

63Le régime nazi avait très tôt, et bien avant l’arrivée des travailleurs forcés étrangers, installé dans les entreprises un système de surveillance serrée qui prévoyait une étroite coopération entre le service de sécurité de l’usine, les SS et la Gestapo, si bien que les travailleurs considéraient l’ensemble du système comme une « Gestapo d’entreprise ». Dès avant la guerre, le fait de « lambiner » au travail pouvait être sanctionné par l’envoi dans un camp de travail. Bien entendu, la Gestapo insistait plus encore sur son droit à l’information et à l’intervention dans tous les domaines quand il s’agissait d’étrangers, d’emblée suspects. Tous les chefs de camps et d’entreprises avaient l’obligation d’informer aussitôt la police et la Gestapo, et la liste des « cas exigeant une intervention immédiate de la Gestapo » était ample et détaillée :

1. Lenteur et paresse au travail.

2. « Évasion » (abandon non autorisé du poste de travail et retour au pays sans congé).

3. Comportement hostile à l’État et actes d’indiscipline à caractère politique, par exemple incitation au sabotage et à la grève, refus de se nourrir, formation de groupes d’opposition, chants anti-allemands, audition de radios étrangères entre autres…

4. Actes d’insoumission et atteintes à la paix sociale dans les entreprises et sur les chantiers.

  • 37 Circulaire confidentielle de la Gestapo Bremen aux chefs de camps et d’entreprises du 10 juillet 19 (...)

5. Toute autre action inadmissible commise par un travailleur étranger, ne pouvant être empêchée ou limitée dans ses conséquences néfastes prévisibles que par l’effet dissuasif ou intimidant d’une intervention policière immédiate.37

64Du fait du manque de main-d’œuvre, nombre de chefs d’entreprises furent cependant peu disposés à coopérer aussi étroitement avec les organes de sécurité dont l’intervention présentait bien plus d’inconvénients que d’avantages pour le travail. En effet, l’envoi dans un AEL, sanction très prisée par la Gestapo, les dépossédait pour un certain temps (parfois même définitivement, à cause de ses incidences néfastes sur la santé) de leur main-d’œuvre, ce qui nuisait à la productivité, du moins quand il ne s’agissait pas d’un saboteur notoire.

65Ainsi, son contremaître intervint en faveur de Robert G. qui eut maille à partir avec la Gestapo, une fois parce qu’on lui reprochait d’avoir facilité l’évasion d’un prisonnier « transformé », rattrapé dans la neige peu avant la frontière suisse, et une autre fois parce qu’il était soupçonné d’acte de sabotage à cause d’une pièce défectueuse. Il échappa de justesse à l’envoi en AEL. Martin B. lui aussi faillit être arrêté par erreur par la Gestapo, pour « lenteur au travail ». Elle s’était déjà emparé de lui et l’aurait emmené si son contremaître n’était pas intervenu à la dernière minute pour clarifier la situation. En revanche pour Edmond T., l’intervention de son supérieur, dont il suppose que c’était un communiste ou un autre opposant au régime, ne servit à rien ; il ne réussit pas à prouver son innocence et fut effectivement interné dans l’AEL de Farge au début 1943 :

Edmond T. : Et voilà. Et puis, un jour, je ne sais pas ce qu’il y a eu. Soi-disant des sabotages, (passage inaudible) qui est arrivé, m’entraîner dans le camp de Farge… […] J’avais le numéro 574, fünfhundertvierundsiebzig, je me le rappelle toute ma vie, parce qu’on a pris d’ennuis terribles de ne pas répondre à l’appel de ce numéro.
H. B.-S. : Et vous étiez en camp de répression, là.
Edmond T. : Oui ! Farge, c’est un camp pour les travailleurs qui faisaient des conneries ou qui ne voulaient pas travailler, certains. Oh, ça a été là. J’avais rien compris. Je suis passé devant une espèce de tribunal. Alors, on m’a dit : vous êtes un saboteur. Oh, j’ai dit, merde, un saboteur, qu’est-ce que j’ai saboté, moi ? On m’a dit de tirer les câbles, de les poser dans l’encoche, là, et je les ai tirés, c’est tout ce que j’ai fait. Mais soi-disant, que c’étaient les Hollandais qui faisaient du sabotage. Je ne veux pas me vanter, j’aurais pu dire en France, après, on m’a arrêté comme saboteur, alors que c’est pas vrai. Il ne sert à rien de mentir.
H. B.-S. : Vous étiez plusieurs dans l’équipe à être condamnés ?
Edmond T. : Non. Non, j’étais le seul. Edmund, l’Allemand, le contre-maître était vachement emmerdé, ouais ! Et lui, j’ai toujours eu l’impression, parce que Brême, je sais pas si vous le savez, c’est un peu comme Marseille ou Bordeaux, il y avait des communistes, là-dedans, et je crois que ce gars-là, il me l’a jamais dit, hein, je peux pas dire qu’il me l’a dit, mais…

66Au camp, il fit la connaissance de Polonais et de Hollandais ainsi que de trois compatriotes qui y moururent tous. Lui-même, après trois mois d’incarcération, ne pesait plus que 50 kg. Victime d’un coup de malchance, un autre collègue de son entreprise fut envoyé aussi dans ce camp parce que, en se penchant par la fenêtre pour suivre un concert militaire, sa tasse de café lui avait échappé des mains et était tombée sur un officier allemand.

67Edgar B. fut interné pour acte de sabotage à l’usine Borgward et son séjour en AEL alimente aujourd’hui encore ses cauchemars :

Edgard B. : Et j’avais un gars de chez Renault, qui travaillait dans ce groupe-là, avec moi, il m’a dit : écoute, je vais te faire voir un truc, ça va être amusant. Tu passes le calibre comme ça, tu vois si ta chambre, si la chambre d’explosion est bonne. Et quand elle sera bonne, tu donnes un petit coup en plus et c’est fini. Ben, je dis, et ça sert à quoi ? – Eh bien, tu fous la pièce en l’air. (rire) Ah, mais j’ai dit, c’est pas bête, ce truc-là. Alors, je faisais tous mes trous, et crrr…, mais quand c’est passé au contrôle, au bout de 150 pièces que j’avais fait, même plus que ça, plus de 200, puisqu’ils en faisaient, des pièces, ils ont voulu savoir, qui c’est qui avait fait ça. Et c’était Monsieur Edgar B […]. Ils m’ont conduit à la Gestapo. Ils ont commencé par m’interroger un peu, mettons, brutalement. Après, ils m’ont flanqué sur une chaise, ils m’ont demandé si des Allemands ou des Français m’avaient conseillé de faire ça. Et j’ai fait l’idiot. Alors, là, vraiment l’idiot. C’est-à-dire, mais si, mais je suis tailleur, moi, j’y connais rien, qu’est-ce que vous me dites, ce truc-là, je connais même pas le moteur. Et comme ça, je m’en suis sorti, avec huit semaines d’Arbeitslager… C’est-à-dire que, pour me punir, ils m’ont envoyé dans un camp de travail pendant huit semaines, j’ai maigri de dix kilos, m’enfin je suis survenu, ils m’ont recollé sur la machine ! (en larmes) Je ne voulais pas, moi. Mais je dis, mais vous vous rendez compte ! C’est grâce à elle que je suis parti dans un camp de travail ! Ils m’ont dit : alors, ça… ou tu repars ! Il a fallu que je recommence.
H. B.-S. : Hm. Vous vous souvenez de l’endroit où vous êtes parti ?
Edgard B. : Euh… l’Arbeitslager ?
H. B.-S. : Oui ?
Edgard B. : C’est à continuer… C’est à cinquante kilomètres de Brême. C’est un camp de travail… On était habillés comme les, comme les déportés. On avait un costume bleu et blanc et on était gardés par… des… Ukrainiens.
H. B.-S. : Ah ?
Edgard B. : Oui, des Ukrainiens, des Waffen-Ukrainiens. Et… qui vous donnaient pas à manger… Et puis qui vous flanquaient des coups de louche sur la tête s’ils trouvaient que ça ne marchait pas bien. C’est tout. Alors, ils nous disaient, travaillez, travaillez, et presque pas à manger. […] C’était du travail de… piocher. Uniquement piocher. Uniquement piocher, on n’savait pas ce qu’on piochait d’ailleurs. On faisait des trous, c’est tout juste qu’il y en avait pas derrière qui les bouchaient. M’enfin, c’était un Arbeitslager. C’était un camp de travail. On voulait me punir d’avoir… fait du sabotage. Gros sabotage, comme ils disaient. Au bout de huit semaines je suis revenu, et je me suis tenu à carreau un peu quand-même, parce que… j’avais pas envie de retourner là-bas.

68L’arrestation de Paul T. en 1945 à Hohenaverbergen montre également que tous les patrons n’étaient pas du côté de « leurs » Français et qu’à défaut d’AEL l’internement pouvait avoir lieu en camp de concentration. Qui sait si la Gestapo n’aurait pas expédié Paul T. à Neuengamme après sa détention préventive à la prison de Verden, si les Anglais ne l’avaient libéré juste à temps ?

Paul T. : Euh, oui. Alors, attendez, c’est assez compliqué, parce que le 3 mars 1945, j’étais arrêté. À Hohenaverbergen. Un samedi, on m’appelle au bureau, j’arrive, et puis il y avait, euh, deux gendarmes présents qui m’ont dit : Préparez vos affaires et accompagnez-nous. Alors, j’ai mis, je suis allé au camp, à la baraque et j’ai mis mes affaires dans mon sac et puis…
H. B.-S. : Vous étiez en train de travailler ?
Paul T. : Oui. C’est ça. J’étais à mon tour. […] Alors, ils m’ont emmené à la prison de Verden et en cours de route, je lui ai demandé pourquoi on m’arrêtait, je n’avais pas la moindre idée, et puis, ils m’ont dit qu’ils ne le savaient pas eux-mêmes. Alors, j’ai été mis en cellule, il y avait déjà un Français et un Italien dans cette cellule, qui sont arrivés que le soir, puisqu’ils travaillaient à l’extérieur. Alors, je suis resté un mois à peu près au secret […]
Et ils me cherchaient, ils m’emmenaient au bureau de la Gestapo à Verden, et puis là, j’ai appris que j’avais été arrêté parce que j’étais suspecté d’être responsable du secteur nord-ouest d’un réseau de résistance. C’était pas ça du tout, c’était un Luçonnais que je connaissais pas d’ailleurs, qui sans m’en avoir parlé, dans une lettre, me désignait comme responsable du secteur nord-ouest de cette association d’entraide entre Vendéens victimes de bombardements. Il s’agissait pas du tout de Résistance. Et puis, en outre, j’ai appris que… j’avais une mauvaise influence sur les Français, je propageais des informations de la BBC, le directeur de l’usine m’avait dénoncé aussi, et bon ben, tout ça, ça faisait pas mal de choses.
Alors, l’interrogatoire a duré une après-midi et puis, la fin de l’interrogatoire, enfin, j’ai appris que d’autres Vendéens avaient été arrêtés. Oui, de toute façon, l’instruction n’est pas terminée, elle est en cours, et vous serez jugé, mais ne vous faites pas d’illusions, ce sera Neuengamme Bon, vous savez qu’à Neuengamme, il y avait un camp de concentration. Alors la police me dit : Maintenant, le tribunal pourrait peut-être, serait peut-être indulgent, si vous vouliez nous indiquer vos camarades, il y a certainement des communistes parmi eux.
Oh ! J’ai dit non. Je dis, il n’y a aucun communiste, d’ailleurs nous les Français, nous sommes tous pour Pétain. C’était pas vrai, ça ne m’engageait à rien. Nous sommes tous pour Pétain. Puis, le, le, l’officier me dit : Même, peut-être pourriez-vous échapper au camp de concentration en vous engageant dans la Waffen-SS. Ah ! J’ai dit : Non, non, non. Il n’en est pas question. Alors, je suis retourné au camp et puis alors là, j’ai fait une bêtise, j’ai demandé à travailler à l’extérieur de l’usine, de la prison, parce que je croyais tomber fou dans cette prison, cette cellule enfermée. Et puis, là, surtout, j’espérais surtout avoir davantage de nourriture. Et puis, en fait, y en avait pas plus, et puis, il fallait travailler, aller travailler à six kilomètres, faire des terrassements, les gardiens étaient en vélos, nous à pieds en colonnes à courir. Ça durait pas mal de temps et puis on attendait l’approche des, de l’armée anglaise. […]
La première personne que j’ai rencontrée, c’était monsieur Witt, le directeur de l’usine, qui est devenu blanc comme un mort, il me dit : Vous, T […], ici ? Eh ben, j’ai dit oui. J’ai… je suis libre.
H. B.-S. : C’était donc bien lui qui vous avait dénoncé…
Paul T. : C’est lui. Alors, je veux dire que j’en ai eu confirmation parce que, après, avec la police militaire anglaise, on a fait, ils ont fait la fouille des bureaux de l’usine, j’étais un guide en quelque sorte et on est tombés sur un recueil des rapports que le directeur de l’usine envoyait à la Gestapo. On savait qu’il était SA parce que tous les samedis, on le voyait défiler. Mais on savait pas qu’il était correspondant. Et il y avait le double d’un rapport qui me concernait. Alors, les soldats anglais avaient donc laissé le livre sur une table, et nous étions suivis par le concierge de l’usine. Et pendant la visite, le concierge de l’usine a fait disparaître le livre, et quand on a voulu récupérer le livre, le livre avait disparu et puis, on a questionné le concierge, il a dit : Non, je n’ai pas touché, j’ai pas vu.

  • 38 Brisset (2008).

69Les témoins sont nombreux à avoir été frappés ou menacés de sanctions, et presque tous se souviennent de camarades victimes de la répression, pris en flagrant délit ou par suite de dénonciations, vrai ou fausses. Les « délits » variaient entre l’écoute de la BBC, des relations interdites avec des femmes allemandes, l’espionnage et, bien entendu, le sabotage. Beaucoup ne survécurent pas à la détention en AEL. Ce fut le cas aussi du camarade d’infortune de Michel Brisset, André, qui avait été interné à l’AEL de Bremen-Farge pour avoir refusé de travailler un dimanche.38 Ceux qui revenaient dans les entreprises après avoir purgé leur peine se gardaient bien de dire un seul mot sur les conditions de détention pour ne pas risquer d’y retourner. Mais pour tous ceux qui eurent l’occasion de les voir, leur apparence seule était suffisamment dissuasive : « Quand le gars est rentré, il n’était pas frais. Il n’avait plus envie de recommencer » (Georges T.) ; « ils étaient méconnaissables » (Robert G.).

  • 39 Rapports hebdomadaires de la Gestapo (STB 3-M. 2. h. 3. Nr.264).

70Pour illustrer l’aspect quantitatif de la répression, citons l’exemple de la ville de Brême. Selon des rapports de la Gestapo, il y eut parmi les travailleurs civils, de la mi-juin à la mi-juillet 1942, 112 arrestations pour des « délits » liés au travail, tels que rupture du contrat de travail, refus de travail et absence au travail. Dans la même période, d’autres arrestations (de une à trois par type de cas) ont été opérées pour les motifs suivants : « violation du règlement intérieur du camp, chant de l’Internationale, pauvreté, outrage à une femme allemande, comportement inconvenant au poste de travail, évasion d’un AEL, perturbation de la paix sociale, aide à l’évasion de prisonniers, coups portés contre un travailleur allemand ».39

71L’examen des vingt-six cas où des Français eurent à répondre de leurs actes devant la cour spéciale de Brême fait apparaître quelques aspects dominants : dans quatre cas, il s’agit de violation de la « loi anti-sournoiserie » (Heimtückegesetz) ; la plupart du temps ce sont des critiques contre les mauvaises conditions de vie, contenues dans les lettres destinées à la famille et punies de cinq à six mois de prison. Dans tous les autres cas, il y a eu vol et pillage, sévèrement punis en ces temps de guerre. Ainsi, le 28 octobre 1942, un travailleur français fut condamné à six ans de réclusion pour avoir dérobé du linge et des vêtements à un camarade lors d’un bombardement et, le 3 février 1944, une Française, dans un cas semblable considéré comme un vol simple, fut punie de deux ans de prison. Deux Français qui en juillet 1944 avaient trouvé des courroies de transmission hors d’usage et s’en étaient servi pour réparer des semelles de chaussures, s’en tirèrent avec une amende de 200 RM. Une telle faute était-elle digne d’être portée devant la cour spéciale de justice ? On peut continuer d’égrener des cas de ce genre : en juillet 1943 il y eut des condamnations de 1 an et demi à 2 ans de réclusion pour avoir conservé des objets trouvés dans les décombres lors de travaux de déblaiement ; en novembre 1943 dix mois de prison pour avoir recherché des objets utilisables dans un tas qui s’était effondré ; en septembre 1944 un mois et demi de prison pour s’être approprié des vêtements d’homme abandonnés dans un grenier ; en octobre 1944 trois ans de réclusion pour un bocal de fraises consommé sur place dans une cave ; en janvier 1943 trois ans de réclusion pour vol à l’étalage détruit d’une boulangerie (de même pour vol de chaussures et de bas à l’étalage d’une boutique de confection) ; en juillet 1944 deux ans de réclusion pour le vol de 8 paquets de cigarettes etc, etc. (cf. annexe document 2.18).

72Quand un accusé avait déjà des antécédents judiciaires, comme ce Français de dix-neuf ans seulement qui avait déjà derrière lui deux séjours en AEL et qui en février 1945 eut à répondre du vol de cigarettes et de tabac dans des bagages non surveillés, sa jeunesse ne le préserva pas d’une peine exemplaire de trois ans de réclusion. Le 25 mars 1944, dans un procès contre onze Français, un Belge, un Italien et une Belge pour une série de vols et cambriolages dans un abri antiaérien et dans des magasins, la peine de mort fut prononcée contre quatre de ces Français, traités de « parasites ». La sentence fut exécutée le 30 juin 1944 à Hambourg. De même, parmi trois Français jugés le 28 mars 1944 pour le vol de 66 lapins et 3 poulets dans des jardins ouvriers, l’accusé désigné comme principal responsable fut condamné à mort et exécuté le 17 mai 1944 à Hambourg. Un Français, condamné à mort le 20 décembre 1944 pour avoir commis (en partie avec un Allemand de ses connaissances) plusieurs cambriolages et vols, essentiellement de denrées alimentaires, n’eut la vie sauve que grâce à la fin de la guerre.

  • 40 Cf. Wrobel (1991) t. 1, p. 30.

73Bref, sur 55 condamnations à mort prononcées par la cour spéciale de Brême, six ont concerné des travailleurs civils français. On reprochait en général aux étrangers, comme circonstance aggravante, d’avoir abusé de l’« hospitalité »40 que leur accordait l’Allemagne, ce qui prend une résonance particulièrement cynique quand on l’applique aux travailleurs requis par la contrainte.

  • 41 Décrets SS des 28 mai 1941 et 12 décembre 1941.
  • 42 Cf. Werner (1981), p. 141.

74Mais les jugements des cours spéciales ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. La détention en AEL, qui sanctionnait les innombrables violations de la législation du travail, n’était basée sur aucune procédure formelle41 et ne figurait pas dans les registres. La grande majorité des détenus dans cette bonne centaine de AEL était des étrangers. Au début la période d’« éducation par le travail » devait durer 6 semaines, puis 56 jours mais il arriva que ce soit 6 mois et plus.42 La décision d’un transfert en camp de concentration était laissée à la seule appréciation de la Gestapo. Les conditions de vie en AEL étaient particulièrement dures, comme il ressort de la déclaration du chef du RSHA, Kaltenbrunner :

  • 43 Cité d’après : Idem, p. 142, cf. aussi VITTORI (1982), p. 198.

Les conditions de vie et de travail des détenus sont en général plus dures qu’en camp de concentration. Ceci est nécessaire afin d’atteindre le but recherché et possible, car le séjour des détenus ne dure en général que quelques semaines, tout au plus quelques mois.43

75Dans la perspective des autorités de sécurité allemandes qui voyaient dans la main-d’œuvre étrangère un risque majeur pour la sécurité, prévention des « dangers » et répression se complétaient. Au niveau des sanctions, il suffisait d’appliquer aux étrangers le dispositif largement ramifié de surveillance et de répression de la Gestapo et de la SS, qui avait déjà fait ses preuves dans la répression du mouvement ouvrier allemand. En revanche, pour la « prévention » et l’encadrement, on avait volontiers recours aux structures françaises, comme la délégation Bruneton, qui servaient de courroie de transmission.

76Autre échelle intermédiaire possible aux yeux de Vichy, le service d’aumônerie fut considéré comme un « risque pour la sécurité » par les autorités allemandes qui l’interdirent. Leur répression en fit un allié objectif de la Résistance.

Aumôniers clandestins

  • 44 Cf. Eickel (1999).

77Après la mise en place de la mission Bruneton, au début 1942, des négociations diplomatiques commencèrent en vue de l’installation d’une aumônerie et l’envoi d’ecclésiastiques français pour prendre en charge les travailleurs civils employés en Allemagne.44

78Ces négociations, menées du côté français par le cardinal Suhard et l’abbé Rodhain, s’éternisèrent et, jusqu’en 1944, traversèrent différentes phases au cours desquelles l’Église française essayait de dissiper la grande méfiance des autorités allemandes vis-à-vis du catholicisme politique.

79La partie française s’efforçait de prouver ses motivations purement spirituelles et son conformisme politique afin d’obtenir la satisfaction de ses exigences et il n’est pas du tout invraisemblable qu’en cas de succès elle aurait joué un rôle favorable à l’intérêt des Allemands. Quand la réquisition d’ouvriers commença, à l’automne 1942 et en 1943 avec le STO, ces négociations encore en suspens contribuèrent certainement à accroître le loyalisme de la hiérarchie catholique envers le gouvernement de Pétain et l’empêchèrent de prendre clairement position contre ces mesures.

  • 45 Cf. Déportation. Cahiers du témoignage chrétien XVII, juillet 1943.

80Contrairement à l’église catholique néerlandaise mais aussi aux protestants français, la hiérarchie catholique française n’eut pas de mots très clairs qui auraient pu aider les jeunes hommes concernés à prendre en leur âme et conscience la décision d’obéir ou de refuser. Seul le cardinal Liénard déclara en mars 1943 à Lille que, dans ce cas, le refus d’obéissance n’était pas un péché. Il ajouta néanmoins qu’il n’était pas légitime de se soustraire à la réquisition par pur égoïsme, car elle tomberait aussitôt sur quelqu’un d’autre.45 Alors que des mouvements scout et quelques ecclésiastiques haut placés, comme le cardinal Gerlier, insistaient sur leur fidélité au maréchal Pétain, d’autres comme le magazine Témoignage chrétien et les voix dont il se faisait l’écho, ne faisaient pas mystère de leur rejet et justifiaient le droit de tout chrétien à la résistance.

  • 46 Ibid.

81En revanche la déclaration commune des évêques en avril 194346 évita avec soin d’évoquer le problème de la décision à laquelle les jeunes hommes requis se trouvaient confrontés. Pleine de sympathie pour les familles concernées, l’église catholique assura qu’elle allait tout faire pour garantir l’encadrement spirituel des requis en Allemagne et invita tous les croyants, dans l’imitation du Christ, à porter leur croix pour le pardon de leurs péchés et à porter assistance à leurs frères en Allemagne le cas échéant.

  • 47 Cf. Cherrier (1978), p. 424.

82La Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC) se chargea particulièrement de cette tâche. Elle rejetait certes sans ambiguïté les mesures de réquisition, mais considérait comme un devoir de fraternité chrétienne que les jocistes concernés ne se soustraient pas à leur réquisition, mais se rendent en Allemagne avec l’intention d’œuvrer, en chrétiens militants, pour leurs compatriotes. Dans les classes d’âge concernées par le STO, il y avait aussi environ 1500 séminaristes et 78 nouveaux ordonnés prêtres47 qui avaient été, dans la mesure du possible, munis avant leur départ d’un bagage liturgique et spirituel.

83En plus de ces catholiques militants expédiés légalement hors de France, requis même, il y avait en Allemagne 273 prêtres prisonniers de guerre qui, suivant la volonté de la direction de l’église, acceptèrent le statut de « transformé » afin de pouvoir assurer une mission spirituelle auprès des civils français.

84Étant donné le refus persistant des autorités allemandes de donner leur accord à la création d’une aumônerie des travailleurs civils en Allemagne, à partir de la fin 1942, et avec l’assentiment de l’abbé Rodhain, les premiers prêtres catholiques arrivèrent en Allemagne sous le manteau de travailleurs civils, bien conscients que toute action spirituelle en direction de leurs compatriotes leur était interdite. Au printemps 1943, un groupe d’environ 26 « aumôniers clandestins » arriva de France pour constituer, avec les laïcs catholiques militants déjà sur place, y compris des Françaises venues en Allemagne pour s’occuper des travailleuses civiles, l’Action catholique en Allemagne.

  • 48 Cf. Exposé du cardinal Suhard aux futurs aumôniers des travailleurs en Allemagne. Notes prises par (...)

85Les consignes données par le cardinal Suhard à ces envoyés qui partirent illégalement pour l’Allemagne en mars 1943 laissent transparaître l’espoir qu’avec le temps ils seraient peut-être acceptés par les Allemands. C’est ce qui ressort des notes écrites à ce sujet par le père Evrard.48 Leur mission comportait cinq objectifs. Le premier était la « mission de salut pour les âmes des ouvriers » :

Il faudra les aider à surmonter les dangers moraux : tous les désordres qui naissaient de l’isolement, les dangers intellectuels : idéologies marxistes ou totalitaires qui peuvent se glisser dans les chantiers.

86Il fallait deuxièmement, dans toutes les situations, représenter le point de vue de l’église catholique « face aux idéologies nazies et communistes » ; troisièmement représenter la France et faire en sorte qu’on la respecte : « Prestige de la France, prestige de la foi catholique : deux choses à rappeler sans cesse aux travailleurs » ; quatrièmement, faire vivre activement la foi tout en respectant la discrétion due aux circonstances ; et enfin le cinquième objectif, « préparer l’avenir », reste quelque peu nébuleux.

87Trois autres consignes définissent la responsabilité des ecclésiastiques envoyés. D’abord, loyauté et stricte neutralité politique : « On ne peut admettre dans cet exercice de votre ministère aucune déviation dans le sens pro ou antiallemand » ; ensuite, prudence et réserve dans l’action : « Vous n’avez pas à les entretenir dans un sentiment d’opposition au travail à accomplir » ; enfin, respecter un mode de vie modeste, conforme à leur condition sociale et à une France endeuillée.

88Munis de telles consignes, ces Français avaient bien autre chose en tête que la provocation ou la résistance à leur arrivée en Allemagne. Dans les entreprises et les camps, ils ont souvent été horrifiés par la saleté et le désordre régnant dans les chambrées de leurs compatriotes, par leur « mode de vie immoral » et par une « irréligiosité » ambiante. La tâche qui leur était assignée, veiller au salut des âmes des travailleurs et les maintenir sur le chemin de la morale et de l’ordre, apparaissait à beaucoup effectivement prioritaire mais représentait une tâche missionnaire gigantesque :

  • 49 Grandmesnil (1947), p. 91.

Le milieu à christianiser était plein d’embûches, matérialiste, surtout à Hambourg, où régnait une mentalité de grand port. Les jeunes français étaient passifs, noyés dans un paganisme sans cesse croissant, seuls, isolés dans des camps où, en vérité, n’existait guère de camaraderie, ils se sentaient perdus dans une masse anonyme et égoïste.49

89En plus, les compatriotes français n’étaient pas toujours reconnaissants pour ce soutien moral et refusaient que l’église s’immisce dans leur mode de vie. Un rapport sur les difficultés de la mission catholique conclut ainsi :

  • 50 Ibid., p. 98.

Le problème fondamental pour les jeunes travailleurs est du reste celui de la question sexuelle et sentimentale. Là-dessus, nous nous heurtons toujours à des difficultés énormes. Beaucoup de jeunes viendraient au christianisme s’ils pouvaient éviter des entretiens sur ces questions.50

90Pire encore, les séminaristes arrachés à leur séminaire pour être requis, et sur qui on comptait pour la création de l’Action catholique, se battaient souvent eux-mêmes, et pas toujours avec succès, contre les tentations morales du milieu social où on les avait jetés ; ils pouvaient aussi rester passifs et indifférents.

91Après ces impressions initiales, inattendues et choquantes pour beaucoup, certains de ces aumôniers réussirent à s’adapter aux circonstances :

  • 51 Vissiere (1988), p. 457.

Évidemment, la religion prenait des formes insolites qui auraient pu choquer les âmes pieuses de la petite bourgeoisie de province : Jean, pour lire l’Évangile, n’avait rien trouvé de mieux que de s’isoler dans les WC – où le contremaître venait finalement interrompre ses méditations.51

  • 52 Klein (1973), p. 290.

92Et surtout, ils vécurent une expérience importante qui leur était jusqu’alors en grande partie inconnue en France au contact de leurs camarades de camp et de travail, car « les requis et les jeunes ouvriers venus au titre du STO donnent une image assez fidèle de la classe ouvrière française ».52

93Le fait que, dans une situation exceptionnelle, ils aient partagé le quotidien des travailleurs, qu’ils aient vécu ensemble dans un espace extrêmement réduit leur fit connaître la réalité de la vie ouvrière. Ils découvrirent que dans l’internationalisme des ouvriers les plus politisés s’exprimait un humanisme qui, même s’il était plus imprégné de communisme que de catholicisme, n’en était pas moins universel.

94Ces expériences allaient influencer profondément le catholicisme français des décennies suivantes. Elles donnèrent l’élan au mouvement des prêtres-ouvriers qui associait l’apostolat chrétien en milieu ouvrier à la condition d’un clergé qui partageait effectivement les conditions de vie et de travail de cette classe.

95Si le catholicisme a ainsi commencé à percevoir différemment le mouvement ouvrier, c’est certainement lié au fait que les aumôniers envoyés en Allemagne, d’abord politiquement neutres et loyaux envers Vichy, furent contraints à l’illégalité par l’attitude des Allemands. En effet, au lieu de la légalisation espérée de leur activité, ils furent l’objet de poursuites et de répression qui, par la force des choses, les mirent en contact étroit avec la Résistance politique.

96Que les prêtres catholiques exhortent leurs compatriotes à respecter l’ordre et la propreté dans les camps, le calme et l’accomplissement du devoir dans les entreprises, ou encore un mode de vie vertueux durant leurs loisirs, n’aurait pu que réjouir les autorités allemandes, en tant que contribution bienvenue à la « défense contre les dangers ». Mais après bien des atermoiements, les autorités allemandes finirent par refuser l’installation d’une telle aumônerie. Désormais, l’envoi de prêtres français, à l’origine prêts à collaborer, ainsi que l’activité de l’Action catholique sur le sol allemand furent considérés par les autorités allemandes comme des actes de résistance politique et, à partir de l’automne 1943, sévèrement réprimés.

97Plus de 400 catholiques militants furent expulsés, certains internés dans les prisons, les AEL et même dans les camps de concentration, très peu réussirent à disparaître à temps. Il est impossible d’avoir une vision quantitative précise du sort de ces nombreux militants de l’Action catholique. Nous savons néanmoins que 24 des 210 dirigeants jocistes qui avaient été déportés dans les camps de concentration de Dora, Dachau Buchenwald et Zwickau ne survécurent pas. Seul le sort du petit groupe de prêtres clandestins « officiels » nous est connu : 7 furent expulsés, 11 déportés dans les camps de Dachau et Bergen-Belsen et 5 purent se cacher. Victimes de la répression nazi, mais aussi d’une fatale sous-estimation du danger encouru de la part de l’Église de France, selon Patrice Arnaud :

  • 53 Arnaud (2006), p. 1481. Arnaud (2006), p. 1481.

Si l’Église catholique apporta, dès 1945, un tel zèle à défendre la mémoire de ces cinquante militants morts pour avoir exprimé leur foi et continue à se battre pour leur mémoire, par une béatification collective de ‘ cinquante martyrs de l’apostolat’(…) c’est sans doute parce qu’elle portait une certaine responsabilité dans leurs arrestations. »53

98Et Pieter Lagrou de trouver la mythologie de « martyrs » largement exagérée :

  • 54 Lagrou (2003), p. 144.

Le fait que moins de cinquante militants catholiques aient été victimes de la persécution au moment où des centaines de milliers de personnes étaient arbitrairement arrêtés, déportées et assassinées, en fait un groupe exceptionnellement bien préservé de la persécution nazie plutôt qu’un groupe particulièrement martyrisé.54

Les contradictions de la politique

99L’attitude de l’État à l’égard des étrangers ne correspondait pas à un concept global défini pour le long terme, mais résultait au contraire d’influences et d’intérêts contradictoires, soumis au fil des années à des variations. De nombreuses frictions prennent racine dans la contradiction fondamentale entre d’une part l’idéologie de la race des « seigneurs » alliée à une conception d’autarcie économique, et d’autre part le fait que la patrie des « seigneurs » devait sa survie au travail de millions d’étrangers. Cette situation, acceptée comme provisoire, s’avérait cruciale en situation de guerre et se traduisait dans de nombreux conflits dont quelques-uns ont déjà été évoqués.

100Ainsi la hiérarchisation basée sur des critères raciaux entre les Allemands et les étrangers des différentes nationalités (cf. p. 126) a été infléchie par des considérations économiques et politiques et réduite, dans les faits, à une répartition sommaire en trois catégories : Allemands – travailleurs de l’Ouest – travailleurs de l’Est. Mais dans le cas des travailleurs de l’Est, la classification raciste de « sous-homme » l’emporta même sur la rationalité économique et le degré minimum d’humanité qu’elle aurait requis.

  • 55 Discours du docteur Mansfeld (prédécesseur de Sauckel) du 19 février1942.

101Il a déjà été question de la mort sciemment organisée de millions de prisonniers de guerre soviétiques, faute de nourriture et de soins (cf. p. 37) Lorsqu’en 1942, du fait de la situation économique, on eut un besoin accru de travailleurs civils qu’on alla réquisitionner à l’Est, les responsables de la propagande furent contraints d’atténuer quelque peu le discours sur l’infériorité des peuples de l’Est qu’il s’agissait de germaniser ou d’exterminer, et d’accorder davantage d’importance à leur survie : « Il est stupide de transporter cette main-d’œuvre dans des wagons de marchandises ouverts et sans chauffage, pour ne décharger que des cadavres sur le lieu d’arrivée. »55

102Sauckel poursuivit cette ligne et, à l’été 1943, les autorités chargées de la main-d’œuvre furent instruites

  • 56 Cité d’après Osthold (1942a), p. 1.

que l’appartenance à l’entreprise, même quand il s’agit de la main-d’œuvre issue des territoires occupés de l’Est, prisonniers de guerre ou travailleurs civils, requiert la satisfaction la meilleure possible, selon les circonstances, de leurs exigences justifiées. […] Car le dernier et seul critère qui soit indiscutable pour l’efficacité de ces mesures et leur influence sur l’état d’esprit et l’attitude de la main-d’œuvre étrangère, est d’une importance capitale au niveau de la politique d’armement, et ce critère c’est la productivité des travailleurs de l’Est.56

103Et voici les recommandations d’un syndicat d’artisans et chefs d’entreprises en août 1943 :

  • 57 Lettre du syndicat des artisans de Brême aux sociétaires du 10 août1943 (STB 7,1066-272).

Tout homme, même le plus primitif, possède un sens aigu de la justice. Tout traitement injuste a de ce fait des effets désastreux. […] D’êtres humains que l’on caractérise comme bestiaux, barbares et sous-hommes, on ne peut exiger de hautes performances.57

104Il serait cependant exagéré de conclure à une amélioration décisive des conditions de vie des travailleurs de l’Est. Les autorités allemandes de sécurité continuaient à s’opposer fermement à toute tendance visant à placer sur un pied d’égalité les travailleurs de l’Ouest et ceux de l’Est en aggravant le statut juridique des travailleurs polonais et de l’Est. La réalité matérielle, elle non plus, ne correspondait absolument pas aux appels à nourrir à sa faim une main-d’œuvre dont on attendait du rendement. Les archives livrent à ce propos des correspondances explicites : les entreprises se plaignent de se voir attribuer une main-d’œuvre complètement affaiblie et malade, incapable de fournir un effort ; or, selon leur logique, qui ne travaille pas, ne doit pas non plus avoir à manger ! Et le président de l’office du travail de Weser-Ems de rappeler, à l’adresse des chefs d’entreprise qui pêcheraient par un humanisme exagéré :

  • 58 Lettre du 8 février 1944 (STB 4,29/1-1236).

Tout chef d’entreprise devra particulièrement considérer le fait qu’il n’est pas concevable de continuer à nourrir une main-d’œuvre étrangère aux frais du peuple allemand sans qu’elle ne fournisse un travail à plein rendement vraiment nécessaire à la guerre.58

105En effet, l’alimentation des Polonais et des travailleurs de l’Est resta tout aussi insuffisante que leurs salaires qui, en pratique, étaient encore inférieurs aux taux officiels. Le traitement qu’ils subissaient était aussi en général imprégné de mépris et de racisme aveugle. Pour les travailleurs de l’Ouest en revanche, le calcul du rapport « qualité-prix » était un peu plus complexe. Les performances d’ouvriers qualifiés, très demandés par l’industrie d’armement, ne pouvaient être obtenues sous la seule contrainte mais supposaient une motivation au travail et une disponibilité à coopérer, ce qui exigeait un minimum de bons soins et de considération sociale. La transformation du statut de prisonnier de guerre en statut de travailleur civil et l’introduction de salaires au mérite pour eux aussi allait dans ce sens.

106Les travailleurs civils français jouissaient de la relative libéralité du statut de « travailleur libre de l’Ouest » (officiellement apparenté à celui des Allemands) qui servit de base au recrutement de volontaires entre 1940 et 1942 (cf. p. 126) Les réquisitions forcées qui suivirent ne pouvaient entraîner un brusque changement de ce statut sans faire de dégâts dans les rapports avec Vichy. En dehors du fait que la situation du travailleur allemand sous le national-socialisme n’était pas spécialement enviable, quantité de mesures vidaient de facto de plus en plus cette égalité de son contenu : interdiction de relations avec les femmes allemandes, extension du contrôle et de la surveillance à tous les domaines de la vie, limitation de la liberté de déplacement, blocage des congés et prolongation obligatoire des contrats de travail.

107La place réelle des Français dans la hiérarchie des travailleurs, par rapport aux parias polonais et travailleurs de l’Est d’une part, et par rapport aux Allemands d’autre part, résulte de tendances et d’intérêts contradictoires. Dans les entreprises on tendait à marquer plus la différence entre travailleurs de l’Ouest et de l’Est que celle entre travailleurs de l’Ouest et Allemands. Alors qu’il n’était pas rare que des Français soient les supérieurs hiérarchiques des Russes, les autorités insistaient auprès des entreprises pour veiller à ce qu’ils ne soient jamais placés au-dessus d’un Allemand, même dans une situation où les appels sous les drapeaux avait vidé les entreprises d’hommes valides.

  • 59 Lettre confidentielle de Sauckel aux chefs d’entreprises du 13 novembre 1943.

En toutes circonstances il faut éviter une évolution qui permettrait à la main-d’œuvre étrangère d’accéder à des postes de direction et d’avoir des travailleurs allemands sous ses ordres. On ne peut prévenir une telle évolution qu’en effectuant immédiatement une sélection et un examen de la main-d’œuvre allemande pour savoir si elle est adaptée à des tâches de direction vers lesquelles elle serait ensuite orientée de façon adéquate.59

108L’exemple montre bien à quel point, vis-à-vis de la population, cette volonté de traiter sur un pied d’égalité travailleurs étrangers et travailleurs allemands a pu mettre le régime dans l’embarras, et la façon dont la contradiction fondamentale évoquée ci-dessus s’est manifestée au quotidien.

109L’exemple suivant illustre la difficulté des autorités de trouver un compromis entre le désir de maintenir les étrangers à distance de la population et la nécessité de contenir les pulsions racistes et xénophobes dans les limites imposées par la production de guerre.

110Le journal Bremer Nachrichten du 28 novembre 1941 (cf. annexe, document 2.19) manifeste sa joie et sa satisfaction devant ces millions de « travailleurs invités » volontaires en Allemagne, « témoins d’une nouvelle ère sociale » et incarnation d’une « coopération européenne dans une lutte acharnée pour la liberté ». Il faudrait évidemment les traiter à égalité car après leur retour ils devraient être les « porte-parole convaincus du progrès social en Allemagne ». Or, cette façon de présenter les choses ne prenait certainement pas en compte les attentes – auparavant suscitées par le régime – d’une partie de la population qui entendait récolter les fruits des victoires à l’Ouest et comprenait mal pourquoi les vaincus devaient être courtisés ainsi, comme des amis européens bienvenus. De tels articles mécontentaient aussi les instances de sécurité qui s’efforçaient inlassablement de maintenir la distance entre les Allemands et les membres de « races étrangères », dans une obsession permanente de préserver la « pureté de la race » Leurs plaintes pour « comportement indigne » de femmes et de jeunes filles allemandes étaient monnaie courante (cf. p. 121)

111Dans une note confidentielle du Ministère de la propagande du Reich de mai 1942, l’idée de coopération européenne était associée au rôle particulièrement important de la race allemande :

  • 60 Circulaire strictement confidentielle du ministère à la propagande du 11 mai 1942.

En même temps nous considérerons tous les travailleurs qui en Europe s’unissent à nous pour mener à bien cette tâche comme des aides bienvenues que nous estimerons et apprécierons selon leur attitude et conduite. Mais ce faisant, tous les Allemands, où qu’ils travaillent, ne doivent jamais perdre de vue le fait que, sans notre apport, personne au sein de l’espace vital européen ne serait capable de mener ce combat pour la liberté. C’est pourquoi il faut éviter une trop grande familiarité qui serait contraire au devoir de dignité. Il ne faut pas dépasser les limites d’une communauté de travail correcte, dans laquelle tout Allemand doit demeurer conscient de la valeur particulière de sa nation.60

112« Des aides bienvenues », qui « s’unissent à nous » au sein d’une « communauté de travail » ? Ce n’était pas du tout au goût du SD, mais comme il ne pouvait pas l’exprimer ouvertement, ses rapports prenaient amplement appui sur les avis de citoyens allemands qui ressentaient la présence des étrangers comme pesante et gênante :

Outre une apparence peu soignée, malpropre et négligée, c’est une attitude insolente et arrogante qui déclenche un profond mécontentement dans la population qui se sent ainsi entravée dans sa liberté de mouvement (25 mai 1942).

Ainsi dans tout le territoire du Reich déplore-t-on régulièrement que des étrangers puissent être en présence de citoyens allemands dans les salles d’attente des médecins. Pour la population allemande, ce n’est pas seulement indigne de devoir être assis dans une pièce durant des heures à côté d’étrangers souvent malpropres, mais surtout elle craint les risques de contamination (30 juillet 1942).

113Rarement, le bouclier de la « vox populi » derrière lequel le SD mène ses propres attaques est si transparent que dans le cas suivant où il prend la presse pour cible :

La presse […] ces derniers temps s’est occupée plus souvent des travailleurs étrangers employés dans le Reich. Les rapports parvenus font état de fortes discussions dans la population allemande sur la façon dont la presse traite de ce thème. De nombreuses déclarations laissent entendre que les citoyens allemands se montrent peu compréhensifs envers une certaine mise en vedette des travailleurs étrangers et ne comprennent pas la nécessité d’une campagne de propagande. […] Les lecteurs qui reconnaissent en soi la valeur de ce genre de publications insistent sur le fait que souvent s’expriment des tendances « hautement sentimentales » dans ces articles. Ils seraient ainsi capables d’influencer le comportement de notre population envers les travailleurs étrangers au point d’aller à l’encontre des directives émises jusqu’alors par les instances responsables. (6 janvier 1944).

114Les deux attitudes étaient en effet présentes dans la population : celle que les services policiers qualifieraient de « fraternisation indigne », mais aussi des réactions hostiles à la présence massive d’étrangers. Ces dernières venaient de ceux qui considéraient qu’ils étaient privés des privilèges dus à la « race des seigneurs » ou de ceux dont les propres maris, fils, frères, etc. tombaient au front, alors que les étrangers « vaincus », qui travaillaient à leur place dans les usines, vivaient au moins dans une relative sécurité.

  • 61 Circulaire de la Gestapo de Brême du 15 mai 1943.

115Les archives contiennent des lettres de tel entrepreneur du bâtiment se plaignant de prisonniers paresseux qui boivent de la bière et enlaidissent l’image de la ville (cf. annexe, document 2.20) ; telle requête d’une dame qui en février 1942 trouve intolérable, en tant que femme allemande, de devoir utiliser la piscine en commun avec des Français, des Croates, des Hongrois, des Danois, etc. (STB 4,13/1 – A.8.b.Nr.81) ; telle lettre d’un sous-officier allemand qui s’émeut de voir, lors d’une permission dans sa ville natale, que dans les auberges des travailleurs étrangers prennent la place de soldats allemands (cf. annexe, document 2.21) ; et plusieurs plaintes sur le thème du comportement des étrangers dans les transports publics. Ces plaintes aboutirent à une circulaire de la Gestapo menaçant les étrangers de sanctions en cas de « comportement insolent, gênant ou impoli en public, et en particulier dans les tramways et autres moyens de transport publics ».61

116Néanmoins, les autorités hésitaient à intervenir dans un sens qui serait allé ouvertement à l’encontre de l’égalité formelle des « travailleurs libres de l’Ouest » et, quand furent finalement décrétées les « ordonnances policières pour le délestage du tramway » qui interdisaient aux étrangers de l’utiliser, elles ne purent plus être appliquées, sous peine de nuire aux intérêts de la production, simplement parce que quelques citoyens se sentaient dérangés par la présence d’étrangers. Au sous-officier qui s’était plaint des trop nombreux étrangers dans les auberges, on répondit :

  • 62 Lettre de la direction de la police de Brême du 17 août 1943.

qu’une mesure légale qui interdirait aux travailleurs étrangers comme les Hollandais, les Belges, les Danois et leurs semblables de fréquenter ces établissements n’existe pas et qu’il n’était pas prévu d’en créer une.62

117Mais on lui assura que le portier dirigerait discrètement l’afflux des clients et éconduirait les étrangers sous un prétexte quelconque si nécessaire, de telle sorte qu’il reste toujours des places pour les Allemands. Quant à la dame qui n’avait pas envie d’aller se baigner en compagnie des étrangers, on lui demanda d’être compréhensive envers les nécessités économiques :

  • 63 Réponse du ministre de l’Intérieur régional du 12 février 1942.

Puisque le marché du travail allemand exige l’emploi de nombreux étrangers de multiples nationalités, la vie publique doit malheureusement s’accommoder des conséquences qui en découlent au niveau de nos habitudes de vie.63

  • 64 Lettre de la Gestapo de Brême à la direction de la police du 12 juillet 1943.
  • 65 Décret du ministère de l’Intérieur du 27 septembre 1944.

118Le personnel de surveillance des piscines fut renforcé mais la Gestapo confirma une fois de plus en 1943 qu’il ne fallait pas s’attendre « à ce qu’on interdise la fréquentation des piscines aux travailleurs de l’Ouest ».64 En septembre 1944 cependant, le ministre de l’intérieur du Reich autorisa, en cas de besoin, des limitations.65

119Les conditions de vie et le ravitaillement étaient un autre domaine où s’exprimaient vis-à-vis des travailleurs étrangers des sentiments de jalousie et d’envie attisés par le SD. Selon lui, les étrangers dans les camps recevaient des rations alimentaires plus importantes (rapport du 7 mai 1942). De plus, la possibilité offerte aux épouses de prisonniers de guerre français de pouvoir vivre à nouveau maritalement avec leur mari, en échange de leur engagement volontaire de travailler en Allemagne (cf. p. 60), aurait généralement des conséquences négatives : « La population, et plus particulièrement les demandeurs de logement ne comprendront pas qu’une partie du peu de logements vacants doive être mise désormais à la disposition des couples français. » Par ailleurs, « par rapport aux soldats et travailleurs requis allemands […], le fait d’héberger de préférence des couples français serait un traitement de faveur flagrant » (4 février 1943).

120Mais c’est l’égalité des rémunérations pour les travailleurs de l’Ouest qui déclencha les protestations les plus vives et les plus durables. Voici le rapport d’une chambre de commerce :

  • 66 Rapport de la Chambre de commerce de Brême au NSDAP du 26 octobre 1942.

Tant qu’il s’agit de l’emploi de travailleurs étrangers, la population fait preuve de la compréhension nécessaire à l’égard de cette mesure. On admet que par leur aspect dépenaillé, leur mauvaise attitude ils enlaidissent souvent l’image de la rue et qu’ils contribuent à la surcharge des tramways aux heures de pointe. […] En revanche un certain mécontentement existe à propos du fait que le travailleur étranger, malgré de moins bonnes performances, reçoive le même salaire qu’un travailleur allemand.66

  • 67 Décret du RAM du 27 janvier1941 et celui de Sauckel du 1er Juillet 1942.

121Ce mécontentement qui se fit jour dans l’ensemble du Reich s’expliquait notamment par les salaires en partie surélevés, promis aux travailleurs volontaires, pratique que l’on essaya d’empêcher à plusieurs reprises67 et qui prit fin seulement avec l’introduction de la réquisition forcée. Mais plutôt que d’y renoncer totalement, on préférait garder ces travailleurs en les payant plus, malgré le mécontentement des Allemands. Le SD naturellement ne manquait pas de fustiger « l’effet néfaste de la rémunération des travailleurs étrangers sur le moral et la performance des travailleurs allemands », et il trouve

incompréhensible que l’on rémunère les étrangers selon les conventions salariales des travailleurs allemands et qu’en plus on leur accorde différents suppléments. En percevant le même salaire que le travailleur allemand, l’étranger se trouve considérablement avantagé du fait qu’il n’a pas sur son salaire les mêmes retraits que les travailleurs allemands. Il est par ailleurs avantagé du fait qu’il est hébergé dans des camps et nourri par les cantines collectives, et que pour cela il n’a pas à dépenser les sommes que doit débourser le travailleur allemand pour se loger et se nourrir (21 août 1941).

122Or, une solution radicale à ce problème n’aurait pu être obtenue qu’au prix d’une perturbation sensible de la production. Bien entendu, ces questions se sont posées tout autrement dès que la réquisition de force eut pris le dessus.

123La question des salaires, tout autant que la controverse sur la présence des étrangers dans les piscines, cafés et tramways fait ressortir la même difficulté de déterminer une hiérarchie stricte entre travailleurs civils étrangers et Allemands et de préserver la sécurité du Reich et de la « race « , tout en assurant une production maximale nécessaire à la « victoire finale ».

124Tout compte fait, ce sont bien les impératifs économiques qui l’emportaient dans ce dilemme. Ils déterminaient également les conditions de travail des travailleurs civils français. Nous les considérerons tels qu’ils les subissaient, mais aussi en tant que cadre au sein duquel leurs attitudes pouvaient varier entre accommodement et dissension.

Notes

1 Ordonnance de Martin Bormann sur le rôle du Parti dans la surveillance de la main-d’œuvre étrangère du 26 août 1942.

2 Aide-mémoire secret sur les principes de traitement de la main-d’œuvre étrangère au service du Reich de Martin Bormann du 5 mai 1943.

3 Circulaire de la direction Gestapo de Münster du 19 janvier 1943.

4 Rapport des Bremer Nachrichten du 22 mai 1943 sur un discours public de Sauckel. Il n’y fait aucune mention des réquisitions. Pourquoi alors tous ces ouvriers auraient-ils demandé à entrer dans le Reich ?

5 Circulaire de la direction Gestapo de Münster du 19 janvier 1943.

6 Mais pourquoi le « sang » des soldats d’occupation allemands n’était-il pas en danger dans des maisons closes en France, mais bel et bien celui des femmes allemandes qui couchaient avec des travailleurs civils français en Allemagne ? Cf. Meinen (2006).

7 Rapport secret du SD du 8 juillet1940.

8 Rapport secret du SD du 10 juin1943.

9 Rapport secret du SD du 29 avril 1943.

10 Rapport secret du SD du 24 janvier1944.

11 Cf. entre autres : Archives Nationales : État général des fonds, t. V, 1940-1958 ; La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 381.

12 Inaugurée par Pétain le 14 novembre 1942, présidée par Gaston Bruneton à partir du 2 mars1943. Le 5 mai1944, elle devient la Fédération nationale des comités d’entraide pour les travailleurs en Allemagne (AN F/60/410).

13 12 hommes de liaison avec la DAF furent nommés en juillet 1942 (La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 387). En 1944 il y avait 550 amicales et 450 foyers (rapport de la DOF du 20 janvier 1945, AN 83/AJ/17).

14 Brochure : « Travailler en Allemagne, c’est gagner sa vie dans de bonnes conditions ».

15 Ibid.

16 Cf. aussi Arnaud 1995 et 2006.

17 Rapport Tassigny sur le problème « Travailleurs déportés » du 7 novembre 1944 (AN F/9/3168).

18 Rousso (1984), p. 340 et 354.

19 Rapport d’un travailleur du STO de Francfort de fin 1944 : « Conditions de vie des Travailleurs Français en Allemagne » (AN F/9/3311).

20 Rapport annuel de la DOF d’Oldenburg du 21 janvier 1944 (AN 83/AJ/17 Nr.4).

21 DAF-Mitteilungen 5/1944 (STB 4,29/1-1236). Cf. La liste des publications autorisées : rapport final du MBHF, 1944, p. 71 (AN AJ/40/846).

22 Circulaire de l’administration du Gau Berlin du 8 décembre 1941.

23 La BDIC possède une collection des numéros sortis entre le 4.1.1942 et le 23.7.1944.

24 Ce Bulletin CITFA ainsi que Le Pont s’y trouvent également, ainsi qu’à l’IHTP.

25 Rapport final du MBHF, 1944, p. 76-7 (AN AJ/40/846).

26 « Les Gaue allemands se feront un point d’honneur de régler les conditions de travail des ouvriers provenant des départements français d’adoption d’une façon particulièrement attentive, d’organiser leurs loisirs et de leur montrer les sites de l’Allemagne » (« Europe, réveille-toi ! » discours de Sauckel en septembre 1943, cf. annexe, document 1.21.

27 « Les Autorités allemandes nous ont autorisé le recrutement dans les Oflag et Stalag, de Délégués et Moniteurs pour l’organisation sportive de la main-d’œuvre française en Allemagne. 1 – Délégués régionaux : 30 places à pourvoir (indemnité mensuelle prévue 450 à 500 RM) 2 – Délégués de l’Amicale : 100 places à pourvoir (indemnité mensuelle 350 à 400 RM). Ces délégués seront mis en congé de captivité en Allemagne avec les avantages habituels (liberté, permission en France, etc.). En outre, 500 prisonniers choisis parmi les sportifs les plus qualifiés seront transformés en travailleurs civils pour devenir ‘ Moniteurs de Camp’. Ils seront astreints au travail, comme leurs camarades et jouiront des mêmes avantages qu’eux. De plus, ils bénéficient de 2 heures de liberté par semaine pour l’organisation des sports dans leur camp ; pas d’indemnité spéciale » (Servir, août 1943).

28 Décret du ministre de l’intérieur du 24 octobre1942.

29 Rapport du 29 novembre 1943.

30 Lettre du 12 mai 1991.

31 Arnaud (2006), p. 1127.

32 Ibid.

33 Ibid, p. 1573.

34 Boulligny (2004) et (2007).

35 Cf. Herbert (1985), p. 329.

36 Colombet (1989), p. 68.

37 Circulaire confidentielle de la Gestapo Bremen aux chefs de camps et d’entreprises du 10 juillet 1943 (STB 4,13/1-A. 8. b. Nr.50).

38 Brisset (2008).

39 Rapports hebdomadaires de la Gestapo (STB 3-M. 2. h. 3. Nr.264).

40 Cf. Wrobel (1991) t. 1, p. 30.

41 Décrets SS des 28 mai 1941 et 12 décembre 1941.

42 Cf. Werner (1981), p. 141.

43 Cité d’après : Idem, p. 142, cf. aussi VITTORI (1982), p. 198.

44 Cf. Eickel (1999).

45 Cf. Déportation. Cahiers du témoignage chrétien XVII, juillet 1943.

46 Ibid.

47 Cf. Cherrier (1978), p. 424.

48 Cf. Exposé du cardinal Suhard aux futurs aumôniers des travailleurs en Allemagne. Notes prises par le R. P. Evrard. (Klein 1973, p. 375-9).

49 Grandmesnil (1947), p. 91.

50 Ibid., p. 98.

51 Vissiere (1988), p. 457.

52 Klein (1973), p. 290.

53 Arnaud (2006), p. 1481. Arnaud (2006), p. 1481.

54 Lagrou (2003), p. 144.

55 Discours du docteur Mansfeld (prédécesseur de Sauckel) du 19 février1942.

56 Cité d’après Osthold (1942a), p. 1.

57 Lettre du syndicat des artisans de Brême aux sociétaires du 10 août1943 (STB 7,1066-272).

58 Lettre du 8 février 1944 (STB 4,29/1-1236).

59 Lettre confidentielle de Sauckel aux chefs d’entreprises du 13 novembre 1943.

60 Circulaire strictement confidentielle du ministère à la propagande du 11 mai 1942.

61 Circulaire de la Gestapo de Brême du 15 mai 1943.

62 Lettre de la direction de la police de Brême du 17 août 1943.

63 Réponse du ministre de l’Intérieur régional du 12 février 1942.

64 Lettre de la Gestapo de Brême à la direction de la police du 12 juillet 1943.

65 Décret du ministère de l’Intérieur du 27 septembre 1944.

66 Rapport de la Chambre de commerce de Brême au NSDAP du 26 octobre 1942.

67 Décret du RAM du 27 janvier1941 et celui de Sauckel du 1er Juillet 1942.

Table des illustrations

Titre 2.16 – Activités sportives du dimanche.
Crédits Collection Brisset.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 658k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540