Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La vie quotidienne : au camp, en ville, au travail

Conditions de vie

Texte intégral

Camps

1Avant tout, il faut souligner l’extrême diversité des situations possibles. La « villa Miralanda » de la brochure de propagande vichyste et les baraquements détruits de Stuttgart que nous montre le « livre blanc » de la FNVRCTF (ex-FNDT) ont pu certes exister, mais constituent des extrêmes.

2.1 – La villa Miralanda (« Images de la vie de ceux qui sont partis », par un groupe de journalistes français ayant visité l’Allemagne, 1943, p. 19).

2.1 – La villa Miralanda (« Images de la vie de ceux qui sont partis », par un groupe de journalistes français ayant visité l’Allemagne, 1943, p. 19).

2.2 – « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 15.

2.2 – « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 15.

2Dans la réalité, les plus fortunés parmi les travailleurs étrangers requis pour le travail en Allemagne étaient sans doute ceux qui logèrent chez l’habitant. Mais la très grande majorité des Français, notamment dans les villes, vivaient dans des camps abritant plusieurs dizaines à plusieurs milliers de personnes. D’un camp à l’autre, les conditions d’hébergement pouvaient varier à l’extrême, entre une ancienne salle de bal transformée en dortoir ou une baraque en bois hâtivement construite.

3La plupart des camps étaient occupés par des travailleurs civils de différentes nationalités, et dans quelques camps cohabitaient des travailleurs civils allemands et ouest-européens. Seule la séparation entre ces deux groupes d’une part et les Polonais et ouvriers d’Europe de l’Est d’autre part semble avoir été imposée de façon cohérente.

4Des témoignages de Français ayant vécu à Brême reflètent une très grande diversité. On pouvait juger acceptable que 150 hommes vivent dans une seule pièce occupée de lits à deux étages, mais avec un nombre suffisant de douches et des lavabos propres, du chauffage, une machine à laver, des placards individuels, une salle de lecture, une table de ping-pong et une serviette fraîche chaque lundi.

  • 1 Décret du RAM du 14 janvier 1942.

5Mais il y avait aussi des situations bien plus pénibles : impossibilité d’être assez chauffé l’hiver, absence d’eau chaude, conditions d’hygiène déplorables entraînant la présence de vermine et les risques de maladies. Les conditions se dégradèrent d’ailleurs de mois en mois. Dès janvier 1942 il n’était plus prévu ni de chauffage central ni de toilettes dans les nouvelles constructions de baraques et, en l’absence de canalisation proche, des fosses septiques devaient suffire.1 À partir de mars 1943, les camps de la DAF par exemple ne fournirent plus de draps aux ouvriers civils et les heures de chauffage furent strictement limitées. Au fil des années, même les dispositions minimales prévues ne furent souvent plus respectées.

6De toute façon, les camps se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, avec leurs types de baraquements dont seul l’aménagement intérieur différait selon le statut social du groupe qui l’occupait : la même surface pouvait loger soit 12 femmes allemandes, 18 travailleurs civils ou prisonniers de guerre non russes dans des lits superposés ou encore 36 prisonniers de guerre russes qui devaient se partager à 9 quatre couchettes réparties sur deux étages (cf. annexe, document 2.3).

Attaques aériennes

  • 2 Silvestre (1979), p. 5.

7Les attaques aériennes des Alliés furent la préoccupation majeure des habitants des villes, ouvriers étrangers et civils allemands confondus. En septembre 1942, la rumeur se répandit jusque dans les Alpes françaises que la ville de Brême était particulièrement menacée, comme le prouve une inscription sur les murs de Voiron (Isère) protestant contre l’incorporation obligatoire pour la Relève : « Ouvriers français, 1000 avions sur Brême. Nous n’irons pas travailler en Allemagne. »2

  • 3 Une circulaire de la police brêmoise admet enfin les travailleurs civils de l’Ouest le 3/1/44, mais (...)

8Ce qui était pour certains une raison de se soustraire au travail obligatoire incitait d’autres à ne pas prolonger leur contrat, à ne pas revenir après les congés ou à repartir chez eux, tout simplement. Les bombardements devinrent rapidement un des éléments les plus marquants dans les souvenirs des témoins. L’autorisation d’accès aux abris anti-aériens était une question de grande importance qui était réglée selon la hiérarchie nationale-socialiste : les Allemands d’abord, puis les ouvriers civils étrangers, à l’exception des prisonniers de guerre, des Russes et des Polonais3 – qui les avaient cependant souvent construits de leurs mains. Mais souvent les usines continuaient à tourner même pendant les premières phases d’une alerte, les ouvriers n’avaient alors plus le temps de gagner les abris qui fermaient vingt minutes après le début de l’alerte.

9Un des témoins interviewés exprime ainsi les sentiments de tous ses camarades à propos des bombardements :

Georges T. : Mais on a eu peur, bien sûr, parce que oui, euh, on ne peut pas dire qu’on n’avait pas peur, quand on se trouve, euh, quand on trouve des des des copains déchiquetés à côté, mais… euh, c’est toujours le même réflexe, du moment que c’est pas moi, ben je je suis sauvé, tant mieux. L’autre, ben c’est… c’est son tour… M’enfin ça, cette peur-là, les civils, les civils l’éprouvaient aussi, pareil. Hein, ben c’est du pareil parce que les bombes ne faisaient pas de cadeaux, entre une femme ou un enfant ou un vieillard ou un Français hein, c’est, la bombe tombe comme ça aveuglément.
H. B.-S. : Et parmi vos camarades, avez-vous vu des tués ?
Georges T. : Ah oui, j’ai vu trois, trois de tués, oui, d’un coup. Trois, non, trois ce jour-là, euh, du même jour, et dont euh un qui était justement un volontaire. Un volontaire de tué, beaucoup plus âgé que nous, forcément, hein, qui était venu volontairement.
H. B.-S. : Et c’était arrivé comment ?
Georges T. : Et ben euh, un bombardement, quoi.
H. B.-S. : Et vous étiez dans…
Georges T. : Ah oui. Ah nous, on était dans le camp, dans le camp, dans le… à proximité du camp, quoi. Des bombes sont tombées de… c’est pas le jour où le camp a été détruit, ça. C’est bien avant, ça. Et c’est dans le camp, à proximité. Mais les bombes tombaient là, ils étaient là, dans la cour : paff. C’est, c’est… tout.
H. B.-S. : Et quand il y avait l’alerte, vous pouviez aller à l’abri ?
Georges T. : Ah oui, ah oui, on pouvait, oui.
H. B.-S. : Donc, il y en avait un, à côté du…
Georges T. : Ah oui, mais, oui, mais l’abri, vous savez, les abris, ils ont été construits quand ? On n’en sait rien. Mais, le le dernier bombardement, où il y avait beaucoup plus de morts, dont la plupart des femmes russes qui étaient là, employées, la bombe est tombée sur l’abri. Et l’abri était percé. Ben c’est des trucs en béton, mais c’est… c’est fragile, hein. C’était quand même… c’était, ça avait été fait avant la guerre, sans doute, ou au début de la guerre, mais entre-temps les bombes avaient fait, si on peut dire euh… des progrès, hein ? Et là dans, là, le dernier jour, quand le camp a été détruit, cet abri a été détruit et toutes les femmes russes qui étaient dans la cuisine ont été, ont été tuées là. […] Là, c’était vraiment le massacre.
H. B.-S. : Et quand vous vous trouviez en ville il y avait aussi certainement alerte, le soir…
Georges T. : Ah oui, bien sûr. N’importe où.
H. B.-S. : Où vous alliez… dans des abris avec tout le monde ou est-ce qu’il y avait… ?
Georges T. : Aussi. Je me rappelle une fois avoir été repoussé, comme ça, par un Allemand qui disait eh, qui m’expliquait : pas les, pas les étrangers.
H. B.-S. : Oui…
Georges T. : Ben euh, bon ben, et puis après, on nous a dit un autre. Une fois, il faut pas exagérer, oui oui. Ah vous savez, euh…
H. B.-S. : En général… vous aviez l’accès libre ?
Georges T. : Euh ouais, euh absolument, absolument, oui, on a eu… pas d’exclusion, sauf une fois, mais c’était un méchant. C’est arrivé une fois. Hein, ben, mais autrement non. Non.
H. B.-S. : Ça vous arrivait quand même souvent d’aller dans les abris ?
Georges T. : Ah, mais… pas tous les jours, mais presque…
H. B.-S. : Presque…
Georges T. : Presque… surtout vers la fin. Surtout vers la fin, et plusieurs fois par jours, quelquefois, et la nuit aussi, bien sûr, la nuit, les alertes, c’est la nuit aussi. Parce que Brême c’est pas loin d’Angleterre hein ? À vol, à vol d’avion, si on peut dire, c’est pas loin, hein. Alors, euh, vous savez c’est comme dans toutes choses, on entendait broum broum broum broum broum broum, alors, et on regardait de l’autre côté et ah non, c’est pas pour nous, pas pour nous, parce qu’il, il serait déjà tombé, parce que quand on entend le broum c’est déjà au dessus, hein. Donc c’est le broum au-dessus, c’est… c’est qu’il vont plus loin. Et à dire : Chic, c’est pas pour nous, c’est pour les autres. (rire) Et ben, toujours le même réflexe, hein.

10La main-d’œuvre de toutes nationalités, même allemande, devait continuer à travailler lors des premières phases d’une alerte et c’étaient les chefs d’équipes qui décidaient du moment où quitter le travail pour aller aux abris. Beaucoup de témoins se souviennent exactement des hiérarchies régnant dans les abris-bunkers. Une fois que les ouvriers de « l’Ouest » eurent le droit de les utiliser, ils devaient toutefois prendre les places les plus exposées dans les étages supérieurs du bunker, alors que la population civile allemande se réfugiait dans les étages inférieurs réputés plus sûrs : même dans une situation où chacun craignait pour sa peau l’idéologie des seigneurs maintenait les distinctions. Ce n’était que justice lorsque, malgré ce calcul, pour une fois ça touchait les autres !

2.5 – Maison détruite.

2.5 – Maison détruite.

Collection André P.

2.6 – Usine détruite.

2.6 – Usine détruite.

Collection André P.

Yves P. : Après, on marchait, sur une place, je me rappellerai pas le nom, il y avait des abris de bombardement souterrains. Et alors, la partie réservée… aux Allemands, on n’avait pas le droit d’y entrer. Alors, il y avait une partie pour les… civils. Les étrangers. Les étrangers, bon, étaient d’un côté, tombe une bombe… les Allemands nettoyés – les autres n’ont rien eu… Là, euh, on dirait que c’est une chance, mais enfin, hein, c’est un cas, c’est un cas… type, hein.

11Cependant, les témoins éprouvaient souvent, dans cette situation, une attitude d’humaine sympathie à l’égard des Allemands, surtout à propos de femmes, d’enfants ou de vieillards.

Paul T. : Eh, mais Dieu sait que j’avais très peur. J’avais très peur et surtout que le premier bombardement, là, j’étais à Brême, en ville… c’était, je voulais aller chez le photographe parce que c’était l’habitude, une fois arrivés, on se faisait photographier pour envoyer les photos aux parents. Puis j’étais surpris par le bombardement, je me suis trouvé dans un abri souterrain, il n’y avait que des femmes et des enfants, tout le monde hurlait de peur, de… c’était affreux.
H. B.-S. : Et vous ne vous disiez certainement pas à l’époque que ça allait approcher la fin de la guerre, on ne fait pas des raisonnements comme ça, j’imagine, si ?….
Paul T. : Non. Non. Pas du tout. Non.

12Bien entendu, l’idée que les bombardements des Alliés servaient au bout du compte à leur propre libération était, dans ce contexte, un raisonnement bien trop abstrait. Au contraire, les bombardements alliés sur la France, qui devaient mettre fin à l’occupation allemande, créaient chez les Français surtout de l’inquiétude pour leurs familles, d’autant plus qu’ils ne pouvaient leur être d’aucun secours. Et il n’était pas rare que ces sentiments, fassent naître une empathie analogue à l’égard de la population civile allemande :

Paul P. : Et oui, et puis, puis un jour, j’étais, est-ce que j’étais à la Wasserwerk, il y avait un gros bombardement sur Brême… Je voyais… c’est une espèce de nuage, le fer et le feu qui… Je pensais pas trop à moi là, j’étais à l’abri, là, enfin, j’étais pas à l’abri, non, mais j’étais en plein air, mais ça tombait pas là… Quand même, tous les gens qui sont en dessous… […] On commençait à s’humaniser. En 1940, donc la première fois que j’ai vu une maison détruite, en 1940, c’est août-septembre, oh non, septembre-octobre. Je ne savais même pas ce qu’était devenue ma famille, encore. Alors je voyais des pauvres gens, qui étaient devant leurs maisons, là. Vous pensez, naturellement, j’ai pas rigolé, mais… je me demande si par hasard j’ai pas… qu’est-ce que j’ai pensé, peut-être, ben, je me suis peut-être dit que… je ne peux pas me rappeler, c’est trop vieux. Peut-être ben, que j’ai dit : tant pis pour eux, bien fait pour eux. Peut-être bien que j’ai dit ça. Qu’est-ce que vous voulez…

13Quand les témoins évoquent les attaques aériennes, ils se souviennent avant tout avoir eu peur pour leur propre vie. Cela apparaît dans les notes du journal intime de Paul M. à la date du 26 juin 1942 :

  • 4 Marcy, Carnets 1940-45, p. 208.

Alerte épouvantable. À 11 h à l’abri jusqu’à minuit. 1h½, nouvelle alerte. De 2h¼ à 3 h 5 : Bombardement sans nom. Le plus fort peut-être de ceux que nous ayons entendu et vécu. Oh quelle horreur ! Instinctivement serré contre Louis qui tremblait comme une feuille morte. Moi le cœur battant d’angoisse. Mais la terre qui tremblait ? Ces coups sourds. Ce tintamarre épouvantable. Grand silence. Sifflements. Eclatements sinistres. On rit pour détendre les nerfs crispés. On fume sans dormir. Dehors une pluie de bombes incendiaires. Grue atteinte, petite baraque. Partout d’immenses flammes. Sinistre temps couvert et où l’on voit comme en plein jour. Oh l’impression horrible de penser malgré soi que quelque chose brusquement peut tomber, vous broyer les entrailles…4

14Cette expérience de la peur collective, chacun l’a vécue à sa façon mais sans jamais pouvoir s’y habituer. L’atmosphère dans les abris était si insupportable que certains préférèrent, vers la fin de la guerre, ignorer les alertes aériennes et en profiter pour aller prendre une douche, enfin tranquilles, ce que fit Émile C. ; mais, alors qu’ils se rhabillait, une bombe tomba sur l’entreprise et il se sauva in extremis. D’autres ont aidé les Allemands à éteindre des incendies provoqués par les bombes, frôlant la collaboration. Beaucoup de témoins ont éprouvé une peur épuisante dans les abris et ont aussi vécu des attaques de près. Et plus d’un se souvient avoir échappé de justesse à la mort. Presque tous évoquent des morts qu’ils ont vus, tués par les bombes, surtout des Polonais et des ouvriers de l’Est, beaucoup moins protégés des attaques aériennes et n’ayant souvent accès qu’à des abris très précaires, simples caves ou fossés à l’air libre. Il est souvent question de la mort, lors de ces attaques, de camarades français qu’ils connaissaient personnellement.

  • 5 Cf. Azema (1979), p. 18 ; et la réponse du Commissariat général de la main-d’œuvre française en All (...)

15Les victimes de bombardements constituent la plus grande partie des 35.000 à 40.000 décès qu’il y eut environ parmi les ouvriers français en Allemagne.5

16Bien entendu, les autorités allemandes ne se privaient pas de récupérer ces morts à des fins de propagande, pour dénoncer les « terroristes » alliés, comme en témoigne Robert D. :

Robert D. : Moi, je me souviens très bien que… d’avoir fait partie de la délégation qui assistait à l’enterrement. […] Alors, on nous a donné des habits propres, parce qu’on était, le plus grand nombre, c’était plus comme au début, on était pires que des mendiants, alors on avait donné des habits propres, on était donc sept ou huit, et on est allé à l’enterrement. Il y avait les chefs nazis qui étaient là, et je me souviens d’une phrase qui a été dite, je la traduis mal probablement, euh : Französische Kamerad, du liegst…. in deutscher Erde. Euh, euh… c’était… Il y avait des photographes qui étaient là, et… on sentait bien qu’il y avait une intention de propagande, là, certainement.
H. B.-S. : Et accusation des Alliés qui avaient bombardé… ?
Robert D. : Oui, oui. Puis, on nous a repris nos habits, aussitôt d’ailleurs…

Soins médicaux

17Les accidents de moindre gravité et les maladies étaient en général traités à l’infirmerie de l’entreprise ou du camp, souvent mal équipée en médicaments. Les unités plus importantes disposaient d’infirmeries et de personnel médical dont l’approvisionnement était plutôt rudimentaire et qui avait tendance à limiter les arrêts de travail et à ne pas prendre les maladies au sérieux, en remettant parfois dangereusement leur traitement à plus tard.

18Mais dans les cas graves, lors d’accidents par exemple, on était aussitôt pris en charge par un hôpital. De même, les maladies graves étaient convenablement traitées, en faisant appel, éventuellement, à un spécialiste. Il arrivait même que les travailleurs se rendent chez un médecin en ville, qu’ils payaient en liquide ou avec des denrées provenant des petits colis français.

19Dans l’espoir d’être rapatriés pour cause d’inaptitude au travail, quelques Français mettaient en balance leur bonne santé physique, et plus d’un tenta de simuler des maladies par des procédés anodins. Mais, sans la complicité d’un médecin compréhensif, leurs tentatives échouaient le plus souvent, et, selon les circonstances, pouvaient même mener en camp de concentration. Heureusement pour Paul T. ceci resta une menace :

Paul T. : J’ai essayé de me faire réformer.
H. B.-S. : Ah oui. Alors comment pouvait-on… ?
Paul T. : Ah oui (rire). J’ai simulé des maladies. […]J’ai simulé des évanouissements, des maladies, je voulais de toutes forces pas partir, et puis ça n’a pas pris. Et de guerre lasse, le directeur de l’usine m’a envoyé consulter un médecin, je suis tombé sur un monsieur, je me souviens dans la salle d’attente ou dans son cabinet, il y avait deux salles, et puis la petite casquette d’étudiant…
H. B.-S. : C’était un médecin en ville ?
Paul T. : Un médecin en ville, oui. Le médecin, il avait des balafres, là. […] Il m’a pas mal reçu, il m’a ausculté avec son petit marteau vous savez, les, les réactions. […] Puis il a vu qu’il avait affaire à un simulateur. […] Il m’a sorti du cabinet avec fracas, en me disant de ne pas y revenir sinon… Neuengamme n’était pas loin.
H. B.-S. : S’il était de cet état d’esprit-là…
Paul T. : Alors j’ai pas insisté…
H. B.-S. :…il a dû vous signaler, non ?
Paul T. : Probablement. Probablement.

20La multiplication des cas de simulation de maladie rendit les médecins des entreprises et des camps de plus en plus méfiants et réticents à délivrer des arrêts maladie à de vrais malades. Recourant à des méthodes de plus en plus dangereuses, les « simulateurs » s’exposaient à de graves conséquences à long terme (par exemple lors d’intoxications) ou à des dommages irréversibles (la cécité), ce qui équivalait à une automutilation. Mais, aussi spectaculaires soient-ils, ces actes étaient plutôt rares.

21Les déclarations de mes témoins confirment les résultats de l’enquête de Vittori : environ un tiers des travailleurs civils qu’il a interrogés ont été au moins une fois malades ou blessés en Allemagne. Avec l’intensité grandissante de la production d’armements notamment, la sécurité au travail a souvent dû être négligée. Les mauvaises conditions d’hygiène dans les camps, la nourriture insuffisante, les longues journées de travail et les nuits interrompues par les alertes et les attaques aériennes n’ont pas été sans effets sur la santé des individus, sans parler de ceux qui furent victimes de mesures de représailles et envoyés en commandos disciplinaires ou en AEL.

  • 6 Cf. « Résultats d’ensemble du premier contrôle médical des rapatriés », in : Lewin (1987), p. 56.
  • 7 Ibid., p. 58.
  • 8 « Rapport introductif à l’étude de la pathologie de la déportation du travail, » in : Livre blanc, (...)

22Il est néanmoins difficile d’évaluer quantitativement les conséquences directes ou indirectes du travail forcé sur la santé. Un état de santé des travailleurs civils et des prisonniers a été établi en 1945 à leur arrivée en France. Par rapport à celui des survivants des camps de concentration, il était bien entendu relativement acceptable. Une première enquête assez superficielle auprès d’environ 2/3 des personnes revenues établit un constat de mauvaise santé pour 19,7 % des prisonniers de guerre, 16,7 % des travailleurs civils et 32,2 % des détenus des camps de concentration.6 Mais les associations d’anciens considèrent que ces chiffres ne sont que le sommet de l’iceberg. Selon une série d’études sur les séquelles à long terme réalisées en 1948 pour l’association des prisonniers de guerre, la mortalité des prisonniers de guerre était de 60 % plus élevée que celle de la même classe d’âge dans la population moyenne.7 Une étude sur environ 3000 cas, menée en 1972 par l’association des anciens requis civils du travail obligatoire, fait état d’un taux de mortalité de 9 % en Allemagne même (soit 60 000 personnes en tout) et de 20 % supplémentaires après le retour, imputables aux séquelles tardives du travail obligatoire effectué en Allemagne.8

  • 9 Cf. Virgili (2007).

23Enfin il faut évoquer le problème des grossesses des travailleuses civiles françaises, malgré un grand manque de données à ce sujet.9 La réglementation de 1941 ordonnant le renvoi dans leur pays des travailleuses civiles enceintes a été modifiée en 1943 pour éviter qu’elles échappent ainsi au travail en Allemagne.

24Et Rousso de commenter avec ironie :

  • 10 Rousso (1984), p. 338. Une pouponnière a été mise en place par la mission Bruneton, en mai 1944 prè (...)

Depuis 1943, les femmes n’ont plus le droit de rentrer en France pour accoucher : le Reich a peur que les Françaises ne soient prises subitement de l’envie de résoudre le grave problème de la dénatalité de leur pays, échappant par la même occasion à l’enfer du travail en Allemagne. En mai 1944, on installe même une pouponnière, à la grande joie de papa Bruneton.10

  • 11 Loi sur la protection de la mère au travail, in : Reichsarbeitsblatt 1943, V 58, 1943, III 141 und (...)

25Suite à cette interdiction de repartir au pays, les mesures allemandes de protection maternelle ont été étendues aux Italiennes, Espagnoles, Bulgares, Croates, Slovaques, Hongroises, Danoises, Hollandaises, Norvégiennes, Roumaines, Suédoises, Suisses, Lettonnes, Estoniennes, Finlandaises et Flamandes ; mais les femmes polonaises, soviétiques, françaises, tchèques, yougoslaves, wallonnes, et juives en étaient exclues.11

26Cette énumération met clairement en évidence la primauté des critères racistes, puis le rôle d’arguments de politique étrangère, comme pour l’Italie, l’Espagne, la Hongrie. Par contre, la collaboration d’État avec Vichy ne suffisait pas pour faire admettre les Françaises dans le groupe des privilégiées. On considérait qu’elles et leurs enfants appartenaient à une race inférieure, avec les Juives et les « sous-hommes slaves ». Leur recrutement comme travailleuses civiles volontaires et leur appartenance à la catégorie des « travailleurs libres de l’Ouest », ce qui, dans tous les autres aspects de la vie quotidienne, différenciait considérablement leur sort de celui des « travailleurs de l’Est », n’avaient visiblement aucune incidence quand il s’agissait de la question au cœur de « l’hygiène raciale », à savoir la procréation.

27Cette distinction entre peuples de valeur « inférieure » et de valeur « supérieure » s’appliquait aux mères, mais aussi, et d’une manière décisive et vitale, aux nouveaux-nés. Pour ne pas soustraire trop longtemps les mères à leur obligation de travail dans les entreprises, le Ministère de l’Intérieur du Reich décida en effet le 05 juin 1944 de placer les enfants de race « inférieure », dès leur naissance, dans de soi-disant « centres de soins pour enfants d’étrangers ». Les conditions indescriptibles qui régnaient dans ces foyers firent que souvent seule une infime proportion des nouveaux-nés réussit à survivre.

  • 12 La Croix-Rouge estime le chiffre des enfants de Françaises et de pères inconnus à 3000 à 3500. (Vir (...)

28Les quelques milliers d’enfants de Françaises12 partageaient-ils ce sort ? Les témoins hommes ne savent pas répondre sur ce point et je n’ai malheureusement pu entrer en contact avec aucune de ces ouvrières françaises.

Habillement et nourriture

29L’habillement et la nourriture, ces grands soucis quotidiens des requis français en Allemagne, sont très présents dans leurs souvenirs. Il était difficile de remplacer des pièces usées en en achetant de nouvelles, surtout si l’entreprise ne fournissait pas de vêtements de travail. Les chaussures de cuir, par exemple, n’étaient souvent plus disponibles, même pour les Allemands, sauf sur le marché noir. On recommandait donc aux ouvriers français d’apporter tout l’équipement nécessaire en partant :

  • 13 Une circulaire du RAM du 11 décembre 1942. prévoit une prime de 50 RM (1000 F) pour ceux qui s’enga (...)

30« Vous aurez à emmener en Allemagne : les habits nécessaires pour le travail, des sous-vêtements chauds, de bonnes chaussures, deux paires de draps – deux taies d’oreiller […], un couvert de table (cuiller, fourchette, etc.), un gobelet. Vous n’avez aucun droit à l’établissement d’une carte pour vêtements ou d’un bon pour souliers en Allemagne. ».13 (Cf. annexe, document 2.4.)

31De nombreux témoins se rappellent avoir, par la suite, demandé à leur famille de leur envoyer lainages, sous-vêtements et souliers dans ces précieux colis venant de France.

  • 14 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne », p. 18 (AN F/41/300 (...)

32« La nourriture est copieuse » promet une brochure de propagande14, mais les témoins interviewés ne sont pas du tout de cet avis ! Tous s’accordent à dire qu’au fil des mois les rations devinrent de plus en plus minces et que la qualité non plus ne correspondait pas aux habitudes des Français, même de condition très modeste comme Henri L. Son jugement sur la nourriture tient en une formule simple : « De tout le temps que j’ai été en Allemagne, je n’ai jamais mangé avec une fourchette, hein ? Une cuillère, ça suffisait. »

33En général, l’alimentation consistait, le matin, en un succédané de café avec un peu de pain, s’il n’avait pas déjà été distribué la veille, puis une soupe de légumes plus ou moins claire prise à midi sur le lieu du travail et, le soir, un repas froid avec pain, margarine et pâté, fromage ou confiture. Souvent la ration alimentaire du week-end était donnée le vendredi soir si, dans le camp, on ne faisait pas la cuisine les samedi et dimanche.

34Dans de petits commandos de travailleurs civils, dépourvus de ravitaillement collectif, des étrangers recevaient même cartes et tickets d’alimentation (cf. annexe, document 2.8) pour faire des courses et s’approvisionner eux-mêmes.

H. B.-S. : Et vous me disiez que vous aviez des tickets d’alimentation…
Paul T. : Oui.
H. B.-S. : Ça m’étonne un peu parce que ça ne paraît pas être le cas de tout le monde…
Paul T. : Et si, si. Je les ai eus. Je peux même vous citer des rations, des rations.
H. B.-S. : Ah oui !

2.11 – Repas du dimanche au camp.

2.11 – Repas du dimanche au camp.

Collection Brisset.

  • 15 Ce sont des rations en vigueur en septembre 1943. Pour la période du 24 juillet au 4 mars 1945 (cf. (...)

Paul T. : Je vais chercher… […] Où c’est que je parle du rationnement… Alors, voyons… c’est la lettre numéro 1, du 12 septembre, voyez, c’était tout récent… vous voyez, c’étaient de longues lettres… […] Alors voilà les rations : « Le pain… une livre de pain blanc par semaine, 2 kilos de pain gris par semaine. 175 grammes de marmelade par semaine. 225 grammes de sucre par semaine. 62,5 grammes de café par semaine. 125 grammes de beurre par semaine. 125 grammes de pâtes par semaine. 60 grammes de margarine par semaine. 5 kilos de pommes de terre par semaine. 150 grammes de poisson par semaine. 62,5 de fromage blanc et 250 grammes de savon par mois. »15 […]
H. B.-S. : Et vous trouviez effectivement ces denrées-là ou c’était plutôt…
Paul T. : Eh bien, on les trouvait, il fallait vite aller se faire inscrire dans une épicerie et… on trouvait, à cette époque du moins, on trouvait facilement…

35Parfois, la qualité du repas était si inacceptable qu’elle déclencha un mouvement de protestation spontanée (cf. p. 186).

  • 16 « En règle générale, ils bénéficient de la même nourriture que la population allemande. Certains us (...)

36Par contre selon Robert G., chez Focke-Wulf à Brême les étrangers recevaient en principe la même nourriture et mangeaient dans la même cantine que les Allemands. D’après la réglementation officielle, les « travailleurs libres de l’Ouest » devaient être traités, pour la nourriture, comme les Allemands.16 Savoir si cette réglementation fut respectée échappe bien souvent à l’expérience des témoins car, la plupart du temps, ils mangeaient séparément. Ils sont cependant nombreux à souligner que, pour la nourriture, les Français étaient mieux placés que les parias, Russes et Polonais par exemple.

37Henri L. nous donne une image de la hiérarchie qui régnait sur ce point :

Henri L. : Ah ben, ce qu’on donnait aux Russes dans le, dans le réfectoire. Oui, par exemple, prenez le principe d’un chou. Bon. Si vous prenez un chou, les feuilles, c’était pour la cuisine des Allemands. Bon. Les côtes, c’était pour nous. […] Et puis, le trognon, y compris la terre, c’était pour les Russes.

38Ces différences étaient telles que les chances de survie pouvaient en dépendre. En effet, les travailleurs venant des pays de l’Est, ne recevant pas de colis de chez eux, n’avaient ni le complément de nourriture, ni les autres précieuses marchandises que les Français, eux, pouvaient troquer contre des denrées alimentaires au marché noir : parfum, vrai café en grains, rouge à lèvres, alcool, chocolat – denrées introuvables et très convoitées en Allemagne.

  • 17 Un fait illustre les quantités dont il s’agissait : en mai 1941 déjà, dans un camp de Brême, des pè (...)

39De plus, les énormes disparités en matière de nourriture ne se manifestaient qu’en partie au niveau des rations officielles. Celles-ci étant de plus en plus insuffisantes au fur et à mesure que la pénurie s’installait17, l’accès aux denrées alimentaires hors rationnement devint alors un critère bien plus décisif. Contrairement aux étrangers, de nombreux Allemands pouvaient compléter les maigres rations alimentaires par les produits de leur jardin ouvrier.

40Mais, à la différence des ouvriers soviétiques et polonais, les Français, grâce à une plus grande liberté de mouvement et des salaires plus élevés, complétaient leur approvisionnement, avec ou sans tickets de rationnement, chez les commerçants ou au marché noir, ou encore allaient de temps en temps dans des restaurants sans tickets. Et surtout, ils pouvaient avoir des denrées alimentaires envoyées en colis par leurs proches en France.

41Les ouvriers civils jouissaient d’un privilège que leur enviaient les prisonniers de guerre français : le droit de recevoir lettres et petits colis de 1 kg au maximum et un autre colis de 2 kg tous les deux mois. Grâce à leur contenu, les ouvriers ont pu se préparer des repas, collectivement souvent, et manger à leur faim la plupart du temps. Mais durant les mois précédant leur rapatriement, beaucoup de Français ont souffert de faim, car les colis ne venaient plus compléter les rations allemandes devenues très insuffisantes. Tout ce qu’on pouvait dénicher était alors bon à manger, un chat errant ou les plantes sauvages.

Colis et lettres en provenance de France, censure

42Les légendaires colis jouent un très grand rôle dans les souvenirs des anciens, non seulement pour leur contenu matériel, mais aussi pour le lien affectif qu’ils représentaient avec la famille, la fiancée, la « mère patrie ». Cela vaut aussi pour les lettres. S’il y a bien une chose que les témoins ont gardé en souvenir de cette époque, c’est une liasse de lettres nouées par un ruban.

  • 18 Décrets du Ministère du travail des 21 décembre 1942 et 27 avril 1943 concernant le trafic postal d (...)

43Tous ceux qui ont pris des notes pendant qu’ils étaient en Allemagne y ont fait mention de ces petits colis, de leur contenu et des lettres reçues. Limitées à 4 pages maximum, les lettres devaient être écrites lisiblement et envoyées sous enveloppe non doublée18 (cf. annexe, document 2.13). Elles n’étaient pas non plus mises dans des boites à lettres mais devaient être remises au guichet postal, ou à l’entreprise, par l’expéditeur en personne qui devait montrer sa carte de contrôle nominative (cf. annexe, document 2.14). Ce genre de réglementations visait à faciliter la tâche du censeur lors des sondages. En cas de censure, les lettres étaient barrées de traits bleu-noir et, quand on remarquait un espace entre les lignes, on vérifiait si l’interligne ne cachait pas une écriture à l’encre sympathique.

  • 19 Cf. lettre du MBHF de janvier 1942 (AN AJ/40/851) et circulaire du RAM du 21 février1942 (STB 4,13/ (...)
  • 20 Circulaire du RAM du 23 novembre 1944 (STB 4,13/1-A. 8. b. Nr. 34).

44Des dispositions particulières étaient en vigueur pour le courrier avec la zone non occupée jusqu’en novembre1942 : dans le sens Allemagne-France les lettres passaient par un service du contrôle du courrier à Francfort, puis, via la Suisse, allaient en France ; dans le sens France-Allemagne, un centre de collecte à Lyon expédiait le courrier, via Francfort, jusqu’aux destinataires.19 La libération de la France mit un terme au trafic postal. Les travailleurs civils ne recevaient plus de colis et les nouvelles étaient limitées à des messages de 25 mots maximum transmis par l’intermédiaire de la Croix Rouge de Genève.20

2.12 – Etiquette pour colis.

2.12 – Etiquette pour colis.

Collection André P.

45La censure pouvait contrôler les lettres comme les colis. Un simple bout de papier intercepté pouvait être puni par quelques semaines en AEL. Nos témoins évitaient délibérément les informations écrites interdites par la censure, telles les informations d’intérêt militaire ou les déclarations politiques, ou bien ils y faisaient des allusions cachées : par exemple, pour parler de la libération de la Sicile on écrivait « La tante Cécile est morte… Celui qui recevait la lettre savait bien qu’il n’avait pas de tante Cécile. » (Lucien L.)

46Recherchant des messages clandestins, les contrôleurs ne prenaient pas particulièrement de gants pour manipuler les colis reçus par les Français. D’ailleurs, leur contenu était si tentant pour plus d’un de ces surveillants allemands que des choses disparaissaient parfois des paquets ou lors du contrôle des armoires. Mais les coupables allemands, pris sur le fait, étaient passibles de punitions sévères ou de l’envoi sur le front de l’Est.

47Et, bien entendu, un marché florissant était nourri par les denrées des colis français, depuis longtemps disparues des rayons des magasins en Allemagne. Une grosse épine dans le pied des autorités allemandes ! Le maire de Brême signale le 13 mars 1944 au Ministère du travail

que de nombreux occupants français des camps, parfois allant jusqu’à 80 %, reçoivent des quantités considérables de colis contenant des denrées alimentaires précieuses. On ne peut pas l’empêcher légalement, mais il en résulte beaucoup d’inconvénients puisque ces travailleurs, qui souvent en plus bénéficient du supplément pour travailleurs de force, ne peuvent guère consommer eux-mêmes ces denrées, mais les vendent, éventuellement à des prix exorbitants à des ressortissants allemands ou les échangent contre diverses denrées rares (STB 4,13/1-A. 8. a. Nr. 76).

48Plus grave encore, le café et le chocolat français servirent à saper la vertu de la femme allemande :

Ces articles convoités sont souvent proposés de préférence aux femmes et aux jeunes filles allemandes, afin de trouver un prétexte pour les aborder, ce qui réussit dans bien des cas (Rapport du SD du 29 avril 1943).

Marché noir

49Les souvenirs des témoins regorgent d’histoires sur le troc, la façon de « s’organiser », la débrouillardise, les moyens de contourner interdits et contrôles et les autres stratégies de survie dans un quotidien essentiellement caractérisé par de multiples restrictions.

50Excepté la bière et certains objets du quotidien (antimites, mousse à raser, pipes, peignes, brosses à dents, cirage, etc.), on pouvait acheter de moins en moins de marchandises sans tickets. Les denrées alimentaires comme le pain, les légumes frais et les fruits, la viande et la charcuterie de même que les cigarettes et l’alcool étaient rationnées et on ne pouvait les obtenir qu’avec des tickets d’alimentation ou par troc contre d’autres denrées rares très convoitées. Ainsi, étrangers et Allemands montèrent rapidement dans les camps un marché noir où les articles provenant des colis français avaient un cours élevé.

51Les Allemands y vendaient des légumes de leur jardin, parfois un lapin. Mais le plus souvent, les denrées rares et convoitées des colis étaient troquées contre des tickets de pain. Sur commande des Allemands, les ouvriers fabriquaient pour le marché noir toutes sortes de choses avec des matériaux détournés des entreprises, comme le raconte Pierre G. qui travaillait chez Borgward :

Pierre G. : Alors nous, dans l’usine-là, on arrivait à se débrouiller, puisque je vous ai dit, les gens de Brême ils manquaient de beaucoup de choses, hein. Nous avions avec nous des bricoleurs, mais des vrais bricoleurs qui savaient tout faire. Alors les Allemands, nous voyaient fabriquer tout un tas de choses, alors ils nous ont demandé… Alors figurez-vous qu’un beau jour, il y a un Allemand qui nous a dit, euh, dans le commerce à Brême on ne trouve plus de… plus de poêles. Alors, euh, il y a un prisonnier qui a dit : mais moi, je vais faire un gabarit, et puis je vais faire des poêles, puisqu’on avait une presse à emboutir. Alors la nuit, il faisait des poêles, alors, il y avait un Allemand qui nous sortait des dizaines de poêles comme ça. On fabriquait des faitouts. Des faitouts, là, pour faire la soupe, et ainsi de suite, alors des prisonniers qui ont fait des gabarits avec une… la presse à emboutir c’était facile, mais… […] On donnait ça à des Allemands et en échange, on leur demandait des bons pour avoir des pommes de terre ou des, du pain finalement, du bon pain.
H. B.-S. : Mais les Allemands aussi, ils ont dû faire ça, à l’insu des autorités, euh, nazis, quoi.
Pierre G. : Ah ben oui, ben tiens, les Allemands nous prenaient comme complices, mais nous aussi… […] N’importe quel Allemand pouvait nous demander n’importe quoi, on arrivait à lui donner, parce qu’il y avait des prisonniers français qui étaient vraiment très, très ingénieux, hein. Très, très, hein. Les prisonniers français, hein. N’importe quoi, je vous dis, je vous ai cité les chaussures articulées qu’on faisait avec des morceaux de bois, on collait dessus une petite, euh, machine comme ça, là, en dessous on mettait du caoutchouc, et c’était des chaussures pour nous. Et on prenait le cuir qui était sur les camions de SS…

  • 21 Selon des prisonniers rapatriés (AN F/9/2915) et les rapports du contrôle postal (AN F/9/2915).
  • 22 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne », p. 13 (AN F/41/300 (...)

52Les transactions prenaient le plus souvent la forme d’un échange direct en nature, où certaines denrées non périssables, telles que les cigarettes ou les tickets de pain, pouvaient faire office de « monnaie d’échange ». Il est difficile de donner des indications exactes sur les « cours » en vigueur sur le marché noir. En 1943, un paquet de cigarettes valait 3 RM 50 et un kilo de haricots 400 francs (soit 20 RM).21 Le tarif officiel pour la même année22 ne donne malheureusement pas le prix des cigarettes, mais précise qu’un kilo de tomates équivaut à un kilo de pain blanc, soit 60 Pfennig (= 12 francs), ce qui donne une idée de ces rapports.

53Le cours du change entre le franc et le mark, fixé artificiellement à 20 pour 1, rendait le marché intéressant pour un petit groupe de Français qui en tiraient un profit financier. La seule difficulté résidait dans le transfert en France de sommes relativement élevées, car le montant des virements que les ouvriers pouvaient envoyer pour l’entretien de leur famille était limité. Aussi était-il évident de se servir des quotas de virement de ceux qui, comme Yves Bertho, ne les utilisaient pas. De là l’idée du système décrit dans le roman « Ingrid », conçu par l’héroïne, Madame Blanche, et qui a dû être réellement pratiqué :

Yves Bertho : Pour Madame Blanche, il s’agissait de sauter la censure qui était faite sur l’envoi excessif d’argent qui correspondait à des sources douteuses, de, de provenance, et qui serait celle du marché noir, hein ? Alors, on leur permettait d’envoyer par mois : tant, et ceux qui devaient les envoyer, devaient être quelqu’un de… d’étranger…
H. B.-S. : Ah, oui, d’accord. Donc c’étaient les surplus de son marché noir qu’elle envoyait là-bas…
Yves Bertho : C’est ça ! […] C’est précisément pour, pour sauter ce, ce… barrage-là, qui impliquait… et alors, euh, on versait justement, à ce, à son, au compte qu’elle adressait, qui était une personne, une personne différente qui pouvait être une personne… et qui centralisait, à qui elle avait confiance, hein ?

54Tout ce qu’on avait pu récupérer dans les entreprises ou à diverses occasions, comme le charbon et les pommes de terre provenant des wagons de chemin de fer, n’était pas l’objet de marchandage au marché noir mais servait plutôt aux besoins personnels. Bien sûr, des punitions sévères étaient prévues pour ces vols occasionnels – l’envoi en AEL pour les Français, la mort pour les Polonais –, mais ils étaient tellement monnaie courante que même le chef de Paul M. aux abattoirs lui en « rappela » la pratique :

55Sous la menace d’une répression féroce, émergèrent ça et là des îlots de laissez-faire. Le degré de risque encouru dépendait beaucoup du hasard et de l’humeur des personnes à qui on avait à faire. Le sentiment de valorisation de soi qui en découle, est aussi un élément de subversion, même si on ne peut pas parler de résistance. Herbert résume très justement l’ambiguïté de cette situation :

  • 23 Herbert (1985), p. 204.

Dans la mesure […] où les règlements étaient massivement bafoués, dans plusieurs endroits même largement ignorés, on les a encore renforcés, précisés, étendus, avec pour résultat de les rendre encore moins adaptés à la réalité et donc encore plus susceptibles d’être enfreints […] La diversité et la sévérité des interdits, loin d’indiquer que les autorités maîtrisaient la situation dans son ensemble, comme le nombre de directives pourrait le suggérer, montrent bien au contraire que les circonstances réelles leur échappaient assez largement.23

  • 24 Cf. Hopmann et al. (1994), p. 485.

56Ce monde clandestin n’était cependant nullement régi par l’entraide ou la solidarité, mais fonctionnait selon des rapports de force bruts où les trafiquants professionnels étaient rois et les participants plus faibles obligés de tout lâcher pour un bout de pain – voire vendre leur corps, comme ce fut le cas de nombreuses femmes déportées de l’Est.24 Ainsi, cette société clandestine du marché noir, loin de constituer une opposition aux hiérarchies officielles entre les différentes catégories de travailleurs, en était plutôt le reflet.

Notes

1 Décret du RAM du 14 janvier 1942.

2 Silvestre (1979), p. 5.

3 Une circulaire de la police brêmoise admet enfin les travailleurs civils de l’Ouest le 3/1/44, mais eux seulement. Au printemps 1943 encore, l’accès aux abris était interdit à tous les étrangers (cf. Herbert (1985), p. 288-9), mais ces règles ne semblent pas avoir été prises partout à la lettre.

4 Marcy, Carnets 1940-45, p. 208.

5 Cf. Azema (1979), p. 18 ; et la réponse du Commissariat général de la main-d’œuvre française en Allemagne du 14 juin 1944 à une demande du Comité local d’entraide de Mont-de-Marsan du 10 juin 1944 : « D’après les renseignements venus d’Allemagne les régions qui n’ont pas subi de grands bombardements et où les camps de travailleurs n’ont pas été détruits, bénéficient d’un état sanitaire relativement bon ; par contre dans les régions où de gros bombardements ont détruit les camps et leurs installations, la situation est nettement plus mauvaise, car dans beaucoup d’endroits les conditions d’hygiène manquent totalement » (AN F/60/1454). Or, pour des préjudices subis, un remboursement était prévu, promesse certainement très théorique, cf. annexe, document 2.7.

6 Cf. « Résultats d’ensemble du premier contrôle médical des rapatriés », in : Lewin (1987), p. 56.

7 Ibid., p. 58.

8 « Rapport introductif à l’étude de la pathologie de la déportation du travail, » in : Livre blanc, p. 38-9. Pour la Sambre, le taux de maladie au retour est estimé à 23,3 % (Costes 1973, p. 100) ; pour l’Ariège d’un tiers environ (Laurens 1975, p. 253-4).

9 Cf. Virgili (2007).

10 Rousso (1984), p. 338. Une pouponnière a été mise en place par la mission Bruneton, en mai 1944 près de Berlin.

11 Loi sur la protection de la mère au travail, in : Reichsarbeitsblatt 1943, V 58, 1943, III 141 und 1944, II 60.

12 La Croix-Rouge estime le chiffre des enfants de Françaises et de pères inconnus à 3000 à 3500. (Virgili, 2007, p. 370).

13 Une circulaire du RAM du 11 décembre 1942. prévoit une prime de 50 RM (1000 F) pour ceux qui s’engagent par écrit à s’équiper complètement en France pour toute la durée du contrat (STB 4,13/1-A. 8. b. Nr. 117).

14 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne », p. 18 (AN F/41/300).

15 Ce sont des rations en vigueur en septembre 1943. Pour la période du 24 juillet au 4 mars 1945 (cf. annexe, document 2.9). Martin B. a recopié les rations distribuées à Farge à partir du 9 avril 1945 (cf. annexe, document 2.10).

16 « En règle générale, ils bénéficient de la même nourriture que la population allemande. Certains usines ont installé des réfectoires où la cuisine est faite par des Français » (La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 385).

17 Un fait illustre les quantités dont il s’agissait : en mai 1941 déjà, dans un camp de Brême, des pèse-lettre servaient à répartir les portions de beurre, de saucisson etc. (STB 4,29/1-1164).

18 Décrets du Ministère du travail des 21 décembre 1942 et 27 avril 1943 concernant le trafic postal des ouvriers étrangers ainsi qu’une notice de mars 1942 (AN F/9/2296).

19 Cf. lettre du MBHF de janvier 1942 (AN AJ/40/851) et circulaire du RAM du 21 février1942 (STB 4,13/1-A. 8. b. B. Nr. 34).

20 Circulaire du RAM du 23 novembre 1944 (STB 4,13/1-A. 8. b. Nr. 34).

21 Selon des prisonniers rapatriés (AN F/9/2915) et les rapports du contrôle postal (AN F/9/2915).

22 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre 1943 dans le gau Aix-la Chapelle-Cologne », p. 13 (AN F/41/300).

23 Herbert (1985), p. 204.

24 Cf. Hopmann et al. (1994), p. 485.

Table des illustrations

Titre 2.1 – La villa Miralanda (« Images de la vie de ceux qui sont partis », par un groupe de journalistes français ayant visité l’Allemagne, 1943, p. 19).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre 2.2 – « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 15.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 2.5 – Maison détruite.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre 2.6 – Usine détruite.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre 2.11 – Repas du dimanche au camp.
Crédits Collection Brisset.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre 2.12 – Etiquette pour colis.
Crédits Collection André P.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39635/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540