Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La vie quotidienne : au camp, en ville, au travail

La vie quotidienne : au camp, en ville, au travail

Texte intégral

1Parmi les conditions concrètes qui ont déterminé la vie des prisonniers de guerre et des travailleurs civils français à Brême, ce sont d’abord les lieux qui ont servi de cadre de vie : le camp, le lieu de travail, la ville, où ils jouissaient de plus ou moins de liberté de circulation. Puis ce sont les questions matérielles et juridiques, telles que le statut, la rémunération, la nourriture, les soins médicaux et aussi la protection contre les bombardements alliés.

2Tous ces aspects découlent à la fois d’intentions politiques parfois contradictoires et de nécessités objectives résultant de la situation concrète d’un pays en état de « guerre totale ». L’embauche de travailleurs étrangers créait un conflit entre la nécessité économique et la crainte d’un risque pour la sécurité publique qui en découle. Quant au statut des travailleurs français, il correspondait à la place ambiguë dans la hiérarchie qui leur revenait en tant que « travailleurs occidentaux ». Le lieu de travail est l’endroit privilégié où s’expriment les éléments d’accommodement et d’intégration, mais aussi de réticence et de conflictualité.

  • 1 Camps de « rééducation par le travail » où les conditions de vie étaient parfois pires que celles (...)

3Contrairement à des mythes répandus, le statut juridique et la réalité vécue ne furent pas fondamentalement différents entre les ouvriers recrutés et les requis. Les uns et les autres furent traités en « travailleurs libres de l’Ouest » et partageaient le sort par ailleurs également peu enviable de leurs collègues de travail allemands, soumis aux mêmes contraintes et rigueurs de l’économie de guerre et d’une dictature soucieuse de supprimer radicalement toute expression de dissidence en menaçant d’Arbeitserziehungslager (AEL)1 tous ceux qui étaient soupçonnés de nuire à l’effort de guerre.

  • 2 Cf. aussi Bories-Sawala (2000).

4Il n’y avait pas de différence de salaire, de nourriture ou même d’hébergement entre les recrutés ou les requis une fois en Allemagne, si ce n’est les avantages des premiers venus, pour le logement par exemple, et le fait que les conditions de vie furent plus difficiles en 1943-44 qu’en 1940-42. Mais, comme le montre le dépouillement du fichier municipal brêmois, l’affectation dans les usines et les différents camps d’hébergement collectifs (écoles ou salles de sport désaffectées, mais surtout baraques en bois) pouvait créer des situations extrêmement variables, et pas spécialement à l’avantage des volontaires. S’il y avait une hiérarchie dans les conditions de vie, ce fut celle entre Allemands et étrangers, puis entre les travailleurs de l’Ouest d’une part et les parias requis en Pologne, en URSS et les internés militaires italiens de l’autre, qualifiés de sous-hommes ou de traîtres, et traités avec une haine et un mépris souvent meurtriers. Sur cette échelle, les civils français, dans leur ensemble, constituaient un groupe intermédiaire, exploité et vivant dans des conditions souvent pénibles, mais dont on apprécia et ménagea la force de travail, non par égard à la personne humaine mais par pure raison économique.2

Notes

1 Camps de « rééducation par le travail » où les conditions de vie étaient parfois pires que celles des camps de concentration, pour des durées beaucoup plus réduites, de trois semaines à trois mois.

2 Cf. aussi Bories-Sawala (2000).

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540