Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La réquisition de main-d'œuvre

Les Français qui arrivent : profils sociologiques et vécu individuel

Texte intégral

Profils sociologiques

1Si les statistiques du départ sont parfois aléatoires, les fichiers d’état civil en Allemagne, où étaient également recensés les étrangers, même ceux qui vivaient dans les camps, peuvent quant à eux donner un résultat plus précis, car il s’agit alors de personnes effectivement présentes sur le sol allemand. L’analyse d’un échantillon de 1000 dossiers de travailleurs civils français (sur un chiffre présumé de 5700, y compris les requis du STO) pour la ville de Brême, la seule où une telle analyse a été entreprise à ce jour, permet d’aboutir à des conclusions intéressantes en croisant des données comme l’âge et le sexe, la situation familiale, l’origine géographique, le moment d’arrivée et de départ, l’affectation aux différentes usines et camps.

1.34 – Fiche (rendue anonyme) du fichier des habitants de la ville de Brême (STB 4,82/1)

1.34 – Fiche (rendue anonyme) du fichier des habitants de la ville de Brême (STB 4,82/1)

2Suite à l’essor spectaculaire de l’industrie de l’armement, surtout dans les secteurs des chantiers navals, de la construction de véhicules et d’avions, le besoin de main-d’œuvre fut très élevé, dès avant la guerre, et s’intensifia du fait de l’appel au front d’un nombre toujours croissant d’ouvriers allemands.

3Les Français recensés dans le fichier de Brême se répartissent entre 56,8 % d’hommes requis, 25,6 % de travailleurs recrutés, 4,3 % de femmes et 13,4 % de prisonniers de guerre transformés. Parmi les civils hommes, 28,2 % arrivent entre octobre 1940 et l’appel à la Relève du 22 juin 1942, 5 % sont issus des seuls départements du Nord et du Pas-de-Calais où des déportations forcées avaient alors eu lieu. Seulement 2,2 % suivent l’appel à la Relève volontaire, mais 44,6 % affluent de septembre 1942 (début de la Relève forcée) à février 1943 (loi sur le STO). Le STO de la seconde action Sauckel amène à Brême 13,1 % du total, tandis que 6,2 % arrivent pendant l’été 1943.

4Les accords Speer-Bichelonne mettent un terme provisoire aux réquisitions, les 1,9 % qui continuent cependant à venir en Allemagne sont sans doute des volontaires. Puis la quatrième action Sauckel, freinée par la pénurie généralisée de main-d’œuvre en France et par l’impact grandissant de la résistance, amène 3,1 % des Français présents à Brême entre février 1944 et le débarquement allié en Normandie. Les rares personnes arrivant après le 6 juin 1944 pourraient être des collaborationnistes en fuite ou des personnes arrêtées dans des rafles par l’armée allemande en retraite – mais cela ne concerne que 0,7 % de l’échantillon.

5À y regarder de plus près, les 25 % d’ouvriers français civils vraisemblablement recrutés sur une base libre, se distinguent des autres groupes d’abord par une moyenne d’âge plus élevée (30,5 ans au lieu de 27,5 ans pour l’ensemble) et un statut familial plus évolué (50,7 % d’hommes mariés contre 39,5 % dans l’ensemble). Surtout, il y a des cas où des membres d’une même famille (deux frères, père et fils, oncle et neveu ou mari et femme) viennent ensemble ou se rejoignent.

1.35 – Arrivées de travailleurs civils français à Brême entre octobre 1940 et juillet 1944 (cas dans l’échantillon d’un millier).

1.35 – Arrivées de travailleurs civils français à Brême entre octobre 1940 et juillet 1944 (cas dans l’échantillon d’un millier).

6Tout compte fait, ces caractéristiques font penser à une migration de travail pour ce premier groupe, tandis que le profil des requis, plus jeunes, les apparente à des recrues. La courte durée du séjour des recrutés est également significative : 30,2 % repartent dans les premiers six mois suivant leur arrivée, 42,3 % avant la fin de leur première année, 21,5 % restent entre un et deux ans et seuls 6 % au-delà de deux ans. En ce qui concerne les volontaires de la Relève, groupe peu nombreux, l’âge moyen (35,2 ans), le taux d’hommes mariés (62,5 %) et le niveau de qualification professionnelle sont les plus élevés de tous les groupes de civils.

  • 1 Virgili (2007), p. 359. Entre janvier 1941 et septembre 1942, leur part parmi les travailleurs fran (...)

7Quant aux femmes françaises, leur présence est minime (4,3 % de l’ensemble des Français, la moyenne du Reich étant de 6.6 %1) et leurs arrivées s’étalent de l’automne 1940 à l’été 1944. Ni la loi du 4 septembre, ni le STO ne concernaient les femmes, mais il serait hâtif d’en conclure qu’elles aient été toutes volontaires. Dans notre échantillon, plus d’un tiers d’entre elles sont originaires des départements du Nord et du Pas-de-Calais (autant que de Paris et de sa région). Or, en zone interdite une réquisition forcée est pratiquée dès le début. Si l’on considère la seule période entre novembre 1940 et juin 1942, le taux de femmes qui arrivent de cette zone s’élève à 56 %. Contrairement aux légendes répandues par leurs concitoyens, la plupart sont affectées, comme leurs collègues masculins, dans les entreprises d’armement, construction de véhicules et chantiers navals, et dans d’autres branches comme les hôpitaux, certaines aussi dans des ménages. Leurs situations familiales sont très variables : à part une veuve, une femme divorcée et une petite minorité vivant en Allemagne avec le mari, la plupart sont célibataires. La plus jeune n’a que 15 ans à son arrivée, les plus âgées en ont 42. Comme la quasi-totalité des hommes arrivés avant le début des réquisitions, les femmes ne viennent que des départements de la zone occupée.

8En fin de compte, c’est la loi du 4 septembre 1942 qui produisit le plus grand afflux de travailleurs français. Cette réquisition forcée par prélèvements directs dans les entreprises françaises fonctionna à plein dès octobre et culmina en novembre. En quelques semaines, arrivèrent alors plus de travailleurs français que durant les deux années précédentes et même deux fois plus qu’à la suite de toutes les autres mesures appliquées jusqu’à la fin de l’occupation allemande en France. Ceci montre bien l’importance historique souvent méconnue de cette mesure de réquisition forcée.

9Contrairement à la réquisition par le STO, opérée par classes d’âge et concernant aussi les secteurs de l’artisanat, l’agriculture, les services et les professions libérales, ce groupe fut presque exclusivement recruté dans la main-d’œuvre industrielle. Il n’était pas rare que des ouvriers de grandes entreprises soient envoyés tous en même temps dans des entreprises allemandes. Même si cette main-d’œuvre a été essentiellement réquisitionnée en zone occupée jusqu’en novembre 1942, la loi a été manifestement aussi appliquée en zone « libre ».

10Les ouvriers de la Relève forcée étaient plus jeunes que les autres recrutés (28,5 ans en moyenne) – car, lors des réquisitions, on s’efforçait de ménager les pères de famille – et la plupart étaient célibataires, mais tout de même 40 % d’entre eux étaient mariés. Après les ouvriers qualifiés de la Relève et les prisonniers de guerre transformés, leur groupe avait le taux le plus grand d’ouvriers diplômés, 53,2 %.

11Le recrutement par classes d’âge de jeunes ouvriers par la loi du STO de février 1943 accrut à nouveau l’afflux de main-d’œuvre française. Mais la proportion des ouvriers du STO, 11,2 % de l’ensemble des travailleurs civils, resta bien inférieure à celle des requis de la Relève et à celle des recrutés.

12La réquisition basée sur l’année de naissance englobait désormais toutes les couches de population. Les ouvriers n’avaient plus, comme au temps de la Relève, un contrat de travail en bonne et due forme mentionnant l’entreprise d’affectation, mais ils étaient répartis dans les convois avec une destination assez vague ne correspondant pas forcément à la ville où ils allaient finalement aboutir. Les offices locaux pour l’emploi répartissaient ensuite les arrivants dans les entreprises selon les besoins du moment. La plupart des jeunes hommes du STO n’avaient pas de formation professionnelle et la proportion d’ouvriers qualifiés diminua, passant de 39 % des requis entre février et avril à seulement 17,8 % entre avril et septembre.

13Même durant la période d’application du STO, près de la moitié des hommes n’appartenaient pas aux classes d’âge concernées mais étaient requis sur la base de la loi du 4 septembre 1942. Notre analyse confirme ainsi le poids éminent de cette loi qui entraîna bien plus de réquisitions forcées que la loi du STO de février 1943, contrairement à la légende.

14Le 17 septembre1943, Speer réussit à imposer, contre son rival Sauckel, l’arrêt provisoire des transferts de main-d’œuvre de France. Cependant des ouvriers français, même peu nombreux, arrivent encore à Brême après la conclusion de l’accord Speer-Bichelonne. Les données chiffrées sont trop minces pour conclure sûrement mais il est peu probable que ce soit tous des volontaires. La structure d’âge parle en faveur d’une composition mixte : hormis un quart des personnes nées avant 1920, la moitié du groupe est composée des classes d’âge concernées par le STO, un autre quart est plus jeune et est venu pour l’essentiel de la Gironde, probablement en provenance directe des dix groupements de Chantiers de la Jeunesse. Quant aux travailleurs civils plus âgés, ce sont sans doute en majorité, sinon tous, des requis prélevés dans des entreprises.

  • 2 Cf. un fichier du MBHF (AN AJ/40/851) et sa lettre du 10 décembre1943, annexes 2 et 3 (AN AJ/40/852 (...)

15Sauckel tenta de réquisitionner encore une grande quantité de main-d’œuvre française dans une quatrième action de grande ampleur à partir de janvier 1944. Malgré des efforts de propagande pour le recrutement, des « peignages » d’entreprises et des rafles effectuées avec la participation de troupes spéciales franco-allemandes, ce fut un échec. Au lieu des 4000 prévus, 142 Français arrivèrent à Brême, soit 2,7 % des travailleurs civils, 60 % d’entre eux étant originaires de Gironde, des Landes et des Basses-Pyrénées, trois départements français du sud-ouest « parrainés » par le Gau Weser-Ems.2

16Après la fin officielle des réquisitions et le débarquement des Alliés en Normandie, un petit nombre de Français et de Françaises arriva encore à Brême : 5 hommes et 3 femmes de notre échantillon en juillet 1944, puis une autre femme le 17 août. Dans les désordres de la retraite allemande, on continua de déporter des ouvriers en Allemagne. Pour eux, cela signifiait encore une année de travail dans une Allemagne courant à sa défaite, sous les bombardements alliés et sans liens avec le pays natal où la guerre était presque déjà finie.

Le vécu de la réquisition, du départ et de la situation politique

17Les témoins André P., Robert. G., Paul H. et André D. se virent, un jour de l’automne 1942, « attrapés comme des souris dans une souricière » (André D.) : leurs noms figuraient parmi ceux d’autres hommes, de préférence jeunes et célibataires, sur une liste, établie par l’entreprise, d’ouvriers désignés pour aller travailler en Allemagne. Quelques jours après seulement suivirent l’examen médical et le départ pour l’Allemagne. Imaginèrent-ils un instant se soustraire à cette réquisition ? Ou bien cette remarque de Silvestre à propos des requis de la Relève forcée vaut-elle pour eux ?

  • 3 Silvestre (1983), p. 6.

Le plus facile est de suivre le troupeau, de profiter des avantages offerts, la prime (1000 F), les salaires transférables, et pour certains l’occasion d’aller voir du pays. Ainsi une masse consentante, plus ou moins résignée, ignorante des réalités allemandes, signe les convocations.3

18Les témoins ont des souvenirs quelque peu différents. En règle générale ils ne signaient pas leur contrat ce qui, en fait, ne l’empêchait nullement de prendre effet. Satisfaits de leur emploi en France, ce n’est donc certainement pas avec plaisir qu’ils l’échangèrent contre une réalité incertaine dans une ville lointaine comme Brême. Mais la résignation prévalait bel et bien : l’idée de se soustraire, parfois envisagée, fut vite abandonnée par crainte de représailles pour la famille. Aucun des témoins n’aurait d’ailleurs su comment s’y prendre pour devenir un clandestin, décision solitaire et lourde de conséquences en cet automne 1942. Par comparaison, un travail à durée déterminée en Allemagne, dans la même branche et dans une entreprise avec laquelle un partenariat existait déjà avant la guerre, comme dans le cas de Robert G. et Paul H., apparaissait comme un moindre mal. La décision d’obéir a sûrement été encouragée par le fait que cette mesure concernait en même temps un grand nombre de camarades de travail.

19Si la plupart des requis furent surpris par l’appel, Henri L., lui, avait reçu en juillet déjà l’ordre de se présenter pour la Relève volontaire, ordre qu’il n’avait pas suivi à cause de ses obligations familiales. Après avoir ignoré un second appel en octobre 1942 (cf. document 1.36), il fut arrêté sur son lieu de travail et transféré d’office en Allemagne. Pour Edmond T., qui impute sa réquisition à une querelle avec un soldat allemand de la SS, l’incorporation fut également si soudaine qu’il n’eut pas le temps d’envisager d’autres alternatives : elle ressemblait à une arrestation et à une sanction politique, et c’est bien ainsi qu’il la jugea.

20Georges T., appelé pour la Relève forcée en novembre 1942, réussit en revanche à éviter de partir, puis, rattrapé par la loi du STO de février 1943 (cf. annexe, document 1.37), il ne vit aucune possibilité d’y échapper, même s’il prit la liberté de retarder ce voyage de quelques jours, le temps de prendre congé de sa famille. Robert D., Fernand L. et Edgard B. reçurent leur avis d’incorporation dans le cadre du STO comme d’autres jeunes gens de leur entourage. D’abord réfractaire, Edgard B. se ravisa pour ne pas mettre en danger son père qu’il craignait de voir pris à sa place. Robert D. qui se soumit aussi par égard pour ses parents regrette après coup de ne pas s’être enfui durant le trajet en train, pensant que son absence serait passée inaperçue dans les statistiques et n’aurait pas eu de conséquences.

1.36 – Ordre de mise en route et convocation pour la Relève, 24 octobre 1942.

1.36 – Ordre de mise en route et convocation pour la Relève, 24 octobre 1942.

Collection Henri L.

21Au printemps 1943, outre l’absence de réelle alternative concrète, le fait que le gouvernement français présentait cette loi comme un devoir apparenté au service militaire incita à l’obéissance nombre de requis du STO et leur famille. Ne pas répondre à l’incorporation aurait signifié le non-respect de la loi française et un manque à la nécessaire solidarité intergénérationnelle. Les classes précédentes avaient rempli leurs obligations militaires et de nombreux soldats étaient en captivité en Allemagne. Aussi pour beaucoup d’entre eux, ce n’était que justice que les classes d’âge suivantes aient aussi à s’acquitter du devoir national exigé par le gouvernement français.

22En revanche, durant l’été 1943, lorsque les sursis pour les étudiants furent abolis et que la réquisition toucha Yves Bertho et Paul T., des structures mises alors en place avaient fait de la clandestinité une véritable alternative. Alors qu’Yves Bertho, comme le héros de son roman (cf. Introduction), opta par curiosité juvénile pour le voyage en Allemagne, Paul T. profita de son sursis pour nouer des contacts avec la Résistance afin de gagner l’Angleterre, projet qui échoua en dernière minute. Comme pour beaucoup d’autres cependant, le premier motif de son refus de partir en Allemagne ne fut pas tant le travail pour l’ennemi que le fait de devoir aller vers un destin incertain en quittant sa famille et ses amis. Pour cela, il aurait même été prêt à entrer dans l’organisation Todt :

H. B.-S. : Et donc, vous auriez accepté de travailler pour les Allemands, mais non pas en Allemagne, si je comprends bien…
Paul T. : Ah non. En France, parce que j’étais en France.

1.38 – Désignation pour le STO par la Direction départementale du Service du Travail obligatoire du 29 juin 1943 et carte de travail de l’agence pour l’emploi de Brême établie le 10 septembre 1943.

1.38 – Désignation pour le STO par la Direction départementale du Service du Travail obligatoire du 29 juin 1943 et carte de travail de l’agence pour l’emploi de Brême établie le 10 septembre 1943.

Collection Paul T.

H. B.-S. : Oui, oui. Donc l’essentiel, c’était d’éviter le départ là-bas.
Paul T. : Voilà, oui. […]
Paul T. : Autrement, euh, on savait aussi qu’il y avait des bombardements, c’était une des raisons pour lesquelles… on hésitait à partir. Le fait de travailler pour les Allemands, euh, nous avions signé l’armistice, mais les Allemands étaient quand même nos ennemis.
H. B.-S. : Bien sûr. Mais dans l’organisation Todt, ça aurait voulu dire aussi, travailler pour eux.
Paul T. : Oui. Mais c’était un moindre mal. […] C’était l’organisation Todt, c’était la France, avec la possibilité de pouvoir partir, s’évader, euh… […] Si une opportunité se présentait.

23Après l’échec de sa tentative de s’envoler pour l’Angleterre, Paul T. préféra ensuite se rendre en Allemagne, lui aussi par égard pour sa famille.

24Martin B. enfin, qui ne fut réquisitionné sur son lieu de travail que peu avant le débarquement allié, venait juste de purger depuis quelques semaines une peine d’emprisonnement pour sabotage que lui avait infligée un tribunal militaire allemand. Employé à Bordeaux sur une base de la marine allemande, il avait ignoré plusieurs fois sans être inquiété les appels à la réquisition du travail ! Son exemple montre combien il est difficile de répondre de façon globale à la question de savoir si les appelés auraient pu se soustraire au voyage en Allemagne en prenant le maquis. Le renforcement et l’élargissement de la Résistance attestés historiquement et le développement, plus ou moins marqué selon les régions, durant l’été 1943, de structures d’organisation ramifiées et efficaces auxquelles correspond un nombre croissant de réfractaires n’est qu’un côté de la médaille. Les souvenirs des témoins nous en montrent l’autre : il est impossible de décider après-coup pour chaque cas individuel si l’occasion de disparaître dans la clandestinité aurait effectivement existé.

  • 4 Vittori (1982), p. 77.

25Quoi qu’il en soit, il est évident que, dans leur souvenir, tous les témoins évaluent nécessairement cette possibilité à la lumière de la décision qu’ils ont prise et sous l’emprise du jugement qui a été porté sur leur comportement de l’après-guerre jusqu’à nos jours. Il est beaucoup plus honorable d’avoir été réfractaire, maquisard et de ce fait résistant. Ainsi, la perception mutuelle entre les anciens requis et les anciens réfractaires ressemble à un dialogue de sourds. Les « partis » considèrent que peu de solutions existaient ; les « non partis » pensent évidemment le contraire ».4

26Quoi qu’il en soit, tous les témoins ou presque se souviennent qu’eux et leur famille écoutaient la BBC. Mais ils n’ont pas ressenti comme réalisables les appels à refuser d’aller en Allemagne et à prendre le maquis. Personne ne se souvient de tracts donnant des indications concrètes. Quelques-uns évoquent des exemples de fuites réussies, depuis le sud-ouest de la France par la frontière espagnole, ou dans un cas grâce à un suicide feint. Après la guerre, Georges T. a appris qu’une tentative de fuite pouvait se payer cher : un collègue de travail a été déporté pour cela à Buchenwald.

27Le caractère inéluctable du départ et l’impuissance ressentie alors donnaient lieu parfois à des manifestations au moment des scènes d’adieux à la gare. À Bordeaux, André D. relate les protestations des proches en novembre 1942 tout comme Fernand L. en mai 1943. À la gare de l’Est, Georges T. se souvient d’avoir vu des banderoles où était inscrit : « À bas l’Allemagne » et « Vive la France ». À ma question de savoir si les soldats allemands présents ont laissé faire les manifestants, il répond d’un oui hésitant. Mais on peut se demander si les souvenirs de certains détails, comme les banderoles, n’ont pas été échafaudés après-coup sur la base de photos (de la scène de la gare de Montluçon ou de Romans, cf. p. 74) qui devinrent après la guerre des points de cristallisation de la mémoire collective. Étant justement les seuls points où les souvenirs des requis recoupent ceux des résistants, ils revêtent une importance particulière pour les premiers.

28Ainsi, dans la mémoire de Fernand L., le souvenir du départ imprégné dans la mémoire collective prend d’abord le pas sur le souvenir de son propre départ. Pour illustrer sa propre expérience, il me montre une photo de Tarbes et ce n’est que progressivement et sur ma demande expresse qu’il distingue entre les deux perspectives :

1.39 – Photo de protestations à la gare de Tarbes « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 12.

1.39 – Photo de protestations à la gare de Tarbes « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 12.

H. B.-S. :…les photos du départ, euh, c’était, c’était comme ça que ça c’était…
Fernand L. : Mais c’était comme ça, oui. Oui, oui, voilà, alors voyez, c’était gare Saint-Jean, ici, à Bordeaux…
H. B.-S. : Oui…
Fernand L. : Il y avait le train, puis il y avait les Feldgendarmes qui nous, qui, on était accompagnés par un Allemand, euh, un ingénieur allemand de l’usine Focke-Wulf qui nous ame-… qui nous conduisait jusqu’à Brême. Alors on est parti, voyez, le soir, c’était comme ça.
H. B.-S. : Et donc, ils ont laissé tout ça ?
Fernand L. : Et ben c’est-à-dire que oui, parce que, euh…
H. B.-S. : Ça m’a toujours étonnée que…
Fernand L. : Euh…
H. B.-S. : Parce que…
Fernand L. : Mais je crois que, ils, ça, ça, ils s’en moquaient, ils comprenaient, remarquez, les soldats, les, les Allemands qui nous gardaient, qui qui, ceux qui faisaient attention qu’on, qu’on s’en aille pas du train, c’est ce qui y avait écrit dessus, ça, ils s’en moquaient, eux.
H. B.-S. : Ah bon ? !
Fernand L. : Euh, ah oui ça ils s’en moquaient, éperdument, « Laval au poteau »… ils s’en moquaient, de tout ça. D’abord c’est simple, c’est officiel. Et ça, ça a pas été…
H. B.-S. : Hm. Mais sur votre train, il y avait des inscriptions aussi ?
Fernand L. : Pas sur notre train, non. Ça, c’était à Tarbes, je crois, moi. (bruit de papiers) Je crois c’était à Tarbes, ça. Oui c’est…
H. B.-S. : Moi, ça m’a toujours fortement étonnée que les Allemands aient laissé… c’est de la craie, ça, ça s’efface facilement…
Fernand L. : (lit) « Laval au poteau »…
H. B.-S. :…qu’ils aient laissé euh, les trains… enfin, les inscriptions sur les trains…
Fernand L. : Ça, je l’ai pas vu, moi. Je crois que, sur notre train, je crois pas qu’il y ait eu d’inscriptions. Je me souviens pas trop.
H. B.-S. : Oui. Et il y avait, euh, de toute manière, il y avait des militaires présents, ou la police, euh… ?
Fernand L. : Mais c’est-à-dire, il y avait, c’est, c’était des, des militaires qui nous accompagnaient, c’était des Feldgendarmes. Mais remarquez, on était, on était un petit peu trop… on était un peu libres, nous aussi, parce que normalement, on aurait pu chercher un sandwich sur le quai, on était, on n’était pas…
H. B.-S. : Oui, oui.
Fernand L. : Ah oui, ils nous considéraient quand même un peu.

29Ce qui est vrai pour les inscriptions sur les trains et les banderoles devrait s’appliquer à d’autres éléments qui, à partir de quelques évènements vrais devenus célèbres, ont fini par constituer un mythe du départ des requis dans la mémoire collective de ce groupe :

  • 5 Quereillahc (1958/1990), p. 23-4.

La colère, les cris et les injures ont fusé de toutes parts : « Laval au poteau, Laval assassin, Vive de Gaulle ». La Marseillaise, l’Internationale, hurlées à pleins poumons ont jailli à toutes les portières du convoi dans la traversée des gares où la foule nous manifestait sa sympathie et son affection.5

  • 6 Dancy (1946), p. 1-3. Dans l’ouvrage d’Evrard également, qui se veut une œuvre scientifique et non (...)

30C’est dans ces termes qu’est évoqué le départ dans le roman de Quereillhac, en accord avec la mémoire officielle collective du groupe. Chez Dancy on retrouve les mêmes images des requis remplis d’une « sourde colère contenue » qui expriment lors du départ leur « mépris pour les négriers de Vichy » : « Le train part, secoué par les accents d’une Marseillaise ou d’une Internationale lancées à pleins poumons ».6

31Aucun des témoins interviewés ne va jusqu’à prétendre avoir lui-même entendu voire entonné ces chants. Robert G. au contraire décrit l’état d’esprit des jeunes ouvriers de l’aéronautique se rendant à l’usine Focke-Wulf à Brême comme assez confiant : « On avait le moral ». Ils imaginaient encore être bientôt de retour. André P. se souvient d’un discours pétainiste à la gare du Nord à Paris et d’applaudissements à leur passage à Verviers. Il se demande encore aujourd’hui si c’était une approbation de la Relève ou une manifestation de sympathie à l’égard des requis.

32Les souvenirs diffèrent au sujet de la surveillance en gare et durant le trajet : la plupart voyagèrent, du moins en territoire français, sous la stricte surveillance des Feldgendarmen allemands, qu’ils dénommaient « vaches à bavoir » à cause de la plaque de métal qu’ils portaient sur la poitrine. Paul T. et Martin B. furent témoins, durant le trajet, de tentatives d’évasion qui échouèrent parce que les Allemands mitraillaient. Par contre certains autres comme Georges T. et Robert D. réussirent même, lors du passage à Paris, à s’éloigner du groupe et à rendre quelques visites en ville avant de réapparaître à la gare et d’être tout simplement embarqués dans le prochain train pour l’Allemagne, certes avec retard mais sans autre forme de sanction. Souvent, c’est sur le sol allemand, à Aix la Chapelle par exemple, que les requis apprenaient leur destination définitive et certains ont même pu échanger leur billet entre eux afin de rester avec des camarades. Beaucoup effectuaient le reste du voyage en Allemagne sans surveillance.

33Quant à savoir qui ils tenaient pour responsable politique de leur réquisition pour le travail obligatoire en Allemagne, ils évoquent d’abord spontanément Vichy, puis ensuite les Allemands, sans même nommer Sauckel :

H. B.-S. : Vous et vos camarades quand vous partiez, comme ça, qui teniez-vous comme responsable, la situation générale, ou les Allemands, le gouvernement de Vichy… ?
André P. : Pétain-Laval.
H. B.-S. : Pétain-Laval surtout.
André P. : Surtout.
H. B.-S. : Enfin c’étaient quand même les Allemands…
André P. : Les Allemands faisaient la guerre. C’est tout. C’est une guerre, c’est une guerre. Mais, ceux qui nous ont envoyés, c’est, c’est pas tellement les Allemands qui nous ont pris, ce sont les Français qui nous ont envoyés.
H. B.-S. : Hm. Pour remplir quand même des, des conditions, des demandes que les Allemands avaient formulées.
André P. : Oui. Mais c’était des Français, vous n’aviez aucunement affaire aux Allemands. C’était les Français qui, qui faisaient tout. […]

34À la différence d’André P., Paul T. ne désigne pas dans la foulée Pétain et Laval ensemble, mais pour lui aussi, les Allemands ne sont responsables qu’« à l’origine » :

H. B.-S. : Donc qui tenez-vous, maintenant, après coup, et à ce moment-là aussi, pour responsable de votre départ ?
Paul T. : C’est Laval. Le président Laval.
H. B.-S. : C’est surtout ça…
Paul T. : Ah oui. C’est lui, oui.
H. B.-S. : D’avoir cédé à la pression allemande.
Paul T. : Oui oui. J’en veux pas tellement au maréchal Pétain parce que, bon ben, il était très vieux, il avait des moments de lucidité et puis d’autres moments où il était parti… et j’ai lu que Laval en profitait, profitait de moments où il était pas très bien, pour lui faire signer et tout, les textes.
H. B.-S. : Hm.
Paul T. : Non, c’est Laval, oui, c’était clair… une des raisons pour lesquelles il était fusillé à la libération.
H. B.-S. : C’était quand même moins lui que les Allemands qui étaient responsables.
Paul T. : Comment ?
H. B.-S. : C’était quand même moins lui que les Allemands, c’étaient les Allemands, en première ligne…
Paul T. : Alors au départ, à l’origine, c’étaient les Allemands, oui.

35Aucun des témoins ne se souvient d’une protection de la part de leurs patrons, tout au plus d’une attitude indifférente :

Robert G. : Ils étaient comme nous – ils ont suivi le mouvement ! […] C’est le gouvernement de Pétain-Laval, c’est eux qui sont responsables de tout ça.

36D’autres comme Robert P. et André D., dont le chef était vichyste, ainsi que Edgard B. et Georges T. se souviennent que leur chef avait même soutenu activement la politique de Vichy :

Georges T. : Bon alors. En fin 42, ils passaient une loi disant que… on le rappelle bien dans ce livre-là, que, euh…, il fallait tant de milliers de personnes des classes 40, 41, 42… et moi j’étais sur la liste forcément… et mon patron à ce moment-là m’a dit : Mon petit…, il nous a appelés, 17 personnes plus ou moins, Mes petits, le maréchal, je le revois encore ce type, le maréchal, c’était un ancien de la guerre 14/18, lui, le maréchal a dit : vous devez faire votre devoir, c’est la Relève, vous devez aller en Allemagne pour que les prisonniers puissent rentrer, et que… euh, et vous allez là-bas pour combien de temps, on ne sait pas… - Et qu’est-ce qu’il faut faire ? Eh ben, vous serez convoqués par… Et alors on a eu une, un papier, m’enfin je crois que le papier…, nous disait d’aller à tel endroit, et je me souviens, c’était dans le 17e arrondissement. Alors on passe la visite médicale… un médecin, c’était… je crois que c’était un Français d’ailleurs… euh…

37Edgard B. lui aussi considère que son patron est co-responsable de sa réquisition et il pense que l’entrepreneur avait tout intérêt à soutenir la politique de collaboration de Vichy :

H. B.-S. : Hm. Et donc, qui, au fond teniez-vous comme responsable de votre départ ? Edgard B. : Des Français.
H. B.-S. : Des Français ? Plus que les Allemands ?
Edgard B. : Oui.
H. B.-S. : Pourtant, c’étaient les Allemands qui…,
Edgard B. : Oui, mais c’est les Français qui donnaient les noms.
H. B.-S. : Hm.
Edgard B. : Moi, ça a été mon directeur de, euh, mon directeur qu’a donné tous les noms, euh, à la Gestapo, qui nous a fait partir. C’était Monsieur Grand qui travaillait à la Maison Verte.
H. B.-S. : Hm. Il aurait pu s’opposer ?
Edgard B. : Comment ?
H. B.-S. : Il aurait pu s’opposer ?
Edgard B. : Il aurait pu s’opposer ; tout au moins essayer d’amoindrir les choses. Mais comme c’était colla-, un collaborateur… il l’a fait.
H. B.-S. : Donc, il n’a pas essayé de négocier, de…
Edgard B. : Au contraire.
H. B.-S. : Au contraire ? Il était content de perdre ses ouvriers ?
Edgard B. : C’est-à-dire, au contraire, j’entends par là : au contraire, euh, euh, ayant beaucoup de relations avec les Allemands, il a voulu pour, euh, montrer sa bonne foi.
H. B.-S. : Oui.
Edgard B. : C’est tout.
H. B.-S. : Oui. Il comptait avoir des commandes peut-être, aussi. Et…
Edgard B. : Mais il avait des commandes.
H. B.-S. : Oui.
Edgard B. : Mais il y avait beaucoup de soldats qui venaient dans son magasin, la Maison Verte, à Verdun, euh, à Chartres.

38Quand on interroge les témoins sur la façon dont ils ont vécu les premières années du gouvernement de Vichy et sur ce qu’ils attendaient alors des années qui allaient suivre, certains rejoignent alors la perspective de l’historien et se lancent dans des considérations générales sur la période de Vichy en faisant abstraction de leur vécu personnel d’alors. Avec le recul, ils s’étonnent parfois de tout ce qui leur a échappé, comme Georges T. qui constate après coup qu’il n’a pas de souvenirs personnels de la « rafle du Vél- d’Hiv’ » dont il aurait pourtant dû entendre parler à Paris : « Personne ne s’est ému de ça. » Robert G. associe la période de Vichy aux attentats et aux arrestations d’otages, mais il ne sait pas avec certitude s’il en a entendu parler avant de partir en Allemagne ou seulement après la guerre.

39En tout cas, pour la plupart des témoins dont la mémoire retient en priorité ce qui relève du quotidien, une idée domine, à l’occasion avec une désapprobation rétrospective : l’armistice de 1940 a été accueilli en France avec soulagement ; et eux aussi, excepté Martin B. qui se méfia de Pétain dès le début, approuvèrent cette politique qui, dans un premier temps, apportait un retour à la normalité et semblait signifier la fin des hostilités pour la France. Pour quelques témoins et plus encore pour la génération de leurs parents, après l’évènement traumatique et humiliant de la défaite militaire de 1940, prédominait en partie le soulagement de voir que les soldats d’occupation se comportaient de façon relativement « correcte », comparée aux expériences et craintes datant de la Première Guerre mondiale : « Ils se sont bien conduits… Ils pensaient allier les Français » (Robert D.) ; « Au début, ils étaient très cool, ils ne nous embêtaient pas » (Edgard B.) ; André P. avait même vraiment de bons contacts avec ses collègues cheminots allemands et d’autres Allemands avaient pris leurs quartiers chez sa sœur. Georges T. se produisait sur scène avec son groupe musical devant des soldats allemands au Mans, sans se poser de questions.

40Pour eux, tout cela n’avait pas tellement de signification politique. Il s’agissait simplement de s’accommoder de la nouvelle situation, de travailler et de s’approvisionner convenablement dans une situation de pénurie croissante. Alors, pour André P. comme sans doute pour bien d’autres, le fait que les voisins se volent mutuellement les légumes du jardin-ouvrier était bien plus important que les spéculations sur un certain de Gaulle qui commençait seulement à se faire un peu plus entendre. Par ailleurs ils étaient jeunes, pensaient à aller au bal (Edgar B.) et vivaient « au jour le jour » (Paul T.), jusqu’à ce que la politique de leur gouvernement les concerne directement et les implique personnellement en les obligeant à partir pour l’Allemagne.

L’arrivée

41À leur départ, seuls le cheminot André P. et les ouvriers de l’aéronautique Fernand L., Robert G. et Paul H. avaient un contrat de travail pour l’entreprise où ils allaient travailler. Tous les autres partirent complètement dans l’inconnu et leur répartition dans les entreprises a soit correspondu à leurs compétences professionnelles, soit été laissée plus ou moins au hasard. Ainsi l’office pour l’emploi, où tous les travailleurs devaient se présenter en indiquant leur profession, transforma l’ancien employé d’assurances Georges T. en conducteur de tramways, le tailleur Edgar B. en ouvrier chez le constructeur automobile Borgward, le menuisier Martin B. en maçon sur le chantier de construction de sous-marins « Valentin » à Farge. Affecté comme ouvrier, l’ingénieur Paul T. chercha en vain à travailler dans sa profession de dessinateur industriel et attribue le refus de la part des Allemands à leur crainte des espions. Si les uns avaient le sentiment que la répartition dans les entreprises se déroulait selon un processus rationnel qui tenait compte de toutes les informations sur les opinions et le comportement de la main-d’œuvre mais dont la logique leur échappait, les autres avaient l’impression d’un règne généralisé de l’arbitraire et de la désorganisation.

42Ces ouvriers, qui tels André D., Edmond T. et Robert D. furent sélectionnés et emmenés par les entrepreneurs d’après leur apparence et après un court échange de paroles, durent se sentir complètement dégradés à l’état d’objets et soumis à l’arbitraire. L’ancien soldat de profession Edmond T. décrit ainsi ce tri dont il avait fait l’objet :

Edmond T. : Et à Brême, on arrive, à la gare de Brême, une fois débarqués sur le, l’entrée de la gare, et là, il est venu des… des gens, les patrons, qui cherchaient de, de la main-d’œuvre. Alors, ils vous demandaient quel métier, quel métier, quel métier, j’ai dit : moi, j’ai pas de métier, j’sais rien faire. Pah ! Le mec, il me prend : Eh bé, toi, tu tireras des câbles sur les bateaux, et il me dit ça en français. Tirer des câbles sur les bateaux, alors mettez, des câbles antimagnétiques autour de ces, ces petits, c’étaient des sous-marins.

43Si les intéressés ressentaient cette espèce de « marché aux esclaves » comme une humiliation, ce fut encore plus le cas des insultes dirigées personnellement contre eux dès leur arrivée et dont se souviennent Robert G. et Edgar B. :

H. B.-S. : L’arrivée à Brême, ça c’est présenté comment ? Quelles sont vos impressions ?
Robert G. : Ça a pas été très bien quand on partait au travail. Je me rappelle toujours, on est parti, on marchait au pas, alors là, on était encadré, je ne sais pas si c’était des soldats ou quoi, mais enfin, on marchait, on marchait au pas, quoi. Et des jeunes, en passant dans les rues, des jeunes, des jeunes enfants nous jetaient des Kartoffel à travers la figure, alors je me rappelle toujours, je me disais : ça commence bien. J’avais pas trop le moral là, eh, et puis…
H. B.-S. : C’était des, des jeunes en uniforme, en groupe ?
Robert G. : Je sais pas, je peux pas vous dire. Ah non non, ceux qui nous jetaient des pommes de terre c’étaient des des des civils, eh, c’étaient des des des enfants civils, ils savaient que c’étaient des Franzouse, alors ils nous bombardaient de patates. Ils savaient qu’on était des travailleurs quoi, oui.

44Edgard B., lui aussi, se souvient d’enfants et des jeunes fanatisés qui crachaient à la figure du jeune ouvrier français le jour de son arrivée à Brême :

H. B.-S. : On vous a craché dessus ? !
Edgard B. : Oui, les jeunesses hitlériennes.
H. B.-S. : Ah bon ?
Edgard B. : Les Junger-Hitler.
H. B.-S. : Le jour de l’arrivée ?
Edgard B. : Le jour de l’arrivée, au moment qu’on était parqués, ils nous ont craché dessus et, parce que, on est arrivés… en… en… le deux, trois, quatre mars 1943, où que Stalingrad était tombé. […] Et donc, c’était… ils commençaient déjà à avoir une certaine haine contre l’étranger, et, euh… on était sur le trottoir, on marchait sur le trottoir. On nous a fait descendre du trottoir pour laisser passer les Junger-Hitler, c’est-à-dire les Jeunesses hitlériennes. Qui se sont retournés vers nous et nous ont craché dessus. Ça, c’était le premier contact qu’on a eu.

45De telles expériences devaient rapidement déterminer l’attitude vis-à-vis de l’Allemagne des arrivants qui pour la plupart n’étaient pas précisément informés de sa situation intérieure. À part des témoins très avertis, tels l’enseignant Robert D. qui avait remarqué que Hitler n’avait pas voulu serrer la main de Jesse Owens aux jeux olympiques et qui avait entendu parler de Mein Kampf, l’Allemagne était surtout perçue comme l’ennemi qui venait d’infliger une défaite à la France. À part cela, l’occupation allemande ne leur avait pas laissé de souvenirs personnels dramatiques, à l’exception de Robert G., Edgard B. et Yves Bertho, témoins de rafles ou d’exactions en France. Tout au plus savaient-ils que l’Allemagne était la cible de bombardements alliés et qu’ils arrivaient dans un pays qui se trouvait plus perceptiblement en guerre que la France qui avait cessé de connaître des combats.

Notes

1 Virgili (2007), p. 359. Entre janvier 1941 et septembre 1942, leur part parmi les travailleurs français recrutés était de 23,4 % (Arnaud/Bories-Sawala, 2003, p. 111).

2 Cf. un fichier du MBHF (AN AJ/40/851) et sa lettre du 10 décembre1943, annexes 2 et 3 (AN AJ/40/852).

3 Silvestre (1983), p. 6.

4 Vittori (1982), p. 77.

5 Quereillahc (1958/1990), p. 23-4.

6 Dancy (1946), p. 1-3. Dans l’ouvrage d’Evrard également, qui se veut une œuvre scientifique et non un récit de mémoire, de tels mythes sont repris sans les mettre en doute (cf. p. 80-1).

Table des illustrations

Titre 1.34 – Fiche (rendue anonyme) du fichier des habitants de la ville de Brême (STB 4,82/1)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre 1.35 – Arrivées de travailleurs civils français à Brême entre octobre 1940 et juillet 1944 (cas dans l’échantillon d’un millier).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre 1.36 – Ordre de mise en route et convocation pour la Relève, 24 octobre 1942.
Crédits Collection Henri L.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 1.38 – Désignation pour le STO par la Direction départementale du Service du Travail obligatoire du 29 juin 1943 et carte de travail de l’agence pour l’emploi de Brême établie le 10 septembre 1943.
Crédits Collection Paul T.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre 1.39 – Photo de protestations à la gare de Tarbes « Un livre blanc sur une période noire », supplément au journal Le DT, No 263, décembre 1987, p. 12.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39626/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 443k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540