Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La réquisition de main-d'œuvre

La réquisition en France dans ses différentes phases : enjeu central de la collaboration d’État

Texte intégral

La dimension quantitative

  • 1 Selon Yves Durand (1980), p. 21, d’après les données du Secrétariat d’État aux Anciens combattants.

1Les prisonniers de guerre et les requis du travail issus des pays d’Europe occupés par l’Allemagne ont constitué l’essentiel du réservoir de main-d’œuvre au service de l’économie de guerre ; sans eux, la défaite allemande serait sûrement intervenue beaucoup plus tôt. Le nombre de prisonniers de guerre français internés dans les camps allemands était de 1.490.000 en 1940, puis baissait à 1.216.000 en 1941, 1.109.000 en 1942, 980.000 en 1943 et 940.000 en 1944.1 Bref, un peu moins des deux tiers des prisonniers de guerre français amenés en Allemagne y sont restés cinq années en captivité.

  • 2 Cf. The Exploitation of Foreign Labour by Germany, Revue internationale du travail, 1945, qui repre (...)
  • 3 Cf. « Dossier sur l’utilisation et l’orientation de la main-d’œuvre » et « Dossier sur l’institutio (...)

2On suit très bien les différentes phases de réquisition de la main-d’œuvre civile française au service de l’Allemagne2 (cf. annexe, document 1.1) et les archives livrent une documentation sans faille quant à ses bases légales.3 Si les données sur l’aspect quantitatif de cette réquisition divergent parfois considérablement d’une étude à l’autre, une analyse précise des bases de calcul permet d’expliquer les écarts les plus forts. Toujours est-il que, pour des raisons liées aux types de sources disponibles, on ne peut pas prétendre à une exactitude et une fiabilité complètes des chiffres.

3Le nombre d’environ 912 278 travailleurs amenés en Allemagne provient d’un rapport final MBHF pour la France (AN AJ/40/846). Or ce chiffre, le plus élevé donné à ce sujet, résulte de la seule addition des départs de main-d’œuvre sans tenir compte de leur séjour en Allemagne. À première vue il n’est dépassé que par celui de 950.000 retenu par Clément/Delpech qui basent leurs calculs sur les données allemandes déjà citées et les sources françaises du Ministère du travail (cf. annexe, document 1.1).

4Si l’on enlève à ce total les 197.000 prisonniers de guerre convertis au statut de travailleurs civils, on arrive à un chiffre de 753.000 et il en reste « seulement » 634.000 si l’on exclut les ouvriers recrutés, y compris ceux de la Relève volontaire. Ce chiffre paraît plutôt bas, comparé à celui de 875.952 cité à Nuremberg, et correspond plutôt á celui du chiffre (pourtant ponctuel) que donne Herbert, à savoir 646.421 travailleurs civils français présents dans le Reich au 30 septembre 1944. (Cf. annexe, document 1.2)

5Il faut aussi tenir compte du fait que les chiffres des départs prennent en compte aussi bien des citoyens français que des étrangers recrutés ou requis en France. Pour les mois d’avril à décembre 1941 le pourcentage d’étrangers s’élève à 30-40 % (AN AJ/40/857, 858). Ces chiffres basés sur les listes des transports ne signifient pas que tous aient été en Allemagne en même temps ou y soient restés jusqu’à la fin de la guerre et ne comprennent ni ceux qui ont saisi l’occasion de s’évader en cours de route ni les nombreux requis non retournés en Allemagne après leur permission.

6Et surtout, ces chiffres sont d’une portée différente des relevés instantanés basés sur les statistiques allemandes du Reich à un moment précis. Le chiffre déjà cité de 646.421 travailleurs civils français présents le 30 septembre1944, représente 10,8 % des travailleurs civils étrangers au Reich ; les Français étaient alors, en nombre, le troisième groupe d’étrangers.

  • 4 Quellien (2003), p. 84.

7Discutant des différents chiffres avancés par les sources, Jean Quellien conclut qu’« il ne paraît pas aberrant de conserver le nombre généralement admis de 650 000 travailleurs forcés »4 provenant très inégalement des différents départements, avec une ponction plus précoce et plus importante de la zone Nord. L’ordre de grandeur approximatif de la main-d’œuvre amenée de France en Allemagne correspond ainsi environ à la population de Marseille, soit 2 % de la population française totale ou 6 % de la population masculine active de l’époque.

Le recrutement de main-d’œuvre sur une base « libre »

  • 5 Dans sa circulaire du 20 novembre 1940, Vichy donna pour instruction à ses services, de promouvoir (...)
  • 6 Timm (1942), p. 87-8.

8Au début les occupants allemands en France se sont contentés de recruter des travailleurs dans des bureaux d’embauche allemands dont les premiers ouvrirent leurs portes en automne 1940 en zone occupée5 et c’est à partir de février 1941 qu’eut lieu le premier recrutement officiel par les bureaux des Kommandanturen locales.6

  • 7 Cf. Rapport secret du SD du 12 février1942 (Boberach, Nr. 259, p. 3311-2).

9Des recruteurs semi-officiels ou privés, payés au prorata des recrutements réalisés ont aussi opéré en zone occupée, et de façon illégale en zone « libre ». Leurs activités ont en partie nui au recrutement dans son ensemble car leurs promesses mensongères aux recrutés ont entraîné des manifestations de mécontentement après l’arrivée en Allemagne.7 De plus, tout travailleur civil déçu par la réalité en Allemagne et ne renouvelant pas son contrat de travail à son retour en France dissuadait naturellement d’autres volontaires potentiels de s’engager.

  • 8 Umbreit (1968), p. 324.

10À partir du 24 mars 1942 Vichy autorisa aussi les bureaux d’embauche allemands en zone « libre », entre autres pour canaliser les recrutements illégaux et affirmer sa propre autorité dans ce domaine. En mai 1942 il y avait, dans les deux zones, environ 300 bureaux de recrutement avec 165 fonctionnaires et 574 employés8. Une coopération loyale avec les agences pour l’emploi françaises était garantie, y compris la présence mutuelle du personnel. À partir de juin 1942 les services français purent également conclure des contrats pour l’Allemagne.

11Pendant les premiers mois, la situation du marché de l’emploi français offrait des conditions très avantageuses pour le recrutement. Après la défaite militaire en 1940, sur 18 millions d’actifs un million s’est trouvé au chômage. Aussi les départements à fort taux de chômage ont-ils fourni le plus gros bataillon de travailleurs recrutés. Parmi ces chômeurs du début, 60 % provenaient du département de la Seine et 90 % de la zone occupée. Il en allait de l’intérêt des deux parties de résorber ce chômage, ne serait-ce que par crainte de conflits sociaux.

12La réorganisation de la production, surtout dans l’intérêt des Allemands et à leur demande, fit reculer peu à peu le chômage, avec des différences régionales. Plus les recrutements tarissaient, parallèlement à des besoins croissants en Allemagne, plus s’intensifiaient les efforts de propagande et les mesures politico-économiques qui les accompagnaient. Nous ne ferons ici qu’évoquer brièvement la propagande et ses facettes multiples.

13Dans les mois qui précédaient le recrutement forcé, les autorités allemandes insistaient lourdement sur la nécessité de souligner le caractère volontaire, pour contredire la propagande alliée, et exprimaient la crainte de voir déferler une vague trop importante d’étrangers. La propagande promettait avant tout des gains importants, un hébergement dans des logements collectifs clairs et agréables, un bon ravitaillement, du temps libre réglementaire, le droit de prendre des congés pour retourner au pays ainsi que l’égalité des droits et des prestations sociales avec les travailleurs allemands.

  • 9 Cf. Mermet (1982), p. 30.
  • 10 Andrieu (1941).
  • 11 Depuis mars 1942 la BBC diffusait presque quotidiennement des avertissements sur le danger d’aller (...)

14Insister à ce point sur l’attrait des conditions matérielles correspondait à une juste appréciation de la motivation des candidats potentiels. Le recrutement a été toutefois facilité par une forte présence de mouvements collaborationnistes, par exemple dans le sud de la France.9 Mais une propagande d’inspiration nettement nationale-socialiste était sans doute malhabile, comme par exemple dans la brochure « Le Bonheur par le Travail »10 qui préconisait un service de travail selon le modèle allemand, en prétendant gommer les différences de classes et éduquer moralement la jeunesse par les travaux des champs. Il est cependant révélateur que déjà avant la Relève, dans les écrits de propagande, on fasse sensiblement référence à une contre-propagande en la rejetant explicitement.11 La brochure « L’Aventure de Célestin Tournevis », souvent citée, est très éloquente à cet égard et se passe de commentaires. Elle devient elle-même objet de contre-propagande.

15En effet, dès fin 1940, les rapports du bureau de recrutement de Rouen à destination du MBHF laissent entrevoir les effets de la contre-propagande.

1.4 – Brochure de propagande : « L’Aventure de Célestin Tournevis ».

1.4 – Brochure de propagande : « L’Aventure de Célestin Tournevis ».

Collection IHTP.

1.5 – « La mésaventure de Célestin Tournevis » bande dessinée éditée à Londres par La Marseillaise et imprimée en France en 1943 par le journal de la Résistance Combat.

1.5 – « La mésaventure de Célestin Tournevis » bande dessinée éditée à Londres par La Marseillaise et imprimée en France en 1943 par le journal de la Résistance Combat.

Images de « la France de Vichy », La Documentation française, 1988, p. 197.

16Traitant des tentatives de recrutement lors de rassemblements obligatoires de chômeurs, ce rapport explique les piètres résultats recueillis du fait de l’anglophilie de la population :

L’anglophilie est tellement forte qu’elle équivaut à de la contrainte indirecte. La population méprise et boycotte ceux qui veulent s’inscrire chez nous. […] Outre la peur des représailles anglaises, la peur de l’Allemagne fait aussi son effet […] On craint le même traitement que pour les prisonniers de guerre en Allemagne et les bombardements anglais sur nos villes, on craint même des exécutions par nos autorités, et que les jeunes filles qui s’inscrivent soient envoyées dans des bordels allemands sans espoir de retour. […]À cela s’ajoute la propagande communiste qui semble ici être encore en vogue.

17Il en va de même pour les convocations individuelles de « volontaires » potentiels. Ainsi un rapport du 3 novembre constate pour Rouen :

Pour jeudi 31.10, à différentes heures de la journée, 150 hommes furent convoqués, sous menace de sanctions. Environ 50 d’entre eux ne se sont tout simplement pas présentés au bureau de recrutement allemand. Les 100 qui se sont présentés ont été reçus individuellement […] Seuls 3 se sont laissés inscrire, 13 se sont révélés inaptes, 17 ont pu justifier d’un autre emploi, 77 étaient totalement récalcitrants : parmi ces derniers 37 %, remplis de haine, ont quitté la salle en guise de protestation, en entendant le mot « Allemagne », d’autres tout simplement insolents, ont claqué la porte, d’autres ont exprimé clairement leur antipathie à l’égard de l’Allemagne, prétendant que, en tant que Français qui se respectent, jamais ils ne lèveraient un petit doigt pour l’Allemagne. (AN 40/AJ/859)

18Les 20 % restants auraient trouvé des « excuses mal fondées » :

Les derniers 20 % avaient peur de l’Allemagne ; on a peur de l’éloignement, des grands froids de l’hiver allemand, peur des attaques aériennes anglaises, des liaisons postales déficientes, peur davantage encore d’être vendus, une fois franchie la frontière allemande et de se retrouver un fusil dans les mains. (AN 40/AJ/859)

19À la lecture de ces rapports qui datent déjà de la fin 1940, on peut émettre des doutes quant à la nature de ce « volontariat », obtenu en convoquant des chômeurs pour signer des contrats et en les interrogeant de façon détaillée sur les raisons pour lesquelles ils n’allaient pas en Allemagne malgré le chômage. Dans l’immédiat après-guerre, Desmarest (1946) parle de « pseudo-volontaires » (p. 176) et Clément/Delpech (1948) de « volontariat dirigé », assimilant ce recrutement à des mesures de répression : « Ce volontariat artificiellement obtenu, constitue, en fait une déportation déguisée. » (p. 12)

20Nous n’allons pas examiner dans le détail les mesures politico-économiques d’accompagnement prises par les occupants allemands et le régime de Vichy pour pousser les travailleurs à accepter un recrutement. Le cadre politico-économique général, dans lequel Vichy inscrivait sa politique de l’emploi, est celui d’un dirigisme économique en apparence corporatiste et paternaliste, mais en réalité hautement centralisé et efficace. Il permettait une exécution efficace des recrutements par l’administration française ce qui faisait tout à fait l’affaire des Allemands. Ainsi, le Commissariat de la lutte contre le chômage n’a pas été dissout après la résorption du chômage initial ; bien au contraire il est devenu l’instrument d’une politique pour l’emploi centralisée, qui déboucha sur une collaboration efficace avec les occupants allemands.

21L’attractivité de l’engagement volontaire a aussi été renforcée par des mesures de politique salariale. Les décrets du 10 novembre 1939 et du 1er juin 1940 avaient gelé les salaires à leur niveau du 1er septembre 1939 et les Allemands ne firent que de menues concessions à ce sujet pour maintenir la paix sociale sans mettre en cause l’écart important de salaires entre la France et l’Allemagne. Ce n’est qu’en juin 1943 que Laval obtint d’eux une réorientation en matière salariale et leur accord pour des augmentations modérées. À cette époque, il est vrai, les réquisitions obligatoires battaient leur plein et l’appel à des volontaires n’avait plus grande signification.

22Autre levier important, la création artificielle de chômage a été obtenue par l’augmentation du temps de travail hebdomadaire, décrétée par le MBHF en zone occupée et par la loi de Vichy du 25 mars 1941 en zone « libre », ainsi que par la fermeture d’entreprises, avec obligation de déclarer les chômeurs, convoqués ensuite par les officines allemandes de la façon déjà décrite, ou encore par l’introduction du chômage partiel.

23À cela s’est ajouté un éventail de mesures en tous genres : abolition du récent décret du 13 septembre 1940 interdisant d’accepter du travail dans l’économie de guerre étrangère ; suppression des poursuites et de l’exécution des peines en cas d’engagement volontaire en Allemagne ; campagne de recrutement d’ouvriers de l’industrie pour travailler à la campagne, avec l’arrière-pensée qu’en cas de doute ils préfèreraient l’Allemagne ; enfin création officielle de la délégation Bruneton, chargée de défendre les intérêts des travailleurs français en Allemagne.

  • 12 Cf. Gaida (2008).

24La politique vichyste de recrutement de main-d’œuvre en France a aussi de fortes composantes misogynes et xénophobes. À partir d’août 1940, dans une situation de chômage élevé, on suggéra aux femmes d’abandonner leur activité professionnelle et le contingentement des étrangers fut réintroduit. Les étrangers dits « en surnombre » furent intégrés dans des brigades de travail surveillées, les « groupements de travailleurs étrangers », formant ainsi une catégorie aisément disponible pour être mise au service des Allemands en France (au sein de l’organisation Todt, notamment)12 ou en Allemagne.

  • 13 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 387.
  • 14 Les convois d’octobre 1940 à août 1941 étaient composés en moyenne de seulement 15,6 % de Français, (...)
  • 15 Bougeard (1985), p. 47.
  • 16 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, P. 387.

25Au total, le groupe des personnes enrôlées jusqu’à fin mars 1942 était composé de 20 % de femmes et de 23 % d’étrangers.13 Le pourcentage élevé d’étrangers lors des premiers convois14 déclencha de vives protestations d’entrepreneurs allemands. Ils se plaignaient aussi de l’enrôlement de mineurs. Des jeunes de 14 à 16 ans ont été recrutés par l’intermédiaire de la Kommandantur du Mans, selon des documents du MBHF du 8 juin 1941 (AN AJ/40/858). En Morbihan, où le chômage avait été rapidement résorbé, sur 192 enrôlés en 1941, il y avait 27 mineurs, 67 femmes dont 3 prostituées, et 10 % d’entre eux étaient des prisonniers de droit commun libérés contre la signature d’un contrat de travail.15 65 % des recrutés jusqu’à mars 1942 sont originaires de Paris ou de la région parisienne.16

Réquisitions de force dans le Nord – Pas-de-Calais

  • 17 Cf. entre autres Dejonghe (1993), Costes (1973), Azema (1990), Frankenstein (1981). Veillon (1987) (...)

26La réquisition de force de travailleurs dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, dans la soi-disant « zone interdite », est un cas particulier. Ces deux départements étaient les seuls territoires occupés d’Europe qui ont eu à subir des déportations de main-d’œuvre dès juin 1940.17

27Cette situation particulière de la zone interdite fit parler d’elle et le MBHF envoya le docteur Kohl à Lille pour qu’il se fasse une idée des méthodes de recrutement douteuses de la Kommandantur de Lille. Dans son rapport du 18 mars 1941 on lit :

On a maintenant fait le bilan dans les entreprises pour établir dans quelles proportions le personnel ennemi n’a pas encore été réemployé. Ces personnels ont été recensés nominalement par les bureaux de paye des entreprises et convoqués par les bureaux de recrutement allemands, où l’on insiste sur la possibilité d’aller travailler en Allemagne. Cet appel s’effectue selon le principe du volontariat, même si on harcèle quelque peu fermement ces gens. […] De la même façon la saisie d’otages à l’occasion d’actes de sabotage a été utilisée pour le recrutement de main-d’œuvre en assez grand nombre. […] Récemment on a constaté parmi les ouvriers un renforcement de l’opposition au recrutement, à tel point que l’on se demande si des contraintes ne seraient pas plus efficaces. […] Ceci dit, on peut constater que ce qui a été dit sur les méthodes et l’efficacité de la campagne de recrutement à Lille est au moins beaucoup exagéré, et ceux-ci ne se distinguent pas fondamentalement du reste de la France. (AN AJ 40-857)

  • 18 Costes (1973), p. 73.

28Le docteur Kohl qui voulait rassurer son chef à Paris admit ainsi que, premièrement, il y avait bien eu un « assez grand nombre » de recrutements forcés mais que, deuxièmement, « l’insistance » avec laquelle on attirait l’attention des chômeurs recensés sur la possibilité d’aller travailler en Allemagne était d’usage courant dans l’ensemble de la zone occupée. Durant le printemps 1941 dans le Nord, la pratique des rafles et des enrôlements forcés recula en effet, puisque l’extraction accrue du charbon sur place servait plus les intérêts allemands.18

Du recrutement à la Relève

  • 19 Introduction à : Garnier/Quellien (2003), p. 11. Éventuellement, cette différence s’explique par le (...)
  • 20 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 387.

29Le recrutement sur une base consentie, quelles qu’en aient été les méthodes, a-t-il été un succès ou un échec ? La plupart des historiens soulignent le petit nombre d’engagements, compte tenu du niveau élevé du chômage. Toujours est-il que jusqu’à fin mars 1942, au moins 140.000 à 150.000 travailleurs français ont été recrutés pour l’Allemagne. Azéma suggère même un chiffre de près de 300.000.19 Cependant, des dizaines de milliers ne prolongèrent pas leur contrat et 50.000 à 60.000 anciens volontaires étaient rentrés en France avant le 7 septembre 1942.20

30Mais surtout ce recrutement, de par sa qualité et son ampleur, correspondait de moins en moins au besoin rapidement croissant de main-d’œuvre du Reich, par suite de l’échec, durant l’hiver 1941/42, de la campagne contre l’Union Soviétique et de l’entrée de la guerre dans sa phase totale. La politique de recrutement accru de travailleurs dans les pays occupés par l’Allemagne, qui devait suivre, est associée à deux noms : l’Allemand Fritz Sauckel, nommé plénipotentiaire pour l’emploi le 21 mars 1942 et, du côté français, Pierre Laval redevenu chef du gouvernement le 18 mars 1942.

  • 21 Décrits avec précision par Gratier de Saint-Louis (1987).

31Au début de l’été 1942, Sauckel réclama 250.000 travailleurs français dont 150.000 travailleurs qualifiés. Ses négociations avec Laval21 visèrent d’abord à obtenir du gouvernement de Vichy un plus grand soutien de l’appel au recrutement, ce qui fut accordé. L’attitude hésitante de Laval sur cette question était avant tout motivée par la crainte justifiée de perdre l’appui de l’opinion publique, du fait d’une prise de position trop favorable aux exigences allemandes. Ainsi Laval tint à faire savoir aux Allemands qu’une révision de leur position sur la question des prisonniers de guerre était urgente, afin de pouvoir justifier la politique de collaboration. En même temps, Laval restait intéressé par le maintien, au moins formel, du principe du volontariat, pour ne pas perdre l’appui populaire ainsi que pour mener sa propre politique économique. Dans une circulaire de Laval aux comités d’organisation du 2 juillet 1942 on lit :

32Les possibilités qui sont offertes à notre main-d’œuvre de s’employer en Allemagne permettent d’éviter les conséquences sociales douloureuses d’une réorganisation industrielle devenue indispensable. […] Par ailleurs, la réussite du volontariat pour le travail en Allemagne permettra au Gouvernement français de réaliser, de sa seule initiative et sous sa seule autorité, la concentration industrielle et le reclassement professionnel que les circonstances nous imposent. Les travailleurs qui partent assurent donc la stabilité dans l’emploi à ceux qui restent (AN F/606/410).

33Le compromis entre Sauckel et Laval fut l’accord sur la Relève. Le 6 juin 1942 Hitler accepta l’échange de 50.000 prisonniers de guerre français autorisés à rentrer au pays, contre l’envoi de 150.000 ouvriers qualifiés français. En contrepartie, Vichy s’engagea à recruter sous sa propre responsabilité les 250.000 travailleurs demandés. L’idée d’une telle Relève n’était pas si nouvelle – elle avait déjà été avancée par Scapini dans une note du 27 septembre 1940 (avant la poignée de mains de Montoire) – mais c’est seulement en 1942, devant une pénurie de main-d’œuvre désormais criante, qu’elle intéressait les Allemands.

34Si ce marché n’était en rien une victoire des intérêts des Français sur ceux des Allemands, c’est non seulement parce que, en fin de compte, la proportion de libérations fut plutôt de 1 pour 7 et que les Allemands échangeaient essentiellement des prisonniers âgés contre de jeunes ouvriers français qualifiés, mais également parce que les Allemands avaient leur propres raisons de procéder ainsi, selon Yves Durand :

  • 22 Yves Durand (1993), p. 18-9.

L’aveuglement de la politique de Vichy apparaît avec encore plus d’éclat quand on connaît les réticences rencontrées par Sauckel auprès des chefs militaires allemands de l’occupation à Paris, lorsqu’en mai 1942 il leur a annoncé son intention de recruter 250.000 Français. Il s’était vu objecter : 1) que le volontariat n’y suffirait pas ; 2) que le travail forcé était contraire aux lois de la guerre ; 3) qu’il faudrait donc offrir aux Français des compensations pour obtenir leur accord. Le retour, accepté par Hitler, de 50.000 prisonniers contre 150.000 spécialistes civils, est peut-être dû aux scrupules des militaires allemands, autant qu’aux talents de maquignon de Laval.22

35D’un point de vue politique, l’engagement de Laval de participer, lui-même et par des lois françaises, au recrutement de la main-d’œuvre signifiait avant tout une politique de collaboration active et visible au grand jour par une propagande intensive et des mesures d’accompagnement. En effet, il s’agissait désormais de prouver aux Allemands que Vichy pouvait tenir ses promesses et était digne de devenir un partenaire privilégié dans la « Nouvelle Europe » de Hitler. C’était du moins le calcul que faisait Laval et qu’il essayait de faire partager par l’opinion publique française.

36Croire que la Relève contribuerait à combler le fossé – constaté par Laval lui-même – entre le monde ouvrier et le gouvernement, ou que la libération des prisonniers de guerre rendrait plus acceptable la politique du régime de Vichy, s’avéra très vite une grossière erreur d’appréciation. Quelques indications laissent penser qu’au début la Relève fut accueillie favorablement à la campagne où on espérait le retour d’une main-d’œuvre agricole dont on avait un besoin urgent. Les ruraux pensaient aussi qu’il était juste que les ouvriers de l’industrie paient un tribut à leur tour, les Allemands exigeant surtout des ouvriers qualifiés. Mais devant le petit nombre de prisonniers libérés, la déception fut grande.

37Une phrase devenue célèbre de son appel à la Relève montre à quel point Laval se trompait sur l’état d’esprit de ses compatriotes au niveau politique. Au lieu de faire passer cette mesure pour un élément de réconciliation entre le gouvernement et la population, cette remarque la faisait, au contraire, apparaître comme une soumission consentie aux intérêts allemands, ce qui devait plus encore dresser contre lui l’opinion publique.

38En effet, dans son allocution radiophonique du 22 juin 1942, citée ensuite en première page par tous les journaux français sous le titre « La solidarité française commande… », Laval classa d’abord l’engagement volontaire en Allemagne au rang de devoir national envers les prisonniers de guerre qui attendaient avec impatience leur libération. Une majorité de Français aurait sans doute accepté comme légitime ce type d’argument, dans la ligne pétainiste « classique ». Mais il alla résolument plus loin, et en fait beaucoup trop loin :

Ma présence au Gouvernement a une signification qui n’échappe à personne, ni en France, ni à l’étranger. J’ai la volonté de rétablir avec l’Allemagne et avec l’Italie des relations normales et confiantes. De cette guerre surgira inévitablement une nouvelle Europe. On parle souvent d’Europe. C’est un mot auquel, en France, on n’est pas encore très habitué. On aime son pays parce qu’on aime son village. Pour moi, Français, je voudrais que, demain, nous puissions aimer une Europe dans laquelle la France aura une place qui sera digne d’elle. Pour construire cette Europe, l’Allemagne est en train de livrer des combats gigantesques. Elle doit, avec d’autres, consentir d’immenses sacrifices, et elle ne ménage pas le sang de sa jeunesse ; pour la jeter dans la bataille, elle va la chercher à l’usine et aux champs. Je souhaite la victoire de l’Allemagne parce que, sans elle, le bolchevisme, demain, s’installerait partout. (Cf. annexe, document 1.6)

39Naturellement ce souhait avoué d’une victoire finale allemande provoqua tout de suite les plus vives réactions publiques. Mais il n’y eut pas de démenti, car cette phrase, comme l’ensemble de l’argumentation, n’avait rien d’un dérapage. Elle n’était pas tant une rupture avec la politique pétainiste que la poursuite logique d’une ligne politique conduisant à une alliance avec l’Allemagne. Ce pas de plus vers la collaboration accéléra l’érosion de l’appui que l’opinion publique apportait au pétainisme, avant que l’introduction du recrutement forcé ne lui enlève définitivement ses bases populaires.

  • 23 Cf. Aron (1976), p. 99. Dans les archives on ne trouve par ailleurs aucune preuve de cette version.

40Dans la mémoire collective, une partie des témoins de l’époque interprétèrent ce passage de la politique de collaboration vers une phase d’engagement plus franc comme un désaccord entre le vieux maréchal, cherchant la voie du moindre mal pour la France, et Laval, seul responsable du virage plus nettement collaborationniste. Mais Robert Aron lui-même soutient que Laval avait bel et bien montré son discours à Pétain avant de le prononcer. Dans la phrase sur la victoire allemande, celui-ci aurait été gêné par l’emploi du verbe « croire » initialement prévu. Laval aurait alors corrigé son texte en utilisant le verbe « souhaiter », accentuant ainsi considérablement sa prise de position.23

  • 24 Note de M. Le Jeune. Comité d’information ouvrière et sociale. Réunion du 9 juillet 1942. Le docume (...)

41De même, la propagande intense en faveur de la Relève, qui a suivi, s’est toujours faite au nom de Pétain, tout en réitérant explicitement l’expression d’une prise de position en faveur de la victoire allemande (cf. annexe, document 1.7) Et dans une directive du 1er juillet 1942 pour une propagande plus efficace, où les raisons du succès médiocre de la Relève sont attribuées à la « condition matérielle très moyenne de l’ouvrier en Allemagne », à la contre-propagande anglaise et au manque de confiance dans les promesses de Hitler, il est question notamment de « prendre position très nettement en faveur de l’Allemagne dont on dit souhaiter la victoire effective et complète. »24

  • 25 Travailleur qui pars pour l’Allemagne. Voici ce que tu dois savoir, Aubenas : Ed. Mabauzit-Le Gonid (...)
  • 26 Recueil BDIC.

42Le fameux discours de Laval réunit tous les thèmes de propagande pour la Relève : l’appel au devoir national de solidarité envers les prisonniers de guerre, l’idéologie de l’Europe à orientation anti-bolchevique et la nécessaire collaboration avec l’Allemagne pour faire partie des nations victorieuses. S’y trouvent enfin des arguments matériels qui jouèrent aussi un rôle important dans la propagande de Vichy diffusée par voie de presse, affiches, tracts, voyages de journalistes, reportages, etc. Un Comité d’information ouvrière et sociale et des Comités d’action pour la Relève, créés par des prisonniers libérés, ont été constitués dans le même but. Des prospectus comme la brochure de René Guerdan25 et le fascicule illustré « Travailler en Allemagne – c’est gagner sa vie dans de bonnes conditions »26 contenaient surtout des conseils pratiques.

  • 27 Cf. Touzeau (s. d.), p. 184. Cette étude propose une description intéressante de la propagande radi (...)

43La propagande écrite et les actualités de la radio et du cinéma présentent le travail en Allemagne comme un devoir patriotique. On y parlait des prisonniers libérés qui, par gratitude, envoyaient des colis aux familles des ouvriers de la Relève.27 Le comble de la propagande fut atteint le 1er août 1942, en gare de Compiègne où le premier train ramenant des prisonniers libérés en croisait un autre en partance pour acheminer les ouvriers volontaires de la Relève. Laval en personne prononça un discours devant cette véritable mise en scène et tous les médias relatèrent abondamment l’événement.

44La contrainte morale se fit encore plus explicite par une brochure intitulée « Les prisonniers attendent ». On y lisait : « Les ouvriers vont-ils se laisser taxer de lâcheté ?…. ‘Planqués’ pendant la guerre, n’ont-ils pas le courage de s’expatrier maintenant que l’avenir de la France l’exige et que les prisonniers le demandent ? » (Cf. annexe, document 1.8). Voici des propos probablement plus propres à attiser le ressentiment anti-prolétaire de la population rurale qu’à convaincre les ouvriers d’aller travailler volontairement en Allemagne.

  • 28 Cité par Touzeau (s. d.), p. 137.

45Parmi les productions de propagande peu efficaces sur le plan psychologique, citons aussi les appels à la lutte anti-bolchevique aux côtés des Allemands (cf. annexe, document 1.9). Ils ont non seulement contribué à l’effet contraire, mais aussi constitué un point d’appui rêvé pour la contrepropagande britannique. Une des plus grandes maladresses de la propagande allemande est certainement atteinte par un discours du docteur Friedrich qui, deux jours après le discours de Laval, s’adressa ainsi sur Radio-Paris au public français : « La jeunesse allemande par milliers est sous les drapeaux au front de l’Est, des milliers d’Allemands sous les drapeaux défendent l’Europe l’arme à la main. Il s’agit de combler leur place derrière la machine-outil. »28 Radio-Londres n’aurait pas pu expliquer plus clairement la fonction de la Relève pour les intérêts allemands !

46Cependant, ce n’était certainement pas à cause de la seule maladresse de la propagande si le nombre de candidats entre le printemps et l’été 1942 est resté largement en dessous des espérances de Vichy. Au lieu des 150.000 exigés, dans un premier temps, seulement 17.000 ouvriers qualifiés avaient été recrutés entre juin et fin août.

47Tout comme leurs prédécesseurs, la plupart de ceux qui sont partis dans le cadre de la Relève étaient motivés par des raisons matérielles et non idéologiques : chômage, salaires plus élevés, formation professionnelle offerte, dotation d’une prime de 1000 francs, multiples mesures sociales (prime transitoire, prime pour séparation, paiement du supplément familial, droit aux avantages sociaux français, garantie de réemploi etc.), et enfin abandon de poursuites pénales. Toutes ces mesures devaient assurer que le travailleur ou sa famille ne subiraient pas de préjudice du fait de sa présence limitée en Allemagne. Elles furent mises en application aussi bien pour encourager l’engagement volontaire que pour mieux faire accepter les réquisitions forcées de l’automne 1942.

  • 29 Cf. Circulaire du 27 juin 1942 en faveur de la Relève adressée aux patrons de la métallurgie, citée (...)

48En même temps, des mesures délibérées de concentration économique, fermetures d’usines et licenciements, contribuaient à favoriser les inscriptions pour la Relève. De telles décisions autoritaires servirent aussi de menace envers des patrons trop peu enclins à inciter leurs ouvriers à participer à la Relève.29

49Au bout de quelques semaines, il devint évident que, par sa Relève volontaire, Laval ne pouvait pas tenir ses engagements envers Sauckel. La presse française parla d’échec et des voix réclamèrent des mesures contraignantes pour obtenir quand même les libérations promises de prisonniers de guerre. Jugeant lui-aussi le moment venu d’étendre la réquisition forcée d’ouvriers à toute l’Europe occidentale, Sauckel prépara un décret qui devait entrer en vigueur en France le 1er septembre.

La Relève forcée

  • 30 Cité d’après Gablin (1974), p. 34.

50Les mesures de contrainte annoncées par les Allemands ne prirent pas Laval au dépourvu car il avait dans ses tiroirs un tel projet depuis le 7 août 1942. Le seul motif qui le conduisit à s’opposer énergiquement (y compris avec menace de démission) à l’application de l’ordonnance de Sauckel fut le maintien de sa propre autorité et d’un semblant de souveraineté de Vichy en la matière. À cet effet, il promit de remplir les exigences allemandes au moyen de ses propres mesures légales et de son propre appareil administratif. Le respect de ces susceptibilités françaises servait les Allemands : Il leur facilitait le travail, incluait la zone jusque-là restée libre dans le réservoir de main-d’œuvre et, une fois de plus, scellait la complicité de Laval. Aussi la « concession » consistant à considérer, dans la forme, les travailleurs requis comme des volontaires, et à comptabiliser les ouvriers qualifiés parmi eux dans la Relève des prisonniers de guerre, ne coûtait pas bien cher aux Allemands. En revanche, Vichy en fit état comme d’un grand succès de la négociation. Devant les inspecteurs du travail le 23 septembre 1942, les ministres Lagardelle et Bichelonne déclarèrent : « Grâce à la politique de Vichy […] l’ordonnance allemande du 22 août 1942 sur le STO avait été évitée. »30

  • 31 Cité d’après : La Politique de la main-d’œuvre en France, janvier 1943, p. 86-7.
  • 32 Cf. Guerdan (Avant-propos) : « Pressé par la nécessité, le Gouvernement a dû, par une loi du 4 sept (...)

51La loi sur l’utilisation et l’orientation de la main-d’œuvre entra en vigueur le 4 septembre 1942 et fut publiée le 13 au Journal officiel et dans la presse. Outre une réglementation centralisée du marché du travail donnant à l’État de multiples possibilités d’intervention, l’essentiel consistait dans l’introduction, pour les hommes, d’une obligation généralisée de travail (« Tout Français ou ressortissant français du sexe masculin, âgé de plus de 18 ans et de moins de 50 ans […]devra pouvoir justifier d’un emploi utile aux besoins du pays ») et dans la possibilité de réquisitionner de force tous les hommes entre 18 et 50 ans et toutes les femmes célibataires entre 21 et 35 ans. Ceux-ci pouvaient « être assujettis à effectuer tous travaux que le gouvernement jugera utiles dans l’intérêt supérieur de la nation. »31 Nulle part dans la loi il n’était question de l’envoi en Allemagne mais c’était si évident qu’on l’admettait sans ambages même dans les brochures officielles.32

1.10 – Avis officiel du recensement obligatoire du 27 octobre 1942.

1.10 – Avis officiel du recensement obligatoire du 27 octobre 1942.

Paris sous l’occupation, Documentation photographique, La Documentation française, Paris 1978.

  • 33 Comme le prétend Timm (1942), p. 91.

52Le nouveau système de recrutement s’avéra extrêmement efficace. Des commissions mixtes franco-allemandes furent installées au niveau central et régional. Les chiffres de main-d’œuvre à fournir furent établis pour chaque entreprise et celles-ci devaient dresser des listes nominatives de travailleurs, convoqués ensuite par la gendarmerie française en tant que « volontaires » pour la Relève. Ils devaient passer une visite médicale parfois juste avant leur départ pour l’Allemagne. La signature d’un contrat de travail pour une entreprise allemande avec mention des conditions de travail et de salaire devait entretenir l’illusion du consentement et assurait au signataire les mêmes avantages sociaux qu’à ceux qui avaient été enrôlés auparavant dans le cadre de la Relève. Un refus entraînait la perte de ces avantages mais pas l’invalidation du contrat, signé alors par le fonctionnaire français chargé de la main-d’œuvre. Les entrepreneurs français que leur obligation de fournir ces listes transformaient en auxiliaires des occupants ont eu des réactions très diverses. Pour certains c’était l’occasion de se débarrasser de personnels indésirables. Les cas de résistance ou de refus explicite étaient de rares exceptions. Si opposition à la réquisition il y eut, elle se déroula le plus souvent de manière passive. Cependant, seul un national-socialiste imbu d’idéologie à en perdre le sens des réalités pouvait supposer que les entrepreneurs français voulaient conserver leur main-d’œuvre en France par crainte des revendications sociales d’ouvriers « gâtés » revenant d’Allemagne.33

53Vichy s’efforça de favoriser l’acceptation de la réquisition forcée en l’accompagnant d’importantes mesures sociales et d’autres dispositions. Ainsi, les jeunes travailleurs pouvaient bénéficier d’un sursis d’incorporation aux Chantiers de la Jeunesse et d’une année de formation professionnelle dans une entreprise allemande de la région de Paris ou de Nancy. Après leur formation ils étaient engagés en Allemagne et comptabilisés au nombre des ouvriers qualifiés de la Relève (cf. annexe, document 1.11).

54En cet automne 1942, Laval avait dû se rendre à l’évidence : s’il voulait que la France soit acceptée, grâce à une collaboration loyale, comme partenaire junior dans l’Europe future, après la victoire finale allemande, il devait impérativement réussir cette fois-ci à satisfaire aux exigences allemandes. Il ne lésinait donc pas sur les efforts d’une propagande qui reprenait les arguments déjà invoqués pour la Relève volontaire : le bien-être de la famille, la solidarité avec les prisonniers de guerre, l’avenir de la France dans une Europe antibolchevique. La seule différence résidait dans le fait que désormais on sollicitait la compréhension des gens pour cette nécessaire réquisition forcée – comme si d’ailleurs on pouvait encore l’éviter.

Devant des circonstances exceptionnelles il faut prendre des mesures exceptionnelles, mais ces mesures n’auront pas à être mises en vigueur, si volontairement vous décidez d’aller relever des prisonniers et de partir travailler en Allemagne. (Cf. annexe, document 1.12)

55Lorsqu’en octobre se dessina le danger que les exigences allemandes ne pourraient être remplies pour le 15, Laval adressa un appel personnel pressant aux industriels et aux représentants syndicaux, leur disant qu’il fallait craindre des mesures draconiennes des Allemands dont la patience était à bout. Puis, visiblement, il obtint d’eux un sursis jusqu’à fin novembre. Dans son discours du 20 octobre, où il annonça qu’il restait encore 100.000 ouvriers qualifiés à trouver, Laval argua des menaces allemandes pour s’assurer du concours de tous pour le succès de ses propres mesures.

56Effectivement, face à l’opposition croissante aux réquisitions, les Allemands commençaient à douter de l’efficacité de leur allié. Le 13 octobre 1942, lors d’un entretien secret au MBHF, on envisagea des mesures de contrainte, si nécessaire avec intervention militaire, et même l’envoi des réfractaires récalcitrants dans des camps de travail allemands (cf. annexe, document 1.13). Si, pour l’heure, on maintenait les apparences d’un volontariat, ce fut bien moins pour ménager Laval que dans l’intérêt allemand :

  • 34 Rapport sur la situation du recrutement entre le 10 octobre et le 9 novembre 1942, du MBHF, cité d’ (...)

Suite aux lois sur le travail forcé, parmi la masse populaire jusque-là indifférente, de plus en plus de gens passaient dans le camp adverse.34

  • 35 Mermet (1982), p. 52.
  • 36 Gratier de Saint-Louis (1982), p. 22.

57En fait, l’attitude de soumission résignée face aux mesures de réquisition forcée, largement répandue au sein de la population, ne signifiait pas pour autant leur approbation. « En Zone Nord, les régions industrielles proches de l’Allemagne ou de la Belgique […] acceptent assez passivement la Relève par peur de l’occupant. »35 Mais il y avait aussi des exemples de protestation et de résistance ouverte aux réquisitions, surtout en zone sud. Dans plusieurs entreprises de Lyon eurent lieu des grèves de protestation qui se terminèrent par l’intervention musclée de René Bousquet et des arrestations.36 Dans certains cas isolés, comme à Saint-Etienne le 22 décembre 1942, on en arriva même à des refus massifs :

  • 37 Lettre du Cabinet du Préfet de la Loire à Laval du 22 décembre1942 (AN F/60/410).

J’ai l’honneur de vous rendre compte des conditions du départ du premier convoi de travailleurs pour l’Allemagne au titre de la relève. 135 partants étaient prévus […] 2 ouvriers seulement ont effectivement pris le départ. […] Je ne pense pas que le mauvais vouloir ou le laisser-aller des employeurs puissent être incriminés. En particulier, les dirigeants des Aciéries du Nord ont exhorté leurs ouvriers au départ et préparé des moyens de transport pour les acheminer sur la gare de Saint-Etienne.37

  • 38 Bougeard (1985), p. 52-5.

58Pour remplacer ceux qui avaient réussi à échapper au départ vers l’Allemagne, on inscrivit de nouveaux noms sur les listes des entreprises pour remplir les contingents, si bien que les seuls départements où les quotas ne furent pas atteints étaient ceux où le réservoir de main-d’œuvre avait déjà été largement épuisé, comme en Bretagne.38

59Au total, les exigences allemandes de la première action Sauckel furent pleinement satisfaites tant sur le plan quantitatif que qualitatif. À la fin de l’année 1942, 239.763 travailleurs, dont 137.410 ouvriers qualifiés, avaient pris le chemin de l’Allemagne, la part du volontariat de la Relève n’en représentant tout au plus que 60.000 dont 17.000 ouvriers qualifiés. Pour Vichy dont les représentants commentèrent ce résultat avec autosatisfaction, ce succès de la première action Sauckel signifiait, en plus de la collaboration au niveau des persécutions anticommunistes et antisémites, un pas de plus vers une collaboration fructueuse avec l’occupant dans le domaine économique. Déjà en 1943, trois décennies avant l’étude de Paxton, on pouvait lire dans la « Revue internationale du travail » :

  • 39 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 355.

Le gouvernement s’est constamment réclamé de ses pouvoirs de collaboration avec le gouvernement du Reich pour revendiquer le droit d’organiser le recrutement selon les méthodes de son choix sur tout le territoire du pays.39

60Pour cette aide efficace, les Allemands faisaient toujours volontiers montre de reconnaissance envers leur « partenaire junior français » – comme celui-ci se plaisait à se considérer – quand cela servait leurs propres intérêts. Ainsi ne trouvaient-ils rien à redire à ce que Vichy s’occupât lui-même du recrutement de main-d’œuvre pour l’Allemagne. Mais le peu d’égards qu’avait la politique allemande pour les susceptibilités françaises ne pouvait avoir échappé à Laval et à Pétain, lorsque Hitler, durant ce même automne 1942, le 11 novembre, ne fit qu’une bouchée de la zone « libre ». Dorénavant toutes les mesures de recrutement, tout comme les lois de septembre, s’appliquaient à l’ensemble du territoire français.

61Avec la Relève forcée en automne 1942, la phase du recrutement sur la base d’un consentement – sous pression économique il est vrai – était donc révolue en France, même si on continuait à en entretenir la fiction :

  • 40 Ibid., p. 372.

À l’origine et jusqu’à la fin août 1942, le « volontariat » signifiait que le travailleur se rendait de son propre gré au bureau de placement où il prenait connaissance des conditions d’engagement et de travail, et restait libre d’accepter ou de refuser le contrat qui lui était proposé au nom de telle ou telle entreprise allemande. Depuis le début de septembre 1942, le « volontariat » signifie seulement que l’ouvrier, répondant à un appel, voire à un ordre qui lui est adressé, signe volontairement ou se voit mis dans l’obligation de signer un contrat qui le lie avec une entreprise allemande à laquelle il est affecté.40

  • 41 Clement/Delpech (1948), p. 14.

62Cette définition de l’époque mettait en évidence la différence entre la Relève volontaire et la Relève forcée, même si on peut douter du caractère entièrement « libre » de la première. Clément/Delpech l’expriment très crûment : « Avec la promulgation de la loi du 4 septembre 1942, c’est à la déportation caractérisée que l’on a affaire. »41

63Ce serait néanmoins une erreur de croire que les efforts de recrutement auraient pris fin avec le passage à la réquisition forcée. Les mesures de propagande se poursuivirent sans que l’on puisse en mesurer l’impact sur le nombre des ouvriers partis. D’ailleurs, du côté allemand, tous les travailleurs civils français, qu’ils soient requis ou recrutés, étaient considérés comme « travailleurs occidentaux libres ». Mais, contrairement aux espoirs allemands, ceux qui quittèrent librement la France en 1942 et 1943 ont dû être très peu nombreux, d’autant que le bruit des bombardements alliés sur les villes allemandes et des mauvaises conditions de travail s’était déjà répandu parmi les éventuels candidats. Ce fut seulement à la fin de la guerre qu’apparut une nouvelle espèce de volontaires : des collaborateurs notoires, qui se réfugièrent en Allemagne pour échapper à l’épuration.

64La distinction entre recrutement consenti et réquisition forcée, telle qu’on peut l’établir à partir de la loi du 4 septembre, a continué à jouer un rôle dans le débat politique français (cf. le cas Marchais p. 311) dans la mesure où quelqu’un qui, avant cette date, avait accepté un départ en Allemagne ne pouvait selon toute vraisemblance l’avoir fait que de son plein gré, excepté pour le Nord-Pas-de-Calais et les départements annexés. Pour quelqu’un qui serait parti après cette date, tous les cas de figure sont théoriquement possibles, avec néanmoins une très forte probabilité de contrainte.

Le recrutement de Françaises

65Quant aux femmes recrutées pour l’Allemagne, leur réquisition forcée n’a pas été mise en œuvre bien que la loi du 4 septembre 1942 le permettait en principe. Il en fut question dans un projet de loi rédigé par Sauckel en janvier 1944, auquel Vichy n’aurait certainement pas résisté longtemps (AN F/60/1454) mais le débarquement allié empêcha sa réalisation (cf. annexe, document 1.32). Les Françaises parties en Allemagne y avaient donc en général consenti.

66Il est difficile de savoir combien de femmes en tout sont parties. L’étude de Clément/Delpech ne fait pas de distinction entre les sexes. Vittori et Azéma estiment leur nombre à 40.000, Herbert parle de 42.654 Françaises présentes en Allemagne au 30 septembre 1944 (cf. annexe, document 1.2). Les listes allemandes font état de 22.878 départs en 1941, de 24.247 en 1942 (sans le 3e trimestre), de 17.346 en 1943, ce qui ferait déjà un total 64.471 « femmes transportées vers l’Allemagne » pour cette période. (AN AJ/40/851.)

  • 42 Cf. aussi : Virgili (2007), p. 62-5.
  • 43 Le 23 janvier 1943 le ministre de l’économie fit connaître cette disposition à l’OKW en faisant réf (...)
  • 44 Cité d’après Boberach, p. 5335-6.
  • 45 Thaumiaux (s. d.).

67Au-delà des motivations antipatriotiques et immorales que leur prête l’opinion publique de l’époque et de l’après-guerre, ces femmes avaient plusieurs raisons de s’expatrier, entre autres : (re) trouver un emploi dont la politique de la Révolution nationale les privait parfois, échapper à une situation personnelle difficile ou bien rejoindre leur mari.42 Ainsi, les épouses de prisonniers de guerre français transformés en travailleurs civils pouvaient y vivre maritalement avec leur conjoint à condition qu’elles s’engagent à travailler pendant un an en Allemagne.43 Il y avait pour cela des formulaires spéciaux de candidature et une affiche publicitaire (cf. annexe, documents 1.14 et 1.15). On ignore combien d’épouses en ont fait usage et quelle était leur proportion par rapport au total des femmes recrutées. Dans un rapport du 7 juin 1943 le SD nous apprend que « dans très peu de cas » seulement les femmes ont recouru à cette offre, avant tout parce que les prisonniers ne donnaient euxmêmes souvent pas leur accord à cause du danger des bombardements et ne voulant pas retarder leur retour au pays. D’autre part, ce rapport constate « des sentiments fortement anglophiles de la plupart des prisonniers de guerre ».44 Nous possédons cependant à ce sujet le journal de Rolande Thaumiaux sur son séjour à Glückstadt.45

Le Service du Travail Obligatoire à partir de février 1943

68La première action Sauckel achevée avec succès à la fin 1942, la trêve ne fut que de courte durée. Dès leur rencontre du 13 janvier 1943, Sauckel formula auprès de Laval de nouvelles exigences de réquisition : 250.000 travailleurs jusqu’au 15 mars 1943, soit 4.500 par jour. Il fallait s’y attendre d’ailleurs et, même avant l’institution du STO, la Revue internationale du travail l’avait prévu en décrivant le dilemme auquel était confronté le gouvernement de Vichy :

Car un fait est certain : la marche à plein rendement de ses industries de guerre est pour le Reich, dans les conditions où il se trouve maintenant, une nécessité absolue et urgente qui ne permet pas de supposer qu’il atténuera ses exigences.

  • 46 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 388.

Le gouvernement français, s’il veut faire face aux exigences allemandes et tenir les engagements qu’il a contractés à l’égard du Reich, s’est trouvé et se trouvera plus encore, devant l’hostilité manifeste des intéressés et de l’opinion publique, dans l’obligation de recourir à de nouvelles méthodes qui, sous le couvert d’un volontariat complètement vidé de sa substance, auront un effet analogue à des mesures de mobilisation ou de réquisition.46

69Compte tenu de ses expériences avec la Relève volontaire, Vichy n’avait guère d’autre alternative que de décréter des mesures coercitives. Désormais, le processus n’avait de « volontaire » que le gouvernement de Vichy lui-même, acceptant de prendre ses propres mesures de réquisition forcée plutôt que de subir celles des Allemands. Mais les protestations contre la réquisition forcée de l’automne 1942 lui avaient bien fait comprendre qu’il fallait tout faire pour rendre ses mesures plus acceptables par la population, sous peine de perdre toute autorité.

70On présenta donc à l’opinion publique comme des concessions allemandes obtenues lors de négociations fructueuses ces deux mesures : les départements du Nord-Pas-de-Calais ne dépendraient plus du MBH Bruxelles mais de celui de Paris et la ligne de démarcation entre les deux zones serait abolie, ce qui rétablirait la libre circulation des personnes, des biens et du courrier dans toute la France. Bien sûr, considérer cela comme un succès français relevait du plus profond cynisme car la ligne de démarcation était devenue obsolète depuis l’occupation de la France entière, le 11 novembre 1942.

71Les accords concernant les prisonniers de guerre étaient plus importants : pour avoir accepté les exigences allemandes, le gouvernement de Vichy obtint la prolongation du principe de la Relève, soit une libération pour cinq travailleurs civils. En plus, pour chaque civil acceptant de travailler en Allemagne on accorderait le statut de civil à un prisonnier de guerre sur place. Cette idée d’une « transformation » n’était pas nouvelle – elle avait déjà été appliquée aux prisonniers polonais en Allemagne pour leur enlever la protection de la Convention de Genève – et elle bénéficiait doublement à l’Allemagne qui gagnait de la main-d’œuvre et économisait du personnel de surveillance.

  • 47 À cause de l’abréviation à laquelle elle avait donné lieu, la notion de « Service Obligatoire du Tr (...)

72Les 250.000 civils promis par Vichy devaient dorénavant être appréhendés selon une autre procédure de réquisition. La loi du 16 février portant institution du Service du Travail Obligatoire47 et son décret d’application du même jour, se référant explicitement à la loi du 4 septembre 1942, prévoyaient pour tout homme français adulte un service obligatoire de travail d’une durée de deux ans, l’incorporation s’effectuant par classe d’âge. Les premiers concernés furent les natifs des années 1920, 1921 et 1922. Le fait que les ouvriers de l’industrie n’étaient plus les seuls concernés par cette obligation fut exploité par la propagande de Vichy qui se targuait de justice sociale.

Il ne s’agit plus aujourd’hui, comme alors, de recruter des volontaires. L’incompréhension des Français a obligé le Gouvernement, d’abord à avoir recours aux taxations d’usines, ensuite à des réquisitions de spécialistes. Et nous voici arrivés, par un souci de justice sociale et d’équitable répartition des charges à l’intérieur de notre pays, au service obligatoire du travail (sic !) qui fera peser sur la jeunesse de France une grande partie du poids de la relève.

  • 48 Le Travail Français en Allemagne, p. 29.

73écrivait François Chasseigne en mars 1943.48 Dans le même contexte, il confirma que la phrase de Laval de juin 1942, « cette parole, qui, depuis, a fait couler beaucoup de salive et d’encre », souhaitant la victoire allemande n’était pas un dérapage, il la reprit littéralement et l’approuva.

74Par ailleurs, le principe d’une incorporation générale et par tranches d’âge de jeunes hommes pour un service de 2 ans remplaçait le service militaire, aboli par l’armistice, et apparentait l’engagement en Allemagne à un devoir national. En présentant ainsi le STO, la fiche donnée aux incorporés répondait en même temps à la contre-propagande, et plaçait le STO aussi bien dans le cadre de la Relève que dans celui de la lutte anti-bolchevique aux côtés de l’Allemagne.

1.16 – Papillon « Aux jeunes requis du Service Obligatoire du Travail »

1.16 – Papillon « Aux jeunes requis du Service Obligatoire du Travail »

AN F/41/300.

75Ce thème devint le leitmotiv des propagandes allemande et vichyssoise, de plus en plus semblables, ce qui a frappé les observateurs de l’époque :

  • 49 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 42-3.

La part que la France était appelée à prendre à la lutte contre le bolchevisme, part qui devait lui assurer sa place dans une Europe nouvelle, était le leitmotiv de la propagande officielle aussi bien allemande que française, qui ne tentait plus désormais à convaincre des volontaires à se présenter aux bureaux de recrutement, mais à justifier auprès de l’opinion publique les mesures de réquisition et d’appel forcé.49

  • 50 Guide pratique du travailleur français en Allemagne, Lyon, supposé après octobre 1942.

76Des brochures comme le « Guide pratique » vantaient, par l’image et le texte, les avantages du travail en Allemagne, mais l’accent était mis sur les informations pratiques quant à la législation du travail et la protection sociale, sur les us et coutumes allemands et un guide lexical rudimentaire.50 De même le reportage photo « Images de la vie de ceux qui sont partis » s’efforçait d’éviter toute propagande excessive et de garder un ton « objectif » pour mieux rectifier les « mensonges répandus par la radio étrangère ». (p. 1)

  • 51 « Travailleurs de France », comme brochure BDIC Q pièce 11.516.
  • 52 Vittori (1982), p. 70-1.

77D’autres reportages comme le film « Travailleurs de France »51 ou le reportage du « Matin » analysé par Vittori52, ne se limitaient pas à de belles images émouvantes et à des descriptions idylliques mais contenaient toujours une bonne dose d’idéologie européenne anti-bolchevique.

78La propagande allemande n’était guère différente dans le ton. La brochure de Friedrich Didier „Europa arbeitet in Deutschland (L’Europe travaille en Allemagne)“, de 1943, traduite en plusieurs langues, contient d’abord un éditorial de Sauckel, imprégné d’idéologie, puis plus de cent pages de texte édifiant et de belles images de la vie agréable des travailleurs étrangers en Allemagne, faisant presque oublier que le pays se trouvait en guerre.

  • 53 Cf. Ranciere (1977).

79En France même, avec l’introduction du STO, des voix pour une collaboration inconditionnelle avec l’Allemagne se multiplièrent dans la propagande. Cette collaboration y était préconisée pour des raisons tactiques mais aussi pour des motifs idéologiques, par certains éléments jusqu’alors en marge du pétainisme traditionnel, tels d’anciens syndicalistes d’extrême gauche devenus de fervents défenseurs des avancées sociales du national-socialisme et donc d’ardents adeptes du travail en Allemagne.53

  • 54 Les Buts secrets de la Relève et du S.T.O., Ed. CEA, supposé de 1943.

80La brochure d’André Chaumet54 par exemple affichait, verbalement du moins, une certaine compréhension pour le mécontentement provoqué par les réquisitions et admettait que la vie en Allemagne était souvent représentée bien plus rose qu’elle ne pouvait l’être à ce moment-là.

Tout ne va pas pour le mieux, c’est certain. À quoi bon le dissimuler. Il s’agit, pour le Reich, de nourrir en sus de sa population, plus de 20 millions de travailleurs étrangers, près de 8 millions de prisonniers […] Personne ne s’attendait, n’est-ce pas, à une partie de plaisir ni à une randonnée touristique ? (p. 13ff).

81Ce faisant, sa critique s’adresse bien plus à Vichy qu’aux Allemands, à qui on attribue davantage de bonne foi. C’est surtout la façon de procéder des Français pour la Relève qui aurait été une erreur :

L’erreur fondamentale que le gouvernement semble résolu à ne plus commettre, a été d’avoir accordé le pouvoir de dresser les listes de départs aux patrons, aux chefs des administrations publiques ou privées […] Les industriels anti-sociaux, les inspecteurs inféodés à l’ancien régime, les maires sectaires et réactionnaires ont eu, de ce fait, entre les mains, un instrument formidable, grâce auquel ils ont divisé l’opinion française, meurtri les ouvriers qui se sont ainsi heurtés les uns contre les autres au grand profit du capital allié aux mercenaires de la City et de Wall Street. Les 200 familles ont marché à plein, elles ont pris leur revanche de juin 1936 et le prolétariat en est encore tout aigri, tout plein d’amertume. (p. 12)

82C’est dans cette « sauce anticapitaliste » qu’est servi dorénavant le STO comme rejet décisif de tout privilège et comme contribution de la France à l’Europe nouvelle. En conséquence, on ne fait pas l’éloge de la lutte antibolchevique au nom des valeurs occidentales mais au nom d’un idéal socialiste, trahi par l’Union Soviétique et en revanche près d’être réalisé par l’Allemagne de Hitler.

Le prolétariat sait ce qu’il doit à Marx et à Lénine, mais il n’est ni marxiste, ni léniniste […] La Révolution soviétique n’est plus pour lui un modèle à copier, mais au plus, une expérience féconde en enseignements qui doit porter ses leçons. Ces enseignements, il les sent confusément, en gestation, dans la nouvelle vie allemande. Ce n’est pas tout à fait le socialisme encore – parce que c’est la guerre – et que la guerre impose des concessions immédiates avec certaines puissances du passé […] – mais enfin le socialisme est déjà là, tout prêt. (p. 17)

83Hitler lui-même est présenté comme « un homme comme vous, comme moi […] un pauvre hère que sa logeuse avait surnommé le ‘ maigrichon brun’. Il n’était pas gras, vous savez, Hitler, et la vie ne lui avait pas apporté beaucoup de joie » (p. 18). Le travail en Allemagne et pour l’Allemagne, en contribuant à la victoire finale contre le « capitalisme anglo-américain associé à la ploutocratie asiatique » (p. 16), devait aboutir à la réalisation d’une communauté socialiste, en France aussi :

Tout sera alors fini. Et la misère ouvrière, et les salaires de famine, et le chômage, et les grands fléaux sociaux. Salaires et prix établis dans un rapport constant, fusion harmonieuse de toutes les forces productives, élimination du parasite, disparition du salariat et du patronat, naissance de la communauté d’entreprise, c’est tout cela qui peut encore se gagner pour nous dans la guerre actuelle. Voilà les buts secrets de la Relève et du travail obligatoire. (p. 23)

84Le tract « Avec les Allemands – jamais ! Pourquoi compagnon ? » est rédigé exactement dans cet esprit (cf. annexe, document 1.17) ; mieux, le socialisme serait déjà une réalité en Allemagne. Dans son discours empathique devant les travailleurs français en octobre 1943, Sauckel va dans ce sens et conclut en promettant une « Europe des travailleurs » qui résulterait d’une lutte victorieuse commune pour le socialisme (cf. annexe, document 1.18).

  • 55 Le Travail français en Allemagne, mars 1943.

85Au cours des « Journées d’études de la presse française »55, il est question de devoirs de propagande restant encore à accomplir. Ainsi le capitaine de Messine constate-t-il chez ses compatriotes une « hantise atavique du voyage » :

Plus que jamais, le Français est casanier, l’éloignement de son chez soi lui semble insupportable et, si cette séparation revêt un caractère tant soi peu obligatoire, cela devient une injustice, une brimade impardonnable (p. 13).

86Mais il donne une explication psychologique au refus persistant de s’engager au service de l’Allemagne, qui montre à quel point il est bien loin des réalités :

L’ouvrier français part en Allemagne aveugle et sourd. Aveugle, parce qu’il a peur de se rendre compte d’une manière indiscutable de la supériorité écrasante de la politique sociale allemande ; sourd à la voix de sa raison et de son humble bon sens qui condamneraient irrévocablement ses trois années de dictature populaire. (p. 13).

87À la même occasion, Gaston Bruneton affirme être certain que les Français, une fois revenus en France, regretteront le système social allemand (p. 20), et Abel Bonnard constate avec satisfaction que parmi les ouvriers du STO quelques-uns en auraient compris le véritable sens : « On trouve des jeunes gens qui brûlent de faire leurs preuves en faisant entrer puissamment notre pays dans l’ordre nouveau » (p. 34).

88La concordance entre les propagandes française et allemande pour justifier le STO et le degré de leur idéologisation témoignent de l’implication croissante du gouvernement de Vichy dans la collaboration avec l’Allemagne, et de son engagement conjoint pour la guerre totale, sur le plan économique du moins, en consentant à ces mesures de réquisition forcée. Il est peu probable que cette propagande ait eu un effet concret sur les recrutements, tout au plus pouvait-on espérer atténuer les résistances. Au contraire, le STO allait accentuer la rupture décisive entre le gouvernement de Vichy et la population.

89Deux semaines après la promulgation des lois du STO, la circulaire interministérielle du 2 février décida le recensement et l’enregistrement de tous les hommes français nés entre le 1er janvier 1912 et le 31 décembre 1921. (cf. annexe, documents 1.19 et 1.20). Bien que ces mesures aient été longues à mettre en place, elles se sont avérées d’autant plus efficaces qu’il fallait désormais prouver son enregistrement pour obtenir une carte d’alimentation.

  • 56 Une circulaire des préfets citée par Vittori (1982), p. 74.

90Pour exécuter les mesures de la loi du STO et de celle du 4 septembre, on créa le 24 février 1943 une instance centrale placée sous l’autorité directe du Chef de l’État et non plus du Ministre du Travail. Le Service du Commissariat général au Travail obligatoire, dirigé par Robert Weinmann, mit rapidement en place des services départementaux chargés de l’incorporation dans le STO pour l’Allemagne mais aussi de la direction de l’emploi. Une réglementation dispensait d’aller en Allemagne certaines professions jugées indispensables, agriculteurs, mineurs, cheminots, policiers et pompiers des grandes villes. Afin que les étudiants soumis à la loi du STO puissent passer les examens de l’année d’études en cours, on leur accorda un sursis, d’abord limité au 1er septembre puis seulement jusqu’au 1er juillet. Vue l’évolution de la politique intérieure durant l’été 1943, ce délai représentait pour la plupart une chance d’échapper au travail en Allemagne. L’appel pour le STO était suivi d’une visite médicale d’aptitude. Les médecins français qui devaient la faire passer étaient soumis à de telles pressions (« en principe, il ne doit plus y avoir d’inaptes »)56 qu’ils finirent par refuser, mais ils furent immédiatement contraints d’obéir.

91Durant cette seconde action Sauckel, la politique de recrutement du gouvernement de Vichy se caractérisa par une détermination et une rapidité extraordinaires, sans doute parce qu’il estimait, à juste titre, que c’était sa seule chance de gagner du temps face à l’organisation et au développement croissants de la Résistance.

  • 57 La mobilisation des travailleurs français janvier 1944, p. 43.

À l’encontre du recrutement de 1942, cette nouvelle mobilisation de la main-d’œuvre française au profit du Reich s’effectua très rapidement. Tandis qu’il avait fallu près de sept mois pour transférer en Allemagne les 350.000 travailleurs exigés en juin 1942, six semaines à peine suffirent pour livrer les 250.000 ouvriers exigés à la fin de février 1943.57

  • 58 Clement/Delpech (1948), p. 100-1.

92Selon les évaluations de Clément/Delpech, les exigences allemandes furent remplies fin mars 1943 et, le 25 avril 1943, le bilan de la deuxième action Sauckel s’établissait à 269.100 travailleurs dont 165.463 ouvriers qualifiés.58 Ce qui appelle le commentaire de Homze :

  • 59 Homze (1967), p. 194.

Regardless of tentative plans, Sauckel was highly successful in his recruitment plans in France in 1943. Although his overall quota for 1943 was not fulfilled, he was able to surpass his quotas in the West. This illustrated again the basic shift in German recruitment during 1943 from the East to the West.59

  • 60 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 44.

93Pour comprendre l’énorme succès des mesures de réquisition en ce début 1943, on ne doit surtout pas perdre de vue qu’il ne reposait pas seulement sur les nouvelles mesures. L’introduction du STO ne signifia nullement l’abandon du processus de recrutement dans les entreprises, bien au contraire ! La « Revue internationale du travail » précise qu’il s’agissait de l’utilisation simultanée de « deux modes de recrutement par voie d’obligation. »60

  • 61 Gablin (1974), p. 90.
  • 62 Clement/Delpech (1948), p. 100.
  • 63 Courrier du 6 avril 1943 du Ministre de l’Intérieur à Laval (AN F/60/629).

94Ce processus a été décrit de façon convaincante et détaillée dans l’étude consacrée par Patrick Gablin au Loiret. Dans ce département, sur 2.347 travailleurs requis entre janvier et avril 1943, seulement 544 le furent par le STO, tous les autres sur la base de la loi du 4 septembre.61 Les données de Clément/Delpech sur l’ensemble de la France démontrent aussi que sur 250.000 requis à la fin mars 1943, 60.000 seulement correspondaient aux classes d’âge du STO.62 Les mesures du STO ne produisirent des effets qu’à partir de mars, et surtout fin avril. Dans tous les départements, les chiffres culminèrent en mars, juin et septembre. Dans quelques cas isolés, l’application de la deuxième action Sauckel se heurta à d’assez grandes difficultés. Ainsi en Bretagne, la plus grande partie de la main-d’œuvre disponible travaillait soit dans l’organisation Todt, soit dans les entreprises allemandes d’armement, ou bénéficiait de la dispense accordée aux agriculteurs. En Corse où, du fait de l’interruption des liaisons maritimes avec la France, aucun formulaire n’était arrivé et le transport des travailleurs requis aurait été difficile, le préfet proposa de mettre ceux qui étaient susceptibles d’être requis à la disposition des troupes d’occupation italiennes.63

  • 64 Vittori (1982) p. 102
  • 65 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre dans le gau Aix-la-Chapelle-Cologne » (AN F/41/300)

95Dans l’ensemble, Sauckel pouvait se déclarer entièrement satisfait du résultat de cette deuxième action. La troisième action Sauckel succéda presque aussitôt à la seconde, terminée en mars 1943, sans remporter toutefois le même succès. Quand les Allemands présentèrent, le 23 avril, leurs nouvelles exigences, à savoir 120.000 ouvriers en mai et 100.000 autres en juin, en plus des 180.000 exigés pour les chantiers allemands en France, les jeunes Français n’eurent pas beaucoup de temps pour se cacher. Cette fois, comme lors des exigences allemandes qui devaient suivre, Laval et Sauckel ne se donnèrent plus la peine d’allécher les Français par de soi-disant « concessions allemandes « obtenues en contrepartie des nouvelles réquisitions forcées. On continua à mettre l’accent sur la Relève toujours en vigueur, sur la transformation des prisonniers de guerre en travailleurs civils et, de façon plus appuyée, sur la nécessité d’une participation française à une Europe anti-bolchevique. À partir de juillet 1943 le Centre d’information du travail français publia un bulletin hebdomadaire pour rassurer l’opinion publique en France, avec des idées touchantes comme le « Concours de la plus belle lettre d’enfant ».64 Du 16 au 23 octobre, un groupe de journalistes visita Aix la Chapelle et Cologne et fit un reportage, non exempt de quelques critiques concernant notamment la prolongation automatique et unilatérale des contrats de travail, mais qui débouchait sur une prise de position en faveur d’une collaboration franco-allemande pour une Europe antibolchevique.65 Un appel de Sauckel fut diffusé dans toute l’Europe en septembre 1943 (cf. annexe, document 1.21) mettant en avant des prétendus fondements et objectifs « socialistes » du National-Socialisme (« nous sommes tous des socialistes fanatiques ») s’intégrait bien dans la palette de cette propagande.

  • 66 Cf. communiqué de presse du 29 mai 1943 : « Les nouvelles mesures prises par le gouvernement doiven (...)
  • 67 Décret du 31 mai 1943 (AN F/60/1454).

96De toute façon, les départs exigés ne pouvaient être atteints par un travail de persuasion mais uniquement par l’intensification des mesures de contrainte. À la fin mai, on supprima toutes les exemptions pour la classe d’âge 1922 ainsi que le sursis pour les étudiants.66 Cela signifiait la réquisition immédiate de presque tous les jeunes gens nés en 1922 qui étaient alors dans les Chantiers de la Jeunesse de la zone sud. Sur 24.000 personnes concernées, 5.200 furent envoyées en Allemagne fin mai/début juin, 9.554 autres entre le 11 juin et le 2 juillet, et 1.832 partirent directement des Chantiers dans la deuxième quinzaine de juillet. Parallèlement, le décret du 31 mai étendit l’obligation de travail à ceux qui étaient nés le dernier trimestre 1919 et aux étudiants de cette tranche d’âge.67 Une loi du 4 mai 1943 permettant la fermeture d’office d’entreprises commerciales (une mesure analogue s’appliquait à l’industrie depuis septembre 1941) afin de favoriser le recrutement donna des résultats durant l’été. Une loi du 6 mai prévoyait que les mesures de la Relève et du STO puissent aussi être appliquées aux délinquants déjà incarcérés. En pratique, cette mesure devait surtout empêcher des réfractaires au STO d’échapper au départ en Allemagne du fait de leur incarcération. Plus tard, cette disposition concerna nombre de trafiquants du marché noir.

  • 68 Télégramme à de Brinon du 2 juin 1943 (AN F/60/1454).
  • 69 Télégramme du 4 juin1943 aux Préfets des Régions (AN F/60/1454).
  • 70 A l’exception des « inaptes physiques », télégramme du 6 juin 1943 (AN F/60/1454).
  • 71 Lettre du 8 juin 1943 (AN F/60/1454).
  • 72 Lettre du 7 juin1943 aux Préfets et aux autorités locales (AN F/60/1454).

97Différents arrêtés particuliers précisèrent ou modifièrent les réglementations d’exception : le 2 juin Laval dispensa du STO les soldats de la Légion des volontaires anti-bolcheviques (LVF)68 ; le 4 juin il précisa que le recensement complet de la tranche d’âge 1922 ne concernait ni l’organisation Todt, ni la LVF, ni les Alsaciens et Lorrains, ni les prisonniers libérés69 ; deux jours plus tard il fit marche arrière pour ceux de l’organisation Todt,70 Le Commissaire Général au STO, Robert Weinmann, déclara de son côté, le 8 juin, que les militaires en service étaient exclus du STO mais pas la tranche d’âge 1922.71 Un jour plus tôt, il avait exempté du STO mais pas de la Relève les Français de toutes classes d’âge ayant déjà effectué deux ans de service militaire ou dans les Chantiers de la Jeunesse. « Par contre, les intéressés restent soumis aux obligations de la loi du 4 septembre 1942 ».72 La « Nomenclature des exemptions et des sursis et règles à suivre en ce qui concerne les départs en Allemagne des jeunes gens appartenant aux classes astreintes au STO » publiée le 21 juillet par le Commissaire général au S. T. O. est tout aussi compliquée que son titre et contient une multitude de listes et tableaux censés « simplifier » l’application des dispositions par les autorités locales (cf. annexe, document 1.22).

  • 73 Une circulaire du Commissariat général au Service du Travail Obligatoire du 18 mai 1943 analyse les (...)

98L’introduction de la Carte de travail le 31 mai 1943 (cf. annexe, document 1.23) favorisa l’application des mesures de réquisition du STO73 et notamment la recherche des réfractaires qui avaient réussi à échapper au départ vers l’Allemagne. Le 4 juin Laval appela toutes les autorités à le soutenir activement. « La recherche des réfractaires par ce moyen ne peut aboutir à des résultats substantiels qu’en fonction de la multiplicité et de la diversité des actes de la vie courante à l’occasion desquels ce titre sera exigé conjointement avec la carte d’identité. » À partir de là, il ne restait plus qu’à créer « le plus grand nombre possible de cas où cette carte sera exigée, qu’il s’agisse de formalités impliquant déjà une justification d’identité ou bien encore des cas nouveaux à déterminer pour renforcer cette exigence. » (AN F/60/629)

  • 74 « L’insoumis est l’homme qui, appartenant aux classes astreintes au STO, n’a jamais été recensé et (...)

99En réalité de plus en plus de jeunes Français réussirent à se soustraire au STO, ce qui entraîna une répression policière renforcée par l’établissement de listes de personnes recherchées, par des rafles dans les cinémas, les bars, les gares, des barrages sur les routes etc. Le 4 juin 1943 Laval donna des instructions précises pour la « Découverte des réfractaires et des insoumis par la vérification des cartes de travail », qui faisaient la distinction entre « insoumis » et « réfractaires ».74 Entre-temps, d’abord en mai puis encore en juillet, des délais de grâce à court terme furent concédés afin d’inciter des jeunes gens pris de remords à sortir de la clandestinité et à partir au travail en Allemagne.

  • 75 Cf. Note au sujet d’une discussion du 7 août 1943 entre Sauckel, Ritter, Laval, de Brinon, Bichelon (...)

100En ce début de l’été 1943, l’engrenage de l’appareil d’État de Vichy dans la mobilisation pour la réquisition des travailleurs au service de la puissance d’occupation fut de plus en plus intense. Les exigences allemandes n’étaient pas encore remplies quand, le 6 août, Sauckel exigea 500.000 travailleurs supplémentaires dont 200.000 femmes jusqu’à la fin 1943, à quoi il fallait ajouter environ un million de personnes qui seraient mutées à l’intérieur de la France pour travailler dans des entreprises produisant directement pour la Wehrmacht. Laval, dans un esprit de réalisme, limita sa promesse à 60.000 hommes et fit valoir que 2 558.000 Français travaillaient déjà directement au service de la production allemande d’armement.75

  • 76 Lettre de l’agence pour l’emploi Weser-Ems à la chambre de l’économie régionale du 29 février1944 ( (...)

101Vu le succès de plus en plus limité des mesures françaises, Sauckel décida alors de reprendre les choses en main. Le 10 août dans une conférence de presse, il annonça l’institution de jumelages entre, à chaque fois, un Gau allemand et deux départements français. Une lettre aux agences régionales pour l’emploi précisa la mise en place des administrations de ces parrainages visant surtout à favoriser le recrutement et la réquisition de main-d’œuvre (cf. annexe, document 1.24). Le langage du document, qui préconisait des visites réciproques entre les populations, l’établissement de relations humaines et des recrutements de volontaires, est très loin des réalités. Quand en février 1944 on cherche un recruteur allemand pour aller dans son secteur « jumelé », il est dit qu’il devra participer à des ratissages, « s’investir corps et âme dans ce rude travail des bureaux de recrutement » et doit s’attendre, non à un séjour de tout repos, mais à « une activité souvent non dénuée de risques dans les circonstances actuelles ».76

102Malgré les effort conjoints, Laval ne put même pas fournir les 60.000 ouvriers promis. Depuis fin juillet 1943, la réquisition était pratiquement à bout de souffle, et même son appel pressant aux préfets du 4 septembre leur demandant d’enregistrer immédiatement tous ceux qui étaient soumis à l’obligation du STO, n’y changea rien (AN F/60/629). Le 1er septembre 1943, les hommes nés en 1923 furent soumis au STO et classés en trois catégories par un examen médical : apte pour l’Allemagne, apte pour la France ou inapte. Dans cette situation, les 30.000 jeunes qui, en été 1943, se trouvaient encore dans les Chantiers de la Jeunesse faisaient des envieux. Entre fin mai et début juillet, des jeunes appelés du STO de la classe d’âge 1922 avaient été contraints de partir directement des Chantiers en Allemagne. Il s’agissait maintenant d’une main-d’œuvre de jeunes gens nés en 1923. Pour ménager l’opinion publique, Laval voulait les employer dans des entreprises d’armement en France, pour remplacer le même nombre de jeunes ouvriers des classes d’âge déjà concernées par le STO et obligées désormais de partir.

103Du côté allemand par contre, on insistait sur leur utilisation dans le Reich. Lors d’une réunion de la Commission d’Armistice à Wiesbaden, on négocia sur le sort de ces jeunes et, le 20 septembre 1943, il est décidé que « seront maintenus les préparatifs pour un envoi dans le Reich de 30 000 hommes des Chantiers français et que leur acheminement commencera sans délai. » (AN AJ/40/1212).

  • 77 Lettre du chef de l’administration militaire auprès du MBHF à Sauckel du 22 janvier 1944 (AN AJ/40/ (...)

104Mais à la dernière minute, dans le cadre de nouvelles négociations franco-allemandes, cette mesure a été annulée le 14 octobre. En revanche, la sortie de l’Italie de l’alliance avec Hitler le 8 septembre 1943 signifia pour les Italiens vivant en France la perte soudaine de leur protection contre la réquisition. Le 16 octobre, tous les hommes italiens entre 18 et 50 ans et les femmes entre 21 et 35 ans furent, à la demande des Allemands, enregistrés par Vichy. À la fin 1943/début 1944, une partie d’entre eux fut envoyée en Allemagne et une autre partie employée en France au service de l’industrie allemande d’armement.77

  • 78 Milward (1970), p. 153.
  • 79 Bougeard (1985), p. 57.

105Tout compte fait, le bilan était maigre du point de vue de Sauckel et de Laval. La courbe statistique des résultats de la troisième action Sauckel montre clairement un début laborieux puis, de mi-juin à mi-juillet, le succès des mesures renforcées et de la répression (cf. annexe, document 1.25). Ensuite la réquisition était pratiquement devenue impossible. “In September only about 10 per cent on average of the men detailed to go to Germany actually arrived there.”78 En comparaison aux exigences allemandes on ne peut parler que d’échec. Pour la Bretagne, Bougeard parle de « 80 % de déchets sur les listes officielles » des Côtes du Nord.79

106Par la suite, nous étudierons l’évolution de la situation en France qui avait provoqué cet échec de la troisième action Sauckel, puis le changement d’optique des Allemands qui, à l’automne 1943, aboutit finalement à un renoncement provisoire à la poursuite des réquisitions.

Résistance

107Comme le constatent tous les observateurs, l’introduction du STO fut un des facteurs décisifs qui renforça dans la population française le sentiment de rejet non seulement à l’égard de l’occupation allemande, mais aussi contre le gouvernement de Vichy et sa politique de collaboration de plus en plus franche.

108Ainsi peut-on lire dans la Revue internationale du travail :

  • 80 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 55.

À vrai dire, l’opinion publique, dans son immense majorité, n’a pas admis cette politique à laquelle elle a opposé une inébranlable résistance passive […] Si bien que le fossé qui s’est creusé depuis la défaite entre le gouvernement français et la population n’a cessé de s’approfondir.80

  • 81 Rapport du 5 octobre1943 sur la main-d’œuvre au 3e trimestre 1943.
  • 82 Laborie (1990).

109Sauckel lui-même constata dans un rapport sur le troisième trimestre 1943 qu’il « se répandait, dans les territoires occupés en principe encore capables de contribuer, une ambiance d’opposition de plus en plus entêtée ».81 Les rapports des préfets et les historiens convergent dans leur évaluation du STO comme un « facteur de désagrégation et du changement de cap » dans l’opinion publique.82

  • 83 Fabre/Fabre (1978), p. 95.
  • 84 Paxton (1973), p. 274. Paxton (1973), p. 274.

110Les études régionales montrent comment le rejet des réquisitions réduisait progressivement les différences d’attitude entre les populations rurales et urbaines d’une part, entre les deux zones d’autre part : « Le S. T. O. fait l’unanimité contre le régime, y compris dans les milieux ruraux lui ayant fait longtemps confiance. »83 Ce rejet aboutit à augmenter le soutien de la population aux mouvements de résistance, entre sympathie et participation active. En ce sens, Paxton parle du STO comme du « meilleur agent de recrutement de la Résistance ».84

  • 85 « La vérité sur le travail des ouvriers français en Allemagne. Contre les mensonges des capitaliste (...)
  • 86 « Travailleur ou chair à canon ? » 1943 (BDIC).

111Il n’est sans doute pas exagéré d’admettre qu’au cours de l’année 1943, malgré l’interdiction, les informations de la BBC eurent davantage d’auditeurs que les communications officielles de Vichy. Désormais, les heures d’émission des deux radios coïncidaient. Comme auparavant pour la Relève, la BBC conseillait de ne pas aller en Allemagne, mais donnait maintenant plus de conseils concrets. Le 1er mars, elle conseilla aux jeunes gens de se cacher à la campagne et appela les paysans à héberger les fugitifs. L’effet de cette propagande des Alliés peut se mesurer à l’aune de la réaction officielle. Le dépliant « La vérité sur le travail des ouvriers français en Allemagne. Contre les mensonges des capitalistes ennemis de l’Europe »85 en est une illustration, de même que la brochure « Travailleur ou chair à canon ? » où on avertit les travailleurs français du risque d’être exploités comme chair à canon par de Gaulle et les Alliés. En revanche, les conditions de travail en Allemagne seraient si bonnes que le terme « déportation » ne pourrait être qualifié que de mensonge britannique et communiste : « Avouez que cette déportation est bien douce ! »86

112Si l’on en croit la remarque suivante, la population était tellement remontée contre le STO que même des forces locales ultra-collaborationnistes se sentirent encouragées à récupérer ce sujet à leurs fins :

  • 87 Le Grand (1963), p. 251.

Le courant hostile au STO prit une telle force que la minorité collaborationniste n’osait même pas défendre le travail obligatoire en Allemagne et que le PPF, squelettique dans notre région, le désavouait en disant : ‘ ah ! si nous avions eu un Doriot au lieu d’un Laval comme chef de gouvernement, cette sanction aurait été épargnée aux Français.’(sic)87

  • 88 Ayme, D. -V. et Brilhac : La Relève. La Résistance des ouvriers français. La brochure est non-datée (...)
  • 89 Cf. Evrard (1971), p. 28.

113C’est surtout la Résistance qui en 1943 gagna en soutien, en force et en structure, comme le manifestent ses apparitions publiques et ses publications. Parue en été 1943, une brochure de 51 pages sur les mesures de réquisition de Vichy et les activités de la Résistance88 décrit les actions de propagande et de contre-propagande. Le numéro de « Libération » en date du 15 septembre 1943 fait l’inventaire des actions menées dont notamment un appel des Mouvements unis de Résistance à une journée nationale de protestation contre la déportation, prévue pour le 1er mai 1943. Dans ce genre de tracts, on se moquait volontiers du mot d’ordre de la Révolution nationale qui, dans le slogan lancé par le mouvement de résistance « Valmy », devient : « L’ordre nouveau. TRAVAIL forcé, loin de la FAMILLE, contre la PATRIE ».89

114Le 14 juillet 1943 fut fondé le Comité d’action contre la déportation. Il appelait non seulement par voie de tracts à se soustraire au départ, à s’évader du transport, à rejoindre les maquis, à saboter en France la production pour les Allemands, etc., (cf. annexe, documents 1.26, 1.27, 1.28), mais il assistait aussi les réfractaires en leur procurant faux papiers et fausses cartes de ravitaillement.

  • 90 Cf. Empereur-Bissonnet (1980), p. 1735, Kedward (1992) p. 275.

115Le climat politique avait changé au printemps et en été 1943 à tel point que des tumultes et des protestations publiques éclatèrent dans plusieurs gares au départ de convois de travailleurs requis. Une photo, souvent reproduite, montre des manifestants à la gare de Romans qui tentent d’empêcher le départ d’un train par des jets de pierres en été 1943.90

  • 91 Fabre/Fabre (1983), p. 96.

À Mazamet, en mai 1943, la foule s’oppose également par une manifestation au départ d’un train de requis. Cris hostiles, incidents sont nombreux à beaucoup de départs de trains de la région depuis Toulouse. Dans les mairies, les vols des listes de recensement se multiplient à partir du printemps 1944. À Albi, le service de la Main-d’œuvre et l’Office de Placement sont détruits par une bombe.91

  • 92 Bougeard (1985), p. 58. Comme les protestations mentionnées par Gablin (1974), p. 96-7, il y eut de (...)

116En janvier 1943 ces scènes étaient encore exceptionnelles. Bougeard en évoque en mars, à Brest et à Quimper.92 Durant l’été, les protestations s’amplifièrent et se radicalisèrent jusqu’à prendre la forme d’attentats ciblés contre des personnes. Le 28 septembre, le chargé de mission de Sauckel, Ritter, fut assassiné à Paris. Bien entendu, le renforcement de la résistance au STO et la naissance des maquis augmentaient de façon décisive les chances de chaque requis potentiel d’échapper à sa déportation vers l’Allemagne. Il y avait de grandes différences régionales mais, en règle générale, « prendre le maquis » n’était pas encore une option réaliste lors de l’institution du STO en février/mars 1943. À leurs timides débuts en avril 1943, les maquis n’auraient pas pu prendre en charge des milliers de jeunes hommes, les entretenir et leur offrir une cachette sûre. Mais c’est justement le nombre grandissant de réfractaires au STO qui avaient réussi à s’enfuir individuellement, par exemple à la campagne, qui permit aux maquis de s’agrandir et de servir d’accueil efficace à partir de l’été 1943. Or, à ce moment-là, la plupart des requis avait déjà pris le chemin de l’Allemagne. Pour eux, ce fut trop tard. Il y a donc une relation de cause à effet entre le refus des réquisitions et la formation des maquis :

  • 93 Milward (1970), p. 154-5.

Sauckels actions had become one of the principal driving forces behind the ‘maquis’. The security police considered that the bands of armed marauders in the Ardennes were mostly young men evading the labour service laws in France and Belgium. They were constantly replenished by workers going home on leave from Germany.93

  • 94 Sainclivier (2003).

117Mais cette thèse considérant les maquis comme l’« Armée Sauckel »94 doit être nuancée, car tous les réfractaires n’allèrent pas dans les maquis, loin de là. Les chiffres à ce sujet, très variables selon les régions, sont estimés globalement aux alentours de 20 %, chiffre ainsi expliqué dans une étude nuancée :

  • 95 Marcot (1983), p. 90-1.

Pendant longtemps, les historiens ont affirmé que le STO avait peuplé les maquis. […] La plupart des enquêtes locales nuancent l’affirmation. […] Notre hypothèse de travail est la suivante : une faible partie des réfractaires rejoint les maquis, mais au départ (printemps à automne 43), les réfractaires constituent une grande partie et probablement la majorité des maquisards. Leur proportion ne cesse de diminuer ensuite, parce que les réfractaires trouvent d’autres solutions et parce que les maquis se transforment progressivement en unités combattantes.95

  • 96 Ainsi un télégramme du 7 septembre 1943 informe le président régional de Dijon : « Mairie Cramans J (...)
  • 97 Il écrit le 10 juin 1943 : « On peut, en effet, penser que la plupart des réfractaires habitant les (...)
  • 98 Bourderon (1978) : « On a ainsi l’impression que les compagnies minières acceptent, dans l’ensemble (...)

118Une des possibilités individuelles d’échapper au travail obligatoire consistait à se cacher à la campagne où les fugitifs pouvaient compter sur la disponibilité toujours plus grande de la population à leur égard et parfois même sur la sympathie de la gendarmerie.96 Aussi Bichelonne proposa-t-il en juin 1943 de faire des rafles dans les gares.97 Une autre possibilité était la planque dans l’une des branches ou professions exemptées de la réquisition (agriculture, mine98, police, pompiers), dans les S-Betriebe travaillant directement pour l’industrie d’armement allemande, dans l’organisation Todt ou dans la Milice, même si les jeunes hommes nés en 1922 n’y étaient pas tout à fait à l’abri.

  • 99 « Secteur refuge de premier ordre avec la police, la gendarmerie et la milice, les mines et carrièr (...)

119Le fait que l’entrée dans ces deux dernières organisations fut envisagée comme possibilité d’échapper au STO99 montre – au même titre que l’engagement volontaire dans l’industrie d’armement au profit des Allemands – qu’il ne s’agissait pas pour la plupart des requis d’un refus patriotique de contribuer à la victoire allemande mais bien plus d’éviter leur départ en Allemagne, la séparation de la famille, les bombardements sur les villes allemandes, etc…

  • 100 Silvestre (1983) p. 4 ; cf. aussi : « Ce qui est caractéristique de la mentalité de cette époque, c (...)

En fait, c’est la résidence en Allemagne qui pose problème et non le travail pour les Allemands, déjà largement pratiqué en France.100

120Selon cette même logique, une entreprise ayant travaillé pour les Allemands et ayant demandé et obtenu, par conséquent, son classement en tant que S-Betrieb n’est pas considérée comme anti-patriotique, car elle pouvait ainsi servir de refuge aux travailleurs français relevant du STO. Par contre, les victimes de la réquisition parties en Allemagne contre leur gré se sont vu reprocher d’avoir contribué à l’effort de guerre ennemi.

121Le refus du STO, qui n’est pas toujours un acte politiquement motivé mais souvent une simple et légitime défense de soi, ne débouche donc, ni automatiquement ni dans la majorité des cas, et de loin, sur la résistance. On ne saurait donc mettre les « réfractaires » sur le même plan que les « résistants » comme on s’est plu à le faire après la guerre, et encore moins leur accorder une supériorité morale sur ceux qui ne se sont pas soustraits à leur acheminement vers l’Allemagne.

  • 101 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 129.
  • 102 Clement/Delpech (1948), p. 125.

122Les études régionales démontrent que le « réfractaire moyen » vient plutôt de la zone nord, est relativement jeune, et de ce fait célibataire, et est surreprésenté dans le groupe des ouvriers qualifiés de l’industrie. Aux réfractaires du STO qui se sont soustraits avant d’être appelés (réfractariat préventif) ou pendant la procédure (réfractariat immédiat), s’ajoute une troisième catégorie, le réfractariat différé101 : ceux qui se sont enfuis d’Allemagne et ceux qui n’y sont pas retournés après leurs congés. Seule une infime partie des travailleurs civils français bénéficia de congés au pays natal, mais le taux de ceux qui ne rentrèrent pas est considérable. Pour la seule quinzaine du 1er au 14 mai 1943, Clément/Delpech donnent le chiffre de 46.428 travailleurs en congé dont 19.638, soit 42,3 %, ne rentrèrent pas en Allemagne et pour la période du 15 juillet au 31 août, sur 34.140 le taux des non-retours atteint 84 %102 (cf. p. 166).

  • 103 Malgré les risques certains médecins procédaient à des « réformes patriotiques » (Silvestre, 1983, (...)

123Les mesures de répression et de contrôle du gouvernement de Vichy contraignirent les réfractaires du STO à la clandestinité. Ils devaient s’en remettre à la solidarité de leurs concitoyens pour ne pas être découverts et tout simplement pour survivre, à moins de posséder de faux papiers ou des certificats de complaisance les déclarant inaptes.103

  • 104 Silvestre (1983), p. 7.
  • 105 Cf. Mouraz (2003) ; Marcot (2003).

124En bien des endroits, en particulier à la campagne, les instances administratives locales faisaient preuve d’un certain laisser-aller dans l’application des mesures ordonnées d’en haut. « À la campagne, on resta chez soi, ou tout près, de connivence tacite avec les gendarmes. » Ceux-ci ne seraient intervenus qu’en cas de trouble à l’ordre public.104 On peut supposer que l’attitude hostile de la population à l’égard du recrutement forcé était partagée, au moins en partie, par les fonctionnaires, y compris ceux de la police. De même la soumission de l’exécutif aux intérêts de l’occupant a sûrement poussé une partie de cet appareil à la résistance, au moins passive.105 Mais si, et de loin, toute convocation au STO n’était pas suivie d’un départ effectif, cela ne tenait que faiblement à un sabotage volontaire par l’administration de Vichy. Il y avait tout simplement beaucoup de dysfonctionnements dans les rouages du système et les directives d’en haut étaient appliquées avec un zèle limité par le fonctionnaire subalterne.

  • 106 Durand (1993), p. 8.

L’administration française cherche à protéger les ressortissants, mais veut en même temps montrer que le gouvernement continue à diriger le pays. Cependant, ce sont les autorités locales qui sont placées devant les demandes allemandes, Vichy ne réagissant qu’avec retard. On applique règlements et lois françaises, cherchant à ne pas aller au delà. Dans la réalité, la multiplicité des mesures de Vichy, la complicité des organismes créés favorise un certain freinage.106

  • 107 Cf. Daviet (2003).

125L’attitude des patrons fut très diverse, et plus ils étaient concernés plus ils étaient opposés aux réquisitions.107 Les petites entreprises surtout étaient menacées plus rapidement de fermeture du fait du retrait forcé de personnel. Néanmoins, même en 1943, très peu furent prêtes à une résistance ouverte.

  • 108 Veillon (1985), p. 107.

Des patrons, pourtant réticents devant les mesures, ne donnent pas toujours l’exemple de l’insoumission. Du côte de l’Église catholique, dans un premier temps au moins, on prêche l’obéissance. Quelques mouvements de jeunesse catholiques la prônent ouvertement, tels les Scouts de France. L’attitude de la JEC est, il est vrai, plus nuancée.108

  • 109 Cf. Fouilloux (2003).
  • 110 Cf. Déportation. Cahiers du témoignage chrétien XVII, Juillet 1943 p. 6-7. La brochure contient plu (...)

126L’analyse de l’attitude de l’Église catholique109 est une entreprise délicate car après la guerre, elle avait tout intérêt à mettre en évidence les appels incontestables des ecclésiastiques à la résistance et à reléguer dans l’ombre les tout aussi nettes prises de position en faveur de la Révolution Nationale dont elle partageait la plupart des valeurs. Alors que l’Église protestante prit tôt le parti de la Résistance, la plupart des historiens qualifient l’attitude de sa sœur catholique d’hésitante et d’indécise. Ce furent notamment la persécution des Juifs et le STO qui provoquèrent de violents déchirements et amenèrent finalement une partie importante de l’Église à soutenir la Résistance. Dès mars 1943, le cardinal Liénart prit officiellement position par rapport au STO et en juillet 1943 les évêques français déclarèrent : « Se soustraire au Service obligatoire du travail, n’est pas un péché. »110

L’accord Speer-Bichelonne

127La résistance de plus en plus grande aux réquisitions forcées, tant sur le plan des mouvements organisés que sur celui de la sympathie grandissante dont elle jouissait au sein d’une population de moins en moins favorable au régime, contribua pour une large mesure à ce que la troisième action Sauckel s’enlise et se termine pratiquement à la fin de l’été 1943.

128Il est vrai aussi qu’au même moment les réserves de main-d’œuvre disponible étaient elles aussi épuisées. D’une part la « proie facile » des premières mesures de réquisition était déjà en Allemagne et l’effet de surprise ne jouait plus. Qui voulait échapper à la réquisition, à quelques exceptions près, avait maintenant davantage de temps pour se planquer et aussi bien plus d’opportunités.

129Par ailleurs, les demandes en personnel des usines allemandes rentraient de plus en plus en contradiction avec la production pour le compte des Allemands en France même. La Bretagne est un cas particulièrement précoce et flagrant :

  • 111 Bougeard (1985), p. 40.

Au cours de l’année 1941, les chantiers allemands en Bretagne ont absorbé toute la main-d’œuvre disponible sur place et résorbé le chômage consécutif à la défaite et à la désorganisation de l’économie. La concurrence est vive avec la Relève et le STO en 1942-43.111

130Dans de telles régions, le nombre des réquisitions resta plus vite qu’ailleurs bien en-deçà des exigences et les divergences d’intérêt parmi les Allemands eux-mêmes apparurent même au niveau local.

  • 112 Ibid., p. 50.

Les quatre départements bretons par exemple doivent fournir 800 métallurgistes sans les prélever dans les usines protégées Rüstung. Or, toutes les usines importantes le sont. La tâche est plutôt ardue.112

  • 113 Cité d’après : Gratier de Saint-Louis (1987), p. 46.
  • 114 Cité d’après : Michaelis/Schraepler, p. 463.

131Que de telles situations allaient tôt ou tard se poser dans toute la France était prévisible. Avant même que le premier travailleur requis n’ait quitté la France suite aux lois de septembre, Laval et Michel, lors d’une entrevue le 4 août 1942, discutèrent « des incompatibilités entre les départs d’ouvriers français et la réalisation de programmes industriels allemands confiés à des entreprises françaises ».113 Le 19 décembre 1942 Laval suggéra à Hitler, dans l’intérêt même des Allemands, de faire produire en France plutôt que de réquisitionner des ouvriers pour l’Allemagne.114 Et, lors du calcul des réserves de main-d’œuvre en vue de la 3e action Sauckel le 18 mai 1943, le principal obstacle à la réalisation des exigences allemandes résidait dans le fait que déjà bon nombre d’ouvriers travaillaient dans les Rüstungs-Betriebe ou dans l’organisation Todt.

132Depuis 1941, les principales entreprises françaises produisant pour les Allemands, les Rüstungs-Betriebe ou Vorzugs-Betriebe (usines prioritaires), étaient pourvues d’un statut particulier. Ce secteur protégé n’était certes pas complètement à l’abri des réquisitions, mais leurs requis furent remplacés par des personnes venant du secteur non prioritaire ou d’entreprises ayant été fermées. La loi du 4 septembre permettait ce genre de transferts d’office et ainsi les départs des requis en Allemagne entraînèrent une suite de mutations en France même.

  • 115 Cf. Zielinski (1995), p. 162-73.

133Or, depuis l’été 1943, les mesures de la 3e action Sauckel portèrent visiblement préjudice à la productivité des entreprises industrielles françaises travaillant pour les Allemands. Parmi les travailleurs réquisitionnables, ceux qui, par peur d’être envoyés en Allemagne, s’étaient réfugiés préventivement dans la clandestinité, étaient ainsi perdus non seulement pour le travail en Allemagne mais aussi pour la production en France. Il fut de plus en plus évident qu’une augmentation de la production des capacités industrielles françaises au service de l’armement allemand était incompatible avec la réquisition de leur main-d’œuvre dans le Reich.115

134Les bombardements alliés de plus en plus intensifs contre les entreprises d’armement en Allemagne (qui avaient déjà contraint à des délocalisations) furent certainement une raison supplémentaire pour que, dans ce conflit d’intérêt, le ministre des armées, Speer, impose, durant l’automne 1943, sa vision d’une « planification européenne de la production » et l’emploi plus efficace de la main-d’œuvre en la maintenant sur place. Ainsi le 17 septembre 1943 conclut-il un accord avec Bichelonne, déclarant Sperr-Betriebe plus de 14.000 entreprises françaises, et renonçant au transfert de main-d’œuvre française dans le Reich. Il y eut même des exemples isolés de retours d’ouvriers qualifiés français.

135Soulagé par l’arrêt des réquisitions, Laval obtint effectivement que beaucoup de réfractaires français du STO, après une promesse d’amnistie faite en novembre, acceptent d’entrer dans les Sperr-Betriebe. La population française respirait. Pourtant, ces mesures procurèrent à Laval non seulement des applaudissements mais aussi de rudes critiques dans le cercle désormais très restreint des adeptes de sa politique gouvernementale. Ainsi, le 23 octobre 1943, de la part de l’Association des familles des travailleurs lyonnais en Allemagne :

  • 116 Lettre au Commissaire général à la main-d’œuvre française en Allemagne du 23 octobre 1943 (AN F/60/ (...)

Qu’est-ce à dire ? Sinon que ceux de ces jeunes gens qui se sont dérobés au S. T. O. au moment de leur désignation pour l’Allemagne sont autorisés à quitter « le maquis » selon l’expression consacrée, à rentrer chez eux et à reprendre leurs occupations. […] Il n’est pas douteux que devant cette mesure, ceux qui sont partis, ont obéi à la loi, ont fait et font encore leur devoir, apparaissent comme des naïfs pour me servir d’une formule atténuée, pendant que ceux qui vont rentrer feront figure de débrouillards et de gens intelligents, encore qu’ils ne sont que les déserteurs du S. T. O.116

  • 117 Homze (1967), p. 190.

136La même association se retournait également violemment contre la Relève de la Relève (cf. annexe, document 1.29) propagée alors par Chasseigne, selon laquelle un travailleur civil se rendant volontairement en Allemagne pouvait relayer un travailleur civil d’Allemagne de son choix, ce qui aurait incité à un trafic inacceptable. Dans cet appel, Chasseigne estima que l’accord Speer-Bichelonne était dû à la politique habile du gouvernement de Vichy, une appréciation partagée, bizarrement, par Homze quand il présente le conflit Speer-Sauckel plus comme un coup de maître tactique de Laval et le résultat de sa ruse que comme l’expression d’un réel conflit d’intérêts : « That method was Gallic simplicity itself ».117 Mais à la fin de son analyse, Homze en vient à parler de l’aspect « objectif », à l’origine de cet accord :

  • 118 Ibid, p. 203.

Sauckel and his foreign labor recruitment in France had reached a point where Germany’s own self-interests were placed in jeopardy by continued recruiting. It was to Speer’s credit that he recognized this.118

137Pourtant, cette issue de l’antagonisme entre Sauckel et Speer, si cher aux historiens qui y voyaient deux conceptions incompatibles entre elles, ne trancha pas la question de manière définitive. Sauckel, ne s’accommodant pas de sa défaite, désigna les Sperr-Betriebe comme des « maquis légaux » et, dans un discours du 16 octobre 1943, présenta la France comme un réservoir fantastique pour la poursuite des réquisitions de main-d’œuvre :

138Il n’existe qu’une seule possibilité d’approvisionner en hommes l’économie de guerre allemande, à savoir depuis la France. Je ne veux pas ici donner le nombre que je considère comme indispensable, mais il est très élevé. Les hommes dont nous avons besoin, ils sont là. Sur le territoire français nous pouvons facilement faire travailler des millions à la production de guerre, et de plus, nous pouvons aisément trouver un million de Français susceptibles d’être envoyés en Allemagne. En France les classes d’âge se renouvellent entières tous les ans. Ici ça fourmille d’êtres humains, de jeunes, car la France ne subit pas de pertes, comme l’Allemagne. C’est effrayant quand on vient d’Allemagne et qu’on voit ici tous ces jeunes garçons. […] Tous ces jeunes gens ici à foison alors que nous, nous en perdons des centaines de milliers. (AN AJ/40/846)

La Quatrième action Sauckel : 1944

139Effectivement, le 4 janvier 1944 lors d’un entretien avec Sauckel et Speer dans la Chancellerie du Reich, Hitler ordonna à son GBA d’amener dans le Reich encore 4 millions de travailleurs dont un million de France, à condition toutefois de ne pas les prendre dans l’industrie d’armement et de sous-traitance. Sauckel ne pouvait évidemment pas respecter cette condition, pour les mêmes raisons que celles qui durant l’été 1943 avaient déjà exacerbé le conflit de stratégie entre lui et Speer. Il multiplia les plaintes sur les S-Betriebe auprès du Führer, exigea toujours plus de pouvoirs et de personnel et devait finir par imputer le cuisant échec des réquisitions de 1944 à son adversaire Speer et au manque de soutien de la Wehrmacht, s’inventant une sorte de légende « du coup de poignard dans le dos ».

  • 119 Note d’information no 10.141 du 31 mars 1944 du Ministère du travail au Commissariat général d’acti (...)

140Face aux nouvelles exigences allemandes du début 1944, soit un million de travailleurs jusqu’au 30 juin, chiffre réduit à 855.000 par le MBHF, le gouvernement de Vichy réagit en décrétant le 1er février une nouvelle loi qui étendait l’obligation de travailler à tous les hommes entre 16 et 60 ans et à toutes les femmes sans enfants entre 18 et 45 ans (les femmes, uniquement sur le territoire français). Par précaution on enregistra les célibataires de tous âges, les agriculteurs de la classe d’âge 1923 exemptés jusqu’alors du STO, tous les étudiants et finalement, le 20 avril, toute la classe d’âge 1925.119

141Selon les expériences précédentes, la méthode la plus efficace était la réquisition directe depuis les entreprises, et l’on y revenait maintenant. À partir de février 1944, des commissions mixtes de peignage devinrent opérationnelles au niveau départemental et, sur la base des listes nominatives des employés de toutes les entreprises de leur secteur, elles établissaient des listes de réquisition pour désigner des emplois en France ou en Allemagne. Du fait de la participation de Français, les commissions avaient encore un semblant de légalité, mais au fond les Allemands étaient désormais passés au « self-service ». En fin de compte, ce procédé fut un échec car il desservait les intérêts allemands eux-mêmes :

  • 120 Note sur la situation de la main-d’œuvre au 22 avril 1944, de Laval le 23 avril 1944 (AN F/60/1454)

La méthode dite de ‘peignage’ des entreprises, par les commissions mixtes franco-allemandes a échoué. Au lieu de 273.000 hommes demandés pour les 3 premiers mois de l’année 1944, on a enregistré seulement 15.000 départs théoriques pour l’Allemagne. Ceci provient du grand nombre d’entreprises « S » qui sont, en général, de grosses entreprises, dans lesquelles il n’est fait aucun prélèvement. Seules les petites entreprises sont soumises au peignage et elles présentent, en général, un personnel âgé, de mauvaise qualité physique, inapte pour l’Allemagne. […] Pour obtenir une désignation pour l’Allemagne, les commissions doivent examiner, en moyenne, environ 10 entreprises. Enfin, du point de vue social, on aboutit à cette monstruosité de voir désignés des hommes de 40 ans, pères de 3 enfants, spécialistes de petites entreprises, alors que des jeunes non spécialistes, engagés dans une entreprise « S » ne sont pas désignés.120

142Après l’échec du « peignage » des entreprises, on se tourna vers les étrangers vivant en France. À la suite de discussions entre Laval, Bichelonne et Sauckel, une note sur la main-d’œuvre du 19 février prévoit la mise à disposition de 228.000 étrangers et Laval déclare dans une circulaire du 24 mars, que tous les individus de sexe masculin, Italiens, Polonais, Russes blancs, Arméniens, Espagnols non protégés par leur consulat, de même que tout étranger vivant en France illégalement « quel que soit le motif d’exemption qu’il pourrait par ailleurs invoquer », seraient considérés comme « mutables en Allemagne » (AN F/60/1454). Toujours en quête d’autres réserves de main-d’œuvre on recourut de nouveau à l’envoi en Allemagne des trafiquants du marché noir qui avaient été arrêtés (AN F760/1024). De nouvelles dispositions concernaient les étudiants qui devaient être envoyés en groupes (service encadré) s’ils n’avaient pas postulé volontairement à un emploi précis en Allemagne. Depuis longtemps déjà Vichy considérait qu’il était important que des groupes de jeunes travailleurs soient préparés à leur devoir et dûment encadrés en Allemagne par des dirigeants triés sur le volet, mais jusqu’ici on y avait renoncé face aux exigences allemandes, ou bien les groupes avaient été dispersés à leur affectation en Allemagne. Enfin au printemps 1944, les jeunes des Chantiers de la Jeunesse devaient partir pour l’Allemagne en groupes encadrés. Dans une note du 5 janvier 1944, Vichy faisait la réclame de ce réservoir :

Les Chantiers de la Jeunesse constituent désormais une organisation de travailleurs pouvant être entièrement utilisée aux travaux nécessaires pour la défense de l’Europe (AN F/60/1454).

143Face à la demande allemande de dissolution immédiate des Chantiers (par crainte de voir s’y former des groupes de résistance) et de transfert des jeunes vers l’Allemagne, le Ministre du Travail Déat proposa, le 11 avril 1944, de les remplacer par un Service du Travail des Jeunes qui devrait préparer ceux-ci, année après année, à leur engagement en Allemagne et les y envoyer en groupes bien encadrés, ce qui rendrait superflu le laborieux peignage des entreprises et ne laisserait aucune chance aux jeunes de s’échapper dans les maquis. Une telle préparation à long terme ne pouvait que servir les intérêts allemands au niveau du recrutement de la main-d’œuvre. Tandis que ce texte adressé aux Allemands affirmait de façon crédible ne vouloir que favoriser leurs intérêts, un courrier du 19 avril 1944 de Déat au Général Debenay, chargé de présenter le projet du Service National du Travail devant la commission d’armistice, contenait une arrière-pensée patriotique cousue de fil blanc :

Il est bien évident enfin que l’État Français, par cette organisation, redevient maître de sa manœuvre au lieu de demeurer passif. Il a de nouveau une politique et il la fait (AN F/60/629).

144Mais si, le 13 mai 1944, l’OKW rejeta catégoriquement la poursuite des Chantiers dans leur nouvelle forme et insista sur leur dissolution immédiate (AN F/90/629), ce ne fut pas pour s’opposer à ces prétentions à l’autonomie, à supposer qu’il en ait eu écho. En réalité les Allemands ne s’intéressaient plus du tout aux projets à longue échéance ou aux programmes de qualification, mais davantage à la livraison immédiate d’un nombre important de jeunes, que ce soit avec ou sans encadrement français. La réquisition « par classes complètes et sans exemptions » des jeunes nés en 1923 et 1924 constituait l’essentiel de l’arrangement convenu entre Sauckel et Laval les 10 et 11 mai. L’instauration du Service national du travail fut rejetée et l’attitude intransigeante de l’OKW provoqua même un conflit ouvert entre Laval et Déat. Le premier attira l’attention des Allemands sur les dangers d’une poursuite des réquisitions, dans un langage qu’aurait pu tenir aussi un militaire allemand quelque peu réaliste :

Le Gouvernement français a le devoir de rappeler à quelles difficultés morale et politique il se heurte pour l’envoi des travailleurs français en Allemagne et il compte que le Gouvernement allemand n’aggravera pas ces difficultés par le maintien de la décision de la Commission allemande d’armistice. Il est évident que la convocation directe par l’Allemagne du reliquat de la classe 1943 et de la classe 1944 provoquerait une augmentation sensible dont l’ampleur ne peut être actuellement précisée du nombre de réfractaires. Il ne saurait donc échapper aux Hautes autorités militaires allemandes qu’il est de l’intérêt de l’Allemagne et de la France d’éviter toutes décisions de nature à faciliter la propagande communiste et anglo-saxonne et à accroître le désordre en France (AN AJ/40/846).

145Opinion contredite, dans une lettre du 25 mai 1944 au MBHF de la part de son « collègue » Déat : « Je me permets de vous indiquer, à titre personnel et privé, que je suis absolument en désaccord avec ce texte. » (AN AJ/40/846) ; cela témoigne de l’état lamentable du gouvernement français à la veille du débarquement des Alliés en Normandie. Ce dernier devait enfin rendre caduc l’appel pour le STO et l’envoi en Allemagne de la classe d’âge 1924 décrété par Sauckel le 6 juin 1944 et celui des femmes, prévu depuis avril 1944 (AN F/60/1454).

  • 121 « Note d’information du Ministère du Travail » du 31 mars1944 (AN F/60/1454).
  • 122 Cité d’après Michaelis/Schraepler, p. 155.

146Pour l’ensemble de cette dernière phase, le gouvernement de Vichy intensifia, parallèlement au peignage d’entreprises, « le dépistage des oisifs encore en trop grand nombre » et « la recherche des permissionnaires défaillants ».121 Bien que la Milice française y ait joué un rôle actif avec l’aide de l’appareil policier régulier, Laval rencontra visiblement de moins en moins de succès dans sa poursuite des réfractaires. Aussi Sauckel se plaignit-il auprès de Hitler le 17 mars 1944 : « la police […] répugne à intervenir contre les requis du travail réfractaires, pour ne pas s’exposer à des mesures de représailles des terroristes » et il exigea davantage de recruteurs musclés.122

147Pour imposer la réquisition forcée par ses propres moyens, Sauckel fonda au printemps 1944 les Groupes d’action pour la paix sociale, dénommés aussi « Ligue pour l’ordre et la justice sociale ». Cette troupe d’intervention armée disposant de pouvoirs policiers était composée d’environ 5000 volontaires français à la solde des Allemands, la plupart recrutés dans les milieux collaborateurs, par exemple du PPF. Sa tâche consistait pour l’essentiel dans le repérage des réfractaires dont l’arrestation donnait lieu au versement d’une prime. Indice du succès de ces rafles, un document du MBHF du 25 mai 1944 (AN AJ/40/847) réclame d’urgence une escorte militaire pour les transports spéciaux vers l’Allemagne de la main-d’œuvre française arrêtée ainsi.

148Les rafles contre les réfractaires et les représailles contre les résistants allaient parfois de pair, comme à Tulle où le 21 juin 1944 après que la division SS „Das Reich“ eut pendu 99 otages et déporté 150 autres dans des camps de concentration allemands, la division SS Totenkopf n’arrêta 75 hommes « que » pour les faire travailler en Allemagne. Le chaos et l’arbitraire des réquisitions caractérisèrent les derniers mois de l’occupation allemande en France. Le chef du SD du secteur de Lyon mentionna dans un rapport du 26 juin 1944 qu’il « avait expédié toute la main-d’œuvre en troupes encadrées en camps de concentration » car « il n’aurait jusqu’alors pas eu connaissance que les services de recrutement soient intéressés par cette main-d’œuvre prise par le SD. » (Cf. annexe, document 1.30.) Ces mêmes corps para-militaires qui chassaient la main-d’œuvre avaient aussi pour tâche de protéger le personnel allemand des Feldkommandanturen et les recruteurs allemands.

149Pouvaient également devenir recruteurs au service de l’administration Sauckel des « membres des mouvements français du renouveau » ou « diverses personnes reconnues comme fiables par les services de la Police de Sécurité, le SD, les Feldkommandanturen, les équipes de recrutement et les officines de placement. » (AN AJ/40/847) Les méthodes des recruteurs spécialement envoyés d’Allemagne ont dû être si rudes qu’elles provoquèrent une ordonnance détaillée du Ministre du Travail du Reich le 7 juin 1944, les exhortant à se conduire convenablement et à renoncer à la corruption ainsi qu’au marché noir. (STB A. 8. b. Nr. 75)

150Et, aussi absurde que cela puisse paraître dans les conditions décrites ci-dessus, on continuait de faire de la publicité pour aller travailler outre-Rhin en avançant des arguments étonnants, par exemple que l’engagement en Allemagne protégeait contre le chômage (cf. annexe, document 1.31). Ce furent pourtant des motivations très différentes qui poussèrent, en 1944 et même après la libération de la France par les Alliés, des volontaires à gagner l’Allemagne. Dans une note du 27 août, on apprend qu’à Nancy « tous les jours le SD amène à la Kommandantur environ 20 à 30 collaborationnistes, qui veulent être expulsés vers le Reich. » (AN AJ/40/847) Ceux-ci furent accueillis avec tant d’hostilité par leurs compatriotes en Allemagne que, le 2 octobre, Bruneton dut intervenir auprès de ses propres services dans le Reich :

  • 123 Exposé de M. Gaston Bruneton le 2 octobre 1944 (AN 83/AJ/17).

Je demande à ce que ces Français reçoivent toujours un accueil normalement amical, car ce sont des Français et si je dis cela, c’est que j’ai déjà eu l’écho d’accueils fort peu amicaux qui auraient été faits à ces Français venant de France et réfugiés en Allemagne. Je sais très bien que parmi ces Français, il y a du bon et du mauvais. Il y a certainement parmi eux des éléments indésirables car c’était une occasion trop belle pour certaines personnes de venir en Allemagne sans qu’on contrôle de très près leurs papiers. On trouvera donc un peu de tout parmi ces Français. […] Ce n’est pas à ce moment-là que des membres de la Délégation doivent laisser croire qu’une partie de la Délégation est gaulliste, ou eux-mêmes manifester des sentiments qui pourraient paraître, à ceux qui écoutent, gaullistes.123

151On ne saurait donc retenir une date précise pour établir le bilan de la 4e action Sauckel. Le débarquement allié en Normandie mit fin à la participation officielle du gouvernement de Vichy aux mesures de réquisition et, le 18 juin, Glatzel et de Brinon conclurent un accord sur la fin des réquisitions, que Laval présenta aux préfets, le 23 juin, comme conditionné par l’évolution de la guerre et comme une décision provisoire.

En raison des bombardements anglo-saxons et des destructions provoquées notamment par la tentative d’invasion, les Autorités allemandes ont décidé de suspendre les réquisitions de travailleurs pour l’Allemagne […] Naturellement, les départs volontaires pour l’Allemagne subsistent comme auparavant, et, dans toute la mesure du possible doivent être encouragés. (AN F/60/629)

  • 124 Boutroux (1977), p. 62.

152Mais quand la réquisition de main-d’œuvre par les Allemands s’arrêta-t-elle effectivement dans les différents départements ? Cela dépendait bien moins des mesures officielles que de la situation militaire. En Meurthe-et-Moselle malgré un arrêt officiel, les réquisitions se poursuivirent jusqu’au dernier moment, et le dernier travailleur requis quitta le département le 5 août 1944.124 La chasse à la main-d’œuvre par le Service de Sécurité et ses mercenaires français tout comme l’afflux de volontaires continuèrent dans les troubles de la phase finale. En même temps comme nous l’apprend un rapport du MBHF du 5 juillet 1944, il y eut toujours des déportations :

Dans le cadre des diverses actions contre des terroristes et des membres du mouvement de résistance, nous sommes constamment en présence d’éléments douteux qui doivent être déportés en Allemagne, car il est nécessaire, pour des raisons militaires, de les porter hors de l’arrière du théâtre des opérations. (AN AJ/40/847)

153Les réquisitions furent aussi à l’ordre du jour d’une séance du 15 juillet 1944 au château de la Wartburg. Sauckel partait du principe que « la grosse veste prise » au niveau du recrutement de la main – d’œuvre en 1944 pouvait encore être réparée par la poursuite des réquisitions en France et en Italie, pour peu que l’on s’y prenne bien : « En fin de compte nous devons appliquer au reste de l’Europe les procédés mis en œuvre à l’Est. Si cela nous est permis, nous pourrons alors rendre possibles des exigences apparemment impossibles. » (AN AJ/40/847, p. 3)

154Au lieu du million espéré au cours du premier semestre, le bilan de la 4e action Sauckel s’établit, selon les sources françaises, à 38.555 personnes (cf. annexe, document 1.33) et, selon un inventaire de Abetz du 6 juillet 1944, à 40.594 personnes, soit 22.247 volontaires (collaborateurs français en fuite pour la plupart), et 18.347 requis du travail (AN AJ/40/846). La plupart de ces derniers avaient été capturés lors des chasses brutales aux réfractaires. Le chiffre de ceux qui arrivèrent encore en Allemagne après juillet 1944 nous est aussi inconnu que celui des collaborateurs qui quittèrent le pays au tout dernier moment.

Evaluation globale de la réquisition de travailleurs civils français

155Vue dans son ensemble, la réquisition de main-d’œuvre par Sauckel doit être évaluée comme une entreprise audacieuse et globalement réussie au service de l’économie de guerre allemande. Il faut souligner l’efficacité des méthodes mises en œuvre, et en premier lieu la collaboration d’État avec le gouvernement de Vichy. Ce sont tout de même environ 6 % des hommes en âge de travailler qui ont été requis pour l’Allemagne, dont un fort pourcentage de spécialistes. C’est également l’avis de Paxton :

  • 125 Paxton (1973), p. 291-2.

Après le retour de Laval au pouvoir, la France devient donc, la Pologne mise à part, le plus large réservoir de main-d’œuvre étrangère du Reich et elle est, de tous les pays occupés, celui qui fournit le plus grand nombre d’ouvriers qualifiés.125

156Paxton avance, entre autres, cet argument pour répondre par un « non » catégorique à la question « Vichy a-t-il évité le pire ? ». La politique de collaboration n’aurait pas rapporté aux Français la position privilégiée et l’abri relatif que le gouvernement de Vichy leur avait promis pour la justifier.

  • 126 Cf. les déclarations de Chasseigne et Boyez, dans : La vie de la France sous l’occupation, p. 1314- (...)
  • 127 Comme le fait Gratier de Saint-Louis (1987).
  • 128 Cf. le jugement de Durand (1987) : « Par souci de rétablir ou de défendre ce qu’il croit avoir cons (...)

157En face, les adeptes de la thèse d’un Vichy du « moindre mal », même face aux réquisitions forcées, font valoir que les représentants de ce gouvernement avaient de bonnes intentions. Après la guerre, pour justifier leur conduite, les responsables ont soutenu qu’ils avaient opposé le plus de résistance possible aux Allemands, compte tenu des circonstances, et temporisé pour essayer de retarder les réquisitions.126 Vichy aurait servi la France autant que possible dans une situation difficile. Depuis la traduction de l’étude de Paxton en 1973 au plus tard, les défenseurs de cette thèse sont de plus en plus minoritaires parmi les historiens sérieux. Or, juger des intentions qui poussèrent le gouvernement de Vichy à prendre telle ou telle décision n’est possible que si des documents d’archives ou des mémoires incontestables les révèlent.127 À défaut, on doit s’en tenir aux faits et analyser les rapports de forces et l’échiquier des intérêts en présence pour conclure, le cas échéant, aux intentions sous-jacentes d’une décision.128

158S’il est donc parfois difficile de s’accorder sur telle ou telle intention, il est relativement plus aisé de répondre à deux questions plus concrètes. Quelle fut la politique mise en œuvre par Vichy dans le domaine de la réquisition de main-d’œuvre, domaine-clé de la collaboration d’État ? Quels résultats eut cette politique qui toucha un grand nombre de familles françaises ?

  • 129 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 359.

159Force est de constater que le gouvernement de Vichy, par son obéissance parfois empressée aux demandes allemandes de main-d’œuvre, s’est laissé entraîner dans l’engrenage de la collaboration avec l’Allemagne, allant jusqu’à engager la police française dans la chasse aux réfractaires – ce qui, au début, apparaissait à Laval lui-même comme totalement exclu : « Il ne concevait pas d’ailleurs, qu’un gendarme français puisse mettre la main au collet d’un ouvrier français pour l’envoyer en Allemagne. »129 Mais en fin de compte, c’étaient bien des lois françaises que les réfractaires ne respectaient pas. Comme dans la question de la persécution des Juifs, cette politique de collaboration s’avéra non seulement complaisante mais surtout efficace au service des intérêts allemands.

  • 130 Paxton (1973), p. 343.

160Si finalement on n’a pas réquisitionné plus de main-d’œuvre, c’est parce que d’une part la population s’est opposée, sur cette question qui la touchait de près, aux forces d’occupation et à la politique de collaboration, et que d’autre part une autre orientation s’est au moins partiellement imposée au niveau de la politique allemande d’armement, favorisant la production sur place dans les Speer-Betriebe. « Vichy cependant ne peut pas s’attribuer le mérite de l’un ou de l’autre de ces garde-fous. »130

  • 131 Cf. Peschanki (2002) ; Gaida (2008).

161Ceci s’applique jusque dans les détails à la réquisition de main-d’œuvre. Le fait que des étrangers vivant en France (y compris ceux qui venaient d’être déchus de leur nationalité par une loi de Vichy) n’aient pas été plus massivement requis pour aller travailler en Allemagne tenait à l’opposition des Allemands. Vichy s’en serait volontiers débarrassé, comme il l’a fait pour les Juifs. Ce n’est pas la protection française qui évita leur enrôlement en Allemagne mais le fait que les Allemands n’en voulaient pas. En revanche, ils étaient regroupés dans des camps en France, pour effectuer un travail obligé au profit de Vichy.131

162Qu’obtint le gouvernement de Vichy des Allemands en contrepartie de sa collaboration effective ? A-t-elle été « rentable » pour la France ? Finalement, tout ce qui a été présenté comme « concessions allemandes » gagnées par l’engagement de Vichy à livrer, par ses propres moyens, les contingents successifs de main-d’œuvre exigés, qu’il s’agisse de la Relève, de la suppression de la ligne de démarcation, de la conversion du statut de prisonnier de guerre en celui de travailleur civil, tout cela représente un prix plus qu’avantageux payé pour la politique de collaboration effective, sans laquelle la réquisition n’aurait pu être menée à bien. Bref, pour sa complaisance Vichy obtint des Allemands le maintien symbolique d’une apparence de souveraineté mais, comme le montre l’exemple de l’occupation de la zone sud le 11 novembre 1942, ceci ne valait que dans la mesure où les intérêts allemands n’en étaient pas gênés, voire y trouvaient avantage. Plus le gouvernement de Vichy se laissait entraîner dans la collaboration avec les Allemands, dans le domaine économique notamment, plus cette souveraineté était réduite à une simagrée. Et c’est précisément la politique de collaboration d’État qui lui fit perdre à vue d’œil sa crédibilité auprès d’une majorité de la population. Un pas significatif fut franchi lorsque Laval, devant l’absence de concessions allemandes qu’il aurait pu exploiter pour justifier sa politique en la matière, la fonda sur la nécessité d’une contribution française à la victoire allemande finale, pour mériter une place de choix aux côtés de l’Allemagne dans une nouvelle Europe sous sa domination. C’était miser sur une issue de la guerre et perdre la mise toute entière quand les réalités en décidèrent autrement.

Notes

1 Selon Yves Durand (1980), p. 21, d’après les données du Secrétariat d’État aux Anciens combattants.

2 Cf. The Exploitation of Foreign Labour by Germany, Revue internationale du travail, 1945, qui reprend plusieurs analyses consacrées à la France depuis janvier 1943 ; Zielinski (1995).

3 Cf. « Dossier sur l’utilisation et l’orientation de la main-d’œuvre » et « Dossier sur l’institution du S.T.O. » (AN F/41/4) ainsi que les lois et décrets (AN F/60/1454). Un condensé chronologique détaillé des mesures légales prises par Vichy a été constitué par l’Office national des Anciens combattants et repris par Gratier de Saint-Louis (1982), p. 2-20.

4 Quellien (2003), p. 84.

5 Dans sa circulaire du 20 novembre 1940, Vichy donna pour instruction à ses services, de promouvoir l’activité de ces bureaux. La circulaire du 29 mars1942 alla dans le même sens. Cf. Desmarest (1946), p. 176.

6 Timm (1942), p. 87-8.

7 Cf. Rapport secret du SD du 12 février1942 (Boberach, Nr. 259, p. 3311-2).

8 Umbreit (1968), p. 324.

9 Cf. Mermet (1982), p. 30.

10 Andrieu (1941).

11 Depuis mars 1942 la BBC diffusait presque quotidiennement des avertissements sur le danger d’aller travailler en Allemagne Le 13 mars 1942 par exemple, Maurice Schumann s’est, depuis Londres, adressé à ses compatriotes en ces termes : « Partir pour l’Allemagne, c’est se constituer prisonnier » (Les Voix de la Liberté, Tome 2, p. 70) ; et à Lorient le 8.5.1942 on lisait sur des affiches : « Partir travailler en Allemagne, c’est trahir » (Leroux 1978, p. 122).

12 Cf. Gaida (2008).

13 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 387.

14 Les convois d’octobre 1940 à août 1941 étaient composés en moyenne de seulement 15,6 % de Français, mais ceux de juillet 1941 par contre en comptaient 42,5 % (AN AJ/40/846).

15 Bougeard (1985), p. 47.

16 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, P. 387.

17 Cf. entre autres Dejonghe (1993), Costes (1973), Azema (1990), Frankenstein (1981). Veillon (1987) cite des souvenirs de témoins faisant état de déportations au départ de Lille et de Charleville-Mézières dès le début de l’occupation allemande (p. 967).

18 Costes (1973), p. 73.

19 Introduction à : Garnier/Quellien (2003), p. 11. Éventuellement, cette différence s’explique par les nombreux étrangers.

20 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 387.

21 Décrits avec précision par Gratier de Saint-Louis (1987).

22 Yves Durand (1993), p. 18-9.

23 Cf. Aron (1976), p. 99. Dans les archives on ne trouve par ailleurs aucune preuve de cette version.

24 Note de M. Le Jeune. Comité d’information ouvrière et sociale. Réunion du 9 juillet 1942. Le document est daté du 11 juillet 1942 (BDIC 4o 190 Rés. A).

25 Travailleur qui pars pour l’Allemagne. Voici ce que tu dois savoir, Aubenas : Ed. Mabauzit-Le Gonidec, vraisemblablement entre septembre 1942 et février 1943. René Guerdan était chargé de la propagande au Ministère du Travail. La brochure appelle les requis à la compréhension pour le recrutement forcé, les console et contient beaucoup d’informations pratiques sur le travail en Allemagne ainsi que les adresses précises des bureaux de recrutement de la Région Parisienne.

26 Recueil BDIC.

27 Cf. Touzeau (s. d.), p. 184. Cette étude propose une description intéressante de la propagande radiophonique jusqu’à la Libération accompagnée d’une analyse de fond.

28 Cité par Touzeau (s. d.), p. 137.

29 Cf. Circulaire du 27 juin 1942 en faveur de la Relève adressée aux patrons de la métallurgie, citée par Vittori (1982), p. 229, annexe 4.

30 Cité d’après Gablin (1974), p. 34.

31 Cité d’après : La Politique de la main-d’œuvre en France, janvier 1943, p. 86-7.

32 Cf. Guerdan (Avant-propos) : « Pressé par la nécessité, le Gouvernement a dû, par une loi du 4 septembre 1942, accélérer le départ des travailleurs français pour l’Allemagne. » (p. 5).

33 Comme le prétend Timm (1942), p. 91.

34 Rapport sur la situation du recrutement entre le 10 octobre et le 9 novembre 1942, du MBHF, cité d’après Herbert (1985), p. 184.

35 Mermet (1982), p. 52.

36 Gratier de Saint-Louis (1982), p. 22.

37 Lettre du Cabinet du Préfet de la Loire à Laval du 22 décembre1942 (AN F/60/410).

38 Bougeard (1985), p. 52-5.

39 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 355.

40 Ibid., p. 372.

41 Clement/Delpech (1948), p. 14.

42 Cf. aussi : Virgili (2007), p. 62-5.

43 Le 23 janvier 1943 le ministre de l’économie fit connaître cette disposition à l’OKW en faisant référence au décret de Sauckel du 19 novembre 1942 (cf. annexe, documents 3.24).

44 Cité d’après Boberach, p. 5335-6.

45 Thaumiaux (s. d.).

46 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 388.

47 À cause de l’abréviation à laquelle elle avait donné lieu, la notion de « Service Obligatoire du Travail » fut modifiée : « En raison des plaisanteries nées des initiales S. O. T. (Service Obligatoire du Travail), l’appellation sera modifiée en « Service du Travail Obligatoire » plus connu sous le sigle « S.T.O. » (Gratier de Saint-Louis 1987, p. 58-9., note 44).

48 Le Travail Français en Allemagne, p. 29.

49 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 42-3.

50 Guide pratique du travailleur français en Allemagne, Lyon, supposé après octobre 1942.

51 « Travailleurs de France », comme brochure BDIC Q pièce 11.516.

52 Vittori (1982), p. 70-1.

53 Cf. Ranciere (1977).

54 Les Buts secrets de la Relève et du S.T.O., Ed. CEA, supposé de 1943.

55 Le Travail français en Allemagne, mars 1943.

56 Une circulaire des préfets citée par Vittori (1982), p. 74.

57 La mobilisation des travailleurs français janvier 1944, p. 43.

58 Clement/Delpech (1948), p. 100-1.

59 Homze (1967), p. 194.

60 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 44.

61 Gablin (1974), p. 90.

62 Clement/Delpech (1948), p. 100.

63 Courrier du 6 avril 1943 du Ministre de l’Intérieur à Laval (AN F/60/629).

64 Vittori (1982) p. 102

65 « Voyage d’étude du 16 au 23 octobre dans le gau Aix-la-Chapelle-Cologne » (AN F/41/300)

66 Cf. communiqué de presse du 29 mai 1943 : « Les nouvelles mesures prises par le gouvernement doivent assurer le maximum d’équité dans le recrutement de la main-d’œuvre : Tous les jeunes gens de la classe 1942, sans exception devront partir pour l’Allemagne. » (AN F/60/1454). Fin juin 1943, même les jeunes hommes de l’organisation Todt nés en 1922 furent envoyés en Allemagne. Pour les étudiants, cf. aussi circulaire du 30 juin1943 (AN F/60/1454).

67 Décret du 31 mai 1943 (AN F/60/1454).

68 Télégramme à de Brinon du 2 juin 1943 (AN F/60/1454).

69 Télégramme du 4 juin1943 aux Préfets des Régions (AN F/60/1454).

70 A l’exception des « inaptes physiques », télégramme du 6 juin 1943 (AN F/60/1454).

71 Lettre du 8 juin 1943 (AN F/60/1454).

72 Lettre du 7 juin1943 aux Préfets et aux autorités locales (AN F/60/1454).

73 Une circulaire du Commissariat général au Service du Travail Obligatoire du 18 mai 1943 analyse les difficultés du recrutement et voit leur résolution surtout dans un respect plus strict des réglementations. Cf. Vittori (1982), p. 240-1. (annexe 8).

74 « L’insoumis est l’homme qui, appartenant aux classes astreintes au STO, n’a jamais été recensé et ne s’est jamais fait connaître des services compétents. Le réfractaire est celui qui, appartenant aux mêmes classes et ayant été recensé, s’est dérobé ultérieurement aux convocations ou aux ordres qui lui ont été adressés. » Lettre de Laval aux préfets du 4 juin 1943 (AN F/60/1454).

75 Cf. Note au sujet d’une discussion du 7 août 1943 entre Sauckel, Ritter, Laval, de Brinon, Bichelonne. Selon Sauckel se trouveraient dans le Reich 1.050.000 prisonniers de guerre et 658.000 travailleurs civils, et en France 700 000 ouvriers seraient employés dans des usines d’armement et 150 000 dans l’organisation Todt. (AN AJ/40/846).

76 Lettre de l’agence pour l’emploi Weser-Ems à la chambre de l’économie régionale du 29 février1944 (Archives de la Chambre d’industrie et du commerce de Brême SZ I, 15/7 vol. 4).

77 Lettre du chef de l’administration militaire auprès du MBHF à Sauckel du 22 janvier 1944 (AN AJ/40/848) ; cf. d’autres documents (AN F/60/99) et chez Mantelli (1992), p. 232-40.

78 Milward (1970), p. 153.

79 Bougeard (1985), p. 57.

80 La Mobilisation des travailleurs français, janvier 1944, p. 55.

81 Rapport du 5 octobre1943 sur la main-d’œuvre au 3e trimestre 1943.

82 Laborie (1990).

83 Fabre/Fabre (1978), p. 95.

84 Paxton (1973), p. 274. Paxton (1973), p. 274.

85 « La vérité sur le travail des ouvriers français en Allemagne. Contre les mensonges des capitalistes ennemis de l’Europe » (BDIC Q pièce 14.559).

86 « Travailleur ou chair à canon ? » 1943 (BDIC).

87 Le Grand (1963), p. 251.

88 Ayme, D. -V. et Brilhac : La Relève. La Résistance des ouvriers français. La brochure est non-datée, mais vraisemblablement de l’été 1943.

89 Cf. Evrard (1971), p. 28.

90 Cf. Empereur-Bissonnet (1980), p. 1735, Kedward (1992) p. 275.

91 Fabre/Fabre (1983), p. 96.

92 Bougeard (1985), p. 58. Comme les protestations mentionnées par Gablin (1974), p. 96-7, il y eut des arrestations et déportations en camp de concentration par la Gestapo.

93 Milward (1970), p. 154-5.

94 Sainclivier (2003).

95 Marcot (1983), p. 90-1.

96 Ainsi un télégramme du 7 septembre 1943 informe le président régional de Dijon : « Mairie Cramans Jura m’informe gendarmerie refuse arrêter deux insoumis classe 42… domiciliés chez parents cultivateurs. Stop. Vous prie prendre dispositions utiles pour arrestation immédiate… » (AN F/60/629).

97 Il écrit le 10 juin 1943 : « On peut, en effet, penser que la plupart des réfractaires habitant les grands centres urbains cherchent à gagner la campagne pour s’y dissimuler tout en y trouvant leur subsistance. […] Certaines régions apparaissent aux réfractaires comme des lieux de refuge spécialement propices : Savoie-Corrèze-Cévennes » (AN F/60/1454).

98 Bourderon (1978) : « On a ainsi l’impression que les compagnies minières acceptent, dans l’ensemble, de servir de refuge, ne pratiquent pas la chasse aux insoumis, remplissent sans zèle particulier les états demandés par le préfet » (p. 63-4). Cf. Paxton (1973), p. 276 : « Environ 45.000 volontaires s’engagent en 1944 dans l’odieuse milice, en partie peut-être pour échapper au S.T.O. » et Laurens (1975), p. 296 : « La milice allait trouver dans le S.T.O. un précieux auxiliaire pour lui permettre d’étoffer ses rangs. »

99 « Secteur refuge de premier ordre avec la police, la gendarmerie et la milice, les mines et carrières se remplissent d’une quantité de gens qui n’y auraient jamais mis les pieds en temps normal. » Mermet (1982), p. 50.

100 Silvestre (1983) p. 4 ; cf. aussi : « Ce qui est caractéristique de la mentalité de cette époque, c’est que si l’on refuse de travailler en Allemagne, on ne refuse pas de travailler pour l’Allemagne, mais en France. » Mermet (1982), p. 50.

101 Gratier de Saint-Louis (1990), p. 129.

102 Clement/Delpech (1948), p. 125.

103 Malgré les risques certains médecins procédaient à des « réformes patriotiques » (Silvestre, 1983, p. 5-6). Et une lettre du 26 juillet 1943 apprend au préfet de l’Ain : « D’après des renseignements parvenus en date du 15 juin de Nantua, L’Hôpital de la ville donnerait asile à de faux malades, authentiques réfractaires au STO. » (AN F/60/629).

104 Silvestre (1983), p. 7.

105 Cf. Mouraz (2003) ; Marcot (2003).

106 Durand (1993), p. 8.

107 Cf. Daviet (2003).

108 Veillon (1985), p. 107.

109 Cf. Fouilloux (2003).

110 Cf. Déportation. Cahiers du témoignage chrétien XVII, Juillet 1943 p. 6-7. La brochure contient plusieurs autres prises de position contre le STO et justifie un droit à la résistance. (p. 13).

111 Bougeard (1985), p. 40.

112 Ibid., p. 50.

113 Cité d’après : Gratier de Saint-Louis (1987), p. 46.

114 Cité d’après : Michaelis/Schraepler, p. 463.

115 Cf. Zielinski (1995), p. 162-73.

116 Lettre au Commissaire général à la main-d’œuvre française en Allemagne du 23 octobre 1943 (AN F/60/1454).

117 Homze (1967), p. 190.

118 Ibid, p. 203.

119 Note d’information no 10.141 du 31 mars 1944 du Ministère du travail au Commissariat général d’action sociale pour les Français travaillant en Allemagne (AN F/60/1454). Sont exemptés les Alsaciens et Lorrains, anciens prisonniers de guerre, Juifs et membres de la L. V. F.

120 Note sur la situation de la main-d’œuvre au 22 avril 1944, de Laval le 23 avril 1944 (AN F/60/1454).

121 « Note d’information du Ministère du Travail » du 31 mars1944 (AN F/60/1454).

122 Cité d’après Michaelis/Schraepler, p. 155.

123 Exposé de M. Gaston Bruneton le 2 octobre 1944 (AN 83/AJ/17).

124 Boutroux (1977), p. 62.

125 Paxton (1973), p. 291-2.

126 Cf. les déclarations de Chasseigne et Boyez, dans : La vie de la France sous l’occupation, p. 1314-8.

127 Comme le fait Gratier de Saint-Louis (1987).

128 Cf. le jugement de Durand (1987) : « Par souci de rétablir ou de défendre ce qu’il croit avoir conservé de souveraineté, Vichy tend à devancer les Allemands pour les empêcher de prendre à sa place des mesures qui, sans cela, seraient considérées comme attentatoires à cette souveraineté… La question centrale ici, à propos de Vichy, est de savoir s’il va ainsi au-devant des Allemands seulement pour éviter leurs empiètements, ou s’il ne les précède pas, parfois, simplement parce que ses motivations et ses buts sont identiques aux leurs » (p. 43-4).

129 La Main-d’œuvre française pour l’Allemagne, mars 1943, p. 359.

130 Paxton (1973), p. 343.

131 Cf. Peschanki (2002) ; Gaida (2008).

Table des illustrations

Titre 1.4 – Brochure de propagande : « L’Aventure de Célestin Tournevis ».
Crédits Collection IHTP.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre 1.5 – « La mésaventure de Célestin Tournevis » bande dessinée éditée à Londres par La Marseillaise et imprimée en France en 1943 par le journal de la Résistance Combat.
Crédits Images de « la France de Vichy », La Documentation française, 1988, p. 197.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre 1.10 – Avis officiel du recensement obligatoire du 27 octobre 1942.
Crédits Paris sous l’occupation, Documentation photographique, La Documentation française, Paris 1978.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 1.16 – Papillon « Aux jeunes requis du Service Obligatoire du Travail »
Crédits AN F/41/300.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 551k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540