Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

La réquisition de main-d'œuvre

Économie de guerre et recours à la main-d’œuvre étrangère

Texte intégral

1L’importance quantitative de l’utilisation massive de main-d’œuvre étrangère au service de l’économie de guerre du Reich, ainsi que son déroulement chronologique selon les nationalités, les catégories ou les secteurs économiques ont déjà été largement étudiés (cf. Introduction, p. 19). Le chiffre de 7.615.970 travailleurs étrangers (1,9 millions de prisonniers de guerre et 5,7 millions de travailleurs civils, soit 2,8 millions de citoyens soviétiques, 1,7 millions de Polonais, 1,3 millions de Français, 590.000 Italiens, 250.000 Belges) qu’a retenu Herbert pour août 1944 (cf. annexe document 1.2) n’est qu’un « instantané », bien en dessous du nombre total de tous les travailleurs étrangers amenés en Allemagne pendant la durée de la guerre.

  • 1 Cf. Homze (1967), p. 232 ; Elsner/Lehmann (1988), p. 201. En 1944, il était de 35 % dans l’industri (...)

2La baisse dramatique du nombre d’hommes allemands au travail, alors que le taux d’activité féminine reste pratiquement stable, et l’augmentation fulgurante de la proportion d’étrangers parmi les actifs, de 0,8 % en mai 1939 à 20,8 % en moyenne, toutes branches confondues et bien davantage encore dans certains secteurs et certaines entreprises1, montrent clairement le rapport direct entre le nombre d’appelés dans la Wehrmacht et la compensation – bien qu’insuffisante – par la main-d’œuvre étrangère.

3Déjà, à la veille de la guerre, le Reich était passé en quelques années d’un chômage massif à un manque de main-d’œuvre du fait de l’accroissement de la production d’armement, qui est devenue une question de survie pour l’Allemagne hitlérienne après l’échec de sa stratégie de guerre éclair. La main-d’œuvre faisant toujours défaut, le but ne pouvait être atteint que par une soumission complète de l’économie à la production de guerre prioritaire et par la militarisation des entreprises.

  • 2 Herbert (1985), p. 70.

4Quant à savoir si l’engagement de millions d’étrangers dans l’économie de guerre allemande a été le fruit d’un concept général prémédité ou une nécessité conditionnée par la guerre, je pencherais du côté d’Herbert qui considère la décision d’enrôler des étrangers comme la plus forte concession idéologique faite jusque-là par les nationaux-socialistes aux exigences économiques et politiques du moment.2 Selon lui, l’expérience de la Première Guerre mondiale n’encourageait pas vraiment à un nouveau recours au travail obligatoire des civils, mais plutôt à celui des prisonniers guerre. Cependant, le besoin de main-d’œuvre avait déjà contraint le Reich à libéraliser quelque peu sa politique de restriction vis-à-vis des travailleurs étrangers et à accepter l’emploi d’étrangers comme mesure provisoire née de la pénurie à une échelle relativement modeste, même avant la guerre. Le manque de devises du Reich allemand que les transferts de salaires risquaient d’aggraver avait limité cet emploi. Ce handicap financier disparut avec le début de la guerre et l’occupation de pays voisins.

1.3 – Bilan de la main-d’œuvre en Allemagne1939-1944

1.3 – Bilan de la main-d’œuvre en Allemagne1939-1944

D’après Herbert, 1983, p. 234.

5Cependant on peut supposer que si la direction nationale-socialiste a bel et bien spéculé sur l’exploitation de la main-d’œuvre dans les pays occupés afin de poursuivre sa guerre de conquêtes, et a pris des mesures préparant l’emploi de prisonniers de guerre pour travailler dans le Reich, la réquisition de force de millions de travailleurs dans les territoires occupés ne s’imposait pas, tant qu’on misait sur le succès de la stratégie de guerre éclair.

6Les projets nationaux-socialistes d’un grand espace économique européen, largement répandus avant et au début de la guerre, exprimaient clairement l’intention impérialiste de soumettre l’Europe au service des intérêts allemands, mais ils émettaient aussi des réserves vis-à-vis d’une immigration massive vers l’Allemagne de travailleurs issus de « peuples ethniquement différents ».

7Ainsi le docteur Syrup, secrétaire d’État au Ministère du travail plaide-t-il en 1941, après quelques remarques de principe sur la structure économique européenne préconisée par les nationaux-socialistes, en faveur d’un échange de main-d’œuvre entre les différents pays européens, dans leur intérêt mutuel :

  • 3 Syrup (1941), p. 340-1.

La migration intérieure ne doit pas conduire à la sédentarisation des étrangers dans le pays d’accueil, elle ne doit pas favoriser un mélange contre nature des peuples européens et des races. Par ailleurs ce serait économiquement et politiquement une erreur de construire l’économie d’un pays dans une large mesure sur la base du travail effectué par des forces vives des autres peuples. Ceci est aussi vrai pour l’agriculture que pour l’industrie de tout pays européen. À long terme, appartiendra au peuple seul le sol qu’il aura labouré lui-même, seul le charbon qu’il aura extrait de ses mains. Une économie nationale qui ne peut se passer de l’aide de travailleurs étrangers n’est pas saine.3

  • 4 D’où, entre autres également, la précipitation et la désorganisation avec lesquelles a dû être réso (...)
  • 5 Cf. Herbert (1985), p. 46-8 et Milward (1977) : « L’Allemagne mit moins de chômeurs et moins de fem (...)
  • 6 Cf. Graphique : bilan de la main-d’œuvre en Allemagne de 1939 à 1944, Herbert (1983), p. 234.

8À ses débuts, la conception nationale-socialiste à long terme n’envisageait pas, sur le plan économique, la déportation massive dans le Reich de millions de travailleurs requis, pas plus que, sur le plan militaire, le passage à une phase de guerre totale. C’est l’évolution militaire qui dicta cette nouvelle orientation économique.4 Quand le manque croissant de main-d’œuvre et la nécessité de mettre en place une économie de guerre longue imposa le recours à une réquisition massive d’étrangers, nombre de voix mirent en garde contre cet afflux dans le Reich d’éléments potentiellement dangereux, tant pour des raisons raciales que de sécurité intérieure. Alternative à l’emploi de travailleurs étrangers, une utilisation accrue du potentiel de travail des femmes5 a été amorcée par quelques mesures, comme le décret du 27 janvier 1943 sur « l’engagement d’hommes et de femmes au service de la Défense du Reich » ou celui du 17 février 1944 sur le « Service Volontaire dans l’Économie de Guerre Allemande ». Malgré cela, le nombre de femmes actives est resté relativement stable.6

  • 7 Ce qui provoque chez Milward (1977), le commentaire suivant : « La souche des femmes aryennes devai (...)

9Fritz Sauckel lui-même n’a rien pu changer à cette décision de recourir en priorité au travail des étrangers plutôt qu’à celui des femmes car, sur ce point, la direction nationale-socialiste n’était pas prête à des concessions au nom de la protection de la race.7 Cette logique valait d’ailleurs aussi pour les femmes étrangères : plus un groupe d’étrangers était placé bas dans la hiérarchie raciste des nationaux-socialistes, plus forte y était la proportion de femmes. C’est ainsi que des travailleuses de l’Est (et des enfants) furent, dès le début, déportées de force alors qu’on hésitait à y recourir dans les pays occupés à l’Ouest où la fin de la guerre intervint avant leur application.

10La réquisition massive d’étrangers apparaît donc comme le résultat logique du passage de la guerre éclair à la guerre totale. L’expression personnelle et institutionnelle de cette nouvelle politique se manifesta par la nomination, le 21 janvier 1942, du Gauleiter Fritz Sauckel au poste de « plénipotentiaire pour l’emploi », aux compétences successivement étendues, et par la restructuration des administrations concernées, qui pourtant n’ont jamais atteint le niveau de perfection exigé par Sauckel lors de son entrée en fonction :

  • 8 Déclarations du GBA, Fritz Sauckel du 1er avril 1942.

Une structure claire, des compétences bien réparties ainsi que la coopération mutuelle et l’information prompte entre toutes les administrations voisines concernées sont absolument nécessaires.8

11Si macabre que cela paraisse, des prisonniers de guerre soviétiques doivent leur survie au seul fait que leur force de travail était devenue désormais trop précieuse. Les nazis, qui en avaient d’abord laissé des millions mourir de faim, sont passés d’une politique d’anéantissement à une politique d’exploitation de ces prisonniers.

  • 9 Herbert (1985), p. 135, cf. aussi : « The fate of Soviet Prisoners of War », in : Homze (1967) : «  (...)

Si au sein de la direction allemande s’était imposée la conviction qu’on avait besoin des prisonniers de guerre comme main-d’œuvre, une grande partie des plus de deux millions de prisonniers soviétiques, qui jusqu’au 1er février 1942 étaient morts de sous-alimentation ou du typhus, ou exécutés par des commandos, aurait pu être sauvée. À défaut, 60 % des 3 500 000 prisonniers soviétiques de l’année 1941 moururent, dont 1,4 millions dès le début décembre.9

12On peut observer une évolution semblable dans la mise au travail croissante des détenus des camps de concentration, où la devise n’était cependant pas l’exploitation au lieu de la mort, mais l’extermination par le travail.

13Néanmoins la valeur accrue de la main-d’œuvre n’entraîna pas une amélioration générale des conditions de travail. Certes, même Sauckel s’est prononcé plusieurs fois pour une amélioration, surtout de la nourriture des travailleurs de l’Est, mais selon un calcul très rigoureux recettes/dépenses où l’aspect humain n’apparaissait tout au plus que comme une sorte de retombée récupérable par la propagande :

  • 10 Déclarations du GBA au Congrès des Dirigeants du Reich et des Chefs de Régions à Posen les 5 et 6 f (...)

Ce ne sont pas seulement l’honneur et le prestige ou davantage encore notre conception nationale-socialiste du monde qui – contrairement aux méthodes des ploutocrates et des bolcheviques – exigent un traitement attentif de la main-d’œuvre étrangère, fût-elle soviétique, mais surtout et avant tout la froide rationalité. Des esclaves sous-alimentés, dépérissants, réticents, désespérés et haineux ne permettent jamais une exploitation au maximum des performances qu’ils peuvent fournir dans des conditions normales.10

14En réalité, au moins pour les ouvriers de l’Est, le minimum vital alimentaire n’était souvent même pas garanti.

15Dans les pays occupés par l’Allemagne, y compris à l’Ouest, après une première phase de pillage sauvage de marchandises et de matières premières, l’échec de la stratégie de guerre éclair a entraîné une réorientation économique visant à réorganiser la production, élargir ses capacités et la mettre au profit des intérêts allemands. Cet objectif rentra vite en contradiction avec le transfert obligatoire de main-d’œuvre issue des territoires occupés mis en place peu après.

16Les opinions entre les historiens divergent, pour savoir si l’emploi des étrangers en Allemagne était du travail forcé d’un bout à l’autre, ou s’il y a eu une évolution d’un recrutement volontaire vers une réquisition forcée.

17Voici ce qu’écrit Eichholtz à propos des travailleurs de l’Est :

  • 11 Eichholtz (1985), p. 207. Il reproche à Homze, d’avoir appelé « volontaires » des travailleurs russ (...)

Établir une différence fondamentale entre une période où les travailleurs étrangers auraient été « volontaires » jusqu’en 1942 et une période où ils auraient été contraints, depuis 1942, signifie non seulement falsifier les faits mais aussi masquer le caractère fascisto-impérialiste de la guerre elle-même et de l’économie de guerre.11

  • 12 Drobisch/Eichholtz (1970), p. 6.

18Avec Drobisch, il va jusqu’à nier qu’il y ait eu un recrutement volontaire de travailleurs des pays de l’Ouest et il trouve même que, pour les conditions de vie et de travail, les différences entre les travailleurs requis de l’Est et ceux de l’Ouest n’ont pas pesé d’un si « grand poids dans la balance ».12

19Pour la France, l’historiographie dominante ainsi que les associations des anciens travailleurs déportés ne s’accordent que sur un seul point : l’exclusion des « volontaires » de l’univers des comportements patriotiquement acceptables. En apparentant à des collaborationnistes ceux qui acceptaient de partir en Allemagne, on mélange, dans une perspective moralisatrice, un comportement économique, souvent dicté par la nécessité, à de prétendues convictions politiques. Le fait qu’il pouvait, le cas échéant, s’agir d’étrangers antifascistes réduits au chômage par les lois de Vichy, ou même que certains volontaires aient été ensuite condamnés à la détention dans un camp de concentration (cf. p. 139), ne change rien à cette faute impardonnable d’avoir signé, de plein gré, un contrat de travail. L’historiographie allemande ou italienne – s’agissant de pays ayant connu, à la différence de la France, sur une large échelle l’expatriation pour motifs purement économiques – auraient-elles moins de réticences à y voir ni plus ni moins qu’une migration de travail, dont cet engagement a toutes les apparences ?

  • 13 Sauckel annonce pour l’année 1944 les effectifs suivants : « à l’Est 1300, en France 1016, en Belgi (...)

20Quoiqu’il en soit, il ne fait aucun doute que des distinctions s’imposent et que, dès le début et pendant toute la durée de la guerre, les réquisitions à l’Est ont été exécutées avec une énorme brutalité. Sauckel et son équipe d’environ 4000 personnes13 ont en tout cas réussi, de différentes manières selon le contexte, au fil de ses « actions » particulièrement fructueuses durant l’année 1942/43, à faire entrer en Allemagne une main-d’œuvre étrangère de plus de 7,5 millions de personnes, et à mettre ainsi en pratique dans les faits sa théorie sur la réquisition massive d’étrangers qu’il justifiait ainsi :

  • 14 Déclarations du GBA au Congrès des Dirigeants du Reich et des Chefs de Régions à Posen les 5 et 6 f (...)

Au travers de la population, surtout celle des territoires occupés, l’économie de guerre allemande possède un puissant réservoir de main-d’œuvre, dont ne disposent pas nos ennemis. Ce serait même un crime à l’égard de notre propre peuple de ne pas engager pleinement ces forces pour parvenir à notre victoire allemande. Puisque ces peuples n’ont plus à payer de leur sang, il est totalement justifié et même dans leur propre intérêt qu’ils doivent aider, par leur travail, à forger les armes au soldat allemand qui, lui, engage sa vie non seulement au service du salut de l’Allemagne, mais aussi de celui de l’Europe.14

Notes

1 Cf. Homze (1967), p. 232 ; Elsner/Lehmann (1988), p. 201. En 1944, il était de 35 % dans l’industrie d’armement selon Homze, p. 236. Une revue de l’époque, la Revue internationale du travail, établissait déjà en mars 1943, un lien entre l’incorporation de presque la moitié des travailleurs allemands masculins jusqu’en avril 1942, et le passage à un recrutement de main-d’œuvre issue des territoires occupés.

2 Herbert (1985), p. 70.

3 Syrup (1941), p. 340-1.

4 D’où, entre autres également, la précipitation et la désorganisation avec lesquelles a dû être résolue la question de l’hébergement. Dans une circulaire du 13 juin 1942 Sauckel et Speer exigèrent des agences régionales pour l’emploi la mise à disposition, dans les deux mois, d’hébergements provisoires pour les 300 à 400 000 travailleurs civils étrangers. (STB 4,29/1-1370).

5 Cf. Herbert (1985), p. 46-8 et Milward (1977) : « L’Allemagne mit moins de chômeurs et moins de femmes au travail que ne le firent les autres nations en guerre. Par conséquent la demande de main-d’œuvre ne pouvait être satisfaite que par l’enrôlement d’étrangers. » (p. 225).

6 Cf. Graphique : bilan de la main-d’œuvre en Allemagne de 1939 à 1944, Herbert (1983), p. 234.

7 Ce qui provoque chez Milward (1977), le commentaire suivant : « La souche des femmes aryennes devait être protégée de la mort et des blessures car même aux yeux des optimistes elle devait paraître bien peu à la hauteur de ce que l’on exigeait d’elle. Enfermé dans son propre manque de logique, le Parti laissa ainsi relativement inutilisée une grande partie des réserves de travail du pays. Le nombre le plus élevé de femmes en activité, atteint en 1943/44, était à peine plus élevé qu’en 1939 et ne dépassait que de 600 000 le niveau le plus bas de 1941 ». (p. 224).

8 Déclarations du GBA, Fritz Sauckel du 1er avril 1942.

9 Herbert (1985), p. 135, cf. aussi : « The fate of Soviet Prisoners of War », in : Homze (1967) : « The Nazis exhibited a truly schizophrenic attitude towards foreigners. At the same time that Goebbels, Speer and Sauckel were calling for a maximum utilization of foreign labor, other Nazis were allowing millons of Russian POW’s to die in open camps in Russia, and the SS was busily engaged in its grisly task of mass extermination. » (p. 307-8).

10 Déclarations du GBA au Congrès des Dirigeants du Reich et des Chefs de Régions à Posen les 5 et 6 février 1945.

11 Eichholtz (1985), p. 207. Il reproche à Homze, d’avoir appelé « volontaires » des travailleurs russes arrivés jusque l’été 1942 et trouve même « que cela témoigne d’un anticommunisme obstiné inexcusable. » (p. 206) Mais, selon cette argumentation, Staline aurait été lui aussi un « anticommuniste obstiné », lui qui accusa de collaboration les travailleurs civils soviétiques à leur retour d’Allemagne.

12 Drobisch/Eichholtz (1970), p. 6.

13 Sauckel annonce pour l’année 1944 les effectifs suivants : « à l’Est 1300, en France 1016, en Belgique et dans le Nord de la France 429, aux Pays Bas 194, en Norvège 95, au Danemark 13, en Espagne 9, en Italie 830, dans les Pays Baltes 79 » (réunion de la Wartburg les 15 et 16 juillet 1944, AN AJ/40/847).

14 Déclarations du GBA au Congrès des Dirigeants du Reich et des Chefs de Régions à Posen les 5 et 6 février 1945.

Table des illustrations

Titre 1.3 – Bilan de la main-d’œuvre en Allemagne1939-1944
Crédits D’après Herbert, 1983, p. 234.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39620/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540