Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Introduction

Texte intégral

1Il a fallu attendre l’âge de la retraite des principaux intéressés pour que les historiographies française et allemande découvrent la réquisition des travailleurs civils comme un sujet digne de recherches. Ce long silence de part et d’autre du Rhin a des raisons diverses et multiples.

2Il est d’ailleurs inversement proportionnel à l’ampleur du phénomène, tant pour le chiffre d’environ 650.000 Français civils requis que pour leur importance économique pour le Reich qui s’efforce de remplacer les Allemands mobilisés. La réquisition tient également une place importante dans la collaboration d’État entre Vichy et Berlin d’une part, et comme ferment d’une résistance française grandissante contre cette politique d’autre part.

  • 1 Franzosen im „ Reichseinsatz“. Deportation, Zwangsarbeit, Alltag. Erfahrungen und Erinnerungen von (...)

3La présente étude entend porter sur le sujet un regard d’historienne, détaché des passions d’une mémoire difficile voire refoulée, et, en même temps, prendre en compte ce travail de mémoire des anciens requis pour en dégager ce qu’aucune autre source ne saurait nous livrer : la perspective des intéressés et leurs représentations d’un vécu quotidien complexe. Elle reprend, en les mettant à jour, l’essentiel des résultats de ma thèse publiée en allemand en 1995.1

  • 2 Participation au film « Reichseinsatz » de Wolfgang Bergmann (1995, conseil scientifique et intervi (...)

4Presque une quinzaine d’années sépare malheureusement les deux versions. Ce regret concerne surtout ceux des principaux intéressés qui nous ont quittés depuis et ne pourront plus en prendre connaissance. Depuis la toute première idée d’entreprendre cette étude, beaucoup de chemin a été parcouru. Les recherches se sont multipliées en ce domaine et cette évolution dynamique a été aussi encouragée par un intérêt subit de l’actualité politique autour de la question de l’indemnisation. Mais encore, entre colloques et articles, participation à des émissions de radio et de télévision et prises de positions en public, j’ai été moi-même amenée, pour les mêmes raisons, à assumer un travail important de communication et de divulgation dépassant de loin le monde purement universitaire.2

5Un des avantages de la publication de cette version française tardive réside dans le fait qu’elle peut ainsi tenir compte de plusieurs éléments tout récents, comme l’attribution d’un titre de victime en octobre 2008 qui permet de conclure de façon un peu moins sombre le chapitre consacré à la place de la mémoire des travailleurs civils dans la mémoire nationale officielle.

État de la recherche

  • 3 Marcel Clement et Henri Delpech : Exploitation de la main-d’œuvre française par l’Allemagne. Monogr (...)
  • 4 Patrick Gablin : Le STO dans le Loiret. Mémoire, Université de Tours, 1974.
  • 5 Jacques Desmarest : La Politique de la main-d’œuvre en France, Paris : P. U. F., 1946. L’auteur ava (...)
  • 6 Hans Pfahlmann : Fremdarbeiter und Kriegsgefangene in der deutschen Kriegswirtschaft 1939-45, Darms (...)
  • 7 The Exploitation of Foreign Labour by Germany, Revue internationale du travail, 1945, qui reprend p (...)

6Les principales études sur lesquelles mes propres travaux ont pu prendre appui concernent d’abord les dimensions quantitatives de la réquisition.3 Certaines avaient déjà mis en question, mais sans être entendues, la qualification simplificatrice de « STO » pour l’ensemble de la réquisition.4 Les travaux plus au moins apologétiques d’anciens responsables, tant en France5 qu’en Allemagne6, côtoyaient des analyses beaucoup plus pertinentes, bien que précoces, de l’Organisation internationale du travail.7

  • 8 Eberhard Jäckel : Frankreich in Hitlers Europa. Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg (...)
  • 9 Alan S. Milward : The New Order and the French Economy, Oxford, 1970.
  • 10 Edward L. Homze : Foreign Labor in Nazi Germany, Princeton, 1967.

7La réquisition de la main-d’œuvre a déjà été traitée comme un aspect de la politique d’occupation allemande en France dans l’importante étude de Jäckel8, tandis que Milward9 l’a analysée plus spécialement comme un élément de l’exploitation des ressources économiques par l’occupant, et que Homze l’a abordée au sein de son étude comparative de la réquisition du travail dans différents pays occupés.10

  • 11 Klaus Drobisch et Dietrich Eichholtz, : Die Zwangsarbeit ausländischer Arbeitskräfte in Deutschland (...)
  • 12 Ulrich Herbert : Fremdarbeiter. Politik und Praxis des „Ausländer-Einsatzes“ in der Kriegswirtschaf (...)

8Une perspective internationale a prédominé aussi chez les historiens de la RDA11 qui ont souligné la responsabilité du capitalisme sous sa forme fasciste dans l’exploitation de la main-d’œuvre forcée. Ils ont cependant établi une continuité historique discutable et ont tendu à gommer les différences de conditions de (sur) vie et la hiérarchie des catégories de travailleurs forcés, pour conclure un peu hâtivement à une résistance antifasciste internationale. Toutefois, ils ont consacré au travail forcé des études universitaires aussi sérieuses que leurs confrères à l’Ouest. Là, une foule de travaux locaux avaient entre-temps émergé, menés par des historiens de métier et des amateurs cherchant à faire la lumière sur le passé de leurs entreprises, villes et régions, mais il a fallu attendre le travail fondateur de Herbert en 1985 pour disposer d’une base solide pour la connaissance du cadre historique et pour les analyses théoriques.12

  • 13 Yves Durand : Vichy, 1940-1944. Paris, Bordas, 1972 et : Vichy joue l’Allemagne, in : Études sur la (...)
  • 14 Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Actes du colloque (CNRS 22. - 24.10.1992 (...)
  • 15 Groupement de recherche 2539 du CNRS avec deux colloques annuels entre 2002 et 2009 consacrés aux e (...)
  • 16 Bernard Garnier/Jean Quellien : La main d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, Actes du Col (...)
  • 17 Bernd Zielinski : Staatkollaboration. Münster : Westf. Dampfboot, 1996.

9Tandis que le regard allemand a considéré l’univers composite des travailleurs forcés en Allemagne, sans toujours bien voir le rôle spécifique des travailleurs de l’Ouest, dont les Français, l’historiographie française a privilégié l’approche nationale et surtout la réquisition en tant qu’aspect de la politique de l’occupant, puis de celle de Vichy.13 Ces deux approches se sont rejointes dans les travaux du colloque sur les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale14, avec déjà une participation internationale comme les différents colloques sur le travail dans les entreprises qui l’ont suivi.15 Le colloque de Caen en 200116, sur lequel nous reviendrons (cf. p. 358), esquisse un vaste panorama des approches, y compris européennes, sur la déportation du travail pendant la Seconde Guerre mondiale. Déjà l’étude de Bernd Zielinski avait eu le mérite de faire ressortir le mécanisme complexe de la collaboration d’État dans ses différentes phases et logiques.17

  • 18 Michel Gratier de Saint-Louis : Les réquisitions de main-d’œuvre pour l’Allemagne dans le Rhône, do (...)
  • 19 François Cochet : Les exclus de la victoire. Histoire des prisonniers de guerre, déportés et S.T.O. (...)
  • 20 Françoise Passera : Travailler pour l’Allemagne. La main-d’œuvre calvadosienne au service de l’occu (...)
  • 21 Jean-Pierre Harbulot : Le Service du travail obligatoire. La Région de Nancy face aux exigences all (...)

10Gratier de Saint-Louis avait déjà esquissé une telle approche en 199018 et son étude émerge de la foule des autres travaux régionaux, tant par la dimension et la qualité de son analyse que par le fait d’intégrer une vue d’ensemble de la politique de Vichy sur la question et de considérer les processus de mémoire et les dimensions individuelles et collectives du vécu et de la perception. Deux ans plus tard, François Cochet a traité, toujours à partir d’une étude locale, les aspects complexes du retour et de la place respective des diverses catégories de rapatriés dans la mémoire nationale.19 Françoise Passera ajoute le Calvados aux départements dont la réquisition nous est connue de façon approfondie.20 Enfin, en étudiant le service du travail obligatoire, sa mise en place administrative et sa réalité dans une région particulière, à savoir la Lorraine, Jean-Pierre Harbulot, a bien démontré la portée nationale des études à base locale, pour connaître à la fois les intentions et l’application des politiques mises en place.21

  • 22 Annette Wieviorka : Déportation et génocide. Oubli et mémoire (1943-48). Paris : Plon, 1992.
  • 23 Arnaud Boulligny : Les déportés de France arrêtés en Europe nazie (hors la France de 1939), DEA, Ca (...)
  • 24 Pieter Lagrou : The Legacy of Nazi occupation. Patriotic Memory and Natinal Recovery in Western Eur (...)

11Annette Wieviorka22 s’était intéressée principalement au groupe des anciens déportés concentrationnaires, mais son étude comporte aussi des remarques importantes sur la hiérarchisation des victimes dans l’après-guerre. De même, dans ses travaux sur les Français prisonniers de guerre ou travailleurs civils victimes de la répression en Allemagne même et internés en camp de concentration pour s’être opposés au régime nazi, Arnaud Boulligny23 aborde un sujet peu étudié et montre que les frontières entre les catégories ne sont pas étanches. Enfin, l’étude magistrale de Pieter Lagrou sur les mémoires nationales en France, en Belgique et aux Pays-Bas24 est incontournable pour comprendre ces « vecteurs » de la mémoire des anciens requis.

  • 25 Markus Eickel : Französische Katholiken im Dritten Reich. Die religiöse Betreuung der französischen (...)
  • 26 Patrice Arnaud prépare une version allégée de sa thèse de doctorat soutenue devant nous en décembre (...)
  • 27 Jacques Evrard : La Déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich, Paris : Fayard 1971.
  • 28 Jean-Pierre Vittori : Eux les S.T.O., Paris : Messidor-Temps actuels, 1982.
  • 29 Jean-Pierre Vittori : De gré ou de force. Service du travail obligatoire 1942-1945, Paris : Nathan, (...)
  • 30 Jean-Paul Picaper : Le crime d’aimer. Les enfants du STO, Paris : Syrtes, 2005 ; Fabrice Virgili. : (...)

12Si le travail forcé des civils français en Allemagne a fait l’objet d’études souvent originales sur des aspects particuliers, comme celle de Markus Eickel sur les prêtres ouvriers clandestins.25, des approches monographiques sur la réquisition du travail des civils, qui engloberaient la France dans son ensemble ainsi que le vécu des requis en Allemagne, se sont faites attendre jusqu’à très récemment26, à part les livres pionniers de Jacques Evrard, largement autobiographique27, et de Jean-Pierre Vittori28 qui, s’appuyant sur des documents d’archives et des témoignages d’anciens et sans prétendre être exhaustif, a le mérite de mettre le sujet du STO à la portée du grand public. Le même auteur vient d’ailleurs de publier un récit fictif pour de jeunes lecteurs.29 Tout récemment enfin, Jean-Paul Picaper et Fabrice Virgli ont consacré des recherches au sujet des enfants issus d’amours franco-allemands pendant la guerre.30

Approches et méthodes de la présente étude

13Comme la thèse de doctorat dont elle est la suite, la présente étude combine les approches macro-et micro-historiques, en se basant sur des sources d’archives traditionnelles, le dépouillement d’une importante source statistique et les sources orales, et en pariant sur un dialogue fructueux entre ces divers niveaux.

14Si une large part a été consacrée au vécu quotidien des requis eux-mêmes, en adoptant leur perspective et en utilisant leur mémoire comme source à travers leurs témoignages oraux, ceux-ci ne seront cependant pas utilisés à l’état brut, mais remis en perspective selon les méthodes d’une démarche historiographique critique. Le recours parallèle aux sources traditionnelles que sont les documents écrits provenant d’archives allemandes et françaises et à des sources inédites, comme l’analyse quantitative d’un fichier nominatif, y contribue au même titre que la considération des logiques politiques. Plus qu’une simple pluralité des méthodes, la combinaison de l’approche structurelle, de l’histoire du quotidien et de l’histoire politique permet de faire l’histoire sociale indivisible, souhaitée par Hobsbawm, et de relier entre eux, sans les confondre, deux niveaux distincts : la mémoire d’un vécu et une analyse historique plus synthétique.

15Si cette approche de fond est restée la même, la présente étude est autre chose que la simple version française du livre de 1995. Pour la rendre accessible à un public dépassant le cercle restreint des spécialistes, qui avaient d’ailleurs, pour l’essentiel, déjà pris connaissance de la thèse en langue allemande, il fallut la réduire à moins d’un quart de son volume initial. Le texte a donc été condensé et amputé de tout ce qui était susceptible d’intéresser les seuls historiens de métier, mais aussi de nombre d’illustrations, de statistiques, de documents d’archives, questionnaires et listes, ainsi que de la bibliographie et la liste des sources. Tout ceci est désormais disponible sur le cd-rom.

  • 31 Helga Bories-Sawala : Erinnerung und Geschichtswissenschaft : Überlegungen zur Validität von subjek (...)

16D’autres coupes se sont imposées. Par exemple, à l’époque de la thèse, le débat très mouvementé autour des sources orales avait été mené sans qu’une synthèse donne des consignes claires à l’historien qui voulait y recourir, m’obligeant à y consacrer un chapitre entier de ma thèse. Depuis ce sujet a fait l’objet de mises à jour et de contributions publiées en d’autres lieux et ne figure donc plus dans cet ouvrage.31

  • 32 Yves Durand : La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris : Fédérati (...)

17Mais pour aboutir à une version vraiment allégée, il a surtout fallu renoncer, à grand regret, aux développements spécifiques sur la captivité de guerre, à laquelle la thèse avait consacré une part presque aussi importante qu’aux requis civils. Si leur histoire diffère à beaucoup d’égards, ils avaient néanmoins côtoyé les STO dans la « gueule du loup », parfois dans les mêmes entreprises. Pour ce qui est des regards croisés, des perceptions et des interactions entre ces deux groupes, j’ai gardé une partie des témoignages des anciens prisonniers interviewés, mais tout ce qui les regardait plus spécifiquement a dû être sacrifié. Une seule consolation est l’étude magistrale qu’Yves Durand leur a consacrée32 et à laquelle je devais l’essentiel de mes connaissances préalables, avant de procéder aux interviews. Il est vrai aussi que pour ce qui est des décennies de l’après-guerre, si l’intégration dans la mémoire nationale ne s’est pas faite non plus sans accrocs pour eux, les processus sont loin d’avoir été aussi conflictuels et d’une aussi longue durée que pour les victimes de la déportation du travail (cf. p. 305).

Les témoignages oraux

18Le groupe de témoins interviewés a été constitué pour l’essentiel à la suite d’une annonce passée dans l’organe de la fédération des anciens, Le D.T., en novembre 1991. Une bonne vingtaine d’interviews a été menée au printemps et durant l’été 1993, au domicile des témoins un peu partout en France. J’ai constitué mon échantillon sur la base des vagues successives de la réquisition et d’une variété géographique, sociale et professionnelle aussi large que possible. Tous les requis civils avaient en commun d’être nés en 1920 ou 1921, les principales classes touchées par la réquisition, et d’avoir été affectés dans différentes entreprises privées et publiques à Brême. L’échelle d’une ville est un ensemble suffisamment varié et en même temps assez unitaire pour constituer un réseau possible d’expériences partagées permettant de bien ancrer dans le concret l’évocation de souvenirs et d’aboutir, par recoupement des témoignages entre eux et avec les autres sources, à une description aussi dense que possible de la réalité.

19Originaires de toutes les parties de France, les témoins étaient tous des jeunes hommes célibataires encore en formation, étudiants ou jeunes ouvriers. Parfois ils furent réquisitionnés en groupe depuis leur lieu de travail, en vertu de la loi du 4 septembre 1942, comme ces ouvriers spécialistes en construction aéronautique de la région de Bordeaux, qui se retrouvaient toujours en groupe dans des entreprises de la même branche en Allemagne. Un cheminot avait été affecté à un atelier de la Reichsbahn. La plupart cependant devaient s’improviser chauffeur de tramway, serrurier ou manœuvre dans la fabrication de munitions ; d’autres étaient affectés à l’organisation Todt en Allemagne. Leurs destinées de l’après-guerre sont aussi très variables : agent d’assurance, postier, maire d’une commune rurale, dessinateur industriel, militaire de carrière ou instituteur. Pour Michel Brisset, jeune fils de paysan,

  • 33 Michel Brisset : Souvenirs d’un jeune paysan contraint au travail forcé en Allemagne nazie du 7 jui (...)

c’était la découverte de la métallurgie et du monde industriel. La première journée, un prisonnier (KG) français me montra la manipulation d’une perceuse. Il s’agissait de fixer la pièce dans l’étau : de mettre le bon foret, régler la profondeur demandée et l’enclenchement automatique et changer de pièce. Mais comme j’étais de nature bricoleur, je n’ai eu aucun mal à m’adapter.33

  • 34 Christoph U. Schminck-Gustavus (éd.) : Bremen kaputt. Bilder vom Krieg 1939-1945. Berichte, Dokumen (...)

20Les interviews, de deux à quatre heures de durée chacune, ont été réalisées sous la forme d’entretiens semi-directifs qui laissaient libre cours au récit du témoin, avec ses digressions, et comprenait des stimuli et des questions de ma part, comme pour une conversation naturelle. Le questionnaire préparé à l’avance (cf. annexe, questionnaire) me servait uniquement d’aide-mémoire pour aborder éventuellement des questions qui ne l’auraient pas été spontanément par les témoins. Un plan d’époque de la ville de Brême, un livre avec des photos34, les journaux de propagande et divers autres documents que j’avais apportés ont été très efficaces pour raviver la mémoire. De leur côté, les témoins avaient gardé des souvenirs qu’ils sortaient de leurs tiroirs : lettres, carnets de notes, photos, un bout de tissu rouge découpé dans un drapeau nazi, une clé de serrure de chez Borgward, un petit objet artisanal troqué contre du pain avec un « OST », un couteau de cantine, une feuille de paie…, compléments parfois très intéressants qui ne se trouvent pas en archive.

  • 35 Les cassettes originales ont été déposées aux archives régionales de Hanovre, mais il en existe des (...)

21Les interviews enregistrées sur cassettes35 ont été dépouillées dans le détail, mais des extraits seulement ont été transcrits, avec des noms modifiés, identifiables par les seuls intéressés.

Le travail forcé dans les œuvres littéraires

22Beaucoup d’anciens travailleurs forcés, parfois au début de leur retraite, ont décidé de laisser des traces écrites de leurs expériences. Le nombre de manuscrits rédigés à usage strictement privé pour les enfants et petits-enfants nous échappe entièrement, et nous ne connaissons qu’une partie des récits publiés à compte d’auteur (cf. annexe, récits autobiographiques et littéraires).

23Cependant, le travail forcé de civils français en Allemagne a été traité par quelques œuvres littéraires reconnues et même quelques très grands noms, toujours d’ailleurs à partir d’un vécu personnel.

  • 36 Paris : Les Éditions de Minuit, 1984.

24Alain Robbe-Grillet, dans le roman « Le Miroir qui revient »36, se réfère ainsi au STO, dans un passage autobiographique :

Et nous n’étions ni maltraités ni enfermés derrière des barbelés concentrationnaires (p. 123) ; […] les gens étaient aimables […] (p. 124) ; C’était en somme mes premières vacances à l’étranger […] J’avais vraiment l’impression, faite de légèreté, d’absence et de suspens, de n’être qu’un touriste. (p. 146)

  • 37 Paris : Flammarion 1988. Alain Robbe-Grillet se souvient d’avoir rencontré Claude Ollier à Nurember (...)

25Dans le roman « Déconnection »37 de Claude Ollier, le temps du STO constitue un des deux récits entre lesquels oscille Martin, le narrateur à la première personne. À l’opposé d’un récit dans un axe-temps indéfini, le STO est bien ancré dans la chronologie réelle. C’est au moment du revirement italien avec Badoglio que le jeune Français arrive dans la « gueule du loup » qu’il ne tarde pas à explorer, du travail en usine aux séjours en abris anti-aériens. Il va y fréquenter des Français et des étrangers, des femmes allemandes (Emmi, Heidi), et aussi un opposant au régime allemand (Günther) ; il sera interrogé par la police et arrêté pendant une tentative d’évasion.

  • 38 Francois Cavanna : Les Ruskoffs, Paris : Belfond 1979 (prix Interallié).

26C’est à travers son regard plein d’humour que le « Rital » Cavanna nous livre son récit des années noires passées en Allemagne dans « Les Russkoffs »38 qu’il dédie « à tous les pauvres cons qui en furent ni des héros, ni des traîtres, ni des bourreaux, ni des martyrs, mais simplement, comme moi-même, des pauvres cons. » L’évocation détaillée et vivante de l’univers du travail et du camp, des discussions entre Français, des rapports avec les autres étrangers, du temps libre et du marché noir, des sentiments ambigus sous les bombardements, du vécu de la libération, est si proche des témoignages des anciens requis que j’ai interviewés que c’est vraisemblablement le livre dans lequel ceux-ci se retrouveraient le plus facilement. Sur un ton amusant et désinvolte nous sont livrées des considérations d’un témoin sensible et averti, par exemple quand il nous parle des regards que des soldats allemands en permission portent sur lui et sa bien-aimée Maria :

Ils n’aiment pas tellement voir les vaincus se prélasser à l’arrière tandis qu’eux se font trouer la paillasse, ils trouvent ça inconvenant, surtout si le merdeux de Franzose se trimbale au bras d’une princesse de ballet russe, belle à te faire rêver la nuit, une princesse qu’ils sont allés eux-mêmes lui chercher, eux, les conquérants, pour la lui apporter sur un plat d’argent, si c’est pas des malheurs (p. 177).

27Et de poser, par la bouche d’un « pauvre con », des questions auxquelles les historiens seraient bien en peine de répondre :

Pourquoi ces nazis farouches arrêtent-ils la production de guerre un jour sur sept, au risque de la perdre, la guerre, et c’est bien justement ce qu’ils sont en train de faire ! Pas par respect du jour du Seigneur, quand même ? Pas par gentillesse pour le travailleur ? Enfin, bon, c’est comme ça, le dimanche, nix Arbète. (p. 170)

  • 39 Yves Bertho : Ingrid, Paris : Gallimard, 1976 (prix Fémina).

28Évoquons enfin « Ingrid » de Yves Bertho39, un roman dont l’action se déroule toute entière à Brême : L’auteur narrateur Pierre, d’une famille aisée, décide de ne pas s’opposer au départ en Allemagne au moment où les sursis sont supprimés pour les étudiants. Comme le protagoniste de Claude Ollier, il arrive en septembre 1943 dans la « gueule du loup » et son compatriote Robert l’initie à ce monde totalement inconnu du travail en usine, de la vie quotidienne, y compris nocturne, de cette ville en guerre et surtout aux réseaux et normes qui le régissent. Observateur attentif et sensible, Pierre explore l’univers de l’usine et du camp où il connaît des collègues prisonniers de guerre russes (Piotr, Léonid, Moulika…), des travailleurs forcés polonais (Mielnik), des internés militaires italiens (Juliani), des femmes ukrainiennes (les deux « Olga ») et des Allemands très différents : le contre-maître Willy bon et paternel, bien que membre du parti nazi, le vieux social-démocrate Alois, puis Eck (ermann), le représentant du Front du travail dont il fallait se méfier. Et le soir, contraste absolu, il plonge, lavé et rasé de près, en compagnie de plusieurs compatriotes (Queutard, Petit-Paul), dans cet autre univers de la ville en temps de guerre : les bars, le marché noir, les prostituées, les parcs et lieux de rencontre clandestins. Madame Blanche, une des figures de proue de ce demi-monde, deviendra son amante et le prendra sous son aile, mais il se sent surtout attiré par la Brêmoise Ingrid dont le mari est sur le front. Au cours de cette relation d’abord toute intellectuelle et au fil des conversations avec Theo, homosexuel et social-démocrate néerlandais, le jeune Pierre prend petit à petit conscience des réalités de cette Allemagne où il avait débarqué en grand naïf.

H. B.-S. : Donc… le Pierre qui débarque à Brême, arrive sans bagages – je reprends cette expression dans le sens symbolique…
Yves Bertho : Oui…
H. B.-S. : C’est comme ça que vous avez voulu le dire, sans doute…
Yves Bertho : Oui, oui, et dans le sens propre : il est venu sans rien, sans valise, il est venu, euh, frais, là, hein.
H. B.-S. : D’ailleurs, vous-même, vous étiez parti sans valise ?
Yves Bertho : Oui, oui. Ma mère avait voulu me donner ceci ou cela, et puis j’ai dit, non, laisse-moi, je pars, c’est moi qui pars, euh, et je suis parti avec, avec vraiment pas grand-chose. Hein ?
H. B.-S. : Oui. Et donc, le Pierre sans bagages, c’est, sans doute aussi : sans bagages… idéologiques, c’est-à-dire, sans avoir une grande information sur cette Allemagne-là, qui l’attend…

  • 40 Interview avec l’auteur, Quimiac, 14 septembre 1991.

Yves Bertho : Ah oui, euh, certainement…40

0.1 – Carte de l’entreprise Francke-Werke pour Yves Bertho établie le 16 novembre 1943

0.1 – Carte de l’entreprise Francke-Werke pour Yves Bertho établie le 16 novembre 1943

Collection Bertho.

29Un passage du roman décrit la situation de ces jeunes dans la « gueule du loup » :

Mais lui aussi, Hitler le découvrait, là derrière, dans la rotonde. Avec tant d’autres, il l’avait jeté dans l’autre panier – il ne le mélangeait pas avec ses jeunes chiots allemands. Que ferait-il de lui ? rien n’était décidé. Jeunes chiens bâtards qu’on noierait peut-être, qu’on conservait encore pour asseoir la puissance de l’élevage, la richesse des collections. Jeunes bêtes dressables qui sait ? […] Sans collier donc. Arraché à son chenil. Pour un coût dérisoire, racheté à un élevage français en faillite, – une vieille Maison autrefois respectable, à la réputation centenaire (Ingrid, p. 211-2).

30Image reprise et précisée ensuite :

On les laissait vivre comme des jeunes chiots, pas question de les abattre, pas question de les dresser, – car non-allemands. On leur donnait pitance, on les laissait grandir, on les laissait courir. Ils étaient ainsi des centaines de milliers dans le Grand Reich, on ne pouvait les surveiller du matin au soir. On leur demandait d’être propres, de rester dans la meute de telle heure à telle heure, de faire leurs besoins à heures fixes. On leur avait même bâti des bordels. Ils étaient trop nombreux, on ne leur voulait ni bien ni mal. S’ils étaient insupportables, on les fouettait (Ingrid, p. 347).

31Cependant, un fonds de naïveté demeure, juste assez pour céder à la curiosité et relever ambiguïtés et paradoxes.

Yves Bertho : Et puis alors, surtout ce circuit de… de… pas tout à fait deux ans que je suis demeuré à Brême, il y a eu des, des variations considérables dans, dans mes fréquentations.
H. B.-S. : Hm. J’imagine, oui.
Yves Bertho : Hein ? Qui ont été vraiment dans tous les sens et qui aboutissaient à des choses… assez… (rire) assez ahurissantes, par exemple, que… à la fin de la guerre, où, euh, on venait juste d’être libérés, j’avais vu une petite Allemande que je connaissais, qui habitait dans les cités ouvrières qui était là, qui était en train de pleurer, parce que l’Allemagne avait perdu la guerre. Et puis j’avais été la consoler, et on avait, comment… on avait volé des, des tas de bouteilles de vin. J’ai dit, ben viens, on va les, on va les boire ensemble (rire), c’était pas (rire) de la même façon, mais vous voyez ce qui, ce qu’il y a, hein. Alors, en ce sens que, il y avait des façons complètement détraquées de, de, de vivre, hein, au moment où déjà avait sauté pour nous tout l’enveloppement national, que pour moi, d’un point de vue intellectuel, j’avais l’impression que ce que je faisais, c’était quand même beaucoup plus important que le travail universitaire que j’aurais pu faire si j’étais demeuré en France… Il y avait tout de même quelque chose qui était complètement déphasé, hein…

32De toute évidence, nous sommes alors très loin de l’expérience du STO moyen et encore plus de l’image érigée dans l’après-guerre par la mémoire collective du groupe, façonnée par l’hostilité de la mémoire nationale à leur égard. Mes témoins, dont une partie connaissait le roman, ont des réactions partagées : si quelques-uns s’y retrouvent, une majorité craint fort qu’une telle façon de présenter les choses ne nuise au combat pour la défense de l’honneur du groupe.

Présentation de l’étude

33Une première partie concerne la réquisition de main-d’œuvre. L’appel puis la réquisition forcée et massive de travailleurs étrangers ne firent jamais l’unanimité au sein du pouvoir nazi et furent controversés dès le début. Contraire aux conceptions xénophobes et racistes de son idéologie, l’emploi massif d’étrangers constituait, aux yeux des services policiers, un danger pour la sécurité interne. Le régime finit par s’y résoudre, contraint par l’échec d’une stratégie économique et militaire de victoire-éclair à court terme. Alors, la guerre réclamant la mobilisation de plus en plus d’Allemands en même temps qu’une production accrue d’armement, le recours aux étrangers s’imposa comme condition de survie du Reich.

34Utiliser à son service la main-d’œuvre, appréciée pour son niveau de qualification et dont la France disposait, devint un but important de la politique d’occupation allemande et l’enjeu central de la collaboration économique avec Vichy. Celle-ci traversa différentes étapes successives : l’appel aux volontaires ; la relève des prisonniers de guerre par des volontaires civils, proposée par Laval et qui échoua ; la relève forcée instituée par la loi de septembre 1942 sous forme de réquisition dans les entreprises ; le STO de février 1943 qui créa une réquisition par classes d’âges et fut plusieurs fois remodelé ; les accords Speer-Bichelonne où une autre logique, privilégiant la production en France mais toujours au service des intérêts allemands, l’emporta provisoirement ; enfin le retour en 1944 à la réquisition par un nouveau plan Sauckel, rendu illusoire par une résistance désormais puissante. L’appareil répressif de Vichy est alors définitivement aux ordres des Allemands pour la chasse aux réfractaires.

35Le débarquement en Normandie mit fin à cette suite de mesures de réquisition par lesquelles le gouvernement de Vichy, sous prétexte de garder une « autonomie de décision », s’était engagé dans l’engrenage toujours plus profond d’une collaboration au profit exclusif des intérêts allemands.

36L’étude sous l’angle démographique des Français travaillant dans une grande ville allemande, Brême, permet de définir les caractéristiques des groupes qu’ils constituent selon leur date d’arrivée. L’analyse statistique montre notamment le poids prépondérant des mesures basées sur la loi de septembre 1942 (« loi relative à l’utilisation et à l’orientation de la main-d’œuvre ») par rapport au STO proprement dit (et seul connu dans le débat public, ce qui cause de nombreux malentendus). Une telle analyse sur toute la période en fonction des dates d’arrivée n’a jamais été entreprise, toutes les études quantitatives se basant jusqu’ici sur des statistiques à un moment déterminé ou sur les listes établies au départ par les services allemands et nécessairement imprécises.

37La seconde partie abordera la vie quotidienne en Allemagne : au camp, en ville, au travail. D’abord il sera question des conditions d’hébergement dans les camps où étaient cantonnés la très grande majorité des requis, de leur protection souvent défaillante contre les bombardements, de la mortalité, des soins médicaux aux malades ou accidentés, sans oublier la nourriture et les vêtements, l’importance vitale des lettres et paquets reçus de France et les formes d’entraide, de « débrouillardise » nées dans ces conditions d’existence. Puis on verra la surveillance pesant sur les étrangers, dans le camp, au travail et pendant leur temps libre. Considérés comme un danger public en puissance par les services policiers, ils étaient l’objet de multiples interdictions et mesures disciplinaires, pour la plupart arbitraires et pouvant aller jusqu’à l’internement dans un sinistre « camp de redressement » au régime concentrationnaire.

38L’encadrement et l’organisation de loisirs et de propagande étaient assurés avec le concours de la DOF, Délégation Officielle Française, organisme de collaboration vichyste au sein de la DAF (Deutsche Arbeitsfront) allemande. Pour la pratique religieuse des travailleurs civils, les autorités allemandes refusant la venue de prêtres français, même au sein de ces cadres de collaboration, il se créa une aumônerie clandestine que les nazis finirent par persécuter.

39La politique d’encadrement, de contrôle et de répression à l’égard des étrangers connut cependant ses limites et ses failles, car elle se heurta souvent aux nécessités du rendement économique. Les tendances en ce domaine et la hiérarchisation entre les catégories d’étrangers, parmi lesquels les Français étaient en situation intermédiaire, reflètent la contradiction qui était à la base de l’emploi d’étrangers requis : la nécessité vitale de recourir à leur force de travail s’oppose à une méfiance viscérale à leur égard. En fin de compte, les impératifs de la production l’emportaient souvent sur les considérations idéologiques.

40Le travail régissant leurs conditions d’existence, on examinera le statut, les salaires et les horaires des travailleurs civils requis. Contrairement aux termes des contrats initiaux, les congés furent supprimés et les contrats prolongés d’office, en répression du non-retour des premiers « vacanciers ».

41L’expérience concrète du travail dans les usines allemandes montre la coexistence, souvent chez les mêmes personnes, de deux tendances opposées, l’une tendant à une acceptation de la situation et une intégration et l’autre témoignant de réticence et de conflictualité. Parmi les éléments intégrateurs, l’amour du travail bien fait, qui valut aux Français une appréciation souvent positive de la part des patrons et l’estime de leurs collègues allemands, semble compatible avec une hostilité naturelle au pouvoir en place, souvent partagée par leurs camarades allemands. Mais il y avait aussi des éléments de conflictualité. Les Français firent preuve de diverses formes d’auto affirmation : remarques ironiques, ralentissement du travail, « sabotages », refus de travail ou évasions. Peut-on cependant qualifier toutes ces attitudes de « résistance » ? Une discussion de cette notion apportera des éléments dans un débat ouvert.

42La troisième partie aura pour enjeu central les représentations des témoins qui ont déjà largement nourri les chapitres précédents. Cette étude analysera la conscience et les attitudes politiques des travailleurs civils français, notamment vis-à-vis des autres catégories de Français, des autres étrangers et des Allemands avec qui ils étaient en contact.

43Dans cette vie communautaire imposée, quelles pouvaient être les formes de solidarité entre ces Français d’origines très diverses ? Les attitudes de ces victimes de la politique de collaboration face au gouvernement de Vichy étaient déjà marquées par l’expérience d’une France occupée. Leurs attentes et espoirs et leurs sentiments ambigus lors d’attaques aériennes alliées, par exemple, changèrent avec les perspectives découlant de l’évolution de la guerre. Il semble banal de rappeler que ceux qui vivent une situation historique n’en connaissent jamais l’issue ; ne pas prendre cela en compte conduit à des erreurs d’appréciation des comportements et des attitudes. En situation d’exilé, s’affirmer comme « Français » dans des situations qualifiées de typiques par les acteurs eux-mêmes était une source d’identification et de satisfaction toute particulière, étudiée comme composante de l’auto représentation.

44Puis seront traités les contacts et attitudes au-delà de la communauté des requis français. Ce sont d’abord les autres catégories de Français présents en Allemagne : prisonniers de guerre, prisonniers « transformés », Français volontaires, femmes françaises, déportés concentrationnaires. Rares et exceptionnels, surtout avec ces derniers, ou plus suivis et quotidiens, les contacts sont, selon le cas, caractérisés par le rejet, la méfiance, la distance ou, au contraire, par la solidarité voire l’amitié. Comme dans d’autres domaines « sensibles », le travail de la mémoire, façonnée par les expériences d’après-guerre, joue sensiblement dans les témoignages.

45Les contacts avec d’autres étrangers retiendront ensuite notre attention : ceux qui appartiennent à la même catégorie de travailleurs de l’Ouest, Belges et Néerlandais par exemple, les internés militaires italiens et enfin les Polonais et les Soviétiques – catégorie la plus stigmatisée des « OST ». Des attitudes et des échanges quotidiens révèlent la hiérarchie réelle entre ces catégories et réfutent la propagande nazie qui qualifie hypocritement une telle situation d’« européenne ».

46Enfin on s’intéressera aux rapports entre les requis et les catégories d’Allemands auxquels ils étaient confrontés : d’abord les employeurs, contremaîtres et policiers qui exerçaient un pouvoir sur eux, puis les collègues de travail et la population civile, notamment les femmes allemandes de leur classe d’âge qui formaient la majorité des jeunes adultes présents du fait de la mobilisation de la plupart des jeunes hommes. Les requis français étaient des témoins privilégiés de l’évolution du « moral » des Allemands dans les villes en guerre.

47Plus de soixante ans ont passé et notre étude ne saurait s’arrêter en 1945. De la Libération à nos jours, des vecteurs puissants ont façonné la mémoire de tous ceux qui ont vécu la période, et c’est particulièrement vrai pour les requis du travail obligatoire. Alors que leurs compatriotes vivaient déjà dans l’après-guerre, les Français retenus en Allemagne ont dû encore attendre leur libération durant de longs mois. Rapatriés, ils réussissent globalement leur réinsertion professionnelle et sociale, malgré quelques difficultés. C’est l’objet du premier chapitre de cette quatrième partie.

48Le second exposera l’amère déception des rapatriés qui finit par donner à la mémoire des anciens requis son caractère à la fois revendicatif au niveau des associations et amer au niveau personnel : la non-reconnaissance d’un statut de victime du nazisme et la persistance à leur égard du soupçon de collaboration. Nous verrons comment le souhait politique d’une unité entre tous les rapatriés se révéla vite illusoire et comment on aboutit à une hiérarchisation des victimes, qui culmina au cours des années 90 dans le conflit opposant les associations des déportés concentrationnaires à celle des anciens requis autour de l’usage exclusif de la notion de « déportation ». Face à la mémoire de groupe, particulièrement figée dans ce cas, la mémoire individuelle peut cependant être quelque peu autonome et prendre de la distance. Toujours est-il que l’impact de ce vécu continue à influer sur des comportements d’aujourd’hui, par exemple sur l’unification allemande ou la construction de l’Europe communautaire.

49Le tournant du millénaire devait ajouter à ce chapitre trois volets décisifs qui clôtureront notre analyse : celui de l’exclusion des victimes françaises du travail forcé du fonds d’indemnisation allemand d’une part, celui d’une plus grande visibilité historiographique et celui d’une intégration dans la mémoire nationale officielle de l’autre, ce qui devait, en octobre 2008, clore un combat de six décennies par l’octroi du titre de « Personne contrainte au travail en pays ennemi, Victime du Travail Forcé en Allemagne nazie ».

Notes

1 Franzosen im „ Reichseinsatz“. Deportation, Zwangsarbeit, Alltag. Erfahrungen und Erinnerungen von Kriegsgefangenen und Zivilarbeitern (Français au « service du Reich ». Déportation, travail forcé et vie quotidienne. Le vécu et la mémoire de prisonniers de guerre et requis civils.), Thèse de doctorat, Université de Brême 1995, éd. : Peter Lang, 1996 (3 tomes, 1524 p.).

2 Participation au film « Reichseinsatz » de Wolfgang Bergmann (1995, conseil scientifique et interviews de la partie consacrée à la France). Organisation du Colloque international Retrouvailles à Brême (1995, avec le soutien de la Fondation Robert Bosch, le parlement régional de Brême et l’université de Brême). Participations à « La Fabrique de l’Histoire » sur France-Culture en 2000 : Victimes du nazisme en quête de réparation, avec Annette Wieviorka, Avi Primor et al. ; Mémoires du STO avec Pieter Lagrou). Présidente de la « Panel session French Labour Conscription during World War II », (Third European Social Science History Conference, Amsterdam 2000). Membre du comité scientifique du Colloque sur la main-d'œuvre française exploitée par l’Allemagne, organisé par : Université de Caen, Centre de Recherches d’Histoire Quantitative et Ministère de la Défense, Secrétariat d’État aux Anciens combattants, (2001). Plusieurs participations à des émissions de télévision en Allemagne.

3 Marcel Clement et Henri Delpech : Exploitation de la main-d’œuvre française par l’Allemagne. Monographie D.P.1 de la Commission consultative des dommages et réparations, Paris : Imprimerie nationale, 1948, ainsi que de nombreuses études régionales au sein du Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, puis de l’IHTP et des thèses universitaires à partir des années 1970. Cf. Bibliographie en annexe.

4 Patrick Gablin : Le STO dans le Loiret. Mémoire, Université de Tours, 1974.

5 Jacques Desmarest : La Politique de la main-d’œuvre en France, Paris : P. U. F., 1946. L’auteur avait été fonctionnaire au ministère du travail sous Vichy.

6 Hans Pfahlmann : Fremdarbeiter und Kriegsgefangene in der deutschen Kriegswirtschaft 1939-45, Darmstadt, 1968.

7 The Exploitation of Foreign Labour by Germany, Revue internationale du travail, 1945, qui reprend plusieurs analyses consacrées à la France depuis janvier 1943.

8 Eberhard Jäckel : Frankreich in Hitlers Europa. Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Stuttgart 1966, en français : La France dans l’Europe de Hitler, Paris : Fayard, 1968.

9 Alan S. Milward : The New Order and the French Economy, Oxford, 1970.

10 Edward L. Homze : Foreign Labor in Nazi Germany, Princeton, 1967.

11 Klaus Drobisch et Dietrich Eichholtz, : Die Zwangsarbeit ausländischer Arbeitskräfte in Deutschland während des Zweiten Weltkrieges, XIII Internationaler Kongress der Historischen Wissenschaften, Internationales Komitee der Geschichte des 2. Weltkrieges, Sonderdruck, Moskau 1970, p. 1-16 ; Dietrich Eichholtz : Geschichte der deutschen Kriegswirtschaft 1930-1945, Berlin (DDR), 1985 ; Lothar Elsner et Joachim Lehmann, : Ausländische Arbeiter unter dem deutschen Imperialismus 1900-1988, Berlin (DDR), 1988.

12 Ulrich Herbert : Fremdarbeiter. Politik und Praxis des „Ausländer-Einsatzes“ in der Kriegswirtschaft des Dritten Reiches, Berlin/Bonn 1986, réed. 1999.

13 Yves Durand : Vichy, 1940-1944. Paris, Bordas, 1972 et : Vichy joue l’Allemagne, in : Études sur la France de 1939 à nos jours, Paris : Seuil, 1985, p. 77-91.

14 Les ouvriers en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Actes du colloque (CNRS 22. - 24.10.1992), Paris : Institut d’Histoire du Temps Présent, 1992.

15 Groupement de recherche 2539 du CNRS avec deux colloques annuels entre 2002 et 2009 consacrés aux entreprises françaises sous l’Occupation. Cf. Christian Chevandier,/Jean-Claude Daumas : Travailler dans les entreprises sous l’Occupation. Actes du Ve colloque du GDR du CNRS « les entreprises françaises sous l’Occupation tenu à Dijon les 8 et 9 juin et à Besançon, les 12 et 13 octobre 2006, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.

16 Bernard Garnier/Jean Quellien : La main d’œuvre française exploitée par le IIIe Reich, Actes du Colloque international, Centre de Recherche d’Histoire Quantitative, Université de Caen, Mémorial de Caen, Ministère de la Défense, Office National des Anciens combattants, Caen, 13-15 12 2001, Caen, 2003.

17 Bernd Zielinski : Staatkollaboration. Münster : Westf. Dampfboot, 1996.

18 Michel Gratier de Saint-Louis : Les réquisitions de main-d’œuvre pour l’Allemagne dans le Rhône, doctorat de 3e cycle, Université de Lyon, 1990.

19 François Cochet : Les exclus de la victoire. Histoire des prisonniers de guerre, déportés et S.T.O. (1945-1985), Paris : Kronos, 1992.

20 Françoise Passera : Travailler pour l’Allemagne. La main-d’œuvre calvadosienne au service de l’occupant 1940-1945, DEA Caen 2000.

21 Jean-Pierre Harbulot : Le Service du travail obligatoire. La Région de Nancy face aux exigences allemandes. Nancy : Presses universitaires de Nancy, 2003.

22 Annette Wieviorka : Déportation et génocide. Oubli et mémoire (1943-48). Paris : Plon, 1992.

23 Arnaud Boulligny : Les déportés de France arrêtés en Europe nazie (hors la France de 1939), DEA, Caen 2004.

24 Pieter Lagrou : The Legacy of Nazi occupation. Patriotic Memory and Natinal Recovery in Western Europe, 1945-1965, Cambridge University Press, 2000, en francais : Mémoires patriotiques et Occupation nazie, Bruxelles : Éditions Complexe, 2003.

25 Markus Eickel : Französische Katholiken im Dritten Reich. Die religiöse Betreuung der französischen Kriegsgefangenen und Zwangsarbeiter 1940-1945, Freiburg : Rombach-Verlag, 1999.

26 Patrice Arnaud prépare une version allégée de sa thèse de doctorat soutenue devant nous en décembre 2006 à l’université de Paris-I sur « Les travailleurs civils français en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (1940-1945) : travail, vie quotidienne, accommodement, résistance et répression ».

27 Jacques Evrard : La Déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich, Paris : Fayard 1971.

28 Jean-Pierre Vittori : Eux les S.T.O., Paris : Messidor-Temps actuels, 1982.

29 Jean-Pierre Vittori : De gré ou de force. Service du travail obligatoire 1942-1945, Paris : Nathan, 2007.

30 Jean-Paul Picaper : Le crime d’aimer. Les enfants du STO, Paris : Syrtes, 2005 ; Fabrice Virgili. : Naître ennemi. Les enfants de couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris : Payot, 2009.

31 Helga Bories-Sawala : Erinnerung und Geschichtswissenschaft : Überlegungen zur Validität von subjektiven Quellen (Mémoire et historiographie : quelques réflexions sur la validité de sources subjectives), in : Christiane Solte-Gresser, Karen Struve, Natascha Ueckmann (Hg) : Von der Wirklichkeit zur Wissenschaft. Aktuelle Forschungsmethoden in den Sprach-, Literatur-und Kulturwissenschaften, Münster : Lit-Verlag, 2005, p. 291-306. Erinnerung – Göttin, Dirne, Kronzeugin ? Der Methodenstreit um die mündlichen Quellen (La Mémoire : déesse, courtisane ou témoin principal ? La querelle autour des sources orales), Francia, 24/3, 1997, p. 117-132.

32 Yves Durand : La captivité. Histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris : Fédération nationale des Combattants Prisonniers de Guerre, 1980.

33 Michel Brisset : Souvenirs d’un jeune paysan contraint au travail forcé en Allemagne nazie du 7 juin 1943 au 26 mai 1945, brochure manuscrite, publiée en allemand : Helga Bories-Sawala Kriegsalltag in Wesermünde : Erinnerungen eines französischen Zwangsarbeiters, in : Jahrbuch der Männer vom Morgenstern, 86, 2007, Bremerhaven, 2008, p. 129-144.

34 Christoph U. Schminck-Gustavus (éd.) : Bremen kaputt. Bilder vom Krieg 1939-1945. Berichte, Dokumente, Erinnerungen, Bremen, 1983.

35 Les cassettes originales ont été déposées aux archives régionales de Hanovre, mais il en existe des copies sur cd-rom.

36 Paris : Les Éditions de Minuit, 1984.

37 Paris : Flammarion 1988. Alain Robbe-Grillet se souvient d’avoir rencontré Claude Ollier à Nuremberg en 1943. (p. 150).

38 Francois Cavanna : Les Ruskoffs, Paris : Belfond 1979 (prix Interallié).

39 Yves Bertho : Ingrid, Paris : Gallimard, 1976 (prix Fémina).

40 Interview avec l’auteur, Quimiac, 14 septembre 1991.

Table des illustrations

Titre 0.1 – Carte de l’entreprise Francke-Werke pour Yves Bertho établie le 16 novembre 1943
Crédits Collection Bertho.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 499k

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540