Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Préface

Yves Durand

Texte intégral

1Marquons d’une pierre blanche la parution dans une traduction française d’une partie de la thèse d’Helga Bories-Sawala, consacrée aux STO et autres travailleurs français amenés en Allemagne durant la Deuxième guerre mondiale. Cette publication témoigne de l’intérêt porté, dans les deux pays, au développement des recherches, parallèles ou conjointes, sur cette histoire commune.

2Longtemps, les recherches conduites en France ont été essentiellement centrées sur le champ national. En Allemagne, l’intérêt pour les hôtes forcés du sol allemand s’est manifesté depuis une vingtaine d’années seulement. Mais il s’est multiplié ; et l’on y a vu surgir en de nombreux lieux de présence de ces français – prisonniers, STO, déportés – des initiatives pour leur connaissance et la perpétuation de leur mémoire.

3L’étude d’Helga Bories-Sawala se distingue, parmi ces travaux, par l’originalité de ses sources, la rigueur de leur utilisation, l’ampleur des connaissances générales nécessaires à la compréhension du phénomène étudié.

4Elle concerne un groupe d’hommes bien déterminé : des Français ; dans un cadre géographique précis : en Allemagne ; dans un contexte historique particulier : la Deuxième guerre mondiale. Elle est l’aboutissement d’une recherche conduite par une historienne particulièrement qualifiée pour cette tâche.

5Helga Bories-Sawala, enseignante à l’université de Brême, a longtemps vécu en France. Elle n’a cessé d’entretenir des contacts nombreux avec des Français. Elle est parfaitement bilingue. Elle possède une connaissance parfaite de l’histoire générale de la période. Elle apporte un regard neuf sur un épisode commun des deux histoires nationales.

6Voici donc un livre bien nécessaire, en un temps où le « devoir de mémoire » si souvent invoqué – et nécessaire – ne va pas toujours avec le « devoir de vérité ».

7Le premier à mesurer le passé à l’aune des préoccupations et visions de notre temps. Celles-ci sont plutôt moralisantes, idéologiques et politiques qu’historiques. L’accent est mis sur les victimes plus que sur les combattants ; et, légitimement, parmi ces victimes, sur celles qui ont subi le sort le plus horrible, les victimes de la shoah.

8Dans le cas présent, il a introduit dans le grand public, déjà fort éloigné du temps de la Deuxième guerre mondiale, une confusion entre toutes les catégories de victimes de la guerre et du nazisme : prisonniers de guerre, déportés raciaux, résistants ou politiques, victimes du STO.

9Le devoir de mémoire, instrumentalisé, risque ainsi de conduire à ce que Lucien Febvre a qualifié de « pêché mortel » de l’historien : l’anachronisme. Il est en outre abusivement simplificateur et réducteur.

10S’il m’est permis de prendre un exemple personnel, je rappellerai ce que me disait un jour Armand Lanoux – alors que, préparant l’histoire des prisonniers de guerre français à leur demande, j’évoquais devant lui la difficulté pour l’historien de rendre objectivement compte d’une tranche de leur existence confiée par des témoins vivants auxquels on se sent lié – « Vous n’avez, me dit-il, de comptes à rendre qu’à la vérité ».

11Le « devoir de vérité » est le seul, en effet, auquel l’historien devrait être assigné ; celui, en tout cas, auquel il doit se consacrer en priorité. Il appelle à replacer les hommes et ce qu’ils ont vécu dans leur contexte et dans leur complexité. Le travail d’Helga Bories-Sawala répond parfaitement à cette double obligation.

12Le livre publié ici en français est consacré au groupe bien particulier des travailleurs requis. La thèse d’Helga Bories-Sawala – dont il n’est qu’une partie – incluait également, dans sa version allemande, les prisonniers de guerre. Sa recherche ne prend pas seulement en compte les français mais aussi tous leurs autres compagnons d’infortune de ce temps trouble, venus de tous les pays d’Europe soumis à la domination nazie.

13Cette perspective large donne à son étude un éclairage général indispensable à la connaissance et à la compréhension du sort des Français. Elle offre en outre, par rapport à la production historique française sur le sujet, l’intérêt d’un regard porté, par une historienne allemande, depuis le lieu d’exil de ces travailleurs français.

14Cependant, l’enquête trouve d’abord sa force de vérité en partant du plus près de la réalité vécue par ces exilés, auprès de la population allemande, elle-même soumise aux méfaits de la guerre et de l’oppression nazie, au milieu de leurs compagnons d’infortune français et étrangers, de leur existence quotidienne et concrète, des impressions diversifiées à leur ressenti, des souvenirs qu’ils en ont gardés.

15Cette démarche s’apparente par là à ce que l’on appelle en Allemagne Alltags-Geschichte ; en France : histoire des vies quotidiennes. La recherche est partie des documents, des témoignages laissés ou recueillis auprès des hommes dont l’histoire s’est déroulée entre 1940 et 1945 dans le cadre précis de la ville de Brême. Et d’abord d’un fichier d’état civil, tenu par les services municipaux du grand port sur la mer du Nord, les étrangers présents y étant individuellement recensés.

16Ainsi peuvent être suivis, de la base, statistiquement, le nombre, le rythme des arrivées, la nature et les conditions de leur transfert dans le Reich en guerre. Les étapes des transferts de main d’œuvre française en Allemagne sont précisément établies.

17D’autres documents inventoriés depuis, dans d’autres archives allemandes, les nombreux témoignages recueillis auprès d’anciens STO, à travers la France, au cours de multiples séjours, et à l’occasion de rencontres, colloques, commémorations à Brême, complètent cette base de connaissance. Ils l’étendent largement, éclairant le vécu de ses hommes pendant leur séjour forcé en Allemagne et aussi des circonstances et conditions de leur transfert.

18Entre 1940 et 1944 celui-ci s’est effectué par étapes. Chacune intervient dans un contexte différent, lié à l’évolution de la guerre et des besoins et exigences de Berlin acceptés par Vichy. Ceux furent d’abord les départs volontaires à l’appel des bureaux allemands de recrutement installés dès fin 1940 en zone occupée. Rare furent ceux – et celles – qui y répondirent. Helga Bories-Sawala appelle à prendre en compte, pour expliquer ces départs, les difficultés d’existence et le chômage auxquels étaient soumis en France ceux qui ont cédé ainsi aux sirènes d’outre-Rhin. Même s’il y eut parmi ces volontaires de 1940 et 1941 quelques tenants d’une collaboration véritable.

19Ensuite est venue la Relève cet accord, négocié par Vichy pour répondre en 1942 aux exigences du Gauleiter Sauckel. Celui-ci est chargé par Hitler de fournir au Reich la main-d’œuvre nécessaire pour livrer à son armée arrêtée en Russie, les moyens d’une « guerre totale ». Vichy accepte d’envoyer en Allemagne, contre le retour d’un prisonnier de guerre, cinq ouvriers français, qu’il recruterait lui-même. Le volontariat n’y suffit pas, tant s’en faut. D’où la loi du 4 septembre 1942, trop souvent négligée des historiens eux-mêmes et dont Helga Bories-Sawala fait, à juste titre, une étape cruciale.

20Les commentateurs de l’époque ne s’y trompent pas. À Orléans, par exemple, le journal local titre le 16 septembre 1942 : Une importante décision gouvernementale : le Service du travail obligatoire est créé. Et dans les usines, les ouvriers désignés par des commissions mixtes franco-allemandes reçoivent des ordres de réquisitions de ce genre : par avis de l’inspecteur du travail (français) vous êtes désigné pour la relève des prisonniers de guerre par application de la loi française du 4 septembre 1942… Certes, ils vont signer un contrat de départ « volontaire ». Mais c’est ce que l’administration française elle-même appelle le volontariat forcé.

21La vérité sur cette « déportation » déguisée est bien connue des historiens sérieux ; mais elle a été contaminée par des préoccupations politiques postérieures. Il y a donc quelque injustice à ne prendre en compte que le volontariat réel et l’astreinte au départ en Allemagne de classes d’âge entières, imposée par décision de Vichy en février 1943 – en se référant d’ailleurs toujours à la Relève et à la loi du 4 septembre 1942 – à laquelle seule on a coutume d’appliquer le terme de STO.

22L’historien ici a un double devoir : celui de rappeler ce que fut réellement en son temps ce recrutement progressif pour l’Allemagne de la main-d’œuvre française ; et de comprendre et faire connaître pourquoi un glissement de sens s’est produit à propos de ce terme « déportation ».

23Il est bien le mot qu’on emploie en 1942-45 pour désigner le STO. En mars 1943, le préfet régional d’Orléans écrit : l’opinion française reste insaisissable, trop influencée par ce qu’elle appelle les déportations. Dans l’intitulé du mouvement de résistance fondé par les anciens prisonniers de guerre rentrés, le Mouvement national des prisonniers de guerre et déportés, le terme déporté inclut aussi bien les travailleurs requis que les déportés au sens retenu aujourd’hui.

24Mais on comprend pourquoi le sens donné à « déportation », « déporté », a changé après la révélation des camps de concentration et d’extermination ; pourquoi son usage exclusif a pu être légitimement revendiqué, pour se distinguer, par les déportés d’Auschwitz et de Buchenwald.

25Aujourd’hui la distinction est d’autant plus nécessaire entre les diverses catégories de Français victimes de la guerre et du nazisme, que règnent trop souvent entre elles, dans la mémoire collective, confusions et simplifications. Leur histoire, rigoureusement restituée, fait apparaître, non seulement les différences, mais la complexité de ces composantes et de ces situations ; surtout lorsqu’on descend à la base, à l’échelon du vécu individuel et collectif.

26Retournons donc à Brême, avec Helga Bories-Sawala et ces Français qu’elle a si longuement étudiés qu’ils lui sont devenus familiers.

27Il y a là les travailleurs civils, parmi lesquels on sait qu’il faut distinguer déjà, comme on a vu, ceux qui sont venus plus ou moins volontairement. Ils sont d’âges divers, et parmi eux figurent aussi des femmes. Il y a des ouvriers volontaires forcés de la Relève, arrivés en 1942 ; puis les jeunes hommes réquisitionnés par classes d’âge à partir de février 1943.

28Ces civils se retrouvent souvent, au travail, avec d’autres Français : des soldats, les prisonniers de guerre, arrivés bien avant eux, dès 1940, et victimes d’une beaucoup plus longue captivité. Eux sont d’âges beaucoup plus variés ; en moyenne nettement plus âgés, souvent déjà mariés, voire pères de famille. Ils portent toujours leur uniforme militaire. Toujours enfermés la nuit, sous la garde de sentinelles, dans les locaux embarbelés de leur Arbeitskommando (kommando de travail) ils ne bénéficient pas de la liberté relative de circuler en ville, de sortir le soir, dont disposent les travailleurs civils – logés cependant, eux aussi, dans des locaux collectifs.

29Mais circulent aussi dans les rues de Brême, dans les dernières années de la guerre, des prisonniers transformés ; ceux qui ont accepté, en vertu d’accords entre Laval et Sauckel de 1943, de déroger en partie à leur statut militaire, pour gagner un peu de la liberté relative de mouvement et d’existence des STO.

30Telle apparaît, vue de la base, la complexité des situations et conditions d’existence des Français retenus à Brême et dans le reste de l’Allemagne en guerre et soumise à la domination nazie. Encore faut-il y ajouter la présence – bien distincte – des déportés. Un kommando de Neuengamme travaille au vaste chantier de construction de sous-marins de Brême-Farge. Parmi eux, figure André Migdal ; militant communiste et juif, mais arrêté et déporté non comme tel mais comme résistant. Il reviendra souvent à Brême, à l’invitation d’Helga Bories-Sawala, témoigner des souffrances subies et surtout du combat antifasciste mené par tant d’autres comme lui, juifs et non juifs sans distinction, contre la domination et la barbarie nazie.

31Entre déportés, il est légitime de distinguer ceux qui furent victimes de la haine raciste et du massacre de masse de la shoah, des déportés politiques et des résistants. Mais, comme on le voit, sans remettre en cause ces distinctions, la vérité oblige à prendre en compte toute la complexité des situations et des itinéraires de chacun des ces Français retenus à Brême, et dans le reste de l’Allemagne, entre 1939 et 1945. Il faut aussi se méfier, cédant à la prédominance actuelle de la victimisation, de gommer cette autre réalité, cette valeur non moins réelle : celle du combat résistant. Après que celle-ci ait, sans doute, dominé la mémoire de la guerre et en partie occulté la souffrance, il ne faudrait pas qu’à son tour elle soit oubliée, couverte par le souvenir des victimes.

32Helga Bories-Sawala ne cède certes pas à cette pente déformante de la réalité historique. Je la chicanerai un peu cependant sur la notion – elle aussi devenue à la mode – de « mythe » ; les « représentations » prenant le pas sur les faits eux-mêmes. Un mythe s’est bien formé autour de l’unité : unité des résistants, unité du peuple entier derrière ces militants du combat contre Vichy et contre l’occupant. Il faut rappeler cependant que ce « mythe » fut d’abord une arme, volontairement forgée contre l’occupant. Dans les faits, malgré les divergences, voire les haines internes profondes, nées en particulier de l’anticommunisme, l’unité dans le combat a bien existé consciemment forgée et entretenue par ceux qui savaient la nécessité et la force suprême de cette arme. C’est bien ce qui a amené toutes les composantes, communistes et non communistes, de la Résistance intérieure à créer en 1943 le Conseil national de la Résistance où toutes ces forces se retrouvaient ; et à proclamer d’emblée son alliance avec la Résistance extérieure.

33Helga Bories-Sawala le sait bien. Elle ne se contente pas seulement de faire progresser la connaissance historique des hommes et des événements vécus par des Français en Allemagne pendant la Deuxième guerre mondiale. Elle s’emploie aussi à faire connaître au plus grand nombre cette réalité du passé.

34Elle l’a fait, dans le cadre strictement universitaire, en participant à de nombreux colloques : à Paris, à Genève, à Lorient, à Caen ; à Lyon tout récemment. Elle a elle-même organisé à Brême où elle enseigne, des rencontres entre anciens déportés, STO, prisonniers, historiens et étudiants français et allemands ; rencontres ouvertes au public local. Elle a inspiré l’évocation historique de cette réalité de guerre, lors des cérémonies commémoratives organisées par la ville de la libération de Brême par les troupes britanniques. Elle a sauvé de la destruction, soutenue par la même municipalité, des fresques réalisées par des prisonniers français dans leur lieu de détention du port de Brême. Grâce à elle, une de ces fresques a été transférée au mémorial de Caen.

35Ainsi donne-t-elle l’exemple d’une mise en œuvre conjointe du « devoir de mémoire » et du « devoir de vérité » ; le second éclairant le premier.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540