Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dans la gueule du loup

 | 
Helga Elisabeth Bories-Sawala

Remerciements

Texte intégral

1C’est sur une initiative de Peter Bürger que j’ai entamé, il y a bientôt 20 ans, mes recherches sur le travail forcé des Français en Allemagne. Sans son encouragement constant, mais aussi son appui infatigable pour obtenir une affectation provisoire à l’université de Brême, non seulement elles n’auraient pas pu être accomplies, mais n’auraient même pas été entreprises. La ville de Bremerhaven soit remerciée de m’avoir accordé ce détachement. Heinz-Gerhard Haupt, que je remplaçais alors dans ses tâches à la chaire d’histoire et de civilisation française à Brême, accepta de devenir le directeur de cette thèse, en me confiant un sujet qu’il avait songé un moment traiter lui-même et qui lui tenait à cœur. Enfin, cette thèse de doctorat qui devait voir le jour en 1995 doit sa réussite pour une grande part à Hartmut Müller, alors directeur des archives d’État de la ville de Brême, qui l’avait co-dirigée et aux nombreux conseils précieux de toute son équipe, notamment Monika Marschalck, Bettina Schleier, Peter Fricke et Günther Rohdenburg. Je devais ensuite co-diriger pendant de nombreuses années avec Hartmut Müller l’association Walerjan Wròbel, dédiée à la mémoire et au soutien humanitaire des victimes du travail forcé à Brême, toutes nationalités confondues.

2Du côté allemand, Dirk Hoerder, ma regrettée collègue et amie Christiane Harzig, Inge Marssolek, Ingo Kolboom, Martin Franzbach et Heide Gerstenberger étaient parmi ceux qui ont accompagné ma recherche depuis les débuts et, pour certains, ont continué leur appui, rejoints par Roland Höhne et Wolfgang Asholt, quand, enrichie de nombreux articles et contributions à des colloques, elle devait me valoir l’habilitation à diriger des recherches.

3En France, Yves Durand a été pour moi non seulement une personne ressource centrale pour tout ce qui concerne le travail forcé et le régime de Vichy, mais encore d’une générosité inégalable pour partager ses connaissances. J’ai eu le plaisir de travailler avec lui à maintes occasions ces derniers vingt ans, des deux côtés du Rhin. Et c’est avant tout à son insistance amicale depuis la parution de la thèse rédigée en allemand qu’est due la parution en français enfin réalisée. Le directeur de l’Institut d’Histoire du Temps Présent de l’époque, Robert Frank, son successeur Henri Rousso et les chercheur-e-s que j’y ai alors connus, tels que Dominique Veillon et Denis Peschanski, ont été des conseillers très appréciés. C’est grâce à eux et à toute l’équipe autour de Jean Quellien et Françoise Passera de l’université de Caen, avec qui j’ai réalisé d’importants projets universitaires et commémoratifs communs, si une nouvelle génération de chercheurs comme Patrice Arnaud, Arnaud Boulligny, Peter Gaida, Pieter Lagrou ou Bernd Zielinski, pour n’en nommer que quelques-uns aux travaux desquels j’ai été le plus étroitement associée, a rejoint notre champ de recherche et lui apporte une nouvelle vitalité.

4Pour mes recherches en archives à Paris, je remercie Mme de Tourtier-Bonazzi, alors chef de la section contemporaine, et le docteur Martens pour son intérêt toujours fidèle à mes travaux depuis vingt ans. J’ai toujours trouvé un excellent accueil à la Bibliothèque de Documentation Contemporaine à Nanterre ainsi qu’à l’Institut d’Histoire du Temps Présent, dont je voudrais remercier tout particulièrement Jean Astruc qui m’avait fait découvrir plus d’un trésor. Ce fut également le cas chez Jean-Pierre Vittori qui m’avait généreusement ouvert ses riches archives dès le début de mes recherches et auquel me lie la même fidélité à cette recherche.

5Que la Fédération nationale des victimes et rescapés des camps nazis du travail forcé soit vivement remerciée de sa disponibilité à répondre à mes questions et surtout à publier, en 1991, l’annonce qui m’a permis d’entrer en contact avec les témoins.

6Plus récemment, Danièle Fraboulet et ses collègues du Centre de recherche espace, société et culture de l’université de Paris 13 ont témoigné de leur intérêt à mes travaux par de multiples coopérations et en m’élisant comme professeure associée. Je remercie également très vivement Angèle Delannoy pour le travail patient et engagé qu’elle a effectué en traduisant le manuscrit en français et Jean-Claude Catherine de son engagement précieux et de sa relecture finale.

7Les recherches initiales ainsi que la publication de la présente étude et sa traduction en français ont bénéficié de manière substantielle d’une aide du fonds de soutien à la recherche en sciences sociales de l’université de Brême et de l’association „Erinnern für die Zukunft“ (souvenir et avenir) de Brême, mais aussi, et c’est avec une gratitude émue que je cite son nom, d’un ancien travailleur requis, Michel Brisset, qui a tenu à témoigner de la sorte son vif souhait de voir publié ce livre.

8En fin de compte, c’est à lui ainsi qu’à ses camarades que je dois la persévérance nécessaire pour faire aboutir ce projet. J’exprime toute ma profonde gratitude à ceux qui y ont participé en acceptant de répondre à mes questions, même si elles faisaient ressurgir des souvenirs parfois douloureux, de l’accueil amical qu’ils m’ont réservé chez eux et de leur fidélité qui se manifeste jusqu’à nos jours par des lettres ou cartes de vœux, voire même des visites.

9C’est à eux et à leurs frères et sœurs de misère de tous les pays, victimes de la politique criminelle des nazis, que je voudrais dédier ce fruit de mes recherches. Qu’elles contribuent à mettre en garde les générations futures.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540