Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

L’Allemagne d’après-guerre : une histoire dédoublée et intégrée

Christoph Klessmann
Traduction de Gaël Cheptou

Texte intégral

I. Un contexte nouveau

  • 1 Il s’agit ici surtout des matériaux réunis par la commission d’enquête : Aufarbeitung von Geschich (...)

1Les deux commissions d’enquête du Bundestag : « Zur Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur » et « Zur Überwindung der Folgen der SED-Diktatur » ont ramené à la lumière un matériau abondant, constitué de dépositions et d’expertises, sur à peu près tous les aspects de l’histoire de la RDA1 ; elles ont ainsi témoigné de la volonté de ne pas reproduire le retard néfaste qui avait accompagné, en Allemagne de l’Ouest, la critique systématique de la dictature nationale-socialiste, tant sur le plan politique que scientifique. Mais, en même temps, une partie de l’opinion publique est-allemande a eu l’impression que les Allemands de l’Ouest faisaient le procès de l’histoire des Allemands de l’Est. Nul doute que c’était là une impression fausse : n’était-ce pas des défenseurs est-allemands des droits des citoyens qui avaient été en grande partie à l’origine de la création de ces commissions d’enquête ? N’en avaient-ils pas profondément influencé et l’orientation et les débats ? Outre ce malaise assez répandu et ces signes évidents d’une transfiguration « ostalgique » du passé, il y avait aussi, ne l’oublions pas, un désintérêt croissant pour la RDA. Au fond, tout cela est « normal » et renvoie à la nécessité accrue de ce qu’il convient d’appeler une « historisation critique ». Ce postulat vise, d’une part, à replacer la RDA dans des contextes historiques plus larges et, d’autre part, à saisir la coexistence inséparable entre répression criminelle et normalité du quotidien.

  • 2 Cf. Rainer Eppelmann et al. (éd.), Bilanz und Perspektiven der DDR-Forschung, Paderborn, 2003.

2Cette « historisation » qui, dans le cas de la dictature nationale-socialiste, n’a été réclamée et mise en pratique qu’avec un retard important, en ce qui concerne la RDA qui a eu une plus grande longévité, elle est en cours depuis quelques années maintenant. Autant l’emploi de définitions catégoriques, comme « État de non droit » ou « dictature totalitaire », est compréhensible pour discréditer un système politique déchu, autant celles-ci ne sont guères adaptées pour rendre compte de la complexité de formations étatiques modernes. En outre, elles ont peu de chances de remporter une large adhésion car, pour rendre compte des expériences au cours des dernières décennies de la RDA, il faut proposer d’autres accents et des différenciations plus nettes. Les activités de la Stasi, dont l’ampleur n’a été connue qu’après coup et qui surpassaient même les fantasmes les plus pervers à leur sujet, ne sont qu’une facette de l’histoire de la RDA. À côté de cela, il y avait – et pas seulement pour les oppositionnels et les dissidents – toute une gamme de ce qu’on a appelé « une vie juste dans le mauvais système », la normalité bureaucratique avec un haut degré de sécurité sociale, l’abri individuel concédé au prix d’un arrangement qui avait fait ses preuves, et bien d’autres choses encore. Les zones grises de la vie en dictature, les variations de la domination par la praxis sociale, les formes du rapport intime aux prétentions du régime constituent, avec la répression ouverte et dissimulée, des éléments essentiels de l’expérience des personnes qui ont vécu en RDA. Ils constituent aussi les thèmes passionnants de recherches sur l’histoire culturelle et sociale de la RDA, animées par le souci de la complexité, de la différenciation et de reconnaissance2.

3C’est devenu presque un lieu commun de dire qu’il est nécessaire de prendre en considération la diversité des expériences et des mémoires. Pour autant, il n’est pas plus aisé, semble-t-il, de gérer aujourd’hui cette diversité qu’au début des années 1990. Derrière tout cela se cache un vrai problème qu’on ne saurait expliquer par le seul fait que la séparation mentale est loin d’être surmontée. On se demande toujours comment nous pouvons venir à bout des barrières mentales entre l’Est et l’Ouest et nous rapprocher du but que constitue l’« unité intérieure ». D’aucuns en viennent à considérer que cette dernière revendication est contre-productive car elle vise à l’uniformité et non à la diversité. Mais il subsistera ici un problème aussi longtemps que les conditions de vie matérielles primeront de façon distincte et significative sur les autres différences régionales. Cette situation distingue nettement l’Allemagne de l’Est des pays voisins de l’Europe orientale. Souvent la toise subjective n’est pas les progrès par rapport à la situation d’avant, mais l’actuelle inégalité que l’on ressent, dans un même État, comme une discrimination. De plus, le modèle ouest-allemand a perdu de sa crédibilité en raison d’une augmentation fulgurante des chiffres du chômage et de l’épuisement des systèmes sociaux.

  • 3 Wolfgang Thierse, « Zehn Jahre danach : Perspektivenwechsel », in : Neue Gesellschaft, 47 (2000), (...)
  • 4 Wolfgang Thierse, « 15 Jahre nach dem Mauerfall. Optimistisch geschätzt sind wir in der Mitte », i (...)

4Un observateur lucide comme Wolfgang Thierse a vu dans l’Europe une chance de résoudre ce problème : il a soulevé la question de savoir si l’unification européenne ne pouvait pas être une solution pour vivre ensemble dans la différence. Car, selon lui, replacée dans le contexte européen, la diversité allemande n’a plus rien d’original depuis longtemps3. C’est une réflexion séduisante ; mais je doute fort que l’on puisse au niveau européen résoudre aussi rapidement un problème national réel, né de la longue période de division, et, placer pratiquement sur le même plan que les différences régionales historiques entre la Bavière et la Prusse. En tout cas, on dispose là, au mieux, d’une perspective à long terme. Il serait d’ailleurs bon de voir s’il n’est pas plus approprié de situer l’histoire commune et séparée dans un cadre européen. Thierse a cependant affirmé aussi que la politique en faveur de l’essor à l’Est n’avait pas échoué : nous aurions déjà fait la moitié du chemin4.

  • 5 Hubertus Knabe, Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, 1999.
  • 6 Hartmut Jäckel, « Unser schiefes DDR-Bild », in : Deutschland Archiv, 22 (1990), p. 1557-1565.

5L’approche historique de la RDA n’est pas seulement une affaire de bourreaux et de victimes de la dictature. C’est toute l’histoire allemande de l’après-guerre qui doit être remise à plat. Et son volet ouest-allemand est une part essentielle du débat. Nous savons aujourd’hui plus que par le passé à quel point les deux parties, malgré la séparation en deux États, étaient interdépendantes. Les recherches menées séparément par l’histoire contemporaine et les sciences politiques ont contribué à privilégier les divergences et les particularités au détriment des points communs et des formes spécifiques d’influence réciproque. À ce sujet, la formule-choc « La République noyautée »5, qui se rapporte essentiellement au travail occidental du SED et aux tentatives d’infiltration de la Stasi, est insuffisante car on peut considérer – malgré l’affaire Guillaume – que ce type d’influence, dans ses implications concrètes, était plutôt secondaire. De même, l’évocation de l’image plus ou moins « déformée »6 de la RDA à l’Ouest ne restitue-t-elle qu’un des aspects du problème.

  • 7 Voir les résultats de plusieurs enquêtes : Manuela Glaab, « Geteilte Wahrnehmungswelten. Zur Präse (...)
  • 8 Ibid., p. 215ss.
  • 9 Voir Konrad H. Jarausch, « „ Die Teile als Ganzes erkennen « – Zur Integration der beiden deutsche (...)

6Plusieurs générations ont vécu la séparation différemment, à divers niveaux ; mais toutes en ont été marquées, en RDA du moins. La RDA était un État sans aucune légitimité démocratique ni nationale. En Allemagne de l’Ouest, ce fait élémentaire a parfois été négligé au cours des années 1970 et 1980. La RDA ne pouvait exister qu’en se démarquant de son homologue, tout en étant – nolens volens – étroitement liée à celui-ci sur le plan historique et économique. Le rapport a toujours été asymétrique. La République fédérale pouvait aisément exister sans l’Allemagne de l’Est, ce qu’on peut voir par exemple dans le désintérêt des jeunes générations ouest-allemandes pour la RDA7. L’inverse n’est pas vrai et ne l’a jamais été. La République fédérale a constitué en RDA, aussi bien pour les élites politiques que pour la population, une société de référence que l’on critiquait de façon agressive ou à laquelle on se référait en secret, au moins partiellement, dans ses désirs politiques et matériels. Au cours des années 1970 et 1980 en particulier, lorsque la communication entre les deux États et les deux sociétés devint plus intense et que les informations transmises par la télévision ouest-allemande faisaient partie du quotidien de la RDA, la référence constante à l’Allemagne de l’Ouest était évidente, de même qu’un loyalisme restreint à l’égard de son propre État que l’on n’aimait pas8. Malgré cette asymétrie évidente, il n’est pas possible de comprendre certains traits de la culture politique et de l’évolution intérieure de la RFA si on néglige la proximité d’une dictature communiste et la « leçon de chose » qu’elle incarnait de l’autre côté de la frontière9. Bien que personne ne mette en doute ce contexte général, il n’a pas encore vraiment fait son entrée dans l’historiographie et dans les manuels scolaires.

  • 10 Karl Dietrich Bracher (éd.), Geschichte der Bundesrepublik Deutschland in 5 Bänden, Stuttgart, 198 (...)

7La principale critique qu’on peut adresser aux études d’ensemble qui existent à ce sujet dans l’historiographie, c’est la séparation plus ou moins nette qu’elles font entre une histoire est-allemande et une histoire ouest-allemande. Il est vrai que c’est en soi un produit de l’évolution historique. La division de l’Allemagne et l’autonomisation croissante des deux États et des deux sociétés se reflètent dans la séparation de la recherche scientifique en deux disciplines spéciales qui avaient chacune un terrain bien à elle, la RFA ou la RDA, et qui définissaient rarement des espaces communs sous la forme de travaux comparatifs ou d’études historiques des relations germano-allemandes. En outre, elles présentent un déséquilibre qu’on ne peut ignorer : il était prévu à Mannheim de rédiger le pendant pour la RDA de la fameuse Histoire en cinq volumes de la République fédérale10 ; mais cet ouvrage ne dépassa jamais le stade du projet et fut finalement abandonné avec la disparition de la RDA.

8La révolution en Europe de l’Est et en RDA a entraîné depuis 1989 une focalisation du regard historique sur le 20e siècle et – de façon assez inquiétante – sur l’après-guerre allemand. On voir réapparaître, sous une forme légèrement modifiée, des concepts démodés (comme par exemple la renaissance de la théorie du totalitarisme ou la suraccentuation de la question nationale dans l’histoire de l’après-guerre). En raison du lien de dépendance qui unit l’histoire contemporaine au lieu et aux conditions de sa propre production, ce genre de décalages est inévitable ; mais, dans le cas qui nous intéresse, ils sont très importants et ils ne font que témoigner de la persistance de conflits latents, non réglés à propos de l’interprétation historique de l’Après-guerre en Allemagne.

  • 11 Voir le cahier spécial du Potsdamer Bulletin für Zeithistorische Studien 15 (août 1999).

9On ne peut se contenter de ressusciter de vieux modèles interprétatifs des années 1950. Il vaut mieux désormais faire fi de toute perspective téléologique a posteriori et associer l’analyse des évolutions historiques dans la longue durée à une nouvelle vision de l’histoire des deux parties allemandes après 1945. La rédaction d’une histoire nationale contemporaine (et ancienne) qui serait juste interrompue entre 1945/49-1989 constituerait une œuvre bien trop limitée et politiquement tendancieuse : elle ne saurait rendre justice à la complexité et aux contradictions de l’évolution germano-allemande après la guerre, sans parler de l’élargissement européen qu’elle induit sur le plan des structures. L’expression : « Deux passés – Une histoire commune ? » que le Forum historique de Berlin a choisie comme thème de réflexion en 199911 délimite en termes prégnants le problème dont il est ici question. Le point d’interrogation est important car il s’agit de savoir si, et si oui dans quelle mesure, plusieurs réalités historiques peuvent constituer une histoire et une « culture de la mémoire » communes, conscientes et admises. Cette question qui n’a pas été réglée doit être à nouveau discutée.

  • 12 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Berlin, 2 (...)

10Avant de soumettre à la discussion quelques remarques qui reposent sur les conclusions du Forum historique, je me dois d’évoquer rapidement deux ouvrages importants qui abordent le même problème mais qui diffèrent sensiblement : Après la catastrophe de Peter Graf Kielmansegg (2000) et Episode ou époque ? Histoire de l’Allemagne divisée de Peter Bender (1996)12. Comment ces auteurs raccrochent-ils les deux parties allemandes qui ont connu des évolutions fort différentes et qui pourtant, d’une certaine manière, forment un tout ?

  • 13 Martin Broszat et al. (éd.), Von Stalingrad zur Währungsreform. Zur Sozialgeschichte des Umbruchs (...)

11Kielmansegg propose une réflexion de haut niveau sur l’histoire allemande de l’Après-guerre. Le désastre de 1945 en est la pierre angulaire. L’auteur considère le 8 mai 1945, dans le contexte historique du 20e siècle, comme une date-charnière : une fin et un commencement. De là, la mise à profit de la chance qu’offre la catastrophe ainsi que la répartition très inégale et très arbitraire des charges après la guerre constituent les lignes directrices de son étude. La césure de 1945 est donc réhabilitée alors que des historiens sociaux à la recherche de continuités transversales dans la longue durée ont relativisé l’importance de cette coupure13 et que la césure de 1989-90 a dévié une nouvelle fois le regard historique. Ces remarques décrivent un problème-clé de l’histoire allemande contemporaine : l’histoire de la RFA et celle de la RDA sont des posthistoires du Troisième Reich ; mais elles ne sont pas que cela.

  • 14 Kielmansegg (note 12), p. 677.

12Après la description de la situation initiale commune, aussi bien l’impuissance face aux vainqueurs que les problèmes semblables auxquels étaient confrontées à l’origine les deux parties – le « double début » explicitant, par parallélisme, les similitudes et les différences du départ pris par les deux États en formation –, l’ordre des chapitres suivants met rapidement en évidence le problème conceptuel de fond sur lequel bute la rédaction d’une histoire globale. La périodisation de l’ensemble n’est pas satisfaisante. Il y a de plus un déséquilibre flagrant entre les parties que l’auteur consacre à la RFA et à la RDA. Il en ressort une perspective historique qu’on ne pouvait vraiment distinguer qu’après 1989 : selon Kielmansegg, nous avons affaire à deux histoires, « l’une avec un avenir, l’autre sans. Ce qui au fond est intéressant dans la seconde, c’est de savoir pourquoi elle n’avait pas d’avenir »14.

  • 15 Peter Bender, « Der fremde Osten », in : Die Zeit, 16.11.2000.

13Dans une recension de cet ouvrage publiée par Die Zeit, Peter Bender fait remarquer à juste titre que l’histoire de la RDA et des Allemands de l’Est y est à peine retracée justement parce qu’il importe à l’auteur d’expliquer l’échec de la RDA15. Même si on voit dans la problématique une bonne raison justifiant ce déséquilibre, il subsiste encore, selon moi, une autre grave faiblesse : non seulement les causes de l’échec et de la réussite des deux parties allemandes, mais aussi le poids propre et les particularités respectives qui fondent leur rapport réciproque, ont leur place dans une histoire de l’Allemagne divisée.

  • 16 Bender (note 12), p. 12.

14Peter Bender poursuit avec esprit de suite l’approche déjà ancienne des « parallèles allemands ». Pour lui aussi, désastre et culpabilité constituent le point de départ de l’histoire des deux États qui succèdent au régime hitlérien. Ils présentent de nombreuses similitudes comme objet des forces d’occupation et partenaire d’alliés méfiants, mais aussi comme combattants efficaces de la Guerre froide. Du pays qu’ils formaient entre les deux Blocs, « l’Est et l’Ouest se sont transformés en deux communautés de croyance politique : les Allemands de l’Ouest ont dû s’intégrer au monde démocratique-capitaliste, les Allemands de l’Est au monde autoritaire-socialiste. Les uns l’ont fait de bonne grâce, les autres en général de mauvaise grâce »16. Les Allemands de l’Ouest sont donc devenus des Européens, pour autant qu’on puisse le devenir, tandis que les Allemands de l’Est sont restés des Allemands et ont eu peu de contacts avec leurs voisins. Cette mise en parallèle est systématisée à plusieurs niveaux, en particulier sur le plan de l’histoire politique mais rarement sur le plan de l’histoire sociale et culturelle. Elle possède un très haut degré de persuasion – surtout dans le style concis et incisif de Bender. Elle a le mérite de ne pas gommer les oppositions. Il en allait tout différemment selon qu’on était allié de Moscou ou de Washington. Pourtant cette approche soulève quelques problèmes. Ce n’est pas seulement la Guerre froide, ce sont aussi les dynamiques internes de la démocratie et de la dictature qui poussaient dans des directions opposées. Dans cette conception fortement marquée par l’histoire politique, il est en outre difficile de ménager la place qui revient à l’histoire de la société et de la culture, à l’histoire des organisations et des partis, à l’histoire de la Lebenswelt le monde tel qu’il est vécu), de la famille, du mode de vie et de l’expérience du quotidien. Le rôle de chaque partie prise isolément, ainsi que les formes singulières d’interdépendance et d’influences réciproques, restent dans l’ombre. L’objet de cette étude, c’est au fond l’histoire de la nation et de son maintien. Ceci dit, Bender s’attache plus que quiconque à systématiser cette double-perspective et à prendre en considération – infiniment plus que ne le fait Kielmansegg – la RDA.

II. Les grands axes d’une histoire intégrée de l’après-guerre

  • 17 Le texte qui suit est écrit au présent car il ne s’agit pas de rédiger une étude historique mais d (...)

15Les réflexions conceptuelles qui suivent s’inspirent des travaux de ces deux auteurs ; mais elles tentent d’aller plus loin en définissant et en combinant six phases et champs de référence dans lesquels se meut l’histoire allemande de l’Après-guerre ; il est alors possible de tracer un cadre général. Il s’agit d’éviter la stricte dichotomie entre histoire des succès et histoire des échecs, sans pour autant effacer les différences essentielles au fil de l’analyse et de la critique. Cette tentative apparaîtra sans doute très schématique et très contructiviste. En tout cas, même si des réajustements et des différenciations sont nécessaires et même judicieux dans la pratique, les grands axes de recherche que proposent ces réflexions ont fait leurs preuves en ce qui concerne les études de cas17.

161) Le premier champ, le plus compact, est constitué par le point de départ commun de la double histoire de l’Après-guerre : l’année 1945, c’est-à-dire la fin de la catastrophe allemande et la chance d’un nouveau départ. On peut ici revenir par endroits sur certains traits spécifiques de la société allemande depuis l’Empire wilhelminien – la « voie particulière » (Sonderweg) qui culmine dans le national-socialisme – et évoquer les conséquences imprévues de la guerre qui commencent à se faire jour : transformations et modernisation en profondeur. Il s’agit en particulier des mutations démographiques et territoriales dont les effets deviennent sensibles à partir du tournant de la guerre en 1943 et se prolongent jusqu’aux premières années de l’Après-guerre (déplacements de populations, exode, expulsions, cession de territoires). Le titre du livre : « De Stalingrad à la Réforme monétaire » permet de relier, sous la forme d’un programme de recherche, tous ces éléments qui ont fait l’objet de travaux distincts. Nombre de ces problèmes sont en fait européens : « l’Europe en ruine », exode de masse et expulsions, displaced persons, dénazification, fin de la guerre vécue comme une libération, naissance de nouvelles dictatures. Cet élargissement du champ à l’Europe entière est d’autant plus important qu’il permet, d’une part, de garder en mémoire les effets persistants de la domination nazie dans les autres pays et, d’autre part, de s’opposer à la mode actuelle qui consiste à représenter les Allemands avant tout comme des victimes. L’année des défaites allemandes offre en même temps la chance d’un nouveau départ avec différents potentiels de développement.

  • 18 Voir Clemens Vollnhals (éd.), Entnazifizierung. Politische Säuberung und Rehabilitierung in den vi (...)
  • 19 La meilleure étude sur la question reste celle de Hans Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik (...)

17Les conséquences de la guerre et les violences touchent les Allemands de l’Est et de l’Ouest de façon inégale, et les événements politiques, selon leur intensité, masquent plus ou moins les transformations sociales structurelles. Mais tous les Allemands font alors une expérience-clé : celle de l’effondrement total, de l’Année apparemment zéro et de la soumission sans condition à la loi des vainqueurs. Les conceptions alliées concernant le démembrement de l’Allemagne et la division en quatre zones ne laissent pas encore entrevoir la future séparation en deux parties. L’absence d’État, le chaos social au sein d’une société dévastée, la forte atomisation de l’individu ou de la famille dans la lutte pour la survie, donnent au pays une physionomie uniforme par l’apparente substitution des catégories du destin personnel aux vieilles hiérarchisations sociales. Tous ceux qui voudraient échapper au passé, y sont constamment confrontés d’une manière ou d’une autre. Ce qui unit les forces d’occupation par-delà leurs différences, c’est l’insistance sur la « responsabilité collective » des Allemands. Les interprétations divergentes de ce passé et les graves écarts dans les conceptions et les procédures de dénazification18 posent des jalons importants, au cours des deux premières années de l’Après-guerre, pour la suite des événements. De même, parmi les Alliés et les hommes politiques allemands, les projets politiques sont très différents en ce qui concerne le futur de l’Allemagne19. S’il y a des Allemands qui participent énergiquement à la reconstruction politique du pays, la plupart restent indifférents et laissent les choses suivre leur cours parce qu’ils sont effrayés, accablés, ou bien privés de perspectives. La nation et le nationalisme, qui semblent avoir fait leur temps, passent à l’arrière plan devant de nouvelles priorités. L’histoire de cette période n’est pas seulement celle de l’occupation : c’est aussi une histoire de l’interaction entre vainqueurs et vaincus. Il existe de nombreux exemples qui permettent de rendre compte de cette configuration. Pour la Reconstruction, la création d’une administration efficace est une condition élémentaire ; et pour cela, on est contraint de recruter du personnel qualifié même s’il ne correspond pas toujours aux normes rigides de la dénazification. Il en va de même pour l’industrie où les conseils d’entreprises allemands exigent souvent une épuration politique plus sévère que celle des forces d’occupation. Les Églises tirent profit de leur image de foyers de résistance contre les nazis – ce qui est au plus une demi-vérité – et jouissent, à l’Ouest comme à l’Est, d’une certaine marge de manœuvre. Dans un premier temps, malgré les différences sensibles entre les zones d’occupation, les problèmes sociaux communs priment sur les divergences politiques.

  • 20 Voir comme synthèse Bernd Stöver, Der Kalte Krieg, Munich, 2003.
  • 21 Voir les réflexions à ce sujet de Werner Link, « Handlungsspielräume der USA in der Entstehung des (...)
  • 22 Cf. Rana Mitter (éd.), Across the Blocs : Cold War Cultural and Social History, Londres, 2004 ; Be (...)

182) La déclaration de la Guerre froide, la naissance des deux Blocs et les conséquences internes qui en résultent (ce qui constitue la deuxième phase) poussent à partir de 1947 des formes potentielles de développement encore vagues dans des directions opposées. Les Allemands ne peuvent pas faire grand-chose contre l’éclatement de ce conflit global et les répercussions qu’il a sur la situation politique et sociale de l’Allemagne occupée20. Ceci dit, beaucoup réagissent contre ce mouvement qu’ils considérèrent plus ou moins comme une situation encore réversible ou maîtrisable. Les discussions générales à propos des contraintes que la Guerre froide impose se changent en vifs débats politiques. La « politique extérieure » induit en effet les options de la politique intérieure. Bien que ces options soient au fond préétablies par les forces d’occupation, les hommes politiques allemands et leurs sympathisants les assimilent – à des degrés fort différents. C’est seulement à partir de 1947/48 que le long Conflit Est-Ouest qui persiste depuis 1917 devient, dans sa forme aiguë que constitue la Guerre froide, une cause déterminante du partage de l’Allemagne. La division devient progressivement une expérience directe, à la fois individuelle et collective, qui est particulièrement intense dans les régions frontalières et à Berlin. Elle met aussi fin à la recherche de nouvelles options. La distinction sémantique entre Conflit Est-Ouest et Guerre froide21 est importante dans la mesure où les variations d’intensité de ce conflit qui s’achève en 1989-1991 ont eu, au fil du temps, des conséquences concrètes pour les Allemands de l’Est et de l’Ouest. C’est en raison de cette différenciation qu’on ne saurait sous-estimer l’importance du Conflit Est-Ouest pour saisir les enjeux politiques ainsi que les expériences individuelle et générationnelles, et surtout en ce qui concerne les facteurs de convergence ou de divergence de la double histoire de l’Après-guerre. Le Conflit Est-Ouest et la Guerre froide forment une des plus importantes déterminations structurelles de l’après-guerre, qui est aujourd’hui bien comprise et étudiée dans toutes ses implications. En effet, elle ne se réduit pas à la seule confrontation politique et militaire ; elle comporte aussi des dimensions qui relèvent de l’histoire culturelle et de l’histoire des médias22. En font également partie la conscience et la perception changeante de la situation : ce qui, à l’origine, est considéré comme une fatalité, est ensuite battu en brèche par des discussions polémiques et par des efforts résolus pour s’opposer au cours des événements. Le cadre national de l’histoire allemande est donc remis en question, ne serait-ce que par les objectifs et le poids décisif des superpuissances.

  • 23 Voir Michael Lemke, Einheit oder Sozialismus ? Die Deutschlandpolitik der SED 1949-1961, Cologne, (...)
  • 24 Wilfried Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte, Berlin, 1994.
  • 25 Voir Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisie (...)
  • 26 Cf. Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland (...)
  • 27 Voir par exemple le titre du livre de l’humoriste leipzigois, Bernd-Lutz Lange, Mauer, Jeans und P (...)
  • 28 Voir les observations de Theo Sommers après le voyage en RDA des rédacteurs de la Zeit, in : Mario (...)

193) Cette séparation en deux États et en deux systèmes politiques antagonistes au sein des Blocs, personne ne l’a vraiment voulue ; mais très peu s’y sont opposés avec force. Elle développe peu à peu une dynamique propre qui est en partie acceptée et en partie souhaitée. L’histoire de l’après-guerre devient alors une histoire de plus en plus contrastée. Il est certain que le système démocratique de la RFA, qui compte à ses débuts peu de vrais démocrates, est un cadeau des Alliés occidentaux, de même que la dictature populaire de la RDA est une exportation soviétique. Par rapport à l’Est, la marge de manœuvre de l’Ouest s’accroît de façon plus rapide et plus décisive. Cependant, on peut repérer à l’Est – dans une moindre mesure – des éléments spécifiques qui sont à mettre sur le compte de communistes allemands, en particulier sur le plan de la réorganisation intérieure23. Ulbricht en est un bon exemple, aussi bien au début qu’à la fin de sa carrière, même si on peut considérer comme exagérée la thèse de Wilfried Loth qui fait de lui le moteur de la fondation de la RDA24. Ainsi on peut voir dans les traits sociaux et politico-culturels des deux États et des deux sociétés, non seulement les vœux des alliés, mais encore – avec des différences de fond – le produit des conceptions politiques et de l’intervention des Allemands. L’adhésion croissante de la République fédérale à l’« Ouverture vers l’Ouest » (Öffnung nach Westen), mouvement qui fait actuellement l’objet de plusieurs interprétations dans la recherche scientifique et dans l’opinion publique (« occidentalisation », « américanisation », « libéralisation fondamentale »)25, n’a pas réellement d’équivalent à l’Est : la « soviétisation » est très marquée politiquement, elle reste superficielle et se heurte à un large refus26. L’existence d’une forte opposition politique dans les premières années de la RDA, le mouvement continu de fuite jusqu’à la construction du Mur, le soulèvement du 17 juin 1953, la conservation ostentatoire des classiques allemands en fournissent des indice. Il y a certes aussi des tendances indirectes à l’américanisation en RDA, et le SED, par exemple, ne peut empêcher la jeunesse est-allemande de faire du jeans un de ses symboles27. Mais la société est-allemande demeure sous bien des aspects – et pas seulement à cause de son retard technique et économique – plus arriérée et plus « allemande » que la société de la RFA28.

  • 29 Voir l’avis catégorique sur cette question de Hans-Ulrich Wehler, « Die deutsche Frage in der euro (...)

20Cette dynamique interne et ces contrastes accentués dans le contexte de Guerre froide renforcent, en l’absence d’une communication régulière, la séparation et l’éloignement entre les deux parties allemandes. De ce fait, on tend à se résigner, de part et d’autre, à cette évolution bi-étatique qui paraît inéluctable et qui est approuvée sur le plan international. Pour les jeunes générations, le double-État, la frontière et le Mur de Berlin sont des réalités qu’on peut certes modifier jusqu’à un certain point mais qu’on ne saurait abolir. Ce désespoir politique favorise les arrangements à l’intérieur des frontières préexistantes et entraîne un désintérêt croissant pour le « tout » national. Le quotidien et ses « petits plaisirs » deviennent plus importants. Pour beaucoup de contemporains, surtout à l’Ouest, la pluralité étatique qui caractérise la « question allemande » replacée dans une perspective historique de longue durée justifie l’abandon de l’objectif que constitue l’unité nationale29. Enfin, la prise en compte des intérêts que les voisins européens ont dans le partage de l’Allemagne fait du statu quo une constante de l’Europe divisée. Ainsi la division de l’Allemagne semble garantir la stabilité européenne.

21Il convient de prendre en considération ce mouvement d’adaptation dans les deux « maisons jumelées » pour analyser, dans chaque système, les tendances oppositionnelles qui ne sont pas ou peu liées à la « question allemande ». Alors que le soulèvement du 17 juin 1953 – tout comme, en RFA, les actions parlementaires et extraparlementaires des années 1950 – présente une forte dimension germano-allemande, les oppositions au sein de l’intelligentsia lors de la déstalinisation en 1956 – 1957 et les nouvelles formes de dissidence à partir de la fin des années 1970 en RDA ont pour origine des défis politiques à l’intérieur d’un seul Bloc. Il en va de même pour la variante ouest-allemande du « mouvement de 1968 », qui concentre ses critiques sur la « Restauration » en RFA.

  • 30 Voir les données intéressantes rassemblées par Peter Förster, « Die Entwicklung des politischen Be (...)

224) Autant la dichotomie est concevable de nos jours et ne saurait être supprimée ou réduite, autant elle est insuffisante pour saisir, au cours des différentes phases du Conflit Est-Ouest, la spécificité de la situation allemande. Ne serait-ce que parce que, de part et d’autre et pour des raisons diverses, des minorités s’y sont toujours opposées. Mais ce n’est qu’après 1989 qu’on a pris réellement conscience que les formes directes et indirectes d’interdépendance asymétrique ont déterminé toute l’histoire allemande de l’après-guerre, qu’elles lui ont donné un profil particulier, autant que les facteurs de divergence. Il n’est pas question ici d’une histoire nationale pour ainsi dire latente ; il s’agit d’une situation historique particulière dans l’Europe d’après-guerre, dont la problématisation et l’analyse constituent un des fondements de la nouvelle conception de l’histoire allemande après 1945. À la lecture des documents officiels et surtout des archives désormais accessibles de la dictature du SED, il ressort que l’évolution de la RDA est indissociable de celle de la RFA. Il est possible d’illustrer et d’analyser ce lien à l’aide de nombreux exemples. Ainsi la question de la frontière revêt toujours une importance capitale, tant pour le SED que pour la population – mais sous des formes différentes. Sur le plan économique, l’étroite interdépendance avec l’« ennemi de classe » reste un problème insoluble car la RDA ne peut se passer de certaines livraisons ouest-allemandes. La politique du SED à l’égard de la jeunesse ne réussira jamais à venir à bout des influences occidentales et elle se réduit au fond à une stratégie de compromis. L’antifascisme bruyant, en tant qu’idéologie de légitimation de la RDA, consiste essentiellement à se démarquer de la « politique du passé » de la République fédérale. Malgré la séparation institutionnelle, la situation des Églises est régie par le principe de la « Communauté spéciale ». Face à la puissante économie ouest-allemande, la RDA est rarement en position de force dans la concurrence que se livrent les deux États auprès des pays du tiers-monde. Il faudrait naturellement considérer la diversité des expériences dans les deux parties de l’Allemagne selon les générations, les couches sociales ou les régions ; mais il est certain que les citoyens de RDA sont tous concernés par la séparation, même si le regard qu’ils portent sur l’Ouest se modifie au cours du temps. Si l’intérêt pour l’Ouest ne disparaît jamais, il traduit de moins en moins un attachement à l’État-nation – notamment au sein de la jeune génération actuelle – et plutôt un désir de consommer, de s’informer, de voyager. C’est ce que montrent, par exemple, les enquêtes de l’Institut de Recherche sur la Jeunesse de Leipzig30.

  • 31 Voir Jochen Staadt, Die geheime Westpolitik der SED 1960-1970, Berlin, 1993 ; Heike Amos, Die West (...)
  • 32 Wolfgang Jäger, Werner Link, Republik im Wandel 1974-1982. Die Ära Schmidt, Stuttgart, 1987, p. 46
  • 33 Voir à ce sujet l’étude détaillée de Annette Weinke, Die Verfolgung von NS-Tätern im geteilten Deu (...)

23Il est plus difficile de saisir l’influence inverse, c’est-à-dire celle qu’exerce la RDA sur la République fédérale. Ses effets n’en sont pas pour autant négligeables. Il s’agit moins du « travail occidental » (« Westarbeit ») du SED, de la Stasi et du FDGB31, autrement dit des formes d’infiltration spectaculaires et dont l’importance est exagérée par l’historiographie actuelle, que de facteurs dont l’action est indirecte. L’existence, sur le sol allemand, d’une dictature communiste imprègne la culture politique de la République fédérale, favorise le choix de l’intégration occidentale et certaines formes de consensus sur le plan intérieur ; mais elle discrédite aussi les alternatives sociales mises en avant par le mouvement ouvrier, en particulier dans les années 1950 (la socialisation ou l’économie planifiée par exemple). En 1976, en raison du poids politique de l’aile gauche du SPD, l’Union des démocrates chrétiens fait campagne sur le thème « Liberté ou Socialisme » (pour reprendre le slogan de la CDU à l’époque)32. Ce type d’influence directe et indirecte du SED est particulièrement visible dans certaines formes et dans certains modèles argumentatifs qu’adopte, à l’Ouest, le « traitement » (Umgang) du passé national-socialiste33.

  • 34 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, 2 vol. Munich 2000.
  • 35 Heinrich August Winkler, « Nationalismus, Nationalstaat und nationale Frage in Deutschland seit 19 (...)
  • 36 Cf. Hermann Schäfer, « Begegnungen mit unserer eigenen Geschichte. Zur Eröffnung des Hauses der Ge (...)
  • 37 Voir par exemple Hans-Peter Schwarz, « Die neueste Zeitgeschichte », in : Vierteljahrshefte für Ze (...)

24Il n’est pas douteux que le sprint final de la République fédérale sur « le long chemin vers l’Ouest »34 est aussi lié au voisinage immédiat de la RDA. C’est dans ce contexte qu’il convient de soumettre la question suivante à un examen critique : dans quelle mesure la République fédérale a développé une conscience « post-nationale » d’elle-même et la RDA suivi la voie « internationaliste » imposée par la doctrine du parti, avant de former en 1990 un « État-nation post-classique » ?35 De nombreux exemples montrent qu’il est tout à fait possible, dans une histoire de l’ancienne République fédérale, de faire largement abstraction de la RDA, étant donné la légitimité et le bon fonctionnement de la démocratie ouest-allemande. Les auteurs de l’Histoire en cinq volumes de la République fédérale, qu’on a évoquée précédemment, l’ont d’ailleurs fait en toute conscience pour fonder une identité ouest-allemande. Et à l’origine, la Maison de l’Histoire de la République fédérale à Bonn a été conçue dans le même but36. Même s’il devrait être clair qu’une telle conception est insuffisante, la RDA et les pays de l’Europe de l’Est occupent encore une place marginale dans la vision de l’histoire des contemporanéistes ouest-allemands dominants37.

  • 38 Pour ce type d’approches, voir l’ouvrage représentatif de Werner Weidenfeld, Hartmut Zimmermann (é (...)

255) Dans les années 1970, au cours de la période de normalisation des relations interallemandes et de changement des paradigmes de la recherche (« systemimmanenter Ansatz »), se font jour des problématiques transversales, propres aux sociétés industrielles avancées, qui font surtout l’objet de recueils d’articles38. Elles touchent aussi bien les domaines de l’éducation, de la culture, de l’économie et de l’écologie que les scénarios relatifs à la menace que représentent le surarmement nucléaire et les réactions sociétales à ce sujet au sein des mouvements pacifistes.

  • 39 Cf. Klaus Schroeder, « Legenden und Fakten. Deutschland vierzehn Jahre nach der Vereinigung », in (...)

26Il me semble qu’ici il y a eu à nouveau des réorientations et des décalages importants après 1990. Dans un premier temps, la réflexion générale sur les insuffisances de la démocratie parlementaire à l’ère des médias de masse, tant du point de vue de ses structures que de son fonctionnement, est passée à l’arrière-plan. Mais la globalisation, le chômage structurel de masse et l’épuisement des systèmes sociaux ont remis assez brutalement à l’ordre du jour, aussi bien en politique qu’en histoire, ce type de problématiques transversales. Pour surmonter un jour l’opposition entre une histoire des échecs est-allemands et une histoire des succès ouest-allemands, cet ensemble de questions devra être discuté plus avant, notamment à partir de la perspective des anciens citoyens de RDA déçus par le nouvel État démocratique – une perspective, rappelons-le, qui ne repose pas seulement sur la nostalgie, mais aussi et surtout sur des expériences historiques. D’autant que les recettes pour résorber la crise, prometteuses et apparemment justifiées par l’histoire juste après la chute de la RDA, ont perdu depuis longtemps une grande partie de leur crédibilité et de leur attractivité39.

  • 40 Voir l’ouvrage exemplaire de Werner Weidenfeld (éd.), Nachdenken über Deutschland. Materialien zur (...)
  • 41 Werner Weidenfeld, Karl Rudolf Korte (éd.), Handbuch der deutschen Einheit 1949-1989-1999 (aktuali (...)

276) Au cours de la dernière phase de l’histoire de la division, outre l’autonomisation sur la base de l’acceptation de la séparation, on observe, suite à la politique de détente européenne et interallemande, un mouvement de rapprochement, en partie non voulu, par l’intensification de la communication réciproque, mais aussi, simultanément, les signes d’une fragilisation de la RDA. La classe politique ouest-allemande discute à nouveau, de façon plus explicite, de la question nationale40 qui reste officiellement à l’Est un tabou car, comme le prédit encore Honecker en janvier 198941, le Mur est censé tenir encore cent ans. Il devient alors impossible d’ignorer les échecs historiques de la RDA dans la course à l’innovation technologique ; mais à l’Ouest aussi, les vieux instruments de régulation sont mis en échec par le chômage structurel de masse et l’épuisement des systèmes sociaux. Les mises en garde et les diagnostics pertinents ne font aucunement défaut à l’époque, mais l’unité inespérée recouvre pour plusieurs années l’urgence de ces problèmes dans la conscience publique. Si, au cours des années 1980, les contacts scientifiques et culturels avec la RDA sont encore étroitement contrôlés par le SED, ils se développent dans une plus large mesure que dans des années précédentes. Dans le contexte de détente croît un intérêt pour l’autre, qui se rattache à la culture et à la littérature, et ainsi à la survie d’une communauté de culture (Kulturnation). La presse ouest allemande consacre, dans ses pages culturelles, des articles aux livres de Christa Wolf, de Christoph Hein, de Stefan Heym, et à certaines expositions d’art est-allemand ; désormais, ces œuvres sont jugées non pas, comme par le passé, à partir de considérations politiques, mais à partir de critères purement esthétiques. Mais le revers de la médaille – critiqué à juste titre après 1990 –, c’est qu’on ne s’intéresse plus beaucoup aux zones d’ombre du système est-allemand. On ne parle guère de la dictature, bien que la réalité de celle-ci ne puisse échapper à personne en RDA, pas même au visiteur ouest-allemand. En tentant de réparer cet oubli, la sévère critique d’une « image déformée de la RDA » en Allemagne de l’Ouest est pleinement justifiée.

  • 42 Detlef Pollack, « Die konstitutive Widersprüchlichkeit der DDR. Oder : War die DDR-Gesellschaft ho (...)

28Ces six champs et ces six phases qui caractérisent le rapport historique germano-allemand après 1945 sont une tentative pour mieux rendre compte de l’importance et de la liaison entre l’histoire ouest-allemande et l’histoire est-allemande que ne le feraient une pure histoire de contrastes ou une nouvelle histoire nationale. Il est possible de différencier davantage les étapes temporelles et les champs de référence. Leur combinaison évolue au cours des quarante années de séparation. Certains éléments sont toujours présents, d’autres apparaissent plus tard. Références et jugements de valeur sont indispensables pour les sciences historiques critiques. Cependant, la stricte dichotomie entre démocratie libre et dictature totalitaire ne mène pas loin. Elle efface les différenciations internes et les points de tension constitutifs42, ignore les changements importants intervenus au cours des 40 années, néglige les nombreux exemples de personnes qui ont pu « marcher la tête haute » dans les conditions extrêmes de la dictature ; elle permet enfin de laisser de côté, avec une grande satisfaction, les échecs, les défauts structurels et le long apprentissage de l’Ouest. L’approche qui se cache sous l’expression fort indigeste d’« histoire parallèle asymétriquement entrelacée » ne supprime pas la dichotomie. Mais elle rend justice à la complexité de notre objet de recherche : au moins, elle essaie d’éviter les évidentes disproportions, d’échapper à toute pensée téléologique du genre : « stalinienne du début à la fin, la RDA était condamnée à la ruine », de briser le cadre étroit de l’État national, et de souligner les formes caractéristiques de relation et de démarcation. Il est fort probable qu’une étude inspirée par cette approche pourra, en associant analyse de la domination et histoire des expériences, contribuer au nécessaire débat politique et historiographique sur le double-passé en tant que histoire commune.

Notes

1 Il s’agit ici surtout des matériaux réunis par la commission d’enquête : Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland, hrsg. vom Deutschen Bundestag. Neun Bände in 18 Teilbänden, Baden-Baden, 1995.

2 Cf. Rainer Eppelmann et al. (éd.), Bilanz und Perspektiven der DDR-Forschung, Paderborn, 2003.

3 Wolfgang Thierse, « Zehn Jahre danach : Perspektivenwechsel », in : Neue Gesellschaft, 47 (2000), p. 536-542.

4 Wolfgang Thierse, « 15 Jahre nach dem Mauerfall. Optimistisch geschätzt sind wir in der Mitte », in : Neue Gesellschaft, 51 (2004), p. 22-26.

5 Hubertus Knabe, Die unterwanderte Republik. Stasi im Westen, Berlin, 1999.

6 Hartmut Jäckel, « Unser schiefes DDR-Bild », in : Deutschland Archiv, 22 (1990), p. 1557-1565.

7 Voir les résultats de plusieurs enquêtes : Manuela Glaab, « Geteilte Wahrnehmungswelten. Zur Präsenz des deutschen Nachbarn im Bewußtsein der Bevölkerung », in : Christoph Klessmann et al. (éd.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, 1999, p. 206-220.

8 Ibid., p. 215ss.

9 Voir Konrad H. Jarausch, « „ Die Teile als Ganzes erkennen « – Zur Integration der beiden deutschen Nachkriegsgeschichten », in : Zeithistorische Forschungen 1 (2004), p. 10-30 ; Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 29-30 (1993), p. 30-41.

10 Karl Dietrich Bracher (éd.), Geschichte der Bundesrepublik Deutschland in 5 Bänden, Stuttgart, 1981.

11 Voir le cahier spécial du Potsdamer Bulletin für Zeithistorische Studien 15 (août 1999).

12 Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Berlin, 2000 ; Peter Bender, Episode oder Epoche ? Zur Geschichte des geteilten Deutschland, Munich, 1996.

13 Martin Broszat et al. (éd.), Von Stalingrad zur Währungsreform. Zur Sozialgeschichte des Umbruchs in Deutschland, Munich, 1988.

14 Kielmansegg (note 12), p. 677.

15 Peter Bender, « Der fremde Osten », in : Die Zeit, 16.11.2000.

16 Bender (note 12), p. 12.

17 Le texte qui suit est écrit au présent car il ne s’agit pas de rédiger une étude historique mais de discuter des problèmes conceptuels que celle-ci pose à l’historien.

18 Voir Clemens Vollnhals (éd.), Entnazifizierung. Politische Säuberung und Rehabilitierung in den vier Besatzungszonen 1945-1949, Munich, 1991.

19 La meilleure étude sur la question reste celle de Hans Peter Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der außenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1949, Neuwied/Berlin, 1966.

20 Voir comme synthèse Bernd Stöver, Der Kalte Krieg, Munich, 2003.

21 Voir les réflexions à ce sujet de Werner Link, « Handlungsspielräume der USA in der Entstehung des Ost-West-Gegensatzes 1945-1950 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 33 (1983), p. 19-26. Selon Fink, le Conflit Est-Ouest débute en 1917 ; la Guerre froide qui en est une phase particulière commence à partir de 1946/47 et prend fin avec le « Pat » atomique des années 1960. On peut ajouter aujourd’hui que le Conflit Est-Ouest a pris fin avec la révolution en Europe de l’Est et la disparition de l’Union soviétique en 1989/91.

22 Cf. Rana Mitter (éd.), Across the Blocs : Cold War Cultural and Social History, Londres, 2004 ; Bernd Stöver, Der Kalte Krieg. Geschichte eines radikalen Zeitalters 1947-1991, Munich, 2007 ; John Lewis Gaddis, Der Kalte Krieg. Eine neue Geschichte, Munich, 2007 ; Georges-Henri Soutou, La guerre de cinquante ans. Lles relations Est-Ouest, 1943-1990, Paris, 2001.

23 Voir Michael Lemke, Einheit oder Sozialismus ? Die Deutschlandpolitik der SED 1949-1961, Cologne, 2001.

24 Wilfried Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte, Berlin, 1994.

25 Voir Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen 1999 ; Konrad H. Jarausch, Die Umkehr. Deutsche Wandlungen 1945-1995, Munich, 2004.

26 Cf. Konrad H. Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945-1970, Francfort/M., 1997.

27 Voir par exemple le titre du livre de l’humoriste leipzigois, Bernd-Lutz Lange, Mauer, Jeans und Prager Frühling, Leipzig, 2003.

28 Voir les observations de Theo Sommers après le voyage en RDA des rédacteurs de la Zeit, in : Marion Gräfin Dönhoff, Rudolf Walter Leonhardt, Theo Sommer, Reise in eine fernes Land. Bericht über Kultur, Wirtschaft und Politik in der DDR, Hambourg, 1964.

29 Voir l’avis catégorique sur cette question de Hans-Ulrich Wehler, « Die deutsche Frage in der europäischen Politik 1648-1986 », in : Id., Aus der Geschichte lernen ? Munich, 1988, p. 34-43.

30 Voir les données intéressantes rassemblées par Peter Förster, « Die Entwicklung des politischen Bewußtseins der DDR-Jugend zwischen 1966 und 1989 », in : Walter Friedrich (éd.), Das Zentralinstitut für Jugendforschung Leipzig 1966-1990. Geschichte, Methoden, Erkenntnisse, Berlin, 1999, p. 70-165.

31 Voir Jochen Staadt, Die geheime Westpolitik der SED 1960-1970, Berlin, 1993 ; Heike Amos, Die Westpolitik der SED 1948/49-1961, Berlin, 1999 ; Josef Kaiser, « „ Der politische Gewinn steht in keinem Verhältnis zum Aufwand «. Zur Westarbeit des FDGB im Kalten Krieg », in : Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung, 1996, p. 106-131.

32 Wolfgang Jäger, Werner Link, Republik im Wandel 1974-1982. Die Ära Schmidt, Stuttgart, 1987, p. 46.

33 Voir à ce sujet l’étude détaillée de Annette Weinke, Die Verfolgung von NS-Tätern im geteilten Deutschland. Vergangenheitsbewältigungen 1949-1969 oder : eine deutsch-deutsche Beziehungsgeschichte im Kalten Krieg, Paderborn, 2002.

34 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen, 2 vol. Munich 2000.

35 Heinrich August Winkler, « Nationalismus, Nationalstaat und nationale Frage in Deutschland seit 1945 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 40 (1991), p. 12-24.

36 Cf. Hermann Schäfer, « Begegnungen mit unserer eigenen Geschichte. Zur Eröffnung des Hauses der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland am 14. Juni 1994 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 23 (1994), p. 11-22.

37 Voir par exemple Hans-Peter Schwarz, « Die neueste Zeitgeschichte », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 51 (2003), p. 5-28.

38 Pour ce type d’approches, voir l’ouvrage représentatif de Werner Weidenfeld, Hartmut Zimmermann (éd.), Deutschland-Handbuch. Eine doppelte Bilanz, Bonn, 1989.

39 Cf. Klaus Schroeder, « Legenden und Fakten. Deutschland vierzehn Jahre nach der Vereinigung », in : Zeitschrift des Forschungsverbundes SED-Staat, 16 (2004), p. 72-89, surtout p. 84ss.

40 Voir l’ouvrage exemplaire de Werner Weidenfeld (éd.), Nachdenken über Deutschland. Materialien zur politischen Kultur der Deutschen Frage, Cologne, 1985.

41 Werner Weidenfeld, Karl Rudolf Korte (éd.), Handbuch der deutschen Einheit 1949-1989-1999 (aktualisierte und erweiterte Ausgabe), Bonn, 1999, p. 553

42 Detlef Pollack, « Die konstitutive Widersprüchlichkeit der DDR. Oder : War die DDR-Gesellschaft homogen ? », in : Geschichte und Gesellschaft, 24 (1998), p. 110-131.

Auteur

Né en 1939 ; Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Potsdam et l’ancien directeur du Zentrum für Zeithistorische Forschung de Potsdam

Gaël Cheptou (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search