Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Le paysage universitaire et scientifique allemand entre déchirures et interdépendances

Corine Defrance

Texte intégral

1La division de l’Allemagne en deux États rivaux, scellée en 1949 avec la fondation de la République fédérale d’Allemagne et de la République démocratique allemande, s’était progressivement esquissée dès le lendemain de la capitulation, affectant, à des rythmes différents, tous les secteurs de la société. Ainsi, dans le paysage scientifique, la fracture majeure entre universités et académies scientifiques de l’Est et de l’Ouest de l’Elbe vint encore complexifier la problématique des ruptures et des continuités avec le passé national-socialiste d’abord, mais aussi, plus profondément, avec les traditions scientifiques weimarienne, wilhelmienne et humboldtienne ! Cette contribution se propose de mettre en lumière les évolutions académiques divergentes – voire antagonistes – entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne, menant le système et la communauté scientifiques allemands à la scission, malgré le maintien de liens complexes et l’émergence, paradoxale en apparence, de nouvelles interactions.

2L’ensemble des universitaires et scientifiques allemands n’était pourtant pas disposé à accepter cette déchirure qui fut instrumentalisée à des fins politiques et diplomatiques sur la scène internationale. Dans ce contexte, il faut se demander dans quelle mesure les scientifiques allemands ont été acteurs ou victimes de la division de l’Allemagne et ont accepté de se prêter à l’utilisation de la science dans les relations internationales. Dans ce processus de séparation, ont-ils tenté de préserver des liens, souvent tissés depuis longtemps, avec leurs collègues de l’autre Allemagne, ont-ils pu s’ignorer et vivre comme si l’autre communauté scientifique n’existait pas ou se sont-ils positionnés les uns contre les autres et, par conséquent, les uns en fonction des autres, ce qui relève encore d’une forme certaine d’inter-dépendance ?

1. Les évolutions antagonistes des systèmes scientifiques en place

  • 1 La bibliographie sur ces questions est considérable ; cf. Helmuth Albrecht, Armin Hermann, « Die K (...)

3Au lendemain de la capitulation sans condition, la faillite du système scientifique allemand était patente : malgré leur autonomie traditionnelle, les universités et les institutions scientifiques extra-universitaires (Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft, KWG, Notgemeinschaft für die deutsche Wissenschaft, les fondations de recherche et les académies scientifiques) n’avaient pas pu échapper à la mise au pas (« Gleichschaltung ») sous le régime national-socialiste ; nombre de « savants » s’étaient compromis plus ou moins lourdement ; des « disciplines » s’étaient mises au service de la dictature nazie pour en légitimer la politique. Aussi le système avait-il failli à un triple point de vue, institutionnel, personnel et scientifique.1

  • 2 Cf. Corine Defrance, « Universités et universitaires allemands dans l’après-guerre, 1945-1960 », i (...)

4Héritant de l’administration de l’Allemagne en mai 1945, les quatre occupants furent confrontés à des situations quasi identiques dans chacune de leurs zones. Aussi, les objectifs que les Américains, Britanniques, Français et Soviétiques fixèrent en matière universitaire et scientifique furent-ils, à l’origine, similaires : la dénazification (des structures, du personnel enseignant et administratif, des étudiants, des livres, des disciplines…) était la priorité absolue et la démocratisation – sur la définition de laquelle il s’avéra impossible de s’entendre ! – le but à atteindre. Notre tâche ici n’est pas tant de retracer des processus d’épuration, de réhabilitation des victimes du IIIe Reich, de réintégration des enseignants compromis sous le nazisme, – autant de phénomènes qui expliquent les continuités historiques des élites universitaires et scientifiques2 – que de mettre en lumière les évolutions essentiellement structurelles et les pressions idéologiques qui devaient conduire à la fracture et à la bipolarisation du système.

1.1. L’évolution du système scientifique en RFA : sous le signe de la continuité

  • 3 Cf. Corine Defrance, Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949, Paris, 2000, (...)
  • 4 Cf. Detlef Garbe, « Äußerliche Abkehr, Erinnerungsverweigerung und Vergangenheitsbewältigung : Der (...)
  • 5 Cf. Bernd-A. Rusinek, « Von der Entdeckung der NS-Vergangenheit zum generellen Faschismusverdacht. (...)

5Dans les zones occidentales, une proportion d’un tiers (zones britannique et française) à la moitié environ (zone américaine) des universitaires furent touchés par la dénazification,3 mais une grande partie des épurés furent réintégrés jusqu’au début des années cinquante. Le souci de préserver une relative cohésion sociale en Allemagne et de ne pas désorganiser trop profondément l’institution universitaire en avaient été la cause4. Cette stratégie se retourna pourtant contre les autorités de la République fédérale vers la fin des années cinquante, quand se firent jour de nombreuses critiques sur l’héritage national-socialiste toujours présent à l’Université5. La question du passé des élites, des vestiges de fascisme dans la société ouest-allemande, devait être au cœur du mouvement de contestation de la fin des années soixante…

  • 6 Cf. Defrance (note 3), p. 165s.
  • 7 Cf. David Phillips, The British and University Reform Policy in Germany, 1945-49. A study with Par (...)
  • 8 Cf. Henry J. Kellermann, Cultural Relations as an Instrument of U.S. Foreign Policy. The Education (...)
  • 9 Cf. Hans Kastendieck, Die Entwicklung der westdeutschen Politikwissenschaft, Francfort/M., 1977, p (...)

6Le conservatisme marqué des universitaires les incitait à une grande prudence réformatrice, le leitmotiv étant le retour à la tradition humboldtienne et non l’innovation ! Par bien des aspects, on assista à la « restauration » de l’ordre ancien, qu’il s’agisse de la remise en vigueur des constitutions et de l’autonomie universitaires (Selbstverwaltung), du retour aux structures d’antan (suppression des instituts et chaires créés par le IIIe Reich ; rétablissement des hiérarchies traditionnelles – autour du recteur, du sénat et des doyens des facultés – et du principe électif) ou de la réaffirmation des grands principes humboldtiens (union des savoirs ; union de l’enseignement et de la recherche ; liberté d’enseigner). Sans l’avouer ouvertement, la grande majorité des universitaires allemands aurait voulu se contenter d’un retour à la situation des années 1920.6 Ces derniers rejetèrent donc la plupart des mesures prônées par les alliés en 1946/47, puis reformulées en 1948 par une petit groupe de réformateurs allemands. L’opposition se cristallisa contre les projets visant à ouvrir les conseils universitaires à des personnalités extérieures. Seule la nécessité de favoriser l’accès à l’Université des étudiants issus de milieux modestes était largement reconnue.7 Malgré la frilosité des enseignants, et grâce à l’action des Alliés et en particulier des Américains (Cultural Exchange Program),8 les universités ouest-allemandes s’ouvrirent sur le monde extérieur et contribuèrent au processus d’ancrage à l’Ouest, comme en témoigne l’essor des sciences politiques et sociales à fin des années 1940 et surtout dans les années 1950, à l’époque qualifiées de Demokratiewissenschaften.9

  • 10 Cf. Manfred Heinemann, « Der Wiederaufbau der Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft und die Neugründung der (...)

7En marge de l’Université, ce fut le temps des refondations : ainsi la KWG, créée en 1911, fut-elle refondée en 1948, à Göttingen, sous le nom de Max-Plack-Gesellschaft (MPG) ; elle hérita de tous les anciens instituts de la KWG implantés à l’Ouest. La Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), agence de financement de la recherche universitaire, fondée en 1949, marqua la renaissance, sous un nouveau nom de la Notgemeinschaft für die deutsche Wissenschaft qui avait vu le jour en 1920.10

  • 11 Cf. Ingrid Gilcher-Holtey (éd.), 1968. Vom Ereignis zum Gegenstand der Geschichtswissenschaft, Göt (...)

8Au total, la « reconstruction » du paysage universitaire et scientifique en Allemagne de l’Ouest semble marquée par la « restauration » du système antérieur à 1933. Mais il ne s’agit pas d’une « restauration » politique, car le double principe de l’intégration à l’Ouest et de la démocratisation était majoritairement accepté par les universitaires et les scientifiques et les projets de réforme inaboutis dans la seconde moitié des années 1940 restaient en germination, préparant les grands débats de « 1968 » sur l’héritage national-socialiste et le retard de libéralisation de la société ouest-allemande.11

1.2. Restructuration institutionnelle en SBZ/RDA

  • 12 Cf. Ralph Jessen, « Dictature communiste et milieu universitaire. Étude d’histoire sociale des pro (...)
  • 13 Cf. Ulrich Pfeil, « Antifascisme et dénazification en zone d’occupation soviétique (SBZ), 1945-194 (...)
  • 14 Ces départs vers Berlin-Ouest et la RFA s’opérèrent par phases : une première vague au cours des a (...)
  • 15 Cf. Hans-Uwe Feige, « Zur Entnazifizierung des Lehrkörpers an der Universität Leipzig », in : Zeit (...)
  • 16 Cf. Jessen (note 12), p. 104 & 111.

9En zone soviétique, l’épuration fut plus sévère que dans les zones occidentales. En 1946/47, 85 % des enseignants en poste à la fin de la guerre avaient été écartés des universités.12 La réintégration d’anciens nazis, en principe contradictoire avec la prétention du régime à incarner l’antifascisme,13 s’avéra cependant nécessaire pour la stabilisation du régime et le fonctionnement de l’université, saignée par l’épuration, les déportations de savants et les fuites vers l’Ouest (plus de 2 000 enseignants du supérieur passèrent à l’Ouest avant la construction du Mur).14 Les réintégrations furent particulièrement nombreuses dans les disciplines scientifiques et en médecine, où l’on manquait d’experts.15 Le renouvellement du personnel se produisit à un rythme beaucoup plus lent dans les facultés de sciences que dans les disciplines littéraires. C’est en sciences sociales que les ruptures furent les plus radicales, les nouvelles élites étant dès le départ recrutées en fonction de leur degré d’inféodation au parti.16

  • 17 Cf. Ralph Jessen, « Vom Ordinarius zum sozialistischen Professor. Die Neukonstruktion des Hochschu (...)

10Pour briser le système universitaire traditionnel, furent instaurées, en 1947, les Gesellschaftwissenschaftliche Fakultäten, chargées de diffuser le marxisme-léninisme puis les Arbeiter-und-Bauern-Fakultäten, véritables sas de sélection sociale et idéologique. Ces premières mesures permettaient d’implanter des structures nouvelles au sein de l’Université, sans encore en démanteler les structures classiques.17

  • 18 Cf. Manfred Heinemann (éd.), Hochschuloffiziere und Wiederaufbau des Hochschulwesens in Deutschlan (...)

11Mais, en marge de l’Université traditionnelle, était entrepris un processus qui visait à séparer toujours davantage l’enseignement et la recherche : à l’Université, l’enseignement ; à l’Académie allemande des sciences, la recherche ! La centralisation poussée à l’extrême fut considérée comme le meilleur moyen d’accélérer le processus de soviétisation/socialisation du système scientifique allemand. L’Administration militaire soviétique (Sowjetische Militäradministration in Deutschland, SMAD) et le ministère allemand de l’Éducation (Deutsche Zentralverwaltung für Volksbildung, DZVVB) se lancèrent ainsi dans une vaste opération de bureaucratisation, réglementant et uniformisant les formations, les cursus, les statuts, et introduisant la planification dans le domaine de la recherche scientifique.18

12Sous l’ère du premier Secrétaire du SED, Walter Ulbricht, le système scientifique est-allemand connut à la fois une période d’expansion et de différenciation, s’organisant autour de trois pôles : les universités et établissements d’enseignement supérieur de statut universitaire, les établissements spéciaux d’enseignement supérieur, et l’Académie des Sciences.

  • 19 Cf. Alexandr Haritonow, Sowjetische Hochschulpolitik in Sachsen 1945-1949, Weimar, 1995.
  • 20 Cf. Jessen (note 14), p. 135-147.

13En 1945, on comptait sur le territoire de la zone soviétique six universités traditionnelles (Berlin, Greifswald, Halle, Iéna, Leipzig et Rostock), une université technique à Dresde et la Bergakademie (école supérieure des mines) de Freiberg.19 Au printemps 1946, vinrent s’ajouter à ces établissements de type classique les institutions d’enseignement supérieur instaurées dans le giron du SED (la Parteihochschule Karl Marx, véritable « université » avec ses facultés et ses doyens), de l’organisation de jeunesse FDJ (la Jugendhochschule, au Bogensee) et du syndicat FDGB (devenue en 1952 la Gewerkschaftshochschule Fritz Heckert). Elles étaient chargées de former les cadres du régime selon des critères strictement politiques. En septembre 1949, le SED fonda encore le Marx-Engels-Lenin-Institut (rebaptisé Institut für Marxismus-Leninismus, IML, en 1956), puis, en décembre 1951, l’Institut für Gesellschaftswissenschaften beim ZK der SED (devenu ultérieurement l’Akademie für Gesellschaftswissenschaft), deux instituts de recherche du parti, se consacrant notamment à l’édition des œuvres de Karl Marx et de Vladimir Ilitch Lénine, de Walter Ulbricht ou de Wilhelm Pieck. En marge de ces institutions, furent encore créés des établissements d’État, essentiellement destinés à la formation continue des « fonctionnaires », telle la Deutsche Akademie für Staats- und Rechtswissenschaft Walter Ulbricht, à Potsdam (1952/1953), rivale des facultés de droit. Ralph Jessen a montré que ces établissements ne réussirent jamais à se fondre dans un paysage scientifique homogène : bien peu d’enseignants passèrent d’un type de structure à un autre, les deux sphères restant séparées. Au total, ces nouvelles créations permirent de briser le monopole de l’Université pour les sciences humaines et sociales et pour les sciences juridiques. Complètement sous la tutelle du régime et au service de l’endoctrinement idéologique, orientées seulement vers l’enseignement, elles contribuèrent à ruiner les deux principes traditionnels de la liberté d’enseigner et de l’union de l’enseignement et de la recherche.20

  • 21 Ibid., p. 147s.

14Une multitude d’écoles « spéciales », établissements techniques très orientés vers la pratique, éclorent au milieu des années 1950. Les premières d’entre elles furent mises en place à partir de l’été 1952, dans le cadre du « développement des fondements socialistes » de la RDA, car la technique devait permettre le saut vers la « modernité socialiste ». Comme les établissements techniques (TH de Dresde, école des mines de Freiberg et Hochschule für Baukunst und bildende Kunst de Weimar) étaient insuffisantes pour couvrir les besoins en ingénieurs et techniciens, on recourut à ces nouvelles créations, largement inspirées du modèle soviétique, si spécialisées (par exemple Hochschule für den Braunkohlebergbau) qu’elles étaient en rupture avec la tradition des universités techniques, jugées par le SED trop peu en adéquation avec les besoins de l’industrie.21

  • 22 Cf. Manfred Heinemann (éd.), Hochschuloffiziere und Wiederaufbau des Hochschulwesens in Deutschlan (...)

15Enfin, il y avait l’Académie considérée dès sa réouverture en 1946, comme une pièce majeure du système tant au point de vue scientifique que politique. Elle devait incarner « la science allemande ». Or, en 1945, l’Académie prussienne de Berlin (Preußische Akademie der Wissenschaften) n’était qu’une des académies allemandes – certes, prestigieuse – parmi d’autres et elle se présentait institutionnellement comme une société de savants, aux moyens financiers très limités. Par rapport à l’université et à l’université technique de Berlin, son budget se situait dans des rapports de 1 à 200 et de 1 à 67 respectivement !22

  • 23 Ibid., p. 381-382. La directive 187 est reproduite in : Werner Hartkopf, Gert Wangermann, Dokumente (...)
  • 24 Cf. Rudolf Landrock, Die Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1945-1971, Erlangen, 1977, (...)
  • 25 Cf. Jessen (note 14), graphique, p. 161.
  • 26 Cf. Peter Nötzoldt, « Die Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin in Gesellschaft und Polit (...)

16C’est au printemps 1946, après avoir observé les évolutions en cours dans les zones occidentales et en particulier les décisions prises au sujet des instituts de l’ancienne KWG, que les autorités allemandes et soviétiques décidèrent de faire de l’Académie de Berlin « le » principal pôle de la recherche scientifique en zone orientale. Comme la KWG était désormais dissoute, les anciens instituts de la Société présents sur le sol de la SBZ furent intégrés à l’Académie. Symboliquement, le nom de l’institution fut changé et les débats illustrent les enjeux : le président de la Preußische Akademie, Johannes Stroux, proposa Berliner Akademie der Wissenschaften, mais afin de souligner la prétention nationale de l’institution, la SMAD, par la directive 187 du 1er juillet 1946, prescrivit la réouverture de la Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin.23 L’Académie devint alors une structure importante, essentiellement tournée vers les sciences « dures » – Naturwissenschaften –, disposant désormais de nombreux instituts (hérités de la KWG ou nouvellement fondés : 75 instituts en 1957 et 109 en 196224), d’un nombre toujours croissant de chercheurs et de techniciens25 et d’un budget assez considérable.26

  • 27 Jessen (note 14), p. 165.
  • 28 Cf. Ralph Jessen, « Von den Vorzügen des Sozialismus und der deutschen Teilung. Kollaborationsverh (...)

17Cette Académie fut mal perçue par les universitaires, car elle jouissait d’une moindre pression du régime (selon Ralph Jessen, elle constitua même une « niche »27) et d’un plus grand prestige : plus l’académie développait ses capacités de recherches, plus les universités et autres établissements d’enseignement supérieur se voyaient confinés dans les tâches d’enseignement, si bien que se dessinait une société scientifique divisée en deux classes.28

1.3. Nouvelles fondations et traduction institutionnelle de la rivalité idéologique

18Dans la partie occidentale de l’Allemagne, aucune institution universitaire et scientifique existante ne fut l’objet d’une telle transformation intrinsèque et, à l’exception de l’école supérieure d’administration de Spire, fondée par les Français en rupture avec la tradition universitaire allemande, il n’y eut pas de création de nouveaux établissements dans l’immédiat après-guerre pour transformer profondément le système. Les institutions d’enseignement supérieur et de recherche qui furent fondées à la fin des années quarante – l’Université Libre de Berlin et l’Académie des Sciences et des Lettres de Mayence, sont déjà des réactions ou des contre-feux aux évolutions en cours dans la zone orientale.

  • 29 Cf. James Tent, Freie Universität Berlin, 1948-1988. Eine deutsche Hochschule im Zeitgeschehen, Be (...)

19La Freie Universität (FU), fondée dans la partie occidentale de Berlin, au moment même du blocus de la ville, en 1948, est un pur produit de la guerre froide. Cette nouvelle institution, rivale de l’Université Unter den Linden (bientôt baptisée Humboldt) en voie de « soviétisation », fut considérée comme le fleuron du monde libéral face au système communiste.29 La fondation de la FU eut bien évidemment des répercussions immédiates à l’Est. Au moment où les cadres du SED entreprenaient la « socialisation » des universités est-allemandes, bon nombre d’enseignants non marxistes – et notamment d’historiens – y trouvèrent refuge. L’historien Friedrich Meinecke est le symbole de ce mouvement massif vers l’Ouest. À l’âge de 86 ans, il devint le premier Rektor (président) de l’Université Libre.

  • 30 Carl August Emge, Georg Hamel, Helmuth Scheel, Friedrich Seewald, Franz Specht, Otmar von Verschue (...)
  • 31 Archives de l’Akademie der Wissenschaften und der Literatur [AWL/Mayence], vol. 01.101/1, lettre d (...)

20Au moment où se mettait en place la FU, s’échafaudait un autre projet, moins connu, celui de fonder une nouvelle académie des sciences à l’Ouest, en zone française. Il émanait d’une poignée d’intellectuels allemands, essentiellement d’anciens membres de l’académie berlinoise,30 qui avaient en commun leur refus de travailler pour un régime communiste. Si les initiateurs de ce projet affirmèrent sans cesse l’absence de toute hostilité ou rivalité à l’égard de l’Académie de Berlin, ils évoquaient, dans leur correspondance interne, la Westakademie31.

  • 32 Cf. Alexandra Birkert, « Alfred Döblin im Dienst französischer Kulturpolitik in Deutschland », in (...)
  • 33 Cf. Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin, 1945-1955, S (...)
  • 34 Cf. Gesine Schwan, Antikommunismus und Antiamerikanismus in Deutschland : Kontinuität und Wandel n (...)
  • 35 Ministère des Affaires étrangères, archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche, (...)

21En avril 1949, le philosophe Carl August Emge fut invité à exposer ces perspectives au Gouvernement militaire (GM) français. Il y rencontra l’écrivain Alfred Döblin, officier du GM, qui préparait un projet d’académie de littérature et des arts,32 et les deux hommes fusionnèrent leurs plans. Emge fut surtout reçu par le directeur des services culturels, Raymond Schmittlein, qui lui témoigna aussitôt son intérêt : il n’existait pas d’institution de ce type dans la zone française ; implanter l’Académie à Mayence permettait d’insérer le projet dans la politique rhénane de la France ;33 de surcroît, au moment où l’occupation militaire touchait à son terme, il était judicieux de soutenir un projet allemand et d’afficher la volonté de coopération franco-allemande. Enfin, lors de la négociation du projet d’académie, les relations entre Occidentaux et Soviétiques étaient particulièrement tendues. C’était le temps du blocus de Berlin et l’anticommunisme devenait toujours davantage le ciment de l’Occident et de la société ouest-allemande.34 En mars 1950, Schmittlein, dans une note interne, reconnut : « La création de l’Académie des Sciences et des Lettres de Mayence [doit] contrebalancer l’influence soviétique parmi les intellectuels en élevant en face de l’Académie de Berlin soviétisée, une académie allemande dont la valeur et le prestige marquent bien de quel côté de l’Europe s’est orientée la pensée allemande ».35 Cependant, les autorités françaises, conscientes que de tels propos ne parviendraient qu’à aggraver la tension entre les occupants et les deux Allemagnes, optèrent pour la prudence :

  • 36 MAE/Colmar, AC 82 (6), 29 septembre 1949, note de Schmittlein pour l’ambassadeur.

« On ne pourrait considérer comme de bonne politique la reconstitution, où que ce soit, de l’Académie des Sciences de Berlin. Cette dernière existant toujours officiellement à Berlin et étant soutenue par les autorités soviétiques, la base légale d’une telle reconstitution paraît fort fragile et, de plus, inopportune politiquement. Elle grèverait en effet la nouvelle académie d’une hypothèque politique et lui conférerait dès le début un caractère d’agressivité qui ne pourrait en aucun cas convenir à une institution de ce genre ».36

22En dépit de ces propos lénifiants, l’Académie de Mayence devenait, elle aussi, avec l’Université Libre de Berlin, le symbole de la fracture de la communauté scientifique allemande au niveau national.

2. La rupture comme enjeu identitaire et international

2.1. Les scientifiques allemands : préserver l’unité de la communauté scientifique allemande

  • 37 Otmar von Verschuer (1896-1969) fut nommé professeur en 1933, devint Professor für Erbbiologie, Ra (...)
  • 38 Cf. Pjotr I. Nikitin, Zwischen Dogma und gesundem Menschenverstand. Wie ich die Universitäten der (...)

23L’arrière-plan politique du projet d’académie à Mayence et son instrumentalisation par la puissance d’occupation ne laissèrent pas sans réaction la communauté scientifique allemande. Le premier détracteur du projet fut bien évidemment le président de la Deutsche Akademie der Wissenschaften de Berlin-Est, le philologue Johannes Stroux. Scandalisé par la ‘traîtresse’ initiative d’anciens membres de son académie, parmi lesquels se trouvait un ancien nazi gravement compromis (Otmar von Verschuer37), il prévint aussitôt les autorités soviétiques, mais celles-ci ne partagèrent pas ses craintes : Berlin ne leur paraissait pas pouvoir être concurrencé par Mayence !38

  • 39 AWL/Mayence, vol. 01.101/1, lettre de Wagner à Laue du 23 juillet 1949 et de Laue à Wagner du 25 j (...)

24Finalement, la fronde vint moins de l’Est que des scientifiques ouest-allemands. Ainsi, le groupe des prix Nobel de Göttingen, fondateurs de la Max-Planck-Gesellschaft (Max von Laue, Werner Heisenberg, Otto Hahn), réagirent avec la plus extrême réserve, craignant que la fondation d’une telle académie ne vînt consolider davantage encore la cassure entre Est et Ouest de l’Allemagne. L’Académie de Göttingen tenta même vainement de court-circuiter le projet en proposant d’accueillir en son sein, les académiciens originaires de l’Est, vivant désormais à l’Ouest.39

  • 40 Procès-verbal de la conférence des recteurs du 26 juillet 1948, in : Manfred Heinemann (éd.), Nord (...)
  • 41 Procès-verbal de la seizième conférence des recteurs, Würzburg, 6-7 novembre 1948, in : Manfred He (...)
  • 42 Cf. Defrance (note 3), p. 282-283.

25Cette attitude mérite d’être soulignée, car elle reproduit ce qui venait de se passer quelques mois plus tôt, lors de la fondation par les Américains de l’Université Libre. Les universitaires allemands des trois zones occidentales, dans leur majorité, s’étaient alors inquiétés. Walter Hallstein, professeur de droit et recteur de l’université de Francfort, craignait que la création de l’Université Libre ne rejetât définitivement l’ancienne université berlinoise dans le camp de l’Est.40 Le recteur de Göttingen, Ludwig Raiser, estimait que les Allemands étaient victimes du conflit entre alliés occidentaux et Soviétiques.41 Les autorités d’occupation françaises et britanniques, elles aussi, étaient fort réservées à l’égard d’un projet germano-américain qui brisait la communauté scientifique allemande le long de la ligne de faille de la guerre froide.42 Or, quelques mois plus tard – mais ce laps de temps avait été déterminant dans le processus de transformation des zones d’occupation en deux États allemands –, les Français acceptaient de soutenir une opération qui, à une moindre échelle, n’était pas sans rappeler celle de la fondation de la Freie Universität.

  • 43 Cf. M. Heinemann (note 10), p. 407-470. Voir aussi Corine Defrance, « La mission du CNRS en Allema (...)
  • 44 AWL/Mayence, 01.101/1, lettre signée Kühn, Butenandt et Hartmann, à Wagner du 24 juillet 1949.

26Si le cercle de Göttingen conserva son attitude désapprobatrice à l’égard de l’académie mayençaise, c’est aussi parce qu’il craignait un établissement fondé au rabais, et qu’il soupçonnait l’occupant français de vouloir garder cette académie sous tutelle. Il est vrai qu’à Göttingen, on entretenait des relations tendues avec Schmittlein, qui avait naguère mis tant d’obstacles à l’établissement de la Max-Planck-Gesellschaft.43 C’est également la crainte de la tutelle de l’occupant qui justifia le refus des scientifiques de Tübingen (Alfred Kühn, Adolf Butenandt, Max Hartmann) de participer à l’entreprise, mais il s’agit là d’une autre catégorie d’arguments indépendante du conflit interallemand44.

  • 45 Archives de la Berlin-Brandburgische Akademie der Wissenschaften [BBAW/Berlin], série Akademieleit (...)
  • 46 BBAW/Berlin, série Akademieleitung, vol. 471, lettre du professeur Volmer, Berlin, à Eduard Justi, (...)

27L’attitude de Scheel, qui affirmait être l’administrateur (Treuhänder) des biens de l’ancienne académie prussienne dans l’Ouest de l’Allemagne, brouilla davantage encore la situation, certains se demandant alors si l’Académie mayençaise ne prétendait pas se poser en héritière de l’Académie prussienne. Une fois que Scheel eut clarifié la situation, au milieu des années cinquante, les relations de l’académie mayençaise s’améliorèrent considérablement tant avec les académies ouest-allemandes qu’avec la Deutsche Akademie de Berlin.45 Des entretiens, qualifiés de cordiaux, eurent même lieu à l’automne 1955 entre les deux orientalistes Helmuth Scheel (académie de Mayence) et Hermann Grapow (académie de Berlin), ouvrant la voie à des échanges de publications entre les deux académies46.

2.2. De l’unité à la division… dans l’interdépendance

  • 47 « Die Herausgabe gesamtdeutscher wissenschaftlicher Zeitschriften ist weiter zu fördern. Westdeuts (...)

28En dehors des académies, des liens perduraient entre scientifiques des deux pays, liens personnels et disciplinaires avec les collègues allemands, établis depuis de longues années. De surcroît, les représentants d’une même discipline appartenaient bien souvent aux mêmes associations et se retrouvaient pour des congrès. En 1955 encore, le Conseil des ministres de la RDA recommanda l’approfondissement des relations scientifiques interallemandes,47 mais avec le durcissement du régime consécutif aux événements hongrois d’octobre 1956, la tendance s’infléchit : dès 1957 la doctrine marxiste-léniniste du parti devait prendre le pas sur la liberté scientifique, si bien que toute discussion scientifique entre spécialistes de l’Est et de l’Ouest devint toujours plus difficile.

  • 48 Pour l’état des recherches sur la science et la politique de la science en RDA, voir Clemens Burri (...)
  • 49 En 1949, sur les 231 participants au Historikertag de Munich, seuls 9 historiens venaient de l’Est (...)
  • 50 Cf. Sabrow (note 47), p. 267.
  • 51 Ibid., p. 266-269, 272-275.
  • 52 Cf. Konrad Jarauschet al., « Störfall DDR-Geschichtswissenschaft. Problemfelder einer kritischern (...)
  • 53 Cf. Ulrich Pfeil, « Échanges et transferts culturels malgré le rideau de fer ? Les relations entre (...)
  • 54 Cf. Sabrow (note 47), p. 281-292.

29Prenons l’exemple de la discipline historique, l’une de celles où la politisation de la science fut la plus intense48. Il y eut des contacts réguliers entre spécialistes est-et ouest-allemands lors des deutsche Historikertage jusqu’en 1958.49 En 1955, le bureau politique du SED décida même d’améliorer la situation de l’histoire et d’encourager la controverse intellectuelle ‘sur des bases scientifiques’, mais, bientôt, les autorités est-allemandes comprirent que la concurrence entre l’Histoire marxiste et non marxiste risquait de remettre en cause la mainmise du SED sur la discipline, et qu’il valait mieux éviter la confrontation.50 Ce repli sur soi par crainte de toute contamination (Abgrenzung) conduisit à la rupture de la communauté historienne allemande en 1958 : il y eut dès mars la création en RDA de la Deutsche Historiker-Gesellschaft (DHG), concurrente du Verband der Historiker Deutschlands (VHD), chargée d’assurer la Abgrenzungspolitik !51 Puis, en septembre 1958, la délégation est-allemande partit en claquant la porte du congrès annuel des historiens à Trèves.52 Lors de cet événement dramatique, les historiens ouest-allemands avaient eu, eux aussi, leur part de responsabilité en empêchant trois historiens est-allemands, communistes, de prendre la parole. Les responsables du VHD n’étaient pas disposés à reconnaître la légitimité de l’historiographie de la RDA !53 Après Trèves, les autorités est-allemandes s’appliquèrent à consolider cette rupture conforme à leurs intérêts. Un nouveau palier fut franchi quand la direction du parti, le 15 août 1961, suspendit tous les déplacements des membres de l’Académie vers la RFA et les pays de l’Ouest. Dans le champ historique, cet isolement scientifique, étroitement lié à l’édification du Mur de Berlin, contribua à consolider l’autonomie de l’historiographie est-allemande.54

  • 55 Ibid., p. 284.
  • 56 Cf. Pfeil (note 53), p. 579-594

30Si la ligne politique se clarifiait vis-à-vis de la RFA, restait le problème de la participation aux congrès scientifiques internationaux. Le 30 août 1960, la délégation des historiens se rendant au Congrès international de Stockholm reçut du SED la consigne de multiplier les contacts avec les historiens occidentaux, à l’exception de ceux de RFA.55 Après la construction du Mur, ces contacts devaient devenir beaucoup plus difficiles et sporadiques.56

2.3 L’instrumentalisation de la science sur la scène internationale

31Au moment même où les liens scientifiques inter-allemands se distendaient, les chercheurs est-allemands tentaient de se faire reconnaître en tant que tels (représentants de la science de la RDA) par leurs autres collègues étrangers, et il s’agissait d’une question éminemment politique.

  • 57 Cf. Jessen (note 14), p. 162.
  • 58 Cf. Sabrow (note 47), p. 254.
  • 59 Archives Nationales [AN/Paris], AJ 16, vol. 6957, lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie fra (...)
  • 60 Le 19 décembre 1955, Sarrailh adressa au doyen de la faculté des sciences la réponse du ministère (...)

32Cette instrumentalisation de la science par la politique extérieure, en vue de la reconnaissance de la RDA et donc de la consolidation interne, avait commencé dès la mise en place du régime du SED. Celui-ci misa en particulier sur son fleuron, l’Académie berlinoise, pour défendre ses intérêts par tous les moyens possibles face à l’étranger. C’est ainsi qu’à l’occasion du 250e anniversaire de sa fondation, en 1950, l’Académie berlinoise organisa une mise en scène de la « deutsche Wissenschaft », reflétant sa volonté d’incarner la science allemande dans son ensemble.57 Il faut rappeler qu’à cette époque, comme au milieu des années cinquante encore, 40 % des membres scientifiques de l’Akademie der Wissenschaften avaient la citoyenneté ouest-allemande, ce qui était un argument dont l’institution tirait partie pour affirmer son caractère « gesamtdeutsch ».58 Elle adressa une invitation officielle à des institutions scientifiques étrangères, en particulier françaises, de manière à contourner l’état de non-relation diplomatique avec la RDA. Mais, la Sorbonne et l’Académie française se concertèrent et les deux institutions déclinèrent l’invitation, invoquant les « circonstances actuelles ».59 En 1956 cependant, l’université de Paris, après avoir consulté le Quai d’Orsay et obtenu le feu vert, accepta l’invitation du recteur de l’université Humboldt et envoya une délégation restreinte à Berlin-Est.60 Les contacts scientifiques institutionnels précédèrent donc les relations diplomatiques !

33Au-delà des contacts scientifiques bilatéraux avec des pays occidentaux, le problème le plus épineux pour le régime du SED fut celui de la représentation de la science allemande dans les associations et les grands congrès internationaux. En effet, tout au long des années cinquante et au début des années soixante, il n’y avait encore, dans la plupart de ces associations, qu’une seule délégation allemande, regroupant des scientifiques ouest-et est-allemands.

  • 61 Politisches Archiv/Auswärtiges Amt, Berlin [PA/AA], B 94, vol. 900, Kurzprotokoll über die Sitzung (...)

34Pour le gouvernement de Bonn, il s’agissait de maintenir ce statu quo et, conformément au Alleinvertretungsanspruch, de maintenir une délégation unique, « gesamtdeutsch », en s’assurant que la présidence de cette délégation revînt dans tous les cas à une personnalité ouest-allemande. Mais à l’Auswärtiges Amt, où ces questions étaient suivies de très près, on avait bien conscience de la difficulté d’intervenir pour convaincre les universitaires ouest-allemands de jouer ce jeu politique. Bonn ne pouvait pas se permettre d’agir sur ses scientifiques comme le faisait Berlin-Est : « Die Einwirkung offizieller Stellen auf die Professoren müsse vorsichtig geschehen, um jeden Anschein des Dirigismus zu vermeiden » !61

  • 62 PA/AA, B 94, vol. 900, Kurzprotokoll, Referat 700, 8 novembre 1961.
  • 63 PA/AA, B 94, vol 904, lettre de l’AA au sujet de l’admission de l’Académie de Berlin-Est au sein d (...)
  • 64 PA/AA, B 94, vol 904, lettre de l’AA à l’ambassade de RFA à Londres, 25 avril 1961.

35Mais, bientôt, la RDA voulut mettre fin à une telle situation et, au nom de la théorie des deux États allemands, chercha à faire reconnaître ses propres délégations dans les organisations internationales. Le régime est-allemand fit porter ses efforts au niveau institutionnel et multilatéral le plus élevé, celui de l’International Council of Scientific Unions (ICSU). Cette structure fédérative internationale regroupait d’une part des représentations nationales par le biais de grandes institutions scientifiques (la RFA y était représentée par la Deutsche Forschungsgemeinschaft), d’autre part quatorze unions spécialisées, par discipline, avec en leur sein des délégations nationales. Cette association devint le terrain privilégié de l’affrontement scientifique interallemand. Dès mai 1960, en vertu de ses statuts stipulant que tout pays développant une activité scientifique pouvait être admis, et suivant la règle établie de non discrimination politique,62 le bureau de l’ICSU, réuni à Moscou, décida de l’admission provisoire de la Deutsche Akademie comme membre national (cette admission avait été proposée par la délégation soviétique). Mais cette décision restait à confirmer par le conseil exécutif d’abord, qui devait ensuite soumettre la question de l’admission définitive au vote de l’assemblée générale.63 Le gouvernement de Bonn déplora aussitôt qu’un tel processus ait pu être engagé, en soulignant toutes les difficultés qui résultaient de l’absence de représentants (ouest-) allemands dans le bureau et le comité exécutif de l’ICSU, mais espérait encore pouvoir bloquer le processus à l’étape suivante (réunion du conseil exécutif à Lisbonne en octobre 1960). Ce conseil s’abstint, en quelque sorte, en décidant de laisser l’assemblée générale décider de cette affaire.64 Comme Bonn l’avait craint si l’affaire était portée devant l’assemblée, la Deutsche Akademie fut admise à l’ICSU en septembre 1961, ce qui signifiait une première victoire de la RDA sur la voie de la reconnaissance par la communauté internationale, et un revers pour la diplomatie ouest-allemande.

  • 65 Voir note 63.
  • 66 Voir note 64.
  • 67 Voir note 63.
  • 68 Voir note 64.
  • 69 « Diese Ostberliner Akademie ist ein weisungsgebundenes Instrument Pankows […] Denn dem Zonenregim (...)
  • 70 Voir note 63.

36Il est très instructif d’observer la tactique des autorités ouest-allemandes. D’une part, les Affaires étrangères s’entretinrent longuement du problème avec le professeur Gerhard Hess, président de la DFG, représentant allemand à l’assemblée générale de l’ICSU. Ce dernier, partageant les craintes du ministère, s’engagea dans une double stratégie : convaincre les scientifiques allemands d’intervenir auprès de leurs collègues étrangers, membres du Conseil exécutif, pour défendre la position de Bonn et s’opposer à l’admission de la Deutsche Akademie ;65 intervenir directement auprès du président de l’ICSU, sir Rudolph Peters, pour plaider le refus de l’admission de l’académie berlinoise comme membre national et la cause d’une représentation nationale allemande unique à l’Association.66 D’autre part, l’Auswärtiges Amt s’adressa directement aux ambassades américaine, britannique et française à Bonn, pour leur demander de sensibiliser leurs propres chercheurs aux intérêts de la diplomatie ouest-allemande.67 Bonn estima que l’abstention du conseil exécutif, qui n’avait pas validé la décision du bureau, était déjà un résultat positif obtenu grâce à l’engagement des scientifiques ouest-allemands auprès de leurs collègues étrangers.68 Mais la réponse de Rudolph Peters à Hess, suggérant à la DFG de s’entendre avec l’Académie est-allemande pour une représentation allemande commune, fut jugée irréaliste, témoignant d’une méconnaissance des réalités politiques.69 Comme Bonn l’avait craint, l’admission de la Deutsche Akademie marqua le début d’une réaction en chaîne, et l’admission des délégations est-allemandes dans les différentes unions disciplinaires. Il n’y eut même pas à attendre la décision définitive de Londres en septembre 1961 : dès que fut connue la proposition du bureau de l’ICSU relative à l’admission provisoire de la Deutsche Akademie, les géographes est-allemands déposèrent une demande d’admission à l’Union internationale de Géographie (IGU) lors du congrès de Stockholm en août 1960 !70

  • 71 Cf. Pfeil (note 53), p. 583
  • 72 Cf. Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der internationalen Historikerko (...)

37Pour ce qui est de la discipline historique, le processus fut plus long. Dès la fin décembre 1958, l’historien Ernst Engelberg, président de la Deutsche Historiker-Gesellschaft, s’était rendu à Paris pour prendre contact avec Michel François, le secrétaire général du Comité international des Sciences historiques. Il venait préparer l’adhésion des historiens est-allemands au Comité (depuis 1951, le VHD y représentait seul l’ensemble des historiens allemands).71 Mais celle-ci ne devint effective qu’en 1970.72

Conclusion

  • 73 Cf. Ulrich Pfeil, Die ‘anderen’ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-199 (...)

38L’intégration dans les plus hautes instances scientifiques internationales des chercheurs est-allemands ainsi que de l’Académie des Sciences de Berlin, en tant que délégations et institutions nationales, marqua un incontestable succès politique pour la RDA dans le courant des années 1960. Conformément à la doctrine prônée par le régime du SED, c’était une forme de reconnaissance de l’existence de deux États, de deux nations et aussi de deux communautés scientifiques allemand(e)s distinct(e)s. Avant même que la RDA ne fût largement reconnue d’un point de vue diplomatique, le milieu scientifique transnational avait donc pris acte de la fracture de la communauté scientifique allemande. C’est là l’une des très importantes solutions de continuité qui affecta la société allemande d’après-guerre. La rupture ne se produisit pas de manière soudaine, mais il s’agit plutôt d’un processus : en effet, les autorités politiques pouvaient agir assez directement sur les structures nationales (transformations et fondations d’universités, d’établissements d’enseignement supérieur, d’académies), mais les liens interpersonnels et les appartenances à des réseaux transnationaux avaient tissé des solidarités durables. Certes, le régime est-allemand laissa partir à l’Ouest plusieurs centaines d’universitaires qui étaient des adversaires idéologiques (jusqu’en 1961) et s’assura de la loyauté, voire de la soumission, des autres. Pour le régime et les scientifiques est-allemands qui le servaient (aux postes de responsabilité à l’Académie et dans les associations disciplinaires est-allemandes), la rupture avec les universitaires et les chercheurs ouest-allemands (imposée par le comité central du SED en décembre 196573) était indispensable pour exister et acquérir une légitimité. Mais la démarcation idéologique par rapport à « l’autre Allemagne » – la Abgrenzung – etait inséparable de la recherche de reconnaissance internationale, qui impliquait une certaine ouverture, une disposition à rencontrer l’adversaire idéologique et imposait une limite à la soumission de la science aux contraintes politiques. Chercher le contact avec l’Occident tout en boycottant les scientifiques ouest-allemands devait s’avérer une position bien difficile à tenir ! L’attitude des scientifiques de RFA, déplorant la déchirure de leur communauté, fut ambiguë : nul doute que d’aucuns se soient initialement considérés comme les victimes de la guerre froide et du conflit entre les quatre puissances d’occupation, mais d’autres, à l’instar de la direction du Verband der Historiker Deutschlands, furent aussi, par leur radicalité, des acteurs de cette division… Si la communauté scientifique est-allemande s’établit et s’affirma contre la science ouest-allemande, c’est-à-dire en relation étroite avec elle (identité d’opposition), les scientifiques ouest-allemands, et en particulier les représentants de la science historique, se positionnèrent eux aussi, pour des raisons éminemment politiques, en fonction des évolutions de la politique scientifique est-allemande. Les interdépendances furent donc asymétriques, mais les scientifiques de l’Ouest ne purent ni ne voulurent ignorer les évolutions de l’autre côté du rideau de fer. Mais la différence fondamentale se révèle dans l’attitude respective des deux gouvernements par rapport à leurs scientifiques : d’un côté les injonctions du Parti (SED) imposant une ligne à suivre ; de l’autre des stratégies indirectes d’influence, des prises de contact, et le souci impératif d’éviter toute accusation de dirigisme et d’immixtion dans le domaine scientifique !

Notes

1 La bibliographie sur ces questions est considérable ; cf. Helmuth Albrecht, Armin Hermann, « Die Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft im Dritten Reich (1933-1945 », in : Rudolf Vierhaus, Bernhard vom Brocke (éd.), Forschung im Spannungsfeld von Politik und Gesellschaft. Geschichte und Struktur der Kaiser-Wilhelm-/Max-Planck-Gesellschaft, Stuttgart, 1990, p. 356-406 ; Helmut Heiber, Universität unterm Hakenkreuz, vol. 1, Der Professor im Dritten Reich (1991) ; vol. 2, Die Kapitulation der Hohen Schulen, Munich, 1992/1994.

2 Cf. Corine Defrance, « Universités et universitaires allemands dans l’après-guerre, 1945-1960 », in : Francia 30/3 (2003), p. 51-69.

3 Cf. Corine Defrance, Les Alliés occidentaux et les universités allemandes, 1945-1949, Paris, 2000, p. 107-109.

4 Cf. Detlef Garbe, « Äußerliche Abkehr, Erinnerungsverweigerung und Vergangenheitsbewältigung : Der Umgang mit dem Nationalsozialismus in der frühen Bundesrepublik », in : Axel Schildt/Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westliche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn 1993, p. 693-716 ; Norbert Frei, « Das Problem der NS-Vergangenheit in der Ära Adenauer », in : Heinrich Oberreuter/Jürgen Weber (éd.), Freundliche Feinde ? Die Alliierten und die Demokratiegründung in Deutschland, Munich, 1996, p. 185-191 ; Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, 1996.

5 Cf. Bernd-A. Rusinek, « Von der Entdeckung der NS-Vergangenheit zum generellen Faschismusverdacht. Akademische Diskurse in der Bundesrepublik der 60er Jahre », in : Axel Schildt et al. (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 2000, p. 114-147 (ici : p. 118) ; Karl Christian Lammers, « Die Auseinandersetzung mit der braunen Universität. Ringvorlesungen zur NS-Vergangenheit an westdeutschen Hochschulen », in : ibid, p. 148-165.

6 Cf. Defrance (note 3), p. 165s.

7 Cf. David Phillips, The British and University Reform Policy in Germany, 1945-49. A study with Particular Reference to the Gutachten zur Hochschulreform of 1948, Oxford, 1983.

8 Cf. Henry J. Kellermann, Cultural Relations as an Instrument of U.S. Foreign Policy. The Educational Exchange Program between the United States and Germany 1945-1954, Washington, 1978 ; Karl-Heinz Füssl, « Zwischen Eliteförderung und Erziehungsreform : Deutsch-amerikanische Austauschprogramme », in : Detlef Junker (éd), Die USA und Deutschland im Zeitalter des Kalten Krieges 1945-1990. Ein Handbuch, vol. 1, 1945-1968, Stuttgart, 2001, p. 623-633.

9 Cf. Hans Kastendieck, Die Entwicklung der westdeutschen Politikwissenschaft, Francfort/M., 1977, p. 20. Wilhelm Bleek, Geschichte der Politikwissenschaften in Deutschland, Munich, 2001.

10 Cf. Manfred Heinemann, « Der Wiederaufbau der Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft und die Neugründung der Max-Planck-Gesellschaft1945-1949 », in : R. Vierhaus/B. vom Brocke (note 1), p. 407-470 ; Bernhard vom Brocke, Hubert Laitko, Die Kaiser-Wilhelm/Max-Planck-Gesellschaft und ihre Institute. Studien zu ihrer Geschichte : Das Harnack-Prinzip, Berlin, 1996 ; Winfried Schulze, La politique de la science en Allemagne du vingtième siècle, Sigmaringen, 1998.

11 Cf. Ingrid Gilcher-Holtey (éd.), 1968. Vom Ereignis zum Gegenstand der Geschichtswissenschaft, Göttingen, 1998 ; id., Die 68er Bewegung. Deutschland, Westeuropa, USA, Munich, 2001.

12 Cf. Ralph Jessen, « Dictature communiste et milieu universitaire. Étude d’histoire sociale des professeurs d’université de la RDA, 1945-1961 », in : Annales HSS 53 (1998) 1, p. 91-117 (ici : p. 93).

13 Cf. Ulrich Pfeil, « Antifascisme et dénazification en zone d’occupation soviétique (SBZ), 1945-1948 », in : Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande 32 (2000) 1, p. 13-27.

14 Ces départs vers Berlin-Ouest et la RFA s’opérèrent par phases : une première vague au cours des années 1947/48 jusqu’en 1953, puis ce fut la pause relative du « nouveau cours » entre 1953 et 1956, et une nouvelle vague entre 1958 et 1961, suite à la radicalisation du régime après la crise de déstalinisation de 1956. Cf. Ralph Jessen, Akademische Elite und kommunistische Diktatur. Die Ostdeutsche Hochschullehrerschaft in der Ulbricht-Ära, Göttingen, 1999, p. 46.

15 Cf. Hans-Uwe Feige, « Zur Entnazifizierung des Lehrkörpers an der Universität Leipzig », in : Zeitschrift für Geschichtswissenschaft 42 (1994) 9, p. 795-808 (ici : p. 801-805) ; Jessen (note 4), p. 304.

16 Cf. Jessen (note 12), p. 104 & 111.

17 Cf. Ralph Jessen, « Vom Ordinarius zum sozialistischen Professor. Die Neukonstruktion des Hochschullehrerberufs in der SBZ/DDR, 1945-1969 », in : Richard Bessel/Ralph Jessen (éd.), Die Grenzen der Diktatur – Staat und Gesellschaft in der DDR, Göttingen, 1996, p. 76-107 (ici : p. 99).

18 Cf. Manfred Heinemann (éd.), Hochschuloffiziere und Wiederaufbau des Hochschulwesens in Deutschland, 1945-1949. Die Sowjetische Besatzungszone, Berlin, 2000, p. 376-378.

19 Cf. Alexandr Haritonow, Sowjetische Hochschulpolitik in Sachsen 1945-1949, Weimar, 1995.

20 Cf. Jessen (note 14), p. 135-147.

21 Ibid., p. 147s.

22 Cf. Manfred Heinemann (éd.), Hochschuloffiziere und Wiederaufbau des Hochschulwesens in Deutschland, 1945-1949. Die Sowjetische Besatzungszone, Berlin, 2000, p. 380.

23 Ibid., p. 381-382. La directive 187 est reproduite in : Werner Hartkopf, Gert Wangermann, Dokumente zur Geschichte der Berliner Akademie der Wissenschaften von 1700 bis 1990, Heidelberg, 1991, p. 467-469. Voir Conrad Grau, Die Preußische Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Heidelberg, 1993, p. 248-255.

24 Cf. Rudolf Landrock, Die Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin 1945-1971, Erlangen, 1977, p. 17-31 et p. 156.

25 Cf. Jessen (note 14), graphique, p. 161.

26 Cf. Peter Nötzoldt, « Die Deutsche Akademie der Wissenschaften zu Berlin in Gesellschaft und Politik. Gelehrtengesellschaft und Großorganisation außeruniversitärer Forschung 1946-1972 », in : Jürgen Kocka et al. (éd.), Die Berliner Akademien der Wissenschaften zu Berlin im geteilten Deutschland 1945-1990, Berlin, 2002, p. 39-80 ; Ralph Jessen, « Akademie, Universitäten und Wissenschaft als Beruf. Institutionelle Differenzierung und Konflikt im Wissenschaftssystem der DDR 1949-1968, in : ibid., p. 95-113.

27 Jessen (note 14), p. 165.

28 Cf. Ralph Jessen, « Von den Vorzügen des Sozialismus und der deutschen Teilung. Kollaborationsverhältnisse im ostdeutschen Wissenschaftssystem der fünfiger Jahre », in : Bernd Weisbrod (éd.), Akademische Vergangenheitspolitik. Beiträge zur Wissenschaftskultur der Nachkriegszeit, Göttingen, 2002, p. 39-52 (ici : p. 49).

29 Cf. James Tent, Freie Universität Berlin, 1948-1988. Eine deutsche Hochschule im Zeitgeschehen, Berlin, 1988 ; id., « The Free University of Berlin : A German Experiment in Higher Education, 1948-1961 », in : Jeffry M. Diefendorf et al. (éd.), American Policy and the Reconstruction of West Germany, 1945-1955, Cambridge, 1993, p. 237-256 ; voir aussi Siegward Lönnendonker, Freie Universität Berlin. Gründung einer politischen Universität, Berlin, 1988.

30 Carl August Emge, Georg Hamel, Helmuth Scheel, Friedrich Seewald, Franz Specht, Otmar von Verschuer, Karl Willy Wagner étaient d’anciens membres de l’Académie de Berlin. Emge, Seewald et Verschuer avaient été limogés de l’Académie au cours de processus de dénazification. Cf. Werner Hartkopf, Die Berliner Akademie der Wissenschaften. Ihre Mitglieder und Preisträger 1700-1990, Berlin, 1992, p. 409.

31 Archives de l’Akademie der Wissenschaften und der Literatur [AWL/Mayence], vol. 01.101/1, lettre de Scheel à Emge, 19 avril 1949.

32 Cf. Alexandra Birkert, « Alfred Döblin im Dienst französischer Kulturpolitik in Deutschland », in : Franz Knipping, Jacques Le Rider (éd.), Frankreichs Kulturpolitik in Deutschland 1945-1950, Tübingen, 1987, p. 182-187.

33 Cf. Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin, 1945-1955, Strasbourg, 1994 ; id., « Les autorités françaises d’occupation face à la création de l’Académie des Sciences et des Lettres de Mayence, 1949-1955 », in : Joseph Jurt (éd.), Von der Besatzungszeit zur deutsch-französischen Kooperation/De la période d’occupation à la coopération franco-allemande, Fribourg-en-Brisgau, 1993, p. 169-188.

34 Cf. Gesine Schwan, Antikommunismus und Antiamerikanismus in Deutschland : Kontinuität und Wandel nach 1945, Baden-Baden, 1999.

35 Ministère des Affaires étrangères, archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche, Colmar [MAE/Colmar], série Affaires culturelles [AC] 82 (6), note du 22 mars 1950, signée Schmittlein.

36 MAE/Colmar, AC 82 (6), 29 septembre 1949, note de Schmittlein pour l’ambassadeur.

37 Otmar von Verschuer (1896-1969) fut nommé professeur en 1933, devint Professor für Erbbiologie, Rassenhygiene und Anthropologie à l’Université de Francfort et directeur de l’Institut de Erbbiologie und Rassenhygiene en 1935. En 1942, muté à Berlin, il devint aussi le directeur de l’Institut für Anthropologie, Erbbiologie und Rassenhygiene de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft : « V. wurde auf Vorschlag der Akademie vor deren Wiedereröffnung 1946 aus der Mitgliederliste gestrichen. Seine Mitgliedschaft endete damit am 8.5.1945 », W. Hartkopf (note 30), p. 373 ; voir aussi Ernst Klee, Auschwitz, die NS-Medizin und ihre Opfer, Francfort/M., 2002, p. 451 s.

38 Cf. Pjotr I. Nikitin, Zwischen Dogma und gesundem Menschenverstand. Wie ich die Universitäten der deutschen Besatzungszone sowjetisierte, Berlin, 1997, p. 157-158.

39 AWL/Mayence, vol. 01.101/1, lettre de Wagner à Laue du 23 juillet 1949 et de Laue à Wagner du 25 juillet 1949.

40 Procès-verbal de la conférence des recteurs du 26 juillet 1948, in : Manfred Heinemann (éd.), Nordwestdeutsche Hochschulkonferenzen, 1945-1948, vol. I/II, Bildung und Wissenschaft, Hildesheim, 1990, p. 496-497.

41 Procès-verbal de la seizième conférence des recteurs, Würzburg, 6-7 novembre 1948, in : Manfred Heinemann (éd.), Süddeutsche Hochschulkonferenzen 1945-1949, Berlin, 1997, p. 259-260.

42 Cf. Defrance (note 3), p. 282-283.

43 Cf. M. Heinemann (note 10), p. 407-470. Voir aussi Corine Defrance, « La mission du CNRS en Allemagne (1945-1950) : entre exploitation et contrôle du potentiel scientifique allemand », in : La Revue pour l’Histoire du CNRS, 5 (2001), p. 54-65.

44 AWL/Mayence, 01.101/1, lettre signée Kühn, Butenandt et Hartmann, à Wagner du 24 juillet 1949.

45 Archives de la Berlin-Brandburgische Akademie der Wissenschaften [BBAW/Berlin], série Akademieleitung. Beziehungen zu fremden Institutionen, Persönlichkeiten… Akademie der Wissenschaften und Literatur Mainz, 471, Auszug aus dem Protokoll der Präsidiumssitzung am 24. 11. 1955, Besprechung zwischen Hermann Grapow und Scheel.

46 BBAW/Berlin, série Akademieleitung, vol. 471, lettre du professeur Volmer, Berlin, à Eduard Justi, président de l’Académie des sciences et des lettres de Mayence, 20 avril 1956.

47 « Die Herausgabe gesamtdeutscher wissenschaftlicher Zeitschriften ist weiter zu fördern. Westdeutsche Wissenschaftler sollten stärker als bisher für die Mitarbeit an wissenschaftlichen Werken gewonnen werden, die in der Deutschen Demokratischen Republik erscheinen », cité d’après Martin Sabrow, Das Diktat des Konsenses. Geschichtswissenschaft in der DDR 1949-1969, Munich, 2001, p. 255.

48 Pour l’état des recherches sur la science et la politique de la science en RDA, voir Clemens Burrichter, Andreas Malycha, « Wissenschaftin der DDR », in : Rainer Eppelmann et al. (éd.), Bilanz und Perpektiven der DDR-Forschung, Paderborn, 2003, p. 300-307. Dans d’autres secteurs scientifiques, comme les mathématiques, les sciences dites « dures » et les disciplines technologiques, la pression du régime fut moindre et la possibilité des chercheurs de préserver une relative autonomie plus importante, cf. Jürgen Kocka, « Wissenschaft und Politik in der DDR », in : id./Renate Mayntz (éd), Wissenschaft und Wiedervereinigung. Disziplinen im Umbruch. Interdisziplinäre Arbeitsgruppe Wissenschaften und Wiedervereinigung, Berlin, 1998, p. 435-459 (ici : p. 455).

49 En 1949, sur les 231 participants au Historikertag de Munich, seuls 9 historiens venaient de l’Est et ils participèrent à titre individuel sans constituer de délégation, ce que Martin Sabrow a interprété comme le signe d’une résistance faiblissante de la communauté encore unie des historiens face à la division politique. En 1951, à Marbourg, seuls deux historiens de RDA vinrent à titre individuel. En 1953, à Brême, ils étaient 63, accueillis comme les « collègues de RDA ». Il y eut des discussions polémiques et une polarisation certaine des débats, mais des historiens « bourgeois » de RDA eurent encore l’autorisation de se rendre à ce congrès. Lors du congrès de Ulm, en 1956, ce fut le comité central qui décida de la composition de la délégation est-allemande, et on assista à un réel débat Est-Ouest ; cf. Sabrow (note 47), p. 255-266.

50 Cf. Sabrow (note 47), p. 267.

51 Ibid., p. 266-269, 272-275.

52 Cf. Konrad Jarauschet al., « Störfall DDR-Geschichtswissenschaft. Problemfelder einer kritischern Historisierung », in : Georg G. Iggers et al. (éd.), Die DDR-Geschichtswissenschaft als Forschungsproblem, Munich, 1998, p. 1-50 ; M. Sabrow (note 47), p. 276s.

53 Cf. Ulrich Pfeil, « Échanges et transferts culturels malgré le rideau de fer ? Les relations entre historiens français et est-allemands », in : Pierre Béhar, Michel Grunewald (éd.), Frontières, Transferts, Échanges transfrontaliers et interculturels, Berne, 2005, p. 579-594, ici p. 582-583 ; Sabrow (note 47), p. 277.

54 Cf. Sabrow (note 47), p. 281-292.

55 Ibid., p. 284.

56 Cf. Pfeil (note 53), p. 579-594

57 Cf. Jessen (note 14), p. 162.

58 Cf. Sabrow (note 47), p. 254.

59 Archives Nationales [AN/Paris], AJ 16, vol. 6957, lettre du secrétaire perpétuel de l’Académie française au président de l’Académie des sciences de Berlin, 14 mars 1950, et lettre du recteur de l’académie de Paris, Jean Sarrailh au président de l’Académie des sciences de Berlin, 5 avril 1950.

60 Le 19 décembre 1955, Sarrailh adressa au doyen de la faculté des sciences la réponse du ministère des Affaires étrangères : « J’estime, pour ma part, que nous ne devons pas adopter une position négative relativement aux contacts culturels avec l’Europe de l’Est et qu’en l’espèce le projet dont vous m’entretenez mérite de ne pas être écarté. Cependant, le problème est quelque peu délicat, en premier lieu par la position particulière de l’Allemagne orientale, en second lieu, par l’existence d’une université dans la zone occidentale de Berlin […] ». La délégation parisienne devait se rendre à l’université Humboldt en décembre 1956, AN/Paris, AJ 16, vol. 6957.

61 Politisches Archiv/Auswärtiges Amt, Berlin [PA/AA], B 94, vol. 900, Kurzprotokoll über die Sitzung mit Fragen der SBZ befassten Referate, 3 mars 1960.

62 PA/AA, B 94, vol. 900, Kurzprotokoll, Referat 700, 8 novembre 1961.

63 PA/AA, B 94, vol 904, lettre de l’AA au sujet de l’admission de l’Académie de Berlin-Est au sein de l’ICSU, 26 septembre 1960.

64 PA/AA, B 94, vol 904, lettre de l’AA à l’ambassade de RFA à Londres, 25 avril 1961.

65 Voir note 63.

66 Voir note 64.

67 Voir note 63.

68 Voir note 64.

69 « Diese Ostberliner Akademie ist ein weisungsgebundenes Instrument Pankows […] Denn dem Zonenregime geht es keineswegs um das gesamtdeutsche Anliegen der Wissenschaft, sondern um eine weitere und diesmal außerordentlichwichtige Position in dem Ringen um die Anerkennung der angeblichen Eigenstaatlichkeit der sogenannten DDR ».

70 Voir note 63.

71 Cf. Pfeil (note 53), p. 583

72 Cf. Karl Dietrich Erdmann, Die Ökumene der Historiker. Geschichte der internationalen Historikerkongresse und des Comité International des Sciences Historiques, Göttingen, 1987, p. 338-360.

73 Cf. Ulrich Pfeil, Die ‘anderen’ deutsch-französischen Beziehungen. Die DDR und Frankreich 1949-1990, Cologne, 2004, p. 346.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search