Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Place et rôle des intellectuels dans les deux Allemagnes

Gilbert Merlio

Texte intégral

1La dimension comparative du sujet que j’entreprends de traiter m’oblige à pratiquer un va-et-vient entre l’Est et l’Ouest afin de montrer les interactions et/ou les alternances au fil de la chronologie. Mes réflexions tourneront autour de deux problématiques qui se posent tant à l’Est qu’à l’Ouest : le problème de la rupture ou de la continuité de la vie intellectuelle et culturelle (ce qui sera une réponse à la question de la place des intellectuels) ; le problème des rapports entre les intellectuels et le pouvoir (ce qui sera une façon de répondre à la question concernant leur rôle). Je m’efforcerai de rester dans les bornes temporelles assignées bien que l’histoire des intellectuels ne puisse s’envisager de façon pertinente que sur le long terme. Je ne m’attarderai pas à définir à mon tour ce qu’il faut entendre par intellectuel. Mais le terme, qui ne s’est implanté que tardivement en Allemagne, implique un engagement dans la vie politique et sociale qui représente en soi une rupture avec une certaine tradition « apolitique » des lettres allemandes.

I.

  • 1 Voir Gilbert Merlio, Les résistances allemandes à Hitler, Paris, 22003, p. 181

2L’effondrement du régime criminel du Troisième Reich appelait une refondation. Il fallait rééduquer le peuple allemand. Certains résistants à Hitler l’avaient déjà envisagé1. Les vainqueurs en étaient convenus. Ils en furent d’autant plus convaincus qu’ils trouvèrent en envahissant l’Allemagne un peuple qui avait, certes, lui aussi terriblement souffert de la guerre, mais qui avait de la peine à admettre sa responsabilité dans ce qui venait d’arriver. Le redressement idéologique était à leurs yeux l’étape obligatoire avant que l’on songe à confier de nouveau aux Allemands eux-mêmes le soin de gérer leur pays.

  • 2 Voir sur ce sujet entre autres Adolf M. Birke, Nation ohne Haus, Berlin, 1989, p. 82ss.
  • 3 Cf. Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945-1955, St (...)
  • 4 Cf. Jacques Gandouly, Pédagogie et enseignement en Allemange de 1800 à 1945, Strasbourg, 1997.

3En dehors de la poursuite des criminels, de l’épuration des administrations, les Alliés accordèrent la plus grande importance à la culture, c’est-à-dire à la réforme des institutions éducatives, culturelles et médiatiques2. Les Américains et les Anglais révoquèrent plus ou moins complètement bien les enseignants marqués par le nazisme (mais la grande majorité d’entre eux l’étaient !) et s’efforcèrent de contrôler les contenus d’enseignement. Les Français, pour qui la sécurité de leur pays importait plus que la dénazification, furent encore plus pragmatiques ou moins regardants et essayèrent avant tout de remettre le système éducatif en marche3. Dans la zone soviétique, communistes et socialistes, aidés par la SMAD, mirent en place le 18 octobre 1945 une réforme de l’enseignement radicale : remplacement des enseignants suspects par des Neulehrer, démocratisation de l’école sous le signe de l’antifascisme, école unique (Einheitsschule), abolition des privilèges éducatifs des classes supérieures, suppression des écoles privées et séparation nette entre les Eglises et l’État, réforme de la formation des maîtres, des programmes et des manuels. Dans cette phase de la « révolution antifasciste-démocratique », ces réformes s’inspiraient encore de la pensée éducative développée avant le Troisième Reich4. Elles avaient des partisans à l’Ouest aussi.

4Toutes les institutions culturelles du régime national-socialiste sont bien évidemment abolies dans toute l’Allemagne, de même que les entreprises culturelles et médiatiques (spectacles, concerts, éditions, presse écrite et orale). Leur refondation est soumise à l’obtention d’une licence dont sont exclues toutes les personnes qui ont activement contribué à mettre en place le monopole culturel nazi. Bien entendu, l’appréciation du passé nazi est laissée à l’autorité d’occupation et varie d’une zone à l’autre. La production de livres est réduite, soumise elle-même à autorisation et à censure. Des auteurs considérés comme « principaux responsables » (Hauptschuldige) comme Ernst Jünger, Gottfried Benn, Carl Schmitt, Hans Freyer, Friedrich Sieburg et Hanns Johst sont interdits de publication. Dans leur zone respective, les alliés créent des institutions culturelles qui leur sont propres (par exemple les Amerika-Häuser). Elles sont chargées de diffuser les idées démocratiques et d’accélérer la révolution culturelle.

  • 5 Carlo Schmid essaie de regonfler le moral des Allemands en faisant appel à leur « responsabilité p (...)
  • 6 Tel est le titre d’un ouvrage de l’historien Friedrich Meinecke paru en 1946. Sur le rôle des inte (...)
  • 7 Cf. Jost Hermand, Kultur im Wiederaufbau. Die Bundesrepublik Deutschland 1945-1965, München 1986, (...)
  • 8 Karl Jaspers, Die Schuldfrage. Von der politischen Haftung Deutschlands. En fait une série de cour (...)
  • 9 Jean Solchany, Comprendre le nazisme dans l’Allemagne des années zéro (1945-1949), Paris, 1997, p. (...)

5Dans l’immédiat après guerre, on assiste en Allemagne à un intense bouillonnement intellectuel marqué par les débats sur le passé immédiat et la volonté de prendre un nouveau départ5. La barbarie nazie avait scellé la faillite des idéaux de la « bourgeoisie de culture ». Elle obligeait les écrivains, les historiens et les philosophes à devenir des intellectuels réfléchissant sur la « catastrophe allemande »6 et prenant notamment position sur le problème de la culpabilité allemande7. A cet égard, la réflexion la plus profonde est certainement celle de Karl Jaspers qui, en 1946, dans La question de la culpabilité. De la culpabilité politique de l’Allemagne8 montre le bien-fondé du procès de Nuremberg et reconnaît la responsabilité politique collective des Allemands dans ce qui s’est passé. L’ouvrage de Jaspers ne suscita pas un grand écho en Allemagne au moment de sa parution, mais le débat sur le nazisme contribua, selon Jean Solchany, à modifier la vision de l’histoire des élites « bien au-delà des seuls universitaires et autres professionnels de la manipulation des liens symboliques »9.

  • 10 Victor Klemperer, LTI. Notizbuch eines Philologen, Berlin, 1947.

6Dans le domaine littéraire, certains écrivains comme Günter Eich plaident pour une rupture totale avec la tradition, parlent à la suite de Wolfgang Weyrauch de « Kahlschlagliteratur », c’est-à-dire d’une littérature qui doit repartir de zéro et pratiquer une sorte de réalisme minimaliste, rompant non seulement avec la LTI (Lingua Tertii Imperii)10, mais également avec l’emphase idéaliste et la tendance esthétisante de la littérature allemande traditionnelle. La « littérature de la guerre et des ruines » (Kriegs- und Trümmerliteratur) en est le champ d’application.

  • 11 Voir à ce sujet Hansgerd Schulte, « Les écrivains et le nouvel État (1945-1955) » in : Gilbert Kre (...)
  • 12 Sur Hans Werner Richter voir entre autres Jérôme Vaillant, « Hans Werner Richter. Der Ruf et le Gr (...)
  • 13 Certains, comme Walter Jens – on l’a appris récemment – ont même été membres, volontaires ou non, (...)

7Cette littérature volontairement prosaïque passera vite de mode, mais elle est une des sources d’inspiration d’une nouvelle génération d’écrivains dont le « Groupe 47 » constitue la formation emblématique11. C’est une sorte de forum à géométrie variable qui, à partir de l’année qui lui a donné son nom, réunit tous les ans, à l’invitation de Hans Werner Richter12, des écrivains qui lisent leurs œuvres, en discutent et défendent dans l’ensemble une littérature engagée, critique à l’égard du passé et du présent allemands et globalement favorable à un socialisme démocratique et humaniste. Ils appartiennent dans l’ensemble à une génération née après la première guerre mondiale et ont donc été « socialisés » sous le national-socialisme13. En 1950, le groupe décerna son prix à Günter Eich, en 1951, il le donna à Heinrich Böll. Peu à peu, il fut rejoint par des auteurs plus jeunes qui servirent sa notoriété et dont il servit la notoriété : Ingeborg Bachmann, Paul Celan, Wolfgang Hildesheimer etc., puis un peu plus tard par des écrivains comme Günter Grass et Martin Walser et même des écrivains de RDA (Günter Kunert, Stephan Hermlin etc.). Accueillant successivement les nouvelles générations d’écrivains, le « Groupe 47 » exerça son influence sur la vie littéraire d’Allemagne de l’Ouest durant une vingtaine d’années.

  • 14 Expression forgée par Theodor Eschenburg selon Birke (note 2), p. 90

8En vérité, l’objectif initial de Richter, qui, à 33 ans, était l’un des plus âgés du groupe, était de réunir le cercle des auteurs et intellectuels collaborant à la revue Der Ruf. Unabhängige Blätter der jungen Generation qu’il dirigeait avec Alfred Andersch. En effet, l’une des nouveautés de l’immédiat après-guerre fut la multiplication des revues. Elles répondaient à un besoin d’information étouffé sous le Troisième Reich, mais aussi à un souci d’orientation dans la situation nouvelle dans laquelle se trouvait l’Allemagne. L’explication de son passé récent, la question de sa responsabilité, celles de son avenir, de sa reconstruction matérielle, politique et spirituelle, de sa place dans l’Europe étaient au centre des débats. En 1946/47 existaient déjà environ 200 revues politico-littéraires (auxquelles il faudrait ajouter des revues ou bien plus généralistes ou bien plus techniques, en tout 1 400 entre 1945 et 1948 !). On a pu parler d’un « paradis des revues » (Zeitschriftenparadies)14, car ces revues trouvèrent facilement leur lectorat. Elles étaient un peu moins surveillées par la censure alliée que les quotidiens, les débats y étaient donc plus libres. Les émigrés rentrés en Allemagne y trouvaient en outre une tribune leur permettant de se rappeler au bon souvenir de leur ancien public. Le « paradis des revues » ne dura que peu de temps. Dès 1949, la plupart d’entre elles périrent : les auteurs se tournèrent vers la rédaction de livres qui réapparurent en nombre, ou s’adonnèrent aux occupations plus lucratives de la presse écrite ou parlée. Le besoin d’information et d’orientation décrut dans le public puisqu’au moins provisoirement, les jeux, sur le plan politique, étaient faits.

  • 15 Auteur célèbre de Der SS-Staat (1949), où il tire la leçon de ses expériences à Buchenwald.
  • 16 Cité par Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik. Von der Gründung bis zur Gegenwart. Mu (...)
  • 17 Görtemaker (note 16), p. 232.

9Citons quelques-unes de ces revues : Die Wandlung, mensuel créé à Heidelberg par deux émigrés de l’intérieur Dolf Sternberger, ancien de la Frankfurter Zeitung, et Karl Jaspers et où écrivent Alfred Weber, Wilhelm Röpke, Hannah Arendt, Rudolf Bultmann, Walter Hallstein. Cette publication, un peu académique, s’arrête en 1949/50. Die Gegenwart, première revue créée dans la zone française à Fribourg-en-Brisgau. Les rédacteurs en sont d’anciens rédacteurs de la Frankfurter Zeitung. Ce bi-mensuel, plus axé sur les événements, paraîtra jusqu’en 1958. Le comité de rédaction sera complété en 1950 par Friedrich Sieburg et Dolf Sternberger. Les Frankfurter Hefte, créés au printemps 1946, tirent jusqu’à 75 000 exemplaires jusqu’à la Réforme monétaire. Les deux fondateurs sont Eugen Kogon15 et Walter Dirks, intellectuels catholiques, défenseurs d’un catholicisme social ou mieux d’un « socialisme personnaliste fondé sur le sens chrétien de la responsabilité » (persönlicher Sozialismus in christlicher Verantwortung)16, sorte de troisième voie entre capitalisme et bolchevisme. Dirks et Kogon, qui veulent favoriser le dialogue entre chrétiens et marxistes, sont assez d’accord avec les positions de la SPD, mais ils ne partagent pas les conceptions centralisatrices de son président Kurt Schumacher. Ils prennent parti en faveur d’une Allemagne et d’une Europe fédérales. Dirks écrit en novembre 1946 : « Nous ne voulons ni le bolchevisme russe ni le fascisme gigantesque (Mammutfaschismus) de l’Amérique, mais l’Europe, nous ne voulons pas l’Allemagne, mais l’Europe »17.

  • 18 Ernst Friedländer plaide en 1947 dans Die Zeit pour une amnistie générale ; cf. Rathgeb (note 5), (...)

10Ce socialisme à visage humain et ce fédéralisme européen ainsi que le refus de la thèse de la responsabilité collective18 sont les options défendues par un grand nombre de publications de cette époque qui ne se privent pas de critiquer les puissances occupantes, notamment les Américains. Si bien que ceux-ci soutiennent la création de revues plus favorables à leur point de vue. Der Ruf, rédigé par Alfred Andersch et Hans Werner Richter, avait d’ailleurs été créé à leur instigation, mais les deux anciens communistes qu’étaient Andersch et Richter, se rangèrent dès 1946 sous la bannière du socialisme humaniste et n’hésitèrent pas à évoquer la responsabilité des puissances victorieuses dans les triomphes initiaux de Hitler.

11Rappelons enfin que la création de quelques grands journaux ou magazines qui marqueront et marquent encore aujourd’hui la vie politique, culturelle et intellectuelle allemande remonte à cette époque : dans les trois grandes villes Francfort, Berlin et Munich la Frankfurter Rundschau, Der Tagesspiegel et la Süddeutsche Zeitung, le catholique Rheinischer Merkur, le protestant Christ und Welt et surtout, à Hambourg, Die Zeit fondé par Gerd Bucerius (avec déjà Marion Gräfin Dönhoff) en février 1946, Die Welt, qui paraît pour la première fois en mai 1946, et le Spiegel fondé en janvier 1947 et dont Rudolf Augstein allait très vite devenir la figure de proue. Succédant plus ou moins à la Frankfurter Zeitung, la Frankfurter Allgemeine Zeitung ne parut, quant à elle, pour la première fois que le 1er novembre 1949, après la fondation de la République Fédérale d’Allemagne. Avant cette date, 149 journaux avaient obtenu leur licence de la part des autorités d’occupation occidentales.

  • 19 Le texte de ces statuts se trouve dans Klaus Wagenbach et al. (éd.), Vaterland, Muttersprache. Deu (...)
  • 20 Görtemaker (note 16), p. 234

12Curieusement, les revues qui paraissent à la même époque dans la zone soviétique s’abstiennent de mettre l’accent sur une éventuelle édification d’un quelconque socialisme. La revue mensuelle Der Aufbau publiée dès 1945 par la maison d’édition du même nom en tant qu’organe du « Kulturbund zur Demokratischen Erneuerung Deutschlands » en reste à des formules vagues. Il s’agit de construire en Allemagne une démocratie antifasciste et anti-impérialiste, mais il n’est pas précisé si cette démocratie doit être « bourgeoise » ou socialiste. Le Kulturbund, présidé par le futur ministre de la culture de la RDA, Johannes R. Becher, choisit Gerhart Hauptmann comme Président d’Honneur. Ses membres sont communistes (Ludwig Renn, Anna Seghers), mais aussi sociaux-démocrates ou démocrates chrétiens. Il accueille des représentants de l’émigration intérieure ainsi que des anciens exilés. Son but : « la redécouverte et la promotion de la tradition démocratique et humaniste, la véritable tradition nationale de notre peuple […] la Renaissance de l’esprit allemand sous le signe d’une conception du monde démocratique militante (wehrhaft) »19. Manfred Görtemaker cite une phrase de Johannes R. Becher qui paraît furieusement convenue et convenable pour un révolutionnaire marxiste : « Il s’agit de créer la seule Allemagne qui compte et ait de la substance, l’Allemagne libre et démocratique. Il s’agit de créer une Allemagne propre qui prouve sans fausseté et sans arrière-pensées impérialistes que ce qu’il y a de bon dans l’être allemand n’a pas disparu mais qu’il n’a été que misérablement étouffé et profondément enseveli »20. Parallèlement, les nouvelles maisons d’édition créées à l’Est, l’Aufbau-Verlag et le Mitteldeutscher Verlag, ont une stratégie éditoriale assez neutre. Elles publient certes des livres d’Anna Seghers, mais aussi d’Ernst Wiechert, de Hermann Hesse, de Hans Fallada. La politique des soviétiques consiste encore dans cette toute première phase à jouer la carte de la réunification et à convaincre une majorité d’Allemands « antifascistes » qu’ils peuvent leur faire confiance pour sauvegarder l’unité du pays et y installer une nouvelle démocratie pacifique. Et, avec leurs camarades communistes allemands, ils invitent les écrivains et intellectuels exilés à venir s’installer dans leur zone.

  • 21 Cf. Fritz Klein, « Die Neugründung der Weltbühne in der Sowjetischen Besatzungszone », in : Grunew (...)

13Fondateur en 1947 de la revue Ost und West, Alfred Kantorowitz s’astreint à la neutralité politique afin de maintenir le dialogue est-ouest. Mais dès 1949, on le contraint à publier les contributions des hommes politiques de l’Est et il renonce à sa publication21. En 1949, à l’occasion de l’année Goethe, Alexander Abusch souligne l’importance de l’héritage classique dont le réalisme est opposé à l’imagination débridée du romantisme. La thèse selon laquelle la RDA réalise ce qu’ont voulu Goethe et Schiller prend forme dès ce moment-là et sera maintenue jusqu’à la fin du régime. La même année, Thomas Mann est invité à faire une conférence à Leipzig où il est reçu avec beaucoup d’égards. La volonté d’œcuménisme est sans doute tactique de la part du pouvoir soviétique ou du SED. Mais elle semble sincère chez certains communistes. Anton Ackermann, partisan de la voie allemande vers le socialisme, déclare en février 1946 :

  • 22 Cité par Liliane Crips, « La politique culturelle en zone d’occupation soviétique (1945-1949), in  (...)

« Après douze ans de barbarie et de servitude, le renouveau de la vie culturelle allemande exige plus que jamais la réalisation complète de l’une des revendications humanistes les plus fondamentales, celle de la liberté de la recherche scientifique et de la création artistique. La liberté de la science et de l’art signifie qu’aucune administration, aucun parti, aucun organe de presse n’intervienne auprès du savant et de l’artiste, aussi longtemps qu’il s’agit de problèmes scientifiques et artistiques. Le savant et l’artiste doivent jouir sans réserve de ce droit »22.

  • 23 Cité par Crips (note 22), p. 269.

14Ackermann ajoute même que ce qui compte dans l’art, c’est la forme plus que le contenu. Un an plus tard, Otto Goschke, futur secrétaire d’Ulbricht, lui répondra : « ‹ Kunst heißt künden ›. L’art, ce n’est pas seulement un savoir faire, c’est communiquer, exalter la joie du travail, des activistes, de la reconstruction pacifique, de nos aspirations, de notre époque difficile »23. Au moment où se dessine la guerre froide, les tensions s’accroissent, tensions entre l’Est et l’Ouest, tensions aussi en zone orientale entre partisans du socialisme allemand à visage humain et partisans de l’alignement sur l’URSS.

  • 24 Je pense au titre bien connu de Jean-Michel Palmier.
  • 25 Sur les problèmes et la portée de ce retour voir Horst Möller, Exodus der Kultur. Schriftsteller, (...)
  • 26 Voir le texte de Thomas Mann, « Warum ich nicht nach Deutschland zurückgehe » (1945), in : Rathgeb (...)
  • 27 Cf. Werner Müller, « Kommunistische Intellektuelle in der SBZ und in der frühen DDR », in : Gangol (...)

15Cependant, on assiste peu à peu à une sorte de retour de « Weimar en Exil »24. Le retour des émigrés ne se passa pas sans problème25. Invité à revenir en Allemagne par Walter von Molo, Thomas Mann expliqua pourquoi il ne le ferait pas26, ce qui déclencha la querelle sur le concept « d’émigration intérieure ». Görtemaker note que sur les 5 500 émigrés ressortissant au domaine culturel, seuls sont rentrés 32 %, les 4/5 à l’Ouest (Allemagne Fédérale et Autriche) et le dernier cinquième 1/5 à l’Est. Les autorités de la zone soviétique ont fait beaucoup d’efforts pour les attirer. Elles ont eu plus de succès auprès des écrivains et des artistes qu’auprès des scientifiques27.

16Même lorsqu’ils ne sont rentrés que pour des séjours plus ou moins longs en Allemagne – tournées de conférences, charge provisoire d’enseignement dans des universités –, ces Remigranten ont contribué de façon décisive au nouveau départ de la vie culturelle et intellectuelle dans l’Allemagne d’après guerre en rétablissant les échanges intellectuels avec l’étranger. A cet égard se manifeste une sorte de « besoin de rattrapage » (Nachholbedarf). On expose, on écoute et bientôt on publiera, à l’Ouest essentiellement, les œuvres classées « dégénérées » et/ou interdites sous le Troisième Reich. Malgré quelques réticences ou tiraillements (à l’Ouest, on n’aime guère publier les œuvres de communistes), le climat de cette phase initiale est tolérant et s’accompagne (plus à l’Ouest qu’à l’Est) d’un engouement pour les cultures anglo-saxonne et française. Il faut noter que ce nouveau départ ne signifie pas vraiment un renouveau : on n’assiste pas, après 1945, à « l’explosion » culturelle de Weimar. La guerre aurait-elle épuisé les forces créatrices des Allemands (on pourrait sans doute poser la même question pour les sciences naturelles ou exactes) ?

II.

  • 28 Sous la Présidence d’honneur d’Heinrich Mann et la Présidence de Ricarda Huch. Mais dans le comité (...)
  • 29 Ancien de l’Organisation of Secret Service, arrivé à Berlin avec les Américains.
  • 30 Sur quoi Anna Seghers et quelques autres quittent la salle, cf. Corbin-Schuffels (note 28), p. 50

17Les débuts de la guerre froide, l’affrontement des deux blocs, la formation des deux États allemands en 1949 mettent un terme au bouillonnement intellectuel et culturel des années de l’immédiat après guerre et à l’espoir qui l’avait sous-tendu de voir s’établir dans toute l’Allemagne un socialisme à visage humain. L’exposition de peinture organisée à Dresde à l’été 1946 (Erste allgemeine Deutsche Kunstausstellung), qui montre des œuvres de peintres expressionnistes et néoréalistes, est encore organisée dans un esprit pan-allemand et démocratique-antifasciste. Elle est fréquentée aussi par des visiteurs venus de l’Ouest. Le Premier Congrès des Ecrivains allemands d’octobre 1947 à Berlin28 est en revanche déjà parcouru de tensions et amorce un tournant dans les relations entre l’Est et l’Ouest. Sur les 300 participants, une centaine seulement vient des zones occidentales, Melvin J. Lasky29 y dénonce le « fascisme contre-révolutionnaire décadent » qui s’installe à l’Est sous la pression des Soviétiques et dont les intellectuels se feraient les instruments30. Les activités du Kulturbund sont interdites ou freinées dans les zones occidentales, notamment dans la zone américaine. Les auteurs ou publicistes communistes ou sympathisants communistes font l’objet d’une censure de plus en plus sévère. Aussi choisissent-ils souvent d’aller s’installer à l’Est : Hans Mayer, Stephan Hermlin, Eduard Claudius, Hans Marchwitza et Stefan Heym.

  • 31 Voir Corbin-Schuffels (note 27), p. 61ss.
  • 32 Volker Gerhardt, Hans-Christoph Rauh (éd.), Anfänge der DDR-Philosophie. Ansprüche, Ohnmacht, Sche (...)

18La crise de Berlin, en 1948, creuse le fossé. La Freie Universität de Berlin est fondée la même année. Les Américains passent à une politique culturelle offensive en soutenant la création de Der Monat par Melvin J. Lasky, tout en réduisant les crédits culturels pour d’autres médias ou d’autres institutions. Ils veulent propager, sinon imposer leur propre conception de la démocratie sous le signe du « libéralisme consensuel » et de l’anti-totalitarisme. Des intellectuels allemands issus de la gauche comme Richard Löwenthal et Franz Borkenau les soutiennent dans leur entreprise en collaborant au Monat. D’autres intellectuels allemands, Karl Jaspers, Hannah Arendt, Alfred Weber, Carlo Schmid, Eugen Kogon etc. participent avec des personnalités internationales connues comme Raymond Aron, André Gide, David Rousset, Arthur Koestler, Ignazio Silone à l’organisation et à la tenue du Congress for Cultural freedom (CFF) à Berlin du 26 au 30 juin 1950. Dans cette lutte idéologique contre le communisme, qui prend une dimension européenne sinon mondiale, les moins ardents ne sont pas les ex-communistes : Theodor Plivier, Manès Sperber, Richard Löwenthal, Franz Borkenau etc.31. La revue Der Monat a des équivalents dans tous les pays de l’Europe occidentale. En France, elle s’intitule Preuves et est dirigée par François Bondy. En 1951, le Pen-Club se scinde : dans les deux parties de l’Allemagne est créé un « Centre du Pen-club », en RDA est maintenue la fiction de l’unité : il y a pour nom : Centre du Pen-Club allemand Est et Ouest ! 1954 est la dernière année où des philosophes de la RDA assistent à un congrès de philosophie organisé à l’Ouest32. Peu à peu, la division se parachève.

19A l’Est progressent en vérité la stalinisation de l’État et de la société et la mise au pas progressive des intellectuels. Dès 1949, un certains nombre d’écrivains comme Ricarda Huch et Hermann Kasack ainsi que le « vétéro-communiste » Theodor Plivier rejoignent l’Ouest. De même Wolfgang Leonhard. Dès mars 1949, il fuit en Yougoslavie. En 1955, il publiera Die Revolution entläßt ihre Kinder, où il raconte sa rupture avec le stalinisme. Une sorte de nouvel exil des intellectuels allemands commence. Il est symptomatique d’ailleurs que ce jeune communiste n’ait pas choisi l’Ouest. Il gardait fidélité au socialisme.

20Les universités sont mises au pas malgré les protestations de quelques groupes d’étudiants. En grand nombre, libéraux ou chrétiens quittent la RDA. Ils sont suivis par des intellectuels déçus que la voie allemande vers le socialisme soit abandonnée au profit de la voie stalinienne. En 1950, le congrès des écrivains a déjà renoncé à toute ambition pan-allemande. La maxime en est : « La nouvelle vie exige son mode d’expression ». En 1951, le Comité central du SED déclare la guerre au formalisme et au « cosmopolitisme ». Sont visés des auteurs ou compositeurs comme Bertolt Brecht, Hanns Eisler et Paul Dessau. La même année sont créées des institutions de contrôle et de censure qui rappellent peu ou prou celles du « Troisième Reich ». Staatliche Kommission für Kunstangelegenheiten/Amt für Literatur und Verlagswesen. Elles sont chargées d’imposer dans les arts le « réalisme socialiste ». Toute critique du régime sera bientôt interdite. Le paragraphe 220 du nouveau code pénal peut être considéré comme une sorte de réplique de la Heimtückegesetz nazie. Ceux qui procèdent au « dénigrement public de l’État » (öffentliche Herabwürdigung des Staates) encourent une peine de deux ans de prison.

  • 33 Voir le « Memorandum zum Juni-Aufstand » de Stefan Heym in : Rathgeb (note 5), p. 61ss. Stefan Hey (...)

21Les anciens semblent s’adapter et accepter de devenir des intellectuels organiques du régime. A la mort de Staline en 1953, ils signent une déclaration vantant son « génie ». Malgré quelques réticences individuelles33 (on connaît la position ambiguë de Brecht écrivant le poème Die Lösung, mais faisant par ailleurs allégeance à Ulbricht), ils acceptent la version officielle de la révolte des ouvriers du 17 juin 1953 présentée comme l’œuvre d’« agents fascistes ». Mais en 1956, après les événements de Pologne et de Hongrie, les ouvriers restent calmes et ce sont les intellectuels qui relancent le débat sur une « troisième voie ». Le groupe Wolfgang Harich/Walter Janka élabore « une plate-forme pour une voie allemande particulière vers le socialisme », conteste, au nom même du marxisme, la politique officielle, réclame le retour aux « normes léninistes » du parti promis par Khrouchtchev au cours du XX e congrès du PCUS. Dans l’ensemble est souhaitée une « démocratisation du socialisme ». Après l’écrasement du soulèvement hongrois par les chars soviétiques, les poursuites contre le « groupe » aboutissent à des peines de prison. Les grands écrivains et intellectuels appelés à témoigner au procès de Janka se taisent, alors qu’ils savent à quel point le procès est fabriqué.

  • 34 Cf. Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949-1989, Berlin, 1997, p. 106ss. Voir (...)
  • 35 Mais il faudrait ajouter des professeurs comme Leo Koffer à Halle et Wolfgang Abendroth à Leipzig (...)
  • 36 Selon Sonia Combe, Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Paris, 1999, p. 1 (...)
  • 37 Combe (note 36), p. 130.

22Le cas du brillant philosophe Ernst Bloch, marxiste de longue date (il avait adhéré au KPD à la fin des années vingt) est assez symptomatique des difficultés rencontrées alors par les intellectuels communistes et des louvoiements qu’elles impliquent. Bloch avait pris dans les années trente des positions favorables à Staline. Rentrant de son exil américain, il avait choisi de s’installer à Leipzig plutôt qu’à Francfort/M. qui lui offrait également une chaire. Il publie en 1954 son Prinzip Hoffnung (1er volume) et paraît se trouver à l’étroit dans les limites de l’orthodoxie officielle. Il réclame des réformes dans l’enseignement du marxisme-léninisme à l’Université, se prononce pour une humanisation du marxisme et l’atténuation de la tutelle de l’État sur les artistes. En 1956, il paraît ébranlé par les événements de Pologne et de Hongrie. Les Spießer envieux du SED ne cessent dès lors de lui chercher des noises. Il essaie bien alors d’échapper aux foudres du parti en prenant ses distances par rapport à Harich. En vain : en 1957, il est mis d’office à la retraite et est interdit d’enseignement et de publication. Se trouvant à l’Ouest au moment de la construction du mur en 1961, il ne reviendra pas en RDA et deviendra professeur à Tübingen. Il ne prendra jamais ouvertement position contre la RDA, mais deviendra en République Fédérale un intellectuel critique fort écouté. Avec lui, c’est un peu le « principe espoir » qui disparaissait de la RDA34. Celle-ci donne dès lors le spectacle d’un État qui, par dogmatisme idéologique, par peur de voir son pouvoir affaibli et par médiocrité intellectuelle de ses dirigeants persécute, neutralise, punit et chasse la meilleure partie de ses élites intellectuelles (le cas de Robert Havemann accusé de révisionnisme dès 1956, puis assigné à résidence est le plus connu35), alors même que celles-ci ne visent pas l’abolition mais l’amélioration du socialisme36. A ce sujet, Ehrhart Neubert relève un intéressant « changement de paradigme » dans l’évolution de l’opposition estudiantine37. Alors qu’entre 1946 et 1953, elle se rebellait contre la mise au pas au nom des valeurs de la démocratie « bourgeoise », elle se met dorénavant à protester au nom d’un socialisme humanisé. Ce changement de paradigme vaut, me semble-t-il, pour l’ensemble des intellectuels critiques de RDA, une fois partis les opposants les plus radicaux.

III.

  • 38 « Der restaurative Charakter der Epoche », in : Frankfurter Hefte, 5 (1950), p. 951.
  • 39 Cité par Görtemaker (note 16), p. 251
  • 40 Cf. Edgar Wolfrum, Die Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Stuttgart, 102005, p. 160ss.

23A l’Ouest, on assiste selon les écrivains de la jeune génération à une restauration politique et culturelle. L’idée de « restauration » a d’abord été évoquée en 1950 par Walter Dirks dans un article des Frankfurter Hefte intitulé « Notre époque est une époque de restauration »38, article qui eut une grande résonance. En la reprenant, les intellectuels de gauche exprimaient leur déception de voir l’Allemagne divisée et la partie occidentale devenir une Kanzlerdemokratie reproduisant les formes de pouvoir autoritaires d’autrefois et renonçant à réaliser, dans un cadre européen, la synthèse entre socialisme et démocratie dont ils avaient rêvé. A l’Est d’ailleurs, Alfred Kantorowicz avait, dès octobre 1949, exprimé la même déception : « Notre rêve de rénovation de l’Allemagne est terminé. Les hommes politiques d’avant-hier détiennent de nouveau les rênes du pouvoir, à l’Ouest comme à l’Est. Les hommes d’État, les penseurs, les poètes, les personnalités intellectuellement créatrices dans leur ensemble restent exclus et ne sont même pas admis comme spectateurs extérieurs »39. En 1952, un certain nombre de journalistes se joignent à l’opposition SPD pour déplorer le refus d’Adenauer d’explorer les possibilités de la « note de Staline » proposant la réunification. Paul Sethe lance l’expression, qui fera florès parmi les adversaires d’Adenauer, « d’occasion manquée »40.

  • 41 Cité par Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, (...)
  • 42 Wolfgang Weyrauch (éd.), Ich lebe in der Bundesrepublik. 25 Deutsche über Deutschland, Munich, 196 (...)
  • 43 Hans Werner Richter (éd.), Bestandsaufnahme. Eine deutsche Bilanz 1962. Sechsunddreißig Beiträge d (...)
  • 44 Richter (note 44), p. 566. La critique de « l’américanisme » a toute une tradition en Allemagne. E (...)
  • 45 L’historien néerlandais Maarten Brands publiera en 1999 un article intitulé « Die Wirte vom Gastho (...)

24Le rêve du philosophe-roi, nourri par de nombreux intellectuels, s’effondre devant les impératifs de la géopolitique. Dans « La Serre » (Das Treibhaus, 1953), Wolfgang Koeppen met en scène un héros, Keetenheuve, ancien émigré devenu député au Bundestag, qui, errant dans les rues de la « serre », c’est-à-dire de Bonn, se sent de plus en plus étranger dans une République où chacun n’agit qu’en vue de ses intérêts commerciaux ou politiques. Nous sommes à l’heure des débats sur le réarmement. Keetenheuve propose « d’abandonner la voie de l’animal de proie pour prendre celle de l’agneau ». Son intervention à l’Assemblée tombe à plat. Il se suicide. La serre résume tous les griefs des intellectuels de gauche contre la jeune République de Bonn. A la fin de la décennie, Koeppen exprimera son désespoir que les Allemands en 1945 aient raté l’occasion d’un changement radical : « Quand je pense à 1945 et au fait que cela aurait pu être le point de départ d’un mouvement des vaincus, d’une foi nouvelle, celle des non – violents, des repentants, des sans-drapeau, et en général des hommes supranationaux et enfin fraternels les uns envers les autres »41. Ce regret sera exprimé par d’autres. Wolfgang Weyrauch écrira dans son introduction à une anthologie parue en 1960 sous le titre « Je vis en République fédérale » (Ich lebe in der Bundesrepublik) et où quinze auteurs connus donnent leur avis sur cette dernière : « Nous aurions pu renoncer à nos défauts. Nous aurions pu développer nos qualités, nous avions la chance – un véritable don de Dieu – d’être un modèle… Le bien-être fondit sur nous et nous dévora presque entièrement »42. Dans cette anthologie, seul Martin Walser mentionne la facilité de la critique systématique, irréaliste et irresponsable qui tente trop souvent les intellectuels. Un peu plus tard, en 1962, paraîtra sous la direction de Hans Werner Richter un Inventaire43 (Bestandsaufnahme). Toutes les familles de pensée ou presque y sont représentées. Un certain nombre d’auteurs y posent déjà les fondements de la critique plus radicale qui se développera dans les années soixante. L’enlisement matérialiste et consumériste d’une société ouest-allemande américanisée et dépolitisée y est notamment dénoncé par Richter lui-même44. Les thèmes de la restauration et de l’occasion ratée marqueront longtemps encore les critiques des intellectuels ouest-allemands45

  • 46 C’est ce qu’affirme Dietrich Thränhardt, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Darm (...)
  • 47 Le professeur Artur Kutscher demandait tous les ans à ses étudiants de l’Institut des sciences thé (...)
  • 48 Cité par Thränhardt (note 46), p. 140.

25Il est vrai que le paysage intellectuel justifiait que l’on parlât de restauration ou de continuité. Dans les universités aucune réforme d’envergure n’a été entreprise. Pire, les professeurs compromis avec le national-socialisme retrouvent peu à peu leur poste. Comme les licences sont abolies, les auteurs figurant sur les « listes noires » des Alliés comme Jünger, Benn, Freyer, Schmitt, Gehlen peuvent de nouveau publier. Des compagnons de route des nazis comme Hans Carossa et Agnès Miegel continuent à figurer dans les livres scolaires. Gottfried Benn connaît une renaissance, peut-être parce que son « pessimisme héroïque » correspond à l’esprit du temps46. La littérature du terroir, le lyrisme de la nature ou de la « petite » patrie ont un lectorat fidèle. La littérature « bourgeoise » traditionnelle triomphe de nouveau : l’auteur allemand le plus lu est Thomas Mann avec les Buddenbrooks47. Au cinéma, les metteurs en scène de films « régionaux » sentimentaux (Heimatfilme) continuent de tourner le même genre de productions. Cette culture petite-bourgeoise qui se réinstalle en Allemagne (mais a-t-elle jamais cessé ?), l’historien Wolf-Dieter Narr la qualifie joliment de « Biedermeier post-totalitaire »48. De même que sur le plan politique et administratif, beaucoup de cadres nazis sont réintégrés, des artistes compromis avec le nazisme comme Wilhelm Furtwängler ou Gustav Gründgens retrouvent leur place et leur rôle. Certains « conservateurs révolutionnaires » de l’époque weimarienne font leur retour sur la scène publique. Hans Zehrer, rédacteur en chef de la Tat à la fin de Weimar, deviendra rédacteur en chef de Die Welt, Giselher Wirsing sera de 1954 à 1970 rédacteur en chef de Christ und Welt. Les auteurs d’extrême droite plus ou moins völkisch trouvent des refuges dans certaines organisations comme le Bund der Heimatvertriebenen und Entrechteten (BHE) et auprès de certaines maisons d’édition plus ou moins confidentielles.

  • 49 Par exemple Birke (note 2), p. 93ss.
  • 50 Schwarz (note 47), p. 417
  • 51 Les philosophes Theodor Littet Erich Rothacker à Bonn ; le sociologue Helmuth Plessner à Göttingen (...)
  • 52 108 000 étudiants en 1950, 213 000 à la fin de l’ère Adenauer.
  • 53 A posteriori, l’écrivain Horst Krüger résume le jugement des écrivains critiques de l’époque sur l (...)
  • 54 Cf. Schwarz (note 47) p. 382.
  • 55 Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Paul Claudel, Jean Giraudoux, T. S. Eliot, Arthur Miller, Garcia L (...)
  • 56 Cf. le dernier livre de Denis Goeldel, Le tournant occidental de l’Allemagne après 1945. Contribut (...)

26Pourtant, certains historiens nuancent la thèse de la restauration comprise dans un sens négatif49. L’université retrouve, selon Hans-Peter Schwarz, une pluralité de disciplines, de méthodes et de doctrines qui rappelle l’époque pré-hitlérienne50. De grands professeurs, exilés ou non, sont réinvestis dans leurs fonctions51. Philosophie, sociologie, politologie sont florissantes. Certes, dans l’ensemble, l’université allemande reste encore traditionnelle, mandarinale, elle n’est pas encore l’université de masse qu’elle deviendra dans les années soixante52. Mais parler de vide culturel ou intellectuel53 ressortit, selon Hans-Peter Schwarz, à une polémique abusive. Au contraire, les années cinquante ont été « une période de modernisation »54 passionnante, y compris sur le plan intellectuel. La publication des œuvres des intellectuels de gauche et les débats qu’elles déclenchent ne sont ils pas les signes d’une vie intellectuelle intense ? Les grands écrivains de l’après-guerre n’ont-ils pas pris leur envol dans l’ère adenauerienne ? Surtout : l’Allemagne occidentale s’ouvre après la guerre aux influences étrangères venant notamment de l’Ouest. Ce sont des auteurs étrangers comme Hemingway, souvent cité parmi les best-sellers, qui ont alors les faveurs du public allemand. Le cinéma et la musique américains font une entrée en force dans le paysage culturel allemand En 1950/51, 293 pièces de théâtre étrangères furent représentées sur les scènes allemandes contre 232 pièces allemandes. De 1949 à 1956, les théâtres, soutenus par les villes et les Länder, ont vu passer le nombre de leurs spectateurs de onze à vingt millions. Y travaillent de grands metteurs en scène, de grands festivals sont créés ou relancés (Bayreuth). Les auteurs étrangers occupent une place importante dans les programmes, à côté d’auteurs interdits sous le « Troisième Reich »55. Tout cela a sans aucun doute beaucoup contribué à « l’occidentalisation » de l’Allemagne fédérale56.

  • 57 Cf. Axel Schildt, « Ende der Ideologien ? Politisch-ideologische Strömungen in den 50er Jahren », (...)
  • 58 Voir Thomas Keller, « Kulturkritik nach 1945 », in : Gilbert Merlio, Gérard Raulet (éd.), Linke un (...)
  • 59 L’ordre technique promet la puissance et réhabilite la hiérarchie sociale. Cf. Martin Greiffenhage (...)
  • 60 Cf. Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideenlandschaft der 50 (...)
  • 61 Schildt souligne néanmoins les éléments anti-occidentaux de cette idéologie dont l’une des référen (...)

27Et sur le plan idéologique ? Dans ce domaine aussi, la thèse de la « restauration » est discutée57. Certes, la droite intellectuelle, plus ou moins compromise avec le national-socialisme, refait son apparition. Ses représentants font plus ou moins amende honorable ou taisent leur passé, se retirent dans leur tour d’ivoire aristocratique (Benn, Jünger)… ou écrivent des livres pour enfants. La « Kulturkritik » est souvent pour eux le moyen de redevenir « salonfähig » (tout en leur permettant de présenter le national-socialisme comme un aspect de la barbarie moderne et d’esquiver ainsi une réflexion sur leur propre responsabilité politique)58. Comme le nationalisme est dorénavant banni, ils se convertissent au « conservatisme technocratique » (Gehlen, Schelsky, Freyer)59 ou à un européisme fondé sur la tradition de l’humanisme occidental d’origine chrétienne. On peut juger suspecte cette « Abendlandideologie » répandue à l’époque60. Ses tenants retrouvent parfois des accents rappelant la croisade hitlérienne contre le bolchevisme. Mais Heinrich August Winkler souligne à juste titre son effet bénéfique sur l’occidentalisation61 et la démocratisation de l’Allemagne d’après-guerre :

  • 62 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte, vol. II, Munich, 2000, p. (...)

« Que des conservateurs aient été cependant les premiers à défendre la cause de l’Europe est resté un facteur important sur le plan de la politique intérieure. Le conservatisme pro-européen des années cinquante a été couronné de succès parce que, à l’inverse du nationalisme allemand, il paraissait non pas discrédité mais au contraire encore davantage légitimé par le conflit est-ouest »62.

  • 63 Graf Kielmansegg (note 41), p. 642.
  • 64 Kurt Sontheimer, Die Adenauer-Ära. Grundlegung einer Republik, Munich, 21996, p. 142. Cf. aussi Sc (...)
  • 65 Graf Kielmansegg (note 41), p. 642.

28De même le consensus anti-totalitaire sur lequel se fonde la République Fédérale n’est pas dépourvu d’ambiguïtés puisqu’il relativise le totalitarisme brun en le mettant à égalité avec le totalitarisme « rouge ». Mais, d’une part, le fait que la peur et le rejet du communisme soient la composante la plus virulente de cet anti-totalitarisme, est compréhensible dans la situation géopolitique d’alors. L’évolution en RDA a d’ailleurs fait beaucoup pour discréditer l’idée du socialisme à l’Ouest. D’autre part, on peut, me semble-t-il, se ranger à l’avis de Kielmansegg : « C’est une erreur de croire, comme on le dit parfois, que le consensus anti-totalitaire de l’État ouest-allemand n’était dirigé que contre le communisme. La condamnation politique de l’extrémisme de droite fut une réussite »63. Kurt Sontheimer ne dit pas autre chose quand il parle de « disparition de la droite antidémocratique »64. La relative occultation du passé nazi – l’incapacité de procéder à un travail de deuil que dénonceront Alexander et Margarete Mitscherlich en 1967 – donne-t-elle raison à ceux qui doutent de la jeune démocratie ouest-allemande et y décèlent plus de continuité que de rupture ? Peter Kielmansegg exprime très bien, me semble-t-il, le paradoxe qui préside à l’évolution de la société allemande de l’époque : « La fondation de la démocratie a réussi malgré l’incapacité de faire un travail de deuil, et elle a réussi également à cause de l’incapacité de procéder à ce travail de deuil »65. Kielmansegg pense certainement ici à la thèse du « silence communicationnel » de Hermann Lübbe.

IV.

  • 66 Titre d’un ouvrage de Helmut Schelsky (1957).
  • 67 Cf. Schildt (note 57), p. 632.
  • 68 Cf. Kurt Sontheimer, « Zwei deutsche Republiken und ihre Intellektuellen », in : Id., Von Deutschl (...)
  • 69 Cf. Dahrendorf (note 45), p. 279. Dahrendorf souligne le difficile rapport entre « Geist und Macht (...)
  • 70 Par exemple des théoriciens comme Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow.

29Les Allemands de l’Ouest font en tout cas l’expérience inverse de celle qu’ils ont faite sous la République de Weimar : la démocratie était alors synonyme de crise, de chômage, de guerre civile. Elle permet maintenant le retour à l’ordre, à la sécurité et à la prospérité. Inutile d’insister sur le rôle décisif du miracle économique pour expliquer l’implantation de la démocratie libérale de type occidental en Allemagne. Cette prospérité retrouvée est sans doute l’argument décisif pour la « génération sceptique »66 d’après-guerre, pour cette « société de classes moyennes nivelées » (Helmut Schelsky) marquées par un processus de « désidéologisation »67. Car par ailleurs l’on constate au début de la République de Bonn pratiquement le même divorce entre l’esprit et le pouvoir (Geist und Macht) que sous la République de Weimar. Comme cette dernière, la République Fédérale ne trouva qu’avec peine ses intellectuels organiques68. Elle en eut, à mi-chemin entre la réserve silencieuse de droite et l’opposition de gauche. Ceux que Ralf Dah-rendorf a appelé parfois la « mafia protestante » (die protestantische Mafia) et qui ont été, selon l’expression de Marion Gräfin Dönhoff, des « lobbyistes de la raison » (ce qui signifie sous sa plume plus que le simple » républicain de raison » de la République de Weimar) : Carl Friedrich et Richard von Weizsäcker, Ludwig Raiser, Klaus von Bismarck, Werner Heisenberg, Georg Picht, Helmuth Becker, Hartmut von Hentig, Gustav Heinemann, Marion Gräfin Dönhoff etc.69. Il faut leur ajouter tous ceux qui ont contribué à la pensée juridique, constitutionnelle (importance de la doctrine chrétienne des droits naturels) et économique70 de la République fédérale, y compris certains sociaux-démocrates comme Karl Schiller ou Willi Eichler qui confortent l’évolution doctrinale du parti vers l’économie sociale de maLes relations entre les Églises est- et ouest-allemandes

  • 71 Cf. Hartmut Soell, « Sozialdemokratische Intellektuelle in der frühen Bundesrepublik », in : Hübin (...)
  • 72 Je pense ici au livre de Günther Weisenborn Der lautlose Widerstand (Hambourg, 1953) et au discour (...)

30rché et les valeurs éthiques de la démocratie libérale71. L’histoire mémorielle ou le travail sur le passé, qui commence à pas sans doute trop hésitants à l’ouest-alors que l’Allemagne de l’est s’en estime dédouanée en raison de son » antifascisme »-vise aussi à doter la République Fédérale d’une identité post-totalitaire éclairant les zones d’ombre mais aussi les quelques lueurs d’espoir de l’histoire allemande récente72.

  • 73 Karl Jaspers adhérait comme son élève Hannah Arendt à la thèse du totalitarisme, mais il est deven (...)

31Mais même les libéraux ou libéraux-conservateurs comme Jaspers peuvent devenir très critiques73. Et comme la critique de droite, si virulente sous Weimar, ne peut guère exprimer sa méfiance à l’égard de la démocratie, on entend surtout les intellectuels de gauche vilipendant la « restauration » et la Kanzlerdemokratie adenaueriennes. Leur sensibilité exacerbée s’exprime dès qu’une loi leur paraît rappeler les régimes autoritaires du passé. Ainsi, en 1952, le Pen-Zentrum de l’Ouest, qui comprend des auteurs tels que Luise Rinser, Hans-Erich Nossack, Günther Weisenborn, Wolfgang Koeppen etc., proteste contre la « Loi contre la diffusion d’écrits dangereux pour la jeunesse » qui rappelle la trop fameuse Schmutz-und Schundgesetz du wilhelminisme. La même année, Erich Kästner proteste quant à lui contre la réapparition de Veit Harlan sur la scène cinématographique (avec le film « Hanna Amon »). En janvier 1955, des intellectuels de gauche ou libéraux tels que Max Bense, Margaret Boveri, Walter Dirks, Albrecht Goes, Helmut Gollwitzer, Gustav Heinemann, Alfred Weber etc. se réunissent dans la Paulskirche de Francfort et lancent un manifeste protestant contre la remilitarisation et la division de l’Allemagne. En 1956, Hans Werner Richter fonde le « Cercle de Grünwald », sorte d’appendice politique du « Groupe 47 ». Les écrivains, journalistes, savants et hommes politiques qui en font partie (par exemple Ernst Nolte et Hans-Jochen Vogel) se donnent pour mission de combattre la tendance à la refascisation et de la remilitarisation de l’Allemagne qu’ils croient déceler à l’époque de la création de la Bundeswehr.

32Dans cette absence de dialogue entre pouvoir et intellectuels, le pouvoir a une grande part de responsabilité. L’Allemagne d’Adenauer a méprisé les intellectuels. Personnellement, Adenauer lui-même n’avait guère de rapports avec le monde de la culture. Si le terme de « Pinscher » (roquets) ne fut lancé que plus tard par le chanceler Ludwig Erhard à l’encontre des intellectuels, dès cette époque, les intellectuels critiques apparaissaient le plus souvent, aux yeux du pouvoir en place, comme des alliés objectifs d’Ulbricht. Il ne tint aucun compte de leur avis. Il n’essaya jamais de les associer à l’œuvre de reconstruction démocratique à laquelle le congrès des écrivains de 1947 avait clairement exprimé l’intention de contribuer. Ce qui explique sans doute un certain ressentiment de la part de cette intelligentsia condamnée à l’impuissance et qui, dans sa grande majorité, soutenait le SPD.

  • 74 Cf. Dominik Geppert, Die Ära Adenauer, Darmstadt, 2002, p. 97.
  • 75 En 1966, Jaspers écrira dans Wohin treibt die Bundesrepublik ? : « On peut comparer la situation a (...)
  • 76 Dans des essais intitulés « Aus der Geschichte der deutschen Literatur 1871-1954 », Marcel-Reich-R (...)
  • 77 Graf Kielmansegg (note 41), p. 648.

33Peut-être les intellectuels avaient-ils en effet, nous l’avons vu, quelques raisons de s’inquiéter. Rétrospectivement, on reste néanmoins étonné de la violence de leur critique et de leur aveuglement sur l’œuvre qui se réalise sous leurs yeux : l’installation historique en Allemagne de l’Ouest d’une démocratie viable. La critique radicale de la démocratie libérale présentée sans beaucoup de nuances comme fascistoïde ou « franquiste »74 atteindra des sommets dans les années soixante et soixante dix75. Mais on en décèle les prodromes dès les années cinquante76. Devons-nous, devant cette critique exacerbée, nous ranger à l’avis de Peter Kielmansegg : « Il est difficile de ne pas interpréter le mépris dans lequel à été tenue la République de Bonn pendant des décennies comme le signe que les contempteurs eux-mêmes rencontraient quelques difficultés dans l’apprentissage de la démocratie »77 ? Ou devons-nous voir au contraire dans cette stigmatisation un peu systématique la composante salutaire de toute saine démocratie, comme le soutient Walter Jens :

  • 78 Walter Jens, cité par Jean Roy, Pierre Cotet (éd.), Deutsche erleben ihre Zeit 1942-1962. Literatu (...)

« L’explication franche, la polémique passionnée, les invectives acharnées font partie des modes d’expression démocratiques. La dissonance est le sel de la liberté. Le silence du tombeau, au même titre que le oui ou le non uniforme, sont les propres de la dictature. Certes, il y a une condition à toute polémique : qu’elle soit sincère et ne repose pas sur de fausses imputations »78 ?

  • 79 Cf. aussi Corine Defrance, « La vie culturelle en Allemagne de l’Ouest (1955-1974) », in : Jean-Pa (...)

34On a bien compris que cette critique, que ses auteurs jugeront eux-mêmes excessive par la suite, s’expliquait par le poids du passé : haine du nazisme, crainte de voir le monstre s’éveiller à nouveau, souci d’en combattre les premiers symptômes (« Wehret den Anfängen ! »), méfiance à l’égard de l’État par réaction à la soumission traditionnelle des Allemands à l’État, amour déçu pour une démocratie qui ne réalise pas la communauté fraternelle dont on a rêvé79. Le poids du passé déterminera encore longtemps les positions des intellectuels de l’Ouest et de l’Est. Il explique non seulement les réticences des intellectuels de gauche à l’égard de la République de Bonn, mais aussi, plus tard, à l’égard de la réunification et de la République de Berlin. Il explique aussi, plus paradoxal encore, pourquoi la RDA, dont on connaissait et dénonçait le caractère dictatorial, gardera longtemps encore une sorte de positivité aux yeux de beaucoup d’intellectuels de gauche occidentaux peinant à adhérer totalement à une démocratie libérale et capitaliste, dite formelle. Le rêve – tout à fait honorable – du socialisme démocratique les menait, et sans doute, les aveuglait aussi.

  • 80 Cité par Graf Kielmansegg (note 41), p. 650
  • 81 Graf Kielmansegg (note 41), p. 651.
  • 82 Graf Kielmansegg (note 41), p. 650.

35Inversement, le mythe de l’antifascisme, utilisé par le régime SED pour justifier ses propres pratiques totalitaires, a pris longtemps au piège un grand nombre d’intellectuels sans doute honnêtes de la RDA. Le poids du passé nazi explique qu’ils aient mis beaucoup plus longtemps à comprendre que les intellectuels de Pologne et de Tchécoslovaquie. Leur antifascisme sincère, nourri par l’expérience du nazisme, leur interdisait de dénoncer comme intrinsèquement pervers un régime qu’ils continuaient à considérer comme un moindre mal face au capitalisme honni, rendu seul responsable, selon la bonne vulgate marxiste, du fascisme hitlérien et qui, selon la propagande officielle, continuait ses ravages en Allemagne de l’Ouest. Lorsque par la suite, Christa Wolf, après s’être longtemps trompée, avoue : « Les deux États allemands ont, chacun à leur manière, échoué à surmonter le passé fasciste commun »80, elle se trompe encore : la République Fédérale n’a pas été un État fasciste. Et puis, comme le demande Peter Graf Kielmansegg : « Que signifie un antifascisme qui reste fidèle au principe de la dictature ? Est-il vraiment plus conséquent qu’un antifascisme qui laisse courir d’anciens nazis, mais qui dénonce de façon résolue le principe de la dictature ? »81 Christa Wolf sera plus proche de la vérité (cette vérité concerne-t-elle aussi la génération d’intellectuels critiques en RFA ?) lorsqu’elle dira dans un entretien de 1987 : « Ma génération a très tôt échangé une idéologie contre une autre, elle est devenue adulte tardivement, après beaucoup d’hésitations, et parfois même pas du tout, je veux dire mûre, autonome »82. Une phrase de Kurt Sontheimer pourrait résumer cet exposé :

  • 83 Sontheimer (note 64), p. 135s.

« On croyait à l’époque, dans les cercles littéraires, pouvoir tout recommencer depuis le début ; la plupart avaient en vue une combinaison de démocratie et de socialisme marquée par l’esprit de l’humanisme, mais la réalité politique de l’Allemagne conduisait à la scission. Elle fit des écrivains de la RDA des suppôts du régime communiste, des auteurs de la République Fédérale des outsiders et des critiques impuissants d’une reconstruction qu’ils n’avaient pas voulue ainsi »83.

  • 84 Cité par Görtemaker (note 16), p. 252. Le politiste Dolf Sternberger a essayé de doter la Républiq (...)
  • 85 Cité par Graf Kielmansegg, (note 41), p. 643.

36Dans un article regrettant la cessation de la publication de la revue Die Wandlung en 1949, Dolf Sternberger avait au fond déjà fait le même diagnostic. On n’a pas réussi, expliquait il, « à donner à l’esprit un impact pratique, à éclairer la politique par l’esprit, à surmonter peu à peu la scission funeste dont nous avions hérité entre l’esprit et la politique »84. Il faudra attendre des décennies avant que les intellectuels de gauche fassent amende honorable. Jürgen Habermas finira pourtant par dire : « Rétrospectivement je reconnais qu’en son temps, comme étudiant, je n’ai pas jugé comme il convient la grande œuvre d’Adenauer, l’intégration résolue de la République Fédérale dans l’alliance occidentale et le système de société occidentale »85.

Notes

1 Voir Gilbert Merlio, Les résistances allemandes à Hitler, Paris, 22003, p. 181

2 Voir sur ce sujet entre autres Adolf M. Birke, Nation ohne Haus, Berlin, 1989, p. 82ss.

3 Cf. Corine Defrance, La politique culturelle de la France sur la rive gauche du Rhin 1945-1955, Strasbourg, 1994.

4 Cf. Jacques Gandouly, Pédagogie et enseignement en Allemange de 1800 à 1945, Strasbourg, 1997.

5 Carlo Schmid essaie de regonfler le moral des Allemands en faisant appel à leur « responsabilité patriotique », qui implique, en l’occurrence, qu’ils travaillent avec les Alliés. Voir son texte « Vaterländische Verantwortung » (1945) in : Eberhard Rathgeb, Die engagierte Nation. Deutsche Debatten 1945-2005, Munich, Vienne, 2005, p. 18ss.

6 Tel est le titre d’un ouvrage de l’historien Friedrich Meinecke paru en 1946. Sur le rôle des intellectuels en période de bouleversements historiques voir Georg Jäger, « Der Schriftsteller als Intellektueller. Ein Problemaufriß », in : Sven Hanuschek et al. (éd.), Schriftsteller als Intellektuelle. Politik und Literatur im kalten Krieg, Tübingen, 2000, p. 1-25.

7 Cf. Jost Hermand, Kultur im Wiederaufbau. Die Bundesrepublik Deutschland 1945-1965, München 1986, p. 42ss. Hermand procède dans ces pages à l’analyse succincte des ouvrages fort nombreux consacrés à la fin des années quarante à cette problématique.

8 Karl Jaspers, Die Schuldfrage. Von der politischen Haftung Deutschlands. En fait une série de cours faits par Jaspers à l’Université de Heidelberg, réunis dans un ouvrage d’abord paru en 1946 à la fois à Heidelberg (Lambert Schneider) et à Zurich (Artemis Verlag). La thèse en est résumée par cette phrase : « Kollektivschuld also gibt es zwar notwendig als politische Haftung der Staatsangehörigen, nicht aber darum im gleichen Sinne als moralische und metaphysische und nicht als kriminelle Schuld », cité d’après l’édition paru chez Piper à Munich en 1995, p. 41.

9 Jean Solchany, Comprendre le nazisme dans l’Allemagne des années zéro (1945-1949), Paris, 1997, p. 73.

10 Victor Klemperer, LTI. Notizbuch eines Philologen, Berlin, 1947.

11 Voir à ce sujet Hansgerd Schulte, « Les écrivains et le nouvel État (1945-1955) » in : Gilbert Krebs, Gérard Schneilin (éd.), L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, Asnières, 1996 p. 89-98.

12 Sur Hans Werner Richter voir entre autres Jérôme Vaillant, « Hans Werner Richter. Der Ruf et le Groupe 47 ou : Comment constituer un milieu de gauche dans l’Allemagne adenauerienne ? » in : Michel Grunewald, Hans Manfred Bock (éd.), Le milieu intellectuel de gauche en Allemagne, sa presse, ses réseaux (1890-1960), Francfort/M., 2002, p. 577-594.

13 Certains, comme Walter Jens – on l’a appris récemment – ont même été membres, volontaires ou non, du NSDAP.

14 Expression forgée par Theodor Eschenburg selon Birke (note 2), p. 90

15 Auteur célèbre de Der SS-Staat (1949), où il tire la leçon de ses expériences à Buchenwald.

16 Cité par Manfred Görtemaker, Geschichte der Bundesrepublik. Von der Gründung bis zur Gegenwart. Munich, 1999, p. 232. L’ouvrage de Manfred Görtemaker offre le chapitre le plus dense et le plus cohérent sur la « renaissance de la culture ». Cet article lui doit évidemment beaucoup.

17 Görtemaker (note 16), p. 232.

18 Ernst Friedländer plaide en 1947 dans Die Zeit pour une amnistie générale ; cf. Rathgeb (note 5), p. 40ss.

19 Le texte de ces statuts se trouve dans Klaus Wagenbach et al. (éd.), Vaterland, Muttersprache. Deutsche Schriftsteller und ihr Staat von 1945 bis heute. Ein Nachlesebuch für die Oberstufe (Quartheft100), Berlin, 1980, p. 25s.

20 Görtemaker (note 16), p. 234

21 Cf. Fritz Klein, « Die Neugründung der Weltbühne in der Sowjetischen Besatzungszone », in : Grunewald, Bock (note 12), p. 559-575. Fritz Klein montre bien comment les intellectuels de la nouvelle « Weltbühne » durent s’adapter, bon gré mal gré, aux besoins idéologiques et politiques des communistes staliniens.

22 Cité par Liliane Crips, « La politique culturelle en zone d’occupation soviétique (1945-1949), in : Jérôme Vaillant (éd.), La dénazification par les vainqueurs, Lille, 1981, p. 263.

23 Cité par Crips (note 22), p. 269.

24 Je pense au titre bien connu de Jean-Michel Palmier.

25 Sur les problèmes et la portée de ce retour voir Horst Möller, Exodus der Kultur. Schriftsteller, Wissenschaftler und Künstler in der Emigration nach 1933, Munich, 1984, p. 102ss.

26 Voir le texte de Thomas Mann, « Warum ich nicht nach Deutschland zurückgehe » (1945), in : Rathgeb note 5), p. 22ss.

27 Cf. Werner Müller, « Kommunistische Intellektuelle in der SBZ und in der frühen DDR », in : Gangolf Hübinger, Thomas Hertfelder (éd.), Kritik und Mandat. Intellektuelle in der deutschen Politik, Stuttgart, 2000, p. 239.

28 Sous la Présidence d’honneur d’Heinrich Mann et la Présidence de Ricarda Huch. Mais dans le comité directeur, les communistes sont en surnombre. Cf. Anne-Marie Corbin-Schuffels, La force de la parole. Les intellectuels face à la RDA et à l’unification allemande (1945-1990), Lille, 1998, p. 48s.

29 Ancien de l’Organisation of Secret Service, arrivé à Berlin avec les Américains.

30 Sur quoi Anna Seghers et quelques autres quittent la salle, cf. Corbin-Schuffels (note 28), p. 50

31 Voir Corbin-Schuffels (note 27), p. 61ss.

32 Volker Gerhardt, Hans-Christoph Rauh (éd.), Anfänge der DDR-Philosophie. Ansprüche, Ohnmacht, Scheitern, Berlin, 2001, p. 11.

33 Voir le « Memorandum zum Juni-Aufstand » de Stefan Heym in : Rathgeb (note 5), p. 61ss. Stefan Heym, qui avait servi dans l’armée américaine comme conseiller en psychologie, était rentré en RDA en 1952 au moment de la guerre de Corée. Dans ce texte, il distingue l’action des agents occidentaux qui ont fomenté l’insurrection et les causes profondes qui sont à rechercher en RDA.

34 Cf. Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949-1989, Berlin, 1997, p. 106ss. Voir le chapitre intitulé « Strafbare Utopien ».

35 Mais il faudrait ajouter des professeurs comme Leo Koffer à Halle et Wolfgang Abendroth à Leipzig qui avaient obtenu une chaire en RDA en 1949 mais qui durent se résoudre à passer à l’Ouest parce qu’ils n’étaient pas tout à fait « conformes ».

36 Selon Sonia Combe, Une société sous surveillance. Les intellectuels et la Stasi, Paris, 1999, p. 100. 47 000 intellectuels sont 752 universitaires seraient ainsi passés à l’Ouest entre 1954 et 1961.

37 Combe (note 36), p. 130.

38 « Der restaurative Charakter der Epoche », in : Frankfurter Hefte, 5 (1950), p. 951.

39 Cité par Görtemaker (note 16), p. 251

40 Cf. Edgar Wolfrum, Die Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Stuttgart, 102005, p. 160ss.

41 Cité par Peter Graf Kielmansegg, Nach der Katastrophe. Eine Geschichte des geteilten Deutschland, Berlin, 2000, p. 630s.

42 Wolfgang Weyrauch (éd.), Ich lebe in der Bundesrepublik. 25 Deutsche über Deutschland, Munich, 1960 ; cité aussi par Graf Kielmansegg (note 41), p. 630s.

43 Hans Werner Richter (éd.), Bestandsaufnahme. Eine deutsche Bilanz 1962. Sechsunddreißig Beiträge deutscher Wissenschaftler, Schriftsteller und Publizisten, Munich, Vienne, Bâle, 1962.

44 Richter (note 44), p. 566. La critique de « l’américanisme » a toute une tradition en Allemagne. Elle est aussi bien de droite que de gauche. Cf. Michael Ermarth, « Amerikaniserung und deutsche Kulturkritik 1945-1965. Metastasen der Moderne und hermeneutische Hybris », in : Konrad Jarausch, Hannes Siegrist (éd.), Amerikanisierung und Sowjetisierung in Deutschland 1945-1970, Francfort/M., 1997, p. 315-334. Voir particulièrement p. 319 où il est montré que toutes les familles idéologiques participent à cette critique.

45 L’historien néerlandais Maarten Brands publiera en 1999 un article intitulé « Die Wirte vom Gasthof ‘Zur verpaßten Chance’. Deutsche Intellektuelle und das politische Defizit », in : Vilém Precan (éd.), Grenzüberschreitungen oder der Vermittler Bedrich Loewenstein, Prague, 1999. Cité par Ralf Dahrendorf, « Umbrüche und normale Zeiten : Braucht Politik Intellektuelle ? », in : Hübinger, Hertfelder (note 27), p. 278. Brands voit dans la propension qu’ont les intellectuels allemands à se concentrer sur ce qui aurait dû arriver mais qui n’est pas arrivé une « mésalliance entre bel esprit et politique de puissance » (Schöngeisterei und Machtpolitik).

46 C’est ce qu’affirme Dietrich Thränhardt, Geschichte der Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Darmstadt, 1997, p. 139.

47 Le professeur Artur Kutscher demandait tous les ans à ses étudiants de l’Institut des sciences théâtrales de l’Université de Munich quels étaient leurs auteurs favoris. En 1950, la liste s’établit comme suit : Hermann Hesse, Gerhart Hauptmann, Rainer Maria Rilke, Thomas Mann, Ernst Wiechert, Hans Carossa, Bert Brecht, Werner Bergengruen, Franz Kafka, Carl Zuckmayer, Hugo von Hofmannsthal, Ernst Jünger, Franz Werfel, Stefan Zweig. On note l’absence dans cette liste d’écrivains qui feront bientôt leur grand retour : Gottfried Benn, Hermann Broch, Walter Benjamin, Rudolf Alexander Schröder, Robert Musil dont L’homme sans qualités est republié dans une édition augmentée des fragments en 1952 (Adolf Frisé). Voir sur ce point Hans-Peter Schwarz, Die Ära Adenauer. Gründerjahre der Republik 1949-1957, Stuttgart, Wiesbaden, 1981, p. 420.

48 Cité par Thränhardt (note 46), p. 140.

49 Par exemple Birke (note 2), p. 93ss.

50 Schwarz (note 47), p. 417

51 Les philosophes Theodor Littet Erich Rothacker à Bonn ; le sociologue Helmuth Plessner à Göttingen ; Theodor W. Adorno puis Max Horkheimer à Francfort ; les physiciens Werner Heisenberg Carl Friedrich von Weiszäcker, Ernst Robert Curtius, Wolfgang Schadewaldt, Wolfgang Kayser, Hugo Friedrich, René König, Arnold Bergsträsser, Carl Joachim Friedrich, Ernst Fraenkel. Alfred Weber, Helmut Schelsky, Theodor Eschenburg, Dolf Sternberger, Michael Freund etc.

52 108 000 étudiants en 1950, 213 000 à la fin de l’ère Adenauer.

53 A posteriori, l’écrivain Horst Krüger résume le jugement des écrivains critiques de l’époque sur l’ère adenauerienne : « Der Geist lahm, das Klima schlaff, die Moral zweideutig, die Mentalität provinziell geblieben ist » ; Horst Krüger, « Ein frühes Nein – ein spätes Ja. Ein deutscher Intellektueller und sein Staat », in : Walter Scheel (éd.), Nach dreißig Jahren. Die Bundesrepublik Deutschland. Vergangenheit, Gegenwart Zukunft », Stuttgart, 1979, p. 246ss. Le titre de Krüger est très éclairant sur l’évolution des intellectuels ouest-allemands.

54 Cf. Schwarz (note 47) p. 382.

55 Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Paul Claudel, Jean Giraudoux, T. S. Eliot, Arthur Miller, Garcia Lorca, Tennessee Williams, Georg Kaiser, Bertolt Brecht, Franz Werfel, Walter Hasenclever etc.

56 Cf. le dernier livre de Denis Goeldel, Le tournant occidental de l’Allemagne après 1945. Contribution à l’histoire politique et culturelle de la RFA, Strasbourg, 2005, voir le chapitre IV : « L’occidentalisation de la société et de la culture », p. 137ss.

57 Cf. Axel Schildt, « Ende der Ideologien ? Politisch-ideologische Strömungen in den 50er Jahren », in : Axel Schildt, Arnold Sywottek (éd.), Moderniisierung im Wiederaufabau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, 1998, p. 627-635, ici p. 627.

58 Voir Thomas Keller, « Kulturkritik nach 1945 », in : Gilbert Merlio, Gérard Raulet (éd.), Linke und rechte Kulturkritik. Interdiskursivität als Krisenbewußtsein, Francfort/M., 2005, p. 303-320.

59 L’ordre technique promet la puissance et réhabilite la hiérarchie sociale. Cf. Martin Greiffenhagen, Das Dilemma des Konservativismus in Deutschland, Munich, 1971, p. 316ss.

60 Cf. Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideenlandschaft der 50er Jahre, Munich 1999 ; Richard Faber, Abendland. Ein politischer Kampfbegriff, Vienne, 2002.

61 Schildt souligne néanmoins les éléments anti-occidentaux de cette idéologie dont l’une des références reste la tradition fédéraliste et corporatiste du conservatisme libéral chrétien ; cf. Schildt (note 60), p. 15.

62 Heinrich August Winkler, Der lange Weg nach Westen. Deutsche Geschichte, vol. II, Munich, 2000, p. 175.

63 Graf Kielmansegg (note 41), p. 642.

64 Kurt Sontheimer, Die Adenauer-Ära. Grundlegung einer Republik, Munich, 21996, p. 142. Cf. aussi Schwarz (note 47), p. 47

65 Graf Kielmansegg (note 41), p. 642.

66 Titre d’un ouvrage de Helmut Schelsky (1957).

67 Cf. Schildt (note 57), p. 632.

68 Cf. Kurt Sontheimer, « Zwei deutsche Republiken und ihre Intellektuellen », in : Id., Von Deutschlands Republik. Politische Essays, Stuttgart, 1991, p. 220-234.

69 Cf. Dahrendorf (note 45), p. 279. Dahrendorf souligne le difficile rapport entre « Geist und Macht », c’est-à-dire entre le pouvoir et les intellectuels, qui a empêché la République Fédérale de se doter d’un véritable mythe fondateur. Rappelons que Dahrendorf a lui-même essayé en quelque sorte de le formuler en parlant le premier, avant Habermas, de « patriotisme constitutionnel ».

70 Par exemple des théoriciens comme Wilhelm Röpke et Alexander Rüstow.

71 Cf. Hartmut Soell, « Sozialdemokratische Intellektuelle in der frühen Bundesrepublik », in : Hübinger, Hertfelder (note 27), p. 200-221.

72 Je pense ici au livre de Günther Weisenborn Der lautlose Widerstand (Hambourg, 1953) et au discours du Président Fédéral Theodor Heuss devant les étudiants de la Freie Universität en juillet 1954 qui rappelle le legs spirituel du 20 juillet 1944. Dès 1949, Heuss, lui aussi un intellectuel, avait parlé non de culpabilité, mais de honte collective ; cf. Theodor Heuss, « Vom Recht zum Widerstand », in : Id., Geist der Politik, Francfort/M., 1964, p. 45-55

73 Karl Jaspers adhérait comme son élève Hannah Arendt à la thèse du totalitarisme, mais il est devenu peu à peu très critique à l’égard de l’oligarchie partisane qui, selon lui, détenait le pouvoir à Bonn. Sa critique culminera dans son ouvrage : Wohin treibt die Bundesrepublik de 1966.

74 Cf. Dominik Geppert, Die Ära Adenauer, Darmstadt, 2002, p. 97.

75 En 1966, Jaspers écrira dans Wohin treibt die Bundesrepublik ? : « On peut comparer la situation actuelle avec celle des années vingt avant la prise du pouvoir par Hitler » En septembre 1967, Enzensberger décrètera quant à lui : « Le système politique de la République fédérale n’est absolument pas amendable ».

76 Dans des essais intitulés « Aus der Geschichte der deutschen Literatur 1871-1954 », Marcel-Reich-Ranicki écrit en 1955 : « Führende faschistische Schriftsteller, wie Hanns Johst, Hans Grimm, Ernst Jünger, Edwin ErichDwinger, Renst von Salomon und andere, bemühen sich weiterhin, die Seelen der Leser mit dem Gift des Chauvinismus und des Hasses zu vergällen. Die neonazistische Literatur erfreut sich der vollen Unterstützung des westdeutschen Staatsorgane und ist ein wichtiges Instrument der Remilitarisierung der Gesellschaft ». Trois ans plus tard, Reich-Ranicki se réfugiait en République Fédérale !

77 Graf Kielmansegg (note 41), p. 648.

78 Walter Jens, cité par Jean Roy, Pierre Cotet (éd.), Deutsche erleben ihre Zeit 1942-1962. Literatur und Dokumente, Paris, 1963, p. 156.

79 Cf. aussi Corine Defrance, « La vie culturelle en Allemagne de l’Ouest (1955-1974) », in : Jean-Paul Cahn et al. (éd.), La République Fédérale d’Allemagne. De la souveraineté retrouvée à la souveraineté partagée (1955-1974), Nantes, 2005, p. 177-187.

80 Cité par Graf Kielmansegg (note 41), p. 650

81 Graf Kielmansegg (note 41), p. 651.

82 Graf Kielmansegg (note 41), p. 650.

83 Sontheimer (note 64), p. 135s.

84 Cité par Görtemaker (note 16), p. 252. Le politiste Dolf Sternberger a essayé de doter la République Fédérale d’un mythe fondateur en parlant le premier de « patriotisme constitutionnel », popularisé plus tard par le philosophe Jürgen Habermas ; cf. Konrad H. Jarausch, Die Umkehr. Deutsche Wandlungen 1945-1995, Munich, 2004, p. 89.

85 Cité par Graf Kielmansegg, (note 41), p. 643.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540