Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Le soulèvement du 17 juin 1953. Enjeux politiques, mémoires concurrentes et construction identitaire

Bernard Ludwig

Texte intégral

  • 1 Edgar Wolfrum, « Neue Erinnerungskultur ? Die Massenmedialisierung des 17. Juni 1953 », in : Aus Po (...)
  • 2 Cf. l’excellente bibliographie réalisée par la bibliothèque de la Konrad-Adenauer-Stiftung, consult (...)
  • 3 Selon un sondage EMNID en 2001, seulement 43 % des personnes interrogées savaient ce qui s’étaient (...)

1Histoire et mémoire s’offrent parfois de curieux chassés croisés. Lors de son 50e anniversaire, le 17 juin 1953 connut une poussée mémorielle sans précédent1 alors que, paradoxalement, sa commémoration avait perdu tout relief depuis les années soixante et que cette fête nationale de la République fédérale avait été supprimée en 1990 au profit du jour de la réunification, le 3 octobre 1990. Le boom médiatique et éditorial qui eut lieu2, atteste pourtant qu’il s’agit d’une mémoire vivante – bien que fuyante3. En effet, le 17 juin 1953 et sa mémoire qui, pendant les années 1950 et 1960, furent des éléments clé de la confrontation idéologiques entre les deux Allemagnes dans la guerre froide, jouèrent surtout un rôle important dans la construction de leurs identités. Or, presque toujours, parfois de façon asymétrique, l’histoire de l’une détermina celle de l’autre et les constructions identitaires des deux Allemagnes se firent l’une par rapport à l’autre. Le 17 juin 1953 et sa mémoire sont un des meilleurs exemples de cette histoire croisée entre RFA et RDA des années 1950-60. De par sa nature même de remise en cause de la RDA, le 17 juin revêtit néanmoins une importance plus grande pour la construction identitaire de la RFA, qu’il semblait ainsi légitimer. En effet, il ne cessa pas d’y alimenter les débats intellectuels et politiques. Mais dans l’affrontement systémique qu’il devait symboliser, il ne concentra pas seulement une bonne partie des problématiques de la question allemande de l’après-guerre, mais aussi celles de la culture politique de la République de Bonn. Le 17 juin 1953 produisit ainsi en premier lieu des mémoires concurrentes, avant d’être parallèlement un instrument de combat anticommuniste et enfin de servir, à travers sa commémoration, de repère dans la reconstruction nationale et identitaire de l’Allemagne d’après-guerre.

I. La construction de mémoires concurrentes

1. Une mémoire immédiate

  • 4 Franz-Josef Strauss rappelle dans ses mémoires : « Damals ist einem die ganze deutsche Ohnmacht wie (...)

2La mémoire du 17 juin 1953 s’est construite très rapidement, presque simultanément à l’événement. La rapidité de cette construction s’explique en grande partie par le fait qu’en Allemagne, un des principaux foyers de l’affrontement bipolaire, la liberté et l’unité constituaient depuis 1947/48 des valeurs centrales pour la vie politique allemande – comme au XIXe siècle. Le premier blocus de Berlin en 1948-49, la crise coréenne de 1950 ou les notes de Staline de 1952 avaient déjà synthétisé la question allemande dans le couple unité/liberté. Mais les événements de juin 1953, plus encore que les crises précédentes, en firent une aporie4. On avait alors vu vaciller la RDA et cru à une possible réunification, alors que parallèlement la crainte que cette crise ne dégénère en guerre mondiale était réelle. De ce fait, la seule exploitation possible de l’événement restait la propagande. Or, celle-ci nécessitait d’analyser et de comprendre la crise afin d’en extraire les arguments utilisables à des fins politiques. Le foisonnement d’analyses et d’interprétations qui en résulta, mais aussi la surprise qu’elle créa et les espoirs qu’elle suscita, sont à la base de la puissante et rapide construction mémorielle de l’événement.

  • 5 Cf. la documentation réunie sur http://www.17juni53.de et le virtual archive du Cold War Internatio (...)
  • 6 Le président du groupe parlementaire CDU/CUS, Heinrich von Brentano, souligna ainsi, le 15 juillet (...)
  • 7 Marianne Howarth, « Der Juni- Aufstand und die Deutschlandpolitik der Westalliierten », Aus Politik (...)
  • 8 Christian Ostermann, « ‘Die beste Chance für ein Rollback‘ ? Amerikanische Politik und der 17. Juni (...)
  • 9 Bernd Stöver, Die Befreiung vom Kommunismus. Amerikanische Liberation policy im Kalten Krieg 1947-1 (...)

3Alors que le mécontentement grandissant en RDA était connu en RFA, l’éclatement de la révolte de la Stalinallee et surtout son ampleur surprit tant les Allemands que les Alliés. Les multiples télégrammes des postes d’observation allemands et alliés témoignent ainsi non seulement de l’intérêt porté à l’événement mais aussi du fait que les décideurs en perçurent immédiatement l’importance5. Une délégation de parlementaires s’envola ainsi dans l’après-midi pour Berlin. Le chancelier Adenauer, quant à lui, tout en suivant la situation, semblait toutefois plus concerné par les affaires courantes, la préparation de son voyage en France et par les élections législatives, prévues en septembre. Contrairement à ce que lui conseillèrent ses collaborateurs, il ne voulait pas se rendre à Berlin. Solidaire de la politique d’ancrage à l’Ouest du chancelier, mais aussi par peur d’enflammer une situation déjà jugée critique6 les réactions du gouvernement restèrent plutôt réservées. De même les alliés occidentaux7, et notamment la nouvelle administration américaine8, dont le nouveau credo – au moins rhétorique – était pourtant le roll-back voire la liberation9, restèrent tout aussi prudents, soucieux d’éviter toute escalade.

  • 10 « Das ganze deutsche Volk hinter dem Eisernen Vorhang ruftuns zu, seiner nicht zu vergessen, und wi (...)

4Dans les jours qui suivirent le soulèvement, les hommages aux victimes se multiplièrent, construisant un peu plus l’événement et sa symbolique. Mais c’est surtout celui que rendirent le 23 juin à Berlin-Ouest le chancelier Adenauer, le maire de Berlin, Ernst Reuter, et le ministre des Affaires panallemandes, Jakob Kaiser, à huit des victimes du soulèvement, qui marqua les esprits. Dans une allocution très politique, devant plus de 150 000 personnes, le chancelier jura alors de ne pas oublier les Allemands au-delà du rideau de fer et de ne pas être en paix tant qu’ils ne seraient pas libres et que toute l’Allemagne ne serait pas réunifiée dans la paix et la liberté10.

5Parallèlement à cela, de nombreux articles de presses, reportages photos dans les magazines, les informations ou reportages de la radio – notamment du RIAS –, mais aussi les récits de la famille ou de proches, voire de réfugiés avaient rendu l’événement familier à l’opinion, alimentant autant de mémoires individuelles.

2. Des mémoires concurrentes

  • 11 Dirk van Laak, « Der Tag X. Vorbereitungen für die deutsche Wiedervereinigung vor 1989 », in : Enno (...)

6En RDA d’abord, deux mémoires opposées virent le jour. D’une part, surtout chez les opposants au régime, une mémoire du soulèvement et du sentiment d’avoir réussi à faire vaciller le système naissait. Certains essayèrent de la cultiver dans les semaines et mois qui suivirent en poursuivant l’agitation ouvrière jusqu’à l’automne. D’autres, réfugiés à l’Ouest, participèrent à la construction de la mémoire occidentale. D’autre part, pour le régime est-allemand, laisser se former le souvenir d’une telle remise en cause du système par les ouvriers était impossible. La construction d’une mémoire propre à se dédouaner des responsabilités dans la crise était donc nécessaire. De fait, dès les premières grèves et agitations ouvrières, les autorités, pour légitimer la répression autant que par peur des défections au sein même des forces de l’ordre, avaient propagé l’idée d’une tentative de putsch fasciste ou contrerévolutionnaire, en grande partie organisé par des agents ouest-allemands et américains. Le 21 juin 1953 le comité central du SED confirmait et officialisait cette thèse. Le régime communiste étayait même ses accusations en prenant pour cible la commission d’experts du ministère des Affaires pan-allemandes chargée de préparer techniquement le jour de la réunification (le jour X)11. Cette thèse du putsch contre-révolutionnaire organisé par l’étranger fut martelée à tous les niveaux de la société. Elle demeura aussi celle de l’historiographie est-allemande jusqu’en 1989. Même l’écrivain Est-allemand Stefan HEYM reprenait cette thèse dans son roman Der Tag X qui mettait pourtant en perspective les raisons internes de la révolte. Cela ne l’empêcha pas de se heurter à la censure et de ne pouvoir paraître qu’en 1974 en RFA sous le titre 5 Tage im Juni. Parallèlement, pour les dirigeants de RDA, à cause des failles qu’elle avait révélées, la mémoire de cette crise se transforma vite en traumatisme. De peur de voir se reproduire l’événement, le régime accéléra et renforça la construction d’un redoutable système policier. A l’Ouest, le KPD reprenait la rhétorique orientale.

7En RFA, les qualificatifs du 17 juin – protestations ouvrières, soulèvement du peuple ou même révolution – sonnaient déjà comme autant d’interprétations. Dans un premier temps, les termes de révolution (Revolution) et de soulèvement du peuple (Volksaufstand) furent les plus utilisés, notamment par les chrétiens-démocrates et les libéraux. Ils donnèrent même lieu à la construction du mythe de la révolution manquée. Pour les sociaux-démocrates aussi c’était une révolution, mais ouvrière ! Le 1er juillet 1953, alors que le Bundestag débattait des suites à donner à l’événement, ces multiples interprétations s’entrechoquèrent, chacun tentant de situer le 17 juin dans sa propre tradition. Exprimant une mémorialisation concurrentielle, elles montraient à quel point la question allemande pouvait être politisée.

  • 12 Jusqu’à viser l’amalgame entre les sociaux-démocrates, marxistes mais pourtant farouchement anticom (...)

8Ainsi, en une rhétorique très électoraliste Adenauer égrena son bilan en matière de politique extérieure pour souligner que l’intégration européenne et atlantique et la réunification n’étaient qu’une seule et même politique visant à obtenir une Allemagne réunifiée et intégrée au système européen. En outre, il s’employa à stimuler l’anticommunisme ouest-allemand, déjà revivifié par la répression du soulèvement, afin de servir et de consolider sa politique d’intégration à l’Ouest12. Face à la menace soviétique, que l’on venait de voir à l’œuvre, de solides alliances semblaient, selon lui, plus que jamais nécessaires. Dans son camp, seule l’aile nationaliste autour de Jakob Kaiser, en grande partie animée par d’anciens membres de la CDU orientale, était plus circonspecte face à l’argumentation du chancelier.

  • 13 Si l’impulsion et la majorité des acteurs ont été d’origine ouvrière, la question d’un « soulèvemen (...)
  • 14 Cité par E. Wolfrum (note 2), p. 87

9Adenauer fut par contre sévèrement attaqué par les orateurs du SPD. Fidèle à la position d’avocat de l’unité allemande du SPD, Herbert Wehner critiqua la passivité d’Adenauer et réclama davantage d’engagement concret de la part du gouvernement pour l’unification, notamment en convoquant une conférence des alliés. Par ailleurs, invoquant la sociologie du soulèvement, le SPD n’hésita pas à se l’approprier13. Puis Willy Brandt plaça non seulement le 17 juin 1953 dans la tradition des révolutions ouvrières, mais souligna, dans une critique de fond à la Kanzlerdemokratie, qu’aucun des révoltés n’avait réclamé une République de Bonn : « Sie wollen demokratisieren, nicht restaurieren »14.

10Pour les libéraux enfin, le 17 juin 1953 apparaissait comme un retour aux sources de leur histoire. Il incarnait non seulement un ardent besoin de liberté, mais aussi un mouvement national. Il faisait en effet renaître une alliance qui avait porté les révolutions libérales allemandes du XIXe siècle et s’inscrivait dans des traditions glorieuses au rang desquelles la révolution de 1848 constituait le référent le plus souvent sollicité. Les libéraux ne voulaient en effet pas céder les idéaux de la Paulskirche aux sociaux-démocrates et encore moins le discours sur la nation qui connut alors un vrai renouveau. On put alors assister à de nombreuses manifestations d’allégeance à cet idéal national et à la mythologie de l’empire allemand qui tout au long du XIXe siècle en avait été la figure de proue.

3. La construction d’une fête et d’une mémoire nationale

  • 15 « Der 17. Juni 1953 wird einst und vielleicht nicht nur in die deutsche Gecshichte eingehen als ein (...)

11Si les interprétations et les traditions auxquelles on voulait rattacher le 17 juin 1953 divergeaient, il n’en existait pas moins un consensus sur la portée historique de l’événement. N’hésitant pas à le comparer avec la prise de la Bastille, Marion Gräffin Dönhoff écrivit : « Le 17 juin 1953 deviendra un jour une date importante symbolique et peut-être pas seulement pour l’histoire allemande. Il devrait déjà, chez nous, être proclamé fête nationale de l’Allemagne réunifiée. »15

  • 16 Au SPD, mais aussi au ministère des Affaires pan-allemandes, on voulut éviter une mémorialisation t (...)

12De fait, la RFA n’avait depuis 1950, qu’un jour du souvenir et pas de fête nationale. Le 7 septembre commémorait la première réunion du Bundestag tout en étant consacré au souvenir des victimes du national-socialisme et de la guerre, mais il n’avait aucune résonance dans l’opinion, et n’était fêté que par les parlementaires. Le 17 juin avait, quant à lui, touché l’ensemble des Allemands. Il présentait de surcroît l’avantage, à la fois de commémorer un événement passé – comme la plupart des fêtes nationales – mais aussi d’être tourné vers l’avenir, en manifestant l’espoir de retrouver l’unité16. Plus que tous les discours, il symbolisait également la volonté, déjà déclarée, de la RFA, de représenter l’ensemble des Allemands (Alleinvertretungsanspruch).

13Dès le 24 juin, le groupe CDU/CSU décida de présenter une proposition pour faire du 17 juin une journée « nationale du souvenir ». Le 25 cependant, le groupe SPD surenchérit et proposa d’en faire une « fête nationale ». Ces propositions furent discutées par le Bundestag le 1er juillet, alors que la demande du SPD d’ouvrir immédiatement des négociations quadripartites sur la réunification fut rejetée. Le différend sur les modalités du souvenir du 17 juin fut livré à l’arbitrage de deux commissions spécialisées, questions d’administrations intérieure et Affaires pan-allemandes. Le lendemain même elles tombèrent d’accord et le 3 juillet, l’ensemble des membres du Bundestag, hormis les communistes, vota la loi faisant du 17 juin « le jour de l’unité allemande » (Tag der deutsche Einheit) et « un jour légalement férié ». Adoptée par la Bundesrat, le 17 juillet, la loi entra en vigueur le 4 août. Un mois plus tard, la coalition gouvernementale remportait triomphalement les élections et Adenauer se voyait confier un second mandat.

14Etrange paradoxe. Alors que la nation redécouvrait le combat pour l’unité, elle préférait donner mandat à celui pour qui cet objectif semblait secondaire. Néanmoins, la crise et la campagne électorale avaient démontré que le chancelier bénéficiait du soutien indéfectible des Américains, atout de taille dans la lutte contre le communisme, que le 17 juin symbolisait désormais.

II. Le 17 juin comme instrument de combat anticommuniste

  • 17 Wolfgang Buschfort, Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlin-Krise, Munich, 1991.
  • 18 Kai-Uwe Merz, Kalter Krieg als antikommunistischer Widerstand. Die Kampfgruppe gegen Unmenschlichke (...)
  • 19 Frank Hagemann, Der Untersuchungsausschuss Freiheitlicher Juristen 1949-1969, Francfort/M, 1994.

15Si l’existence d’un fort consensus anticommuniste dans l’Allemagne fédérale des années 1950 est communément admise, celui-ci gagnait une visibilité particulière par l’agitation permanente de nombreuses associations qui faisaient de la lutte contre le communisme une religion. Beaucoup de ces organisations, comme les Bureaux Orientaux (Ostbüro) des partis politiques – au premier rang desquels celui du SPD17 –, la Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit (KgU)18, l’Untersuchungsausschuss freiheitlicher Juristen (UfJ)19, étaient d’abord des structures d’aide aux victimes et aux opposants du régime est-allemand et surtout à ceux qui le fuyaient. Parallèlement ces associations effectuaient un important travail de renseignement sur la RDA, en grande partie soutenues par la CIA. Les informations ainsi obtenues, sur les manquements au droit ou les conditions de vie donnèrent lieu a de multiples brochures, tracts et feuilles d’information qui alimentaient une importante propagande anticommuniste tant en Allemagne orientale qu’au profit de l’opinion ouest-allemande.

  • 20 Buschfort (note 17), p. 94.
  • 21 Buschfort (note 17), p. 98s.

16Pour toutes ces associations le 17 juin 1953 prit un relief particulier, même si, contrairement à ce qu’affirmait l’historiographie marxiste, elles ne furent pas à l’origine de la révolte. Sur le moment, elles ont souvent même cherché à tempérer l’ardeur révolutionnaire des ouvriers, soit pour protéger leurs contacts – pour la plupart engagés dans l’opposition au régime –, soit pour éviter un bain de sang jugé presque inévitable, soit parce qu’elles mesuraient les risques de tels événements qui pouvaient rapidement conduire à une escalade internationale. L’Ostbüro de la SPD, par exemple, ne put pas vraiment empêcher les membres de son réseau d’anciens militants sociaux-démocrates de participer pleinement au 17 juin 195320. En outre, il leur assura indirectement un soutien logistique, dans la mesure où nombre d’appareils de reprographie distribués par le passé permirent d’imprimer des tracts utilisés pendant le soulèvement21. De plus, pour les sociaux-démocrates, la révolte était une façon de s’élever, plusieurs années après, contre la fusion forcée SPD-KPD qui avait, en 1946, fondé le SED.

  • 22 Michael Hochgeschwender, Freiheit in der Offensive ? Der Kongress für Kulturelle Freiheit und die D (...)
  • 23 Rainer Hildebrandt, Der 17. Juni : zehn Erlebnisgeschichten von Personen in verschiedenen Brennpunk (...)
  • 24 « Antikommunismus als Lebensaufgabe », in : Bernd Eisenfeld et al., Die verdrängte Revolution. Der (...)
  • 25 Ibid., p. 562.

17La KgU, elle aussi sévèrement accusée par la RDA d’être le bras armé de l’agitation américaine sur son territoire – ce qu’elle était en partie –, resta essentiellement un observateur du soulèvement. Mais les deux organisations renforcèrent leur propagande après le 17 juin 1953, événement qui leur servit souvent de support et de référence pour leurs pamphlets ou tracts. La KgU fit par exemple publier en octobre 1953 dans Der Monat, le journal anticommuniste du Congrès pour la Liberté de la culture en Allemagne22, une série d’interviews de réfugiés sur les événements du 17 juin23. Les témoignages directs d’acteurs étaient souvent considérés comme les meilleurs vecteurs de la propagande anticommuniste. Exploiter ce potentiel fut aussi le principal objectif du Komitee 17. Juni24, en gestation dès le 23 juin, puis fondé le 26 juillet 1953 par une poignée d’acteurs du soulèvement réfugiés en RFA. Néanmoins, malgré les soutiens, notamment du directeur de la KgU, Rainer Hildebrandt, ce comité ne parvint pas à s’affirmer et à jouer un rôle politique. Infiltré par la Stasi dès septembre 1953, il dut même se dissoudre en mai 1954. La Vereinigung 17. Juni 1953 qui tenta de lui succéder le 15 août 195725 n’y parvint pas non plus.

  • 26 Pour une première approche en français, cf. Bernard Ludwig, « La propagande anticommuniste en Allem (...)
  • 27 Stefan Stosch, Die Adenauer-Legion. Geheimauftrag Wiederbewaffnung, Constance, 1994.

18Au delà de son rôle auprès des organisations anticommunistes berlinoises, particulièrement focalisées sur la RDA, le 17 juin 1953 stimula et servit aussi de point de ralliement à la propagande anticommuniste en RFA. En effet, quelques mois après la mort de Staline (5 mars 1953) une partie de l’opinion voulait espérer une détente voire une issue à la question allemande ou tout au moins un changement positif dans la guerre froide. Les courants soutenant une réunification de l’Allemagne au prix de sa neutralisation restaient particulièrement puissants après les propositions de Staline au début 1952. Leur chef de file, Gustav Heinemann, avait même créé avec Helene Wessel, un parti politique, le GVP, dans l’optique de fédérer et d’exploiter politiquement ce courant aux élections de septembre 1953. Inquiètes de ces évolutions les associations anticommunistes s’évertuaient, quant à elles, à alerter l’opinion contre tout relâchement par rapport aux propositions séduisantes des communistes. Pour elles, les offres de réunification dans la neutralité ne pouvaient être qu’un piège visant à la bolchévisation de l’Allemagne entière et tout changement soviétique n’était qu’une façade qui masquait des buts impérialistes et révolutionnaires inchangés. D’une certaine façon, malgré les drames et malheurs qu’il entraînait, le 17 juin 1953 tombait à point nommé. Non seulement l’anticommunisme latent des Allemands de l’Ouest devait en sortir renforcé, mais, plus que tout, le soulèvement semblait légitimer le combat anticommuniste et confortait tout autant le gouvernement dans sa volonté de mener une propagande anticommuniste vigoureuse. Alors que celle-ci avait en grande partie été confiée à certaines associations, indépendantes en apparence mais de fait financées quasi exclusivement par le gouvernement, comme le Volksbund für Frieden und Freiheit e.V. (VFF)26 ou l’Arbeitsgemeinschaft demokratischer Kreise (AdK)27, le 17 juin renforçait la légitimité de tout un ensemble d’officines anticommunistes.

  • 28 Die Wahrheit, 3 (1953) ; Bundesarchiv Koblenz (BAK), B 141-4697.
  • 29 Du fait de la proclamation de l’état d’urgence, l’exécution de membre des forces de sécurité est-al (...)
  • 30 Respectivement Ministre-président, Vice Ministre-président et Ministre pour la Sécurité de l’Etat d (...)
  • 31 Rappelons qu’une telle procédure est en 1953 encore en cours (depuis 1951) devant la Cour constitut (...)
  • 32 En fait, Comité international Paix et Liberté. Cf. Bernard Ludwig, « Le Comité européen et internat (...)

19Réagissant promptement à l’événement, la propagande du VFF s’efforça d’exploiter l’événement sur le court et le long terme. Un premier tract durant l’été était tant une mise en perspective de l’événement qu’un appel lancé aux réfugiés de RDA pour qu’ils expliquent le vrai visage du bolchevisme à leurs compatriotes occidentaux. Comme ses confrères berlinois, le Volksbund avait compris le potentiel de propagande que pouvaient fournir ces victimes du communisme tout en espérant relancer son recrutement dans un de ses auditoires fidèle depuis ses débuts. Cet Extrablatt rappelait que le partage du monde en deux camps par la guerre froide ne laissait pas de place aux positions intermédiaires. Les neutralistes, cibles privilégiées du VFF depuis 1950, y étaient explicitement attaqués et, en bon soldat de la coalition gouvernementale, le danger électoral du GVP pointé du doigt. Die Wahrheit, périodique du VFF, reprenait peu après tous ces arguments et faisait le point sur les événements dans un style très virulent28. Ainsi, par exemple, une double page présentait à gauche une sorte d’avis mortuaire titré « les victimes » qui non seulement surévaluait très largement le nombre de victimes du 17 juin tel qu’il est connu aujourd’hui, mais mettait en avant les exécutions de membres de la police populaire ainsi que celles, plus mythiques que réelles, d’officiers et de soldats soviétiques ayant refusé de participer à la répression29. La page de droite, sous le titre « les meurtriers », présentait les photos et de courtes biographies de Grotewohl, Ulbricht et Zaisser30 et un véritable acte d’accusation, conclu par un appel du VFF à lui envoyer tout document qui prouverait cette culpabilité. A la fin du cahier, le VFF réclamait outre l’interdiction du KPD comme parti anti-démocratique31, l’interdiction de toute la presse communiste, la levée d’immunité des parlementaires du KPD, des procédures pour haute-trahison pour ces-derniers et tous ceux qui les soutenaient, la déchéance de leur nationalité et droits civiques et même leur expulsion vers l’Union-Soviétique ! Sous la table des matières de ce cahier on rappelait également que le Volksbund était la section allemande d’un Front mondial32 pour la paix et la liberté et que ses comités nationaux avaient protesté auprès de l’ONU contre le meurtre d’ouvriers allemands commis par les Soviétiques. En guise d’exemple le télégramme de l’association italienne Pace e Libertà était reproduit, alors que cette première page se concluait par le détournement de la devise fondatrice des Internationales ouvrières : « Antibolchevistes de tous les pays, unissez-vous ! ».

  • 33 Lettre du VFF aux membres du Bundestag du 14 juin 1954 ; BAK, B 137-2609 ; Appel : « Es lebe die Fr (...)
  • 34 Le tract de Paix et Liberté formulait ainsi : « Travailleurs français, n’oubliez pas ! Le 17 juin 1 (...)
  • 35 « Comme à Berlin-Est le 17 juin 1953. A Poznan (Pologne) le 28 juin 1956, l’armée Rouge a tiré sur (...)
  • 36 Proposition du CIAS au BMG du 16 août 1957 ; BAK, B 137-16229.

20Dans les années suivantes, le VFF eut a cœur de faire du 17 juin 1953 et de sa commémoration un point de ralliement du combat anticommuniste international. Conjointement avec d’autres organisations de réfugiés d’Europe de l’Est ou d’immigrés de l’empire soviétique, le Comité international publiait, en 1954, dans la presse un appel commémorant le soulèvement de Berlin-Est33. En 1955, des délégations d’ouvriers des usines Simca et Fiat envoyées par l’association française Paix et Liberté et par Pace e Libertà déposaient avec le VFF des gerbes de fleurs à Berlin. Puis, les 6 et 7 juillet 1956, la conférence internationale du réseau Paix et Liberté à Bonn, montra que le 17 juin 1953 était devenu un instrument international de propagande. Plusieurs tracts de Paix et Liberté faisaient référence au soulèvement34. L’un d’eux exploitait même les événements récents en Pologne en les comparant avec ceux de Berlin-Est35. En 1957 encore, Fritz Cramer, président du VFF, devenu président de l’association internationale (désormais Comité international d’action sociale — CIAS) faisait du CIAS un instrument de sensibilisation au problème allemand et proposait dans ce cadre au ministère des Affaires pan-allemandes que les différents comités nationaux éditent en leur nom une affiche, un tract ou une brochure identique sur le 17 juin 195336.

  • 37 Consultable en ligne sur www.fes.de/archiv/
  • 38 Lettre du VFF à Gumbel (chancellerie fédérale) et à Adenauer du 21 juin 1954 ; BAK, B 136-1765.
  • 39 Lettre du VFF du 15 juin 1955 ; BAK, B 137-2610.
  • 40 « « Aktionseinheit der Arbeiterklasse » mit den Henkern von Budapest », 4 p., AdsD, Dossier VFF.
  • 41 Affiche dans BAK, B 136-1765
  • 42 « Wen wählen wir nicht in den Betriebsrat ? », 4 p. ; BAK, B 137-2614.

21Parallèlement, depuis 1954, tous les 17 juin devenaient un moment privilégié de la propagande du VFF ; celui-ci organisait alors des événements dans toute l’Allemagne. En 1954, en dehors des efforts déjà évoqués, le VFF édita la brochure 17. Juni. Für Einheit in Freiheit37, qui pour l’essentiel reprit une brochure déjà diffusée auparavant intitulée 17. Juni. Tag der Freiheit et fit diffuser des communiqués radio par le NWDR à cinq reprises les 16 et 17 juin38. En 1955 son plan d’action prévoyait de coller une affiche commémorative sur toutes les colonnes Morris des villes de plus de 10 000 habitants et sur la moitié d’entre elles dans les autres. En complément, les délégués régionaux du VFF devaient aussi distribuer le tract 17. Juni Fanal der Freiheit !39. Dès qu’il le pouvait, le Volksbund intégrait le soulèvement de Berlin-Est à sa rhétorique anticommuniste, qui s’internationalisait avec les crises de la guerre froide. Ainsi, un tract de la délégation régionale de Hesse du VFF sur l’insurrection hongroise de 1956 prenait appui sur le 17 juin40, alors qu’une affiche de la même année intitulée 17. Juni et représentant les empreintes d’un char avec au milieu une truelle et une tache de sang, y faisait sans doute autant référence41. Après l’interdiction du KPD en RFA en 1956 et après que celui-ci eut déplacé l’essentiel de son travail en direction du monde ouvrier et des comités d’entreprise, le 17 juin 1953 fut une nouvelle fois mobilisé, notamment comme symbole de liberté. Ainsi, en 1957, dans le cadre des élections des comités d’entreprise, le VFF rappelait que les ouvriers est-allemands, tout comme ceux de Pologne et de Hongrie en 1956, s’étaient aussi battus pour la liberté d’élire des représentants et d’avoir des syndicats libres42.

III. A la recherche de la nation

1. La ritualisation de la commémoration

  • 43 Alexander von Gallus, « Der 17. Juni im Deutschen Bundestag von 1954 bis 1990 », in : Aus Politik u (...)
  • 44 Matthias Fritton, Die Rhetorik der Deutschlandpolitik. Eine Untersuchung deutschlandpolitischer Rhe (...)
  • 45 Herbert Hupka (éd.), 17. Juni. Reden zum Tag der Deutschen Einheit, Kassel, 1964, p. 29-38.
  • 46 Hupka (note 45), p. 38-46.
  • 47 Hupka (note 45), p. 53-58.
  • 48 En tant que premier historien de la Résistance allemande, il avait lui aussi déjà rapproché ailleur (...)
  • 49 Dans un discours à l’Université de Tübingen, où il enseignait, Rothfels avait utilisé la formule «  (...)
  • 50 Hupka (note 45), p. 68-81.
  • 51 Hupka (note 45), p. 81-89.

22Après l’institution du 17 juin 1953 comme fête nationale la commémoration de ce jour se cristallisa en grande partie dans une cérémonie officielle au Bundestag réunissant les parlementaires des deux assemblées autour du discours d’une personnalité politique ou scientifique proposée par le ministre de l’Intérieur43. Or, comme un rituel autoproclamé par la nouvelle République, ces discours mettent en lumière toutes les attentes que l’Allemagne des années 1950 voulait placer dans cet événement et montrent en quoi le 17 juin 1953 était mis au service d’une (re-) construction de l’identité (ouest-) allemande dans les années 1950. Ils reflètent non seulement une interprétation du 17 juin 1953 mais encore les perceptions de la question allemande par les Allemands eux-mêmes au moment où ils furent prononcés. Les discours de la décennie 1953-1963, même s’ils sont marqués par la « rhétorique de la liberté »44, posent les concepts par lesquels la République de Bonn tenait à affirmer sa propre légitimation : résistance – antitotalitarisme, avec une dominante pour l’anticommunisme – démocratie. Seul le premier discours commémoratif45 du parlementaire chrétien-démocrate Franz Böhm, en 1954, revint vraiment sur les événements. Les nombreux historiens qui lui succédèrent se détachèrent des faits, préférant l’interprétation et la mise en perspective afin de donner à la crise une signification dans l’histoire nationale. L’historien Gerhard Ritter, qui avait lui-même appartenu aux cercles de la résistance conservatrice au national-socialisme, montra la voie46. En 1955, il mit en avant la proximité idéologique du 17 juin 1953 avec le 20 juillet 1944 forgeant ainsi à l’Allemagne d’après-guerre une véritable tradition antitotalitaire. Antitotalitarisme que la RFA s’était déjà empressé de revendiquer et de démontrer lorsqu’elle avait, dès 1951, engagé des procédures légales d’interdiction du parti néo-nazi (SRP) et du parti communiste (KPD). En 1957 encore, le philosophe Theodor Litt47 souligna que son échec donnait au soulèvement la dimension morale de par le caractère manqué, l’esprit de résistance, la force de la volonté et la révolte de la conscience qui donnaient toute sa dimension à l’événement. Ces vertus, parmi les principales motivations des hommes du 20 juillet, devaient ainsi représenter des valeurs fondatrices pour la nouvelle démocratie de Bonn. Aussi, pour l’historien Hans Rothfels48, ne fallait-il pas transiger avec les impératifs moraux et abandonner la liberté au nom de l’unité49. A la fin des années 1950 cependant, on se détacha davantage des valeurs traditionnelles plus proches de Weimar que de Bonn et d’une rhétorique anticommuniste grossière. L’enracinement plus profond des normes de la démocratie moderne était à l’origine de messages plus constructifs, comme l’Etat de droit ou l’autodétermination dans le discours de l’historien Werner Conze en 195950. Pour le théologien Ulrich Mann, en 1960, le 17 juin 1953 était même une sorte de légitimation de la RFA de la part des habitants de RDA dans l’attente d’élections libres51.

  • 52 Cf. Wolfrum (note 2), p. 201ss.
  • 53 Comme chez Gerhard Ritter : « … die deutsche Vaterlandsliebe ist unteilbar wie das deutsche Vaterla (...)
  • 54 Wolfrum (note 2), p. 186.

23L’entretien de la mémoire du 17 juin 1953 devait en effet permettre de dépasser la division qui existait entre les Etats et faire communier une seule Nation. La volonté revendiquée de la RFA de représenter l’ensemble des Allemands n’était pas seulement politique, elle relevait aussi de la préservation de la nation allemande. Commémorer le 17 juin 1953, ce devait être associer les Allemands de l’Est à la construction d’une Allemagne nouvelle à laquelle ils ne pouvaient pas participer. A cause d’une Vergangenheitsbewältigung encore très fragile, les glorifications de la patrie ou de la nation, n’étaient cependant pas toujours dénuées de dérapages52. Elles s’accompagnaient d’un renouveau nationaliste et de critiques à l’encontre des Alliés, premiers responsables, selon les Allemands, de la division de l’Allemagne53. Globalement la mémoire du 17 juin ne permettait pas seulement de perpétuer l’idée de nation mais aussi de tenter de la réhabiliter54.

2. Les multiples formes de commémorations

24La Nation était au cœur d’un certain nombre d’autres formes, parfois quasi mystiques, de commémoration. Les libéraux du FDP tentaient notamment de renouer de façon ostentatoire avec le mouvement national du XIXe siècle. Dans ce cadre, ils célébraient le « jour de l’unité allemande » comme jour de la Nation dans une étroite association avec l’idée d’empire (Reich). En juillet 1953, près de la frontière avec la RDA, de jeunes libéraux prononcèrent un « serment de fidélité au Reich » jusque tard dans la nuit et à la lueur des torches. Et, dans le même esprit, presque jusqu’au milieu des années 1960, ils tentèrent de faire revivre l’idéologie nationale germanique lors de grands rassemblements nocturnes au monument érigé en 1875 en l’honneur d’Hermann, vainqueur des légions romaines d’Arminius, dans la forêt du Teutobourg.

  • 55 Notamment l’ancien président du Reichstag Paul Löbe, le président de la commission des Affaires pan (...)

25Les plus actifs dans l’organisation des cérémonies locales étaient cependant les sociaux-démocrates, souvent aidés des syndicalistes du DGB. Ces manifestations leur permettaient de se poser en garants des efforts pour l’unité, mais aussi de souligner par ce biais leur opposition au gouvernement en place. Les excès de politisation de ces cérémonies amenèrent des conflits tels, qu’à la fin des années 1950 l’organisation en fut le plus souvent confiée au Kuratorium Unteilbares Deutschland (KUD). Fondée à l’initiative du ministre des Affaires pan-allemandes, Jakob Kaiser, le 14 juin 1954, peu après l’échec de la conférence de Berlin sur la question allemande, cette association regroupait des personnalités renommées55 très engagées pour l’unité de l’Allemagne et opposées à la politique allemande d’Adenauer. Avec des délégués dans presque chaque localité, l’association fut à la source de la plupart des initiatives en faveur de l’unité allemande et des commémorations du 17 juin 1953.

  • 56 Martin Krämer, Der Volksaufstand vom 17. juni 1953 und sein politisches Echo in der Bundesrepublik (...)

26La commémoration s’inscrivait aussi dans l’espace : nombre de rues et de ponts furent nommés ou renommés, comme symboliquement à Berlin-Ouest la Charlottenstrasse, en « Strasse des 17. Juni ». Des centaines de monuments commémoratifs ou de monuments consacrés à l’unité allemande furent construits dans toute l’Allemagne fédérale. Par ailleurs, on se servit aussi des commémorations du 17 juin 1953 pour marquer la rupture spatiale que constituait la frontière entre les deux Allemagnes, que les plus virulents défenseurs de l’unité appelaient « ligne de démarcation ». Ainsi, les défilés aux flambeaux ou les feux commémoratifs (Mahnfeuer) près de la frontière – le feu symbolisant la communauté et exprimant la solidarité des Allemands de l’Ouest avec ceux de l’Est – furent-ils nombreux. Des courses relais de jeunes partant des autres frontières et convergeant vers la frontière orientale participaient à cette mystique tout en se rattachant à la mythologie nationale, car elles imitaient les courses du XIXe siècle convergeant vers le monument consacré à Hermann56.

  • 57 Bundesministerium für Gesamtdeutsche Fragen, Der Volksaufstand vom 17. Juni 1953. Denkschrift über (...)
  • 58 Curt Riess, Der 17. Juni, Berlin, 1954.
  • 59 Stefan Brant, Der Aufstand. Vorgeschichte, Geschichte und Deutung des 17. Juni 1953, Stuttgart, 195 (...)
  • 60 Arnulf Baring, Der 17. Juni 1953, Bonn, 1957 [Première étude scientifique et bien qu’éditée par le (...)
  • 61 A partir de 1963, sa remplaçante la Bundeszentrale für politische Bildung poursuivit ce travail.
  • 62 Notamment en 1964 celui de l’attaché de presse social-démocrate du KUD, H. Hupka (note 45) rassembl (...)

27L’opinion, et particulièrement les jeunes, était à la fois sollicitée par une multitude de commémorations officielles et par des actions au long cours. Dans les écoles et les établissements d’enseignement supérieur, la commémoration du 17 juin 1953 rimait avec participation, le plus souvent obligatoire, aux discours, concours, minutes de silence ou autres manifestations afin de préserver au sein des jeunes générations la survivance de l’idée nationale. Les écoliers collectaient également des « pfennigs pour la réunification » ou participaient aux courses de relais évoquées. Plus largement pour commémorer l’unité nationale, on portait aussi des broches, comme celle représentant une porte de Brandebourg proposée par le KUD. Et alors que dans les communes et sur les places publiques les cérémonies étaient légion, le discours du 17 juin était devenu rituel. Par ailleurs, la mémoire collective était entretenue par la multiplication de publications en tout genre. Le plus souvent, le gouvernement n’y était pas étranger. Le ministère des Affaires panallemandes, dont la responsabilité était d’entretenir l’idée nationale au delà des frontières de la RFA (« Pflege des gesamtdeutschen Gedankens ») était le plus actif dans la stimulation d’une mémoire militante. Dès 1953, il publia plusieurs brochures, cartes et recueils de témoignages57. En mettant à disposition son importante documentation, il favorisa, subventionna ou aida à la diffusion des livres des journalistes Curt Riess58 et Stefan Brant (pseudonyme pour Klaus Harpprecht et Klaus Bölling)59 ou encore l’étude du politiste et historien Arnulf Baring60. Il diffusait également, notamment par le nombre important d’associations qu’il subventionnait, les discours officiels pour le 17 juin 1953, imprimés systématiquement dans le Bulletin de l’office fédéral de presse. La Bundeszentrale für Heimatdienst, créée en 1952 pour l’éducation politique – antitotalitaire – des Allemands, prenait également une part active dans l’entretien de cette mémoire61. Elles aussi éditaient livres62, brochures, discours et témoignages, organisait des conférences ou des projections de films suivies d’un débat. En RDA, en revanche, alors que la commémoration était interdite, les rapports de la Stasi et de l’Ostbüro du SPD montrent que l’on tenta souvent, sous une forme ou une autre, de commémorer le soulèvement et combien le souvenir du 17 juin 1953 est resté présent.

3. Une commémoration vidée de son contenu

  • 63 Wolfrum (note 2), p. 204ss.
  • 64 Krämer (note 56), p. 190s.

28A partir de la fin des années 1950, alors que la question allemande était victime de la détente et diluée dans la multiplicité des fronts de la guerre froide, le sentiment d’appartenance à une même Nation s’estompait au fur et à mesure que les perspectives d’une réunification proche s’évanouissaient. De nombreuses voix s’élevèrent pour critiquer le fait que de nombreux Allemands profitaient de cette journée pour se détendre. Ainsi, en 1960, l’hebdomadaire Der Spiegel se fit l’écho de cette évolution et transforma pour le titre de son reportage sur le 17 juin le slogan « Einheit in Freiheit » (l’unité dans la liberté) en « Einheit in Freizeit » (l’unité dans le loisir)63. Parallèlement, les débats se multiplièrent au sein de la classe politique pour savoir comment donner un sens à cette commémoration. Certains demandèrent de faire du 17 juin un jour travaillé dont les recettes devraient alimenter un fonds chargé d’aider financièrement les habitants ou les réfugiés de RDA64. D’autres encore souhaitèrent publiquement le retrait de cette journée fériée ou son remplacement par le 23 mai, date de la création de la RFA.

  • 65 Wolfrum (note 2), p. 248ss.

29De fait, comme le souligne Edgar Wolfrum, les Allemands de l’Ouest commençaient à s’être forgé une identité à eux, avec des mythes fondateurs propres comme le miracle économique, l’Etat social, l’intégration occidentale, la souveraineté, le réarmement et le retour parmi le concert des puissances65. De plus, le SPD avait beaucoup changé, son nationalisme s’estompait progressivement. La détente et la sécurité collective étaient devenues prioritaires et devaient permettre l’unification. Et même si l’opinion publique ne suivait pas encore les quelques précurseurs de l’Ostpolitik (au sein de l’Eglise protestante, des sociaux-démocrates ou de certains libéraux), l’Allemagne était désormais à la recherche d’une cohabitation dans la division. En août 1961, la construction du mur – une vraie rupture – aggrava ces tendances, même si temporairement la mystique de la Nation connut un nouvel élan et les commémorations une réelle ampleur l’année suivante.

  • 66 « Nationaler Gedenktag des deutschen Volkes » ; Hupka (note 45), p. 16.
  • 67 « Dieser Tag darf nicht den Feiertagen zugerechnet werden, die zur Entspannung, Erholung oder gar d (...)
  • 68 « Es war fade, man ging mit ein bisschen feierlicher Miene in die Klischee-Feierstunde für die Ober (...)

30Enfin, tel un vœu pieux, le président de la RFA, Heinrich Lübke, proclama officiellement, en 1963, le « jour de l’unité allemande » « jour national de commémoration du peuple allemand »66. Il rappelait que « ce jour ne doit pas être assimilé aux jours fériés, qui servent à la détente, au repos ou même aux distractions »67 mais être « commémoré en silence ». Surtout chez les jeunes, la commémoration du 17 juin 1953 se heurtait à une mémoire en partie vidée de son contenu. Dans un article au titre révélateur « Nous ne voulons pas de fête de Sedan », des écoliers de Hambourg avaient en 1962 raconté dans leur journal : « C’était fade. On allait avec une mine un peu officielle à la cérémonie cliché pour le second cycle. Là, on récitait quelques poésies. Et l’hymne national sur les lèvres, on courait vers la sortie pour aller à la piscine. »68

  • 69 « Ist es so, dass morgen der 17. Juni ausbricht ? », cf. Armin Mitter, Stefan Wolle (éd.), Ich lieb (...)

31Ainsi, le 17 juin 1953 et sa mémoire furent non seulement le pouls de l’Allemagne dans les années 1950, ils le sont restés. En RFA, leur évolution est non seulement un révélateur de la conception de la Nation ou des rapports à la question allemande, mais aussi un indicateur de la démocratisation tant de la vie politique intérieure que de la politique étrangère. En RDA, ils symbolisèrent pour les uns tant l’oppression communiste, l’absence de liberté et l’espoir de l’unification, qu’ils furent pour les autres un traumatisme dans l’exercice de la dictature – au point que le chef de la police secrète, Erich Mielke, demanda dans une réunion de travail, au début des troubles de l’automne en 1989, si l’on était à l’aube du 17 juin !69

  • 70 Cité par Wolfrum (note 2), p. 250.

32In extremis, le Jour de l’unité allemande survécut à la grande coalition, mais finit par succomber au Jour de la réunification. Peut-être pensait-on alors, comme le social-démocrate Karl Schiller, en 1967, qu’il « ne devait pas devenir un reliquat inutile de la guerre froide »70. Mais, après l’explosion mémorielle de 2003, en 2005 encore, alors que les parlementaires votaient des indemnisations pour ses victimes, le 17 juin 1953 semblait plus présent que jamais. Sans doute parce que sa mémoire pourrait permettre de contribuer à reconstruire, comme aux origines, une nouvelle identité à l’Allemagne, réunifiée désormais. Car l’histoire des deux Allemagnes pendant la guerre froide est une histoire croisée et entremêlée, tout en étant parfois restée très étrangère l’une à l’autre.

Notes

1 Edgar Wolfrum, « Neue Erinnerungskultur ? Die Massenmedialisierung des 17. Juni 1953 », in : Aus Politik und Zeitgschichte, 40-41 (2003), p. 33-39.

2 Cf. l’excellente bibliographie réalisée par la bibliothèque de la Konrad-Adenauer-Stiftung, consultable sur http://www.kas.de/db_files/dokumente/7_dokument_dok_pdf_841_1.pdf. L’étude de référence sur la mémoire du 17 juin 1953 reste celle de Edgar Wolfrum, Geschichtspolitik in der Bundesrepublik Deutschland. Der weg zur bundesrepublikanischen Erinnerung 1948-1990, Darmstadt, 1999.

3 Selon un sondage EMNID en 2001, seulement 43 % des personnes interrogées savaient ce qui s’étaient passé le 17 juin 1953. La méconnaissance était particulièrement prononcée chez les jeunes. ; cf. Wolfrum (note 1), p. 33.

4 Franz-Josef Strauss rappelle dans ses mémoires : « Damals ist einem die ganze deutsche Ohnmacht wieder bewusst geworden. », Franz-Josef Strauss, Die Erinnerungen, Berlin, 1989, p. 205.

5 Cf. la documentation réunie sur http://www.17juni53.de et le virtual archive du Cold War International History Project http://www.cwihp.org.

6 Le président du groupe parlementaire CDU/CUS, Heinrich von Brentano, souligna ainsi, le 15 juillet 1953, qu’on avait vu le 17 juin la différence entre guerre froide et guerre chaude, allant jusqu’à parler clairement du risque atomique qu’aurait pu connaître la RFA. Cf. Es musste alles neu gemacht werden. », Günter Buchstab (éd.), Die Protokolle des CDU-Bundesvorstandes 1950-1953, Stuttgart, 1986, p. 645ss.

7 Marianne Howarth, « Der Juni- Aufstand und die Deutschlandpolitik der Westalliierten », Aus Politik und Zeitgschichte, vol. 23, 2003, pp. 19-25 ; Bernd Stöver, Christoph Klessmann (éd.), 1953 – Krisenjahr des Kalten Krieges in Europa, Cologne, 1999 ; Ulrich Pfeil, « L’insurrection du 17 juin 1953 à Berlin-Est : un défi pour la politique allemande de la France », in : Guerres mondiales et conflits contemporains, 209 (2003), p. 47-63.

8 Christian Ostermann, « ‘Die beste Chance für ein Rollback‘ ? Amerikanische Politik und der 17. Juni 1953 », in : Stöver, Klessmann (note 7), p. 115-139 ; United States, the East German Uprising of 1953, and the Limits of Rollback, Cold War International History Project, Working Paper, 11 (1994) (en ligne sur http://www.cwihp.org).

9 Bernd Stöver, Die Befreiung vom Kommunismus. Amerikanische Liberation policy im Kalten Krieg 1947-1991, Cologne, 2002.

10 « Das ganze deutsche Volk hinter dem Eisernen Vorhang ruftuns zu, seiner nicht zu vergessen, und wir schwören ihm in dieser feierlichen Stunde : Wir werden seiner nicht vergessen. Wir werden nicht ruhen und wir werden nicht rasten – diesen Schwur lege ich ab für das gesamte deutsche Volk – bis auch sie wieder Freiheit haben, bis ganz Deutschland wieder vereint ist in Frieden und Freiheit. », Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung, 24.6.1953, no 16, p. 985.

11 Dirk van Laak, « Der Tag X. Vorbereitungen für die deutsche Wiedervereinigung vor 1989 », in : Enno Bünz et al. (éd.), Der Tag X in der Geschichte. Erwartungen und Enttäuschungen seit tausend Jahren, Stuttgart, 1997, p. 255-286.

12 Jusqu’à viser l’amalgame entre les sociaux-démocrates, marxistes mais pourtant farouchement anticommunistes, et les communistes dans la célèbre affiche de la CDU pour les élections de septembre 1953 « Alle Wege des Marximus führen nach Moskau » (« Tous les chemins du marxisme mènent à Moscou »).

13 Si l’impulsion et la majorité des acteurs ont été d’origine ouvrière, la question d’un « soulèvement du peuple » (Volksaufstand) a été très débattue. Les recherches récentes ont cependant montré que la participation de nombreuses couches sociales aux événements permet d’employer ce terme. Pour un bilan cf. Torsten Diederich, Waffen gegen das Volk. Der 17. Juni1953 in der DDR, Munich, 2003, p. 136-165.

14 Cité par E. Wolfrum (note 2), p. 87

15 « Der 17. Juni 1953 wird einst und vielleicht nicht nur in die deutsche Gecshichte eingehen als ein grosser, symbolischer Tag. Er sollte bei uns jetzt schon zum Nationalfeiertag des wiedervereinigten Deutschland proklamiert werden. » ; Marion Gräfin Dönhoff « Die Flammen rauchen noch », in : Die Zeit, 25 juin 1953.

16 Au SPD, mais aussi au ministère des Affaires pan-allemandes, on voulut éviter une mémorialisation trop rapide de l’évènement. La commémoration du 17 juin 1953 ne devait pas devenir un jour du souvenir ou de deuil, mais devait aller de l’avant, être tournée vers la réunification et attester de l’implacable volonté des Allemands d’atteindre cet objectif.

17 Wolfgang Buschfort, Das Ostbüro der SPD. Von der Gründung bis zur Berlin-Krise, Munich, 1991.

18 Kai-Uwe Merz, Kalter Krieg als antikommunistischer Widerstand. Die Kampfgruppe gegen Unmenschlichkeit 1948-1959, Munich, 1987.

19 Frank Hagemann, Der Untersuchungsausschuss Freiheitlicher Juristen 1949-1969, Francfort/M, 1994.

20 Buschfort (note 17), p. 94.

21 Buschfort (note 17), p. 98s.

22 Michael Hochgeschwender, Freiheit in der Offensive ? Der Kongress für Kulturelle Freiheit und die Deutschen, Munich, 1998.

23 Rainer Hildebrandt, Der 17. Juni : zehn Erlebnisgeschichten von Personen in verschiedenen Brennpunkten der Aufstandes, Berlin, 1983, p. 5.

24 « Antikommunismus als Lebensaufgabe », in : Bernd Eisenfeld et al., Die verdrängte Revolution. Der Platz des 17. Juni 1953 in der deutschen Geschichte, Brême, 2004, pp. 501-589.

25 Ibid., p. 562.

26 Pour une première approche en français, cf. Bernard Ludwig, « La propagande anticommuniste en Allemagne fédérale. Le « VFF » pendant allemand de « Paix et Liberté », in : Vingtième Siècle, 80 (octobre-novembre 2003), p. 33-42.

27 Stefan Stosch, Die Adenauer-Legion. Geheimauftrag Wiederbewaffnung, Constance, 1994.

28 Die Wahrheit, 3 (1953) ; Bundesarchiv Koblenz (BAK), B 141-4697.

29 Du fait de la proclamation de l’état d’urgence, l’exécution de membre des forces de sécurité est-allemande est effectivement documentée. L’exécution de soldats soviétiques, qui ressort de certains témoignages, n’est quant à elle attestée par aucune archive écrite. Cf. T. Diederich, Waffen gegen das Volk…, op. cit., pp. 170-171

30 Respectivement Ministre-président, Vice Ministre-président et Ministre pour la Sécurité de l’Etat de RDA.

31 Rappelons qu’une telle procédure est en 1953 encore en cours (depuis 1951) devant la Cour constitutionnelle ouest-allemande à la demande du gouvernement.

32 En fait, Comité international Paix et Liberté. Cf. Bernard Ludwig, « Le Comité européen et international Paix et Liberté. « Internationale » ou réseau de l’anticommunisme ? (1950-1970) », in : Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 20 (2004), pp. 13-33 (en ligne sur http://ipr.univ-paris1.fr).

33 Lettre du VFF aux membres du Bundestag du 14 juin 1954 ; BAK, B 137-2609 ; Appel : « Es lebe die Freiheit ! », Das freie Wort, 26 juin 1954, Archiv der sozialen Demokratie (AdsD), Dossier VFF, mais aussi dans Die Welt, 17 juin 1954 et Der Mittag, 16 juin 1954, cf. aussi Lettre du VFF à Gumbel (chancellerie fédérale) et à Adenauer du 21 juin 1954 ; BAK, B 136-1765.

34 Le tract de Paix et Liberté formulait ainsi : « Travailleurs français, n’oubliez pas ! Le 17 juin 1953, à Berlin-Est, l’armée Rouge a tiré sur la classe ouvrière » ; BAK, B 137-2613.

35 « Comme à Berlin-Est le 17 juin 1953. A Poznan (Pologne) le 28 juin 1956, l’armée Rouge a tiré sur la classe ouvrière. En régime soviétique, l’armée n’est pas au service du peuple. C’est un instrument d’oppression. » ; BAK, B 137-2613.

36 Proposition du CIAS au BMG du 16 août 1957 ; BAK, B 137-16229.

37 Consultable en ligne sur www.fes.de/archiv/

38 Lettre du VFF à Gumbel (chancellerie fédérale) et à Adenauer du 21 juin 1954 ; BAK, B 136-1765.

39 Lettre du VFF du 15 juin 1955 ; BAK, B 137-2610.

40 « « Aktionseinheit der Arbeiterklasse » mit den Henkern von Budapest », 4 p., AdsD, Dossier VFF.

41 Affiche dans BAK, B 136-1765

42 « Wen wählen wir nicht in den Betriebsrat ? », 4 p. ; BAK, B 137-2614.

43 Alexander von Gallus, « Der 17. Juni im Deutschen Bundestag von 1954 bis 1990 », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, 25 (1993), p. 12-21

44 Matthias Fritton, Die Rhetorik der Deutschlandpolitik. Eine Untersuchung deutschlandpolitischer Rhetorik der Regierungen der Bundesrepublik Deutschlands unter besonderer Berücksichtigung von Reden anlässlich des Gedenkens an den 17. Juni 1953, Stuttgart, 1998.

45 Herbert Hupka (éd.), 17. Juni. Reden zum Tag der Deutschen Einheit, Kassel, 1964, p. 29-38.

46 Hupka (note 45), p. 38-46.

47 Hupka (note 45), p. 53-58.

48 En tant que premier historien de la Résistance allemande, il avait lui aussi déjà rapproché ailleurs 20 juillet 1944 et 17 juin 1953, notamment sur ces aspects moraux. Cf. Hans Rothfels, « Das politische Vermächtnis des deutschen Widerstands », in : Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 2 (1954), p. 329-343.

49 Dans un discours à l’Université de Tübingen, où il enseignait, Rothfels avait utilisé la formule « … wir dürfen nicht Einheit für Freiheit kaufen », cité par Bernd Faulenbach, « Die ‚Verarbeitung’ des 17. Juni 1953 in der DDR und der Bundesrepublik », in : Ulrich Mählert (éd.), Der 17. Juni 1953 : ein Aufstand für Einheit, Recht und Freiheit, Bonn, 2003, p. 262.

50 Hupka (note 45), p. 68-81.

51 Hupka (note 45), p. 81-89.

52 Cf. Wolfrum (note 2), p. 201ss.

53 Comme chez Gerhard Ritter : « … die deutsche Vaterlandsliebe ist unteilbar wie das deutsche Vaterland selbst. Die Geschichte eines Jahrtausends, die uns zu einer Nation zusammengehämmmert hat, lässt sich nicht mit Federstrichen der Diplomaten, wie es von Teheran bis Potsdam versucht wurde, einfach hinwegwischen. » ; Hupka (note 45), p. 45.

54 Wolfrum (note 2), p. 186.

55 Notamment l’ancien président du Reichstag Paul Löbe, le président de la commission des Affaires pan-allemandes du Bundestag Herbert Wehner, l’historien Werner Conze, le parlementaire Johann Baptist Gradl.

56 Martin Krämer, Der Volksaufstand vom 17. juni 1953 und sein politisches Echo in der Bundesrepublik Deutschland, Bochum, 1996, p. 188

57 Bundesministerium für Gesamtdeutsche Fragen, Der Volksaufstand vom 17. Juni 1953. Denkschrift über den Juni-Aufstand in der sowjetischen Besatzungszone und in Ostberlin, Bonn, 1953, 88 p. ; Id., Juni-Aufstand. Dokumente und Beriche über den Volksaufstand in Ostberlin und in der Sowjetzone, Berlin, 1953, 80 p.

58 Curt Riess, Der 17. Juni, Berlin, 1954.

59 Stefan Brant, Der Aufstand. Vorgeschichte, Geschichte und Deutung des 17. Juni 1953, Stuttgart, 1954 [Il fut notamment à l’origine de la propagation du mythe de la révolution manquée].

60 Arnulf Baring, Der 17. Juni 1953, Bonn, 1957 [Première étude scientifique et bien qu’éditée par le ministère des Affaires pan-allemandes, elle cassait les espoirs que la révolte aurait pu se transformer en révolution réussie et mettait l’accent sur le caractère essentiellement ouvrier du soulèvement.].

61 A partir de 1963, sa remplaçante la Bundeszentrale für politische Bildung poursuivit ce travail.

62 Notamment en 1964 celui de l’attaché de presse social-démocrate du KUD, H. Hupka (note 45) rassemblant tous la plupart des discours officiels tenus jusqu’alors.

63 Wolfrum (note 2), p. 204ss.

64 Krämer (note 56), p. 190s.

65 Wolfrum (note 2), p. 248ss.

66 « Nationaler Gedenktag des deutschen Volkes » ; Hupka (note 45), p. 16.

67 « Dieser Tag darf nicht den Feiertagen zugerechnet werden, die zur Entspannung, Erholung oder gar dem Vergnügen dienen » ; Hupka (note 45), p. 15.

68 « Es war fade, man ging mit ein bisschen feierlicher Miene in die Klischee-Feierstunde für die Oberstufe, dort wurden ein paar Gedichte aufgesagt und mit dem Deutschlandlied auf den Lippen strömte man dem Ausgang zu und ging ins Schwimmbad. », cité par E. Wolfrum (note 2), p. 203ss.

69 « Ist es so, dass morgen der 17. Juni ausbricht ? », cf. Armin Mitter, Stefan Wolle (éd.), Ich liebe euch doch alle ! Befehle und Lageberichte des MfS. Januar-November 1989, Berlin, 31990, p. 125

70 Cité par Wolfrum (note 2), p. 250.

Auteur

Né en 1973 ; doctorant en histoire, en co-tutelle, aux Universités de Paris I et de Jena

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search