Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Les deux Allemagnes face à l’héritage national-socialiste

Bernd Faulenbach
Traduction de Jean-Léon Muller

Texte intégral

1Nous sommes ici en présence d’un triple rapport : celui de la République fédérale à la période nazie (question de la continuité et de la discontinuité), celui de la RDA à cette même période (histoire des deux dictatures allemandes successives) et, enfin, celui qui existe dans la relation entre les deux États allemands (histoire de la division allemande). De fait, notre réflexion se situe à la croisée de questions essentielles sur l’interprétation de l’histoire récente de l’Allemagne.

  • 1 Cf. Jeffrey Herf, Zweierlei Erinnerung. NS-Vergangenheit im geteilten Deutschland, Berlin, 1998 ; (...)

2En dépit de toutes les différences qui distinguent dès l’origine les deux États allemands, ils ont été, au moins partiellement, confrontés à des problèmes identiques, dont faisait partie le traitement du passé national-socialiste. On peut même, jusqu’à un certain point, concevoir l’histoire des deux États allemands comme celle de leur confrontation avec ce passé. Et cette grille de lecture permet d’engager une analyse comparative de l’histoire de ces deux États et de leurs sociétés1.

  • 2 Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, (...)

3Il est vrai que l’étude du traitement du passé national-socialiste présente des dimensions trop nombreuses pour être présentées ici de façon exhaustive. Mentionnons le rapport à l’héritage du national-socialisme, plus précisément la question du renouvellement des élites et de leur « épuration », le traitement judiciaire des crimes commis pendant la période nazie et le problème des réparations et des compensations (Wiedergutmachung), qui comprend lui aussi de multiples aspects2. Le problème du « traitement du passé nazi », implique cependant d’autres questions que je voudrais mettre en évidence :

4Comment a-t-on interprété le régime nazi et quelles conséquences en a-t-on tirées pour le présent ?

5Quelle fut la nature du rapport entretenu par la République fédérale et la RDA avec le Troisième Reich et le national-socialisme ? Jusqu’à quel point peut-on considérer l’ordre politique et social des deux États comme une réaction à l’expérience nazie ?

6Quelle fut la profondeur de la rupture avec le passé nazi dans les deux sociétés au cours des années 1950 ? Ce passé fut-il un des thèmes du débat social ?

7Jusqu’à quel point l’historiographie et la recherche historique des années 1950 se sont-elles confrontées au passé nazi ?

8Comment les événements de ce passé ont-ils été pris en compte par la culture mémorielle des deux États allemands ?

9Jusqu’à quel point les deux États se sont-ils trouvés en concurrence quant à la maîtrise (Bewältigung) du passé nazi ? Jusqu’à quel point ce passé fut-il l’objet d’affrontements entre les deux États, en particulier pendant la guerre froide ?

10On abordera l’évolution de ces questions au cours des années 1950. En conclusion, les évolutions ultérieures dans les deux États allemands seront toutefois évoquées.

I. La fondation des deux États et leur rapport avec le Troisième Reich et le national-socialisme

11La République fédérale et la RDA résultèrent toutes deux de l’effondrement du Troisième Reich et de l’antagonisme entre l’Est et l’Ouest. La République fédérale se définit comme le successeur légitime du Reich, ce qui soulignait sa prétention à être l’unique État allemand, mais était préjudiciable en termes de responsabilité. À l’inverse, le nouvel ordre de la RFA était perçu comme en rupture avec le Troisième Reich. De ce point de vue, la République fédérale était en accord avec la RDA, qui soulignait, bien sûr, cette rupture de façon plus emphatique. Les deux États différaient non seulement par leurs systèmes politiques et sociaux – bientôt perçus comme diamétralement opposés –, mais aussi par leur interprétation du Troisième Reich, dont ils tiraient des enseignements différents.

12Les fondements historiques et politiques, les positionnements politiques qui sous-tendaient l’interprétation du nazisme et du fascisme s’étaient mis en place avant 1945, mais correspondaient désormais à une division géographique. Alors qu’à l’Est dominait une position unique, à l’Ouest une concurrence s’exerçait entre des positions diverses, mais pour l’essentiel en opposition avec celle de l’Est.

1. La Loi fondamentale de la RFA et le passé nazi

  • 3 Cf. Kurt Schumacher, Reden – Schriften – Korrespondenzen 1945-1953 ; édité par Willy Albrecht, Ber (...)

13Les rédacteurs de la Loi fondamentale cherchèrent tout naturellement à dépasser l’objectif d’une constitution conçue en opposition au Troisième Reich. Ils puisèrent dans les traditions allemandes et européennes et durent tenir compte des exigences particulières des Alliés occidentaux. Quoi qu’il en soit, l’exemple à ne pas suivre restait le régime nazi et, plus largement, le totalitarisme. C’est pourquoi on accorda beaucoup de valeur aux droits fondamentaux, élevés au rang de principes juridiques, ainsi qu’au partage et au contrôle des pouvoirs. Il s’agissait bien sûr aussi d’éviter les erreurs de la constitution de Weimar. On s’affronta autour de l’ordre économique et social. Le SPD voulait imposer à la fois la démocratie et le socialisme, considérés comme étroitement liés3. Pour les sociaux-démocrates, la faiblesse des traditions démocratiques au sein de la bourgeoisie – en particulier chez les entrepreneurs – avait permis la prise du pouvoir par les nazis et il convenait d’en tirer les conséquences en termes sociaux. Mais leurs efforts en faveur des nationalisations furent contrés par les Alliés, Américains en tête, et par les forces bourgeoises de la société allemande. De plus, la CDU et la CSU étaient plus enclines que le SPD à accepter le système fortement décentralisé voulu par les Occidentaux, d’autant que le fédéralisme avait des racines profondes dans l’histoire allemande et que l’état nazi était considéré comme fortement centralisé et ayant exercé un contrôle absolu. Le pouvoir de masse, propre, selon les conservateurs, à la dictature nazie, devait être remplacé par le nouvel ordre de la démocratie constitutionnelle : une démocratie représentative de type fédéral. Plaidant pour une centralisation plus forte, les sociaux-démocrates n’obtinrent que partiellement satisfaction. Dans son ensemble, la Loi fondamentale fut un compromis entre différentes positions, fondées sur des interprétations divergentes du national-socialisme et du « Troisième Reich ».

2. Le nouvel ordre de la « démocratie antifasciste » dans la zone soviétique puis en RDA

14Si la première constitution de la RDA montrait encore des similitudes avec celle d’une démocratie bourgeoise, le SED essaya d’emblée de présenter le pays comme un État antifasciste. Un changement radical à caractère « antifasciste et démocratique » conduisit à l’élimination de la grande propriété terrienne, reliquat du féodalisme, et à la transformation de l’industrie en propriété du peuple (plus exactement en sociétés soviétiques) de façon à éradiquer une fois pour toutes – tel était le discours officiel – les conditions économiques et politiques du fascisme.

  • 4 Cf. « Antifaschismus », in : Wörterbuch der Geschichte, Berlin (RDA), 1983, vol. I, p. 41ss.
  • 5 Cf. Olaf Groehler, « Antifaschismus – vom Umgang mit einem Begriff », in : Ulrich Herbert, Id., Zw (...)
  • 6 Cf. Peter Graf Kielmansegg, Lange Schatten. Vom Umgang der Deutschen mit der nationalsozialistisch (...)

15Ces réformes « révolutionnaires », réalisées avec l’aide de la puissance occupante, répondaient à une conception économique du fascisme, formulée de façon péremptoire par Georgi Dimitroff en 1933 : « le fascisme était la dictature ouvertement terroriste des éléments les plus réactionnaires, les plus chauvins et les plus impérialistes du grand capital financier »4. Le nouvel ordre vaincrait le fascisme grâce à un profond changement social faisant de la RDA le premier État des travailleurs et des paysans sur le sol allemand et tous ceux qui y apporteraient leur contribution seraient considérés comme antifascistes5. Il va sans dire que, pour les communistes, l’élimination du capitalisme par le socialisme avait toujours figuré à l’agenda de l’histoire mondiale. Mais la domination des fascistes et la guerre dont ils étaient responsables avaient démontré l’urgence de la tâche6. Au regard des crimes nazis, le nouvel ordre acquit une légitimité morale supplémentaire et l’antifascisme joua un rôle éminent dans le système de justification de la RDA. Il ne fait donc aucun doute que le national-socialisme fut clairement rejeté par les élites des deux Allemagnes mais les justifications et les conséquences de ce rejet étaient différentes.

II. La société des deux États allemands et le passé national-socialiste au cours des années 1950

16On peut discuter du caractère plus ou moins radical de la rupture avec la période nazie dans les deux sociétés, au cours des années 1950. Mais il n’en demeure pas moins que le traitement de l’« héritage » national-socialiste y fut différent.

1. Une société de « suiveurs » (« Mitläufer ») ?

  • 7 Frei (note 2), p. 163ss.
  • 8 Cf. Peter Steinbach, Nationalsozialistische Gewaltverbrechen. Die Diskussion in der deutschen Öffe (...)

17On a souvent affirmé qu’en Allemagne fédérale, les années 1950 avaient été marquées par un refoulement général de la période nazie. Cette thèse doit être nuancée. C’est la question de la responsabilité qui fut le plus souvent évacuée. Le bannissement général du national-socialisme ne faisait aucun doute et la confrontation avec l’expérience de la guerre trouva diverses expressions, surtout dans la littérature. L’extermination des juifs y jouait un certain rôle, mais il n’était pas encore au centre des représentations de la période nazie. De nombreux allemands se posaient en victimes. Soldats, civils bombardés et expulsés, avaient souffert par la faute d’Hitler et de sa clique. En définitive, la grande majorité de la population ne voulait pas reconnaître avoir eu des relations autres que superficielles avec le national-socialisme. Pourtant, bien des esprits furent longtemps persuadés que tout n’avait pas été négatif et que l’association de la nation et du socialisme était une bonne idée, dont seule la mise en œuvre avait failli. On réclama très tôt de tirer un trait sur le passé. Un « lobby de la grâce » se forma et essaya d’empêcher la poursuite des procédures engagées contre les criminels de guerre incarcérés, entre autres, à la prison de Landsberg7. Il faut ici rappeler que la distinction entre les « crimes de guerre » et les « crimes contre l’humanité », telle la Shoah, s’imposa seulement au cours des années 1950. Quoi qu’il en soit, les crimes nazis n’appartenaient pas, pour la plupart, à la catégorie des crimes de guerre « normaux ». Organisés par les Alliés dans les années d’après-guerre, le procès de Nuremberg et ceux qui l’avaient suivi avaient sanctionné les principaux criminels de guerre et les membres des instances dirigeantes du régime. Des tribunaux allemands avaient prononcé de nombreuses sentences dans des affaires non traitées par les Alliés, les magistrats allemands n’étant pas autorisés à revenir sur des cas déjà jugés. Mais au cours des années 1950, la sanction des crimes de la période nazie fut, de fait, interrompue. C’est seulement après la création de l’office central pour l’examen des crimes nazis (Zentralstelle zur Ermittlung von NS-Verbrechen), à Ludwigsburg en 1958, que commença la préparation systématique des grands procès contre les coupables des crimes perpétrés dans les camps d’extermination8.

  • 9 Hermann Lübbe, Der Nationalsozialismus im deutschen Nachkriegsbewußtsein, in : Historische Zeitsch (...)

18Il ne fait aucun doute que le climat des années 1950 et la politique de la République fédérale facilitèrent l’adaptation aux nouvelles réalités et l’acceptation du nouvel ordre pour des millions de « suiveurs » du régime nazi. Relevant cet état de fait, le philosophe Hermann Lübbe a soutenu dans les années 1980 que le silence généralisé sur les comportements individuels, combiné à la réprobation des crimes nazis, avait grandement contribué à gagner à la démocratie des millions de suiveurs du régime9. On lui a bien sûr objecté que cette attitude avait eu pour prix l’occultation de la responsabilité individuelle. De fait, l’article 231 avait répondu de façon plutôt généreuse aux revendications d’anciens fonctionnaires, mis à pied après la dénazification. En définitive, on est en droit d’affirmer qu’au cours des années 1950, la société de la République fédérale était dominée par une attitude associant une posture victimaire au rejet de la responsabilité sur Hitler et sur un groupe plutôt restreint de responsables nazis et de SS.

2. Un État d’antifascistes ?

19Dans la zone d’occupation soviétique, puis en RDA, la sanction des anciens nazis fut en apparence plus poussée qu’en République fédérale. Conformément à la perception dominante du fascisme, il s’agissait d’en supprimer les racines politiques et économiques, autrement dit d’éliminer la société capitaliste bourgeoise et de construire un ordre socialiste avec une dictature du parti, justifiée non seulement par la théorie marxiste mais aussi par la nécessité d’éradiquer le fascisme.

20La dénazification fut dans l’ensemble plus sévère mais aussi plus arbitraire en RDA qu’en Allemagne de l’ouest. Mais pour ce qui est des procédures judiciaires, l’évolution ne fut en rien plus positive. Après les affaires de l’immédiat après-guerre, au rang desquels figurait le jugement discutable rendu dans les années 1950 à Waldheim, en Saxe, il y eut tout aussi peu de procès. De plus, à l’inverse de la RFA après 1958, la RDA n’engagea pas la répression systématique des crimes nazis. A partir des années 1960, les procédures semblèrent avant tout être la conséquence de celles qui avaient lieu en RFA.

  • 10 Olaf Groehler, « Zur Geschichte des deutschen Widerstands. Leistungen und Defizite », in : Rainer (...)
  • 11 Gröhler (note 10).

21Un autre fait fut encore plus déterminant. Avec la création de l’État-parti du SED, on avait apparemment tiré de la période nazie toutes les leçons nécessaires. L’examen approfondi des comportements et des idées rendus possibles par le nazisme n’eut jamais lieu. La question de la complicité et de la responsabilité individuelle fut elle aussi passée sous silence. En 1990, l’historien est-allemand Olaf Groehler constata sur le mode de l’autocritique que, faute d’une confrontation approfondie avec cette question, s’était imposé le sentiment que « les Allemands ayant la chance d’être nés entre l’Elbe et l’Oder étaient indemnes du fardeau de la guerre et du nazisme et appartenaient exclusivement à la catégorie des victimes, des opposants et, en dernière analyse, des vainqueurs de l’histoire »10. Un processus décisif avait ici été passé par pertes et profits, à savoir la confrontation morale de millions de citoyens de la RDA avec leur propre responsabilité, leur implication et leur complicité pendant la période nazie, examen auquel on ne pouvait substituer une simple procédure judiciaire ou administrative. C’est donc avec une facilité excessive que des millions d’Est-allemands auraient ainsi échappé à leur responsabilité historique en se « soumettant à un nouveau système de commandement », système dont les méthodes, à bien des égards familières, leur assuraient l’absolution. La biographie de nombreux citoyens de RDA s’est retrouvée « face à un abîme, preuve éloquente que l’examen de conscience sur le national-socialisme, pourtant condamné verbalement avec force, avait à peine été esquissé »11.

22Ici aussi, suiveurs et nazillons eurent tout le loisir de trouver des arrangements avec la nouvelle situation. « Le grand SED, ami des petits nazis », telle fut donc la tendance, dès les premières années d’après-guerre. C’est dans ce contexte que le SED créa le parti paysan allemand (Deutsche Bauernpartei ou DB) et le parti national-démocratique d’Allemagne (Nationaldemokratische Partei Deutschlands ou NDPD), formations qui, comme toutes celles du bloc socialiste, avaient pour fonction de permettre aux anciens nazis et à l’ensemble des nationalistes de s’intégrer au système. Dans la RDA des années 1950, la société fut donc moins confrontée qu’en RFA à la question de la responsabilité individuelle envers le nazisme, sa politique et ses crimes. Ce fait fut d’autant plus problématique qu’à l’inverse de l’Allemagne de l’ouest, ce retard ne fut jamais vraiment comblé, en dépit et peut-être à cause du culte de l’État antifasciste sur lequel nous reviendrons.

III. Historiographie et recherche en histoire contemporaine en RDA et en Allemagne fédérale

  • 12 Cf. Friedrich Meinecke, « Die deutsche Katastrophe », in : Id., Autobiographische Schriften, Stutt (...)

23Dans l’immédiat après-guerre, les différentes zones d’occupation furent le théâtre d’un débat autour des causes profondes de la « catastrophe allemande », pour reprendre le titre du livre de Friedrich Meinecke12. On chercha dans un passé plus ancien des explications à Hitler, au « Troisième Reich », au national-socialisme et à la Deuxième Guerre mondiale. Il fut souvent question d’une dérive allemande, dont les manifestations caractéristiques avaient été l’État prussien et le militarisme. La responsabilité de l’hitlérisme fut recherchée chez Bismarck, Frédéric le Grand ou Luther. Cette thématique, avant tout cultivée à l’ouest, perdit de son actualité à partir de 1950. Elle traduisait l’ampleur de la crise d’identité allemande après la « catastrophe ». Mais pour ce qui est des années 1950, il convient d’étudier la place accordée à la période nazie par l’historiographie et la recherche historique au sein des deux États allemands.

1. Le développement de l’histoire contemporaine en Allemagne fédérale

  • 13 Cf. Karl Dietrich Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik. Eine Studie zum Problem des Machtv (...)

24À l’ouest, on assista au développement précoce des publications en histoire contemporaine, pour lesquelles des conditions institutionnelles particulières avaient été créées. L’Institut d’histoire contemporaine de Munich commença ses activités dès 1950, avec le soutien conjoint du Land et de l’État fédéral. Une querelle initiale éclata au sujet des objectifs de l’institut. Devait-il remplir une fonction pédagogique auprès de la population ou se consacrer entièrement à la recherche ? La question fut tranchée en faveur de la seconde solution et, à partir de 1953, commença la parution des cahiers trimestriels d’histoire contemporaine. Les principaux axes du travail de l’institut furent d’emblée la République de Weimar et le « Troisième Reich ». Dans les années 1950 (et 1960) il s’agissait avant tout de rechercher les causes de l’échec de Weimar et de l’ascension d’Hitler et du parti nazi. C’est dans ce cadre qu’on assista au développement rapide de la recherche. Dès 1955, paraissait l’ouvrage de Dietrich Bracher « Die Auflösung der Weimarer Republik » (La décomposition de la République de Weimar), dont l’importance est encore reconnue aujourd’hui13. Dans quelle mesure la prise de pouvoir par les nazis répondait-elle à un plan préétabli ? Quel rôle avaient alors joué l’incendie du Reichstag et les lois d’exceptions (Ermächtigungsgesetz) ? Quelles étaient les forces des démocrates après 1930 ? Autant de questions qui firent l’objet de travaux et de débats au cours des années 1950.

  • 14 Cf. Bernd Faulenbach, « NS-Interpretationen und Zeitklima. Zum Wandel der Aufarbeitung der jüngste (...)
  • 15 Cf. Ian Kershaw, Der NS-Staat Geschichtsinterpretationen und Kontroversen im Überblick, Hambourg, (...)
  • 16 Cf. Eugen Kogon, Der SS-Staat. Das System der deutschen Konzentrationslager, Düsseldorf, 1946.

25Pour ce qui est du Troisième Reich – hormis les prémisses idéologiques du régime – ce furent avant tout la personne d’Hitler et la politique étrangère qui monopolisèrent l’attention. Au regard des premières interprétations de l’hitlérisme, le plus souvent à caractère démonologique, l’analyse du Troisième Reich en tant que système totalitaire était à coup sûr un progrès. Elle satisfaisait partiellement aux aspirations expiatoires liées à la question de la responsabilité et permettait en outre de lier confrontation avec le système nazi et affrontement avec les régimes communistes et staliniens14. Les recherches précoces sur la période nazie pâtirent de difficultés d’accès à des sources essentielles. Dans les années 1950, la levée de cet obstacle permit de donner une nouvelle assise à l’étude du régime nazi et montra d’emblée que l’image d’un État hitlérien monolithique reflétait mal la réalité du Troisième Reich15. Dès les premières années d’après-guerre, l’attention s’était portée sur le système concentrationnaire et les crimes du régime. Mentionnons ici le livre précoce d’Eugen Kogon sur l’État SS16. La recherche contemporaine se pencha aussi sur la politique d’extermination mais se concentra sur les coupables. « Comment en étaient-ils venus à perpétrer ces crimes ? », telle était la question principale, tandis que les victimes ne jouissaient pas d’une attention suffisante. Cette situation perdura d’ailleurs dans les années 1960 et 1970.

  • 17 Cf. Mathias Beer, « Im Spannungsfeld von Politik und Zeitgeschichte. Das Großforschungsprojekt Dok (...)

26L’échec de la République de Weimar et de la période nazie furent pendant de longues années le thème central de l’histoire contemporaine. Mais l’après-guerre et, en particulier le destin des réfugiés et des expulsés de l’est, se retrouvèrent aussi au devant de la scène (un important projet de recherche étant mené à bien dans la perspective d’éventuelles négociations de paix)17. En RFA, à partir des années 1950, l’histoire contemporaine s’était donc développée jusqu’à former une discipline de plus en plus dynamique et indépendante. Dans les années 1960 et 1970, cette première impulsion, essentiellement critique, s’étendit à la période impériale et à la Première Guerre mondiale.

2. La domination du SED sur l’écriture de l’histoire

  • 18 Martin Sabrow, Das Diktat des Konsenses. Geschichtswissenschaftin der DDR 1949-1969, Munich, 2001, (...)
  • 19 Sabrow (note 18), p. 203ss.

27En RDA, l’historiographie et la recherche en histoire contemporaine connurent un développement conditionné, remarque qui vaut surtout pour les années 1950. La direction du SED considérait l’écriture de l’histoire avec le plus grand sérieux. Mais la conséquence de cette attention fut de donner d’emblée une interprétation politique à l’histoire de Weimar et de la période nazie. Walter Ulbricht lui-même considérait qu’il avait pour second métier – ce sont ces propres termes – celui d’historien. Martin Sabrow, auteur d’un des ouvrages fondateurs sur l’histoire en RDA, a qualifié la République de Weimar et la période nazie de « thèmes politiquement contaminés »18. Dans les années 1950, ce contexte impliqua « de renoncer [pour ces périodes] à toute démonstration de nature empirique ». On s’appuya à défaut sur les « appréciations fondamentales et les travaux historiques de fonctionnaires en vue » du KPD, du SED et du mouvement ouvrier international et, dans les premières années, en particulier sur Staline19.

  • 20 Cf. Joachim Käppner, Erstarrte Geschichte. Faschismus und Holocaust im Spiegel der Geschichtswisse (...)
  • 21 Cf. Groehler (note 10).

28Tandis que l’image de la République de Weimar était réduite à la lutte entre le KPD et l’impérialisme, dont Hitler et le parti nazi étaient l’expression, la grille de lecture du Troisième Reich, développée par Dimitroff, fut conservée en l’état (et jamais totalement évincée, tant que dura la RDA). Le système nazi, Hitler à sa tête, était la dictature terroriste du capital, interprétation qui n’éclairait ni la nature du mouvement nazi, ni l’implication dans le système et dans sa politique d’une partie importante de la population. Le génocide des Juifs n’était certes pas nié, mais il ne jouait qu’un rôle secondaire, subordonné aux aspects économiques de « la main-d’œuvre esclave ». Toutes les questions extérieures à la lutte des classes étaient considérées comme secondaires. Quand l’historien Günter Paul chercha, dans les années 1960, à critiquer cette conception et à réévaluer le génocide, impossible à expliquer d’un point de vue économique, il se vit retirer toutes ses fonctions20. L’historiographie montra à l’inverse un grand intérêt pour la résistance anti-fasciste dont les communistes, très largement idéalisés, constituaient le noyau. Longtemps, les écrits sur le Troisième Reich devaient être consacrés au moins pour moitié à la résistance21. En RDA, une réflexion scientifique dépassant l’argumentaire politique sur le national-socialisme n’eut pas lieu dans les années 1950 et n’intervint plus tard que de façon sporadique.

29Du point de vue de la recherche en histoire contemporaine, la RDA n’a jamais fait figure de concurrent sérieux pour les historiens ouest-allemands, si l’on excepte un intérêt temporaire pour l’histoire du mouvement ouvrier et pour les théories marxistes qui firent preuve, il est vrai, d’une moins grande diversité que celles développées par les gauches ouest-européennes.

IV. La période nazie dans la culture mémorielle des deux États allemands

30La culture mémorielle, autrement dit les diverses formes de traitement public de l’histoire dans les deux États allemands au cours des années 1950, sont abordées ici sous le seul angle de la période nazie. On passera ici sous silence le rapport avec les traditions liées à l’histoire nationale (1848 et la tradition du drapeau noir, rouge et or, le classicisme de Goethe et de Schiller, mais aussi le souvenir du 17 juin 1953).

1. La culture mémorielle et commémorative de la RDA

  • 22 Cf. Günter Morsch (éd.), Von der Erinnerung zum Monument. Die Entstehungsgeschichte der Nationalen (...)
  • 23 Cf. Empfehlungen zur Neukonzeption der brandenburgischen Gedenkstätten, Januar 1992, Berlin, 1992s (...)

31La RDA a très vite essayé de se mettre en scène et d’établir des liens avec l’histoire la plus récente. Il suffit d’évoquer les journées du souvenir avec leurs rituels et leurs défilés, le monument pour les victimes du fascisme et du militarisme, celui des morts de la guerre et des victimes du nazisme, installé dans la « Neue Wache », sans oublier bien sûr les lieux commémoratifs, aménagés dans les années 1950 sur les sites d’anciens camps de concentrations tels Buchenwald, Sachsenhausen et Ravensbrück22. Dans les premières années d’après-guerre, Sachsenhausen et Ravensbrück avaient été utilisés comme camps spéciaux par le NKVD. Loin d’avoir appartenu à la seule catégorie des petits fonctionnaires et dignitaires du régime nazi, les internés comptèrent alors aussi de nombreux opposants à la puissance occupante soviétique et au nouveau régime. Plusieurs milliers d’entre eux y laissèrent la vie (12 000 pour le seul camp de Sachsenhausen). Après la fermeture de ces camps, il devint possible d’y édifier des lieux de mémoire pour les victimes du fascisme. Bientôt qualifiés de sites nationaux de recueillement et de mémoire, ces derniers répondaient à un aménagement bien particulier, dont la conception ne connut que peu de modifications jusqu’à la fin de la RDA. Il ne s’agissait absolument pas d’assurer la conservation muséale des installations des camps. Les baraquements et les autres bâtiments furent détruits et ont édifia des monuments, des lieux de rassemblements et des parcs pour célébrer la lutte contre le fascisme23. Il ne s’agissait pas non plus de mettre en avant les victimes de la politique nazie, et encore moins les juifs et les personnes persécutées pour des raisons raciales, mais les antifascistes, c’est-à-dire, pour l’essentiel, des combattants communistes. Les expositions avaient aussi pour but d’illustrer le combat antifasciste en Allemagne et dans d’autres pays. Les lieux de rassemblements furent, dans les années 1950, le théâtre de grandes manifestations où – conformément à la ligne du SED – on dénonçait le regain du militarisme et du revanchisme en Allemagne de l’ouest et la continuité supposée entre le Troisième Reich et la République fédérale. On y organisait aussi toute sorte de réunions solennelles de l’armée nationale populaire de RDA (« Nationale Volksarmee » ou NVA), des jeunesses communistes (« Freie Deutsche Jugend » ou FDJ), etc. Ces lieux de rassemblement existent encore aujourd’hui mais ont été en partie transformés pour présenter notamment des expositions sur leur utilisation à l’époque de la RDA. L’Allemagne de l’Est développa à l’égard des combattants antifascistes un véritable culte des martyrs. Le plus marquant fut celui rendu à Ernst Thälmann, mais de nombreux autres opposants au fascisme étaient aussi honorés : des rues et des places portaient leurs noms, des groupes des jeunesses communistes les adoptaient comme parrains, etc. Développé dans les années 1950 et au début des années 1960, ce système marqua la culture mémorielle de la RDA jusqu’en 1989.

2. La retenue et les incertitudes de la République fédérale

32La République fédérale, se considérait à l’origine comme un État provisoire – cette situation perdura pendant toute la « République de Bonn » – et n’accordait pas une grande attention à la mise en scène politique. Sa retenue exceptionnelle dans ce domaine était aussi une façon de prendre le contrepied du Troisième Reich et des régimes communistes. Mais en République fédérale, le traitement officiel de l’histoire fut en général plus diversifié qu’en RDA.

  • 24 Cf. Reichel (note 22), p. 103ss.

33La RFA reprit la tradition de la journée de deuil national (« Volkstrauertag »), en hommage aux morts de la guerre et aux victimes civiles, celles du nazisme se voyant accorder une place de plus en plus importante. Sur de nombreux monuments édifiés dans les années 1950 et 1960 on retrouve une formule dont l’imprécision même est révélatrice : « Aux victimes de la guerre et du régime de terreur »24. Comme en RDA, on commença dès les années 1950 à se souvenir des actes de résistance, mais, cette fois, ce fut pour mettre en avant l’attentat du 20 juillet 1944 et non pas l’action du mouvement ouvrier. Il est vrai que cet événement était controversé et qu’au début des années 1950, les hommes du 20 juillet étaient souvent considérés comme des traîtres. Mais, dès 1954, on érigea un monument dans le bâtiment du Bendlerblock à Berlin, ancien siège de l’OKW et centre de la « conspiration », où Stauffenberg et deux autres « conjurés » avaient été passés par les armes, le soir même du 20 juillet, les autres étant traduits devant le tribunal du peuple avant d’être, presque tous, exécutés. Le 20 juillet 1944 présentait plus d’un avantage pour les nouveaux cercles dirigeants et pour l’opinion publique ouest-allemande. Le souvenir de cet attentat permettait d’affronter le problème de la responsabilité collective. Les objectifs des hommes du 20 juillet étaient pour l’essentiel conservateurs, ce qui répondait à une tendance générale dans la société des années 1950. Mais outre les officiers et les civils des anciens milieux dirigeants, les conjurés comptaient aussi dans leurs rangs des figures de la sociale-démocratie comme Julius Leber ou Wilhelm Leuschner, si bien qu’ils pouvaient à eux seuls symboliser la totalité de l’« autre Allemagne ». Il est vrai que ce mouvement de résistance n’avait presque aucune relation avec les milieux communistes. Mais au cours des cérémonies commémoratives qui finirent par se tenir tous les ans, le 20 juillet 1944 fut souvent associé au 17 juin 1953, jour du soulèvement populaire en RDA. Dans les deux cas, des hommes s’étaient de fait soulevés contre un pouvoir totalitaire.

  • 25 Cf. pour Theodor Heuss, Thomas Hertfelder, Christiane Ketterle (éd.), Theodor Heuss, Publizist – P (...)

34En Allemagne fédérale, il fut par contre assez difficile d’édifier des lieux de mémoire sur les sites des camps de concentration. Les demandes pressantes des Alliés et des anciens détenus se heurtèrent souvent au scepticisme et à l’opposition des autorités locales et régionales, qui exprimaient sans doute un sentiment général et craignaient pour la réputation des localités concernées. Quoi qu’il en soit, en 1952, on inaugura officiellement le lieu de mémoire, aménagé six ans plus tôt à l’initiative des autorités militaires britanniques sur le site de Bergen-Belsen, avec un obélisque et un mur d’inscriptions. Au cours de la cérémonie, le président fédéral Theodor Heuss prononça un discours remarqué où il parla de la honte collective des Allemands25.

35Dachau constitue à l’inverse un exemple des résistances et des difficultés rencontrées pour la construction d’un mémorial, finalement inauguré en 1965, avec un aménagement à caractère religieux assez caractéristique de l’Allemagne fédérale (on y avait édifié une chapelle catholique, une protestante et un lieu de culte juif). Il ne fait aucun doute que les lieux de mémoire de la RFA disposaient alors de moyens financiers et de personnels plus réduits que ceux de la RDA.

36Mais à la différence de l’Allemagne de l’Est, la RFA y accordait la première place aux victimes des persécutions raciales. Sous le simple mot d’ordre « plus jamais ça ! », on n’y proposait pas de message politique, à l’inverse des lieux de mémoire est-allemands qui remplissaient une fonction de légitimation essentielle pour le régime.

V. Le passé nazi dans les relations entre les deux États allemands

  • 26 Cf. Michael Lemke, « Kampagnen gegen Bonn. Die Systemkrise der DDR und die West-Propaganda der SED (...)

37Le passé nazi pesait d’un tel poids, tant sur le plan national qu’international, qu’à la faveur de la guerre froide, il devint un élément constitutif de ce « conflit allemand si particulier » (Richard Löwenthal), l’affrontement interallemand. La RDA, dont la position de départ était la plus défavorable, se retrouva bientôt dépassée par les succès de la République fédérale, comme le prouvait avec force le flux incessant des réfugiés en provenance de l’Est. La RDA essaya de compenser ce désavantage en se présentant comme l’État moralement le plus avancé et qui, contrairement à la RFA, avait su tirer toutes les conséquences du passé fasciste de l’Allemagne. Tout en soignant son image d’État antifasciste, la RDA lança des attaques contre la République fédérale, pour l’essentiel de 1957 à 1966. Elle s’en prit à des personnalités politiques ouest-allemandes ayant eu un passé nazi réel ou supposé, comme le ministre Theodor Oberländer, accusé d’avoir participé à des exécutions à Lemberg, ou le secrétaire d’État du gouvernement Adenauer, Hans Globke, qui avait rédigé le commentaire juridique des lois raciales de Nuremberg. Tous deux firent l’objet d’un procès par contumace où furent dénoncés les « nazis sanguinaires » qui occupaient toujours d’importantes fonctions au sein de la « république de Bonn »26. De telles campagnes furent systématiquement orchestrées par Berlin-est pour nuire à la République fédérale. En 1960, la RDA chercha même à instrumentaliser le procès Eichmann contre Bonn, ce qui n’était pas sans risque, le régime est-allemand ayant, à l’inverse de la RFA, accordé peu d’attention à l’extermination des Juifs et refusé le paiement de réparations à Israël.

38Ces attaques trouvèrent un certain écho jusqu’en Allemagne de l’Ouest où, malgré la présentation de contre-arguments documentés, des intellectuels, des contestataires de gauche et des sociaux-démocrates eurent, comme d’autres, le sentiment que leur pays n’avait pas opéré une rupture suffisamment nette avec le nazisme. Ces milieux étaient indignés par le maintien à des postes importants de la vie politique et économique ouest-allemande de personnalités ayant occupé de hautes fonctions dans l’appareil nazi. Il ne fait aucun doute que la RFA était dans ce domaine confrontée à des problèmes réels, si bien que les attaques de Berlin-est, en dépit de leur outrance, n’apparaissaient pas totalement injustifiées. Elles touchaient aussi une partie de l’opinion internationale et, en particulier, les partis communistes occidentaux qui ne percevaient pas toujours leur caractère utilitaire.

39Si Berlin-est critiquait la république de Bonn, prétendument dominée par les mêmes forces que le Troisième Reich, la classe politique et l’opinion ouest-allemande ripostaient par des arguments du même ordre sur l’État SED, impopulaire dans la majorité de la population. Bonn rejetait catégoriquement tout totalitarisme qu’il s’agisse du régime hitlérien du Troisième Reich ou des régimes communistes de l’Est et, en particulier, celui de Pankow. En RFA aussi, la confrontation avec le passé nazi se transforma en arme contre le second État allemand, considéré comme dépourvu de toute légitimité et de tout droit à l’existence.

Conclusion

  • 27 Cf. Susanne Miller, Malte Ristau (éd.), Erben deutscher Geschichte. DDR-BRD : Protokolle einer his (...)

40La confrontation avec le passé nazi évolua de façon différente en République fédérale et en RDA et ce dès la fondation des deux États allemands. Les divergences en termes de système social et politiques eurent pour conséquence des interprétations antagonistes du national-socialisme et du Troisième Reich. Le SED se reconnut d’emblée dans l’image assez consistante et marquée politiquement d’un antifascisme politico-historique où la représentation de l’époque nazie était intimement liée à la conception politique du nouvel État. L’antifascisme remplissait sans aucun doute une fonction de légitimation pour le système, mais par son caractère définitif, ce concept ne laissa que peu de place à la recherche historique sur le Troisième Reich. Tout compte fait, en RDA, les progrès et les changements en termes de rapport à la période nazie furent très limités27.

41Définie, elle aussi, comme en rupture avec le pouvoir totalitaire du Troisième Reich, et ce en dépit d’une continuité étatique revendiquée, la façon d’aborder le passé nazi en République fédérale fut bien plus diversifiée, plus contradictoire et eut sa part d’inconséquence et de scandale. La confrontation eut lieu par étapes et témoigna avec le temps de changements considérables. Alors que dans les années 1950, l’expérience de la guerre et les souffrances des allemands occupaient le devant de la scène (sans toutefois éclipser le génocide des Juifs), la Shoah est venue, depuis les années 1960, se placer au centre de la représentation ouest-allemande du Troisième Reich. Il ne fait pas de doute qu’en Allemagne fédérale l’analyse fut plus longue, plus difficile mais aboutit en définitive à un processus plus profond et jamais achevé qui devrait trouver son équivalent sur le plan international. Cela vaut aussi pour les forfaits du nazisme qui ne furent pas seulement des crimes commis en Europe mais aussi des crimes européens.

Notes

1 Cf. Jeffrey Herf, Zweierlei Erinnerung. NS-Vergangenheit im geteilten Deutschland, Berlin, 1998 ; Peter Reichel, Vergangenheitsbewältigung in Deutschland. Die Auseinandersetzung mit der NS-Diktatur von 1945 bis heute, Munich, 2001.

2 Cf. Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, 1996.

3 Cf. Kurt Schumacher, Reden – Schriften – Korrespondenzen 1945-1953 ; édité par Willy Albrecht, Berlin/Bonn, 1985, p. 110ss., p. 256ss.

4 Cf. « Antifaschismus », in : Wörterbuch der Geschichte, Berlin (RDA), 1983, vol. I, p. 41ss.

5 Cf. Olaf Groehler, « Antifaschismus – vom Umgang mit einem Begriff », in : Ulrich Herbert, Id., Zweierlei Bewältigung. Vier Beiträge über den Umgang mit der NS-Vergangenheit in den beiden deutschen Staaten, Hambourg, 1992, p. 29-40 ; Bernd Faulenbach, « Die DDR als antifaschistischer Staat », in : Rainer Eckert, id. (éd.), Halbherziger Revisionismus. Zum postkommunistischen Geschichtsbild, Munich, 1996, p. 47-68.

6 Cf. Peter Graf Kielmansegg, Lange Schatten. Vom Umgang der Deutschen mit der nationalsozialistischen Vergangenheit, Berlin, 1989.

7 Frei (note 2), p. 163ss.

8 Cf. Peter Steinbach, Nationalsozialistische Gewaltverbrechen. Die Diskussion in der deutschen Öffentlichkeit nach 1945, Berlin, 1981, p. 48ss.

9 Hermann Lübbe, Der Nationalsozialismus im deutschen Nachkriegsbewußtsein, in : Historische Zeitschrift 236 (1983), p. 579-599.

10 Olaf Groehler, « Zur Geschichte des deutschen Widerstands. Leistungen und Defizite », in : Rainer Eckert et al. (éd.), Krise – Umbruch – Neubeginn. Eine kritische und selbstkritische Dokumentation der deutschen Geschichtswissenschaft 1989/90, Stuttgart, 1992, p. 408-418, ici p. 411.

11 Gröhler (note 10).

12 Cf. Friedrich Meinecke, « Die deutsche Katastrophe », in : Id., Autobiographische Schriften, Stuttgart, 1969, p. 323-448.

13 Cf. Karl Dietrich Bracher, Die Auflösung der Weimarer Republik. Eine Studie zum Problem des Machtverfalls in der Demokratie, Villingen, 1955.

14 Cf. Bernd Faulenbach, « NS-Interpretationen und Zeitklima. Zum Wandel der Aufarbeitung der jüngsten Vergangenheit », in : Aus Politik und Zeitgeschichte B 22 (1987), p. 19-30.

15 Cf. Ian Kershaw, Der NS-Staat Geschichtsinterpretationen und Kontroversen im Überblick, Hambourg, 1998, p. 134ss.

16 Cf. Eugen Kogon, Der SS-Staat. Das System der deutschen Konzentrationslager, Düsseldorf, 1946.

17 Cf. Mathias Beer, « Im Spannungsfeld von Politik und Zeitgeschichte. Das Großforschungsprojekt Dokumentation der Vertreibung der Deutschen aus Ost-Mitteleuropa », in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte 46 (1998), p. 345-389 ; Bernd Faulenbach, « Die Vertreibung der Deutschen aus den Gebieten jenseits von Oder und Neiße. Zur wissenschaftlichen und öffentlichen Diskussion in Deutschland », in : Aus Politik und Zeitgeschichte B 51-52 (2002), p. 44-54, ici p. 47s.

18 Martin Sabrow, Das Diktat des Konsenses. Geschichtswissenschaftin der DDR 1949-1969, Munich, 2001, p. 15.

19 Sabrow (note 18), p. 203ss.

20 Cf. Joachim Käppner, Erstarrte Geschichte. Faschismus und Holocaust im Spiegel der Geschichtswissenschaft und Geschichtspropaganda der DDR, Hambourg, 1999, p. 127ss.

21 Cf. Groehler (note 10).

22 Cf. Günter Morsch (éd.), Von der Erinnerung zum Monument. Die Entstehungsgeschichte der Nationalen Mahn- und Gedenkstätte Sachsenhausen, Berlin, 1996 ; Manfred Overesch, Buchenwald und die DDR oder Die Suche nach Selbstlegitimation, Göttingen, 1995 ; Peter Reichel (éd.), Politik mit Erinnerung. Gedächtnisorte im Streit um die nationalsozialistische Vergangenheit, Munich, Vienne, 1995, p. 127ss.

23 Cf. Empfehlungen zur Neukonzeption der brandenburgischen Gedenkstätten, Januar 1992, Berlin, 1992ss.

24 Cf. Reichel (note 22), p. 103ss.

25 Cf. pour Theodor Heuss, Thomas Hertfelder, Christiane Ketterle (éd.), Theodor Heuss, Publizist – Politiker – Präsident, Stuttgart, 2003.

26 Cf. Michael Lemke, « Kampagnen gegen Bonn. Die Systemkrise der DDR und die West-Propaganda der SED 1960-1963 », in : Vierteljahreshefte für Zeitgeschichte 41 (1993) 2, p. 153-174 ; ders., « Instrumentalisierter Antifaschismus und SED-Kampagnepolitik im deutschen Sonderkonflikt 1960-1968 », in : Jürgen Danyel (éd.), Die geteilte Vergangenheit : Zum Umgang mit Nationalsozialismus und Widerstand in beiden deutschen Staaten, Berlin, 1995, p. 61-86 ; Edgar Wolfrum, Geschichte als Waffe. Vom Kaiserreich bis zur Wiedervereinigung, Göttingen, 2001.

27 Cf. Susanne Miller, Malte Ristau (éd.), Erben deutscher Geschichte. DDR-BRD : Protokolle einer historischen Begegnung, Reinbek, 1980, p. 162ss.

Auteur

Né en 1943 ; Directeur adjoint du Forschungsinstitut für Arbeiterbildung et professeur à l’Université de Bochum

Jean-Léon Muller (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search