Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Partis politiques, élections et gouvernements dans les deux Allemagnes

Henri Ménudier

Texte intégral

  • 1 Cf. Henri Ménudier (éd.), L’Allemagne occupée 1945-1949, Bruxelles, 1990.
  • 2 Cf. Adolf M. Birke, Die Bundesrepublik Deutschland. Verfassung, Parlament und Parteien, Munich, 19 (...)

1À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, les Alliés, mais aussi beaucoup d’Allemands, imputaient aux partis politiques une grande responsabilité dans le déclin de la République de Weimar et la montée du national-socialisme. Pour reconstruire une démocratie en Allemagne, il fallait tirer les leçons du passé et mettre en place un nouveau système politique et parlementaire, faisant la synthèse entre tradition et renouveau. Les puissances occupantes, qui contrôlaient la vie publique en Allemagne1, entendaient reconstruire les grands groupements politiques, car la multitude de petits partis était rendue responsable de l’affaiblissement de la démocratie allemande dans les années 1920 et 1930. Les alliés commencèrent par aider à la renaissance des partis de gauche, le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands) et le KPD (Kommunistische Partei Deutschlands), ainsi que des libéraux, dans les quatre zones. La CDU (Christlich-Demokratische Union), avec sa branche bavaroise la CSU (Christlich-Soziale Union) sont en revanche des créations et non des refondations. Il s’agit d’un parti interconfessionnel, composé de catholiques, protestants, syndicalistes chrétiens, libéraux, nationaux et démocrates qui, après l’expérience abominable de la dictature national-socialiste, cherchaient le renouveau démocratique dans des valeurs chrétiennes2.

  • 3 Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfän (...)

2Après une courte période de convergence, caractérisée par un système politique pluraliste, les lignes de front de la guerre froide trouvèrent leur traduction dans la politique intérieure de l’Allemagne en éloignant progressivement le côté est des zones occidentales. L’année 1946 marque un moment clé dans cette évolution. Après la fusion forcée du KPD et du SPD, formant le SED (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands), en avril 1946, la CDU perdit sa liberté de décision en zone soviétique et dut accepter la suprématie du SED. Une première fissure fracturait l’Allemagne et pour reprendre les termes d’Edgar Wolfrum : « C’est au sein des partis politiques que se manifesta en premier la division de l’Allemagne »3. Cet article se propose d’analyser le système des partis politiques et les élections dans les deux Allemagness jusqu’à la construction du Mur de Berlin en 1961, en comparant leurs évolutions et en en étudiant les imbrications.

I. La zone soviétique et RDA

1. Les partis politiques

  • 4 Cf. Dietrich Staritz, Die Gründung der DDR. Von der sowjetischen Besatzungsherrschaft zum sozialis (...)

3Le 9 mai 1945, à Berlin-Karlshorst, le jour même de la capitulation allemande, l’URSS installe l’« Administration soviétique en Allemagne » (Sowjetische Militäradministration in Deutschland, SMAD), présente ensuite à tous les niveaux de la vie publique. Elle met également en place dans sa zone des administrations centrales allemandes qui assument une fonction de conseil, de coordination et d’impulsion par rapport aux instances régionales. Les postes importants sont détenus par des communistes4.

Le KPD

  • 5 Cf. Peter Erler, Horst Laude, Manfred Wilke (éd.), „Nach Hitler kommen wir « . Dokumente zur Progr (...)
  • 6 Voir pour les différents partis politiques Rainer Eppelmann et al. (éd.), Lexikon des DDR-Sozialis (...)

4Sans attendre la Conférence de Potsdam où les Trois Grands doivent décider de l’avenir de l’Allemagne, la SMAD autorise dans sa zone dès le 10 juin 1945 la fondation de partis politiques et de syndicats en se référant à l’antifascisme, à la démocratie et aux libertés. Le lendemain, Walter Ulbricht annonce la refondation du parti communiste d’Allemagne (KPD), interdit, comme le SPD, depuis 1933. Ancien SPD, passé au KPD dès 1919, Ulbricht a préparé avec les camarades de son groupe, pendant son exil moscovite, la prise du pouvoir communiste en Allemagne5. Pour rassurer l’opinion, il évoque la démocratie, le parlementarisme et l’économie de marché ; il se défend de vouloir imposer le régime soviétique en Allemagne. Une phrase de lui, souvent citée, éclaire son projet : « Il faut que cela paraisse démocratique mais nous devons tout avoir en main »6.

Le SPD

  • 7 Cf. Henri Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », in : Gilbert Krebs et al. (éd.), L (...)

5Le SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) se reconstitue à Berlin le 15 juin, sous la responsabilité d’Otto Grotewohl (ancien député et ministre régional de la République de Weimar), président de la commission centrale du parti. Son programme, parfois plus à gauche que celui du KPD, met l’accent sur l’unité du mouvement ouvrier. Sur ce point, il se trouve en désaccord avec Kurt Schumacher, le futur président du SPD à l’Ouest, hostile à toute coopération étroite avec les communistes7.

CDU et LDPD

6La droite s’organise également. Après la CDU rhénane (Union chrétienne-démocrate), le 17 juin 1945, une autre CDU voit le jour à Berlin le 26 juin à l’instigation de Jakob Kaiser et Ernst Lemmer, partisans d’un socialisme chrétien désireux de concilier propriété privée et nationalisations. Le parti libéral démocratique d’Allemagne (Liberal-Demokratische Partei Deutschlands, LDPD), fondé à Berlin le 5 juillet, est le seul à renoncer aux nationalisations. L’autonomie des partis dits « bourgeois » n’est qu’apparente car les communistes les placent tout de suite sous leur coupe en les intégrant dans « le front unitaire des partis antifascistes et démocratiques ». Avec le KPD, ils forment un « bloc » qui va se partager tous les pouvoirs. Bien éprouvée avant 1939 et dans les démocraties populaires après 1945, la technique du front populaire permet d’infiltrer les partis bourgeois et d’imposer le rôle dirigeant des communistes.

Le SED, une fusion forcée

  • 8 Cf. Andreas Malycha, Die SED. Geschichte ihrer Stalinisierung, Paderborn, 2000.
  • 9 Cf. Manfred Wilke (éd.), Die Anatomie der Parteizentrale. Die KPD/SED auf dem Weg zur Macht, Berli (...)

7Inquiétés par le fort soutien du SPD dans l’opinion et par les résultats médiocres des communistes aux premières élections en Autriche et en Hongrie, le KPD propose une fusion rapide avec son adversaire idéologique depuis la République de Weimar8. Même Grotewohl, favorable à un rapprochement, s’inquiète de cette brusque accélération qui ne s’inscrit pas dans le cadre de l’unité allemande ; il n’apprécie pas que le KPD soit toujours favorisé politiquement et matériellement par rapport au SPD, lui-même étant soumis à des pressions, des chantages et des campagnes d’intimidation. A Berlin-Ouest, où la liberté de vote est respectée, les membres du SPD rejettent la fusion avec le KPD à 82 % (12 % sont pour), ils approuvent toutefois à 62 % l’idée d’une coopération entre les deux partis. La commission centrale du SPD propose un report de la fusion, mais sous la pression des Soviétiques et des comités d’action locaux aiguillonnés par le KPD, le SPD cède. Le KPD se montre conciliant au point de prôner « la voie allemande vers le socialisme » (Anton Ackermann)9.

  • 10 Cf. Andreas Malycha, Partei von Stalins Gnaden ? Die Entwicklung der SED zur Partei neuen Typs in (...)

8Des congrès séparés du KPD et du SPD acceptent finalement la fusion. Celle-ci intervient au congrès de Berlin, les 21 et 22 avril 1946, donnant naissance au parti socialiste unifié (SED). Il sera désormais le parti dominant de la zone soviétique puis de la RDA, jusqu’à l’effondrement de 1989. Le chef du SED, appelé secrétaire général de 1950 à 1953, puis premier secrétaire du comité central, sera l’homme fort du régime10. Le SPD se considère au départ comme un parti de masse et non comme un parti de cadres à la soviétique, les responsabilités étant réparties de façon paritaire entre les anciens KPD et SPD. Grotewohl (ancien SPD) et Pieck (ancien KPD) se partagent ainsi la présidence du SED. Mais sous l’effet de la guerre froide, le SED s’aligne sur le modèle soviétique en 1948. Organisé selon le principe du socialisme démocratique, abandonnant le respect du paritarisme, « ce parti d’un type nouveau » se définit comme « l’avant-garde consciente de la classe ouvrière ». Les opposants qui refusent l’autocritique sont exclus du SED, voire emprisonnés.

NDPD et DBD

  • 11 Cf. Hermann Weber, « Herausbildung und Entwicklung des Parteiensystems der SBZ/DDR », in : Aus Pol (...)

9Tout de suite intégrés dans le « bloc antifasciste », deux nouveaux partis sont autorisés en avril 1948 afin de limiter l’influence de la CDU et du LDPD et de diversifier la pénétration communiste dans le tissu social. Le parti national démocratique d’Allemagne (National-Demokratische Partei Deutschlands, NDPD) s’adresse surtout aux anciens membres du NSDAP, aux soldats et officiers ainsi qu’aux groupes conservateurs sensibles aux thèmes nationaux, après la fin officielle de la campagne de dénazification. Comme son nom l’indique, le parti paysan démocratique d’Allemagne (Demokratische Bauernpartei Deutschlands, DBD) se tourne vers les habitants des campagnes. La Zone soviétique puis la RDA compteront désormais cinq partis (CDU, DBD, LDPD, NDPD et SED), aucun autre parti ne sera fondé jusqu’en 198911.

Les élections régionales de 1946

  • 12 Cf. Die Wahlen in der Sowjetzone. Dokumente und Materialien, édité par le Bundesministerium für Ge (...)

10Les élections communales, les premières en zone soviétique se tiennent entre le 1 er et le 15 septembre 1946, la participation est de 93,2 % et les voix nulles représentent 9,5 %. Le SED bénéficie tout de suite d’une large majorité absolue (57,1 %), les libéraux du LDPD s’octroient la seconde place (21,1 %), devant la CDU (18,7 %). Les élections aux Kreistage donnent des résultats légèrement différents : SED : 50,1 %, CDU : 25 % et LDPD : 18,6 %12.

11Berlin et les cinq Länder de la zone soviétique votent le 20 octobre 1946 pour les élections régionales ; elles ont été précédées par les élections régionales dans la zone américaine (30 juin 1946). Les élections régionales dans la zone britannique se tiennent à différentes dates entre le 13 octobre 1946 et le 20 avril 1947. Les élections dans la zone française suivent le 18 mai 1947, la série s’achevant par la Sarre (5 octobre) et Brême (12 octobre). Cette première série d’élections régionales s’étend ainsi du 30 juin 1946 au 12 octobre 1947.

Berlin

12Le quadripartisme confère un statut particulier à Berlin où les Soviétiques, arrivés les premiers, ont désigné un maire non élu (Arthur Werner, sans parti), les communistes occupant les postes clef. Les élections du 20 octobre 1946 se déroulent simultanément dans les quatre secteurs. Comme le SPD à Berlin-Ouest n’a pas fusionné avec le KPD, il se présente dans l’ensemble de la ville. Les résultats se distinguent par une participation très élevée (92,3 %) et par une confortable avance du SPD (48,7 %) sur les autres partis : CDU (22 %), SED (19,8 % seulement) et LDPD (9,3 %). Même dans le secteur soviétique à Berlin-Est le SED ne dépasse pas 29,9 %. Le maire, issu de cette consultation, Otto Ostrowski (SPD) vite las des querelles partisanes, se retire au bénéfice de Louise Schröder (SPD). En juin 1947, l’assemblée municipale élit un nouveau maire, Ernst Reuter (SPD), mais les Soviétiques mettent un veto à son installation.

13Le départ des Soviétiques du Conseil de contrôle et de la Kommandantura ainsi que le blocus de Berlin et le Pont aérien paralysent peu à peu les structures quadripartites en 1948 et portent les tensions à leur comble. La municipalité se scinde. Un conseil municipal se forme à Berlin-Est sous la présidence de Fritz Ebert, SED (fils de l’ancien président de la République de Weimar), reconnu par les Soviétiques en décembre 1948. Les élections du 5 décembre ne peuvent se dérouler qu’à Berlin-Ouest, où le SED n’est pas autorisé à se présenter. La participation électorale reste élevée (86,3 %), le SPD (64,5 %) venant largement devant la CDU (19,4 %) et le LDPD (16,1 %). Ernst Reuter, élu maire, puis maire régnant de Berlin-Ouest, sera jusqu’à sa mort en 1953 une des grandes figures emblématiques de la ville luttant pour sa liberté et son unité. La mairie de Berlin-Ouest s’installe définitivement à Schöneberg.

Les cinq Länder

14Aux élections régionales du 20 octobre 1946, le SED arrive en tête dans les cinq Länder de la zone soviétique avec des résultats compris entre 43,9 % (Brandebourg) et 49,5 % (Mecklembourg), tous les Länder dépassent 40 %, aucun n’obtient toutefois la majorité absolue, contrairement aux élections municipales et à celles des Kreistage. L’écart avec la CDU est en général d’une vingtaine de points. Le pourcentage des voix de la CDU se situe entre 18,9 % (Thuringe) et 34,1 % (Mecklembourg). Deux Länder donnent davantage de voix au LDPD qu’à la CDU : la Saxe (CDU : 23,3 % ; et LDPD : 24,7 %) et la Thuringe (CDU : 18,9 % et LDPD : 28,5 %). Le LDPD s’affirme comme la troisième force politique, avec des résultats entre 12,5 % (Mecklembourg) et 28,5 % (Thuringe). Le caractère marginal de l’association de l’entraide agricole (Verein der gegenseitigen Bauernhilfe, VdgB) est illustré par des scores très minces entre 1,7 % (Saxe) et 4,9 % (Brandebourg). La moyenne des résultats dans les cinq Länder se répartit ainsi : SED : 47,6 % ; LDPD : 24,6 % ; CDU : 24,5 % ; VdgB : 2,9 %. Les commissions des femmes et le Kulturbund, présents en Saxe seulement ont chacun 0,2 %. Les gouvernements régionaux issus de ces élections sont en général dirigés par des membres du SED, les trois partis y sont associés, mais sans le VdgB.

Une période précaire (1949-1961)

  • 13 Voir l’artricle de Bernard Ludwig dans cet ouvrage.
  • 14 Hans-Hermann Hertle et al. (éd.), Mauerbau und Mauerfall. Ursachen – Verlauf – Auswirkungen, Berli (...)
  • 15 Cf. Jens Gieseke, Die DDR-Staatssicherheit. Schild und Schwert der Partei, Bonn, 2002 ; Id., Mielk (...)

15L’évolution de la RDA jusqu’en 1961 laisse une impression contradictoire. A l’immobilisme qui se dégage des institutions et des élections s’opposent les risques d’explosion sociale et politique illustrés par la révolte des ouvriers en 195313 et la construction du Mur de Berlin en 196114. Un régime dont la fragilité était sous-estimée, malgré l’existence du très redouté ministère de la Sécurité d’État (Staatssicherheit, Stasi)15.

16Le changement ne pouvait pas provenir des élections car le système était complètement verrouillé par la technique de la liste unique et la répartition à l’avance des sièges entre partis et organisations de masse, la présence de ces dernières aidant à limiter encore davantage l’influence des partis, en dehors du SED. Les organisations de masse étaient le plus souvent dirigées par des membres du SED. Un changement du règlement de la Chambre des députés (19 novembre 1954) a d’ailleurs transformé le mandat libre en mandat impératif. On ne peut ignorer que les élections dans les régimes communistes n’ont pas pour objet de faire des choix entre des hommes, des programmes et des partis mais d’acclamer le parti communiste et le régime qu’il incarne. En RDA, les résultats électoraux, convenus d’avance et proches des 100 %, ne laissaient guère de marge de manœuvre. Aux élections à la Chambre du peuple, de 1950 à 1963, le taux de participation a oscillé entre 98,53 et 99,90 % ; toujours supérieur à 99 %, le oui à la liste unique n’a varié qu’entre 99,46 % et 99,25 %. Le pourcentage des voix nulles était ridiculement bas (entre 0,28 % et 0,05 %). Depuis 1963, le nombre de sièges du SED est passé de 117 à 127, celui des quatre autres partis est resté artificiellement figé à 52 sièges chacun de 1954 à 1990. Depuis 1963, le nombre total de sièges est resté bloqué à 500.

Élections à la Chambre du peuple, 1950-1963 (%). Taux de participation et « oui » à la liste unique

Année

Participation

Oui

Voix non valables

1950

98,53

99,46

0,54

1954

98,51

99,46

0,54

1958

98,80

99,87

0,13

1963

99,25

99,95

0,05

Répartition des sièges, y compris les députés de Berlin-Est

Répartition des sièges, y compris les députés de Berlin-Est

* y compris les 6 mandats du SPD à Berlin-Est

17Toute la vie politique en République fédérale est marquée par les interactions entre les Länder et l’État fédéral. Celles-ci disparaissent en RDA à cause du système électoral. En 1952, le régime communiste décide même d’abolir le semblant de fédéralisme en remplaçant les cinq Länder (Brandebourg, Mecklembourg, Saxe, Saxe-Anhalt et Thuringe) par 14 Bezirke, divisés en 217 Kreise. Renonçant à un début de décentralisation, la RDA se transforme en un État unitaire centralisé. La Chambre des Länder disparaît en 1958. Après le début de la construction du Mur de Berlin, Berlin-Est se voit attribuer le statut d’un 15e Bezirk.

II. Les zones occidentales et la RFA

Les partis politiques

CDU et CSU

  • 16 Cf. Günter Buchstab, Klaus Gotto (éd.), Die Gründung der Union, Munich, 1981.
  • 17 Cf. Hans-Peter Shwarz, Adenauer, 2 vol., Stutgart, 1986/1991 ; Id. Anmerkungen zu Adenauer, Munich (...)

18Après l’expérience du « IIIe Reich » et de la résistance contre Hitler, des catholiques et des protestants décident de s’engager non plus dans des partis confessionnels mais dans une même formation qui se propose de les rassembler – c’est une grande nouveauté dans la vie politique allemande16. En raison de la désorganisation du pays, la CDU connaît plusieurs fondations au cours du printemps 1945. Les premiers responsables se rencontrent en décembre 1945 à Bad Godesberg. Dans la zone britannique la CDU s’organise rapidement sous l’autorité de Konrad Adenauer17, l’ancien maire de Cologne, chassé par les nazis en 1933. Les organisations CDU de cette zone se réunissent à Königstein/Taunus. Début février 1947 la CDU de la zone britannique se donne à Ahlen un programme économique socialisant, abandonné dix huit mois plus tard au profit des « Principes de Düsseldorf » (15 juillet 1948), véritable conversion à l’économie sociale de marché prônée par Ludwig Erhard. Bien que Konrad Adenauer (73 ans) soit élu chancelier CDU le 15 septembre 1949, le premier congrès fédéral de la CDU ne le porte à la présidence de ce parti qu’en 1950.

  • 18 Cf. Andreas Kiessling, Die CSU. Machterhalt und Machterneuerung, Wiesbaden, 2004.

19Fidèle à la tradition d’autonomie et au particularisme de la Bavière, l’Union chrétienne sociale (CSU) n’existe que dans ce Land à forte majorité catholique et très rural au départ ; elle est fondée en 1945-1946. La CSU adopte en général des positions plus conservatrices que la CDU18.

FDP

  • 19 Cf. Thomas Hertfelder, Christiane Ketterle (éd.), Theodor Heuss, Publizist – Politiker – Präsident (...)
  • 20 Cf. Lothar Albertin (éd.), Politischer Liberalismus in der Bundesrepublik, Göttingen, 1980.

20Les libéraux apparaissent sous plusieurs appellations. Ceux de la zone occidentale se réunissent en décembre 1948 à Heppenheim pour fonder la parti libéral (Freie Demokratische Partei, FDP), présidé par Theodor Heuss19 (qui sera élu président de la République fédérale le 12 septembre 1949)20.

SPD

  • 21 Cf. Peter Merseburger, Kurt Schumacher. Der schwierige Deutsche. Eine Biographie, Berlin, 1997.
  • 22 Cf. Matthias Loeding, Otto Grotewohl kontra Kurt Schumacher. Die Wennigsener Konferenz im Oktober (...)
  • 23 Cf. Kurt Klotzbach, Der Weg zur Staatspartei. Programmatik, praktische Politik und Organisation de (...)

21Un homme incarne le renouveau du SPD occidental, Kurt Schumacher, ancien député du Reichstag, survivant des camps de concentration21. Il installe son bureau à Hanovre. Lors de la conférence de Wennigsen, près de Hanovre22, le 5 octobre 1945, il est choisi comme responsable du SPD des zones occidentales, Otto Grotewohl se voyant confier Berlin et la zone soviétique. Du 9 au 11 mai 1946, lors du premier congrès du SPD des zones occidentales, Kurt Schumacher est élu président, mais la Sarre, le Bade et Berlin ne sont pas représentés. Il est confirmé dans ses fonctions au congrès de Nuremberg en 1947 par 340 sur 341 voix23.

Petits partis

  • 24 Cf. Dietrich Staritz (éd.), Das Parteiensystem der Bundesrepublik. Geschichte, Entstehung, Entwick (...)
  • 25 Cf. Günter Olzog, Hans-J. Liese, Die politishen Parteien in Deutshland. Geshihte, Programmatik, Or (...)

22Le système électoral et l’attractivité croissante exercée par les deux grands partis (CDU/CSU et SPD) vont rapidement réduire l’importance des petites formations politiques24. Ne seront prises en considération ici que celles qui ont eu des élus aux premières élections fédérales (Bundestag) de 1949. Présent à l’Ouest dans plusieurs gouvernements régionaux jusqu’en 1948 ou 1949, le KPD vient en tête des petites formations aux élections fédérales (5,7 % des voix et 15 députés). Tombé à 2,2 % en 1953, il n’a plus de député et il est interdit en 1956 par la Cour fédérale constitutionnelle qui trouve que l’objectif de la dictature du prolétariat n’est pas compatible avec les principes de la loi fondamentale. Fondé en 1947, le parti bavarois (Bayernpartei) est un parti rural, très fédéraliste (4,2 % des voix et 17 sièges). Dans le prolongement du parti régional de Basse-Saxe (fondé en 1945), le parti allemand (Deutsche Partei), nationaliste et conservateur (4 % des voix et 17 sièges) sera présent dans des gouvernements régionaux et fédéraux jusqu’en 1960. Après 1945 la plupart des dirigeants du Zentrum, le parti catholique de l’Empire et de Weimar, se retrouvent à la CDU. Un petit groupe relance cependant un Zentrum situé plutôt à gauche idéologiquement et qui jouera un rôle limité en Rhénanie du Nord-Westphalie jusqu’en 1958 (3,1 % des voix aux élections fédérales lui donnent 10 sièges). Le parti de la reconstruction économique (Wirtschatliche Aufbauvereinigung, WAV) attire finalement peu d’électeurs (2,9 % des voix et 12 sièges). L’extrême droite se manifeste sous l’appellation de parti conservateur allemand/parti de droite allemand (Deutsche Konservative Partei/Deutsche Rechtspartei (1,8 % des voix et 5 sièges au Bundestag). En octobre 1949 les éléments nazis quittent ces formations pour lancer le parti socialiste du Reich (Sozialistische Reichspartei, SRP), encore plus radical que les précédents ; il sera interdit le 23 octobre 1952 par la Cour de Karlsruhe. Il faut mentionner aussi le Südschleschwigsche Wählerverband, SSW, le parti de la minorité danoise fondé en 1948 (0,3 % aux élections fédérales de 1949 et un siège) qui réussit mieux aux élections régionales du Schleswig-Holstein (9,3 % en 1947)25.

Elections dans les Länder et gouvernements régionaux, 1945-1949

  • 26 Cf. Anna Christine Storbek, Die Regierungen des Bundes und der Länder seit 1945, Munich/Vienne, 19 (...)

23Des gouvernements provisoires ont été désignés par les occupants en 1945/46. Les élections régionales de 1946/47 ont permis de former les premiers gouvernements à base parlementaire. Des tendances de fond se dégagent des premières élections. La participation élevée (76,11 % en moyenne) varie fortement de la Basse-Saxe (65,1 %) à la Sarre (95,7 %)26.

24Le SPD, avec une moyenne générale de 37,62 %, devance les chrétiens-démocrates (36,38 %). Ses résultats vont de 27,9 % (Bade-Wurtemberg) à 47,6 % à Brême. Il vient en tête dans plusieurs Länder auxquels s’ajoute Berlin évoqué plus haut : Basse-Saxe, Brême, Hambourg, Hesse, Schleswig-Holstein. Les performances des chrétiens-démocrates sont plus disparates. La CDU se trouve en dessous de 20 % dans deux Länder (Brême : 18,9 % et Basse-Saxe : 19,9 %). En revanche le parti chrétien populaire (Christliche Volkspartei, CVP) en Sarre atteint 51,2 % et la CSU bavaroise 52,3 %. Outre le Bade-Wurtemberg (CDU), les chrétiens démocrates font mieux que le SPD dans plusieurs Länder ; pour la CDU : Rhénanie du Nord-Westphalie et Rhénanie-Palatinat ; pour le CVP : Sarre ; pour la CSU : Bavière. L’ensemble des petites formations totalisent 14,74 %, la plus forte part revenant aux communistes (10,30 %). Le KPD se distingue à Brême : 11,5 %, à Hambourg : 10,4 %, en Hesse (10,7 %), en Rhénanie du Nord-Westphalie (14 %) et en Sarre (8,4 %). Des partis régionaux se font remarquer en Bavière (WAV : 7,4 %), en Basse-Saxe (Niedersächsische Landespartei : 17,9 %) et au Schleswig-Holstein (SSW : 9,3 %).

25Les traits les plus marquants du système des partis se distinguent déjà : assez forte participation électorale, existence de deux grands partis (CDU/CSU et SPD), présence du parti libéral FDP avec environ 11 % des voix souvent indispensable pour former les coalitions. A côté de ces trois formations, les « divers », encore importants jusque dans la première moitié des années 1950, vont fortement reculer au profit de la CDU/CSU (et de façon plus limitée du SPD) lors des prochaines consultations.

Gouvernements régionaux

26Le cas de Berlin a déjà été évoqué. Pendant la période d’autonomie par rapport à l’Allemagne, les gouvernements de la Sarre sont dirigés par Johannes Hoffmann, du CVP. Malgré des majorités absolues en 1947 et 1952, le CVP forme parfois des coalitions avec le SPS (Sozialdemokratische Partei Saar). Le Land du Bade-Wurtemberg provient de la fusion en 1952 de trois petits Länder très favorables à la CDU (majorité absolue dans le Bade et le Wurtemberg-Hohenzollern et 40,9 % dans le Wurtemberg-Bade). Dirigés par des membres de la CDU, les exécutifs accueillent toutefois des représentants des autres partis.

27Dans les neuf autres Länder, certains sont dirigés par le SPD (Basse-Saxe, Brême, Hambourg, Rhénanie du Nord-Westphalie et Schleswig-Holstein), par la CDU (Rhénanie du Nord-Westphalie et Rhénanie-Palatinat), par la CSU (Bavière) et par le CVP (Sarre). Les communistes sont présents dans plusieurs gouvernements, mais ils en disparaissent en 1948/49 à cause de la guerre froide. Les gouvernements formés par un seul parti sont l’exception avant 1949 ; on en trouve en Bavière (CSU, de 1947/1948 à 1950) et au Schleswig-Holstein (SPD, 1947 à 1950). Plusieurs gouvernements s’appuient sur les deux grands partis, en coalition avec d’autres formations. Grands et petits partis montrent qu’ils sont tout à fait aptes à gouverner ensemble malgré leurs différences idéologiques. Cette expérience sera déterminante pour la réussite de la démocratie ouest-allemande.

Elections fédérales et gouvernements, 1949-1961

28La Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, entrée en vigueur le 23 mai 1949, présente l’avantage d’avoir été élaborée par des parlementaires des Länder, sous l’impulsion des trois principaux partis, à la demande et sous l’œil attentif des occupants. Pour la première fois dans une constitution, une grande importance est accordée aux partis politiques (art. 21), véritables médiateurs entre les citoyens et l’État. Le pouvoir d’initiative et de contrôle du parlement (Bundestag et Bundesrat) est réel et des dispositions sont adoptées pour assurer la stabilité du pouvoir exécutif.

29Les premières élections fédérales, le 14 août 1949, donnent en moyenne des résultats assez proches de ceux observés lors des élections régionales de 1946/47. La participation est élevée, la CDU/CSU devance de peu le SPD (aux régionales, l’inverse était apparu), le FDP reste autour de 11 %, la part des divers (27,8 %) est presque deux fois plus importante qu’aux régionales (14,74 %). On ne peut examiner ici une à une les quatre élections fédérales de 1949, 1953, 1957 et 1961 mais quelques remarques générales s’imposent.

30Sous la poussée des réfugiés et expulsés, la population de la RFA passe de 50,8 millions d’habitants en 1950 à 56,1 millions en 1961. Du même coup le nombre d’inscrits aux élections augmente de 31,2 millions en 1949 à 37,4 millions en 1961, soit un gain considérable de 6,2 millions d’inscrits. Le taux de participation croît aussi de façon significative de 78,5 % en 1949 à 87,7 % en 1961 (et même 87,8 % en 1957) ; cette poussée, qui traduit une réelle adhésion au nouveau système politique, se produira jusqu’en 1972 (91,1 %).

31La CDU/CSU (31 %) devance légèrement le SPD (29,2 %) en 1949. Elle s’envole ensuite en creusant l’écart avec ce parti : 45,2 % en 1953, puis la majorité absolue avec 50,2 % en 1957 et un repli à un niveau élevé en 1961 (45,3 %). La CDU/CSU double le nombre de ses voix de 1949 (7,3 millions) à 1961 (14,2 millions). Elle restera dans la zone des 40 % jusqu’aux élections de 1994. De toute évidence les événements du 17 juin 1953 en RDA, puis la création de la Bundeswehr, l’intégration rassurante dans le cadre européen et atlantique ont servi Adenauer en 1953 et 1957. En revanche il fut victime du Mur de Berlin le 13 août 1961 car il lui fut reproché de se rendre trop tardivement dans l’ancienne capitale.

32Le faible écart entre la CDU/CSU et le SPD en 1949 (0,8 %) s’accentue pour atteindre son niveau maximum en 1957 (18,4 %) ; il commence à se réduire en 1961, au point que le SPD dépassera même la CDU/CSU en 1972. Le SPD se trouve bien sur une voix ascendante depuis 1957. L’adoption d’un nouveau programme fondamental à Bad Godesberg en 1959, qui renonce au marxisme léninisme, lui permet de s’ouvrir à de nouvelles couches d’électeurs.

33Le FDP engrange des résultats contrastés : 11,9 % en 1949 et seulement 7,7 % en 1957 pour remonter à 12,8 % en 1961. Profitant du grand âge d’Adenauer et de la crise de Berlin, le FDP avait fait campagne en 1961 sur le thème : « Pour la CDU – sans Adenauer ». Le FDP revient finalement au pouvoir avec Adenauer mais en l’obligeant à quitter la chancellerie au milieu de la législature.

34La part des « divers » ne cesse de décroître de 27,8 % en 1949 à 5,7 % en 1961. En 1949, le KPD venait en tête des petits partis, en 1953 cette place est prise par le parti des réfugiés Gesamtdeutscher Block/Bund der Heimatvertriebenen und Entrechteten, GB-BHE.

35La CDU/CSU et le FDP, la coalition conservatrice, consolident leurs positions en passant de 42,9 % des voix en 1949 à 58,1 % en 1961. La part des trois principaux partis, CDU/CSU, FDP et SPD augmente régulièrement d’une élection à l’autre : 72,10 % en 1949 ; 83,50 % en 1953 ; 89,70 % en 1957 et 94,30 % en 1961. Ce socle va assurer la stabilité du régime.

Les gouvernements Adenauer

36Ces tendances de fond confirment la volonté d’Adenauer de gouverner avec la droite CDU/CSU) et le centre (FDP) en associant les partis de réfugiés (DP, GB-BHE), comme le confirme la composition de ses quatre cabinets successifs. 1949 : CDU/CSU, FDP, DP ; 1953 : CDU/CSU, FDP, DP, GB-BHE ; 1957 : CDU/CSU, DP/CDU (majorité absolue CDU/CSU) et 1961 : CDU/CSU et FDP.

Elections et gouvernements dans les Länder, 1949-1961

37Après les premières élections régionales de 1946 et 1947, les Länder connaissent ensuite à des dates différentes trois ou quatre élections régionales, les dernières ayant lieu entre 1960 et 1963. Treize à dix sept années séparent la première de la dernière série d’élections régionales – des périodes suffisamment longues pour tirer quelques enseignements généraux sur l’évolution des forces politiques. Si on compare les résultats de 1946/47 à ceux de la dernière série entre 1960 et 1963, on parvient aux constatations suivantes dans les onze Länder, Bade-Wurtemberg et Berlin-ouest compris.

38La participation électorale augmente dans six Länder et baisse dans cinq d’entre eux, mais le pourcentage des baisses est en général plus élevé que celui des hausses. La CDU renforce ses résultats dans six Länder, ceux-ci reculent dans quatre Länder. La CDU enregistre des avancées substantielles dans plusieurs Länder : Basse-Saxe, Brême, Rhénanie du Nord-Westphalie et Schleswig-Holstein. La CSU baisse en Bavière en 1950, puis elle reprend sa marche conquérante vers la majorité absolue qu’elle ne quitte plus depuis 1972 – une performance unique en Europe. Le SPD consolide ses positions dans presque tous les Länder (sauf au Schleswig-Holstein), sa croissance est particulièrement affirmée à Berlin, Hambourg et en Rhénanie du Nord-Westphalie. Chacun des deux grands partis reste ainsi en tête dans les Länder où il était le plus fortement établi depuis 1946/47. Pour la CDU (CSU) : Bade-Wurtemberg, Bavière, Rhénanie du Nord-Westphalie, Rhénanie-Palatinat, Sarre et Schleswig-Holstein. Pour le SPD : Basse-Saxe, Berlin, Brême, Hambourg et Hesse. Seul le Land du Schleswig-Holstein, qui avait un gouvernement dirigé par le SPD en 1947, se donne un gouvernement dirigé par la CDU ; bien que la CDU ne dépasse le SPD qu’aux élections de 1958, ce changement est rendu possible par le jeu des alliances avec le FDP et les réfugiés. Le FDP connaît des résultats contrastés : il augmente peu dans 5 Länder et diminue beaucoup dans 5 autres Länder, il se maintient au même niveau dans un seul. La tendance générale pour lui est celle de l’affaiblissement.

39Comme pour les élections fédérales, la concentration des votes joue pleinement en faveur des trois partis principaux (CDU/CSU, FDP et SPD). La part des petits partis diminue, elle n’augmente que dans trois Länder. Au cours des années 1946-1961, six Länder sur onze connaissent des majorités absolues. Après les majorités absolues du CVP en Sarre (1947-52 et 1952-55), la CDU n’y parvient qu’en Rhénanie du Nord-Westphalie (1958-62) ; après une première majorité absolue en Bavière (1946-50), la CSU bat tous les records en gardant celle-ci depuis 1970. Le SPD remporte des majorités absolues dans les trois villes qui ont le statut d’un État régional et en Hesse. Il s’agit de Berlin-ouest (1946-48 ; 1948-50 ; 1958-75 : soit quatre législatures de suite), Brême (1959-63 et 1963-67), Hambourg (1957 à 1974, soit quatre législatures de suite), Hesse (1962-66 et 1966-70). On parlera des Länder noirs (où la CDU règne durablement) et des Länder rouges (ceux qui connaissent de fortes majorités SPD).

Gouvernements régionaux

40Quatre Länder occidentaux sur onze ont toujours été dirigés par un chef de gouvernement du même parti (gouvernements monocolores ou de coalition). Le SPD bat les records en dirigeant sans exception tous les gouvernements de Brême depuis 1946 usqu’à nos jours (en 2006), la Hesse a également été un Land « rouge » de 1947 à 1987. Le CVP s’est imposé en Sarre de 1947 à 1954, la CDU prenant la relève de 1956 à 1985.

41Dans quatre Länder qu’il dominait traditionnellement, le SPD a dû céder pour une période plus ou moins courte la direction du pouvoir à la CDU pour le reprendre ensuite. Il en va ainsi de Hambourg (gouvernement à direction CDU de 1953 à 1957), de la Basse-Saxe (seul gouvernement régional dirigé par le DP en 1955-59), du Schleswig-Holstein (direction SPD : 1947-50 et CDU : 1950-88) et de Berlin (direction toujours SPD de 1951 à 1981, sauf en 1953-55 où la CDU dirige le « Senat »/gouvernement).

42A l’inverse, des Länder traditionnellement gouvernés par la CDU ou la CSU ont dû céder la direction du pouvoir au SPD. La Rhénanie du Nord-Westphalie, le Land le plus peuplé de RFA, a été dirigé par la CDU (1946-66), puis par le SPD (1966-2005) et de nouveau par la CDU. Le Land de Bade-Wurtemberg a toujours été dirigé par la CDU depuis 1953, mais lors de sa création en 1952/53, le libéral Reinhold Maier (FDP/DVP) a dirigé une coalition SPD, FDP/DVP, BHE qui détenait 67 sièges contre 50 à la CDU ; dans ce premier Landtag, le KPD avait obtenu 4,4 % des voix et 4 sièges. Lors de l’élection de l’assemblée constituante en Bavière le 30 janvier 1946, la CSU s’imposa d’emblée avec 58,3 % des voix. Six mois plus tard aux premières élections du Landtag (1er décembre), elle avait encore 52,3 % ; elle gouverna seule en 1947/48 ou avec d’autres partis (SPD, WAV ou SPD, BHE). En 1950 la CSU réduite à 27,4 % est dépassée pour la seule et unique fois dans son histoire par le SPD (28 %) qui avec Wilhelm Hoegner conduit le gouvernement suivant. La CSU reprend la direction du Landesregierung en 1957 qu’elle n’a plus cédé depuis. Peut-on imaginer la V e République française dirigée sans interruption depuis ses origines en 1958 par les gaullistes ?

43Le rôle central des deux grands partis est illustré par le fait que l’un ou l’autre a toujours été en tête aux élections régionales et fédérales et a toujours dirigé les gouvernements régionaux et fédéraux, à deux exceptions près dans les Länder (gouvernement régional de Rheinhold Maier, FDP/DVP, en Bade-Wurtemberg en 1952-53 et d’Heinrich Hellwege, DP, en Basse-Saxe, de 1955 à 1959).

Comparaisons entre élections régionales et fédérales Elections (%)

Comparaisons entre élections régionales et fédérales Elections (%)

44La comparaison entre les résultats des élections régionales des années 1946-1947 et ceux de la série des années 1960-1963 fait apparaître un recul de la participation (-0,97 %), du FDP (-1,64 %) et surtout des petits partis (-6,22 %). Les deux grands partis progressent, la CDU/CSU (+1,12 %) et surtout le SPD (+7,24 %). Le résultat du SPD attire l’attention sur un comportement électoral que l’on retrouve dans toute l’histoire de la RFA : celui des deux grands partis qui est dans l’opposition au niveau fédéral (en l’occurrence le SPD) obtient de meilleurs résultats que son rival (ici la CDU/CSU) aux élections régionales, comme si l’électeur ne voulant pas confier trop de pouvoir à un seul parti essayait d’établir un équilibre entre les régions et l’État fédéral.

45Les comparaisons entre les élections fédérales de 1949 et 1961 mettent en valeur le très fort recul des petits partis (-22,1 %) ; les gagnants sont les trois grands partis, dans l’ordre croissant : le FDP (+0,9 %), le SPD (+7 %) et surtout la CDU/CSU (+14,3 %). Les électeurs jouent la carte des grands partis, mais de préférence celle de la CDU/CSU. La comparaison entre les élections fédérales de 1961 et la dernière série des élections régionales de 1960-1963 confirme les tendances précédentes. Les petits partis obtiennent de meilleurs résultats aux élections régionales que fédérales, cet écart est surtout plus marqué en faveur du SPD. À l’inverse, la CDU/CSU progresse davantage aux élections fédérales que régionales. Le taux de participation se creuse nettement au profit des élections fédérales.

46En résumé on peut dire que de 1946 à 1961 la participation est plus forte aux élections fédérales que régionales. Les deux grands partis progressent, la CDU/CSU davantage aux élections fédérales, le SPD tire mieux son épingle du jeu aux élections régionales. Le FDP se stabilise autour de 11 %. Les petits partis connaissent une chute vertigineuse.

Conclusion : dictature et État de droit

47Partis politiques, élections et gouvernements ont bien été au cœur du renouveau de la vie politique dans les deux Allemagnes de 1945 à 1961 mais les différences entre l’Est et l’Ouest sont saisissantes. Le modèle totalitaire plaqué sur la zone soviétique puis sur la RDA conduit à un étiolement des partis politiques non communistes et des institutions, à l’exception du parti communiste, omnipotent, répressif et incapable de se renouveler au sommet. Les élections constituent un simulacre de démocratie car elles n’accordent aucune liberté d’expression, si ce n’est dans le sens souhaité par le parti SED. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que le mécontentement politique, économique et social se soit manifesté par la fuite vers l’Ouest (le vote avec les pieds), l’explosion du 17 juin 1953 et la construction du Mur de Berlin transformant l’État des paysans et des ouvriers en une sorte de prison.

48Malgré les privations, les coercitions du début et la nécessité d’accueillir des millions de réfugiés et d’expulsés dans un pays en ruines, les Allemands de l’Ouest ont pu librement participer à la renaissance de la démocratie en lisant une presse pluraliste, en discutant ouvertement sans crainte d’une arrestation par la police secrète, en prenant part massivement aux différentes élections. Les rapports entre les partis n’étaient pas figés comme à l’Est dès 1949, ils donnaient lieu au contraire à des coalitions gouvernementales très variées. Le succès des partis, des élections et des institutions est inséparable de la prospérité économique et sociale et de l’ancrage dans le monde occidental, les réussites dans ces différents domaines se conditionnant réciproquement. Bien des aspects de la politique d’Adenauer sont critiquables mais il faut au moins lui reconnaître d’avoir contribué à poser à l’Ouest les bases d’un État de droit et d’une véritable démocratie de type libéral dont la stabilité est l’une des principales qualités. Autant Konrad Adenauer restera le symbole du renouveau démocratique et de la fiabilité de l’Allemagne, autant Walter Ulbricht incarnera le visage haïssable de la dictature d’inspiration soviétique, avec toutes les dérives que cela suppose.

Notes

1 Cf. Henri Ménudier (éd.), L’Allemagne occupée 1945-1949, Bruxelles, 1990.

2 Cf. Adolf M. Birke, Die Bundesrepublik Deutschland. Verfassung, Parlament und Parteien, Munich, 1997, p. 5s. ; Renata Fritsch-Bournazel, L’Allemagne depuis 1945, Paris, 1997, p. 23ss.

3 Edgar Wolfrum, Die geglückte Demokratie. Geschichte der Bundesrepublik Deutschland von ihren Anfängen bis zur Gegenwart, Stuttgart, 2006, p. 35

4 Cf. Dietrich Staritz, Die Gründung der DDR. Von der sowjetischen Besatzungsherrschaft zum sozialistischen Staat, Munich, 31995 ; Elke Scherstjanoi (éd.), „Provisorium für längstens ein Jahr ». Die Gründung der DDR, Berlin, 1993 ; Beate Ihme-Tuchel, Die DDR, Darmstadt, 2002.

5 Cf. Peter Erler, Horst Laude, Manfred Wilke (éd.), „Nach Hitler kommen wir « . Dokumente zur Programmatik der Moskauer KPD-Führung 1944/45 für Nachkriegsdeutschland, Berlin, 1994.

6 Voir pour les différents partis politiques Rainer Eppelmann et al. (éd.), Lexikon des DDR-Sozialismus : das Staats- und Gesellschaftssystem der Deutschen Demokratischen Republik, 2 vol., Paderborn, 1997.

7 Cf. Henri Ménudier, « Kurt Schumacher et la nation allemande », in : Gilbert Krebs et al. (éd.), L’Allemagne 1945-1955. De la capitulation à la division, Asnières, 1996, p. 255-288.

8 Cf. Andreas Malycha, Die SED. Geschichte ihrer Stalinisierung, Paderborn, 2000.

9 Cf. Manfred Wilke (éd.), Die Anatomie der Parteizentrale. Die KPD/SED auf dem Weg zur Macht, Berlin, 1998.

10 Cf. Andreas Malycha, Partei von Stalins Gnaden ? Die Entwicklung der SED zur Partei neuen Typs in den Jahren 1946 bis 1950, Berlin, 1996.

11 Cf. Hermann Weber, « Herausbildung und Entwicklung des Parteiensystems der SBZ/DDR », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 16-17 (1996), p. 3 –??.

12 Cf. Die Wahlen in der Sowjetzone. Dokumente und Materialien, édité par le Bundesministerium für Gesamtdeutsche Fragen, Bonn, 61964.

13 Voir l’artricle de Bernard Ludwig dans cet ouvrage.

14 Hans-Hermann Hertle et al. (éd.), Mauerbau und Mauerfall. Ursachen – Verlauf – Auswirkungen, Berlin, 2002.

15 Cf. Jens Gieseke, Die DDR-Staatssicherheit. Schild und Schwert der Partei, Bonn, 2002 ; Id., Mielke-Konzern. Die Geschichte der Stasi 1945-1990, Stuttgart/Munich, 2001.

16 Cf. Günter Buchstab, Klaus Gotto (éd.), Die Gründung der Union, Munich, 1981.

17 Cf. Hans-Peter Shwarz, Adenauer, 2 vol., Stutgart, 1986/1991 ; Id. Anmerkungen zu Adenauer, Munich, 2004.

18 Cf. Andreas Kiessling, Die CSU. Machterhalt und Machterneuerung, Wiesbaden, 2004.

19 Cf. Thomas Hertfelder, Christiane Ketterle (éd.), Theodor Heuss, Publizist – Politiker – Präsident, Stuttgart, 2003.

20 Cf. Lothar Albertin (éd.), Politischer Liberalismus in der Bundesrepublik, Göttingen, 1980.

21 Cf. Peter Merseburger, Kurt Schumacher. Der schwierige Deutsche. Eine Biographie, Berlin, 1997.

22 Cf. Matthias Loeding, Otto Grotewohl kontra Kurt Schumacher. Die Wennigsener Konferenz im Oktober 1945, Hambourg, 2004.

23 Cf. Kurt Klotzbach, Der Weg zur Staatspartei. Programmatik, praktische Politik und Organisation der deutschen Sozialdemokratie 1945 bis 1965, Berlin, 1982.

24 Cf. Dietrich Staritz (éd.), Das Parteiensystem der Bundesrepublik. Geschichte, Entstehung, Entwicklung. Eine Einführung, Opladen, 21980.

25 Cf. Günter Olzog, Hans-J. Liese, Die politishen Parteien in Deutshland. Geshihte, Programmatik, Organisation, Personen, Finanzierung, Munih, 191991 ; Kurt Sontheimer, Wilhelm Bleek (éd.), Grundzüge des politischen Systems der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, 2000.

26 Cf. Anna Christine Storbek, Die Regierungen des Bundes und der Länder seit 1945, Munich/Vienne, 1970.

Table des illustrations

Titre Répartition des sièges, y compris les députés de Berlin-Est
Légende * y compris les 6 mandats du SPD à Berlin-Est
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Comparaisons entre élections régionales et fédérales Elections (%)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39521/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search