Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

« Dépasser sans rattraper ». L’évolution de la consommation en RFA et RDA

Annette Kaminsky
Traduction de Isabelle Marivin

Texte intégral

  • 1 Hans Magnus Enzensberger, « Das Plebiscit des Verbrauchers », in : Einzelheiten I. Bewußtseins-Ind (...)
  • 2 « Compte-rendu des conditions d’approvisionnement du 16.5.1960 » ; Stiftung Archiv der Parteien un (...)
  • 3 Lettre de Walter Ulbricht à Nikita Khrouchtchev du 18.1.1961 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/202/129.

1Lorsqu’en 1962 Hans Magnus Enzensberger constatait que la majorité des citoyens de RFA vivait dans un « horizon infini de marchandises » devenu à leurs yeux le symbole de ce qui autorisait à « profiter de la vie »1, la direction de l’Etat et du parti de RDA dut reconnaître que ses rêves de « vie agréable » dans le socialisme n’étaient pas réalisés. Douze ans après sa création et contrairement à tous ses plans ambitieux, elle ne s’était jamais trouvée autant dans l’incapacité de rivaliser avec l’Ouest sur le front de la consommation. Selon des estimations internes, le Bureau Politique du SED conclut que « de nombreux achats, pour ne pas dire la plupart d’entre eux, se font par résignation ; la clientèle achète parce qu’elle ne croit pas avoir accès au produit qu’elle souhaite véritablement acheter »2. Apparurent des difficultés d’approvisionnement qui concernaient même les denrées alimentaires de base, ce que l’on n’avait jamais cru possible jusqu’alors. Dans une lettre adressée au chef du parti communiste soviétique et datée de janvier 1961, Walter Ulbricht dut reconnaître : « En 1960 cependant, le fossé avec la RFA ne s’est pas comblé. Les difficultés internes en matière de réalisation du plan se sont même accrues suite à l’insuffisance et au retard de l’approvisionnement en matériel »3. Ces constats s’avéraient particulièrement douloureux pour la direction de l’Etat et du Parti de la RDA, d’autant qu’à peine sept ans auparavant, après les événements tragiques de l’insurrection du 17 juin 1953, elle en avait explicitement appelé à la concurrence inter-allemande sur le front de la consommation.

  • 4 Rainer Gries, Die Rationengesellschaft, Münster, 1994.
  • 5 On introduit en RDA le système des colis spéciaux « Pajoks », semblables aux colis-CARE, destinés (...)

2Pourtant, immédiatement après la guerre, la situation de départ présentait le même handicap dans toutes les parties de l’Allemagne : la faim et la misère régnaient dans chacune des zones d’occupation4. Toutefois, la certitude fut très vite établie que l’on vivait mieux dans les zones d’occupation occidentales. Les colis de première nécessité dits « colis-CARE » expédiés par des organisations humanitaires américaines inondaient les foyers de ces zones et des secteurs occidentaux de Berlin de produits « Made in America » qui, introuvables dans les rayons depuis des années, manquaient cruellement. Certes, ces produits étaient auréolés d’exotisme, puisque beaucoup venaient d’Outre-mer, mais ils étaient également de meilleure qualité que ceux auxquels la population allemande pouvait généralement avoir accès depuis qu’elle connaissait les difficultés d’approvisionnement et le rationnement liés à la guerre.5 Alors que les soldats américains distribuaient chocolat, cigarettes, café, chewing-gum et collants – des biens à haute valeur d’échange sur le marché noir –, les Russes n’avaient à proposer que du pain et de la soupe, des biens évidemment fort nécessaires à la vie quotidienne mais dont la valeur d’échange était nettement inférieure.

3Dans les zones d’occupation occidentales, l’entrée en vigueur du Plan Marshall en 1947 et la réforme monétaire du printemps 1948 avaient jeté les bases de l’introduction de l’économie de marché et de la prospérité matérielle. Et jusqu’en 1952, 3 milliards de Mark affluèrent vers l’Allemagne de l’Ouest et Berlin-Ouest pour la reconstruction de l’économie. Les vitrines faisaient étalage de denrées que les gens croyaient ne plus revoir de sitôt :

  • 6 Hans Werner Richter, initiateur du Groupe 47, cité d’après : Arne Anderson, Der Traum vom guten Le (...)

« Chemin faisant, nous passâmes devant une petite boutique dans laquelle auparavant nous avions acheté des produits contre les tickets des cartes d’alimentation ; et c’est dans ce magasin Tante Emma, en soi plutôt pitoyable, que s’opéra à nos yeux un véritable miracle, celui de la réforme monétaire. Les étals étaient parés d’une multitude de fruits et légumes, rhubarbe, choux-fleurs, choux blancs, épinards, tout ce dont nous avions manqué depuis si longtemps »6.

4Dans certaines zones d’occupation, ces produits ne se trouvaient pas même dans les vitrines, indépendamment du véritable pouvoir d’achat des habitants. Pour ces derniers, le seul étalage de cette variété de produits ainsi que la perspective de se les procurer suscitaient des représentations irréalistes quant aux possibilités qu’offrait la partie occidentale de l’Allemagne.

I. « Avoir une vie meilleure ! »

5Sous le gouvernement du chancelier Ludwig Erhard, le credo selon lequel chaque citoyen devait être en mesure d’acquérir les marchandises qu’il produisait lui-même constituait le fondement de la politique économique ouest-allemande, hérité du principe fordiste. Par conséquent, Erhard décida au début des années 1950 d’encourager le développement de la production de biens de consommation. Le 14 mars 1951, il évoqua devant le Bundestag son credo de liberté et démocratie de la consommation, soutenu par l’expansion économique liée au contexte de la guerre de Corée, ce qui marqua le début de la constante amélioration des conditions de vie et l’accroissement rapide de la prospérité en RFA. C’est ainsi que dès le début des années 1950, on parvint à abandonner le niveau de 1936 considéré comme standard en matière de normalisation des conditions de vie en Allemagne. De fait, les salaires réels de l’Ouest atteignirent dès 1950 le niveau de 1928, pour doubler dans les années 1960. Depuis la fin des années 1940, le mot d’ordre de cette politique s’intitulait : « Avoir une vie meilleure ! » (« Besser leben ! »). Et lors de l’exposition consacrée à la rationalisation qui se tint à Düsseldorf en mai 1953, on pouvait formuler la promesse : « Tous doivent avoir une vie meilleure » (« Alle sollen besser leben »). La Confédération des syndicats allemands (DGB) soutenait cette politique en promettant à la population l’arrivée d’un réfrigérateur dans chaque foyer. Et en 1954, 14 % des foyers disposaient effectivement d’une machine à laver et 28 % d’un aspirateur.

6Bien que les dirigeants de l’Est aient choisi ce même slogan « Avoir une vie meilleure » pour leur politique, slogan qu’ils affichaient en grand lors de congrès ou qu’ils placardaient dans les rues, la situation était différente pour les Allemands à l’Est. Afin d’améliorer le ravitaillement de la population, on opta pour un autre concept afin de justifier la voie sur laquelle on s’était engagé au plan économique et politique. En 1948 on introduisit à l’Est l’économie planifiée sur le modèle soviétique. La situation fut aggravée par le fait que la puissance d’occupation soviétique n’avait pas appliqué de « Plan Marshall est-allemand » mais infligé à ses Etats satellites d’énormes réparations ainsi que le démontage de l’industrie est-allemande en conséquence des dommages de guerre qu’elle avait subis.

  • 7 Cité d’après : Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 1985, p. 198.

7A l’Est, comme c’était le cas dans la partie occidentale de l’Allemagne, il s’agissait de motiver la population à travailler dur afin d’accéder à une vie meilleure. Dans ce but, il fallut d’abord augmenter d’urgence le niveau de production qui, en 1948, atteignait tout juste 56 % de celui d’avant-guerre. En septembre 1947, à l’occasion du deuxième Congrès du Parti, lançant le mot d’ordre « Produire davantage, mieux partager, avoir une vie meilleure » (« Mehr produzieren, gerecht verteilen, besser leben »), le SED en appela à la population afin qu’elle augmente sa capacité de travail pour accroître la production. Cette orientation politique fut étayée par la directive soviétique n ° 234. Ce qui, aux yeux de la population, apparut dans un premier temps comme une « directive nourriture », se révéla bientôt être la réintroduction du salaire à la pièce, avec une productivité du travail qui augmentait plus vite que la rémunération ou l’offre de marchandises. A l’été 1948, le SED présenta finalement un premier Plan biennal, Walter Ulbricht assurant que « le temps des succès »7 était venu. D’ici 1950, la productivité devait augmenter de 30 % et atteindre 80 % de celle de 1936.

  • 8 Adolf Hennecke qui, dans les minerais de houille, parvint avec un soutien bien orchestré à augment (...)
  • 9 « Résolution : La situation actuelle et les tâches du SED, adoptée lors du IIIè Congrès du Parti d (...)

8Sur le modèle soviétique également, le SED promut un « mouvement d’activistes ». Les « activistes de la première heure » – choyés par le Parti, taxés de « briseurs de norme » par leurs collègues – devaient dépasser les normes imposées par le Plan pour augmenter la productivité au travail et obtenir en échange une meilleure rémunération8. En 1950, lors de son IIIe Congrès, le SED afficha de nouveau des objectifs ambitieux. Bien qu’étant justement en train de régler la question urgente de la crise alimentaire, il se fixa pour but au début du Ier Plan quinquennal (1951-1955) de développer l’industrie lourde et se constituer une base industrielle propre. Le rationnement devait prendre fin en 1953 et le niveau de vie de l’ensemble de la population dépasser le « le niveau de vie en temps de paix ». A la fin du Plan quinquennal, « sur la base de l’augmentation de la production et de la fin des conséquences de la guerre […] le niveau de vie d’avant-guerre doit être atteint, et il doit être largement dépassé à l’issue du Plan. Ceci vaut particulièrement pour la consommation par tête de denrées alimentaires et de produits manufacturés essentiels »9. De fait, les premiers succès purent être enregistrés rapidement. Dans les « magasins libres », on vit les prix baisser et l’on trouva effectivement des produits à acheter contre des cartes d’alimentation. Néanmoins, le niveau d’équipement à l’Est était loin d’égaler le niveau de l’Ouest, érigé en modèle. En 1954, seuls 0,5 % des foyers de la partie Est de l’Allemagne possédaient une machine à laver, et 0,4 % pouvaient être fiers de leur réfrigérateur. Même en matière de petit électroménager tel que les aspirateurs, le fossé s’était déjà creusé.

9Contrairement à l’Ouest, la direction de la RDA modifia ses objectifs dès 1952. Lors de la IIe Conférence du Parti, tristement célèbre, le SED adopta de nouvelles résolutions. Au lieu de miser, comme c’était le cas à l’Ouest, sur la liberté de consommation et l’accroissement rapide de la richesse, la RDA privilégia l’industrie lourde au détriment de la production de biens de consommation. La fin du rationnement, initialement prévue pour 1950, ainsi que le retour au niveau de 1936 furent repoussés à 1953, puis à 1958. Dans les magasins d’Etat de l’« Organisation du Commerce » (Handelsorganisation) fondés en 1948 et bénéficiant d’un approvisionnement privilégié, l’offre était loin d’égaler celle des secteurs occidentaux. Statistiquement, chaque femme de l’Ouest utilisait une paire de bas par mois, contre 2,8 paires par an pour les femmes de la partie Est de l’Allemagne – et encore, de moindre de qualité. L’échange – prohibé – Mark de l’Est contre Mark de l’Ouest, en dépit de son cours élevé, constituait pour beaucoup la seule possibilité, et souvent aussi la plus attrayante, d’accéder aux biens si convoités et introuvables dans les magasins de la HO en dépit de leur statut privilégié en matière d’approvisionnement. Les magasins « libres » et leurs tarifs n’ont pas suscité que l’enthousiasme d’une population au revenu moyen mensuel d’environ 300 Mark. Une demi-livre de beurre coûtait 30 Mark, un kilo de sucre 35 Mark, un petit pain 80 Pfennige. Pour une paire de bas, il fallait compter 30 Mark. Les biens trouvaient souvent preneur par manque d’autres sources d’approvisionnement. En effet, à cette époque-là déjà, les articles de mode ou de qualité, que l’on convoitait et cherchait à s’offrir, venaient prioritairement de l’Ouest. Leurs détenteurs apparaissaient nimbés d’une aura de luxe et jouissant de relations privilégiées.

10Les conséquences des résolutions de 1952 se firent vite sentir. Dès lors que la mise en application du Plan quinquennal n’était pas financée et que l’on ne pouvait pas toucher aux grands projets industriels, sacro-saints piliers de la construction du socialisme, la situation ne put évoluer qu’au détriment de la production des biens de consommation et des salaires. Le SED dut prendre acte des conditions d’approvisionnement qui ne faisaient qu’empirer.

  • 10 Cité d’après : Ulrich Mählert, « Die Partei hat immer Recht. Parteisäuberungen als Kaderpolitik in (...)

« L’armement de nos forces doit être techniquement le meilleur et le plus efficace. C’est ce que nous devons affirmer ouvertement. Mais cela coûte de l’argent, et plus encore : cela a un coût matériel. Nous ne pouvons pas imposer à quelques capitalistes d’en supporter les coûts, aussi c’est notre économie qui les supportera – nos travailleurs »10.

11En dépit des économies tous azimuts et des impôts et taxes sans cesse croissants grevant le budget de la classe moyenne, on ne parvint à développer ni l’armement ni une « base métallurgique » si bien que le SED décida de tirer un trait sur les subventions, d’augmenter les prix et les normes de productivité. La population vit encore s’éloigner l’espoir d’une amélioration durable de sa vie quotidienne. Le mécontentement s’accrut face à la charge de travail toujours plus grande, la baisse des salaires réels et une offre de produits de plus en plus clairsemée, d’autant qu’en regardant vers l’Ouest, on voyait que la situation pouvait être bien différente.

12Et comme si cela ne suffisait pas : les dirigeants du SED renforcèrent la lutte des classes en milieu rural et tentèrent de rallier « volontairement » les paysans à la cause de restructuration socialiste de l’agriculture. Dans ces circonstances, de nombreux paysans perdirent leur ferme et passèrent à l’Ouest, des champs se retrouvèrent en jachère et les récoltes ne purent être engrangées. La fin annoncée du rationnement dut être remise à plus tard. Jour après jour, la presse publiait des appels à davantage de « vigilance » et d’« économies ». Que la production se retrouve dans des goulots d’étranglement ou que l’exécution du Plan accuse des retards, et l’on était soupçonné de sabotage économique pour lequel on condamnait lourdement des responsables, qu’ils soient véritables ou fictifs. Les prisons se remplirent.

13Cependant, il n’y a pas qu’en milieu rural que le SED s’illustra par ses actions brutales. En 1952, il s’était fixé pour objectif de surveiller étroitement les lieux de villégiature de la côte Baltique pendant la période estivale. Début 1952, dans le cadre d’une opération douteuse intitulée « Action Rose », il prit dans le collimateur les gérants et clients d’hôtels privés. Des centaines de personnes se virent reprocher des faits abracadabrants, furent accusées de prétendus « crimes économiques », de souillure du patrimoine socialiste, de mise en danger de l’économie nationale, de « trafic » ou de « spéculation » et condamnées à de lourdes peines de réclusion. La justice du SED pouvait s’appuyer sur la « Loi sur la protection du commerce intérieur » de 1950 pour infliger ces peines drastiques. Dans le cas de l’introduction de biens ouest-allemands en RDA, elle ne prévoyait « pas de peines de prison inférieures à trois ans ». Si le délit – qui, dans de nombreux cas, consistait à importer des biens rares sur le marché intérieur destinés aux hôtels ou pensions – avait été commis dans un but lucratif, elle prévoyait même des peines de réclusion « d’au moins cinq ans avec saisie des biens ». Début 1953, la direction de l’Etat et du Parti se trouva en confrontation directe avec la population.

14Bien qu’elle ait eu connaissance de la situation explosive en matière d’approvisionnement et du mécontentement croissant, elle n’en prit pas moins, lors de la 13 e assemblée de son Comité central de mai 1953, d’autres décisions lourdes de conséquences. Les prestations sociales continuèrent à être démantelées, les normes une fois encore augmentées et les salaires de facto revus à la baisse. Et tandis que la direction du SED se montrait sourde à cette atmosphère insurrectionnelle qui cachait une nouvelle détérioration des conditions de vie, la direction soviétique tenta après la mort de Staline de freiner ses camarades allemands. Début juin, elle critiqua la politique que le SED menait depuis 1952 et l’exhorta à suivre un « nouveau cours » afin de « guérir » la situation politique. Le diagnostic soviétique brillait par sa clarté :

  • 11 « Au sujet des mesures prises concernant la guérison de la situation politique en République Démoc (...)

« Les mesures socio-économiques […] ont conduit au fait qu’un grand nombre de petits propriétaires comme les artisans ou les commerçants sont ruinés et que d’importantes couches de la population ont voté contre le pouvoir en place. On en est arrivé au point qu’actuellement, 500 000 hectares de terre sont abandonnés et en friche et les paysans allemands économes, d’ordinaire très attachés à leurs terres, se sont mis à quitter massivement leur pays et leur économie pour se rendre en Allemagne de l’Ouest »11.

15Sur quoi le 9 juin, conformément aux volontés soviétiques, la direction du Parti reconnut publiquement « une série d’erreurs » et annonça un nouveau cours. La lutte des classes en milieu rural, dirigée contre le commerce privé et l’artisanat mais aussi contre de jeunes chrétiens s’arrêta brutalement. En revanche, l’augmentation des normes annoncée quelques semaines auparavant ne fut garder. C’était la goutte d’eau qui fit déborder le vase pour la classe ouvrière au nom de laquelle le SED prétendait gouverner. Le 16 juin, les ouvriers en bâtiment de la Stalinallee cessèrent le travail et manifestèrent dans les rues. Les radios de Berlin-Ouest répandirent la nouvelle de l’insurrection des ouvriers comme une traînée de poudre à travers toute la République. Le 17 juin, de longs cortèges défilèrent jusqu’à la Maison des ministères de Berlin-Est, siège du gouvernement est-allemand. Plus de 250 villes de RDA connurent grèves et manifestations. Aux revendications économiques telles que le retrait de l’augmentation des normes, une rémunération plus juste et un meilleur approvisionnement, s’ajoutèrent bientôt l’appel à la démocratie, à l’unité et à des élections libres. Et finalement seule l’intervention des chars soviétiques put sauver le régime du SED de la chute.

II. Le « Nouveau Cours »

  • 12 Stephan Merl, « Staat und Konsum in der Zentralverwaltungswirtschaft. Rußland und die ostmitteleur (...)
  • 13 « Le Nouveau Cours et les tâches du Parti », in : Dokumente der SED, vol. IV, Berlin (RDA), 1954, (...)

16Le 17 juin 1953, le SED avait pu constater que le « dynamitage du système »12 pouvait être en germe dans les problèmes de consommation et d’approvisionnement s’ils allaient de pair avec un mécontentement généralisé face à la politique. Il en tira deux sortes de conséquences : d’un côté, il élargit son appareil de Sécurité qui devait étouffer dans l’œuf les soulèvements qui se préparaient. De l’autre, pour apaiser la situation intérieure, il poursuivit le « nouveau cours » (« Neuer Kurs ») dicté par Moscou bien avant l’insurrection et qui allait également se traduire par un « tournant dans la consommation »13. On en était revenu au mot d’ordre : amélioration de la consommation individuelle. Le Plan quinquennal en vigueur depuis 1950 subit une fois encore des modifications, prônant désormais une augmentation de la production de biens de consommation. Les efforts pour améliorer la mauvaise situation de l’approvisionnement enregistrèrent même quelques succès à court terme. L’écrivain Erich Loest se souvient :

  • 14 Erich Loest, Durch die Erde ein Riß. Ein Lebenslauf, Hambourg, 1981, p. 213ss.

« On publiait chaque jour décrets et ordonnances : retour aux normes du 1er avril, passage du minimum retraite de 65 à 75 Mark, de la pension de reversion de 55 à 65 Mark. Suppression de l’imputation des cures aux jours de congé légal […] Relance de la construction de logements neufs, augmentation des réparations dans les logements existants, 30 millions de Mark supplémentaires débloqués pour les aménagements sanitaires des « Entreprises du peuple » (Volkseigene Betriebe) et 40 millions de Mark supplémentaires pour les structures d’accueil du soir et les crèches »14.

III. « Monsieur et Madame La Honte »15

  • 15 Cité d’après : Cathy Pence in : Burghardt Ciesla et al. (éd.), Sterben für Berlin ? Die Berliner K (...)

17Au lendemain du 17 juin, le SED était loin d’imputer les insuffisances de son économie à sa propre politique. Il s’était hâté de trouver ailleurs des responsables. Il en voulait surtout aux trafiquants et commerçants privés dont l’attitude égoïste était, selon lui, à l’origine de la situation d’approvisionnement déplorable. Il mit en scène une propagande offensive « anti-trafiquants et anti-spéculateurs » qui se servaient des frontières ouvertes entre les différents secteurs de Berlin pour leurs « transferts de marchandises ». Parmi les personnes frappées ainsi de diffamation se trouvaient bon nombre de citoyens est-allemands qui, par ce biais, avaient tenté de se procurer des biens inexistants en RDA.

  • 16 « Rapport destiné à la conférence sur les trafiquants et les spéculateurs (1955) » ; SAPMO-BArch, (...)

18Le tourisme d’approvisionnement était un phénomène propre à tout Berlin et suscitait le mécontentement aussi bien dans la partie Est que Ouest de la ville où la grogne était tout aussi importante. Ici aussi, on insultait « Monsieur et Madame La Honte » (« Herrn Schimpf und Frau Schande »), qui tiraient parti du taux de change avantageux pour les Berlinois de l’Ouest, ces derniers faisant, à l’Est, leurs courses à bas prix ou s’offrant des services tels que coiffeur, cordonnier ou teinturier. Ils faisaient passer ainsi des Mark-Ouest à l’Est, phénomène très désagréable surtout pour les petits commerçants de Berlin-Ouest. Ceci dit, il en allait à l’Est de la survie économique. De ce côté-ci, on tentait de verrouiller le système contre les influences de l’Ouest et d’augmenter la valeur de ses propres produits. Les arguments avancés entraient en contradiction : d’un côté, détenir des Mark Ouest était considéré comme répréhensible et l’on essayait d’empêcher les Allemands de l’Est de porter leur argent à l’Ouest : « Chacun doit être conscient que notre argent ne quitte pas les caisses des supermarchés et des points de change pour atterrir dans des coffres-forts. Cet argent sert à financer leurs activités d’agents secrets en RDA »16.

  • 17 « Compte-rendu sur la situation d’approvisionnement du 16.5.1960 » ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/610 (...)

19De l’autre, l’achat de biens de haute qualité fabriqués à l’Est devait être entravé par l’introduction en 1954 de contrôles d’identité. Officiellement, ils étaient destinés à intercepter des fraudeurs de l’Ouest. Mais à peine quelques années plus tard, les analyses internes de la direction du SED infligèrent un démenti à cette propagande officielle d’une Allemagne de l’Est bradée à l’Ouest. S’il est vrai que la population faisait cadeau de certains produits qu’elle envoyait à l’Ouest, ceci n’avait que peu d’importance en termes d’approvisionnement. Et il ne pouvait être question de Berlinois de l’Ouest qui auraient amassé des biens est-allemands. A l’inverse, c’étaient plutôt les citoyens de RDA qui se procuraient à Berlin-Ouest certains biens absents du marché est-allemand. L’analyse allait si loin que l’on considérait même les Berlinois de l’Ouest qui faisaient leurs achats à l’Est comme les moteurs du commerce intérieur17. Néanmoins, on refusait l’idée que les Berlinois de l’Est eux-mêmes pussent acheter en masse des produits de haute qualité comme des appareils photos pour les échanger à l’Ouest et, avec l’argent ainsi obtenu, acheter des produits qui faisaient cruellement défaut à l’Est. En dépit des lourdes peines et des menaces encourues, les citoyens ne craignaient de s’exposer aux dangers d’un passage de la frontière de « transports de marchandises illégales », afin d’avoir accès à des produits rares en RDA.

  • 18 Grundsatzprogramm der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands Beschlossen vom Außerordentlichen P (...)

20En 1953, la situation s’était à ce point stabilisée à l’Ouest que les derniers rationnements purent être supprimés. Matières grasses, café et viande se trouvaient de nouveau en quantité suffisante et s’affichaient au menu hebdomadaire du citoyen fédéral. Encouragée par la victoire de la Coupe du monde de football en 1954, la conscience de soi des citoyens ouest-allemands s’accrut. Le slogan « Nous sommes de nouveau quelqu’un » (« Wir sind wieder wer ») soulignait bien le nouveau sentiment que l’on avait de la vie à l’époque. Outre la normalisation de l’approvisionnement, l’Allemagne de l’Ouest connut dès ce moment-là un tournant dans son mode d’existence : tandis qu’à l’Est, on faisait lanterner la population en lui promettant des jours meilleurs, la publicité pouvait faire passer ses messages via le slogan « Fais donc une pause » (« Mach mal Pause ») et, après les années de privation qui ont suivi la guerre, miser sur la détente. Jusqu’en 1959, un plan d’approvisionnement type fut élaboré dont le titre programmatique « Et qu’est-ce qui vient ensuite ? » préconisait des normes d’équipement pour un foyer moyen de salariés en République Fédérale. Entre temps, le réfrigérateur était devenu un outil au service de la vie quotidienne au même titre que le café qui, de boisson du dimanche, se consommait désormais chaque jour. Le programme du SPD dit « programme de Bad Godesberg » a lui-même tourné le dos aux conceptions anciennes d’économie planifiée : « Les conditions qui règnent dans la zone Est ne correspondent pas à nos idéaux en matière de politique économique. C’est pourquoi le SPD dit oui au marché où la libre concurrence existe vraiment »18.

IV. « Dépasser le niveau d’approvisionnement ouest-allemand »19

  • 19 Tiré du décret « Au sujet du combat pour la paix, pour la victoire du socialisme, pour la renaissa (...)

21Lorsque le premier Plan quinquennal vint à échéance en 1955, la direction du SED ne put pas afficher de bilan satisfaisant. En dépit du « tournant dans la consommation » amorcé après le 17 juin, on ne put atteindre le niveau escompté de 1936 en termes de productivité du travail, ni en termes de niveau de vie. Les publications programmatiques de SED appelèrent de nouveau la population à accepter les privations comme autant de phénomènes passagers inhérents à la phase de construction du socialisme et à regarder avec optimisme vers un avenir meilleur.

  • 20 Publication du décret concernant les mesures visant au développement du commerce du 5.8.1954 publi (...)

22Alors qu’en République Fédérale, le « miracle économique » se chargeait petit à petit de procurer « la prospérité à tous », on réfléchissait en RDA à de nouveaux programmes en vue d’améliorer l’approvisionnement. Avec son IIe Plan quinquennal (1956-1960) lancé sous le slogan « Modernisation, Mécanisation, Automatisation », le SED entendait mettre l’économie et la société est-allemandes sur les rails du succès. La « révolution scientifique et technique » devait propulser la RDA au premier rang mondial dans tous les domaines. Ainsi, grâce à l’utilisation de l’énergie nucléaire, on espérait non seulement continuer à améliorer le développement de l’industrie lourde et « l’évolution ininterrompue du progrès technique », mais aussi l’approvisionnement. Jusqu’en 1960, la production de biens de consommation devait augmenter de 40 % et un large choix de produits être commercialisés. Une fois encore, le SED entretint l’espoir de consolider son pouvoir en promouvant une augmentation planifiée des conditions de vie. Forts de leurs expériences de la vie quotidienne, les citoyens est-allemands devaient, selon lui, afficher leur confiance dans le bien-fondé de la politique du Parti et du gouvernement. Convaincus des avantages qu’offrait chaque jour le système socialiste que Walter Ulbricht évoquait sans relâche, ils devaient en venir à la conclusion, si ardemment désirée par le SED, qu’ils vivaient dans la meilleure partie de l’Allemagne. Après le choc de juin 1953, la direction du SED avait annoncé son ambition de présenter les conditions d’existence en RDA comme modèle pour l’ensemble de l’Allemagne20.

23Cinq ans après la crise de juin 1953, la RDA connut à son tour une embellie économique, si bien que lors du Vè Congrès du Parti en 1958, la direction de l’Etat et du SED considéra le moment venu de prévoir l’« achèvement » de la construction socialiste. Les résolutions adoptées reflétaient les leçons que le SED avait tirées des événements du 17 juin 1953. Alors qu’en 1952, le Parti avait entrepris la construction du socialisme sans tenir compte des besoins de la population, la nouvelle offensive économique s’accompagnait désormais d’objectifs politiques en matière de consommation.

  • 21 Le commerce pendant le Plan septennal de la République Démocratique Allemande et ses objectifs en (...)

24D’une seule voix, le Parti fixa le principal objectif économique, « développer l’économie nationale de la République Démocratique Allemande en l’espace de quelques années de sorte que la suprématie de l’ordre social socialiste de la République Démocratique Allemande face à la domination des forces impérialistes dans l’Etat de Bonn soit clairement prouvée et en conséquence la consommation de notre population par tête en denrées alimentaires et biens de consommation essentiels devait atteindre puis dépasser la consommation par tête de la population d’Allemagne de l’Ouest »21. Sur quoi l’on put lire dans un catalogue de vente par correspondance – et sans ironie aucune :

  • 22 Catalogue du consommateur, Printemps/Eté 1959, p. 2.

« Je suis fier d’être un catalogue de vente par correspondance. Au fil de mes pages, on pourra aisément s’en convaincre : c’est aux ouvriers de l’industrie et de l’agriculture que l’on doit cela ! D’ici 1961, l’Allemagne de l’Ouest sera dépassée en termes de consommation par tête de denrées alimentaires et de biens de consommation essentiels »22.

  • 23 Au sujet de la suppression du rationnement, prise de position de « l’Union démocratique Allemande (...)

25Etant donné le nombre de promesses que le SED n’avait pas tenues au cours des années passées, la population réagit avec scepticisme. Avec les cartes d’alimentation, l’apparence démocratique de l’approvisionnement de base n’avait que trop duré ; et la population craignait maintenant que la suppression de ces cartes entraîne de nouvelles difficultés d’approvisionnement. Au cours de la 28e assemblée du Comité central du SED, Walter Ulbricht dut reconnaître qu’« un large éventail de travailleurs se déclarait en faveur du maintien du système des cartes dans la mesure où il leur apportait une certaine sécurité »23.

26La méfiance de la population était justifiée. Avec la fin du rationnement fut publié « un décret concernant l’approvisionnement en lait après la suppression des cartes d’alimentation ». Celui-ci prévoyait l’attribution d’un demi-litre de lait par jour à une catégorie de population expressément définie. La pénurie persistante de beurre, de viande ou de lait reflétait la rigueur de la politique agricole du SED et fit rapidement chanceler l’édifice d’une prétendue stabilisation. Un an plus tard, l’« Union libre des Syndicats allemands » de RDA (Freier Deutscher Gewerkschaftsbund) qui s’était donné pour mission principale l’observation de la situation de l’approvisionnement, put annoncer qu’elle n’avait certes pas constaté d’amélioration lors de ses contrôles, mais que la majorité des commerçants étaient en mesure de conseiller correctement les clients et, pour le cas où des produits viendraient à manquer, de leur apporter une réponse adéquate en termes politique et économique.

  • 24 Der Handel im Siebenjahrplan der DDR und seine Aufgaben zur weiteren Verbesserung der Versorgung d (...)

27Et comme si cela ne suffisait pas : le Plan quinquennal entré en vigueur en 1956 fut remplacé en 1959 par le « Plan septennal pour la paix, la prospérité et le bonheur », qui promettait pour 1961 un approvisionnement « de niveau international », diversifié et abondant, tant de la population urbaine que rurale. Selon Walter Ulbricht, on voulait ainsi « prouver la supériorité du socialisme […] non pas au moyen de quelconques biens de consommation courante, produits de pacotille ou issus de stocks excédentaires, mais avec des produits à haute valeur d’usage, esthétiques et élégants et que le travailleur a plaisir à acheter et utiliser »24. La loi sur le Plan septennal a marqué le slogan « rattraper puis dépasser » qui allait devenir un objectif politique déterminant de la direction du SED.

V. « Notre monde de demain »

28Walter Ulbricht avait prédit qu’avant 1965, les citoyens est-allemands allaient vivre dans la prospérité et le bonheur :

« Notre table doit être couverte des meilleurs produits que la nature peut nous offrir : viandes et produits laitiers de première qualité, légumes sélectionnés et fruits fins, fraises précoces et tomates mûres à une époque où elles ne mûrissent pas encore dans nos champs. Raisin en hiver, et pas seulement au moment de la grande crue des eaux. Nous autres socialistes, sommes conscients du fait que dans le camp socialiste, on devra disposer d’une profusion de produits alimentaires d’ici 1965. Tout ce qui se trouve sur le marché, cette vogue de plus en plus répandue des produits alimentaires et articles de luxe provenant des quatre coins du monde, des vêtements et chaussures, des tissus neufs et somptueux. Le monde entier ou presque nous sera ouvert et les distances ne compteront plus. La formation de la jeunesse passera largement par des voyages de plusieurs mois à travers le monde ».

29Puis d’établir, comme toujours, un lien direct avec la République Fédérale qui faisait se tourner le regard de la population vers l’Ouest :

  • 25 Walter Ulbricht cité d’après : Der Stacheldraht. Für Freiheit, Recht und Demokratie 6 (1999), p. 1

« Si la situation politique en Allemagne de l’Ouest avait quelque chance de survivre jusqu’à 1970, on pourrait prédire à coup sûr que non seulement 30 000 ingénieurs viendraient à manquer, mais que l’Etat ouest-allemand deviendrait un édifice largement démodé doté d’une population foncièrement inculte et incapable, dans tous les domaines, de maîtriser les nouvelles techniques »25.

30Alors que les « spécialistes socialistes du commerce » cherchaient des stratégies appropriées pour déterminer le comportement de consommation des travailleurs et canaliser leurs besoins et que la propagande du SED concevait sans cesse de nouveaux paradis de consommation en présentant des projets irréalistes qui engloutissaient les maigres ressources, dans la vie réelle, un véritable désastre économique et politique se préparait. Depuis son Vè Congrès, le SED n’avait pas seulement exagéré ses efforts en matière de politique de consommation. Compte tenu des efforts militaires et de politique étrangère du camp soviétique, compte tenu également du début de consolidation de l’économie est-allemande, le Congrès avait parallèlement décidé de « parfaire » la construction socialiste qui avait été gelée après les événements du 17 juin. La conjoncture semblait favorable. En 1959, le nombre d’Allemands de l’Est ayant fui à l’Ouest avait atteint son plus bas niveau depuis la création de la RDA. Face aux difficultés que l’on sait, la direction du SED s’était alors engagée dans une concurrence politique dangereuse avec la RFA.

31Par précaution cependant, on avait pris soin lors de l’adoption de la résolution d’une part de choisir des produits alimentaires dont la consommation par tête était supérieure à celle de la RFA. D’autre part, on avait pris comme point de comparaison le niveau de consommation ouest-allemand de l’année 1956/57. Ainsi, la direction du SED, se remémorant les échecs précédents, s’était montrée prévoyante et avait fait en sorte que la démonstration de la capacité économique de la RDA et que sa parité avec la RFA soient en mesure d’affronter la réalité. Truquant les statistiques, le SED tenta de suggérer à la population qu’elle disposait d’un niveau d’approvisionnement supérieur et de lui faire accroire que les conditions de vie en RDA ne différaient pas fondamentalement de celles de RFA. En 1957 par exemple, une entreprise de vente par correspondance qualifiait sans ambages de machine à laver une « lessiveuse » à manivelle. En tant que telle, elle entrait dans les statistiques comme faisant partie du niveau d’équipement des foyers munis d’appareils techniques et permettait, du moins statistiquement, de s’en approcher. Qu’entre temps, la machine à laver semi-automatique soit devenue un produit standard en RFA n’apparaissait pas dans ce type de présentation. Ceci dit, lors des visites que l’on se faisait à l’Est et à l’Ouest, chacun pouvait aisément se convaincre que toutes les machines ne se valaient pas.

VI. Des deux côtés

  • 26 Hertha Kludos, Briefe von Deutschland nach Deutschland. Aus dem Alltag einer Hausfrau in der Sowje (...)

32A cette époque-là en Allemagne de l’Ouest, on était conscient depuis longtemps d’être largement au-dessus des « parents pauvres de l’Est », dans les deux sens du terme. En 1959, le Ministère fédéral pour les Questions panallemandes édita une correspondance entre Allemands de l’Est et de l’Ouest qui présentait du point de vue ouest-allemand les problèmes de vie quotidienne et d’approvisionnement en RDA. Les analyses et évaluations pertinentes de cet échange épistolaire fictif devaient s’avérer crédible à bien des égards après 1989 et après l’ouverture des archives. Les parents à l’Est y décrivaient leurs difficultés à acheter certains produits de consommation courante : tantôt il n’y avait pas d’oignons, tantôt c’est la viande qui manquait une fois encore, ou le papier toilette, le café n’était pas bon et son prix trop élevé, les vêtements démodés. Au vu de ces désagréments, les parents de l’Ouest se voyaient obligés d’envoyer un colis à leurs « parents pauvres ». A son tour Inge, la nièce reconnaissante de Erfurt, décrivait dans sa lettre de remerciement à sa « chère tante de Berlin-Ouest » comment la robe reçue de l’Ouest et portée par une fille de fonctionnaire du SED avait suscité dans la classe des réactions de jalousie et de haine : « Depuis qu’elle a dit que j’étais une des pires bécasses capitalistes qu’elle ait jamais vues, je ne lui cause plus de toute façon ! C’était pareil à l’époque, quand tu m’as envoyé ce joli pull – déjà deux ans de ça »26.

  • 27 Cité d’après : Rainer Gries, « Anatomie einer Mangelgesellschaft », in : Deutschland Archiv 33 (20 (...)

33C’est ainsi que dans les années 1950, à l’Est comme à l’Ouest, préjugés et malentendus sur la vie quotidienne de l’autre côté avaient la vie dure. Tandis que pour les uns le manque de produits de première nécessité dont on se plaignait était synonyme de privations et de pauvreté, les autres s’étonnaient de découvrir encore dans leurs colis des années 1960 et 1970 des produits alimentaires de base que l’on trouvait en suffisance depuis longtemps. Par ces recommandations, le « Bureau fédéral chargé de missions panallemandes » (Bundesanstalt für gesamtdeutsche Aufgaben) de Bonn avait fait en sorte que les Allemands de l’Ouest expédient à leurs frères et sœurs des produits primaires plus qu’il n’en fallait et non des produits secondaires « afin d’entretenir le mythe d’une grave pénurie à l’Est »27.

34La direction du SED tâcha de son côté de susciter dans sa population la fierté de ses propres produits et prestations, envoyant même ses écrivains officiels au combat. Ainsi, le poète Kuba s’était adressé à la population dans une lettre ouverte de 1956 :

  • 28 Kludos (note 26), p. 40.

« Chers citoyens, vous qui attendez de la visite venant « de l’autre côté » ! L’appartement est passé au balai-brosse et à la cireuse. Les fenêtres sont nettoyées. Vous avez accroché des rideaux propres. Les draps frais sont prêts. Espérons que le gâteau est réussi. Vous êtes un hôte qui tient à sa réputation »28.

35On ne devait pas seulement jouer le rôle du parent pauvre qui se faisait volontiers plaindre et choyer, mais il fallait aussi arborer fièrement ses propres acquis tels que le vélomoteur ou le tapis.

VII. Mille petites choses

  • 29 Mille petites choses, réparations et services. Décision du conseil des ministres de RDA du 11.2.19 (...)

36Face à la concurrence officielle déclarée par la direction du SED contre la République détestée de Bonn, les économistes de RDA durent plus que jamais surveiller la situation officielle de l’approvisionnement. Alors que depuis des années, on se cassait la tête au sujet des « biens de consommation de haute qualité », gouvernement, marché et acheteurs avaient constaté que pendant ce temps, « mille petites choses » avaient disparu. Avoir privilégié par le passé l’industrie lourde avait eu des conséquences insoupçonnées. La production industrielle offrant de meilleures marges, nombreuses étaient les entreprises qui avaient stoppé leur production de biens de consommation pour s’orienter vers celle de pièces détachées destinées à l’industrie lourde. C’est pourquoi dans tout le pays, on manquait maintenant d’ouvre-boîtes, pinces, chausse-pieds et coquetiers. Et comme on connaissait depuis longtemps les insuffisances de l’approvisionnement, cette brèche, sur cette longue période, n’avait pas sauté aux yeux. On institua en 1958 le « Programme des mille petites choses (d’usage quotidien) » qui devait permettre un approvisionnement « plus important, plus abondant et foncièrement meilleur ». Les entreprises industrielles furent contraintes d’intégrer les biens de consommation à leur production : dans l’usine de TSF de Köpenick, on devait produire des moulins à café électriques, chez Bergmann-Borsig des rasoirs électriques et dans l’usine d’appareils électriques EAW de Treptow des aspirateurs. En toute confidentialité cependant, le conseil des ministres reconnaissait que l’accroissement de la production ne suffirait pas « même pour 1960 »29. Souvent, l’application de la directive eut pour conséquence que les entreprises commencèrent à fabriquer, à moindres frais, des marchandises en quantités inouïes dont le consommateur n’avait nul besoin. C’est ainsi que la production continua à passer à côté de la demande.

VIII. La véritable destination du flux de marchandises

  • 30 Cf. Gerhard Manz, Was darfs denn sein ? Werbeschrift für den sozialistischen Handel, Berlin (RDA), (...)
  • 31 Der Konsumgenossenschafter, 30.5.1959, p. 3.

37Toutefois, il n’y a pas que les problèmes de production, survenus par la négligence de la production de biens de consommation et la concentration des investissements dans l’industrie lourde, qui ont joué un rôle. Le système des points de vente et de distribution n’a cessé de présenter des insuffisances structurelles. Le nombre des points de vente en milieu urbain ou rural ne suffisait pas à l’approvisionnement de la population. Pour cause d’offre insuffisante, et afin de pouvoir assurer le commerce par correspondance, soutenu politiquement, d’innombrables magasins avaient dû fermer leurs portes. Ainsi, les marchandises qui y étaient acheminées jusque là pouvaient désormais être destinées au commerce par correspondance30. De plus, la reconversion des points de vente en libre-service, débutée en 1956, n’avait pas aussi bien progressé que se l’imaginaient les responsables du ministère. Elle avait échoué par manque d’équipements nécessaires. Au cours du premier trimestre 1959, sur les 1 100 libre-service que l’on comptait créer prioritairement en milieu rural, seuls 11,7 % furent réalisés31.

  • 32 Cf. Gerhard Manz, Was darf es sein ? Was Du vom Handel wissen solltest !, Berlin, (RDA), 1959, p. (...)

38Les plaintes et réclamations continuaient à se faire entendre concernant la pénurie de beurre, viande, légumes, fruits, cosmétiques, pièces de rechange, articles métalliques, vaisselle, papiers peints, outils, vêtements pour enfants, ainsi que celle des produits industriels tels que les automobiles, réfrigérateurs, téléviseurs, machines à laver, bicyclettes. Dans certaines régions, on en arriva par moments à un surplus d’offre de produits qui manquaient complètement ailleurs32. Pour réagir à cette concomitance paradoxale de pénurie et surplus, on imagina qu’une simple répartition plus rigoureuse des biens suffirait à maîtriser les problèmes d’approvisionnement. Et puisque les analyses de marché donnaient à penser que les biens pouvaient en principe être produits en quantité suffisante, les responsables espéraient trouver une solution dans « la véritable destination du flux de marchandises ». Ainsi, dans les années 1950, les économistes est-allemands de l’Institut du commerce intérieur commencèrent à faire des « recherches sur le commerce socialiste », afin de mettre au jour le comportement de consommation opaque du « consommateur socialiste ». Par le biais de la consommation par tête, on parvenait encore à cerner les besoins en produits primaires. Mais dès que l’on passait à la consommation de produits secondaires comme l’alcool, le tabac, le thé ou le café, les planificateurs y perdaient leur latin. L’absence de ces mille petites choses avait également montré combien il était difficile d’avoir une vue d’ensemble sur les véritables besoins. Comment une société qui, pendant des années, avait géré et réparti la pénurie, pouvait-elle établir les besoins réels de sa population ? C’était encore moins facile pour le textile dont la demande dépendait de la mode. De même qu’il était difficile de planifier la demande en matière de biens de consommation durables et de haute qualité tels que réfrigérateurs, téléviseurs et machines à laver, dans la mesure où l’on ne disposait que de peu d’informations sur le pouvoir d’achat des ménages, la hiérarchie de leurs besoins et le niveau d’équipement de leurs logements. Dans les premières années, les études sur la demande devaient permettre de produire des biens en fonction des besoins mais aussi de prévenir les pénuries. Quelque temps plus tard cependant, leur finalité changea. Il s’agissait désormais de faire concorder besoins et production. Ce qui ne signifiait rien moins que d’amener le consommateur à acheter les produits selon leur disponibilité et non selon leur utilité.

39Le SED interpréta l’accommodement des habitants avec l’Etat comme un soutien de leur part, croyant par là pouvoir aussi éradiquer les derniers restes de « base capitaliste » en RDA. L’idée socialiste, conforme à la théorie marxiste de la base et de la superstructure, pourrait alors enfin s’imposer aussi dans la superstructure, dans la pensée et les actes de la population ; c’est du moins ce qu’il espérait. De fait, on donna une nouvelle impulsion à la restructuration socialiste de l’agriculture et de l’artisanat privé. Et les 250 000 entreprises privées industrielles et artisanales ainsi que les commerces de détail furent de nouveau sévèrement amputés de leurs moyens de subsistance. Une fois de plus, on se servit du levier de la pression fiscale, ce qui porta les revenus des indépendants au seuil du minimum vital. Certaines infractions de nature économique ou manquements à la protection du travail, le plus souvent fictifs, furent portés devant la justice à grand renfort de propagande et lourdement sanctionnés. On attisa des campagnes de diffamation en règle contre la classe moyenne et les « indépendants ». Fin 1959, la chasse aux sorcières lancée par la structure étatique atteignit une apogée des plus grotesques. Les entrepreneurs privés furent accusés, pour organiser les fêtes de Noël dans leur entreprise, d’avoir acheté du chocolat et des produits alimentaires « en quantité prohibée », les travailleurs manquant alors de ces produits pour leurs fêtes en privé. Tout ceci était motivé par la volonté de contraindre la classe moyenne à intégrer les coopératives de production pour l’artisanat.

40Il se produisit la même chose en milieu rural. Là, ce furent les nouveaux paysans, qui suite à la réforme agraire de 1945, avaient bâti leur exploitation à la sueur de leur front, ainsi que les entreprises moyennes, établies de longue date, qui durent se rallier aux coopératives agricoles de production. Mais la propagande politique s’étant cette fois encore montrée peu efficace, on eut recours à la force. Des commandos de la « Jeunesse Allemande Libre » (Freie Deutsche Jugend – FDJ) effectuèrent des « visites à domicile ». Impitoyablement, on se livra au recouvrement des dettes fiscales, quand bien même il s’agissait de ponctionner les semences de l’année à venir.

41Très vite, on vit grimper le nombre des artisans, commerçants et paysans qui préférèrent un départ à l’Ouest en tant qu’indépendant à un emploi dans une coopérative de production et qui souhaitaient se soustraire de la pression idéologique. D’autres disparurent dans les maisons de réclusion. Tous laissèrent derrière eux une brèche que l’idéologie ne pouvait combler. Dans de nombreux champs, la récolte pourrissait, dans les étables abandonnées, le bétail mourait de faim, les vaches attendaient d’être traites, les œufs d’être ramassés. Et en ville, on manquait de bouchers, de boulangers et d’artisans qualifiés.

IX. « Ni beurre, ni crème, mais un drapeau rouge sur la Lune »

  • 33 « Information du 26.5.1961 communiquée au Comité central du SED » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/5/295, (...)

42Compte tenu d’une part des expériences quotidiennes de la population et de l’autre des plans ambitieux du SED, les plaisanteries politiques connurent une triste gloire. Ainsi au sujet des projets de dépassement du gouvernement : « Ah vraiment, il est question de dépasser l’Allemagne de l’Ouest. Mais tout le monde n’est pas encore là. » Et de se moquer dans la foulée des projets démesurés de conquête de l’univers : « Ni beurre, ni crème, mais un drapeau rouge sur la Lune » (« Keine Butter, keine Sahne, aber auf dem Mond ‘ ne rote Fahne »)33.

  • 34 Lettre de Walter Ulbricht à Nikita Khrouchtchev du 18.1.1961 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/202/129.

43En dépit de son système d’indicateurs, la direction de l’Etat ne prit conscience de l’évolution de la crise qu’avec atermoiement, celle-ci ne cadrant pas avec la confiance dictée en haut lieu. Malgré toutes les visions d’avenir optimistes, la direction du Parti prit finalement conscience que la réalité continuerait encore un certain temps à ne pas répondre à ses beaux rêves. La crise intérieure se radicalisa fin 1960, après l’annulation des accords de Berlin sur le commerce inter-allemand par le gouvernement fédéral. La situation économique continua de s’aggraver. « De nombreux achats, voire la plupart, se font par résignation ; la clientèle achète parce qu’elle ne croit pas avoir accès au produit qu’elle souhaite véritablement acheter, » diagnostiqua le Bureau Politique selon une estimation interne. Apparurent de nouvelles difficultés d’approvisionnement qui concernaient même les denrées alimentaires de base, ce que l’on n’avait jamais cru possible jusqu’alors. La population demanda le rétablissement des « coupons de contrôle » pour enrayer les achats en masse. Dans une lettre adressée au chef du parti communiste soviétique et datée de janvier 1961, Walter Ulbricht dut reconnaître : « En 1960 cependant, le fossé avec la RFA ne s’est pas comblé. Les difficultés internes de réalisation du plan se sont même accrues en raison de l’insuffisance et du retard de l’approvisionnement en matériel »34.

  • 35 Adressé le 18.10.1961 par le Comité central à toutes les organisations de SED de l’industrie, le b (...)
  • 36 « Rapport sur le climat qui règne à l’usine chimique Buna du 20.10.1961 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV (...)
  • 37 Cité d’après : Ina Merkel, Utopie und Bedürfnis. Die Geschichte der Konsumkultur in der DDR, Colog (...)

44Les conditions d’approvisionnement désastreuses avaient fait sans cesse grossir les bas de laine de la population. Car en fin de compte, on ne savait guère comment dépenser son argent. Afin d’« écrémer le pouvoir d’achat » et de réduire le poids des denrées manquantes, on avait prévu une distinction entre ‘produits de base’ et ‘produits de luxe’. Si la population était prête à accepter l’augmentation des prix des produits de luxe, en revanche, celle des produits de base provoquait sa mauvaise humeur. La hausse des prix avait beau se compter en Pfennige, la population, bercée de belles promesses depuis des années, était à bout de patience. Walter Ulbricht en appela de nouveau à accepter ces privations en vue d’un avenir meilleur, ce qui ne fut pas d’un grand secours : « Nous ne devons pas penser uniquement aux conditions de vie d’aujourd’hui. Ce serait ne voir pas plus loin que le bout de son nez. Pour pouvoir mieux vivre à l’avenir, il nous faut aujourd’hui travailler mieux »35. Par leurs revendications, les travailleurs mirent ouvertement le gouvernement sous pression : « Si l’on arrive à produire davantage à temps égal et à coût équivalent, le prix des marchandises doit logiquement baisser. Alors répondez-nous : pourquoi les prix augmentent-ils ? »36 Les bruits qui couraient sur de nouvelles hausses de prix mirent encore une fois le feu aux poudres. La population taxa le gouvernement d’hypocrisie et fit vibrer sa corde sensible en évoquant la comparaison avec l’Allemagne de l’Ouest. Là-bas au moins, les hausses de prix étaient rendues publiques et non dissimulées à la population. Mais le mécontentement ne visait pas uniquement le gouvernement, dans la mesure où il ressortait que les longues années de chasse aux sorcières contre les commerçants et entrepreneurs privés n’étaient pas restées sans effets. La population accusait à tort les indépendants d’être responsables de la hausse des prix, ceux-ci pouvant encore « se payer une voiture supplémentaire »37.

45Dans la première moitié de l’année 1961, la crise de l’approvisionnement continua à s’aggraver. Si au début seules des denrées comme le beurre et la viande étaient touchées, des rapports alarmants dont eut connaissance le Bureau Politique firent état d’une pénurie de produits de base comme le pain et les légumes. On se remit même à payer le pain au prix du marché noir. En juin 1961, Walter Ulbricht adressant un avertissement à ses camarades zélés, opta pour un cours « souple » :

  • 38 Cité d’après : Dierk Hoffmann et al. (éd.), Die DDR vor dem Mauerbau. Dokumente zur Geschichte des (...)

« Ce ne sont pas les quelques entrepreneurs privés encore présents qui mettent en danger le socialisme, ni les quelques bouchers que vous avez encore. Rouvrez seulement toute une série de boulangeries et qu’ils cuisent le pain eux-mêmes. Mais faites en sorte que la population ait du pain »38.

46Au cours du premier semestre 1961, ce genre de correctifs n’était plus à même de retenir le flux de personnes qui fuyaient la RDA par Berlin-Ouest. Au printemps 1961, de larges pans de la population avaient acquis la conviction que le SED et ses dirigeants allaient tenter quelque chose pour endiguer cette saignée. Aux premières heures du 13 août 1961, la direction de la RDA brûla la dernière cartouche à sa disposition en verrouillant la frontière avec Berlin-Ouest et en se lançant dans la construction d’un « rempart antifasciste » qui devait empêcher la fuite de sa propre population et, par manque d’autres solutions, obtenir par la force sa loyauté envers la RDA.

47L’« ennemi de classe capitaliste », si décrié, offrait apparemment sans peine à sa population tout ce à quoi les dirigeants de l’Est aspiraient désespérément. La normalisation des années 1950 avait depuis longtemps fait place à une société d’abondance. Le slogan « Vive la nouveauté, aussi souvent que possible » (« Öfter mal was Neues ») déterminait depuis longtemps le quotidien et les revendications de la plupart des citoyens fédéraux. Plein emploi et taux de chômage de 0,5 % semblaient garantir une croissance éternelle. Enzensberger n’était pas le seul à ressentir un certain malaise face à cette évolution. Ludwig Erhard lui aussi se vit contraint de lancer un « appel à la modération » qui devait refreiner l’élan matérialiste de la société.

48Alors que les conditions de vie purent se stabiliser dans la RDA des années 1960, elles n’atteignirent toutefois jamais, malgré les frontières hermétiques, le « niveau de l’Ouest » (« Westniveau ») promis à la population. A l’Ouest en revanche, les nombreuses crises des années à venir n’allaient pouvoir entamer en rien l’avance déjà acquise, ni la conviction solide selon laquelle c’est à l’Ouest qu’on vivait le mieux.

Notes

1 Hans Magnus Enzensberger, « Das Plebiscit des Verbrauchers », in : Einzelheiten I. Bewußtseins-Industrie, Francfort/M., 1969, p. 168.

2 « Compte-rendu des conditions d’approvisionnement du 16.5.1960 » ; Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen im Bundesarchiv Berlin [SAPMO-Barch], DY 30/J IV 2/610/134, p. 7.

3 Lettre de Walter Ulbricht à Nikita Khrouchtchev du 18.1.1961 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/202/129.

4 Rainer Gries, Die Rationengesellschaft, Münster, 1994.

5 On introduit en RDA le système des colis spéciaux « Pajoks », semblables aux colis-CARE, destinés à des groupes bénéficiant d’un ravitaillement particulier – fonctionnaires, ouvriers que l’Etat voulait rallier à sa cause, membres de l’intelligentsia et artistes politiques actifs dans des lieux stratégiques et dont l’Etat se méfiait –. A la différence près que ces « pajoks » contenaient d’abord des denrées alimentaires de base telles que saindoux, farine et sucre, échangées à leur tour auprès des privilégiés de l’Ouest contre du café ou d’autres articles de luxe. Néanmoins, ce sont les produits de l’Ouest qui fixaient la valeur d’échange des produits.

6 Hans Werner Richter, initiateur du Groupe 47, cité d’après : Arne Anderson, Der Traum vom guten Leben. Alltags- und Konsumgeschichte vom Wirtschaftswunder bis heute, Francfort/M., New York, 1998, p. 10.

7 Cité d’après : Hermann Weber, Geschichte der DDR, Munich, 1985, p. 198.

8 Adolf Hennecke qui, dans les minerais de houille, parvint avec un soutien bien orchestré à augmenter sa productivité de 380 %, devint la figure de proue de ce mouvement.

9 « Résolution : La situation actuelle et les tâches du SED, adoptée lors du IIIè Congrès du Parti du 20 au 24.7.1950 », in : Dokumente zur Geschichte der SED, vol 2, Berlin, (RDA), 1986, p. 148.

10 Cité d’après : Ulrich Mählert, « Die Partei hat immer Recht. Parteisäuberungen als Kaderpolitik in der SED (1948-1953) », in : Hermann Weber, Id. (éd.), Terror. Stalinistische Parteisäuberungen 1936-1953, Paderborn, 1998, p. 465.

11 « Au sujet des mesures prises concernant la guérison de la situation politique en République Démocratique Allemande. Annexe au procès-verbal de séance du Bureau politique du 5.6.1953 », in : Dierk Hoffmann et al. (éd.), Die DDR vor dem Mauerbau. Dokumente zur Geschichte des anderen deutschen Staates 1949-1961, Munich, 1993, p. 153.

12 Stephan Merl, « Staat und Konsum in der Zentralverwaltungswirtschaft. Rußland und die ostmitteleuropäischen Länder », in : Hannes Siegrist et al. (éd.), Europäische Konsumgeschichte, Francfort/M./New York, 1997, p. 235.

13 « Le Nouveau Cours et les tâches du Parti », in : Dokumente der SED, vol. IV, Berlin (RDA), 1954, p. 449.

14 Erich Loest, Durch die Erde ein Riß. Ein Lebenslauf, Hambourg, 1981, p. 213ss.

15 Cité d’après : Cathy Pence in : Burghardt Ciesla et al. (éd.), Sterben für Berlin ? Die Berliner Krisen von 1948 : 1958, Berlin, 2000, p. 185.

16 « Rapport destiné à la conférence sur les trafiquants et les spéculateurs (1955) » ; SAPMO-BArch, DY 34/20280, non pag., p. 8ss.

17 « Compte-rendu sur la situation d’approvisionnement du 16.5.1960 » ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/610/134.

18 Grundsatzprogramm der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands Beschlossen vom Außerordentlichen Parteitag der Sozialdemokratischen Partei Deutschlands in Bad Godesberg vom 13. bis 15. November 1959, Bundesrepublik Deutschland, 1959, non pag., chapitre « Eigentum und Macht ».

19 Tiré du décret « Au sujet du combat pour la paix, pour la victoire du socialisme, pour la renaissance nationale de l’Allemagne comme Etat pacifique et démocratique adopté lors du Vè Congrès du SED du 10 au 16.7.1958 », in : Dokumente zur Geschichte der SED, vol. 2, Berlin (RDA) 1986, p. 234.

20 Publication du décret concernant les mesures visant au développement du commerce du 5.8.1954 publié in : Gesetzblatt der DDR, Berlin (RDA), no 72, du 14.8.1954, p. 699-711.

21 Le commerce pendant le Plan septennal de la République Démocratique Allemande et ses objectifs en vue de l’amélioration des conditions d’approvisionnement de la population, Berlin (RDA), 1959, p. 4.

22 Catalogue du consommateur, Printemps/Eté 1959, p. 2.

23 Au sujet de la suppression du rationnement, prise de position de « l’Union démocratique Allemande des Femmes » (Deutscher Frauenbund Deutschlands) du 27.5.1958 ; SAPMO-BArch, DY 31/146, f. 9-39 ; cf. également la citation suivante.

24 Der Handel im Siebenjahrplan der DDR und seine Aufgaben zur weiteren Verbesserung der Versorgung der Bevölkerung, Berlin (RDA), 1959, p. 105.

25 Walter Ulbricht cité d’après : Der Stacheldraht. Für Freiheit, Recht und Demokratie 6 (1999), p. 1.

26 Hertha Kludos, Briefe von Deutschland nach Deutschland. Aus dem Alltag einer Hausfrau in der Sowjetzone, Munich, 1959, p. 28.

27 Cité d’après : Rainer Gries, « Anatomie einer Mangelgesellschaft », in : Deutschland Archiv 33 (2000) 3, p. 463.

28 Kludos (note 26), p. 40.

29 Mille petites choses, réparations et services. Décision du conseil des ministres de RDA du 11.2.1950 ; SAPMO-BArch, DY 34/5/342/5717, p. 8ss.

30 Cf. Gerhard Manz, Was darfs denn sein ? Werbeschrift für den sozialistischen Handel, Berlin (RDA), 1959.

31 Der Konsumgenossenschafter, 30.5.1959, p. 3.

32 Cf. Gerhard Manz, Was darf es sein ? Was Du vom Handel wissen solltest !, Berlin, (RDA), 1959, p. 55 et 81.

33 « Information du 26.5.1961 communiquée au Comité central du SED » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/5/295, f. 53-61.

34 Lettre de Walter Ulbricht à Nikita Khrouchtchev du 18.1.1961 ; SAPMO-BArch, DY 30/J IV 2/202/129.

35 Adressé le 18.10.1961 par le Comité central à toutes les organisations de SED de l’industrie, le bâtiment, des transports, aux bureaux d’études et de construction, ainsi qu’aux instituts scientifiques de production, in : Dokumente zur Geschichte der SED, vol. 2, Berlin, (RDA), 1986, p. 282.

36 « Rapport sur le climat qui règne à l’usine chimique Buna du 20.10.1961 » ; SAPMO-BArch, DY 30/IV 2/610/130, f. 46

37 Cité d’après : Ina Merkel, Utopie und Bedürfnis. Die Geschichte der Konsumkultur in der DDR, Cologne, 1999, p. 55.

38 Cité d’après : Dierk Hoffmann et al. (éd.), Die DDR vor dem Mauerbau. Dokumente zur Geschichte des anderen deutschen Staates 1949-1961, Munich, 1993, p. 389.

Auteur

Née en 1962 ; Sécrétaire générale de la Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur Berlin

Isabelle Marivin (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search