Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

Modernisation dans la Reconstruction. La société ouest-allemande des années 1950 et le retard de la RDA

Axel Schildt
Traduction de Gaël Cheptou

Texte intégral

1La société ouest-allemande et l’Etat ouest-allemand, la République fédérale, ont connu au cours de leur première décennie d’existence un mouvement très rapide de modernisation au cœur de la Reconstruction – la liquidation des séquelles de la Deuxième Guerre mondiale. En revanche, la RDA a été mise en comparaison avec la République fédérale durant ses 40 ans d’existence, non seulement sur le plan des libertés politiques, mais aussi en ce qui concerne la situation matérielle de la population.

2Dans cet article, je me propose de présenter en premier lieu les deux visages de la République fédérale (1) ; de tracer ensuite les contours de ce qu’on a appelé le « miracle économique » ouest-allemand et des changements de la structure sociale qui en ont résulté (2) ; d’examiner les grands traits de la culture sociale et les changements dans les modes de vie quotidiens (3), ce qui me permettra de donner un aperçu de la culture politique de l’époque (4) ; de conclure enfin sur quelques remarques à propos de l’évolution de la société est-allemande, soit par comparaison, soit sur le plan des relations.

I. Les deux visages de la République fédérale

  • 1 Georg Bollenbeck, Die janusköpfigen 50er Jahre, Wiesbaden, 2000.
  • 2 Axel Schildt/Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft (...)

3Les années 1950 ont eu un double visage en RFA1. D’un côté, elles marquèrent les débuts de la démocratie parlementaire et d’une phase de changements économiques et sociaux rapides qui transformèrent, en peu de temps, la « société de la débâcle » des premières années de l’après-guerre en une société moderne et prospère comme on n’en avait jamais vu en Allemagne2.

  • 3 Cornelia Rauh-Kühne, « Die Entnazifizierung und die deutsche Gesellschat », in: Archiv für Sozialg (...)

4D’un autre côté, le dynamisme du nouveau départ économique, social et politique étaient marquées par des continuités qu’on ne pouvait ignorer, par exemple, dans l’industrie, dans les universités ou dans la justice3. Cela ne touchait pas seulement les élites du « Troisième Reich » car, au sein de la génération de la Reconstruction, beaucoup avaient commencé avant 1933 leur carrière professionnelle qu’ils avaient, en général, poursuivie sous le régime nazi. Ainsi, lors des élections de 1949, on reprit certains modèles rhétoriques de la République de Weimar pour mener les débats politiques.

  • 4 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ‘Zeitgeist’ in der Bundesrepublik der 50e (...)

5Aujourd’hui, il est courant d’insister sur un seul des deux aspects évoqués pour définir cette période dans son ensemble. C’est le cas de l’évocation apologétique du bon vieux temps, quand les Allemands poursuivaient ensemble un but commun – la Reconstruction – avec optimisme et énergie ; il en va de même de la critique théorique d’une période de « Restauration », où les gens n’avaient prétendument en tête que l’amélioration de leur confort personnel. Plutôt que d’exalter avec nostalgique ou de condamner sans nuance, mieux vaut reconstruire ce mélange de continuités et d’éléments de modernité qu’on pourrait qualifier, sous l’angle politique, de « modernisation sous les ‘auspices du conservatisme’ » (Christoph Kleßmann). La rencontre entre une modernité dynamique – boom de l’automobile, tourisme de masse, les débuts de la société télévisuelle, etc. – et le retour à des choses connues – comme, par exemple, certaines valeurs traditionnelles du couple, de la famille et de l’école – fait des années de fondation de la République fédérale une période fascinante4.

II. « Miracle économique » et transformations de la structure sociale

  • 5 Klaus Naumann (éd.), Nachkrieg in Deutschland, Hambourg, 2001.
  • 6 Michael Wildt, Am Beginn der ‚Konsumgesellschaft’. Mangelerfahrung, Lebenshaltung, Wohlstandshoffn (...)

6La société de l’immédiat après-guerre et, devenue à partir de 1950 société de la normalité retrouvée devint, à une vitesse vertigineuse, ce qu’il convient de qualifier, à l’aune des niveaux de vie occidentaux de l’entre-deux-guerres, une société de bien-être – même si elle apparaît bien modeste aujourd’hui. Avant-même la fondation de l’Etat ouest-allemand, la réforme monétaire du 20 juin 1948, en mettant fin au troc, au paiement en cigarettes et aux coupons de rationnement, marqua une orientation économique décisive pour l’histoire de la République fédérale. En 1950 la guerre n’était terminée que depuis peu5 et, partout, on était soulagé de voir que les choses n’avait pas pris une tournure aussi dramatique que d’aucuns l’avaient redouté. Les étalages des magasins étaient à nouveau remplis, les dernières cartes de rationnement étaient supprimées et les journaux publiaient de plus en plus d’annonces qui vantaient des régimes amincissants. La guerre et l’après-guerre ne constituaient pas les seules « périodes difficiles » du passé, s’y ajoutait toute une série de ruptures dans la vie normale, qui remontait à la Première Guerre mondiale. Les troubles provoqués par la guerre civile pendant la République de Weimar, l’inflation, la crise économique mondiale, puis la catastrophe de la Deuxième Guerre mondiale et ses conséquences étaient ressenties dans leur continuité. Entre ces événements, il n’y avait eu que de courtes phases qui avaient semblé annoncer une vie meilleure : l’apparente prospérité de la République de Weimar entre la période d’inflation et la crise économique mondiale, et les « années de paix » du « Troisième Reich » qui avaient laissé un bien meilleur souvenir. En raison des sacrifices imposés par la guerre et des situations de misère sociale au cours de la terrible première moitié du XXe siècle, la plupart des gens souhaitaient, en priorité, le retour à une vie civile normale dans la paix et la sécurité. L’expression « comme avant la guerre » était fort courante et on disait alors des produits qu’ils avaient la « qualité des temps de paix »6.

  • 7 Werner Abelshauser, Wirtschaftsgeschichte der Bundesrepublik Deutschland 1945-1980, Francfort/M., (...)

7La réforme monétaire – et le « Plan Marshall » américain – était liée à une décision politique fondamentale, l’adoption de l’« économie sociale de marché », qui allait de pair avec l’intégration de la République fédérale dans l’économie mondiale occidentale. Ce positionnement reposait sur l’intégration économique de l’Europe continentale de l’Ouest. Les Traités de Rome entrèrent en vigueur le 1er janvier 1958 ; dès la fin des années 1950, la part des cinq pays de la CEE dans les exportations ouest-allemandes atteignit 40 % et celle de tous les pays de l’Europe occidentale en représentait les deux tiers. La même année, la République fédérale repoussa la Grande-Bretagne à la deuxième place des pays exportateurs. Ainsi donc, les pays qui avaient perdu militairement la guerre, l’Allemagne de l’Ouest ainsi que l’Italie et le Japon, étaient devenus les vainqueurs économiques de la paix7.

  • 8 Axel Schildt, „German Angst « . Überlegungen zur Mentalitätsgeschichte der Bundesrepublik, in : Da (...)

8En République fédérale, les salaires et les revenus correspondaient encore en 1949-1950 à ceux de 1938-1939. Ce niveau n’avait été atteint que deux fois auparavant : à la veille de la Première Guerre mondiale, après une progression continue durant plusieurs décennies, et en 1928-1929, au sommet d’une courte phase de haute conjoncture économique. Entre ces différents pics – qui donnent à la période, on l’a dit, une certaine unité du point de vue de l’histoire sociale – il y eut des phases de grande misère et de chômage de masse, à cause de l’inflation, de la crise économique mondiale, de la guerre et de l’après-guerre. Tout ceci était à l’époque une source d’inquiétude : on en venait à se demander – au moment de la guerre de Corée par exemple – si une catastrophe n’allait pas se produire à nouveau8.

9Dans ce contexte, la forte et constante augmentation des salaires – en 1963, les salaires nets réels avaient doublé – constituait pour plusieurs générations une expérience unique et sans précédent. En même temps, le chômage qu’on avait toujours considéré comme une calamité qui atteignait encore 10 % en 1950, disparaissait complètement. « Plein-emploi », tel était le mot magique de l’époque – un mot dans lequel aujourd’hui ne résonne plus que l’écho d’un lointain passé. Il s’agissait de ces taux de chômage de moins de 1 % qui marquèrent les années 1960.

  • 9 Josef Mooser, Arbeiterleben in Deutschland 1900-1970. Klassenlagen, Kultur und Politik, Francfort/ (...)

10Les ouvriers représentaient, en 1950 comme en 1960, à peu près la moitié de la population active, mais la part des fonctionnaires et des employés passa, au cours de la même période, de 20,6 % à 28,1 %. Ces éléments statistiques ne donnent toutefois qu’une image vague des changements intervenus. Ainsi, le groupe des travailleurs agricoles et celui des ouvriers des vieilles industries, telles que les industries textiles et minières, étaient en voie de disparition au sein de la classe ouvrière. Dans certains secteurs en développement, comme la construction automobile, l’industrie chimique ou électrique, le quotidien de l’entreprise était marqué par l’apparition d’une nouvelle figure ouvrière, celle du travailleur industriel moderne, qui se définissait moins par le travail physique pénible que par le maniement et le contrôle de machines perfectionnées9.

  • 10 Daniela Münkel (éd.), Der lange Abschied vom Agrarland. Agrarpolitik, Landwirtschaft und ländliche (...)
  • 11 Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlands. Die gesellschaftliche Entwicklung vor und nach d (...)

11De même, il convient de fortement nuancer le constat d’un accroissement du secteur tertiaire. On publiait encore au début des années 1950 des articles au ton grave sur ce qu’on appelait le « problème des bonnes à tout faire » : pour les familles bourgeoises, il était de plus en plus difficile de trouver une « perle » pour tenir la maison, car les entreprises industrielles proposaient des salaires plus élevés et de meilleures prestations sociales. Ainsi donc, les nourrices se faisaient-elles de plus en plus rares pour élever la descendance de la grande bourgeoisie. Avec la modernisation de l’agriculture, les filles de ferme disparaissaient, les petits commerçants cessaient peu à peu leurs activités10. En face de cela, il y avait une offre bien plus grande d’emplois qualifiés dans les assurances, les banques et divers secteurs en pleine expansion, comme par exemple le tourisme11.

  • 12 Merith Niehuss, Familie, Frau und Gesellschaft. Studien zur Strukturgeschichte der Familie in West (...)
  • 13 Cornelia v. Oertzen, Teilzeitarbeit und die Lust am Zuverdienen. Geschlechterpolitik und gesellsch (...)

12Cette évolution vers une économie de services fut déterminée dans une large mesure par l’afflux de main d’œuvre féminine. D’un point de vue statistique, le couple moyen des années 1950 est une communauté réduite aux acquêts avec un ou deux enfants, dans laquelle l’épouse « met la main à la pâte » pour goûter aux bienfaits de la consommation12. Parmi les mères d’enfants de moins de quinze ans, une sur cinq est salariée en 1950 et une sur trois dix ans plus tard. La « Loi sur l’égalité en droits » (Gleichberechtigungsgesetz) mit fin en 1957 à l’autorité exercée par le mari sur l’activité professionnelle de la femme (jusqu’ici, le mari pouvait lui-même décider du renvoi de sa femme). La période de conjoncture favorable ainsi que l’augmentation du nombre d’emplois à temps partiel, chose rare avant le début des années 1960, favorisaient l’émergence du couple avec deux salaires13. Ainsi donc, les figures émancipatrices du travail féminin vinrent peu à peu se mêler à des considérations purement économiques à l’origine.

13Dans le cadre d’une énorme extension du marché de l’emploi plusieurs millions de réfugiés des anciennes régions orientales de l’Allemagne, de Tchécoslovaquie et des pays du Sud-est européen, ainsi que de la Zone d’occupation soviétique puis de la RDA, furent intégrés à la vie économique. En 1960, ils représentaient un quart de la population de RFA. Si l’essor économique a permis l’intégration des réfugiés et des personnes déplacées, il n’a été possible que par cet afflux constant de travailleurs qualifiés.

  • 14 Hans Günter Hockerts, Sozialpolitische Entscheidungen im Nachkriegsdeutschland. Alliierte und deut (...)
  • 15 Axel Schildt, « „Massengesellschaft « und „Nivellierte Mittelschicht ». Zeitgenössische Deutungen (...)

14La situation des retraités qui étaient au départ les parents pauvres du « miracle économique » s’améliora sensiblement après la grande réforme des retraites de 195714. La revalorisation des pensions par leur alignement sur les revenus salariés permit à cette partie de la population de participer tant soit peu à la consommation. En raison de ces mesures et de l’amélioration simultanée que constituait le maintien du salaire en cas de maladie l’évolution sociale des années 1950 a été qualifiée d’« adieu à la prolétarité » (Josef Mooser). Il n’était pas question d’une disparition des ouvriers que l’on qualifiait d’ailleurs de plus en plus souvent de « salariés » (Arbeitnehmer) à partir des années 1950 pour éviter de faire allusion aux catégories classistes du marxisme : la part des ouvriers dans la population active restait stable, autour de 50 %. La fin de la prolétarité, c’était plutôt échapper à un destin de misère en cas de chômage et de maladie ou dans la vieillesse. Les inégalités sociales ne s’étaient pas réduites pour autant ; mais la société tout entière était comme dans un ascenseur et elle avait atteint un autre niveau, bien supérieur. C’est dans ce contexte qu’on peut expliquer la crédibilité et la popularité dont jouissaient certaines théories sociales à l’époque, comme celle de l’émergence d’une « société nivelée de classe moyenne », pour reprendre l’expression du sociologue qui faisait alors autorité en RFA, Helmut Schelsky15. Ainsi on croyait voir dans certains traits extérieurs de la consommation, à laquelle participaient désormais plus de gens, le progrès de l’égalité sociale.

III. La culture sociale de la Reconstruction ouest-allemande

  • 16 Edwin Schudlich, Die Abkehr vom Normalarbeitstag. Entwicklung der Arbeitszeiten in der Industrie d (...)

15La réinstallation de la population exigeait des efforts considérables. A mesure que l’économie ouest-allemande se rétablissait, le temps de travail ne cessa d’augmenter dans un premier temps pour atteindre, au milieu des années 1950, environ 50 heures par semaine (six jours de travail) dans l’industrie16. Mais on travaillait plus longtemps dans d’autres secteurs, en particulier dans l’agriculture. La mise à contribution excessive de la population, qui se traduisait par de très longues journées de travail, fut un élément déterminant de la culture sociale durant les années de fondation.

16Il est certain que le désir d’avoir « son chez soi » – souvent dans ces H.L.M. (Sozialbauwohnungen) qui sortaient de terre depuis 1950 – constituait le plus puissant stimulant pour les lourds efforts accomplis au début de la Reconstruction, pour cette véritable « rage de travail » qui frappait les esprits de l’époque, en particulier à l’étranger. En 1954, le journaliste ouest-allemand Paul Schallück y consacra un essai intitulé « Von deutscher Tüchtigkeit » :

« Regardons notre pays : ça fourmille et ça bouillonne, ça travaille et ça produit, la vertu allemande est en marche dans des nuages de poussière et de sueur. Des automobiles traversent les villes à toute allure, des maisons sortent de terre, des routes sont creusées à travers le pays ; entre les rives, on jette des ponts dont les armatures métalliques font siffler le vent, avant d’être recouvertes dès le lendemain ; nuit et jour, on entend des bruits de marteau, de pétard et de bouillonnement. Quel spectacle ! Celui-ci finit par lasser et on en vient à demander si le peuple allemand a encore le temps de faire autre chose. Il est difficile de répondre à cette question. Le peuple allemand ne cesse de travailler, de produire et d’amasser ; il veut avancer toujours plus loin sans se demander où cela va le mener. Il ne s’accorde aucun répit, chacun veut arriver en tête et laisser les autres sur place. Ce peuple en fait trop. Il travaille, il trime, il sue, au détriment de la vie, de l’art de vivre ».

  • 17 Paul Schallück, « Von deutscher Tüchtigkeit (1954) « , in : id., Zum Beispiel. Essays, Francfort/M (...)

17De plus, selon Schallück, les « vertiges d’une trop grande vertu » réveillaient les peurs des pays étrangers qui y voyaient le retour de la « Tüchtigkeit allemande »17.

18Il fallut attendre la seconde moitié des années 1950 pour voir s’amorcer une réduction générale du temps de travail ; en ce qui concerne les ouvriers et les employés de l’industrie, le temps de travail hebdomadaire moyen, fixé par convention collective, diminua jusqu’en 1960 pour atteindre environ 44 heures. L’obtention du « long week-end » que permettait la généralisation de la semaine de cinq jours eut cependant plus d’importance que la réduction effective du temps de travail.

  • 18 Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur und Städtebaupolitik in beiden deutschen Staaten, M (...)

19Les efforts considérables fournis par la population durant la Reconstruction donnent l’impression que la société des années 50 était dominée par le travail. Tous ces efforts visaient en priorité à résoudre la question du logement. L’idée obsédante de retrouver un chez-soi pour de bon était au centre des désirs individuels. Il n’est pas difficile de saisir cette dimension essentielle de la culture sociale : plus d’un cinquième des habitations, et plus de la moitié dans certaines grandes villes, furent détruites pendant la Deuxième Guerre mondiale. De plus, du fait de l’arrivée en masse de réfugiés, la population avait sensiblement augmenté en RFA par rapport à l’avant-guerre. C’est pourquoi il n’y avait que deux logements pour trois familles en 1950. Et en raison de l’afflux constant de réfugiés en provenance de RDA, il fallut du temps pour que la situation du logement revienne à la normale, malgré les grands efforts que l’on faisait pour améliorer les choses. D’un point de vue statistique, ce n’est qu’à partir du milieu des années 1950 qu’il y eut à nouveau une pièce par personne, une moyenne qui était presque celle de l’entre-deux-guerres18.

20Même si on devait dans un premier temps se contenter, dans le cadre de la construction publique de logements sociaux, de petits appartements (moins de 50 m ² pour une famille de quatre personnes), cela représentait bien souvent un gain de place pour les nouveaux locataires, par rapport à la vie passée dans un vieux quartier surpeuplé ou dans une habitation de fortune. En général, les logements sociaux construits en masse à l’époque comprenaient, outre cuisine, salle de bain et toilettes, une chambre séjour ou un salon, ainsi qu’une chambre à part pour les parents et de toutes petites chambres d’enfant. En tout cas, il était possible d’y installer séparément filles et garçons, ce qui n’allait pas encore de soi.

  • 19 Wolfgang Ruppert (éd.), Fahrrad, Auto, Fernsehschrank. Zur Kulturgeschichte der Alltagsdinge, Fran (...)

21Au cours des années 1950, la surface moyenne des logements qu’on construisait ne cessa d’augmenter ; pour les familles de quatre personnes, on observe sur le plan statistique une tendance à passer du trois au quatre pièces. La hausse des coûts de construction en centre-ville repoussa ce mouvement d’extension spatiale à la périphérie des grandes concentrations urbaines ou dans des régions jadis agricoles. On commença à bâtir des « cités-dortoirs » à une heure du centre-ville, en voiture ou en train ; le rêve de la maison individuelle à la campagne tendait à se réaliser. La « vie de banlieusard » (Pendlerexistenz) fit son apparition avec les progrès de la suburbanisation pendant la Reconstruction. Alors que l’on comptait 18 % de Berufspendler (actifs travaillant dans un autre lieu que leur commune de résidence) selon le recensement de 1950, ils représentaient officiellement 31 % de la population active onze ans plus tard. Les trajets quotidiens entre le domicile et le lieu de travail, dans des trains de banlieue bondés ou sur des routes encombrées (après l’acquisition d’une automobile pour laquelle on avait effectué encore plus d’heures supplémentaires), expliquaient le manque d’allant le soir, de retour chez soi19.

22A tout cela, il convient d’ajouter l’épuisement et le repos dont on avait besoin pour surmonter les séquelles de la guerre. Les expériences pénibles de la guerre et de l’après-guerre venaient renforcer ce besoin de tranquillité privée et familiale : la longue séparation des familles par la mobilisation puis la captivité du père, et par l’envoi préventif des enfants à la campagne ; l’expulsion, la fuite et les bombardements, ainsi que la cohabitation forcée avec des inconnus. La fatigue du travail et le désir de bien-être pour compenser les moments pénibles qu’on avait vécus allaient souvent de pair et entraînaient un repli domestique, soit en HLM soit dans ces pavillons de banlieue où résidaient les classes moyennes vers 1960, avec la voiture dans le garage et la balancelle sur la terrasse.

  • 20 Axel Schildt, « Hegemon der häuslichen Freizeit : Rundfunk in den 50er Jahren », in : A. Schildt/A (...)
  • 21 Knut Hickethier, Geschichte des deutschen Fernsehens, Stuttgart/Weimar, 1998 ; Jürgen Wilke (éd.),(...)

23Les médias de masse électroniques – la radio en particulier – renforcèrent et établirent cette sédentarité qui réduisit en peu de temps les différences sociales et les différences entre la ville et les campagnes20. La radio avait commencé à s’imposer durant l’entre-deux-guerres. Mais, au cours des années 1950, elle pénétra dans presque tous les foyers. Le poste de radio était le moyen idéal pour égayer le repli domestique général et, sur le plan social, il symbolisait l’unité de la modernité et du besoin de repos. Placée généralement au milieu du salon ou de la cuisine commune, la radio était l’expression du sentiment de sécurité qu’avaient désormais la plupart des familles et, à la maison, elle animait les soirées et les week-ends. A partir de la fin des années 1950, les taux d’audience des émissions radiophoniques – surtout en soirée – et la durée d’écoute moyenne reculèrent sensiblement devant la télévision qui se diffusait de plus en plus massivement. Cette évolution se déroula dans le dernier tiers de la décennie. En octobre 1957, on enregistra le millionième téléviseur ; deux ans plus tard, le nombre de télévisions avait triplé et, en 1960, un quart des foyers en possédait une, même s’il y avait encore de fortes disparités régionales21.

  • 22 Jürgen Zinnecker, Jugendkultur 1940-1985, Opladen, 1987.
  • 23 Kaspar Maase, BRAVO Amerika. Erkundungen zur Jugendkultur der Bundesrepublik in den fünfziger Jahr (...)

24La première génération après la guerre, celle qu’on qualifie de « jeunesse sans jeunesse » parce qu’elle contribuait aux efforts de reconstruction comme les parents – soumise comme eux à de longues heures de travail – avait reproduit quasiment les mêmes modèles de vie domestique. A la fin des années 1950, la deuxième génération de l’après-guerre, qui avait été socialisée en temps de paix, arriva sur le devant de la scène et elle profita de la réduction du temps de travail et de la hausse des salaires22. Si, durant toute la décennie, les quatre cinquièmes des jeunes entre 15 et 20 ans étaient dans la vie active, ils avaient plus de possibilités pour développer des styles de vie et des loisirs consuméristes nouveaux : achat de mobylettes ; le transistor et le tourne-disques qui leur permettaient de choisir librement leur musique ; liberté vestimentaire et adoption d’une allure décontractée et non martiale. En particulier, les vêtements, la coupe de cheveux et cette « musique de nègres » que les parents ne supportaient pas, étaient à l’origine de violents conflits sur le thème des « blousons noirs »23. Seule une minorité de la jeunesse entrait en rébellion ouverte, mais tous les jeunes voulaient plus d’espaces de liberté. Il ne s’agissait pas d’une rébellion de la jeune génération contre l’autorité des parents ; cette partie de la jeunesse constituait en fait l’avant-garde d’un mouvement général de la société, en quête de nouveaux repères à la fin de la Reconstruction.

IV. Le système et la culture politiques de la jeune République fédérale

  • 24 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierun (...)
  • 25 Gerhard A. Ritter/Merith Niehuss, Wahlen in Deutschland 1946-1991. Ein Handbuch, Munich, 1991.

25L’économie sociale de marché, l’intégration occidentale et le système démocratique finirent par former – dans une situation économique mondiale très favorable – un modèle de réussite auquel adhéra peu à peu la population24. Comme le laissaient supposer les élections régionales des années précédentes, les résultats des premières élections fédérales confirmèrent la majorité des partis de droite. Le premier cabinet du chancelier Konrad Adenauer était constitué par une coalition entre la CDU, la CSU et un parti ultraconservateur (Deutsche Partei) ; il rejeta contre des voix isolées de la CDU une grande coalition avec le SPD. L’opposition de gauche était faible. Outre le groupe social-démocrate et quelques députés communistes, il y avait au parlement plusieurs groupuscules conservateurs et populistes – tels que le Zentrum, le Parti conservateur allemand, le Parti bavarois Bayernpartei et l’Union pour la reconstruction économique – qui n’étaient pas associés au pouvoir. Les années 1950 étaient marquées, au plan électoral, par le poids de la CDU qui parvint à intégrer ou à neutraliser tous les concurrents de droite à l’exception du FDP ; ainsi elle remporta – fait unique et sans précédent – la majorité absolue aux élections de 1957, devant le SPD qui stagnait depuis 1950 autour de 30 %25.

  • 26 Jürgen Hartmann (éd.), Handbuch der deutschen Bundesländer, Francfort/M./New York, 21994.
  • 27 Karsten Rudolph, « Das Parteiensystem der Bonner Republik 1949-1969 », in : Axel Schildt/Barbara V (...)
  • 28 Klaus Günther, « Expressive Konkurrenz und instrumentelle Kooperation : Zum bundesrepublikanischen (...)
  • 29 Josef Müller, Die gesamtdeutsche Volkspartei. Entstehung und Politik unter dem Primat nationaler W (...)

26Cependant, par le biais du fédéralisme, la structure interne de la RFA faisait contrepoids au pouvoir de la CDU et tendait à désamorcer les conflits politiques : il régnait un esprit de consensus au Bundestag et dans les parlements régionaux, dont certains étaient dirigés par les sociaux-démocrates26. Tout cela se traduisait par la popularité croissante des maires et des hommes politiques régionaux, à l’instar de la personne du chancelier. D’une manière générale, on peut voir aujourd’hui, avec le recul, que l’Etat ouest-allemand a su reprendre avec succès certaines traditions de l’histoire allemande qui permettaient de maintenir un équilibre entre les communes, les Länder et le pouvoir central, un fédéralisme fondé sur la coopération entre le Bund et les Länder, et des Länder entre eux, au sein de diverses commissions comme celles qui devaient coordonner l’éducation ou répartir les fonds pour la construction de logements. En outre, la continuité biographique au sein du corps des fonctionnaires depuis l’entre-deux-guerres contribua à la « normalisation » de l’action administrative. Il y eut certes de graves conflits, comme celui sur la cogestion qui fut à la limite de la grève politique ; mais, au plan parlementaire, plusieurs grandes lois furent conçues collectivement et adoptées à l’unanimité27 : la première loi sur le logement (1950) qui marqua le début de la construction de logements sociaux et de la Reconstruction en général ; la loi de péréquation des charges (1952) qui réglait, entre autres, l’indemnisation des réfugiés ; et surtout la grande réforme des retraites (1957) qui améliora sensiblement le sort des personnes âgées. Le succès qu’eurent ces lois reposait sur la croissance économique qu’elles favorisèrent à leur tour. Elles donnèrent naissance à un Etat social moderne et attractif, qui était, là aussi, supérieur à l’autre Etat allemand – l’« Etat ouvrier et paysan » –, ce qui accentua le mouvement de fuite vers l’Ouest. L’historiographie contemporaine a tendance à exagérer l’importance des joutes oratoires qui eurent lieu au Bundestag à propos de l’intégration occidentale de la RFA28 car la « troisième voie », la voie de la neutralité allemande, ne constitua jamais une alternative réelle : le Parti populaire panallemand de Gustav Heinemann et de Helene Wessel essuya un échec aux élections fédérales de 195329. En revanche, la social-démocratie n’avait pas opposé un refus catégorique l’intégration à l’Ouest. Les orateurs sociaux-démocrates ne faisaient que mettre en garde contre une intégration occidentale précipitée qui pouvait compromettre l’unité allemande, compte tenu du triple problème de la RFA à l’époque : le rétablissement de la politique extérieure, l’intégration européenne et l’alliance avec les Etats-Unis pour garantir la paix et la sécurité, ainsi que le devoir qu’imposait la constitution de venir à bout de la séparation allemande. La suite des événements montra que le mouvement de masse contre le réarmement, qui venait de s’exprimer à travers le Manifeste de la Paulskirche en 1955, n’avait pas de programme et qu’il était né de peurs nationales et d’un sentiment de refus général (« sans moi »). Lors des élections de 1957, la question de l’intégration militaire à l’Ouest ne jouait plus aucun rôle. Le mouvement populaire suivant (1958) critiquait seulement les projets visant à doter la Bundeswehr d’armes nucléaires, projets qui furent rapidement abandonnés.

  • 30 Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideengeschichte der 50er J (...)
  • 31 Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung (...)

27Le grand mérite d’Adenauer est d’avoir obtenu l’adhésion d’une bourgeoisie assez sceptique à la solution occidentale, ce qui n’allait pas de soi. L’« antitotalitarisme » de la doctrine officielle permit au nom de la Realpolitik de rallier à la ligne du gouvernement des milieux qui étaient loin de partager les valeurs de la démocratie occidentale et qui considéraient avec mépris la civilisation américaine. Au début des années 1950, on ne voyait dans la Guerre froide qu’une lutte entre la liberté occidentale et le démon bolchevique30. Ce langage trahit l’hégémonie conservatrice à l’époque au sein du camp antitotalitaire auquel appartenait en principe la social-démocratie ; cela dit, les groupes de libéraux, soutenus en partie par l’administration américaine, qui appelaient à la modernisation de la culture politique exerçaient une influence sur les jeunes intellectuels, en particulier31. Mais, à l’époque, il était courant d’instrumentaliser l’opposition entre les deux systèmes sur le plan de la politique intérieure. En 1953, les affiches électorales des partis de gouvernement portaient les inscriptions suivantes : « Tous les chemins du marxisme mènent à Moscou » ou « Staline récolte là où sème Ollenhauer ». De même, la conduite à l’égard des communistes qui, sur le plan politique, étaient marginalisés par leur soumission à Staline, et à l’égard de leurs sympathisants – au moment de l’interdiction du KPD (1956) – ne correspondait guère aux normes actuelles de l’Etat de droit. Les dizaines de milliers de procès pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et intelligence avec l’ennemi, dans des affaires mineures – comme l’organisation de voyages touristiques en RDA –, laissèrent un goût d’autant plus amer qu’on cessait quasiment de poursuivre les crimes nazis à l’époque. La contamination de la culture politique par l’atmosphère de Guerre froide était le côté obscur des premières années de la décennie 1950-1960.

  • 32 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Muni (...)

28Cependant, les aspects antilibéraux de la culture politique ouest-allemande n’avaient pas été imposés par le haut. Malgré tous les efforts alliés de re-education et de re-orientation du peuple allemand, il fallait avoir une confiance aveugle dans les capacités humaines d’assimilation pour croire que presque tous les Allemands de RFA – quelques années seulement après la fin de la guerre et la chute du « Troisième Reich » – étaient devenus entre-temps des citoyens honorables et de bons démocrates. D’après les sondages de l’époque, un Allemand sur trois seulement reconnaissait en 1951 l’entière culpabilité de son pays dans le déclenchement de la guerre ; un an plus tard, la majorité de la population était hostile au versement de réparations à l’Etat d’Israël. On avait accueilli avec réserve la dénazification : la moitié des sondés la considérait comme inutile ou comme une mesquinerie des forces d’occupation32. C’est par ses succès économiques et son efficacité que le nouveau système politique est parvenu à obtenir l’adhésion et la considération de la population. Le changement de génération contribua aussi à l’enracinement des valeurs démocratiques. En tout cas, le processus d’adaptation à la démocratie ne pouvait commencer qu’après la fondation de l’Etat ouest-allemand.

29En 1957, Adenauer était au sommet de sa puissance ; mais, pour la République fédérale, l’année 1957 était aussi une année transitoire qui marquait le début d’une nouvelle phase. Après un durcissement de leurs positions respectives, les fronts de la Guerre froide s’apaisèrent lentement à partir du milieu des années 1950. L’amélioration des relations entre les deux blocs dissipa les craintes de guerre. Il y eut encore des périodes de tension dans les relations internationales : la crise hongroise et la crise de Suez, la crise de Berlin et surtout la crise cubaine furent des épisodes fort dramatiques ; en tout cas, à partir des années 1960, on ne considérait plus le bloc soviétique comme un adversaire militaire potentiel, mais comme un système concurrent sur le plan technique et économique, et par suite, sur le plan culturel. Le lancement du Spoutnik avait d’ailleurs provoqué un choc en 1957 et il avait entraîné un vaste débat sur la nécessité d’investir dans l’éducation et la recherche.

30La société était en train de changer. Les années héroïques de la Reconstruction appartenaient désormais au passé : en général, tout allait pour le mieux pour la population. Dans un premier temps, la CDU/CSU avait largement profité des succès économiques et réussi à absorber les petits partis d’extrême droite ou, tout au moins, à capter leur électorat. En revanche, à la fin des années 50, les publicistes conservateurs donnaient des signes d’inquiétude. La fin de l’ère Adenauer approchait et on avait peur du bouleversement culturel que semblaient annoncer les symptômes de la modernisation sociale. A Godesberg, la social-démocratie se donna en 1959, après de longues discussions, un programme pour passer du parti de classe au « parti populaire ». Mais c’est surtout le nouveau style adopté par le SPD pour mener les campagnes électorales qui rendait le parti et son candidat Willy Brandt plus dynamiques que le « vieux de Rhöndorf » – et le contraste visuel entre les deux camps était accentué par la télévision.

  • 33 Axel Schildt et al. (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschafte (...)

31Dans un contexte de prospérité naissante et de détente internationale, la réflexion sur la modernisation de la société fit évoluer les idées politiques et culturelles en RFA vers un conservatisme soi disant moderne qui ne critiquait plus les formes d’aliénation et d’uniformisation de masse du point de vue du pessimisme culturel ; celui-ci fut remplacé par un fort courant de pensée qui considérait l’évolution sociale comme irréversible pour mieux la maîtriser, comme l’avait expliqué Hans Freyer en 1955 dans sa « Theorie des gegenwärtigen Zeitalters ». D’un autre côté, on voyait apparaître des tendances qu’on pourrait qualifier de libéralisation ou de progrès de la société civile, comme l’adoption de certaines positions du libéralisme occidental dans les débats sur les problèmes sociaux, sur la jeunesse, sur l’éducation, etc. L’étude de ce nouveau mélange, qui persista jusqu’aux années 1960, constitue, à l’heure actuelle, un des thèmes principaux de l’histoire sociale et culturelle de l’après-guerre en Allemagne33.

V. Quelques remarques sur l’évolution de la RDA dans les années 1950

  • 34 Quelques ouvrages récents sur l’histoire sociale de la RDA : Jürgen Kocka (éd.), Historische DDR-F (...)
  • 35 Ina Merkel, Utopie und Bedürfnis. Die Geschichte der Konsumkultur in der DDR, Cologne, 1999 ; Anne (...)

32D’un point de vue statistique, la situation économique de la RDA s’améliora aussi au cours des années 50 ; mais les progrès de la culture consumériste y étaient plus lents et plus faibles qu’en RFA – qui était par ailleurs en avance de quelques années – et l’écart important entre les deux ne cessa de croître avec le temps34. A partir de la fin des années 50, les dirigeants est-allemands prirent conscience de la place centrale qu’occupait la consommation dans la concurrence entre les deux Etats et lancèrent des mots d’ordre illusoires : « Rattraper et dépasser l’Allemagne de l’Ouest » (5e congrès du SED en 1958) puis « Dépasser sans rattraper »35. On prévoyait de mesurer les progrès accomplis à l’aune de la consommation alimentaire et de l’équipement technique des ménages. Mais ces annonces retentissantes n’avaient rien à voir avec la réalité. En ce qui concerne les biens de consommation essentiels, la RDA ne pouvait rivaliser avec la RFA dès qu’il était question de lave-linge ou de réfrigérateurs.

33Le monde des marchandises socialistes était de plus associé à une image de pauvreté et de médiocrité. A la fin des années 1950, la productivité industrielle de la RDA était, selon les économistes est-allemands eux-mêmes, inférieure de 30 % à celle de la RFA. L’outillage technique y était moins avancé qu’à l’Ouest. Et la population était d’autant plus mécontente que la production des entreprises compétitives de RDA était souvent exportée vers les pays occidentaux pour compenser la pénurie de devises.

  • 36 Hans Günter Hockerts, Drei Wege deutscher Sozialstaatlichkeit. NS-Diktatur, Bundesrepublik und DDR (...)
  • 37 Heike Trappe, Emanzipation oder Zwang ? Frauen in der DDR zwischen Beruf, Familie und Sozialpoliti (...)
  • 38 Arnd Bauerkämper, Ländliche Gesellschaft in der kommunistischen Diktatur. Zwangsmodernisierung und (...)

34D’une manière générale, la situation de la population était sensiblement moins bonne en RDA qu’en RFA. Un problème particulier se révélait être le fait que les concessions faites aux ouvriers sur le plan de la politique sociale36, surtout après le soulèvement du 17 juin 1953, ne renforçaient pas la popularité du parti unique. Cela entraînait de nouvelles inégalités sociales et la faible rémunération des couches universitaires qualifiées, des médecins ou des scientifiques. On continue aujourd’hui de débattre du fort taux d’activité des femmes en RDA, que favorisait la création d’infrastructures spécifiques, comme les crèches ou les écoles maternelles. D’un côté, c’était un élément d’émancipation féminine ; de l’autre, les femmes occupaient rarement des postes élevés et elles étaient parfois soumises à un travail physique pénible37. En RDA, la différence de niveau de vie se creusait entre actifs et retraités alors que, en RFA, la réforme des retraites avait augmenté considérablement le pouvoir d’achat des personnes âgées. De plus, la précarité économique générale fut aggravée par la collectivisation forcée de l’agriculture à la fin des années 195038.

  • 39 Hartmut Kaelble et al. (éd.), Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, 1994, p. 574ss.

35La population de la RDA, mais aussi les fonctionnaires du Parti et de l’Etat, se référaient constamment à la RFA et à sa très belle vitrine : Berlin-Ouest. Il convient d’insister sur cet aspect particulier de la concurrence que se livraient les deux systèmes, car en RDA il n’est venu à l’idée de personne de comparer la société est-allemande aux sociétés moins avancées de l’Europe de l’Ouest – comme la Péninsule ibérique ou l’Irlande – ou à certaines régions arriérées des pays riches occidentaux – comme en Angleterre ou en Italie. Et il importait peu que les conditions de vie soient meilleures en RDA que dans les autres pays du bloc communiste (y compris l’Union Soviétique qui avait pourtant gagné la guerre). Cet état de choses montre d’ailleurs que l’histoire sociale comparée est incapable de saisir certaines particularités historiques de la RDA, même si elle parvient à établir que sous certains aspects – en ce qui concerne le taux d’activité des femmes par exemple – la société est-allemande était plus proche de la France que de la RFA39.

36La misère économique mais aussi les pressions politiques exercées par la dictature du SED entraînèrent, compte tenu de l’image positive de l’Ouest véhiculée par les médias, la fuite en masse de plus de quatre millions de personnes en RFA – soit presque un cinquième de la population de la RDA. Tant qu’on pouvait passer la frontière à Berlin, les dirigeants de la RDA n’avaient pas la possibilité d’empêcher cette hémorragie qui touchait à la fois l’économie et la société est-allemandes. En général, il s’agissait de forces de travail qualifiées qui trouvaient aussitôt un poste mieux rémunéré en RFA.

  • 40 Axel Schildt, « Zwei Staaten – eine Hörfunk – und Fernsehnation. Überlegungen zur Bedeutung der el (...)

37Ainsi, la RDA dut attendre les années 1960 pour entrer dans une phase de stabilisation et de modernisation. C’est pourquoi on en vient à considérer la construction du Mur comme la date de fondation réelle de l’Etat est-allemand. Par une ironie de l’histoire, alors que la RDA était toujours à la traîne derrière la RFA sur le plan de la consommation, le déferlement des médias de masse électroniques, la radio et la télévision, fut quasiment simultané dans les deux Etats si bien que la publicité occidentale appartenait au quotidien est-allemand, malgré les mesures rétrogrades prises par le SED pour s’y opposer40.

  • 41 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen de (...)

38Là encore, il s’avère qu’une histoire purement comparatiste des deux sociétés et des deux Etats allemands est incomplète car elle ne prend pas en considération les relations entre les habitants de RDA et de RFA, qui restent très étroites du moins jusqu’à la construction du Mur. Pour l’instant, on discute d’une approche nouvelle : l’« histoire parallèle asymétriquement entrelacée »41. Mais ce n’est pas une solution miracle, justement à cause de cette asymétrie : l’histoire sociale de la RFA peut se passer plus ou moins de la RDA – et ce n’est pas une raison suffisante pour la réécrire – alors que l’histoire de la société est-allemande doit considérer l’image mythique ou déformée de la RFA comme un facteur essentiel de l’évolution de la RDA.

Notes

1 Georg Bollenbeck, Die janusköpfigen 50er Jahre, Wiesbaden, 2000.

2 Axel Schildt/Arnold Sywottek (éd.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, 21998 ; Robert G. Moeller (éd.), West Germany under Construction. Politics, Society and Culture in the Adenauer Era, Ann Arbor, 1997 ; Hanna Schissler (éd.), The Miracle Years. A Cultural History of West Germany, 1949 to 1968, Princeton, N.J., 2001.

3 Cornelia Rauh-Kühne, « Die Entnazifizierung und die deutsche Gesellschat », in: Archiv für Sozialgeschichte, 35 (1995), p. 35-70 ; Norbert Frei, Karrieren im Zwielicht. Hitlers Eliten nach 1945, Francfort/M., 2001.

4 Axel Schildt, Moderne Zeiten. Freizeit, Massenmedien und ‘Zeitgeist’ in der Bundesrepublik der 50er Jahre, Hambourg, 1995.

5 Klaus Naumann (éd.), Nachkrieg in Deutschland, Hambourg, 2001.

6 Michael Wildt, Am Beginn der ‚Konsumgesellschaft’. Mangelerfahrung, Lebenshaltung, Wohlstandshoffnung in Westdeutschland in den fünfziger Jahren, Hambourg, 1994.

7 Werner Abelshauser, Wirtschaftsgeschichte der Bundesrepublik Deutschland 1945-1980, Francfort/M., 1983.

8 Axel Schildt, „German Angst « . Überlegungen zur Mentalitätsgeschichte der Bundesrepublik, in : Daniela Münkel/Jutta Schwarzkopf (éd.), Geschichte als Experiment. Studien zu Politik, Kultur und Alltag im 19. und 20. Jahrhundert. Festschrift für Adelheid von Saldern, Francfort/M./New York, 2004, p. 87-97.

9 Josef Mooser, Arbeiterleben in Deutschland 1900-1970. Klassenlagen, Kultur und Politik, Francfort/M., 1984.

10 Daniela Münkel (éd.), Der lange Abschied vom Agrarland. Agrarpolitik, Landwirtschaft und ländliche Gesellschaft zwischen Weimar und Bonn, Göttingen, 2000.

11 Rainer Geissler, Die Sozialstruktur Deutschlands. Die gesellschaftliche Entwicklung vor und nach der Vereinigung, Opladen, 32002.

12 Merith Niehuss, Familie, Frau und Gesellschaft. Studien zur Strukturgeschichte der Familie in Westdeutschland 1945-1960, Göttingen, 2001.

13 Cornelia v. Oertzen, Teilzeitarbeit und die Lust am Zuverdienen. Geschlechterpolitik und gesellschaftlicher Wandel in Westdeutschland 1948-1969, Göttingen, 1999.

14 Hans Günter Hockerts, Sozialpolitische Entscheidungen im Nachkriegsdeutschland. Alliierte und deutsche Sozialversicherungspolitik 1945-1957, Stuttgart, 1980.

15 Axel Schildt, « „Massengesellschaft « und „Nivellierte Mittelschicht ». Zeitgenössische Deutungen der westdeutschen Gesellschaft im Wiederaufbau der 1950er Jahre », in : Karl-Christian Führer et al. (éd.), Eliten im Wandel. Gesellschaftliche Führungsschichten im 19. und 20. Jahrhundert. Für Klaus Saul zum 65. Geburtstag, Münster 2004, p. 198-213.

16 Edwin Schudlich, Die Abkehr vom Normalarbeitstag. Entwicklung der Arbeitszeiten in der Industrie der Bundesrepublik seit 1945, Frankfurt/M./New York, 1987.

17 Paul Schallück, « Von deutscher Tüchtigkeit (1954) « , in : id., Zum Beispiel. Essays, Francfort/M., 1962, p. 10.

18 Klaus von Beyme, Der Wiederaufbau. Architektur und Städtebaupolitik in beiden deutschen Staaten, Munich/Zurich, 1987 ; Id. et al. (éd.), Neue Städte aus Ruinen. Deutscher Städtebau der Nachkriegszeit, Munich, 1992 ; Günther Schulz, Wiederaufbau in Deutschland. Die Wohnungsbaupolitik in den Westzonen und der Bundesrepublik von 1945-1957, Düsseldorf, 1994 ; Adelheid von Saldern, Häuserleben. Zur Geschichte städtischen Arbeiterwohnens vom Kaiserreich bis heute, Bonn, 1995 ; Ingeborg Flagge (éd.), Geschichte des Wohnens, Bd. 5 : 1945 bis heute. Aufbau, Neubau, Umbau, Stuttgart, 1999.

19 Wolfgang Ruppert (éd.), Fahrrad, Auto, Fernsehschrank. Zur Kulturgeschichte der Alltagsdinge, Francfort/M., 1993 ; Thomas Südbeck, Motorisierung, Verkehrsentwicklung und Verkehrspolitik in der Bundesrepublik Deutschland der 1950er Jahre. Umrisse der allgemeinen Entwicklung und zwei Beispiele : Hamburg und das Emsland, Stuttgart 1994.

20 Axel Schildt, « Hegemon der häuslichen Freizeit : Rundfunk in den 50er Jahren », in : A. Schildt/A. Sywottek (note 2), p. 458-476.

21 Knut Hickethier, Geschichte des deutschen Fernsehens, Stuttgart/Weimar, 1998 ; Jürgen Wilke (éd.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, 1999.

22 Jürgen Zinnecker, Jugendkultur 1940-1985, Opladen, 1987.

23 Kaspar Maase, BRAVO Amerika. Erkundungen zur Jugendkultur der Bundesrepublik in den fünfziger Jahren, Hambourg 1992 ; Thomas Grotum, Die Halbstarken. Zur Geschichte einer Jugendkultur der 50er Jahre, Francfort/M./New York, 1994.

24 Ulrich Herbert (éd.), Wandlungsprozesse in Westdeutschland. Belastung, Integration, Liberalisierung 1945-1980, Göttingen, 2002 ; Konrad H. Jarausch, Die Umkehr. Deutsche Wandlungen 1945-1995, Munich, 2004.

25 Gerhard A. Ritter/Merith Niehuss, Wahlen in Deutschland 1946-1991. Ein Handbuch, Munich, 1991.

26 Jürgen Hartmann (éd.), Handbuch der deutschen Bundesländer, Francfort/M./New York, 21994.

27 Karsten Rudolph, « Das Parteiensystem der Bonner Republik 1949-1969 », in : Axel Schildt/Barbara Vogel (éd.), Auf dem Weg zur Parteiendemokratie. Beiträge zum deutschen Parteiensystem 1848-1989, Hambourg, 2002, p. 118-137.

28 Klaus Günther, « Expressive Konkurrenz und instrumentelle Kooperation : Zum bundesrepublikanischen Politikdesign der 50er Jahre », in : A. Schildt/A. Sywottek (note 2), p. 791-804.

29 Josef Müller, Die gesamtdeutsche Volkspartei. Entstehung und Politik unter dem Primat nationaler Wiedervereinigung 1950-1957, Düsseldorf, 1990 ; Alexander Gallus, Die Neutralisten. Verfechter eines vereinten Deutschland. Zwischen Ost und West 1945-1990, Düsseldorf, 2001.

30 Axel Schildt, Zwischen Abendland und Amerika. Studien zur westdeutschen Ideengeschichte der 50er Jahre, Munich, 1999.

31 Anselm Doering-Manteuffel, Wie westlich sind die Deutschen ? Amerikanisierung und Westernisierung im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999.

32 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, 1996.

33 Axel Schildt et al. (éd.), Dynamische Zeiten. Die 60er Jahre in den beiden deutschen Gesellschaften, Hambourg, 22003 ; Matthias Frese et al. (éd.), Demokratisierung und gesellschaftlicher Aufbruch. Die sechziger Jahre als Wendezeit der Bundesrepublik, Paderborn/Munich/Vienne/Zurich, 2003.

34 Quelques ouvrages récents sur l’histoire sociale de la RDA : Jürgen Kocka (éd.), Historische DDR-Forschung. Aufsätze und Studien, Berlin, 1993 ; Jürgen Kocka/Martin Sabrow (éd.), Die DDR als Geschichte. Fragen – Hypothesen – Perspektiven, Berlin, 1994 ; Mary Fulbrook, Anatomy of a Dictatorship. Inside the GDR 1949-1989, Oxford, 1995 ; Richard Bessel/Ralph Jessen (éd.), Die Grenzen der Diktatur. Staat und Gesellschaft in der DDR, Göttingen 1996 ; Dierk Hoffmann et al. (éd.), Vor dem Mauerbau. Politik und Gesellschaft in der DDR der fünfziger Jahre, Munich, 2003.

35 Ina Merkel, Utopie und Bedürfnis. Die Geschichte der Konsumkultur in der DDR, Cologne, 1999 ; Anne Kaminsky, Wohlstand, Schönheit, Glück. Kleine Konsumgeschichte der DDR, Munich, 2001 ; Patrice G. Poutrus, Die Erfindung des Goldbroilers. Über den Zusammenhang zwischen Herrschaftssicherung und Konsumentwicklung in der DDR, Cologne, 2002 ; Lothar Mertens (éd.), Unter dem Deckel der Diktatur. Soziale und kulturelle Aspekte des DDR-Alltags, Berlin 2003.

36 Hans Günter Hockerts, Drei Wege deutscher Sozialstaatlichkeit. NS-Diktatur, Bundesrepublik und DDR im Vergleich, Munich 1998.

37 Heike Trappe, Emanzipation oder Zwang ? Frauen in der DDR zwischen Beruf, Familie und Sozialpolitik, Berlin, 1995 ; Gunilla-Friederike Budde (éd.), Frauen arbeiten. Weibliche Erwerbstätigkeit in Ost- und Westdeutschland nach 1945, Göttingen, 1997.

38 Arnd Bauerkämper, Ländliche Gesellschaft in der kommunistischen Diktatur. Zwangsmodernisierung und Tradition in Brandenburg 1945-1963, Cologne, 2002.

39 Hartmut Kaelble et al. (éd.), Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, 1994, p. 574ss.

40 Axel Schildt, « Zwei Staaten – eine Hörfunk – und Fernsehnation. Überlegungen zur Bedeutung der elektronischen Massenmedien in der Geschichte der Kommunikation zwischen der Bundesrepublik und der DDR », in : Arnd Bauerkämper et al. (éd.), Doppelte Zeitgeschichte. Deutsch-deutsche Beziehungen 1945-1990, Bonn, 1998, p. 58-71.

41 Christoph Klessmann, « Verflechtung und Abgrenzung. Aspekte der geteilten und zusammengehörigen deutschen Nachkriegsgeschichte », in : Aus Politik und Zeitgeschichte, B 29-30/1993, p. 30-41 ; Christoph Klessmann et al. (éd.), Deutsche Vergangenheiten – eine gemeinsame Herausforderung. Der schwierige Umgang mit der doppelten Nachkriegsgeschichte, Berlin, 1999 ; Christoph Klessmann (éd.), The Divided Past. Rewriting Post-War German History, Oxford, 2001.

Auteur

Né en 1951 ; Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Hambourg et directeur de la Forschungsstelle für Zeitgeschichte à Hambourg

Gaël Cheptou (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search