Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

La population allemande : ruptures et continuités

Michel Hubert

Texte intégral

  • 1 Voir aussi : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 181 (...)

1Si l’on choisit de l’envisager du point de vue démographique, cette période 1945-1961 offre une illustration saisissante de la plupart des grands mouvements décrits par les ouvrages théoriques1 : surmortalité et naissances différées après un conflit, migrations liées à la politique ou à l’économie, « explosion » et recul démographiques, excédents des naissances ou des décès. Tout est là qui peut constituer la matière pour un précis de démographie. Brisée par la défaite, l’Allemagne va d’abord vivre dans le chaos, le dénuement et l’exode. Selon les « zones » que se partagent les vainqueurs, les conditions économiques permettent plus ou moins vite la récupération après le conflit, mais, à mesure que se précise la rupture du pays entre les deux blocs, jusqu’à l’érection du Mur de Berlin, voire au-delà, l’évolution démographique va révéler toute sa richesse et sa complexité. Ce qui frappe également, surtout quand on compare avec les pays voisins, c’est l’amplitude des mouvements, qu’il s’agisse du mouvement naturel ou des mouvements géographiques de la population. Sur ce point aussi, l’Allemagne des Alliés puis les deux États allemands assument involontairement un héritage marqué de longue date par l’ampleur et la brutalité des phénomènes de population.

2Dans une telle étude de la démographie allemande, on est immanquablement conduit à associer ces deux éléments de l’analyse traditionnelle, le mouvement naturel et les mouvements géographiques de la population, avec les « composantes » politiques, économiques ou sociales. L’étude démographique permet alors de disposer d’une clé supplémentaire d’interprétation pour l’histoire du pays. Néanmoins, la validité de l’analyse dépend de la durée à laquelle elle s’applique. Sur ce point, l’observation de la population allemande, tout en se focalisant sur la séquence historique choisie, doit également mettre en lumière les liens qui unissent des événements ponctuels, uniques, mais décisifs à ce qui constitue le long terme dans l’histoire du pays, même si, en l’occurrence, celui-ci apparaît brisé. C’est ce qui motive le choix de la formule « ruptures et continuités » appliquée à l’évocation de cette histoire de la population allemande durant une telle période. Trois thèmes principaux y sont abordés :

  • Le bilan démographique de la Seconde Guerre mondiale.

  • L’évolution démographique dans les quatre zones d’occupation de 1946 à 1949.

  • Les deux Allemagnes : les antagonismes et les continuités.

1. Bilan démographique de la Seconde Guerre mondiale

  • 2 Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier, Histoire générale de la population mondiale, P (...)
  • 3 Chiffres officiels de l’Office fédéral des statistiques (« Statistisches Bundesamt »), commentés da (...)
  • 4 Wolfgang Köllmann, « Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit », dans Raum und Bevölkerung (...)
  • 5 Il faut attendre 1956 pour qu’un bilan de l’évolution démographique de l’Allemagne (dans ses fronti (...)
  • 6 Ce chiffre n’inclut pas les pertes enregistrées par les anciennes minorités allemandes d’Europe cen (...)
  • 7 Depuis le début de la révolution industrielle, la population juive d’Allemagne a quasiment stagné e (...)

3On estime que la Seconde Guerre mondiale a fait environ 50 millions de morts2. Le pays le plus touché est, sans conteste, l’Union soviétique avec 8 à 9 millions de morts parmi les militaires ; les pertes civiles s’y situent entre 9 et 16 millions, selon la comptabilisation de la surmortalité en temps de guerre. Suivant les sources, les pertes allemandes varient entre 5,53 et 6,9 millions4. Ces flottements statistiques5 résultent tout d’abord des frontières envisagées (celles de 1937, de 1939, voire de 1940). Ils s’expliquent également par la prise en compte ou non d’une surmortalité de guerre chez les civils, ainsi que de la comptabilisation des disparus ou de blessés ultérieurement décédés. Ils proviennent, enfin, de la difficulté présentée par l’évaluation des pertes civiles intervenues lors des déplacements de population en fuite devant les troupes soviétiques ou expulsées des régions orientales. Il demeure que les pertes militaires se situent autour 3,8 millions, Wehrmacht et organisation paramilitaires confondues. Les pertes civiles s’élèvent à plus de 2 millions : il s’agit de 410 000 morts civils dans les bombardements et de 20 000 civils tués dans les combats ; s’y ajoutent les lourdes pertes des populations des régions orientales du Reich, soit 1 260 000 morts lors de la fuite et de l’expulsion6. Enfin, la population juive a quasiment disparu d’Allemagne : en 1933, il y avait un demi-million de Juifs recensés en Allemagne, soit 0,77 % de la population totale7 ; sur les 234 000 Juifs encore recensés en 1939, 200 000 personnes ont été exterminées quand elles n’ont pu émigrer.

2. Évolution démographique dans les quatre zones d’occupation (1946-1949)

2.1 La situation démographique dans les quatre zones d’occupation en 1946

  • 8 Les logements détruits sont au nombre de 4,05 millions (Steinberg (note 3), p. 57) pour un nombre t (...)

4En la matière, il est clair que c’est la rupture qui l’emporte sur les continuités. Avant même la fin des hostilités, la répartition de la population civile en Allemagne connaît des modifications sous l’effet du conflit. C’est au printemps de 1942 que le pays commence à subir des bombardements systématiques, essentiellement dirigés contre le bassin rhéno-westphalien, cœur industriel du Reich, et contre les grandes villes, dont bien sûr la capitale. Si l’impact économique de cette guerre aérienne demeure limité, les destructions de logements vont concerner 22 % du parc total8, provoquant le désarroi et la fuite des populations civiles. On estime à 13,5 millions le nombre de personnes ayant ainsi perdu leur toit, ce qui conduira les autorités à évacuer des villes et régions industrielles 5,6 millions de personnes pour les répartir dans les contrées rurales et montagneuses, particulièrement en Allemagne centrale et dans le sud de la Bavière. Les bombardements et donc les pertes civiles ainsi que les évacuations touchent de façon plus prononcée les régions occidentales du Reich ; en revanche, les pertes civiles et militaires sont proportionnellement plus élevées à l’Est.

5Le 29 octobre 1946, le premier recensement effectué au lendemain du conflit indique que 65 millions de personnes vivent sur le territoire constitué par les quatre zones d’occupation (Sarre comprise), dont 46 544 000 dans les trois zones occidentales et 18 355 000 dans la zone soviétique d’occupation. Par rapport aux frontières de 1937, l’Allemagne a perdu près d’un quart de son territoire sur lequel vivaient 9,5 millions d’Allemands en 1939, tandis qu’à la même date 59,7 millions de personnes vivaient sur les territoires correspondant aux quatre zones (cf. tableau 1).

6En dépit de l’accroissement naturel intervenu entre 1939 et 1946, les pertes militaires et civiles auraient dû faire diminuer la population de l’Allemagne divisée, et cela d’autant qu’une part notable des 7,6 millions de prisonniers de guerre allemands n’était pas encore revenue. Malgré ces divers déficits, la population des quatre zones a augmenté de 15,6 %, ce qui s’explique par un afflux migratoire. En effet, lors du recensement d’octobre 1946, déjà 78,4 % des Allemands se trouvant dans les territoires du Reich de 1937 situés à l’est de la ligne Oder-Neiße, territoires désormais soviétiques ou polonais, sont partis vers l’Ouest, décédés ou disparus. Avec les Allemands du Grand Reich de 1940 et les représentants des minorités allemandes d’Europe centrale ou orientale ils constituent les quelque 9,9 millions d’« expulsés » enregistrés dans les quatre zones d’occupation. Il y a donc eu rupture dans l’histoire démographique du pays, mais l’on retrouve simultanément un élément de continuité dans la mesure où, d’une certaine façon, cette migration brutale prolonge, en l’amplifiant sous l’effet des événements politiques et militaires, la migration économique Est-Ouest que connaissait l’Allemagne depuis le dernier tiers du XIXe siècle.

Tableau 1 : évolution de la population totale et de la densité en RFA et RDA (1939/1949-1970)

Tableau 1 : évolution de la population totale et de la densité en RFA et RDA (1939/1949-1970)

Source : Michel Hubert, d‘après Karl C. Thalheim, Die wirtschaftliche Entwicklung der beiden deutschen Staaten, Berlin, 1978, p. 21 ; Statistisches Bundesamt, (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mayence, 1972, p. 90.

2.2 La fin de la Seconde Guerre mondiale et le mouvement migratoire Est-Ouest

7Ce chapitre particulièrement douloureux de l’histoire allemande avait débuté dans les années d’avant-guerre, à un moment où l’on pouvait penser que la longue marche du peuple allemand vers l’Est, entamée au Moyen Age et interrompue par la Révolution industrielle, allait reprendre sous l’impulsion du national-socialisme.

2.2.1 Sources historiques du phénomène

8En octobre 1944, les troupes soviétiques atteignent la Prusse orientale, puis dans leur grande offensive d’hiver occupent presque toutes les provinces orientales de l’Allemagne situées à l’Est de l’Oder et de la Neiße, provoquant un exode massif des habitants. Environ 3 millions de réfugiés arrivent alors, par terre ou par mer, en Allemagne centrale et occidentale ; certes, après la capitulation au début de mai, un million d’entre eux réussissent à repasser l’Oder et la Neiße en direction de l’Est, dans l’espoir de retrouver leurs foyers abandonnés. Mais les autorités provisoires polonaises installées après la libération du pays par l’Armée Rouge ont, dès février 1945, préparé des mesures visant à prendre en charge tous les territoires orientaux de l’Allemagne et à en expulser les habitants : en juin 1945, les Polonais ferment ainsi la ligne Oder-Neisse qui, officiellement (et unilatéralement) devient ligne de démarcation.

9Signé le 2 août 1945, l’accord de Potsdam va légaliser le déracinement de ces populations. Il prévoit dans son article XII le « transfert ordonné en Allemagne des populations demeurées en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Hongrie ». Il faut remarquer qu’ainsi, ni la Bulgarie, ni la Yougoslavie, ni la Roumanie n’étaient juridiquement autorisées à expulser les minorités ethniques allemandes.

10Cependant, bien avant Potsdam, les autorités de tous les pays occupés par les troupes soviétiques ont déjà entrepris l’expulsion systématique des habitants de nationalité ou de langue allemande et, bien après Potsdam, des migrants se réclamant de la diaspora allemande en Europe centrale et orientale vont quitter l’Est européen.

2.2.2 Les problèmes de définition terminologique

11L’Allemagne reçoit donc une masse énorme et disparate de migrants allemands que l’on appelle généralement « réfugiés », en allemand « Flüchtlinge ». Le terme global de « réfugié » désigne toute personne qui a dû abandonner son foyer. Dans le cas des « réfugiés » allemands, l’Organisation Internationale des Réfugiés (IRO) s’était, aux termes de sa constitution, déclarée exceptionnellement incompétente. Le Haut Commissariat des Nations Unies qui succéda à l’IRO n’établit, lui aucune discrimination à l’égard des Allemands, mais, dans la mesure où ils avaient été accueillis par un pays dont ils possédaient déjà la nationalité, ils se trouvèrent exclus du mandat de l’organisme des Nations Unies.

12Si les problèmes du droit international posés par les réfugiés allemands sont donc purement et simplement réglés par l’irresponsabilité des organismes généralement compétents, les problèmes de terminologie sont plus complexes. Dans l’étude des divers groupes de réfugiés, on adoptera la distinction mise en vigueur dès 1949 par la République fédérale d’Allemagne.

  • 9 Cest cette distinction quobserve, par exemple, Wolfgang Benz entre la langue courante et la termi (...)

13Bien que la langue courante utilise généralement le terme de « Flüchtlinge » pour évoquer ces déracinés, les ouvrages spécialisés distinguent entre les « Flüchtlinge » et les « Vertriebenen »9. Le « Flüchtling » (« fugitif » ou « réfugié ») est une personne se trouvant en fuite et caractérisée socialement par les suites de cette fuite. Tandis que le « Flüchtling » possède encore une certaine marge de liberté dans sa décision et ainsi en supporte la responsabilité, le « Vertriebener » (« expulsé ») est soumis à l’oppression exercée, soit par un ordre d’expulsion, soit par une contrainte corporelle, économique ou politique. C’est en s’appuyant sur cette distinction que l’on a classé les migrants venus de l’Est en deux catégories. Les « Vertriebenen », dont la grande masse est parvenue dans les zones occidentales d’occupation avant la fondation de la RFA, sont les expulsés, originaires de territoires situés à l’est de la ligne Oder-Neiße. En revanche, le terme de « Flüchtling » (« réfugié ») désigne les personnes provenant de cette partie d’Allemagne qui, en 1945, devient la Zone soviétique d’occupation (SBZ), pour se transformer, le 7 octobre 1949, en République démocratique allemande.

14Sur un total d’environ 4 millions de « Flüchtlinge » arrivés dans la partie occidentale de l’Allemagne, la plupart ont effectué la migration vers l’Ouest entre 1949 et 1961, les statistiques n’enregistrant que 1 500 000 migrants venus de la zone soviétique d’occupation entre 1945 et septembre 1950, soit un peu plus de 20 % du chiffre total de l’immigration allemande intervenue durant cette période. Pour l’histoire de l’Allemagne entre 1945 et 1949, c’est ainsi la migration des « Vertriebenen » qui constitue le phénomène essentiel en matière de mouvement géographique de population.

2.3 L’arrivée des expulsés de l’Est

15Les « Heimatvertriebenen » sont donc essentiellement les anciens habitants des territoires qui faisaient partie du Reich avant la guerre, territoires devenus polonais ou soviétiques en 1944-1945. Ce sont également les membres des anciennes minorités allemandes à l’étranger. Il peut alors s’agir de personnes qui habitaient les régions orientales du Reich de 1871 ou les territoires slaves bordant celui-ci ; il peut alors s’agir d’anciens sujets de l’Empire austro-hongrois d’avant 1919, ou encore de personnes appartenant aux minorités de culture germanique qui s’étaient constituées dans les régions limitrophes de cet empire.

  • 10 Sur les conditions de cette migration, cf. par exemple, Frank Grube, Gerhard Richter, Flucht und Ve (...)
  • 11 La récurrence des « querelles d’historiens » observées en Allemagne sur ces sujets nous semble just (...)

16Très tôt cette catégorie de réfugiés arrive en Allemagne de l’Ouest, puisque, à la fin de 1946, 6,3 millions d’entre eux se trouvent déjà sur le territoire de la future République fédérale et environ 3, 6 millions dans la zone soviétique. Avant même la fin des hostilités, plusieurs millions d’entre eux ont, en effet, quitté leur région d’origine, terrorisés par l’avance des troupes russes. Les autres, habitant soit les anciennes provinces du Reich mises sous administration polonaise et soviétique, soit l’Europe centrale, se voient purement et simplement chassés de leurs foyers, les gouvernements nouvellement installés, instruits par les expériences de la guerre et de l’avant-guerre, ne désirant pas tolérer plus longtemps l’existence de minorités allemandes sur leur sol. Onze à douze millions d’Allemands ont donc entrepris une pénible et déchirante migration vers l’Ouest, plus de deux millions y perdant la vie10. Par-delà l’horreur de ces chiffres, il demeure que de telles pertes ne peuvent être mises en balance avec les crimes constitués par la politique « démographique », « eugénique » et « raciale » du « Troisième Reich », ni avec les méthodes utilisées par l’Allemagne nazie dans le conflit mondial11.

  • 12 Sur l’arrivée, la répartition et l’insertion des expulsés, cf. Eugen Lemberg, Die Vertriebenen in W (...)

17Après 1946, le mouvement continue, mais à un rythme moins rapide et l’on peut admettre que les 1 100 000 personnes qui arrivent de l’Est – souvent en séjournant quelque temps dans la zone d’occupation soviétique – bénéficient déjà de conditions de transport moins inhumaines, même si leur dénuement matériel est analogue à celui de leurs malheureux précurseurs. Cela ne manque pas de poser de graves problèmes d’accueil et d’hébergement, d’autant que les autorités françaises d’occupation refusent, de prime abord, l’accès de leur zone aux expulsés. En 1950, un peu moins de 8 millions d’expulsés se trouvent en RFA (7 978 000 selon les statistiques officielles qui comptabilisent les naissances intervenues après l’expulsion). Après 1950, ceux qui arrivent, venant soit par la RDA, soit par l’Autriche et les pays occidentaux, sont en nombre plus restreint : encore 370 000 en 1954, mais seulement 130 000 en 1956 ; leur nombre remonte à 249 000 en 1958 puis diminue jusqu’en 1960. Ainsi, entre 1950 et 1960, arrivent environ 1 967 000 expulsés12.

Tableau 2 : la population allemande des régions d’expulsion (1939-1950)

Tableau 2 : la population allemande des régions d’expulsion (1939-1950)

(1) URSS : environ 1,5 à 2 millions.
(2) Présumés encore en vie en 1950 ou disparus.
(3) Le total des pertes dues à la guerre et à l’expulsion s’élève donc à 3 211000 personnes, soit 18,9 % de la population allemande établie dans ces régions en 1939.

Source : Michel Hubert, d’après Bundespresseamt (Office fédéral de presse et d’information).

18Les services statistiques allemands distinguent généralement parmi ceux-ci deux catégories.

19Ce sont, d’une part, les « Aussiedler » (« rapatriés »), c’est-à-dire ceux qui ont quitté les territoires de l’Est après les mesures générales d’expulsion – souvent grâce à des accords entre la RFA et leur « pays d’établissement » – et qui, par quelque chemin que ce soit, se rendent en RFA. D’autre part, ce sont d’anciens expulsés qui, après s’être fixés quelque temps en Allemagne de l’Est, gagnent l’Allemagne de l’Ouest en franchissant le rideau de fer, et qui pourraient ainsi être confondus avec les « Flüchtlinge » se trouvant sur le territoire de la RFA.

Tableau 3 : origine des expulsés se trouvant en 1950 et 1960 en RFA

Tableau 3 : origine des expulsés se trouvant en 1950 et 1960 en RFA

N.B. On a conservé ici la terminologie officielle de l’époque

Source : Michel Hubert, d’après Bundespresseamt (Office fédéral de presse et d’information).

2.4 Les différentes origines des expulsés de l’Est

20Les origines de ces réfugiés sont diverses et lorsqu’on les étudie, l’on se sent irrésistiblement attiré à remonter le cours du temps, à évoquer les divers épisodes de l’histoire allemande à l’est de l’Elbe. Politiquement, ces « Vertriebenen » ont deux origines : les provinces de l’ancien Reich et les pays d’Europe dans lesquels ils étaient minoritaires (cf. supra). La terminologie généralement utilisée pour les désigner n’est, au reste, pas dépourvue d’arrière-pensées reflétant la conception allemande de la nationalité, une conception traditionnellement fondée sur le droit du sang. Ces réfugiés se distinguent selon deux origines géographiques.

  • 13 Avec l’unification du 3 octobre 1990, la Poméranie occidentale réapparaît, associée dans un Land av (...)
  • 14 Cf. tableau 3, col. 2, rubrique 1.a.
  • 15 Aussiedler (Informationen zur politischen Bildung), hrsg. von der Bundeszentrale zur politischen Bi (...)

21Près de la moitié d’entre eux proviennent des anciennes provinces prussiennes. En effet, quatre anciens États du Reich ont été rayés de la carte politique, quatre États historiquement fort anciens, aux traditions solides et de culture germanique séculaire : la Poméranie, la Silésie, le Brandebourg et la Prusse13. De ces États peuplés de 9,6 millions d’Allemands en 1939, la population germanophone doit fuir en 1945. En 1950, on recense déjà en RFA 4 541 000 « Reichsdeutsche Vertriebenen ». Leur nombre va encore s’accroître d’environ 300 00014 jusqu’en 1960. La majeure partie d’entre eux arrive entre 1955 ou plus précisément entre 1956 – date essentielle dans l’histoire des pays de l’Est et particulièrement de la Pologne – et 1960 grâce aux mesures de regroupement familial qui permettent à 248 626 Polonais d’origine allemande de rejoindre Berlin-Ouest et de s’installer en RFA, tandis que 40 000 s’installent en RDA15.

  • 16 Sur l’importance relative des divers groupes d’expulsés, classés selon l’origine géographique, cf. (...)

22L’autre moitié, soit environ 5,5 millions de personnes, est constituée par les Allemands de la diaspora d’Europe centrale et orientale, appelés « Volksdeutsche Vertriebenen ». Il s’agit de membres des minorités allemandes qui vivaient dans les différents États d’Europe Orientale. Avec eux s’arrête l’histoire de cet étonnant essaimage de « colons » allemands, commencé il y a dix siècles. Le travail patient et habile ayant permis la formation de ce que l’on appelait au XIXe siècle le « Auslandsdeutschtum » est donc anéanti en quelques mois par un rejet du nationalisme allemand et par la haine que suscitèrent chez les peuples d’Europe centrale les crimes des dirigeants nazis16.

23Ainsi, les « Vertriebenen », qu’ils viennent des anciens États du Reich ou des minorités allemandes, qu’ils aient quitté leurs foyers et leurs biens au moment des mesures d’expulsion, ou qu’ils se soient installés pour quelque temps en Allemagne de l’Est, représentent une masse énorme de près de 10 millions de personnes qui se fixe sur le territoire de l’actuelle République fédérale et constitue vers 1960 plus de 18 % de sa population totale.

  • 17 Le nombre de citoyens de RDA ayant émigré vers la RFA s’élève entre 1949 et 1961 à 2 687 844, dont (...)

24À cette migration des « Vertriebenen » s’ajoute, comme cela a été précédemment évoqué, l’arrivée dans les trois zones occidentales d’occupation, puis en RFA, d’environ 4 millions de « Flüchtlinge » (cf. tableau 4), venus de la RDA17. En août 1961, lors de la construction du Mur de Berlin qui interrompt cet afflux, 13 à 14 millions de citoyens fédéraux, soit près du quart de la population totale de la RFA, sont donc des migrants.

2.5 Le mouvement naturel dans les 4 zones, de 1946 à 1949

  • 18 Sur les modifications dans la structure régionale de la population allemande durant la guerre et da (...)

25En dehors des bouleversements dans la répartition de la population que provoque la guerre18 et hormis l’important afflux migratoire venant de l’Est, l’évolution de la population allemande connaît un phénomène marquant durant ces années 1946-1949. Il s’agit d’une différence profonde qui se fait jour au niveau du mouvement naturel en zone soviétique et dans les trois zones occidentales.

  • 19 Ce déficit est de 12,4 ‰ en 1946, année où le taux de mortalité s’élève à 23 ‰ ; la mortalité desce (...)

26Jusqu’en 1949, année de la fondation de la RDA, la zone soviétique d’occupation enregistre un déficit des naissances sur les décès19, l’année 1949 marquant, en la matière, une normalisation qui annonce l’alignement des taux de natalité et de mortalité sur des valeurs proches de celles prévalant à l’Ouest (cf. tableau 2). Les raisons de cette situation sont politiques, économiques et démographiques.

27Du point de vue politique, il est généralement admis que l’Union soviétique et son armée ont eu vis-à-vis des Allemands et Allemandes se trouvant dans les territoires occupés un comportement qui, de prime abord, rappelle plus la loi du talion que les stricts principes humanitaires. Cela n’implique pas que des entorses à ces mêmes principes n’aient pas été observées dans les zones occidentales, la zone française notamment.

  • 20 Par rapport au potentiel industriel de 1945, l’ampleur des démontages effectués entre 1945 et 1950 (...)

28À cela s’ajoute une désorganisation des approvisionnements qu’aggravent encore les prélèvements immédiats et massifs de la puissance occupante20, puis une réforme agraire brutalement imposée.

29Enfin, il ne fait guère de doute que l’irruption des expulsés de l’Est dans une zone déjà désorganisée ait accru la pénurie ; ces réfugiés qui arrivent au terme d’un exode généralement épuisant connaissent une surmortalité, principalement chez les vieillards et les enfants. Même si la migration vers les zones occidentales est nettement majoritaire quand on la mesure en chiffres absolus, il demeure qu’en 1950 encore, ces expulsés constituent 22 % de la population de la RDA contre 16,2 % en RFA : leur poids démographique et économique est donc considérable pour la zone soviétique d’occupation.

3. Les deux Allemagnes : antagonismes et continuités

30Si la période qui suit la fondation de la RFA et de la RDA est avant tout marquée par des évolutions contradictoires sur le plan démographique, et ce jusqu’au tournant du début des années soixante-dix, l’explication réside, bien sûr, dans l’héritage de la Seconde Guerre mondiale avec la coupure de l’Allemagne d’après Potsdam et l’intégration des deux États dans des blocs antagonistes. On observe alors deux phénomènes inverses et, pour ainsi dire, complémentaires – l’hémorragie en RDA et l’explosion démographique en RFA – processus dont le point culminant, sinon ultime, se situe en 1961, lorsque l’érection du Mur de Berlin vient parachever une séparation entreprise en 1946.

31Pourtant, à l’origine, les structures démographiques étaient fort semblables dans ces deux parties d’Allemagne qui allaient se dissocier.

32Dans l’évolution démographique des deux entités étatiques désormais constituées, la rupture s’affirme au niveau des mouvements géographiques de population, tandis que l’évolution du mouvement naturel semble privilégier la continuité, par-delà les différences résultant de systèmes économiques et sociaux opposés.

3.1 L’hémorragie en RDA

33De 1949 à 1969, la population de RDA passe de 18 900 000 habitants à 17 070 000, soit une diminution de 9,2 %. Le pays connaissant jusqu’en 1968 un excédent naturel (cf. infra graphique 2), cette réduction du chiffre absolu de sa population s’explique par un solde migratoire négatif qui, de surcroît, se révèle supérieur au solde du mouvement naturel.

3.1.1 Les pertes par émigration

34Alors qu’en 1950 déjà, plus d’un million d’Allemands originaires de la zone soviétique d’occupation sont recensés en RFA, la balance migratoire entre les deux États (cf. tableau 4) témoigne, durant la période 1950-1961, d’une perte d’environ 3 450 000 personnes pour la RDA, soit environ 1/5 de la population d’origine. Cette perte correspond au départ de plus de 3,8 millions de personnes, départs qui ne sont compensés qu’à concurrence de 10 % environ par la migration de 400 000 personnes vers la RDA, un mouvement induit par les regroupements familiaux et par quelques migrations « idéologiques ». Parmi les 3 850 000 personnes qui quittent la RDA entre sa fondation en octobre 1949 et la construction du Mur en août 1961, 1 200 000 environ sont des expulsés de l’Est qui poursuivent leur migration ou encore des personnes dont la famille a été dispersée par la guerre et qui se regroupent à l’Ouest. Cependant, la plupart de ces migrants, soit 2,6 millions, peuvent être considérés comme de véritables réfugiés, la terminologie en usage en RFA les désignant d’abord sous l’appellation de « Flüchtlinge » (« réfugiés »), puis plus tard de « Übersiedler » (« migrants Est-Ouest »).

Tableau 4 : L’émigration de RDA et les soldes migratoires RFA/RDA (1950-1969)

Départs de RDA

dont « Übersiedler »*

Arrivées en RDA

Soldes pour RDA

1950-1961

354 552

2 609 321

400 315

-3 454 237

1962-1969

221 538

140 712

37 209

-184 329

Total 1950-69

4 076 090

2 750 033

437 524

-3 638 566

*Il s’agit de personnes originaires du territoire de la RDA.

Source : Michel Hubert, d’après Charlotte Höhn, Ulrich Mammey, Hartmut Wendt, « Bericht 1990 zur demographischen Lage » in : Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 2 (1990), p. 162-163 ; Hartmut Wendt, « Übersiedler aus der DDR 1950-1990 », in : Berichte zur deutschen Landeskunde, 65 (1991) 1, p. 203-222.

35Des fluctuations considérables apparaissent entre 1950 et 1961 dans ce mouvement d’émigration équivalant en moyenne au départ de 615 personnes par jour. C’est au lendemain de la fondation de la RDA que se précise la première grande vague d’émigration : le nombre de réfugiés double quasiment, passant de 129 000 en 1949 à près de 198 000 en 1950, phénomène qui reflète le durcissement idéologique et ses implications en matière de gestion économique ou d’encadrement politique. Le mouvement se poursuit les deux années suivantes à un rythme sensiblement égal. L’année 1953, marquée par la mort de Staline, puis par le soulèvement ouvrier à Berlin-Est et dans d’autres villes de RDA, voit la fuite de 331 000 personnes. En revanche, la libéralisation (« Der neue Kurs »), esquissée après la sévère répression du 17 juin 1953, provoque en 1954 une diminution de l’hémorragie : 182 000 personnes… seulement quittent le pays. En 1955-1957, la vague d’émigration reprend, avec un maximum de 280 000 départs durant l’année 1956, marquée par l’écrasement de la révolution hongroise et les émeutes de Pologne. Au cours des années suivantes, le phénomène se poursuit ; il reflète tantôt la consolidation du régime lorsqu’il diminue à 144 000 réfugiés durant l’année 1959, tantôt les différentes phases de la collectivisation et de la « socialisation » – surtout dans l’agriculture –, lorsqu’il augmente pour atteindre 200 000 personnes au cours des années 1958 et 1960.

  • 21 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, Materialen zur Bevölkerungswissenschat, vol. 18, p. 64.

36Jusqu’en 1957, la plus grande partie de ceux qui quittent la RDA arrivent en Allemagne fédérale par la voie du trafic dit « interzonal » qui est progressivement limitée puis interdite par les autorités orientales à toute personne ne possédant pas un permis spécial. Désormais, la plupart des réfugiés passent en RFA par Berlin-Ouest : cette unique voie de sortie est « murée » par les autorités de RDA le 13 août 1961. Le mouvement se tarit alors presque complètement. Sur les 220 000 Allemands de l’Est qui, entre 1962 et 1970, s’installent en RFA, la moitié environ sont des personnes âgées de plus de 65 ans, et les 2/3 le font après avoir obtenu une autorisation de sortie qui dans les statistiques leur confère l’appellation de « Übersiedler ». En revanche, au cours de la période précédente, et plus particulièrement entre 1954 et 1961, 50 % des réfugiés ont moins de 25 ans et seulement 6 % d’entre eux ont plus de 65 ans21. La construction du Mur de Berlin a donc stoppé l’essentiel d’un mouvement qui, entre 1950 et 1969, c’est-à-dire sur près de vingt ans, correspond au départ d’environ 4 millions de citoyens de la RDA, le mouvement inverse ayant été relativement modeste (cf. tableau 4).

3.1.2 Les conséquences économiques

37Les effets de cette hémorragie démographique sont, on le conçoit aisément, désastreux pour l’économie de la RDA : aucun pays ne perd un cinquième de sa population sans être obligé de modifier profondément ses structures. Il est certes exact qu’une pression démographique moindre aurait pu, dans les années qui suivirent la fondation de la RDA, faciliter la reconstruction, atténuer l’impact des démontages et permettre au pays de mieux surmonter la désorganisation économique induite par la coupure Est-Ouest. Il demeure que, globalement, ce déficit d’une main-d’œuvre souvent jeune et qualifiée a eu deux conséquences principales. Il a, tout d’abord, accéléré le processus d’intégration des femmes dans la vie professionnelle et, par ailleurs, il a conduit les dirigeants à miser sur le progrès technique pour compenser le travail humain, du moins dans la limite fixée par les capacités de financement des investissements.

3.2 L’implosion démographique en RFA

  • 22 Ce terme emprunté à Alfred Sauvy est, en l’espèce, préférable à « explosion » ; cf. Gérard-François (...)
  • 23 Ce chiffre est celui du recensement effectué le 27/5/1970, à l’occasion duquel on a constaté une di (...)

38Si, en l’espace de vingtans, la RDA voit son nombre total d’habitants diminuer de plus de 9 % en raison du départ vers l’Ouest de ses ressortissants, dans le même temps, la RFA connaît une véritable « implosion » démographique22 : le pays passe de 49,2 millions d’habitants en 1949 à 60,523 en 1970, soit une augmentation de 23 %. Deux éléments expliquent cette évolution : un accroissement par excédent naturel et un apport de population résultant d’un solde migratoire positif.

3.2.1 L’accroissement par immigration

  • 24 Sur ce point également, les statistiques établies présentent quelques imprécisions dont les causes (...)

39Entre 1949 et 1970, la RFA enregistre un solde migratoire positif qui correspond à un apport global d’environ 5,7 millions de personnes24, soit un peu moins de la moitié de l’accroissement global pour la période considérée. Trois phénomènes principaux ont contribué à cet afflux : l’installation en RFA des Allemands originaires d’Europe orientale, l’arrivée des réfugiés de RDA et un solde migratoire positif avec l’étranger.

  • 25 Cf. tableau 3.

40Comme on l’a vu précédemment, c’est surtout dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale et au cours des quatre années qui précèdent la constitution des deux États allemands que les « expulsés » viennent s’installer dans la partie occidentale de l’Allemagne. En 1950, un peu moins de 8 millions d’expulsés se trouvent déjà en RFA(cf. tableau 2), ce qui explique l’augmentation brutale de la densité démographique dans cette partie d’Allemagne (cf. tableau 1). Entre 1950 et 1960, plus de 1 960 000 arrivent encore25, venant soit par la RDA et par l’Autriche, soit directement de leur pays d’origine grâce à des accords passés entre le gouvernement de la RFA et celui de leur « pays d’établissement » : les autorités fédérales les désignent généralement par le terme de « rapatriés » (« Aussiedler »), pour les distinguer des expulsés et des réfugiés. Compte tenu des décès intervenus, mais également des naissances d’enfants d’expulsés qui demeurent comptabilisés comme tels, le nombre des expulsés s’élève à près de 9 millions (8 956 200) au recensement du 6 juin 1961.

41Le deuxième phénomène d’immigration est justement celui des réfugiés venus de RDA, les « Flüchtlinge » ; dont, entre 1950 et 1969, environ 4 millions de réfugiés sont arrivés en RFA, le solde migratoire entre les deux États témoignant d’un excédent supérieur à 3,6 millions de personnes en vingt ans (cf. tableau 4).

42Si l’on peut admettre que, dans la majeure partie des cas, le mouvement Est-Ouest des expulsés et des réfugiés répond à des motivations d’ordre politique, celui qui concerne les échanges de population entre la RFA et l’étranger procède, pour l’essentiel, de causes économiques : deux phases distinctes se font jour.

  • 26 En abrégé « DP’s » selon la terminologie du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.
  • 27 Cf. Peter Marschalck, Deutsche Überseewanderung im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 1973, Hubert (note 1 (...)

43Dans une première phase, c’est l’émigration qui l’emporte : environ 2 millions de personnes partent vers l’Amérique du Nord et l’Amérique latine, vers Israël, l’Australie et la Nouvelle-Zélande : près de la moitié sont des « personnes déplacées »26, une autre partie vient des territoires de l’Est et le reste est constitué d’Allemands de l’Ouest fuyant la vieille Europe et la menace soviétique. Cependant le déficit migratoire commence à fléchir vers 1952, reflétant la stabilisation de la situation politique en Europe occidentale et les premiers succès de la reconstruction économique en République fédérale. Cette reprise de l’émigration, certes momentanée, est donc sans commune mesure avec les phénomènes observés depuis le milieu du XIXe siècle27.

  • 28 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, op. cit., p. 148 et 176.
  • 29 La migration s’effectue en vertu de conventions passées par la RFA, au début des années cinquante, (...)
  • 30 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung gestern, heute und morgen (note 24), p. 115-117 et Bundesinsti (...)

44Vers 1957 débute la seconde phase. Au moment où l’indice de production industrielle double par rapport à 1950, tandis que le chômage n’est plus qu’à un tiers du niveau de cette même année28, le mouvement migratoire s’inverse et le solde vis-à-vis de l’étranger devient positif. C’est en 1957, en effet, que commence véritablement l’immigration des travailleurs étrangers29, la plupart d’entre eux étant originaires d’Italie. A partir de 1960 et du boom économique des années suivantes, le mouvement va s’amplifier : en 1958, l’excédent migratoire est de 50 000 personnes et les arrivées dépassent le chiffre de 200 000, mais en 1960 il y a 386 000 arrivées et l’excédent migratoire passe à 177 000 ; en 1962, les arrivées se chiffrent à 558 000 et l’excédent migratoire est de 284 00030. Viennent en République fédérale pour y travailler, non seulement des Italiens, des Espagnols et des Grecs, mais également des Néerlandais et des Autrichiens, phénomène d’immigration économique qui n’est pas sans rappeler la forte immigration que le Reich avait connue au cours des quinze années précédant la Première Guerre mondiale. Ainsi, au moment où se tarit le flux migratoire provenant de RDA, l’arrivée, par centaines de milliers, de « travailleurs invités » (« Gastarbeiter ») effectue une sorte de « relève » qui, à son tour, contribue à l’essor économique du pays. Mais cette relève économique est également une relève démographique. À l’inverse, en RDA, on observe, après l’hémorragie des années cinquante, un solde migratoire maintenu à un niveau légèrement négatif par l’application de mesures coercitives envers la population et surtout des actifs désireux d’émigrer.

3.2.2 Les conséquences économiques

  • 31 Il s’agit de la Bavière, du Schleswig-Holstein et de la Basse-Saxe.

45Il va de soi qu’un tel afflux de population a, dans un premier temps, contribué à aggraver les problèmes d’infrastructures, de logement, d’approvisionnement, d’emploi et de formation, et ce tout particulièrement dans les trois Länder qui doivent accueillir la plus grande masse de réfugiés31. Des efforts considérables ont dû être déployés par les communes, les Länder et les autorités d’occupation (des zones américaine et britannique), puis après 1949, par le Bund, pour accueillir, répartir et intégrer les nouveaux venus. À ces dépenses sont venues s’ajouter les diverses prestations (pensions, subventions et aides à la réinsertion) automatiquement accordées aux réfugiés ou mises en place de façon plus spécifiques à leur intention. Outre la charge énorme représentée par de telles dépenses pour les divers budgets publics, l’impact d’un tel afflux sur la population de souche est d’une grande évidence.

46Tout aussi évident est, en fin de compte, l’intérêt économique, social et psychologique représenté par l’arrivée dans un pays en voie de reconstruction d’une population abondante, apte à exécuter au prix le plus bas des travaux même non qualifiés et, de surcroît, généralement animée d’une farouche volonté de réussir. S’il y des éléments « miraculeux » dans le redressement de l’économie ouest-allemande, les événements démographiques que l’on vient d’évoquer en fournissent une preuve…

3.3 Les continuités dans l’évolution démographique des deux Allemagnes

47En dépit de cette rupture, de ces divergences et des antagonismes dont témoigne l’évolution démographique des deux parties de la nouvelle Allemagne forgée à Potsdam, la RFA et la RDA retrouvent bientôt, dans la vie de leur population, une continuité qui perpétue l’unité par-delà les clivages idéologiques, les murs de barbelés et les drames du déracinement.

  • 32 Les quatre échecs consécutifs enregistrés ultérieurement par la politique nataliste de la RDA entre (...)

48Au plan du mouvement naturel, cette continuité se manifeste par la régulation « invisible « de la fécondité, des naissances et des décès, et ce très largement hors du champ d’action des instances politiques ou économiques32. Si la continuité se manifeste également au niveau des mouvements migratoires, c’est, à l’inverse, sous l’effet des contingences suscitées par des systèmes politiques et économiques antagonistes, contingences qui, moins de trente ans après l’érection du Mur, vont révéler leur caractère implacable.

3.3.1 Un « palier » dans l’évolution de la fécondité des deux États allemands

  • 33 Le phénomène de « révolution » (Adolphe Landry) ou de « transition démographique » (Jean-Claude Che (...)

49Au lendemain de leur fondation et une fois surmontées les conséquences directes de la guerre – surmortalité à l’Est et rattrapage général des naissances dans les deux parties de l’Allemagne –, la RDA et la RFA voient leurs régimes démographiques se rejoindre dans un mouvement plus global. Celui-ci semble renouer avec une histoire démographique qui, dans le long terme conduit inéluctablement à ce recul profond de la fécondité correspondant à la dernière phase de la « transition démographique »33, même si, dans le même temps, on observe jusqu’en 1965 environ, une sorte de « palier » dans la diminution de la fécondité.

Graphique 1 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en RFA et RDA (1950-1970)

Graphique 1 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en RFA et RDA (1950-1970)

N.B. Indice synthétique de fécondité : nombre de naissances qu’engendrerait une femme sa vie durant, en l’absence de mortalité et selon la fécondité par âges de l’année prise en référence.

Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, op. cit., cf. graphique 27, p. 394.

  • 34 Patrick Festy, La fécondité des pays occidentaux de 1870 à 1970, Paris, 1979, « Travaux et document (...)

50Le phénomène n’est pas typiquement allemand, encore qu’il ait débuté, de façon fort artificielle il est vrai, grâce à la politique nataliste du « Troisième Reich ». Une stabilisation dans le déclin de la fécondité intervient également dans les autres pays occidentaux Le fait « n’a pas manqué d’intriguer les démographes »34, mais il semble que ce palier dans une évolution à plus long terme, lorsqu’il n’est pas déclenché par une politique nataliste comme en Allemagne, en Autriche ou dans la France de Vichy, s’explique par la conjonction de divers facteurs. Il s’agit tout d’abord, du ratrapage après une guerre longue et meurtrière, puis de la disparition du chômage et du début d’un cycle long de croissance économique, et enfin, de façon plus spécifique, de l’instauration de mesures sociales globalement favorables à l’enfant et à la famille.

51Cette relative continuité n’implique pas pour autant un parallélisme strict dans l’évolution du mouvement naturel des deux États allemands.

3.3.2 Le mouvement naturel en RDA

52En dehors d’un effet direct sur la densité de population (cf. tableau 1) qui, de 174 hb. au km2 en 1949, s’abaisse graduellement à 165 en 1955, puis159 en 1960 et 158 en 1970, l’énorme déficit migratoire a deux conséquences principales pour la structure démographique de la RDA. Tout d’abord il entraîne un tassement progressif de la natalité, ensuite il contribue à aggraver le vieillissement de la population.

Graphique 2 : natalité, mortalité et excédent des naissances en RDA (1946/1949-1970)

Graphique 2 : natalité, mortalité et excédent des naissances en RDA (1946/1949-1970)

Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation., op. cit., graphique 26, p. 386 et annexe-tableau 19, p. 490.

53En ce qui concerne la natalité, son taux, calculé par rapport à la population totale, après avoir légèrement dépassé celui de la RFA à partir de 1950, commence à fléchir vers 1954. Il devient inférieur à 16 ‰ au moment où, inversement, le taux de natalité de la République fédérale qui était demeuré stable depuis 1950, commence à se redresser pour augmenter selon un rythme régulier pendant près de dix ans, passant de 15,7 ‰ en 1955 à 18,2 en 1964 (cf. graphique 3).

54On peut expliquer ces différences de la façon suivante. Des deux parties de l’Allemagne, la RDA est la seule qui enregistre l’arrivée en âge de procréer des générations creuses de 1930-1933, d’où le fléchissement de 1954. La RFA, quant à elle, ne se ressent pas du phénomène, car elle a reçu et continue à recevoir par migration un apport de population jeune et féconde. De la même façon, lorsque les générations plus nombreuses nées entre 1934 et 1942 arrivent en âge de procréer, la natalité de la RFA est supérieure à celle de la RDA, car ces classes d’âge y sont surreprésentées en raison de l’hémorragie démographique que l’on vient d’évoquer.

55Et pourtant, dans l’ensemble, la fécondité en RDA n’est pas inférieure à celle de la RFA. Au début de la période envisagée, cette fécondité est même nettement plus élevée (cf. graphique 1). On peut supposer que le maintien d’une telle fécondité s’explique tout d’abord par des facteurs historiques traditionnels, en l’occurrence la fécondité d’une Allemagne centrale et orientale supérieure à celle d’une Allemagne occidentale. Cependant les effets conjoncturels d’une politique d’équipements collectifs (crèches), ainsi qu’un environnement législatif favorable (loi du 27 septembre 1950 sur la protection de la mère et de l’enfant) n’y sont certainement pas étrangers. C’est seulement vers 1955-1956 que les suites de l’émigration de populations jeunes et fécondes se font plus nettement sentir en pesant sur le taux de fécondité est-allemand.

  • 35 Wendt (note), p. 386-395.

56En revanche, la deuxième grande conséquence de cette perte de 3,5 millions de personnes entre 1950 et 1961 se manifeste de façon particulièrement frappante : la structure par âges de la RDA, comparée à celle de la RFA, témoigne bientôt de graves distorsions. Celles-ci deviendront évidentes autour de 1965. Certes, pour les classes d’âges inférieures (de 0 à 15 ans), qui ne sont pas immédiatement concernées par l’émigration vers l’Ouest, l’on peut vérifier les effets d’une fécondité plus élevée en RDA entre 1950 et 1956 : en 1965, les moins de 15 ans constituent 23,7 % de la population de RDA contre 22,4 en RFA. En revanche, pour les classes d’âges représentant essentiellement les actifs, la RFA regroupe 65,4 % de sa population entre 15 et 65 ans contre 61,7 seulement en RDA ; inversement, les plus de 65 ans atteignent 13,8 % de la population totale en RDA contre 11,9 en RFA. C’est ce dernier phénomène qui, pour l’essentiel, explique les taux de mortalité plus élevés prévalant en RDA pendant 40 ans. On comprend mieux également que la RDA, tout en verrouillant ses frontières à compter de 1961, accepte néanmoins de laisser partir à l’Ouest les retraités : ainsi, dans les années 1960-1970 les plus de 60 ans représentent désormais 70 à 80 % des migrants Est-Ouest, alors qu’en 1955, par exemple les plus de 65 ans ne constituaient que 4 % de la migration35.

3.3.3 L’accroissement naturel en RFA

57Au total, l’accroissement naturel que connaît la RFA dans les années cinquante et soixante correspond à une augmentation de 6,4 millions d’habitants, soit un peu plus de la moitié de l’accroissement global. Cette poussée démographique par excédent des naissances sur les décès (cf. graphique 3) peut être décomposée en trois phases.

Graphique 3 : natalité, mortalité et excèdent des naissances en RFA (1946/ 1949-1970)

Graphique 3 : natalité, mortalité et excèdent des naissances en RFA (1946/ 1949-1970)

Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, op. cit., graphique 24, p. 382 et Annexe-tableau 18, p. 489.

58De 1950 à 1956, le mouvement naturel, une fois passée la période de récupération liée à la guerre, se caractérise par une croissance soutenue : les taux de natalité demeurent stables autour de 15,7 ‰, la mortalité tourne autour de 11 ‰ et l’excédent naturel demeure généralement supérieur à 5 ‰ ; le seul signe indiquant l’impact des classes creuses nées entre 1931 et 1933 est un léger fléchissement de la nuptialité.

59À partir de 1957 et jusqu’en 1965, cette poussée démographique s’accentue. Tandis que la mortalité n’augmente guère, puisqu’elle reste inférieure à 11,5 ‰ (contre 13 ‰ en moyenne en RDA), les taux de natalité passent au-dessus de la limite de 16 ‰ et culminent en 1963 à 18,3 ‰. C’est la période la plus féconde pour la RFA : plus d’un million de naissances par an entre 1961 et 1967. C’est également la période des excédents naturels les plus importants : les taux annuels dépassent 6 ‰ et atteignent 7,2 ‰ en 1964 ; en chiffres absolus, les excédents approchent 2 millions pour la période 1961-1965, contre seulement 1 200 000 pour la période 1951-1956 et 1 500 000 pour la période 1956-1960. Durant ces dix années se font donc sentir simultanément les effets de la politique nataliste menée par le « Troisième Reich » entre 1933 et 1942, ainsi que les conséquences d’un afflux de population dans laquelle les classes d’âges jeunes sont surreprésentées.

  • 36 Cf. Hubert (note 1), p. 389-391.
  • 37 Hermann Schubnell et al. Die Bevölkerung der Bundesrepublik Deutschland, Bundesinstitut für Bevölke (...)

60L’examen des taux de fécondité36 permet de vérifier cette observation que confirme au reste l’étude de la fécondité par tranches d’âges37. La fécondité est la plus forte chez les femmes de 15 à 20 ans, pour lesquelles le nombre des naissances augmente de 90 % entre 1950 et 1965, puis culmine en 1970.

  • 38 Ibid., p. 22.

61L’observation sur vingt années de cette évolution de la fécondité légitime selon le nombre d’enfants par couple38 confirme que la décennie 1954-1964 constitue bien une phase de croissance importante pour la fécondité globale (+40 %). Un classement des naissances légitimes selon le rang met en lumière, pour la période 1954-1964, une augmentation de 63 % du groupe correspondant aux enfants nés comme cinquième ou plus dans le couple ; la progression est de 48 % pour le quatrième enfant, de 47 % pour le troisième et de 45 % pour le deuxième, alors qu’elle tombe à 33 % pour le premier enfant.

3.3.4 L’achèvement des grands mouvements d’émigration vers l’outre-mer et la reprise de l’immigration économique

62Comme on l’a vu précédemment, entre 1949 et 1956, c’est l’émigration qui l’emporte. Mais, pour la moitié au moins, il ne s’agit pas d’émigrants d’origine allemande et le mouvement apparaît plus comme une suite de la guerre que comme la reprise d’un processus antérieur. En revanche, le mouvement de migration Est-Ouest dans lequel se confondent, selon les cas et les origines géographiques, les causes politiques et les motivations économiques, rappelle les phénomènes analogues intervenus au lendemain de la Première Guerre mondiale. Envisagé à plus long terme, il se replace dans une migration qui avait été déclenchée vers le milieu du XIXe siècle par la révolution industrielle. Il en va de même pour l’immigration de main-d’œuvre étrangère qui, dès la fin de la période examinée ici, reprend de l’ampleur à compter de 1956-1957 ; elle renoue ainsi avec une tradition que l’industrialisation massive de l’Empire wilhelminien avait largement développée et que l’économie de guerre allemande avait systématisée durant les deux conflits mondiaux.

  • 39 Cf. Michel Korinmann, Quand l’Allemagne pensait le monde, Paris, 1990.
  • 40 Loin d’y mettre fin, l’unification des deux Allemagnes et l’écroulement de l’empire soviétique donn (...)

63Face à cette brève séquence d’évolution démographique dans l’histoire d’un pays, il ne peut être question de conclure ; tout au plus peut-on dresser un bilan relatif, aidé en cela par le recul que nous livre le temps. Du point de vue « géopolitique », une science dont on sait ce qu’elle doit à l’Allemagne39, la période 1945-1961 sanctionne un repli décisif de la présence démographique allemande en Europe centrale et orientale. Ce repli constitue une rupture en raison de son caractère brutal et spectaculaire. Ce sont d’abord 10 à 12 millions de personnes qui se trouvent concernées en moins de deux ans, et ce à l’échelle de sept entités étatiques. Puis, de 1947 à 1961, un flux régulier que la construction du Mur semble interrompre40.

64Or, en dépit de cet aspect massif et concentré dans le temps, le phénomène se replace – on vient de le souligner – dans un mouvement continu dont l’origine remonte au XIXe siècle. Le processus avait été initié par la révolution industrielle qui, en Allemagne, favorise bientôt le Centre (Saxe et agglomération berlinoise), puis surtout l’Ouest (Bassin rhéno-westphalien) et enfin le Sud (Souabe, Palatinat, Hesse rhénane), et ce au détriment des régions orientales. Il en résulte un affaiblissement relatif du poids démographique de l’Est dans l’ensemble du pays. Provoqué par des facteurs économiques, un tel phénomène se voit ultérieurement amplifié par des événements politiques : les suites de la Première Guerre mondiale avec les amputations de territoires et la politique de regroupements ethniques pratiquée de concert par le « Troisième Reich » et l’URSS. La débâcle militaire sur le front oriental, puis la défaite allemande dans la Seconde Guerre mondiale donnent au mouvement une ampleur inégalée. Du point de vue de l’Allemagne, telle qu’on l’entend depuis 1871, voire 1866, le résultat en est un repli sur la ligne Oder-Neiße, c’est-à-dire là où s’était arrêtée l’expansion vers l’Est des Othoniens au Xe siècle. L’espace « géopolitique » allemand est donc revenu sur des positions qui étaient celles du monde germanique un millénaire auparavant. De surcroît, on observe, avec l’implosion démographique de la RFA et le recul en chiffres absolus de la population en RDA, la constitution, d’un « noyau dur », particulièrement dynamique sur le plan économique et social et dont les frontières sont, à peu de choses près, celles de la partie carolingienne du monde germanique, au début du IXe siècle…

65La deuxième grande conséquence des bouleversements engendrés par la guerre et particulièrement ressentis durant cette période 1945-1961 s’observe sur le plan économique ainsi qu’en matière culturelle. Les vastes mouvements migratoires qui sont intervenus entraînent, du point de vue économique, un nouvel aménagement du territoire. Tel est évidemment le cas pour la RFA où, par une répartition habile de migrants qui constituent un quart de la population totale, le caractère multipolaire du pays se trouve encore renforcé, à un moment où la déconcentration économique s’affirme de plus en plus comme un atout pour les nations industrielles. On observe incidemment que cette nouvelle redistribution des pôles de peuplement se fait au profit d’un État allemand redevenu fédéral après la courte séquence centralisatrice que représentaient les douze années de national-socialisme. Par ailleurs, l’augmentation brutale de la densité démographique du pays l’oblige, encore plus que par le passé, à se tourner vers le monde extérieur en intensifiant ses échanges. Cette « ardente obligation » demeure, on le sait, un élément cardinal de la puissance économique allemande, mais son développement, dès le début des années cinquante, a le bonheur de coïncider, dans les années fastes de l’après-guerre, avec une libération et une expansion du commerce international dont les effets bénéfiques ne manquent pas, aujourd’hui, de susciter quelque nostalgie. Pour la RDA, dans laquelle la population diminue, les données de bases sont au départ rigoureusement inverses ; cependant, les conséquences politiques de la guerre et de la partition imposent également un redéploiement qui, bien que limité, s’effectue au profit de ce qui reste de la façade maritime.

66Outre leurs implications économiques majeures, des tels mouvements migratoires représentent, par la force des choses, un gigantesque brassage de populations. L’exode des expulsés, puis la vaste migration Est-Ouest entre les deux nouveaux États allemands provoquent ainsi un bouleversement de la « carte confessionnelle » du pays, une métamorphose que l’Allemagne n’avait pas connue depuis la Paix d’Augsbourg ou la Guerre de Trente Ans. Mais le brassage des populations est également culturel, qui voit massivement s’installer des Silésiens en Bavière, des Prussiens de l’Est en Wurtemberg ou des Saxons en Rhénanie : là également s’opère une rencontre parfois douloureuse de mentalités et de particularismes, un mélange s’esquisse, d’une ampleur inégalée dans l’histoire allemande, que ce soit lors des guerres de la Révolution et de l’Empire ou durant la mutation industrielle.

67Enfin, du point de vue démographique, la période considérée ici se replace, en dépit d’une sorte de « sursaut » permettant d’enrayer durant près de deux décennies le recul de la fécondité, dans cette phase ultime de la transition démographique que l’Allemagne avait entamée conjointement avec sa révolution industrielle. Malgré les oppositions dont témoignent leurs mouvements migratoires, c’est au fond dans ce palier – au reste propre à toutes les sociétés techniquement avancées – que les deux Allemagnes chères à Mauriac retrouvent progressivement un destin commun, une forme d’unité latente par-delà murs idéologiques et barbelés. Lorsque ces barrières deviendront moins redoutables par la décomposition interne du Bloc que l’URSS avait pu constituer après 1945, les mouvements migratoires retrouveront toute leur vigueur, contribuant largement à la chute du régime mis en place en RDA et laissant ainsi la voie libre à l’unification pour une nouvelle Allemagne. Mais, par un effet curieux de l’histoire des populations, le mouvement naturel des deux États avait déjà achevé depuis la fin des années soixante la transition séculaire, confirmant ainsi, vingt ans avant le processus politique de l’unification, une unité dans l’évolution du régime démographique des deux entités territoriales. Dès 1969 pour la RDA et 1972 pour la RFA, avec un net excédent des décès sur les naissances et bientôt avec la plus faible fécondité du monde, les deux parties d’une Allemagne divisée indiquaient déjà ce qui semble être l’avenir des sociétés post-industrielles.

Notes

1 Voir aussi : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation. Histoire de la population allemande depuis 1815, Paris, 1995.

2 Marcel Reinhard, André Armengaud, Jacques Dupâquier, Histoire générale de la population mondiale, Paris, 1968, p. 570ss.

3 Chiffres officiels de l’Office fédéral des statistiques (« Statistisches Bundesamt »), commentés dans Heinz Günter Steinberg, Die Bevölkerungsentwicklung in Deutschland im Zweiten Weltkrieg, Bonn, 1991, p. 142-145.

4 Wolfgang Köllmann, « Bevölkerung und Raum in Neuerer und Neuester Zeit », dans Raum und Bevölkerung in der Weltgeschichte, Bevölkerungsploetz, vol. 4, Würzburg, 31965, p. 189-190.

5 Il faut attendre 1956 pour qu’un bilan de l’évolution démographique de l’Allemagne (dans ses frontières du 31 décembre 1937) puisse être dressé entre le recensement du 17 mais 1939 et le recensement effectué dans les quatre zones d’occupation (Sarre comprise) le 29 octobre 1946 ; cf. Statistisches Bundesamt, Wirtschaft und Statistik, 10 (1956), p. 493-495.

6 Ce chiffre n’inclut pas les pertes enregistrées par les anciennes minorités allemandes d’Europe centrale et orientale lors de l’expulsion ou en raison de déportation ; ces pertes sont supérieures à 850 000 personnes : on les retrouve dans le tableau 2.

7 Depuis le début de la révolution industrielle, la population juive d’Allemagne a quasiment stagné en chiffres absolus ; en 1852, le nombre de Juifs recensés dans les frontières de ce qui allait être le Reich de 1871 est de 462 000 – soit 1,29 % de la population totale, si bien qu’en 80 ans la part de cette minorité juive dans la population totale a presque diminué de moitié (Cf. Usiel O. Schmelz, « Die demographische Entwicklung der Juden in Deutschland von der Mitte des 19. Jahrhunderts bis 1933 », in : Zeitschrift für Bevölkerungswissenschaft, 1 (1982), p. 31-72.

8 Les logements détruits sont au nombre de 4,05 millions (Steinberg (note 3), p. 57) pour un nombre total de logements atteignant 18,46 millions en 1943 ; Statistisches Bundesamt, (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft1872-1972, op. cit., p. 186.

9 Cest cette distinction quobserve, par exemple, Wolfgang Benz entre la langue courante et la terminologie scientifique, cf. Wolfgang Benz, « Fremde in der Heimat : Flucht – Vertreibung – Integration », in : Klaus Bade (éd.), Deutsche im Ausland, Fremde in Deutschland, Migration in Geschichte und Gegenwart, Munich, 1992, p. 374-386.

10 Sur les conditions de cette migration, cf. par exemple, Frank Grube, Gerhard Richter, Flucht und Vertreibung. Deutschland zwischen 1944 und 1947, Hambourg, 1981.

11 La récurrence des « querelles d’historiens » observées en Allemagne sur ces sujets nous semble justifier une telle remarque.

12 Sur l’arrivée, la répartition et l’insertion des expulsés, cf. Eugen Lemberg, Die Vertriebenen in Westdeutschland, 3 vol., Kiel, 1959.

13 Avec l’unification du 3 octobre 1990, la Poméranie occidentale réapparaît, associée dans un Land avec le Mecklembourg, tandis que le Brandebourg, privé de sa partie orientale située au-delà de la ligne Oder-Neiße, renaît avec Potsdam comme capitale de Land.

14 Cf. tableau 3, col. 2, rubrique 1.a.

15 Aussiedler (Informationen zur politischen Bildung), hrsg. von der Bundeszentrale zur politischen Bildung, Bonn, 21989, p. 31.

16 Sur l’importance relative des divers groupes d’expulsés, classés selon l’origine géographique, cf. Hubert (note 1), p. 373-376.

17 Le nombre de citoyens de RDA ayant émigré vers la RFA s’élève entre 1949 et 1961 à 2 687 844, dont 1 443 532 entre 1949 et 1955, puis 1 243 312 entre 1956 et le 13/8/1961 (Cf. Hartmut Wendt, « Die deutsch-deutschen Wanderungen – Bilanz einer 40 jährigen Geschichte von Flucht und Ausreise », in : Deutschland Archiv, 24 (1991) 4, p. 390). Il convient d’y ajouter environ 1 200 000 anciens expulsés qui émigrent à leur tour vers l’Ouest entre 1949 et 1961, après s’être momentanément fixés en Zone soviétique d’occupation devenue RDA en 1949.

18 Sur les modifications dans la structure régionale de la population allemande durant la guerre et dans les années qui lui font suite, cf. Steinberg (note 3).

19 Ce déficit est de 12,4 ‰ en 1946, année où le taux de mortalité s’élève à 23 ‰ ; la mortalité descend à 19 ‰ en 1947, puis à 15,2 ‰ en 1948, mais le déficit est encore de 2,4 ‰ ; Hubert (note 1), tableau 18, p. 490.

20 Par rapport au potentiel industriel de 1945, l’ampleur des démontages effectués entre 1945 et 1950 s’élève à 45 % du total pour la SBZ et seulement à 8 % pour les trois zones occidentales ; cf. Gert Leptin, Die deutsche Wirtschaft nach 1945, Opladen, 1971, p. 51.

21 Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, Materialen zur Bevölkerungswissenschat, vol. 18, p. 64.

22 Ce terme emprunté à Alfred Sauvy est, en l’espèce, préférable à « explosion » ; cf. Gérard-François Dumont, Le monde et les hommes. Les grandes évolutions démographiques, Paris, 1995, p. 19-21.

23 Ce chiffre est celui du recensement effectué le 27/5/1970, à l’occasion duquel on a constaté une différence de-1,4 % par rapport aux projections démographiques antérieures, la RFA comptant 858 000 personnes de moins que prévu ; cela souligne, si besoin était, le caractère aléatoire de certaines évaluations en démographie. Par ailleurs, il est normal qu’existent quelques divergences entre une comparaison du chiffre moyen de la population pour une année et les soldes du mouvement naturel ou du mouvement migratoire établis à la fin de l’année civile.

24 Sur ce point également, les statistiques établies présentent quelques imprécisions dont les causes sont multiples. Nous avons, de préférence, utilisé les études rétrospectives, principalement Statistisches Bundesamt, Bevölkerung gestern, heute und morgen, Mayence, 1985, ainsi que les Statistische Jahrbücher der BRD.

25 Cf. tableau 3.

26 En abrégé « DP’s » selon la terminologie du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

27 Cf. Peter Marschalck, Deutsche Überseewanderung im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 1973, Hubert (note 1), chapitres 3 et 6.

28 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, op. cit., p. 148 et 176.

29 La migration s’effectue en vertu de conventions passées par la RFA, au début des années cinquante, avec l’Italie, la Grèce, la Yougoslavie, etc.

30 Statistisches Bundesamt, Bevölkerung gestern, heute und morgen (note 24), p. 115-117 et Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, Materialen zu Bevölkerungswissenschaft, 19 (1980), p. 45ss.

31 Il s’agit de la Bavière, du Schleswig-Holstein et de la Basse-Saxe.

32 Les quatre échecs consécutifs enregistrés ultérieurement par la politique nataliste de la RDA entre 1972 et 1986 en apportent une cruelle démonstration ; cf. Hubert (note 1), p. 405-406.

33 Le phénomène de « révolution » (Adolphe Landry) ou de « transition démographique » (Jean-Claude Chesnais) est bien connu. Pour l’analyse de la spécificité du processus en Allemagne, cf. Wolfgang Köllmann, Bevölkerung in der industriellen Revolution, Göttingen, 1974, p. 27, Peter Marschalck, Bevölkerungsgeschichte Deutschlands im 19. und 20 Jahrhundert, Francfort/M., 1984, p. 41-45, Hubert (note 1), p. 188-194.

34 Patrick Festy, La fécondité des pays occidentaux de 1870 à 1970, Paris, 1979, « Travaux et documents », Cahier no 85, chapitre III « La reprise : 1935-1965 », p. 115-180.

35 Wendt (note), p. 386-395.

36 Cf. Hubert (note 1), p. 389-391.

37 Hermann Schubnell et al. Die Bevölkerung der Bundesrepublik Deutschland, Bundesinstitut für Bevölkerungsforschung, Wiesbaden, 1974, p. 20.

38 Ibid., p. 22.

39 Cf. Michel Korinmann, Quand l’Allemagne pensait le monde, Paris, 1990.

40 Loin d’y mettre fin, l’unification des deux Allemagnes et l’écroulement de l’empire soviétique donneront à ce mouvement Est-Ouest un nouvel élan toujours visible aujourd’hui.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : évolution de la population totale et de la densité en RFA et RDA (1939/1949-1970)
Crédits Source : Michel Hubert, d‘après Karl C. Thalheim, Die wirtschaftliche Entwicklung der beiden deutschen Staaten, Berlin, 1978, p. 21 ; Statistisches Bundesamt, (ed.), Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart/Mayence, 1972, p. 90.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 2 : la population allemande des régions d’expulsion (1939-1950)
Légende (1) URSS : environ 1,5 à 2 millions.(2) Présumés encore en vie en 1950 ou disparus.(3) Le total des pertes dues à la guerre et à l’expulsion s’élève donc à 3 211000 personnes, soit 18,9 % de la population allemande établie dans ces régions en 1939.
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Bundespresseamt (Office fédéral de presse et d’information).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 3 : origine des expulsés se trouvant en 1950 et 1960 en RFA
Légende N.B. On a conservé ici la terminologie officielle de l’époque
Crédits Source : Michel Hubert, d’après Bundespresseamt (Office fédéral de presse et d’information).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Graphique 1 : évolution de l’indice synthétique de fécondité en RFA et RDA (1950-1970)
Légende N.B. Indice synthétique de fécondité : nombre de naissances qu’engendrerait une femme sa vie durant, en l’absence de mortalité et selon la fécondité par âges de l’année prise en référence.
Crédits Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, op. cit., cf. graphique 27, p. 394.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 2 : natalité, mortalité et excédent des naissances en RDA (1946/1949-1970)
Crédits Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation., op. cit., graphique 26, p. 386 et annexe-tableau 19, p. 490.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 3 : natalité, mortalité et excèdent des naissances en RFA (1946/ 1949-1970)
Crédits Source : Michel Hubert, L’Allemagne en mutation, op. cit., graphique 24, p. 382 et Annexe-tableau 18, p. 489.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39500/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search