Version classiqueVersion mobile

Allemagne 1945-1961

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Ulrich Pfeil

L’Allemagne pendant la guerre froide

Manfred Görtemaker
Traduction de Isabelle Marivin

Texte intégral

  • 1 Pour une vue d’ensemble, cf. Gregor Schöllgen, Geschichte der Weltpolitik von Hitler bis Gorbatsch (...)

1Le conflit est-ouest qui marqua profondément la seconde moitié du 20ème siècle fut également déterminant dans les relations qu’ont entretenues les deux Etats allemands jusqu’à leur réunification en 1990. Pratiquement aucune autre région du globe n’a connu de confrontation politique, idéologique et militaire aussi visible que le cœur de l’Europe. A cet égard, la situation géopolitique particulière de Berlin contribua largement à exacerber la conscience des tensions qui existaient entre les deux blocs. La « Guerre froide », qui caractérisa dans un premier temps l’évolution de la situation de 1946/47 jusqu’à la double crise de Berlin et de Cuba des années 1961/62, menaça à plusieurs reprises de dégénérer en une guerre « brûlante », avant que la Détente et la nouvelle Ostpolitik ne créent un nouveau contexte promettant aussi à la République Fédérale d’Allemagne et à la République Démocratique Allemande davantage de sécurité et une marge de manœuvre accrue.1

I. Forces d’occupation et partage de l’Allemagne

  • 2 Voir à ce sujet l’ouvrage fondamental de Michael Balfour et John Mair, Four-Power Control in Germa (...)
  • 3 Intitulé de la directive JCS 1067/6 du 26 avril 1945 in : Foreign Relations of the United States ( (...)
  • 4 FRUS, The Conference of Berlin (The Potsdam Conference) 1945, Washington, DC, 1960, Vol. II, p. 14 (...)

2En Allemagne, l’immédiat après-guerre fut placé sous le signe de l’administration quadripartite des Alliés.2 Suite aux crimes commis par les nazis, les Allemands devaient être punis, placés sous le strict contrôle interallié et soumis à une politique d’occupation sévère afin de les contraindre à faire leur examen de conscience et les mettre face à leur culpabilité. Ainsi, selon la directive JCS 1067 des chefs d’état-major unis des Etats-Unis du 26 avril 1945, l’Allemagne n’était « pas occupée dans le but de sa libération mais occupée en tant qu’ennemi vaincu ». Il fallait montrer aux Allemands « qu’ils ne pouvaient pas échapper aux fautes dont ils s’étaient rendus coupables. »3 Lors de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’Union soviétique qui s’est tenue à Potsdam du 17 juillet au 2 août 1945, il fut par ailleurs décidé une réorganisation de l’Allemagne sur le plan intérieur, ayant pour but sa démocratisation, dénazification, démilitarisation et décentralisation.4

  • 5 Cf. Hermann Graml, Die Alliierten und die Teilung Deutschlands. Konflikte und Entscheidungen 1941- (...)
  • 6 United States Department of State, Documents on Germany, 1944-1985, Washington, DC, 1985, p. 58ss.

3Toutefois, le sort territorial de l’Allemagne n’était pas fixé. Les projets de partage auxquels on avait songé pendant la guerre pour démanteler le potentiel allemand, qui avait conduit à deux guerres mondiales en l’espace d’une génération, ne jouèrent plus aucun rôle à la Conférence de Yalta de février 1945. Pendant les années 1943/44, les commissions d’experts des Etats-Unis et de Grande-Bretagne avaient élaboré un projet de réorganisation de l’Allemagne. A cette occasion, elles s’étaient convaincues que le démantèlement du pays pèserait lourdement sur le retour à la stabilité économique et politique de l’Europe d’après-guerre. Aussi, les vainqueurs ne parvinrent pas à trouver un terrain d’entente sur l’idée de partage.5 Et lors de la Conférence de Potsdam, ils tombèrent même explicitement d’accord pour conserver « l’unité économique » de l’Allemagne et mettre en place des administrations centrales qui devaient porter en germe un nouveau gouvernement panallemand6.

  • 7 Cf. Melvyn P. Leffler, The Struggle for Germany and the Origins of the Cold War (= German Historic (...)
  • 8 Documents français concernant l’Allemagne (Août 1945-Février 1947), in : Europa-Archiv 9 (1954), p (...)

4Cependant, à peine quelques mois plus tard, ces réglementations se révélèrent être des coquilles vides. Et lorsque surgirent des conflits d’intérêt insurmontables entre l’Est et l’Ouest, l’unité allemande compta parmi les premières victimes de la Guerre froide. Ceci dit, la ligne de front ne séparait pas uniquement l’Union soviétique d’une part et les puissances occidentales de l’autre ; bien au contraire.7 Dans les premiers temps du moins, la France, qui n’avait pas participé aux conférences pendant la guerre, joua les trouble-fête. Le gouvernement français continuait à appeler de ses vœux une rectification territoriale, voire le démantèlement de l’Allemagne. Et le 14 septembre 1945, Paris fit clairement savoir qu’elle accepterait la création d’administrations centrales allemandes à condition que les territoires situés sur la rive gauche du Rhin et de la Ruhr fussent séparés de l’Allemagne. Par la suite, la France utilisa l’instrument que constituait le Conseil de Contrôle, au sein duquel les décisions ne pouvaient être prises qu’à l’unanimité, pour bloquer la création de ces administrations centrales.8

  • 9 Cf. Alexander Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart, 1 (...)
  • 10 C’est toutefois à cette conclusion qu’arrivent Vladislav Zubok, Constantin Pleshakov dans leur ouv (...)
  • 11 Cf. Norman M. Naimark, The Russians in Germany : A History of the Soviet Zone of Occupation, 1945- (...)
  • 12 Die Zwangsvereinigung von KPD und SPD : Einige ausgewählte Dokumente der SMAD 16.1.1946-7.6.1946, (...)
  • 13 Cf. Lothar Kettenacker, Die anglo-amerikanischen Planungen für die Kontrolle Deutschlands, in : Jo (...)

5Mais l’Union soviétique, elle aussi, poursuivait une politique allemande unilatérale, qu’elle avait préparée de longue date grâce à la formation de communistes allemands exilés à Moscou.9 Staline visait-il uniquement la « soviétisation » de la sphère d’influence de l’URSS ou envisageait-il de créer de surcroît une Allemagne unifiée, démilitarisée et bienveillante à l’égard de l’Union soviétique ? Cette interrogation fait encore l’objet de controverses chez les historiens.10 Toujours est-il qu’à partir de septembre 1945, dans la partie est de l’Allemagne, la réforme agraire, la collectivisation de l’industrie lourde et de l’industrie clé ainsi que la restructuration du système scolaire avaient amorcé un changement de fond qui revint, dans le même temps, à isoler structurellement la zone soviétique des zones occidentales, même si dans le détail la mise en œuvre bureaucratique de cette politique n’avait pas été aussi concluante que l’Ouest se l’était longtemps imaginé.11 Qui plus est, avec la fusion forcée du SPD et du KPD en SED d’avril 1946, on vit se profiler – en dépit de toutes les insuffisances liées à l’adoption d’une « voie démocratique populaire » — la concentration du pouvoir politique entre les mains d’un parti unique sur le modèle soviétique.12 Dès lors, l’« uniformité d’action appropriée entre les commandants en chef dans leurs zones d’occupation respectives », qui avait été convenue en 1944 dans le cadre de la European Advisory Commission (EAC), n’était plus réalisable. Et l’Allemagne servit de zone-test pour le conflit est-ouest qui s’annonçait.13

  • 14 Charles E. Bohlen, Witness to History 1929-1969, New York, 1973, p. 175. Cf. aussi George F. Kenna (...)
  • 15 FRUS 1946/II, p. 204. Cf. aussi James F. Byrnes, Speaking Frankly, New York/Londres 1947, p. 123ss

6Chef de mission à l’ambassade américaine de Moscou depuis juillet 1944, George F. Kennan avait prévu très tôt une telle évolution. Dans une lettre adressée à Charles Bohlen, membre de la délégation américaine à Yalta, il proposa dès janvier 1945 de renoncer à une coopération avec l’URSS et de procéder au partage de l’Europe entre Soviétiques et Américains.14 Mais le point de vue de Kennan trouva d’abord peu d’écho auprès des milieux gouvernementaux américains. Le ministre américain des Affaires étrangères James F. Barnes hésita longuement à engager un combat de front avec l’Union soviétique. Moyennant quoi, avant la conférence des ministres des Affaires étrangères qui se tint à Paris en mai 1946, il déclara à son homologue français Georges Bidault tendre le dos « à une critique virulente » aux Etats-Unis et endosser la responsabilité d’avoir « mené une politique d’appeasement vis-à-vis de l’Union soviétique et de s’être montré trop conciliant à son égard. »15

  • 16 Cité d’après : FRUS 1946/II, S. 204.
  • 17 Public Record Office, London, CAB 129/9. Cf. Rolf Steininger, Westdeutschland ein „Bollwerk gegen (...)

7Si Barnes croyait s’assurer le soutien de Bidault, il se trompait. Au contraire, le ministre français des Affaires étrangères plaida en faveur d’une politique plus ferme vis-à-vis de l’URSS, renouvelant à maintes reprises sa crainte de « rencontrer des cosaques Place de la Concorde » si l’on ne s’opposait pas assez énergiquement aux Soviétiques.16 Londres faisait le même diagnostic. Le 3 mai 1946, Ernest Bevin, ministre britannique des Affaires étrangères, indiqua dans une note destinée au gouvernement que le « danger russe » était « certainement redevenu aussi important sinon supérieur au danger que représentait une Allemagne renforcée. » De fait, il s’agissait de reconstruire les zones occidentales aussi rapidement que possible et sans tenir compte des agissements soviétiques.17

  • 18 Documents on Germany under Occupation 1945-1954, éd. par Beate Ruhm von Oppen, Londres, 1955, p. 15 (...)

8Dès lors, Byrnes n’eut pas d’autre alternative que de réviser sa position. Dans une allocution programme du 6 septembre 1946 à Stuttgart, il annonça pour le 1er janvier 1947 l’unification économique des zones américaine et britannique en une « bizone » et plaida en faveur de la « formation prochaine d’un gouvernement provisoire allemand » afin de créer, au niveau étatique également, les conditions nécessaires à la stabilisation économique.18 Cependant, au lendemain des élections du Congrès de novembre 1946, le président Harry S. Truman le démit de ses fonctions pour le remplacer par l’ancien chef d’état-major général George C. Marshall, connu pour ses positions anticommunistes. De fait, Marshall ne se contenta pas de radicaliser la politique soviétique des Etats-Unis. Présentant en juin 1947 un programme de reconstruction européenne, le Plan-Marshall, il ouvrit une ère nouvelle de la politique d’après-guerre qui, dans le contexte du conflit est-ouest, intégrait également la création d’un Etat ouest-allemand comme pilier de la stabilisation en Europe occidentale.

  • 19 Pour ce qui est des motivations et stratégies de la politique menée par les Soviétiques pendant la (...)

9Une évolution inacceptable aux yeux des dirigeants soviétiques ! Ces derniers continuèrent à exiger des réparations en provenance de la Ruhr et n’avaient manifestement pas encore totalement abandonné l’idée de contrôler l’ensemble de l’Allemagne. Le 20 mars 1948, on peut supposer que l’Union soviétique lança un signal d’alarme en direction des puissances occidentales. En retirant ses représentants du Conseil de Contrôle et de la Kommandatur interalliée, elle signifiait qu’elle n’était pas prête à sacrifier la politique allemande commune mise en place par les Alliés. Loin de faire machine arrière, les Occidentaux imposèrent le 20 juin 1948 une réforme monétaire dans l’Ouest de l’Allemagne et à Berlin-Ouest, ce qui constitua un pas supplémentaire vers la création d’un Etat ouest-allemand. Ce sur quoi entre fin juin et début juillet 1948, l’Union soviétique mit en place le blocus des voies de circulation terrestres et fluviales en direction de Berlin-Ouest pour faire pression sur les Occidentaux et tenter d’empêcher à la dernière minute la création d’un Etat ouest-allemand.19 Parallèlement, le mouvement pour le « Congrès du Peuple allemand », créé par le SED en décembre 1947, ouvrit la voie à la formation d’un Etat de l’Est pour le cas où l’Etat ouest-allemand viendrait tout de même à voir le jour.

  • 20 Cf. Avi Shlaim, The United States and the Berlin Blockade, 1948-1949. A Study in Crisis Decision-M (...)

10Du point de vue soviétique, le blocus de Berlin se révéla contre-productif. Il ne fit qu’amplifier la solidarité des Occidentaux et encourager les Américains à s’engager plus avant en faveur de l’Allemagne et de Berlin. Qui plus est, l’approvisionnement de Berlin, un « pont aérien » allié réalisé à l’initiative du gouverneur militaire américain Lucius D. Clay, fut un tel succès qu’en mai 1949, l’URSS dut finalement s’engager vis-à-vis des Occidentaux à suspendre ses restrictions. En effet, l’adoption par le Conseil parlementaire de la Loi fondamentale de la République fédérale avait de facto créé l’Etat ouest-allemand. L’Union soviétique avait dû s’incliner face à la détermination occidentale et surtout face au poids de plus en plus lourd des Etats-Unis dans la politique européenne depuis 1946.20

II. « Westernisation » contre « soviétisation »

  • 21 « Deutsche Einheit vom Westen her », in : Kölnische Rundschau, 3 avril 1948.

11Les jalons posés entre 1945 et 1949 au moment de l’émergence du conflit est-ouest déterminèrent également les marges de manœuvre des deux gouvernements allemands à partir de 1949. Ainsi, aux yeux de Konrad Adenauer, à l’époque encore chef de la CDU dans la zone britannique, le partage de l’Allemagne, en mai 1948, ne constituait plus une menace ; il était déjà un fait accompli. Dans un entretien au journal Kölnische Rundschau du 3 avril 1948, il indiqua que par l’incursion de l’Armée Rouge et la domination soviétique en Europe centrale et orientale, l’Est avait déjà réalisé ce partage et qu’il appartenait à l’Ouest de le faire cesser.21 Dans cette optique, il était nécessaire d’ancrer fermement la partie ouest de l’Allemagne dans la communauté occidentale si l’on voulait ériger un système politique stable et économiquement viable sur une base libérale et démocratique et dont la force d’attraction agirait comme un aimant sur la population est-allemande.

  • 22 Konrad Adenauer à Helene Wessel, 27 août 1949, in : Adenauer. Briefe 1949-1951 (Rhöndorfer Ausgabe (...)
  • 23 Winston Churchill, Allocution de Zurich du 19 septembre 1946, in : Europa. Dokumente zur Frage der (...)

12C’est pourquoi avant son élection au poste de premier Chancelier de RFA, Adenauer nota qu’en matière de politique étrangère, sa politique visait « en premier lieu à établir des relations étroites avec les pays voisins du monde occidental, et surtout avec les Etats-Unis. »22 La partie Ouest de l’Allemagne devait être fortement incorporée à la communauté occidentale car c’est seulement en position de force qu’elle pourrait revendiquer la réunification. Selon lui, sans un solide ancrage à l’Ouest, cette réunification ne pouvait aboutir qu’au prix de la soviétisation de toute l’Allemagne. Après son élection au poste de Chancelier fédéral le 15 septembre 1949, Adenauer resta fidèle à cette conception, qui était d’abord d’inspiration européenne et non nationale. A Zurich, dans une allocution prononcée trois ans auparavant, le 19 septembre 1946, Winston Churchill avait plaidé en faveur d’une réconciliation entre la France et l’Allemagne. C’est ce rapprochement qui allait préparer le terrain à la création de « quelque chose comme les Etats-Unis d’Europe. » A son tour, Adenauer se présenta comme le défenseur d’une union de l’Europe Occidentale incluant l’Allemagne.23 Prenant clairement parti pour l’Ouest, il souhaitait mettre fin à la vieille « politique de la balance » allemande entre l’Est et l’Ouest tout en conjurant la menace d’une nouvelle expansion de la sphère d’influence soviétique. Ceci lui paraissait d’autant plus urgent que les communistes est-allemands, avec Walter Ulbricht pour chef de file, continuaient à répandre l’idée d’une perspective panallemande dont l’objectif était manifestement d’étendre la domination du SED à toute l’Allemagne et d’ouvrir la route à Staline et à l’Union soviétique jusqu’au Rhin.

  • 24 Cf. Gunther Mai, Westliche Sicherheitspolitik im Kalten Krieg. Der Korea-Krieg und die deutsche Wi (...)

13L’adhésion de l’Allemagne à l’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique) le 31 octobre 1949 et au Conseil de l’Europe le 8 juillet 1950 furent les premières étapes vers son intégration au sein d’institutions occidentales. Le Plan Schuman de mai 1950 qui, après de longues négociations, aboutit le 18 avril 1951 à la création de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier), fut lui aussi salué chaleureusement par Adenauer. Et lorsqu’en juin 1950, dans le cadre de la CED (Communauté Européenne de Défense), le déclenchement de la guerre de Corée accrut l’intérêt des Occidentaux pour une contribution de la RFA à la défense, le Chancelier saisit cette occasion pour renforcer, outre la position militaire de l’Allemagne, sa position politique.24 En effet, pour Adenauer, le réarmement ne représentait pas en premier lieu une question de sécurité mais une question d’égalité internationale et de retour à la souveraineté. Une souveraineté que l’Allemagne avait pratiquement perdue au lendemain de sa capitulation sans condition, de la prise de pouvoir gouvernemental par les vainqueurs de la Deuxième Guerre mondiale et du régime d’occupation qui s’ensuivit.

14Adenauer avait prévu que l’ancrage à l’Ouest procurerait à l’Allemagne non seulement un soutien face au communisme, mais également la reconnaissance de la part des nouveaux alliés : il avait vu juste. Certes, la CED échoua en août 1954 à l’Assemblée Nationale française. Néanmoins, les accords signés à Paris en octobre 1954 et l’adhésion de la RFA à l’OTAN en mai 1955 permirent de trouver une solution de rechange offrant à la fois sécurité et souveraineté. La création de la CEE (Communauté Economique Européenne), fondée sur le Traité de Rome du 25 mars 1957, qui marqua à l’époque le dernier pas dans cette direction, permit à la RFA d’être définitivement promue au rang de partenaire des puissances occidentales en vue de la reconstruction européenne. Mais le prix à payer était élevé : son intégration à la communauté des nations occidentales aggrava la séparation des deux Etats allemands et fit s’éloigner leur réunification. Il n’est donc pas étonnant qu’Adenauer ait eu la plus grande peine à imposer sa politique face à une opposition intérieure forte. Celle-ci était composée d’une part de nationaux et conservateurs, de l’autre de pacifistes et défenseurs de la neutralité, ces forces faisant cause commune dans leur lutte contre l’intégration occidentale de l’Allemagne.

  • 25 Cf. Stefan Creuzberger, Manfred Görtemaker (éd.), Gleichschaltung unter Stalin ? Die Entwicklung d (...)

15Une réunification allemande aurait-elle pu être envisageable après la Deuxième Guerre mondiale ? La question reste posée. Une chose est sûre, des documents sont là pour attester, l’Union soviétique a prouvé dès le début sa volonté de ne pas évacuer les territoires conquis par l’Armée Rouge, mais bien de les soumettre à long terme.25 De par sa position géostratégique, l’Allemagne jouait un rôle déterminant : la constitution d’un empire soviétique en Europe centrale et orientale était pour ainsi dire subordonnée au contrôle de son potentiel politique et économique. Et le fait, comme il en a été question plus haut, que l’URSS témoigne d’un engagement fort dans la formation de communistes allemands en exil à Moscou pendant la guerre et que des cadres du régime communiste subissent une préparation systématique en vue de leur intervention en Allemagne après la guerre, soulignent l’importance qu’accordait Staline à l’évolution de la situation allemande.

  • 26 Cf. Erich W. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, Cologne, 1966, p. 93ss.

16Aussi, l’intégration à un bloc, qui pour l’Allemagne d’Adenauer ne put s’imposer qu’au terme de longs démêlés politiques, se déroula à l’Est selon une logique propre, même si vu de l’extérieur, la revendication d’une perspective panallemande fut d’abord maintenue : dès la première heure, la Zone d’Occupation Soviétique et plus tard la RDA furent intégrées sans difficulté à la sphère d’influence soviétique. A l’évidence, en Allemagne de l’Est aussi, des voix s’élevaient pour défendre l’idée d’une Allemagne « passerelle » entre l’Est et l’Ouest. C’était par exemple le cas de Jakob Kaiser au sein de la CDU de l’Est nouvellement créée, ou de représentants soit du parti libéral-démocratique (Liberaldemokratische Partei Deutschlands) soit dans une moindre mesure du parti social-démocrate (Sozialdemokratische Partei Deutschlands). Mais au regard de l’omnipotence et de la rigidité de la politique d’occupation soviétique, un tel point de vue n’avait aucune chance de s’imposer. D’autant qu’en Allemagne, Staline pouvait compter sur de puissants alliés, parmi lesquels le KPD (Kommunistische Partei Deutschlands) de Wilhelm Pieck et Walter Ulbricht, mais aussi la direction du SPD est-allemand avec Otto Grotewohl, qui œuvraient dans le sens d’une restructuration de l’Allemagne, qu’ils voulaient révolutionnaire sur le modèle soviétique, afin de dépasser le capitalisme, responsable selon eux du national-socialisme.26

  • 27 Cf. surtout Mary Fulbrook, The Divided Nation. A History of Germany 1918-1990, Oxford, 1992, ainsi (...)

17Aussi, les réformes structurelles menées dans la partie Est de l’Allemagne depuis 1945 ne traduisaient pas seulement la détermination soviétique d’assurer à long terme la domination communiste en Europe centrale et orientale. Elles montraient aussi que communistes et socio-démocrates est-allemands, avec l’aide de Moscou, avaient l’intention de restructurer en profondeur l’ordre politique, économique et social du territoire qu’ils dominaient. Dans ces conditions, le partage de l’Allemagne semblait aussi logique qu’inévitable, même si les déclarations d’intention sur l’unité allemande, de part et d’autre, donnèrent à penser jusque dans les années 50 que la situation était ouverte. En réalité, l’intégration de l’Allemagne de l’Est à l’empire soviétique était un fait établi dès 1945. Et en 1949, année de création de la RDA, il n’y avait plus personne pour la mettre sérieusement en doute. En effet, la Guerre froide qui se manifesta de plus en plus clairement à partir de 1946, représentait depuis le début un conflit idéologique entre deux systèmes et englobait tous les domaines essentiels de la vie politique, économique et sociale, rendant impossible une quelconque marge de manœuvre entre les deux Etats allemands.27

  • 28 Markus Wolf, Spionagechef im geheimen Krieg. Erinnerungen, Munich, 1997, p. 132-133.

18Pour la majorité des habitants de la Zone d’Occupation Soviétique (Sowjetische Besatzungszone)/RDA, cette évolution se révéla catastrophique, tant du point de vue politique que personnel. A la différence de l’Allemagne de l’Ouest, où le système démocratique et parlementaire, en dépit des critiques visant son intégration occidentale, suscitait l’adhésion de la population, on continuait de refuser la soviétisation de la ZOS/RDA. Et jusqu’en 1961, ce ne sont pas moins de trois millions d’Allemands de l’Est qui tentèrent d’y échapper en fuyant à l’Ouest. Au lendemain de la chute de la RDA, Valentin Falin, un des meilleurs spécialistes de la politique allemande de l’Union soviétique, indiqua à l’ancien chef des services d’espionnage est-allemands à l’étranger, Markus Wolf, que le nombre de partisans du régime de RDA n’avait « jamais dépassé les 30 % », étant même « généralement inférieur ». A un moment, la question s’était donc posée de savoir s’il fallait « soit renoncer à la RDA, soit faire entrer en vigueur à la frontière de la RFA une réglementation visant à empêcher la population de quitter le pays. »28 La conséquence fut la construction du Mur de Berlin le 13 août 1961 qui mettait tout candidat à la fuite en danger de mort. A la suite de quoi la population fut contrainte de s’accommoder du régime du SED et de s’organiser dans la « société de niches » (Nischengesellschaft, Günter Gaus) qu’était la RDA.

III. La politique du bras de fer

19Bien avant la construction du Mur, la Guerre froide avait fait s’envoler tout espoir de surmonter le statu quo. Il est vrai qu’aux yeux de l’étranger, l’intégration des deux Etats allemands au sein de leur sphère d’influence respective avait contribué à diminuer la peur de l’Allemand, d’autant qu’il lui était désormais impossible d’emprunter d’autres chemins. Mais le conflit est-ouest favorisa également la démarcation entre les deux Etats allemands, rendant étrangères l’une à l’autre les populations situées de part et d’autre du Rideau de Fer. L’image de « l’Allemand militariste » d’hier avait cédé le pas aux représentations de nouveaux ennemis dont la teneur s’inspirait de l’idéologie de chaque bloc : d’un côté « l’ennemi de classe impérialiste » de RFA, de l’autre le « régime satellite communiste » de RDA. Confrontation politique, rivalité économique, combat idéologique et réarmement, propres à cette politique du bras de fer engagée de part et d’autre, étaient les ingrédients de ce tableau. Même la mort de Staline le 5 mars 1953 n’apporta pas de changement notable. Appuyé par le ministre américain des Affaires étrangères John Foster Dulles, Adenauer préféra mettre en garde contre un jugement erroné sur les successeurs de Staline et leurs discours de détente, plaidant pour le maintien d’une politique occidentale du bras de fer.

  • 29 John Foster Dulles, War or Peace, New York, 1950, p. 236.
  • 30 John Foster Dulles, The Pursuit of Liberty. Address at Town Hall, New York, 13 décembre 1949, in : (...)

20La méfiance d’Adenauer et Dulles à l’égard de la politique de l’URSS se vit confirmée au moment où les chars soviétiques, les 16 et 17 juin 1953, réprimèrent dans le sang une insurrection est-allemande. Ils avaient acquis la conviction que seule la démonstration de force, et non la persuasion, pouvait mettre un frein à la volonté de pouvoir soviétique. Dès 1950, Dulles avait écrit en ce sens, notant qu’il n’existait « pas d’illusion plus grande et plus dangereuse que de croire qu’il était possible d’infléchir les intentions soviétiques par la force de persuasion. » Si l’on avait affaire aux dirigeants soviétiques, la force était la clé du succès.29 Aussi, il ne suffisait pas de refréner la soif d’expansion soviétique par une politique défensive d’endiguement. Il fallait au contraire lui faire obstacle en lui opposant une conception offensive de « libération », afin de « montrer aux millions de personnes d’Europe de l’Est et d’Asie, inquiètes et soumises, que nous n’acceptons pas le statu quo de la servitude qu’un communisme soviétique agressif leur a imposé et que leur libération finale constitue un élément essentiel et durable de notre politique étrangère. »30

  • 31 John Foster Dulles, Mémorandum pour Dwight D. Eisenhower, mars 1952, in : John Foster Dulles Paper (...)

21Dans le même temps, Dulles ne laissa planer aucun doute quant à la nature militaire de cette politique de libération. L’Europe de l’Est ne devait en aucun cas être conquise par la force, puisque à l’ère du nucléaire, ceci reviendrait à détruire tout ce qui devait être sauvé. C’est ainsi que l’on peut comprendre la retenue des Etats-Unis lors des événements des 16 et 17 juin 1953 en RDA, et plus encore lors de l’insurrection hongroise de l’automne 1956. Cependant, cette politique de libération était bien plus qu’un simple exercice de style : un travail politique et idéologique, la diffusion de l’information, véhiculée surtout par les stations radiophoniques Radio Free Europe à Munich ou RIAS (Rundfunk im amerikanischen Sektor) à Berlin, mais aussi le soutien aux groupes d’opposition basés à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières devaient permettre le noyautage puis l’effondrement des régimes d’Europe de l’Est. Dulles se montrait confiant quant à l’échéance. Dans un mémorandum adressé à Dwight D. Eisenhower, candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle, il avait prédit en 1952 « qu’en l’espace de deux, cinq ou dix ans, des pans importants de cette population actuellement réduite à l’esclavage auraient recouvré pacifiquement leur indépendance nationale. » Ce processus marquerait alors « le début de la fin de la tentative soviéto-despotique de conquérir le monde. »31

22Or, ce conflit politico-idéologique, mené au nom d’une « politique de libération » côté occidental, d’une lutte pour la révolution mondiale côté oriental, se révéla bientôt être un combat de longue haleine et semé d’embûches. Aucun succès rapide n’était à attendre tant que les Etats-Unis et l’Union soviétique continuaient à garantir l’existence de leur sphère d’influence respective. Et chaque affrontement militaire, aussi limité fût-il, risquait de dégénérer et d’impliquer au bout du compte le recours à la force nucléaire. C’est pourquoi le statu quo n’était satisfaisant ni pour l’un ni pour l’autre camp. Ceci dit, comme aucun des deux n’était en mesure d’y mettre fin de façon unilatérale, un changement d’attitude se fit peu à peu sentir et l’on vit émerger dans les pourparlers les concepts de « coexistence » et « détente ». Un nouveau dialogue, engagé dans tous les domaines, devait contribuer au maintien de la paix. On se montra de nouveau sensible à l’idée d’une sécurité collective, qui n’avait pourtant pas donné de résultats satisfaisants pendant l’entre-deux-guerres, ou bien à celle de zones régionales d’inspection pour le contrôle de l’armement et du désarmement, qui devaient permettre une plus grande transparence dans la course aux armements.

  • 32 Déclaration de clôture du Président du Conseil des Ministres d’URSS Nikolaï A. Boulganine du 23 ju (...)

23Ce changement de ton se manifesta à Berlin lors de la conférence des ministres des Affaires étrangères de 1954 et au sommet de Genève de 1955. Toutefois, il n’y eut pas de progrès notable au sujet de la question allemande. Après l’adhésion de la RFA à l’OTAN en mai 1955, le Président du Conseil des Ministres d’URSS Nikolaï Boulganine déclara à Genève en juillet 1955 que la « fusion mécanique » des deux Etats allemands lui paraissait impensable, étant donnée la différence fondamentale de leurs structures politique, sociale et économique. Ce n’est que sur une « base pacifique et démocratique », en conservant l’édifice social socialiste, qu’une solution au problème pouvait être trouvée.32

24Ainsi, le partage de l’Allemagne était pour ainsi dire entériné. Après le réarmement de la République fédérale et son adhésion à l’OTAN, le sujet de la réunification allemande était manifestement clos pour l’Union soviétique. Moscou se concentra alors davantage sur les questions de constitution d’un système de sécurité propre à l’ensemble de l’Europe comme moteur d’une « coexistence pacifique » entre les deux blocs. A leur tour, les puissances occidentales cessèrent de subordonner toute politique de détente à la réunification allemande. Les relations Est-Ouest inaugurèrent une nouvelle phase dans laquelle les grandes puissances aspiraient à voir s’établir un voisinage bien organisé des deux blocs afin de mieux prévoir les risques de conflits et de réduire la menace d’une guerre nucléaire.

IV. Détente

25Ce n’est qu’en 1961, avec la construction du Mur de Berlin, que l’on en arriva au verrouillage de la RDA évoqué par Markus Wolf. Après la disparition du dictateur soviétique en mars 1953, le Chancelier Adenauer nourrit d’abord la crainte de voir se détendre les fronts en présence pendant la Guerre froide. En effet, si les puissances occidentales songeaient à sceller un compromis avec l’URSS dans le contexte d’une politique de détente, celui-ci risquait facilement de se retourner contre l’Allemagne. Adenauer remarqua dans un entretien accordé à Ernst Friedländer :

  • 33 Entretien avec Ernst Friedländer, 13 juin 1953, in : Bulletin, éd. par le Service de Presse fédéra (...)

« Bismarck a évoqué le cauchemar que représentaient pour lui les coalitions contre l’Allemagne. Moi aussi, j’ai un cauchemar : il se nomme Potsdam. Le risque d’une politique commune des grandes puissances au détriment de l’Allemagne existe depuis 1945 et a continué d’exister depuis la création de la RFA. La politique extérieure de l’Allemagne visait de tout temps à sortir de cette zone dangereuse. Car l’Allemagne ne peut pas être prise dans un étau sans courir à sa perte. »33

  • 34 Adenauer. Teegespräche 1950-1954 (Rhöndorfer Ausgabe), éd. par Rudolf Morsey und Hans-Peter Schwarz (...)
  • 35 Hans-Peter Schwarz, Entspannung und Wiedervereinigung. Deutschlandpolitische Vorstellungen Konrad (...)

26Toutefois, jusqu’à la fin des années 50, un tel danger existait à peine. Depuis le débat autour de la note de Staline du 10 mars 1952, dans laquelle l’Union soviétique avait proposé une réunification allemande en échange de sa neutralité, l’ère des expériences en matière de politique allemande était révolue. Et puisqu’une réunification n’était pas réalisable dans des conditions acceptables, c’est-à-dire sur la base d’élections libres dans toute l’Allemagne, il s’agissait désormais surtout de consolider la position allemande au sein du camp occidental et de mettre en œuvre sa reconstruction économique et sociale. Dans un entretien accordé à deux journalistes britanniques, Adenauer indiqua à cet égard dès le 3 juin 1952 que l’Allemagne n’était qu’un maillon dans la grande chaîne de la confrontation mondiale entre l’Est et l’Ouest. Seulement si « la Russie, face à la puissance de l’Ouest, prenait conscience de ses difficultés de politique intérieure » et devait regarder ce qui se passe dans ses propres frontières, le temps serait venu d’entamer des négociations avec elle34. Adenauer n’était donc en aucun cas un « obsessionnel de la réunification » (« Monomane der Wiedervereinigung », Hans-Peter Schwarz), cet objectif étant à ses yeux lié à un « ensemble d’autres objectifs au nombre desquels on comptait la liberté et la sécurité de la RFA tout comme une Allemagne réunifiée, l’assurance d’une Europe en paix et d’un lien durable de l’Allemagne avec les démocraties occidentales »35.

  • 36 Cf. Felix von Eckardt, Ein unordentliches Leben. Lebenserinnerungen, Düsseldorf, Vienne, 1962, p.  (...)

27De fait, le voyage à Moscou du chancelier au cours de l’année 1955, qui conduisit à la reprise des relations diplomatiques entre la RFA et l’URSS ainsi qu’au retour des derniers prisonniers de guerre allemands d’Union soviétique, ne put intervenir qu’après l’adhésion de la RFA à l’OTAN, alors que son intégration à l’Ouest ne faisait plus aucun doute. Cependant, au cours de la crise de Berlin qui fit suite en novembre 1958 à l’ultimatum de Khrouchtchev, les Etats-Unis s’étaient montrés pour la première fois disposés à tourner le dos à leur politique de bras de fer pour ménager les relations américano-soviétiques ; par ailleurs, au printemps 1959, John Foster Dulles avait dû renoncer à son mandat de ministre américain des Affaires étrangères pour raisons de santé. Ce contexte avait ravivé le « complexe de Potsdam » d’Adenauer. Sa méfiance fut encore attisée par le fait que Khrouchtchev, lors de son voyage officiel aux Etats-Unis du 15 au 27 septembre 1959, avait été reçu par le Président Eisenhower à Camp David dans une atmosphère légère et détendue. La conclusion d’accords entre les deux grands au détriment de l’Allemagne sembla de nouveau possible36.

  • 37 Cf. à ce sujet l’analyse détaillée de Hope Harrison, Driving the Soviets up the Wall. Soviet-East (...)

28En janvier 1961, l’arrivée de l’administration Kennedy marqua un changement définitif. A l’évidence, la double crise de Berlin et de Cuba des années 1961/62 ne favorisa pas dans un premier temps la réconciliation américano-soviétique37. Mais le rapprochement [*] des superpuissances était en marche. Kennedy était résolu à mettre fin à la course aux armements afin d’écarter la menace d’une guerre nucléaire, ce qui supposait la stabilisation du statu quo et, de facto du moins, la reconnaissance du partage de l’Allemagne. Si la RFA allait à l’encontre de cette tendance de détente, elle risquait l’isolement sur la scène internationale.

  • 38 Cf. Wilhelm G. Grewe, Rückblenden 1976-1951, Francfort/M., 1979, p. 463 ; Corine Defrance, Ulrich (...)
  • 39 Ambassadeur Karl-Heinrich Knappstein, télégramme adressé à Konrad Adenauer, 30 janvier 1963, Fonda (...)
  • 40 George W. Ball, The Past Has Another Pattern. Memoirs, New York, 1982, p. 271.
  • 41 Entrevue de Konrad Adenauer avec Walter Dowling, 4 février 1963, Fondation du Chancelier-Konrad-Ad (...)

29C’est pourquoi Adenauer se tourna davantage vers la France afin d’obtenir le soutien de Charles de Gaulle, Président de la République depuis 1958 et qui, dans la crise de Berlin, s’était déclaré favorable au maintien de la présence occidentale. De son côté, de Gaulle cherchait à s’assurer les garanties du chancelier allemand pour sa politique européenne aux forts accents anti-américains. Le résultat fut le Traité de l’Elysée du 22 janvier 1963 qui établit de nouvelles relations franco-allemandes et suscita immédiatement les craintes de Washington envers le couple franco-allemand, ce dernier pouvant faire cavalier seul en matière de politique européenne et de politique est-ouest.38 Dean Acheson, ancien ministre américain des Affaires étrangères, indiqua à ce sujet que pour lui – un « des plus fidèles amis de l’Allemagne » – cette signature avait marqué « un des jours les plus noirs de l’après-guerre. »39 Pour George Ball, sous-secrétaire d’Etat de Kennedy, le traité faisait partie d’un complot franco-allemand40. Et le président Kennedy en personne fit savoir par la voix de son ambassadeur Walter Dowling que l’atmosphère qui régnait au sein de l’opinion américaine pouvait conduire les Etats-Unis à se retirer d’Europe41.

  • 42 Cf. Pascaline Winand, Eisenhower, Kennedy, and the United States of Europe, Houndmills, Londres 19 (...)

30En réalité, ces réactions étaient exagérées car les Etats-Unis n’envisageaient en aucun cas d’abandonner l’Allemagne ni l’Europe42. Comme par le passé, Washington soutenait le principe d’une réunification des deux Allemagnes, même si la question allemande, du fait de la proposition de rapprochement avec l’Union soviétique, n’était plus à l’ordre du jour de la politique américaine.

  • 43 Heinrich Krone, Journal, 4 et 5 août 1963, in : Archiv der Christlich-Demokratischen Politik.

31Malgré tout, ceci souligna une nouvelle fois combien l’évolution de la situation allemande était tributaire de l’architecture globale des relations entre les superpuissances et quel risque elle pouvait courir si cette structure, qui dans les années 40 et 50 avait généralement tourné à l’avantage de la politique d’Adenauer, se retournait désormais contre la RFA, au moment où le chancelier jouait les trouble-fête dans le processus de rapprochement américano-soviétique. Aussi, la démission d’Adenauer à l’automne 1963 – coïncidant pratiquement avec l’assassinat de Kennedy – offrit à son successeur l’opportunité d’une réorientation des relations Est-Ouest afin de laisser ouverte la question allemande, du moins sur le principe et en dépit de la détente qui s’amorçait. Il ne fallait pas au bout du compte, comme le craignait Adenauer, que les Allemands deviennent « les victimes de la politique de détente américaine »43, pour reprendre l’annotation que fit Heinrich Krone dans son journal, alors que la polémique au sujet du traité d’interdiction des essais nucléaires de 1963 faisait rage. Le 13 août 1961, la construction du Mur changea aussi la donne en Allemagne. Willy Brandt nota dans ses mémoires que l’on avait

  • 44 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960-1975, Hambourg, 1976, p. 17.

« levé un rideau sur une scène vide. En des termes plus crus, on peut dire aussi : nous avons perdu des illusions, celles qui avaient survécu aux espoirs placés en elles, des illusions qui s’accrochaient à quelque chose qui en réalité n’existait plus […] Au cours des années suivantes, mes réflexions politiques ont été profondément nourries par l’expérience de cette journée. Ce que l’on a appelé ma Ostpolitik, c’est cet événement qui l’a façonnée »44.

32La fin rapide de la RDA, sur laquelle s’étaient appuyés Adenauer et Dulles dans la mise en œuvre de leur « politique du bras de fer », semblait désormais plutôt improbable. Après le 13 août, on partait davantage du principe d’une stabilisation intérieure et, par conséquent, d’une existence durable de la RDA. C’est pourquoi la construction du Mur marqua le point de départ d’une nouvelle Ostpolitik permettant d’organiser le partage de l’Allemagne de façon plus supportable et, pourquoi pas, créant les conditions d’en venir à bout à plus longue échéance. Egon Bahr, à l’époque porte-parole du maire de Berlin Willy Brandt, prononça le 15 juillet 1963 à l’Académie Evangélique de Tutzing un exposé sur la question allemande ; il justifia cette nouvelle stratégie en ces termes :

  • 45 Texte reproduit dans : Dokumente zur Deutschlandpolitik, éd. par le Ministère Fédéral pour les que (...)

« Nous avons dit que le Mur est un signe de faiblesse. On pourrait dire aussi qu’il est un signe d’angoisse et d’instinct de conservation de la part du régime communiste. La question est de savoir s’il existe ou non des possibilités de le libérer petit à petit de ces craintes, en soi parfaitement justifiées. De sorte que si le risque devenait supportable, l’assouplissement des frontières et du Mur serait réalisable. C’est une politique que l’on pourrait résumer par la formule : « le changement par le rapprochement »45.

  • 46 Cf. à ce sujet Egon Bahr, Zu meiner Zeit, Munich, 1996, p. 194ss. ; Peter Bender, Die « Neue Ostpo (...)

33Pendant la Guerre du Vietnam qui a conduit à un « détour en matière de politique internationale » (Richard Löwenthal) et à un ralentissement dans le processus de détente entre les Etats-Unis et l’Union soviétique, on ne nota pas non plus de progrès notable quant à la politique allemande. Pour assister à un changement de fond dans les relations Est-Ouest, il faudra attendre le 20 janvier 1969. L’investiture du Président Richard M. Nixon et de son conseiller pour la sécurité Henry Kissinger créeront les conditions d’un nouveau dialogue avec l’Union soviétique. La RFA avait eu le temps de s’y préparer aussi bien que les Etats-Unis : Willy Brandt avait occupé à Bonn le poste de ministre des Affaires étrangères pendant la Grande Coalition CDU/CSU et SPD formée à partir de décembre 1966 ; de son côté, Egon Bahr avait pris la direction du Service de planification politique (Politischer Planungsstab) au ministère des Affaires étrangères pour élaborer, avec le soutien de son administration, les détails de cette nouvelle Ostpolitik46. La politique internationale avait changé de cap, mais l’Allemagne s’adapta à ce nouveau contexte de détente comme elle s’était adaptée auparavant à celui de la Guerre froide.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble, cf. Gregor Schöllgen, Geschichte der Weltpolitik von Hitler bis Gorbatschow 1941-1991, Munich, 1996.

2 Voir à ce sujet l’ouvrage fondamental de Michael Balfour et John Mair, Four-Power Control in Germany and Austria, 1945-1946, Londres, 1956.

3 Intitulé de la directive JCS 1067/6 du 26 avril 1945 in : Foreign Relations of the United States (FRUS), Diplomatic Papers, 1945/III, p. 369-511.

4 FRUS, The Conference of Berlin (The Potsdam Conference) 1945, Washington, DC, 1960, Vol. II, p. 1478ss. (no 1383).

5 Cf. Hermann Graml, Die Alliierten und die Teilung Deutschlands. Konflikte und Entscheidungen 1941-1948, Francfort/M., 1985, p. 31ss. Récemment, Carolyn Eisenberga contesté ce point de vue en ce qui concerne les Etats-Unis. Selon elle, les Etats-Unis auraient opté de bonne heure pour un partage de l’Allemagne dans le but d’imposer leurs intérêts économiques en Europe occidentale. Cf. Carolyn Eisenberg, Drawing the Line : The American Decision to Divide Germany, 1944-1949, New York, 1996.

6 United States Department of State, Documents on Germany, 1944-1985, Washington, DC, 1985, p. 58ss.

7 Cf. Melvyn P. Leffler, The Struggle for Germany and the Origins of the Cold War (= German Historical Institute, Occasional Paper no 16), Washington, DC, 1996.

8 Documents français concernant l’Allemagne (Août 1945-Février 1947), in : Europa-Archiv 9 (1954), p. 6747. Cf. également F. Roy Willis, The French in Germany, 1945-1949, Stanford, 1962 ; Wolfgang Marienfeld, Konferenzen über Deutschland. Die alliierte Deutschlandplanung und -politik 1941-1949, Hanovre, 1962, p. 308.

9 Cf. Alexander Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart, 1975, p. 83ss.

10 C’est toutefois à cette conclusion qu’arrivent Vladislav Zubok, Constantin Pleshakov dans leur ouvrage Inside the Kremlin’s Cold War : From Stalin to Khrushchev, Cambridge, MA, 1996. Cf. aussi R. C. Raack, Stalin’s Drive to the West, 1938-1945 : The Origins of the Cold War, Stanford, CA, 1995.

11 Cf. Norman M. Naimark, The Russians in Germany : A History of the Soviet Zone of Occupation, 1945-1949, Cambridge, MA/Londres, 1995.

12 Die Zwangsvereinigung von KPD und SPD : Einige ausgewählte Dokumente der SMAD 16.1.1946-7.6.1946, édité par Hermann-Josef Rupieper, Halle, 1997. Sur le rôle de l’administration militaire soviétique, surtout pour l’année 1946, cf. Stefan Creuzberger, Die sowjetische Besatzungsmacht und das politische System der SBZ (= Publications de l’Institut-Hannah-Arendt de Recherche sur le Totalitarisme, vol. 3), Weimar, 1996.

13 Cf. Lothar Kettenacker, Die anglo-amerikanischen Planungen für die Kontrolle Deutschlands, in : Josef Foschepoth (éd.), Kalter Krieg und Deutsche Frage. Deutschland im Widerstreit der Mächte 1945-1952, Göttingen, Zürich, 1985.

14 Charles E. Bohlen, Witness to History 1929-1969, New York, 1973, p. 175. Cf. aussi George F. Kennan, Memoirs 1925-1950, Boston/Toronto, 1967, p. 258.

15 FRUS 1946/II, p. 204. Cf. aussi James F. Byrnes, Speaking Frankly, New York/Londres 1947, p. 123ss.

16 Cité d’après : FRUS 1946/II, S. 204.

17 Public Record Office, London, CAB 129/9. Cf. Rolf Steininger, Westdeutschland ein „Bollwerk gegen den Kommunismus «  ? Großbritannien und die deutsche Frage im Frühjahr 1946, in : Militärgeschichtliche Mitteilungen, 38 (1985), p. 163-207.

18 Documents on Germany under Occupation 1945-1954, éd. par Beate Ruhm von Oppen, Londres, 1955, p. 158. Cf. aussi Lucius D. Clay, Decision in Germany, Garden City, New York, 1950, p. 73ss.

19 Pour ce qui est des motivations et stratégies de la politique menée par les Soviétiques pendant la Guerre froide, cf. Caroline Kennedy-Pipe, Stalin’s Cold War : Soviet Strategies in Europe, 1943-1956, Manchester, 1995.

20 Cf. Avi Shlaim, The United States and the Berlin Blockade, 1948-1949. A Study in Crisis Decision-Making, Berkeley, 1983, p. 388.

21 « Deutsche Einheit vom Westen her », in : Kölnische Rundschau, 3 avril 1948.

22 Konrad Adenauer à Helene Wessel, 27 août 1949, in : Adenauer. Briefe 1949-1951 (Rhöndorfer Ausgabe), correspondance éditée par Rudolf Morsey et Hans-Peter Schwarz, revue par Hans Peter Mensing, Berlin, 1985, p. 97.

23 Winston Churchill, Allocution de Zurich du 19 septembre 1946, in : Europa. Dokumente zur Frage der europäischen Einigung, édité par le ministère des Affaires étrangères, Bonn, 1953, p. 84 ; Konrad Adenauer. Reden 1917-1967. Eine Auswahl, édité par Hans-Peter Schwarz, Stuttgart, 1975, p. 167.

24 Cf. Gunther Mai, Westliche Sicherheitspolitik im Kalten Krieg. Der Korea-Krieg und die deutsche Wiederbewaffnung 1950, Boppard, 1977, p. 108ss.

25 Cf. Stefan Creuzberger, Manfred Görtemaker (éd.), Gleichschaltung unter Stalin ? Die Entwicklung der Parteien im östlichen Europa 1943-1949, Paderborn, 2004.

26 Cf. Erich W. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, Cologne, 1966, p. 93ss.

27 Cf. surtout Mary Fulbrook, The Divided Nation. A History of Germany 1918-1990, Oxford, 1992, ainsi que Christoph Klessmann, Die doppelte Staatsgründung. Deutsche Geschichte 1945-1955, Göttingen, 1982. Au sujet de la problématique de cette argumentation, cf. également Mary Fulbrook, The Two Germanies 1945-1990. Problems of Interpretation, Londres, 1992.

28 Markus Wolf, Spionagechef im geheimen Krieg. Erinnerungen, Munich, 1997, p. 132-133.

29 John Foster Dulles, War or Peace, New York, 1950, p. 236.

30 John Foster Dulles, The Pursuit of Liberty. Address at Town Hall, New York, 13 décembre 1949, in : John Foster Dulles Papers, Selected Correspondence and Related Material 1949, Folder Re « Liberation Policy », Seeley J. Mudd Manuscript Library (Princeton), p. 8.

31 John Foster Dulles, Mémorandum pour Dwight D. Eisenhower, mars 1952, in : John Foster Dulles Papers, Selected Correspondence and Related Material 1952, Folder Re Massive Retaliation, Seeley J. Mudd Manuscript Library (Princeton), p. 14. Cf. aussi « A New Foreign Policy », in : Life, 19 mai 1952.

32 Déclaration de clôture du Président du Conseil des Ministres d’URSS Nikolaï A. Boulganine du 23 juillet 1955, in : Europa-Archiv, 10 (1955), p. 8118-8119.

33 Entretien avec Ernst Friedländer, 13 juin 1953, in : Bulletin, éd. par le Service de Presse fédéral, no 109, 13 juin 1953, p. 926.

34 Adenauer. Teegespräche 1950-1954 (Rhöndorfer Ausgabe), éd. par Rudolf Morsey und Hans-Peter Schwarz, revu par Hanns Jürgen Küsters, Berlin, 1984, 3.6.1952, p. 301.

35 Hans-Peter Schwarz, Entspannung und Wiedervereinigung. Deutschlandpolitische Vorstellungen Konrad Adenauers 1955-1958, Stuttgart, Zurich, 1979, p. 15.

36 Cf. Felix von Eckardt, Ein unordentliches Leben. Lebenserinnerungen, Düsseldorf, Vienne, 1962, p. 614.

37 Cf. à ce sujet l’analyse détaillée de Hope Harrison, Driving the Soviets up the Wall. Soviet-East German Relations, 1953-1961, Princeton, Oxford, 2003. [*] en français dans le texte.

38 Cf. Wilhelm G. Grewe, Rückblenden 1976-1951, Francfort/M., 1979, p. 463 ; Corine Defrance, Ulrich Pfeil (Ed.), Le Traité de l’Élysée et les relations franco-allemandes 1945-1963-2003, Paris, 2005.

39 Ambassadeur Karl-Heinrich Knappstein, télégramme adressé à Konrad Adenauer, 30 janvier 1963, Fondation du Chancelier-Konrad-Adenauer, III 7. Secret.

40 George W. Ball, The Past Has Another Pattern. Memoirs, New York, 1982, p. 271.

41 Entrevue de Konrad Adenauer avec Walter Dowling, 4 février 1963, Fondation du Chancelier-Konrad-Adenauer, III 62. Secret. Cf. aussi Horst Osterheld, « Ich gehe nicht leichten Herzens… » Adenauers letzte Kanzlerjahre – ein dokumentarischer Bericht, Mayence, 1986, p. 199ss.

42 Cf. Pascaline Winand, Eisenhower, Kennedy, and the United States of Europe, Houndmills, Londres 1993, p. 336ss.

43 Heinrich Krone, Journal, 4 et 5 août 1963, in : Archiv der Christlich-Demokratischen Politik.

44 Willy Brandt, Begegnungen und Einsichten. Die Jahre 1960-1975, Hambourg, 1976, p. 17.

45 Texte reproduit dans : Dokumente zur Deutschlandpolitik, éd. par le Ministère Fédéral pour les questions panallemandes, vol. IV/9, p. 572ss.

46 Cf. à ce sujet Egon Bahr, Zu meiner Zeit, Munich, 1996, p. 194ss. ; Peter Bender, Die « Neue Ostpolitik » und ihre Folgen. Vom Mauerbau bis zur Vereinigung, Munich, 31995, p. 118ss.

Auteur

Né en 1951 ; Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Potsdam

Isabelle Marivin (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search