Version classiqueVersion mobile

Lettres à Charles Maurras

 | 
Agnès Callu
, 
Patricia Gillet

Les « bras armés »

Les hommes de terrain : Lucien Lacour, Marius Plateau et Maxime Réal Del Sarte

Agnès Callu et Patricia Gillet

Texte intégral

  • 1 Cf. Xavier Cheneseau, Camelots du roi : les troupes de choc royalistes, 1908-1936, Boulogne-Billanc (...)

1Désigner ceux qui par l’action transfèrent dans le concret les idées de l’Action française, revient à rappeler, à la manière d’un panorama sélectif, les conditions de la création et l’évolution des « Camelots du Roi1 », périphrase imprimée pour la première fois dans la livraison de l’AF du 16 novembre 1908. En 1908 – mais les prolégomènes sont à dater de 1904-1905 – des jeunes gens, au nombre desquels les frères Réal del Sarte et Lefèvre, décident de vendre L’AF le dimanche à la sortie des églises du XVIIe arrondissement, celle de Saint-François-de-Salles en tête. Si la diffusion du journal est centrale dans le dispositif, une organisation est cependant rapidement mise en œuvre pour que le double profil recherché : « une canne dans la main et dans la poche un bon livre » soit opérationnel au profit d’une circulation « musclée » d’idéaux politiques. Des « commissaires » sont dès lors chargés des services d’ordre et des interventions de terrain, au nom d’un agir revendiqué, condensé sous les mots de Lucien Lacour qui prône « la violence au service de la raison ».

2Quelques protestations saillantes – à inscrire toutefois dans un cycle d’interventions chaque jour orchestré puisque pensées dans l’utile répétition, seul gage de notoriété – méritent le trait : elles animent les slogans d’activistes qui veulent « réconcilier la France avec leur roi » et s’opposer à des menées jugées anti-nationales. C’est « l’Affaire Charles Andler », en mai 1908, du nom de ce professeur à la Sorbonne qui vient d’organiser un voyage « pacifiste » d’étudiants français à Berlin et occasionne la blessure de Pierre de Pimodan, par la suite secrétaire général des étudiants d’AF. C’est l’incident dit « de la Cour de Cassation », le 16 octobre 1908, où pendant l’audience solennelle de rentrée présidée par Alexis Ballot-Beaupré, Maxime Réal del Sarte interrompt le procureur général au son d’un « Magistrats indignes et faussaires, il ne sera pas dit qu’un Français ne vous crachera pas au visage votre forfaiture et votre infamie !  ». C’est, en novembre, le début d’un feuilleton bien connu sous le nom d’ »affaire Thalamas » : Amédée Thalamas, enseignant à La Sorbonne, dispensant un cours sur la « Pédagogie de l’Histoire », affiche son rejet pour la « Jeannolâtrie ». La campagne des Camelots contre un tel discours dure trois mois et les arrestations se succèdent : en tête, celles des frères Del Sarte (Serge pour « violences à agents » et Maxime pour « outrages ») mais aussi d’Henry des Lyons, de Marius Plateau, de Georges Bernanos et de dizaines d’autres. Le dénouement, farcesque dans sa mise-en-scène, est notoire : Maurice Pujo, membre des Comités directeurs de l’Action française, Lucien Lacour et quelques autres pénètrent dans l’amphithéâtre et fessent publiquement le pédagogue aux propos jugés indignes.

3À cette date, se constitue le premier comité directeur des Camelots avec Maxime Réal del Sarte comme président, Henry des Lyons, au titre de secrétaire général, mais aussi Marius Plateau, Lucien Lacour, Armand du Tertre, Lucien Martin, Léon Géraud, Jean Dorange et Maurice Pujo, comme délégué de l’AF. En plus d’une structure affichée par l’organigramme, le mouvement impose une réglementation aux adhérents, désormais âgés d’au moins 18 ans et objets d’une enquête préliminaire ainsi que d’un stage probatoire. La première manifestation, placée « officiellement » derrière la bannière des « C du R » a lieu le 21 novembre à l’Odéon : la matinée poétique consacrée à Zola est empêchée.

4Les « coups d’éclat » des Camelots, sanctionnés par des successions d’amendes et d’emprisonnements, s’enchaînent jusqu’à la Grande Guerre, sporadiquement illustrés de provocations : la gifle de Lucien Lacour à Aristide Briand, le 20 novembre 1910, lors de l’inauguration d’un monument en hommage à Jules Ferry, fait date. En 1912, Les Camelots obtiennent la reconnaissance officielle du « cortège à la gloire de Jeanne ». Mais la guerre freine brutalement un activisme jusque-là demeuré sur la crête car au front les pertes enregistrées sont lourdes, 80 % des adhérents ne revenant pas des tranchées.

5Aux lendemains de 1918, une reconstruction du mouvement s’opère dans le volontarisme, 1920 voyant la fusion entre « anciens », revenus « de l’enfer de Verdun » et « nouveaux », issus d’une politique de recrutement active. La visibilité d’un tel redémarrage se lit déjà dans l’écho donné à des manifestations quantitativement impressionnantes : témoin, la fête de Jeanne d’Arc du 19 mai 1919 durant laquelle Charles Maurras et Léon Daudet sont acclamés par un défilé aux couleurs de vingt-cinq associations.

6Le couple action/répression – à interpréter dans l’analyse de rixes greffées sur de micro-événementiels spasmodiques traduisant la militance des « C du R » – scande les années 1920-1936 : assassinat de Marius Plateau en janvier 1923, mort de Philippe Daudet en octobre de la même année. Les fêtes de Jeanne d’Arc, au symbolisme catholico-national exacerbé, font également office de jalons : en 1925 et 1926 (pour cette dernière, Maxime est en tête du cortège) les défilés s’organisent sous le contrôle de « commissaires-camelots » déterminés ; parmi eux, les fondateurs mêlés au sang neuf des jeunes recrues : Maxime Réal del Sarte, Lucien Lacour, Pierre Lecœur, François de la Motte, André Guignard, Philippe Roulland, Henri Martin. La mise à l’index de l’Action française en décembre 1926 conduit les Camelots, comme les autres organisations du mouvement, à adresser au Pape une lettre de soumission finale préparée par Maxime. En 1928, Jean Guiraud est tué par un garde républicain alors qu’il s’attaque à la statue d’Émile Combes prochainement inaugurée. Le combat des « C du R » dès lors s’intensifie. En novembre 1929, ils poussent l’offensive contre une réunion de la Ligue des droits de l’homme consacrée à « L’Allemagne et nous », derrière un tonitruant « Les amis des Boches ne parleront pas ce soir, en avant les Camelots ! ». En février-mars 1931, entraînés par Maurice Pujo, Maxime Réal del Sarte, Lucien Lacour, Philippe Roulland, Bernard Van de Velde, Jacques Renouvin, le capitaine de Cazenove, Marcel Wiriath, Pierre Héricourt et Marcel Guitton, ils enragent contre le Théâtre de l’Ambigu affichant la pièce de Jacques Richepin L’Affaire Dreyfus et favorisent le prosélytisme par l’exhortation : « Venez tous ce soir devant l’Ambigu, revêtus de vos glorieuses décorations, venez et faites entendre votre indignation aux cris de “Conspuez Dreyfus, dehors les Boches, vive la France !” ». En novembre 1931, en connexion avec les Croix de Feu, ils dénient farouchement les positions pacifistes énoncées autour de Louise Weiss et de Marc Sangnier au Trocadéro. En mai 1933, Maurice Pujo, largement relayé par les Camelots, fait campagne en dénonçant les « scandales » et les « C du R » sont dans la rue lors des émeutes anti-parlementaires du 6 février 1934. Le 11 novembre 1935, c’est un « cortège des nationaux », conduit par Pierre Juhel, qui défile jusqu’au tombeau du soldat inconnu. Début 1936, Léon Daudet prononce l’éloge funèbre de Jacques Bainville. Au cours des obsèques, une automobile convoyant Léon Blum – attaqué pour sa judéïté dans les colonnes de L’Action française – et Georges Monnet est arrêtée par la foule : Blum et Mme Monnet sont blessés. Cet « incident » conduit à l’immédiate promulgation du décret de dissolution (le 18 janvier 1936) « des associations et groupements dénommés ci-après : la Ligue d’Action française, la Fédération nationale des Camelots du Roi et la Fédération nationale des Étudiants d’Action française ». Suivent les perquisitions de la rue du Boccador, du journal, d’autres encore directement chez Maurice Pujo, Charles Maurras, Maxime Réal del Sarte, Lucien Lacour, François de Lassus, Georges Calzant ou Pierre Juhel. L’inculpation de Charles Maurras pour « provocation au meurtre » bloque pour un temps les initiatives camelotières.

Lucien Lacour

  • 2 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931 : compte rendu in extenso de t (...)
  • 3 Ibid., p. 183.

7Rendu célèbre par sa fessée à Amédée Thalamas en 1908 et sa gifle à Aristide Briand en 1910, Lucien Lacour, héritier d’une entreprise familiale de « Menuiseries et Parquets » fondée à Paris en 1871, est un « homme de bande ». Vice-président du comité directeur des Camelots, royaliste convaincu – il évoque avec émotion, lors du XVIIIe congrès de l’Action française en 19312, « la figure du duc de Guise, de la reine et du jeune comte de Paris qui remplissent de confiance et d’espoir les efforts et les sacrifices des Camelots du Roi » – il est présent sans interruption dans l’appareil de direction des « C du R ». Persuadé d’une utilisation contrôlée de la rixe lorsqu’elle sert un dessein politique, il est de tous les « coups de main » aux côtés de Maxime Réal del Sarte – qui salue « sa flamme et son énergie »3 – et de Marius Plateau, incarnant l’activisme camelotier quand il se matérialise dans la violence de rue.

Lettre de Lucien Lacour à Charles Maurras, [s. l.], 7 avril 1933.

Lettre de Lucien Lacour à Charles Maurras, [s. l.], 7 avril 1933.

Lettres de Lucien Lacour à Charles Maurras (1933)4

  • 4 Cf. AN, 576 AP 74.
  • 5 Boniface de Castellane, dit Boni (1867-1932), personnage à la vie fastueuse, député nationaliste d (...)
  • 6 L’Ordre de la Libération a mis en ligne sur son site Internet (www.ordredelaliberation.fr) une not (...)

1.
Paris, 6 avril
1933
Cher maître,
Je me permets de vous faire parvenir ci-dessous copie de la lettre que j’envoie à Pujo, en réponse à la sienne, vous pourrez juger cher Maître qu’il m’était impossible d’agir autrement.
Croyez cher Maître à mon profond dévouement.
L. Lacour
« Mon cher Pujo,
J’ai bien reçu ce matin ta lettre me donnant acte de ma démission.
Je tiens à te préciser que c’est effectivement pour une affaire d’honneur » et non d’humeur que je suis obligé de vous quitter.
Calzant m’ayant insulté publiquement, les mêmes sanctions que celles infligées à Castellane5, auraient dû être immédiatement prises contre lui, d’autant plus que j’ai la preuve formelle de son mensonge dans l’affaire Castellane (témoignage Bénouville6).
Vous avez préféré couvrir les insultes de Calzant, contre son chef, le Vice-président fondateur de la fédération nationale des Camelots du Roi ! Soit.
Mais ce que je ne puis tolérer en ma qualité de vieil ami de Marius Plateau, c’est l’assimilation de son nom et de son exemple à celui de Calzant ! Par respect pour son souvenir, ayez au moins la pudeur de ne pas vous servir de la pure gloire de Marius pour couvrir les fautes de Calzant.
Maintenant, crois bien que même éloigné, je n’oublie pas le mot d’ordre de l’Amiral Schwerer :
« France d’abord et pour que vive la France : bien vite le Roi ».
Mes hommages à ta femme.
Affectueusement à toi.
Lucien

  • 7 Robert de Boisfleury (1870-1940), journaliste et militant royaliste, l’un des principaux collabora (...)

2.
Paris, le 7 avril 1933
Cher Maître,
Il m’est pénible de constater que l’honneur est un bien d’assez peu d’importance, pour ne pas avoir le droit de le défendre lorsqu’il est engagé.
Après l’attaque de Calzant, j’ai pu mettre une fois de plus la violence au service de la raison, cela n’enlève rien à la gravité de son accusation.
Quant à la vivacité de notre altercation, il serait cruel d’insister sur l’impartialité des témoins qui vous ont renseigné. Ce n’est pas en se bouchant les yeux que l’on répond aux attaques des ennemis ; les salonnards ont beau jeu et, pour leur imposer silence, il n’est que le fer et le feu. La manœuvre et le mensonge sont des arguments trop faciles ; je ne veux pas savoir ceux qui vous les ont inspirés.
Je vous supplie Maître de vous renseigner sur la « prétendue » impopularité de Calzant. Ne comparons pas la politesse d’un Maurras, d’un Vaugeois, Pujo, Moreau, Boisfleury7, avec la grossièreté d’un Calzant.
Je ne suis à la tête d’aucun mouvement, et je ne permets à personne de mettre en doute ma loyauté et ma sincérité.
En tout cas je ne peux admettre que 25 années de luttes et de sacrifices à vos côtés soient salies par des calomnies.
Veuillez croire, cher Maître, à mon entier dévouement.
L. Lacour

Marius Plateau (1886-1923)

  • 8 Ibid., p. 66.
  • 9 Née le 7 juin 1902 à Puteaux, Germaine Berton est ouvrière. Militante dans les comités syndicalist (...)
  • 10 André Guignard est membre du comité directeur des Camelots du Roi au titre de secrétaire adjoint l (...)
  • 11 Née le 27 avril 1855 à Paris, Caroline Rémy, dite Séverine, est journaliste libertaire, féministe (...)
  • 12 Né le 30 septembre 1888 dans le Cher et mort en 1971, Louis Lecoin est un militant pacifiste, libe (...)
  • 13 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931, op. cit., p. 67.

8Né le 8 juillet 1886, Marius Plateau embrasse la carrière d’ingénieur. Homme de terrain, avide d’agir pour convertir le dogme maurrassien en combat quotidien, il est à l’origine en 1908 de la Fédération nationale des Camelots du Roi. L’action, son credo, le voit diffuseur de l’AF à la criée autant qu’ordonnateur des fêtes en l’honneur de Jeanne d’Arc. Pendant la Grande Guerre, en première ligne sur le champ de bataille, le 20 septembre 1914, il entraîne son bataillon dans le franchissement d’une zone battue. Le livre d’or du 355e Régiment relate l’exploit : « [Marius Plateau] vaillant sous-officier. Le 24 septembre 1914 à l’attaque de la position de Port-Fontenoy, tous les officiers de la compagnie étant tombés, a fait irruption sur un glacis battu par des feux de mitrailleuses d’une extrême violence pour faire diversion et attirer sur lui l’attention de l’ennemi. A enlevé énergique et entraînant, les enthousiasmant par son ardeur. A été grièvement blessé après avoir donné à tous le plus bel exemple d’héroïsme et d’abnégation ».8 À son retour, il est cité à l’ordre de l’Armée et devient secrétaire de la Ligue d’Action française. Mais en 1923 son destin est stoppé : le 22 janvier, Germaine Berton9, jeune anarchiste militante, se rend au siège de l’Action française pour tuer Léon Daudet. Celui-ci n’étant pas là, elle est reçue par son second, Marius Plateau, l’abat puis tente de se suicider, sans succès. Les obsèques de Plateau ont lieu à l’église Saint-Pierre du Gros-Caillou et les Camelots, le soir même, entament les représailles : locaux de LŒuvre et de LÈre nouvelle envahis et matériel saccagé ; manifestation sur les boulevards, sous la conduite de Maxime Réal del Sarte, de Lucien Lacour et d’André Guignard10. Au moment du procès qui voit Germaine Berton, soutenue notamment par Séverine11 ou Louis Lecoin12 acquittée le 24 décembre 1923, les Camelots se déchaînent contre Marc Sangnier « fessé et purgé » mais aussi contre Maurice Violette et Marius Moutet. Le 22 janvier 1930, pour assurer la permanence d’un destin jugé exemplaire, est officiellement créée l’Association Marius Plateau dont les ambitions s’affichent dans les statuts13 : « 1°) renouer et entretenir entre les anciens combattants français les liens étroits de camaraderie qui les unissaient pendant la guerre 1914-1918 ; 2°) maintenir et vivifier l’esprit de la victoire, c’est-à-dire lutter contre la politique d’Aristide Briand qui sait, lui, comme pas un, se servir de certains anciens combattants pour contresigner sa politique d’abandon ; 3°) honorer la mémoire des frères d’armes tombés ou disparus au champ d’honneur ; 4°) venir en aide aux camarades dignes d’intérêt en leur facilitant les moyens de trouver un emploi ».

Lettres de Marius Plateau à Charles Maurras (1915-1918 et s. d.)14

  • 14 Cf. AN, 576 AP 74 et 186 (assassinat de Plateau).

1.
Nanterre, le 25 juin 1915
Mon cher Maître,
Excusez-moi de vous déranger au milieu de vos absorbantes occupations, en venant vous entretenir de misérables questions d’argent, mais à qui m’adresser si ce n’est à vous ?
Je reçois une lettre de Gérard, qui représente en ce moment, vous le savez, le Comité des Camelots du Roi, par laquelle il me met au courant de la situation désespérée de notre caisse. Il me demande « d’intervenir pour le tirer d’un cruel embarras » !
En effet, il ne restait en caisse à la date du 16 juin que la modeste somme de 15 francs !
Or, nous avons comme budget régulier et par mois :

– 15 frs par semaine à notre gardien de Neuilly, soit

frs.60

– à C.

– 150

– je compte pour frais divers, correspondance, articles de bureau, imprévus etc., par mois

– 40

Soit un total de

frs 250

Ne pourrions-nous pas obtenir de l’Administration qu’elle nous consente une subvention ou au besoin un prêt mensuel, pour la durée de la Guerre, de 250 frs ?
Nous n’avons aucune ressource ; nous vivions ordinairement de la charité publique et des produits des souscriptions faites pour nous par le journal, mais, en ce moment, il nous est impossible de recourir à cette source de revenus. Alors ! C’est la noire misère !!! Et nous avons pu nous maintenir, près d’un an, dans ces conditions !
Peut-être trouverez-vous inutile cette dépense pour C. de 150 frs par mois, mais s’il n’est pas mobilisé, il n’en est pas responsable et il serait, je crois, un peu cruel de le laisser en ce moment sans ressource.
D’autre part, je sais qu’il ne rend que très peu de services. Lui-même s’en plaint amèrement ; je le sais car il est venu me voir à Nanterre. Il m’a dit textuellement : « L’AF ne me demande rien, elle se borne à m’envoyer mes appointements », et il s’ennuie de n’avoir presque rien à faire. Je lui ai dit de s’occuper très spécialement du torchon de la bande à Caillaux et d’étudier attentivement ce monde interlope. En voilà qui n’y couperont pas à la première occasion !
Je suis convaincu que C. pourrait s’occuper utilement en ce moment. A part les enquêtes ou vérifications que M. Daudet par exemple pourraient (sic) lui confier, il y a des travaux, copies de dossiers ou de pièces importantes, états à établir ou à tenir à jour etc. etc., où C. pourrait employer une partie de l’activité qu’il ne demande qu’à déployer. L’intermédiaire entre l’AF et lui pourrait être Gérard qui le connaît.
J’insiste sur le cas de C. car je suis persuadé, en ce moment où le personnel de l’AF est si réduit, qu’on pourrait utiliser, sans compromettre son rôle principal qui doit être discrètement sauvegardé, car il peut nous être utile d’un jour à l’autre, cet élément rempli de bonne volonté, qui est entièrement à notre disposition et qui a tout son temps à consacrer à l’AF.
Excusez-moi, encore une fois, mon cher Maître, de vous avoir importuné si longtemps avec ces questions secondaires et croyez-moi toujours votre respectueusement dévoué
Marius Plateau

2.
Nanterre, le 22 août 1915
Mon cher Maître,
Permettez-moi de venir vous importuner un instant en vous faisant part d’une remarque que j’ai faite en lisant aujourd’hui la rubrique du « Champ d’honneur » dans le journal.
Ne vous semble-t-il pas que les disparus et surtout les prisonniers ne devraient pas y figurer ?
Pour les premiers, étant donné que l’on ne sait rien sur leur sort, il peut être imprudent de les faire figurer au champ d’honneur : en principe, je sais bien que ce premier cas ne se produira pas parmi nos vrais amis, ils peuvent être portés disparus par leur propre volonté, avoir été tués, enfin avoir été faits prisonniers. Nous retombons ainsi dans la seconde catégorie.
Être fait prisonnier ne me semble pas, en principe et en soi, constituer une action d’éclat ni même une action méritoire ; c’est un malheur, un malheur honorable, je veux bien, dans l’immense majorité des cas, mais enfin un malheur qui ne mérite pas une citation au champ d’honneur de l’AF.
Bien entendu, je ne parle pas des prisonniers blessés ou ayant été l’objet d’une distinction militaire quelconque.
Je vous soumets simplement ces réflexions, mon cher Maître, et je m’excuse de vous prendre votre temps pour une petite réclamation si peu importante.
Veuillez croire, mon cher Maître, à mes sentiments les plus dévoués.
Marius Plateau

3.
21-11-17
En marge
Je suis d’avis de rayer Joutel
L. Daudet
Mon cher Maître,
Il y a quelques mois, au moment de la dernière permission de Pujo, d’accord avec Maxime, je vous demandais de prendre des sanctions à l’égard de Joutel et de Josso.
Vous avez décidé avec Pujo que le moment était mal choisi et Pujo a simplement réprimandé l’un et l’autre.
Je ne parle pas de Josso. Quant à Joutel, il n’a jamais cessé de continuer ses manœuvres louches et ses racontars dangereux.

Lettre de Marius Plateau à Charles Maurras, [s. l.], 21 mai 1918.

Lettre de Marius Plateau à Charles Maurras, [s. l.], 21 mai 1918.

Je viens aujourd’hui vous redemander de prendre une sanction contre lui : je vous propose de le rayer des Camelots du Roi ce qui entraîne son exclusion de toutes les organisations d’AF.
Il ne fréquente plus à la permanence des C. du R., j’ai rompu toutes relations avec lui, Dimier lui a signifié de ne plus stationner dans les locaux de la rue de Rome, mais je sais que Joutel va fréquemment à l’imprimerie.
Sans parler de ses allures qui ne m’inspirent aucune confiance, de son manque de discrétion et de tout savoir-vivre, je sais qu’il persiste à mener campagne non seulement contre le Comité des C. du R. et moi-même (ce dont je m’accommoderais facilement), mais encore contre Dimier et même vous et Daudet. En général contre toute l’AF.
Il est aussi qu’il y a quelques jours, rencontrant Madame Bourrus (du 18e arrondissement), Joutel lui a parlé d’un dépôt d’armes caché qui existerait mais que la police n’aurait pas trouvé, de papiers très compromettants etc. Il a attaqué violemment Dimier qui, dit-il, l’a « vidé » de l’AF, à qui il avait envie de « casser la gueule » etc. Même vous et Daudet n’avez pas été épargnés.
Il a dit notamment à Mme Bourrus : « J’ai été dans les secrets des Dieux (vous et Daudet), je les ai approchés de près, si vous saviez la sale cuisine qui se fait à l’AF. Et si je pouvais dire tout ce que je sais ! etc. » Il a ajouté : « Pour vous dire à quel point je suis AF, j’ai été cambrioleur pour elle il y a 8 jours » et il insiste beaucoup sur ce point.
Ces conversations ne sont qu’un exemple de celles qu’il tient habituellement.
Sa bile se manifeste de cette façon, mais cela est-il supportable ? Jusqu’ici, l’AF a eu beaucoup d’indulgence pour lui (affaire des racontars de Josso amplifiés encore dans le dessein de nuire au comité des C. du R. par Joutel), il est temps de sévir et de se séparer d’un indésirable, d’un calomniateur et d’un élément sans aucun intérêt qui n’est pas capable de rendre service, par paresse, négligence ou mauvaise volonté.
J’attends votre avis pour prendre une décision, mais je vous supplie d’être sans indulgence.
Daudet et Dimier sont absolument de mon avis.
Il y a quelques mois, vous disiez dans le journal que le comité des
C. du R. avait maintenu la discipline à force de clairvoyance et quelquefois de sévérité, le moment serait mal choisi, je crois, de changer cette ligne de conduite qui nous a toujours réussie (sic).
Votre très dévoué.
M. Plateau
21-11-17

4.
21/5/18
Mon cher Maître,
Je crois, en effet, qu’un office de placement serait très utile et devrait être organisé à l’AF. Mais, à mon avis, cette organisation devrait dépendre non d’une section politique de l’AF (telle que la Ligue) mais d’une section économique (par ex. la Publicité).
Avant la guerre, nous l’ » Amicale royaliste » avait tenté une organisation similaire. Les résultats n’ont pas été brillants : beaucoup de demandes et peu d’offres. Puis tendance de la part des employeurs à rendre responsable l’AF des défauts professionnels des employés présentés par elle. Enfin avalanche de tapeurs sans intérêt politique. Ce mélange du politique et de l’intérêt matériel n’a jamais donné rien de bon.
Mais autant je trouverais dangereux que ce bureau de placement soit fût organisé et sous la direction de la Ligue, autant je crois possible de l’annexer à un service économique du journal.
Pourquoi, puisqu’il existe un service des Assurances, un service immobilier etc., n’y aurait-il pas un bureau de placement gratuit et fonctionnant avec sous la réserve que l’AF n’est pas responsable des employés qu’elle pourra procurer.
Bien organisé et surveillé, ce bureau pourrait être très utile et très productif au point de vue propagande.
Fonctionnant comme une annexe économique du journal, cette organisation n’aurait pas le même caractère politique que s’il (sic) était sous la direction et la dépendance de la Ligue.
Votre très dévoué
M. Plateau

5.
S. d.
[…]
Mon cher Maître,
Il est connu que c’est Josso qui nous a fourni les armes que nous ne pouvions nous procurer directement chez les armuriers à qui il est interdit de vendre. Restait Josso dont nous connaissions les attaches avec la Sûreté. Nous devions nous précautionner, alors quoique le moyen me parut douteux je me dis que ce serait amusant d’arriver à nos fins avec l’aide de la police.
Josso se présenta donc sous le nom de capitaine de [Terroane] à différents armuriers et fit l’acquisition des armes. Les chiffres sont très exagérés.
En gros, la manière de prendre livraison est exacte.
L’histoire des fausses cartes ne repose sur rien. L’intéressant est que c’est un agent du gouvernement qui nous a procuré ce dont nous avions besoin, et je le savais.
Votre très dévoué
M. Plateau

6.
S. d.
Mon cher Maître,
Il est très possible qu’aux Folies Bergère un jeune homme blond (j’ignore d’ailleurs « quel était ce jeune homme et comment il se nomme »), pourquoi pas une de ces dames du promenoir, ait remis une médaille du Prince à un soldat américain. On n’empêchera jamais les imbéciles de parler ou certains indiscrets de commettre des gaffes.
Mais en admettant que le fait soit exact, je ne vois pas même ce que ce geste maladroit peut avoir de répréhensible en soi.
N’est-il pas permis maintenant de posséder, de montrer ou même de donner une médaille, ou un portrait ou une photographie du duc d’Orléans à qui bon vous semble et à titre individuel ?
Est-ce à dire que la reproduction des traits de l’ » héritier des 40 rois qui en mille ans firent la France » est interdite ?
Les farouches républicains sont vraiment d’un libéralisme admirable !
Autre perle : « La médaille de M. Maurice (sic) Plateau à l’usage des soldats américains et frappée en 1909 » est d’une bêtise savoureuse et sans limite.
Votre très dévoué
Marius Plateau

7.
S. d.
Mon cher Maître,
Je crois qu’évidemment, tôt ou tard, l’AF devra prendre l’initiative d’une sorte de fédération de tous les éléments d’ordre. Mais tant que les bourgeois n’auront pas senti peser matériellement et directement sur eux le danger immédiat du bolchevisme, ils ne marcheront pas.
De sorte qu’en ce moment il me semble que la seule chose possible est de recruter des adhérents sur le terrain de l’AF, d’en former des cadres solides et de les organiser.
Votre très dévoué
M. Plateau

Maxime Réal del Sarte (1888-1954)

  • 15 Cf. Anne André-Glandy, Maxime Réal del Sarte, sa vie, son œuvre, [préface d’Henry Bordeaux], Paris, (...)
  • 16 Cf. Henri Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, La Librairie française, [éd. 1967] (...)
  • 17 Cf. L’Œuvre de Maxime Réal del Sarte, [préface du baron Meurgey de Turpigny], Paris, Plon, 1956, p. (...)

9Né en 1888 et comptant au rang de ses ascendants des artistes fameux comme le peintre Andrea del Sarto ou plus proche dans le temps, un Georges Bizet, Maxime Réal del Sarte a lui-même une vocation artistique15. Élève en 1908 de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts, il s’oriente vers la sculpture, voyant dans la malléabilité du plâtre ou du bronze l’outil de représentation aux croyances politiques et religieuses qui l’habitent. Convaincu très jeune par les théories maurrassiennes et les idéaux qu’elles supportent, il fixe à sa vie la réalisation d’un but : « imposer à la IIIe République le culte de la Sainte de la Patrie »16. Dès lors, et malgré son amputation de l’avant-bras gauche sur le champ de bataille des Éparges durant la Grande Guerre, il est de toutes les manifestations, exhibant sa foi en tête des cortèges. Il l’affirme : la réhabilitation de Jeanne d’Arc donne un sens à son existence. Cette confession, brandie en paroles et traduite surtout dans des créations sculpturales, il la livre aux militants de l’AF et, au-delà, avec dévotion à la Pucelle dont il avoue « [qu’il fut] toujours son serviteur »17.

  • 18 Cf. AN, F21 6992, dossier Réal del Sarte, janvier 1922-décembre 1949.

10Sa production, à la répétition compulsive, rend compte d’une adoration pour Charles Maurras auquel il adresse près d’une centaine de lettres, toutes bientôt signées d’un affectueux « Maxime ». Il n’hésite d’ailleurs à demander à l’initiateur de l’Action française d’illustrer par des vers l’une de ses compositions, Le Premier toit18, composée dès avant la Guerre, présentée au Salon de 1918 et pour laquelle il obtient le Grand Prix national en 1921. Témoin, sa missive du 1er avril 1918 :

11« Mon bien cher Maître, vous pouvez penser combien je suis ému de me sentir si loin matériellement de Paris en ce moment. Cela me fait trembler à chaque instant. Je pense ne plus pouvoir résister longtemps à accourir près de vous. Je vais y être obligé […] pour expédier au Salon (Petit Palais) mon envoi, le groupe « Le Premier toit ». Je me permets de vous demander d’être assez bon pour dire à Marius [Plateau] de me préciser certains termes de votre magnifique poésie qui va figurer sur mon travail et l’illuminer. Il faut faire exécuter le cartel et j’ai besoin, ne l’ayant pas ici, de vous demander des précisions que Marius [Plateau] m’enverra tout de suite. Il y a eu plusieurs versions. C’est là l’objet de mon hésitation :

Abandonnés ?
Environnés du ciel immense
Ils s’agenouillent tous les deux
Et dans l’étreinte qui commence
Ferment l’arceau mystérieux
(Font un berceau mystérieux) ?
Le sombre amour a clos leurs yeux
Elle caresse, elle repousse
Et les destins germent entre eux
Comme un beau chêne sous la mousse.

  • 19 Cf. AN, 576 AP 53.

12Merci de tout cœur d’avance. Croyez à toute ma profonde affection. Maxime. »19

  • 20 Cf. Henri Farrenc, L’Œuvre du statuaire Maxime Réal del Sarte, dans Le Figaro artistique, 14 janvi (...)

13Quant à son œuvre Le Monument de la Victoire de Rouen, inaugurée en novembre 1925, elle matérialise jusqu’aux traits du « Cher Maître ». Le critique Henri Farrenc s’en fait l’écho dans une livraison du Figaro artistique20:

14« Sur une plate-forme élevée de quelques marches et entourée de groupes de monstres enchaînés et de chimères qui alimentent de leurs jets d’eau deux bassins latéraux, deux poilus [à droite Maxime ; à gauche, Maurras] montent la garde devant le piédestal aux côtés d’une pierre tombale surmontée des Armes de la ville ; sur les faces latérales du piédestal, deux bas-reliefs représentent, l’un la Ville de Rouen recevant les premières troupes anglaises envoyées au secours de la France, l’autre, l’accueil fait par la Ville aux réfugiés belges fuyant l’invasion germanique ; au-dessus, levant fièrement la tête vers l’emplacement de l’ancien bûcher, les yeux fixés vers le ciel qui l’inspire, la France, sous les traits de Jeanne d’Arc, l’héroïne chère à l’artiste qui lui a toujours voué un culte particulier depuis le début de sa carrière […]  ».

15Mais effectivement c’est Jeanne, sa pureté, son symbole et sa représentation qui anime le statuaire, hanté par une figure qu’il rêve, à Rouen, plus qu’à tout autre endroit de « [faire surgir du sol], tel un arbre, ou plutôt, telle une colonne de flamme stylisée, une forme à proportion humaine, laquelle aboutit à une fleur qui n’est autre que le visage de Jeanne d’Arc souriant douloureusement et auréolée d’une couronne d’épines ». Ses compagnons de l’Action française notent le geste et s’inclinent devant la concrétisation du pieux respect d’un artiste affidé. À preuve, les félicitations de Léon Daudet, porté par l’admiration lorsqu’il écrit dans les colonnes de l’AF :

  • 21 Cf. Léon Daudet, Le Sculpteur de Jeanne, dans L’Action française, 8 mai 1927. Voir aussi Léon Daude (...)

16« […] Contemplez la belle vierge – car elle était délicieusement belle, au dire des contemporains – les yeux clos, environnée des premières flammes et prenant ainsi son plein de souffrance. Un profil est angoissé et terrestre ; l’autre, déjà céleste, exprime une béatitude absolue. Ainsi est exhalée la vie « seconde », la vie au-dessus de la vie, qui animait la bergère sublime. […] Pour qu’un art puisse se saisir de Jeanne, comme le fait celui de Maxime, il faut que le sculpteur ait lui-même reçu d’Elle un rayon d’héroïsme et de dévouement »21.

  • 22 Cf. Agnès Callu, « La Jeanne au bûcher de Maxime Réal del Sarte : Sculpture et Politique, 1927-1928 (...)
  • 23 Et de propagande aussi, utilisant de façon pionnière les médias pour diffuser les idées de l’AF. E (...)
  • 24 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931, op. cit., p. 183.

17Maxime Réal del Sarte se caractérise donc par une personnalité biface « tantôt se rechargeant dans le calme de l’atelier en vue des fatigues de la rue, tantôt puisant dans la violence des combats le rythme vigoureux de son art.  »22 Homme de lutte23 et homme de foi, Maxime défend l’Action française en 1926 et incarne la virulence des Camelots quand il se fait tribun au XVIIIe congrès de l’AF24 :

18« […] Les Camelots du Roi sont unis sous les ordres de chefs dont la force est d’être impeccables. Le rêve de toute une police a été de se trouver en présence de gens sur lesquels on pourrait avoir barre. Si cela avait été possible, les chefs des Camelots du Roi n’auraient pu continuer à tenir leurs fonctions. C’est avec fierté qu’ils le proclament, et c’est sans pitié que nous sommes décidés à démasquer et châtier nos détracteurs. […] Notre organisation, telle une pieuvre s’étend partout et dans tous les milieux. Avec bonne humeur les Camelots du Roi poursuivent leur œuvre. Franche gaîté qui est notre grand signe, mais qui n’exclut pas, je le répète, le châtiment nécessaire et ceux qui sont les ennemis de la France et de l’Action française entendent avec terreur le rire tragique des Camelots du Roi ».

19Il montre son militantisme encore au moment du 6 février, met ses espoirs dans le maréchal Pétain durant la guerre et ne ménage pas sa peine pour obtenir en 1952, auprès du président Vincent Auriol, la grâce de Maurras condamné « pour intelligence avec l’ennemi ». Il meurt le 15 mai 1954.

Lettres de Maxime Réal del Sarte à Charles Maurras (1909-1939)25

  • 25 Cf. AN, 576 AP 53.

1.
[ante 7 janvier 1909]
Cher Monsieur,
Vous me demandez les impressions que m’a laissées le toast prononcé par M. le général Donop au banquet de L’A.F. à Rouen.
Je me bornerai à vous citer des faits. Le général Donop, représentant du Prince, désavoua publiquement les actes de violence réfléchie auxquels nous avons dû recourir dernièrement.
Écouté avec une sorte d’étonnement, le général adressa des reproches pleins d’amertume et d’ironie aux petits jeunes gens irréfléchis qui se livrent à des manifestations intempestives, capables de compromettre le parti royaliste.
La responsabilité de ces gamineries retombe, dit-il, sur le Prince qui les désapprouve. L’indiscipline de ces jeunes gens devient un vrai danger à l’heure où l’on s’efforce d’établir un complot qui ferait crouler notre édifice.
Personnellement, continua-t-il, je voulus sévir – on refusa de m’écouter – et l’on encouragea ces jeunes gens qui – continua-t-il avec ironie – rendent au parti un service considérable.
C’est pour cela que je prêche la discipline, base de l’union qui fait la force des partis.
J’éprouvai, je l’avoue, une gêne et une indignation que j’avais peine à dissimuler.
Mes yeux rencontrèrent ceux de notre ami Pierre Lasserre qui, dans une improvisation vibrante, exposa la doctrine de l’Action française.
Il fit avec grande adresse l’apologie des petits jeunes gens et de leurs manifestations intempestives.
Son toast fut très applaudi. L’auditoire, composé de membres de l’Action française, avait vivement ressenti les attaques du général et j’entendis une dame dire à son voisin que c’était
« un peu trop direct ».
Raymond [Chocqueel], mon excellent ami, avait remarqué, lui aussi, mon attitude et, plein de jeunesse, il m’adressa quelques mots de bienvenue qui achevèrent de me réconforter.
Je [ne] vous cacherai pas qu’involontairement, je me reportai à l’époque des incidents de la Cour de Cassation. Le général m’avait mandé.
Très sec, il me félicita cependant de mon « ardeur juvénile » (j’emploie ses propres expressions) ajoutant que s’en était assez pour moi, qu’il fallait au plus tôt rentrer dans le rang.
Je me souviens que ce jour-là, je me sentis profondément découragé. C’est l’Action française qui m’a rendu confiance en stimulant mon ardeur.
Je vous livre ces quelques faits. Il ne m’appartient pas de tirer la conclusion.
Veuillez croire, Cher Monsieur, à ma profonde et bien sincère admiration.
Maxime Réal del Sarte

2.
7 janvier 1909
Il m’eut été difficile de rencontrer Monsieur le général Donop deux jours après sa conférence de Rouen, puisque trois jours après, j’étais encore là-bas chez mon ami Chocqueel.
Ce n’est que le 26 décembre, c’est-à-dire treize jours plus tard, que je le rencontrai. C’était à la réunion du Comité royaliste du XIVe arr[ondissement].
J’avoue qu’étant resté sur le discours du général, je m’attendais à trouver sur son visage une expression correspondant à la rigueur de ses propos.
À ma grande surprise, je dois reconnaître mon erreur, le public m’ayant contraint à me placer sur l’estrade, le général m’y fit un chaleureux accueil et, se tournant du côté de la foule, il me serra les mains en me félicitant ; puis, prenant une chaise me fit asseoir à sa droite.
Pendant ce temps, Monsieur Daudet poursuivait sa vibrante harangue que soulignaient les applaudissements enthousiastes de la foule.
Le général paraissait mal à l’aise et s’efforçait cependant de n’en rien laisser voir. Il profitait des moindres incidents y apportant toute son attention. Aussi lorsque Monsieur Daudet parla de cette « trahison intestine qui se briserait devant l’ardeur de nos convictions », le général se tourna de mon côté. (Je toussais à cet instant) ce qui sembla l’inquiéter fort.
Il s’informa de ma santé.
Je le tranquillisai.
Le discours de Monsieur Daudet était achevé.
Toute la soirée et pendant le spectacle, le général semblait inquiet. Il craignait d’être arrêté. Je le tiens de la bouche d’un ami à qui le général s’était ouvert.
Maxime Réal del Sarte

Lettre de Maxime Réal del Sarte à Charles Maurras, [s. l.], 15 janvier 1918.

Lettre de Maxime Réal del Sarte à Charles Maurras, [s. l.], 15 janvier 1918.

3.
16 février 1916.
Mes biens chers amis,
Je vais un peu mieux bien que ma blessure soit encore enflammée et sujette à la suppuration. Il faut dire qu’avec cette maudite gangrène, mon bras revient de loin ! Je souffre beaucoup (et cela m’agace) de ma main tranchée dont les doigts poussent de déchirants grincements. Je trouve cela ironique et excessif : on m’a dit qu’ils allaient mourir les uns après les autres. J’ai hâte de célébrer leurs funérailles ! Que d’illusions étranges cela procure ! J’ai perdu le gouvernail de ma main, mais elle me poursuit et me reproche cet ingrat abandon. Ce dialogue est une distraction relative dont me viennent écarter les touchantes et admirables lettres de nos amis si pleines d’affection qui réconforte et donne courage. Avant que je puisse le faire – l’équilibre n’existant pas encore et ne permettant pas d’écrire facilement (cela me donne un singulier vertige !) je vous demande de dire à tous ceux qui m’envoient leur sympathie affectueuse qu’ils me procurent une grande joie et savent adoucir mon mal. Notre grande famille est si belle et si bonne aux instants tragiques de l’existence – où seules les affections sincères sont susceptibles de tout vaincre, de tout ressusciter.
Je suis de ceux qui aiment et que ressuscite l’amour. Je suis un vivant. Je l’ai senti quand j’ai pensé mourir. Je vis et vous êtes, un peu, beaucoup de ma vie.
Aussi croyez à ma hâte affectueuse de revenir parmi vous.
Maxime

4.
15 janvier 1918.
Mon bien cher Maître,
Le hasard fait drôlement les choses. Je déjeunais ce matin à la Closerie des Lilas, une bande de tristes personnages, genre Rabourdin, Bolf et Parat, est entrée, avec une jeune fille singulièrement échevelée et un marin dont l’allure était louche.
Ils se sont mis à discuter de leur misère et de ses inconvénients. J’ai compris qu’ils étaient « journaleux » et qu’ils étaient inquiets sur le sort de leur prochain numéro. Il leur restait 40 frs, après paiement de leur terme !
Tout à coup, l’un d’entre eux sortit l’A.F. et se prit à lire votre article.
J’assistais avec intérêt à cette scène étrange.
« Ah !, regardez, regardez », cria cet individu, « ça c’est épatant, c’est inoui. Maurras parle de nous et cette fois-ci, nous ne sommes plus des agitateurs, ni des vauriens, nous sommes des littérateurs  ». La bande enthousiasmée décida de reprendre « une bénédictine ». « Nous sommes sauvés  » dit le Rabourdin de la bande. « Nous allons récolter une bonne somme du « Pays » demain. Nous pouvons tabler avec des poires de L’A.F. ! (Je rageais mais jugeais utile de ne rien dire).
« Il faut absolument que nous voyions ce bonhomme-là. Il est épatant. Ah !, que c’est chic, que c’est chic. ça nous ouvre toute sorte d’horizon ». (Je sentais à quels tapages ils faisaient allusion.)
« Savez-vous, nous allons aller faire une tournée dans les journaux, et nous commencerons par l’A.F. ».
En sortant, j’ai regardé : il s’agissait du J.O.C. et de sa rédaction.
Le hasard m’a permis de juger qu’il s’agissait de vrais bandits. Je vous demande, mon cher Maître, de les regarder, si vous voulez en connaître. Je crains que cette bande ne se serve de votre réclame dans le sens qu’ils ont indiqué ce matin.
(J’ajouterai que le matelot qui les accompagnait, leur indiquait comment il se procurait des renseignements intéressants en contrefaisant la voix de son commandant et en téléphonant à l’amiral.)
Je crois utile de vous livrer ces renseignements qui ont, je pense, un certain intérêt.
Bien affectueusement.
Maxime

5.
Saint-Jean-de-Luz 24 juillet 1918
Mon bien cher Maître,
Je sais que je n’ai pas besoin d’insister pour vous faire sentir le bien-être, la bienfaisante satisfaction, l’ivresse que me donnent les résultats acquis.
Ah ! Daudet et vous êtes de fameux lapins. Je vous jure que je me sens fier d’avoir depuis déjà si longtemps fait déborder mon cœur dans le vôtre.
Il me semble que la Providence aujourd’hui nous comble tous. Cher grand ami, je veux aujourd’hui, sachant que cette lettre ira de moi à vous directement, vous dire, vous qui croyez à ces choses, que notre grand Vaugeois est mort par mysticisme après avoir refusé volontairement les soins nécessaires, j’en ai la preuve absolue, pour mériter par sa mort qu’il a offert pour le salut de la Patrie et sa renaissance par la monarchie. Vaugeois m’a dit : « je veux faire le sacrifice de ma vie, je me sens trop heureux aujourd’hui, je ne le mérite pas. Je veux mourir pour que ce sacrifice mérite la renaissance de mon pays ».
Vous qui croyez à la suprême clarté de ceux qui ne sont plus, je vous rappelle ce sacrifice volontaire et je vois, comme vous-même, parmi certaines étoiles de certains manieurs d’hommes, monter et laisser entrevoir l’issue glorieuse. Vous savez ce que je veux dire. C’est le commencement, certes on le sent et cela étouffe de bonheur et ces noms lumineux font penser à ceux-là qui les connaissent le plus. Frère Loup était autre chose qu’un homme : c’était un satellite de feu qui a créé et qui a par sa mort laissé toute une réserve de feu créateur. Je ne sais pourquoi, comme vous-même, j’aime à laisser la vie dans la tutelle des morts sublimes. Je viens d’avoir une grande joie. Mon frère Yves est en Suisse. Je vous confie sa lettre. Vous en ferez ce que vous voudrez. Je la trouve belle parce qu’elle émane d’un vrai Français et qu’elle traduit l’amère douleur qu’éprouvent ceux qui comme lui se sentent aux mains de ces bandits.
Je vous embrasse tendrement.
Maxime
Je reviendrais en septembre : le Prince me demande de venir à ce moment-là. Je passerai naturellement vous voir. Dans le procès Malvy, ne croyez-vous pas qu’il peut y avoir de la part de ce malfaiteur quelque chose de très grave comme avertissement à l’Allemagne dans le fait des noms du 2e Bureau qu’il a délibérément livré à la publicité ?
Oh ! merci, merci de démasquer le péril révolutionnaire de la C.G.T. Je le pressentais, mais il y a peut-être là, l’embryon de la complète victoire.
[Copie, par M. Réal del Sarte, de la lettre adressée par Yves Réal del Sarte à sa mère, le jour même de sa mise en liberté, le 12 juillet 1918, après 47 mois de captivité en Allemagne.]
Interlaken [Suisse] 12 juillet 1918
Enfin ! Je vis, je respire, je suis libre. Je suis en Suisse. Oui en Suisse ! Et c’est tellement incroyable que j’ai encore peur de me réveiller à Puccheim, ce Puccheim qui me fait horreur, ce désert remplis de bandits pointus à tête de chiens ! Ce que j’éprouve maintenant, c’est plus que de la joie. Je ne trouve pas de mots. C’est un bonheur prodigieux qu’il est difficile de faire comprendre à celui qui n’est pas passé par où je suis passé, qui n’a pas vu ce que j’ai vu, enfin qui n’a pas vécu cette vie de bête que je mène depuis bientôt quatre ans. C’est à détraquer le cerveau le plus solide ! Aussi je te dirai que cette joie intense et inespérée (puisque j’avais perdu tout espoir) m’a fichu la cervelle à l’envers ! J’ai encore tellement présent à la mémoire toutes les vexations et les tortures que ces misérables m’ont fait subir depuis quatre ans !
Quelqu’un qui entend raconter toutes les misères qu’on endure dans le pays infernal que je viens de quitter, taxe tout cela d’exagérations. Non, non, je le jure, je n’exagère rien. J’ai subi de vraies tortures de chinois et je ne suis pas devenu fou (du moins je le crois !). C’est parce que Dieu ne l’a pas voulu. Écoute-moi bien !, chère Maman, quand mes tyrans m’ont remis entre les mains de la garde suisse, j’ai ressenti une émotion tellement violente et mon cœur cognait tellement fort dans ma poitrine, que j’ai cru un moment que j’allais rendre le sang par la bouche. C’était du vertige. J’ai eu peur de mourir sur cette terre maudite. Si je te disais que cet inoubliable moment n’était pas encore le plus impressionnant. J’ai vu une chose unique !, une chose que je ne reverrai qu’à la mort, si j’ai le bonheur de passer de la terre dans le ciel !
J’ai vu cette terre infernale, cette terre d’exil, s’éloigner et diminuer, diminuer jusqu’à disparaître !
Et quand ma prison toute entière eut complètement disparu dans le brouillard, je ressentis de la tête aux pieds une immense béatitude. J’éprouvai un délicieux bien-être comparable à celui que donne une piqûre de morphine après de violentes douleurs. J’avais déjà crié « Vive la France » quelques mètres après avoir passé la frontière, à la barbe de ces bandits au cœur haineux. Cette fois-ci, je hurlais un « Vive la liberté » qui m’étranglait, me faisait du bien et cicatrisait mes souffrances.
Tout me semblait beau et bon. J’aurai voulu embrasser tout ce que je voyais. Je lançais des baisers à toute volée aux gens et à la nature.
Oh, comme je remercie Dieu de m’avoir retiré de ces enfers !
J’avais tellement de fois essayé d’en sortir par mes propres moyens qu’après avoir tout tenté, sans réussir, je me sentais mourir le cœur plein de haine !
Quand on vint, presque du jour au lendemain, m’arracher des griffes de ces monstres !
Maintenant, Mère chérie, cher Maxime, chère Sœur, venez faire déborder mon cœur de joie en venant me voir. Écoutez-moi bien vous autres que j’adore, vous qui m’avez empêché de crever comme une bête en cage, s’il le fallait, pour vous, je passerais dans le feu et j’y resterais même. Mais ce que je ne ferais pas pour vous, c’est de retourner d’où je viens.
Sur ce, Chère Maman, je te quitte pour aller me coucher dans de beaux draps blancs, fait qui ne m’était pas arrivé depuis 47 mois !
Je suis à Interlaken, une des plus belles régions de la Suisse. J’habite dans un bon hôtel et j’ai pour voisine la « jung Frau » que je vois de mon lit ! et avec tout cela et encore cent autres délices dont je n’ai pas le temps de te parler, j’ai, devine quoi ?, un piano, oui un piano, à ma disposition !
Enfin, je nage dans la béatitude et avec ce régime-là, je crois que je serai bientôt remis en forme.
Toute ma pensée, tout mon cœur vont vers vous et vers ceux-là qui sauvent ma chère patrie. Dis à Maurras, dis à Daudet et à Marius toute mon ardente affection et ma reconnaissance.
Yves Réal del Sarte

6.
27 juillet 1918
Cette lettre est remise à mon beau-père qui va à Paris
Mon bien cher Maître,
On a dû vous dire de ma part les résultats obtenus par une première carte écrite par moi à Clemenceau. J’écrivis sur cette carte : « Les événements actuels ont recouvert d’un voile tricolore les anciennes haines. Autant je vous méprisais et vous haïssais jadis, autant j’ai d’admiration aujourd’hui pour celui qui met ses efforts au service de la patrie et qui donne l’assurance que les grands sacrifices n’auront pas été vains ».
Par retour, j’ai reçu de sa main la carte suivante : « Avec mes cordiaux remerciements pour vos belles paroles et mes félicitations les plus vives pour tous vos actes (sic). » Georges Clemenceau.
J’ai rassemblé différents documents et je viens de lui envoyer jugeant ce rapprochement intéressant.
1° une photo prise à la Santé me représentant tenant sa tête pendue à mes barreaux et une belle photo de mon « Premier toit ». J’ai collé l’une dans un coin de l’autre et j’ai écrit sous la première : « en 1908 « quand les Français ne s’aimaient pas », vous m’aviez jeté en prison. Moi, je vous pendais aux barreaux de ma cellule ! Cette tête se trouve actuellement encore au musée de la Santé. Le seul hélas ! auquel puisse aspirer un artiste qui ne jouit pas des faveurs officielles. »
Et sous mon travail du Salon, j’écrivis une dédicace : « À celui qui sauve la Patrie ».
Voici par retour du courrier la carte qu’il vient de me répondre, toujours de sa main.
« Il n’y a point de sauveur, cher Monsieur, c’est « un peuple qui se sauve lui-même ». J’aime beaucoup, beaucoup votre « Premier toit », une œuvre de force et de grandeur où s’inscrit un geste nouveau qui m’a frappé. À l’autre pôle de l’esprit, la seconde image n’est pas sans saveur. Tout confondu, je vous tends une vraie main d’ami ».
Georges Clemenceau.
Je suis sûr que cela vous fera plaisir. C’est utile en tous cas. J’ai agi-là sans arrière-pensée tout en maintenant ma position. Ne trouvez-vous pas sa réponse singulière ?
Il est certain que cet homme pressent un lendemain à l’orgie de socialisme de trahison.
Je vous fais part tout de suite de cette carte. Elle peut vous prouver un peu que celui qui prétend ne pas lire L’A.F., a lu vos œuvres. Il répond par le titre, à peu près, d’un de vos livres à celui que je lui citai dans mon envoi.
J’ai lu avec intérêt ce qui s’amorce pour la souscription nationale. Je compte sur vous pour que l’honneur du buste et des médailles que je rêvais me revienne comme vous me l’avez promis. J’espère bien ne plus faire de vieux os ici. J’ai hâte de reprendre ma vie d’homme libre passionné pour nos idées. Je souffre ici de l’isolement à ce point de vue.
Très affectueusement je vous embrasse.
Maxime.
Voulez-vous avoir la bonté de le dire à Léon. Je lui écris et lui dis que je vous ai raconté quelque chose ?

  • 26 L’avocat Joseph Garat, né en 1872, député des Basses-Pyrénées de 1910 à 1919 puis de 1924 à 1936, (...)

7.
13 août 1918
Le jeune lieutenant d’artillerie qui porte cette lettre a été gagné à nos idées. Il occupait avant la Guerre un poste chez Hachette.
Mon bien cher Maître,
Je profite de nouveau d’une occasion pour vous faire tenir cette lettre où je puis vous parler à cœur ouvert et traiter quelques points importants.
1°) Ce pays est plus apte qu’aucun autre pour y travailler avec sagesse et mesure dans le sens de l’A.F.
La tête en est Bayonne. Tout un groupe peut surgir. Il manque la constitution des cadres. Il n’existe rien.
Puis-je construire ? J’ai avec diplomatie sondé le pays. J’ai gagné toutes les influences qui sont ici ecclésiastiques. Je vois l’évêque samedi et j’ai gagné le curé de Saint-Jean-de-Luz que des maladresses excessives de certains hobereaux locaux avaient écarté, et avec lui toute la région.
J’ai trouvé l’homme qui mettra sur pied la région de Bayonne aux plages importantes et riches qui l’entourent. Cet homme, c’est le capitaine Duhourcau qui a réalisé ici à Bayonne des choses épatantes au point de vue de l’Union sacrée, sous notre présidiat. L’évêque est venu à sa droite avec Garat26 et le général commandant la région, très éloquent, un zèle habile et mesuré, mais passionné néanmoins. Bref, l’homme qui ayant perdu sa carrière, avec son bras, un héros très respecté et en mesure de faire normalement un travail décisif. De l’ambition sujette de son esprit d’honneur et de sa raison toute prise par vous. Un pur-sang qui a besoin d’organiser. Tel est cet homme que vous connaissez certainement.
Puis-je le pressentir ?
Je ne vous parlerai guère du représentant Lacombe de Biarritz. Celui-là est effroyable. Le tort qu’il fait à nos idées, je l’ai constaté, est plus que préjudiciel. Du reste, cela n’atteindrait en rien sa personne ni sa falote autorité puisque c’est Biarritz et que je vous demande Duhourcau pour Bayonne.
C’est après la Guerre que tout cela se fera définitivement. Mais pourquoi laisser périr de si belles terres ? Je vous assure que j’ai tout étudié ici et vous savez que je fais ces choses, sans emballement, avec diplomatie. Bref, j’en réponds avec certitude. Si Bayonne marche bien, Saint-Jean-de-Luz ira et là nous sommes assurés maintenant d’avoir la municipalité. Cela dépend du curé et je l’ai. Lacombe de Biarritz est à la fois Tartuffe et Harpagon. Son amabilité mielleuse n’a pas entravé mon jugement basé sur les faits.
Je veux seulement d’un mot vous dire ce que j’ai vu, ce que je pense de cet homme sordide, de ce bigot fielleux. Je jure que je mépriserais ceux qu’il pourrait gagner aux idées de L’Action française car ceux-là joueraient la comédie. Avec désespoir, je constate que cet homme en donne l’horreur. Il faudrait un bon contrepoids et nous l’aurons avec le jeune et brillant capitaine Duhourcau. Un mot par Marius et, sans froissement, avec mesure, j’arrange cette région. Je m’y engage et j’en prends la responsabilité.
2°) J’ai gagné aussi dans le pays l’élément policier très important. Je sais le nom de tous les suspects et on me demande les renseignements. Avec habileté, j’ai fait voir la petite lettre de Clemenceau sans y toucher. Je la recevais. Depuis ce jour, c’est à moi qu’on vient demander de faire savoir telle ou telle chose au Tigre. J’avais besoin de ça car la confiance de ces hommes avait été ébranlée par le coup du complot. Bref, j’ai utilisé mon stage ici et je suis arrivé à gagner de grosses influences. Les gens du Pays, très particularistes, m’ont cependant demandé de me considérer comme du Pays. Je prépare et organise. On veut maintenant le journal en grand nombre. On se l’arrache.
3°) J’ai été frappé qu’au procès de Malvy on n’ait à aucun moment soulevé la question des stupéfiants.
Malvy était avant tout un cocaïnomane, c’est-à-dire préoccupé, par-dessus tout, de se procurer sa drogue. Almeyreda, un marchand de « drogues », cet élément avec beaucoup d’autres, suffirait à expliquer les liens sordides et les trahisons de ce bandit. Cela avait tellement frappé mon beau-père qui a eu à soigner ces gens-là, qu’il m’a fait remarquer cette particularité.
Je vous ai dit que le Prince vient de m’envoyer une dépêche me demandant de venir en septembre pour me recevoir avec ma femme. J’irai vers la fin septembre et naturellement passerai par Paris.
Croyez, mon bien cher Maître, à ma profonde affection.
Maxime
Ci-joint un mandat de 10 francs de cet admirable Chastres qui l’envoie à Mancou en l’honneur du retour de son fils.

8.
Bordaberria
Saint-Jean-de-Luz
Basses-Pyrénées
29 août 1918
Mon bien cher Maître,
Quelle émotion douloureuse je viens d’éprouver en lisant votre note qui nous annonce la mort glorieuse de notre cher Eudes.
Comme on voudrait s’être trompé à la lecture de ce cruel événement. Cela me pénètre et me domine. Je ressens toute la profondeur de cette perte et je crierais à l’injustice affreuse si je ne croyais pas à l’éclat rédempteur de si lourds et si grands sacrifices.
Vous nous avez, je suis sûr, tous bouleversés en nous évoquant la belle figure de ce nouveau mort. Je sens que je tremble de désespoir en écrivant ce mot-là. Mais ma fureur me domine et je pense que notre génération a donné tout son sang pour racheter la morne et fausse idéologie de la génération qui nous a engendrés. Nous avons plus que le droit de ne point subir sa loi sinistre. Nous avons le devoir d’entendre la grande voix de nos morts et d’achever leur œuvre nous qui sommes isolés au milieu de notre génération engloutie dans le sang. Ce sang qui nous marque le front saura engendrer des volontés plus ardentes et qu’en dépit de leurs soubresauts hystériques, les gens du Parlement ne sauront éviter.
Ils subiront la juste colère d’une génération ensanglantée. Nous ne nous paierons pas de mots et nous achèverons l’œuvre sacrée de nos héros, nous qui restons accrochés à la vie, comme au bord d’un précipice et qui nous sentons isolés au milieu des morts. Ce grand désert funèbre nous dictera seul ses lois.
Je dis que nous sentons cruellement l’isolement et c’est pour cela que nous vous aimons tant, vous qui avec Daudet savez venger nos morts et empêcher des fous ou des bandits de rendre vain leur magnifique sacrifice.
Je ne sache pas qu’il y ait un homme dans les tranchées et qui puisse juger en liberté d’âme, qui ne célèbre avec ivresse, l’œuvre salutaire, vengeresse et française que vous menez.
Vous nous apparaissez conduit irrésistiblement par l’amour du beau sang français, comme les discours, les gesticulations et les blagues grandiloquentes des amis de Malvy apparaissent sinistres et mesquines, vaines et impures devant le corps sanglant d’un soldat français qui meurt pour sa patrie.
J’avais besoin de vous confier ces choses qui débordent de mon cœur chaque fois que le nom d’un ami très cher s’inscrit en lettres ardentes au tableau d’honneur et de vie. Très affectueusement je vous embrasse.
Maxime

9.
13 septembre 1918
Mon bien cher Maître et ami,
Je vous écris profitant du départ d’un ami.
Le capitaine Duhourcau accepte de tout cœur et voici ce qu’il entend faire et ce qu’il a déjà fait.
Il a été réclamé par la société des mutilés et réformés de Bayonne comme président d’honneur. Il a réclamé la présidence effective. Il a fait donner par son prestige sur ses concitoyens 16 000 francs aussitôt [à] cette société mutuelle qui paie des allocations à ses membres malades et devient un grand appui moral. Plus de 6000 membres qui l’adorent sont groupés autour de lui. Les médaillés militaires voyant son succès ont réclamé sa présidence. Il a affilié les 2 sociétés, captant ainsi sous sa tutelle tous les éléments de guerre devenant civils.
D’autre part, il a été supplié par Garat, député-maire de Bayonne, d’aller trouver l’évêque pour obtenir de l’argent pour le Secours national. Il a accepté, dictant ses conditions. Il a constitué alors une trilogie dans chaque village comprenant le curé, l’instituteur et le maire et chacun réunis par ordre de l’évêque, de l’inspecteur d’Académie et du Préfet, rapportent des sommes formidables. Garat, voyant le résultat, a décrété que Duhourcau devait se présenter avec lui à la députation prochaine.
Il ne veut pas, mais a son arrière-pensée. Rien ne se fera que par lui après la Guerre. Tout le réseau est capté.
Il ne se démasquera non pas comme A. F., on le sait, mais comme dirigeant qu’après la Guerre.
Du reste, les événements et les résultats acquis par lui rendront indispensable ce qui aujourd’hui bousculerait les appétits inférieurs de quelques imbéciles ou jaloux.
Donc, c’est entendu, il prépare l’avenir. Il a tout capté. Il captera tout. Mais, par le ciel, que les Lacombe et autres n’en sachent rien, ils ruineraient quelques-uns de ses efforts. Remarquez que c’est moi qui vous dis cela, Duhourcau ne les connaît même pas.
À Saint-de-Luz et dans la région, il va faire des conférences et je profite de cette occasion pour lui faire connaître les gens nécessaires. Donc ne redoutez aucun heurt. Vous aurez cet homme quand la Guerre aura cessé. Vous l’avez déjà et je suis sûr que vous serez content de moi.
Bien affectueusement.
Maxime
J’ai vu ici Mérillou qui est très surpris que je l’ai admiré dans ses actes. J’avais dit : comme honnête juge, il ne pouvait faire moins, comme républicain, il ne pouvait faire plus.

10.
Le Moulin de Billitorte
Saint-Jean-de-Luz
18 septembre 1939
Mon bien cher Maître,
Je profite d’un courrier sûr et je lui confie ce message pour vous. Tout d’abord, merci très affectueusement pour votre lettre qui m’a profondément ému, moi et mes enfants, dont vous savez le dévouement et l’affection pour vous.
Les événements paraissent aller vite du côté des ennemis et la coalition russe germanique (sic) qui ne nous surprend pas, nous gens d’A. F., est l’occasion inespérée de négociations nouvelles dans le sens de l’Italie et de l’Espagne, très probablement du reste, par l’Espagne pour l’Italie.
Je pensai à ces choses et votre lettre m’avait confirmé dans mon sentiment qu’il y aurait assurément une œuvre considérable à tenter pour nous en Espagne lorsque je reçus la visite de Monsieur Gazelle qui est, au point de vue civil, l’ambassadeur actuel en Espagne ; il est le premier après le maréchal Pétain qui s’en remet à lui de toute la partie administrative et « cuisine » diplomatique. J’ai connu personnellement Madame Gazelle depuis longtemps, ayant fait le buste de sa fille et j’avais été reçu par elle et par son mari, alors déjà à cette époque conseiller à l’ambassade Madrid, lorsque je me rendis au Maroc chez le duc de Guise en 1929. Depuis, Gazelle avait été l’attaché à Bruxelles et cette fois, c’est lui qui joue, je le répète, comme civil, le grand rôle en Espagne. Il est en contact direct avec le Maréchal et c’est en parfait accord avec ce dernier qu’il venait me trouver à Saint-Jean-de-Luz dans mon moulin, il y a deux jours. Voici ce qu’il m’a dit :
« Je viens d’envoyer à Paris une dépêche au ministère disant que jamais il n’avait été aussi urgent ni aussi important de considérer que la Victoire et la Paix passeraient par Madrid si elles voulaient atteindre Rome et que le salut était à ce prix et que l’intrusion russe facilitait la tâche à condition qu’on veuille vraiment faire ce qui paraissait nécessaire pour faciliter ce rapprochement ».
Il m’a dit encore : « Nous ne pouvons que bien peu de choses. Nous n’avons encore aucune pénétration. Nous souffrons d’une véritable distance qu’on maintient et que seuls des gens comme vous pourraient grandement modifier. Je viens vous trouver aujourd’hui, non seulement pour vous annoncer que je demande qu’on envoie en Espagne en ce moment des hommes comme vous et qu’on vous envoie avec le plus important de tous, Charles Maurras, que réclame le Maréchal. Il faut que Maurras vienne passer en Espagne huit jours pleins. N’est-il pas nommé académicien ? Il faut organiser sa réception. C’est autour de cet événement qu’il faudra orchestrer ce qui conviendra pour servir la France et le rapprochement ».
Je précisai que vous ne pourriez venir que si le Maréchal lui-même vous réclamait.
Réponse : « C’est bien ainsi qu’il doit s’agir : il ne peut s’agir que de quelque chose d’officiel et je viens vous demander, puisque c’est vous qui l’accompagnerez dans cette tournée, de prier Charles Maurras, qui seul peut en une heure aussi décisive, nous tirer d’affaire en Espagne et permettre la reprise des contacts entre nous et les officiels, de ne pas refuser ce qui va lui être demandé. J’ai fait à Paris un long rapport sur l’influence de Charles Maurras et sur le journal l’Action française qui arrive comme tirage, de beaucoup en tête, très au-dessus du Jour, par exemple, qui arrive en second ».
J’ai enregistré ces choses avec un sentiment à la fois de fierté et d’enthousiasme de penser qu’on vous rende justice, mais aussi, je l’avoue, d’inquiétude en songeant que nous sommes arrivés à ce que les organismes officiels soient contraints de faire appel à nous pour les sortir de l’ornière ou ils se sont volontairement laissés tomber.
Il s’agit de la France et je sûr de ne pas m’être trop avancé en disant que lorsque Charles Maurras saurait ce qu’on attendait de lui, il prendrait certainement cette démarche en considération.
Voilà ce que je voulais vous dire, mon bien cher Maître, et je me réjouis à la pensée de vous avoir, si vous allez en Espagne, cette fois encore comme cavalier servant. Vous savez toute la fierté et la joie que cela m’apportera.
J’ai pensé qu’il vous serait agréable d’apprendre aussi que ce que vous écrivez et pensez est passionnément suivi au-delà des frontières.
En reconduisant Monsieur Gazelle, je lui ai dit que le jour de votre venue en Espagne avait coïncidé avec l’entrée d’Hitler à Rome et que ce jour-là, en Espagne, il y avait en première page dans les journaux, la photo de Charles Maurras et que pour la première fois, il était permis d’écrire dans la presse, en français, les mots de « Vive la France ».
Voilà, mon bien cher Maître, je vous embrasse très affectueusement.
Maxime
Ne pourrait-on pas tenter auprès de ceux qui le peuvent, une démarche pour sauvegarder, à leur corps défendant même, des catégories de jeunes hommes, espoir de demain et dont la disparition sera, plus que d’autres encore, celle du génie de notre race : écrivains, artistes, poètes, qui devraient être, par ordre, utilisés dans des services où ils seraient susceptibles, en servant davantage, de demeurer présents au poste qu’ils auront à tenir demain ?
Notes
J’ai pu cette fois amener les choses à un point très important pour nous France et pour nous Action française. Songez qu’outre ces rapports avec les ambassadeurs, nous avons à Madrid encore l’ami Pigeonneau qui cherche en ce moment pour le Maréchal une villa confortable car cette ville est sinistre et glaciale – Pigeonneau, que l’on a tout fait pour faire partir et qui devrait l’être déjà, son sort étant réglé. Je vous signale la chose car j’ai préféré ne pas le découvrir vis-à-vis des autorités françaises (ambassade), mais dans la coulisse ; si vous le pouvez, dîtes un mot pour lui. Qu’on ne le fasse pas sauter (c’était décidé il y a 15 jours) et on semble s’être ravisé.
Ces malheureux ne savent pas que c’est notre seul tenant là-bas et le seul à qui on doit de la reconnaissance. Sans doute est-ce pour cela qu’un officier phalangiste, incité par l’Allemagne, l’a fait frapper à Madrid dans un restaurant select, ce qui a fait dire que c’était dispute d’ivrognes ; il n’en fut rien et il a failli être tué ce jour-là. S’il l’avait été, la France perdait là-bas beaucoup. Pigeonneau, c’est un camelot, un vaillant, ce n’est pas plus car ce n’est pas un aigle et c’est un peu un étourneau même. Mais c’est cependant à lui qu’on doit en partie la défection des officiers rouges à Madrid. S’il est allé là-bas, n’oubliez pas que c’est sur votre conseil transmis par moi.
Nos cartes sont belles. C’est pour cela qu’on vient nous chercher.

11.
Saint-Jean-de-Luz
24 octobre 1939
Mon bien cher Maître,
Je profite d’une messagère sûre, Mlle Duchêne, pour vous envoyer les renseignements suivants que je n’ai pas voulu confier à la poste.
Tout d’abord deux mots sur ce que je fais ici. Je travaille, dans un atelier que j’ai ici, à maintenir mes travaux commandés actuellement et à en acquérir de nouveaux. J’y suis arrivé en partie puisque l’ambassadeur d’Amérique vient de me prier d’envisager une œuvre à la gloire de Jeanne d’Arc enfant pour Domrémy et que la souscription lancée par sa propre fille en Amérique est souscrite par des enfants américains. Inutile de vous dire que c’est moi qui en ai eu l’idée et que j’ai eu la chance extrême de recevoir de l’ambassadeur la lettre suivante.
Sa copie.
22 septembre 1939
Cher Maître,
Votre lettre du 9 septembre m’a été remise hier. L’idée concernant Domrémy m’a touché profondément et je vais écrire tout de suite à ma fille pour qu’elle organise immédiatement un groupe d’Américains en vue de trouver les 200 000 F nécessaires à l’érection de cet autel.
Je pense que le geste aurait même plus d’ampleur si ma fille pouvait organiser la souscription parmi les fillettes de son âge.
Je vous remercie beaucoup de m’avoir fait part de votre intention de faire cet autel et de m’avoir donné l’occasion de participer à une œuvre qui m’intéresse au plus haut point.
Veuillez croire, cher Maître, à ma considération la plus distinguée et à mes sentiments très sympathiques.
Signé : William Bullitt.
J’avais été chargé par le curé de Domrémy d’élever un autel et une statue à Jeanne enfant. J’ai eu l’idée, pour suivre et répondre au don que je fais à l’Amérique de ma Jeanne au bûcher, d’écrire à Bullitt.
Toutes ces choses sont d’heureux augure. Je sers ainsi mon double plan et cela me passionne.
Voilà pour mes occupations. Je travaille sans arrêt et j’attends que la naissance de l’enfant de Jeanine s’accomplisse. C’est annoncé pour la mi-novembre, et ce sera à peu près au moment où se situera notre voyage en Espagne.
Voilà ce que j’ai fait à cet égard.
Le Maréchal s’étant exprimé via Gazelle l’attaché, dans le sens de votre voyage, envisagé, à ce moment-là, comme un voyage organisé et payé (excusez ce mot affreux) par la France, comme une mission habituelle du Quai d’Orsay.
Le Maréchal avait dit que seul vous pouviez arranger beaucoup de choses en Espagne et il ne se trompait pas en effet car seuls les Français de votre « obédience » ont du crédit là-bas.
L’ambassade en compte un petit nombre et ceux même qui n’en étaient pas, feignent, ce qui est plus grave, de le devenir pour se rendre sympathiques. C’est un fait devant lequel le personnel républicain est obligé : 1° de s’incliner 2° de râler en coulisse.
Le Maréchal, après avoir enregistré avec enthousiasme votre réponse, a placé cet acquiescement aux archives, attendant les ordres du Quai ! !
Le Quai ne serait pas le Quai si Charles Maurras y était déjà considéré comme une heureuse qualité d’exportation.
Le Quai a réagi et j’ai compris que les bureaux freinaient à outrance. Vous et moi l’avions prévu.
J’ai l’avantage (je les honore dans le métal, vous le savez, et je les juge tout mon saoul le reste du temps !) de savoir ce que c’est qu’un fonctionnaire étoilé. Ça tremble devant les fantoches que cela méprise cependant autant que nous-même. C’est honnête et loyal cependant, c’est tellement habitué au refuge du garde à vous que cela paraît enfantin à qui ne sait pas. Ça a tellement toujours l’air d’attendre une récompense supplémentaire…
Enfin, je ferme le ban ! Tous les maréchaux feraient et auraient fait comme le grand P. Mais tous n’auraient pas eu le courage de dire : « Voilà ce qui est nécessaire si on veut en ce moment sauver, accroître le prestige de la France et ne pas attendre ma mort pour retomber dans la pourriture et la stagnation qui guettent terriblement le reste de l’ambassade (sauf ceux qui jouent la comédie de l’A. F.) en profond mépris par les Espagnols hélas ! ».
Peut-être (et il n’est pas inutile de s’y attarder) Pétain, lorsqu’il me dépêchait son Gazelle pour vous pressentir, peut-être Pétain pensait-il qu’il allait être rappelé à Paris et faire partie du Gouvernement. Ceci expliquerait le besoin qu’avaient alors les autres et lui-même d’avoir la garantie Maurras en Espagne. Car hélas ! tout ce monde songe strictement à soi-même et vit au jour le jour. Je reviendrai, en fin de cet exposé, sur les sottises que commet déjà l’ambassade de France en Espagne.
Pour le moment, le Maréchal a exprimé la volonté nationale, le sentiment de l’utilité, de la nécessité de votre venue, qu’il continue à désirer avec ardeur mais qu’il n’ose plus imposer à cause du Quai et des porcs qui président aux destins français.
Donc votre venue en Espagne est souhaitée par ce grand serviteur de l’intérêt national. J’ai pensé qu’il fallait agir comme vous m’avez appris à le faire, en Camelot du Roi, lion ou renard et qu’il convenait de suppléer à toutes ces déficiences. Je vous passe les détails arrivant au fait.
J’ai pu joindre les hauts personnages espagnols de l’Académie de la langue, celle de Madrid. Et j’ai fait mesurer à des hommes comme Serano Suner tout l’intérêt extrême qu’il y aurait à jeter les bases de la latinité par une sorte de manifeste émanant d’un grand Latin, d’un grand Français, d’un grand « Romain » comme vous et que la tribune officielle d’Espagne, celle de l’Académie, paraissait tout indiquée pour jeter cet appel. Serano Suner a tracé dans sa politique les grandes lignes suivantes qui constituent, aux dires de ses amis, son programme : Madrid-Lisbonne-Rome-Paris. Ceci l’oriente naturellement dans votre sens. Mais Serano Suner est obligé de tenir compte de tous les fonctionnaires et de ses alliés et ne peut (personne ne lui a demandé, cela va de soi) réclamer votre venue en Espagne. Mais il était important que cela ne se fit pas contre sa volonté, ce dont n’auraient pas été fâchés certains de ses ennemis (ils sont en Espagne trop et très nombreux).
Je me méfie de tous ces gens-là et je crois les connaître bien. En fait Accion Espanola sera l’animatrice de votre voyage et l’un de ses chefs, Zunzunegui, futur maire de Madrid et très à la page de tout ce qui nous intéresse en commun, est l’agent d’exécution de la manœuvre dont je vous livre les étapes.
Vous allez être invité deux fois en Espagne :
1°) par votre Académie, celle des Sciences morales et politiques, invitation normale pour prendre rang et siéger parmi eux. Un discours devra être prononcé par vous, discours qui ne sera pas celui du Manifeste mais discours où vous pourrez développer un thème politique et où vous pourrez exprimer votre amitié pour l’œuvre de sauvegarde et de résurrection de Franco. Ce discours pourra préparer l’autre.
2°) Apprenant que vous étiez invité à siéger et que l’Espagne allait avoir l’honneur de recevoir votre visite, le Président de l’Academico de la Real Academia de la lengua va vous inviter officiellement, vous priant de siéger et de faire un grand discours. C’est là que se place votre Manifeste.
La séance aura lieu sous le signe de l’hommage à rendre à Ramiro de Maeztu, directeur d’Accion espanola, le seul académicien de l’Académie de la langue tué par les rouges. Ce sera la première réunion de l’Académie et cette réunion aura, étant donné l’objet (l’hommage à Maeztu) un retentissement considérable. Pétain y sera convié et c’est là que nous rejoignons nos bons hommes de l’ambassade.
Je réponds ainsi à la manœuvre du Quai d’Orsay en leur disant : « Essayez donc d’empêcher ça ! ».
Sur ce thème qui va s’accomplir fin novembre-début décembre.
Il faut ce temps pour que Madrid se repeuple de ses seigneurs et que l’ambassade de France qui est au courant très sympathiquement pour le moment de ma manœuvre qu’ils ne peuvent empêcher, qu’ils ne désirent pas arrêter bien au contraire mais cela les dégage et leur enlève leur responsabilité (sic).
Evidemment notre voyage ne sera payé que par nous-même mais je crois que c’est dans la norme de l’A. F., sans compter que je vais tâcher d’obtenir qu’on nous véhicule en auto.
J’ai de mon côté jeté des filets qui rejoignent et complètent l’opération et en consacreront les prémisses.
J’offre à l’évêque de Madrid la maquette en bronze de mon Grand Christ à la misère humaine dont la croix était portée par tous ceux qui souffrent. J’ai la pensée de faire offrir cette œuvre par la France catholique et par l’Amérique latine à l’Espagne pour être placée à l’endroit où le grand Christ de Madrid avait été démoli par les rouges. Ce serait la pierre de base de l’Union latine. Je sais, parce qu’il vient de me le faire savoir, que Franco (à qui j’ai remis déjà la maquette et qui l’a dans son cabinet de travail) est enthousiasmé par mon idée : ce serait un signe qui compterait plus qu’on ne saurait l’imaginer et un geste qui subjuguerait l’Espagne très catholique, plus catholique que jamais. Cet évêque de Madrid qui préside l’Académie de la langue avec Antonio Goicoechea se nomme : Ex mo Sr Eijo y Garay obispo de Madrid. Cet évêque sera celui des académiciens qui vous répondra et je n’insiste pas sur les conséquences de cette opération. J’ai le sentiment que mes filets sont bien tendus et que rien ne sera spontané dans la manœuvre, ce qui est nécessaire ! Restera l’Italie, grande amie de l’Espagne de Suner qu’il conviendrait d’inciter à ne pas bouder à cette occasion, dont les lendemains peuvent être si salutaires. Nous avons un mois pour prévoir les conséquences et tout le reste. Ne le perdons pas.
Je recevrai les invitations que je vous transmettrai. Si au contraire on les adressait directement à Paris, vous me préviendriez aussitôt, S. V. P.
Je sais que le grand souci de l’ambassade de France c’est la part à donner à l’Angleterre dans une action latine (c’est juste) et je pense que, via Lisbonne, tout peut s’arranger.
J’ai dit que vous étiez partisan de l’entente cordiale et que votre sentiment était très net à cet égard, qu’en tant que Français, vous estimiez que cette entente était nécessaire et que vous saviez bien qu’il serait mauvais d’opposer ou de paraître opposer en ce moment l’Union latine comme une combinaison à opposer à l’autre (c’est le piège). Je crois qu’à l’occasion, vous pourriez, lorsque le moment de la réalisation officielle sera révolue, me charger de communiquer de votre part à Pétain le texte de votre discours, ce qui sera très apprécié par lui et répondra à l’appel qu’il m’avait magnifiquement chargé de vous adresser.
Ne croyez pas que je minimise ce grand soldat, seule grande figure en ce moment, mais nous avons, entre nous, le droit de juger. Soyez assuré que je laisse à d’autres le soin de critiquer lorsque je parle de lui.
Tout au contraire.
Cependant il faut que vous sachiez, par exemple, ceci : le Maréchal m’a fait demander de lui adresser mes lettres ou tout ce qu’il y aura à lui faire parvenir « aux bons soins de Monsieur le commissaire spécial d’Hendaye », ajoutant ceci : « C’est ma boîte à lettre habituelle et très sûre ». C’est la Sûreté nationale qui est chargée de la correspondance particulière du Maréchal et ceci par sa volonté ! C’est à se tordre de rire et de douleur !
Un autre exemple : c’est Popalin, l’homme de Doriot, l’ancien Croix de Feu qui est le journaliste attaché de presse de l’ambassade. L’homme à chemise bleue qui en ce moment fait là-bas toutes les gaffes et qui fait du zèle dans le sens de la Phalange. Il est au dire des attachés de l’ambassade le seul phalangiste qui a l’air convaincu.
C’est la dernière trouvaille de ces absurdes gens. Mais qu’importe puisqu’ils n’auront rien pu arrêter.
Vous savez que notre ami Mayalde est devenu grand chef de la Sûreté espagnole. C’est un appoint. Nous avons un élément sûr à l’ambassade : le capitaine de frégate Delaye qui est attaché maritime et qui est A. F.
C’est par Madrid que tout doit se faire au point de vue latin en ce moment et c’est à vous qu’échoit cette tâche providentielle. Je serai très fier, croyez-le mon bien cher Maître, d’avoir pu vous aider à l’accomplir.
Lorsque vous partirez, n’oubliez pas que Madrid et l’Espagne en cette saison sont affreusement froides et dangereuses.
Je m’arrangerai de façon, mon bien cher Maître, à vous tenir au courant et je m’excuse de vous avoir importuné par mon trop long récit.
Croyez à mes sentiments d’affectueux respect.
Maxime

12.
19 novembre 1939
Mon bien cher Maître,
J’ai été bien sensible à votre dépêche portant intérêt à ma blessure. Je tiens à vous rassurer. Je garderai mes doigts et je l’ai, à dire vrai, échappé belle !
Jeanine a un superbe gaillard qui fait sa fierté et je lui ai déjà pardonné de ne pas être du sexe faible, ce qui était mon désir, je vous l’avais écrit.
Je suis heureux que ma blessure soit en voie de cicatrisation car nous allons avoir, avant longtemps je pense, à donner vous et moi en Espagne. J’en ai un écho certain et j’ai un texte officiel que je vous communique tel qu’il m’est confié comme traduction et copie par le consul d’Espagne, représentant la presse et la propagande ici dans la région.
El secretario particular del
Ministro de la Gobernacion
Le 10 novembre
M. Pascal de Vicunia
Villa Nahi Guinena
Saint-Jean-de-Luz
Mi distinguido amigo,
En réponse à la lettre que vous avez envoyée à Enrique Gimenez Arnau, le 14 octobre dernier, et à votre aimable visite au cours de laquelle nos avons parlé des suggestions faites au sujet de MM. Maurras et Réal del Sarte, dont M. le Ministre est au courant, il m’est agréable de vous faire savoir qu’en principe, il n’y a aucune raison qui puisse empêcher le voyage projeté, au cours duquel M. Maurras prendra possession de son siège d’académicien et M. Réal del Sarte offrira le monument que les Français offrent à l’Espagne en réparation des crimes anti-religieux des rouges.
Le chef du Gouvernement (Serano Suner) est particulièrement heureux du sujet choisi par M. Maurras pour son grand discours. Si M. Maurras a la bienveillance et la « gentillesse » de bien vouloir envoyer son texte, le Gouvernement se réjouirait de le lire préalablement, pour être d’accord avec lui dans tous les détails.
Nous nous sommes entretenus avec le directeur de la Real Academia afin de combiner « la fête » dans tous ses détails. Il soumettra ensuite le programme à l’approbation du ministre des Affaires étrangères afin que l’invitation officielle se fasse par l’intermédiaire de l’ambassade.
Je vous tiendrai au courant de la marche de ces affaires.
Le saluda afectuosamente.
Firmado : Pedro Luis Latre
Ce consul, homme très riche, est un important personnage. Il se nomme Pascal de Vicunia (il fonde en ce moment de ses deniers un hôpital franco-espagnol à Saint-Jean-de-Luz pour y accueillir les blessés français).
Je vais, si vous le permettez, faire le point et vous indiquer où nous en sommes, malgré les efforts des officiels français, c’est-à-dire, en premier chef, le seigneur Champetier de Ribes qui a délégué en Espagne des ersatz « d’Action française ». C’est ainsi, qu’en ce moment, Vallat est en Espagne, missionné officiellement par Champetier.
À la vérité, je vais voir ces jours-ci le Vallat qui doit s’arrêter chez le député de l’endroit que nous connaissons de Coral et je vous dirai exactement ce qu’il voudra bien dire de son voyage.
J’avais, comme vous-même, prévu toutes ces embûches et vous savez que je ne me laisse pas faire. J’avais donc prévu les ripostes. Vous allez en mesurer l’intérêt : le cas Collot.
J’avais chargé, à son départ de Saint-Jean-de-Luz, l’abbé Collot d’un certain nombre de messages à porter à des personnages officiels, notamment à Bonnet et à Daladier, où je demandais, comme vous me l’aviez conseillé, de servir sur le plan de mes relations diplomatiques en Espagne et en Italie. Une de mes lettres était adressée à Monseigneur Baussart et ce dernier intervient auprès des pouvoirs publics pour demander que Collot ait sa place au comité de propagande, section Espagne.
Les choses furent faites et j’ai ainsi l’avantage d’avoir dans la place, au meilleur endroit, un auxiliaire précieux parce que notre ami sûr et parce que revêtu d’une robe qui est très importante dans ces milieux.
Ne pas oublier de plus que Collot est le beau-frère du général Lelong, attaché militaire et chef de la Mission française à Londres. Vous voyez l’importance de cet atout qui est absolument nôtre.
J’ai fait agir ces jours-ci Collot qui a magnifiquement rempli sa mission et qui me rend compte qu’officiellement notre voyage (celui de Maurras et de Maxime) (sic).
Collot m’écrit : « Le 2 novembre exactement est parti par la valise à destination de notre ambassade en Espagne des instructions précises émanant de la Propagande et touchant le sujet en question ».
(Ce rapport, Collot avait été chargé de le faire lui-même) et comme il me l’écrit, j’ose dire que ce rapport est un peu las.
« En substance, l’ambassade devra favoriser de tout son pouvoir le voyage de Maurras parce que celui-ci et les manifestations qui suivront serviront grandement l’influence française dans la Péninsule. Il fallait agir vite à la Propagande auprès de cette ambassade parce que déjà s’élève une opposition contre les hommes d’A. F. en général dont tu as ressenti les effets et qui aurait paralysé nos efforts si nous avions attendu un peu plus. Il y a une dizaine de jours, l’un des principaux directeurs de la Propagande disait à un de mes amis : Réal del Sarte ira en mission officielle en Espagne ; c’est maintenant décidé ; et trois jours plus tard, ce n’était plus décidé du tout. L’opposition est venue de Sarraut ».
Enfin, c’est la victoire annoncée et prévue.
Collot à fait intervenir son propre beau-frère le Général et puis le général Georges a, de son côté, dit son mot. Voici la lettre écrite en réponse au général Lelong par le colonel Hazard, directeur des affaires de propagande espagnole au Comité de Propagande.
Voici copie de la lettre en question.
Paris, le 5 novembre 1939
P/H. M/V
Présidence du Conseil
Commissariat général à l’Information
3° Service
C. No 103
Le lieutenant-colonel interprète Paul Hazard à Monsieur le général Lelong, attaché militaire et chef de la mission française à Londres.
En réponse à votre lettre du 27 octobre, j’ai l’honneur de vous rendre compte que la Section Espagne du Commissariat de l’information, ne voit que des avantages à ce que le talent et la bonne volonté de Monsieur Réal del Sarte soient employés dans nos service de propagande en Espagne.
Il appartient à Monsieur le Maréchal Pétain de prendre toutes décisions à cet égard.
P. O. : le chef adjoint de la Section d’information à l’étranger.
Signé : Paul Hazard.
Maintenant Collot m’écrit : « je te demanderai de me fixer immédiatement, dès que la date du voyage de Maurras sera officiellement arrêtée, ceci afin de commencer dans les journaux, une suffisante publicité. On y est décidé ici. On souhaiterait également que je vous accompagne au cours de ce déplacement, ceci parce que je ferai la liaison entre la S. P. et vous, sans compter les directives que je recevrai de la Crosse (archevêché). Je serai très heureux, pour ma part, 1°) de te revoir, 2°) de faire la connaissance de Nicolas, 3°) de rendre à Maurras tous les services en mon pouvoir ».
Ainsi s’exprime Collot qu’il conviendrait, je crois mon bien cher Maître, que vous puissiez joindre puisque je viens de vous révéler le rôle important qu’il tient à la Propagande et par son beau-père sur la pénétration de certaines idées nécessaires en Angleterre.
Vous voyez que j’avais bien fait les choses et je suis assez fier de mon résultat. Vous savez que je crains davantage la lâcheté de ceux qu’on appelle, par dérision certainement, les braves gens et j’avais à l’avance tout fait pour endiguer leurs efforts. Toutes ces choses étaient prévues par moi, en prévision de ce qu’aurait pu faire le Maréchal et son entourage de couards bien-pensants pour qui la venue de Maurras officiellement apparaît une chose inconcevable, après l’avoir sollicité au moment où les choses allaient mal.
Ces pauvres diables ont cherché depuis à se démontrer à soi-même que des pseudo-Maurras (des pseudo-nationaux) pourraient suffire – et leur impuissance s’avère chaque jour davantage. Je les juge assez durement car tout ce grand petit monde d’officiels ne veut jamais admettre s’être trompé.
Périsse la plus belle chose s’ils ont décidé qu’elle était nuisible et qu’elle devait mourir ! Il n’y a pas d’amour dans leur cœur ni de conscience supérieure à l’amour de soi et à la conscience de leur puissance !
Du côté espagnol, j’avais misé contre les officiels aussi, tout en faisant tout pour leur donner la satisfaction d’avoir eu non seulement connaissance mais même d’avoir eu l’idée des choses.
J’ai mis au courant Serano Suner, la bête noire, le bouc émissaire, et à ma grande joie, alors que le Maréchal m’avertissait que je faisais fausse route, je recevais sa pleine adhésion à l’œuvre que vous allez prochainement accomplir. L’Académie reçoit du gouvernement espagnol l’expression de son désir de vous voir reçu officiellement par elle, de vous voir prononcer un discours dont on approuve le thème (que j’ai fait connaître) et dont on sera soucieux d’être en parfait accord sur le texte (afin de lui donner force officielle) dès que vous voudrez bien avoir la bonté de la communiquer à l’Académie.
Ceci fait, vous recevrez (nous recevrons) une invitation officielle puisque, vous verrez, je dois personnellement apporter le présent de la maquette du futur monument élevé par les catholiques de France à la gloire du Christ au lieu où était jadis élevé le monument à Madrid que les rouges ont détruit avec rage. Ce qui est passionnant, c’est de savoir que c’est exactement à l’endroit du centre géographique de l’Espagne que cet hommage s’élevait. Déjà, dans les sphères officielles, il n’est question que de cet hommage de la France catholique et en France, à la Propagande, on en envisage le financement prochain. C’est une victoire presque certaine et vous verrez, dans sa lettre que je vais vous remettre traduite, que Serano Suner accepte avec enthousiasme.
J’ai fait le geste de remettre à l’évêque de Madrid la maquette.
Voici ma lettre.
Lettre adressée par Maxime Réal del Sarte à son Excellence Eijo y Garay, évêque de Madrid.
28 octobre 1939
Excellentissime Seigneur,
J’ai l’honneur de demander à V. E. la permission de lui offrir la petite maquette en bronze du monument dont je lui adresse aujourd’hui les photographies.
Cette œuvre consacrée à la gloire du Christ ressuscité représente l’humanité associée à la douleur du Crucifié, l’aidant à porter sa lourde croix de misère : l’acceptation de la douleur est la part que le Christ nous permet de prendre à sa Passion ; elle rend moins lourde à ses épaules la croix de nos péchés.
Cette œuvre évoque l’Espagne martyre, sa souffrance, ses 30 000 prêtres massacrés. C’est toute la France catholique qui s’associe à mon geste et qui voudrait la voir s’élever, dans des proportions grandioses, près du monument espagnol élevé au Christ Roi, dont l’affreuse destruction a soulevé l’indignation de toute la latinité. Près de ce monument que l’Espagne reconstituera certainement, la France Catholique en dressant cette nouvelle prière, inscrirait dans la pierre sa part de juste réparation, d’admiration et d’espérance, en une communion de sacrifices et d’efforts consentis par la famille latine sous le signe du Christ.
C’est à l’évêque de Madrid que nous avons tenu à adresser ce projet en lui demandant de bien vouloir examiner avec les hautes autorités civiles, les modalités de la réalisation de ce monument qui serait donné à l’Espagne par la France Catholique et Romaine.
C’est dans ces sentiments…
Voilà où en sont les choses, mon bien cher Maître, et je crois que prochainement nous remporterons une très importante victoire dont les conséquences seront formidables pour l’avenir de nos enfants, de tout ce que vous avez prévu et voulu pour l’avenir des foyers français.
Je vais maintenant tout faire pour que notre voyage s’achève au Portugal. Cela aurait un signe définitif, mais l’opération est délicate et doit être fait absolument à l’insu de l’Espagne.
N.B. : j’apprends de source sûre, de la bouche de Monseigneur Alba, ancien président des Cortes, avec lequel j’ai déjeuné hier à Saint-Jean-de-Luz, que l’Allemagne d’Hitler attendait la rentrée parlementaire car, disait-on, il y aurait des troubles car Daladier allait être renversé. L’Angleterre l’exigeait redoutant que Daladier n’entraînât la France dans une paix séparée et que l’homme désigné par l’Angleterre pour le remplacer, c’était Mandel !
J’ai riposté : « Mandel, l’homme de Moscou ! ».
Ce grand espagnol m’a dit : « il faudrait empêcher ça car, vous savez, vous ne sauriez imaginer l’inquiétude qu’Hitler a mis dans nos cœurs en lançant le bolchévisme contre l’Europe. Ça c’est un crime dont il ne se relèvera pas chez nous. Ce serait fâcheux que la France tombât dans les pièges et dans les relations avec les rouges de Moscou ».
Voilà, mon cher Maître. En attendant mieux, dès que ce sera possible et que je vous communiquerai l’invitation de l’Académie, je vous demanderai d’envoyer comme il est coutume de le faire, votre texte.
Le gouvernement de Franco a le souci d’être en parfait accord avec vous sur les grandes idées que vous voulez bien énoncer afin de donner à votre œuvre un grand retentissement officiel.
C’est l’ambassade à Paris qui recevra l’ordre de vous inviter et cela sera considérable d’autant que le comité de Propagande a reçu mission de donner toute diffusion à votre voyage.
Je confie cette missive bien longue, trop longue (je m’en excuse) à l’Olivier et très affectueusement je vous embrasse.
Maxime

13.
8 décembre 1939
Mon bien cher Maître,
J’ai reçu ces jours derniers une lettre, dont je vous envoie la copie, du maréchal Pétain. Je vous la transcris.
29 novembre 1939
Madrid
Ambassade de France en Espagne
Cher Monsieur,
Je vous adresse tout d’abord mes cordiales félicitations pour la naissance de votre premier petit-fils. Vous voudrez bien transmettre mes meilleurs vœux à ces parents.
En ce qui concerne le voyage de M. Charles Maurras, je serai heureux de le voir ainsi que vous-même à Madrid. C’est Madrid en effet qui doit être, à mon avis, votre premier objectif, car c’est là seulement que vous pourrez établir un programme définitif pour la suite de votre voyage en Espagne.
Croyez, cher Monsieur, à mes meilleurs sentiments.
Signé : Philippe Pétain.
Je crois que cette lettre vous donnera le sentiment que tout se fera désormais en parfait accord avec le Grand Maréchal.
J’ai répondu que c’était entendu et j’ai par ailleurs donné aux Espagnols les coups de trique nécessaires comme on le fait aux ânes lents ! Ces gens sont désarmants de lenteur, vous en conviendrez.
J’ai, en ce moment à Madrid, un ami qui s’occupe de tout.
Aussitôt reçu votre invitation, je vous la transmettrai.
Si vous la recevez directement, ayez la bonté de ma prévenir.
Après réception de ce document officiel, mais après cet acte, bien entendu, je vous demanderai de m’envoyer, quand il sera arrêté, le texte de votre discours.
Croyez que j’ai un souci profond de laisser à votre grande force toute son auréole nécessaire que ce voyage, certainement magnifique, aura un retentissement mondial.
J’ai pressé les Espagnols parce que les événements galopent et que je redoute affreusement pour Franco, en ce moment, les coups que sont acharnées désormais à porter à son autorité les forces conjuguées de Moscou et d’Hitler.
Ce serait si commode pour l’Allemagne d’avoir de nouveau une Espagne divisée.
L’heure royale sonnera avant longtemps là-bas. Seule la France peut en ce moment et doit aider Franco que l’Allemagne commence à s’efforcer de diminuer et de détruire.
Je tiens à vous redire, mon bien cher Maître, toute ma profonde affection et toute mon admiration.
Maxime

14.
Le Moulin de Billitorte Saint-Jean-de-Luz
30 décembre 1939
Mon cher Maître,
Je sors de chez M. de Vicunia, vice-consul d’Espagne, délégué de la Propagande et de la Presse, ami personnel de Serano Suner et je viens de prendre sous sa dictée la traduction de la lettre écrite en espagnol qu’il avait reçue du chef de cabinet de Serano Suner, d’ordre de ce personnage.
En voici le texte :
Ministre de l’Intérieur
Pascal de Vicunia
Délégué de Presse, Saint-Jean-de-Luz
Cabinet du ministre
Mon cher ami,
Je vous remercie de votre lettre du 22 novembre et je m’empresse de vous faire savoir que le nécessaire a été fait près du ministère des Affaires étrangères pour la visite en Espagne de MM. Maurras et Réal del Sarte, afin que l’invitation soit faite par la voie diplomatique suivant le désir exprimé par ses messieurs.
La date envisagée : courant de janvier.
Je vous serais extrêmement obligé de savoir si Monsieur Maurras serait disposé à communiquer dès que possible – et avant même d’en envoyer le texte une fois son invitation reçue – le thème schématique de son discours afin que déjà soit envisagée la réponse au discours de M. Maurras dont la réception doit avoir un éclat absolument inusité.
Il n’est pas en effet dans la tradition de l’Académie de recevoir avec cet éclat les membres correspondants, ni même de répondre à leurs discours.
Je vous salue affectueusement.
Pedro Luis Latre
Chef de cabinet
M. de Vicunia a insisté tout particulièrement sur la solennité que devait avoir cette réception. Je lui ai dit que je vous transmettrai immédiatement cette lettre, selon son désir.
Je crois que le mieux serait – et je m’excuse de vous demander, mon cher Maître, une nouvelle « lettre à Maxime » – que vous m’écriviez à moi-même en m’accusant réception de la communication que j’ai été chargé de vous faire, de la part du cabinet du Ministre et du désir que je vous ai transmis. Vous m’autoriseriez à indiquer le thème de votre discours, sans entrer, bien entendu, dans aucun détail.
Je sais aussi, par ce que vient de me dire M. de Vicunia, que Serano Suner, qui désire beaucoup se réserver le bénéfice de votre venue, a besoin d’avoir l’air d’être au courant et veut se donner l’avantage d’avoir des raisons politiques d’appuyer le désir du général Franco d’assister à cette séance, sans encourir de responsabilités excessives vis-à-vis des Alliés de la veille, ce qui, somme toute, étant donné ce qu’a été l’attitude de notre gouvernement, paraît assez légitime.
M. de Vicunia avait revu le Maréchal, dont vous avez vu la lettre et qui est d’accord sur toutes ces questions.
Je vous serais reconnaissant, mon bien cher Maître, de m’envoyer votre réponse dès que vous le pourrez. Adressez-la directement à Billitorte où j’attends en ce moment les événements et où je me réjouis de bientôt vous revoir.
Très affectueusement.
Maxime

Notes

1 Cf. Xavier Cheneseau, Camelots du roi : les troupes de choc royalistes, 1908-1936, Boulogne-Billancourt, DÉFI, 1997 et id., Les Camelots du roi : le mouvement, Paris, Éditions de l’homme libre, 2000. Voir aussi Lucien-Victor Meunier [alias Montfermeil], Camelots du roi et camelots du pape, Bordeaux, [Bureaux de la France du Sud-Ouest], [1909].

2 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931 : compte rendu in extenso de toutes les séances, Paris, Imprimerie P. Dupont, 1932, p. 181.

3 Ibid., p. 183.

4 Cf. AN, 576 AP 74.

5 Boniface de Castellane, dit Boni (1867-1932), personnage à la vie fastueuse, député nationaliste des Basses-Alpes de 1898 à 1910, principal bailleur de fonds des ligues.

6 L’Ordre de la Libération a mis en ligne sur son site Internet (www.ordredelaliberation.fr) une notice nourrie sur Pierre de Bénouville (1914-2001). Celui-ci s’était engagé dans sa jeunesse dans les rangs des Camelots du Roi.

7 Robert de Boisfleury (1870-1940), journaliste et militant royaliste, l’un des principaux collaborateurs de Maurras. Il fut l’administrateur délégué de l’Action française.

8 Ibid., p. 66.

9 Née le 7 juin 1902 à Puteaux, Germaine Berton est ouvrière. Militante dans les comités syndicalistes révolutionnaires, elle adhère, à Paris, au début de l’année 1922 à l’Union anarchiste, groupe dont elle se sépare pour rejoindre celui des anarchistes individualistes du 14e arrondissement. Elle est emprisonnée une première fois pour « outrage à un agent de police », puis milite au comité de défense des « Mutins de la Mer noire ». Après son coup de pistolet porté à M. Plateau, elle est soutenue par une campagne de solidarité organisée par le journal Le Libertaire . Peu après son acquittement, le 22 mai 1924, elle est arrêtée à Bordeaux à l’occasion d’une conférence. Mise en prison, elle y fait une grève de la faim qui la conduit jusqu’à l’hôpital. Profondément dépressive par la suite, elle envisage à plusieurs reprises de se suicider. Les milieux libertaires perdent ensuite peu à peu sa trace.

10 André Guignard est membre du comité directeur des Camelots du Roi au titre de secrétaire adjoint lorsque Maxime Réal del Sarte est président, Lucien Lacour, vice-président et Marius Plateau, secrétaire général.

11 Née le 27 avril 1855 à Paris, Caroline Rémy, dite Séverine, est journaliste libertaire, féministe et militante de la Ligue de droits de l’homme. Se voyant confier par Jules Vallès en 1885 la direction du Cri du peuple , livrant dans ses colonnes d’ailleurs en 1887, par exemple, des fragments de convictions exprimés dans des phrases telles : «  J’ai trop l’horreur des théories et des théoriciens, des doctrines et des doctrinaires, des catéchismes d’école et des grammaires de sectes pour argumenter et discutailler à perte de vue sur l’acte d’un homme que le bourreau tient déjà par les cheveux, et que tous avaient le droit d’injurier et de réprouver, sauf nous », elle se heurte au marxisme de Jules Guesde et quitte le journal trois ans plus tard. Dreyfusarde, elle collabore en 1897 au quotidien féministe La Fronde . Condamnant par conscience pacifiste l’Union sacrée, elle adhère au parti communiste en 1921 mais fait sécession en 1923. De tous les combats aux côtés des anarchistes, elle meurt le 24 avril 1929.

12 Né le 30 septembre 1888 dans le Cher et mort en 1971, Louis Lecoin est un militant pacifiste, libertaire et anarchiste à l’origine de la fondation de l’Union pacifiste de France. Issu d’une famille pauvre, tour à tour manœuvre, jardinier, cimentier, correcteur d’imprimerie, il est à l’initiative de vecteurs d’idées tels Ce qu’il faut dire, Le Libertaire ou encore Défense de l’Homme et Liberté et propose, sur le mode autobiographique, le parcours d’une vie jalonnée de douze ans de prison au fil de deux ouvrages : De prison en prison paru en 1947 et Le cours d’une vie, en 1965.

13 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931, op. cit., p. 67.

14 Cf. AN, 576 AP 74 et 186 (assassinat de Plateau).

15 Cf. Anne André-Glandy, Maxime Réal del Sarte, sa vie, son œuvre, [préface d’Henry Bordeaux], Paris, Plon, 1955

16 Cf. Henri Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, La Librairie française, [éd. 1967], p. 913.

17 Cf. L’Œuvre de Maxime Réal del Sarte, [préface du baron Meurgey de Turpigny], Paris, Plon, 1956, p. 10.

18 Cf. AN, F21 6992, dossier Réal del Sarte, janvier 1922-décembre 1949.

19 Cf. AN, 576 AP 53.

20 Cf. Henri Farrenc, L’Œuvre du statuaire Maxime Réal del Sarte, dans Le Figaro artistique, 14 janvier 1926, p. 211-213.

21 Cf. Léon Daudet, Le Sculpteur de Jeanne, dans L’Action française, 8 mai 1927. Voir aussi Léon Daudet, Maxime Réal del Sarte, en collaboration avec ses frères. Dessins de guerre, Paris, E. de Boccard, s. d.

22 Cf. Agnès Callu, « La Jeanne au bûcher de Maxime Réal del Sarte : Sculpture et Politique, 1927-1928 », dans Études d’histoire de l’Art offertes à Jacques Thirion : des premiers temps chrétiens au XXe siècle, Paris, Champion-Édition, 2001, p. 345-357.

23 Et de propagande aussi, utilisant de façon pionnière les médias pour diffuser les idées de l’AF. En espèce, la maison d’édition discographique Hébertot sert ses ambitions, cf., par exemple, Maxime Réal del Sarte Jeunes hommes de France, venez aux Camelots du Roi [disque 78 tours], Paris, Hébertot, [1934]. Sur ces questions, cf. Agnès Callu et Hervé Lemoine, Le Patrimoine sonore et audiovisuel français : entre archives et témoignages, guide de recherches en sciences sociales, Paris, Belin, 2005, T. 1, p. 109-110.

24 Cf. XVIIIe congrès d’Action française, 9, 10, 11 et 12 décembre 1931, op. cit., p. 183.

25 Cf. AN, 576 AP 53.

26 L’avocat Joseph Garat, né en 1872, député des Basses-Pyrénées de 1910 à 1919 puis de 1924 à 1936, maire de Bayonne à partir de 1909 et conseiller général du canton de Bayonne Est de 1909 à 1934. Président du conseil d’administration du Crédit municipal de Bayonne, il fut l’une des personnalités compromises par l’affaire Stavisky.

Table des illustrations

Titre Lettre de Lucien Lacour à Charles Maurras, [s. l.], 7 avril 1933.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Lettre de Marius Plateau à Charles Maurras, [s. l.], 21 mai 1918.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 671k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Lettre de Maxime Réal del Sarte à Charles Maurras, [s. l.], 15 janvier 1918.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/39438/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

Auteurs

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes et de l’Institut national du Patrimoine, auteur d’une thèse sur la Réunion des Musées nationaux sous la IIIe République publiée et couronnée du prix Lenoir, est conservateur du Patrimoine aux Archives nationales, chercheur-associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes, auteur d’une thèse sur Étienne Baluze (1630-1718) et l’histoire du Limousin : méthodes et desseins d’un érudit du XVIIe siècle, est conservateur en chef du Patrimoine aux Archives nationales et membre de la section d’histoire contemporaine et du temps présent du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search