Version classiqueVersion mobile

Lettres à Charles Maurras

 | 
Agnès Callu
, 
Patricia Gillet

Introduction

Agnès Callu et Patricia Gillet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un Charles Maurras identifié moins tel qu’en lui-même que considéré, admiré, interprété dans la pensée1 et l’action des autres, telle est l’ambition d’une mise au point obligatoirement fragmentée. C’est pourtant dans l’humanité de trajectoires individuelles que résonne l’influence du « Maître ». Maurras et l’AF, points de référence d’une « cohorte générationnelle »2 marquée par la brutalité de la Guerre3 – laquelle est à comprendre au-delà de son simple présent, comme une temporalité élargie « contenant la mémoire des choses passées et l’attente des choses à venir »4. C’est pourquoi une périodisation large, encadrant 14-18, dans ses attentes, désillusions, satisfactions ou espérances, rend compte, par segments épistolaires interposés, de la réalité, crue souvent, d’une France ultra-droitière, imprégnée de valeurs royalistes, nationales, catholiques ou « anti-boches ».

Le vecteur de l’analyse est donc la correspondance5. Le choix aurait pu être différent. Après tout, pour entreprendre...

Auteurs

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes et de l’Institut national du Patrimoine, auteur d’une thèse sur la Réunion des Musées nationaux sous la IIIe République publiée et couronnée du prix Lenoir, est conservateur du Patrimoine aux Archives nationales, chercheur-associé au CNRS (Institut d’histoire du temps présent, IHTP) et à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC).

Ancienne élève de l’École nationale des Chartes, auteur d’une thèse sur Étienne Baluze (1630-1718) et l’histoire du Limousin ; méthodes et desseins d’un érudit du XVIIe siècle, est conservateur en chef du Patrimoine aux Archives nationales et membre de la section d’histoire contemporaine et du temps présent du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search