Version classiqueVersion mobile

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Annexes

Bio-bibliographie des contributeurs

Texte intégral

Marc Agostino, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Bordeaux 3, est spécialiste d'histoire culturelle (Etudes mauriaciennes), d’histoire régionale (Deux siècles de catholicisme à Bordeaux, Bordeaux Mollat, 2001) et religieuse (Le pape Pie XI et l'opinion, Rome, Ecole française de Rome, 1991).

David Bensoussan, docteur en histoire de l’IEP de Paris, est professeur de Première supérieure au lycée Chateaubriand et chargé de cours à l’IEP de Rennes. Membre du CERHIO de l’université de Rennes 2, il a publié récemment : Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres (Paris, Fayard, 2006). Ses travaux portent sur l’histoire politique du monde rural français. Il prépare actuellement une biographie du comte de Guébriant.

Philippe Boutry, ancien élève de l’ENS, professeur à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, à l'Institut d'études politiques de Paris et directeur d'études à l'EHESS, a consacré sa thèse au curé d’Ars : Prêtres et Paroisses au pays du Curé d'Ars (Paris, Cerf, 1986). Spécialiste de l’histoire du XIXe siècle et de l’histoire religieuse de la France contemporaine, il a notamment publié Pèlerins et pèlerinages dans l'Europe moderne (Rome, École française de Rome, 2000) ; Souverain et pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l'âge de la Restauration (1814-1846) (Rome, École française de Rome, 2002) ; en codirection avec André Encrevé, La Religion dans la ville (Bordeaux, Éditions Bière, 2003).

Olivier Dard est professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul Verlaine (Metz). Il a notamment publié les ouvrages suivants : Voyage au cœur de l'OAS, Perrin, 2005, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, PUF, 2002, Les années trente, Le choix impossible, Le Livre de poche, références, 1999, Jean Coutrot, de l'ingénieur au prophète, presses universitaires franc-comtoises, 1999, La synarchie, le mythe du complot permanent, Perrin, 1998. Il a codirigé avec Etienne Deschamps, Les relèves en Europe d'un après-guerre à l'autre. Racines, réseaux, projets et postérités, PIE, Peter Lang, 2005.

Bruno Dumons est chargé de recherche CNRS, directeur-adjoint de l'UMR LARHRA (5190). Il est notamment l’auteur du livre Les Dames de la Ligue des femmes françaises (1901-1914) (Paris, Cerf, 2006).

Jean-Dominique Durand est professeur d'histoire contemporaine à l'université Jean Moulin - Lyon 3 où il a fondé et dirigé de 1989 à 1999 l'Institut d'histoire du christianisme. Il a été conseiller culturel de l'Ambassade de France près le Saint-Siège et directeur du Centre culturel français de Rome. Il a publié de nombreux articles et ouvrages parmi lesquels L'Eglise catholique dans la crise de l'Italie 1943-1948 (Rome, Ecole Française de Rome, 1991), L'Europe de la Démocratie chrétienne, (Bruxelles, Complexe, 1995), L'Italie de 1815 à nos jours (Paris, Hachette supérieur, 1999), L'Esprit d'Assise. Une contribution à l'histoire de la paix (Paris, Cerf, 2005). Il dirige les collections historiques de Desclée de Brouwer et Parole et Silence.

André Encrevé est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 12. Il est notamment l’auteur de : L’Expérience et la foi, pensée et vie religieuse des huguenots au XIXe siècle (Genève, Labor et Fides, 2001), La religion dans la ville (textes réunis par Philippe Boutry et André Encrevé, Bordeaux, éd. Bière et Créteil, Institut Jean-Baptiste Say de l’université de Paris 12, 2003) ; Le Second Empire (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2004) ; La France de 1870 à 1914 (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006) ; Vers la liberté religieuse : la séparation des Églises et de l’État (actes du colloque réunis par Philippe Boutry et André Encrevé, Bordeaux, éd. Bière et Créteil, Institut Jean-Baptiste Say de l’Université de Paris 12, 2006).

Olivier Forcade est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Picardie Jules-Verne. Il a notamment édité, avec Eric Duhamel et Philippe Vial, Militaires en République 1870-1962. Les officiers, le pouvoir et la vie publique en France (Paris, Publications de la Sorbonne, 1999). Avec Sébastien Laurent, il a publié Secrets d’Etat. Renseignement et pouvoirs dans le monde contemporain(Paris, Armand Colin, 2005). A paraître, Les gardiens du secret. Histoire des services secrets français dans l’entre-deux-guerres (Paris, Nouveau monde édition).

Gérard Gaudin, agrégé de l’université et docteur ès lettres, est l’auteur d’une thèse : Le royalisme dans les Bouches-du-Rhône de 1876 à 1927. De la fidélité à l’idéologie. Contribution à l’étude des Blancs du Midi, Université d’Aix-Marseille I, 1978.

Jérôme Grondeux est maître de conférences à l'université Paris IV Sorbonne. Il a publié une Histoire des idées politiques en France au XIXe siècle (Repères, 1998), une synthèse sur les débuts de la IIIe République (La France entre en République, 1870-1893, Paris, Le Livre de Poche, 2000) ainsi que La Religion des intellectuels en France au XIXe siècle (Paris, Privat, 2002). Son dernier ouvrage est une biographie intellectuelle : Georges Goyau (1869-1939). Un intellectuel catholique sous la IIIe République (Rome, Ecole française de Rome, 2008). Il travaille actuellement sur Victor Cousin. Il dirige également une collection de manuels scolaires aux éditions Bordas.

Guillaume Gros, docteur en histoire, est professeur d’histoire et géographie à Toulouse. Il est l’auteur de Philippe Ariès (1914-1984), un traditionaliste non-conformiste (Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008).

Bertrand Joly, né en 1954, professeur d'histoire contemporaine à l'université de Nantes. Spécialiste d’histoire politique, il est notamment l’auteur d'une biographie de Paul Déroulède et d'un Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900).

Laurent Joly est chargé de recherche au CNRS (CRHQ-Caen). Il est notamment l’auteur de Vichy dans la « Solution finale ». Histoire du commissariat général aux Questions juives (1941-1944) (Paris, Grasset, 2006).

Gilles Le Béguec est professeur d'histoire contemporaine à l'université Paris-X Nanterre ; chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, il y dirige un groupe de travail sur la question des entourages politiques. Auteur d’une thèse soutenue en 1989 sous la direction de René Rémond : L’entrée au Palais-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), il a consacré plusieurs études à l’histoire des élites politiques, des mouvements gaullistes et des relations entre monde politique et monde des barreaux. Il a dirigé la publication des actes du colloque Barreau, politique et culture à la Belle Epoque (PULIM, 1997) et rédigé La République des avocats (Paris, Armand Colin, 2003).

Michel Leymarie est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Charles-de-Gaulle Lille 3. Membre de l’IRHIS (Institut de recherches historiques du Septentrion), chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po, il a récemment publié : Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans », (Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006), préfacé la réédition de La République des professeurs et des Princes lorrains d’Albert Thibaudet (Hachette Littératures, coll. « Pluriel Histoire », 2006) et de l’Histoire de la littérature française de 1789 à nos jours (Paris, CNRS Editions, 2007).

Catherine Nicault, ancienne élève de l’École normale supérieure (Sèvres-Ulm), est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims. Spécialiste de l’histoire des relations internationales et des juifs au XXe siècle, elle est notamment l’auteur de la préface à l’édition française du Journal de Theodor Herzl (Paris, Calmann-Lévy, coll. « Diaspora », 1990), des ouvrages : La France et le sionisme 1897-1948. Une rencontre manquée ? (Paris, Calmann-Lévy, coll. « Diaspora », 1992), et Jérusalem (1850 - 1948). Des Ottomans aux Anglais. Entre coexistence spirituelle et déchirement politique (Paris, Editions Autrement, coll. « Mémoires », 1999). Elle est également rédactrice en chef de la revue bi-annuelle Archives juives. Revue d’histoire des Juifs de France (Les Belles Lettres).

Jacques Prévotat, professeur d’histoire contemporaine à l’université Charles de Gaulle Lille 3, membre de l’IRHIS (Institut de recherches historiques du Septentrion), est notamment l’auteur de Les catholiques et l’Action française (Paris, Fayard, 2001) et L’Action française (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2004).

Rosemonde Sanson, maître de conférence honoraire de l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), rattachée au Centre de recherches sur le XIXe siècle (Paris I – Paris IV). Elle a notamment publié L’Alliance républicaine démocratique. Une formation de centre, 1901-1904 (Rennes, PUR, 2003).

Philippe Secondy est docteur en science politique. Chargé de cours aux universités de Montpellier, il collabore aux activités du CEPEL-CNRS. Il a notamment publié La persistance du « Midi blanc ». L’Hérault (1789-1962) (Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2006).

Hervé Serry, chargé de recherche au CNRS, UMR CSU, Paris 8, CNRS, a notamment publié : Naissance de l’intellectuel catholique (Paris, Editions La Découverte, 2004) ; « Des transferts littéraires sous contraintes : identité nationale et marché de l’édition francophone. Le cas du Québec », in Joseph Jurt (dir.), Champ littéraire et nation (Publications du Frankreich-Zentrum, Université Albert-Ludwig, Fribourg, Allemagne, 2007) ; « Situation éditoriale de l’auteur et réception de l’œuvre. Pierre Naville “à la recherche d’un éditeur…” », in Françoise Blum (ed.), Les Vies de Pierre Naville (Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 2007) ; « L’essor des Éditions du Seuil et le risque littéraire. Les conditions de la création de la collection “Fiction & Cie” par Denis Roche », in Olivier Bessard-Banquy (dir.), L'Edition littéraire aujourd'hui (Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, "Les Cahiers du livre", 2006).

Michael Sutton, directeur des études en sciences politiques et en relations internationales à Aston University, Birmingham, est l’auteur de Charles Maurras et les catholiques français, 1890-1914. Nationalisme et positivisme (Paris, Beauchesne, 1994, paru d’abord en anglais : Nationalism, Positivism and Catholicism. The Politics of Charles Maurras and French Catholics, 1890-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1982) et de l’introduction historique in Maurice Blondel, Une alliance contre nature : catholicisme et intégrisme. La Semaine sociale de Bordeaux (Bruxelles, Lessius, 2000). Son dernier livre France and the Construction of Europe, 1944-2007. The Geopolitical Imperative a été publié en 2007 chez Berghahn, New York and Oxford.

Jean Vavasseur-Desperriers est professeur d’histoire contemporaine à l’université Charles de Gaulle Lille 3 et membre de l’IRHIS. Ses travaux portent sur l’histoire des droites conservatrices et parlementaires. Il a notamment publié Les droites en France, (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006) et codirigé avec Jean-Marc Guislin « Les droites septentrionales de la Belle Epoque à la deuxième guerre mondiale », numéro thématique de la Revue du Nord, 2007.

Bénédicte Vergez-Chaignon est docteur en histoire et éditrice à Paris. Elle a notamment publié : Le Docteur Ménétrel (Paris, Perrin, 2001) et Vichy en prison (Paris, Gallimard, 2006).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search