Version classiqueVersion mobile

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Annexes

Résumés

Texte intégral

Autour de la notion maurrassienne d’héritage

1« L’Action française, la Révolution et la Restauration » - Philippe Boutry

2La Révolution française, comme moment constitutif de l'histoire nationale, se situe au cœur du projet politique, social et culturel de l'Action française. On voudrait ici tenter de réfléchir au rapport que Charles Maurras et l'Action française entretiennent avec l'histoire de la Révolution. On s'efforcera ainsi, tout d'abord d'esquisser les grandes lignes du procès intenté par Maurras à la Révolution française ; en second lieu, de préciser la situation des historiens d'Action française dans les études révolutionnaires ; en dernier lieu enfin, d'explorer les difficultés et les apories du discours maurrassien dans sa définition de ce que pourrait être une « restauration ».

3« L’Action française et le spirituel républicain » - Jérôme Grondeux

4Le projet intellectuel de Charles Maurras peut se comprendre comme une critique radicale des tentatives d'édifier un "spirituel républicain". Ces tentatives se sont déployées tout au long du XIXe siècle français. De ce point de vue, la pensée maurrassienne s'inscrit dans un long débat, qui révèle certains aspects de notre modernité religieuse. Confrontées aux tentatives de Victor Cousin, de Quinet, de Charles Renouvier, cette pensée montre tout son intérêt comme son impuissance relative à proposer une véritable alternative.

5« Les conceptions de l'histoire selon l'Action française de 1910 à 1940 » – Christian Amalvi

6Les conceptions de l'histoire selon l'Action française, et non la conception : le pluriel s'impose ici. En effet, s'il existe bel et bien une véritable « école capétienne », dont les idées sont fortement structurées par le nationalisme intégral développé par l’œuvre de Charles Maurras – détestation de la Réforme, ce criminel mouvement de révolte individualiste contre toute forme d'autorité ; diabolisation de la Révolution française considérée comme une crise de folie sanguinaire et un fleuve de boue et de sang ; réhabilitation enthousiaste de l'Ancien Régime monarchique – on relève aussi, parmi les historiens appartenant à l'Action française, de nombreuses interprétations divergentes du passé.

7Tandis que Jacques Bainville, brillant journaliste, entend démontrer que les mêmes situations se reproduisent tout au long de l'Histoire de France, notamment l'affrontement militaire entre la France et l'Allemagne, et que les hommes sont toujours identiques, Frantz Funck-Brentano et Pierre Gaxotte, historiens de formation, sont capables de montrer que l'histoire, loin d'être un éternel recommencement, constitue un perpétuel et vivant changement.

8« Les ligues nationalistes et l’Action française : un héritage subi et rejeté » - Bertrand Joly

9L’Action française a toujours entretenu des rapports complexes avec le nationalisme antidreyfusard dont elle est en grande partie issue mais qu’elle a toujours voulu dépasser. Avant même la fondation de l’AF, Maurras élabore une critique extrêmement serrée de l’idéologie des ligues (ou plutôt, dit-il, de leur absence d’idéologie) et de leur tactique, dont les lacunes expliquent à son avis l’échec final. Cela le conduit d’une part à une stratégie très réfléchie de rupture « culturelle » face aux dreyfusards, avec ce que l’on pourrait appeler une sorte de pédagogie de la violence, et d’autre part à une politique de séduction sélective à l’égard des nationalistes, au sein desquels il distingue avec précision ceux qu’il ménage (Jules Lemaitre, finalement gagné à la cause) et les irréductibles qu’il dénigre (Déroulède).

10Les résultats obtenus sont inégaux. L’AF va d’abord capter une large partie mais non la totalité de l’héritage du nationalisme moribond à partir de 1902, comme le montre cette année-là le refus définitif de Barrès de se convertir à la monarchie. Ce demi-succès montre que l’AF analysait le nationalisme antidreyfusard de façon incomplète, donc inexacte, et en sous-estimait la réalité idéologique.

L’Action française et les milieux sociaux

11« L’Action française et le monde des barreaux » - Gilles Le Béguec

12L’Action française a exercé une réelle influence dans le monde des barreaux, grâce principalement à ses antennes dans le milieu des avocats catholiques (la Société des jurisconsultes catholiques) et davantage encore peut-être à la pénétration très précoce des doctrines maurassiennes dans les réseaux, longtemps très puissants, du vieux barreau royaliste. La figure centrale du marquis de Roux, bâtonnier du barreau de Poitiers, fournit une excellente illustration de cet ensemble de phénomènes. Mais les avocats ont été relativement peu associés à la vie du mouvement, sinon à l’échelon local, notamment dans la France du Midi. De même, l’AF a beaucoup tardé à se doter d’une organisation destinée plus particulièrement à l’encadrement des professions juridiques, et ses tentatives ont été peu concluantes. Au fil des années, l’influence de l’AF a donc beaucoup décliné, la condamnation pontificale ayant joué ici le rôle d’accélérateur. Dans les années trente, on peut encore parler d’influence de Maurras, mais en tant que mouvement, l’AF ne fait plus le poids face à d’autres réseaux et d’autres structures de la famille « nationaliste ».

13« L’Action française et les milieux médicaux » – Bénédicte Vergez-Chaignon

14Entre les deux guerres, les rapports entre l’Action française et le corps médical sont solides et abondants, dans le domaine des idées comme dans celui de l’engagement. L’AF a su amplifier ou utiliser les préoccupations des médecins pour leur suggérer qu’elle pouvait être leur interprète le plus naturel. Pour ce faire, elle s’appuie sur une base de convictions communes (comme la valeur des traditions, le respect des hiérarchies, la distinction des élites), qu’elle adapte aux préoccupations les plus factuelles (telles que la menace financière représentée par une concurrence dont seraient responsables les médecins étrangers et juifs, favorisés par la « République folle »). Elle développe des groupes et des organes de presse destinés aux médecins et accueille ces questions professionnelles dans les colonnes de son journal. Elle séduit une partie de l’élite et constitue souvent le premier vecteur de l’entrée des étudiants en politique. Mais les points de rencontre se limitent au discours antisémite et xénophobe, les maurrassiens étant incapables de prendre en compte la réalité de l’exercice de la médecine dans toutes ses dimensions économiques et sociales. L’Action française s’en tient donc à un violent discours contestataire et à d’assez vagues propositions corporatistes. Ces idées semblent trouver leur débouché idéal dans les lois édictées par le gouvernement de Vichy sur l’exclusion des médecins étrangers et juifs et sur la création de l’Ordre des médecins. Leur échec final contribuera à rendre obsolètes les liens entre médecins français et Action française.

15« L’Action française et les milieux militaires » - Olivier Forcade

16A bien des égards, les armées ont constitué un relais et une influence paradoxaux pour les idées d’Action française entre 1899 et 1940. Si la doctrine de la ligue résolvait par avance une partie des interrogations sociales et nationales de la société militaire, celle-ci n’a pas adhéré, loin s’en faut, à tous ses slogans, attirée par de nombreuses associations politiques avant comme après la guerre de 1914-1918. En définitive, l’armée ne s’est pas constituée en un milieu naturel et durable de la ligue.

17« L’Action française et les milieux économiques » - Olivier Dard

18La question des relations entre les milieux économiques et l’AF est peu traitée dans l’historiographie. Cette contribution s’attache à trois questions : quel projet économique et social souhaite l’AF ? quels moyens se donne-telle pour le réaliser ? pour quels résultats ? Le bilan de la pénétration de l’AF dans les milieux économiques est globalement celui d’un échec, y compris pour ce qui concerne les diverses entreprises de Georges Valois. Cela s’explique par des raisons propres à l’AF et à son rapport à l’économie mais aussi à cause de l’inadéquation de son projet aux réalités économiques et sociales des années de l’entre-deux-guerres.

L’Action française et les milieux religieux

19« Les milieux catholiques » - Jacques Prévotat

20Les « milieux catholiques » d’Action française, le terme est trop vaste pour envisager une analyse exhaustive. Plutôt qu’à une analyse sociologique de ces milieux, on s’arrêtera à une double réflexion sur les motifs qui poussent, au début du XXe siècle, une large part des élites catholiques à une adhésion à la ligue maurrassienne, et ensuite, à une rupture obligée, en 1926-1927, sur l’ordre de Rome. Cette crise révélatrice des comportements et des caractères invite à dresser une typologie des réactions catholiques. Ces dernières dépendent du degré d’imprégnation idéologique dont le maurrassisme a su pénétrer les consciences. De multiples facteurs, historiques, sociaux, culturels, esthétiques, théologiques, y contribuent. Le témoignage de personnalités telles que Xavier Vallat, Gustave Thibon, Georges Vedel, auquel s’ajoute l’apport récent des archives vaticanes (pontificat de Pie XI), autorisent de nouvelles approches du sujet.

21« Comment peut-on être protestant et royaliste au temps du Front populaire ? » - André Encrevé

22En 1925, un petit groupe de protestants royalistes proches de l’Action française fonde l’Action protestante, qui prend en 1930 le nom d’Association Sully. En décembre 1933 le Groupe Bas-Languedoc de cette Association décide de faire paraître un Bulletin, qui est publié jusqu’en juillet 1939. Mais elle ne parvient à gagner qu’un petit nombre d’adeptes. En effet, en général des protestants se reconnaissent dans les principes de 1789 ; or les animateurs du Bulletin choisissent non pas de rester modérés en choquant le moins possible leurs coreligionnaires, mais au contraire de violer la plupart des codes huguenots. Si bien que la grande majorité des protestants ne sont pas loin de regarder les animateurs de l’Association Sully comme des traîtres.

23« Les ‘Français israélites’ et la ligue d’Action française. Des années 1900 à 1940 » - Catherine Nicault

24Quelle perception les « Français israélites » assimilés ont-ils eu de la ligue d’Action française avant la période de l’Occupation ? Comment ont-ils réagi à sa propagande et à son activisme ? Cet essai à caractère exploratoire s’attache à dégager quatre attitudes-types essentielles face à l’antisémitisme en général et à celui de l’AF en particulier, des années 1900 à 1940 : celle du judaïsme dit « officiel » (les notables qui sont à la tête des grandes institutions du judaïsme français et les animateurs de la presse consistoriale), faite de défiance et de mépris mais aussi d’une retenue qui fait de moins en moins l’unanimité ; celle, résolument ouverte et optimiste, des sionistes ou plutôt des « sionisants », dans les années vingt essentiellement ; celle des « patriotes » ou des « nationaux » dont l’aveuglement a pu aller jusqu’au flirt poussé avec les antisémites d’AF ; celle enfin des Juifs antifascistes, partisans d’une réaction frontale et volontiers « musclée ». Ces divergences internes, d’ordre idéologique et tactique, face à la menace antisémite en France même expliquent que le judaïsme français ait été incapable de réaliser son « Union sacrée » avant le pire.

Sociabilités de l’Action française

25« Les jeunesses d’Action française avant la Grande Guerre » - Rosemonde Sanson

26Avant 1914, les jeunesses d’Action française (étudiants et camelots) se caractérisent par la précocité de leur organisation, par la virulence de leur prosélytisme et par leur tentative pour rallier jeunes nationalistes et jeunes catholiques au néo-royalisme contre la République.

27Ces militants acquièrent une culture politique étroitement liée à la pensée de Maurras mais ils se distinguent surtout par un activisme tous azimuts, leurs principales cibles étant les « antipatriotes », les républicains disciples du dreyfusisme, les juifs et les métèques. La provocation, le « chahut » sont érigés en méthode politique (affaire Thalamas, Bernstein, etc.). Il convient cependant de relativiser leur influence sur le réveil du patriotisme propre aux années 1910-1914. Grâce à leur activisme, ces « fanatiques » (H. Lagrange) ont contribué à faire connaître le « nationalisme intégral » et le néo-royalisme sans faire tomber « la Gueuse ».

28« Les jeunes et l’Action française (1914 et 1939) » - Guillaume Gros

29Après la saignée de la Première Guerre mondiale, l’Action française valorise le modèle héroïque d’une jeunesse nationale qui doit « achever l’œuvre de la victoire ». De gros efforts sont alors déployés vers les étudiants avec la création, en 1920, d’un journal, L’Etudiant français. Celui-ci fut, jusqu’en 1939, tout à la fois un instrument de propagande, un lieu de sociabilité, et un vecteur de formation intellectuelle en phase avec l’organisation des Etudiants d’Action française.

30Le maurrassisme exerce une réelle influence sur la jeunesse jusque dans les années trente favorisant l’émergence d’une sociabilité juvénile originale. En réalité, l’Action française propose une véritable contre-société à une jeunesse en quête d’identité, avide d’action et violente. La culture de la violence aboutit au développement d’un nationalisme juvénile « fiévreux », mélange détonant d’antiparlementarisme virulent, de xénophobie et de volonté séditieuse. En dépit des nombreuses dissidences, l’Action française a fonctionné comme une « matrice intellectuelle » pour plusieurs générations de jeunes, même lorsqu’ils s’en éloignèrent.

31« L’Action française au féminin. Réseaux et figures du militantisme au début du XX e  siècle » - Bruno Dumons

32Si l'historiographie contemporaine comporte encore des zones d'ombre sur l'Action française, les relations qu'elle a entretenues avec les femmes demeurent le plus souvent secrètes et méconnues. Une organisation politique de droite traditionnelle comme le mouvement maurrassien semble au premier abord un espace exclusivement masculin. L'historien doit alors persévérer pour retrouver quelques traces visibles de la présence de femmes partageant les valeurs et les conceptions du combat royaliste au sein de l'Action française. Peu nombreuses, celles-ci se recrutent pour l'essentiel parmi les cercles aristocratiques et nobiliaires. Jusqu'à la veille de la condamnation, il est possible pour elles de conserver les deux formes de fidélités, à l'Eglise et au Roi, qui sous-tendent un engagement à l'Action française. Elles incarnent un modèle de militante et d'engagement politique. Après 1927, leur visibilité au sein de la structure maurrassienne se réduira encore davantage autour de quelques figures emblématiques de la noblesse restées fidèles à la famille royale. Par ailleurs, l'Action française a exercé une certaine attraction auprès des dirigeantes des grandes organisations catholiques féminines, elles aussi issues du monde nobiliaire. Elles en sont restées à une adhésion de cœur, sans vraiment franchir le pas, parfois touchées par le déchirement à l'heure de la condamnation.

33« Le moment parlementaire d’Action française : 1919-1924 » - Jean Garrigues

34Travailler sur l’Action française au Parlement peut sembler paradoxal, tant il est vrai que l’antiparlementarisme a été un cheval de bataille de Charles Maurras et de ses émules. Pourtant, il est incontestable que les valeurs, les idées et les formes d’intervention politique de l’Action française sont très présentes dans les débats parlementaires de la IIIe République, notamment lors de la législature 1919-1924, sur laquelle nous avons choisi de focaliser notre étude. Elle nous permet de souligner une vraie représentation parlementaire, relativement homogène, très imprégnée par la tradition légitimiste de la France rurale et aristocratique de l’Ouest et du Sud-Est, et aussi très marquée par l’expérience de la Grande Guerre, dont la plupart des Indépendants sont sortis couverts de décorations. Ils interviennent de manière systématique dans les débats concernant les traités, les relations entre la France et l’Allemagne et toutes les questions d’anciens combattants. L’outrance, la dramatisation, l’interruption figurent parmi les caractéristiques de leur chorégraphie parlementaire. C’est un moment de transition entre l’héritage légitimiste, vestige du passé, et l’expression d’une nouvelle extrême droite parlementaire, tournée vers les enjeux internationaux de l’entre-deux-guerres.

L’Action française. Cas régionaux

35« L’Action française en Provence. Le réveil d’une tradition royaliste » - Gérard Gaudin

36On a souvent l’image d’une Provence « rouge » en oubliant que cette région a été « blanche » de 1815 à 1848 et qu’une importante minorité royaliste persiste encore au début du XXe. siècle, notamment dans ce qu’on appelle la « Vendée provençale » entre Arles et Avignon. C’est cependant dans les communes plutôt « rouges » comme Roquevaire et Martigues qu’a vécu Charles Maurras. Mais il va réveiller entre 1906 et 1914 une tradition royaliste quelque peu assoupie. De 1919 à 1945, l’homme fort de l’Action française régionale sera le commandant Louis Dromard d’origine franc-comtoise. Malgré la condamnation romaine de 1926-1927, le mouvement va rester vigoureux jusqu’en 1939.

37« Le Languedoc méditerranéen : une terre de nostalgiques du roi sensibles au maurrassisme » - Philippe Secondy

38Au sein du Languedoc méditerranéen, les départements du Gard et de l’Hérault constituent des bastions de l’Action française. Nous sommes dans un espace géographique marqué par la nostalgie du roi. Les ramifications monarchistes y resteront vivaces jusqu’au cœur du XXe siècle. Elles bénéficient du concours d’un catholicisme intransigeant bien incarné par la figure tutélaire de Mgr de Cabrières, évêque de Montpellier de 1874 à 1921. L’Action française s’y implante en s’appuyant sur les réseaux tissés par les royalistes de tradition. Nous aborderons les ressorts de cette structuration tout en notant que les conceptions différentes au niveau de la tactique à mettre en œuvre pour accéder aux responsabilités publiques ont entraîné des tiraillements marquants en particulier durant l’entre-deux-guerres.

39« L’Action française dans le Sud-Ouest. Un terreau royaliste, un lien ambigu avec le catholicisme » - Marc Agostino

40Le terme Sud-Ouest englobe dans cette approche l'actuelle région Aquitaine et les deux départements charentais, étroitement liés à Bordeaux pour l'Action française. Les débuts de l'AF s'enracinent dans un terreau royaliste et conservateur, et on y distingue d'emblée le pôle des Basses-Pyrénées, de la Gironde avec le foyer bordelais, l'implantation forte et originale en Charente-Inférieure. Le développement du mouvement s'appuie sur des notables de tradition (viticulteurs propriétaires) auxquels viennent s'adjoindre de nouvelles couches (couches moyennes, publicistes). La région se signale par la présence de grandes personnalités aristocratiques ou artistiques et par une presse incisive. Le lien ambigu avec le catholicisme est significatif à Bordeaux, lieu de la crise de 1926 dans un contexte original. Les effets de la condamnation y constituent un drame, affaiblissent le mouvement et le réorientent. Ailleurs, le mouvement tente de subsister dans un contexte électoral peu favorable, du fait de la concurrence de la droite classique et de la démocratie-chrétienne, et le plus souvent d'un radicalisme largement représenté.

41« L’Action française dans le Nord : les variations d’une radicalité différente » - Jean Vavasseur-Desperriers

42Avant 1914, le mouvement d’Action française trouve dans le département du Nord le terreau favorable de l’intransigeantisme religieux et se développe dans des milieux variés : les facultés catholiques de Lille, les barreaux des centres judiciaires, les milieux d’affaires, notamment ceux du textile. Dans les années 1920, l’étroitesse sociologique et l’évolution du militantisme catholique, qui s’oriente de plus en plus vers le « social » au détriment du « politique », freinent son développement, avant que la condamnation pontificale ne lui porte un coup sévère. Pourtant, dans les années trente, la ligue conserve un dynamisme certain, dans le contexte de la radicalité militante de la période 1934-1936.

43« L’Action française en Bretagne : entre renouveau et enterrement du royalisme » - David Bensoussan

44Dans une région fortement marquée par le clivage entre les « Blancs » et les « Bleus », le royalisme s’est longtemps maintenu à travers l’engagement politique de l’aristocratie rurale, tout en se diluant progressivement dans un conservatisme social et dans la défense intransigeante de l’Église catholique. Au début du XXe siècle, l’Action française et la pensée maurrassienne viennent lui donner un nouveau souffle, revivifiant l’idée monarchiste autour du nationalisme intégral. Plus que sur une implantation militante, somme toute modeste, l’audience de l’AF en Bretagne est surtout fondée sur son influence auprès des élites catholiques régionales, notamment parmi la hiérarchie ecclésiastique. La condamnation pontificale marque donc ici une césure décisive. Progressivement, en effet, et non sans résistance, les évêques bretons apportent leur soutien à Pie XI obligeant les élites catholiques à choisir entre leur fidélité religieuse et leur sympathie politique. L’impact de la condamnation se traduit alors par le déclin irréversible du royalisme en Bretagne.

Diffusion doctrinale et oppositions

45« L’Action française bimensuelle et quotidienne, 1899-1914. Stratégies intellectuelles et politiques » - Laurent Joly

46Dans le contexte de l’affaire Dreyfus, une partie des nationalistes devaient rompre avec les valeurs et le régime républicains. La chose était sans doute inévitable, mais assez curieusement elle n’a pas été le fait des ligues suscitées ou régénérées par l’Affaire, mais d’une revue qui, d’emblée, eut l’ambition de repenser le « nationalisme » sur le plan politique, moral et intellectuel. Lancé en juin 1899 par Henri Vaugeois, le mouvement d’Action française n’existe d’abord que par la parution bimensuelle d’une petite « revue grise » : L’Action française.

47Rompant d’entrée avec les principes du régime républicain, la revue ne tarde pas à se convertir aux positions monarchistes de Charles Maurras (1901). Essayant dès lors de capter l’héritage du catholicisme intransigeant et du nationalisme antidreyfusard, l’AF trouve l’instrument de sa diffusion avec le quotidien L’Action française (1908). Violemment antidreyfusard et antisémite, le journal de Maurras et Daudet demeure jusqu’en 1914 l’organe du « coup d’État » et de la lutte sans merci contre le régime républicain.

48« Les revues et l’Action française après 1918 » - Hervé Serry

49L’objet de cette communication est de restituer les lignes de forces qui organisent le champ des revues intellectuelles des années 1910-1920 en considérant qu’une des dynamiques de cet espace, à une période où les revues possèdent un pouvoir réel de diffusion des idées et de socialisation intellectuelle, est le positionnement vis-à-vis du maurrassisme et de la ligue d’Action française. Aussi bien les catholiques, que les défenseurs de l’art pour l’art, entrent dans des débats politiques et esthétiques qui peuvent permettre d’apprécier les positions respectives et le rôle des revues qui s’affrontent alors. La question du rôle de l’art, notamment perçue par le biais des débats autour de la littérature catholique, constitue un bon analyseur du poids que les revues proches d’Action française occupent à cette période. On montrera comment les autres périodiques, particulièrement ceux qui se revendiquent du catholicisme, sont contraints de prendre position par rapport à la présence intellectuelle des disciples de Maurras.

50« Des opposants à l’Action française : Maurice Blondel, son influence, et le repositionnement de Jacques Maritain » - Michael Sutton

51Maurice Blondel figure au premier rang des philosophes et des théologiens qui se sont opposés à Charles Maurras. Dès 1910, il entre en lice pour combattre le soutien qu’apportent certains néo-scolastiques (surtout Pedro Descoqs) à l’Action française tant sur les plans théologique que politique. L’influence de Blondel s’exerce de manière directe et indirecte, à moyen comme à long terme, sur l’ACJF dans les années vingt aussi bien que sur le MRP deux décennies plus tard. Jacques Maritain, quant à lui, finit par rompre avec l’AF en 1927. Aussi ces deux philosophes se sont-ils rapprochés, au moins en ce qui concerne Maurras et l’Action française.

52« Don Luigi Sturzo et l’Action française : une opposition démocrate chrétienne » - Jean-Dominique Durand

53Luigi Sturzo, prêtre italien fondateur du Parti populaire italien et théoricien du popularisme, opposant vigoureux et lucide au fascisme, contraint à l’exil en 1924, se fait entre Paris et Londres le défenseur des principes démocratiques et personnalistes contre les dérives autoritaires et nationalistes qu’il perçoit chez les catholiques européens, notamment en France. Allergique à l’idéologie clérico-positiviste de Charles Maurras, il développe contre l’AF une argumentation à la fois politique (contre le nationalisme, contre l’usage de la violence en politique, pour le respect des règles démocratiques parlementaires) et religieuse (instrumentalisation de la religion à des fins politiques). Ami de Maurice Vaussard, Georges Bidault, Marcel Prélot et Charles Flory, proche de Maurice Blondel, collaborateur de L’Aube, de Politique, de La Vie catholique, Luigi Sturzo résume bien l’opposition de la Démocratie chrétienne à l’Action française.

54« Dissidents et critiques des années vingt » - Michel Leymarie

55« Un chapelet continu de dissidences » ; c’est ainsi que Lucien Rebatet décrit en 1942 l’histoire de l’Action française. Dans les années vingt, l’influence idéologique et le prestige culturel du mouvement de Maurras sont indéniables. Cependant, la participation aux élections, l’impossibilité du « coup de force », l’ajournement de la monarchie creusent un écart entre les thèses initiales du mouvement et sa pratique. Les raisons personnelles comme les différends tenant à l’organisation, aux conceptions de l’AF et aux possibilités de leur réalisation éloignent du maurrassisme des figures naguère engagées : L. Latzarus, G. Valois, E. Beau de Loménie, L. Dimier… L’itinéraire ou les positions de ces dissidents et critiques conduisent à s’interroger : l’influence de l’Action française n’a-t-elle pas diminué dès avant la condamnation pontificale de 1926 ?

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search