Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Partie 5. L'Action française. Cas régionaux

L’Action française dans le Nord : les variations d’une radicalité militante

The Action française in the North: variations of a different radicalism

Jean Vavasseur-Desperriers

Résumé

Avant 1914, le mouvement d’Action française trouve dans le département du Nord le terreau favorable de l’intransigeantisme religieux et se développe dans des milieux variés : les facultés catholiques de Lille, les barreaux des centres judiciaires, les milieux d’affaires, notamment ceux du textile. Dans les années 1920, l’étroitesse sociologique et l’évolution du militantisme catholique, qui s’oriente de plus en plus vers le « social » au détriment du « politique », freinent son développement, avant que la condamnation pontificale ne lui porte un coup sévère. Pourtant, dans les années trente, la ligue conserve un dynamisme certain, dans le contexte de la radicalité militante de la période 1934-1936.

Before 1914, the Nord Department provided fertile breeding ground for the Action française movement which spread amongst religious hardiners in various circles: the Catholic University in Lille, bar associations in the seats of jurisdiction and business leaders, in particular, in the textile industry. During the 20s, limited sociological recruitment along with the evolution of Catholic advocacy which placed greater emphasis on social issues to the detriment of the political slowed down the development of Action française. Later, the Papal condemnation was to strike a severe blow. Yet, during the 30s, the league preserves its dynamism in the backdrop of militant righ-wing radicalism in 1934-1936.

Texte intégral

1La « première zone » de l’Action française comprenait les départements du Nord, de l’Aisne, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme. Délaissant ce « nord » au sens large, notre étude portera sur le département du Nord, un monde en soi, qui présente des facettes très variées, avec son agglomération centrale, autour de Lille, Roubaix, Tourcoing, dominée par les maîtres du textiles ; son bassin minier, situé plus au sud, d’où émergent les villes bourgeoises de Douai et Valenciennes ; ses ensembles ruraux qui encadrent ces espaces centraux : à l’ouest, la Flandre rurale et sa capitale, Hazebrouck ; à l’est, l’Avesnois et le val de Sambre industrialisé, avec Maubeuge ; plus au sud, Cambrai. Sur la côte flamande, le port de Dunkerque participe d’un univers côtier original. Le monde citadin se révèle le vivier le plus favorable, les campagnes du Nord, avec leur structure spécifique, où prédomine le propriétaire indépendant, ne présentant pas le terreau le mieux adapté à la ligue. Le département présente une autre caractéristique, de nature politique. Deux grandes forces politiques occupent le terrain, les catholiques et les socialistes, la forte pratique religieuse se conjuguant avec l’industrialisation et la constitution d’un prolétariat nombreux et organisé. L’Action française a dû s’insérer dans ce milieu original. La puissance des catholiques conservateurs ralliés a sans nul doute constitué un obstacle à son développement.

2Le Nord occupe une place importante dans l’histoire de la ligue. Dès avant 1914, ses sections sont citées comme les plus dynamiques avec des groupes militants actifs, une presse et des personnalités influentes. Son histoire, cependant, des origines à la fin des années 1930, présente de fortes discontinuités : le mouvement connaît des phases d’expansion et de rétraction. Il est possible d’adopter la date de 1926 et le conflit avec Rome comme pivot de cette étude. Avant cette date, l’essor du mouvement est manifeste, bien que l’observation du développement de la ligue permette de déceler des signes d’essoufflement dès la première partie des années 1920. Après cette date, l’indéniable déclin ne se produit pas de façon uniforme : un réel renouveau précède l’effacement final.

Des origines à 1926 : une présence effective

Un essaimage limité à quelques noyaux durs

  • 1 Archives départementales (AD) du Nord, M/154/236, rapports des 2 mars 1925 et 18 juin 1925.
  • 2 Sur la section de Valenciennes, rapport du 23 octobre 1922. Cambrai, 17 avril 1924. La Madeleine, (...)

3Dès avant 1914, des sections apparaissent dans le département : celle de Lille en mai 1909, suivie par celles de Roubaix, d’Armentières, de Dunkerque (1911), de Cambrai (1912). La Grande Guerre entraîne un arrêt brutal, et ce n’est que quelques années plus tard que le mouvement ascendant peut reprendre. Là comme ailleurs, la décimation des cadres, fauchés par le conflit, n’est pas sans influence sur le développement de la ligue. Interrompu pendant quelques années, l’essor reprend à partir de 1922, les sections d’avant-guerre renaissent, Dunkerque en 1925, Cambrai en 1924, et le mouvement gagne en extension géographique. Le noyau central s’agrandit, avec Tourcoing et les communes de la périphérie lilloise : La Madeleine (1925), Lomme, Lambersart, Halluin, Haubourdin. Cette extension doit beaucoup à l’activité des responsable du noyau central de Lille et de son secrétaire1. Enfin, Valenciennes voit l’apparition d’une section en 19222. L’implantation présentait cependant des points faibles au niveau départemental : la section de Cambrai ne fut jamais très active, ni très influente ; elle fut peu présente dans l’arrondissement de Douai et dans les campagnes de Flandre intérieure ; l’Action française ne devait apparaître que tardivement à Hazebrouck.

4Même si les données précises, organisationnelles et numériques, manquent pour les périodes précédant 1930, il est possible de tracer à grands traits les éléments essentiels de l’organisation militante, surtout pour la ville de Lille. Dans les années 1920, la section comptait quelques centaines d’adhérents, dirigés par un comité directeur d’une quinzaine de membres. En 1927-1928, la ville fut divisée en sept secteurs, signe d’une densité militante élevée. Des groupes affiliés gravitaient autour de la section : une section, fort active, de Camelots du Roi ; des commissaires d’Action française, chargés en particulier du service d’ordre dans les réunions ; une équipe de vendeurs de L’Action française ; un groupe des Etudiants d’Action française, dont beaucoup inscrits aux facultés catholiques, muni de son propre bureau dirigeant, qui comptait au milieu des années 1920 près de 150 adhérents ; une section des Dames et jeunes filles d’Action française, dont les dirigeantes étaient souvent les épouses des animateurs de la section. Son développement numérique comme son organisation en faisait un modèle pour les autres sections, évidemment moins développées.

Une faible présence électorale

  • 3 Il s’agit d’un employé d’un marchand d’articles d’éclairage, d’un tapissier-décorateur salarié d’u (...)
  • 4 Une de ces affiches résume le paradoxe de la situation : « croyez-vous qu’avec ce misérable morcea (...)

5La ligue était fort peu active sur le plan électoral, bien qu’elle ait présenté des candidats aux élections législatives de 1914 et 1919. Mais les candidats présentés étaient pour la plupart des personnalités de second ordre. En 1914, l’AF patronna des candidatures dans les première, deuxième, troisième, sixième, septième et huitième circonscriptions de Lille. Mais il s’agissait de candidats de faible envergure et d’influence à peu près nulle : dans quatre cas3, des employés d’un patron lui-même sympathisant de la ligue, mais qui ne souhaite pas se présenter lui-même. Si certains sont des militants actifs, ils sont peu connus hors du cercle des sympathisants. Ces candidatures visent essentiellement à pouvoir procéder à l’affichage de la propagande de la ligue4, mais elles ont également pour objectif d’assurer une présence symbolique : les ouvriers sont présentés dans les circonscriptions socialistes. De même, à droite, l’AF marque ses préférences : aucun candidat n’est présenté contre Constant Groussau, catholique qui s’était vigoureusement prononcé contre les lois laïques. En revanche, la ligue patronne un candidat contre le progressiste Georges Vandamme, beaucoup plus modéré que Groussau. Sur le plan électoral donc, aucune influence : les députés catholiques du Nord ont massivement adhéré au groupe de l’Action libérale avant 1914, puis à l’Entente républicaine démocratique et à l’URD après 1919.

  • 5 ADN, rapp. du 19 avril 1924. M/37/76c.

6Dans ces conditions, les scores électoraux ne pouvaient dépasser le stade symbolique. En 1919, le scrutin départemental de liste permet de vérifier le très faible poids électoral de l’AF. La liste dite d’« Union nationale et de réparation intégrale » n’obtient que 3254 voix par candidat en moyenne contre 81512 à ceux de la liste de la droite conservatrice (menée par Plichon, Groussau et Vandamme). Conscients de leur isolement, les dirigeants de la ligue tentent en mars 1924 un rapprochement avec les catholiques conservateurs de l’Entente républicaine démocratique, sans aboutir à un quelconque résultat. En définitive, l’AF du Nord se résout en avril à ne pas présenter de candidats aux législatives de mai 19245. Là comme ailleurs, le poids électoral, qui d’ailleurs ne comptait pas pour l’organisation, ne permet pas d’évaluer sérieusement ce que fut l’influence de l’Action française.

Une visibilité certaine, non dénuée d’ambivalence

  • 6 ADN, M/154/239. Rapp. du 29 janvier 1923.
  • 7 ADN, M/154/239. Rapp. du 1er février 1925.

7La ligue existait, comme ailleurs, grâce à une assez forte visibilité extérieure, une importante activité militante et la mise en œuvre d’une propagande multiforme. Dès avant la guerre de 1914, cette activité était manifeste. Au lendemain du conflit, surtout après la reprise des années 1923-1924, elle s’inscrivit durablement dans le paysage politique du département. Les réunions de la ligue étaient suivies par un public nombreux, variable avec la célébrité des orateurs nationaux invités par les sections locales. A Roubaix, en janvier 1923, Pierre Héricourt, Marie de Roux, Georges Valois font venir 900 personnes6. A Lille, le 1er février 1925, un congrès des cadres de la ligue est suivi d’une grande réunion qui rassemble 2 000 à 3 000 personnes. Les personnalités invitées, il est vrai, sont de tout premier plan : Etienne de Resnes, l’amiral Schewer, et surtout Léon Daudet7. A côté de ces grandes manifestations, de fréquentes réunions sont organisées par les sections de moindre importance. Ainsi, à La Madeleine, plusieurs réunions sont mentionnées en 1924-1925, regroupant respectivement 100, 130, 70 personnes. Dans les villes périphériques, Valenciennes semble le centre le plus actif (les relevés des réunions dressés par la police indiquent pour 1922-1925 des chiffres de fréquentation de 50, 100, 300), alors que le dynamisme de Douai ou Dunkerque semble moins net.

  • 8 ADN, M/154/236, rapp. du commissaire de police au préfet, 10 janvier 1926.
  • 9 ADN, M/154/239. Rapp. du commissaire central de police de Lille, 29 janvier 1925. Le même policier (...)

8Les réunions revêtaient le plus souvent un caractère privé, parfois contradictoire. Ce caractère privé permettait de limiter les affrontements de rue éventuels, que cherchaient à éviter les dirigeants d’un mouvement que l’on pouvait considérer, dans les années 1920, comme « établi », comme on le verra plus loin. Sans doute, la réputation d’agressivité des Camelots du Roi, leur propension à provoquer des troubles n’étaient-elles plus à faire et faisaient-elles souvent l’objet de remarques des fonctionnaires de police. Ainsi, le commissaire de police d’Halluin, en janvier 1926, dénonçait-il « l’état d’esprit de ces jeunes gens de bonne famille qui ne redoutent rien et qui se montrent toujours provocants »8. Mais cette réputation douteuse faisait l’objet des critiques des dirigeants lillois de l’AF eux-mêmes. Ainsi, en prévision de la réunion publique du 1er février 1925, au cours de laquelle Daudet devait prendre la parole, les dirigeants de la section, mis au courant d’un risque de contre-manifestation communiste, recommandèrent à leurs adhérents de se rendre à la conférence « sans arme et sans canne, de façon à bien montrer qu’ils [n’avaient] nullement l’intention de provoquer leurs adversaires »9. Il apparaît clairement que, dans la conjoncture de 1924-1925, les dirigeants de la section ne tenaient nullement à effrayer les catholiques modérés conservateurs, dans la perspective d’une action commune dirigée contre le Cartel des gauches. Leur attitude relevait également d’une tendance à la respectabilité, comme on le verra plus loin.

  • 10 Jean-Marie Mayeur, L’Abbé Lemire. Un prêtre démocrate, 1853-1928, Paris, Casterman, 1968, p. 397. (...)
  • 11 Rapport du 29 novembre 1929, ADN, M/154/236. Le gérant du journal devient à partir de cette date u (...)
  • 12 Selon le rapport du préfet au ministre de l’Intérieur du 22 octobre 1930. ADN, M/154/237.
  • 13 ADN, 154/M/239. Rapp. du 13 mai 1929.

9Aussi l’AF du Nord mettait-elle l’accent sur un moyen de propagande moins agressif, la diffusion de la presse partisane, qui constituait un autre moyen très développé de visibilité. Avant la Grande Guerre, les militants septentrionaux de l’Action française pouvaient bénéficier d’une feuille hebdomadaire de qualité, organe officiel de la section, Le Nord patriote, dont le directeur politique, Robert Havard de la Montagne, fils d’un secrétaire de Veuillot, lui-même ancien secrétaire de Denys Cochin, devait jouer par la suite un rôle non négligeable dans l’histoire de l’Action française. Le Nord patriote se trouvait au point de rencontre des catholiques intransigeants, d’une fraction du monde patronal, de l’Action française et de quelques intégristes10. Créé en janvier 1910, le journal disparut en 1914. Au lendemain de la guerre, la presse de la ligue se développa dans le Nord. En dehors de l’organe du mouvement, L’Action française, les militants pouvaient recourir au bulletin de la « première zone », L’Echo, plus spécifiquement consacré à la chronique du militantisme, dont le rédacteur en chef était Maurice Dupont, secrétaire régional de la zone, qui résidait à Amiens. Mais les sections disposaient de leur propre organe de presse : à Lille, pendant les années 1920, Le Fanion, qui devait fusionner en novembre 1929, avec Le National d’Artois, pour former Le National de Flandre et d’Artois11, qui tirait en 1928 3500 exemplaires12 ; à Lomme-Lambersart, la feuille mensuelle L’Eveil ; à La Madeleine, Le Tocsin. Dans le Valenciennois, dans les années 1920, L’Avenir de l’Escaut, dont le siège était à Valenciennes, diffusait la propagande du mouvement ; cet organe devait être remplacé quelques années plus tard par L’Avenir de l’Escaut et de la Sambre, signe de l’extension de l’influence de la ligue vers le sud-est du département13.

  • 14 Le fonctionnaire, déclarant avoir été sollicité par plusieurs habitants et « même par un ecclésias (...)
  • 15 Dans la vitrine de la section de Lomme, dès la fin de 1926, étaient exposés des livres, des journa (...)

10Mais la vente des journaux de L’Action française à la criée, une des techniques favorites de propagande de la ligue, lui assurait une visibilité qui n’était pas sans ambivalence. Un exemple parmi d’autres : au début de 1914, le commissaire de police d’Armentières signalait le zèle jugé par lui excessif des « crieurs » de l’Action française, qui choisissaient de préférence les abords des édifices cultuels14. L’incident témoigne là encore des tensions existant entre la ligue et une partie de l’opinion catholique que le mouvement cherchait prioritairement à séduire. A cette vente à la criée, qui pouvait passer pour un acte provocateur, les responsables préféraient l’affichage de leur presse sur les vitrines de leurs locaux, comme à leur siège lillois, 4 rue des Débris Saint-Etienne, ou à Lomme. La section d’Halluin avait mis à la disposition de ses militants et sympathisants une bibliothèque gratuite ouverte le dimanche matin15, et l’on retrouve le même procédé d’affichage à Dunkerque. Même si cette technique n’était pas d’une efficacité éprouvée, les responsables préféraient la persuasion à un déploiement inopiné et stérile de violence.

Un terreau spécifique : respectabilité et notabilité

11L’impression de « respectabilité », ou tout au moins de recherche d’une image allant dans ce sens, se confirme à l’examen du terreau social sur lequel s’est développée la ligue. Au-delà des militants de base, la ligue exerçait une influence réelle sur une partie des élites septentrionales. Cette présence se faisait sentir dans deux milieux bien précis : le monde des facultés catholiques et celui des industriels du Nord. L’Action française, sans y être majoritaire, n’en était pas moins présente par l’intermédiaire de quelques puissantes personnalités reconnues et « établies ».

Les facultés catholiques

  • 16 Sur Guermonprez (1849-1932), André Caudron, Lille-Flandre. Dictionnaire du monde religieux de la F (...)
  • 17 J.-M. Mayeur évoque le soutien que lui accordait le cardinal Merry Del Val, qui écrivait en 1911 à (...)
  • 18 Ainsi, en mars 1914, le docteur Guermonprez déclare dans une réunion privée qu’« il est odieux de (...)

12Les facultés catholiques de Lille ont été édifiées dans la partie occidentale de la ville, en bordure de la citadelle, dans le quartier Vauban. Ses bâtiments oxfordiens de style néo-gothique, construits à la fin du XIXe siècle, forment le pendant des facultés d’Etat édifiés à l’autre bout de la cité, dans le quartier Angellier, de style néo-classique. Il s’agit donc d’une « contre-université », parfait terreau pour une ligue incarnant une droite radicale. Plusieurs professeurs des facultés catholiques, et parmi eux des membres fondateurs, ont participé ou sympathisé avant 1914 avec l’AF. Parmi eux, une place de premier plan revient au professeur de médecine François Guermonprez16. Chirurgien réputé, membre de l’équipe fondatrice de la faculté catholique de médecine à la fin des années 1870, François Guermonprez s’était signalé comme une figure de l’intransigeantisme religieux, notamment en participant à l’instauration du serment antimoderniste exigé des professeurs de la « catho ». Défenseur sans concession des droits des catholiques, il allait jusqu’à la remise en cause du régime républicain lui-même. Fondateur en 1896 d’un comité royaliste, adversaire acharné de l’abbé Lemire17, qu’il dénonçait auprès des autorités romaines, il devint naturellement, avant 1914, le premier président de la ligue dans le Nord, en même temps qu’un actif collaborateur du Nord patriote18.

  • 19 Sur Gustave Théry (1836-1928), André Caudron, op. cit. Pierre Pouchain, Les Maîtres du Nord, Paris (...)
  • 20 ADN, M/154/236, rapp. du 8 janvier 1924. Ce document fournit la liste des 14 membres du comité dir (...)

13Une autre figure, Gustave Théry, présente la même connexion entre intransigeantisme religieux et radicalisme politique19. Issu d’un milieu légitimiste et fils d’un sénateur inamovible, Gustave Théry fit une carrière d’avocat, inscrit au barreau de Lille de 1859 à 1920. Son nom est lié à l’histoire des facultés catholiques. Membre du bureau central d’organisation de l’université catholique en 1873, rédacteur de ses statuts et signataire de l’acte constituant la société civile de cette université, il fut membre de son conseil d’administration de 1877 à 1921. Conseiller juridique de l’archevêque de Cambrai, qu’il seconda dans la défense des congrégations, Théry défendait les thèses du catholicisme « intégral », réclamant « un gouvernement absolument chrétien ». Il était par ailleurs lié à l’Association catholique de patrons du Nord, et restait en matière économique un partisan du libéralisme classique, éloigné des thèses antilibérales qui apparaissaient parfois dans ce secteur de l’opinion. Un de ses gendres, Paul Delepoulle (1868-1944), avocat et professeur de droit à la faculté catholique de 1906 à 1938, président du conseil central du Nord des Conférences de Saint Vincent de Paul de 1905 à 1923, date à laquelle il résilia cette fonction, était membre du comité directeur de la section lilloise de la ligue en 1924. A cette même date, le docteur Guermonprez et Gustave Théry sont encore cités parmi les personnalités connues de l’Action française, bien que l’essentiel de leur action se situe avant 191420.

  • 21 ADN, M/154/238, rapp. des 11 décembre 1923, 10 mai 1925, 9 décembre 1925.

14D’autres personnalités des facultés catholiques, moins connues, ont pu jouer un rôle : le professeur Verdier (avant 1914) ; les doyens honoraires (en 1924) Vallas (droit) et Witz (sciences) ; le doyen Sélosse (droit), doyen en exercice en 1924 : les sciences juridiques sont donc largement représentées. Il est plus difficile d’apprécier le poids des étudiants des facultés catholiques dans l’organisation lilloise étudiante d’Action française, section de la Fédération nationale des étudiants d’Action française. Au milieu des années 1920, le vice-président des étudiants lillois d’AF est explicitement mentionné comme inscrit à la « catho », alors que le président du groupe est le fils d’un ancien professeur de droit, décédé en 1905, le marquis de Vareilles-Sommières. Dans une réunion organisée par les étudiants de la ligue à la même époque, l’observateur de la police signale que sur les 250 personnes présentes, la plupart étaient inscrites à la faculté catholique21.

15Il convient toutefois d’insister sur un point. Si les facultés catholiques, par suite de la connexion du politique et du religieux, constituaient un vivier non négligeable pour la ligue royaliste, cette sensibilité était loin d’être majoritaire dans l’institution, où les ralliés et les catholiques sociaux (tel Duthoit) étaient largement représentés. Il n’en reste pas moins que ces personnalités conféraient à la ligue une forme de respectabilité, qui tranchait avec l’image d’agitation brouillonne souvent attachée à l’organisation royaliste. Elles bénéficiaient, en outre, de la sympathie discrète, sinon de l’appui constant, des deux premiers évêques de Lille, NNSS. Charost (1913-1920) et Quilliet (1920-1928).

Les milieux de l’industrie

16La ligue recrutait également dans les milieux d’affaires. Dans les comités des sections, à leur tête, comme dans les listes de personnalités influentes, on trouve des représentants de cette catégorie. Certains apparaissaient au grand jour, d’autres restaient discrètement dans une semi-pénombre.

  • 22 ADN, M/154/236, rapp. du 8 janvier 1924. Autres professions : deux avocats, un médecin (le docteur (...)
  • 23 Sur Vermersch, A. Caudron, op. cit. Il occupait une grande place dans la filature. Par la suite, i (...)
  • 24 Cette liste de cinquante noms, différente de celle du comité directeur concerne les « personnes ad (...)

17On connaît relativement bien la composition des comités directeurs des sections. Ainsi, pour celle de Lille, dont la composition et les professions de ses membres sont indiquées pour 1924. Sur 14 membres, on compte 5 industriels, à côté de deux négociants : la moitié du comité provient donc directement des milieux d’affaires22. Sans doute, le terme « industriel » appelle-t-il, ne fût-ce que par son caractère polysémique, des précisions. Il peut désigner des activités de nature très différente et de surface économique très variable. On sait que deux d’entre eux, des filateurs, appartenaient au monde du textile, Merveille et Georges Vermersch23. Un autre, René Dewynter, brasseur à Haubourdin, occupait un rang inférieur dans la hiérarchie implicite qui régissait le monde des affaires. Le monde du textile était fortement présent parmi les personnes sympathisantes. Sur les 30 personnes dont la profession est citée, sur une liste de 50 noms, on relève 12 industriels, dont trois sont explicitement mentionnés comme « filateurs », un comme brasseur, et l’on sait par ailleurs qu’Eugène Mathon, cité lui aussi, sans précision, vient évidemment du milieu textile. Les hommes d’affaires versés dans la finance (banque, assurance, bourse) ne sont que quatre, dont un Scalbert24.

  • 25 Sur les d’Halluin, ADN, M/154/242, rapp. des 30 janvier 1924, 25 août 1922 ; M/154/239, rapp. du 1 (...)
  • 26 Sur Vermereen, ADN, M/37/74, rapp. du 28 avril 1914. Voisin et ami de Ryckewaert, il se serait pré (...)
  • 27 Sur Dunkerque, ADN, M/154/236, rapp. du 28 juin 1925. Le secrétaire du comité dunkerquois est un é (...)

18A Roubaix, on retrouve l’influence du milieu textile. La famille d’Halluin y joue un rôle considérable. Le père, le tisseur Edouard d’Halluin, âgé en 1924 de 66 ans, jouit d’une fortune importante, dont il use pour subventionner la ligue, sans jamais paraître dans les réunions du mouvement. Ses trois fils, tisseurs comme lui, s’engagent dans la même direction, mais de façons différentes : Robert finance ; Bernard préside la section de manière ostensible – il se rend tous les jours à sa permanence ; le troisième, Ernest, s’occupe de tâches militantes plus concrètes, comme secrétaire de section, chargé entre autres activités, de la liaison avec les Camelots du roi25. D’autres industriels de moindre envergure, comme François Ryckewaert ou son ami le teinturier dégraisseur Auguste Vermereen26, tous deux roubaisiens, jouent un rôle important dans la section, mais surtout au niveau des réalités militantes concrètes. Ces petits hommes d’affaires jouent également un rôle non négligeable dans les sections périphériques, celles d’Halluin, animée par le propriétaire d’une blanchisserie, Auguste Vandewynckèle, ou d’Haubourdin, dirigée par le brasseur Dewynter. Dans les grandes villes où une section a pu se développer, Dunkerque et Valenciennes, l’industrie est peu présente dans les comités, au profit de l’armement – Joseph Thieulin de Dunkerque dirige un consortium maritime -, ou de la banque - Mabille de Poncheville de Valenciennes est banquier27.

  • 28 Eeckman était le fils d’un ancien président du tribunal de commerce de Roubaix. Membre de la socié (...)
  • 29 ADN, M/37/76c, rapp. du 10 avril 1924.
  • 30 ADN, M/154/242, rapp. du 27 août 1922.

19Les milieux d’affaires - et il convient de discerner les strates que recouvre cette expression - jouait donc un rôle de premier plan, sinon exclusif, dans l’organisation royaliste du Nord. Leur influence était discernable à plusieurs niveaux. Celui du financement tout d’abord. Ainsi, la société de l’Imprimerie française de l’édition, qui imprimait L’Action française, bénéficiait-elle des fonds de certains de ces hommes d’affaires : Robert et Edouard d’Halluin ; de petits industriels de Bavay, les frères Derome ; d’un riche agent d’assurances roubaisien, AndréEeckman28. Eugène Mathon est également cité comme membre du conseil d’administration de l’Imprimerie française d’édition. Lui aussi est considéré comme bailleur de fonds, tout en se gardant d’afficher ouvertement ses liens avec l’Action française29. Mais il semble que les industriels aient envisagé un autre type d’action, à un autre niveau, la propagande auprès de leurs employés. Dans un rare cas de témoignage précis, à propos de la section de Roubaix, la tentative ne se solda pas par un succès. Si la section, en 1922, comptait 300 membres, il s’agissait surtout de gros industriels ou de commerçants. Une propagande s’exerçait bien sur les employés, mais avec des résultats qui n’atteignaient pas l’ampleur « qui avait été escomptée par les dirigeants »30. A un troisième niveau, l’échelon national ou régional, les hommes d’affaires partisans de l’Action française pouvaient jouer de leur influence sur les organisations professionnelles nationales ou sur d’autres organes de presse. Eugène Mathon possédait Le Télégramme du Nord ; il fut même introduit pour un temps (1922-1924) dans le conseil d’administration de La Journée industrielle. L’organisme professionnel qu’il créa à la même époque, le Comité central de la Laine, représentait un groupe de pression national de premier ordre. Mais ceci lui conférait-il une réelle force de frappe au service de la ligue ?

  • 31 Sur E. Mathon (1860-1935), Pierre Pouchain, Les maîtres du Nord…, op. cit., p. 222-233 et 255-258.
  • 32 André Caudron, « Du Consortium à la Bourgeoisie chrétienne », dans la Revue du Nord, avril-septemb (...)

20Le cas d’Eugène Mathon reste à vrai dire complexe. Chez lui, pas de fidélité monarchique, discernable par exemple chez d’Halluin, mais un intérêt précoce pour la question sociale, comme en témoigne dans sa jeunesse sa participation aux congrès de la Réforme sociale de Le Play31. Son interprétation autoritaire des thèmes de la société organique – l’autorité patronale, et paternelle, nécessaire ciment du corps social -, aussi bien que l’intransigeantisme religieux, le rapprochèrent de l’AF, dès avant 1914. Mais, par la suite, ses diverses entreprises se situèrent sur un autre registre que l’action politique. Dans les années 1920, il soutint, au moins au début, la tentative de Georges Valois, lui-même un dissident de l’Action française, sur laquelle nous reviendrons. Ses tendances autoritaires se manifestèrent surtout à travers une institution mise en place en 1920, le Consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing, destinée à gérer une caisse de compensation en vue de répartir les allocations familiales entre les entreprises adhérentes, mais aussi à contrôler les salaires et à régler les conflits du travail dans un sens autoritaire. L’action de Mathon devait consister surtout à contester la légitimité des syndicats catholiques libres, en tentant de recourir, en définitive sans succès, au magistère romain32. Des doctrines de l’Action française, il retenait essentiellement le thème du maintien d’une autorité patronale, bienfaisante sans doute, mais sans partage. Il accepta sans état d’âme la condamnation de l’Action française, car, au fond, cette entreprise politique ne le concernait que de manière indirecte. Son influence sur les milieux patronaux connaissait d’ailleurs d’évidentes limites. Ses initiatives en faveur du franc-or lui aliénèrent une grande partie des milieux patronaux, majoritairement stabilisateurs, alors qu’il défendait les thèses des revalorisateurs. Le soutien, même temporaire, qu’il accorda à Georges Valois, ne reçut pas meilleur accueil. Enfin, la prétention du Consortium à réglementer les conditions de travail dans tout le secteur textile septentrional lui aliéna une partie de ses confrères et en particulier son propre beau-frère, Eugène Motte – dont le séparaient aussi ses choix politiques.

Le monde des avocats

  • 33 ADN, M/154/239, rapp. du 23 avril 1934. Sont cités, outre de Roux, Pruvost, ancien bâtonnier de Li (...)

21En nombre moins élevé que les hommes d’affaires, les avocats, parmi lesquels on comptait encore de nombreux catholiques, avaient une forte présence dans l’univers de la ligue. A Lille, en 1924, deux avocats appartenaient au comité directeur, Paul Delepoulle et B. de Vareilles-Sommières, un des fils de l’ancien professeur de droit des facultés catholiques. Quatre étaient cités parmi les personnalités influentes, dont Gustave Théry et Brackers d’Hugo, appelé à jouer un grand rôle dans les années 1930. Dans les grandes villes de la périphérie régionale, siège d’un tribunal, les avocats jouaient toujours un rôle important dans les sections, à Dunkerque, Valenciennes, et même à Douai, bien qu’aucune section durable n’ait vu le jour dans cette ville. Une coordination politique et professionnelle s’établit entre eux, tardivement attestée (1934), par l’organisation d’un banquet régional des avocats royalistes, présidé par Marie de Roux, avec la participation de 33 avocats inscrits aux barreaux de Lille, Douai, Valenciennes, Saint-Omer, Béthune, Dunkerque33. Ainsi, la géographie du mouvement recoupait-elle partiellement celle des barreaux de la région.

  • 34 ADN, M/154/236A, rapp. du 23 octobre 1922.

22Il apparaît donc que la ligue, non seulement disposait d’un réseau de sections relativement bien étoffé, mais bénéficiait également de relais dans la société « établie » du Nord. Certes, ses partisans demeuraient minoritaires dans les milieux dirigeants, mais ne représentaient nullement une réalité marginale. Cet état de fait n’était pas seulement lillois. On trouve à Valenciennes, au début des années 1920, des dirigeants « bien considérés », « mus surtout par leur souci de défendre les idées catholiques et cléricales ». Comment mieux définir la respectabilité34 ? Malgré l’inexistence d’une base électorale, la ligue reposait sur une base militante, en partie populaire, et sur des réseaux de notables bien établis dans les milieux dirigeants. Mais la ligue, comme on l’a vu, bénéficia longtemps d’une liaison établie entre le politique et le religieux, en accueillant les tenants de l’intransigeantisme. Que pouvait-il advenir du jour où la condamnation romaine porta atteinte à cette liaison ?

Etapes et causes d’un déclin

23Si la condamnation romaine a eu un effet indéniable sur les comportements et l’organisation de l’Action française dans le Nord, des signes d’essoufflement se faisaient sentir dès les années 1920, qui affectaient le dynamisme et l’expansion du mouvement royaliste, bien avant la condamnation de 1926.

Des signes d’essoufflement précoces

24La reprise de l’activité dans les années 1922-1923 ne sauraient masquer, en effet, des signes avant-coureurs des difficultés de la fin de la décennie. On pourrait retenir trois catégories de facteurs qui ont concouru à créer le malaise, d’ordre générationnel, d’ordre social, d’ordre religieux.

  • 35 ADN, M/154/113, rapp. du 8 juin 1931. Il est précisé que Vareilles– Sommières assiste aux réunions (...)

25Le premier signe avant-coureur a été à coup sûr une sorte d’épuisement générationnel. L’Action française d’avant 1914 avait bénéficié du concours d’hommes de grande valeur, dont on a donné plus haut une rapide présentation. Mais dans les années 1920, Gustave Théry est octogénaire, le docteur Guermonprez septuagénaire ; ils ne jouent plus un grand rôle dans la ligue. Les enfants et petits-enfants de Théry lui succèdent, sans avoir le même prestige et la même aura que leur père et grand-père. Il en est de même pour les descendants de Gabriel de Vareilles-Sommières, décédé en 1905, avant la fondation de la ligue dans le Nord : un de ses fils est avocat ; un autre, associé à son beau-père, gère une blanchisserie à Lille et dirige la section de Lomme-Lambersart35. Certes, la ligue des années 1920 ne manque certainement pas d’hommes de valeur ; elle ne retrouve pas, toutefois, la même combativité dynamique, peut-être parce qu’une des données du problème, la question religieuse, a évolué depuis la Grande Guerre.

  • 36 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1899-1939, o (...)
  • 37 André Caudron, op. cit., articles « Convain » (1897-1954) et « Danchin » (1899-1982).
  • 38 ADN, M/37/76c, rapp. des 18 et 24 mars 1924. La stratégie électorale de l’Entente visait à rassemb (...)

26Au sein même du monde catholique, les tensions se font vives dans les années 1923-1925. Dans l’Association catholique de la jeunesse française (ACJF), se dessine une tendance à distinguer nettement l’engagement apostolique et l’engagement politique36. Cette position de l’ACJF supposait toutefois implicitement que les catholiques acceptent la forme institutionnelle dont le pays s’était doté. Dans le Nord, ce conflit ne fut pas sans répercussions dans les années 1923-1924. Le militant catholique Henri Convain, président du comité central de la Fédération de la jeunesse catholique de Lille, vice-président de l’union diocésaine de l’ACJF, en désaccord avec l’orientation dessinée par Charles Flory, président national de l’ACJF, abandonna ses mandats en 1923. La personnalité qui le remplaça à la tête de l’ACJF lilloise, André Danchin, fit ouvertement part de ses fortes réserves à propos de la compatibilité éventuelle entre l’appartenance à l’AF et à l’ACJF37. De manière générale, la tendance des organisations catholiques à marquer une claire séparation entre les militantismes se fit sentir de plus en plus nettement. Ainsi, à la veille des élections de 1924, à l’occasion d’un congrès des sections du département du Nord de la ligue, qui devait se tenir à Tourcoing les 22 et 23 mars, les responsables de la Maison des Œuvres, siège des œuvres catholiques de Tourcoing, refusèrent de mettre leur salle de réunion à la disposition des ligueurs, qui durent se réunir dans un hôtel voisin. Très peu de Tourquennois assistèrent à cette manifestation : « un mot d’ordre d’abstention semble avoir été donné dans les groupements catholiques », note l’observateur de la police38. Même si la raison donnée par ce dernier est purement conjoncturelle – les dirigeants catholiques, proches du « parti libéral », c’est-à-dire de l’Entente, auraient agi par calcul en vue des élections, pour se démarquer de la ligue -, il est bien difficile de ne pas retrouver là l’écho du conflit plus large et plus profond qui traversait le monde catholique. Ainsi, le grand effort de clarification engagé au plan national, portant sur la signification de l’engagement civique pour les catholiques trouvait-il son écho dans le Nord, agissant comme un frein à ce qui semblait une phase d’expansion de l’Action française.

  • 39 Georges Valois, L’Homme contre l’argent. Souvenirs de dix ans, 1918-1928, Paris, Librairie Valois, (...)
  • 40 ADN, M/154/270, rapp. du 11 décembre 1925. Le rapport fait état du refus de Martin-Mamy, rédacteur (...)
  • 41 Il s’en explique longuement dans un article du Nouveau Siècle, en date du 27 mars1927.

27Un troisième signe réside dans l’échec des tentatives réalisées pour concrétiser les doctrines sociales de la ligue. Eugène Mathon accorda son appui à George Valois, et contribua à diffuser dans le Nord l’ouvrage du théoricien « national-syndicaliste » l’Economie nouvelle, publié en 192039. Il accorda également son appui aux autres initiatives de Valois, la Confédération de l’intelligence et de la production française, créée en 1920, devenue l’Union des corporations françaises en 1924, de même qu’aux Etats généraux de la production française (1922), dont il assura la présidence. Sans doute y avait-il malentendu, comme l’expliqua G. Valois lui-même, qui se posait en partisan de l’indépendance réciproque des syndicalismes patronaux et ouvriers, la pression de ces derniers obligeant les premiers à procéder à des améliorations techniques bénéfiques pour l’économie et la société tout entière. Mathon faisait mine d’accepter cette thèse, mais songeait surtout à un système dont la direction reviendrait exclusivement au patronat. La rupture intervint dans le courant de 1925, au moment où Valois, s’éloignant définitivement de la ligue, fonda le Faisceau. Mais des raisons particulières provoquèrent la rupture entre lui et Mathon. Ce dernier lui reprochait une politique d’« ouverture » à l’égard d’anciens militants de gauche, socialistes ou communistes40. Quant à Valois, il n’acceptait pas la politique patronale que mettait en place l’industriel par l’intermédiaire du Consortium et de Désiré Ley41.

  • 42 ADN, M/154/239, rapp. des 16 juin 1928 et 14 septembre 1928. ADN, M/154/236A, rapp. des 22 janvier (...)
  • 43 ADN, M/154/237, rapp. des 11 septembre et 22 octobre 1930. Larpent proposa d’envoyer des conférenc (...)

28Après la rupture, l’Union des corporations françaises survécut. Une tentative d’implantation eut lieu quelques années plus tard, à la fin des années 1920. Une section est attestée à Halluin, la « ville rouge », en 1928. Elle créa une petite bibliothèque, qui comprenait des ouvrages de Firmin Baconnier et les productions de la Librairie Jean Rivain ; elle patronna des causeries portant sur les doctrines de René de le Tour du Pin. Le responsable du groupe AF d’Halluin organisa des conférences d’un délégué national de l’UCF, Roger Sémichon, industriel de Levallois-Perret, avec un succès mitigé (120 participants)42. L’UCF conserva cependant un siège à Halluin, un bureau composé de huit membres, sa bibliothèque d’ouvrages économiques et sociaux. Par ailleurs, des organisations affiliées, l’Union professionnelle des représentants et voyageurs de commerce et l’Union de la corporation automobile tentèrent de s’implanter, mais sans succès. La ligue est restée à l’égard des conflits sociaux majeurs du moment. Alors que les organisations syndicales catholiques de salariés obtenaient gain de cause auprès de Rome, qui reconnaissait la légitimité de leur action spécifique, les solutions corporatistes proposées par l’AF ne rencontraient pratiquement aucun écho. Là encore, c’était le signe d’un essoufflement, ou, au moins, d’une flagrante incapacité à proposer une solution aux conflits du travail en cours, malgré des velléités, attestées par la tentative du colonel Georges Larpent, responsable national qui, au cours d’une rencontre avec les dirigeants du Nord, leur recommanda de recruter parmi les travailleurs43. Cet échec social eut lieu postérieurement à la condamnation romaine, mais on peut y voir, davantage qu’une conséquence de celle-ci, un effet de la prise de position romaine en matière de syndicalisme, manifestée par la publication en août 1929 de la lettre adressée par Rome au nouvel archevêque de Lille, Achille Liénart, sur la légitimité de l’action syndicale des salariés.

Les effets de la condamnation : un traumatisme ?

  • 44 ADN, M/154/237, rapp. du 22 octobre 1922. Eugen Weber analyse longuement ce document, dans L’Actio (...)
  • 45 Un rapport de janvier 1929 indique qu’en 1928, 237 camelots de Lille, Roubaix, Tourcoing et enviro (...)

29Un rapport du 22 octobre 1930, adressé par le préfet du Nord au ministre de l’Intérieur présente une Action française dans une situation critique : l’Action française n’a plus dans le Nord qu’une « importance minime », « les difficultés survenues entre les dirigeants et le Vatican leur ont aliéné la sympathie du monde catholique du Nord », telles étaient les conclusions de ce rapport44. Les indices chiffrés montrent une déperdition désespérante des forces vives de l’arrondissement de Lille – le seul concerné par ce document, qui ne parle pas des autres arrondissements. Le nombre d’adhérents serait passé de quelques centaines pour Lille même à un peu plus d’une centaine ; à Roubaix, il n’y en aurait eu plus que 15 – il y en avait 300 quelques années auparavant ! -, 10 à Tourcoing, 12 à Lomme, 12 à Halluin. Fonte des commissaires, des camelots et des étudiants royalistes (de 150 à 15) ; diminution par deux du tirage du National de Flandre et d’Artois ; baisse dramatique de la diffusion de l’Action française : 150 à Lille (plus 40 abonnés), 35 à Roubaix, 28 à Tourcoing. Outre ces indices chiffrés, le rapport se fait l’écho de la faible activité : une seule réunion du groupe lillois en 1930, 200 présents pour 1 800 convoqués ; des réunions peu nombreuses, sinon inexistantes, à Roubaix, Tourcoing, Halluin. Même si l’on peut discuter de certaines données – la baisse de Roubaix paraît quand même exagérée – d’autres rapports attestent de réorganisations – à Lille, la division en sept secteurs est supprimée -, de démissions massives45, et du faible nombre de réunions médiocrement fréquentées – à Lille, le chiffre de 300 n’est jamais dépassé pour les 4 ou 5 réunions tenues en 1929-1930.

  • 46 ADN, M/154/238, rapp. des 24 mai 1928, 14 février 1929, 10 février 1931.

30Le renouveau ultérieur de la ligue, que l’on verra par la suite, incite tout de même à une grande prudence. A n’en pas douter, il devenait plus difficile à la ligue de mener son action au grand jour, mais les sympathies pouvaient persister. Pour les étudiants des facultés catholiques, il devenait difficile de manifester un intérêt pour l’Action française, par suite d’une instruction des autorités académiques des facultés catholiques interdisant à leurs étudiants d’adhérer ou de participer à des manifestations organisées par l’Action française. Tel étudiant ayant été aperçu au défilé de Jeanne d’Arc, au printemps de 1928, fut donc exclu, puis réintégré à la suite des protestations de certains de ses camarades regroupés en comité de défense. Par la suite, certains d’entre eux quittèrent la « catho » pour s’inscrire à l’université d’Etat. En 1931, l’organisation des étudiants lillois prit la décision de ne plus se livrer à une propagande ouverte, mais de recourir à des moyens indirects : « faire de la propagande individuelle progressive masquant tout d’abord le vrai but et organiser des cercles d’études, avec le concours d’orateurs »46. Cette technique de propagande souterraine explique peut-être l’impression de disparition d’une organisation qui devait renaître quelques années plus tard de façon spectaculaire.

  • 47 Pierre Trimouille, « La Bourgeoisie chrétienne du Nord », dans la Revue du Nord, avrilseptembre 19 (...)
  • 48 P. Chombart de Lauwe fut remplacé par l’industriel Edouard Bernard, indiqué comme président en 193 (...)
  • 49 ADN, M/154/237. Rapp. d’octobre 1934
  • 50 Eugène Fritsch, représentant de commerce, chef des vendeurs de l’AF à la fin des années 1920, cons (...)

31Certes, il y eut, parmi les notables, des abandons : on a vu le cas de Mathon, sympathisant du reste peu convaincu au plan doctrinal ; Bernard d’Halluin fut réélu président de sa section en 1929, mais n’occupait plus cette fonction en 1934. Sincère partisan du corporatisme, il s’était éloigné du Consortium, pour se rapprocher dans les années 1930 du groupe de la Bourgeoisie chrétienne, association de patrons qui tentaient de concilier les exigences spirituelles et les nécessités professionnelles. En 1942, d’Halluin était nommé président du syndicat textile de Roubaix-Tourcoing, fonction qu’il exerça jusqu’en 195447. Mais son frère Ernest figurait encore en 1936 parmi les dirigeants de la section. De même, le comité directeur de Lille fut remanié, passant de 14 membres en 1924 à 7 en 1930 – dont le secrétaire appointé. La plupart figurait parmi les dirigeants de 1924, soit comme membres du comité directeur, soit comme personnalités : on retrouvait Pierre Chombart de Lauwe, un banquier, deux industriels, l’avocat Brackers d’Hugo, devenu avocat conseil des groupes royalistes, avec, en plus, deux voyageurs de commerce48. De même, on retrouve dans une liste établie en 1934 une douzaine de personnalités dirigeantes, avec des noms connus : le docteur Delattre, le marquis de Vareilles-Sommières, Vermeersch, quatre membres de la famille Théry49. S’y ajoutent des éléments plus « militants », moins « bourgeois » : un clerc de notaire, Pierre Buisine, secrétaire du groupement lillois et un représentant de commerce chargé de diriger le groupe des commissaires remis sur pied50. Il faut d’ailleurs nuancer ; les notables sont absents des grandes manifestations de masse de la ligue de 1934-1935, dont on parlera plus loin, mis à part Chombart de Lauwe et Brackers d’Hugo. Bon nombre d’entre eux se sont donc éloignés de l’Action française, bien que quelques-uns lui soient sans doute restés discrètement fidèles. Des éléments socialement moins bien « placés » jouent un rôle plus marqué. Il y a donc bien « désétablissement » du mouvement dans les années 1930. Dans les autre sections de moindre importance, on constate également des permanences, les petits industriels Ryckewaert et Vandewyckèle, tous deux militants acharnés, à Roubaix et Halluin ; les avocats Bouly de Lesdain et de Méreuil à Dunkerque et Douai ; le banquier Mabille de Poncheville à Valenciennes.

Le renouveau des années 1930

32A partir de la fin de 1933, une reprise du mouvement présenté comme agonisant en 1930 s’amorce pour se poursuivre jusqu’en 1936. Deux variables permettent de mesurer cette reprise, la participation aux réunions de la ligue et la croissance du nombre d’adhérents.

  • 51 ADN, M/154/239, rapp. des 22 novembre 1930, 30 novembre 1932, 30 janvier 1933, 28 avril 1933, 5 ma (...)
  • 52 ADN, M/154/239, rapp. des 31 janvier 1935 et 16 novembre 1935.
  • 53 Eugen Weber, op. cit., p. 350. « Comme 1933 touchait à sa fin dans un climat jamais aussi tendu de (...)

33L’analyse de la fréquentation des réunions publiques entre 1930 et 1935 révèle une croissance continue des personnes présentes. En novembre 1930, on l’a vu, l’AF lilloise avait réuni 300 participants ; un an plus tard, en novembre 1932 – après une année pratiquement vide -, une centaine – encore s’agit-il d’une réunion contradictoire ; la moitié sont des adversaires. Le décollage se produit en 1933 : 100 participants en janvier, 200 en avril, 550 en mai, 1500 en novembre. De grandes manifestations en 1934 et 1935 attirent plus de 1 000 personnes (1 500 en janvier 1934 et en décembre 1935, cette dernière en présence de Maurras, salle des Ambassadeurs)51. Une réunion des étudiants d’Action française regroupa 520 personnes en janvier 1935, tandis que le groupe des Dames et jeunes filles d’Action française rassemblait 150 personnes en novembre 193552. Ces chiffres, surprenants au premier abord, après la chute de 1928-1930, ne sont toutefois pas originaux. Eugen Weber constate une reprise de l’activité de la ligue (dès 1932) à cette époque dans l’ensemble des secteurs où l’Action française avait exercé une influence53.

  • 54 ADN, M/154/237, rapport d’octobre 1934.
  • 55 La section d’Hazebrouck, récemment réorganisée, était la seule animé par un cultivateur, le maire (...)

34Une deuxième variable, le nombre d’adhérents, vient confirmer cette impression. Deux rapports, établis en 1934 et 1936, infirment les conclusions de celui de 1930, selon lequel la ligue n’aurait plus exercé aucune influence. Celui de 193454 estime à 1500 le nombre de ligueurs pour le département tout entier, chiffre qu’il est malaisé de comparer avec le rapport de 1930, qui ne fournit pas d’estimation globale. Il fournit par ailleurs des chiffres pour les arrondissements, hors celui de Lille : Cambrai : 39 à Cambrai même, plus 25 à Le Cateau ; Dunkerque : 60, et Hazebrouck : 3055 ; Valenciennes : 305 ; Maubeuge (Avesnes) : 17 ( ?) ; Douai : 150.

35Les chiffres de l’arrondissement de Lille ne sont pas fournis, sauf Tourcoing, crédité de 300 adhérents ( ?). Un effectif de 400 à 500 membres pour Lille et environs paraît vraisemblable. Les effectifs des organisations affiliées à la ligue pour les deux départements du Nord et du Pas-de-Calais confirme cette impression. Le groupe des commissaires d’Action française, reconstitué, comptait 200 jeunes gens ; celui des étudiants d’AF, 200 ; les Dames royalistes, présidées par Mme Chombart de Lauwe, 100 ; les Jeunes filles royalistes, 60.

  • 56 Un rapport synthétique (non daté) a été établi conformément à une directive de la préfecture du 15 (...)
  • 57 ADN, M/154/236 B, rapp. du 14 février 1936.

36Enfin, plusieurs rapports établis en 1936 avant la dissolution des organisations d’Action française, fournissent des estimations en décrue par rapport à celles de 1934. La ligue a manifestement reculé, mais les effectifs restent à un niveau élevé : 650 pour l’arrondissement de Lille ; 260 pour Valenciennes, dont 60 dans la ville même ; 60 pour Avesnes, dont 40 à Maubeuge ; 40 pour Cambrai, Dunkerque, Hazebrouck ; 30 pour Cambrai ; 20 à Cambrai ( ?)56. Un effectif dépassant le millier semble une estimation raisonnable, malgré le caractère souvent peu fiable des renseignements fournis. Dans deux cas, à Dunkerque et à Valenciennes, la cause de la diminution est explicitement indiquée : la poussée des Croix-de-feu, auxquels les membres de la section de Dunkerque demandent leur rattachement57.

37Reste la question la plus délicate, surtout en l’absence d’éléments comparatifs. S’agit-il de nouveaux adhérents, issus de milieux plus populaires que les classes moyennes des années 1920 – c’est la thèse soutenue par Eugen Weber ? Sur ces deux points, il est possible d’apporter un élément de réponse, grâce à l’analyse de la composition socioprofessionnelle des adhérents de la ligue de l’arrondissement d’Avesnes. Estimés à une vingtaine en 1934, ils sont une soixantaine en 1936. Il s’agit donc bien de nouveaux adhérents pour un grand nombre d’entre eux, même si des réserves s’imposent à propos du chiffre de 1934. 41 sont domiciliés à Maubeuge, les autres habitent des communes environnantes. Sur les 60 membres, on compte :

  • Rentiers : 4
  • Industriels : 3
  • Professions libérales : 9 (dont 4 médecins)
  • Commerçants, négociants, courtiers : 13
  • Agents supérieurs : 12, dont 7 ingénieurs
  • Employés : 11
  • Ouvriers : 2
  • Etudiant : 1
  • Sans profession mentionnée ou retraités : 6
  • 58 ADN, M/154/239, rapp. du 31 octobre 1927.

38Les membres influents considérés comme les animateurs locaux de la ligue sont précisés : un agent en charbonnages de Rousies, un médecin de Maubeuge, ces deux derniers étant déjà mentionnés comme principaux animateurs en 192758, un notaire et son fils, étudiant en droit, un retraité.

  • 59 Parlons franc, 25 juin 1935.

39Malgré le caractère partiel des informations disponibles, il est possible d’émettre, raisonnablement, quelques conclusions. 1) L’activité militante de la ligue reste à un niveau élevé au moment de sa dissolution, malgré un certain ralentissement ; 2) l’encadrement notabiliaire supérieur, provenant des milieux des facultés catholiques de Lille ou de l’« aristocratie » du textile, s’est éloigné ou s’est replié dans une discrète réserve ; 3) le noyau de militants actifs, issus des classes moyennes – petits industriels, employés, commerçants, etc. – n’a pas disparu, et forme toujours l’encadrement des sections qui subsistent dans les année 1930 ; 4) un recrutement populaire, surtout issu des milieux des employés, représente bien une réalité, sans que ce phénomène puisse être considéré comme une totale nouveauté. Ce dernier trait mérite réflexion. Est-ce un pur effet de la radicalisation propre à la période, la ligue attirant des éléments séduits par sa radicalité, et peu soucieux des aspects religieux de la question ? Sans aucun doute. Il est possible d’ajouter qu’il n’est pas déraisonnable d’envisager l’existence d’un royalisme populaire, perceptible dans la propagande de la ligue. Ainsi, dans son journal Parlons franc (feuille créée dans les années 1930), la section de Lomme évoque longuement en juin 1935, la visite dans le Nord de la duchesse de Guise et de la comtesse de Paris. Reçues par des chefs d’entreprise, les princesses reçurent l’expression des espoirs qu’ils mettaient dans la « famille-chef » (sic), pour ramener l’ordre et la prospérité. On retrouve la transposition de l’idéologie familialiste : la nation est une grande famille, dont le père naturel est le souverain, thème éminemment populaire dans le contexte culturel régional59. Et à coup sûr, l’audience de ce thème dépassait le milieu des chefs d’entreprise.

40Les effets de la condamnation romaine furent réels dans le Nord, mais ne peuvent être considérés comme la cause unique de la disparition de la ligue. Bien avant, des facteurs de ralentissement étaient apparus. La conséquence principale de la condamnation fut sans conteste le « désétablissement » du mouvement, privé de l’appui des grands notables qui avaient participé à son rayonnement des années 1920. Il n’en subsistait pas moins un encadrement et sans doute une base plus populaires, qui explique la survie des années 1930. Les décrets de dissolution signés par Sarraut ont donc frappé un organisme encore vivant. Il convient cependant de se poser une question, sans pouvoir apporter une réponse décisive : l’Action française aurait-elle survécu au processus de recomposition des droites, engagé à partir de 1936, et dans lequel les Croix-de-feu, regroupés dans le PSF jouèrent un rôle majeur ?

Notes

1 Archives départementales (AD) du Nord, M/154/236, rapports des 2 mars 1925 et 18 juin 1925.

2 Sur la section de Valenciennes, rapport du 23 octobre 1922. Cambrai, 17 avril 1924. La Madeleine, 2 mars 1925. Dunkerque, 18 juin 1925. AD du Nord (désormais noté ADN), M/154/236.

3 Il s’agit d’un employé d’un marchand d’articles d’éclairage, d’un tapissier-décorateur salarié d’une maison connue rue Esquermoise, d’un trieur de déchets de la filature Toulemonde-Destombes, d’un ouvrier en calorifuge employé par un marchand de produits chimiques de Roubaix, François Ryckewaert. ADN, M/37/74 ; rapp. des 22, 23, 28 avril 1914.

4 Une de ces affiches résume le paradoxe de la situation : « croyez-vous qu’avec ce misérable morceau de papier [le bulletin de vote], vous êtes véritablement souverain ? »

5 ADN, rapp. du 19 avril 1924. M/37/76c.

6 ADN, M/154/239. Rapp. du 29 janvier 1923.

7 ADN, M/154/239. Rapp. du 1er février 1925.

8 ADN, M/154/236, rapp. du commissaire de police au préfet, 10 janvier 1926.

9 ADN, M/154/239. Rapp. du commissaire central de police de Lille, 29 janvier 1925. Le même policier ajoutait dans un rapport du 30 janvier que « bon nombre de réactionnaires, réfractaires aux thèses de Daudet, considèrent Daudet comme un voyou ». Il faut entendre par « réactionnaires » les catholiques conservateurs (ceux qui votaient pour l’Entente républicaine du Nord).

10 Jean-Marie Mayeur, L’Abbé Lemire. Un prêtre démocrate, 1853-1928, Paris, Casterman, 1968, p. 397. Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, Paris, Fayard, 2001.

11 Rapport du 29 novembre 1929, ADN, M/154/236. Le gérant du journal devient à partir de cette date un châtelain du Haut Artois, membre de la Fédération du Pas-de-Calais, Titelouze de Gournay, mais l ‘ impression se faisait à Lille.

12 Selon le rapport du préfet au ministre de l’Intérieur du 22 octobre 1930. ADN, M/154/237.

13 ADN, 154/M/239. Rapp. du 13 mai 1929.

14 Le fonctionnaire, déclarant avoir été sollicité par plusieurs habitants et « même par un ecclésiastique qui a demandé l’anonymat », les {les crieurs] avait fait « retirer momentanément de la circulation », au moins jusqu’à la fin des offices. Rapport du 15 janvier 1914, ADN, M/154/235.

15 Dans la vitrine de la section de Lomme, dès la fin de 1926, étaient exposés des livres, des journaux, des photos, des brochures. ADN, M/154/236. ; rapp. du 27 février 1936. Sur Halluin, ADN, M/154/236, rapp. du 21 février 1936. Ici, aucune propagande extérieure : le local AF – dans l’arrière-salle d’un café - était loué à une association d’anciens combattants. Sur Dunkerque, M/154/239, rapp. du 31 janvier 1928.

16 Sur Guermonprez (1849-1932), André Caudron, Lille-Flandre. Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1990. Jean-Marie Mayeur, op. cit., p. 445-447.

17 J.-M. Mayeur évoque le soutien que lui accordait le cardinal Merry Del Val, qui écrivait en 1911 à Mgr Delamaire, archevêque de Cambrai, qu’il s’agissait, lui et Devos, autre catholique intransigeant, de « bons catholiques qui, malgré quelques intempérances, combattent avec constance les erreurs de notre temps », op. cit., p. 405.

18 Ainsi, en mars 1914, le docteur Guermonprez déclare dans une réunion privée qu’« il est odieux de voir des catholiques et des prêtres comme l’abbé Lemire vouloir faire dire à l’encyclique de Léon XIII qu’il fallait se rallier à la République qui méconnaît le culte catholique, comme du reste tous les autres cultes. Il démontre que si les catholiques se ralliaient à la République, ce serait l’écrasement complet du catholicisme. Il n’y a, dit-il, qu’un roi pour défendre la cause religieuse, puisque la devise royale est Dieu et patrie. » ADN, M/154/235, rapp. du 28 mars 1914.

19 Sur Gustave Théry (1836-1928), André Caudron, op. cit. Pierre Pouchain, Les Maîtres du Nord, Paris, Perrin, 1998, p. 112, 130, 171, 221. J. -M. Mayeur, op. cit.

20 ADN, M/154/236, rapp. du 8 janvier 1924. Ce document fournit la liste des 14 membres du comité directeur et de 50 personnalités adhérentes ou sympathisantes de la section de Lille.

21 ADN, M/154/238, rapp. des 11 décembre 1923, 10 mai 1925, 9 décembre 1925.

22 ADN, M/154/236, rapp. du 8 janvier 1924. Autres professions : deux avocats, un médecin (le docteur Delattre, neveu par alliance de Guermonprez), un ingénieur (Charles Barbillon, secrétaire du comité), un propriétaire (Pierre Chombart de Lauwe), un officier de marine, un statuaire.

23 Sur Vermersch, A. Caudron, op. cit. Il occupait une grande place dans la filature. Par la suite, il devint président de la Croix Rouge de Lille.

24 Cette liste de cinquante noms, différente de celle du comité directeur concerne les « personnes adhérentes de l’Action française, [qui] se sont fait remarquer par leurs divers agissements au cours des démonstrations de ce groupement ». Autres métiers cités : 4 avocats, 3 universitaires, 1 architecte (Louis-Marie Cordonnier), 1 médecin (Guermonprez), 3 étudiants, et un pâtissier de la rue Esquermoise.

25 Sur les d’Halluin, ADN, M/154/242, rapp. des 30 janvier 1924, 25 août 1922 ; M/154/239, rapp. du 19 février 1929. Sur B. d’Halluin, A. Caudron, op. cit. Né en 1895, décédé en 1974, B. d’Halluin, époux de Suzanne Motte, engagé volontaire en 1914, familier du comte de Paris, aurait aidé celui-ci, avant l’abrogation de la loi d’exil, à franchir la frontière sous un nom d’emprunt.

26 Sur Vermereen, ADN, M/37/74, rapp. du 28 avril 1914. Voisin et ami de Ryckewaert, il se serait présenté à l’élection législative de 1914 sous l’influence de ce dernier.

27 Sur Dunkerque, ADN, M/154/236, rapp. du 28 juin 1925. Le secrétaire du comité dunkerquois est un épicier en gros. Sur Valenciennes, M/154/236, rapp. du 15 février 1923.

28 Eeckman était le fils d’un ancien président du tribunal de commerce de Roubaix. Membre de la société « établie » de Roubaix, il finançait, mais n’assistait jamais à une réunion. ADN, M/154/242, rapp. de 1924.

29 ADN, M/37/76c, rapp. du 10 avril 1924.

30 ADN, M/154/242, rapp. du 27 août 1922.

31 Sur E. Mathon (1860-1935), Pierre Pouchain, Les maîtres du Nord…, op. cit., p. 222-233 et 255-258.

32 André Caudron, « Du Consortium à la Bourgeoisie chrétienne », dans la Revue du Nord, avril-septembre 1990, p. 411-415 et p. 493, une intervention de Marcel Lepoutre sur Désiré Ley, secrétaire général du Consortium.

33 ADN, M/154/239, rapp. du 23 avril 1934. Sont cités, outre de Roux, Pruvost, ancien bâtonnier de Lille, Bouly de Lesdin (Dunkerque), de Méreuil (Douai), Vinstock (Valenciennes), Degraeve (Saint-Omer), de l’Estoille (Béthune). Tous occupent dans leur section une place importante.

34 ADN, M/154/236A, rapp. du 23 octobre 1922.

35 ADN, M/154/113, rapp. du 8 juin 1931. Il est précisé que Vareilles– Sommières assiste aux réunions, mais ne prend jamais la parole en public.

36 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1899-1939, op. cit., p. 242.

37 André Caudron, op. cit., articles « Convain » (1897-1954) et « Danchin » (1899-1982).

38 ADN, M/37/76c, rapp. des 18 et 24 mars 1924. La stratégie électorale de l’Entente visait à rassembler le plus grand nombre d’électeurs possible, ce que ne permettait pas l’attitude intransigeante de l’Action française.

39 Georges Valois, L’Homme contre l’argent. Souvenirs de dix ans, 1918-1928, Paris, Librairie Valois, 1928, p. 23-25.

40 ADN, M/154/270, rapp. du 11 décembre 1925. Le rapport fait état du refus de Martin-Mamy, rédacteur en chef du Télégramme, le journal de Mathon, de collaborer au Nouveau Siècle, le journal de Valois.

41 Il s’en explique longuement dans un article du Nouveau Siècle, en date du 27 mars1927.

42 ADN, M/154/239, rapp. des 16 juin 1928 et 14 septembre 1928. ADN, M/154/236A, rapp. des 22 janvier et 5 février 1930. La circulaire d’adhésion à l’UCF contenait une profession de foi : « Je suis partisan d’une organisation économique et sociale basée, non sur la proclamation des droits de l’individu, mais sur les solidarités essentielles : famille, commune, corps professionnel, province, nation […] Je réprouve l’ingérence de l’Etat dans les affaires des particuliers. »

43 ADN, M/154/237, rapp. des 11 septembre et 22 octobre 1930. Larpent proposa d’envoyer des conférenciers, mais il n’y eut pas de suite.

44 ADN, M/154/237, rapp. du 22 octobre 1922. Eugen Weber analyse longuement ce document, dans L’Action française, Paris, Hachette/Pluriel, 1985, p. 293.

45 Un rapport de janvier 1929 indique qu’en 1928, 237 camelots de Lille, Roubaix, Tourcoing et environs ont démissionné, à la suite, est-il précisé explicitement, du conflit entre la ligue et le Saint-Siège. ADN, M/154/239, rapp. du 26 janvier 1929.

46 ADN, M/154/238, rapp. des 24 mai 1928, 14 février 1929, 10 février 1931.

47 Pierre Trimouille, « La Bourgeoisie chrétienne du Nord », dans la Revue du Nord, avrilseptembre 1991. Sur B. d’Halluin, A. Caudron, op. cit.

48 P. Chombart de Lauwe fut remplacé par l’industriel Edouard Bernard, indiqué comme président en 1934, mais il conserva un rôle important.

49 ADN, M/154/237. Rapp. d’octobre 1934

50 Eugène Fritsch, représentant de commerce, chef des vendeurs de l’AF à la fin des années 1920, considéré par la police comme un militant violent, pour avoir perturbé en 1927 et 1931 des conférences de Sangnier et Champetier de Ribes. ADN, M/154/242, rapp. du 3 juin 1932.

51 ADN, M/154/239, rapp. des 22 novembre 1930, 30 novembre 1932, 30 janvier 1933, 28 avril 1933, 5 mai 1933, 15 novembre 1933, 27 janvier 1934, 8 décembre 1935.

52 ADN, M/154/239, rapp. des 31 janvier 1935 et 16 novembre 1935.

53 Eugen Weber, op. cit., p. 350. « Comme 1933 touchait à sa fin dans un climat jamais aussi tendu depuis 1898-1899, l’Action française était une fois de plus à son apogée ».

54 ADN, M/154/237, rapport d’octobre 1934.

55 La section d’Hazebrouck, récemment réorganisée, était la seule animé par un cultivateur, le maire de Lynde, petite localité de la campagne flamande. La section comptait 30 membres ; à titre de comparaison, l’Entente républicaine d’Hazebrouck, qui regroupait la droite conservatrice et catholique « républicaine », comptait près de 1 000 membres

56 Un rapport synthétique (non daté) a été établi conformément à une directive de la préfecture du 15 février 1936. On lui a préféré dans la mesure du possible les rapports réalisés par localités, plus précis et circonstanciés. ADN, M/154/237, rapp. des 24 février 1936 (sous-préfet de Valenciennes), du 22 février 1936 (sous-préfet d’Avesnes), du 25 février 1936 (sous-préfet de Cambrai), du 19 février 1936 (commissaire de police de Dunkerque au sous-préfet de Dunkerque), du 24 février 1936 (commissaire spécial de Lille au préfet).

57 ADN, M/154/236 B, rapp. du 14 février 1936.

58 ADN, M/154/239, rapp. du 31 octobre 1927.

59 Parlons franc, 25 juin 1935.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Charles de Gaulle Lille 3 et membre de l’IRHIS. Ses travaux portent sur l’histoire des droites conservatrices et parlementaires. Il a notamment publié Les droites en France, (Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2006) et codirigé avec Jean-Marc Guislin « Les droites septentrionales de la Belle Epoque à la deuxième guerre mondiale », numéro thématique de la Revue du Nord, 2007.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540