Version classiqueVersion mobile

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Partie 4. Sociabilités de l'Action française

Le moment parlementaire de l’Action française : 1919-1924

The parliamentary phase of the Action française: 1919-1924

Jean Garrigues

Résumé

Travailler sur l’Action française au Parlement peut sembler paradoxal, tant il est vrai que l’antiparlementarisme a été un cheval de bataille de Charles Maurras et de ses émules. Pourtant, il est incontestable que les valeurs, les idées et les formes d’intervention politique de l’Action française sont très présentes dans les débats parlementaires de la IIIe République, notamment lors de la législature 1919-1924, sur laquelle nous avons choisi de focaliser notre étude. Elle nous permet de souligner une vraie représentation parlementaire, relativement homogène, très imprégnée par la tradition légitimiste de la France rurale et aristocratique de l’Ouest et du Sud-Est, et aussi très marquée par l’expérience de la Grande Guerre, dont la plupart des Indépendants sont sortis couverts de décorations. Ils interviennent de manière systématique dans les débats concernant les traités, les relations entre la France et l’Allemagne et toutes les questions d’anciens combattants. L’outrance, la dramatisation, l’interruption figurent parmi les caractéristiques de leur chorégraphie parlementaire. C’est un moment de transition entre l’héritage légitimiste, vestige du passé, et l’expression d’une nouvelle extrême droite parlementaire, tournée vers les enjeux internationaux de l’entre-deux-guerres.

Texte intégral

1Travailler sur l’Action française au Parlement peut sembler paradoxal, tant il est vrai que l’antiparlementarisme a été un cheval de bataille de Charles Maurras et de ses émules. Pourtant, il est incontestable que les valeurs, les idées et les formes d’intervention politique de l’Action française sont très présentes dans les débats parlementaires de la Troisième République, et c’est particulièrement vrai pour la législature 1919-1924, sur laquelle nous avons choisi de focaliser notre étude. Cela ne veut pas dire que l’Action française ait débarqué au Parlement avec la vague du Bloc national. Parmi la trentaine de députés « nationalistes » qui ont siégé à la Chambre entre 1898 et 1906, une bonne partie n’était pas indifférente aux idées de Maurras et de ses amis. Au sein du groupe antisémite constitué au moment de l’Affaire Dreyfus, des hommes comme l’ex-boulangiste Lucien Millevoye (Seine), le marquis de l’Estourbeillon (Morbihan), le général Armand Jacquey (Landes) et le comte de Pontbriant (Loire-Inférieure) en étaient proches. Pendant la législature 1902-1906, des antisémites comme Joseph Lasies (Gers) et Paul Pugliesi-Conti (Seine), ou des nationalistes indépendants comme Georges Berry (Seine) n’y étaient pas étrangers. Entre 1906 et 1914, la représentation de la droite nationaliste est tombée nettement en retrait, mais la Grande Guerre lui a redonné un second souffle.

2En témoigne le grand débat parlementaire qui a lieu en novembre 1917, à la suite de la lettre envoyée en septembre par Léon Daudet au président de la République Raymond Poincaré, accusant l’ex-ministre de l’Intérieur Louis Malvy (démissionnaire depuis le 31 août) d’avoir fait renseigner le haut-commandement allemand sur le projet d’attaque du Chemin des dames et d’avoir fomenté les mutineries de juin 1917. Lue quelques jours plus tard par le président du Conseil Paul Painlevé à la tribune de la Chambre, cette lettre occasionne des discussions passionnées, qui conduiront d’ailleurs à la désagrégation de la coalition gouvernementale. La séance parlementaire du 13 novembre 1917, consacrée à la discussion d’une interpellation relative aux « persécutions » que Painlevé aurait fait subir à l’Action française, donne l’occasion à plusieurs élus nationalistes de s’illustrer. Parmi eux des députés du groupe parlementaire des droites, tels Armand de Baudry d’Asson (député de Vendée de 1914 à 1927 puis sénateur du même département de 1927 à 1936), le marquis Jacques de Juigné (député de Loire-Inférieure de 1906 à 1936 puis sénateur du même département de 1936 à 1941), Henri de La Ferronays (député de Loire-Inférieure de 1907 à 1942) et l’ancien boulangiste Jules Delahaye (alors député du Maine-et-Loire de 1907 à 1919 puis sénateur du même département de 1920 à 1925), ainsi que des « indépendants », tel Jean Ybarnegaray (député des Basses-Pyrénées de 1914 à 1942 et ministre du 10 mai au 16 juillet 1940), le marquis de Dion (député de Loire-Inférieure de 1902 à 1924 puis sénateur de 1924 à 1941) et Ferdinand Bougère (député du Maine-et-Loire de 1898 à 1932). Ils obtiennent qu’une majorité de 277 députés contre 186 repoussent l’ajournement de la discussion sur une interpellation de Jules Delahaye, ce qui conduira à la chute du gouvernement Painlevé.

3Ces hommes du 13 novembre 1917 vont se retrouver en première ligne dans la législature 1919-1924, qui marque l’apogée parlementaire de l’Action française. Dans le contexte de nationalisme exacerbé de la chambre bleu horizon, les conditions sont alors requises pour que se rassemblent, à l’extrême droite de l’hémicycle, une trentaine de députés, la plupart élus le 16 novembre 1919 sur des listes dites d’Union nationale. On notera que le programme de ces listes, s’il mettait l’accent sur « la part du combattant » ou sur le rapprochement de la France et du Saint-Siège, laissait de côté toute allusion à la monarchie. Léon Daudet lui-même est resté très prudent sur le sujet pendant sa campagne. Mais s’il est le seul à se réclamer explicitement de l’Action française à la Chambre, il exerce une influence décisive sur la majeure partie du groupe parlementaire dit des Indépendants, ainsi que sur quelques transfuges de l’Action libérale, de la Fédération républicaine ou de l’Entente républicaine et démocratique.

4Quelles sont les spécificités géographiques et sociologiques de ces « compagnons de route » de l’Action française, plus ou moins solidaires de Maurras et de Daudet ? Quels sont leurs domaines de prédilection, en commission ou en séance ? Quelles sont leurs formes d’intervention parlementaires privilégiées ? Quelle sera leur stratégie dans le contexte du Bloc national, où ils sont liés de près ou de loin à la majorité gouvernementale ? Telles sont les questions majeures que pose notre étude. Elle ne sera pas exhaustive, car le champ d’investigation est très étendu. Mais elle nous permettra de dégager quelques idées fortes.

L’expérience de la guerre

  • 1 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 169.

5Qui sont les partisans de l’Action française dans la Chambre du Bloc national ? Eugen Weber repère lors du vote du 5 juin 1923 le « noyau résistant des partisans du nationalisme intégral1 », soit 17 députés, la plupart inscrit dans le groupe parlementaire des indépendants : Léon Daudet (1867-1942) bien sûr, député de Paris (1919-1924), élu comme tête de la liste « d’Action française et d’Union nationale » du 3e secteur de la capitale (XVIe arrondissement), des acteurs du 13 novembre 1917, tels Armand de Baudry d’Asson, Jacques de Juigné et Henri de La Ferronays, des ralliés comme le comte Hyacinthe de Gailhard-Bancel, venu de l’Action libérale (député de l’Ardèche de 1899 à 1924), ou le comte Charles Ginoux-Defermon (député de Loire-Inférieure de 1901 à 1928), ainsi que des nouveaux élus, tels le comte Jean de Bermond d’Auriac (député de Vendée de 1919 à 1924), Pierre Joly dit Jurie-Joly (député du Gard de 1919 à 1924), (député de Loire-Inférieure de 1907 à 1942), Jean Le Cour Grandmaison (député de Loire-Inférieure de 1919 à 1942), Xavier de Magallon d’Agens, condisciple de Maurras (député de l’Hérault de 1919 à 1924), Eugène Magne, ami et collaborateur de Léon Daudet (député du Gard de 1919 à 1924), Ambroise Rendu (député de Haute-Garonne de 1919 à 1924), Victor Rochereau, venu de la Fédération républicaine (député de Vendée de 1914 à 1942), Charles Ruellan (député d’Ille-et-Vilaine de 1919 à 1924), Etienne de Seynes (député du Gard de 1919 à 1924) et le jeune et prometteur Xavier Vallat, secrétaire de la Chambre, député de l’Ardèche de 1919 à 1924 et de 1928 à 1942.

6Il faut leur ajouter une dizaine de « compagnons de route », eux aussi presque tous inscrits au groupe des indépendants, et qui interpellent et votent souvent aux côtés des députés signalés par Eugen Weber : Jean Ybarnégaray, Ferdinand Bougère et le marquis de Dion, remarqués lors de la crise de novembre 1917, le bonapartiste Paul de Cassagnac (député du Gers de 1919 à 1924), ainsi que Raymond de Fontaines (député de Vendée de 1902 à 1923 puis sénateur de 1923 à 1944) et Henri Groussau (député du Nord de 1902 à 1936), tous deux inscrits à l’Action libérale, Louis Guibal (député de l’Hérault de 1919 à 1924), le comte Henri de Monti de Rézé (député de Mayenne de 1906 à 1924 puis sénateur de 1924 à 1921), Edmond Petitflis (député des Ardennes de 1919 à 1928), Henri de Rodez-Bénavent (député de l’Hérault de 1919 à 1936), Georges de Talhouët-Roy (député des Deux-Sèvres de 1919 à 1924). On peut leur adjoindre Alphonse Sevène (député du Morbihan de 1919 à 1928), qui siège au groupe de l’Entente républicaine et démocratique.

7Au total donc une petite trentaine de députés, portés par la vague de l’Union sacrée puis du Bloc national, seulement dix d’entre eux ayant déjà siégé avant 1914. Tous sont profondément marqués par l’expérience du Front, qu’ils soient officiers de carrière comme Bermond d’Auriac, La Ferronays (cinq fois cité), Jean Le Cour Grandmaison (officier canonniermarin, trois citations, Croix de Guerre et Légion d’honneur), Henri de Monti de Rézé (blessé au Front, Légion d’honneur et Croix de Guerre), ou héros de guerre, tels Jurie-Joly (mutilé et Croix de Guerre), Jacques de Juigné (Croix de Guerre), Magallon d’Agens (Croix de Guerre), Ruellan, (Croix de Guerre), de Seynes (blessé et Croix de Guerre), Jean Ybarnégaray (blessé, six citations, Légion d’honneur) ou Xavier Vallat (blessé, grand invalide de guerre). Mais si la plupart d’entre eux sont des nouveaux venus en politique, ce ne sont pas pour autant des hommes nouveaux.

L’héritage du légitimisme

8L’âge médian dans le groupe des indépendants se situe autour de la cinquantaine, à l’image de la Chambre toute entière. Les deux tiers de ces députés nationalistes ont plus de quarante ans, dont un septuagénaire, Gailhard-Bancel, né en 1849, sept sexagénaires (Groussau né en 1851, Bermond d’Auriac 1855, Dion 1856, Sévène 1858, Guibal 1859, de Fontaines 1859, de Seynes 1859), cinq quinquagénaires (Talhouët-Roy né en 1861, Baudry d’Asson 1862, Magallon d’Agens 1866, Léon Daudet 1867, Ginoux-Defermon 1868) et sept quadragénaires (Magne né en 1873, Juigné 1874, Monti de Rézé 1874, La Ferronays 1876, Ruellan 1876, Rodez-Bénavent 1877, Petitfils 1878). En revanche, les plus brillants sont parmi les plus jeunes, tel Victor Rochereau, né en 1881, Le Cour Grandmaison (1883), Jean Ybarnégaray (1883), Jurie-Joly (1887) et Xavier Vallat, le benjamin, qui n’a que 28 ans.

9Une grande partie d’entre eux sont d’ailleurs des « héritiers » politiques, tel Baudry d’Asson, fils du député de la Vendée, dont il récupère le siège en 1914, Bermond d’Auriac, petit-neveu d’un député des Cente-Jours et neveu d’un représentant à l’Assemblée Nationale de 1871, Gailhard-Bancel, petitfils d’un membre du Conseil des Cinq-Cents, La Ferronays, petit-fils d’un ministre de la Restauration et fils du député d’Ancenis (auquel il succède), Ginoux-Defermon, descendant d’un ministre de Napoléon Ier et neveu du député Breil de Pontbriand, auquel il succède dans l’arrondissement de Châteaubriand (Loire-inférieure), Jean Le Cour Grandmaison, qui récupère le siège de son père Charles, ou Granier de Cassagnac, député du Gers comme son père.

10A ce « capital politique » considérable, ils joignent bien sûr le « capital social » d’un groupe dominé par l’aristocratie foncière. Citons notamment le marquis de Dion, industriel pionnier mais issu d’une famille de croisés, Baudry d’Asson, grand propriétaire vendéen et président d’une société textile belge, Bermond d’Auriac, marié à une Joubert du Landreau, installé après sa retraite d’officier au château de sa belle-famille aux Herbiers (Vendée), Gailhard-Bancel, avocat mais châtelain des Ramières (Drôme), Ginoux-Defermon, châtelain des Gâtines à Issé (Loire-Atlantique), le marquis de Juigné, hobereau sarthois et maire du village portant son nom depuis l’âge de 25 ans (Sarthe), par ailleurs président de la Société hippique française, Raymond de Fontaines, qui préside quant à lui la Société hippique de l’Ouest, Magallon d’Agens et Etienne de Seynes, eux aussi grands propriétaires terriens, de même que le comte Henri de Monti de Rézé, Henri de Rodez-Bénavent, grand propriétaire viticole, et Georges de Talhouët-Roy, président du Syndicat agricole des Deux-Sèvres. En somme, ils représentent la tradition légitimiste de la France catholique de l’Ouest (13 élus), soit cinq députés de Loire-Inférieure, quatre de la Vendée, un d’Ille-et-Vilaine, un du Maine-et-Loire, un de la Mayenne et un du Morbihan, et des poches « blanches » du Sud-Est (10 élus), soit trois députés du Gard, trois de l’Hérault, deux de l’Ardèche, et du Sud-Ouest, soit un député de Haute-Garonne, un des Basses-Pyrénées et un député du Gers.

11Les autres sont des isolés, élus de zones rurales conservatrices, tel Groussau dans le Nord et Petifils dans les Ardennes, à l’exception bien sûr de Léon Daudet, député de Paris, qui s’inscrit dans la tradition de l’extrême droite parisienne héritée de la crise boulangiste. Parmi ces « atypiques », deux publicistes, Emile Magne (L’Eclair de Montpellier) et Edmond Petitfils (Le Peuple Ardennais), et quelques brillants avocats, tels Paul de Cassagnac, avocat à la Cour d’Appel de Paris, Henri Groussau, fils de boulanger devenu avocat puis professeur de droit à Lille, le bâtonnier Louis Guibal, et le surtout Xavier Vallat, fils d’instituteur, professeur de droit à Toulouse puis inscrit au barreau de Paris à partir de 1923, et Jean Ybarnégaray, inscrit au barreau de Bayonne. Mais ce sont précisément les deux derniers cités qui vont incarner la « relève » de la droite nationaliste dans les législatures suivantes.

L’aiguillon du Bloc national

  • 2 Le Cour Grandmaison et Magalon d’Agens siègent à la commission des Affaires étrangères, Jurie-Joly (...)

12Quelle est la place de ce groupe des Indépendants, inspiré par les valeurs de l’Action française et dominé par la forte personnalité de Léon Daudet ? Observons en premier lieu qu’ils sont particulièrement présents dans les commissions liées aux enjeux des règlements de guerre et de la politique étrangère2. Les députés-propriétaires, tels les viticulteurs Gailhard-Bancel et Rodez-Bénavent, siègent dans les commissions spécialisées de l’Agriculture ou des Boissons. Les entrepreneurs de Dion, Rochereau et Ginoux-Defermon, siègent dans la commission du Commerce et de l’Industrie. Baudry d’Asson siège quant à lui à la commission des Finances, dont il est devenu un expert, tandis que le juriste Guibal s’occupe de Législation civile et criminelle. Mais la dominante du groupe est incontestablement la gestion diplomatique, militaire et sociale de l’après-guerre.

13A la tribune, on relève notamment les interpellations de Baudry d’Asson sur le désarmement de l’Allemagne (1920), sur la politique extérieure du Gouvernement (1921) et sur les réparations de guerre (1921), l’intervention de Magalon d’Agens réclamant l’occupation de la Ruhr (1920), celle de Ruellan demandant des mesures contre les profiteurs de guerre (1920), celle de Petitfils sur les régions libérées (1920), celles de Jurie-Joly en faveur des emplois pour les mutilés de guerre ou de la hausse nécessaire des pensions civiles et militaires (1920), ou encore celles de Bermond d’Auriac dans la discussion du projet de loi sur le recrutement militaire (1920) ou sur l’organisation générale de l’armée (1924).

  • 3 Annales de l’Assemblée nationale, Débats parlementaires, 1920, Session extraordinaire, p. 179.

14La première intervention de Léon Daudet concerne aussi la gestion de l’après-guerre, mais dans une perspective de politique intérieure. Il s’agit d’une interpellation visant à condamner l’octroi par Alexandre Millerand du portefeuille de l’intérieur au radical Théodore Steeg, que Daudet accuse d’être d’origine allemande et d’être le tuteur d’un enfant naturel que Malvy aurait eu d’une espionne allemande, Nelly Beryl. C’est un règlement de comptes pur et simple car Steeg, lors d’un précédent passage à l’Intérieur dans le premier ministère Poincaré (janvier 1912 – janvier 1913), avait fait censurer deux fois l'Action française. Mais il s’agit plus d’une bravade que d’une attaque contre le gouvernement Millerand, dont Daudet et ses amis soutiennent globalement l’action. C’est le cas notamment lors du débat du 16 novembre sur le rétablissement des relations diplomatiques avec le Vatican, qui voit Baudry d’Asson prononcer un long et vibrant discours en faveur du projet gouvernemental : « Le problème tel qu’il nous est soumis par le Gouvernement doit être résolu par la simple mais par la haute compréhension des droits et des devoirs que nous assignent, dans le monde, et nos traditions séculaires et nos intérêts futurs […] Votons à l’unanimité en bons Français tout court – le qualificatif est assez beau – l’adoption du projet, pour la sauvegarde des intérêts supérieurs de la patrie3. » Souvent en accord avec la politique de Millerand (beaucoup moins avec celle de Briand), il s’agit essentiellement pour les Indépendants de jouer un rôle d’aiguillon, de mouche du coche du Bloc national, dans deux directions principales : le nationalisme intransigeant et de la fermeté sociale.

Les croisés de l’anti-bolchévisme

  • 4 Idem, Session ordinaire, T. 1, p. 285.
  • 5 Ibid., T. 1 p. 315 et suivantes.
  • 6 Ibid., T. 2, p. 1306-1311.

15Sur le front social, ils sont les croisés de l’anti-bolchévisme, décidés à exercer une pression sur la droite modérée au pouvoir. Dès la séance du 27 février 1920, ils interrompent le ministre des Travaux Publics Yves Le Trocquer pour réclamer plus de fermeté face aux cheminots grévistes. "C'est une grève politique", s’exclame Ruellan. "C'est de la comédie », renchérit Ybarnégaray4. Quelques jours plus tard, le 2 mars 1920, Léon Daudet interpelle le tout nouveau gouvernement Millerand sur les « mesures préventives à prendre afin d’empêcher le retour des grèves politiques et révolutionnaires nuisibles au relèvement du pays. » Il réclame notamment l’interdiction du Journal du Peuple, « journal de trahison bolchéviste », ainsi que l’arrestation des étrangers suspectés par les services de sûreté générale. S’il n’est pas suivi dans cette surenchère, il obtient néanmoins le vote à une très large majorité (478 voix contre 74) d’un ordre du jour demandant une législation sociale propre à éviter le retour des conflits, notamment par l’arbitrage obligatoire de l’Etat.5 Le 18 mai, il interpelle à nouveau sur « les moyens que le Gouvernement compte employer pour mettre fin aux attentats révolutionnaires contre la nation dont le foyer est la CGT." Après avoir félicité le président du Conseil pour sa « victoire contre l’ennemi de l'intérieur » (à l’issue des manifestations du 1er mai), il dénonce le « complot » contre la France qui s’ourdit « en permanence » à la confédération général du travail, dans les journaux comme L'Humanité et le Journal du Peuple, parmi les « banquiers, journalistes et politiciens révolutionnaires », un « complot à la fois allemand, bolchéviste et caillautiste [...] avec comme agent financier Abraham dit Albert-Kahn, de la banque Goudchaux. » C’est le mélange paradoxal des complots juifs et bolchéviques, l’Internationale de l’or associée à celle des révolutionnaires, qui deviendra un grand classique de l’extrême droite pendant l’entre-deux-guerres. Ce discours provocateur suscite évidemment l’indignation de la gauche, qui l’interrompt sans cesse, au point que Raoul Péret, le président de séance, suspend la discussion pendant deux heures. Revenu à la tribune, Daudet n’en continue pas moins sa diatribe, dénonçant « l’attentat contre la nation du 1er mai dernier », le complot dont le « foyer principal est à la CGT avec des ramifications à Berlin, à Moscou et dans les journaux serfs de l'Allemagne et du bolchévisme. » Baudry d'Asson lui succède avec un long discours sur le complot révolutionnaire et antipatriotique de la CGT, en reprochant « aux divers gouvernements et à celui qui est sur ses bancs d'avoir ainsi laissé s'établir une lutte des classes odieuse, qui menace aujourd'hui la vie même de la France. » Il demande à Millerand de viser « à la tête du ténia cégétiste révolutionnaire pour en délivrer la France à jamais » et dépose une proposition interdisant la grève dans les services publics exploités par l’Etat. En tant que chef d’entreprise, il prône un paternalisme social associant « les forces vives de la nation : le capital, le talent, le travail », une « formule vécue chez moi, dans mes usines, depuis vingt ans. » La conclusion de ce discours s’inscrit dans la tradition catholique revendiquée par l’Action française : « la question sociale […] n'est autre qu'une question de loi morale et il n'y a pas de loi morale sans son législateur qui est Dieu »6.

  • 7 Ibid., Session extraordinaire, p. 880-884.

16Dans la séance du 30 décembre 1920, Xavier Vallat creuse le sillon du complot internationaliste en s’étonnant de l’arrivée en France de Clara Zetkin, malgré le refus de passeport du gouvernement français : « Les soldats de France ont fait taire les berthas : il appartient au Gouvernement de la République de fermer la bouche aux "Clara », déclare le bouillant député de l’Ardèche. Et lorsque le ministre de l’Intérieur Steeg tente de lui répondre, il est pris à partie par Baudry d’Asson et Daudet. Ce dernier interpelle dans la même séance sur les facilités accordées aux agents bolcheviks pour pénétrer en France, estimant que « pendant les trois premières années de la Guerre, le ministère de l'Intérieur [détenu par Malvy] a été aux ordres de l'ennemi » et demandant « si nous allons laisser revenir ou travailler en France les mêmes députés allemands ou politiciens français à la solde de l'Allemagne qui nous ont coûté les morts7. »

Faire payer l’Allemagne

  • 8 Ibid., Session ordinaire, p. 2631.

17La surenchère nationaliste s’exprime à l’occasion des conférences de l’après-guerre, notamment à propos des réparations allemandes. Avant la conférence de Spa, Baudry d’Asson demande à Millerand de ne pas s’aligner sur les Anglais dans la négociation des réparations de guerre allemandes. « On peut affirmer que l’Allemagne peut payer les réparations, tant que […] l’on n’aura pas fait la preuve que l’Allemand, non envahi, est plus appauvri que le Français du Nord et de l’Est, ne retrouvant, de son usine, de sa ferme et de sa maison, que des ruines informes et une terre défoncée, incapable de produire avant de longues années. » Commentant les accords de Spa dans la séance parlementaire du 20 juillet 1920, Daudet se félicite des résultats obtenus par le président du Conseil et dénonce les thèses du britannique Keynes visant à relever l’économie allemande, ce qui, selon lui, « revient à nous demander de refaire de nos propres mains le monstre qui se jettera encore une fois sur la France [...] Il importe plus que jamais de brider l'Allemagne […] à l'aide d'une politique militaire. »8

  • 9 Ibid., 1922, Session ordinaire, T. 1, p. 1138.

18Lorsque Briand arrive au pouvoir, en janvier 1921, Daudet et ses amis n’ont de cesse de critiquer sa politique de négociation avec les anglo-saxons. Dans la séance du 10 janvier 1922, le député de la Seine réclame le rappel du président du Conseil, depuis Cannes, où il participe à la Conférence interalliée sur les réparations. Le vote de cette motion par 249 députés (contre 334) prouve que l’Action française est en symbiose avec une bonne partie du Bloc national. Désavoué par Millerand, président de la République, Briand présente d’ailleurs sa démission deux jours plus tard. Et lorsqu’il monte à la tribune, le 1er avril 1922, pour expliquer sa politique, Daudet l’interrompt avec virulence : "Il me sera permis de dire que peu d'éloquences auront coûté aussi cher à la France, pendant un an, que l'éloquence bien connue de l'accusé Briand, qui est en ce moment à la tribune." Et Briand ne peut reprendre son discours, étouffé qu’il est sous les interruptions continuelles des Ruellan, Magne, Joly, La Ferronays, Lecour-Grandmaison, et Ybarnégaray9.

  • 10 Ibid., 1922, Session ordinaire, p. 1165.
  • 11 Ibid., 1922, p. 1173.

19« Mutilation de la victoire, […] politique de servilité et de concessions successives […] capitulation des intérêts financiers de la France, refroidissement considérable de nos amitiés, préparation de la revanche par l'Allemagne en lui laissant le pain et le nerf de la guerre, avec le charbon et l'argent. Voilà le bilan de la gestion du ministère Briand », s’exclame Baudry d’Asson dans la séance du 3 avril 1922. Hostile à la participation de la France à la conférence de Gênes, qui va permettre de « prolonger l’existence » du « barbare et hideux bolchévisme », le député de Vendée, réclame vis-à-vis de l’Allemagne une « action énergique, […] une prise de gages et de garanties par la force10. » Dans le même débat, Daudet affirme néanmoins sa « confiance en la clairvoyance de l'actuel président du conseil [Raymond Poincaré], qui « s'est rendu à Gênes sous la pression de la nécessité trouvée dans les bagage du ministère précédent11. » Loin d’être une surenchère aveugle, le positionnement des représentants de l’Action française est bien celui d’une aile radicale du Bloc national.

L’alliance poincariste

  • 12 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 170.
  • 13 Lettre du 2 avril 1922 de Poincaré à Maurras, citée dans Eugen Weber, p. 170.

20L’alliance avec Poincaré se manifeste très clairement dans l’un des débats les plus houleux de la législature, qui fait suite aux violences exercées par les Camelots du Roy, le 31 mai 1923, lors d’une réunion de la gauche hostile à la politique allemande du Président du Conseil, et au cours de laquelle Marc Sangnier, Maurice Viollette et Marius Moutet ont été battus, enduits de goudron ou d’encre d’imprimerie. Le lendemain, Edouard Herriot monte à la tribune pour accuser l’Action française de « fascisme ». La Chambre ayant voté l’affichage de ce discours, Jean Ybarnégaray lui répond le 15 juin, au cours d’une séance non moins mémorable, puisque, selon Eugen Weber, on aurait enregistré plus de 7 000 demandes d’accès aux tribunes du Palais-Bourbon12. Dénonçant un coup monté par « le bloc des gauches », il déplore la faiblesse d’une partie des modérés, qui ont voté l’affichage du discours d’Herriot : « Ces gens à genoux, qui baissent la nuque, sous la crainte de la défaite de 1924, c’est nous la majorité ! » Magallon d’Agens, qui semble être l’intermédiaire entre son ami Maurras et Poincaré13, affirme que tous les « nationalistes » de la Chambre doivent être les amis de l’Action française, « à cause de l’admirable politique étrangère de Bainville et des incontestables services rendus en temps de guerre par ce grand citoyen et grand écrivain qu’est Léon Daudet. » Tout en déplorant les excès des nationalistes, Poincaré leur fait écho en reconnaissant que « certains extrémismes continuent de servir la Patrie », donc méritent un traitement de faveur. Venant de la droite, des voix crient alors aux radicaux : « Alors, Messieurs ? », et la gauche leur ré pond : « Nous avons compris ».

  • 14 Annales de la Chambre des députés, Débats parlementaires, 1923, Session ordinaire, T. 2, p. 769-77 (...)

21Lors d’un grand débat de politique intérieure organisé quelques jours plus tard, Baudry d’Asson réaffirme toute sa confiance « au Gouvernement qui poursuit la politique nationale des réparations dans la Ruhr. » Il ne s’agit pas de renier son identité royaliste : « Royalistes nous avons été, royalistes nous resterons, pour la restauration de notre pays par l’application des grands et éternels principes de responsabilité, de hiérarchie, d’unité et de continuité de direction, qui ont fait la France glorieuse et prospère pendant des siècles et des siècles. » Mais le député de Vendée s’inscrit clairement dans la majorité poincariste, de même que Jean Le Cour Grandmaison, qui, « sans rien renier » de ses « convictions politiques et religieuses et, en particulier, sans souscrire aux lois laïques », donne son soutien au « bon Français qui a planté dans la Ruhr le drapeau de la France14. »

Conclusion : un moment éphémère

22« La République aux ordres du Roi » titre L’Humanité du 28 juillet 1922, en déplorant que Poincaré, sous la pression de l’Action française, ait refusé d’amnistier le communiste André Marty, chef des mutins de la mer Noire en 1919.

  • 15 Eugen Weber, op cit, p. 161-162.
  • 16 Nicolas Roussellier, Le Parlement de l’éloquence. La souveraineté de la délibération au lendemain (...)

23Aiguillon du Gouvernement Millerand, tombeur de Briand, allié de Poincaré, le groupe des Indépendants exerce en effet une influence prépondérante pendant la première législature de l’après-guerre. C’est évidemment un paradoxe pour ces hommes qui se réclament pour la plupart de la monarchie et de l’anti-parlementarisme. Mais plusieurs facteurs expliquent cet apparent paradoxe : la dynamique d’Union sacrée, prolongée par le Bloc national ; la convergence objective entre l’Action française et la droite républicaine sur la politique des réparations et sur l’antibolchévisme ; les relations personnelles tissées entre Poincaré et Maurras à partir de 1918, et qui témoignent d’un respect et d’un intérêt mutuels15. Comme l’a montré Nicolas Roussellier, la convergence parlementaire est presque sans faille sous le Gouvernement Poincaré, en 1922 et 1923, les Indépendants ne se dissociant de la majorité Bloc national que pour deux votes. Mais il montre aussi que la discipline pro-gouvernementale des sympathisants d’Action française se disloque brutalement en 192416.

  • 17 Cité dans L’Action française du 18 juin 1923.

24Les évènements de juin 1923 ont en effet contribué à distendre le lien de coopération parlementaire qui existait entre la majorité du Bloc et les Indépendants. Une partie des radicaux d’Union nationale se sont alors déportés vers la gauche, refusant toute compromission avec l’extrême-droite des Camelots. Sur le moment, cette rupture au sein de la majorité poincariste a pu apparaître comme une victoire de l’Action française, comme l’a souligné André Tardieu dans L’Echo National : « M. Daudet a été le vainqueur du jour parce que jugée selon le plan de l’Action française, la majorité de Poincaré n’est plus que la suite docile des royalistes17.» De fait, il faut la trentaine de voix des Indépendants pour que soient votés, le 6 février 1924, les décrets-lois sur les pleins pouvoirs financiers réclamés par le chef du Gouvernement. Dans la discussion, Daudet a déclaré qu’il les voterait car ils sont « fondamentalement anti-républicains » et constituent la première étape vers « les mesures réactionnaires dont je suis partisan et que je prendrais moi-même. »

25Mais cette attitude provocatrice, fruit d’un optimisme confinant à la cécité, sera fatale aux candidats de l’Action française, laminés lors des élections de mai 1924. Il n’est pas dans notre propos de commenter le pourquoi et le comment de cette déroute. Disons seulement qu’elle s’explique par les facteurs diamétralement opposés aux succès des années précédentes : la fin de la dynamique d’Union sacrée, avec l’explosion du Bloc national ; le fossé qui se creuse entre la modération poincariste et le jusqu’au-boutisme de l’Action française ; le sursaut républicain face à la présumée menace factieuse.

26C’est ainsi que prend fin le « moment » parlementaire de l’Action française, lié à des facteurs conjoncturels définitivement disparus. La symbiose d’une tradition légitimiste des pays de l’Ouest et du Sud-Est et de la dynamique nationaliste de l’après-guerre aura permis cette émergence apparemment contre-nature d’une pensée royaliste et anti-parlementaire au cœur même d’un système profondément républicain et parlementaire. Il faudra attendre la débâcle de l’été 40 pour retrouver les conditions d’une restauration d’Action française… mais on sera bien loin du parlementarisme.

Notes

1 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 169.

2 Le Cour Grandmaison et Magalon d’Agens siègent à la commission des Affaires étrangères, Jurie-Joly, Le Cour Grandmaison et Vallat à celle d’Alsace-Lorraine, Juigné et Petitfils dans celle des Régions libérées, Ruellan, Jurie-Joly et Vallat dans celle des Pensions, Bermond d’Auriac et Ruellan dans celle des Marchés de la guerre, Le Cour Grandmaison, Ruellan et Sévène dans celle de la Marine, et Xavier Vallat dans celle de l’Armée.

3 Annales de l’Assemblée nationale, Débats parlementaires, 1920, Session extraordinaire, p. 179.

4 Idem, Session ordinaire, T. 1, p. 285.

5 Ibid., T. 1 p. 315 et suivantes.

6 Ibid., T. 2, p. 1306-1311.

7 Ibid., Session extraordinaire, p. 880-884.

8 Ibid., Session ordinaire, p. 2631.

9 Ibid., 1922, Session ordinaire, T. 1, p. 1138.

10 Ibid., 1922, Session ordinaire, p. 1165.

11 Ibid., 1922, p. 1173.

12 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 170.

13 Lettre du 2 avril 1922 de Poincaré à Maurras, citée dans Eugen Weber, p. 170.

14 Annales de la Chambre des députés, Débats parlementaires, 1923, Session ordinaire, T. 2, p. 769-770.

15 Eugen Weber, op cit, p. 161-162.

16 Nicolas Roussellier, Le Parlement de l’éloquence. La souveraineté de la délibération au lendemain de la Grande Guerre, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 273.

17 Cité dans L’Action française du 18 juin 1923.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search