Version classiqueVersion mobile

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Partie 2. L'Action française et les milieux sociaux

Les milieux économiques et l’Action française

The Action française et the economic circles

Olivier Dard

Résumé

La question des relations entre les milieux économiques et l’AF est peu traitée dans l’historiographie. Cette contribution s’attache à trois questions : quel projet économique et social souhaite l’AF ? quels moyens se donne-telle pour le réaliser ? pour quels résultats ? Le bilan de la pénétration de l’AF dans les milieux économiques est globalement celui d’un échec, y compris pour ce qui concerne les diverses entreprises de Georges Valois. Cela s’explique par des raisons propres à l’AF et à son rapport à l’économie mais aussi à cause de l’inadéquation de son projet aux réalités économiques et sociales des années de l’entre-deux-guerres.

Texte intégral

1La question des relations entre les milieux économiques et l’Action française (AF) est peu traitée dans l’historiographie. On peut y voir un signe d’une carence plus large des études sur les droites qui ont, à de rares exceptions près, largement négligé leurs relations à l’économie. Concernant l’AF, le problème se complique par le fait que sa principale figure de proue, Charles Maurras, a marqué par la formule « politique d’abord » la prééminence de ce dernier au détriment de l’économique et du social. Maurras n’est cependant toute l’AF et, des débats autour du Cercle Proudhon au renouveau corporatiste des années trente et quarante, en passant par l’Union des Corporations françaises, l’AF est traversée par des interrogations sur l’économique et le social tant sur le plan du projet que de sa mise en œuvre. Georges Valois mais aussi Jacques Bainville se soucient des questions économiques et sociales. Cette contribution s’articulera autour de trois interrogations : quel projet économique et social souhaite l’AF ? quels moyens se donne-t-elle pour le réaliser ? pour quels résultats ?

L’Action française, Maurras et l’économie : un projet inabouti et équivoque

2Les idées de Maurras en matière économique sont peu étayées. Ainsi, l’entrée « Economie » dans le Dictionnaire politique compte seulement cinq pages. Les renvois (« Allemagne, Etat, Guerre, La Tour du Pin, Monarchie, Politique, Question sociale, Société ») sont significatifs des liens qu’il opère et de l’absence de technicité dans son discours. Les références aux économistes sous la plume du penseur martégal sont rares et l’inventaire de sa correspondance montre qu’il n’est pas en rapport avec des économistes.

  • 1 Dictionnaire politique et critique établi par les soins de Pierre Chardon, Paris, A la Cité des li (...)
  • 2 Charles Maurras, Nos raisons pour la République, pour la Monarchie, L’Action française, 1936, p. 7 (...)
  • 3 Ibid., p. 140-141.

3Il y a chez Maurras une dépréciation de l’économie par rapport au politique et ce, des origines à la fin des années trente. Certes, en 1904, Maurras tient à souligner qu’il n’est pas indifférent à l’importance de l’économie : « Je serais désolé qu’on me crût négligent du phénomène économique. Mais qui ne voit que lui, s’expose aux plus extraordinaires mécomptes, en politique tout au moins. »1 Pourtant, en 1936, Maurras livre involontairement un constat d’échec en justifiant l’idée qu’il serait impossible de penser la Seconde Révolution industrielle : « La période industrielle dans laquelle nous sommes entrés depuis soixante ou soixante dix ans ne nous a pas apporté une somme suffisante de faits et de matériaux pour qu’il soit possible d’en induire des doctrines définitivement satisfaisantes sur l’organisation future du travail. […] On peut dire sans fausseté que, théoriquement, tout ou presque tout est à faire. »2 En fait, Maurras à la veille du Front populaire s’en tient à ses vues les plus classiques, vante la « doctrine sociale de la royauté » et fustige les forces conservatrices : « Je comprends, et jusqu’à un certain point, j’approuve ceux qui reprochent aux ″partis de droite″ d’avoir négligé le chapitre des réformes sociales, bien que le reproche ne soit mérité ni par les royalistes dont les idées sont arrêtées là-dessus depuis fort longtemps là-dessus, ni par certains groupes de catholiques non moins fidèles aux enseignements de Le Play et aux méthodes de l’OEuvre des Cercles. » Ce constat rassurant sur la qualité de la solution proposée lui permet de revenir à ce qui est pour lui l’essentiel : « Il faut changer le cadre politique. Rien d’important n’est possible sans ce nettoyage et sans ce déblaiement. Autant vaudrait couvrir d’hospices ou d’écoles maternelles un sol où tomberaient à la cadence de 50 ou 60 par heures des obus de 420. »3

  • 4 Voir en particulier ses quatre articles intitulés « La question ouvrière » publiés dans L’Action f (...)

4La pensée économique de Maurras, si elle s’appuie sur différents éléments, antilibéralisme, antisocialisme, sensibilité à la question sociale (émeutes de Draveil4) et réponse corporatiste est porteuse d’équivoques. Elle ne débouche pas sur des choix nets, en particulier quant à l’attitude à adopter face au capitalisme libéral et au système à lui opposer s’il s’agit véritablement de rompre avec ses logiques et ses modes de fonctionnement. Mais à l’AF, Maurras n’est pas seul. Georges Valois veut doter le mouvement d’une armature économique et sociale ce qui signifie à la fois un approfondissement théorique et un effort de structuration militante sur une base économique et sociale. Une première tentative a eu lieu avant 1914 dans le cadre du Cercle Proudhon et s’est soldée par un échec. Les ambitions et l’énergie de Valois au lendemain du premier conflit mondial sont intactes. Quelles que soient les divergences ultérieures entre lui-même et l’AF, cette vision est alors partagée par ses dirigeants et le quotidien, à partir de 1919, consacre chaque lundi une page aux questions économiques et sociales. Entre 1920 et 1925, ces enjeux sont fondamentaux pour comprendre l’histoire de l’AF.

L’expérience valoisienne et ses tentatives pour inscrire l’Action française au cœur de l’économie et du social

  • 5 En particulier, Yves Guchet, Georges Valois, L’Action française, le Faisceau, La République syndic (...)

5Les travaux sur les idées de Valois soulignent leur originalité et leur adéquation avec les enjeux de l’après premier conflit mondial5. Par son discours sur la rationalisation, l’organisation de la production et son souci de créer de nouvelles relations sociales ou les « régions économiques », « l’économie nouvelle » de Georges Valois s’inscrit dans des perspectives partagées tant par certains publicistes que par certains milieux patronaux, socialistes ou syndicalistes. Il y a cependant une marque propre à Valois fondée sur son double attachement à Sorel et à Maurras. Essayiste reconnu, Valois entend lier discours et pratiques en essayant de peser sur le débat public par des idées (qu’il exprime ou qu’il publie comme éditeur) mais aussi par une organisation constituée. L’« Intelligence » doit être associée à l’économique et au social et ce sous l’égide de la « Production ».

Ancrer l’Action française dans les milieux économiques : la CIPF

  • 6 Voir Clotilde Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le département du commerce en France et au (...)
  • 7 Yves Guchet, op. cit., p. 120.

6Au septième congrès de l’AF (janvier 1920), Valois propose de bâtir une Confédération de l’Intelligence et de la Production française (CIPF). Valois dénonce la Confédération générale de la Production française (CGPF) lancée par Loucheur et Clémentel le 1er juillet 19196 que, dans une logique corporatiste, il aurait souhaité voir ouverte aux syndicats ouvriers7. A ce moment, on constate la prégnance des idées de Valois en matière économique au sein de la mouvance maurrassienne mais aussi l’écho qu’elles suscitent dans la vie du mouvement.

  • 8 L’AF, 22 avril 1920.
  • 9 L’AF, 1er avril 1920, 9 avril 1920, 23 avril 1920.

7Beaucoup de conférences sont consacrées à « l’Economie nouvelle » au sein des sections. Valois vient parfois défendre ses idées en personne, notamment via la mise sur pied de cercles des Etudes économiques et sociales. Valois cherche aussi des relais chez les étudiants d’AF et prend la peine de présider dans le local de rue saint André des Arts, une réunion du Cercle d’Etudes Economiques et Sociales8. Surtout, des conférences sont régulièrement organisées en province sur « l’économie nouvelle » ou la « doctrine sociale » de l’AF par des responsables locaux : à Saint-Etienne par l’avocat Chambeyron, sur l’organisation professionnelle, à Nîmes par Louis Sentupéry, à Tours par Raymond Nicot ou à Rouen par Pierre Rouillé9.

  • 10 Charles Maurras, « Confédération de l’Intelligence et de la Production française. L’œuvre commune (...)

8Cet intérêt de la base se double pour Valois d’un adoubement par le maître à penser de l’AF : Valois bénéficie de l’appui plein et entier de Maurras qui dresse de lui un portrait très élogieux appuyé sur une lettre de La Tour du Pin à Valois datée du 23 mars 1920. L’auteur du célèbre Jalons de route y souligne : « Je n’ai plus longtemps à jouir de ce que je ressens aujourd’hui devant votre puissant effort ; les félicitations de l’effort, comme vous le dites, d’un demi-siècle chez le soldat d’alors. » Pour Maurras, les choses sont limpides : « La continuité existait. La voilà sanctionnée »10.

  • 11 Georges Valois, « L’économie nouvelle. La Confédération de l’intelligence et de la production fran (...)

9Les conditions sont donc réunies pour un lancement dynamique de la CIPF et une offensive sur le plan économique et social. Au-delà d’un contenu programmatique, Valois a fixé les méthodes : un « Appel » à tous les « producteurs », une logique d’adhésion individuelle et surtout une « attitude à l’égard des syndicats actuels ». Trois cas de figures sont envisagés. Si des syndicats existent et sont importants, il n’est pas question d’en créer de nouveaux : « Dans ce cas, on ne fondera pas de syndicats, mais l’on constituera des comités d’action sur le flanc des organisations existantes ». A l’inverse, si les syndicats sont squelettiques dans la corporation, « on fondera de nouveaux syndicats qui deviendront les syndicats officiels et qui adhèreront immédiatement à la Confédération. ». Un dernier cas de figure est envisagé, celui où il n’existe aucun syndicat digne de ce nom (ce qui vise les « syndicats jaunes ») : de nouveaux syndicats doivent être créés11.

  • 12 « L’économie nouvelle. La Confédération de l’Intelligence et de la Production française et la CGT  (...)
  • 13 L’AF, 10 mai 1920.
  • 14 L’AF, 12 avril 1920.
  • 15 Une réunion publique y a été organisée le 18 avril où ont pris la parole le docteur Gilles sur « l (...)

10Ce schéma est suivi d’effet. Valois attaque Jouhaux dans L’AF, dénonce les conséquences jugées catastrophiques de la Révolution française pour la classe ouvrière et oppose à la CGT la « corporation moderne » présentée comme une nouvelle voie pour le syndicalisme : « Le syndicalisme doit choisir entre la révolution marxiste qui le conduira à sa ruine totale, et l’organisation corporative où il trouvera son développement, et par laquelle on pourra créer au-dessus des syndicats patronaux et ouvriers, ces organes de l’intérêt général qui seront le couronnement de l’édifice syndical que nous construisons aujourd’hui12 ». Des proches de Valois, ferraillent contre Roger Francq à l’USTICA, suscitant une réaction virulente de ce dernier dans La Bataille (2 mai) : « Certains contradicteurs avouèrent être les porte-parole de l’Action française entreprirent de démontrer que sans l’intervention ″ active″ du capital, la production était impossible, thèse chère à M. Georges Valois et autres économistes défenseurs de ″la toute-puissance du capital″ ». Valois n’est pas en reste et commente ironiquement : « Voilà qui est gai »13. Sur le terrain, des militants d’AF comme le groupe de Compiègne mené par Alexandre Roche, n’hésitent pas à aller porter la contradiction aux dirigeants de la SFIO (Compère-Morel) ou de la CGT (Georges Dumoulin)14 tandis qu’à Marseille, se met en place le 17 avril 1920 un groupe économique sous la direction du docteur Roublon qui entreprend de conquérir des militants ouvriers dans le quartier de la Blancarde15.

  • 16 L’AF, 1er avril 1920.
  • 17 L’AF, 27 avril 1920, p. 3 (l’article émane d’un « correspondant particulier »).
  • 18 Voir David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans (...)
  • 19 L’AF, 17 mai 1920.
  • 20 Sur Eugène Mathon, voir Jean-Claude Daumas, « L’idéologue et le secrétaire. Les dirigeants du cons (...)
  • 21 Outre son directeur, ce journal semble acquis à la CIPF via un de ses collaborateurs.
  • 22 L’AF, 20 mai 1920.
  • 23 L’AF, 22 mai 1920.

11Les débuts de la CIPF sont donc encourageants, notamment en province. A Lille-Roubaix-Tourcoing, la conférence fondatrice est présidée par Nicolle, président de la Société industrielle du Nord en présence du secrétaire de la Chambre de commerce, Guilbaut et de Vallas, doyen honoraire de la faculté de droit16. Un comité est créé à Nantes en avril 1920 après que Valois est venu faire deux réunions : une conférence restreinte le 22 avril devant « l’élite des producteurs, patrons employés, techniciens et ouvriers » et une réunion publique le lendemain17. L’AF possède en Loire inférieure des relais chez les industriels de la biscuiterie ce qui permet à son comité d’être présidé par le sénateur Jean Babin-Chevaye18. On rencontre ailleurs d’autres appuis comparables. Le 11 mai Valois participe à un déjeuner causerie à Saint-Etienne avec des représentants des diverses industries locales et prononce le soir une conférence à l’occasion d’un dîner offert à l’hôtel des Ingénieurs par la Société d’Etudes économiques. Le lendemain, Valois parle devant des industriels de la rubanerie puis, à Saint-Chamond à l’Union des industriels19. Au Havre, Valois dispose du soutien du Comité de l’Industrie du Commerce et de l’Armement. Dans le Nord, la CIPF reçoit l’appui d’Eugène Mathon, maître d’œuvre du Comité central de la laine20. A Lyon, une conférence prononcée par Valois et Coquelle le 14 mai dans la salle des réunions de la chambre de commerce de Lyon sous la présidence de Charles Roux, directeur du journal Les intérêts économiques du Sud Est21 inaugure les travaux d’un comité lyonnais d’organisation de la CIPF22. A Toulouse, se déroule le 16 mai une réunion de 300 personnes sous la présidence de Mestre (faculté de droit) qui débouche sur la naissance d’une antenne de la CIPF dont le secrétaire provisoire est Jehan de Telix, ingénieur-électricien aux usines Latécoère23.

  • 24 En effet, ni Roux, ni son collaborateur au journal Les intérêts économiques du Sud Est Biétrix de (...)
  • 25 « La CIPF et l’Economie nouvelle », L’AF, 3 mai 1920.
  • 26 Charles Maurras (« Le socialisme dans la rue et le socialisme dans les esprits », L’AF, 13 mai 192 (...)
  • 27 Yves Guchet, op. cit., p. 125.
  • 28 Voir notamment Florent Le Bot, La fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatis (...)

12Les régions industrielles sont bien touchées mais la question se pose de la représentativité des acteurs concernés dans le tissu économique local. Certes, dans la région nantaise et dans le Nord, la CIPF s’appuie sur des figures connues. Il semble en aller différemment dans la région lyonnaise24. On observe aussi un déséquilibre entre représentation patronale et ouvrière, la seconde ayant du mal à trouver ses marques à l’exception du Nord (adhésion à la CIPF du syndicat des Employés de Roubaix25) ou de certaines catégories (ouvriers d’imprimerie, conducteurs26). L’ancrage sociologique n’est pas la seule limite de la CIPF. Il faut y ajouter son retentissement en demi-teinte sur le débat public. Certes, son organe Production française dépasse largement la diffusion des Cahiers du Cercle Proudhon (5 000 abonnés d’après Coquelle27 contre 100 aux Cahiers). Ses relais ne sont pourtant guère conséquents même s’ils sont instructifs. Si la presse maurrassienne et notamment la Revue universelle donnent un écho à la CIPF naissante, les autres réactions sont plus réservées. Certes, des quotidiens nationalistes (Le Gaulois, La libre parole) regardent favorablement l’entreprise. Au sein de la presse professionnelle, l’écho semble réduit et les branches qui en rendent compte significatives. On relèvera notamment l’écho donné à la CIPF par La Halle aux cuirs, publication de référence d’une branche présentant des caractères d’archaïsme et inquiète devant le développement de la rationalisation28.

  • 29 Yves Guchet, op. cit., p. 123.
  • 30 L’AF, 19 avril 1921.
  • 31 L’AF, 27 juin 1921.

13En fait, après un démarrage jugé prometteur, la CIPF marque le pas malgré la constitution d’un comité comprenant pour la Production, outre Valois, Bernard de Vésins, Albert Maumené, Julien Malézieux, Maurice Denis, Albert Pillon, Georges Coquelle, Georges Navion-Leclerc, Hervé Le Grand et Rémi Wasier29. Valois poursuit l’entreprise et martèle que la CIPF doit grandir sous le giron de l’AF considérée comme le lieu le mieux adapté à son initiative car renvoyant dos à dos capitalisme et socialisme. Selon Valois, les hommes d’AF « n’ont ni les préjugés des bourgeois libéraux à l’égard des ouvriers, ni les préjugés des ouvriers révolutionnaires à l’égard des bourgeois, ce qui leur permet de réaliser sans effort la coopération des différents facteurs de production. »30 Dans ces conditions, l’AF est « le lieu où nous allions trouver du premier coup, ayant entre eux les rapports qu’il fallait, les hommes de toute condition, intellectuels, chefs d’entreprise, employeurs, ouvriers capables de s’unir sous le signe national »31. Cette position de principe est infléchie par une démarche parallèle et complémentaire : une tentative de fédération sous l’égide de « Semaines » organisées par la CIPF.

Attirer pour fédérer : les Semaines

14Valois cherche à attirer sur des thèmes soigneusement choisis des groupements et des figures extérieures à l’AF sinon éloignées d’elle. L’objectif est de faire connaître ses propositions, de montrer sa capacité à être un espace de référence du débat public en matière économique et un creuset pour l’action. Différentes « Semaines » dites « d’organisation » voient le jour, patronnées aussi bien par l’Association nationale d’expansion économique (ANEE) que l’Union des intérêts économiques ou le comité Mascuraud : Livre (en novembre 1920), Vin, PTT (placée sous le patronage de Paul Painlevé), Bâtiment (présidée en juin 1921 par Georges Coquelle), Transports (organisée par la Journée industrielle), Travailleurs intellectuels (préparée par la Confédération des travailleurs intellectuels). Les plus emblématiques sont la Semaine du Commerce extérieur, organisée en juin 1921 en liaison avec l’ANEE avec Mathon comme rapporteur général et Alexandre Millerand comme orateur phare, et la Semaine de la Monnaie tenue en juin 1922 où Jules Descamps, de la Banque de France, côtoie sur le programme François Marsal et Eugène Mathon.

  • 32 David Rodgers, The Campaign for the French National Economic Council 1918-1925, thesis of philosop (...)
  • 33 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique (...)
  • 34 David Rodgers, op. cit., p. 119.
  • 35 L’AF, 25 septembre 1922.
  • 36 Voir David Rodgers, op. cit., p. 126 qui montre que cette rencontre n’est soutenue que par l’Actio (...)
  • 37 Le comité d’action est ainsi présenté en conclusion de la publication du programme du comité d’act (...)

15A la différence des autres activités patronnées par la CIPF, le retentissement est réel ce qui ne saurait en faire méconnaître les ambiguïtés. Prises isolément, ces manifestations sont souvent des succès dont la presse rend compte. Mieux encore, Valois en réussissant à attirer des personnalités reconnues conduit les forces syndicales à réagir en organisant une contre-semaine des PTT. Ainsi, la polémique fait rage en avril-mai 1923 entre Valois, la CGT et l’USTICA pour savoir laquelle des deux manifestations est légitime32. Pour Valois, ces Semaines sont conçues comme une rampe de lancement d’une entreprise plus vaste. Il s’agit, dans chacune des branches considérées de créer sur la base des propositions formulées à l’occasion de la rencontre des comités spécialisés : la Semaine du commerce extérieur débouche sur la création d’un comité du crédit et de la monnaie, un comité d’exportation etc. Sur un plan général la perspective est celle d’Etats généraux permettant la mise sur pied d’une représentation des professions face à l’Etat. A l’heure où l’idée de représentation des intérêts comme de conseil national économique est dans l’air du temps33, Valois est bien à l’unisson de son époque et peut voir ses propositions ponctuellement avalisées comme le montrent ses convergences avec Alexandre de Lavergne, secrétaire général de la CGP en matière de commerce34. Cependant, et c’est là où le bât blesse, les partisans d’un conseil national économique ou d’une représentation des intérêts ne se reconnaissent guère dans ses propositions, clairement exprimées dans l’AF : « un Etat libre au-dessus des partis et des groupes ; un chef d’Etat permanent incarnant l’intérêt national ; devant l’Etat, les Etats professionnels, les Etats régionaux, les Etats généraux pour représenter et défendre non plus une poussière de citoyens, mais des corps, c’est-à-dire des familles, des métiers et des provinces »35. Ainsi, la réunion de lancement des Etats généraux le 18 décembre 1922 salle Wagram dont le comité de convocation est présidé par Mathon (aux côtés duquel on trouve Valois, Coquelle, de Vesins et Etienne Bernard-Précy de la Journée industrielle) présentée par Valois comme une « assemblée nationale » est considérée par la presse comme une action propre à l’AF36. De fait, au cours des mois suivants, la convocation d’Etats généraux, comme en son temps le lancement de la CIPF s’accompagne de réunions en province, de créations de comités locaux, le tout relayé à partir d’avril 1923 par une revue mensuelle, Les Cahiers des Etats généraux (CEG).37

  • 38 L’Opinion, 29 décembre 1922.
  • 39 Adrian Rossiter, Experiments with corporatists politics in Republican France, 1916-1939, Nuffield (...)
  • 40 L’AF, 23 et 27 janvier 1924.
  • 41 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 176-177.

16Le succès des Semaines n’est donc ni véritablement celui de la CIPF ni celui de l’AF. Le royalisme en particulier est rejeté par les non-maurrassiens comme l’a souligné Lucien Romier dans un article au ton faussement interrogatif : « Les industriels veulent-ils un roi ? »38. Surtout, l’appui apporté à la CIPF est chronologiquement borné et s’étend de la fin de 1921 au printemps 1923. Le soutien à Valois et à son entreprise est donc bien conjoncturel et conditionnel : à mesure que se profilent les élections du printemps 1924, les groupements économiques se détachent de l’entreprise valoisienne (l’UIE d’abord, puis les autres)39. L’AF est isolée mais ses dirigeants pensent que le moment est porteur alors que s’enchaînent des réunions réussies à Marseille et à Bordeaux pour la promotion des Etats Généraux40 et que se profilent les élections d’avril mai 1924 présentées comme prometteuses. En fait, le projet d’Etats généraux périclite sur fond de dissensions entre Bernard-Précy et Valois tandis que les résultats des élections sont très mauvais pour l’AF, Valois notamment étant sévèrement battu41.

17Valois et l’AF ont donc échoué dans leur tentative d’attirer pour les fédérer d’autres groupements et c’est donc sur seules forces que l’AF tente de développer une Union des corporations françaises.

Un carré en peau de chagrin : l’Union des corporations françaises

  • 42 Georges Valois, « Historique et objectifs présents de l’Union des corporations françaises », compt (...)
  • 43 On trouve dans son « comité central » : Pierre Dumas, Bernard de Vésins, Rémi Wasier, etc. (Pierre (...)
  • 44 Georges Valois, « Historique… », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 487.
  • 45 Rémi Wasier, « L’Office de Placement », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 548.

18L’UCF naît en décembre 1923 dans un contexte de rétraction de l’influence de la CIPF. Comme souvent, Valois recourt à une explication tirée du complot pour justifier sa création et incrimine « la coalition des politiciens et des ploutocrates » qui auraient tenté de briser le succès des semaines42. En fait, l’UCF marque une dernière étape dans la stratégie valoisienne : faire le carré autour des principes maurrassiens et corporatifs traditionalistes et construire avec les militants les plus décidés43 ce que l’on pourrait qualifier de « contre-société » d’AF. Ainsi, l’organisation de l’Union repose sur deux piliers, l’autorité et la hiérarchie. Selon Valois, « L’Union conçoit l’organisation du travail non comme une assemblée d’égaux, ou comme une République constitutionnelle mais comme une hiérarchie de chefs, depuis celui dont le commandement s’exerce sur une machine jusqu’au chef suprême d’une entreprise »44. L’UCF s’emploie aussi à mettre en place un « Office de Placement » qui place quelques dizaines « d’amis » par mois45. Combien sont, au bout d’un an d’exercice ces « chefs », en particuliers ouvriers puisque, sous l’égide de Pierre Dumas, c’est dans cette direction qu’a porté le recrutement ? Valois entend être discret sur les noms, afin de ne pas les compromettre, à l’exception du cas de Tiffon, ouvrier métallurgiste réputé avoir obtenu des résultats de propagande pour l’UCF au prix de la perte de son emploi. Le congrès de novembre 1924, où sont présentés les résultats de l’implantation de l’UCF via des « rapports des corporations et des syndicats » montre que ceux-ci sont très mitigés.

  • 46 Bertrand, « La Fédération du Commerce », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 569.
  • 47 Moricard, « La corporation Mécanique et Electricité », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 573.
  • 48 R. Wasier, « La Fédération des Transports », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 588.

19Quelques corporations ont vu le jour et peu donnent de chiffres, à l’exception de la Fédération du commerce qui compterait 197 membres (29 patrons, 28 chefs de service, 150 employés46). Parmi les corporations créées, on trouve une corporation des assurances (deux syndicats, des « techniciens » et des « employés » constitués) ; une corporation du Bâtiment qui ambitionne de regrouper syndicats d’architectes, de propriétaires, d’Entrepreneurs, de Fournisseurs, de Métreurs Vérificateurs, d’Ouvriers et d’Employés (selon son maître d’œuvre l’architecte W. d’Estailleur, il aurait souhaité un résultat « davantage encore chargé de succès ») ; une « corporation de la Mécanique et Electricité » réunissant un syndicat français des Ouvriers en Métaux, un syndicat des Ingénieurs Mécaniciens et Electriciens, des « chefs d’industrie » et un syndicat des ouvriers électriciens. Le rapport à son sujet souligne la faiblesse des effectifs ouvriers et la difficulté de se « servir de l’Action française économique et sociale » pour la propagande, à cause des « préjugés » véhiculés à son égard et de l’accusation de faire de la politique sous couvert de syndicalisme47. Ajoutons enfin la corporation des chemins de fer : un syndicat du rail auquel est adjoint un journal Le Rail rattaché à la corporation du chemin de fer a été créé. Les résultats sont commentés sans ménagement par R. Wasier : « Le nombre des amis du Rail est insignifiant ; il est même nul en regard des 400 000 cheminots français »48.

  • 49 CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 599.
  • 50 Navarre-Carrol, « La section normande », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 597.

20Comme le Cercle Proudhon, une quinzaine d’années plus tôt, la tentative d’implantation de l’AF en milieu ouvrier tourne court. Au surplus, si l’on sort de Paris et de sa périphérie, les résultats de l’UCF sont très faibles. La Normandie (en fait Rouen et sa région) présentée par Pierre Dumas comme « ce que nous avons à montrer de mieux comme exemple »49 compte 8 syndicats constitués qui groupent 150 membres50. L’AF n’a pu obtenir via son projet de contre-économie et de contre-société des résultats tangibles. Cet échec contribue à faire évoluer Valois vers d’autres perspectives tant sur le plan de la presse (lancement du Nouveau siècle au début de 1925) que de son orientation idéologique (le fascisme dans un premier temps puis la « République syndicale ») et à l’éloigner progressivement de l’AF qu’il quitte à l’automne 1925 après la création du Faisceau. Cela plonge l’UCF déjà en proie au marasme dans des difficultés encore plus grandes. Le départ de Valois, outre les polémiques qu’il suscite, marque un tournant essentiel dans la relation de l’AF à l’économie. Elle perd avec lui non seulement un publiciste prolixe mais aussi une personnalité soucieuse de lier idées et action.

L’Action française et l’économie durant les années trente : entre redite, incantation et conformisme

21Beaucoup plus que la dissidence valoisienne, la condamnation de l’AF par le Saint-Siège l’entraîne dans une dépression dont elle sort difficilement au début des années trente. Cependant la conjugaison de la crise politique et des tensions internationales permettent à l’AF de retrouver une audience importante sur ses thèmes de prédilection et de rester implantée dans des milieux qu’elle laboure depuis longtemps, à commencer par la jeunesse. En revanche, en matière économique l’AF peine à trouver sa voie et ne saisit pas la vague corporatiste pour rebondir. Elle poursuit son existence marquée sous le triple registre de la redite, de l’incantation et d’un certain conformisme.

L’Action française dans la vague corporatiste : entre redite et incantation

  • 51 Outre Florent Le Bot, op. cit., p. 120 et p. 157-158, voir Eugen Weber, op. cit., p. 307.

22Les années trente sont marquées par la montée d’une vague corporatiste en France, laquelle aurait pu s’avérer porteuse pour l’AF si elle avait été en mesure de s’en saisir. Ce n’est pas le cas. Sur le plan doctrinal, le discours s’appuie pour l’essentiel sur un argumentaire et des références traditionnelles. Le bouillonnement des années trente n’est guère pris en compte par les dirigeants de l’AF. Au surplus, les initiatives de diffusion et de développement du corporatisme s’opèrent principalement avec des dissidents ou des hommes aux marges de l’AF. C’est le cas avec la création en décembre 1931 de la Société française d’édition et de Propagande lancée par Eugène Mathon et l’industriel du cuir Pierre Lucius (patron de La Halle aux cuirs et du Moniteur de la Cordonnerie et publiciste prolixe51) rejoints notamment par Bernard de Vésins et Pierre Chaboche.

  • 52 Jean Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thè (...)
  • 53 Albert Kéchichian, Les Croix-de-Feu à l’âge des Fascismes, Paris, Champ Vallon, 2006, p. 290 et su (...)
  • 54 Sur Courrier royal et « Métiers français », nous nous permettons de renvoyer à Olivier Dard, Le re (...)

23La concurrence vient surtout des autres ligues nationalistes, notamment des Jeunesses patriotes et des Croix-de Feu qui, s’emploient à proposer un projet qui, pour la première, prend en compte l’économique et le social52 voire, pour la seconde en fait au milieu des années trente la colonne vertébrale de son action et des ressorts de son militantisme53. L’avènement du Parti social français avec la création des Syndicats professionnels français amplifie encore cette perspective. Enfin, au sein de la nébuleuse royaliste elle-même, sous la houlette d’Henri d’Orléans et de Courrier royal, un projet corporatiste renouvelé voit le jour. Il s’accompagne de tentatives de mises en pratique via la création par un industriel textile rémois, Jacques Warnier, (animateur de l’Alliance corporative des industries textile de Reims et de sa région) d’un mouvement, « Métiers français » (dit aussi Mouvement national pour la corporation). Au sein de ce projet, une figure éminente de la Jeune droite et un des espoirs de l’Action française joue un rôle important, Thierry Maulnier. Mais il le fait en marge de l’AF54.

Influence intellectuelle de l’Action française : quand Gignoux préface Bainville

24Une des marques d’influence de l’influence de l’AF sur les milieux économiques durant les années trente tient au patronage inattendu et ambigu de Claude-Joseph Gignoux, préfacier de La Fortune de la France, recueil d’articles économiques publiés par Bainville dans l’Action française, La Liberté et Le Capital et réunis en volume après sa mort. Quand on songe au combat mené par l’AF (et pas seulement par Valois) contre la Confédération générale de la Production, on mesure le chemin parcouru même si le discours économique de Bainville, tel qu’il ressort de ses articles et de son Journal est bien différent de celui de Valois et si la Confédération générale du Patronat français refondée à l’automne 1936 n’est pas le décalque de la défunte Confédération générale de la Production française de René-Paul Duchemin.

  • 55 Eugène Mathon, 1860-1935, Lille, imprimerie Martin-Mamy, Crouan et Roques, 1936. Gilles Richard, « (...)

25Permanent patronal, agrégé d’économie politique (1924), député de l’Alliance démocratique de 1928 à 1932, Claude-Joseph Gignoux est notamment l’auteur d’une brochure publiée chez Flammarion, Patrons soyez des patrons et d’une étude sur Eugène Mathon55. L’hommage rendu à Bainville est celui d’un lecteur averti, attentif et chaleureux. La préface élogieuse n’en a que plus de poids.

  • 56 Claude-Joseph Gignoux, « Préface », Jacques Bainville, La Fortune de la France, Paris, Plon, 1937, (...)

26Gignoux souligne qu’il n’a aucun titre pour présenter Bainville « sinon d’avoir figuré dans la foule anonyme de ceux qui chaque jour attendaient de ses écrits quelque clarté inconnue et l’y trouvaient avec une joie de l’esprit sans cesse renouvelée ». A lire ce texte, on songe aux multiples portraits faits de Bainville comme commentateur avisé de la politique extérieure. Le « maître » est en effet salué par Gignoux pour sa « méthode » : l’examen de l’économie par l’histoire. En fait, si Gignoux en présentant la pensée bainvillienne mentionne le rôle de Maurras, il tire Bainville vers ses propres préoccupations et fait de lui un auteur de troisième voie entre libéralisme orthodoxe et marxisme en commentant, à sa façon, cette définition de la « civilisation » : « ″La civilisation est d’abord un capital. Elle est ensuite un capital transmis″. » : « C’est assez pour nous fixer ; nous voilà fort loin des séditions de l’individualisme forcené et des destructions sur quoi se fonde le marxisme, fort loin aussi de toutes les conceptions matérialistes de l’économie. »56 Bainville est donc célébré dans le contexte de 1937 pour son rejet profond du socialisme et sa sagesse financière (défense du capital renouvelé par l’épargne). Ce n’est certes qu’un aspect du propos de Bainville et surtout qu’une partie du programme de l’AF où elle est d’ailleurs peu originale par rapport aux droites. Il est pourtant celui qui ressort principalement de l’analyse de Gignoux, mais aussi de la lecture du Bainville analyste économique des années trente.

27Le bilan de la pénétration de l’AF dans les milieux économiques est globalement celui d’un échec, y compris pour ce qui concerne les diverses entreprises de Georges Valois dont les résultats sont très en deçà des objectifs originels. Cela s’explique par des raisons propres à l’AF et à son rapport à l’économie : relatif désintérêt à son égard, équivoques sur son projet se traduisant par une incapacité de choisir entre la voie d’une rupture avec le capitalisme ou celle d’une acceptation et d’un aménagement de ce dernier. Il faut y ajouter les caractéristiques des acteurs, notamment de Georges Valois, personnalité bouillonnante, prolifique mais très brouillonne qui n’a pas davantage réussi à implanter son projet économique et social hors de l’AF qu’en son sein. Son départ cependant n’a pas été compensé.

  • 57 Armand Petitjean, « De la Révolution nécessaire à la Révolution possible », Idées, no 3, janvier 1 (...)
  • 58 François Gravier, « Syndicalisme et corporation », Idées, no 8, juin 1942, p. 46.

28Il faut aussi poser la question de l’adéquation du projet de l’AF aux réalités économiques et sociales des années de l’entre-deux-guerres. Ses dirigeants n’ont pas pris la mesure des changements opérés de même qu’ils ne se sont guère interrogés sur l’état véritable d’un « pays réel » qui a pourtant beaucoup changé en quelques décennies. Le potentiel de réceptivité au projet économique et social d’AF n’est nullement ce que ses chefs de file et nombre de ses militants s’imaginent, lesquels se rassurent à bon compte en escomptant, au nom du « politique d’abord » qu’un bouleversement institutionnel créerait ipso facto les conditions d’un renouveau. L’épreuve de vérité est arrivée avec Vichy, la charte du Travail et le projet corporatiste. Il est bien connu que les modernisateurs l’ont largement emporté sur les traditionalistes à Vichy et que les corporatistes d’AF (Jean Paillard etc.) n’ont pu voir leurs idées et leurs réalisations servir de modèle aux différents ministres du travail. Ils ont alors crié au complot, notamment de la synarchie. A l’inverse, de jeunes maurrassiens, notamment François Gravier, Louis Salleron, Armand Petitjean regroupés dans la revue Idées et analystes rétrospectifs des expériences conduites depuis le Cercle Proudhon portent le fer dans la plaie. Ils reprochent à l’AF de s’être attachée à « une critique brillante » et d’avoir « laiss [é] » dans l’ombre, l’indifférence, l’incapacité ou pire encore, la perte de capacité politique du pays réel »57. Le résultat aurait été une incantation stérilisante croquée avec ironie par Gravier : « de bons esprits s’imaginent volontiers qu’il suffit de proclamer la corporation pour qu’elle surgisse de terre. On croit que le mélange intime des employeurs et des salariés au sein des mêmes organisations, assaisonné de quelques adjurations, exhortations et péroraisons émues, pourra réaliser la communauté de travail. On pense, au mieux, que la gestion en commun d’un patrimoine corporatif ramènera derrière des bannières médiévales des travailleurs dociles »58. Le ton est vif, le constat sans doute un peu brutal mais il renvoie avec justesse au fossé existant entre l’AF et les milieux économiques au début des années 1940.

Notes

1 Dictionnaire politique et critique établi par les soins de Pierre Chardon, Paris, A la Cité des livres, 1932, tome I, p. 396.

2 Charles Maurras, Nos raisons pour la République, pour la Monarchie, L’Action française, 1936, p. 75.

3 Ibid., p. 140-141.

4 Voir en particulier ses quatre articles intitulés « La question ouvrière » publiés dans L’Action française (AF) entre le 30 juillet et le 11 août 1908.

5 En particulier, Yves Guchet, Georges Valois, L’Action française, le Faisceau, La République syndicale, Paris, L’Harmattan, 2001, Alfredo Salsano, L’altro corporativismo. Tecnocrazia e managerialismo tra le due guerre, il egnalibro, 2003, p. 63-159.

6 Voir Clotilde Druelle-Korn, Un laboratoire réformateur, le département du commerce en France et aux Etats-Unis de la Grande guerre aux années vingt, thèse de doctorat d’histoire du XXe siècle, IEP de Paris, 2004, p. 232-260.

7 Yves Guchet, op. cit., p. 120.

8 L’AF, 22 avril 1920.

9 L’AF, 1er avril 1920, 9 avril 1920, 23 avril 1920.

10 Charles Maurras, « Confédération de l’Intelligence et de la Production française. L’œuvre commune et la paix sociale », L’AF, 6 avril 1920.

11 Georges Valois, « L’économie nouvelle. La Confédération de l’intelligence et de la production française. Son esprit et ses méthodes d’organisation », L’AF, 29 mars 1920, p. 4.

12 « L’économie nouvelle. La Confédération de l’Intelligence et de la Production française et la CGT », L’AF, 12 avril 1920, p. 2. Voir aussi « L’économie nouvelle. Formation économique et rémunération du travail », 26 avril 1920.

13 L’AF, 10 mai 1920.

14 L’AF, 12 avril 1920.

15 Une réunion publique y a été organisée le 18 avril où ont pris la parole le docteur Gilles sur « la politique de l’AF » et Rasclas sur l’« action sociale » de l’AF (L’AF, 24 avril 1920).

16 L’AF, 1er avril 1920.

17 L’AF, 27 avril 1920, p. 3 (l’article émane d’un « correspondant particulier »).

18 Voir David Bensoussan, Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006, p. 550-551 (note 15).

19 L’AF, 17 mai 1920.

20 Sur Eugène Mathon, voir Jean-Claude Daumas, « L’idéologue et le secrétaire. Les dirigeants du consortium de l’industrie textile de Roubaix-Tourcoing (1919-1942), in Olivier Dard, Gilles Richard (dir), Les permanents patronaux. Eléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du XXe siècle, Metz, Centre de recherche histoire et civilisation de l’université de Metz, 2005, p. 244-248.

21 Outre son directeur, ce journal semble acquis à la CIPF via un de ses collaborateurs.

22 L’AF, 20 mai 1920.

23 L’AF, 22 mai 1920.

24 En effet, ni Roux, ni son collaborateur au journal Les intérêts économiques du Sud Est Biétrix de Visan ni Félix Bethoux secrétaire général de la CIPF, ne sont ainsi cités dans l’ouvrage d’Hervé Joly et de François Robert, Entreprises et pouvoir économique dans la région Rhône-Alpes(1920-1954), Cahiers du Centre Pierre Léon, no 4, 2003 ou dans le volumineux Journal d’un notable lyonnais 1906-1933 d’Auguste Isaac (textes choisis et annotés par Hervé Joly), Lyon, Editions BGA Permezel, 2002.,

25 « La CIPF et l’Economie nouvelle », L’AF, 3 mai 1920.

26 Charles Maurras (« Le socialisme dans la rue et le socialisme dans les esprits », L’AF, 13 mai 1920, p. 1) rend ainsi un hommage appuyé à Joseph Armand, employé syndiqué du métro et Fonde, conducteur du Nord Sud qui refusent de fêter le 1er mai 1920 car le jugeant dévoyé.

27 Yves Guchet, op. cit., p. 125.

28 Voir notamment Florent Le Bot, La fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir en France (1930-1950), Paris, Presses de Sciences Po, 2007.

29 Yves Guchet, op. cit., p. 123.

30 L’AF, 19 avril 1921.

31 L’AF, 27 juin 1921.

32 David Rodgers, The Campaign for the French National Economic Council 1918-1925, thesis of philosophy, university of Wisconsin, 1957, p. 123-124.

33 Alain Chatriot, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil national économique 1924-1940, Paris, La Découverte, 2002.

34 David Rodgers, op. cit., p. 119.

35 L’AF, 25 septembre 1922.

36 Voir David Rodgers, op. cit., p. 126 qui montre que cette rencontre n’est soutenue que par l’Action française et la Journée industrielle. A l’inverse, Le Journal des débats, l’Echo de Paris ou Le Matin présentent l’évènement comme une réunion de l’AF.

37 Le comité d’action est ainsi présenté en conclusion de la publication du programme du comité d’action dans Les CEG, no 1, avril 1923, p. 22 : « Eugène Mathon (Textile ; Nord), Et. Bertrand-Précy (Presse ; Paris), Max Leclerc (Livre ; Paris), Bernard de Vesins (Agriculture ; Ouest), Paul Robain (Professions libérales ; Poitou), Auguste Cazeneuve (Construction mécanique ; Paris), Martin-Mamy (Presse, Imprimerie ; Nord), Georges Coquelle (Techniciens de l’Industrie ; Paris), Ambroise Rendu (Agriculture ; Languedoc), Georges Valois (Commerce, Livre ; Paris).

38 L’Opinion, 29 décembre 1922.

39 Adrian Rossiter, Experiments with corporatists politics in Republican France, 1916-1939, Nuffield College, Trinity Term, 1986, p. 109-111.

40 L’AF, 23 et 27 janvier 1924.

41 Eugen Weber, L’Action française, Paris, Stock, 1962, p. 176-177.

42 Georges Valois, « Historique et objectifs présents de l’Union des corporations françaises », compte rendu du congrès de l’Union des corporations françaises tenu à Paris les 21 et 22 novembre 1924, CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 484-485. Pierre Dumas lui fait écho dans le même congrès : « les grandes associations patronales se sont emparées de la technique des Semaines, mais en ont exclu leurs collaborateurs techniciens et ouvriers » (« L’organisation ouvrière », Ibid., p. 500).

43 On trouve dans son « comité central » : Pierre Dumas, Bernard de Vésins, Rémi Wasier, etc. (Pierre Dumas, « Le comité central », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 539-544).

44 Georges Valois, « Historique… », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 487.

45 Rémi Wasier, « L’Office de Placement », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 548.

46 Bertrand, « La Fédération du Commerce », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 569.

47 Moricard, « La corporation Mécanique et Electricité », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 573.

48 R. Wasier, « La Fédération des Transports », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 588.

49 CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 599.

50 Navarre-Carrol, « La section normande », CEG, no 17, 15 décembre 1924, p. 597.

51 Outre Florent Le Bot, op. cit., p. 120 et p. 157-158, voir Eugen Weber, op. cit., p. 307.

52 Jean Philippet, Le temps des ligues. Pierre Taittinger et les Jeunesses patriotes (1919-1944), thèse de doctorat d’histoire du XXe siècle, IEP de Paris, 1999, qui insiste sur le rôle de Pierre Baruzy et de son Union corporative des travailleurs de France.

53 Albert Kéchichian, Les Croix-de-Feu à l’âge des Fascismes, Paris, Champ Vallon, 2006, p. 290 et suiv.

54 Sur Courrier royal et « Métiers français », nous nous permettons de renvoyer à Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002, p. 221-222.

55 Eugène Mathon, 1860-1935, Lille, imprimerie Martin-Mamy, Crouan et Roques, 1936. Gilles Richard, « Claude-Joseph Gignoux : une biographie exemplaire ? Réflexions sur les relations entre stratégies patronales et stratégies partisanes à droite, de 1936 à la Libération », Annales de Bretagne et des pays de l’ouest, 2002, no 3, propose une bibliographie de Gignoux (p. 154-155).

56 Claude-Joseph Gignoux, « Préface », Jacques Bainville, La Fortune de la France, Paris, Plon, 1937, p. III.

57 Armand Petitjean, « De la Révolution nécessaire à la Révolution possible », Idées, no 3, janvier 1942, p. 3.

58 François Gravier, « Syndicalisme et corporation », Idées, no 8, juin 1942, p. 46.

Auteur

Professeur d'histoire contemporaine à l'université Paul Verlaine (Metz). Il a notamment publié les ouvrages suivants : Voyage au cœur de l'OAS, Perrin, 2005, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, PUF, 2002, Les années trente, Le choix impossible, Le Livre de poche, références, 1999, Jean Coutrot, de l'ingénieur au prophète, presses universitaires franc-comtoises, 1999, La synarchie, le mythe du complot permanent, Perrin, 1998. Il a codirigé avec Etienne Deschamps, Les relèves en Europe d'un après-guerre à l'autre. Racines, réseaux, projets et postérités, PIE, Peter Lang, 2005.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search