Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Partie 1. Autour de la notion maurrassienne d'héritage

Les conceptions de l'histoire selon l'Action française de 1910 à 1940

The conceptions of history according to the Action française from 1910 to 1940

Christian Amalvi

Résumé

Les conceptions de l'histoire selon l'Action française, et non la conception : le pluriel s'impose ici. En effet, s'il existe bel et bien une véritable « école capétienne », dont les idées sont fortement structurées par le nationalisme intégral développé par l’œuvre de Charles Maurras – détestation de la Réforme, ce criminel mouvement de révolte individualiste contre toute forme d'autorité ; diabolisation de la Révolution française considérée comme une crise de folie sanguinaire et un fleuve de boue et de sang ; réhabilitation enthousiaste de l'Ancien Régime monarchique – on relève aussi, parmi les historiens appartenant à l'Action française, de nombreuses interprétations divergentes du passé.
Tandis que Jacques Bainville, brillant journaliste, entend démontrer que les mêmes situations se reproduisent tout au long de l'Histoire de France, notamment l'affrontement militaire entre la France et l'Allemagne, et que les hommes sont toujours identiques, Frantz Funck-Brentano et Pierre Gaxotte, historiens de formation, sont capables de montrer que l'histoire, loin d'être un éternel recommencement, constitue un perpétuel et vivant changement.

The conception/s/ of History according to the Action française, and not the conception: the plural is imperative. Indeed, if there is well a true “capetienne school”, whose ideas are strongly structured by the integral nationalism developed by Charles Maurras’ work - detestation of the Reform, this criminal individualistic movement of revolt against any form of authority; diabolisation of the French revolution considered as a sanguinary crisis of madness and a river of mud and blood; enthusiastic rehabilitation of monarchical Ancien Régime - one also notices, among the historians belonging to the Action française, many divergent interpretations of the past.
While Jacques Bainville, a brilliant journalist, intends to show that the same situations reproduce throughout the French history, in particular the military confrontation between France and Germany, and that men are always identical, Frantz Funck-Brentano and Pierre Gaxotte, historians by training, are able to show that History, far from being an eternal restarting, constitutes a perpetual and living change.

Texte intégral

  • 1 Voir François Dufay, Le soufre et le moisi. La droite littéraire après 1945, Paris, Perrin, 2006.

1Ne court-on pas le risque, en exhumant des textes d'auteurs qui appartiennent à un mouvement discrédité par l'engagement actif de nombre de ses membres dans la Révolution nationale, voire même dans la Collaboration, de se plonger dans une littérature rance, voire nauséabonde à cause des ses relents antisémites, qui sente « le soufre et le moisi »1 ?

2Ce mouvement a néanmoins exercé, de 1910 à 1940, une telle influence politique et intellectuelle sur les élites françaises qu'il vaut la peine de l'étudier pour comprendre les raisons de cet ascendant. D'autre part et surtout, les oeuvres historiques estampillées « Action française » ont obtenu un tel succès public entre les deux guerres, qu'il est instructif de faire l'histoire d'une historiographie aussi non conformiste, qui rejetait la littérature romantique et les austères productions érudites.

3Après avoir ainsi dressé le panorama le plus complet possible des oeuvres publiées entre 1910 et 1940, et souligné la variété de leurs statuts et de leurs usages, nous analyserons les thématiques communes à l'ensemble de ces auteurs, avant d'aborder enfin leurs divergences de fond.

Le corpus d'étude

4Pour mieux comprendre leurs conceptions du passé, j'ai étudié des oeuvres relevant d'un triple registre : celles d'idéologues comme Charles Maurras (1868-1952) ; celles de journalistes, publicistes, polémistes, romanciers comme Léon Daudet (1867-1942), Georges Bernanos (1888-1948) et Henri Massis (1886-1970) ; enfin celles d'historiens : Frantz Funck-Brentano (1862-1947), Jacques Bainville (1879-1936) et Pierre Gaxotte (1895-1983).

5Dans la première catégorie, figurent Romantisme et Révolution, dans l'édition définitive parue à la Nouvelle Librairie nationale en 1922, qui contient notamment Trois idées politiques : Chateaubriand, Michelet, Sainte-Beuve, et surtout l'Enquête sur la monarchie, dans l'édition définitive, parue à la Nouvelle Librairie nationale en 1925, qui propose les idées maîtresses du nationalisme intégral de Maurras.

6Dans la seconde, on relève de Léon Daudet Le Stupide XIXe siècle. Exposé des insanités qui se sont abattues sur la France depuis 130 ans. 1789-1919, publié à la Nouvelle Librairie nationale en 1922 ; les articles rédigés par le jeune Bernanos pour l'Avant-garde de Normandie en 1913 et 1914, des conférences prononcées devant des étudiants d'Action française dans les années vingt, et surtout son essai la Grande peur des bien-pensants paru en 1931. Ensemble documentaire prolongé par les écrits d'Henri Massis : un recueil d'articles contre la Nouvelle Sorbonne publiés entre 1910 et 1914 et réédités en 1925 dans les Cahiers d'Occident.

7La troisième rassemble les monuments parus chez Fayard dans la collection des Grandes études historiques. Citons, selon l'ordre chronologique de leur publication : l'Histoire de France de Jacques Bainville (1924), l'Ancien Régime de Frantz Funck-Brentano (1926), la Révolution française de Pierre Gaxotte (1928), Napoléon de Jacques Bainville (1931), le Siècle de Louis XV de Pierre Gaxotte (1933), la Renaissance de Frantz Funck-Brentano (1935), la Troisième République de Jacques Bainville (1935).

8J'ai complété ce corpus par les souvenirs de deux brillants historiens du XXe siècle, qui, dans leurs travaux, ont très nettement pris leurs distances avec ceux de l'Action française, mais qui ont été initiés à l'histoire par la collection des Grandes études historiques de Fayard : Un historien du dimanche de Philippe Ariès (1914-1984), entretiens avec Michel Winock parus en 1980 au Seuil, et Singulièrement libre, où Raoul Girardet dialogue avec Pierre Assouline, en 1990, chez Perrin.

  • 2 Léon Daudet, Souvenirs littéraires, préface de Kléber Haedens, Paris, Le Livre de poche, 1974, p.  (...)

9Il convient de souligner que la place de l'histoire dans cette production est conditionnée par le statut des oeuvres et par leurs différentes finalités. Le passé affleure constamment dans l'œuvre de Maurras, non comme récit chronologique, mais comme preuve concrète pour appuyer une démonstration théorique et abstraite d'une rigueur implacable. Chez lui, « le présent demande au passé ses leçons éprouvées »2. En fait, c'est une vision tronquée du passé que propose l'Enquête sur la monarchie, privilégiant les temps modernes et l'époque contemporaine au détriment du Moyen Age, réduit à la portion congrue.

10Chez les littérateurs coexistent deux partis pris : la dimension pamphlétaire et apocalyptique des textes de Léon Daudet et de Georges Bernanos, avec leur lot d'outrances verbales et d'insultes à l'adversaire, tranche ainsi avec l'argumentation méthodique, le raisonnement bien structuré d'un Henri Massis dénonçant inlassablement le caractère nocif de l'enseignement des maîtres de la Nouvelle Sorbonne. Tandis que sur le ton de l'imprécation et de l'invective, les « coups de gueule » décousus de Daudet et de Bernanos tournent en dérision les mythes fondateurs de la République, en soulignant, dans la tradition contre-révolutionnaire, que les grandes journées parisiennes, célébrées par Michelet, ne furent que de sanglantes saturnales, Henri Massis instruit froidement le procès de l'Université.

  • 3 Jacques Bainville, Histoire de France, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1966, p. 6.

11Par contraste avec les emballements et les engagements militants précédents, les ouvrages historiques semblent proposer du passé une vision plus complète et sereine, voire même plus ouverte. Dans son avant-propos, Jacques Bainville s'empresse de proclamer l'impartialité de sa démarche : « [Notre] conception de l'histoire est simple, c'est celle du bon sens3 ».

12Si leurs techniques d'écriture et leurs usages du passé sont très contrastés, ces auteurs ressassent sur le fond des conceptions de l'histoire fort proches, où la haine de la Réforme et de la Révolution occupent une place centrale.

Des convergences thématiques

  • 4 Henri Massis, « M. Alphonse Aulard », Les Cahiers d'Occident, 4, 2e série, (1925), p. 45. L'articl (...)

13La conception de l'histoire développée par tous ces ouvrages rejette en premier lieu, comme les deux faces d'une même pernicieuse réalité, l'histoire romantique incarnée par Michelet, bête noire de Maurras, et l'histoire universitaire. Par la plume de Massis, l'Action française prononce contre cette dernière une triple condamnation : elle serait une pure érudition dépourvue de la moindre idée générale, une science stérile importée d'Allemagne, tout juste capable de compiler d'austères catalogues bibliographiques, fruits d'une « recherche paperassière4 » coûteuse pour le budget de l'État ; un savoir dangereux, qui chercherait insidieusement à légitimer la démocratie ; enfin une science ingrate envers le passé monarchique, coupable de prendre un malin plaisir à dénigrer systématiquement les gloires nationales.

14Sur le fond, la doctrine historique de l'Action française constitue en premier lieu un chapelet d'anathèmes et de refus cinglants, d'où émerge la détestation profonde de la Réforme et de la Révolution, phénomènes du reste liés par une sorte de généalogie diabolique.

  • 5 Charles Maurras, Romantisme et Révolution. Édition définitive, Paris, Nouvelle Librairie nationale (...)

15La Réforme, dont les deux foyers pestilentiels sont Wittenberg, la capitale de Luther, et Genève, le royaume de Calvin, est considérée comme « l'œuf du serpent », d'où est sorti l'individualisme corrupteur de toute forme d'autorité, qui aboutit au funeste Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, autre genevois. La Réforme, c'est en fait l'esprit d'anarchie inoculé dans la religion catholique, qui provoque, en politique, la Révolution française et la démocratie parlementaire, puis la confusion des sentiments, c'est-à-dire le poison romantique. C'est dans Romantisme et Révolution que Maurras dénonce avec le plus de hargne les méfaits du « misérable Rousseau » : « Il venait d'un des points du monde où, depuis deux siècles, tournoyaient des mélanges de décomposition. (...) On trouve chez lui à doses presque égales l'homme criminel ou l'homme sauvage et le simple fou5 ».

  • 6 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, Paris, Fayard, 1935, p. 422.

16Frantz Funck-Brentano fait lui aussi du temps des Réformes l'antichambre de la Révolution. Selon lui « Luther parle ou écrit comme l'aurait fait Marat »6.

  • 7 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Le Livre de poche, 1967, nouv. éd., p. 239.

17Si tous les ouvrages relevant de l'Action française considèrent avec dégoût la Révolution comme une « crise de folie sanguinaire7 » collective, il existe, dans cette littérature, au moins trois manières complémentaires de la fustiger.

  • 8 Georges Bernanos, « Le Jour de gloire », L'Avant-garde de Normandie, 11-18 juillet 1914, repris da (...)

18Dans ses articles apocalyptiques de l'Avant-garde de Normandie, Bernanos identifie la Révolution à un fleuve de sang et de boue. De façon lancinante, reviennent sous sa plume les images hallucinées des têtes coupées et des corps mutilés. Il reproche aux libéraux de « célébrer les grands jours de cette Révolution française, représentée comme une fête du genre humain, et qui n'a été qu'une Carmagnole immense, (symbolisée par) la pique où la populace amusée promenait jadis la tête du bon bourgeois Foulon, ses yeux crevés, la langue arrachée, une poignée de foin entre les dents. (...) Autour de la princesse de Lamballe dont les cannibales se disputent la chair où palpite encore la vie, vois danser en ronde ta sainte populace. Ris, chante, pavoise ! Je prie Dieu que tes fils et tes filles n'aillent prendre de dangereuses leçons devant ces cadavres profanés8 ».

19Dans la Grande peur des bien-pensants (1931), il reprend à son compte ce ton d'imprécateur que refuse Jacques Bainville : placé dans la posture d'un spectateur engagé, Bainville observe froidement, presque de manière clinique, en entomologiste, le basculement irréversible de la France dans l'anarchie du 14 juillet 1789 au 9 Thermidor. Il analyse l'implacable loi d'airain qui détermine l'élimination des plus modérés par les plus radicaux jusqu'à la décomposition de la France à la veille de Brumaire.

  • 9 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 262.

20L'étude de Pierre Gaxotte se situerait plutôt à mi-chemin entre celle de Bernanos et celle de Bainville. Certes, au début, il s'efforce de conserver son sang-froid pour comprendre les passions populaires attisées par des minorités activistes. Mais, avec la chute de la Monarchie, il exprime des sentiments de haine et de dégoût : le 10 août, « le château, sans défenseurs, est envahi ; presque tout le personnel, marmitons compris, mis à mort. C'est une rage de crime et de destruction. Il faut lire les récits des témoins pour se faire une idée de ces horreurs. Des hommes sont jetés vivants par les fenêtres et empalés en bas sur des piques. D'autres sont déchiquetés, mutilés. Des corps nus sont empilés sur les pavés, mis au feu, grillés comme des côtelettes9 ».

  • 10 Ibid., p. 308.
  • 11 Ibid., p. 348.

21Le portrait révulsif qu'il brosse de Marat, par exemple, relève du registre pathologique, voire même zoologique, qui trouve dans les Origines de la France contemporaine de Taine son modèle : « Syphilitique jusqu'aux moelles, couvert de chancres, le teint jaune, la démarche convulsive, en proie à des névralgies continuelles, à moitié fou, Marat avait, dans sa maladie, conservé un sens prodigieux du journalisme, tandis que ses souffrances exaspéraient en lui le goût de la bataille et du crime. Personne n'exerçait sur la populace une influence comparable à la sienne10 ». Enfin, Gaxotte pour mieux condamner la folie révolutionnaire, plaque rétrospectivement sur son déroulement le schéma de la Révolution bolchevique, et dénonce en Robespierre un ancêtre criminel de Lénine. Lorsque, à l'été 1794, la Révolution est victorieuse sur les tous les fronts et que, dans le même temps, la Terreur redouble, il intitule un chapitre : « La Terreur communiste », choix qu'il justifie en ces termes : « La Terreur est l'essence même de la Révolution parce que la Révolution n'est point un simple changement de régime, mais une révolution sociale, une entreprise d'expropriation et d'extermination »11.

22De manière plus générale, Gaxotte et Bainville excellent à dépouiller leur objet d'étude de leurs oripeaux romantiques, et à valoriser l'envers (piteux) du décor légendaire. A propos de la Révolution, Gaxotte, en s'appuyant sur les publications de Mathiez, déboulonne allègrement la statue de Danton :

23« Coulé en bronze, encensé, canonisé par toute une école d'historiens, Danton a passé, pendant vingt-cinq ou trente ans, pour la plus belle incarnation du patriotisme révolutionnaire et du patriotisme tout court. (...) Cela, c'est la légende. La vérité est autre. Au prix d'une longue et difficile enquête, M. Albert Mathiez est parvenu à la rétablir, morceau par morceau, et ses recherches sont aujourd'hui assez avancées pour que nous puissions le suivre en toute sécurité.(...)

  • 12 Ibid., p. 267-68.

24Éloquence brutale, figure de dogue, mufle puissant : c'est le Mirabeau de la canaille. (...) Pendant trois ans, il travaille les auditoires les plus populaires. Traînant après lui une clientèle d'aventuriers et d'individus tarés, il est répandu dans tous les complots, mêlé à toutes les agitations. Effronté, vénal, sans scrupules, il touche de l'Angleterre, du duc d'Orléans, de la Cour. (...) A la tribune, il est pour la guerre à outrance, en secret, pour la paix bâclée. (...) Dans un ministère de commis illuminés, il représente un type moderne de politicien roublard, sceptique et jouisseur, aimant le pouvoir et sachant s'en servir12 ».

  • 13 Jacques Bainville, Napoléon, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1969, p. 351.

25C'est la même opération de désacralisation que réalise Jacques Bainville à l'égard de Napoléon, considéré comme l'héritier direct de la Révolution, son digne fils. Il ironise ainsi sur l'Empereur « penché sur les tableaux de douane », en plein Blocus continental : « Qu'on est loin du héros des légendes, loin de l'image d'Épinal !13 »

  • 14 Ibid., p. 485 & 479.

26A propos de Sainte-Hélène, dont il affirme qu'elle « a été un laboratoire de légendes, un peu une fabrique de faux », il raille le Mémorial, « livre admirablement fait pour émouvoir et pour attendrir »14.

27Si les interprétations – apocalyptiques, ironiques, sataniques – de la Révolution occupent dans ce corpus une place démesurée, que rien, pas même la politique militaire de la Grande Nation, ne vient compenser, racheter, il existe cependant une vision positive du passé, qui s'attache à valoriser les « Quarante rois qui ont fait la France ». C'est bien autour des rapports entre l'Ancien Régime et la Révolution que s'articule la réflexion centrale de ceux qui adhèrent à la conception historique de l'Action française. Cependant, pour l'essentiel, l'anarchie démocratique et parlementaire, fille de la Révolution, sert ici de repoussoir commode à la brillante continuité de la monarchie héréditaire. Cette réflexion comporte deux volets complémentaires, la célébration du miracle capétien par Maurras, la réhabilitation argumentée par Funck-Brentano et Gaxotte de l'Ancien Régime en général et du Siècle de Louis XV en particulier.

28A quatre reprises, dans la version définitive de l'Enquête sur la monarchie (1925), Maurras martèle la même évidence : au XVIIIe siècle, l'intégrité du territoire français n'a jamais été menacée sérieusement, en revanche, de 1814 à 1914, elle a été violée quatre fois. Or, si l'on juge l'arbre à ses fruits, il faut donc, à ses yeux, reconnaître de bonne foi, et une fois pour toutes, que ceux de la royauté capétienne furent abondants et excellents, ceux de la démocratie, fille de la Révolution, pourris.

  • 15 Pierre Gaxotte, Le Siècle de Louis XV, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1967, p. 10 et 414.
  • 16 Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, nouv. éd., Paris, Fayard, 1937, p. 553.

29Si Maurras qualifie les cent années qui courent de 1814 à 1914 de « cent piteuses », Gaxotte et Funck-Brentano tordent allègrement le cou à la légende noire de Louis XV et de Louis XVI, et réhabilitent, non sans talent, leurs règnes respectifs. Gaxotte réfute tous les clichés diffusés par les historiens républicains, qui faisaient du Bien Aimé un souverain indolent, jouet des intrigues des favorites et des ministres impopulaires, voire même un roi crapuleux, indifférent au sort misérable de ses sujets. Retournant comme un gant ces calomnies, il souligne, dès l'introduction de son livre, que le titre de Siècle de Louis XV, emprunté malicieusement à Voltaire, n'est nullement un paradoxe, mais qu'il correspond bien, malgré des problèmes et des difficultés, dont il ne sous-estime nullement la portée, à la réalité politique, économique, sociale et culturelle du temps : « Louis XV a été jugé d'après les seuls témoignages de ses ennemis. (...) (Or) Louis XV n'a pas régné sur une France misérable, mais sur une France en pleine prospérité15 ». De son côté, Funck-Brentano, après avoir multiplié les preuves de la richesse des campagnes et des villes sous Louis XVI, et rappelé que le traité de Versailles de 1783 effaçait la honte de celui de 1763, conclut admiratif que « le règne de Louis XVI a été l'une des plus grandes époques de notre histoire, glorieux crépuscule sur l'ancienne France finissante16 ».

  • 17 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 280.

30Mais, dans ces conditions, si le tableau brossé par ces deux historiens démolit de manière convaincante les caricatures complaisamment diffusées sur ce sujet, comment expliquer 1789 ? Sur ce point sensible, en s'appuyant sur les travaux d'Augustin Cochin, Gaxotte réactualise, sous une forme plus habile et moderne, la vieille théorie du complot : « Quant aux philosophes, ils applaudirent ouvertement aux victoires de Frédéric qui, pour eux, représentait la libre-pensée en lutte contre l'obscurantisme religieux. L'ambition des rois de Prusse ne pouvait être satisfaite que par un bouleversement général de l'Europe. L'alliance de leur politique avec le mouvement philosophique d'où la Révolution devait sortir s'explique par là17 ».

  • 18 Ibid., p. 383.

31La conclusion de ces travaux historiques demeure, avec des formulations variées, la même : les Capétiens ont pris, au seuil de l'an Mil, une France dans les limbes, en miettes, et l'ont, morceau par morceau, recomposée, comme une sorte de puzzle, pour en faire, avec l'alliance des communes, le pays le plus puissant, le plus peuplé et le plus riche de l'univers. C'est ce royaume, dont la culture rayonnait, au XVIIIe siècle, sur l'Europe, que la Révolution a mis en pièces. Pour en finir avec le déclin irréversible, né de l'anarchie révolutionnaire, « seule la monarchie héréditaire garantit une parfaite communauté d'intérêts entre la nation et le gouvernement18 ».

32Si la conception de l'histoire des auteurs se réclamant de l'Action française présente de larges convergences, adossées à des haines et des goûts communs, de réelles divergences de forme et de fond se manifestent cependant.

D'importantes différences, de profondes divergences

  • 19 Charles Maurras, Romantisme et Révolution, op. cit., p. 3-4.

33On peut en relever quatre catégories. La première n'oppose pas les historiens d'Action française entre eux, mais concerne leur inspirateur commun, Taine. Malgré l'influence considérable des Origines de la France contemporaine (1878-1893) sur sa pensée, Maurras réfute Taine, « qui attribuait à l'esprit classique l'élaboration de l'esprit révolutionnaire. (...) C'est dans le Contrat (social) de Rousseau, plutôt que dans l'Art poétique de Boileau, qu'on a la chance de découvrir les idées directrices de Robespierre. (...) Ayant défini le mouvement de la Réforme une sédition systématique de l'individu contre l'esprit, Comte a senti la véritable filiation révolutionnaire19 ».

  • 20 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, op. cit., p. 8.

34Le second point d'achoppement, interne au mouvement, présente un caractère anthropologique. Maurras et nombre de nationalistes se réclament du positivisme de Comte et de « l'empirisme organisateur » de Sainte-Beuve, et rejettent tout ce qui relèverait du sacré et de l'irrationnel. Cette position réaliste expliquerait en partie l'indifférence de Maurras à l'égard du Moyen Age. Or, cette attitude le distingue d'un Bernanos, à la piété franciscaine, profondément touché par l'idéal poétique du Moyen Age, incarné par saint Bernard et saint Louis et leur rêve de croisade. On peut du reste se demander si cette sensibilité à un passé médiéval enveloppé de mythologie n'a pas joué un rôle décisif dans la rupture définitive entre Bernanos et Maurras en 1932 ? Funck-Brentano, rompu à l'étude des documents médiévaux par sa formation chartiste, considère le XIIe et le XIIIe siècles des cathédrales comme l'apogée de la civilisation française, et salue dans le style gothique, authentique expression d'un art populaire, « ce que le génie humain a produit de plus beau20 ».

  • 21 Philippe Ariès, Un historien du dimanche, Paris, Seuil, 1980, p. 52.

35Beaucoup plus tard, partageant une conception de l'histoire proche d'un Funck-Brentano, Philippe Ariès analyse rétrospectivement tout ce qui le séparait alors d'un Maurras : « jeune étudiant, bien avant d'avoir lu Marc Bloch, j'ai été très attentif au contenu magique de la royauté, à la cérémonie du sacre, au miracle de la guérison des écrouelles – sans me rendre compte que cet élément primitif et sauvage était étranger au positivisme maurrassien qui le sacrifiait à une conception plus rationnelle et plus moderne de l'État nation21 ».

  • 22 Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, op. cit., p. 560-61.

36Si tous les historiens proches de l'Action française maudissent à l'unisson la Révolution, qui a brisé la continuité capétienne, des débats apparaissent toutefois à propos de sa naissance. Maurras, Bainville, Gaxotte sont ainsi influencés par les travaux de Cochin sur les « sociétés de pensée ». En revanche, Funck-Brentano, adossé à l'œuvre de Tocqueville qu'il cite à plusieurs reprises, propose des origines de la Révolution une vision tocquevillienne, qui rompt avec la vulgate maurrassienne. Selon lui, l'œuvre de centralisation administrative et d'unité politique commencée par Richelieu aurait dû être poursuivie de manière volontariste par Louis XVI. Or, celui-ci s'avérant incapable de le faire, c'est la Convention qui a repris à son compte ce travail d'uniformisation nécessaire, malheureusement dans des torrents de sang22.

37La dernière différence découle du statut contrasté des oeuvres de notre corpus. Funck-Brentano, Gaxotte et Bainville, reconnus en leur temps comme des historiens à part entière, le sont-ils réellement, et développent-ils vraiment, malgré des thématiques communes, une même conception du passé ? Peut-on mettre sur le même plan les oeuvres des deux premiers, authentiques professionnels de la recherche, avec celles du troisième, brillant journaliste de politique étrangère, mais dépourvu de toute formation d'historien ?

  • 23 Jacques Bainville, Histoire de France, op. cit., p. 5.
  • 24 Alain-Gérard Slama, « Bainville (Jacques) », in Jacques Julliard et Michel Winock, Dictionnaire de (...)

38Pour rédiger son Histoire de France, Bainville a écrit un travail de seconde main, et, dans sa préface, il développe les trois principes de base qui éclairent sa conception du passé : c'est d'abord une histoire psychologique traditionnelle dans laquelle la compréhension des individualités qui font l'histoire est capitale. C'est ensuite une histoire politique classique, qui privilégie l'étude des institutions, ignorant superbement la vie sociale, économique et religieuse du pays. Enfin et surtout, c'est une histoire analogique, qui considère que « les hommes d'autrefois ressemblaient à ceux d'aujourd'hui et que leurs actions avaient des motifs pareils aux nôtres23 ». De cet axiome de base découlent plusieurs conséquences de grande portée. Bainville considère en premier lieu que c'est le présent qui donne la clef du passé. D'autre part, en sacralisant la continuité et la permanence de l'État monarchique au détriment des accidents et des ruptures de l'histoire, Bainville « s'était fait du déterminisme une religion24 ».

39Cette volonté affichée de transporter rétrospectivement dans le passé les problèmes contemporains s'applique à deux thèmes cruciaux. Sur le plan intérieur, deux sujets retiennent son attention : la dialectique du désordre révolutionnaire et du retour salutaire à l'ordre, et le poids des classes moyennes pour assurer la paix sociale dans le pays. Sur le plan extérieur, l'obsession des relations conflictuelles entre la France et l'Allemagne, présentées comme un invariant de l'histoire.

40C'est à la lumière de la Révolution française, voire même de la Révolution d'Octobre, que Bainville évoque les révoltes et les émeutes du passé. Cette tradition insurrectionnelle se manifeste, selon lui, dès l'époque gallo-romaine : « les communistes du temps, les Bagaudes, dont les tentatives révolutionnaires avaient toujours été vaincues, n'étaient pas moins redoutés que les Barbares du dehors ».

41Parlant de l'hérésie albigeoise, il établit entre elle et la Réforme une sorte de filiation diabolique : « On y reconnaît ce qui apparaîtra dans le protestantisme : une manifestation de l'esprit révolutionnaire ». De plus il qualifie les Bogomiles bulgares, ancêtres des Albigeois, de « Bolcheviks du Moyen Age ».

42Le meurtre des conseillers du Dauphin Charles, futur Charles V en 1358, lui inspire un parallèle entre cette journée révolutionnaire et le 20 juin 1792 : « Le dauphin (...) fut coiffé par Etienne Marcel du chaperon rouge et bleu comme Louis XVI le sera un jour du bonnet rouge ». De même, il rapproche également l'égorgement des prisonniers armagnacs par les Bourguignons dans les prisons parisiennes, après Azincourt, des massacres de Septembre 1792 : « Étrange ressemblance de ces scènes avec celles de septembre 1792. Plus étrange encore le soin des historiens à ne pas la marquer, comme si la révolution du dix-huitième siècle avait été un phénomène miraculeux ou monstrueux, mais unique et gigantesque, au lieu d'être un épisode à sa place dans la suite de nos crises et de nos renaissances, de nos retours et de nos folies ».

43Au XVIe siècle, il accuse la Réforme d'être « un principe d'insurrection », et en voit la preuve dans le fait que les « Anabaptistes de Münster professaient le communisme ». A la fin du XVIe siècle, il dénonce dans le Comité des Seize de la Ligue la sinistre préfiguration du Comité de Salut public : « il régnait par la terreur, appliquait à ses adversaires et même aux modérés les mesures classiques des révolutions, loi des suspects, saisie des biens d'émigrés, proscription, épuration des fonctionnaires ».

  • 25 Jacques Bainville, Histoire de France, op. cit., p. 17, 55, 81-82, 95, 133, 151, 158-161, 326.

44Enfin, pour expliquer le succès des révolutionnaires et la difficulté à sortir de l'anarchie, il énonce ce « principe politique en vigueur depuis 1789 : pas d'ennemi à gauche25 », transposant ainsi à la fin du XVIIIe siècle une tactique mise au point par Georges Clemenceau, un siècle après.

  • 26 Ibid., p. 17.

45Pour Bainville, les remèdes permanents pour sauver le pays de l'anarchie demeurent le recours à l'homme providentiel, mais aussi le développement des « classes moyennes », c'est-à-dire de la bourgeoisie, qui incarnent le bon sens, le travail, l'épargne. Et là encore, c'est dès la Paix romaine qu'il perçoit leur émergence pour assurer la prospérité du pays et combattre le poison de l'anarchie : « ce pays fertile, industrieux, couvert de riches monuments, où une classe moyenne tendait toujours à se reconstituer comme un produit du sol après chaque tempête, était d'instinct conservateur. Il avait horreur de l'anarchie26 ».

  • 27 Ibid., p. 63.
  • 28 Ibid., p. 14, 17, 31, 53-54, 122, 472.

46Cependant, c'est surtout pour évoquer les tensions entre la France et l'Allemagne que Jacques Bainville développe ces anachronismes saisissants et percutants, qui ont probablement contribué au succès du livre : « Il y a comme un rythme régulier dans l'histoire de notre pays où les mêmes situations se reproduisent à plusieurs centaines d'années de distance »27. A dix reprises, dans son Histoire de France, il met ainsi en rapport direct l'affrontement passé entre l'Allemagne et ses voisins avec une situation contemporaine jugée exactement comparable. En voici un florilège28 :

47En 275, Probus repousse les envahisseurs germaniques, qui dans leur retraite sèment la dévastation. Et Bainville de préciser qu'ils « avaient même, comme en 1918, coupé les arbres fruitiers ».

48Au IVe siècle Julien « les chasse au-delà du Rhin et leur impose un tribut pour les « réparations » (c'est déjà la chose et le mot) des destructions auxquelles ils s'étaient encore livrés ».

49A Tolbiac, en 496, il va de soi que « l'ennemi était allemand ».

50Après la conquête de la Saxe par Charlemagne, il taxe de naïveté ceux qui crurent à la sincérité de la conversion des Germains au christianisme : « Ils furent un peu comme ceux des nôtres qui ont eu confiance dans le baptême démocratique de l'Allemagne » de Weimar...

51Bouvines en 1214 préfigure déjà l'enthousiasme des Volontaires de 1792 et « l'union sacrée » de 1914.

52Après l'élection de Charles-Quint au trône impérial, Bainville constate que « commence cette lutte entre la France et l'Allemagne, qui sous des formes diverses, s'est perpétuée jusqu'à nos jours, qui peut-être n'est pas finie ». Un siècle plus tard, il dresse un parallèle explicite entre la bataille de la Montagne blanche et celle de Sadowa.

53Enfin, en 1914, « L'Allemagne voulut la guerre. Elle avait un trop-plein d'hommes. Elle était comme aux anciens temps de l'histoire, poussée à envahir ses voisins ».

54La boucle est en quelque sorte bouclée : par une sorte de conception circulaire du temps, le récit de Bainville semble démontrer que l'histoire n'est, selon la sagesse des anciens, qu'un éternel recommencement et que le passé dure longtemps...

  • 29 Alain-Gérard Slama, op. cit., p. 106.

55Dans ces conditions, rattacher l'œuvre de Bainville, comme le fait Alain-Gérard Slama, « à l'esprit nouveau dont sortit, au même moment l'école des Annales »29, me paraît relever d'un brillant paradoxe. Le courant dans lequel s'inscrit Bainville est plutôt celui de l'histoire académique la plus conventionnelle, celle précisément que combattaient Lucien Febvre et Marc Bloch. En revanche, les ouvrages de Funck-Brentano et de Gaxotte, qui sont des professionnels, présentent des ressemblances avec les recherches de l'École des Annales.

  • 30 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, op. cit., p. 317.

56Le premier, chartiste, conservateur à la Bibliothèque de l'Arsenal, où il a inventorié les archives de la Bastille, est d'abord un érudit, qui, après 1920, publie de grandes synthèses très vivantes, dont celle sur l'Ancien Régime, qui, selon Philippe Ariès, mériterait d'être réhabilitée. De fait, dans son étude sur la Renaissance, il cite à plusieurs reprises les travaux d'Émile Mâle, d'Henri Hauser, d'Augustin Renaudet, et, à propos de la Réforme, ceux de Lucien Febvre (deux fois). La vivacité de son style favorise, encore aujourd'hui, sa lecture. Voici son portrait, fort peu politiquement correct, de Jules II : « Il était tout feu tout ardeur. Il allait répétant : - On verra si je n'ai pas les-en italien coglioni – aussi grosses que celles du roi de France !30 »

  • 31 Pierre Gaxotte, Le Siècle de Louis XV, op. cit., p. 427.
  • 32 Pierre Gaxotte, La Révolution française, op. cit., p. 114.
  • 33 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 8.

57Le second, normalien, agrégé d'histoire, a soutenu, sous la direction d'Émile Bourgeois, professeur d'Histoire moderne à la Sorbonne, un diplôme d'études supérieures sur la Corvée et les routes royales sous Louis XV, et rappelle, dans l'introduction de son Siècle de Louis XV, qu'il a fait, aux archives départementales, des sondages dans les archives des intendants de province au XVIIIe siècle. On peut surtout constater que, dans les éditions successives de son Siècle de Louis XV – publié en 1933, il est remanié par son auteur jusqu'en 1974 – Gaxotte a tenu compte de l'avancement de la recherche historique. Voici l'édition de 1967. Pour montrer que la situation de la France au XVIIIe siècle ne correspond guère à la caricature brossée complaisamment par les adversaires de la monarchie depuis Michelet, il cite, entre autres, les Caractères originaux de l'histoire rurale de Marc Bloch, qu'il qualifie de « livre admirable »31. Dans la Révolution française, c'est sur la thèse d'Ernest Labrousse qu'il s'appuie32. Du reste, le thème développé par Pierre Gaxotte d'une France riche, puissante et respectée sous le règne d'un monarque, qui est digne d'être plus sereinement traité, a été validée par Michel Antoine, Directeur de recherches à l'École pratique des hautes études (IVe section), dans sa propre biographie de Louis XV, parue chez Fayard en 198933.

  • 34 Raoul Girardet et Pierre Assouline, Singulièrement libre. Entretiens, Paris, Perrin, 1990, p. 30.

58En définitive, il n'existe pas une école capétienne unique, mais au moins deux groupes bien distincts, regroupés, peut-être de manière arbitraire, sous le label « Action française ». La première renvoie à des doctrinaires et à des journalistes, comme Maurras, Daudet, Bainville et Massis, qui ne méritent assurément pas le titre d'historiens. On peut même soutenir légitimement, comme le fait Philippe Ariès, que « ces gens détestent l'histoire34 ». Et puis, il y a les livres de Frantz Funck-Brentano et de Pierre Gaxotte, dont la lecture présente encore aujourd'hui le plus vif intérêt.

  • 35 Pascal Ory, « Gaxotte (Pierre) », in Jacques Julliard & Michel Winock, Dictionnaire des intellectu (...)

59On pourrait en conclusion esquisser trois paradoxes. Le premier porte sur l'évaluation du succès des ouvrages publiés dans la collection des Grandes études historiques chez Fayard. L'Histoire de France de Bainville fut, en 1924, un véritable best-seller, dont les chiffres de vente atteignent les 340.000 exemplaires. Les tirages de son Napoléon en 1931 sont comparables. Les ouvrages de Gaxotte, réédités des années trente à la fin des années quatrevingt, et qui eurent également des éditions de poche, furent aussi des bestsellers. Comme le souligne Pascal Ory, « jusque dans les années 1960, ce sera la seule littérature historique à succès de l'édition française35 ».

60Il conviendrait d'autre part de lancer une enquête sur la réception par le corps des professeurs d'histoire de l'enseignement secondaire public de l'entre-deux guerres, de cette production historique marquée du sceau de l'Action française. Voici en tout cas deux témoignages stimulants pour débuter.

61Jean Daniel a eu « un professeur d'histoire, M. Pathé, membre de l'Action française, [qui] avait la particularité de ne pas donner un cours classique mais de faire choisir un chapitre d'histoire que nous devions lui résumer afin qu'il évalue notre esprit de compréhension et de synthèse.

62Dès que je lui annonce un épisode dans l'histoire romaine concernant les Gracques, ces premiers aristocrates progressistes, je l'entends murmurer : « Ils ont ça dans la peau ».

  • 36 Jean Daniel, Cet étranger qui me ressemble. Entretiens avec Martine de Rabaudy, Paris, Gallimard, (...)

63Intrigué, je lui demande de répéter sa réflexion : « Ce n'est pas votre faute, mais vous êtes comme « ça ». J'insiste pour qu'il m'explique le sens de son « ça », ce qu'il fait avec naturel : « Les juifs ont toujours eu le goût de la subversion politique et de l'agitation révolutionnaire. Tu comprendras plus tard36 ».

  • 37 Michel Antoine, préface à la réédition du Siècle de Louis XV de Pierre Gaxotte, Paris, Fayard, 199 (...)

64Enfin, Michel Antoine raconte comment, au début des années quarante, en hypokhâgne, son professeur recommandait la lecture du Siècle de Louis XV à ses élèves37.

  • 38 Philippe Ariès, Un historien du dimanche, op. cit., p. 86.

65Dernier paradoxe, si l'école capétienne a donc eu des admirateurs jusque dans les temples du savoir de la République, deux historiens en herbe, Philippe Ariès et Raoul Girardet, ont dû quelque peu abjurer leur admiration envers les maîtres de l'Action française pour se « convertir », le mot est de Philippe Ariès38, à une nouvelle manière d'écrire l'histoire, qui privilégiait l'autonomie de la société par rapport à l'État, et l'imaginaire politique.

66Si l'on voulait enfin résumer en une phrase ce qui fait l'essentiel de l'histoire accommodée par Maurras et Bainville, ne pourrait-on paraphraser le fameux slogan de Mai 68 : « Sous les pavés, la plage » ?

67« Sous le sable de la plage emporté par le vent révolutionnaire, demeurent les solides pavés de la tradition et de la continuité nationales » ?

Notes

1 Voir François Dufay, Le soufre et le moisi. La droite littéraire après 1945, Paris, Perrin, 2006.

2 Léon Daudet, Souvenirs littéraires, préface de Kléber Haedens, Paris, Le Livre de poche, 1974, p. 353.

3 Jacques Bainville, Histoire de France, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1966, p. 6.

4 Henri Massis, « M. Alphonse Aulard », Les Cahiers d'Occident, 4, 2e série, (1925), p. 45. L'article a paru dans Paris-Journal le 6 avril 1911.

5 Charles Maurras, Romantisme et Révolution. Édition définitive, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1922, p. 5-6.

6 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, Paris, Fayard, 1935, p. 422.

7 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Le Livre de poche, 1967, nouv. éd., p. 239.

8 Georges Bernanos, « Le Jour de gloire », L'Avant-garde de Normandie, 11-18 juillet 1914, repris dans Essais et écrits de combat. I. (...) Textes non rassemblés par Bernanos (1909-1939), Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1971, p. 1027-28.

9 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 262.

10 Ibid., p. 308.

11 Ibid., p. 348.

12 Ibid., p. 267-68.

13 Jacques Bainville, Napoléon, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1969, p. 351.

14 Ibid., p. 485 & 479.

15 Pierre Gaxotte, Le Siècle de Louis XV, nouv. éd., Paris, Le Livre de poche, 1967, p. 10 et 414.

16 Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, nouv. éd., Paris, Fayard, 1937, p. 553.

17 Pierre Gaxotte, op. cit., p. 280.

18 Ibid., p. 383.

19 Charles Maurras, Romantisme et Révolution, op. cit., p. 3-4.

20 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, op. cit., p. 8.

21 Philippe Ariès, Un historien du dimanche, Paris, Seuil, 1980, p. 52.

22 Frantz Funck-Brentano, L'Ancien Régime, op. cit., p. 560-61.

23 Jacques Bainville, Histoire de France, op. cit., p. 5.

24 Alain-Gérard Slama, « Bainville (Jacques) », in Jacques Julliard et Michel Winock, Dictionnaire des intellectuels français, Paris, Seuil, 1996, p. 107.

25 Jacques Bainville, Histoire de France, op. cit., p. 17, 55, 81-82, 95, 133, 151, 158-161, 326.

26 Ibid., p. 17.

27 Ibid., p. 63.

28 Ibid., p. 14, 17, 31, 53-54, 122, 472.

29 Alain-Gérard Slama, op. cit., p. 106.

30 Frantz Funck-Brentano, La Renaissance, op. cit., p. 317.

31 Pierre Gaxotte, Le Siècle de Louis XV, op. cit., p. 427.

32 Pierre Gaxotte, La Révolution française, op. cit., p. 114.

33 Michel Antoine, Louis XV, Paris, Fayard, 1989, p. 8.

34 Raoul Girardet et Pierre Assouline, Singulièrement libre. Entretiens, Paris, Perrin, 1990, p. 30.

35 Pascal Ory, « Gaxotte (Pierre) », in Jacques Julliard & Michel Winock, Dictionnaire des intellectuels français, op. cit., p. 528.

36 Jean Daniel, Cet étranger qui me ressemble. Entretiens avec Martine de Rabaudy, Paris, Gallimard, 2006, p. 231.

37 Michel Antoine, préface à la réédition du Siècle de Louis XV de Pierre Gaxotte, Paris, Fayard, 1997, p. II et III.

38 Philippe Ariès, Un historien du dimanche, op. cit., p. 86.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540