Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Action française

 | 
Michel Leymarie
, 
Jacques Prévotat

Partie 1. Autour de la notion maurrassienne d'héritage

L’Action française, la Révolution et la Restauration

The Action française, Revolution and Restoration

Philippe Boutry

Résumé

La Révolution française, comme moment constitutif de l'histoire nationale, se situe au cœur du projet politique, social et culturel de l'Action française. On voudrait ici tenter de réfléchir au rapport que Charles Maurras et l'Action française entretiennent avec l'histoire de la Révolution. On s'efforcera ainsi, tout d'abord d'esquisser les grandes lignes du procès intenté par Maurras à la Révolution française ; en second lieu, de préciser la situation des historiens d'Action française dans les études révolutionnaires ; en dernier lieu enfin, d'explorer les difficultés et les apories du discours maurrassien dans sa définition de ce que pourrait être une « restauration ».

The French Revolution, as a founding event in French history, is a central issue in the political, social and cultural design of the Action française. The article expresses some considerations on the relationship between Charles Maurras and his political movement and the history of the Revolution. It explores the main characters of Maurras'critical thought on the Revolution, the situation of the Action française's historians in revolutionary studies and their difficulties and contradictions about the definition of what could be a "Restoration".

Texte intégral

« Ce qui distingue les nations, ce n’est ni la race, ni la langue. Les hommes sentent dans leur cœur qu’ils sont un même peuple, lorsqu’ils ont une communauté d’idées, d’intérêts, d’affections, de souvenirs et d’espérances. Voilà ce qui fait la patrie. Voilà pourquoi les hommes veulent marcher ensemble, ensemble travailler, ensemble combattre, vivre et mourir les uns pour les autres. La patrie, c’est ce qu’on aime. Il se peut que l’Alsace soit allemande par la race et par le langage, mais par la nationalité et le sentiment de la patrie, elle est française. Et savez-vous ce qui l’a rendue française ? Ce n’est pas Louis XIV, c’est notre Révolution de 1789. »
Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française ? Réponse à M. Mommsen, 27 octobre 1870.

1La Révolution française, comme moment constitutif de l’histoire nationale, se situe au cœur du projet politique, social et culturel de l’Action française. Évoquant la première rencontre de Charles Maurras et d’Henri Vaugeois, en janvier 1899, à la veille d’une réunion de la Ligue de la Patrie française, et leurs divergences initiales sur l’essence du nationalisme, Jacques Prévotat souligne avec force la radicalité du refus de l’héritage révolutionnaire dans le projet de régénération de l’idée de nation élaboré par Maurras dans le contexte passionnel de l’affaire Dreyfus :

  • 1 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1899-1939, P (...)

« L’accord paraissait encore loin d’être réalisé entre Maurras, devenu royaliste convaincu, et Vaugeois, qui défendait opiniâtrement le régime républicain. Les raisonnements se situaient sur des plans différents : quand Maurras évoquait les concepts d’État, de nation, en montrant leur incompatibilité avec l’idéologie républicaine, Vaugeois défendait les droits de l’individu, avec sa conviction personnelle qu’on pouvait concilier le pur patriotisme avec les idées républicaines. À quoi Maurras répondait obstinément que ce plan « subjectif » n’était pas le sien, qu’il ne voulait examiner la question essentielle, celle du régime, que « par rapport à la France ». Didactique, pédagogue et doctrinaire, Maurras lui désignait « l’erreur » : l’attachement persistant des nationalistes au régime républicain. Si leurs adversaires étaient plus forts, c’est qu’ils bénéficiaient de la cohérence que donne une doctrine, celle de la Révolution, d’un vocabulaire, d’une éducation politique commune.1 »

  • 2 François Furet, Penser la Révolution française [1978], nouvelle édition revue et corrigée, Paris, (...)
  • 3 Joseph de Maistre, Considérations sur la France [1797], dans Considérations sur la Révolution, tex (...)

2À un siècle de distance et à partir – cela va sans dire – de tout autres prémisses idéologiques et politiques, Maurras vérifie ainsi l’analyse de François Furet lorsque ce dernier écrit : « À partir de 1789, la hantise des origines, dont est tissée toute histoire nationale, s’investit précisément sur la rupture révolutionnaire. Comme les grandes invasions avaient constitué le mythe de la société nobiliaire, le grand récit de ses origines, 1789 est la date de naissance, l’année zéro du monde nouveau, fondé sur l’égalité. […] Dans les deux cas, il s’agit de reconstituer une origine « vraie » à la nation, en donnant une date de naissance légitime à l’égalité. […] L’histoire de la Révolution a pour fonction sociale d’entretenir ce récit des origines. […] Ce n’est pas assez dire que la Révolution explique notre histoire contemporaine. Elle est notre histoire contemporaine.2 » En ce sens, la Révolution française, que Maurras abhorre, ne constitue pas seulement dans sa pensée un événement, mais une culture, c’est-à-dire à la fois des principes et des idées, une idéologie et une symbolique politiques, un lexique référentiel, un style littéraire et une race d’individus qu’il lui importe de combattre en s’attaquant à la racine du mal que représentent à ses yeux le renversement de la monarchie et l’exécution publique du monarque. Le rétablissement du roi, qu’il appelle de ses vœux, ne saurait donc être, pour reprendre la célèbre formule du comte de Maistre à la fin des Considérations, « une révolution contraire, mais le contraire de la Révolution.3 »

3C’est pourquoi on voudrait ici tenter de réfléchir au rapport que Charles Maurras et l’Action française entretiennent avec l’histoire de la Révolution et de son horizon tant espéré, la Restauration. On s’efforcera ainsi, tout d’abord d’esquisser les grandes lignes du procès intenté par Maurras à la Révolution française ; en second lieu, de préciser la situation des historiens d’Action française dans les études révolutionnaires ; en dernier lieu enfin, d’explorer les difficultés et les apories du discours maurrassien dans sa définition de ce que pourrait être une « restauration ».

Penser la Révolution française

  • 4 François Furet, Penser la Révolution française, op. cit., p. 221.

4Face à la Révolution française, Charles Maurras aurait volontiers fait sienne cette autre phrase de François Furet, appliquée à Augustin Cochin : « Il déteste le jacobinisme et il essaie de le penser4 ». Penser la Révolution française fut en effet à la genèse de l’élaboration de sa doctrine politique et de sa philosophie sociale.

  • 5 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du XXe siècl (...)
  • 6 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, op. cit., p. 25. Sur l’implantation ultér (...)
  • 7 Dans sa préface à l’édition de 1923 de Mademoiselle Monk, le tout jeune André Malraux a cette anal (...)
  • 8 René Rancœur, « Mgr Penon, maître de Charles Maurras et évêque de Moulins », dans Actes du quatriè (...)

5Celles-ci s’enracinent dans des sources multiples, que les historiens de la pensée et de l’œuvre de Maurras, en particulier Victor Nguyen, Michael Sutton et Jacques Prévotat, ont contribué depuis deux décennies à inscrire plus précisément dans leur contexte intellectuel et historique5. La part des origines familiales en ressort minorée et il convient de ne pas en exagérer les orientations contre-révolutionnaires : la tradition paternelle est libérale ; la tradition maternelle, orléaniste ; et, comme l’a rappelé avec force Jacques Prévotat, « Maurras, par ses origines familiales, n’a rien d’un blanc du Midi6 ». Les origines provençales et l’influence du Félibre de Mistral constituent un héritage plus diffus, sans cesse sublimé, rêvé et réinvesti tout au long de sa vie politique et de son œuvre littéraire7. Plus décisive semble l’influence de son éducation catholique : élevé, après la disparition de son père en 1874, alors qu’il n’a pas encore huit ans, par une mère très pieuse, puis confié à l’enseignement de prêtres qui seront ses véritables maîtres – l’abbé Jean-Baptiste Penon, futur évêque de Moulins8 ; le chanoine Félix Guillibert, futur évêque de Fréjus ; ou encore l’ardent archevêque d’Aix, Mgr Forcade –, Maurras puise sa toute première formation intellectuelle dans le catholicisme intransigeant du second XIXe siècle, arc-bouté dans sa défense des lois de Dieu et des droits de l’Église, viscéralement hostile à l’héritage de la Révolution française et monarchiste de cœur : les premiers inspirateurs de Maurras sont à chercher, on le sait, dans le traditionalisme philosophique et religieux du premier XIXe siècle, chez Joseph de Maistre, Louis de Bonald ou le premier Lamennais, même si la crise religieuse de son adolescence l’éloigne profondément du catholicisme en tant que foi individuelle.

  • 9 Sur les conséquences catastrophiques de la crise boulangiste sur le légitimisme français, cf. l’an (...)
  • 10 Sur l’antisémitisme d’origine catholique, dont Maurras est à bien des égards l’héritier, cf. Pierr (...)
  • 11 Jean-François Chanet, L’Ecole républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 ; et, pour (...)
  • 12 Victor Nguyen, « Maurras à l’Observateur français ou le ralliement avant le Ralliement », dans Étu (...)

6En décembre 1885, à l’âge de dix-sept ans, Maurras vient aux côtés de sa mère s’établir à Paris, au Quartier latin – itinéraire qui n’est pas sans rappeler, un quart de siècle plus tôt, celui d’un autre Aixois, Émile Zola. Mais là s’arrête la comparaison : si la vocation littéraire du jeune Zola est encore incertaine et ses options intellectuelles en pleine fermentation, le jeune Maurras vient à la capitale dans un dessein professionnel bien établi – celui d’accéder à la seule carrière que lui autorise une surdité presque complète, déclarée en 1881-1882, à savoir le journalisme – et dans un climat intellectuel inscrit dans la continuité de son éducation – l’abbé Penon n’a-t-il pas confié l’achèvement de sa formation à un autre prêtre intransigeant, l’abbé Joseph Guieu, directeur des Annales de philosophie chrétienne ? Surtout, le climat intellectuel qui était celui des années soixante du XIXe siècle, à la fois scientiste et positiviste, anticlérical et républicain, s’est profondément modifié depuis le milieu des années quatre-vingts. Une nouvelle « génération » se fait jour dans l’ordre de la pensée et de la sensibilité. La maturation intellectuelle du jeune Charles Maurras, durant la décennie qui va de la crise boulangiste à l’affaire Dreyfus, est nourrie de l’entrecroisement de thèmes dominants de la culture des nouvelles élites intellectuelles – l’amertume de la défaite de 1870-1871, la hantise de la décadence et l’angoisse du déclassement, le désenchantement devant la République et face à la démocratie, l’obsession de la Revanche, incarnée dans l’armée comme dans la figure éphémère du général Boulanger9, la pénétration des idées antisémites, dont les éléments épars sont ramassés en 1886 dans La France juive d’Édouard Drumont10 – et d’idées parfois composites, voire confuses – la découverte du positivisme comtien mis au service d’une pensée de l’ordre et de l’harmonie, le culte du moi conjugué avec la critique de l’individualisme, l’enracinement dans la « petite patrie » provençale11 et l’exaltation de la nation, les désillusions du Progrès et l’exigence de renouveau. C’est à partir de ce terreau hétéroclite et anxiogène, où se mêlent tous les courants hostiles à la synthèse idéologique prônée par les fondateurs de la Troisième République, que Charles Maurras se forge peu à peu des convictions personnelles grâce à d’innombrables lectures, à travers les multiples articles et recensions qu’il rédige, d’abord pour L’Observateur français12 puis pour un spectre toujours plus large de revues, enfin à l’occasion de rencontres décisives – celle d’Hippolyte Taine, en décembre 1890, que Maurice Barrès réécrira à sa manière dans Les Déracinés ; ou encore celle de Paul Bourget. Il élabore ainsi une synthèse intellectuelle à laquelle il demeurera fidèle tout au long de son existence.

  • 13 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 101.

« Le nationalisme », écrit Victor Nguyen dans une vision presque duprontienne des origines intellectuelles de l’Action française, « ne reflue vers ses sources indigènes que pour mieux répondre à une demande de certitude, à une espérance d’avenir désaccordée de la fraternité des peuples, pour l’heure atteinte de plein fouet par les événements. Aussi voit-on remonter à la surface de cette angoisse, par la faille sanglante qui vient d’être ouverte, aussi bien les craintes collectives engendrées par le changement que la faim de sacré provenant du recul des croyances traditionnelles, les vieilles fidélités provinciales déjà muées en régionalismes et l’exaspération d’une identité nationale déchirée, bref toutes les forces paniques que la société révolutionnaire n’avait canalisées qu’en les polarisant sur les transformations politiques13. »

  • 14 Ibid., p. 295. Sur cette personnalité politique complexe, cf. en dernier lieu Jean-Paul Chabaud, A (...)
  • 15 « Sa nature apparaît plus clairement », écrit ainsi Eugen Weber, « si on la considère par rapport (...)
  • 16 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 101. On suivra ici de très près sa (...)
  • 17 Sur les célébrations et les contre-célébrations de 1889, Pascal Ory, « Le centenaire de la Révolut (...)
  • 18 On renverra ici à la synthèse toujours éclairante d’Alice Gérard, « Controverses autour d’un cente (...)
  • 19 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 371. Ce dernier a notamment mis en (...)
  • 20 Charles Maurras, Enquête sur la monarchie, 1900-1909, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1909.
  • 21 Charles Maurras, Réflexions sur la Révolution de 1789, Paris, SELF, 1948.
  • 22 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique. I – Académie – État. II – État (suite) – Loui (...)

7C’est à vingt ans, dit-on, qu’un individu acquiert les idées maîtresses qui resteront les siennes jusqu’à l’âge mur et dicteront les grandes lignes de sa conduite future – et Charles Maurras a atteint les siennes à Paris en avril 1888, à l’apogée de la crise politique du boulangisme puis de son rapide reflux – son premier vote, au printemps 1889, sera paradoxalement pour Alfred Naquet, candidat boulangiste et nationaliste, mais également transfuge du radicalisme, d’origine juive et promoteur de la loi sur le divorce14... On a beaucoup, et très justement, insisté sur le rôle capital de l’affaire Dreyfus dans la formation de la synthèse politique définitive de Maurras et dans l’émergence de l’Action française comme idéologie et comme mouvement15. Dans la maturation des idées personnelles de Charles Maurras, il paraît cependant important d’identifier, avec Victor Nguyen, une première étape, antérieure et structurante, capitale « pour que cette culture de droite en gestation se libère de toute révérence envers l’héritage de 89 et débouche sur une véritable formation réactionnelle »16 : à savoir le premier centenaire de la Révolution française17. Les célébrations républicaines de 1889 constituent en effet, à bien des égards, une formidable opération de récapitulation mémorielle, de mobilisation idéologique et d’instrumentalisation politique de l’histoire nationale au service de la Troisième République à la fois triomphante et déjà menacée : en 1885 a été créée, par le Conseil municipal de la ville de Paris, la première chaire d’histoire de la Révolution française en Sorbonne, au bénéfice du radical et très anticlérical Alphonse Aulard ; en 1889, l’Exposition universelle vient conférer un éclat supplémentaire aux cérémonies du centenaire ; et en 1891 est inaugurée sur le boulevard Saint-Germain, tout près de l’ancien couvent des Cordeliers, la statue de Danton18. Or c’est dans le cours de ces mêmes années que s’élabore, pour ainsi dire définitivement (car Maurras n’est pas de ceux dont la pensée, souple et ductile, évolue au gré des circonstances : il est l’homme des cohérences intellectuelles, diront les uns, ou des rigidités doctrinales, diront les autres, parfois jusqu’au ressassement), l’idée maurrassienne de contre-révolution – ce que Victor Nguyen appelle « ce regard sacrilège désormais jeté sur la Révolution19 » et qui sera la clef de son « système », de l’Enquête sur la monarchie des années 190020 aux ultimes Réflexions sur la Révolution de 1789 rédigées en prison21 en passant par les récapitulations du Dictionnaire politique et critique22.

  • 23 Sur Frédéric Le Play et son œuvre, cf. en dernier lieu, Antoine Savoye, Les débuts de la sociologi (...)
  • 24 Sur Hippolyte Taine et son œuvre philosophique et historique, cf. en dernier lieu François Léger, (...)
  • 25 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 397.
  • 26 On renverra ici aux remarquables analyses de Michael Sutton, « Auguste Comte vu par Charles Maurra (...)

8Dans sa mise en cause radicale des principes et des conséquences de la Révolution, Maurras mobilise ainsi l’ensemble de ses lectures et de ses références. À la pensée de Le Play et de l’école de la Réforme sociale, il emprunte non seulement sa propre conception de la « science sociale », de l’organisation et de l’autorité, mais encore, dans une lecture traditionaliste qui restreint considérablement la portée de la pensée sociologique de Le Play, le refus des « abstractions » sociales comme de l’individualisme libéral23. Des Origines de la France contemporaine de Taine, dont les volumes paraissent de 1876 à 1891, il tire un diagnostic sans concession de ce « mal français » que constitue à ses yeux la démocratie et un réquisitoire contre la Révolution elle-même (bien que Taine soit dénué de toute indulgence pour l’Ancien Régime) où sont mises en cause, avec toute la rigueur d’un historien qui cite de première main et toute l’amertume d’un ancien libéral que l’effondrement du Second Empire et la Commune de Paris ont exaspéré, le rôle des minorités révolutionnaires dans la « conquête jacobine, leur « esprit d’abstraction » philosophique qui substitue aux réalités sociales dans leur diversité et leur vitalité un « esprit classique » destructeur et illusoire, ainsi que la violence des foules, peuple déchaîné et sanguinaire, multitude ivre de sang et de carnage, bête instinctive, « monstre » aux antipodes de l’image glorieuse du Peuple Souverain des romantiques et des républicains24. Du Renan de La Réforme intellectuelle et morale (1871), il reprend les réserves devant le suffrage universel, l’aspiration à un gouvernement des savants et des clercs, le refus de l’égalité et la crainte des « masses » dans lesquelles Maurras ne lit que « rabougrissement des supériorités », « turgescence des petitesses » et « menace de nivellement »25. Il y a enfin la découverte décisive, qui semble intervenir au lendemain même du premier centenaire, dans les années 1889-1890, de l’œuvre d’Auguste Comte et de ses disciples positivistes, au premier rang desquels Pierre Laffitte : Maurras en retient essentiellement l’anti-individualisme, la nécessité de subordonner cet individu atomisé et isolé à des ensembles plus vastes, plus structurés et plus durables, la famille, la société, la nation, l’État, enfin une « religion de l’humanité » conçue comme solidarité et fusion dans le grand ouvrage humain d’une destinée collective26. La France du jeune Maurras est ainsi conçue comme un grand organisme, malade de la Révolution, qui doit être guidé par une direction intellectuelle pour être reconduit à l’observation des lois naturelles, et non plus soumis à l’abstraction des théories politiques et aux soubresauts des révolutions et des élections.

  • 27 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 361.

9Dès 1887, il diagnostique ainsi la fin des illusions nées de la Révolution : « si, de fait, depuis près de vingt ans », estime-t-il, « elle règne et déborde en tant qu’appétit, en tant qu’idée elle agonise. Ses dévots sont devenus rares parmi les derniers nés des sciences, des lettres, de la philosophie. On la trouve à la fois trop dangereuse et trop ridicule »27. Et, dans l’hiver 1889, non sans un certain panache à la veille des festivités du centenaire, il croit pouvoir relever, dans L’Observateur français, une sorte de « déprise » de l’opinion publique vis-à-vis de la Révolution française :

  • 28 Cité Ibid., p. 362.

« Les hommes les plus intelligents qui ont le plus concouru à la réalisation de leur rêve, s’éveillent en criant », croit-il pouvoir affirmer. « Ils se frottent les yeux, ils se demandent les uns aux autres ce que c’est que la fièvre sociale, ce que signifient cette dissolution des pouvoirs, la gangrène des mœurs, la maladie honteuse des consciences. Comme les naufragés de la révolution, ils ont pour état d’âme continu l’étonnement, mais non l’hébétement. Comme ils ont plus rêvé qu’agi, ils se souviennent, ils se scrutent ; ils songent à se demander s’ils ont quelque part dans tous ces fléaux publics ; l’année du centenaire leur suggère, après les cris de triomphe officiels, de douloureux examens de conscience28. »

  • 29 Cité Ibid., p. 364.

10Le congrès contre-révolutionnaire organisé à Aix les 11 et 12 mai 1889 à l’occasion du centenaire des assemblée provinciales, et auquel participe son ancien maître, le chanoine Guillibert, est une autre occasion pour le jeune Maurras de célébrer le programme de ces hommes réunis dans le cadre de la monarchie à la veille même des bouleversements révolutionnaires : « indépendance communale, autonomie provinciale, retour au régime de l’initiative privée, stabilité du gouvernement général, notamment dans les affaires étrangères et militaires, représentation des intérêts substituée au parlementarisme »29. La contre-révolution devient ainsi l’axe fondamental d’une rupture radicale avec l’idéologie et les institutions républicaines.

  • 30 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, Versailles, Bibliothèque des œuvres p (...)
  • 31 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 107.
  • 32 Ibid., p. 22.
  • 33 Ibid., p. 155. Si l’antisémitisme de l’Action française attend encore son historien, l’antiprotest (...)

11L’approfondissement de cette rupture pourrait être éclairé d’innombrables citations. Aux yeux de Maurras, la Révolution procède d’une fracture imposée par l’esprit d’abstraction et l’appétit de pouvoir et de jouissance de quelques noyaux d’intellectuels déclassés, ennemis-nés de l’ordre monarchique et chrétien. Son procès est sans appel. Elle rompt avec la continuité temporelle de l’histoire, subvertit l’ordre naturel de la société, bouleverse l’autorité traditionnelle de la monarchie qui a fait la France : « la Constituante, à laquelle nous devons une décadence séculaire de la patrie », écrit-il en 1928 dans son Petit Manuel de l’enquête sur la monarchie qui constitue un abrégé assez complet des principales thèses maurrassiennes30. Elle s’impose par la violence, désorganise la nation, ruine l’ordre, l’autorité et la hiérarchie, dissout les liens sociaux, détruit la religion, décompose l’unité du pays, fomente la guerre civile, affaiblit durablement la puissance française en Europe. Elle est le désordre et l’anarchie. Elle est le mal absolu, qui a donné naissance à la République et à la démocratie. « Toutes les démocraties », estime Maurras, « sont des filles des révolutions de la force. Leurs doctrines se recommandent de maximes contradictoires qui se contredisent entre elles, comme les thèses du salut public de 1793 et les principes du libéralisme absolu de 1789 ; elles ont été amalgamées par le fer et légalisées par le sang »31. Quant au régime qui se réclame de la Révolution, « on peut définir la vraie République », tranche-t-il, « par la domination des intérêts, passions, volontés des partis sur l’intérêt majeur du peuple français sur son intérêt national »32. Si la République peut consacrer « le règne sans partage des quatre États confédérés, Juif, Protestant, Maçon, Métèque »33, c’est que la Révolution qui l’a précédée a sanctionné la toute-puissance de l’individu, l’atomisation des volontés et le conflit des intérêts particuliers :

  • 34 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 44.

« Des institutions égoïstes déterminent des mœurs passives. On a parlé souvent de malthusianisme économique comme du résultat de calculs pervers. Les volontés n’ont été guère perverties qu’en conséquence du mauvais aménagement des choses, des lois, des convenances, des règlements, de l’État lui-même qui les impose. L’État voulait être le seul arbitre de la vie publique et privée ; il voulait donc n’avoir affaire qu’à des individus désunis ou aussi mal unis que possible. Par la constitution étatiste et individualiste, proclamée de 1789 à 1799 et affermie depuis 1870, les Français, pris un par un, ayant beaucoup plus d’intérêt à vivre seuls que mariés, ou rentiers que producteurs, se sont mis à jouir et à trafiquer plus qu’à travailler et créer34. »

  • 35 Charles Maurras, Mes Idées politiques [1937], préface de Pierre Gaxotte, Paris, Albatros, 1986, p. (...)
  • 36 Ibid., p. 41.
  • 37 Charles Maurras, Les Amants de Venise, Georges Sand et Musset, Paris, Albert Fontemoing, 1902 ; no (...)

12« L’esprit révolutionnaire », écrira-t-il dans Mes idées politiques, « croit la politique appelée à donner des prix aux individus ; il oublie que sa tâche n’est que de faire prospérer les communautés. […] Le désordre révolutionnaire, fondé sur une philosophie individualiste, compte autant de complices qu’il peut y avoir en France de médiocres, d’envieux, de sots et de gredins. […] Créer des mécontents pour obtenir des agités, et jouir enfin du désordre, c’est le procédé ordinaire de l’esprit de révolution35 ». Cette déliquescence induite par la Révolution n’est d’ailleurs pas seulement, pour Maurras, d’ordre politique, social ou moral : elle est encore d’ordre physique et touche à la vitalité même de la nation. « La natalité française », écrit-il, « manifeste son premier déclin en 1831, deux générations après la mise en vigueur définitive de nos lois révolutionnaires : lois économiques portant sur la constitution de la famille, l’autorité du père, le partage des biens ; lois spirituelles et morales tendant à limiter ou à combattre l’action religieuse au profit de ce qu’on appelle si curieusement la libre pensée de l’individu36 »… Et il n’est pas jusqu’aux amours de George Sand et d’Alfred de Musset qui lui inspirent cette réflexion : « La tragédie de Venise ressemble à ces révolutions qui paraissent transfigurer un peuple, mais pour lui infliger un épuisement séculaire37 »... La pensée contre-révolutionnaire de Charles Maurras constitue ainsi la confluence la plus argumentée et la plus élaborée, et promise à la plus durable et à la plus large influence, de toutes les analyses qui placent 1789 à la source d’une « causalité diabolique » : elle dessine les contours d’une histoire rétrospective du « mal français ».

L’Action française et l’histoire

  • 38 On renverra aux deux brèves synthèses de Stephen Wilson, « Les historiens d’Action française », da (...)

13On pourra cependant objecter à ces analyses que le discours maurrassien demeure essentiellement idéologique et n’entretient avec l’histoire que des liens relativement lointains. Maurras lui-même, en dépit de ses immenses lectures, n’est nullement un historien ; ni son argumentaire ni sa polémique n’ont, en toute rigueur, besoin du document ou de l’archive pour exister ; sa « synthèse subjective » et son « empirisme organisateur » ne sont pas fondamentalement d’ordre historique, mais doctrinal. Aussi un détour par l’historiographie de l’Action française s’avère-t-il nécessaire si l’on veut saisir plus précisément la substance et la portée historiques de la « contrerévolution » maurrassienne38.

  • 39 Jean Longnon, « L’histoire et la vie », dans Revue critique des idées et des livres, mars – avril (...)

14L’histoire tient en effet – comme référence intellectuelle davantage qu’en tant que doctrine constituée – une place centrale dans la réflexion collective de l’Action française : « un disciple de Barrès et de Maurras », affirme Jean Longnon en 1924, « attache forcément une importance capitale à l’histoire : la doctrine de la terre et des morts comme celle de l’empirisme organisateur trouvent en elle leur fondement39 ». Mais il convient aussitôt de souligner la singularité de ces historiens d’Action française au sein du paysage historiographique de la France du premier XXe siècle. Car fort peu nombreux sont les historiens qui ont adhéré au mouvement lui-même. La plupart de ceux qu’on rattache, de près ou de loin, à l’influence et aux doctrines de l’Action française sont bien davantage des « compagnons de route », des sympathisants ponctuels, plus ou moins nettement affirmés (car une appartenance déclarée au mouvement maurrassien ruinerait à coup sûr, dans la France radicale, une carrière universitaire), des archivistes, des érudits, des historiens conservateurs plus ou moins hostiles à la République laïque et démocratique, des journalistes et des essayistes qui trouvent dans l’Action française, son journal et ses revues, des convergences intellectuelles et politiques, des affinités de réactions et de sentiments, une « communauté émotionnelle » et une chambre d’échos, des potentialités éditoriales et des lieux de sociabilité académique ou mondaine. Une « nébuleuse », plutôt qu’un parti, à dire le vrai, mais capable de se constituer et de se structurer en « école ».

  • 40 Stephen Wilson, Ibid., p. 196.
  • 41 Charles Benoist (1861-1936) ancien député de Paris (1902) et ambassadeur à La Haye, rejoint l’Acti (...)
  • 42 Frédéric Delebecque appartient à la première équipe du quotidien Action française. Il publie, avec (...)
  • 43 Jean Héritier (1892-1969) collabore à la revue L’Étudiant français (1920), puis au Courrier royal (...)
  • 44 Emmanuel Beau de Loménie (1896-1974) est en 1920 le premier secrétaire des Étudiants d’Action fran (...)
  • 45 André Bellessort (1866-1942) critique littéraire et dramatique au Journal des débats, conférencier (...)
  • 46 Sans être affilié au mouvement, Louis Bertrand (1866-1941) collabore à Candide (1924), puis au Cou (...)
  • 47 Sur Daniel Halévy (1872-1962) et ses liens avec Maurras et l’Action française, cf. Pierre Guiral, (...)
  • 48 Antoine Lestra (1884-1963) est en 1907 secrétaire du sénateur monarchiste Emmanuel Lucien-Brun, fi (...)
  • 49 Jean Longnon (1887-1979), fils d’Auguste Longnon, futur directeur de la Bibliothèque de l’Institut (...)
  • 50 Gagné aux thèses de l’Action française durant la guerre, Hubert Bourgin (1874-1955) rejoint en 192 (...)
  • 51 Professeur d’histoire à Lyon, Pierre Heinrich est un membre actif du cercle Fustel de Coulanges ; (...)
  • 52 Philippe Ariès (1914-1984) est revenu sur sa dette envers l’Action française dans deux ouvrages de (...)
  • 53 Raoul Girardet, Pierre Assouline, Singulièrement libre. Entretiens, Paris, Perrin, 1990.
  • 54 Michel Mourre (1928-1977) est l’auteur d’un Charles Maurras, Paris, Éditions universitaires, 1953  (...)

15Stephen Wilson40 distingue ainsi un premier cercle, où il place Louis Dimier, Jacques Bainville, Pierre Gaxotte, Frantz Funck-Brentano et le marquis Marie-Louis de Roux, mais aussi, ce qui peut paraître moins probant, des figures marginales ou plus mineures comme Charles Benoist41, Frédéric et Jacques Delebecque42 ou Jean Héritier43 ; et un second cercle, composé de ceux « qui firent montre d’une sympathie temporaire ou constante pour Maurras et ses idées », où il inclut quatre noms importants, ceux d’Emmanuel Beau de Loménie44, André Bellessort45, Louis Bertrand46 et Daniel Halévy47. La liste est assurément incomplète : manquent en particulier, parmi les sympathisants ou les collaborateurs occasionnels qui ont été, à tel ou tel moment de leur vie intellectuelle, proches de l’Action française, les membres de l’Institut Auguste Longnon et Gustave Fagniez, ou encore Eugène Cavaignac, AntoineLestra48, Jean Longnon49, avant la Grande Guerre ; Hubert Bourgin50, Pierre Heinrich51 et bien d’autres encore durant l’entre-deux-guerres ; sans compter les plus jeunes, qui ne feront leurs armes d’historiens qu’après la seconde guerre mondiale, comme Philippe Ariès52, Raoul Girardet53 ou Michel Mourre54. L’enquête serait à approfondir et à nuancer selon les moments de l’histoire du mouvement et les champs historiographiques considérés.

  • 55 Historien des origines franques et du haut Moyen Âge, Auguste Longnon (1844-1911) voit ses Origine (...)
  • 56 Historien de la monarchie française des XVIIe et XVIIIe siècles, Gustave Fagniez (1842-1927) souti (...)
  • 57 Sur Louis Dimier (1884-1943), cf. les deux contributions de Victor Nguyen, « Louis Dimier : politi (...)
  • 58 Louis Dimier, Impressions d’un révoqué, Paris, Librairie des Saints Pères, extrait de La Gazette d (...)
  • 59 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 56-57 ; et Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Ac (...)
  • 60 Louis Dimier, Les Maîtres de la contre-révolution au XIXe siècle. Maistre, Bonald, Rivarol, Courie (...)

16Avant la Grande Guerre, l’Action française peut ainsi bénéficier, parmi les historiens, du patronage et du concours ponctuel de deux membres éminents de l’Académie des Inscriptions, Auguste Longnon55, historien des origines de la France, qui donne, sur Jeanne d’Arc, la première conférence publique organisée par le mouvement et préside le 18 mars 1905 aux célébrations en l’honneur de Fustel de Coulanges ; et son collègue « moderniste » Gustave Fagniez56, qui fut en 1876, au côté de Gabriel Monod, le co-fondateur de la Revue historique, tous deux ralliés aux idées de Maurras au lendemain de l’affaire Dreyfus. C’est cependant à un historien de l’art universitaire, Louis Dimier57, que revient la première affirmation de l’Action française dans le champ historique. Agrégé de l’université, titulaire d’une thèse de doctorat sur le Primatice, il se voit suspendu de son poste pour avoir protesté publiquement contre l’expulsion des pères maristes de Valenciennes durant le gouvernement Combes58 ; devenu professeur au collège Stanislas, il rallie l’Action française dans le cours de l’année 1903. C’est lui qui, avec l’assentiment de Maurras, organise, au printemps 1905, la « bagarre de Fustel », puis met en place, en février 1906, un Institut d’Action française dont il devient le secrétaire général : la chaire Rivarol, d’histoire des idées politiques, lui est confiée ; la chaire Frédéric Amouretti, d’histoire des relations internationales, est attribuée au très jeune Jacques Bainville59. En 1907, il publie ses premiers cours sur Les Maîtres de la contre-révolution au XIXe siècle, suivis de plusieurs autres travaux historiques qui s’efforcent de relier et de rallier à l’Action française les principaux penseurs de la réaction politique du siècle précédent60.

  • 61 Esquisse d’une histoire de France, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1910, VIII-617 p. Eugène C (...)
  • 62 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 572 et n.
  • 63 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 123.

17C’est enfin à un jeune historien du mouvement, Eugène Cavaignac, premier lauréat du prix d’histoire de l’Action française, qu’il revient de donner la première Esquisse d’une histoire de France, promue jusqu’à l’aube des années vingt au statut de vulgate historique au sein du groupe maurrassien61. « Publié en 1910, ce livre était toujours recommandé par l’Action française en 1920 (23 avril), à côté des ouvrages de Taine, Fustel, Auguste Longnon et P. de La Gorce », relève Eugen Weber. « L’exposé se rapportant aux années 1715-1815 est intitulé simplement Trafalgar, les guerres révolutionnaires, Aboukir, l’ère napoléonienne, Waterloo, et le XIXe siècle entier : Sedan »…62 Jacques Prévotat souligne également, « dans le domaine historique, la confiance accordée et la publicité faite au livre d’Eugène Cavaignac, Esquisse d’une histoire de France, partout recommandé aux ligueurs comme l’exemple même de l’histoire véridique et primé au grand prix hors concours des maîtres de l’Action française »63. Encore très minoritaire, quoique non dénuée d’appuis et de sympathies, la première historiographie d’Action française se pense alors à rebours.

  • 64 La personnalité et l’œuvre de Jacques Bainville (1879-1936) ont été l’objet de l’étude approfondie (...)
  • 65 Jacques Bainville, Louis II de Bavière, Paris, Perrin, 1900 ; Bismarck et la France d’après les mé (...)
  • 66 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 550-551.

18La Grande Guerre et le premier après-guerre, durant lesquels l’influence intellectuelle de l’Action française atteint son zénith, voit une montée en puissance des thèses et des thématiques de l’Action française au sein de l’historiographie française, et plus particulièrement dans le champ de l’histoire moderne, de la Révolution et du XIXe siècle. C’est alors seulement que Jacques Bainville s’impose, jusqu’à sa mort prématurée en 1936, comme l’historien par excellence du mouvement64. Venu du monde républicain (son père était ami de Camille Pelletan), il appartient tout jeune encore – il n’a que vingt ans en 1899 – au premier noyau des fondateurs de l’Action française. Ses premiers travaux portant sur l’Allemagne65, il se voit promu spécialiste des question internationales dans le quotidien Action française comme dans son Institut. Directeur de la Revue universelle, dont le premier numéro paraît le 1er avril 192066, son spectre historique s’élargit considérablement dans l’entre-deux-guerres, autour de deux livres-phares, promis à un très large écho et à une longue carrière éditoriale, son Histoire de France (1924) et son Napoléon (1931). Bainville entre à l’Académie française, après avoir été élu sur le fauteuil de Raymond Poincaré, le 7 novembre 1935 ; cette même année 1935, au sommet de sa gloire, il publie deux ouvrages qui seront comme son testament politique, sa Troisième République, 1870-1935 et Les Dictateurs. Bien qu’il ne soit pas, à proprement parler, un chercheur ni un érudit, sa clarté d’exposition, son esprit de synthèse, l’élégance de son style et la netteté incisive de ses sentences contribuent à donner un « ton » aux historiens du mouvement.

  • 67 Frantz Funck-Brentano (1862-1947) a alors déjà publié une œuvre abondante et érudite : Le Drame de (...)
  • 68 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 55 n.
  • 69 Frantz Funck-Brentano, L’Ancienne France. Le Roi, Paris, Hachette, 1912 ; L’Ancien Régime, Paris, (...)
  • 70 Frantz Funck-Brentano, Scènes et tableaux de la Révolution, Paris, Gautier-Languereau, 1934 ; La R (...)
  • 71 Il a fait l’objet d’une biographie très informée d’Anne André Glandy, Le marquis de Roux, 1878-194 (...)
  • 72 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 42-43.
  • 73 Marie-Louis de Roux, La Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Paris, Nouvelle librairie nationa (...)
  • 74 Marie-Louis de Roux, Notes pour le centenaire de 1814, Poitiers, Société française d’imprimerie, e (...)

19Aux côtés de Jacques Bainville, deux figures moins connues méritent attention pour notre propos. Conservateur à la bibliothèque de l’Arsenal depuis 1885, Frantz Funck-Brentano, alors connu comme biographe de Marie-Antoinette et historien de la Bastille67, a rejoint l’Action française à l’occasion des célébrations organisées à la mémoire de Fustel de Coulanges en 190568 ; son engagement aux côtés du mouvement maurrassien s’affirme durant l’entre-deux-guerres tandis qu’il devient, par ses travaux historiques d’une grande qualité documentaire, l’historien reconnu de la France d’Ancien Régime et de la monarchie des Bourbons69 ainsi qu’un pourfendeur de la Révolution française70. Le marquis Marie-Louis de Roux71 est au contraire un militant d’Action française de la première heure. Avocat au barreau de Poitiers, il fonde dès 1903, à l’âge de vingt-cinq ans, la première section provinciale de l’Action française72 et collabore activement à la diffusion des idées maurrassiennes tout au long de sa vie. Il consacre son œuvre historique, qui mériterait d’être réévaluée en dépit de ses a priori politiques très affirmés, essentiellement à la Révolution française73 et aux tentatives de restauration du XIXe siècle74.

  • 75 Pierre Gaxotte (1895-1982) a lui-même retracé son itinéraire politique dans Les Autres et moi, Par (...)
  • 76 Sur Candide, Je suis partout et l’évolution progressive des « jeunes d’Action française » loin de (...)

20Mais dans le champ des études sur la fin de l’Ancien Régime et la Révolution inspirées par l’Action française, c’est un historien d’une autre génération qui va s’imposer en la personne de Pierre Gaxotte75. Ancien élève de l’École normale supérieure (promotion 1917), agrégé d’histoire en 1920, Gaxotte se rallie précocement au mouvement maurrassien et collabore à l’Action française quotidienne ainsi qu’aux deux publications de l’éditeur Arthème Fayard, l’hebdomadaire Candide (1924), dont il est promu rédacteur en chef, et le quotidien Je suis partout (1930), dont il assure la direction jusqu’en 1937 avant d’être substitué par Robert Brasillach76. Parallèlement à cette intense activité de journaliste, Pierre Gaxotte fait œuvre d’historien au service des idées promues depuis trois décennies par l’Action française à travers deux ouvrages promis à d’importants tirages, La Révolution française (1928), réquisitoire contre les révolutionnaires de 1789 et de 1793, et Le Siècle de Louis XV (1933), apologie du dernier siècle de l’Ancien Régime. Avec Bainville et Gaxotte comme principaux interprètes et intellectuels organiques du mouvement, la contre-révolution maurrassienne est définitivement entrée en historiographie au milieu des années trente et a largement imprégné un large public cultivé.

  • 77 Olivier Dumoulin, Le Rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel, 20 (...)
  • 78 Sur Gabriel Monod et son œuvre historique, cf. Gertrud Quack, Gabriel Monod, 1844-1912. Studien zu (...)
  • 79 Le premier article de la série, « Idées françaises ou idées suisses », est publié dans la première (...)

21Cette véritable hégémonie culturelle, construite en quelque trois décennies sur le paysage historiographique français par les hommes de l’Action française, présente des caractéristiques spécifiques et quelques points faibles. L’historiographie d’Action française s’est en premier lieu construite parallèlement à l’Université et en partie contre elle. « Les historiens de l’Action française, tout en vitupérant contre la science allemande de la Sorbonne », note Olivier Dumoulin, « demeurent extérieurs à la construction du métier d’historien, même quand ils possèdent tous les crédits nécessaires à son édification, comme Pierre Gaxotte77 ». Les historiens universitaires de l’Action française sont soit de « grands noms », ralliés au mouvement sur la base de l’antidreyfusisme et du nationalisme, comme Auguste Longnon ou Gustave Fagniez, soit des jeunes gens diplômés, mais tournés très tôt vers le journalisme et la politique, comme le sera en effet Pierre Gaxotte. Les rapports avec la Sorbonne sont exécrables. Dès ses premiers articles dans la revue Action française, Maurras choisit pour cible « les Monod », et tout particulièrement Gabriel Monod78, le directeur de la Revue historique, qui cumule aux yeux du fondateur du mouvement le quadruple grief d’être à la fois protestant, républicain, germanophile et dreyfusard79.

  • 80 Charles Maurras, Les Monod peints par eux-mêmes, op. cit., p. 157-160, extraits.

« À cinquante ans », écrit Maurras dans sa féroce diatribe, « M. Monod n’est même pas docteur ès-lettres. Mais il est néanmoins : Maître de conférences à l’École normale supérieure ; président de la IVe section de l’École des hautes études ; directeur de la Revue historique ; officier de la Légion d’honneur ; officier de l’Instruction publique ; membre de l’Institut… sans compter qu’il était encore en 1897 membre du Comité des Archives de la Guerre. […] Les ouvrages de M. Monod ne semblent point seulement dénués de tout intérêt. Il leur manque l’accent français. Ils portent l’accent germanique. […] Il parle de l’Allemagne comme de la vraie mère de son esprit et de son cœur. O musique allemande ! O science allemande ! O philosophie allemande ! Elles seules l’échauffent. Elles seules l’inspirent. […] Cet Allemand secret et ce bas polygraphe n’en aura pas moins accédé à tous les honneurs nationaux80. »

  • 81 Sur « l’affaire Thalamas », cf. Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc in der Geschichte. Historiographie, Po (...)
  • 82 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 73.
  • 83 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, op. cit., p. 85.
  • 84 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc, op. cit., p. 312, n. 239 ; et, plus généralement, Jean-François Sirin (...)
  • 85 Henri Massis, Alfred de Tarde (« Agathon »), L’Esprit de la Nouvelle Sorbonne. La crise de la cult (...)

22Dans l’hiver 1908-1909, « l’affaire Thalamas »81 met directement aux prises les Camelots du Roi et l’Université : pour interdire à « l’insulteur de Jeanne d’Arc », promu chargé de cours à la Sorbonne, de professer son enseignement, les étudiants d’Action française envahissent l’université et molestent l’enseignant : « Pujo prit d’assaut une salle, écarta le chargé de cours qui se mettait en devoir de prononcer sa leçon [et] fit son cours à lui, sur l’Action française, ses griefs et ses buts »82 ; « au professeur, qui veut reprendre sa place, un camelot lance : Vous troublez le cours, Monsieur, je vous arrête »83 ; un autre camelot, Georges Bernanos, sera emprisonné cinq jours pour avoir agressé physiquement Thalamas…84 Dans le climat de violents affrontements politiques instauré en Sorbonne avec l’affaire Dreyfus, l’affaire Thalamas n’a pas peu contribué à accentuer la rupture intervenue entre l’Action française et l’université comme lieu de production et de transmission du savoir historique d’autant que, dans les années de l’immédiate avant-guerre, l’Action française entreprend contre la « Sorbonne nouvelle », avec les publications polémiques d’Agathon et de Pierre Lasserre, une vaste offensive intellectuelle85.

  • 86 Sur la situation politique à l’École des Chartes à la fin du XIXe siècle, cf. le tableau nuancé dr (...)
  • 87 Sur la Revue des questions historiques et son milieu intellectuel, cf. Charles-Olivier Carbonell, (...)
  • 88 Maurice Plamodon lui a consacré une thèse, La Revue critique des idées et des livres, organe du né (...)
  • 89 William R. Keylor, Jacques Bainville, op. cit., p. 327.
  • 90 Maurras écrit ainsi dans la préface de 1916 à la réédition des Amants de Venise : « Malgré l’absen (...)

23Aussi est-ce davantage auprès du « grand public cultivé » (dans les limites encore passablement étroites qui sont celles de l’enseignement secondaire et supérieur dans l’entre-deux-guerres), des journaux et des revues, du monde de l’édition, des académies et des salons, que l’historiographie d’Action française rencontre son véritable écho. Par prédilection, plus que des universitaires (à la notable exception de Pierre Gaxotte), elle attire des érudits imprégnés d’une sensibilité catholique, monarchique ou traditionaliste, parfois issus de l’École des Chartes86 ou collaborateurs de la Revue des questions historiques87, des essayistes politiques, des journalistes et des écrivains passionnés d’histoire. La Revue critique des idées et des livres (1908) avant la Grande Guerre88, puis la Revue universelle (1920) constituent des pépinières de talents, fortement imprégnées des idées et des thématiques historiques de l’Action française. Un éditeur, Arthème Fayard et une collection, les Grandes études historiques, accueillent les ouvrages des historiens sympathisants et dominent le marché éditorial de l’histoire. Leur production, destinée à un public large et instruit, connaît les plus forts tirages historiques de l’entre-deux-guerres : pour ne retenir que l’exemple le plus saillant, l’Histoire de France de Bainville est diffusée à raison de 180.000 exemplaires de 1924 à 1939 et de 63.000 de 1940 à 194289. Elle se caractérise par le refus de l’érudition ostentatoire, en particulier de la note en bas de page (Fußnote) assimilée à une regrettable manie germanique90, la recherche du style dans l’écriture historique, le goût des vastes synthèses ou de la grande biographie nourrie de souvenirs et émaillée d’anecdotes, le privilège enfin accordé à l’histoire politique, diplomatique et militaire par rapport à l’histoire économique et sociale.

24L’historiographie d’Action française, si elle impose sur le grand public une véritable hégémonie dans les deux décennies de l’entre-deux-guerres, n’est pas cependant sans souffrir de son relatif discrédit universitaire. Aussi va-t-elle parallèlement opérer une quête de légitimité à travers de savantes et subtiles manœuvres d’annexion qu’il convient d’examiner avec toute l’attention qu’elles méritent.

Figures tutélaires et stratégies d’appropriation : de Fustel de Coulanges à Augustin Cochin

25Étrangère à l’histoire universitaire, isolée par son refus de la critique « allemande » et son hostilité envers la « nouvelle Sorbonne », mais portée par son très ample succès public et éditorial, l’historiographie d’Action française est dès l’origine à la recherche de sources d’autorité et d’instances de légitimation qui, tout en lui assurant respectabilité scientifique et capacité polémique, n’aient pas été « contaminées » ou « viciées » par l’héritage révolutionnaire. Elle va ainsi développer, avec plus ou moins de pertinence intellectuelle, de véritables stratégies d’appropriation. Deux d’entre elles nous retiendront brièvement ici : plus généralement, en direction de Fustel de Coulanges ; et, plus particulièrement dans le champ de l’histoire de la Révolution française, en direction d’Augustin Cochin.

  • 91 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988 ; réé (...)
  • 92 Sur Fustel de Coulanges (1830-1889), cf. la probe biographie de son élève Paul Guiraud, Fustel de (...)
  • 93 Trois volumes sont ajoutés à la troisième édition de l’Histoire des institutions de l’ancienne Fra (...)

26Le « cas Fustel » a été magistralement retracé dans toutes ses ambiguïtés par François Hartog91. Lorsqu’il meurt prématurément, le 12 septembre 1889, l’année même du premier centenaire de la Révolution française, Fustel de Coulanges92, ancien professeur à l’université de Strasbourg (1860-1870) puis maître de conférences à l’École normale supérieure, titulaire de la première chaire d’histoire du Moyen Âge, créée pour lui à la Sorbonne en 1878, ancien directeur de l’École normale (1880-1883) et membre de l’Académie des Inscriptions (1875), laisse une œuvre en partie inachevée : La Cité antique (1864), bien sûr, le chef d’œuvre de sa jeunesse, qui place la famille comme « association religieuse » des vivants et des morts au cœur de la cité et à l’origine de la propriété ; la première partie d’un vaste projet d’Histoire des institutions de l’ancienne France (1874) ; des Recherches sur quelques problèmes d’histoire (1885) réunissant des travaux de l’Antiquité au Moyen Âge ; deux ouvrages sur La Monarchie franque (1888) et L’Alleu et le domaine rural pendant l’époque mérovingienne (1889) ; et de nombreux articles et manuscrits inédits, rassemblés et édités après sa mort par les piété de ses élèves, Camille Jullian et Paul Guiraud93. Historien du monde grec antique et des origines franques, Fustel semble à première vue parfaitement étranger aux préoccupations politiques de Maurras et de ses amis.

  • 94 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 145
  • 95 Cité par François Hartog, op. cit., p. 141, p. 144, p. 139, p. 133 n.75, p. 130.
  • 96 Ibid., p. 153 et158.

27D’autant plus que cette œuvre austère, sans concession apparente aux questions du jour, est en outre animée de la conviction qu’il existe entre le passé et le présent « une distance constitutive et insurmontable »94 et que l’analyse, étayée sur les textes et sur eux seuls, érudite, interminable, précède et rend inattaquable le moment toujours attendu de la synthèse. Les formules de la « méthode » fustélienne sont sans appel : les événements historiques sont « morts » ; « l’historien n’est jamais réellement en leur présence ; il ne le saisit que par des documents qui en sont les restes, les témoins ou les cendres » ; le travail de l’historien consiste « à prendre les textes tels qu’ils ont été écrits, au sens propre et littéral, à les interpréter le plus simplement qu’il est possible, à les admettre naïvement sans rien y mêler du nôtre. » ; « pour un jour de synthèse, il faut des années d’analyse » ; « soyons bien convaincus que l’histoire du passé n’a pas du tout pour but de faire renaître le passé. Vouloir le ressusciter serait de la folie ; le regretter serait puéril ; quant à le combattre, cela même est fort inutile. Nous ne voulons ni l’aimer ni le haïr ; nous voulons simplement le connaître » ; l’histoire est « le meilleur moyen de mettre fin aux regrets insensés des uns, aux vides utopies des autres ; aux hontes de tous »95. Quant à son idéal de l’historien, Fustel a multiplié les affirmations d’impassibilité, d’impartialité et d’isolement quelque peu hautain par rapport aux querelles et aux combats des hommes : « faire quelque chose pour la science et pour la vérité, obtenir l’estime d’une trentaine d’hommes qui s’y connaissent, vivre dans le souvenir de quelques amis, voilà le lot que j’ai cherché et je m’y tiens » ; « je vous prie instamment, quand vous écrirez quelque chose sur moi, de ne plus employer le mot talent ni aucun mot semblable… Je suis un simple travailleur, un pur chercheur… un pur savant en us, un simple piocheur de textes »96.

  • 97 Sur Frédéric Amouretti (1863-1903), André Cottez, Un Précurseur du nationalisme intégral. Frédéric (...)
  • 98 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Char (...)

28Que pouvait attendre Charles Maurras de cette œuvre et de cet homme ? Dès l’affaire Dreyfus, sous l’influence de son ami Frédéric Amouretti97, Maurras pourtant vénère la mémoire de Fustel et l’annexe déjà au nationalisme naissant : « Fustel de Coulanges affranchit l’Histoire de France du préjugé germanique », affirme-t-il sans ambages dans la Revue hebdomadaire du 25 novembre 1899. « Il fit apparaître le caractère original et, si l’on peut dire, national des institutions féodales et du personnel nobiliaire qui s’en dégagea par la suite. On dut cesser de concevoir la noblesse française comme la descendance d’une race d’envahisseurs »98.

  • 99 Léon Daudet, Vers le Roi, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1921. Repris dans Souvenirs et polé (...)

« C’est un scandale inouï, quand on y réfléchit », lui fait écho Léon Daudet, « que le silence fait, depuis un quart de siècle, autour de la haute mémoire de Fustel, de ses travaux (Les Institutions politiques de l’ancienne France, La Cité antique), de son génie pénétrant et sûr. Il est difficile de croire à un concert de mandarins et de politiciens, pour l’étouffement d’une œuvre et d’un homme ; surtout quand cette œuvre se tient sur les hauteurs de la science et de la pensée ; quand cet homme n’est pas mêlé à la foule99. »

  • 100 Sur le déroulement de la célébration, cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 54-55 ; et (...)
  • 101 Auguste Longnon, Le 75e anniversaire de Fustel de Coulanges, célébré le 18 mars 1905 sous la prési (...)
  • 102 Gustave Fagniez, « Quelques réflexions sur Fustel de Coulanges, à propos d’incidents récents » dan (...)
  • 103 Accusation réitérée que la brillante carrière universitaire de Fustel devrait cependant pouvoir dé (...)
  • 104 Numa Denis Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française ?, Paris, Dentu, 27 octob (...)
  • 105 Pour reprendre le titre des pages de Charles Maurras, La Bagarre de Fustel de Coulanges, ou les dé (...)

29Et c’est en son honneur, à l’occasion du soixante-quinzième anniversaire de sa mort, que l’Action française organise le 18 mars 1905, à l’initiative de Louis Dimier, une célébration publique destinée à frapper les esprits et à conférer au mouvement sa figure tutélaire d’historien « national »100. L’initiative avait d’abord reçu l’aval de la veuve de l’historien et devait se dérouler sous la présidence du médiéviste Émile Gebhardt, de l’Académie française ; mais, devant les protestations des anciens élèves de Fustel, Mme Fustel se récuse ainsi que Gebhardt ; et c’est à Auguste Longnon101 qu’est confiée la présidence d’un prestigieux comité d’honneur où siègent, aux côtés de Maurras, Vaugeois, Dimier et Daudet, Alfred Rambaud, ancien ministre de l’Instruction publique, Paul Bourget, Maurice Barrès, Jules Lemaitre, Auguste Rodin et Gustave Fagniez102. C’est l’occasion de célébrer la mémoire de Fustel comme historien impartial et ardent patriote, défenseur de l’érudition française contre la « science germanique », hostile aux théories de « guerre civile » qui opposent les Francs aux Gaulois dans la genèse de la nation française et victime de l’incompréhension et de la vindicte de l’université républicaine103 ; deux de ses articles – sa réponse à Mommsen, L’Alsace est-elle allemande ou française ? (1870), et son étude De la manière d’écrire l’histoire en France et en Allemagne depuis cinquante ans (1872)104 – sont exaltés comme le signe annonciateur de la renaissance d’une histoire « nationale ». Voici Fustel de Coulanges annexé post-mortem au mouvement maurrassien ; et la « bagarre de Fustel », devenue un épisode fondateur dans la stratégie d’auto-commémoration de la geste de l’Action française105.

  • 106 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 190.
  • 107 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance, 1895-1905, Par (...)
  • 108 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 296-297 ; et François Hartog, Le XIXe siècle et l’hi (...)

30En dépit des protestations de Paul Guiraud, de Camille Jullian et même de Jean Jaurès, qui récusent cette lecture comme une simplification des positions de l’historien – qui n’était ni « romaniste » ni « germaniste » et s’était rallié à la République – et une instrumentalisation abusive de son nom et de son autorité, l’Action française continuera par la suite à se réclamer de son patronage. Lors de la fondation de l’Institut d’Action française en février 1906, la chaire Fustel de Coulanges est celle de l’histoire nationale106. En pleine guerre, Maurras rappelle encore avec force que « l’histoire de Fustel est la seule Histoire de France qui ne soit pas de guerre civile et ne contienne pas ce stimulant secret pour nos luttes de classes. Elle révèle et elle enseigne l’unité fondamentale de notre patrie. […] Le premier nationaliste de l’histoire de France, né bien avant qu’aucun nationalisme fût défini, s’étant plongé dans nos chartes, avait fini par y découvrir les motifs de la réconciliation des Français »107. En 1928 encore, un professeur de lettres classiques, Henri Boegner, neveu de Francis de Pressensé et cousin du pasteur Marc Boegner, protestant converti, fonde un cercle Fustel de Coulanges pour la diffusion des idées maurrassiennes dans l’université et l’enseignement ; il fonctionnera de 1928 à 1943, puis à nouveau de 1953 à 1971, publiant régulièrement des Cahiers et organisant durant l’entre-deux-guerres de prestigieux dîners conférences présidés par des personnalités sympathisantes du mouvement comme le maréchal Lyautey, le général Weygand, Daniel Halévy, André Bellessort, Léon Bérard ou Abel Bonnard108. Celui du 19 juin 1929 est présidé par Charles Maurras lui-même, qui y rappelle les raisons de son admiration pour Fustel :

  • 109 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 173.

« Fustel de Coulanges, vous le savez mieux que moi, fut d’abord un savant, modèle de gravité, d’impartialité, d’objectivité. Il désignait l’incorruptible fond de l’esprit scientifique par un mot admirable, lorsqu’il disait que cette vertu faisait la chasteté de l’histoire. Mais un esprit si pur et si noble ne se défendait pas d’une colère sainte quand il voyait nos archives, nos chartes, nos souvenirs nationaux en quelque sorte profanés pour en tirer des éléments de diminution et de faiblesse nationales, de division et de haine entre les citoyens. Les papiers de la famille française lui paraissaient devoir contenir un enseignement de respect pour la mémoire des pères et des aïeux. Il avait le mérite de penser et de dire cela en des jours où, depuis plus d’un siècle, l’école libérale, l’école romantique se servaient de l’histoire pour répandre leur triste désaveu du passé. »
« L’austère Fustel, universitaire établi, muni de tous les sacrements, soucieux de la méthode et défenseur, à l’écart de la politique, de l’histoire pour l’histoire », conclut François Hartog, « fournissait, intellectuellement et socialement, une référence capitale à l’historien-pratricien du nationalisme intégral, sans doute grand lecteur mais autodidacte aussi, et à la recherche de légitimation intellectuelle.109 »

  • 110 Sur Augustin Cochin (1876-1916), François Furet, « Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme », (...)

31Du même ordre, quoique à un échelon plus modeste dans la stratégie historiographique de l’Action française, apparaît la tentative de rallier post-mortem un historien de la Révolution française, Augustin Cochin110. Issu de la grande dynastie bourgeoise parisienne, catholique, monarchiste et libérale, des Cochin, ancien élève de l’École nationale des Chartes (promotion 1902), il entreprend de consacrer sa vie et son œuvre à l’histoire intellectuelle et politique de la Révolution française : dès 1904, il publie avec Charles Charpentier une importante étude sur La Campagne électorale de 1789 en Bourgogne ; en 1909, il prend vigoureusement la défense de la méthode historique de Taine contre la critique « républicaine » d’Alphonse Aulard dans La Crise de l’histoire révolutionnaire : Taine et M. Aulard. Sa mort prématurée dans l’assaut d’une tranchée, le 8 juillet 1916 sur le front de la Somme, explique le caractère posthume de la publication de ses principaux manuscrits : les textes sur Les Sociétés de pensée et la démocratie. Études d’histoire révolutionnaire en 1921, La Révolution et la libre pensée en 1924, Abstraction révolutionnaire et réalisme catholique en 1935 ; les deux volumes sur Les Sociétés de pensée et la Révolution en Bretagne en 1925 ; les trois volumes des Actes du gouvernement révolutionnaire, collationnés avec Charles Charpentier, en 1920 et 1935. Tout entière construite sur l’émergence des « sociétés de pensée » comme acteur collectif de la Révolution, l’œuvre historique d’Augustin Cochin s’impose dans l’entre-deux-guerres, hors de la présence de son auteur, dans le contexte d’une historiographie révolutionnaire désormais dominée universitairement par Philippe Sagnac, puis Albert Mathiez et Georges Lefebvre ; sa réception va ainsi, essentiellement, à contre-courant.

  • 111 François Furet, « Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme », loc. cit., p. 212.
  • 112 Ibid, p. 246. Furet note un peu plus haut (p. 244) : « Cochin n’est pas seulement, ni même surtout (...)
  • 113 Ibid., p. 30. Il s’agit de l’article rédigé en commun par Augustin Cochin et Charles Charpentier, (...)

32Dans le texte retentissant qu’il consacre en 1978 à la réhabilitation intellectuelle du « plus méconnu des historiens de la Révolution française »111, François Furet a – consciemment ou inconsciemment, on ne sait – minoré l’importance de l’Action française dans la formation de la pensée de Cochin, puis dans la réception posthume de son œuvre ; il n’en retient que ce qui distingue les deux hommes, « tout ce qui sépare », écrit-il, « ce traditionaliste catholique du positivisme maurrassien »112. C’est négliger partiellement un ensemble de relations qu’un autre historien de la pensée d’Augustin Cochin, Fred Schrader, a mis plus nettement en évidence à partir d’une analyse approfondie de la vie de la pensée de l’historien et de sa fortune ultérieure. Ainsi, en 1904, c’est à Charles Maurras que Cochin envoie, par l’intermédiaire de Montesquiou, son premier travail sur La Campagne électorale en Bourgogne, rédigé en collaboration avec Charles Charpentier, qu’il désirait voir publier dans la revue L’Action française, ce qui sera fait113.

  • 114 Archives Cochin, Ha 8, Augustin Cochin à Charles Maurras, 4 octobre 1904, cité par Fred Schrader, (...)

« Nous en voulons à la maçonnerie, vous le verrez tout de suite », écrit Cochin à Maurras. « Dans un pays où les anciens corps indépendants, provinces, ordres ou corporations, tombent en poussière, un parti organisé d’une certaine manière s’empare fatalement de l’opinion, la dirige artificiellement, par le seul fait de son jeu mécanique, sans rien devoir ni à des causes naturelles, économiques ou autres, ni à l’action légitime de ses idées, ni même au nombre de ses affiliés ou au talent des chefs. […] Le peuple passe des mains de la minorité qui a le droit de commander aux mains de la minorité qui a l’art de tromper114. »

  • 115 Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 61.
  • 116 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 132.
  • 117 Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 100-101.

33« L’attraction qu’exerce l’Action Française sur Augustin Cochin », relève Fred Schrader, « s’explique facilement : ils ont en commun leur hostilité aux principes de la Révolution et de la République, de la démocratie, de l’esprit allemand qui se propageait dans le milieu intellectuel français, de la franc-maçonnerie et du protestantisme »115. S’il a été effectivement abonné à l’Action française116, Cochin ne peut cependant pas être légitimement compté au nombre des historiens de l’Action française : sa famille appartient depuis plusieurs générations à l’orléanisme d’inspiration catholique et réprouve cette collaboration ponctuelle ; et Cochin lui-même est par trop intransigeant dans son propre catholicisme pour accepter le politique d’abord maurrassien. Mais après sa mort, la publication des œuvres posthumes entreprise par sa famille et ses amis relance l’intérêt pour l’oeuvre de l’historien des sociétés de pensée. En 1930 est formé un Cercle Augustin Cochin qui regroupe des figures marquantes de l’intelligentsia conservatrice et catholique, dont quelques uns sont des membres ou des compagnons de route de l’Action française : aux côtés de Paul Bourget comme président d’honneur figurent Frantz Funck-Brentano en qualité de président, Robert Vallery-Radot en qualité de vice-président, Charles Benoist, Louis Bertrand, Henry Bordeaux, Pierre de La Gorce, Georges Goyau, Camille Jullian, Louis Madelin, Pierre de Nolhac, Bernard de Lacombe, Antoine de Meaux. Le Cercle comprend à la fois un Comité de recherche et un Comité de propagande, destiné à défendre et propager l’œuvre historique de Cochin et à lutter contre l’esprit démocratique et révolutionnaire, la franc-maçonnerie, le socialisme et le bolchevisme. Mais incapable de promouvoir une véritable dynamique de recherche, il se dissoudra de lui-même en 1933117.

  • 118 Ibid, p. 103.
  • 119 Archives Cochin, Ha 31, Charles Maurras à Mme Denys Cochin, 26 octobre et 5 novembre 1928, cité pa (...)

34Dans ces mêmes années, Charles Maurras s’est efforcé, non sans succès, d’annexer à l’Action française la personne et l’œuvre de l’historien disparu. « Maurras », estime Fred Schrader, « ne comprend rien au travail de Cochin. Mais il est fasciné par lui, et la raison pour laquelle son intérêt à l’égard de Cochin est à la fois plus durable et plus profond que ne le fut la sympathie d’Augustin Cochin pour les objectifs de l’Action française est évidente : elle tient à l’intellectualité de haut niveau, aux vastes connaissances en histoire de ce jeune monarchiste, à son radicalisme au sein de cette génération contre la IIIe République118 3. À la mère de Cochin, née Adeline Benoist d’Azy, qui s’indigne que l’on puisse faire de son fils défunt le représentant intellectuel d’une Action française à laquelle il n’a jamais appartenu de son vivant, Maurras rétorque à l’automne 1928 : « Augustin avait appartenu au corps et l’âme de l’Action française » ; il a été « un allié tacite qui disait et qui faisait dire que, s’il exerçait sa liberté d’historien et de critique pour combattre avec nous les doctrines du libéralisme et du parlementarisme, il se refusait le droit d’agir en ce sens – d’afficher la qualité d’adhérent à notre action, mais qu’il l’approuvait et qu’il suivait de loin » ; Cochin, conclut Maurras, est « un des maîtres qui ont creusé, précisé, étendu et complété notre doctrine politique119. »

  • 120 Bernard Faÿ (1893-1978) a étudié les origines intellectuelles des révolutions américaine et frança (...)

35Or l’œuvre historique de Cochin – quelles qu’aient pu être les affinités conjoncturelles ou éditoriales nouées entre les divers représentants de la droite antirépublicaine et monarchiste avant 1914 – ne reflète que très partiellement la vision maurrassienne de l’histoire de la Révolution française. Sur un plan méthodologique, Augustin Cochin intègre à son propos les acquis de la sociologie de Durkheim : l’étonnante et la facile victoire du « parti patriote » entre l’automne 1788 et l’été 1789 tient à la substitution de « l’esprit de société » à « l’esprit de corps », dont il suit la trajectoire jusqu’en l’an II, et au-delà, dans sa critique des « comités électoraux » de la Troisième République ; sur un plan problématique, il esquisse les fondements d’une théorie de la sociabilité démocratique comme productrice de sens et facteur de transformation violente des sociétés d’Ancien Régime. Tout cela passera peu ou passera mal dans la réception par l’Action française de l’œuvre de Cochin entre les deux guerres ; et Charles Charpentier, l’ancien collaborateur de Cochin, regrettera que sa théorie des sociétés de pensée soit assimilée à la théorie du complot, et Cochin lui-même, à une sorte d’abbé Barruel ; l’Action française se reconnaîtra bien davantage, à la veille et durant la Seconde Guerre mondiale, dans l’œuvre historique et l’engagement politique militant d’un Bernard Faÿ120. L’instrumentalisation de l’œuvre et de la figure d’Augustin Cochin trouve sa limite dans les limites mêmes des logiques intellectuelles de la « contre-révolution » maurrassienne.

Révolution et restauration

36Comment penser la Révolution quand on l’abhorre ? Comment concilier histoire impartiale et histoire nationale sous l’égide d’un Fustel de Coulanges ? Comment intégrer une intelligence des mécanismes de la démocratie moderne à la manière d’un Augustin Cochin à l’intérieur d’une pensée politique contre-révolutionnaire ? Comment concevoir enfin une restauration quand on nie passionnellement le moment qui l’a précédé ? Telles sont ainsi les multiples apories que l’historiographie d’Action française doit affronter lorsqu’elle esquisse une histoire de la Révolution française.

37C’est dans cette perspective qu’il convient de relire La Révolution française (1928) de Pierre Gaxotte – œuvre dont l’importance historiographique est aujourd’hui largement sous-estimée, rejetée dès sa parution hors de l’histoire universitaire, mais dont l’influence fut immense : c’était encore le seul ouvrage sur la Révolution disponible en livre de poche dans une petite ville de province pour un adolescent avide d’histoire à la fin des années soixante… L’expérience est digne d’intérêt. On y relève en premier lieu l’éloge de l’Ancien Régime et de ses institutions qui occupe environ le quart du volume, anticipant sur les thématiques dominantes du Siècle de Louis XV (1933) : Pierre Gaxotte n’avait-il pas esquissé une thèse de doctorat sur l’abolition de la corvée par la monarchie française à la fin du XVIIIe siècle ? Les pages consacrées aux différents rouages de la monarchie administrative ou à l’action des intendants du roi, les meilleures du livre sans doute, restent imprégnées d’un léger parfum tocquevillien, même si l’analyse de Tocqueville se voit amputée de ses prémisses sur le caractère inéluctable de l’avènement de la démocratie sociale et politique, et si la présentation de l’effondrement de l’Ancien Régime est animée d’une vis polemica et de jugements vindicatifs qui n’empruntent guère à la nostalgie tocquevillienne des pouvoirs intermédiaires…

  • 121 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1928 ; notre édition de référence sera : P (...)
  • 122 Ibid., chapitre VIII, p. 212.

38Le discours contre-révolutionnaire le plus classique inspire la récit de la Révolution elle-même dans ses enchaînements successifs. « Despotisme de la Liberté, dogmatisme de la Raison, c’est ainsi que les révolutionnaires appelaient le régime qu’ils avaient fondé. Camisole de force, tyrannie, enfer, oppression : c’est ainsi que les historiens les plus impartiaux le qualifient aujourd’hui »121. Gaxotte emprunte largement à l’Histoire de la France contemporaine de Taine, relue à la lumière de l’enseignement de Maurras. Pour l’opposer à « l’abstraction révolutionnaire », il évoque ainsi d’emblée sa théorie du gouvernement : « Ce qu’on appelle un gouvernement, dit Taine, c’est un concert de pouvoirs qui, chacun dans un office distinct, travaillent ensemble à une œuvre finale et totale. Que le gouvernement fasse cette œuvre, voilà tout son mérite ; une machine ne vaut que par son effet. Ce qui importe, ce n’est pas qu’elle soit bien dessinée sur le papier, mais c’est qu’elle fonctionne bien sur le terrain. En vain, les constructeurs allègueraient la beauté de leur plan et l’enchaînement de leurs théorèmes, on ne leur a demandé ni plan ni théorèmes, mais un outil »122. Il reprend aussi à Taine sa tératologie révolutionnaire des foules avides de sang et des déclassés avides de pouvoir. Voici le gouvernement de la France en l’an II :

  • 123 Ibid., chapitre XII, p. 377-378.

« Jamais pouvoir plus effrayant ne tomba entre des mains plus méprisables. Le meilleur de la France se cache ou est aux armées. Ce qui gouverne, c’est le rebut, ou comme dit Taine, les notables de l’improbité, de l’inconduite, du vice, de l’ignorance, de la bêtise et de la grossièreté : déclassés et pervertis de toute espèce et de toute condition, subalternes envieux et haineux, petits boutiquiers endettés, ouvriers viveurs et nomades, piliers de cafés et de cabarets, vagabonds de la rue et de la campagne, hommes du ruisseau et femmes du trottoir, bref toute la vermine antisociale mâle et femelle ; dans ce ramassis, quelques énergumènes de bonne foi, dont le cerveau fêlé a donné spontanément accès à la théorie en vogue : les autres, en bien plus grand nombre, vraies bêtes de proie qui exploitent le régime établi et n’ont adopté la foi révolutionnaire que parce qu’elle offre une pâture à leurs convoitises123. »

39Dans l’analyse du parti montagnard et de la mise en place de la dictature révolutionnaire, les portraits de Marat et de Robespierre constituent à cet égard de véritables morceaux de bravoure et d’anthologie :

  • 124 Ibid., chapitre X, p. 308.
  • 125 Ibid., chapitre XIII, p. 395.

« Syphilitique jusqu’aux moelles, couvert de chancres, le teint jaune, la démarche convulsive, en proie à des névralgies continuelles, à moitié fou, Marat avait, dans sa maladie, conservé un sens prodigieux du journalisme, tandis que ses souffrances exaspéraient en lui le goût de la bataille et du crime. Personne n’exerçait sur la populace une influence comparable à la sienne124. »
« Mot profond qui donne la clef de tout : Robespierre est l’homme de club par excellence. Tout ce qui le dessert dans la vie réelle lui devient au club un gage de succès. Il a l’esprit peu fécond, peu d’idées, peu d’invention ? Il est au niveau de son auditoire, il ne l’effraie pas, il n’excite pas sa jalousie. Sa personnalité est faible, indistincte ? Il se fond dans la personnalité collective, il se plie sans effort à la discipline démocratique. Sa situation sociale est presque nulle ? Le club est fondé sur l’égalité de tous ses membres et il supporte mal les supériorités extérieures du rang et de l’argent. Ses affaires l’occupent peu ? Il n’en sera que plus assidu aux séances. Il a peu vécu, son expérience des hommes et des choses est bornée ? Le club est une société artificielle construite au rebours de la société véritable. Il a l’intelligence formaliste, sans grande prise sur le réel ? Au club, l’action ne compte pas, mais la parole.125 »

  • 126 Ibid., chapitre III, p. 68.

40Le livre de Pierre Gaxotte est d’autre part étayé d’apports historiographiques plus récents. Il emprunte ainsi largement à la grande Histoire financière de la France depuis 1715 (1914-1932) de Marcel Marion, dont sont tirés des développements dramatiques sur la dévaluation de l’assignat et le naufrage des finances publiques. Il cite abondamment surtout, dans les chapitres consacrés aux commencements de la Révolution, l’œuvre d’Augustin Cochin : « On ne comprendrait pas la formation de la mystique révolutionnaire », écrit-il, « ni surtout son évolution en quelque sorte mécanique et fatale vers sa forme la plus excessive, si l’on ne tenait pas compte des caractères très particuliers du milieu qui l’a accueillie, nourrie et répandue. Augustin Cochin, qui l’avait entreprise, est mort avant de l’avoir terminée. Mais les travaux qu’il nous a laissés sont assez nombreux pour que nous puissions parcourir sans nous égarer ce domaine qui était le sien126 ». Mais Gaxotte tire sa réflexion sur les sociétés de pensée, non pas vers une théorisation des pratiques politiques de la modernité démocratique, mais plutôt vers une dénonciation du « complot jacobin » et de la tyrannie des « sociétés » sur la société française dans son ensemble. C’est ce qu’il discerne dans la rédaction des Cahiers de doléances et dans la campagne électorale du printemps 1789 :

  • 127 Ibid., chapitre V, p. 120.

« C’est du Club des Trente et de ses filiales que partirent ces brochures courtes, nerveuses, vibrantes qui enflammèrent les esprits et jetèrent l’odieux et le ridicule sur les partisans de l’ancien régime. Réservoir inépuisable d’orateurs, de journalistes et de politiciens, les sociétés établirent les modèles des cahiers, les répandirent dans les campagnes, préparèrent et dirigèrent les Assemblées électorales, firent exclure leurs adversaires, triompher leurs hommes, adopter leur programme127. »

  • 128 Ibid., chapitre V, p. 138.
  • 129 Ibid., chapitre VI, p. 154.

41C’est encore ce qu’il lit dans la Grande Peur : « dans cet affreux désarroi qui suit la prise de la Bastille et que l’on appelle la Grande Peur, il y a eu très vite une simultanéité et une identité des alarmes, des paniques et des actions qui ne peuvent s’expliquer que par cette organisation centrale de l’esprit public. Augustin Cochin, qui l’a établi, a fait faire à l’histoire de la révolution un pas décisif128 ». Et un peu plus loin, arrivé à l’automne 1789 : « La peur des complots, la peur de la trahison, la peur de la famine », écrit-il, « sont les grands moteurs des insurrections populaires. […] Aussi bien l’inquiétude est-elle le signe du patriotisme. Les patriotes sont inquiets par état. Quiconque se rassure est suspect. Augustin Cochin […] a le premier et très profondément analysé cette formation ou plutôt cette déformation de l’esprit public.129 »

  • 130 Ibid., chapitre X, p. 277 ; chapitre XII, p. 368.
  • 131 Ibid., chapitre VIII, p. 239-240.

42Il nourrit enfin des perspectives anticommunistes contemporaines de la naissance de l’URSS et utilise, non sans quelque malice, les travaux d’histoire économique et sociale d’Albert Mathiez – cité à plusieurs reprises de même qu’Aulard, et toujours à contresens de leurs conclusions – à propos de la Terreur communiste : « Les textes réunis par M. Albert Mathiez sont assez nombreux et assez démonstratifs pour que nous puissions au moins nous en faire un idée » ; « dans la Haute-Saône, sur laquelle M. Mathiez nous donne des renseignements précieux, la promulgation du maximum a pour effet immédiat d’aggraver la crise des subsistances130 »… Mais ne cite-t-il pas aussi Jaurès à propos de la guerre : « La guerre, a écrit Jean Jaurès, agrandissait le théâtre de l’action, de la liberté et de la gloire. Elle obligeait les traîtres à se découvrir et les intrigues obscures étaient abolies comme une fourmilière noyée par l’ouragan. La guerre permettait aux partis du mouvement d’entraîner les modérés, de les violenter au besoin, car leur tiédeur pour la révolution serait dénoncée comme une trahison envers la patrie elle-même ». Ce qui amène ce commentaire de Gaxotte : « menacée de paralysie, la Révolution n’y échappe que par une crise de folie sanguinaire131 »… Il privilégie enfin, tout comme Bainville, une histoire politique, diplomatique et militaire de la Révolution française, dont l’histoire économique et financière n’est qu’une conséquence, néglige l’histoire sociale et minimise également l’histoire religieuse, abordée presque uniquement sous l’angle politique.

  • 132 René Rémond, « L’Action française. Une synthèse des traditions ? », dans La Droite en France de la (...)

43Comment dès lors penser une restauration si l’on ne sait penser la Révolution qui l’a précédée que sous les formes de la rupture, de la déraison et du crime ? Telle est bien l’aporie principale que manifeste le discours historiographique de l’Action française sur ce qui devrait constituer la conclusion logique de sa démonstration : la Restauration historique de la monarchie de 1814 à 1848, qu’elle assume tout entière ; et la restauration à venir qu’elle espère de tous ses vœux. Dans sa vision partielle et partiale de l’événement révolutionnaire, Pierre Gaxotte, fidèle au mot d’ordre maurrassien du politique d’abord, ne fait exception à sa diatribe que pour une appréciation contradictoire du gouvernement de salut public, à travers un éloge, fort mesuré dans ses termes, du grand Carnot, très symptomatique au demeurant des éléments conjoncturels que recèle l’intransigeance doctrinale de l’Action française – tant il est vrai, comme l’a écrit René Rémond, que « ces doctrines de l’absolu sont aussi des systèmes de la contingence.132 »

  • 133 Ibid., chapitre XI, p. 341, p. 345.

« C’était le type achevé du technicien », écrit Gaxotte. « Génie réaliste, Carnot utilise tout ce qui a été fait avant lui. Mais, par une divination merveilleuse qui lui appartient en propre, il sent les hommes qui forceront la victoire et les porte des derniers rangs au premier : Jourdan à l’armée du Nord, le 24 septembre, Pichegru le 28 à l’armée du Rhin, Hoche le 22 octobre à l’armée de la Moselle133. »

  • 134 « Ce qui s’était passé moins ostensiblement en 1793, au déclin du premier libéralisme révolutionna (...)

44C’est dire assez cependant qu’à ses yeux, Carnot n’a trouvé ses ressources que dans l’outil militaire de l’Ancien Régime et le sursaut, que dans le danger extrême de la nation suscité… par la Révolution elle-même. Maurras lui-même, dans son Manuel de l’Enquête sur la monarchie, n’hésite pas à comparer les hommes du Comité de salut public au Clemenceau de 1917 surmontant ses « tendances anarchiques » pour sauver le pays par une politique de guerre victorieuse134. De même, dans son Histoire de France, Jacques Bainville, tout en maintenant l’intégralité de son jugement négatif sur le gouvernement révolutionnaire, salue le « sursaut national » de l’an II dans des perspectives très inspirées par le « redressement national » de l’année 1917 :

  • 135 Jacques Bainville, Histoire de France [1924], réédition, avec une introduction d’Antoine Prost, Pa (...)

« De nouveau, nos frontières étaient ouvertes à l’invasion. […] Dans ces circonstances épouvantables, la France était sans autre gouvernement que celui de la Terreur. Par la position démagogique qu’il avait prise contre les conspirateurs et les traîtres, par sa propension à en voir partout, Robespierre incarnait la guerre à outrance. La justification de la Terreur, c’était de poursuivre la trahison : moyen commode pour le dictateur d’abattre ses concurrents, tous ceux qui lui portaient ombrage, en les accusant de « défaitisme ». Par là aussi sa dictature devenait celle du salut public. […] C’est ainsi, dans cette mesure et pour ces raisons, que malgré ses atroces folies, malgré ses agents ignobles, la Terreur a été nationale. Elle a tendu les ressorts de la France dans un des plus grands dangers qu’elle ait connus135. »

45Ne parvenant presque rien à sauver de l’histoire de la Révolution, sinon en vertu de considérations nationales à court terme, les disciples de Charles Maurras se posent ainsi, en ce domaine comme en bien d’autres, en juges, en avocats ou en procureurs plutôt qu’en véritables historiens ; ils pèsent chaque moment du passé en fonction du critère national, de la doctrine politique de l’Action française et des objectifs polémiques ou tactiques du mouvement sans jamais considérer les moments de cette histoire dans leur genèse, leurs logiques, leurs modalités de développement, leurs enchaînements et leurs effets. L’historiographie contre-révolutionnaire de l’Action française trouve là sa limite propre d’intelligibilité de l’événement. La négation du rôle historique de la Révolution française, en venant rompre la continuité de l’histoire nationale, apparaît en particulier comme la principale contradiction de la pensée maurrassienne – et se situe en parfaite opposition avec les conceptions « unitaires » d’un Fustel de Coulanges sur la formation de la nation française. Singulièrement, dans son réquisitoire contre la Révolution française, elle se prive de l’intelligence de ses conséquences à plus long terme sur la recomposition de la société française aux XIXe et XXe siècles.

  • 136 L’opuscule est d’abord publié dans la revue Action française, puis repris dans Charles Maurras, L’ (...)
  • 137 Jacques Delebecque, La Première Restauration et les « fourgons de l’étranger », Paris, Nouvelle Li (...)
  • 138 Marie-Louis de Roux, La Restauration, Paris, Fayard, « Les grandes études historiques », 1930.
  • 139 Guillaume de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Flammarion, 1955 (nombreuses rééditions) (...)

46On comprend mieux dès lors pourquoi l’historiographie d’Action française a somme toute consacré plus d’énergie et de temps à l’apologie de l’Ancien Régime et à la condamnation de la Révolution qu’à l’exaltation de la monarchie restaurée de l’âge constitutionnel. Tout au plus peut-on signaler une brève esquisse historique et littéraire de Charles Maurras lui-même, Mademoiselle Monk, consacrée au rôle d’Aimée de Coigny dans la « conversion » politique de Talleyrand à la monarchie en 1814136 ; un bref opuscule de Jacques Delebecque destiné à dissiper l’accusation portée en 1814 et 1815 contre la monarchie d’être revenue au pouvoir dans « les fourgons de l’étranger »137 ; et la solide et assez classique Histoire de la Restauration (1930) confiée par l’éditeur Fayard au marquis de Roux138 : d’orientation principalement politique et diplomatique, elle sera rapidement éclipsée après-guerre par La Restauration (1955) de Guillaume de Bertier de Sauvigny, qui lui doit cependant un peu139. C’est sans doute Bainville qui, dans son Histoire de France, a le mieux exprimé cette appréciation mesurée, politique, étrangère à toute nostalgie romantique, du régime des derniers Bourbons :

  • 140 Jacques Bainville, Histoire de France, loc. cit., p. 428, p. 443.

« Les frères de Louis XVI ne songeaient à rétablir ni l’ancienne Constitution ni l’ancienne physionomie du royaume. Ils prirent la situation telle qu’elle était, avec l’administration et les Codes de l’an VIII, laissant même à leur poste une grande partie des préfets et des sous-préfets de Napoléon. […] Quand on juge la Restauration à ses résultats, on trouve que les Français ont eu la paix et la prospérité et que ces bienfaits les ont laissés à peu près insensibles. La Restauration a été un régime honnête et sage, qui a mérité deux fois son nom, puisque la France, après avoir subi de si rudes secousses, se releva rapidement. Beaucoup de ceux qui contribuèrent à le renverser le regrettèrent plus tard140. »

  • 141 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, op. cit., tome V, p. 17.
  • 142 Charles Maurras, Mes Idées politiques, op. cit., p. 293.
  • 143 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 82.
  • 144 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, op. cit., tome V, p. 14.
  • 145 Ibid., p. 21.
  • 146 Action française du 28 juillet 1921, cité Ibid., p. 65-66.
  • 147 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 41.

47Maurras lui-même ne porte à cette période de notre histoire que peu d’intérêt. Certes, il en fait un éloge pour ainsi dire obligé : « la Restauration vue de près », écrit-il dans l’Action française du 4 octobre 1922, « a mérité son nom. Elle a restauré141 » ; ou encore : « si les traités de 1815 furent moins désastreux que ne l’a soutenu le libéralisme pendant un siècle, ce fut grâce à l’expérience diplomatique de la Restauration »142. Mais infiniment plus nombreuses sont les notations qui révèlent une insatisfaction, une critique, un regret. « La Restauration n’a pu qu’atténuer le mal, il demeure », écrit en substance le jeune Maurras au chanoine Guillibert dès 1889143. « Le tort de la Restauration et du gouvernement de Juillet », relève-t-il dans l’Action française du 19 janvier 1919, « n’a pas été, comme l’avait cru Chateaubriand, de respecter et de consacrer les propriétés et le personnel jacobin : cela a été de faire des concessions et des abandons de vues générales, ce qui laissait l’État sans défense profonde quand il a été attaqué. Il fallait s’accommoder de la Révolution – fait. Il fallait se dépêtrer de la Révolution – idée144 ». De même, juge-t-il encore dans l’Action française du 15 mai 1930, « les hommes de la Restauration ont eu le malheur de croire que la centralisation, confisquant les libertés et tempérant ainsi le partage de l’autorité, pouvait bien être un instrument de régime supérieur au régime des anciennes libertés limitant mais ne divisant pas l’ancienne autorité »145. Quant à 1830, qui donne pourtant naissance à une autre forme de monarchie constitutionnelle, le jugement est sans appel : « la Révolution de Juillet 1830 est une des plus misérables de notre histoire »146. « Bienfaisante à tant d’autres égards », conclut Maurras dans le Manuel de l’Enquête sur la monarchie, « la Restauration n’eut pas les moyens, ni surtout le temps, d’établir une résistance efficace ; les gouvernements d’ordre, d’ordre relatif, qui lui succédèrent, demeurèrent trop faibles pour réprimer autre chose que les effets de l’anarchie sans cesser d’en respecter les puissantes causes latentes. Depuis le quatre septembre, tous les freins superficiels ont sauté. »147 Toute la dimension de transaction et de compromis, de « travail du deuil » de l’Ancien Régime, qui constitue la caractéristique majeure des deux monarchies constitutionnelles, est à ses yeux sans signification politique ni importance historique : par sa radicalité, la contre-révolution maurrassienne s’interdit de penser l’ultime époque de la restauration monarchique autrement que sur le ton du reproche et du regret.

  • 148 June K. Burton, Napoleon and Clio. Historical writing, teaching and thinking during the French Emp (...)
  • 149 Cité dans Napoléon, Vues politiques, éditées par Adrien Dansette, Paris, Fayard, « Les Grandes étu (...)
  • 150 Jacques Prévotat, L’Action française, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2004, p. 43.
  • 151 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 28.

48La « contre-révolution » maurrassienne aboutit ainsi à une aporie : Maurras place dès 1889 le refus de la Révolution française au cœur de sa réflexion et de son système politiques, mais n’en intègre pour ainsi dire jamais les conséquences et les effets à plus long terme dans ses analyses sur le présent. La radicalité maurrassienne trouve dans cette position théorique et pratique à la fois sa force – dans la négation des institutions et des principes républicains – et une partie de sa faiblesse – dans la rupture de la continuité de l’histoire de la nation. Lorsque Napoléon avait conçu le projet démiurgique de fonder à partir de lui une « quatrième race » de rois, il s’était efforcé de promouvoir une nouvelle historiographie tout entière axée autour du thème de la succession légitime des « quatre dynasties » et de la notion d'histoire nationale conçue comme continuité et tradition d’un territoire, d’un peuple et d’un Etat148 : « Vous devez comprendre que je ne me sépare pas de mes prédécesseurs », écrivait-il à son frère Louis, roi de Hollande, en décembre 1809, « et que, depuis Clovis jusqu’au Comité de Salut Public, je me tiens solidaire de tout »149… Maurras n’est pas de cette école et l’a répété avec force, insistance et conviction, à Barrès comme à Vaugeois, et tout au long de sa longue vie. Il en a tiré l’essentiel de son prestige intellectuel, dans ses éditoriaux infiniment répétés où « la langue classique admirablement maîtrisée donne à cette prose un élan un peu âpre où s’épuise, en un combat jamais fini, la lutte permanente contre les forces du mal »150. « Plus qu’à une restauration qu’il prépara en vain », note Victor Nguyen, « Maurras procéda à une instauration »151. Dès 1889, Maurras entendait certes refuser la séparation artificielle que les historiens de la troisième République voulaient instaurer, de part et d’autre de 1789, entre la France monarchique et la France démocratique. Mais c’est peut-être, au contraire d’un Louis XVIII ou d’un Louis-Philippe, faute d’avoir tenté d’intégrer l’événement révolutionnaire à son intelligence de la France contemporaine que l’Action française a tant peiné à réaliser la synthèse du Roi et de la Nation qu’elle appelait pourtant de ses vœux ; et la nature de son « royalisme » lui-même en a été modifiée :

  • 152 René Rémond, La Droite en France, loc. cit., p. 181-182.

« Ce néo-royalisme », a écrit René Rémond dans La Droite en France, « n’est pas seulement l’ancien, miraculeusement rajeuni : c’est un autre royalisme et qui n’a peut-être que le nom de commun avec celui des ultras, des légitimistes et des chevaux-légers. […] Leur royalisme n’est pas une foi : Maurras, Bainville se sont rangés à la monarchie, au terme d’une enquête critique, comme à la formule politique la plus satisfaisante, à la forme de régime recommandée par l’expérience historique. Leur monarchisme est l’aboutissement d’une démonstration, il est la conséquence des lois de la physique sociale. Mentalité de géomètres, de mystiques point. Le nationalisme les a conduits à la monarchie ; ils se sont découverts monarchistes ; les royalistes d’autrefois l’étaient de naissance. Venus du nationalisme à la monarchie par la voie de la réflexion logique et de l’empirisme pratique, les hommes de l’Action française resteront au fond toujours plus nationalistes que monarchistes, et plus monarchistes que royalistes152. »

Notes

1 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française. Histoire d’une condamnation, 1899-1939, Paris, Fayard, 2001, p. 20-21. Sur cette question, on se reportera à la correspondance capitale échangée durant plus de trois décennies entre Maurice Barrès et Charles Maurras, La République ou le Roi. Correspondance inédite (1888-1923), réunie et classée par Hélène et Nicole Maurras, commentée par Hélène Maurras, introduction et notes de Guy Dupré, Paris, Plon, 1970.

2 François Furet, Penser la Révolution française [1978], nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des histoires », 1983, p. 14-15.

3 Joseph de Maistre, Considérations sur la France [1797], dans Considérations sur la Révolution, textes choisis et présentés par Jean-Louis Darcel, Paris, PUF, « Quadrige », 1989, ch. X, § III, p. 201.

4 François Furet, Penser la Révolution française, op. cit., p. 221.

5 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française. Intelligence et politique à l’aube du XXe siècle, préface de Pierre Chaunu, Paris, Fayard, 1991 ; Michael Sutton, Nationalism, Positivism and Catholicism. The Politics of Charles Maurras and French Catholics, 1890-1914, Cambrigde & New York, Cambridge University Press, 1982. Traduction française : Charles Maurras et les catholiques français, 1890-1914. Nationalisme et positivisme, Paris, Beauchesne, 1994 ; Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, op. cit. Il faut aussi relever l’essai pionnier d’Albert Thibaudet, Les Idées de Charles Maurras, Paris, Gallimard, 1920, et faire place aux analyses directement issues de la tradition maurrassienne, notamment celles de Henri Massis, Maurras et notre temps, Paris et Genève, La Palatine, 1961, 2 volumes, et de Pierre Boutang, Maurras. La destinée et l’œuvre, édition revue, Paris, La Différence, 1993. Pour une biographie de Maurras, on renverra, en dernier lieu, à Bruno Goyet, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, et à Stéphane Giocanti, Charles Maurras. Le Chaos et l’ordre, Paris, Le Livre du Mois, 2006.

6 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, op. cit., p. 25. Sur l’implantation ultérieure de l’Action française en Provence, Gérard Gaudin, « Chez les blancs du Midi : du légitimisme à l’Action française », dans Charles Maurras et la vie française sous la Troisième République. Actes du premier colloque Maurras (Aix-en-Provence, 6-8 décembre 1968), Études maurrasiennes, I, 1972, p. 59-70 ; et, plus généralement, du même auteur, Le Royalisme dans les Bouches-du-Rhône de 1876 à 1927. De la fidélité à l’idéologie. Contribution à l’étude des Blancs du Midi, thèse de doctorat de l’université d’Aix-Marseille I, 1978, trois volumes.

7 Dans sa préface à l’édition de 1923 de Mademoiselle Monk, le tout jeune André Malraux a cette analyse très juste : « Son œuvre est une suite de constructions destinées à créer ou à maintenir une harmonie. Il prise par-dessus tout et fait admirer l’ordre, parce que tout ordre représente de la beauté et de la force. De là son amour pour la Grèce, qu’il n’a pas ‘découverte’ mais choisie. Que sa naissance l’ait incité à ce choix, cela est vraisemblable ; mais elle ne l’y déterminait point » (cité par Michael Sutton, Charles Maurras et les catholiques français, op. cit., p. 300, n. 8). Cf. sur ce point Victor Nguyen, « Stratégie littéraire et médiation mistralienne. Les premiers contacts félibréens de Charles Maurras, 1886-1890 », dans Marseille, no 123, quatrième semestre 1980, Supplément, p. 24-39, ainsi que l’étude approfondie de Stéphane Giocanti, Charles Maurras félibre. L’itinéraire et l’œuvre d’un chantre, Paris, Louis de Montalte, 1995 ; et, plus généralement, Ivan Barko, L’Esthétique littéraire de Charles Maurras, Genève, Droz, 1961.

8 René Rancœur, « Mgr Penon, maître de Charles Maurras et évêque de Moulins », dans Actes du quatrième colloque Maurras (Aix-en-Provence, 29-31 mars 1974), Études maurrassiennes, IV, 1980, p. 235-250.

9 Sur les conséquences catastrophiques de la crise boulangiste sur le légitimisme français, cf. l’analyse de Philippe Levillain, Boulanger, fossoyeur de la monarchie, Paris, Flammarion, 1982.

10 Sur l’antisémitisme d’origine catholique, dont Maurras est à bien des égards l’héritier, cf. Pierre Sorlin, La Croix et les Juifs, 1880-1899. Contribution à l’histoire de l’antisémitisme contemporain, Paris, Grasset, 1967 ; Pierre Pierrrard, Juifs et catholiques français. De Drumont à Jules Isaac, Paris, Fayard, 1970 ; et Paul Airiau, L’antisémitisme catholique en France, aux XIXe et XXe siècles, Paris, Berg International, 2002.

11 Jean-François Chanet, L’Ecole républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996 ; et, pour l’analyse historique approfondie d’un exemple régional, Les Félibres cantaliens. Aux sources du régionalisme auvergnat (1879-1914), Clermont-Ferrand, Adosa, 2000.

12 Victor Nguyen, « Maurras à l’Observateur français ou le ralliement avant le Ralliement », dans Études maurrassiennes, V, 1986, p. 307-370, repris dans Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 275-337.

13 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 101.

14 Ibid., p. 295. Sur cette personnalité politique complexe, cf. en dernier lieu Jean-Paul Chabaud, Alfred Naquet, 1834-1916, parlementaire comtadin, père du divorce, préface de Pierre Vidal-Naquet, 84380 Mazan, Études comtadines, 2002.

15 « Sa nature apparaît plus clairement », écrit ainsi Eugen Weber, « si on la considère par rapport à l’arrière-plan des événements contemporains, et de l’affaire Dreyfus en particulier » (Action française, Stanford, Stanford University Press, 1962 ; traduction française : L’Action française, Paris, Stock, 1964, p. 19).

16 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 101. On suivra ici de très près sa remarquable analyse, « 1889, ou le centenaire contesté », Ibid., p. 338-427.

17 Sur les célébrations et les contre-célébrations de 1889, Pascal Ory, « Le centenaire de la Révolution française », dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire. I – La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 523-560 ; sur l’attitude des catholiques, Michel Lagrée, « Le clergé breton et le premier centenaire de la Révolution française », dans 1889, premier centenaire de la Révolution en Bretagne, Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, XCI, 1984/3, p. 249-267, et, plus généralement, Les Catholiques français et l’héritage de 1789. D’un centenaire à l’autre, 1889-1989, Actes du colloque de l’Institut catholique de Paris, mars 1989, sous la direction de Pierre Colin, Paris, Beauchesne, 1989 ; sur le cas particulièrement sensible de la Vendée dans la mémoire et la culture contre-révolutionnaires, Jean-Clément Martin, « La guerre des symboles, 1877-1914 », dans La Vendée de la mémoire (1800-1980), Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 134-158.

18 On renverra ici à la synthèse toujours éclairante d’Alice Gérard, « Controverses autour d’un centenaire (1880-1900) » et « Assauts contre la ‘Révolution radicale’ (1900-1914) », dans La Révolution française, mythe et interprétations, 1789-1970, Paris, Flammarion, 1970, p. 66-72 et p. 72-79.

19 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 371. Ce dernier a notamment mis en évidence ce que la pensée contre-révolutionnaire du jeune Maurras doit à la pensée du critique Henri Mazel, en particulier à son article « Le Procès de la Révolution française », publié dans la Revue des questions historiques de 1886 ; cf. Victor Nguyen, « Élites, pouvoir et culture. Sur une correspondance inédite entre Charles Maurras et Henri Mazel, à la veille de la crise dreyfusienne », dans Actes du IVe colloque Maurras (Aix-en-Provence, 1976), Études maurrassiennes, IV, 1980, p. 141-191.

20 Charles Maurras, Enquête sur la monarchie, 1900-1909, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1909.

21 Charles Maurras, Réflexions sur la Révolution de 1789, Paris, SELF, 1948.

22 Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique. I – Académie – État. II – État (suite) – Louis (les rois). III – Louÿs (Pierre) – Ploutocratie. IV – Ploutocratie – République. V – République – Zola (Émile), établi par les soins de Pierre Chardon, Paris, Cité des livres, 1932-1934, cinq volumes.

23 Sur Frédéric Le Play et son œuvre, cf. en dernier lieu, Antoine Savoye, Les débuts de la sociologie empirique. Études socio-historiques, 1830-1930, Paris, Klincksieck, 1994 ; Françoise Arnault, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993 ; Les Monographies de famille de l’école de Le Play, par Alain Chenu, Antoine Savoye, Diana Crane et alii, Paris, Société d’économie et de sciences sociales, 2000.

24 Sur Hippolyte Taine et son œuvre philosophique et historique, cf. en dernier lieu François Léger, La Jeunesse d’Hippolyte Taine, préface de Philippe Ariès, Paris, Albatros, 1980, et Monsieur Taine, Paris, Critérion, 1993 ; Jean-Thomas Nordmann, Taine et la critique scientifique, Paris, Presses universitaires de France, 1992 ; Éric Gasparini, La Pensée politique d’Hippolyte Taine. Entre traditionalisme et libéralisme, Aix en Provence, Presses universitaires d’Aix – Marseille, 1993 ; Regina Pozzi, Hippolyte Taine. Scienze umane e politica nell’Ottocento, Venise, Marsilio, 1993 ; Pascale Seys, Hippolyte Taine et l’avènement du naturalisme. Un intellectuel sous le Second Empire, Paris-Montréal, L’Harmattan, 1999 ; Relire Taine, cycle de conférences…, sous la direction de Thomas Waschek, Paris, École nationale des Beaux-Arts, 2001.

25 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 397.

26 On renverra ici aux remarquables analyses de Michael Sutton, « Auguste Comte vu par Charles Maurras », dans Charles Maurras et les catholiques français, op. cit., p. 19-54. À propos des appréciations antérieures à la fondation de l’Action française en 1899, ce dernier note : « Pour Maurras, l’élément central de la pensée d’Auguste Comte était une estimation négative de l’individualisme, et il mettait ce mépris en rapport d’une part avec l’enthousiasme religieux de Comte pour l’Humanité, d’autre part avec son relatif respect pour le catholicisme » (p. 24).

27 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 361.

28 Cité Ibid., p. 362.

29 Cité Ibid., p. 364.

30 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, Versailles, Bibliothèque des œuvres politiques, 1928, p. 88. L’ouvrage reproduit en les commentant le Discours préliminaire (1900) de l’Enquête sur la monarchie, le Discours sur l’édition de 1909 et des Appendices, comprenant en particulier des extraits de Dictateur et roi (1899).

31 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 107.

32 Ibid., p. 22.

33 Ibid., p. 155. Si l’antisémitisme de l’Action française attend encore son historien, l’antiprotestantisme de Maurras, qui ira en s’atténuant avec le temps, a été davantage étudié : Jean Baubérot, « L’antiprotestantisme politique à la fin du XIXe siècle », dans Revue d’histoire et de philosophie religieuses, 1972/4, p. 449-484 et 1973/2, p. 178-221 ; Michèle Sacquin, Entre Bossuet et Maurras. L’antiprotestantisme en France de 1814 à 1870, Paris, Mémoires et documents de l’École des Chartes, 1998 ; Jean Baubérot, Valentine Zuber, Une haine oubliée. L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel, 2000. Sur l’hostilité à la franc-maçonnerie, Jacques Lemaire, L’antimaçonnisme. Aspects généraux (1738-1998), Paris, Éditions maçonniques de France, 1998, et Michel Jarrige, L’Église et les francsmaçons dans la tourmente. Croisade de la revue La Franc-maçonnerie démasquée, 1884-1899, Paris, Editions Arguments, 1999. Sur la xénophobie fin-de-siècle, Laurent Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie, 1870-1914, Paris, Hachette, 2004.

34 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 44.

35 Charles Maurras, Mes Idées politiques [1937], préface de Pierre Gaxotte, Paris, Albatros, 1986, p. 198-199.

36 Ibid., p. 41.

37 Charles Maurras, Les Amants de Venise, Georges Sand et Musset, Paris, Albert Fontemoing, 1902 ; nouvelle édition, Paris, Flammarion, 1934, p. 282.

38 On renverra aux deux brèves synthèses de Stephen Wilson, « Les historiens d’Action française », dans Études maurrassiennes, II, 1973, p. 195-202, et « Action française historiography and its sociopolitical fonction », dans Historical Journal, XIX, 1978, p. 135-161 ; et, plus généralement, aux réflexions d’Olivier Dumoulin, « Histoire et historiens de droite », dans Histoire des droites en France, sous la direction de Jean-François Sirinelli, Paris, Gallimard, 1992, 3 volumes, tome II, Cultures, p. 327-398 ; et, ici-même, à la contribution de Christian Amalvi.

39 Jean Longnon, « L’histoire et la vie », dans Revue critique des idées et des livres, mars – avril 1924, cité par Stephen Wilson, « Les historiens d’Action française », art. cit., p. 195.

40 Stephen Wilson, Ibid., p. 196.

41 Charles Benoist (1861-1936) ancien député de Paris (1902) et ambassadeur à La Haye, rejoint l’Action française en 1929 ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 304-305. On en retiendra une étude sur Cánovas del Castillo. La restauration rénovatrice, Paris, Plon, 1930, et un traité sur La Monarchie française. I – L’œuvre royale. II – Quelques rois, Paris, Firmin-Didot, 1935, 2 volumes.

42 Frédéric Delebecque appartient à la première équipe du quotidien Action française. Il publie, avec le colonel Georges Larpent (« Henri Dutrait-Crozon »), un Gambetta et la Défense nationale, 1870-1871, Paris, Catalogue, 1934. Son frère Jacques tient un rôle important à l’Action française du second avant-guerre à l’Occupation ; il a publié un court essai sur La Première Restauration et les « fourgons de l’étranger », Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1914, une étude d’histoire coloniale, Gordon et le drame de Karthoum, Paris, Hachette, 1935, et une Vie du général Marchand, Paris, Hachette, 1936. Cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., ad indicem.

43 Jean Héritier (1892-1969) collabore à la revue L’Étudiant français (1920), puis au Courrier royal (1934) du comte de Paris ainsi qu’à L’Insurgé (1937) de Jean-Pierre Maxence et Thierry Maulnier ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 208, p. 446, p. 558, et Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 254. Il publie Trois erreurs politiques. Louis XVI, Robespierre, Napoléon, suivi de Louis XVII, Paris, Librairie de France, 1932, dirige une Histoire de la IIIe République. I – L’histoire politique. II – La France et son rayonnement dans le monde, Paris, Librairie de France, 1932-1933, 2 volumes ; et donne deux biographies de Catherine de Médicis, Paris, Fayard, 1940, et Michel de l’Hôpital, Paris, Flammarion, 1943.

44 Emmanuel Beau de Loménie (1896-1974) est en 1920 le premier secrétaire des Étudiants d’Action française ; mais ses rapports avec le mouvement se distendent à partir de 1926 ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 208, p. 570, et Jean-Louis Loubet del Bayle, Les Non-conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Le Seuil, 1969. Il publie La carrière politique de Chateaubriand, Paris, Plon, 1929, 2 volumes ; La Restauration manquée. L’affaire du drapeau blanc, Paris, Éditions des Portiques, 1932 ; La Mort de la IIIe République, Paris, Éditions du Conquistador, 1951 ; et surtout Les Responsabilités des dynasties bourgeoises, Paris, Denoël, 1943-1963, 4 volumes.

45 André Bellessort (1866-1942) critique littéraire et dramatique au Journal des débats, conférencier à l’Institut d’Action française, est un admirateur de Maurras dont il soutient l’élection à l’Académie française ; il appartient au Cercle Fustel de Coulanges (1928) ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 297, p. 393.

46 Sans être affilié au mouvement, Louis Bertrand (1866-1941) collabore à Candide (1924), puis au Courrier royal (1934) du comte de Paris ; il soutient l’élection de Maurras à l’Académie française ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 166, p. 446, p. 453. Son œuvre historique, abondante, est dominée par le succès de son Louis XIV, Paris, Fayard, 1923, célébré par l’école d’Action française. Il a laissé des souvenirs : Mes Ambassades. Espagne, Italie, Allemagne, Canada, préface et notes de Maurice Ricord, Paris, Fayard, 1954.

47 Sur Daniel Halévy (1872-1962) et ses liens avec Maurras et l’Action française, cf. Pierre Guiral, « Daniel Halévy et Maurras », Actes du quatrième colloque Maurras (Aix-en-Provence, 29-31 mars 1974), Études maurrassiennes, IV, 1980, p. 91-101 ; et surtout Sébastien Laurent, Daniel Halévy, du libéralisme au traditionalisme, Paris, Grasset, 2001, en particulier « L’Action française et le ‘ cas Halévy’ », p. 225-242.

48 Antoine Lestra (1884-1963) est en 1907 secrétaire du sénateur monarchiste Emmanuel Lucien-Brun, fils de l’ancien conseiller de Henri V ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 83. Il publie durant ces années Une Âme de Bourbon. Lettres intimes de la princesse Louis-Adélaïde de Bourbon-Condé, fondatrice du monastère du Temple, Paris, Éditions de la Revue catholique et royaliste, 1907 ; et L’article 445 du Code pénal et l’affaire Dreyfus, Paris, L’Action française, 1911. Son Histoire secrète de la congrégation de Lyon. De la clandestinité à la fondation de la Propagation de la foi, Paris, Nouvelles éditions latines, paraîtra en 1967.

49 Jean Longnon (1887-1979), fils d’Auguste Longnon, futur directeur de la Bibliothèque de l’Institut de France, milite avant 1914 à l’Action française. Rédacteur en chef de la Revue critique des idées et des livres (1908), il s’engage dans la « querelle des manuels » et publie avec Georges Valois (« François Renié »), Jean Herluison et Marius Riquier, Les Manuels scolaires. Études sur la religion des primaires, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1911. Cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 59, p. 99-102 ; Christian Amalvi, « Les Guerres des manuels autour de l’histoire primaire en France », dans Revue historique, CCLXII, 1979/2, p. 359-398 ; Louis-Pierre Sardella, « La condamnation de la neutralité et des manuels scolaires par les évêques français en 1909. Archéologie d’un texte », dans Revue d’histoire de l’Église de France, LXXXVII, 2001, p. 71-85.

50 Gagné aux thèses de l’Action française durant la guerre, Hubert Bourgin (1874-1955) rejoint en 1925 le Faisceau de Georges Valois. Il publie Cinquante ans d’expérience démocratique (1874-1924), Paris, Nouvelle librairie nationale, 1925, et Quand tout le monde est roi. La crise de la démocratie, Paris, Bossard, 1929.

51 Professeur d’histoire à Lyon, Pierre Heinrich est un membre actif du cercle Fustel de Coulanges ; cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 296. On lui doit notamment L’Alliance franco-algérienne au XVIe siècle, Lyon, Mougin-Rusand, 1898, et La Louisiane sous la Compagnie des Indes, Paris, Guilmoto, 1907.

52 Philippe Ariès (1914-1984) est revenu sur sa dette envers l’Action française dans deux ouvrages de souvenirs, Un historien du dimanche, avec la collaboration de Michel Winock, Paris, Le Seuil, 1980 ; et Essais de mémoires (1943-1983), Paris, Le Seuil, 1993.

53 Raoul Girardet, Pierre Assouline, Singulièrement libre. Entretiens, Paris, Perrin, 1990.

54 Michel Mourre (1928-1977) est l’auteur d’un Charles Maurras, Paris, Éditions universitaires, 1953 ; il collabore aux notes du livre de Henri Massis, Barrès et nous, suivi d’une correspondance inédite, 1906-1923, Paris, Plon, 1962.

55 Historien des origines franques et du haut Moyen Âge, Auguste Longnon (1844-1911) voit ses Origines et formation de la nationalité française. Éléments ethniques, unité territoriale, publiées par la Nouvelle librairie nationale un an après sa mort, en 1912, avec une préface de Charles Maurras.

56 Historien de la monarchie française des XVIIe et XVIIIe siècles, Gustave Fagniez (1842-1927) soutient également l’initiative de la célébration de Fustel de Coulanges. Il célèbre Auguste Longnon, 1844-1911, dans la Revue critique des livres et des idées du 25 octobre 1911. Il est en outre l’auteur d’une biographie du Duc de Broglie, 1821-1901, Paris, Perrin, 1902.

57 Sur Louis Dimier (1884-1943), cf. les deux contributions de Victor Nguyen, « Louis Dimier : politique et religion » et « Louis Dimier et l’Action française », dans Politique et religion. Province et art. Colloque de Conflans, 24 septembre 1983, Moûtiers, Académie de la Val d’Isère, Mémoires et Documents XX, 1991, p. 61-99 et p. 101-151. Sur son œuvre d’historien de l’art, Barthelemy Jobert, « Un historien d’art au travail. Le don Dimier au département des estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n ° 118-119, novembre 1991, p. 16-36 ; Remy Blanchon, « À propos du don Dimier au département des estampes », dans Nouvelles de l’Estampe, n ° 130-131, octobre 1993, p. 57-60. Après sa rupture avec Maurras en 1925, Dimier publie d’importants mémoires : Vingt ans d’Action française et autres souvenirs, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1926.

58 Louis Dimier, Impressions d’un révoqué, Paris, Librairie des Saints Pères, extrait de La Gazette de France, 1903. Cf également Souvenirs d’action publique et d’université, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1920.

59 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 56-57 ; et Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 35-36.

60 Louis Dimier, Les Maîtres de la contre-révolution au XIXe siècle. Maistre, Bonald, Rivarol, Courier, Sainte-Beuve, Taine, Renan, Fustel de Coulanges, Le Play, Proudhon, les Goncourt, Veuillot, leçons données à l’Institut d’Action française, Chaire Rivarol, février – mars 1906, Paris, Librairie des Saints-Pères, 1907 ; Les Préjugés ennemis de l’histoire de France, Paris, Nouvelle librairie nationale, « Institut d’Action française », Chaire Rivarol, 1907, 2 volumes ; Louis Veuillot, Paris, Nouvelle Librairie nationale, « Institut d’Action française », Chaire Rivarol, s.d. [vers 1910].

61 Esquisse d’une histoire de France, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1910, VIII-617 p. Eugène Cavaignac appartient en 1899 au noyau fondateur de la Ligue d’Action française de Maurras et Vaugeois (cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 43). Weber le donne comme « mort à l’ennemi » durant la Grande Guerre (Ibid., p. 55n). Le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France l’identifie au contraire à Eugène Cavaignac (1876-1968) qui fut membre de l’École française d’Athènes (promotion 1903), avant de poursuivre ensuite une longue carrière d’historien universitaire comme spécialiste du Proche-Orient antique, et notamment des Hittites.

62 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 572 et n.

63 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 123.

64 La personnalité et l’œuvre de Jacques Bainville (1879-1936) ont été l’objet de l’étude approfondie de William R. Keylor, Jacques Bainville and the Renaissance of Royalist History in twentieth century France, Baton Rouge – Londres, Louisiana University Press, 1979. On renverra également aux deux biographies de Jean Montador, Jacques Bainville, historien de l’avenir, Paris, France-Empire, 1984, et de Dominique Decherf, Bainville. L’intelligence de l’histoire, Paris, Bartillat, 2000.

65 Jacques Bainville, Louis II de Bavière, Paris, Perrin, 1900 ; Bismarck et la France d’après les mémoires du prince de Hohenlohe. Les souvenirs de M. Gontaut-Biron et sa mission à Berlin. Les idées napoléoniennes et l’unité allemande. Les alliances de 1870. Les difficultés de l’unité allemande. La jeunesse et les premières armes de Bismarck. Le centenaire d’Iéna, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1907 ; suivront deux ouvrages promis à un très large écho : Histoire de deux peuples : la France et l’Empire allemand, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1915 ; et Les Conséquences politiques de la paix, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1920.

66 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 550-551.

67 Frantz Funck-Brentano (1862-1947) a alors déjà publié une œuvre abondante et érudite : Le Drame des poisons. Études sur la société du XVIIe siècle, et plus particulièrement La cour de Louis XIV, d’après les archives de la Bastille, Paris, Hachette, 1899 ; L’Affaire du Collier, Paris, Hachette, 1901 ; La Mort de la reine. Les suites de l’affaire du Collier, Paris, Hachette, 1901 ; La Bastille des comédiens. Le For l’évêque, Paris, Fontemoing, 1903.

68 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 55 n.

69 Frantz Funck-Brentano, L’Ancienne France. Le Roi, Paris, Hachette, 1912 ; L’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1926 ; La Cour du Roi-Soleil, Paris, Hachette, 1937 ; Ce qu’était un roi de France, Paris, Hachette, 1940.

70 Frantz Funck-Brentano, Scènes et tableaux de la Révolution, Paris, Gautier-Languereau, 1934 ; La Révolution française, Paris, Flammarion, 1935 ; Marat, ou Le mensonge des mots, Paris, Grasset, 1941.

71 Il a fait l’objet d’une biographie très informée d’Anne André Glandy, Le marquis de Roux, 1878-1943, préface du duc de Lévis-Mirepoix, Poitiers, SFIL et Texier, 1957 ; sur son cas de conscience en 1926, cf. Jacques Vallette, « La condamnation de l’Action française dans la Vienne », dans « Non possumus ». La crise religieuse de l’Action française. Actes du cinquième colloque Maurras (Aix-en-Provence, 9-12 avril 1976), Études maurrasiennes, V, 1986, 2 volumes, tome II, p. 477-489.

72 Jacques Prévotat, Les catholiques et l’Action française, op. cit., p. 42-43.

73 Marie-Louis de Roux, La Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1911 (sur la période 1789-1792) ; Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne, Lyon, Lardanchet, 1952 (posthume).

74 Marie-Louis de Roux, Notes pour le centenaire de 1814, Poitiers, Société française d’imprimerie, extrait de la Revue critique des idées et des livres du 10 juin 1914 ; Louis XVII et la légende des faux dauphins, Paris, Le Divan, 1926 ; La Restauration, Paris, Fayard, 1930 ; Origines et fondation de la Troisième République, Paris, Grasset, 1933.

75 Pierre Gaxotte (1895-1982) a lui-même retracé son itinéraire politique dans Les Autres et moi, Paris, Flammarion, 1975 ; cf. en dernier lieu la brève étude d’Emmanuel Ahounou-Thiriot, Pierre Gaxotte. Un itinéraire de Candide à l’Académie française, Paris, Publibook, 2006.

76 Sur Candide, Je suis partout et l’évolution progressive des « jeunes d’Action française » loin de Maurras, cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 551-559.

77 Olivier Dumoulin, Le Rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel, 2003, p. 315.

78 Sur Gabriel Monod et son œuvre historique, cf. Gertrud Quack, Gabriel Monod, 1844-1912. Studien zu seinem Werden, Berlin, Ebering, 1931 ; sur ses engagements intellectuels et politiques, Charles-Olivier Carbonell, « La naissance de la Revue historique, une revue de combat (1876-1885) » et Alice Gérard, « La Revue historique face à l’histoire contemporaine (1885-1898) », dans Revue historique, CCLV/2, 1976, p. 331-351 et p. 353-405.

79 Le premier article de la série, « Idées françaises ou idées suisses », est publié dans la première livraison de L’Action française, I, 1899, p. 307-327. Les Monod peints par eux-mêmes. Histoire naturelle et politique d’une famille de protestants étrangers dans la France contemporaine sont partiellement republiés par Charles Maurras dans Au Signe de Flore. Souvenirs de la vie politique. L’affaire Dreyfus. La fondation de l’Action française, 1898-1900, Paris, Grasset, 1931, p. 155-246. Sur la polémique antigermanique de Maurras, cf. plus généralement Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959.

80 Charles Maurras, Les Monod peints par eux-mêmes, op. cit., p. 157-160, extraits.

81 Sur « l’affaire Thalamas », cf. Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc in der Geschichte. Historiographie, Politik, Kultur, Sigmaringen, Thorbecke Verlag, « Beihefte der Francia » XIX, 1989 ; traduction française : Jeanne d’Arc à travers l’histoire, préface de Régine Pernoud, Paris, Albin Michel, 1993, p. 242-244. Amédée Thalamas (1867-1953), professeur d’histoire au lycée Condorcet, déjà mis en cause par l’Action française en 1904 en raison de ses propos sur Jeanne d’Arc, sera par la suite vice-recteur de la Corse puis directeur général de l’Instruction publique en Indochine ainsi que député radical. Cf. Jean-François Sirinelli, « Un boursier conquérant : Amédée Thalamas », dans Bulletin du Centre d’histoire de la France contemporaine, n ° 7, 1986, p. 197-206 ; repris dans Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988, p. 220-226. Il publie Jeanne d’Arc, l’histoire et la légende, Paris, Paclot, 1904.

82 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 73.

83 Jacques Prévotat, Les Catholiques et l’Action française, op. cit., p. 85.

84 Gerd Krumeich, Jeanne d’Arc, op. cit., p. 312, n. 239 ; et, plus généralement, Jean-François Sirinelli, « Action française : main basse sur le quartier latin », dans L’Histoire, n ° 51, décembre 1982, p. 6-15, et Jean Capot de Quissac, « L’Action française à l’assaut de la Sorbonne historienne », dans Au Berceau des Annales, sous la direction de Charles-Olivier Carbonell et Georges Livet, Toulouse, Privat, 1983, p. 139-191.

85 Henri Massis, Alfred de Tarde (« Agathon »), L’Esprit de la Nouvelle Sorbonne. La crise de la culture classique. La crise du français, Paris, Mercure de France, 1911 ; Pierre Lasserre, La Doctrine officielle de l’Université. Critique du haut enseignement de l’État. Défense et théorie des humanités classiques, Paris, Mercure de France, 1912.

86 Sur la situation politique à l’École des Chartes à la fin du XIXe siècle, cf. le tableau nuancé dressé par Bertrand Joly, « L’École des Chartes et l’affaire Dreyfus », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, CXLVII, 1989, p. 611-640. Sur « l’irrédentisme chartiste » durant l’entredeux-guerres, cf. les réflexions d’Olivier Dumoulin, dans « Histoire et historiens de droite », art. cit., p. 361-362.

87 Sur la Revue des questions historiques et son milieu intellectuel, cf. Charles-Olivier Carbonell, Histoire et historiens. Une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, ainsi que le travail d’habilitation en cours de M. Yves Poncelet.

88 Maurice Plamodon lui a consacré une thèse, La Revue critique des idées et des livres, organe du néo-classicisme français (1908-1914), thèse de doctorat sous la direction de Pierre Guiral, Université de Provence, 1972 ; cf., du même auteur, « L’empirisme organisateur de Charles Maurras et celui de la Revue critique des idées et des livres », dans Actes du quatrième colloque Maurras (Aix-en-Provence, 29-31 mars 1974), Études maurrasiennes, IV, 1980, p. 193-205 ; ainsi que le mémoire inédit de Thomas Roman, La Revue critique des idées et des livres. Anatomie d’un revue de la Belle Époque, 1908-1914), mémoire de diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris, 1999 ; et, plus généralement, La Belle Époque des revues, 1880-1914, sous la direction de Jacqueline Pluet-Desplatin, Michel Leymarie et Jean-Yves Mollier, Paris, Éditions de l’IMEC, 2002.

89 William R. Keylor, Jacques Bainville, op. cit., p. 327.

90 Maurras écrit ainsi dans la préface de 1916 à la réédition des Amants de Venise : « Malgré l’absence de tout appareil de notes au bas des pages, de papiers inédits et des autres colifichets à la mode, aucune source utile n’avait été ignorée, oubliée ni mise en œuvre sans réflexion » (loc. cit., p. 293). Sur l’histoire controversée de la note en bas de page, cf. Anthony Grafton, The Footnote. A curious history, Londres, Faber & Faber, 1997 ; traduction française : Les Origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris, Éditions du Seuil, « La Librairie du XXe siècle », 1998.

91 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire : le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988 ; réédition : Paris, Éditions du Seuil, « Points Histoire », 2001 (ce sera notre édition de référence), en particulier le chapitre III, « Mort et vie d’un historien national (1889-1930) », et notamment « Le coup de 1905 », p. 170-195. On se reportera également à l’article de Stephen Wilson, « Fustel de Coulanges and the Action française », dans Journal of the History of Ideas, 1973/1, p. 123-134.

92 Sur Fustel de Coulanges (1830-1889), cf. la probe biographie de son élève Paul Guiraud, Fustel de Coulanges, Paris, Hachette, 1896 ; ainsi que Jean-Médéric Tourneur-Aumont, Fustel de Coulanges, 1830-1889, préface de Charles Seignobos, Paris, Boivin, 1931 ; et Jane Herrick, Historical Thought of Fustel de Coulanges, Washington, The Catholic University of America Press, 1954.

93 Trois volumes sont ajoutés à la troisième édition de l’Histoire des institutions de l’ancienne France : La Gaule romaine (1891) ; L’Invasion germanique à la fin de l’Empire (1891) ; Les Transformations de la royauté pendant l’époque carolingienne (1891). Seront encore publiés après sa mort Les Origines du régime féodal : le bénéfice et le patronat (1890) ; et deux volumes d’articles, les Nouvelles recherches sur quelques problèmes d’histoire (1891) et les Questions historiques (1893).

94 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 145

95 Cité par François Hartog, op. cit., p. 141, p. 144, p. 139, p. 133 n.75, p. 130.

96 Ibid., p. 153 et158.

97 Sur Frédéric Amouretti (1863-1903), André Cottez, Un Précurseur du nationalisme intégral. Frédéric Amouretti, Paris, Plon, 1937 ; sur son rôle dans la découverte de l’œuvre de Fustel par Maurras, cf. François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 166, p. 172.

98 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Chardon, Paris, Cité des livres, 1932-1934, cinq volumes, article « Fustel de Coulanges », tome II, p. 114-119 (citation p. 115).

99 Léon Daudet, Vers le Roi, Paris, Nouvelle librairie nationale, 1921. Repris dans Souvenirs et polémiques, édition établie par Bernard Oudin, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992, p. 740.

100 Sur le déroulement de la célébration, cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 54-55 ; et surtout François Hartog, « Le coup de 1905 », loc. cit.

101 Auguste Longnon, Le 75e anniversaire de Fustel de Coulanges, célébré le 18 mars 1905 sous la présidence de M. Auguste Longnon. Discours de M. Auguste Longnon. Fustel de Coulanges, l’homme et l’historien, par Frédéric Amouretti. Fustel de Coulanges, maître de la pensée française, par Louis Dimier, Paris, aux bureaux de l’Action française, 1905.

102 Gustave Fagniez, « Quelques réflexions sur Fustel de Coulanges, à propos d’incidents récents » dans La Réforme sociale du 1er mai 1905, p. 667-686.

103 Accusation réitérée que la brillante carrière universitaire de Fustel devrait cependant pouvoir démentir… Pierre Gaxotte soutiendra encore tardivement cette idée : « Un historien sous le boisseau », dans Le Purgatoire, Paris, Fayard, 1982, p. 83-90.

104 Numa Denis Fustel de Coulanges, L’Alsace est-elle allemande ou française ?, Paris, Dentu, 27 octobre 1870 ; et « De la manière d’écrire l’histoire en France et en Allemagne depuis cinquante ans », dans Revue des Deux Mondes du 1er septembre 1872.

105 Pour reprendre le titre des pages de Charles Maurras, La Bagarre de Fustel de Coulanges, ou les débuts de l’Action française, Paris, Librairie de France, extrait des Cahiers d’Occident, 1928.

106 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 190.

107 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance, 1895-1905, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1916, p. 66. Un chapitre entier, Le renoncement à nous-mêmes (p. 49-70), est consacré à la célébration de l’œuvre de Fustel.

108 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 296-297 ; et François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 194-195.

109 François Hartog, Le XIXe siècle et l’histoire, op. cit., p. 173.

110 Sur Augustin Cochin (1876-1916), François Furet, « Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme », dans Penser la Révolution française, op. cit., p. 212-259 ; et Fred E. Schrader, Augustin Cochin et la République française, Paris, Éditions du Seuil, « L’Univers historique », 1992.

111 François Furet, « Augustin Cochin : la théorie du jacobinisme », loc. cit., p. 212.

112 Ibid, p. 246. Furet note un peu plus haut (p. 244) : « Cochin n’est pas seulement, ni même surtout, comme la droite de cette époque, un monarchiste, un adversaire de la République, donc de la révolution. Il n’aime pas ce qu’il appelle le matérialisme de Maurras, ce primat donné à l’ordre social. Il vient d’une autre famille que celle du rationalisme positiviste. C’est un philosophe catholique, pour qui la forme la plus haute de la connaissance est la connaissance de Dieu, seule intuition qui conduise la pensée humaine au réel, et qui permette l’union des hommes autour d’une finalité commune. »

113 Ibid., p. 30. Il s’agit de l’article rédigé en commun par Augustin Cochin et Charles Charpentier, La Campagne électorale de 1789 en Bourgogne, publié en deux livraisons de la revue L’Action française des 1er et 15 novembre 1904, puis en volume (Paris, Champion, extrait de L’Action française, 1904, 53 p.) L’article est repris dans un volume posthume : Augustin Cochin, Les Sociétés de pensée et la Démocratie. Études d’histoire révolutionnaire, Paris, Plon et Nourrit, 1921, p. 233 et suiv.

114 Archives Cochin, Ha 8, Augustin Cochin à Charles Maurras, 4 octobre 1904, cité par Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 60.

115 Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 61.

116 Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 132.

117 Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 100-101.

118 Ibid, p. 103.

119 Archives Cochin, Ha 31, Charles Maurras à Mme Denys Cochin, 26 octobre et 5 novembre 1928, cité par Fred Schrader, Augustin Cochin, op. cit., p. 101-102.

120 Bernard Faÿ (1893-1978) a étudié les origines intellectuelles des révolutions américaine et française : L’Esprit révolutionnaire en France et aux Etats-Unis à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1924 ; La Franc-maçonnerie et la révolution intellectuelle du XVIIIe siècle, Paris, Éditions de Cluny, 1935 ; et des études tardives : Louis XVI, ou La Fin d’un monde, Paris, Amiot-Dumont, 1955 ; La Grande Révolution, Paris, Le Livre contemporain, 1959 ; Rivarol et la Révolution, Paris, Perrin, 1978. Il collabore au Courrier royal (1934) du comte de Paris et à La Gerbe. Nommé en août 1940 administrateur général de la Bibliothèque nationale et placé à la tête du « Service des sociétés secrètes », il organise la séquestration des archives des loges. Condamné et emprisonné, évadé en 1951, il est gracié en 1959. Cf. Eugen Weber, L’Action française, op. cit., p. 447, p. 506.

121 Pierre Gaxotte, La Révolution française, Paris, Fayard, 1928 ; notre édition de référence sera : Paris, Le Livre de poche, 1967 (citation, chapitre XII, p. 375-376).

122 Ibid., chapitre VIII, p. 212.

123 Ibid., chapitre XII, p. 377-378.

124 Ibid., chapitre X, p. 308.

125 Ibid., chapitre XIII, p. 395.

126 Ibid., chapitre III, p. 68.

127 Ibid., chapitre V, p. 120.

128 Ibid., chapitre V, p. 138.

129 Ibid., chapitre VI, p. 154.

130 Ibid., chapitre X, p. 277 ; chapitre XII, p. 368.

131 Ibid., chapitre VIII, p. 239-240.

132 René Rémond, « L’Action française. Une synthèse des traditions ? », dans La Droite en France de la Première Restauration à la Ve République, Paris, Aubier-Montaigne, 1968, 2 volumes, tome I, p. 184.

133 Ibid., chapitre XI, p. 341, p. 345.

134 « Ce qui s’était passé moins ostensiblement en 1793, au déclin du premier libéralisme révolutionnaire, quand l’équipe de Carnot et de ses officiers d’ancien régime fut associée au Comité de salut Public, s’est renouvelé de 1914 à 1918, avec une ampleur et un éclat d’évidence que les bénéficiaires de cette évolution forcée ne peuvent méconnaître, bien qu’ils n’aiment pas trop à le voir rappeler » (Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 52).

135 Jacques Bainville, Histoire de France [1924], réédition, avec une introduction d’Antoine Prost, Paris, Tallandier, « Texto », 2007, p. 375-376.

136 L’opuscule est d’abord publié dans la revue Action française, puis repris dans Charles Maurras, L’Avenir de l’intelligence. Auguste Comte – Le romantisme féminin – Mademoiselle Monk, Paris, Albert Fontemoing, 1905 ; et enfin dans Mademoiselle Monk – ou la génération des événements, Paris, Stock, 1923.

137 Jacques Delebecque, La Première Restauration et les « fourgons de l’étranger », Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1914. On y peut lire en conclusion ces lignes pour le moins mitigées : « Que la première restauration ait, par la suite commis des erreurs, personne ne songe à le nier. Il est surprenant, quand on considère les circonstances au milieu desquelles elle est née, les écueils qu’elle avait à traverser, qu’elle n’en ait pas commis davantage » (p. 122-123).

138 Marie-Louis de Roux, La Restauration, Paris, Fayard, « Les grandes études historiques », 1930.

139 Guillaume de Bertier de Sauvigny, La Restauration, Paris, Flammarion, 1955 (nombreuses rééditions). À son prédécesseur monarchiste, il ne consacre que quelques lignes : « Quarante ans d’historiographie (1940-1980) », dans Mil huit cent trente. Romantisme, XXVIII-XXIX, 1980, p. 69-86 ; « La Restauration, un siècle d’historiographie », dans Revue d’histoire diplomatique, XCV, 1981, p. 116-148 ; et « La Restauration, essai d’historiographie », dans Revue de la Société de Histoire de la Restauration, I, 1987, p. 17-44.

140 Jacques Bainville, Histoire de France, loc. cit., p. 428, p. 443.

141 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, op. cit., tome V, p. 17.

142 Charles Maurras, Mes Idées politiques, op. cit., p. 293.

143 Cité par Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 82.

144 Cité dans Charles Maurras, Dictionnaire politique et critique, op. cit., tome V, p. 14.

145 Ibid., p. 21.

146 Action française du 28 juillet 1921, cité Ibid., p. 65-66.

147 Charles Maurras, Petit manuel de l’Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 41.

148 June K. Burton, Napoleon and Clio. Historical writing, teaching and thinking during the French Empire, Durham (North Carolina), Carolina University Press, 1979,

149 Cité dans Napoléon, Vues politiques, éditées par Adrien Dansette, Paris, Fayard, « Les Grandes études historiques », 1939, p. 44. On se permet de renvoyer sur ce point à Philippe Boutry, « Clovis romantique », dans Clovis. Histoire et mémoire. Actes du colloque international de Reims, publiés sous la direction de Michel Rouche, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998, 2 volumes, tome II, p. 637-647.

150 Jacques Prévotat, L’Action française, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2004, p. 43.

151 Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, op. cit., p. 28.

152 René Rémond, La Droite en France, loc. cit., p. 181-182.

Auteur

Ancien élève de l’ENS, professeur à l'université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, à l'Institut d'études politiques de Paris et directeur d'études à l'EHESS, a consacré sa thèse au curé d’Ars : Prêtres et Paroisses au pays du Curé d'Ars (Paris, Cerf, 1986). Spécialiste de l’histoire du XIXe siècle et de l’histoire religieuse de la France contemporaine, il a notamment publié Pèlerins et pèlerinages dans l'Europe moderne (Rome, École française de Rome, 2000) ; Souverain et pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l'âge de la Restauration (1814-1846) (Rome, École française de Rome, 2002) ; en codirection avec André Encrevé, La Religion dans la ville (Bordeaux, Éditions Bière, 2003).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540