Version classiqueVersion mobile

Américanisations et anti-américanismes comparés

 | 
Olivier Dard
, 
Hans-Jürgen Lüsebrink

Préface

Olivier Dard

Texte intégral

  • 1 Parmi une production abondante, il faut signaler pour la France les ouvrages de Richard F. Kuisel,(...)
  • 2 Si elle a suscité une vague d’essais antiaméricains, elle a aussi produit des essais à vocation hi (...)

1Phénomène récurrent et transversal de nombreuses sociétés européennes, en particulier française et italienne, l’antiaméricanisme a suscité ces dernières décennies de nombreux travaux, en particulier de la part des historiens. Deux périodes ont été logiquement privilégiées, qui sont autant temps forts de l’antiaméricanisme. D’abord, les années trente où l’antiaméricanisme connaît une forte poussée sur fond de stigmatisation du matérialisme, du machinisme, prétendument incarnés par la société américaine dont la crise des années trente signerait l’impasse voire la décomposition. La guerre froide est un second moment emblématique de l’antiaméricanisme qui se déploie chez les communistes, lesquels n’en ont jamais eu pourtant le monopole1. En effet, l’antiaméricanisme présente cette originalité, au moins dans un pays comme la France, de ne pas épouser les contours du clivage droite gauche. La fin du XXe siècle, marquée par une nouvelle flambée d’antiaméricanisme en France le montre bien2.

  • 3 Voir en particulier les différents ouvrages collectifs publiés autour de Dominique Barjot : Domini (...)
  • 4 Il faut songer aux multiples travaux sur la pénétration culturelle américaine (voir notamment Fran (...)
  • 5 Pour reprendre le titre de Jacques Portes, Une fascination réticente, Les Etats-Unis devant l’opin (...)
  • 6 Se reporter notamment à Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Presses univers (...)

2En même temps que l’antiaméricanisme, l’américanisation des sociétés dans ses différents aspects est aujourd’hui un domaine régulièrement exploré, en particulier sur le plan économique3 et socio-culturel4. De nombreux travaux ont montré l’ampleur d’un processus qu’on ne saurait envisager avec commodité sous la forme d’un simple placage des méthodes, modes de vie ou références culturelles américaines en Europe. Il faut faire en effet une part à des échanges déjà anciens, remontant au XIXe siècle, à une « fascination » d’un certain nombre d’Européens pour les États-Unis, quelle que soit leur « réticence »5. Vouloir imiter l’Amérique ne signifie pas nécessairement la copier ni forcément l’aimer. On se situe donc davantage dans le registre de ce que les spécialistes d’histoire culturelle, notamment pour ce qui concerne les relations franco-allemandes, appellent les transferts, lesquels sont inséparables de la constitution de réseaux6. De même, comme l’a mis en évidence un volume collectif déjà ancien, le rejet de l’Amérique est souvent ambigu. Ainsi, la virulence de l’antiaméricanisme de la France ses années trente se conjugue avec la pénétration du cinéma américain et du jazz. Aujourd’hui, le rejet de l’Amérique sur fond de guerre en Irak par des millions d’Européens, ne les empêche pas de consommer au quotidien des produits qui symbolisent l’Amérique abhorrée. L’histoire de l’antiaméricanisme et de l’américanisation est donc une histoire qui doit s’écrire au pluriel et de concert. C’est ce à quoi s’efforcent les contributions réunies dans ce volume issu d’un colloque interdisciplinaire organisé à l’Université Paul Verlaine Metz et à l’Université de Sarrebruck les 17 et 18 décembre 2004. Réunissant des historiens, des germanistes et des spécialistes en information-communication, il s’attache à couvrir des domaines peu connus ou délaissés de l’historiographie disponible en français. Trois étapes organisent ce volume.

3Dans un premier temps, les contributions de Clotilde Druelle-Kom et de Régis Boulat s’emploient à analyser les relations entre les milieux économiques français et américains de part et d’autre des deux conflits mondiaux. Les tableaux comparatifs proposés, au début des années vingt comme au tournant des années quarante et cinquante, permettent de prendre la mesure des éléments de continuité dans les relations entre les élites économiques françaises et américaines sur fond de promotion de la rationalisation industrielle durant les années vingt et de la productivité au lendemain du second conflit mondial. Les années cinquante répondent ainsi à leur façon aux années Vingt dont ces études, dans le prolongement et en parallèle d’autres travaux sur les milieux technocratiques ou les projets d’Union Européenne, illustrent la dimension modernisatrice comme le fait qu’elles peuvent être entendues comme un banc d’essai si ce n’est une forme de préfiguration de la modernisation et de la croissance des « trente glorieuses ».

  • 7 Voir notamment, Dan Diner, America in the Eyes of the Germans. An Essay on Anti-Americanism, Princ (...)

4Second volet du volume, les contributions sur l’antiaméricanisme se situent à différentes échelles. Un premier sous-ensemble s’attache à comparer l’antiaméricanisme en France et en Italie durant les années trente. La contribution sur Le Cancer américain, célèbre essai français de Robert Aron et d’Arnaud Dandieu et celle de Michela Nacci, sur le cas italien permettent de prendre la mesure d’une mise en regard possible et fructueuse entre les deux. En effet, quelles que soient les singularités nationales liées en particulier à la relation entre chacune de ces sociétés aux États-Unis (de Lafayette aux controverses sur les dettes de guerre pour la France aux débats autour de l’émigration italienne aux États-Unis pour l’Italie) une analyse croisée de ces deux antiaméricanismes les montre au fond assez proches. Ce phénomène est au demeurant logique puisque le courant rationalisateur et philoaméricain a aussi bien touché la France que l’Italie au lendemain du premier conflit mondial, entraînant des thématiques antiaméricaines comparables contre le règne de la machine, de la technique, de la « fordisation » du monde etc. Repérées en France et en Italie, elles se retrouvent ailleurs à la même époque dans l’Allemagne de Weimar7.

5Une troisième contribution de Claude Hauser étudie les relations américano-suisses au lendemain du second conflit mondial. On retrouve à travers cet exemple bien des points communs avec la situation européenne, sur fond notamment de dénonciation de la culture de masse qu’incarneraient les États-Unis (Denis de Rougemont – pourtant future figure marquante du Congrès pour la liberté de la culture – stigmatise ainsi « l’impérialisme du best-seller »). Le poids des singularités helvétiques conduit cependant largement à atténuer cet antiaméricanisme et permet de comprendre les attirances réciproques et l’intérêt bien compris qui conduisent les Suisses, à commencer par une grande partie des intellectuels, à entrer dans la voie d’un rapprochement avec les États-Unis

  • 8 Yvan Lamonde, Ni avec eux ni sans eux. Le Québec et les Etats-Unis, Montréal, Nuit Blanche, 1996, (...)
  • 9 Joseph Yvon Thériault, Critique de l’américanité. Mémoire et démocratie au Québec, Québec Amérique (...)

6Une quatrième contribution d’Ivan Lamonde s’attache à la relation difficile entre « Américanisation, américanité et anti-américanisme vus du Québec ». Il y souligne la singularité québécoise pour relever que l’antiaméricanisme tel qu’il peut-être entendu en Europe n’a guère de sens sauf dans une dimension sociale (le Québec ferait montre d’un « antiaméricanisme social » en défendant son système d’assurances sociales). Surtout, Yvan Lamonde relit l’histoire de du Québec à l’aulne de l’américanité qu’il distingue de l’américanisation : « l’américanisation, concept de résistance ou de refus, est ce processus d’acculturation par lequel la culture étatsunienne influence et domine la culture autant canadienne que québécoise – et mondiale – tandis que l’américanité, qui englobe tout autant l’Amérique latine que l’Amérique saxonne est un concept d’ouverture et de mouvance qui dit le consentement à son appartenance continentale »8. Cette vision présentée synthétiquement dans ce volume est un élément important du débat historiographique et public québécois contemporain même s’il n’est cependant pas le seul à devoir être pris en compte. Il faut savoir que le concept d’« américanité », s’il est appuyé par certains historiens, notamment Gérard Bouchard, est violemment contesté au Québec. L’un de ses adversaires les plus notables est le sociologue Joseph Yvon Thériault qui dénonce, sur un ton polémique assumé, « un lieu commun des milieux politique et intellectuel du Québec français » et notamment les « chercheurs qui participent à conférer une légitimité scientifique à ce qui était au départ une discussion entre littéraires ». Pour ces penseurs, « l’américanité n’est pas qu’une dimension parmi d’autres de l’identité québécoise, mais son caractère le plus déterminant, le plus fondamental ». Au contraire, affirme Joseph Yvon Thériault, l’américanité ainsi considérée est « porteuse d’une pensée forte, révélatrice d’une impasse dans le cheminement identitaire de la nation française d’Amérique »9.

7La dernière partie de l’ouvrage porte sur la place des médias et de la culture devant l’américanisation et l’antiaméricanisme. Dietmar Hüser dans une étude sur le rock and roll américain dans les sociétés française et allemande des années cinquante et soixante aborde l’américanisation à partir d’une étude des transferts culturels populaires atlantiques et européens. Bill Haley et son célèbre Rock around the clock, analysés bien au-delà de leur succès commercial et de leur dimension de divertissement sont considérés comme un jalon essentiel d’une « révolution culturelle » en marche au sein de l’Europe occidentale des décennies d’après-guerre. Après la chanson est abordé le cinéma à travers des études sur La Haine et La Liste de Schindler. Jacques Walter, en revisitant la réception française de La liste de Schindler s’interroge sur l’antiaméricanisme affleurant dans bien des critiques. Elles stigmatisent la volonté qu’aurait eu Spielberg de « concocter un Holocauste Park » et dénoncent le triomphe de l’industrie cinématographique hollywoodienne mise en cause tant sur le plan économique que sur le mode de construction d’un film conclu par un « happy end » jugé indécent. L’antiaméricanisme ne se contente pas de rejeter. Il peut conduire à rechercher d’autres références et d’autres horizons à opposer au modèle américain. C’est la proposition que défend Béatrice Rafoni en présentant l’engouement pour le « japonisme culturel » en France dont un des vecteurs privilégiés est la bande dessinée envisagée comme l’importation et l’acclimatation en France d’imaginaires qui concurrencent directement ceux venus d’outre-atlantique. Le « japonisme » en France serait ainsi un « défi à l’américanisation ». La dernière communication, de facture littéraire, est l’analyse par Françoise Lartillot de Greyhound, premier roman de l’écrivain allemand Alfred Gulden, présent par ailleurs au colloque. Publié en 1982, ce roman d’apprentissage a comme toile de fond le voyage effectué par le personnage principal, un jeune artiste allemand, à travers les États-Unis d’Amérique, au moyen du Greyhound, le bus permet en effet de traverser le pays dans le sens Est/Ouest.

Notes

1 Parmi une production abondante, il faut signaler pour la France les ouvrages de Richard F. Kuisel, Le miroir américain, 50 ans de regard français sur l’Amérique, Latès, 1996, de Philippe Roger, Rêves et cauchemars américains. Les Etats-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1996 et de Philippe Roger (homonyme du précédent), L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Seuil, 2002. Parmi une liste abondante de collectifs, on mentionnera Denis Lacorne, Jacques Rupnik, Marie-France Toinet (dir.), L’Amérique dans les têtes. Un siècle de fascinations et d’aversions, Hachette, 1986, R. Kroes (dir.), Antiamericanism in Europe, Amsterdam, Free University Press, 1986, Sylvie Mathé (dir.), L’antiaméricanisme, antiamericanism at home and abroad, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, 2000, Gregory Katzarov (dir.), Regards sur l’antiaméricanisme, une histoire culturelle, Musée d’art américain Giverny/Terra Foudation for the Arts, L’Harmattan, 2004, Reiner Marcowitz (Hg.), Nationale Identität und transnationale Eiflüsse. Amerikanisierung, Europäisierung und Globalisierung in Frankreich nah dem Zweiten Weltkrieg, R. Oldenbourg Verlag, 2007.

2 Si elle a suscité une vague d’essais antiaméricains, elle a aussi produit des essais à vocation historique visant à dénoncer violemment l’antiaméricanisme ambiant (Pierre Rigoulot, L’antiaméricanisme. Critique d’un prêt à penser rétrograde et chauvin, Robert Lafont, 2004).

3 Voir en particulier les différents ouvrages collectifs publiés autour de Dominique Barjot : Dominique Barjot et Christophe Reveillard, L’américanisation de l’Europe occidentale au XXe siècle, Presses de la Sorbonne, 2002, Dominique Barjot (ed), Catching Up with America : Productivity Missions and the Diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Presses de la Sorbonne, 2002 ou Dominique Barjot, Isabelle Lescent-Gilles, Marc Ferriere Le Vayer (dir.), L’américanisation en Europe au 20e siècle : économie, culture, politique, vol. 1, Lille, CRHENO, 2002. Voir aussi Jonathan Zeitlin et Garry Herrigel (dir.), Americanization and its limits, Oxford University Press, 2000 et Mathias Kipping, Nick Tiratsoo (éd), Americanisation, Cultural Transfers in the Economic Sphere, in the Twentieth Century, Lille, CHRENO, 2002.

4 Il faut songer aux multiples travaux sur la pénétration culturelle américaine (voir notamment François Cochet, Marie-Claude Genet Delacroix et Hélène Trocmé (dir.), Les Américains et la France 1917-1947 : engagements et représentations, Mainsonneuve et Larose, 1999) mais aussi aux travaux conduits sur les fondations américaines (notamment Giuliana Gemelli.– ed-, The Ford Fondation and Europe (1950’s-1970’s) : Cross-Fertilization of Learning in Social Sciences and Management, Brussels, European Interuniversity Press, 1998 et Giuliana Gemelli, R. Mc Leod.– eds-, American Fondations in Europe, Grant-Giving policies, Cultural Diplomacy and Trans-Atlantic Relations 1920-1980, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2003).

5 Pour reprendre le titre de Jacques Portes, Une fascination réticente, Les Etats-Unis devant l’opinion française 1870-1914, Presses universitaires de Nancy, 1996.

6 Se reporter notamment à Michel Espagne, Les transferts culturels franco-allemands, Presses universitaires de France, 1999 et à Hans-Manfred Bock, « Transaction, transfert et constitution de réseaux. Concepts pour une histoire sociale des relations culturelles internationales », in Hans-Manfred Bock et Gilbert Krebs (études réunies par), Echanges culturels et relations diplomatiques. Présences françaises à Berlin au temps de la République de Weimar, Publications de l’Institut Allemand, université de la Sorbonne Nouvelle, 2004, en particulier pp. 11-18.

7 Voir notamment, Dan Diner, America in the Eyes of the Germans. An Essay on Anti-Americanism, Princeton, Markus Wiener Publishers, 1996, pp. 69-70.

8 Yvan Lamonde, Ni avec eux ni sans eux. Le Québec et les Etats-Unis, Montréal, Nuit Blanche, 1996, p. 11.

9 Joseph Yvon Thériault, Critique de l’américanité. Mémoire et démocratie au Québec, Québec Amérique, 2005, pp. 12-13.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, université Paul Verlaine, Metz. Ses derniers ouvrages publiés sont : Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, PUF, 2002, en co-direction avec Etienne Deschamps, Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, postérités, PIE Peter Lang, 2005, Voyage au cœur de l’OAS, Perrin, 2005.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search