Version classiqueVersion mobile

Philippe Ariès (1914-1984)

 | 
Guillaume Gros

Annexes

Présentation des sources et de la bibliographie

Texte intégral

  • 1 Le collaborateur de la Nation française y conserva notamment des lettres de lecteurs qui avaient r (...)
  • 2 Cf. Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, entretiens avec Michel Winock, Seuil, 1980, p. 87.

1Les archives de Philippe Ariès (indiquées par la mention « APA » dans notre étude), détenues par sa sœur Marie-Rose Ariès — légataire universelle — et dont nous avons fait un inventaire, destiné aux Archives nationales, appellent quelques remarques. Elles ne comprennent pas la correspondance familiale qui aurait pu permettre d’approfondir le milieu et la culture d’une famille royaliste sous la IIIe République au temps de l’Action française. Marie-Rose Ariès a préféré ne pas communiquer cette partie des archives de son frère. En outre, les archives « accessibles », classées en fonction des titres publiés par Philippe Ariès — à partir de l’Histoire des populations françaises (1948) — contiennent moins de lettres ou de documents pour la période d’avant le cycle des rééditions des ouvrages de l’historien, au Seuil, à partir de 1971. Se mêlent, dans ces dossiers, des articles sur les livres de l’historien et des lettres qui peuvent avoir des contenus très divers. De plus, l’historien avait constitué un dossier à part pour tout ce qui touchait la période de la Nation française1. Ce classement traduit la volonté de Philippe Ariès de mettre en évidence le cheminement de l’historien au détriment du militant. Les périodes de l’avant-guerre et de l’Occupation sont donc très peu représentées dans ces archives où ne figurent pas, par exemple, le dossier de presse des Traditions sociales dans les pays de France (1943) qui a été égaré2. Toutefois, deux manuscrits sont particulièrement intéressants pour la jeunesse de l’historien : un inédit sur Musset, rédigé en 1938 (reproduit dans notre thèse), et son Diplôme d’études supérieures (Sorbonne, 1936).

2Les deux correspondances les plus intéressantes et les plus substantielles sont celles du peintre Joseph Czapski (1896-1993) et de l’historien américain Orest Ranum, deux personnes qui ont beaucoup compté pour Philippe Ariès, dans son ouverture intellectuelle à d’autres milieux que le sien. Gardait-il de façon systématique toutes les lettres qui lui étaient adressées ? Il est possible qu’au moment de sa mort, en 1984, lorsque sa bibliothèque a été dispersée, une partie de ses archives personnelles l’ait été aussi même si le Seuil récupéra quelques textes publiés pour certains d’entre eux dans Essais de Mémoire, 1943-1983 (préface R. Chartier, Seuil, 1993). En dépit de ces lacunes, ces archives sont essentielles car les lettres qui lui ont été adressées nous ont permis de mieux cerner les amis et les connaissances de l’historien et donc de mieux pénétrer dans la sociabilité du milieu traditionaliste, en recoupant ces lettres avec un certain nombre de correspondances privées qui n’ont pas toujours été d’un accès facile, sauf quand ces correspondances étaient en libre accès à la Bibliothèque nationale de France, au département des Manuscrits, comme c’est le cas pour celle de Gabriel Marcel.

  • 3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit. Philippe Ariès y a consigné sous la forme d’ent (...)
  • 4 Philippe Ariès, Le Temps de l’Histoire, Paris, Seuil, 1986, (Editions du Rocher, 1954 pour l’éditi (...)
  • 5 Raoul Girardet, Singulièrement libre, entretiens avec Pierre Assouline, Paris, Perrin, 1990, p. 13
  • 6 Sur cette notion voir Serge Berstein (sous la dir.), « Nature et Fonction des cultures politiques  (...)
  • 7 Dominique Poulot, « Les Mémoires d’un jeune homme rangé », Espaces temps, no 16, 1980, p. 10.

3Aussi la consultation des nombreux périodiques, parfois très confidentiels, auxquels collabora Philippe Ariès jusqu’à la Nation française incluse, soit en 1966, nous a permis de reconstituer de façon plus complète, y compris pour les années trente et l’Occupation, les réseaux d’amis de Philippe Ariès. Ce type de sources a pu être également croisé avec des entretiens ou des récits qu’ont laissés, de leur itinéraire, un certain nombre de compagnons de route de Philippe Ariès, à commencer par ceux de Raoul Girardet, François Léger, Pierre Monnier, François Sentein. Certes ces documents sont parfois difficiles à utiliser, tout comme l’une de nos principales sources Un Historien du dimanche3, auquel nous avons toujours préféré, quand cela était possible, les chapitres autobiographiques du Temps de l’Histoire4, rédigés dans l’après-guerre. Car comme le fait remarquer Raoul Girardet « Quoi que l’on fasse, il est très difficile d’être honnête lorsque l’on parle de son passé. Il s’agit toujours, qu’on le veuille ou non, d’une reconstitution, c’est-à-dire d’une vraisemblable trahison. »5 Pour autant, ces récits sont très riches aussi bien par leurs quelques omissions que par leurs anachronismes et nous aident à saisir la complexité d’un milieu social et d’une culture politique6. Comme l’écrit Dominique Poulot, à propos d’Un Historien du dimanche, dans la revue Espace temps, dans ce qui est l’une des plus fines analyses de l’ouvrage, envisagé comme un témoignage, Philippe Ariès « exhume la mémoire politique et religieuse d’une famille de pensée en voie d’extinction, celle des traditionalistes de la droite française, exclue de la vie publique depuis 1945, exclue des médias, privée de tout moyen d’expression, repliée sur des souvenirs oubliés de tous les autres groupes sociaux. »7. En ce sens, notre travail qui est d’abord un itinéraire intellectuel, est aussi l’histoire des petits groupes d’intellectuels maurrassiens des années trente dont l’ambition après 1945 — qui fut un échec — était de peser sur la vie intellectuelle. Nous nous sommes donc efforcé de faire non pas une histoire de l’Action française mais plutôt celle d’une pensée marginale, la pensée traditionaliste. Outre la synthèse d’Eugen Weber sur l’Action française (Fayard/Hachette, 1985) nous ont été utiles d’un point de vue méthodologique, les ouvrages de Victor Nguyen, Aux origines de l’Action française, Intelligence et politique à l’aube du XXe siècle (Fayard, 1991) et la synthèse plus récente de François Huguenin, À l’Ecole de l’Action française. Un siècle de vie intellectuelle, (Lattès, 1998). Dans la perspective de l’étude d’une pensée traditionaliste, l’ensemble des ouvrages de Philippe Ariès est une source essentielle.

  • 8 Dans un article du Monde, sur Essais de Mémoire 1943-1983 (Seuil, 1993), Pierre Lepape compare Phi (...)
  • 9 Sur ce sujet voir les travaux d’Olivier Dumoulin et en particulier « Histoire et Historiens de dro (...)
  • 10 Cf. François Hartog, « Fustel de Coulanges d’un siècle à l’autre », dans Le XIXe siècle et l’histo (...)
  • 11 Sur ce thème, nous devons beaucoup à l’ouvrage de François Bédarida (sous la dir.), L’Histoire et (...)
  • 12 Sur la figure du pionnier dans l’histoire des mentalités, voir notre mise au point : Guillaume Gro (...)

4Révélatrice d’une sensibilité traditionaliste dans son rapport au passé, son œuvre est dans le même temps celle d’un historien original8 qui s’efforça toujours d’appliquer les règles de la profession, sans pour autant y appartenir. Ici réside l’une des difficultés de notre travail qui consista aussi à s’intéresser au métier de l’historien Philippe Ariès qui n’appartenait pas à la communauté des historiens et qui donc n’en partageait pas la sociabilité, tout au moins jusqu’au début des années soixante-dix, période à partir de laquelle les documents sont beaucoup plus nombreux dans ses archives, notamment sur ses nouvelles relations avec des historiens professionnels. Dans le même temps, il était difficile de réduire son œuvre à celle d’un historien de droite qui aurait pratiqué une histoire de droite9, puisqu’il s’efforça de renouveler précisément sur le plan méthodologique l’histoire de droite. « En porte-à-faux »10, pour reprendre l’expression que François Hartog applique à Fustel de Coulanges pour définir son statut par rapport à l’historiographie de son siècle, Philippe Ariès l’était par rapport à une histoire dite de droite. Aussi une partie importante de notre bibliographie est-elle centrée sur des ouvrages d’épistémologie, s’intéressant aussi aux pratiques des historiens11. C’est la raison pour laquelle nous avons placé, dans la partie « Sources publiées », des ouvrages comme De la connaissance historique (1954) d’Henri-Irénée Marrou ou comme La Nouvelle Histoire (1978), coordonné par Jacques Le Goff car ils permettent de situer l’auteur du Temps de l’Histoire (1954) dans la réflexion épistémologique autour de l’histoire et surtout de voir précisément, à partir de quelle date, il fut considéré comme un Historien des mentalités12 et comment il fut perçu par ses pairs. La question de la perception que l’on a de Philippe Ariès, selon les périodes, est d’autant plus importante qu’après avoir été marginalisé puis célébré, la figure de « l’historien du dimanche » est quelque peu remise en cause, notamment avec la publication, en 1993, de ses articles de la Nation française dans Le Présent Quotidien 1955-1966 (Seuil). Dans cette optique, nous renvoyons à la bibliographie de la réception de l’œuvre de Philippe Ariès, bibliographie établie pour chacun de ses ouvrages y compris les rééditions et pour certaines traductions (Cf. les annexes ci-après).

Notes

1 Le collaborateur de la Nation française y conserva notamment des lettres de lecteurs qui avaient réagi à certains de ses articles.

2 Cf. Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, entretiens avec Michel Winock, Seuil, 1980, p. 87.

3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit. Philippe Ariès y a consigné sous la forme d’entretiens rédigés les différentes étapes de son itinéraire.

4 Philippe Ariès, Le Temps de l’Histoire, Paris, Seuil, 1986, (Editions du Rocher, 1954 pour l’édition originale), coll. « L’univers historique ». D’où notre choix de citer à chaque fois le nom du chapitre utilisé dans notre travail, en précisant la date à laquelle il a été rédigé, car l’écriture du Temps de l’Histoire s’est étalée sur plusieurs années (1946-1951).

5 Raoul Girardet, Singulièrement libre, entretiens avec Pierre Assouline, Paris, Perrin, 1990, p. 13.

6 Sur cette notion voir Serge Berstein (sous la dir.), « Nature et Fonction des cultures politiques », dans Les Cultures politiques en France, Le Seuil, 1999, pp. 7-30.

7 Dominique Poulot, « Les Mémoires d’un jeune homme rangé », Espaces temps, no 16, 1980, p. 10.

8 Dans un article du Monde, sur Essais de Mémoire 1943-1983 (Seuil, 1993), Pierre Lepape compare Philippe Ariès à cette autre « figure originale de contre-révolutionnaire créateur » que fut Augustin Cochin (Pierre Lepape, « Les tropismes d’un historien », Le Monde, 9 juillet 1993, p. 28). Sur Augustin Cochin voir le travail de Fred E. Schrader qui nous fut très utile sur le plan méthodologique : Augustin Cochin et la République française, Le Seuil, 1992. Cf. en particulier « Introduction. L’histoire de l’autre, l’histoire du même », pp. 9-14.

9 Sur ce sujet voir les travaux d’Olivier Dumoulin et en particulier « Histoire et Historiens de droite », dans Jean-François Sirinelli (sous la dir.), Histoire des droites en France, t. 2, Cultures, Paris, Gallimard, 1992, pp. 327-398.

10 Cf. François Hartog, « Fustel de Coulanges d’un siècle à l’autre », dans Le XIXe siècle et l’histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, Seuil, 2001, coll. « Points Histoire » (PUF, 1988 pour l’édition originale), p. 8.

11 Sur ce thème, nous devons beaucoup à l’ouvrage de François Bédarida (sous la dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

12 Sur la figure du pionnier dans l’histoire des mentalités, voir notre mise au point : Guillaume Gros, « Philippe Ariès, entre traditionalisme et mentalités. Itinéraire d’un précurseur », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 90, avril-juin 2006, pp. 121-140.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search