Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippe Ariès (1914-1984)

 | 
Guillaume Gros

Cinquième partie : Vers la notoriété : un amateur plébiscité par les historiens professionnels (1971-1984)

Chapitre XV : De la légitimité en France : la rencontre avec le Seuil

Texte intégral

1) Du « pionnier » ignoré au « classique » célébré

1-1/Le Seuil : une instance de légitimation (1971-1973)

  • 1 Cf. Christophe Charle, « Etre historien en France : une nouvelle profession ? », dans François Béd (...)

1Au début des années soixante-dix, l’œuvre de Philippe Ariès manque de visibilité dans le paysage éditorial français en dépit du succès américain. L’essoufflement de la pensée marxiste et la remise en cause de l’État par le courant soixante-huitard, donnent une actualité nouvelle à son œuvre. Dans une période où l’histoire des mentalités est revendiquée par les historiens des Annales, ses livres connaissent une deuxième vie au point d’être intimement associés au phénomène de la « nouvelle histoire », à la fin des années soixante-dix. En rééditant l’Histoire des populations françaises (1971) et l’Enfant et la Vie familiale sous l’Ancien régime (1973), les éditions du Seuil donnent enfin à Philippe Ariès, la reconnaissance des historiens professionnels. Ces deux rééditions interviennent dans un contexte où le public manifeste « un désir d’histoire »1, qui se traduit par l’apparition de nouvelles collections. Parmi celles-ci, les historiens liés au courant des Annales se taillent la part du lion. Le maître de ce courant, Fernand Braudel, devient, à partir de 1962, et jusqu’en 1980, le responsable chez Flammarion, de la « Nouvelle Bibliothèque scientifique ». Mais la grande collection liée au rayonnement de son éditeur Gallimard est celle de Pierre Nora, qui lance, en 1966, la célèbre « Bibliothèque des sciences humaines », puis surtout, en 1971, la « Bibliothèque des histoires ». Elle consacre la suprématie des Nouveaux Historiens, dans le paysage éditorial des années soixante-dix, comme Georges Duby, François Furet, Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy Ladurie, Michel de Certeau.

2Le Seuil, fait alors le pari de l’histoire en inaugurant, en 1971, la collection de poche « Points Histoire », animée par Michel Winock ainsi que « L’Univers historique », codirigé par celui-ci avec l’universitaire et journaliste Jacques Julliard, Directeur d’étude à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Si ces deux collections ne sont pas autant ancrées que les précédentes dans le courant des Annales, elles font cependant une place de choix aux représentants de la Nouvelle histoire.

  • 2 Michel Winock, « Préface », dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Le Seuil, 1980, p. 9.
  • 3 Cf. Michel Winock, « Fiche de promotion », 2 février 1971, dossier auteur « Histoire des populatio (...)
  • 4 Ibid.
  • 5 Cf. « Rempli », informations pour la quatrième de couverture, dossier « Histoire des populations f (...)
  • 6 Hervé Coutau-Bégarie, Le phénomène « nouvelle histoire », Économica, 1983, p. 144. L’une des rares (...)

3C’est alors que Michel Winock choisit de rééditer, en 1971, dans la collection « Points Histoire », l’Histoire des populations françaises (1948). L’éditeur qui avait découvert l’ouvrage de Philippe Ariès grâce à Raoul Girardet2, n’hésite pas à le présenter comme « un des classiques de la nouvelle école historique française »3, et à promouvoir son auteur au rang d’héritier de Lucien Febvre et de Marc Bloch. Conscient du caractère parfois contestable de certains points de l’ouvrage, Michel Winock, attentif aux champs historiographiques nouveaux, insiste sur son thème principal, à savoir la démographie4. Il rappelle d’ailleurs l’autorité d’Alfred Sauvy qui avait remarqué, dès 1948, l’Histoire des Populations françaises. Ce qui lui permet de présenter Philippe Ariès comme « un des pionniers de cette histoire démographique » et de « l’histoire des mentalités »5. Ainsi Michel Winock participe-t-il à ce mouvement de récupération de l’histoire démographique qui avait été pourtant ignorée par l’école des Annales et dont les représentants surent tirer profit dans les années soixante, « en profitant du relatif désengagement de l’INED […] »6.

  • 7 Cf. Michel Winock, « Fiche de promotion », dossier auteur « L’Enfant et la Vie familiale » (Archiv (...)

4Dans la concurrence éditoriale des années soixante-dix, Michel Winock réussit le tour de force d’imposer Philippe Ariès comme un précurseur, la figure tutélaire de l’histoire des mentalités. En 1973, avec la réédition, dans la prestigieuse collection « L’Univers Historique », de l’Enfant et la Vie familiale, qui « sera certainement célébrée par les Annales »7, Michel Winock privilégie encore la figure du pionnier. Après être entré par la petite porte dans la collection « Points Histoire », avec son Histoire des Populations françaises, qui est une édition abrégée, Philippe Ariès arrive donc enfin dans la cour des grands avec son livre sur l’enfant, dont la nouvelle édition reprend l’intégralité du texte de 1960.

  • 8 Cf. les lettres d’André Burguière du 19 avril 1971, de Jean-Louis Flandrin du 23 mai 1971, d’Emman (...)
  • 9 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 28 avril 1971 (APA).
  • 10 Cf. la carte de remerciement, s. d. (APA).
  • 11 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 20 avril 1971 (APA).

5L’examen de passage de l’Histoire des populations françaises a été réussi. Parmi la vingtaine d’historiens qui le félicitent pour cette réédition, les représentants de l’École des hautes études en sciences sociales occupent une bonne place avec André Burguière, Jean-Louis Flandrin, Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Nora ou François Furet8. L’ouvrage suscite aussi des réactions chaleureuses de la part de Pierre Chaunu, proche du courant des Annales, de Jean Delumeau, Paul Veyne ou de Michel Vovelle, encore que ce dernier connaisse Philippe Ariès, depuis la fin des années soixante. Sont surtout très présents les historiens ayant travaillé dans le domaine de la démographie historique comme Jean-Noël Biraben9, membre de l’Institut national des études démographiques, Pierre Guillaume10 ou son ami Louis Chevalier11.

  • 12 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 14 novembre 1973 (APA).

6La réédition de l’Enfant et la Vie familiale confirme cette nouvelle notoriété avec l’hommage appuyé, cette fois, du pape de la Nouvelle histoire, Jacques Le Goff12. Les autres réactions d’historiens professionnels sont Maurice Agulhon, Alain Besançon, André Burguière, Jean Bouvier, M. Bernos, Pierre Chaunu, Louis Chevalier, Jean Delumeau, François Furet, Pierre Guiral, Dominique Julia, Emmanuel Le Roy Ladurie, Roland Mousnier, Pierre Renouvin, Paul Veyne, Pierre Vidal-Naquet, Michel Winock.

7C’est au début des années soixante-dix, qu’il convient donc de placer la « fin de la quarantaine » de Philippe Ariès, avec cette consécration qu’est pour lui l’accès à « L’Univers Historique ». L’œuvre de « l’historien des mentalités » rencontra un véritable succès, bien au-delà des seuls cercles d’historiens.

1-2) L’enfant contre l’institution

  • 13 Michel Winock, « Fiche de promotion », dossier auteur « L’Enfant et la Vie familiale » (Archives d (...)
  • 14 Claude Mettra, « L’Invention de l’enfance », dans le cadre d’un dossier « Questions à l’enfance »,(...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Cf. Gilles Anquetil, « Le Mythe de l’enfance », Les Nouvelles littéraires, 24 décembre 1973.
  • 17 Roger Gentis, « L’enfant et la Vie familiale… », Vers l’Éducation nouvelle, juilletaoût 1974, p. 6 (...)
  • 18 Cf. Nicole Muchnick, « Dossier sexe. Un homme et une femme… », Le Sauvage, printemps 1975. L’artic (...)

8La réédition de l’Enfant et la Vie familiale par le Seuil s’insère autour des questions soulevées par le mouvement de mai 1968 : « […] de nos jours où sont remis radicalement en question l’école, la famille, la société « bourgeoise », etc., on se doit de lire une étude qui décrit les fondements de nos institutions sociales »13. Michel Winock songe aux lecteurs d’Une Société sans école (Seuil, 1971) du philosophe Ivan Illich, susceptibles d’être intéressés par la description du processus de scolarisation par Philippe Ariès. De fait, l’Enfant et la Vie familiale fut souvent abordé par le biais du débat sur la remise en cause de la famille, « de ce qu’on tient généralement comme la cellule-mère de notre communauté »14, dans l’esprit de l’essai de David Cooper intitulé Mort de la famille (Seuil, 1972). Le livre de Philippe Ariès, dans les comptes rendus, est associé à celui de Maud Mannoni Education impossible (Seuil, 1973) qui montre, dans une perspective psychanalytique, comment la vision pédagogique que la société a de l’enfant, en fait une victime de l’institution scolaire et familiale15. La conséquence du confinement de l’enfant par le « réseau institutionnel » aboutirait à brider sa liberté sexuelle. Dans sa recension intitulée « Le mythe de l’enfance », Gilles Anquetil propose, en guise de bibliographie sommaire, les livres de Philippe Ariès, de Maud Mannoni suivis d’Une société sans école, puis de la Révolution sexuelle de Wilhelm Reich16. Le livre de Philippe Ariès séduit aussi les revues pédagogiques ou de parents d’élèves. L’une d’entre elles insiste sur la mise à l’écart des enfants qui constitue à ses yeux « un véritable « enfermement « de masse dans des institutions éducatives spécialisées, phénomène qui n’est pas sans rappeler le « grand renfermement « des fous et autres marginaux que dépeint Michel Foucault […] »17. Le livre de Philippe Ariès a bien été porté par tout un courant contestataire, dirigé contre les institutions, sur fond de révolution sexuelle, voire féministe18, comme ce fut aussi le cas aux États-Unis.

  • 19 Lettre de Paul Veyne à Philippe Ariès du 16 décembre 1973 (APA).
  • 20 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 184.
  • 21 Philippe Ariès, « Confessions d’un anarchiste de droite », Contrepoint, 1975, p. 96. Dans cet arti (...)
  • 22 Philippe Ariès, « Confessions… », op. cit., p. 97.
  • 23 Ibid., p. 98.

9L’historien ne voit pas d’un mauvais oeil cette rencontre entre certains de ses thèmes, d’inspiration traditionaliste, et ceux d’une certaine extrême gauche. Remerciant Philippe Ariès pour l’envoi de l’Enfant et la Vie familiale, Paul Veyne lui écrit qu’il n’a pas oublié ce que lui avait expliqué l’historien « de la remontée gauchiste de thèmes de la droite de 1900 »19. Philippe Ariès s’exprime longuement sur ce chassé-croisé idéologique, à la fin des années soixante : « […] nous retrouvions des thèmes familiers de notre enfance, de notre jeunesse réactionnaire, la méfiance de l’État centralisateur, l’attachement aux libertés réelles et aux petites communautés intermédiaires, à la région et à sa langue. »20 Il relie d’ailleurs cette mutation, à l’émergence de l’intérêt pour l’histoire des mentalités. L’historien constate, en effet, qu’après avoir semble-t-il triomphé, durant les années cinquante et soixante, la « civilisation technicienne de l’objet » s’est trouvée brutalement contestée, notamment par le mouvement de mai 68, qu’il qualifie de « phénomène d’une importance capitale »21. Et Philippe Ariès d’établir un parallèle entre la grande contestation qui se préparait souterrainement et la pratique d’une histoire des mentalités de moins en moins confidentielle qui s’intéresserait à « ce monde que nous avons perdu » : « les cultures du passé devant être étudiées comme on étudie les sociétés sauvages d’aujourd’hui, c’est-à-dire pas ou peu par la relation des événements militaires, mais dans leur manière de vivre, de mourir, de manger, de chanter, de faire la fête »22. Ce regard nouveau, porté sur le passé, signifie que ni le présent, ni l’avenir ne sont plus des âges d’or : « Le monde d’aujourd’hui, le monde du progrès scientifique, de la pensée rationnelle, où l’on ne parle plus aux oiseaux, a perdu son statut d’âge d’or, il n’est plus considéré comme une étape vers le bonheur. »23

  • 24 Cf. Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., pp. 206-207.
  • 25 Ibid., p. 206. Philippe Ariès finit, à la fin des années soixante-dix, par donner un article à la (...)
  • 26 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 207.
  • 27 Cf. Arlette Farge et Michel Foucault, « Le style de l’histoire », entretien avec François Dumont e (...)

10Même si ses positions quelque peu paradoxales sur mai 1968 irritent ses amis politiques, Philippe Ariès entame un dialogue avec certains contestataires comme Ivan Illich, lequel fit le premier pas dans sa direction24. L’historien se méfiait du philosophe parce qu’il « écrivait dans Esprit, qu’il appartenait à la famille des chrétiens de gauche, tout ce qu’il y avait de pire »25. Jean-Marie Domenach, quelque peu pris de court par les événements de mai 1968, avait en effet ouvert ses colonnes à Ivan Illich et notamment à ses critiques des institutions sur l’école et l’hôpital. Originaire d’Europe centrale, Ivan Illich (1926-2002) émigra aux États-Unis en 1956. Titulaire de plusieurs doctorats, en histoire, philosophie, droit canon et théologie, il est d’abord un iconoclaste, qui incarna le refus du « progressisme » comme finalité des sociétés industrielles. Contesté par les penseurs de droite et de gauche, il s’est attaqué aux institutions de la société industrielle qui prétendent encadrer l’homme. C’est dans ce domaine que, comme avec Michel Foucault, Philippe Ariès a pu s’entendre avec Ivan Illich : « Il a compris que les racines de la société, notre être même, sont menacées par une sorte de cancer technologique. »26 S’efforçant de comprendre le cheminement de l’œuvre de Philippe Ariès, l’historienne Arlette Farge, dans un entretien avec Michel Foucault, insiste sur le moment où elle trouve enfin un écho : « […] après Lucien Febvre, après la rupture des années soixante : quand on a rompu avec les « acquis » du marxisme vulgaire »27. Et l’historienne de souligner qu’il n’y avait pas chez Philippe Ariès d’attitude dogmatique ou la volonté de faire école, autant d’éléments qui permettent de comprendre sa réceptivité aux thèmes drainés par mai 68.

  • 28 Cf. Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Le Seuil, 1997, pp. 586-587.
  • 29 Cf. pour l’année 1974 « Actualités de l’histoire », une émission de Georgette Elgey et Henri Burge (...)

11Philippe Ariès s’affirme alors comme un historien médiatique, jouant désormais de sa double appartenance à des champs intellectuels opposés, ne reniant pas pour autant son héritage politique qu’il exprime différemment en collaborant par exemple à la revue Contrepoint28. Fondée par Georges Liébert sous le patronage de Raymond Aron, Contrepoint (1970-1978) réunit d’anciens élèves de Raoul Girardet. Elle est conçue comme une riposte idéologique à la déferlante de mai 68 mais ne fut pas, pour autant, une revue conservatrice. Elle attira, entre autres, Alain-Gérard Slama, Jacques Ellul, Raymond Ruyer, Emmanuel Berl, Annie Kriegel. L’œuvre de Philippe Ariès y fut particulièrement à l’honneur. Cette capacité à s’impliquer dans des champs intellectuels opposés devint un atout considérable dans cette partie de sa vie, contribuant à forger cet « historien du dimanche » qui, pour reprendre la quatrième de couverture de son « livre entretien » avec Michel Winock, « avoue ses contradictions avec une franche joie de vivre et un goût prononcé pour l’amitié ». Son refus militant d’une histoire politique et événementielle, depuis 1945, correspondait à un besoin réel d’abandonner le champ des débats politiques, ce qu’il fit effectivement, à partir de 1966. Brillant causeur, habile à manier l’humour et sachant jouer de son rire, il ne tarda pas à se rendre sur les plateaux de télévision dès 197429, devenant bientôt, avec ses ouvrages sur la mort, un habitué de l’émission « Apostrophes » de Bernard Pivot. Une légitimité nouvelle pour ce savant qui était aussi, à sa manière, un vulgarisateur d’exception, dans un contexte de forte médiatisation des historiens. Après les Essais sur l’histoire de la mort en Occident (1975), Philippe Ariès est devenu un historien dont on attend le prochain grand livre.

2) Le grand historien de la mort (1975-1977)

2-1) Le lent cheminement de l’idée de la mort

12L’Histoire des populations françaises et l’Enfant et la Vie familiale étaient des rééditions. Avec les Essais sur l’histoire de la mort en Occident, paru en 1975, qui constituent une sorte d’introduction à son grand livre L’Homme devant la mort (1977), Philippe Ariès s’affirme comme un grand historien, célébré par tous ses pairs et par un lectorat de plus en plus important. Ce sacre tardif lui ouvre enfin, en 1978, les portes du temple de la Nouvelle histoire, l’École des hautes études en sciences sociales où il est élu, à 64 ans, à un poste de Directeur d’études cumulant.

  • 30 Cf. « Les techniques de la mort », Philippe Ariès, Histoire des populations françaises… », Self, 1 (...)
  • 31 Cf. Philippe Ariès, « Projet d’enseignement » (Archives EHESS).
  • 32 Cf. Pierre Chaunu, « Quelques Questions sur la mort et l’histoire », Anthinéa, no 8, août-septembr (...)
  • 33 Cf. la lettre de Pierre Chaunu à Philippe Ariès, 19 octobre 1974 (APA) où il écrit que cet essai l (...)
  • 34 Pierre Chaunu, « Sur le chemin de Philippe Ariès, historien de la mort », H.E.S., 1984, no 4, p. 6 (...)
  • 35 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 166.
  • 36 Ibid.

13Comme l’Enfant et la Vie familiale, les études de Philippe Ariès sur la mort doivent beaucoup à son Histoire des populations françaises, dans laquelle il s’était intéressé aux « attitudes devant la mort »30. Dans son « projet d’enseignement » pour l’École des hautes études, il rappelle que son éditeur, en 1948, n’avait pas souhaité ajouter « et devant la mort », au titre déjà long Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie31. Pierre Chaunu n’eut de cesse de mettre en avant le caractère pionnier des travaux de Philippe Ariès dont il se dit « l’élève » dans de nombreux articles.32 En 1974, il louait la première mouture américaine des essais sur la mort Western Attitudes toward Death33 et s’efforçait, dix ans plus tard, de reconstituer « le chemin de Philippe Ariès, historien de la mort ». Pierre Chaunu souligne à juste titre l’importance de la mort du frère, en 1945, dans la démarche de l’historien et celle du « noyau central du cercle familial et affectif le plus étroit »34. Il ne s’agit pas de la « mort des démographes et des médecins », étudiée dans l’Histoire des populations françaises, mais comme l’explique Philippe Ariès, « la mort vraie et brute »35, découverte le jour où son frère fut enterré, ou plutôt « est tombé dans la fosse du carré militaire du grand cimetière de Thiais, près de Paris »36.

  • 37 Ibid.., p. 167.
  • 38 Cf. Philippe Ariès, « La Mort inversée », dans Archives européennes de sociologie, VIII, 2, 1967, (...)

14D’abord enterré à Biberach, près de la ville où il s’était fait tuer en Allemagne, le corps de Jacques Ariès fut rapatrié par la famille qui souhaitait qu’il reposât près de l’oncle Jean Ariès, tué à Verdun en 1915. Trouvant ce cimetière trop impersonnel, devenu aux yeux de Philippe Ariès un « dépotoir »37, la famille, grâce à la veuve du général de Lattre de Tassigny, put le faire enterrer, dans un beau cimetière près de Colmar. Cette déambulation du corps de Jacques Ariès fut l’occasion, pour le jeune historien, de prendre conscience de l’importance de ce lieu qu’était le cimetière. Elle fut le point de départ de son intérêt pour la mort. Si Philippe Ariès s’intéresse à la mort, de façon systématique, dès le début des années soixante, à une époque où le sujet est vierge, un article dans la revue La Table Ronde, en mai 1953, sur « La Religion de la mort » montre à quel point le sujet le passionnait déjà. C’est au cours de l’année 1966 que Philippe Ariès, qui s’est aussi souvent interrogé, dans la Nation française, sur la signification de la mort dans notre société, en la comparant avec les autres périodes de l’histoire, formalise ses premières réflexions devant l’Académie des sciences morales et politiques, puis l’année suivante dans les Archives européennes de sociologie38, article qui constitue, selon Pierre Chaunu, une date clé dans l’historiographie de la mort.

  • 39 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, op. cit., p. 68.

15Dans la longue durée qu’il a retenue, Philippe Ariès distingue plusieurs périodes dans le rapport avec la mort. La première est celle de la mort familière et apprivoisée s’étendant jusqu’au XIIIe siècle. À la différence du monde antique qui répugne aux cadavres, le monde chrétien les installe à proximité des églises. Tout change à partir du XIIIe siècle quand la mort devient un drame personnel et solitaire du moi, ce qu’il appelle « la mort de soi ». Émerge ensuite une troisième période, à partir du XVIIIe siècle, durant laquelle l’homme exalte et dramatise la mort, tout en étant moins préoccupé de sa propre mort. De fait, ce que Philippe Ariès appelle « la mort romantique » est d’abord « la mort de l’autre », dont le regret et le souvenir inspirent aux XIXe et XXe siècles, le culte nouveau des tombeaux et des cimetières. Enfin, à partir du XXe siècle, avec la fin de la Première guerre mondiale, on assiste désormais à la « mort interdite » qui est escamotée : « On ne meurt plus chez soi, au milieu des siens, on meurt à l’hôpital et seul. »39

  • 40 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 546.
  • 41 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, op. cit., p. 81

16Son approche de la mort, au-delà des découpages chronologique adoptés, reste fondamentalement liée à la vision de l’évolution de la société, développée dans l’Histoire des populations françaises, quand l’homme y devient plus attentif à tout ce qui touche son corps. Déjà, en 1948, il écrivait que l’idée de faire reculer la mort par des techniques naturelles n’avait pas toujours existé, dans les consciences des hommes : « Pour qu’elle parvînt à s’imposer, il a fallu que le corps humain soit considéré comme un outil réparable, point d’application des sciences de la nature au même titre que l’animal ou le végétal. »40 Il y a désormais, selon lui, dans l’attitude honteuse devant la mort « un recul de la volonté d’être chez l’homme contemporain » et aussi « l’impossibilité pour nos cultures techniciennes de retrouver la confiance naïve dans le Destin, que pendant si longtemps les hommes simples ont manifesté en mourant »41.

2-2) Un succès éditorial

17Les Essais sur l’histoire de la mort en Occident (1975) rencontrent rapidement un réel succès dans la presse, avec plus d’une quarantaine de recensions et une trentaine d’articles. Pour la première fois, l’historien est invité à l’émission littéraire « Apostrophes » de Bernard Pivot sur le thème « Peut-on maîtriser sa mort ? ». Il devint ensuite un fidèle de ce rendez-vous télévisé, avec l’Homme devant la mort (1977), Un Historien du dimanche (1980) et Images de l’homme devant la mort (1983).

  • 42 Voir par exemple, François Bluche, « La mort, cette amitié perdue… », Tant qu’il fait jour, no 164 (...)
  • 43 Jean-Marie Domenach, « L’Energie du deuil », Esprit, mars 1976, p. 421.
  • 44 Cf. André Dumas, « Le retour de la mort », Esprit, op. cit., pp. 501-515.
  • 45 Cf. Jean Le Marchand, « De la mort familière à la mort maudite », Quotidien du Médecin, 29 novembr (...)
  • 46 Voir par exemple, Pierre Mertens, « J. Ziégler, P. Ariès, O. Thibaut. Changer la mort », Le Soir ( (...)
  • 47 D. Lévy, « La musique seule peut parler de la mort », entretien avec Philippe Ariès, Le Concours M (...)

18À l’instar de l’Enfant et la Vie familiale, la plupart des comptes rendus des essais sur la mort s’inscrivent dans un cadre plus général, autour du thème du retour de la mort ou de la médicalisation croissante de celle-ci42. Son livre est publié dans un contexte éditorial très riche sur ce thème avec entre autres, les ouvrages de Michel Foucault, Naissance de la clinique. Une archéologie du regard médical, (1975, réédition) ou de François Sarda, Le droit de vivre et le droit de mourir, (Seuil, 1975). La revue Esprit de mars 1976 consacre un numéro spécial, dans lequel Jean-Marie Domenach s’interroge sur une mort devenue honteuse et que l’on a lâchement remise « entre les mains des instances qui se chargent de gérer notre existence »43. Le directeur de la rédaction d’Esprit appuie son propos en citant, en note, l’ouvrage de Philippe Ariès également à l’honneur dans l’article d’André Dumas sur « Le retour de la mort »44. Le livre de Philippe Ariès est donc analysé dans de nombreux périodiques aux statuts les plus divers. De la presse généraliste aux revues d’histoire, en passant par la presse médicale45, les Essais sur l’histoire de la mort en Occident sont unanimement célébrés, aux côtés du livre du sociologue Jean Ziegler, Les Vivants et la mort, également publié au Seuil, et de celui de la biologiste Odette Thibault, Changer la mort46, également présents à l’émission « Apostrophes », avec Jean Baechler auteur d’une enquête sur Les suicides (Calman-Lévy). La plupart de ces ouvrages sont reliés à la question de la médicalisation de la mort et donc de l’euthanasie, question qui est alors l’objet de débats dans la société. S’il est possible d’utiliser des passages de l’essai de Philippe Ariès sur la mort, susceptibles de donner des arguments contre l’euthanasie, l’historien qui l’envisage du point de vue du chrétien qu’il était, n’avait pas sur la question une position intransigeante, comme on peut le constater dans l’un de ses derniers entretiens le 24 janvier 1984 : « Il me semble impossible de disposer de sa propre vie ni bien sûr de la vie d’autrui, puisque cette vie ne nous appartient pas et qu’elle nous a été prêtée. Par contre, il ne me paraît pas plus pensable de la faire durer à tout prix. Je ne peux croire à une voie inéluctable. »47

  • 48 André Dumas, « Le retour de la mort », op. cit., p. 502.
  • 49 Robert Tremblay, « De l’interdit du sexe à l’interdit de la mort », Le Jour (Montréal), 30 janvier (...)
  • 50 Philippe Ariès, « La mort inversée », dans Essais sur l’Histoire…, op. cit., p. 179.
  • 51 Cf. D. Lévy, « La musique seule peut parler de la mort », Le Concours Médical, op. cit..

19Ce n’est pas par hasard que le débat autour de la mort soit relié à l’idée de la remise en cause d’un tabou, comme l’écrit André Dumas dans Esprit : « Notre temps cherche ses libérations dans la chasse aux tabous, qui se font rares. »48 Un journaliste d’un quotidien de Montréal ne titrait-il pas son article sur le livre de Philippe Ariès, « De l’interdit du sexe à l’interdit de la mort »49 ? Philippe Ariès a parfaitement analysé ce mécanisme du retour de la mort dans la sociologie et la psychologie, qui envahissait la grande presse ou les magazines à grands tirages : « Il apparaît bien en effet que les sociologues d’aujourd’hui appliquent à la mort et à la défense d’en parler l’exemple que leur a donné Freud à propos du sexe et de ses interdits. Aussi, est-ce par un détour chez les hommes de science que le tabou actuel de la mort est menacé. »50 Afin de ne pas rester étranger à ce débat, largement alimenté par des ouvrages publiés aux éditions du Seuil, Philippe Ariès a publié ses Essais sur l’histoire de la mort en Occident (1975), en attendant de finir son grand livre sur l’Homme devant la mort (1977). La composition même de son ouvrage, qui est une compilation des articles qu’il consacra au sujet entre 1966 et 1975, se prêtait parfaitement au débat qui lui donna l’occasion, dans la foulée de l’Enfant et la Vie familiale, non seulement d’asseoir sa légitimité intellectuelle mais de conquérir un public, bien au delà du seul cercle des historiens, dans d’autres milieux professionnels comme celui de la santé. Dans Le Concours Médical, Philippe Ariès est présenté comme un « grand serviteur de l’esprit » et son entretien comme « une contribution au débat sur l’aide aux mourants »51.

  • 52 Max Gallo, « La mort masquée », L’Express, 5-11 décembre 1977, pp. 88-90.
  • 53 Michel Foucault, « Une érudition étourdissante », Le Matin de Paris, 20 janvier 1970, p. 25. Artic (...)
  • 54 Cf. Pierre Chaunu, « Aujourd’hui la mort », Le Figaro, 21-22 janvier 1978.
  • 55 Pierre Boncenne, Lire, mars 1978, pp. 95-99.
  • 56 Cf. Elle, avril 1978. Voir aussi « Philippe Ariès : le triomphe de la nostalgie », Elle, janvier 1 (...)
  • 57 Cf. « Les Grands Prix nationaux des arts et des lettres », Le Monde, 14 décembre 1978.

20Le livre tant médité et tant attendu, L’Homme devant la mort qui paraît enfin, en septembre 1977, confirme et amplifie le beau succès des Essais sur l’histoire de la mort en Occident. Le Seuil a beaucoup investi dans la préparation et le lancement de l’ouvrage. Dès le 16 décembre, une publicité est insérée en première page du Monde, avec quelques lignes issues de l’article de Max Gallo dans l’Express52, soulignant le caractère « classique » de L’Homme devant la mort. Le 10 février 1978, le Monde publie un nouvel encart publicitaire reprenant cette fois un extrait du compte rendu de Michel Foucault, dans le quotidien socialiste Le Matin de Paris53. Enfin le 16 mars, une nouvelle annonce paraît, toujours dans le quotidien du soir, avec le commentaire de Pierre Chaunu, qui évoque « un grand livre »54 et celui de Michel Foucault. Dans son numéro de mars 1978, le mensuel de vulgarisation Lire publie, sur près de 15 pages, de larges extraits de l’ouvrage, suivis d’une longue présentation de l’auteur, par Pierre Boncenne, intitulée « Comment travaille un historien ou la longue histoire du livre de Philippe Ariès »55, contenant une photographie du cimetière militaire de Thiais, ainsi qu’un cliché de l’historien enfant avec sa sœur. Le même mois, L’Homme devant la mort est élu « Livre du mois », dans le cadre du « Grand prix littéraire 77/78 » des lectrices du périodique féminin Elle56. Philippe Ariès obtient également le prestigieux prix « Pierre Lafue » qui récompense chaque année les ouvrages d’histoire les plus marquants, prix qu’il partage avec Jean Lacouture pour sa biographie de Léon Blum, également publiée au Seuil. Enfin, L’Homme devant la mort se voit attribué le Grand prix national des arts et des lettres57.

  • 58 Ces chiffres donnent un aperçu de la progression des tirages jusqu’à la fin des années 90, donc bi (...)
  • 59 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, rééd. en 2 vol., coll. « Points Histoire », t. 1 Le Temps (...)

21Le succès de l’Homme devant la mort est aussi l’aboutissement d’une montée en puissance d’un historien à succès que traduisent bien les chiffres des tirages de tous ses livres58. L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, publié dans la collection « L’Univers historique », occupe à ce titre, une place charnière dans l’histoire de ce succès éditorial. Moins de deux ans après sa parution, en 1975, l’ouvrage de Philippe Ariès a déjà fait l’objet de trois réimpressions pour un tirage alors de 14000 exemplaires. Cette même année, il fait l’objet d’une réédition en poche, dans une version abrégée, dans la collection « Points Histoire », où il atteint un public toujours plus vaste, avec un tirage de 84 438 exemplaires en 1981, qui est à 130 239 en 1989. Les Essais sur l’Histoire de la mort en Occident sont l’autre grand succès de Philippe Ariès, dont l’édition originale de 1975 compte, dix ans plus tard, 15545 exemplaires imprimés, alors qu’au même moment la version en poche (« Points Histoire », 1977) affiche un tirage de 58000 exemplaires, qui grimpe à 80517 exemplaires en 1990. L’Homme devant la mort bénéficie donc de ce regain d’intérêt pour la thanatologie qui se traduit, dix ans après sa publication, par un tirage de 34500 exemplaires dans la collection « Univers Historique ». Ce succès explique sans doute la publication de l’intégralité du texte, et non pas d’une édition abrégée, dans la version « Points histoire » en deux volumes59. Quatre ans plus tard, les deux ouvrages ont été tirés à environ 25000 exemplaires. Enfin l’édition de poche de l’Histoire des populations françaises (« Points Histoire », 1971), sans connaître le succès des autres ouvrages, n’en constitue pas moins un titre bien diffusé, avec près de 50000 exemplaires imprimés en 1989, dix-huit ans après sa réédition.

22La parution de l’Homme devant la mort, dont le succès a été largement préparé par les Essais sur l’histoire de la mort en Occident, achève d’asseoir la légitimité intellectuelle de Philippe Ariès et de son œuvre, couronnement d’un processus entamé six ans plus tôt.

3) Une consécration tardive

3-1) L’élection à l’EHESS et les étapes d’une intégration réussie

  • 60 Cf. la lettre du Président de l’École des hautes études en sciences sociales François Furet à Mada (...)

23Le 24 juin 1978, Philippe Ariès est élu, à 64 ans, Directeur d’études cumulant par l’Assemblée des enseignants de l’École des hautes études en sciences sociales, avec 36 voix au premier tour de scrutin sur 45 votants60, fonction qu’il occupa jusqu’à sa retraite, en 1982. Cette consécration institutionnelle dans le saint des saints de la Nouvelle histoire est l’aboutissement d’un processus d’intégration parmi la communauté des historiens qui s’est accéléré, durant l’année 1977, avant même la parution de l’Homme devant la mort.

  • 61 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, Nouv (...)
  • 62 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 187.

24Dans son entretien de 1978 avec André Burguière, Philippe Ariès résume quelle fut pendant longtemps la nature de ses relations avec les historiens : « Ils étaient très gentils quand je les rencontrais dans des sociétés savantes ou dans le métro, mais ils ne se seraient jamais mouillés jusqu’à écrire un article sur un de mes livres. »61 Avec Michel Winock, deux ans plus tard, il dit avoir été « le premier surpris » le jour où François Furet, alors président de l’EHESS, le contacta pour entrer boulevard Raspail62. En dépit du succès de L’Homme devant la mort, Philippe Ariès se percevait comme un marginal au point d’envisager encore en 1975, sans grande conviction semble-t-il, une nouvelle candidature à l’Académie des sciences morales et politiques. Il n’attendait donc rien de l’université.

  • 63 Magazine Littéraire, no spécial « La nouvelle histoire », avril 1977, no 123.
  • 64 « Philippe Ariès », notice biographique, Magazine Littéraire, op. cit., p. 15.
  • 65 Jacques Le Goff, Pierre Nora (sous la dir.), Faire de l’histoire, Gallimard, 1974, coll. « Bibliot (...)

25Pourtant, en avril 1977, il participe à une table ronde organisée par le Magazine Littéraire sur « La Nouvelle histoire » avec Michel de Certeau, Georges Duby, Jacques Le Goff, Emmanuel Le Roy Ladurie, Pierre Nora et Paul Veyne63. Philippe Ariès est présenté comme un « historien des mentalités depuis plus de trente ans »64. Pour la première fois, il est habilité à réfléchir avec les papes de la Nouvelle histoire. Quelques années plus tôt, Philippe Ariès ne figurait pas parmi les auteurs de l’ouvrage collectif Faire de l’histoire65, publié dans la collection « Bibliothèque des histoires » de Pierre Nora chez Gallimard.

  • 66 Cf. François Furet, « Note sur Philippe Ariès », 23 novembre 1977 (Archives EHESS)
  • 67 Cf. la lettre de Philippe Ariès au Président de l’École pratique des Hautes études, François Furet (...)
  • 68 André Burguière, « La singulière histoire de Philippe Ariès », op. cit., pp. 80-102 soit environ s (...)
  • 69 Ibid., p. 80.
  • 70 François Furet, « Note sur Philippe Ariès », op. cit.
  • 71 Hervé Coutau-Bégarie, Le phénomène « Nouvelle histoire »…, op. cit. 1983, p. 306.
  • 72 Rémy Rieffel, « Les historiens, l’édition et les médias », dans François Bédarida, op. cit., p. 65
  • 73 Jacques Le Goff (dir.), La Nouvelle Histoire, Bruxelles, Ed. Complexes, 1988 (1re édition, Retz, 1 (...)
  • 74 Jacques Le Goff, « Une science en marche, une science dans l’enfance », dans Jacques Le Goff, La N (...)
  • 75 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans Jacques Le Goff, op. cit., pp. 167-190.
  • 76 Cf. Philippe Ariès, « La contraception autrefois », L’Histoire, no 1, mais 1978, pp. 36-44.

26Le deuxième acte décisif de son intégration est la publication de l’Homme devant la mort. C’est en effet dans la foulée de celle-ci, en novembre 1977, que François Furet propose à Philippe Ariès un poste de directeur d’études cumulant, à l’EHESS, sur le poste de Jean Delumeau qui a pris une année de congés sans indemnité pour l’année universitaire 1977-1978. Dans sa proposition de nomination, François Furet insiste sur le caractère très fécond des recherches de Philippe Ariès sur la mort66. Le troisième acte, un mois avant que Philippe Ariès ne pose sa candidature le 21 mars 197867, est l’entretien avec André Burguière intitulé « La singulière histoire de Philippe Ariès » dans le Nouvel Observateur68 qui a largement ouvert ses colonnes aux nouveaux historiens. André Burguière, lié aux Annales et à l’EHESS, a travaillé, dans la voie ouverte par l’Enfant et la Vie familiale, se consacrant aux cultures familiales. Sa collaboration au Nouvel Observateur illustre cette période de médiatisation des historiens. La présentation de Philippe Ariès par l’hebdomadaire est intéressante, dans sa façon de résumer son singulier itinéraire : « Homme de droite mais reconnu par les historiens de gauche comme l’un des meilleurs d’entre eux… »69. Le nouveau statut de Philippe Ariès est bâti sur l’idée du « paradoxe », qui était d’ailleurs déjà celle de François Furet, dans sa note sur Philippe Ariès qui « offre l’exemple paradoxal d’un homme qui est un des plus grands historiens français sans avoir jamais appartenu à l’Université »70. La notice de présentation se poursuit sur le registre des oppositions. Ancien de l’Action française, Philippe Ariès a refusé la voie de l’histoire traditionnelle. À l’écart des chapelles, il est un des esprits les plus brillants de l’époque. Le Nouvel Observateur insiste sur le caractère insolite d’une rencontre : « Après la parution de son dernier ouvrage, « L’Homme devant la mort », il a, pour la première fois, accepté de parler de sa passion pour l’histoire, de la mort, de la gauche, de la droite et de lui-même avec un historien de l’école des Annales, notre ami André Burguière. » Étonnante assertion, puisque Philippe Ariès, convaincu depuis 1945 que ses réflexions sont inspirées par ses expériences personnelles et vécues, s’était longuement étendu sur sa conception de l’histoire dès 1954. L’intégration de Philippe Ariès à la communauté des nouveaux historiens fonctionne comme une entreprise de « récupération », à laquelle il adhère totalement. Hervé Coutau-Bégarie, qui analyse « le phénomène de la Nouvelle Histoire » en terme de stratégie, estime que la faculté de « récupération » d’historiens consentants ou non d’ailleurs est un atout fondamental de ce courant historique71. L’entretien du Nouvel Observateur fonctionne comme une instance de légitimation, l’hebdomadaire contribuant à propulser les nouveaux historiens « dans la spirale de la notoriété grâce à son réseau d’auto célébration particulièrement efficace »72. L’année 1978 est aussi celle de la contribution de Philippe Ariès à cet état des lieux du courant des « Annales » qu’est La Nouvelle Histoire73, coordonnée par Jacques Le Goff qui, cette fois, dans sa présentation, évoque « le grand pionnier du genre, Philippe Ariès »74 pour l’histoire des mentalités. Aux côtés de Jacques Le Goff, Michel Vovelle, Krzyztof Pomian, André Burguière, Jean-Marie Pesez, Jean Lacouture, Guy Bois, Jean-Claude Schmitt et Evelyne Patlagean, Philippe Ariès est l’auteur du chapitre sur « L’histoire des mentalités »75. Cette contribution peut-être considérée comme un critère d’appartenance de Philippe Ariès à une communauté professionnelle d’historiens dont il va partager la vie sociale. Ainsi est-il associé au lancement du premier numéro de la revue L’Histoire, le 1er mai 197876, qui illustre cette période de médiatisation de l’histoire. Si ce mensuel de vulgarisation, qui vend 80 000 exemplaires environ, n’est pas une caisse de résonance du courant des Annales, il lui donna toutefois au début quelques sérieux gages.

  • 77 Pierre Nora, « Rapport sur la candidature de Philippe Ariès à un poste de directeur d’études cumul (...)
  • 78 Cf. la lettre de Pierre Nora à Philippe Ariès le 20 avril 1971 (APA).
  • 79 Pierre Nora « Rapport sur la candidature de P. Ariès… », op. cit.. D’après Pierre Vidal-Naquet, al (...)
  • 80 Pierre Nora « Rapport sur la candidature de P. Ariès… », op. cit.

27À ce stade de l’année 1978, Philippe Ariès, qui occupe un poste de directeur d’études cumulant suppléant, formalise sa candidature à un poste de titulaire. Il s’agit donc d’une candidature pressentie, organisée par François Furet qui en fut l’un des principaux artisans. Ce qui ressort de la préparation de cette élection est la nécessité de rattraper le temps perdu. Car finalement on ne peut pas ne pas se poser la question : pourquoi avoir tant attendu pour ouvrir les portes de l’EHESS à Philippe Ariès ? Dans la conclusion de son rapport sur la candidature de Philippe Ariès, Pierre Nora conclut « mieux vaut tard que jamais »77. C’est la raison pour laquelle, comme l’écrit le rapporteur qui eut l’occasion de rencontrer Philippe Ariès par l’intermédiaire de Raoul Girardet au tout début des années soixante-dix78, cette candidature ne se « présente donc pas comme une promesse, mais comme une consécration »79 pour un historien dont les deux derniers ouvrages « ont récemment fait franchir […], au-delà du cercle des historiens, le seuil de la notoriété publique »80. Philippe Ariès a paradoxalement conquis sa légitimité intellectuelle grâce aux succès rencontrés par ses livres. Cette quête de légitimité a donc été un passage en force.

3-2) L’effet « Historien du dimanche » : un historien médiatique

  • 81 Quatrième de couverture, dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit.
  • 82 Ibid.
  • 83 Publicité, Le Monde, 14 mai 1989.
  • 84 Michel Winock, « Préface », Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 10.
  • 85 Auguste Rivet, « Le studieux dimanche d’un historien qui se croit réactionnaire : Philippe Ariès » (...)

28Dans la foulée de son élection à l’EHESS, Philippe Ariès s’attèle, avec son éditeur Michel Winock, à un « livre-entretien », Un historien du dimanche, qui rencontra un grand succès en 1980. Comme le fait remarquer Emmanuel Todd dans le Monde, Philippe Ariès, en raison de sa trajectoire politique de l’Action française à la Nouvelle histoire, est un sujet de curiosité. Dans l’esprit de l’entretien du Nouvel Observateur, le Seuil mit l’accent sur les paradoxes de l’historien : « Philippe Ariès a été en délicatesse avec les RR RP jésuites, un jury d’agrégation, le général de Gaulle, les curés de gauche, l’histoire événementielle, un monstre froid nommé l’État, l’administration, l’Université, le bacille de Koch, le national-progressisme de la droite au pouvoir, les enfants de Marx et de Coca-Cola. En revanche, il cousine ou conspire avec les Pieds-Noirs, les Algériens de Maisons-Laffite, les gauchistes, les maurrassiens hétérodoxes, la liturgie latine, l’histoire sociale selon les Annales, l’ancienne France, les Québécois, la sociabilité méditerranéenne, le vin blanc de Californie, Michel Foucault, Ivan Illich, la Maison de France… »81. Des engagements ou des thèmes essentiels de son itinéraire intellectuel sont émaillés d’anecdotes plus ou moins secondaires, dans le livre. Ce rapide portrait, dressé dans la quatrième de couverture, fait l’éloge d’une personnalité peu commune qui « avoue ses contradictions avec une franche joie de vivre et un goût prononcé pour l’amitié »82. La publicité que le Seuil fait passer dans le Monde, le 14 mai 1980, loue le caractère chaleureux de Philippe Ariès qui a su provoquer « la rencontre inattendue de la « nouvelle histoire » et de l’Ancienne France »83. Dans sa préface Michel Winock met en avant cette appartenance à deux champs idéologiques opposés : « Lui qui venait de l’Action française » et qui se disait avec autant d’ironie que d’ostentation « réactionnaire », n’en sympathisait pas moins avec le choeur des soixante-huitards, s’émerveillant de surprendre dans la bouche des gauchistes des idées de sa jeunesse, qu’il croyait résolument traditionalistes. »84 La presse est enthousiaste, tout étonnée que cet historien si éclectique persiste à revendiquer une appartenance à la droite traditionaliste : « Le studieux dimanche d’un historien qui se croit réactionnaire : Philippe Ariès »85.

  • 86 Robert Bonnaud, « Les dessous de Clio », Quinzaine Littéraire, 1-15 octobre 1980, p. 26.
  • 87 Ibid.

29Son itinéraire heurte quand même certains journalistes. Robert Bonnaud, dans la Quinzaine littéraire, écrit qu’il ne savait pas que l’historien avait été associé au destin de l’extrême droite française pendant plusieurs décennies : « Quarante ans de « pratique sociale » particulièrement rétrograde, quarante ans d’engagement politique outrancier, du repêchage des collabos à la farouche défense de l’Algérie française. »86 Mais dans le même temps, et c’est en cela que la promotion de l’ouvrage par le Seuil fonctionne parfaitement, Robert Bonnaud mesure l’autre versant, celui de l’historien avant-gardiste : « Ce dédoublement permet d’admirer l’auteur envers et contre tout. »87

  • 88 Cf. Dominique Poulot, « Les Mémoires d’un jeune homme rangé », Espaces Temps, no 16, 1980, p. 10.
  • 89 Ibid., p. 16.
  • 90 Ibid.

30Seule la revue Espaces Temps propose une analyse substantielle dans la continuité du Temps de l’histoire (1954). Dans cette revue d’histoire sociale, fondée à la fin des années soixante-dix et animé, entre autres, par l’historien François Dosse, Dominique Poulot voit dans Un Historien du dimanche, une passionnante ethnologie des petits groupes d’intellectuels maurrassiens des années 30 et de leur devenir : « Philippe Ariès exhume la mémoire politique et religieuse d’une famille de pensée en voie d’extinction, celle des traditionalistes de la droite française, exclue de la vie publique depuis 1945, exclue des médias, privée de tout moyen d’expression, repliée sur des souvenirs oubliés de tous les autres groupes sociaux. »88 L’auteur de l’article voit dans ces entretiens une réflexion sur la notion de continuité et sur les motivations profondes d’un historien qui a refusé « de se mouler dans une historiographie universitaire républicaine et laïque »89. Dominique Poulot n’hésite pas à voir dans Un Historien du dimanche un « grand livre manqué », sombrant souvent dans l’anecdote au lieu d’approfondir la réflexion amorcée, en 1954, dans le Temps de l’Histoire, quand il cherchait à inscrire sa démarche entre le souvenir d’une histoire particulière, le rapport à la modernité et le choix d’une historiographie90.

  • 91 Cf. Patrick Buisson, « Le Réactionnaire en révolution », Minute, s. d., 1980 ; François Léger, « L (...)
  • 92 Patrick Buisson, « Le Réactionnaire en révolution », Minute, op. cit.
  • 93 Ibid.
  • 94 André Burguière, « La monarchie selon Ariès », Le Nouvel Observateur, 5 juillet 1980.

31Paradoxalement, c’est une revue nettement ancrée à gauche qui souligne la valeur de témoignage d’Un Historien du dimanche, comme révélateur d’une culture politique traditionaliste. Cette dimension n’échappe pas totalement à la presse d’extrême droite qui, tout en félicitant Philippe Ariès pour ses fidélités essentielles91, notamment à la personne de Charles Maurras, émet quelques réserves sur l’autre versant du livre : « Comment le suivre en revanche, écrit Patrick Buisson dans Minute, lorsqu’il affirme que c’est à l’extrême gauche que la nostalgie du passé a refait surface ? »92. Ce qui frappe, à la lecture de l’ensemble des critiques, est que tout le monde peut trouver dans Un Historien du dimanche son compte. Aussi bien Patrick Buisson qui se plaît à souligner l’appartenance de Philippe Ariès « à cette chouannerie intellectuelle de la droite que constituèrent jusque dans l’aventure de la « Nation française » Léger, Girardet et Boutang »93 qu’André Burguière, dans le Nouvel Observateur, qui met en avant sa découverte, sous Vichy, de Marc Bloch et Lucien Febvre quand ses amis se lançaient dans l’aventure pétainiste94.

  • 95 Ibid.
  • 96 Michel Winock dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 209.
  • 97 Lettre d’Yves Castan à Philippe Ariès le 1er juin 1980 (APA).

32Cela dit, cet « historien du dimanche » qui, tout juste élu à l’EHESS, se construit en opposition à l’université et à toutes les formes d’institution en général, inquiète aussi. L’historien André Burguière, qui lui doit beaucoup et qui le connaît bien, croit déceler chez Philippe Ariès un décalage entre l’idéologue et l’historien et s’interroge : « Que lui reste-t-il, dès lors, pour garder sa fidélité aux valeurs de la tradition ? »95. Cette interrogation parcourt la postface de l’ouvrage quand Michel Winock fait part à Philippe Ariès de son incompréhension : « Tout de même, ce qui fait le fond de la pensée de Maurras me paraît totalement contradictoire avec une pensée comme celle de Foucault ou la vôtre. »96 Cette interrogation de Michel Winock, qui est aussi dans une large mesure celle de la presse, illustre d’une certaine façon l’ambiguïté d’Un Historien du dimanche qui, dans la logique éditoriale du Seuil, couronne l’œuvre d’un « des historiens les plus en vue », tout en exhumant la mémoire d’une droite traditionaliste revendiquée par son auteur. Cette ambiguïté annonce les malentendus du Présent Quotidien 1955-1966 (1997), quand la lecture des articles de la Nation française donnera davantage de consistance historique à un discours Algérie française que le récit d’Un Historien du dimanche ne dégageait pas avec autant de force. Entre ce conteur né qu’est Philippe Ariès, dans ses entretiens avec Michel Winock, et le militant de l’hebdomadaire dirigé par Pierre Boutang, apparaît un décalage important. À la différence des réactions de la presse, les lecteurs à qui Philippe Ariès a envoyé son ouvrage sont souvent frappés par ce témoignage de fidélité à un héritage familial qui n’exclut pas l’indépendance d’esprit. Yves Castan résume très bien cette idée : « Vous avez vécu dans une liberté obstinée dont votre interlocuteur s’étonne qu’elle ait pu s’insérer dans une fidélité. »97

33Mais au bout du compte, Un Historien du dimanche contribue, dans la foulée de l’élection de Philippe Ariès à l’EHESS, à camper sa figure de nouvel historien.

Notes

1 Cf. Christophe Charle, « Etre historien en France : une nouvelle profession ? », dans François Bédarida (sous la dir.), L’histoire et le métier d’historien en France, 1945-1995, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 1995, p. 35.

2 Michel Winock, « Préface », dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Le Seuil, 1980, p. 9.

3 Cf. Michel Winock, « Fiche de promotion », 2 février 1971, dossier auteur « Histoire des populations françaises » (Archives du Seuil).

4 Ibid.

5 Cf. « Rempli », informations pour la quatrième de couverture, dossier « Histoire des populations françaises… », op. cit.

6 Hervé Coutau-Bégarie, Le phénomène « nouvelle histoire », Économica, 1983, p. 144. L’une des rares synthèses critiques sur la « nouvelle histoire ».

7 Cf. Michel Winock, « Fiche de promotion », dossier auteur « L’Enfant et la Vie familiale » (Archives du Seuil).

8 Cf. les lettres d’André Burguière du 19 avril 1971, de Jean-Louis Flandrin du 23 mai 1971, d’Emmanuel Le Roy Ladurie du 14 avril 1971, de Pierre Nora du 20 avril 1971 et de François Furet, s. d. (APA).

9 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 28 avril 1971 (APA).

10 Cf. la carte de remerciement, s. d. (APA).

11 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 20 avril 1971 (APA).

12 Cf. la lettre à Philippe Ariès du 14 novembre 1973 (APA).

13 Michel Winock, « Fiche de promotion », dossier auteur « L’Enfant et la Vie familiale » (Archives du Seuil).

14 Claude Mettra, « L’Invention de l’enfance », dans le cadre d’un dossier « Questions à l’enfance », Les Nouvelles Littéraires, 24 décembre 1973, p. 11.

15 Ibid.

16 Cf. Gilles Anquetil, « Le Mythe de l’enfance », Les Nouvelles littéraires, 24 décembre 1973.

17 Roger Gentis, « L’enfant et la Vie familiale… », Vers l’Éducation nouvelle, juilletaoût 1974, p. 62.

18 Cf. Nicole Muchnick, « Dossier sexe. Un homme et une femme… », Le Sauvage, printemps 1975. L’article, qui remet en cause le principe du couple au nom de la liberté sexuelle évoque en note le passage de l’Enfant et la Vie familiale où est citée la période du Moyen-Age quand l’enfant, au contact de l’adulte, assistait à sa vie sexuelle (p. 23).

19 Lettre de Paul Veyne à Philippe Ariès du 16 décembre 1973 (APA).

20 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 184.

21 Philippe Ariès, « Confessions d’un anarchiste de droite », Contrepoint, 1975, p. 96. Dans cet article, Philippe Ariès a intégré des extraits de Lettres à une étudiante (Le Seuil, 1974) du sociologue de gauche André Touraine décrivant une « société industrielle » qui s’effondre.

22 Philippe Ariès, « Confessions… », op. cit., p. 97.

23 Ibid., p. 98.

24 Cf. Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., pp. 206-207.

25 Ibid., p. 206. Philippe Ariès finit, à la fin des années soixante-dix, par donner un article à la revue tant honnie : Philippe Ariès, « La famille et la ville », Esprit, janvier 1978, pp. 3-12.

26 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 207.

27 Cf. Arlette Farge et Michel Foucault, « Le style de l’histoire », entretien avec François Dumont et Jean-Paul Iommi-Amunatégui, Le Matin de Paris, 21 février 1984, p. 20.

28 Cf. Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Le Seuil, 1997, pp. 586-587.

29 Cf. pour l’année 1974 « Actualités de l’histoire », une émission de Georgette Elgey et Henri Burgelin, samedi 21 septembre 1974, 18H45 pour l’Enfant et la Vie familiale avec Guy Richard, Noblesse d’affaires au XVIIIe siècle ; « Aujourd’hui madame », magazine d’Armand Jammot sur le thème « Histoire de l’enfant », 9 juin 1974, 14h35.

30 Cf. « Les techniques de la mort », Philippe Ariès, Histoire des populations françaises… », Self, 1948, pp. 522-546.

31 Cf. Philippe Ariès, « Projet d’enseignement » (Archives EHESS).

32 Cf. Pierre Chaunu, « Quelques Questions sur la mort et l’histoire », Anthinéa, no 8, août-septembre 1975 ; voir aussi Pierre Chaunu, « Éloge de la mort », Nouvelles Littéraires, 15 avril 1976, p. 15 ; Pierre Chaunu, « Aujourd’hui la mort », Le Figaro, 21-22 janvier 1978.

33 Cf. la lettre de Pierre Chaunu à Philippe Ariès, 19 octobre 1974 (APA) où il écrit que cet essai l’a « nourri jusqu’à la moelle ».

34 Pierre Chaunu, « Sur le chemin de Philippe Ariès, historien de la mort », H.E.S., 1984, no 4, p. 655.

35 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 166.

36 Ibid.

37 Ibid.., p. 167.

38 Cf. Philippe Ariès, « La Mort inversée », dans Archives européennes de sociologie, VIII, 2, 1967, pp. 169-195.

39 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, op. cit., p. 68.

40 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 546.

41 Philippe Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident, op. cit., p. 81

42 Voir par exemple, François Bluche, « La mort, cette amitié perdue… », Tant qu’il fait jour, no 164, avril 1976 ; Antoine Griset, « La mort vous fait signe », Magazine Littéraire, janvier 1976 ; Jean-Pierre Manigne, « Le retour de la mort », Informations catholiques internationales, 15 avril 1976.

43 Jean-Marie Domenach, « L’Energie du deuil », Esprit, mars 1976, p. 421.

44 Cf. André Dumas, « Le retour de la mort », Esprit, op. cit., pp. 501-515.

45 Cf. Jean Le Marchand, « De la mort familière à la mort maudite », Quotidien du Médecin, 29 novembre 1975.

46 Voir par exemple, Pierre Mertens, « J. Ziégler, P. Ariès, O. Thibaut. Changer la mort », Le Soir (Bruxelles), 7 janvier 1976.

47 D. Lévy, « La musique seule peut parler de la mort », entretien avec Philippe Ariès, Le Concours Médical, 106-11, 17 mars 1984.

48 André Dumas, « Le retour de la mort », op. cit., p. 502.

49 Robert Tremblay, « De l’interdit du sexe à l’interdit de la mort », Le Jour (Montréal), 30 janvier 1976.

50 Philippe Ariès, « La mort inversée », dans Essais sur l’Histoire…, op. cit., p. 179.

51 Cf. D. Lévy, « La musique seule peut parler de la mort », Le Concours Médical, op. cit..

52 Max Gallo, « La mort masquée », L’Express, 5-11 décembre 1977, pp. 88-90.

53 Michel Foucault, « Une érudition étourdissante », Le Matin de Paris, 20 janvier 1970, p. 25. Article repris dans La Republica, 2 février 1978.

54 Cf. Pierre Chaunu, « Aujourd’hui la mort », Le Figaro, 21-22 janvier 1978.

55 Pierre Boncenne, Lire, mars 1978, pp. 95-99.

56 Cf. Elle, avril 1978. Voir aussi « Philippe Ariès : le triomphe de la nostalgie », Elle, janvier 1978, pp. 35-36.

57 Cf. « Les Grands Prix nationaux des arts et des lettres », Le Monde, 14 décembre 1978.

58 Ces chiffres donnent un aperçu de la progression des tirages jusqu’à la fin des années 90, donc bien après la mort de Philippe Ariès (dossiers auteurs des Archives du Seuil).

59 Philippe Ariès, L’Homme devant la mort, rééd. en 2 vol., coll. « Points Histoire », t. 1 Le Temps des gisants, H82, t. 2, La Mort ensauvagée, H83, Le Seuil, 1985.

60 Cf. la lettre du Président de l’École des hautes études en sciences sociales François Furet à Madame le Ministre des Universités le 27 juin 1978 (Archives EHESS).

61 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, Nouvel Observateur, 20 février 1978, p. 80.

62 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 187.

63 Magazine Littéraire, no spécial « La nouvelle histoire », avril 1977, no 123.

64 « Philippe Ariès », notice biographique, Magazine Littéraire, op. cit., p. 15.

65 Jacques Le Goff, Pierre Nora (sous la dir.), Faire de l’histoire, Gallimard, 1974, coll. « Bibliothèque des histoires ».

66 Cf. François Furet, « Note sur Philippe Ariès », 23 novembre 1977 (Archives EHESS)

67 Cf. la lettre de Philippe Ariès au Président de l’École pratique des Hautes études, François Furet le 21 mars 1978 (Archives EHESS).

68 André Burguière, « La singulière histoire de Philippe Ariès », op. cit., pp. 80-102 soit environ six pages hors publicité.

69 Ibid., p. 80.

70 François Furet, « Note sur Philippe Ariès », op. cit.

71 Hervé Coutau-Bégarie, Le phénomène « Nouvelle histoire »…, op. cit. 1983, p. 306.

72 Rémy Rieffel, « Les historiens, l’édition et les médias », dans François Bédarida, op. cit., p. 65.

73 Jacques Le Goff (dir.), La Nouvelle Histoire, Bruxelles, Ed. Complexes, 1988 (1re édition, Retz, 1978).

74 Jacques Le Goff, « Une science en marche, une science dans l’enfance », dans Jacques Le Goff, La Nouvelle Histoire, Bruxelles, Ed. Complexes, 1988, (1re éd., Retz, 1978), p. 29.

75 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans Jacques Le Goff, op. cit., pp. 167-190.

76 Cf. Philippe Ariès, « La contraception autrefois », L’Histoire, no 1, mais 1978, pp. 36-44.

77 Pierre Nora, « Rapport sur la candidature de Philippe Ariès à un poste de directeur d’études cumulant » (Archives EHESS).

78 Cf. la lettre de Pierre Nora à Philippe Ariès le 20 avril 1971 (APA).

79 Pierre Nora « Rapport sur la candidature de P. Ariès… », op. cit.. D’après Pierre Vidal-Naquet, alors membre du Conseil scientifique de l’École, sur les onze membres de la commission électorale, étape préliminaire avant le vote de l’assemblée des enseignants, Philippe Ariès a obtenu la totalité des voix, ce qui est rarissime (Entretien avec Pierre Vidal-Naquet le 25 octobre 2000).

80 Pierre Nora « Rapport sur la candidature de P. Ariès… », op. cit.

81 Quatrième de couverture, dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit.

82 Ibid.

83 Publicité, Le Monde, 14 mai 1989.

84 Michel Winock, « Préface », Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 10.

85 Auguste Rivet, « Le studieux dimanche d’un historien qui se croit réactionnaire : Philippe Ariès », L’Éveil de la Haute Loire, 12 juin 1980.

86 Robert Bonnaud, « Les dessous de Clio », Quinzaine Littéraire, 1-15 octobre 1980, p. 26.

87 Ibid.

88 Cf. Dominique Poulot, « Les Mémoires d’un jeune homme rangé », Espaces Temps, no 16, 1980, p. 10.

89 Ibid., p. 16.

90 Ibid.

91 Cf. Patrick Buisson, « Le Réactionnaire en révolution », Minute, s. d., 1980 ; François Léger, « Les Fidélités de Philippe Ariès », Aspects de la France, 2 octobre 1980 ; Jacques Urvoy, « Maurras le père et l’oncle Ariès », Écrits de Paris, juillet-août 1980.

92 Patrick Buisson, « Le Réactionnaire en révolution », Minute, op. cit.

93 Ibid.

94 André Burguière, « La monarchie selon Ariès », Le Nouvel Observateur, 5 juillet 1980.

95 Ibid.

96 Michel Winock dans Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 209.

97 Lettre d’Yves Castan à Philippe Ariès le 1er juin 1980 (APA).

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540