Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippe Ariès (1914-1984)

 | 
Guillaume Gros

Troisième partie : Renouer avec le temps de l'histoire à l'écart des événements politiques (1946-1955)

Chapitre VII : L’histoire des populations françaises

Texte intégral

1) L’influence du courant populationniste

  • 1 Lettre de Philippe Ariès à Philippe Brissaud du 11 février 1946 (AP F. Brissaud).
  • 2 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980, p. 89.

1Parue en 1948, l’Histoire des Populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle trouve son origine dans le contexte de l’Occupation. Commencé début 1943, l’ouvrage est pratiquement rédigé début 19461. La démographie fut, pour Philippe Ariès, un « coup de foudre » : « La population était comme la région, un thème à la mode. Nous arrivions au creux d’une période séculaire de dénatalité que la révolution nationale rendait en partie responsable de la défaite. »2 Philippe Ariès est, sous Vichy, avec son poste de formateur dans les Centres de Jeunesse, au cœur des débats liés à la question de la démographie.

  • 3 Claire Andrieu, « Démographie, famille, jeunesse », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida, L (...)
  • 4 Cf. Philippe Ariès, « Avertissement pour l’édition de 1979 », Histoire des Populations françaises,(...)

2Durant l’entre-deux-guerres, s’est développé un mouvement populationniste qui partait d’un constat précis, auquel la défaite de 1940 allait donner une toute autre ampleur : « […] depuis 1935, la baisse de la natalité combinée avec l’arrivée à l’âge de la reproduction des classes creuses de la guerre de 1914 entraînait un excédent des décès sur les naissances. »3 Ce constat pessimiste était notamment véhiculé par l’Alliance nationale contre la dépopulation, particulièrement active pendant l’Occupation, sous la houlette de son vice-président Adolphe Landry (1874-1956). Philippe Ariès évoque, à plusieurs reprises, sa dette envers celui-ci, à l’origine selon lui de la prise de conscience de ce qu’on appelle la révolution démographique4.

  • 5 Daniel Halévy, Trois Epreuves 1814, 1871, 1940, Plon, 1941, p. 166.

3Dès juin 1940, le Maréchal Pétain avait assigné à la dénatalité une lourde responsabilité dans la situation du pays. Les penseurs conservateurs ou d’inspiration traditionaliste ne tardent pas à donner corps à une interprétation de la Défaite, qui consacrerait le triomphe de l’individualisme issu des Lumières, au détriment de la famille ou de la communauté. Daniel Halévy, dont Philippe Ariès est alors un fervent lecteur, dans son ouvrage Trois épreuves 1814, 1871, 1940 (Plon, 1941), évoque les conséquences de ce qu’il nomme le « délabrement de la population française, anémiée par l’alcoolisme, affaiblie par la dénatalité, désaccordée par l’afflux des allogènes qu’attirent en France ses vides intérieurs »5.

  • 6 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 79.
  • 7 Ibid., p. 90.

4À l’école des Cadres de la Chapelle-en-Serval, Philippe Ariès avait fréquenté son iconoclaste directeur Jacques Bousquet : « C’est lui qui m’a suggéré à sa manière les incidences culturelles de la démographie : il croyait que la baisse des naissances, en France, signifiait une démission de la race. Il voulait retrouver et restaurer les forces élémentaires, primitives, proches de l’espèce, refoulées par la démocratie libérale […] »6. Philippe Ariès reconnaît que sa curiosité sur le sujet des mentalités, au-delà de la démographie, a été éveillée à la Chapelle-en-Serval, lors de la fréquentation de ses jeunes élèves, enfants des banlieues ouvrières de Paris qui, selon lui, ne savaient plus rien de leurs grands-parents, ni de leurs origines : « Dans les milieux que je fréquentais, j’entendis des histoires d’avortement, de faiseuses d’anges, de curetages à grand frais dans des cliniques privées par crainte de représailles douloureuses dans les hôpitaux publics. Je pressentais aussi, dans l’ombre et le silence des vies de chaque jour, des déterminations silencieuses, des interdits, des motivations restées hors de l’histoire. »7

  • 8 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans Jacques Le Goff, La Nouvelle Histoire, Edition (...)

5Mais avant de s’intéresser aux attitudes devant la vie, Philippe Ariès est parti, on l’a dit, des chiffres, attiré qu’il était par la démographie : « […] j’étais frappé par la situation démographique de la France du premier XXe siècle et par ses différences avec celle de la France d’Ancien Régime »8. Dans un pays où la démographie est à l’état embryonnaire, plus ou moins instrumentalisée par l’Etat français, et souvent le fait de francs-tireurs, officiant dans le cadre de la Fondation pour l’étude des problèmes humains, Philippe Ariès choisit cette voie.

  • 9 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 89.
  • 10 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 197.

6Travailler sur la démographie en 1943 n’est pas anodin. Ce choix reflète bien l’état d’esprit d’un Philippe Ariès, qui est loin d’être insensible à toute la thématique du régime — qui préexistait avant Vichy — concernant la dénatalité, considérée par son ami Jacques Bousquet comme « le signe clinique d’un épuisement biologique »9. Imprégnée de cette approche, jusque dans le choix du vocabulaire, son Histoire des populations françaises, qui instruit le procès du monde moderne où la raison triomphe sur l’instinct, n’hésite pas à désigner les villes, « les grandes villes, Paris, surtout, comme les « tombeaux de la race » »10.

2) La critique de la civilisation de la technique : le triomphe de la raison sur l’instinct

  • 11 Cf. son « Projet d’enseignement », (s. d.), dans le dossier de candidature de Philippe Ariès à l’E (...)

7L’Histoire des populations françaises est un ouvrage essentiel dans l’œuvre de Philippe Ariès. D’une part, parce qu’il y exprime sa vision du monde, laquelle puise aux sources de la nostalgie, opposant en permanence un passé fondé sur la vie en communauté, où les relations sociales sont harmonieuses, à une modernité qui voit le triomphe d’un individu calculateur et rationaliste, détaché de ses racines et soumis à un État tout puissant. Ce que l’auteur résume par la substitution d’une civilisation de l’instinct à une civilisation de la technique. D’autre part, tous les grands thèmes développés plus tard par Philippe Ariès sont présents dans cet ouvrage, à savoir les attitudes devant la vie (enfance, contraception), devant la mort (médecine), devant la ville (relations villes-campagnes, exode rural)11. Ses deux grands livres de la maturité, L’enfant et la Vie familiale sous l’Ancien Régime (1960) et L’homme devant la mort (1977) sortent donc directement de l’Histoire des Populations françaises. Œuvre d’historien assurément, l’Histoire des populations françaises propose aussi une vision du monde cohérente, qui en fait plus qu’un simple livre d’histoire, presque une œuvre d’écrivain moraliste ou de philosophe.

  • 12 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 15.

8Si Philippe Ariès étudie les variations de la natalité, de la longévité, de la répartition des densités, des mouvements de population dans le temps, c’est pour arriver à saisir l’idée que l’homme se fait de lui-même, c’est-à-dire, « des manifestations dénombrables des changements plus profonds et plus secrets de la mentalité humaine »12. Son livre est d’abord constitué de monographies régionales à la manière d’un « catalogue de cas concrets et complexes ». Dans ces études de cas, Philippe Ariès dresse le bilan des ravages causés par la modernité, qui tend à se confondre avec le développement du malthusianisme et de l’exode rural. Ainsi des pays d’Aquitaine dont la population très féconde au XVIIIe siècle est devenue quasi stérile au XXe siècle.

  • 13 Ibid., p 19.
  • 14 Alain-Gérard Slama, Les Chasseurs d’absolu. Genèse de la gauche et de la droite, Paris, Seuil, 198 (...)
  • 15 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, Le N (...)

9Tous les pays ou toutes les régions ne se développent pas au même rythme. En Bretagne, le Breton de l’Intérieur est « resté l’homme d’un autre âge, réfractaire aux habitudes modernes. » « En lui survit l’héritage des temps reculés où l’homme n’avait pas encore repensé la nature, ni cherché à engager l’avenir suivant une méthode réfléchie et naturelle. »13 Le portrait de ce Breton anachronique a quelque chose d’idyllique, mais qui reste assez vague. L’évocation de sa situation, sur le mode de la nostalgie, dans laquelle baigne l’Histoire des populations françaises, fait penser à celle d’un Eden perdu : « Le millénarisme de droite projette son espérance dans l’autrefois et l’ailleurs par opposition au millénarisme de gauche, qui veut le paradis hic et nunc, en tout cas dans un avenir mesurable »14. Cette histoire fondée sur une démarche nostalgique, Philippe Ariès reconnaît lui-même qu’il a eu beaucoup de mal à s’en débarrasser, notamment de « […] l’idée que la « nostalgie » était un modèle, car c’est cela qui existait dans les milieux de droite »15.

  • 16 Ibid.
  • 17 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises,, op. cit., p. 268.

10Peut-on dater ce temps heureux d’harmonie sociale et de vitalité démographique ? Le siècle des Lumières reste la ligne de fracture : « J’adhère absolument à cette analyse qui montre dans les Lumières le début de l’autoritarisme moderne »16. Dans l’Histoire des populations françaises, Philippe Ariès instruit le procès de la raison et du modèle bourgeois d’essence autoritaire, procès qui débouche sur une critique de la démocratie. Selon lui, l’une des principales causes de la dénatalité réside dans la diffusion du modèle bourgeois chez les habitants des campagnes, et aussi chez ceux qui ont quitté le monde rural, le plus souvent pour devenir ouvriers : « Sous l’influence de ces courants nouveaux de la circulation universelle, issus des villes, le paysan propriétaire découvre sa propriété. Désormais, son petit lopin n’est plus un simple moyen d’exister, c’est quelque chose de plus : un instrument d’enrichissement et d’ascension sociale, qui devient bien vite un but en lui-même […] »17. Cette idée d’ascension sociale n’était pas jusqu’alors, selon Philippe Ariès, aussi répandue. Liée à la mentalité de propriétaire, elle permet d’expliquer la raison pour laquelle chute la natalité, en ce sens qu’il faut éviter de morceler la propriété, et que l’enfant doit pouvoir bénéficier d’une bonne éducation.

  • 18 Émile Guillaumin (1873-1951), fils de métayer bourbonnais, avait publié avant la Grande Guerre des (...)
  • 19 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 270.
  • 20 Ibid.

11L’interprétation de Philippe Ariès est ici très politique et rejoint le Daniel Halévy des fameuses Visites aux paysans du Centre (1935), qu’il cite à plusieurs reprises. À une question posée par Daniel Halévy à son ami paysan Émile Guillaumin18, sur la chute de la natalité dans son village, celui-ci répond qu’il ne croit plus à un sursaut possible, car désormais : « C’est la raison qui domine l’instinct »19. Tel pourrait être le sous-titre de l’ouvrage de Philippe Ariès qui, de cette phrase de Guillaumin n’hésite pas à tirer une conclusion politique : « C’est devenu un système de vie <l’auteur parle du malthusianisme>, qui va avec le radicalisme ou le socialisme modéré, l’anticléricalisme ; la réaction contre le monde de la croyance et de la discipline qui limite ou dévalue le calcul de l’avenir, les prévisions lointaines, âpres ou intéressées. »20

12Les similitudes dans la vision traditionaliste du monde rural entre Philippe Ariès et Daniel Halévy se poursuivent sur le chapitre de l’école analysée par l’historien comme le cheval de Troie de la diffusion du modèle bourgeois. Leur adhésion aux idées véhiculées par le Cercle Fustel de Coulanges politise cette vision, dirigée contre l’école de la République, forcément niveleuse et cherchant à nier les particularismes locaux.

  • 21 Ibid, p. 298.
  • 22 Ibid, p. 299.
  • 23 Philippe Ariès, « Du sérieux au frivole », dans Les Jeux à la Renaissance, Actes du 23e colloque i (...)

13La diffusion du modèle urbain — présenté comme une déculturation et un désastre — consacre une civilisation basée sur une forme intellectuelle de la connaissance livresque réduisant la culture paysanne à un folklore qui n’est le plus souvent qu’une naïve réplique des modes urbaines21 quand il aurait fallu développer un art non livresque. Et l’historien de plaider pour une authentique culture paysanne, qui eût recouru « à la danse, au chant, à la musique, et aussi, […] à l’histoire, aux sciences naturelles, à l’agronomie et à la géographie : tout ce qui plaît au goût des réunions communes, des échanges collectifs »22. Philippe Ariès eut toujours à cœur de valoriser la fonction ludique et frivole des sociétés anciennes. La civilisation raisonneuse, via l’école, contribua selon lui, à marginaliser les jeux et la fonction frivole, au détriment de la sociabilité : « Les anciennes communautés y recherchaient (dans la frivolité) au contraire les occasions d’y renforcer leurs solidarités, au moment où elles en avaient le plus besoin, par exemple au moment de la mort. »23

  • 24 Cf. « La mort d’une civilisation immémoriale », Revue française de l’Élite, mai 1949, no 19, pp. 6 (...)

14Avec l’élévation du niveau de vie dans les campagnes et l’exigence d’un accès à la culture, c’est toute une harmonie touchant aux racines d’une civilisation qui a été détruite. Cette approche des cultures paysannes traduit la fascination de Philippe Ariès pour l’imaginaire des cultures populaires ou les folklores. L’historien utilise l’approche du folklore24 dans le but précis de montrer les dégâts causés par la diffusion du modèle bourgeois, par l’intermédiaire de l’éducation. Toute son histoire familiale s’opposait à ce modèle universel.

  • 25 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p 302. Voir aussi Jean-José Marchan (...)
  • 26 Yves Déloye, Olivier Ihl, « Deux figures singulières de l’universel : la République et le sacré », (...)

15L’Histoire des populations françaises est donc l’histoire d’un déracinement qui voit avec la circulation d’idées nouvelles, véhiculées par une école républicaine conquérante, triompher une mentalité neuve qui privilégie le culte du malthusianisme et qui s’en remet à l’État, comme on s’en remettait jadis à la religion25. Par le biais de la recherche de la sécurité et de la retraite, cet abandon à l’État est, selon l’historien, le reflet d’une civilisation épuisée qui n’a plus confiance en elle-même et qui n’est plus capable de penser. À cet État tout puissant, il incombe désormais le soin de susciter et d’organiser de nouvelles formes de sociabilités. Cette mission est parfaitement assumée par la IIIe République — tant honnie pour toutes ces raisons par Philippe Ariès — qui, comme l’écrivent Yves Deloye et Olivier Ihl, dans La Démocratie en France, réaménage « en profondeur les réseaux d’allégeances communautaires au profit de la bureaucratie d’État et de sa citoyenneté […] »26.

  • 27 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 410.
  • 28 Ibid., p. 404.

16Le grand coupable de cette évolution est le modèle bourgeois qui, à l’ancienne civilisation de l’instinct qui n’intégrait pas la notion de prévoyance, oppose la « […] civilisation de l’objet qui triomphera avec la Révolution française »27. L’Histoire des populations françaises est donc l’histoire de la rupture d’un équilibre traditionnel par l’irruption de ce que Philippe Ariès appelle le mythe du Progrès. La « guerre moderne » de 1914-1918 achève l’émancipation — ou le déracinement — de l’individu par rapport à la collectivité. Cette émancipation se traduit par l’attention et le soin que l’homme accorde désormais à son corps, et aussi par le fait que la vie humaine « ne se distingue plus du vaste domaine des techniques ». « Elle n’est plus qu’un outillage, dans une nature rationalisée. »28

3) Le cheminement d’un livre original

3-1/Dans le sillage de l’INED

3-1.a/Le coup de pouce de Sauvy

  • 29 Ibid., p. 3.
  • 30 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, op. (...)

17Dans l’avertissement, pour l’édition de 1979, de l’Histoire des populations françaises, Philippe Ariès souligne le rôle pionnier de l’Institut national d’études démographiques (INED) en démographie historique et de la revue Population avant d’ajouter : « J’ai une dette particulière de gratitude à l’égard de son père fondateur qui a, pour ainsi dire, porté sur les fonts baptismaux ce livre d’un auteur sans pedigree : audaces Sauvy juvat. »29. Chaque fois qu’il revient sur ses débuts d’historien, Philippe Ariès rend un hommage appuyé au célèbre démographe : « Ceux qui m’ont encouragé et soutenu à mes débuts étaient presque tous étrangers au sérail des historiens. Des hommes comme Alfred Sauvy, Gabriel Marcel, et surtout Daniel Halévy. »30

  • 31 Louis Chevalier, Population, rubrique « bibliographie critique », octobre-décembre 1948, no 4, pp. (...)
  • 32 Lettre de Louis Chevalier à Philippe Ariès le 12 février 1949 (APA).
  • 33 Philippe Ariès, « Attitudes devant la vie et devant la mort du XVIIe au XIXe siècle. Quelques aspe (...)
  • 34 Alain Drouard, Une inconnue des Sciences Sociales. La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, Éditions (...)
  • 35 Ibid., p. 176.

18C’est Louis Chevalier qui avait recensé l’Histoire des Populations françaises dans Population31, qui fut chargé par Alfred Sauvy de réclamer un article à Philippe Ariès — qu’il côtoyait par ailleurs chez Daniel Halévy — pour la revue de l’Ined : « Les pages que vous consacrez à l’idée de la mort au cours des âges et à son influence dans la lutte contre la mort lui semblent particulièrement remarquables. »32 L’article, rédigé à partir des conclusions de son livre33, est précédé d’une présentation rapide d’Alfred Sauvy qui insiste sur l’approche originale du jeune historien qui s’est attaché au comportement de l’homme et aux facteurs psychologiques qui conditionnent son existence proposant « une explication pénétrante, en montrant que la lutte contre la vie (contraception) et la lutte contre la mort (médecine, hygiène) participaient toutes deux d’une attention nouvelle accordée à son corps par l’homme […] ». L’analyse d’Alfred Sauvy est très révélatrice des centres d’intérêt de l’Ined à ce moment-là, qui ne se bornent pas à l’étude des statistiques. Les chercheurs de l’Ined sous la houlette d’Alfred Sauvy assument parfaitement l’héritage scientifique de la Fondation Carrel : « L’INED et plus précisément le premier INED, celui d’Alfred Sauvy, fera siennes les orientations de la Fondation : absence de doctrine préétablie, démarche expérimentale, multidisciplinaire, production de connaissances et service du pays. »34. À l’instar du Service national des Statistiques, la Fondation Carrel, à cause précisément de l’intérêt de ses recherches démographiques, est perçue à la Libération comme une institution qu’il faut conserver35.

3-1.b/L’héritage de la Fondation Carrel

  • 36 Cf. Alfred Sauvy, De la rumeur à l’histoire, Paris, Dunod, 1985, pp. 199-223.
  • 37 Alain Drouard, Une inconnue des Sciences Sociales. La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, op. cit.,(...)
  • 38 Cité dans Alain Drouard, op. cit., p. 230.
  • 39 Cette information nous a été confirmée par Alain Drouard.
  • 40 Son directeur des études de population, Henri Bunle, qui avait épaulé Philippe Ariès dans sa décou (...)

19Polytechnicien, Alfred Sauvy (1898-1990) se spécialise dans le métier de statisticien et entre, en 1922, à la Statistique générale de la France où il est responsable du service économique. Après une expérience politique au cabinet de Paul Reynaud dans le gouvernement Daladier, où il contribue à donner leur autonomie aux allocations familiales et à instaurer le code de la famille qui favorisait les familles de trois enfants et plus dont la mère restait au foyer36, il officie sous Vichy comme directeur de l’Institut de Conjoncture qui travaillait en étroite liaison avec la Fondation Carrel37. Selon l’historien Alain Drouard, la position d’Alfred Sauvy, tout comme celle de la plupart des eugénistes et démographes français comme Lucien March, Charles Rivet ou Adolphe Landry – dont La Révolution démographique (1934) et Le Traité de Démographie (1945) sont des références pour Philippe Ariès -, est dans la lignée de l’eugénisme d’un Alexis Carrel qui est d’abord nataliste, plus proche de la conception américaine que française. Alfred Sauvy a été marqué par les orientations empiriques et expérimentales des travaux de la Fondation Carrel. Cet empirisme était visible dans le secteur de la démographie, très à l’honneur à la Fondation, sous la responsabilité du docteur Robert Gessain, qui définissait ainsi, le 6 mars 1942, la mission qui lui était confiée : « L’équipe « population » que l’on m’a demandé de former ici, a pour objet l’étude et l’inventaire de la population française au point de vue de la quantité et de la qualité. »38 Philippe Ariès, qui n’a pas appartenu à l’une des différentes équipes de la Fondation39, ne peut pas ne pas avoir été intéressé par l’activité et les travaux de la Fondation. Membre actif des écoles de cadres qui relayaient toutes les nouveautés du régime, notamment sur le chapitre de la démographie, intégré par son nouveau métier aux Comités d’organisation de Vichy et, en relation avec le Service national de la Statistique40 qui oeuvrait dans la même optique que la Fondation, Philippe Ariès qui était à l’affût de toutes les nouvelles formes de savoirs, a certainement suivi de près les recherches du département « population ». En outre, dans son Bulletin bibliographique mensuel du 1er janvier 1944, la Fondation pour l’étude des problèmes humains a recensé, dans la rubrique « Sociologie/Philosophie », son ouvrage sur les Traditions sociales dans les pays de France (1943). Les centres d’intérêt de la Fondation Carrel et ceux du jeune historien Philippe Ariès se recoupaient, comme le confirme le parrainage de l’Ined après la guerre.

3-1-c/Un début de légitimité scientifique

  • 41 Louis Chevalier, « Philippe Ariès, Histoire des populations françaises… », Population, op. cit.
  • 42 Voir aussi la réserve d’Hélène Bergues (sous la dir.), La Prévention des naissances dans la famill (...)
  • 43 Philippe Ariès, « Introduction », Histoire des populations françaises, op. cit., p. 13.

20Certes, nous pouvons relever quelques objections formulées par l’Ined à l’égard de l’ouvrage de Philippe Ariès. Dans une recension bibliographique, Louis Chevalier, s’exprimant au nom de l’institution, concède que « nous sommes loin de partager les conceptions de M. P. Ariès, concernant les méthodes d’études démographiques et d’approuver l’ensemble de ses conclusions ».41 Ces réserves portent sur le fait que l’étude de Philippe Ariès n’est pas exhaustive42 et qu’elle procède le plus souvent par sondages. Pour le jeune historien, la crainte de ne pas être complet, écrase l’effort d’intelligence et limite trop le champ historique, d’où sa préférence pour les sondages43. Ceci étant, l’approche psychologique, l’idée que désormais l’homme accorde plus d’importance à son corps, est un terrain d’entente qui participe bien de l’héritage eugénique de la Fondation. C’est dans ce sens que Philippe Ariès a orienté son propos pour la revue Population, autour du thème du développement de l’usage des techniques médicales dans la maîtrise du corps, sans instruire comme c’est le cas dans l’Histoire des populations françaises le procès d’une civilisation technicienne où la raison a définitivement triomphé de l’instinct. On peut penser que ce procès faisait partie des conclusions que n’approuvaient pas les chercheurs de l’Ined, une institution, rappelons-le, au service de l’Etat. Le populationnisme qu’il préconisait devait se traduire par une politique familiale incitative, dans le prolongement de celle du gouvernement Daladier. Or, comme on l’a vu, pour Philippe Ariès, la prise en charge par l’État de ce qu’il nomme la « prévoyance » participait de ce malthusianisme des temps modernes.

  • 44 Cf. Philippe Ariès, « Le XIXe siècle et la révolution des mœurs familiales » et « Familles du demi (...)

21Alfred Sauvy, en ouvrant les portes de l’Ined à Philippe Ariès, lui a donné la possibilité de prolonger ses observations et ses hypothèses, comme il aurait pu le faire dans le cadre de l’Université. Cette collaboration s’est traduite par trois articles dans la revue Population, entre 1949 et 1954 : « Attitudes devant la vie et devant la mort du XVIIe au XIXe siècle », (juillet-septembre 1949) ; « Sur les origines de la contraception en France », (juillet-septembre 1953) ; « Deux contributions à l’histoire des pratiques contraceptives, Chancer et Mme de Sévigné », (octobre-décembre 1954). Une collaboration confortée par sa participation à deux cahiers collectifs de l’Ined, l’un sur la famille, l’autre sur la prévention des naissances44. Philippe Ariès put ainsi côtoyer ses chercheurs, et toute une sociabilité du monde de la recherche, par le biais de la démographie historique. Dans le cahier consacré à La prévention des naissances dans la famille, Philippe Ariès est en compagnie des plus grands noms de la démographie comme Louis Henry, R. P. Riquet, Alfred Sauvy et le Dr Jean Sutter, ancien de la Fondation Carrel.

  • 45 Philippe Ariès, « Panorama de l’histoire », Tendances, Paris, Ministère des Affaires étrangères, j (...)

22L’Ined donna donc aux premiers travaux de Philippe Ariès un début de légitimité scientifique. Il n’est pas le marginal total que lui-même a tendance à camper dans Un Historien du dimanche (1980) après son élection à l’EHESS. D’ailleurs en 1961, dans une contribution, il avait parfaitement saisi la place essentielle de l’Ined dans la diffusion de la démographie : « L’Ined et la revue Population ont joué un rôle capital dans le développement de cette nouvelle branche de l’historiographie »45.

  • 46 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 119.

23L’institution présidée par Sauvy a permis à Philippe Ariès de faire connaître son œuvre, bien au-delà d’un seul public d’historiens, touchant des sociologues, des médecins, des psychologues ou des psychanalystes, préparant en cela le succès de l’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime (1960). L’Histoire des Populations françaises n’eut donc pas tout à fait le succès d’estime clandestin qu’il évoque a posteriori : « La droite, surtout la mienne, la droite traditionnelle, réservait à mes livres un accueil très réservé et se demandait quel canard elle avait couvé ! »46. Une affirmation d’autant plus contestable que sa critique de la civilisation de la technique s’insérait parfaitement dans le discours d’une droite antimoderniste.

3-2/Au coeur des préoccupations du milieu traditionaliste

3-2.a/Un éditeur maurrassien

  • 47 Ibid., p. 118.

24L’accueil réservé à l’Histoire des Populations françaises tient au choix des éditions Self. Il ne s’agit pas d’une maison d’édition diffusant des travaux universitaires. Après plusieurs refus y compris chez Plon où Philippe Ariès était lecteur, son manuscrit est donc accepté par un homme du sérail maurrassien, l’éditeur René Withmann, à la tête de la jeune maison d’éditions Self. Philippe Ariès l’avait connu, à la fin des années trente, chez Mme Bainville. Il était un habitué du salon de Gabriel Marcel. Vice-président du Cercle Jacques Bainville, René Withmann s’était spécialisé dans la réédition des œuvres de l’historien d’Action française, notamment chez Plon, où il dirigea pendant la guerre la collection « Les éditions d’histoire et d’art ». René Withmann est donc un pur produit des Éditions Plon et, finalement, Philippe Ariès a bénéficié des réseaux maurrassiens bien implantés au sein de la prestigieuse maison d’édition. L’historien décrit son éditeur comme « un vrai réactionnaire de bonne cuvée, nourri de culture traditionnelle […] »47.

  • 48 Catalogue des éditions Self (APA).

25Les éditions Self firent parler d’elles dans le débat intellectuel de l’après-guerre profitant d’un succès de librairie avec le livre de V.-A. Kravchenko J’ai Choisi la Liberté (1947) qui décrivait le système totalitaire soviétique. Attaqué par Les Lettres françaises, l’auteur fut accusé d’être à la solde des Américains, ce qui le conduisit à porter plainte contre le journal communiste donnant lieu à un procès retentissant. Maison d’édition de droite, Self illustre la collusion déjà relevée dans Paroles françaises, avec le cas Czapski, entre la dénonciation du système concentrationnaire soviétique et l’anticommunisme d’extrême droite. Dans son catalogue48, abondent d’ailleurs les ouvrages anticommunistes ainsi que des rééditions de Jacques Bainville ou de Charles Maurras, dans la collection « Les îles d’or », où l’on trouve aussi l’Amiral Auphan ou Daniel Halévy avec son Essai sur l’accélération de l’Histoire (1948). Self éditait également des ouvrages justifiant la politique de Vichy.

  • 49 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 118.
  • 50 André Latreille, « Études d’histoire régionale », Le Monde, 23 septembre 1949.

26Lorsque Philippe Ariès évoque, plus de trente ans après, la parution de l’Histoire des Populations françaises présentée comme un « succès d’estime plutôt clandestin »49, il analyse son parcours à l’aune de « l’auteur Seuil » et du Directeur d’études qu’il est devenu à l’EHESS. Et ce qu’il met en valeur est le fait que les grandes revues d’histoire l’ont complètement ignorée. Seuls deux d’historiens répondirent aux envois de Philippe Ariès parmi lesquels le spécialiste de droit romain médiéval et sociologue de l’Eglise Gabriel Le Bras (1891-1970) et Pierre Renouvin auxquels il faut ajouter le sociologue Jules Monnerot (1909-1995). Dans la presse, L’Histoire des populations françaises a fait l’objet d’une vingtaine de recensions. Il s’agit le plus souvent de notules ou d’articulets reprenant la quatrième de couverture du livre. Seul André Latreille, qui appartient à la nouvelle génération d’intellectuels catholiques appelés par Hubert Beuve-Méry, en proposa dans le Monde une véritable lecture50.

3-2.b/Une contribution à la contre-révolution ?

  • 51 Cf. Jean-Louis Lagor, « Les idées et les hommes. Philippe Ariès et Jean Rolin », L’Indépendance fr (...)
  • 52 Ibid..

27Ce sont surtout les amis de la famille politique de Philippe Ariès qui se sont mobilisés pour faire connaître l’Histoire des populations françaises. Jean-Louis Lagor (né en 1921), — de son vrai nom Jean Arfel —, plus connu sous un autre pseudonyme, celui de Jean Madiran, consacre au livre de Philippe Ariès un long compte rendu, dans le bimensuel L’Indépendance française dont il est le responsable51. Collaborateur de l’Étudiant français pendant la guerre, il revendique, après 1945, dans son journal l’héritage de l’Action française. Jean-Louis Lagor incarne alors la tendance dynamique d’un maurrassisme, qui peine toutefois à se détacher du catéchisme professé par Aspects de la France. Attentif aux débats d’idées, il voit dans le livre de Philippe Ariès une contribution à la « contre-révolution » car « celle-ci n’est possible qu’avec une reprise de conscience, au moins chez les meilleurs, de l’être historique de la nation française »52. L’idée de contre-révolution, qui puise aux sources doctrinales de l’Action française, occupe encore une place essentielle chez les jeunes du mouvement, après 1945, comme l’illustre le lancement d’une revue d’étudiants maurrassiens baptisée Contre-Révolution. Jean-Louis Lagor dit beaucoup attendre de la direction prise par les recherches de Philippe Ariès qui élargiraient les champs d’investigation des historiens d’Action française.

  • 53 Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », Aspects de la France, 3 mars 1949. Repris dan (...)
  • 54 Jean-José Marchand, « Une sociologie concrète du peuple français », Le Rassemblement, 22 janvier 1 (...)
  • 55 Cf. Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », op. cit., p. 355.
  • 56 Ibid., p. 356.
  • 57 Cf. Pierre Boutang, « Le Grand d’Espagne de Roger Nimier », dans Les Abeilles de Delphes, op. cit. (...)
  • 58 Cf. Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », op. cit., p. 359.

28L’autre figure du milieu maurrassien qui ne consacre pas moins de deux longs articles au livre de Philippe Ariès dans Aspects de la France est Pierre Boutang. Ceux-ci ont d’ailleurs été repris dans un de ses essais, Les Abeilles de Delphes (1952), une réflexion précisément sur l’idée de la contre-révolution. Dans « L’Histoire selon Philippe Ariès », véritable dissertation sur l’enjeu historique de l’Histoire des populations françaises, Pierre Boutang pense que celui-ci rénove la pensée traditionaliste et contre-révolutionnaire, si l’on veut bien admettre que « la contre-révolution n’est pas une lamentation »53. C’est à l’aune du rôle qu’il entend jouer dans la rénovation du maurrassisme que s’exprime Pierre Boutang. À Jean-José Marchand qui, dans Le Rassemblement, organe du Rassemblement du peuple français de de Gaulle, s’étonnait qu’un livre aussi essentiel, capable de cerner de façon moderne la réalité sociale soit l’œuvre d’un « chevau-léger, d’un réactionnaire »54, Pierre Boutang répliquait qu’au contraire il n’y avait là rien que de très naturel à ce qu’une pensée originale « […] nous soit venue d’un jeune historien traditionaliste et formé par l’Action française »55. Il voit dans L’Histoire des populations françaises, la pierre angulaire d’une « contre-révolution positive » : « Il reste que, dans ses conclusions, elle fournira au traditionaliste moderne, au nationaliste sans nostalgie, des raisons d’espérer, […] »56. Rejoignant son camarade Philippe Ariès, Pierre Boutang explique que nous sommes arrivés à ce moment charnière de l’histoire où l’homme déraciné et confronté à sa solitude doit pouvoir renoncer aux mythes de la société moderne, pour construire enfin une civilisation originale. L’idée d’une civilisation à bâtir, en rupture avec la modernité, parcourt toute la littérature de ce que l’on appellera bientôt la « Jeune droite littéraire », sous la houlette de Roger Nimier et de son célèbre Grand d’Espagne (La Table Ronde, 1950). Cet essai fut considéré comme le manifeste d’une droite littéraire avec laquelle Pierre Boutang et Philippe Ariès ont entretenu des relations teintées de méfiance, même si le premier fut très lié avec Roger Nimier57. Cependant, Pierre Boutang en veut un peu à l’auteur de l’Histoire des populations françaises, de ne pas « assez marquer à quelle famille spirituelle il appartient, d’être en apparence indulgent à l’adversaire ou l’ennemi. »58

  • 59 Raoul Girardet, « Sur deux livres d’histoire », La Table Ronde, octobre 1949, p. 1604. L’autre liv (...)
  • 60 Pierre Andreu, « Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le (...)

29C’est précisément ce refus d’une histoire qui demande des leçons au passé que plébiscite Raoul Girardet, l’autre ami de la bande de la rue Saint-André des Arts, dans la revue La Table Ronde, alors liée aux éditions Plon, où Philippe Ariès devait bientôt tenir, plus ou moins régulièrement, la chronique des livres d’histoire. Raoul Girardet est persuadé que le livre de son ami « souligne un tournant essentiel de l’évolution de la curiosité et de la « sensibilité » historique, jalonne une étape décisive de l’histoire de France »59. Ce point de vue est aussi celui de Pierre Andreu dans Fédération, qui estime que l’Histoire des Populations françaises est un des livres les plus importants parus depuis la Libération60.

  • 61 Lettre de Henri Boegner à Philippe Ariès du 9 avril 1949 (APA).
  • 62 Lettre de René Gillouin à Philippe Ariès du 2 mars 1949 (APA).
  • 63 André Thérive, « La vie des livres », Paroles Françaises, 1er avril 1949.

30Donc, loin de surprendre ses amis traditionalistes, le livre de Philippe Ariès séduit jusque chez les représentants de la vieille garde. Henri Boegner, responsable du Cercle Fustel de Coulanges, depuis la fin des années trente, et cacique de la rédaction d’Aspects de la France, écrivait à Philippe Ariès, le 9 avril 1949 : « Il me semble que de larges et profondes enquêtes comme les vôtres nous aident à ne pas nous engourdir dans un catéchisme stéréotypé de la doctrine nationaliste. »61 Quant à René Gillouin (1881-1971), autre représentant de la droite traditionaliste, à qui Philippe Ariès avait envoyé son Histoire des Populations françaises sur les conseils d’André Thérive, il a été sensible à l’honnêteté intellectuelle, « cet appétit de vérité qu’on rencontre si rarement, du moins à ce degré, dans des études qui touchent à des problèmes vitaux et à leurs prolongements idéologiques ou religieux »62. Lui aussi saisit bien l’enjeu d’un tel ouvrage, dans le combat d’idées que doit mener la droite. Passionné par l’histoire des idées, il participa après-guerre au renouveau des idées de droite collaborant à Paroles françaises, à la Nation française et plus tard fut membre du Centre d’Études Politiques et Civiques (C.E.P.E.C) qui souhaitait, au milieu des années cinquante, restaurer « un esprit public ». Dans la même veine, André Thérive, qui figure, en 1945, sur les listes du Comité National des Écrivains (CNE), consacra un important article dans Paroles françaises : « Philippe Ariès a écrit un ouvrage qui, dès maintenant, le classe parmi les meilleurs esprits de ce temps, parmi les rares auteurs dont on attend une nourriture originale et substantielle »63. Le critique littéraire voit bien que l’Histoire des populations françaises participe d’une nouvelle histoire qui se substitue à « l’histoire bataille ».

31L’accueil chaleureux reçu par l’Histoire des Populations françaises aussi bien par la vieille garde de la droite que par la nouvelle génération des Boutang, Girardet, Lagor ou Andreu, sans oublier l’article d’André Latreille, donnent à Philippe Ariès une autorité qui a certainement pesé dans sa désignation par les éditions Plon, pour diriger la collection « Civilisations et Mentalités ». Il s’agit là d’un indice nous permettant de mesurer l’impact non négligeable de l’Histoire des populations françaises, en terme de conquête de légitimité intellectuelle au sein d’un milieu.

Notes

1 Lettre de Philippe Ariès à Philippe Brissaud du 11 février 1946 (AP F. Brissaud).

2 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980, p. 89.

3 Claire Andrieu, « Démographie, famille, jeunesse », dans Jean-Pierre Azéma et François Bédarida, La France des années noires, De la défaite à Vichy, t. 1, Seuil, p. 453.

4 Cf. Philippe Ariès, « Avertissement pour l’édition de 1979 », Histoire des Populations françaises, Seuil, 1979, coll. « Point histoire », p. 2.

5 Daniel Halévy, Trois Epreuves 1814, 1871, 1940, Plon, 1941, p. 166.

6 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 79.

7 Ibid., p. 90.

8 Philippe Ariès, « L’histoire des mentalités », dans Jacques Le Goff, La Nouvelle Histoire, Editions complexes, 1988, (Retz CEL, Paris, 1978), p. 173.

9 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 89.

10 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 197.

11 Cf. son « Projet d’enseignement », (s. d.), dans le dossier de candidature de Philippe Ariès à l’EHESS (Archives EHESS). Voir aussi Un Historien du dimanche, op. cit., p. 92.

12 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 15.

13 Ibid., p 19.

14 Alain-Gérard Slama, Les Chasseurs d’absolu. Genèse de la gauche et de la droite, Paris, Seuil, 1980, p. 190.

15 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, Le Nouvel Observateur, 20 février 1978, p. 82.

16 Ibid.

17 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises,, op. cit., p. 268.

18 Émile Guillaumin (1873-1951), fils de métayer bourbonnais, avait publié avant la Grande Guerre des romans sur la vie rurale et menait en parallèle une vie de militant dans le syndicalisme paysan. Après la guerre, il livre son expérience à de nombreux écrivains régionalistes.

19 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 270.

20 Ibid.

21 Ibid, p. 298.

22 Ibid, p. 299.

23 Philippe Ariès, « Du sérieux au frivole », dans Les Jeux à la Renaissance, Actes du 23e colloque international d’études humanistes, Tours, juillet 1980, Paris, J. Vrin, 1982, p. 10.

24 Cf. « La mort d’une civilisation immémoriale », Revue française de l’Élite, mai 1949, no 19, pp. 66-67.

25 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p 302. Voir aussi Jean-José Marchand, « Philippe Ariès et le sens des structures », Contrepoint, juin 1977, no 24, p. 101.

26 Yves Déloye, Olivier Ihl, « Deux figures singulières de l’universel : la République et le sacré », dans Marc Sadoun (sous la dir.), La démocratie en France, t. 1, Idéologies, Gallimard, 2000, p. 145.

27 Philippe Ariès, Histoire des populations françaises, op. cit., p. 410.

28 Ibid., p. 404.

29 Ibid., p. 3.

30 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, op. cit..

31 Louis Chevalier, Population, rubrique « bibliographie critique », octobre-décembre 1948, no 4, pp. 761-762.

32 Lettre de Louis Chevalier à Philippe Ariès le 12 février 1949 (APA).

33 Philippe Ariès, « Attitudes devant la vie et devant la mort du XVIIe au XIXe siècle. Quelques aspects de leurs variations. », Population, juillet-septembre 1949, no 3, pp. 463-470.

34 Alain Drouard, Une inconnue des Sciences Sociales. La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1992, p. 276.

35 Ibid., p. 176.

36 Cf. Alfred Sauvy, De la rumeur à l’histoire, Paris, Dunod, 1985, pp. 199-223.

37 Alain Drouard, Une inconnue des Sciences Sociales. La Fondation Alexis Carrel 1941-1945, op. cit., p. 21.

38 Cité dans Alain Drouard, op. cit., p. 230.

39 Cette information nous a été confirmée par Alain Drouard.

40 Son directeur des études de population, Henri Bunle, qui avait épaulé Philippe Ariès dans sa découverte des statistiques, est membre du comité technique de l’Ined après la guerre.

41 Louis Chevalier, « Philippe Ariès, Histoire des populations françaises… », Population, op. cit.

42 Voir aussi la réserve d’Hélène Bergues (sous la dir.), La Prévention des naissances dans la famille. Ses origines dans les temps modernes, Paris, PUF, coll. « Travaux et documents de l’Institut national des études démographiques », 1960, cahier no 35, 1960, p. 38.

43 Philippe Ariès, « Introduction », Histoire des populations françaises, op. cit., p. 13.

44 Cf. Philippe Ariès, « Le XIXe siècle et la révolution des mœurs familiales » et « Familles du demi-siècle », dans Robert Prigent (sous la dir.), Renouveau des idées sur la famille, PUF, coll. « Travaux et documents de l’INED », 1954, cahier no 18, pp. 111-118 et 162-170 ; « Interprétation pour une histoire des mentalités », dans Hélène Bergues (sous la dir.), La Prévention des naissances dans la famille…, op. cit., pp. 311-327.

45 Philippe Ariès, « Panorama de l’histoire », Tendances, Paris, Ministère des Affaires étrangères, juin-août 1961, p. 377.

46 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 119.

47 Ibid., p. 118.

48 Catalogue des éditions Self (APA).

49 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 118.

50 André Latreille, « Études d’histoire régionale », Le Monde, 23 septembre 1949.

51 Cf. Jean-Louis Lagor, « Les idées et les hommes. Philippe Ariès et Jean Rolin », L’Indépendance française, juillet 1949.

52 Ibid..

53 Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », Aspects de la France, 3 mars 1949. Repris dans Pierre Boutang, Les Abeilles de Delphes, op. cit., pp. 355-359.

54 Jean-José Marchand, « Une sociologie concrète du peuple français », Le Rassemblement, 22 janvier 1949.

55 Cf. Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », op. cit., p. 355.

56 Ibid., p. 356.

57 Cf. Pierre Boutang, « Le Grand d’Espagne de Roger Nimier », dans Les Abeilles de Delphes, op. cit., pp. 265-270.

58 Cf. Pierre Boutang, « L’histoire selon Philippe Ariès », op. cit., p. 359.

59 Raoul Girardet, « Sur deux livres d’histoire », La Table Ronde, octobre 1949, p. 1604. L’autre livre dont il est question est celui d’Albéric Varenne (Jacques Laurent), Quand la France occupait l’Europe.

60 Pierre Andreu, « Histoire des populations françaises et de leurs attitudes devant la vie depuis le XVIIIe siècle », Fédération, s. d., pp. 59-60.

61 Lettre de Henri Boegner à Philippe Ariès du 9 avril 1949 (APA).

62 Lettre de René Gillouin à Philippe Ariès du 2 mars 1949 (APA).

63 André Thérive, « La vie des livres », Paroles Françaises, 1er avril 1949.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540