Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippe Ariès (1914-1984)

 | 
Guillaume Gros

Deuxième partie : le temps des expériences : de l'Étudiant français à Paroles françaises (1936-1946)

Chapitre V. Dans la mêlée : de la Libération à Paroles françaises

Texte intégral

1) « Entretenir la flamme »

1-1) Une Libération mal vécue

  • 1 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980, p. 92.

1Quelques semaines encore avant la Libération, la guerre n’atteignait pas Philippe Ariès de front. L’année 1945 vient ébranler le cocon familial : « Il n’était plus question de retraite : l’Histoire avait envahi la maison, par la porte et par la fenêtre. »1

  • 2 Cf. Pierre Chaunu, « Sur le chemin de Philippe Ariès, historien de la mort », H.E.S., 1984, no 4, (...)
  • 3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 93.
  • 4 Ibid.

2Le premier grand drame fut la mort du frère, le 21 avril 1945. Un événement capital dans le cheminement intellectuel de Philippe Ariès2. Une mort également très révélatrice de la confusion de l’époque, de cette situation de guerre civile larvée qui hantait le jeune historien. Après la dissolution de l’armée d’armistice en 1942, Jacques Ariès, qui avait depuis l’enfance la passion de l’armée, vécut un véritable « drame de conscience » : « À cause de son serment de fidélité au Maréchal, il se croyait tenu de rester à l’écart de la Résistance ; d’ailleurs, ajoute Philippe Ariès, les résistants qu’il pouvait rencontrer l’inquiétaient ou même le révoltaient. »3 En août 1944, un colonel d’un régiment de la division Leclerc repoussa l’offre de son frère décidé à s’enrôler : « Vous avez trahi votre devoir d’officier, vous auriez dû prendre parti. Nous ne voulons pas de vous. »4

  • 5 Ibid., p 95.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

3Pour Philippe Ariès, cette accusation de trahison permet de comprendre les conditions de la mort du sous-lieutenant Jacques qui, enfin parvenu à rejoindre l’armée de Lattre en Alsace « s’était exposé avec une folle témérité, comme s’il avait voulu se faire tuer »5. Si Philippe Ariès n’exclut pas que son frère ait cédé « aux vieilles images héroïques des charges de saint-cyriens en casoar et gants blancs qui charmèrent son enfance »6, pour lui, l’affaire est entendue, son frère est une victime de la guerre civile : « Je suis persuadé que le reproche de l’officier, (..), l’avait atteint au cœur. Aussi, voulut-il rattraper le temps perdu […] »7. Si cette mort réveilla chez Philippe Ariès une curiosité d’historien, révélatrice d’ailleurs de sa façon de concevoir l’histoire, au contact de la réalité et de son histoire personnelle, elle conforta aussi sa vision quelque peu idéalisée de l’armée et du corps des officiers.

  • 8 Ibid., p 96.
  • 9 Ibid.

4D’autres drames familiaux touchent des proches qui appartiennent à son milieu d’origine : « […] nous apprenions que tels de nos amis ou parents étaient en prison, ou en sortaient, ou n’en sortiraient jamais ». Ainsi peu de temps après la mort de son frère, il reçut la visite d’une vieille amie de Toulouse : « […] elle nous raconta l’arrestation de son mari, les conditions de vie dans le camp où il était enfermé à Noë, la situation incertaine dans le « Midi rouge ». Sa fille l’accompagnait : elle devait bientôt devenir ma femme. »8. Sa famille bordelaise, celle de l’oncle Nel Ariès, n’est pas non plus épargnée par l’épuration : « À Bordeaux, le mari d’une cousine germaine, Georges Planes, qui dirigeait le journal de Philippe Henriot, était toujours en prison. »9. Georges Planes fut aussi l’un des deux rédacteurs en chef, avec Paul Lesourd, de Voix françaises, un hebdomadaire catholique de la capitale girondine, dirigé par le chanoine Peuch, qui soutint sans réserve la politique du maréchal Pétain.

  • 10 Ibid., p. 95-96.
  • 11 Philippe Ariès, « Charles Picard », Nation française, 30 décembre 1965, p. 432.

5D’autres événements entretiennent Philippe Ariès dans l’idée qu’il traverse une guerre civile où tous les excès sont mis sur le même plan. Le jeune historien ne se pose jamais la question des niveaux de responsabilité des différentes parties. Certes, il côtoie des victimes de la barbarie nazie. Il y eut d’abord l’arrestation par les Allemands de l’ami des années maurrassiennes d’avant-guerre, Raoul Girardet. Philippe Ariès apprit aussi la mort d’anciens condisciples du Lycée Janson de Sailly, dans les camps de concentration, ainsi que celle d’Yvonne Picard à Dachau, « la sœur de mon vieil ami de toujours, Gilbert Picard, le Gilbert Darcy de nos années d’étudiants d’AF »10. En 1965, alors qu’il rend hommage, dans les colonnes de la Nation française, au père de son ami, le célèbre archéologue Charles Picard qui vient de mourir, Philippe Ariès revient sur la mort d’Yvonne : « L’intérêt porté au débat politique explique aussi, en partie, pourquoi la fille de Charles Picard, sa seule fille, Yvonne, a lutté à Paris pendant l’Occupation dans les organisations secrètes de résistance : elle est morte à Auschwitz. Tous ceux qui l’ont connue gardent son souvenir vivant. »11

  • 12 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 96.

6Au-delà de sa famille et des proches, les pensées de Philippe Ariès vont aux fidèles de son milieu comme l’écrivain René Benjamin (1885-1948), proche de l’Action française et intime du Maréchal Pétain à Vichy, arrêté pour ses sympathies vichyssoises alors que son fils, jeune officier, avait été tué sur le front. Philippe Ariès ne peut s’empêcher d’établir un parallèle avec son frère et se rappelle avoir alors parlé « avec émotion de cas comme celui de Benjamin »12. Henri Boegner, l’animateur du Cercle Fustel de Coulanges, rencontra des difficultés à poursuivre son activité de professeur en 1944 même si finalement la plainte déposée à son encontre n’eut pas de suite.

  • 13 Ibid., p 97.
  • 14 Ibid., p. 95.

7C’est bel et bien la Libération et un sentiment d’injustice pour ses proches, victimes de l’épuration qui font sortir Philippe Ariès de son cocon familial : « Cette guerre prenait soudain des couleurs de guerre révolutionnaire ou de guerre civile. »13 Phrase étonnante qui reflète bien l’état d’esprit de Philippe Ariès sur le point de s’engager dans Paroles françaises, hebdomadaire dont le propriétaire était André Mutter, ancien Croix de feu, résistant et député de l’Aube, et qui épouse le combat en faveur de l’amnistie pour les victimes de l’épuration. Il semble bien que le développement des mouvements de Résistance, l’action du Général de Gaulle ou encore la politique antisémite de Vichy n’ont pas été réellement pensés par le jeune historien, préoccupé avant tout par la stabilité d’un régime qui eut le mérite de garantir l’unité nationale. Dans sa façon de lire les événements de la guerre, on constate qu’à une période d’ordre succède une période de désordre : « Ce drame (celui de la mort de son frère) se situait au milieu d’une pluie d’informations qui nous apprenaient pêle-mêle les morts des camps de concentration, les cruautés de la guerre, de la Résistance, les épurations. »14

  • 15 Philippe Ariès, « David Rousset : L’Univers concentrationnaire », J’ai Lu, 3e trimestre 1946, no 5 (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Philippe Ariès, « Histoire de nos troubles », Revue française de l’élite, avril 1950.
  • 18 Ibid.

8Sa façon de concevoir l’histoire, qui pose comme préalable à la démarche de l’historien l’ego-histoire, seule susceptible d’établir une relation concrète entre l’historien et son objet, ne lui permet pas de saisir d’emblée la singularité des camps de concentration, même si de toute évidence la révélation des camps le fait réfléchir. L’Univers concentrationnaire, le témoignage de David Rousset, déporté en Allemagne (1943-1945) pour faits de résistance, le marque et lui impose respect et humilité : « Qui n’a pas appartenu à l’Univers concentrationnaire ne saurait, en bonne foi, parler du livre de David Rousset. »15 Impressionné et démuni face à l’intensité du témoignage de David Rousset, Philippe Ariès le présente comme « une sorte d’histoire naturelle d’un règne étrange, surgi, comme une singulière concrétion, à la surface de notre planète »16. Pour autant, cette lecture ne change pas sa vision du monde. Dans le contexte de la Libération, Philippe Ariès ne comprend pas les excès de part et d’autre, liés à une sortie de guerre douloureuse : « […] des vainqueurs avides de représailles, des vaincus distillant leur amertume »17. Il s’insurge contre toute une production partisane à ses yeux : « L’histoire officielle des événements et des hommes de Vichy et de Londres, telle qu’elle a été écrite depuis la Libération, n’était pas une histoire honnête. »18

  • 19 Philippe Ariès, « De l’armistice à l’insurrection », J’ai Lu, 2e trimestre 1946, pp. 25-27.

9Car, pour lui, l’histoire implique un souci de comprendre aussi son adversaire. D’où son intérêt pour De L’Armistice à l’insurrection nationale (1945) dans lequel « même en plein combat, M. R. Aron n’a jamais cessé de restituer, dans leur authenticité, jusqu’à la psychologie de ses propres adversaires — adversaires dont il était séparé par la barrière des armes et l’affrontement des passions »19. Ce souci de compréhension, selon Philippe Ariès, permet ainsi à Raymond Aron — qui fut pourtant un collaborateur de la France libre à Londres — d’intégrer nos querelles de l’Occupation dans une histoire longue. Cette vision de l’histoire donne l’occasion à Philippe Ariès de dédramatiser Vichy, en montrant que les conflits qui s’y révèlent sont des faits structurels de notre histoire. Il bute néanmoins, comme il le reconnaît lui-même, sur deux éléments nouveaux : le communisme et les collaborationnistes de Paris, mis sur le même plan et décrits comme, « des figures inquiétantes, étrangères, au vieux fond de nos rivalités traditionnelles ».

  • 20 Philippe Ariès, « Histoire de nos troubles », op. cit.
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

10Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi Philippe Ariès s’attarde sur le livre d’Yves Bouthillier, Le Drame de Vichy (1950), après avoir souligné l’attachante lecture des souvenirs de Maxime Weygand, Rappelé au service (1950)20. Ces deux livres appartiennent à « cette couleur de la carte politique à laquelle on n’a pas assez prêté attention dans l’âpreté de la guerre civile »21, c’est-à-dire le maréchalisme, à bien distinguer, précise-t-il, du gaullisme et du lavalisme. Le témoignage d’Yves Bouthillier constitue, selon Philippe Ariès, un des premiers « essais d’interprétation historique de la période qui va de l’armistice de 1940 au départ de Laval et au ministère Flandin de 1941 ». Pour l’auteur de l’article, l’ancien ministre de Vichy est aussi le premier à avoir tenté d’ordonner « cette masse de faits et expliquer avec clarté le sens de cette évolution ». Philippe Ariès insiste sur la seconde partie de l’ouvrage qui relate le développement de l’opposition à Laval qui triomphe avec le coup d’Etat de décembre, période « caractérisée par un rapprochement avec l’Angleterre, les négociations Rougier et l’accord Chevalier-Halifax […] »22. La vision de l’Occupation exprimée par Philippe Ariès permet d’appréhender son état d’esprit avant l’épisode de Paroles françaises. Il y a eu un bon Vichy hostile à l’Allemagne. Ce Vichy a un bilan à défendre. Le combat contre le résistancialisme et en faveur des épurés est la suite logique de cet état d’esprit.

1-2) Renouer avec une sociabilité : contre le résistancialisme

1-2 a/Autour du tandem Boutang/Ariès

  • 23 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 100.

11Paroles françaises ne fut dirigé par l’équipe Boutang-Ariès que quelques mois (mars-juin 1946) pour céder ensuite la place à une autre équipe dirigeante qui conserva quelques collaborations de la précédente. C’est d’abord le journal du député André Mutter, dévoué à la cause du parti dont il est d’ailleurs le cofondateur, le Parti Républicain de la Liberté (PRL), « un parti de droite non gaulliste »23, tient à préciser Philippe Ariès. Il épouse le combat en faveur de l’amnistie pour les victimes de l’épuration. Le journal apparaît dans un contexte difficile pour toute une presse d’extrême droite ou d’opposition nationale. Mais grâce au statut d’André Mutter, il se démarque totalement des autres publications semi-clandestines et tira à plus de 100 000 exemplaires. Il fut donc un aimant pour toutes les droites y compris les nostalgiques de Vichy.

  • 24 Ibid., p. 101.
  • 25 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, 24 novembre 1945, no 2.

12Pour Philippe Ariès l’objectif de l’hebdomadaire était la défense des victimes de la Libération : « En réalité, Paroles françaises n’était pas une réhabilitation de Vichy, mais une réaction contre les excès de la Résistance, ce que nous appelions le « résistancialisme » »24. L’équipe Ariès/Boutang n’hésita pas toutefois à faire appel au registre de la nostalgie, en affichant comme sous-titre au journal : « Hebdomadaire de la Révolution nationale. (Politique, littéraire, satirique) ». Dans un éditorial intitulé « Le sens français »25, du 24 novembre 1945, André Mutter fixe les grandes lignes du journal à savoir un anticommunisme militant, thème fédérateur idéal pour les collaborateurs venus parfois d’horizons différents et ensuite, la défense de « nos martyrs », c’est-à-dire des épurés qui méritent autant que les communistes d’appartenir à la communauté nationale.

  • 26 Lettre de P. Boutang à G. Marcel du 28 novembre 1944 (Fonds Gabriel Marcel, BNM).
  • 27 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 99.
  • 28 Ibid., p. 100.

13C’est Pierre Boutang (1916-1998) qui dénicha Paroles françaises et qui reconstitua avec Philippe Ariès l’équipe de l’Étudiant français. Pendant la guerre, le jeune philosophe, parti enseigné au Maroc, joua tardivement la carte Giraud, en Algérie, dans l’espoir de favoriser ainsi les conditions d’une restauration avec le Comte de Paris. Avec l’arrivée de De Gaulle, Pierre Boutang est marginalisé comme il l’explique à Gabriel Marcel : « […] un maître contesté, des convictions monarchistes avouées, un certain rôle dans l’expérience aventureuse de novembre 1942 à mars 1943 expliquent […] le décret du 30-10 qui me chasse de l’Université. »26 De retour à Paris, fin 1945, Pierre Boutang reprit contact, selon Philippe Ariès, « avec tout ce que Paris comptait de conspirateurs et aussi, avec les milieux politiques, intellectuels […] »27. Ses différents réseaux le conduisent vers André Mutter dont le credo, la défense des épurés, rejoint ses préoccupations. Le jeune philosophe se tourne alors vers Philippe Ariès : « J’avais mon Histoire des populations à terminer. Et pourtant, j’ai accepté, pris à l’hameçon. Je devins codirecteur avec Boutang de ce journal […] »28.

  • 29 Lettre de Philippe Ariès à Philippe Brissaud le 11 février 1946 (APB).

14Philippe Ariès avait une idée très précise de ce qu’il souhaitait faire du journal : « Avec Léger, Boutang… nous allons reprendre un hebdomadaire : « Paroles françaises ». Bien mauvais dans sa forme actuelle — nous allons en faire un grand hebdo — avec une ou deux pages réservées aux informations mondiales de toute nature. »29 Il était alors convaincu que Paroles françaises serait un nouveau Candide. Fondé en 1924, celui-ci a été l’un des premiers grands hebdomadaires de l’avant-guerre. Lancé sur l’initiative d’Arthème Fayard et de Pierre Gaxotte, il rassembla Jean Fayard, René Bizet, Georges Blond, Claude Jeantet et Jacques Bainville. L’essentiel des collaborateurs de la revue était dans la mouvance maurrassienne.

1-2.b./ Du culte de la nostalgie et de la marginalité

  • 30 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 100.
  • 31 Antoine Blondin, Ma vie entre les lignes, recueil d’articles, Paris, La Table Ronde, 1982, p. 87.

15Au noyau dur des maurrassiens de l’Etudiant français, Philippe Ariès, Pierre Boutang, François Léger, Raoul Girardet sont venues s’ajouter des figures de la presse littéraire d’extrême droite, « attirées sans doute par Boutang […] »30. L’écrivain Kléber Haedens (1913-1976), auteur d’une Histoire de la Littérature française (1943), qui collabora à Lyon à l’Action française pendant la guerre. Antoine Blondin (1922-1991), qui fit partie du comité de rédaction, décline ainsi en évoquant Charles Maurras ce qui était alors son état d’esprit : « Il est bon de fréquenter les maîtres. L’époque assez ingrate, nous a privés du commerce de bien des nôtres. Elle les a assassinés ou emprisonnés. Nous avons été livrés au seul recours de la piété. Notre fidélité aux personnes, nos amitiés ont pris rang de sentiments politiques. »31

  • 32 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 101.
  • 33 Henry Rousso, « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites françaises », dans Jean-Fra (...)

16La nostalgie tient lieu de programme politique. Comme Antoine Blondin, Philippe Ariès retrouve à Paroles françaises le climat sentimental de sa jeunesse, afin dit-il, de « rétablir une continuité » et pour « entretenir la flamme »32. Indissociable de sa démarche d’historien, ce climat sentimental est aussi révélateur d’une culture politique où la nostalgie « […] relève moins de l’idéologie, de la référence à des valeurs, que du sentiment, du comportement, voire du réflexe »33.

  • 34 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 101.
  • 35 Ibid.
  • 36 Philippe Ariès, « Raymond Aron : de l’Armistice à l’insurrection », J’ai lu, 2e trimestre 1946, no(...)

17Philippe Ariès a fort bien traduit cet état d’esprit dans une phrase associant le culte de la nostalgie et de la marginalité qui résume le programme de Paroles françaises : « une tentative de rendre la parole aux compagnons d’autrefois, à qui on l’avait retirée de force »34. François Brigneau, qui signe alors Julien Guernec, rejoint pour des raisons identiques l’hebdomadaire où Pierre Boutang et Philippe Ariès lui réservent un accueil chaleureux. Né en 1919, issu du syndicalisme révolutionnaire, son pacifisme intransigeant le conduisit dans le camp des Munichois. Après la défaite, il professe un maréchalisme militant qui l’amène à la Milice. Un choix qui lui valut la prison, quinze mois d’internement à Fresnes et un acquittement pour finir, le 17 décembre 1945, par la cour de justice de la Seine. François Brigneau nourrit dès lors une haine tenace pour le régime républicain restauré. Si Philippe Ariès, dans sa vision de la Libération, dissocie les deux Vichy, et tient à préciser à propos des miliciens qu’à Paroles françaises : « Nous faisions attention à ne pas nous laisser noyauter par ces désespérés de la dernière heure […] »35, il n’en reste pas moins que l’historien, par le biais de la nostalgie, ne resta jamais insensible au sort de ces « désespérés ». Au moment de la Nation française, quand sont exécutés quelques activistes de l’Organisation de l’Armée Secrète, et que l’historien prend leur défense, il se souvient du tragique destin de Robert Brasillach. Il croit déceler dans l’émergence de ces figures d’« aventuriers » ou de « réprouvés », une « psychologie très nouvelle en France, semblable à la mentalité allemande de 1920-1930, noyau avorté d’un fascisme »36.

  • 37 Philippe Ariès, « Daniel Halévy », Nation française, 7 février 1962.
  • 38 Gabriel Marcel, Les Hommes contre l’humain, Fayard, 1968 (1951, 1ere éd.), p. 85.

18L’équipe rédactionnelle de Paroles françaises fut aussi accompagnée par quelques aînés prestigieux comme Daniel Halévy : « Son amitié nous suivit désormais comme un génie tutélaire. Quand, après la guerre, nous reprîmes une activité politique avec l’hebdomadaire Paroles françaises (occupé de vive force pendant un temps par notre petite équipe), il nous aida de toutes les manières. Il venait nous voir dans les bureaux crasseux de l’imprimerie […] »37. L’autre aîné qui apporta son soutien fut Gabriel Marcel convaincu que le philosophe « était tenu de protester contre la façon dont a été pratiquée l’épuration par des hommes qui, souvent abusivement, prétendaient incarner la Résistance, et cela à un moment où, la guerre ayant pris fin, ce mot perdait toute signification »38. Le philosophe, qui hésita longtemps entre de Gaulle et Pétain, fut l’un des premiers membres du Comité National des Écrivains, dès la fin 1944, à manifester ses doutes, notamment dans Carrefour, hebdomadaire, à sa naissance d’inspiration démocrate-chrétienne, sur le principe des listes d’écrivains interdits de publication.

2) Le temps de la polémique

2-1) Le PC « F », un intrus dans la communauté

  • 39 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit.., pp. 101-102.
  • 40 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, no 2, 24 novembre 1945.

19Comme le résume Philippe Ariès, Paroles françaises adopte très vite le ton d’un véritable brûlot : « Mais c’est le côté polémique qui l’emporta à cause des circonstances. Les communistes étaient au pouvoir. Certes, ils le partageaient avec quelques autres, mais grosso modo pour nos familles, c’était déjà la fin du monde : pensez donc, il y avait deux ministres communistes au gouvernement de Gaulle. »39 André Mutter lui-même stigmatise le Parti communiste : « Son magnifique martyrologue, devant lequel nous nous inclinons, n’efface pas les fautes graves de certains de ses chefs et ne brise pas les liens secrets qui l’unissent encore à une autre puissance. »40 Cette allusion au martyrologue des communistes est avant tout tactique. Elle ne doit pas masquer le très virulent anticommunisme qui se manifeste dans les pages de Paroles françaises et qui déboucha sur une campagne suicidaire contre le ministre Marcel Paul.

  • 41 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 102.
  • 42 Cf. lettre de Philippe Ariès du 8 mars 1947 à Gabriel Marcel (Fonds Marcel BNM).
  • 43 J’ai Lu, avril 1947, pp. 36-40.

20Pour Philippe Ariès, les communistes ont profité du désordre issu de la Libération en 1944, pour tenter de s’emparer du pouvoir, notamment par le biais des municipalités : « Dans le Midi toulousain, pays de ma future belle-famille, les maquis avaient fait rejouer de vieilles haines de croquants, de camisards, de jacqueries. On racontait des histoires vraies de notables arrêtés, malmenés, massacrés. On craignait à la fin le coup d’État communiste. »41. Le phénomène communiste intrigue de toute évidence le militant et l’historien Philippe Ariès. Début 1947, dans un contexte de guerre froide naissante, il en est souvent question, chez Gabriel Marcel, dans les discussions42. On retrouve d’ailleurs l’écho de celles-ci, dans une revue de bibliographie, dans un compte rendu de l’historien Philippe Ariès consacré à un ouvrage du communiste libertaire Daniel Guérin (1904-1988), La Lutte des classes sous la Première République (1793-1797)43. Dans Paroles françaises, Philippe Ariès aborde également la question de manière plus politique.

  • 44 Philippe Ariès, « L’évolution sociale d’après le référendum », Paroles françaises, 18 mai 1946, no(...)
  • 45 Ibid.

21L’article qu’il consacre aux résultats du référendum, du 5 mai 1946, sur le projet de Constitution, référendum pour lequel Paroles françaises a contribué à la victoire des « non », est particulièrement révélateur, certes de son anticommunisme, mais surtout de sa méthode consistant, en historien, à nier la spécificité du Parti communiste. Il commence par liquider la carte électorale apparue à l’issue des élections du 21 octobre 1945, qu’il juge confuse à cause de « l’équivoque des alliances nouées dans la résistance »44. Refusant de reconnaître la légitimité d’un scrutin issu du désordre de la Libération et qui se traduit par une percée spectaculaire du Parti communiste, il est conduit à remettre en cause la durabilité de l’implantation du Parti communiste tout en donnant l’occasion, au royaliste qu’il reste, de nier toute capacité de mobilisation aux partis, aux structures selon lui obsolètes : « […] ils se réfèrent à des notions qui sont en train de se périmer. »45 Philippe Ariès minimise donc l’influence du Parti communiste qui ne parviendrait pas à prendre racine dans nos traditions. Le journaliste rejoint ici certaines analyses de son Histoire des Populations françaises (1948).

22Sa démarche participe bien de la radicalisation de Paroles françaises, qui depuis la fin du mois de mars, orchestre une virulente polémique contre les communistes, au point de se confondre avec la raison d’être du journal.

2-2) La campagne contre Marcel Paul

  • 46 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 102.
  • 47 Cf. la lettre d’Orest Ranum à Philippe Ariès le 4 août 1981 (APA) : « Je crois qu’il a aussi nuanc (...)

23Le peintre Joseph Czapski (1896-1993) a joué un rôle clé dans cette évolution, en fournissant au journal des informations de première main sur les camps soviétiques46. Philippe Ariès devient alors l’ami de ce peintre polonais qu’il rencontre chez Daniel Halévy. Il est certainement celui qui a exercé le plus d’influence sur l’historien47.

  • 48 Cf. le récit de sa sœur Maria Czapska, Une famille d’Europe centrale 1772-1914, Préface de Philipp (...)
  • 49 Philippe Ariès, « Sagesse de J. Czapski », Nation française, 1er mars 1961.
  • 50 Joseph Czapski, Terre inhumaine, op. cit., p. 11.

24Héritier d’une vieille tradition familiale aristocratique et chrétienne48, Joseph Czapski combat, en 1919, contre l’Armée rouge qui marche sur Varsovie. En 1939, officier en Pologne, il est fait prisonnier et interné au camp de Starobielsk, un des trois points de rassemblement avec ceux de Kozielsk et d’Ostaszkow, d’officiers polonais en U.R.S.S. Il raconta son aventure dans Terre Inhumaine (1949). Philippe Ariès fut tout de suite impressionné par le parcours de cet homme : « J. Czapski parvenait en France au terme d’une extraordinaire aventure qui avait commencé dans un camp de prisonniers militaires polonais du Nord russe, et l’avait conduit avec ses camarades de l’Armée Anders, à travers toute la Russie jusqu’en Perse, puis sur les champs de bataille d’Italie, et enfin en France où il avait retrouvé sa sœur, rescapée des atrocités du siège de Varsovie. »49 Ce témoignage fut rédigé au fil des aventures vécues par le peintre entre 1942 et 1947 et s’inscrit dans une démarche bien précise comme l’indique Czapski dans une sorte d’avertissement : « Un des thèmes est la recherche, à travers la Russie, de mes camarades officiers et soldats faits comme moi prisonniers en 1939, assassinés à Katyn et disparus. »50 C’est précisément une partie des résultats de son enquête, non encore publiés, qui furent exploités par Philippe Ariès et Pierre Boutang dans Paroles françaises pour instruire le procès du stalinisme.

  • 51 « La terre de l’hospitalité deviendra-t-elle un coupe-gorge ? », Paroles françaises, 23 mars 1946, (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Philippe Ariès, « Daniel Halévy », Nation française, 7 février 1962, no 331. Nous utilisons le con (...)

25La campagne de presse démarra, fin mars 1946, lorsque Paroles françaises mit ouvertement en cause l’ingérence de Staline dans notre pays avec la complicité du gouvernement français51, renvoyant dos à dos le totalitarisme russe et le totalitarisme allemand. Le procès du stalinisme prend de l’ampleur, début avril, quand Paroles françaises dénonce, sur la foi des informations fournies par Joseph Czapski, dans un article, non signé, au titre provocateur « Comme à Buchenwald »52, les déplacements forcés de populations en Pologne. Selon l’hebdomadaire, dès l’hiver 1939-1940, des « agents du NKVD raflent par milliers des suspects de toutes les classes et de tous les âges ». Comparant les camps allemands et les camps soviétiques, l’article insiste, jusque dans les détails de la narration, sur ce qu’il considère être une politique de déportation : « Et au début février d’un hiver exceptionnellement rigoureux, des centaines de convois s’ébranlent vers l’Est. Des Polonais, des Ukrainiens, des Juifs, […] sont acheminés dans des wagons bondés et soigneusement verrouillés, vers une extermination lente et méthodique. »53 Le point d’orgue de cette campagne de presse aurait été le numéro spécial consacré à Katyn pour lequel Joseph Czapski, d’après Philippe Ariès, apporta « une documentation encore inédite en France »54.

  • 55 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.
  • 56 Pierre Rouaut et collectif Paroles françaises, « Quand les communistes régnaient sur Buchenwald »,(...)
  • 57 « Quand les communistes régnaient sur Buchenwald », (suite), Paroles françaises, no 25, 4 mai 1946
  • 58 Ibid.
  • 59 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, 24 novembre 1945, no 2.

26Au nom de l’anticommunisme, Paroles françaises renvoie donc, dos à dos, les deux systèmes concentrationnaires. Cette démarche vise à discréditer les communistes alors présents au gouvernement et, par là même, à saper les fondements de l’ordre républicain. La campagne de presse contre l’un d’eux, le ministre Marcel Paul (1900-1982), constitue le paroxysme de cette polémique : « Nous avons ainsi travaillé quelques mois, dans la fièvre et l’euphorie. »55 Le 27 avril, soit deux mois après l’arrivée de l’équipe Ariès/Boutang, l’hebdomadaire lance une grande enquête sur le comportement des communistes français, dans les camps de concentration en Allemagne56. Les conclusions de cette enquête qui s’appuie sur des lettres de lecteurs aboutit à la thèse selon laquelle les prisonniers communistes auraient collaboré avec des responsables de camps en Allemagne57. Plus grave, Marcel Paul, le ministre communiste de la Production et de l’Industrie est mis en cause58. L’équipe de Paroles françaises cherche à ébranler le prestige du « parti des 75 000 fusillés » en l’attaquant sur l’attitude de certains de ses militants pendant l’Occupation. L’objectif poursuivi par l’équipe Boutang/Ariès est de permettre aux épurés de réintégrer la « grande communauté française » réclamée par André Mutter dans un éditorial59. Cependant, ce combat, compte tenu du rapport de forces très favorable aux communistes, ne pouvait qu’être vain.

  • 60 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., pp. 104-105.
  • 61 François Brigneau, Mon après-guerre, Editions du Clan, 1966, p. 49.
  • 62 Cf. Stéphane Gacon, L’Amnistie : de la Commune à la guerre d’Algérie, Seuil, 2002.
  • 63 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche., op. cit., p. 105.

27En dépit du succès de Paroles françaises dont le tirage serait passé selon Philippe Ariès de 20 000 à 200 000 exemplaires en quelques mois, leur petite équipe quitte la rédaction du journal : « Et puis, un jour, nous avons abandonné comme des enfants boudeurs : notre chroniqueur littéraire décida de consacrer son papier à Léon Daudet. Les propriétaires du journal s’y opposèrent, trouvant le défi excessif et inopportun. Toute la rédaction a pris la mouche, se drapant dans sa dignité : […] »60. Philippe Ariès évoque aussi une « sortie fracassante ». Ce litige sur Daudet n’est qu’un prétexte pour trouver une sortie honorable. L’équipe paie sa virulente campagne contre Marcel Paul. Pour François Brigneau, le Parti républicain de la liberté a pris peur devant les accusations formulées par l’hebdomadaire61. Bien qu’il soit le fonds de commerce du PRL62, l’anticommunisme de Paroles françaises, menace la position du député André Mutter, représentant du mouvement Ceux de la Résistance au CNR. Notons, toutefois, que la ligne du PRL resta l’anticommunisme. Lors de son deuxième congrès qui s’est tenu les 13 et 14 septembre 1946, la motion finale est un appel à « une large union de tous les Français de bonne volonté pour lutter contre le communisme, destructeur de la civilisation occidentale et de la personnalité humaine ». Avec le recul, Philippe Ariès, non sans nostalgie, évoque cette belle occasion manquée que fut Paroles françaises : « […] nous ne savions pas profiter des occasions, faute de sensibilité à l’instant »63.

3) Paroles françaises : une tentative d’émancipation avortée

  • 64 Cf. Raoul Girardet, « L’héritage de l’Action française », Revue française de Science politique, oc (...)
  • 65 Henry Rousso, « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites françaises », op. cit., p.  (...)
  • 66 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.
  • 67 François Brigneau, Mon après-guerre, op. cit., p. 20.

28Les raisons de l’échec de l’aventure de Paroles françaises conduite par Pierre Boutang et Philippe Ariès, si courte soit-elle — environ quatre mois — n’en sont pas moins essentielles pour comprendre l’histoire de l’Action française après-guerre. L’héritage maurrassien y a été sous-estimé64, car l’hebdomadaire fonctionne comme un carrefour des droites dans l’immédiat après-guerre : « Mais cet amalgame contre nature, fondé sur des solidarités politiques qui tentent de s’ancrer dans une tradition d’Action française dont on feint de croire qu’elle a traversé sans clivage la crise de l’Occupation, ne prend pas. »65. Autour du tandem Boutang/Ariès s’était constitué un solide noyau maurrassien qui est parvenu à imposer ses vues et son style. Les autres tendances ne sont jamais venues que s’agréger à ce noyau dominant. Pierre Boutang n’aurait guère toléré que l’on s’écartât de la ligne définie : « Ah ! Il fallait être jeune et costaud pour résister aux comités de rédaction : je devais soutenir un combat amical, mais épuisant, avec Boutang, non pas certes pour des questions d’idées, nous étions d’accord, mais pour des détails de mise en pages, de composition du numéro. »66. François Brigneau décrit aussi une rédaction sur laquelle Pierre Boutang règne sans partage67.

  • 68 Ibid.
  • 69 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.

29L’échec de la campagne contre Marcel Paul doit beaucoup à l’ancrage de l’équipe Boutang/Ariès dans la tradition pamphlétaire d’Action française. En fait, Pierre Boutang et Philippe Ariès sont prisonniers de leur vision de l’épuration. Comme se plaît à le raconter François Brigneau, à la rédaction de Paroles françaises, on ne cesse de ressasser la mise à sac des bureaux de l’Action française à Lyon ou les conditions de l’arrestation de Charles Maurras. Jusqu’à Daniel Halévy qui, lorsqu’il venait visiter l’équipe rue du Croissant demandait, selon Philippe Ariès, à « revoir la petite pièce et la table où Maurras corrigeait ses épreuves, car tout était resté comme avant-guerre dans cet atelier »68. Paroles françaises était tiré dans la même imprimerie que celle de l’Action française, situation que Philippe Ariès qualifie de « curieux hasard », dans Un Historien du dimanche69.

30Paroles françaises est venu trop tôt entre les mains des deux amis Pierre Boutang et Philippe Ariès pour faire ce nouveau Candide, qui fut finalement la Nation française. Mais l’épuration, telle une résurgence de leur mémoire intime des combats politiques des années trente, les ramène au cœur de l’univers maurrassien. Alors que l’Action française officielle peine à renaître, l’entreprise de Paroles françaises ne parvient pas à relever le défi d’une entreprise de rénovation du maurrassisme. Après cette tentative d’émancipation, Pierre Boutang qui rédigea pendant quelques mois avec Antoine Blondin et François Brigneau le brûlot, la Dernière Lanterne, rentre à l’Action française, qui redémarre, en 1947, avec Aspects de la France. Par amitié pour Pierre Boutang et par fidélité à sa culture politique, Philippe Ariès accompagna ce nouveau départ et vécut au cœur de cette sociabilité maurrassienne orthodoxe, tout en s’affirmant comme un historien original. L’histoire allait en effet lui permettre, bien avant la Nation française, de tenter cette réforme de la pensée de droite — loin de la polémique — à laquelle il attachait tant d’importance.

Notes

1 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980, p. 92.

2 Cf. Pierre Chaunu, « Sur le chemin de Philippe Ariès, historien de la mort », H.E.S., 1984, no 4, pp. 651-664.

3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 93.

4 Ibid.

5 Ibid., p 95.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid., p 96.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 95-96.

11 Philippe Ariès, « Charles Picard », Nation française, 30 décembre 1965, p. 432.

12 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 96.

13 Ibid., p 97.

14 Ibid., p. 95.

15 Philippe Ariès, « David Rousset : L’Univers concentrationnaire », J’ai Lu, 3e trimestre 1946, no 5, pp. 5-6.

16 Ibid.

17 Philippe Ariès, « Histoire de nos troubles », Revue française de l’élite, avril 1950.

18 Ibid.

19 Philippe Ariès, « De l’armistice à l’insurrection », J’ai Lu, 2e trimestre 1946, pp. 25-27.

20 Philippe Ariès, « Histoire de nos troubles », op. cit.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 100.

24 Ibid., p. 101.

25 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, 24 novembre 1945, no 2.

26 Lettre de P. Boutang à G. Marcel du 28 novembre 1944 (Fonds Gabriel Marcel, BNM).

27 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 99.

28 Ibid., p. 100.

29 Lettre de Philippe Ariès à Philippe Brissaud le 11 février 1946 (APB).

30 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 100.

31 Antoine Blondin, Ma vie entre les lignes, recueil d’articles, Paris, La Table Ronde, 1982, p. 87.

32 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 101.

33 Henry Rousso, « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites françaises », dans Jean-François Sirinelli (sous la dir.), Histoire des droites en France, t. 2, Paris, Gallimard, 1992, p. 553.

34 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 101.

35 Ibid.

36 Philippe Ariès, « Raymond Aron : de l’Armistice à l’insurrection », J’ai lu, 2e trimestre 1946, no 2, p. 27.

37 Philippe Ariès, « Daniel Halévy », Nation française, 7 février 1962.

38 Gabriel Marcel, Les Hommes contre l’humain, Fayard, 1968 (1951, 1ere éd.), p. 85.

39 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit.., pp. 101-102.

40 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, no 2, 24 novembre 1945.

41 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 102.

42 Cf. lettre de Philippe Ariès du 8 mars 1947 à Gabriel Marcel (Fonds Marcel BNM).

43 J’ai Lu, avril 1947, pp. 36-40.

44 Philippe Ariès, « L’évolution sociale d’après le référendum », Paroles françaises, 18 mai 1946, no 27.

45 Ibid.

46 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 102.

47 Cf. la lettre d’Orest Ranum à Philippe Ariès le 4 août 1981 (APA) : « Je crois qu’il a aussi nuancé vos pensées au fil des années (et vous les siennes). Je vous en parlerai un jour. »

48 Cf. le récit de sa sœur Maria Czapska, Une famille d’Europe centrale 1772-1914, Préface de Philippe Ariès, Plon, coll. « Civilisations et Mentalités », 1972, 331 p.

49 Philippe Ariès, « Sagesse de J. Czapski », Nation française, 1er mars 1961.

50 Joseph Czapski, Terre inhumaine, op. cit., p. 11.

51 « La terre de l’hospitalité deviendra-t-elle un coupe-gorge ? », Paroles françaises, 23 mars 1946, no 20.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Philippe Ariès, « Daniel Halévy », Nation française, 7 février 1962, no 331. Nous utilisons le conditionnel car nous n’avons pu trouver ce numéro de Paroles françaises sur Katyn, la collection étant incomplète. L’historienne J. Verdès-Leroux estime qu’Ariès est victime « d’erreurs de mémoire » sur ce numéro (cf. Le Présent quotidien, Seuil, 1997, pp. 494-495).

55 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.

56 Pierre Rouaut et collectif Paroles françaises, « Quand les communistes régnaient sur Buchenwald », Paroles françaises, 27 avril 1946, no 24.

57 « Quand les communistes régnaient sur Buchenwald », (suite), Paroles françaises, no 25, 4 mai 1946.

58 Ibid.

59 André Mutter, « Le sens français », Paroles françaises, 24 novembre 1945, no 2.

60 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., pp. 104-105.

61 François Brigneau, Mon après-guerre, Editions du Clan, 1966, p. 49.

62 Cf. Stéphane Gacon, L’Amnistie : de la Commune à la guerre d’Algérie, Seuil, 2002.

63 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche., op. cit., p. 105.

64 Cf. Raoul Girardet, « L’héritage de l’Action française », Revue française de Science politique, octobre-décembre 1957, vol. VII, no 4, pp. 765-792.

65 Henry Rousso, « La Seconde Guerre mondiale dans la mémoire des droites françaises », op. cit., p. 582.

66 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.

67 François Brigneau, Mon après-guerre, op. cit., p. 20.

68 Ibid.

69 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 104.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540