Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Philippe Ariès (1914-1984)

 | 
Guillaume Gros

Première partie : une famille royaliste d'Action française (1914-1936)

Chapitre I : Vivre dans le culte du roi en République

Texte intégral

1) Une famille comme une communauté : « une oasis » à l’abri de l’histoire

1-1) La densité des échanges familiaux

  • 1 Dossier « Histoire des Populations françaises » (APA).
  • 2 En 1970, alors que le Seuil s’apprête à rééditer l’Histoire des populations, P. Ariès écrit à Mich (...)
  • 3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980 p. 48.
  • 4 Ibid., p. 49.

1Avant même d’être une famille royaliste, la famille Ariès est le théâtre d’une vie familiale intense. Une dédicace écrite par Philippe Ariès à ses parents en 1948 pour la parution de l’Histoire des populations françaises (1948) met en lumière ce caractère qui est un leitmotiv dans ses souvenirs : « Pour papa et maman, ce livre dédié à Jacques, écrit et pensé dans la chère rue Decamps où nous avons appris à vivre chrétiennement, dans l’affection, le souvenir… et la rumeur des discussions et des controverses, en témoignage d’une mémoire fidèle qui ne périra qu’avec moi. »1 Philippe Ariès a conservé pieusement cet émouvant témoignage qu’il avait donc dû récupérer après la mort de ses parents2. Les souvenirs de sa famille sont d’abord associés à cette chère rue Decamps, près du Trocadéro, où les Ariès se sont installés au début des années vingt et que l’historien ne devait quitter qu’au moment de son mariage en 1949, à l’exception de deux courtes périodes où il dut subir l’autorité paternelle qu’il n’était pas question de discuter. Philippe Ariès passa son baccalauréat par correspondance chez un archiprêtre aux Andelys dans l’Eure où son père l’avait envoyé travailler dans une société de distribution d’électricité. Il s’agissait d’une punition pour cause d’école buissonnière à Paris : « Tel fut mon premier drame avec la famille, et aussi ma première échappée hors de mon univers social. »3 La deuxième séparation forcée de la rue Decamps fut sa première année d’études d’histoire à Grenoble. Parce que Philippe Ariès avait refusé de poursuivre ses études pour devenir polytechnicien comme le souhaitait son père, ce dernier se résignant au changement d’orientation préféra l’éloigner de Paris, redoutant que son fils ne menât une vie dissipée d’étudiant : « Reçu au certificat d’histoire du Moyen-Age, j’ai fait la paix avec mes parents. Une paix définitive : je n’eus jamais plus de conflits avec eux. »4

  • 5 Lettre de Raoul Girardet à Philippe Ariès le 19 octobre 1971 (APA).
  • 6 Lettre de Pierre Boutang à Philippe Ariès le 1er septembre 1971 (APA).
  • 7 Lettre de Philippe Brissaud à Philippe Ariès le 29 avril 1964 (APA)

2Ses amis ont gardé un souvenir enchanté de ce qu’Ariès appelle son « paradis familial ». A la mort du père de son ami, Raoul Girardet évoque cet univers familial lié à la figure de ce père ouvert à tous et attaché aux souvenirs de son adolescence : « […] le grand appartement, alors si plein de vie de la rue Decamps, ta chambre, la bonhomie et l’espèce de grâce paisible de tous »5. Quant à Pierre Boutang, au même moment, il rappelle à Philippe Ariès combien sa peine est fraternelle : « J’avais transféré à ton père une part de mon terrible amour filial […] »6. En 1964, c’est Philippe Brissaud, un autre ami de jeunesse, qui à l’occasion de la mort de la mère de Philippe Ariès, évoquait ce charme diffus qui entourait le foyer de son ami : « J’ai bien peu connu tes parents, beaucoup moins que tu n’as connu les miens, mais j’ai gardé un souvenir très présent du charme qui émanait de Madame Ariès. »7

  • 8 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 32.
  • 9 Ibid. p. 34.
  • 10 Il avait d’ailleurs entrepris, à la fin de sa vie, une recherche généalogique.

3L’appartement de la rue Decamps est dans la mémoire de Philippe Ariès le théâtre de sa vie familiale qui ne fut pas seulement limitée à la relation enfants-parents : « Ma grand-mère, ma tante Laure l’ont habité. Mon second frère et ma sœur y sont nés […]. Trois générations plus les serviteurs, les amis et parents de passage y vécurent. J’en garde un très bon souvenir, au moins du temps où il était plein de monde […] »8. La famille est une communauté qui, bien que nucléaire, s’élargit dans un réseau de parenté et d’amitié. Ce type de relation familiale eut très certainement une grande influence dans la vie de Philippe Ariès qui conçut par exemple sa vie militante de la fin des années trente, comme un prolongement de la sociabilité familiale. Entourés de grandes personnes, les enfants ne sont pas isolés du monde des adultes : « Sans abandonner la société de leurs pairs avec qui ils jouaient, ils aimaient participer à la vie des grandes personnes. »9 Parmi ses grandes personnes, les domestiques occupaient une place tout aussi importante que les membres de la famille. Les domestiques étaient souvent d’origine martiniquaise et apportèrent rue Decamps cette « odeur des îles » et une forme de sociabilité qui imprégnèrent l’enfance de Philippe Ariès dont les parents étaient liés aux Antilles. L’historien descendait en effet d’une famille originaire d’un petit village près de Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne) dont une branche était partie s’installer dès la fin du XVIIIe à la Martinique10.

1-2) Du côté de la Martinique et de Bordeaux

  • 11 Lettre de Pierre de Beco à Philippe Ariès le 19 août 1980 (APA).
  • 12 François Léger, Une Jeunesse réactionnaire, Publications F. B., 1993, pp. 114-115.
  • 13 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », dans Philippe Ariès, Charles Daney, Émile (...)
  • 14 Ibid., p. 72.

4Dans le quotidien de la famille Ariès où le culte des souvenirs du passé royaliste contribuait à entretenir ce « légendaire familial », les Antilles occupaient une place de choix. Le poids de cette mémoire familiale a dû être fort. En 1981, à l’occasion de la sortie d’Un Historien du dimanche, où Philippe Ariès commence son récit d’enfance par ce qu’il appelle « l’odeur des îles », Pierre de Beco, l’un de ses camarades du Collège Jésuite Saint-Louis de Gonzague rue Franklin qui l’avait perdu de vue depuis les années trente, est étonné d’apprendre, après la lecture du livre, que son auteur n’était pas né aux Antilles : « Tu évoquais souvent des souvenirs antillais et j’avais retenu, que tu étais né là-bas. »11. L’ami de la rue Franklin se souvient aussi d’une chanson que Philippe Ariès lui avait fredonnée dans un restaurant martiniquais et dont les bribes, dit-il, « s’accrochent à sa mémoire » près d’un demi-siècle plus tard. François Léger, dans un livre de souvenirs intitulé Une Jeunesse réactionnaire, estime que les origines antillaises ont influencé l’historien : « Il a apporté à l’étude de l’histoire une frénésie vitale qui fut décisive dans la conception qu’il se fit du passé, dans l’irrésistible élan avec lequel il l’a traité, dans les problèmes inédits qu’il a choisis. »12 Révélateur de sa fidélité à la mémoire familiale, la publication en 1981 d’une contribution intitulée « Saint-Pierre ou la douceur de Vivre », dans un recueil de textes Catastrophes à la Martinique13 où Philippe Ariès justifie ainsi son intervention dans cet ouvrage, alors qu’il n’est, comme il le reconnaît lui-même, ni géologue, ni historien des colonies, ni historien des Antilles ou des Caraïbes : « Mais qu’auraient pensé mes parents, mes grands-parents si j’avais décliné la charge — mais peut-être aussi l’honneur — de porter aujourd’hui témoignage de leur fidélité ? »14. Son évocation du paradis perdu que sont les Antilles n’est pas une construction intellectuelle.

  • 15 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, dans(...)

5Ces racines antillaises sont à l’origine de ce culte quasi religieux des ancêtres qui se confond avec celui des rois : « […] il y avait une relation extrêmement étroite, existentielle, entre mes ancêtres, entre l’histoire de ma famille, la manière dont on parlait d’eux à table à la maison, et la grande histoire. »15

  • 16 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », op. cit., p. 73.
  • 17 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 14.
  • 18 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », op. cit., p. 78.
  • 19 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 17.
  • 20 Ibid., p. 192.

6Chez les Ariès on pensait « que ceux qui n’avaient pas connu Saint-Pierre n’avaient pas connu la douceur de vivre. »16 Ce culte est d’autant plus surprenant que les ancêtres en question n’étaient pas issus de la société coloniale et ne furent pas des modèles de réussite. C’est bien une forme de sociabilité qui modela et exerça un attrait puissant sur les parents de Philippe Ariès qui avaient été élevés par de vieilles Noires, anciennes esclaves ou filles d’esclaves17. Plus que son père qui n’était pas né à la Martinique, c’est sa mère qui fut la plus marquée par les treize années qu’elle passa à Saint-Pierre. La puissance des souvenirs fut démultipliée chez Mme Ariès, suite à la terrible éruption qui ravagea Saint-Pierre en 1902 juste après l’installation de sa famille à Bordeaux : « À peine installés, la nouvelle de la catastrophe leur parvint, supprimant d’un coup tout un monde qui avait été le leur […] »18. La conséquence de l’éruption, qui fit 300 000 victimes, fut l’arrivée en métropole d’une sœur des parents de Madame Ariès, tante Laure, qui vécut à Bordeaux jusqu’en 1936 puis jusqu’en 1940 à Paris et qui eut une influence très importante sur Philippe Ariès : « Je l’ai aimée comme une grand-mère ; elle est de ceux […] dont le souvenir ne me quitte guère. »19 Avec sa mère et les domestiques, elles lui communiquèrent ce « folklore martiniquais très répétitif » qui avait tant impressionné Pierre de Beco, l’ami des Jésuites de la rue Franklin. Tante Laure, comme le fait remarquer celui-ci à Philippe Ariès, fut sans doute au cœur de son approche de la sainteté et de la religion en général. L’auteur d’Un Historien du dimanche fut ainsi particulièrement sensible à la foi de sa tante qui s’exprimait davantage par des gestes que par la parole20. La nature de cette influence diffuse et charnelle correspond aussi à celle qu’évoque François Léger quand il parle de cette vitalité apportée par Philippe Ariès à l’histoire, vitalité liée à ses origines antillaises

2) Un « royalisme d’héritage » au quotidien

2-1) La quête d’un âge d’or ou la recherche d’un lien vivant avec le passé

  • 21 Philippe Ariès, « Un Enfant découvre l’histoire » (1946), dans Le Temps de l’Histoire, Seuil, 1986 (...)
  • 22 Ibid.

7Dans sa quête d’un âge d’or, les Antilles « que la rupture de 1789 n’avait guère atteintes » incarnent l’image d’une société où le « passé constituait encore un milieu dense et complexe »21. Dans le légendaire familial des Ariès, la mémoire pieusement entretenue de la Martinique complète celle du passé royaliste. Elle alimente aussi chez Philippe Ariès ce qu’il appelle une « conscience enfantine du passé » qu’il tend à idéaliser. Cette passion qu’il manifesta pour ses origines martiniquaises participe de cette volonté — sans doute inavouée — de s’approprier un passé désiré, pour retrouver cette forme de spontanéité qui était celle de ses parents à l’égard de leur propre passé : « Ce qui était donné à mes parents devait être acquis par moi. »22

  • 23 Ibid., p. 38.
  • 24 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Seuil, (1986 pour la 1re édition), coll. « Point (...)

8Dès son berceau, Philippe Ariès baigna dans un univers royaliste qui est donc d’abord celui de sa famille et de ses parents : « Ils étaient convaincus, d’une conviction naïve, comme une chose allant de soi, qu’ils possédaient l’essence du passé, qu’au fond il n’existait pas de différence entre eux et le passé […] »23. C’est cette vision spontanée et naïve du passé qui fut celle de son enfance, que Philippe Ariès cherche à retrouver à partir de 1945. Le jeune historien procède presque à une sorte d’analyse, au sens freudien du terme, pour exhumer l’innocence et la grâce de cette douceur de vivre ébranlées par une politisation précoce chez les jeunes Lycéens d’Action française et par l’irruption de l’histoire dans la vie privée. Raoul Girardet a bien analysé la nature de ces images d’un passé légendifié qui illuminaient le quotidien de ce milieu politique : « […] cette France d’avant la grande coupure révolutionnaire et que tout un légendaire affirme avoir été celle de « la douceur de vivre » […] »24.

  • 25 Philippe Ariès, « Confessions d’un anarchiste de droite », Contrepoint, no 16, septembre 1974, p.  (...)
  • 26 François Richard, Les Anarchistes de droite, Presses Universitaires de France, 1991, p. 70.
  • 27 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », dans Pierre Nora, sous la dir., Essais d’ego-histoire, Gal (...)
  • 28 Pierre Chaunu, « Je suis un anarchiste de droite », entretien avec François Dufay, dans L’Histoire(...)

9Cette quête d’un âge d’or traduit tout à la fois la volonté d’entretenir un lien vivant avec le passé et le souci de construire une histoire qui échappe à l’événement. En 1975, dans un article intitulé « Les Confessions d’un anarchiste de droite », Philippe Ariès raconte comment après son engagement militant à l’Action française, il a le sentiment d’avoir laissé échapper l’héritage de son enfance : « Je ne trouvais plus rien de cette relation au passé qui a donné à mon enfance et à ma jeunesse un véritable « charme », et qui a orienté ma vocation d’historien. »25 Face à ce vide, il est amené à demander à la pratique de l’histoire ce qui fut jadis spontané et naïf. Ce retour vers l’enfance à partir de la guerre devint une préoccupation essentielle de l’historien jusqu’à la fin de sa vie, au point de la surévaluer, campant la figure de l’anarchiste de droite qui est convaincu que « toutes les données essentielles sont là depuis le début […] »26. On retrouve le même regard chez Pierre Chaunu : « Je suis historien parce que je suis le fils de la morte et que le mystère du temps me hante depuis l’enfance. »27 Pierre Chaunu, lui aussi, n’hésite pas à se proclamer « anarchiste de droite » dans un entretien dans un numéro de l’Histoire consacré à la droite en janvier 1993. A l’instar de Philippe Ariès, il réfute la distinction droite/gauche souhaitant que soit réduit ce qu’il nomme le « poids de la contrainte externe »28. Dans le cas de Philippe Ariès, il importe de bien relier ce qui fut une tendance à la fin de sa vie, cette forme d’anarchisme, à sa culture royaliste et maurrassienne.

10Cette culture est d’abord une imagerie royaliste qui, insiste Philippe Ariès, préexistait à l’Action française. Elle était présente rue Decamps, au domicile parisien, mais aussi dans les demeures girondines des grands-parents qui ont énormément compté pour lui. Toute sa famille, tant du côté de sa mère que du côté de son père était catholique et royaliste à quelques exceptions près depuis plusieurs générations.

  • 29 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 27.
  • 30 Cf. Geneviève Hartmann, « Philippe Ariès le documentaliste », Fruits, Cirad-Irfa, vol. 39, no 3, P (...)

11Son père, né en 1884 et originaire de Langoiran qui mena une carrière d’ingénieur et qui participa à l’électrification de la France, ne disposait pas de fortune personnelle. Et si la famille Ariès ne fut pas trop touchée par la crise des années trente, elle le doit à ce métier d’ingénieur dans une branche alors en pleine expansion. D’après Philippe Ariès, le métier de son père assurait un train de vie correct mais sans plus, à cette bourgeoisie catholique et conservatrice à laquelle, dit-il, appartenait sa famille. Cela dit, Philippe Ariès tempère le caractère passéiste de celle-ci auquel renvoie tout son héritage royaliste, en insistant beaucoup sur une passion réelle pour la culture scientifique : « Ce monde qui, en politique, avait l’air de tourner le dos au présent, participait à la culture de son temps […] »29. L’historien lui-même au cours de sa vie professionnelle dans un service de documentation fut toujours au contact d’une modernité dont il sut aussi se faire le pionnier30. Il tenait à ce mélange de tradition et de modernité.

  • 31 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 14.
  • 32 Ibid.

12Ce royalisme d’héritage était d’abord véhiculé par une certaine conception des relations sociales. Le seul luxe de cette famille de petite bourgeoisie était la présence de plusieurs domestiques, surtout d’origine martiniquaise. S’ils faisaient partie de la famille, contribuant à y entretenir cette « odeur des îles », ils ne devaient pas moins savoir garder leur place. Il y avait sans doute davantage qu’un simple rapport de domestique à patron chez les Ariès. Ses parents avaient gardé de leurs origines antillaises un sens aigu des relations sociales : « […] mes parents n’étaient pas racistes, ils aimaient les Noirs à leur façon, un peu comme des enfants qui auraient eu la chance de ne pas grandir, drôles et affectueux quand on les traitait bien, […] »31. Comme l’explique Philippe Ariès, qui sous-estime certainement ce qu’une telle attitude devait à une vision coloniale des rapports entre les hommes, en gardant les distances et les rangs, ses parents « se conformaient au modèle d’Ancien Régime, où chacun devait rester à la place où il était né, sauf cas rares, assez bien négociés pour être admis »32. La comparaison de Philippe Ariès est tout à fait révélatrice de cette collusion permanente dans son milieu familial, entre l’héritage antillais et la culture royaliste.

  • 33 Ibid., p. 35.
  • 34 Pierre Boutang, Maurras. La destinée et l’œuvre, Éditions de la Différence, 1993, p. 656 en note.
  • 35 Philippe Ariès, « Les nostalgies des Français », H-Histoire, no 5, 1980 reproduit dans Philippe Ar (...)

13L’imagerie royaliste imprègne donc les maisons de son enfance. Les photographies politiques avaient le même statut que les photographies privées. Madame Ariès « veillait pieusement sur les portraits des princes, exposés dans le salon, elle les mettait à jour, selon les deuils, les mariages, les naissances »33. Philippe Ariès accorde à sa mère un rôle primordial dans la transmission du sentiment royaliste. Pierre Boutang raconte que quelques heures avant de mourir le 9 février 1984, Philippe Ariès, très affaibli, demandait à son ami de lui parler de la famille royale : « Son royalisme, très profond, subsistait au seuil de la mort. »34 Le rôle joué par sa mère, il l’élargit aux femmes en général : « Les royalistes, et surtout les moins politisés d’entre eux, les femmes en particulier, voyaient moins dans la monarchie un mode de gouvernement qu’un mode de vie, le lien charnel qui reliait le présent au passé. »35

  • 36 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 26.

14Si cet apolitisme ne résista pas toujours aux accès de fièvre, comme la condamnation de l’Action française par le Vatican en 1926, il constitue l’âge d’or de son royalisme familial et légendaire qu’il retrouvait par exemple dans la propriété de son arrière grand-mère de Beyssac puis chez les sœurs de son père en Médoc : « […] je menais une vie fascinante, parmi tout un monde d’objets et de souvenirs qui évoquaient l’Ancien Régime, la Révolution, l’émigration, la résistance à la Révolution, un folklore qui enchanta mes années d’enfance »36.

2-2) Du folklore royaliste à une vision politique de l’histoire

  • 37 Après la chute de la monarchie et le début de l’invasion prussienne en France, les chefs de la Com (...)
  • 38 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire », (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p (...)

15Cette imagerie royaliste se nourrit naturellement de tout un tissu d’anecdotes ou de rites, qui constituent autant de « lieux de mémoire » du sentiment royaliste qui ont une connotation politique et qui façonnèrent la culture politique de combat de Philippe Ariès à la fin des années trente. Charles Maurras n’a jamais fait que canaliser une culture royaliste, par essence hostile au courant de pensée issu de la Révolution française. Enfant, lors d’une promenade dominicale, Philippe Ariès fut mené dans l’ancien monastère des Carmes transformé, sous la Révolution, en prison « où périrent les victimes de Septembre37, à la chapelle expiatoire du boulevard Haussmann, élevée par la Restauration à la mémoire de Louis XVI, de Marie-Antoinette et des Suisses du 10 août »38. Ce type de pèlerinage ne relève pas uniquement du folklore. Au-delà de la simple manifestation de fidélité aux figures de la royauté, il contribue à forger une conscience politique précoce. Toute l’enfance de Philippe Ariès se situe dans un autre temps que celui de la République.

  • 39 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire » (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p. (...)

16Cette période de sa vie a été nourrie par la lecture de Mémoires, notamment des Mémoires du XVIIIe siècle et de la Révolution ainsi que de la Restauration : « On m’en lisait des passages — soit qu’ils fussent des témoignages émouvants de fidélité, soit qu’ils permissent de s’attendrir sur le bonheur de vivre à cette époque. »39 Ce genre de lectures alimente toute une culture qui puise aux sources de la littérature contre-révolutionnaire.

  • 40 Serge Rials, « La contre-révolution », dans Pascal Ory (sous la dir.), Nouvelle Histoire des idées (...)

17La famille Ariès ne limite pas ses curiosités pour cette pensée à la seule Révolution, mais au XVIIIe siècle c’est-à-dire aux Lumières qui incarnent le triomphe de la raison et de l’individualisme. Cette littérature de Mémoires du XVIIIe siècle que Philippe Ariès tend à nous présenter comme une imagerie d’Épinal « […] est en vérité alors aux prises avec les tendances les plus radicales des Lumières […] »40.

  • 41 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire » (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p. (...)
  • 42 Il s’agit d’un intertitre dans Un Historien du dimanche, op. cit., p 23.
  • 43 Philippe Ariès, « Pour le règne de Henri III », dans François Léger, La Fin de la Ligue (1589-1593 (...)

18Ce légendaire royaliste n’a rien d’intemporel ou d’éthéré dans le contexte de la IIIe République, où l’enseignement de l’histoire vise à consolider le modèle républicain. Dans le chapitre du Temps de l’Histoire intitulé « Un enfant découvre l’histoire » où Philippe Ariès confesse tout ce que sa vocation d’historien doit à ses discussions avec son grand-père, il raconte comment celui-ci lui conta, lors d’une promenade sur les Quinconces, à Bordeaux l’assassinat du duc de Guise afin, écrit-il, « de me mettre en garde contre les accusations qu’une histoire républicaine et mal intentionnée portait contre Henri III »41. Ce type de discussion entre le grand-père et le petit-fils qui recherchait ce qu’il nomme le « commerce des vieillards »42, laissa des traces profondes dans l’imaginaire de l’enfant que l’on peut mesurer. La relation et le contact avec les grands-parents dans cette communauté qu’est la famille, occupent une grande place dans les préoccupations de Philippe Ariès qui accorde beaucoup d’importance à la transmission d’une culture orale par le contact avec les ancêtres. En 1944, il publie une étude intitulée « Journal de l’Estoile » avec comme sous-titre : « Pour le règne d’Henri III. » Dans ses mémoires, Philippe Ariès se souvient des conseils de son grand-père et procède à un éloge de la sagesse du règne d’Henri III : « Ce refus de se laisser gagner par les passions de l’heure, surtout en plein Paris, où les curés fanatisaient une populace facile à émouvoir, cette volonté de raisonner son attitude, en fonction de grands principes doctrinaux, tout ce comportement qui ne nous étonne pas aujourd’hui, était au contraire très singulier au XVIe siècle. »43 L’imagerie royaliste cultivée par la famille Ariès n’est donc pas uniquement un jardin secret. Elle nourrit aussi une réflexion politique et une vision de l’histoire qui ne se réduisent pas seulement à la nostalgie d’un monde ancien.

  • 44 Philippe Ariès, « Réflexions sur la Contre-révolution. III, La Fronde vendéenne », L’Étudiant fran (...)
  • 45 Lettre de Maurice Lanoire du 18 décembre 1954 à Philippe Ariès (APA).
  • 46 Propriété dans le Médoc.
  • 47 Chanson évoquant les événements de Vendée.

19Si la force d’une culture politique est de diffuser un contenu par d’autres voies précisément que celles du politique, nul doute que l’imagerie royaliste dans laquelle baigna Philippe Ariès, était une forme de socialisation politique efficace qui ne tarda pas à se manifester par un très fort antidémocratisme, dans les colonnes du journal des étudiants de l’Action française. Comment ne pas voir une relation entre ce culte d’une mémoire contre-révolutionnaire qui pouvait passer aussi, par exemple, par l’admiration de la barrette d’un grand-oncle, prêtre, qui avait péri sous la Convention dans les noyades de Carrier à Nantes, et la série d’articles consacrés par le jeune militant sur le thème « Réflexions sur la Contre-révolution » ? De la contemplation, dans une propriété familiale du Médoc pendant les vacances d’été, d’une relique de l’ancêtre victime de la Terreur, à l’article sur « la fronde vendéenne »44, le parcours de Philippe Ariès est éminemment politique. Dans une lettre de 1954 à Philippe Ariès, Maurice Lanoire, cousin éloigné qui vient de lire Le Temps de l’Histoire, est saisi par la justesse de l’évocation de ce qui fut aussi son milieu familial : « J’ai des titres particuliers à aimer votre livre. Car dans une certaine mesure, j’ai participé à la vie familiale que vous évoquez avec tant de charme dans vos souvenirs d’enfant et d’adolescent. »45 Maurice Lanoire, qui est plus âgé que son cousin, confesse qu’il a été nourri de traditions semblables à celle de Philippe Ariès mais précise-t-il beaucoup « moins intransigeantes ». Son regard est intéressant car il est celui d’un royaliste qui peut donc comparer son expérience à l’aune de quelqu’un dont il reste très proche : « J’ai chanté à La Gorce46 « Prends ton fusil, Grégoire »47 et j’ai participé à la prière en commun récitée par votre oncle Emmanuel. »

20La fidélité à ce legs de traditions fut l’une des dimensions essentielles de la démarche de l’historien Ariès tout au long de sa vie. Cette famille nourrie de traditions intransigeantes se rapprocha assez naturellement de l’Action française naissante. Aussi peut-on se demander dans quelle mesure l’enfance de Philippe Ariès fut cette oasis à l’abri des événements politiques de son temps ?

Notes

1 Dossier « Histoire des Populations françaises » (APA).

2 En 1970, alors que le Seuil s’apprête à rééditer l’Histoire des populations, P. Ariès écrit à Michel Winock, pour lui dire qu’il tient beaucoup à récupérer son manuscrit pour des raisons de famille : cf. la lettre de P. Ariès à M. Winock le 7 décembre 1970, (dossier « Histoire des populations françaises », Archives du Seuil).

3 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, Seuil, 1980 p. 48.

4 Ibid., p. 49.

5 Lettre de Raoul Girardet à Philippe Ariès le 19 octobre 1971 (APA).

6 Lettre de Pierre Boutang à Philippe Ariès le 1er septembre 1971 (APA).

7 Lettre de Philippe Brissaud à Philippe Ariès le 29 avril 1964 (APA)

8 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 32.

9 Ibid. p. 34.

10 Il avait d’ailleurs entrepris, à la fin de sa vie, une recherche généalogique.

11 Lettre de Pierre de Beco à Philippe Ariès le 19 août 1980 (APA).

12 François Léger, Une Jeunesse réactionnaire, Publications F. B., 1993, pp. 114-115.

13 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », dans Philippe Ariès, Charles Daney, Émile Berlé, Catastrophe à la Martinique, Paris, Herscher, « Archives de la Société de géographie », pp. 11-24. Texte reproduit dans Philippe Ariès, Essais de Mémoire, Seuil, 1994, pp. 69-88.

14 Ibid., p. 72.

15 Philippe Ariès, « La singulière histoire de Philippe Ariès », entretien avec André Burguière, dans Le Nouvel-Observateur, 20 février 1978, pp. 80-102.

16 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », op. cit., p. 73.

17 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p 14.

18 Philippe Ariès, « Saint-Pierre ou la douceur de vivre », op. cit., p. 78.

19 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 17.

20 Ibid., p. 192.

21 Philippe Ariès, « Un Enfant découvre l’histoire » (1946), dans Le Temps de l’Histoire, Seuil, 1986, (Ed. du Rocher, 1954), p. 39.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 38.

24 Raoul Girardet, Mythes et mythologies politiques, Seuil, (1986 pour la 1re édition), coll. « Point Histoire », 1990, p. 100.

25 Philippe Ariès, « Confessions d’un anarchiste de droite », Contrepoint, no 16, septembre 1974, p. 90.

26 François Richard, Les Anarchistes de droite, Presses Universitaires de France, 1991, p. 70.

27 Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », dans Pierre Nora, sous la dir., Essais d’ego-histoire, Gallimard, 1987, p. 61.

28 Pierre Chaunu, « Je suis un anarchiste de droite », entretien avec François Dufay, dans L’Histoire, no 162, janvier 1993, p. 32.

29 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 27.

30 Cf. Geneviève Hartmann, « Philippe Ariès le documentaliste », Fruits, Cirad-Irfa, vol. 39, no 3, Paris, 1984.

31 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 14.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 35.

34 Pierre Boutang, Maurras. La destinée et l’œuvre, Éditions de la Différence, 1993, p. 656 en note.

35 Philippe Ariès, « Les nostalgies des Français », H-Histoire, no 5, 1980 reproduit dans Philippe Ariès, Essais de Mémoire, Seuil, 1993, p. 195.

36 Philippe Ariès, Un Historien du dimanche, op. cit., p. 26.

37 Après la chute de la monarchie et le début de l’invasion prussienne en France, les chefs de la Commune parisienne réclament une justice expéditive pour les suspects. La plupart des victimes tuées entre le 2 et le 9 septembre 1792 à Paris et en province étaient des nobles ou des prêtres réfractaires. Certaines exécutions eurent lieu aux Carmes.

38 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire », (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p. 35.

39 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire » (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p. 35-36.

40 Serge Rials, « La contre-révolution », dans Pascal Ory (sous la dir.), Nouvelle Histoire des idées politiques, Pluriel, 1996 (Hachette, 1987 pour la 1re édition), p. 166.

41 Philippe Ariès, « Un enfant découvre l’histoire » (1946) dans Le Temps de l’Histoire, op. cit., p. 36.

42 Il s’agit d’un intertitre dans Un Historien du dimanche, op. cit., p 23.

43 Philippe Ariès, « Pour le règne de Henri III », dans François Léger, La Fin de la Ligue (1589-1593), suivi de Trois Études sur le XVIe siècle, Éditions de la Nouvelle France, « Cahiers de la Restauration française », 1944, p. 173.

44 Philippe Ariès, « Réflexions sur la Contre-révolution. III, La Fronde vendéenne », L’Étudiant français, 25 février 1938.

45 Lettre de Maurice Lanoire du 18 décembre 1954 à Philippe Ariès (APA).

46 Propriété dans le Médoc.

47 Chanson évoquant les événements de Vendée.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540