Version classiqueVersion mobile

La reconnaissance à l’épreuve

 | 
Jean-Paul Payet
, 
Alain Battegay

Chapitre VI. La reconnaissance située : l’individu dans des modernités différenciées

L’individualisme post-communiste

Anna Krasteva

Texte intégral

1Un spectre hante l’Occident et ses intellectuels : l’individualisme. Des spectres, il a (presque) toutes les caractéristiques – l’indétermination des contours, la multiplicité des attributs, la puissance évocatrice, le coté bienveillant ou terrifiant selon les projections dont il est l’objet. C’est la manière provocatrice avec laquelle Jean Leca et Pierre Birnbaum (1991) introduisent le thème de l’individualisme dans leur livre capital. Si en Occident le concept choque et appréhende, l’Orient post-communiste le découvre avec enthousiasme. Dans le Souci de soi, Michel Foucault (1984) définit l’individualisme dans trois directions : attitude individualiste ; valeur absolue de l’individu dans sa singularité ; valorisation de la vie privée, intensité de la relation à soi afin de se transformer, corriger, purifier, faire son salut. La découverte postcommuniste de l’individualisme est à la fois théorique, sociologique et politique.

Des lois sociales vers les acteurs sociaux

2Séparés et ensemble est le titre du dernier ouvrage de Bogdan Bogdanov, un grand intellectuel bulgare : « Quand on parle de culture, le point de vue le plus heuristique n’est pas celui d’une collectivité, mais de la manière dont elle est utilisée individuellement » (Bogdanov, 2005 : 191). La quintessence du communautaire – la culture – est lue par l’individuel. L’individu s’émancipe de plus en plus de ses attachements collectifs, voire c’est l’individu qui les dynamise : « Je n’utilise pas seulement l’ensemble des prédicats de l’identité collective, mais je m’y implique, je le dilue, je contribue à la multiplication de nouveaux prédicats, de la même manière avec laquelle je crée de nouveaux éléments d’identité collective » (Bogdanov, 2005 : 191-192).

3L’approche de Bogdanov est un des nombreux exemples qu’effectuent les sciences sociales postcommunistes qui abandonnent les déterminismes sociaux au nom des acteurs, et les collectivités au nom de l’intersubjectivité.

4Le discours postcommuniste sur le sujet ne se mobilise pas pour construire, mais s’amuse à déconstruire et à expérimenter. La réflexion théorique a abandonné les préférences épistémologiques pour des concepts « durs » et « rigides » (déterminismes sociaux, lois, régularités) au profit de la multitude et de la diversité (identités, altérité, intersubjectivité). La diversification a été suivie par la déconstruction : le sujet a été tué, Foucault est devenu le nouveau gourou culturel.

Immobilisme ou individualisme

5Dans le second plan de la découverte postcommuniste de l’individualisme – sociologique – je vais examiner la source et les caractéristiques de l’individualisme post-communiste. Giddens (1997) résume la situation de l’individu social contemporain par des particularités opposées : sécurité matérielle et angoisse existentielle. D’autres critiques plus radicaux mettent l’accent sur l’insécurité. En 1998, Bourdieu parlait de la précarité qui est aujourd’hui partout et qui hante les consciences et les inconscients. « La précarité interdit toute anticipation rationnelle et, en particulier, ce minimum de croyance et d’espérance en l’avenir qu’il faut avoir pour se révolter contre le présent, même le plus intolérable » (Bourdieu, 1998 : 96-7). C’est la citation préférée d’un de mes sociologues favoris, Zigmund Bauman. Les Allemands parlent de Unsicherheit et Risikogesellshaft, les Italiens de incertezza, les Britanniques d’insecurity. Les mots sont différents, la préoccupation est la même : « la prise sur le présent, la confiance de pouvoir contrôler son destin » (Bauman, 2001 : 149) est ce dont les hommes et les femmes de la société occidentale manquent le plus cruellement. Ces arguments résonnent encore plus fortement dans notre situation. La brusque apparition du chômage, l’effondrement du système de santé, la crise de l’éducation – le postcommunisme peut être défini, sans exagération, comme l’ère de l’insécurité.

6Immobilisme et individualisme sont deux réactions opposées au défi de l’insécurité. Les sociologues distinguent deux types de modernité : dans la première, les individus sont « portés » par les institutions, dans la seconde, l’individu est obligé de devenir centre de son expérience. Si, à l’Ouest, ce passage s’effectue depuis des décennies et est atténué par l’État-providence, le postcommunisme le vit comme un choc. Il bloque de nombreuses personnes, tandis que d’autres en profitent pour se libérer de la tutelle de l’État et construire leurs propres règles et succès.

7Marx affirmait que les hommes font l’histoire, mais sous des conditions qui ne dépendent pas d’eux. Le théorème de Thomas nous rappelle que ce que les hommes considèrent comme vrai a toutes les chances de le devenir. « Quand les gens disent « Il n’y a pas d’alternative à X », X se déplace du territoire de l’action vers celui des « conditions » de l’action. Quand les gens disent « Il n’y a rien à faire », il n’y a effectivement rien qu’ils peuvent faire » (Bauman, 2001 : 7).

8C’est la dissection analytique du mécanisme qui a bloqué l’activité de nombreux individus postcommunistes. Formés pour exécuter, ils se sont avérés incapables dans un milieu qui a demandé les caractéristiques opposées – entreprenariat, flexibilité, capacité à assumer des risques. Ils se sont sentis abandonnés par l’État ; et l’État a perdu un grand potentiel humain.

9Aristote définit l’homme solitaire en dehors de la polis ou comme ange, ou comme bête. Le communisme n’a pas permis à l’individu de devenir ange. Il a été moins aristotélicien que durkheimien. Durkheim considère la soumission de l’individu à la société comme une expérience libératrice. Le communisme a incorporé l’individu dans le holisme totalisant de son projet collectif. C’est connu. Ce qui est moins connu est que le communisme a produit aussi des projets individualistes : l’un au tout début du régime, l’autre à la fin. La littérature soviétique a forgé la figure emblématique du premier – le jeune communiste qui dénonce ses parents aux autorités car ils ne sont pas loyaux à la cause. S’arracher aux racines, aux parents, aux êtres aimés, à tous les attachements est la condition de la construction de l’homme nouveau.

10Nouvelle société rime avec homme nouveau. Le politiquement correct n’existait pas encore et la femme était incluse dans le même projet. L’originalité du cas bulgare était que le projet lui-même était conçu par une femme. Il n’a jamais pu échapper à la tension entre une idéologie collectiviste et cette utopie constructiviste.

11La fin du communisme a cru aussi trouver dans l’individu le dernier refuge du projet collectif ayant déjà épuisé toutes ses ressources symboliques. Sa version bulgare est particulièrement touchante – le programme dans les années soixante-dix pour le développement multidimensionnel de la personne dans l’élaboration et réalisation duquel Ludmila Jivkova, ministre de la culture et fille du leader communiste Todor Jivkov, a investi tout son enthousiasme. L’objectif était à la hauteur d’un pouvoir ambitieux : transformer les femmes et les hommes communistes en personnes ayant acquis toutes les performances – intellectuelles, culturelles, physiques. Ma propre imperfection est une des nombreuses illustrations de l’échec de cette belle utopie !

12Le premier projet était explicitement politique – il devait socialiser les jeunes dans l’esprit de la nouvelle idéologie et de la préséance du collectif sur l’individuel. Le second a radicalement renversé la perspective – c’est l’individu qui en est devenu le centre, le pouvoir se présentant comme son serviteur, un fournisseur modeste des moyens pour l’épanouissement personnel. Le premier modèle est plus disciplinaire, le second – plus séduisant. En fait dans le second, comme dans le premier cas, l’individu communiste n’est qu’un projet du pouvoir, porteur de ses normes, ainsi que de son type de domination – « hard » au début, « soft » à la fin.

« Certains respectent les règles, nous les créons »

13Un grand panneau publicitaire sur un boulevard central à Sofia nous informe hautainement : « Certains respectent les règles, nous les créons ». On voit ici la première particularité de l’individualiste postcommuniste émergent – il transgresse les normes établies et crée lui-même ses propres règles. Une anecdote populaire porte le même message : « Ne me demande pas l’origine du premier million de ma fortune, pour les autres je vais t’expliquer ». Chaque société se cristallise dans les figures qu’elle construit. La nôtre est le « lutteur » - difficilement traduisible et incompréhensible pour les étrangers, facilement lue par les siens comme celui qui est sur le fil de la loi et au delà.

14Magnette (2001) distingue deux figures historiques de l’individu : chevaleresque et rationnelle, aristocratique et bourgeoise. La première présente l’individu avec passion, ambition, égoïsme, la seconde le décrit comme un être modéré, qui vend et achète, calcule risques et profits. Le postcommunisme est orienté vers le marché et l’accumulation primitive du capital, mais a choisi, paradoxalement, la vision héroïque et chevaleresque : un hebdomadaire sérieux, promoteur du libéralisme économique et politique, maintient sa rubrique « Les héros du capitalisme ».

  • 1 Dans le roman La plaisanterie.

15Le nouvel individualisme est ludique. En opposition délibérée au communisme qui a été sérieux, plus, qui a été ennuyeux. Milan Kundera l’ironise brillamment en racontant comment une plaisanterie1 innocente peut ruiner la vie de celui qui a osé l’énoncer.

16L’individualiste postcommuniste rit à volonté – quand il s’amuse, mais aussi quand il se construit lui-même. Une publicité originale de café qui mélange trois goûts, « 3 en 1 », nous présente une galerie de portraits : « Kalin, 20 ans, cascadeur, poète, comptable », « Bougui, 20 ans elle aussi, philatéliste, notaire, dompteur »... Il est tout à fait significatif qu’on découvre la même approche dans le travail de terrain : une dame que j’ai interviewée s’est présentée comme « manager, pianiste, polyglotte ».

17L’individu communiste était supposé avancer grâce à un travail assidu et beaucoup d’abnégation. L’individualiste postcommuniste réussit « en jouant ». Il a de nouveaux atouts – originalité, charme, innovation, séduction. Un film, très tendance, en peint le portrait – l’héroïne est belle et coquette. Les cas juridiques compliqués qui bloquent les autres, elle les résout de manière aussi surprenante qu’originale et efficace. Le modèle « Profession Blonde » se généralise, il devient le culte de la nouvelle génération.

18« Big is beautiful » est la conviction du nouvel individualiste postcommuniste : les Mercedes et les BMW sont plus luxueuses et plus nombreuses dans nos capitales que dans celles occidentales, les médias nous informent que les cigares d’un haut fonctionnaire sont plus chers que son salaire.

19Cela fait des décennies que l’Occident chante « Small is beautiful ». Inglehart (1993) annonce la vague des valeurs post-matérialistes avec l’accent sur la qualité, l’expression de soi, le souci de l’environnement, des minorités, des Autres.

  • 2 A la Nouvelle université bulgare en 2005.

20A l’Est, on n’est pas « post », mais « hyper ». Gilles Lipovetsky décrit l’hypermodernité : les supermarchés ne suffisent plus, on construit des hypermarchés, la soif insatiable de toujours plus, plus nouveau, plus inattendu se généralise. Est-ce un hasard si c’est Lipovetsky, et pas Inglehart, qui a été honoré comme docteur honoris causa en Bulgarie2 ?

21Les chercheurs occidentaux décrivent le passage du Self-made man vers le man-made Self (Leinberger & Tucker, 1991). Cioran est catégorique : « Des siècles de guerre ont construit l’Occident, un siècle de psychologie le ruine ».

  • 3 Pendant la période du passage vers le marché et le capitalisme, toutes les fortunes, à quelques pet (...)

22« Victoire », pas « psychologie », est le mot-clé du postcommunisme. En Russie, on appelle les héros du temps moderne « les nouveaux Russes ». Nous, les Bulgares, nous sommes plus explicites : nous disons « les nouveaux riches ». La volonté de succès dessine leur horizon. Pourrait-il être autrement dans cette coïncidence entre richesse et individu : une vie qui se matérialise en richesse3 et une richesse qui porte l’empreinte de la personne, pas de corporations anonymes.

23Charles Taylor (1991) décrit la grandeur et la misère de l’individualisme qui a marqué la grandeur et la misère de la modernité. L’Occident est au bout de ce chemin, nous sommes au tout début.

Les mythes de l’individualisme moderne

24Watt (1996) décrit quatre mythes de l’individualisme moderne : Robinson Crusoé, Don Juan, Don Quichotte et Faust. Le premier conquiert des espaces, le second des cœurs féminins, Faust la gloire, Don Quichotte est rêveur.

  • 4 La similarité des titres ne doit pas tromper – le journal ne se situe pas dans la lignée marxiste, (...)

25Je voudrais distinguer deux types de l’individualisme postcommuniste. Le premier est produit par l’élite des affaires, le second par l’élite intellectuelle. La première aspire à conquérir le réel, la seconde à l’enrichir par l’imaginaire. La première a ses « porte-parole ». L’hebdomadaire prestigieux Capital4 complète régulièrement sa galerie de portraits : ils ont tous réussi, sont jeunes, intéressants. Une version plus « hard » nous est offerte par le magazine Egoïste. Le nouvel égoïste est, d’abord et surtout, riche (sa chemise coûte deux SMIC, le linge de sa version féminine coûte encore plus), libre (rubrique « Territoires de la liberté »), transgressant des tabous (tatouage sur les ventres de femmes en grossesse avancée), joueur (des jeux « sérieux » comme le hasard).

26L’objectif est ambitieux : nous faire connaître des individualistes modèles, mais aussi nous former comme tels. Parfois les moyens sont vraiment didactiques : on doit répondre aux questions « Qu’est-ce que signifie être égoïste ? », « Qui est le plus grand égoïste ? », sans oublier la question la plus importante même si la réponse n’est probablement pas parmi les plus agréables : « Quel est le sexe avec l’égoïste ? ».

  • 5 D’après le célèbre roman de Boulgakov.

27Les artistes n’ont pas besoin de porte-parole, chaque oeuvre est leur tribune. Je ne prendrai comme exemple que le spectacle de Teddy Moskov dans un des meilleurs théâtres de Sofia, Le Maître et Marguerite5 : Marguerite est multipliée en une multitude de personnages et le Maître n’arrive pas à reconnaître la vraie.

28On découvre que l’expérimentation intellectuelle est opposée à la technique individualisante du modèle de l’élite d’affaires. Ce dernier mélange argent, ambition, volonté, jeux pour en forger des figures héroïsées. L’approche intellectuelle prend les personnages forts, uniques, inoubliables de Boulgakov et les multiplie, les rend indistincts dans la sérialité. L’artiste « tue » le sujet mais, paradoxalement, par ce geste, il affirme sa propre individualité d’auteur ayant choisi non pas l’engagement, mais la liberté, non pas de représenter, mais de créer des alternatives.

  • 6 L’Union des Forces Démocratiques et le Parti Socialiste Bulgare.

29Je vais maintenant esquisser les dimensions politiques du nouvel individualisme. « Ensemble » est l’image condensée du début des changements démocratiques – on était nombreux aux meetings sur les places, dans les deux partis6 qui ont pu « accueillir » toute la société. On s’est vite retiré des places, ainsi que des urnes. La figure de l’électeur a changé aussi – l’engagé a cédé la place à l’individualiste qui se caractérise par l’affaiblissement des attachements partisans et un vote volatile et utile.

  • 7 En Espagne.

30A ce nouvel électeur correspond un nouveau type de leader, émancipé des partis et idéologies. La scène politique bulgare en a forgé deux exemples. Le premier est Siméon, l’ex-roi qui a vécu en exil7. Sans aucune expérience politique et, en deux mois seulement, il est entré glorieusement dans la vie politique. Il est rentré en Bulgarie deux mois avant les élections parlementaires de 2001, n’a même pas eu le temps d’enregistrer un parti politique, ni d’en créer, ce qui ne l’a pas empêché de gagner les élections, de créer un gouvernement et de devenir premier ministre. Sa seconde performance est encore plus surprenante. Il a perdu les élections de 2005, mais a réussi à rester dans la grande politique selon une formule inédite – un triumvirat des leaders des trois partis de la coalition gouvernementale qui sans aucune légitimité constitutionnelle décide des grandes orientations de la stratégie politique.

31Si, dans le cas de Siméon, l’individuel est prescrit par la naissance, dans le second cas il est littéralement forgé de rien. Boyko Borissov est exemple non pas d’un homme politique qui a gagné l’amour populaire, mais de la force de l’amour populaire qui a érigé son favori en leader politique.

32Pompier pendant le régime communiste, au lendemain de la transition il a créé une compagnie de sécurité. Parmi ses clients, deux figures emblématiques : l’ancien leader communiste Todor Jivkov et l’ex roi Siméon. Dans un monde très fortement polarisé, Borisov a toujours affiché sa loyauté à ces deux personnages qu’on ne peut imaginer plus opposés. Deux signes du nouveau style qu’il va introduire dans la politique : le dépassement des idéologies et l’affirmation du leader charismatique.

33Siméon l’a nommé secrétaire de la police – un poste qui ne suppose pas une grande visibilité publique et qui n’est pas politique. Il a cherché la lumière des projecteurs et les projecteurs l’ont adoré : un discours simple, direct, provocateur, une présence physique qui fait rêver femmes et hommes.

34Son entrée dans la politique est la plus spectaculaire – l’opinion publique a refusé de tenir compte des distinctions institutionnelles et, bien que n’ayant aucune position politique, elle l’a d’abord introduit dans la liste des leaders les plus appréciés et l’a maintenu immanquablement à sa tête.

35« Les mots font les choses » nous enseigne la philosophie analytique et nous confirme la pratique politique. Parce que reconnu par l’opinion publique comme leader, il l’est devenu – obligé de quitter la police, il s’est présenté aux élections locales et a été élu sans la moindre difficulté maire de la capitale. Il est en train actuellement de créer un nouveau parti. La production de paradoxes est sa marque réservée – avant que cette nouvelle formation politique soit enregistrée, les sondages la donnent gagnante aux élections.

36Siméon et Borisov sont les exemples les plus significatifs du passage de la vie politique postcommuniste des idées au charisme, des idéologies aux personnes, du collectif à l’individuel.

37La droite – voix et symbole des valeurs démocratiques au début de la transition – est aujourd’hui en ruine. Sur ses cendres marche triomphalement l’individualiste politique – les nouveaux leaders populistes.

Individualiste et/ou citoyen

38Je voudrais finir par la question cruciale pour le succès de la transition démocratique : le lien entre individualité et citoyenneté. Bauman constate que ce n’est plus le « public » qui colonise le « privé », mais l’inverse, le privé colonise le public pour nous rappeler l’avertissement de Tocqueville - l’individuel est le plus grand ennemi du civique (Bauman, 2001).

39Leca (1991) définit le dilemme de la théorie démocratique. Sur quoi se fonde la citoyenneté ? Sur la culture de la participation, orientée vers les inputs ? Dans ce cas, on risque de tomber dans le piège du holisme, que ce soit dans ses formes plus douces ou plus totalisantes. Ou sur la culture de l’individualisme orientée vers les outputs ? On évitera difficilement le risque de la « dégénération de l’esprit public » (Tocqueville).

40Les bonnes nouvelles sont que l’individu postcommuniste correspond aux exigences de l’individu démocratique : éthiquement individualiste, psychiquement individué et politiquement autonome.

41Les mauvaises nouvelles sont que la communauté politique n’est pas un simple ensemble d’individus. On vit l’euphorie de la libération de l’individu de la tutelle de l’État et la conquête de l’initiative pour notre propre vie. Comment passer de la tour narcissique de l’individualisme vers la citoyenneté reste toujours un défi.

42L’individualiste postcommuniste est déjà créé. Il nous reste encore à créer le citoyen postcommuniste.

Bibliographie

Bauman, Z. (2001). The individualized society. Cambridge : Polity Press.

Bogdanov, B. (2005). Séparés et ensemble. Sofia : Planeta (en bulgare).

Bourdieu, P. (1998). La précarité est aujourd’hui partout. In, Contrefeux. Paris : Liber.

Foucault, M. (1984). Histoire de la sexualité : Le souci de soi. Paris : Gallimard.

Giddens, A. (1991). Modernity and self-identity. Cambridge : Polity Press.

Inglehart, R. (1993). La transition culturelle dans les sociétés industrielles avancées. Paris : Economica.

Leca, J. (1991). Individualisme et citoyenneté. In Birnbaum, P., Leca, J. (Eds), Sur l’individualisme, 159-210. Paris : FNSP.

Leinberger, P. & Tucher, B. (1991). The new individualists. The generation after the organization man. New-York : Harper Collins.

Lipovetsky, G. (2004). Les temps hypermodernes. Paris : Grasset.

Magnette, P. (2001). La citoyenneté. Bruxelles : Bruylant.

Taylor, C. (1991). The ethics of authenticity. Cambridge : Harvard University Press.

Watt, I. (1996). Myths of modern individualism : Faust, Don Quixote, Don Juan, Robinson Crusoe. Cambridge : Cambridge University Press.

Notes

1 Dans le roman La plaisanterie.

2 A la Nouvelle université bulgare en 2005.

3 Pendant la période du passage vers le marché et le capitalisme, toutes les fortunes, à quelques petites exceptions, se sont accumulées pendant les quinze dernières années.

4 La similarité des titres ne doit pas tromper – le journal ne se situe pas dans la lignée marxiste, mais exactement à l’opposé – dans une perspective néolibérale, parfois même liber

5 D’après le célèbre roman de Boulgakov.

6 L’Union des Forces Démocratiques et le Parti Socialiste Bulgare.

7 En Espagne.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search