Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La reconnaissance à l’épreuve

 | 
Jean-Paul Payet
, 
Alain Battegay

Chapitre IV. La reconnaissance éprouvée : expériences de la vulnérabilité

Formes de reconnaissance conflictuelle : relations sociales, appropriation de territoire, culture et politique dans un groupe de Punks squatters

Emmanuel Renault et Djemila Zeneidi-Henry

Texte intégral

1Ce texte a pour point de départ l’observation à St Brieuc d’un groupe de jeunes Punks squatters (âgés en moyenne de 28 ans). Pendant sept ans, ils ont occupé un espace soutenu par les pouvoirs publics obtenu après qu’ils aient été expulsés d’un autre squat. En 2004, les pouvoirs publics ordonnent la destruction du lieu, ce qui débouchera sur le démantèlement du groupe. Cette étude a croisé la problématique de la reconnaissance de deux manières. D’une part, parce que les membres du groupe étaient confrontés à des formes de définition institutionnelles négatives (Rmiste, SDF, sans abri) qu’ils refusaient et contre lesquelles ils cherchaient à faire valoir d’autres définitions, ce qui peut être conçu comme une lutte pour la reconnaissance. D’autre part, parce qu’aussi bien à l’égard des autorités qu’à l’intérieur du groupe et du mouvement Punk en général, la question de la reconnaissance était un enjeu important. Le premier point sera consacré à des considérations générales sur la problématique de la reconnaissance dans le mouvement Punk, à partir d’une lecture critique de quelques analyses sociologiques et psycho-sociales. Le second point montrera comment les luttes autour de l’habitat et des pratiques culturelles associées font émerger ce que l’on pourrait appeler un territoire de reconnaissance.

Reconnaissance et mouvement Punk en général

  • 1 Le terme « Punk » est utilisé ici en un sens général, au sens d’un idéal-type qui ne correspond qu’ (...)
  • 2 Voir les remarques traumatisées d’Iggy Pop (2001), ancêtre fondateur mythique qui rencontre en Angl (...)

2La théorie de la reconnaissance permet d’expliciter la composante revendicative des pratiques sociales et culturelles du mouvement Punk1. Elle permet en effet d’articuler une théorie des attentes normatives présupposées dans l’interaction, une analyse des expériences sociales négatives, et une explication du développement de logiques revendicatives (voir sur ce point Renault, à paraître). Pour rendre plausible par anticipation une interprétation en terme de résistance au déni de reconnaissance, qu’il suffise de remarquer que le mouvement Punk a toujours proposé dès l’origine une mise en scène très particulière et très spectaculaire de la question du respect, à travers la pratique du crachat collectif sur le chanteur et les musiciens lors des concerts de la fin des années soixante-dix2, pratique que l’on peut interpréter comme une marque de respect (envers le groupe musical) par inversion d’un signe de mépris (le crachat).

3Lorsque les sciences humaines ont pu prendre le mouvement Punk pour objet, elles l’ont fait d’une manière qui par contraste fait apparaître l’intérêt d’une approche en terme de reconnaissance.

  • 3 Voir par exemple le titre « Career Opportunities » de The Clash, ou plus clairement encore, l’engag (...)

4L’approche psychosociale consiste à appréhender le mouvement Punk à travers la problématique des groupes de pairs et interprète le plus souvent les groupes de pairs comme un moyen de partager et sublimer des expériences psychosociales négatives, tout particulièrement celles qui sont liées aux ruptures de l’adolescence (voir par exemple Bohnsack, 1995). Cette approche a pour intérêt de montrer que le mouvement Punk peut être interprété comme un ensemble de réactions pratiques à des expériences sociales négatives, mais elle conçoit ces expériences suivant un prisme exclusivement psychologique, sans rendre compte du fait que le mouvement Punk s’est historiquement constitué en réponse à des situations sociales particulières, et qu’il reste entretenu aujourd’hui encore par des trajectoires sociales spécifiques. Dans l’Angleterre de la fin des années soixante-dix, le mouvement Punk s’est pensé comme une réplique contestataire au chômage de masse et du démantèlement de la culture ouvrière3. Même si le mouvement Punk peut être interprété comme un ensemble de tentatives visant à répondre à des ruptures psychosociales par l’insertion dans des relations sociales substitutives, il consiste plus généralement en un ensemble de pratiques sociales et culturelles destinées à lutter contre différentes formes de mépris social (celles dont étaient victimes le jeune ouvrier et le chômeur anglais, celles qui accompagnent aujourd’hui la vie dans la précarité ou dans l’errance d’exclus issus des milieux populaires).

  • 4 Voir par exemple le film et l’album des Sex Pistols, “The great Rock and Roll Swindel”.

5Dans les Cultural Studies, le mouvement Punk apparaît comme une contreculture, au sens d’une entreprise collective fondée sur le refus et la subversion de codes culturels dominants. Chez Hebdige (1979), cette approche a notamment pour intérêt d’inscrire ce mouvement dans l’histoire contestataire d’une musique rock en constante radicalisation, et de prendre au sérieux le refus de la récupération marchande et commerciale du rock4. Elle a également pour intérêt de prendre au sérieux des pratiques culturelles subversives passant par une inversion des classifications sociales : le travestissement, l’utilisation de symboles honnis comme la croix gammée, ou refoulés comme l’iroquoise. Cependant, en limitant les pratiques culturelles Punk à l’autocritique des codes culturels, l’approche culturelle tend à les réduire à un jeu ironique et superficiel avec la culture dominante, sans rendre compte du fait qu’il ne s’agit pas seulement de résister à l’hégémonie d’un code culturel, mais aussi de dénoncer les formes de domination qu’il légitime et naturalise (le sexisme et le racisme, le nationalisme et le militarisme), ceci en vue de les transformer dans le cadre d’un projet politique. En effet, le mouvement Punk ne peut pas être réduit à un mouvement culturel, c’est également un mouvement politique engagé dès l’origine aux côté des exploités (d’où le succès du titre « Kill the poors » des Dead Kennedys), des dominés (d’où la quasi-identification aux Noirs de Brixton et l’influence reggae chez de nombreux groupes dont les Clash) et de minorités (d’où l’iroquoise, d’où le travestissement) ; un mouvement politique qui en outre en vient assez vite à s’approprier le modèle politique de l’« autonomie » tout en s’insérant dans le mouvement squatter (O’Hara, 2003). Il procède tout à la fois d’un refus des effets de dévalorisation et de stigmatisation qui passent par la culture et d’un projet de résistance qui ne se réduit pas à la culture.

6L’approche interactionniste a conduit à interpréter le mouvement Punk à travers la problématique du style, en entendant par style un moyen de contrôler les modalités de l’interaction en construisant un type de présentation de soi. Chez Soeffner (1992), le style est défini comme un moyen de manifester son appartenance non pas simplement à un groupe mais aussi à une forme de vie et aux habitus déterminés qui font l’identité du groupe. Le style définit en outre une orientation sociale que résume la formule suivante : « Le style d’un individu n’indique pas seulement « qui » ou « ce qu’il » est, mais également « qui » il est pour qui dans telle ou telle situation et « ce qu’il » veut être pour qui ». Etant donné la violence du mode de présentation de soi Punk, ces remarques auraient pu conduire à souligner que la question politique est posée dans le mouvement Punk comme une question antagoniste, celle du eux et du nous, sous une forme aussi radicale qu’originale. Malheureusement, Soeffner passe totalement à côté de cette dimension politique, en réduisant la problématique du style à celle d’une esthétisation du quotidien. Dans le mouvement Punk, la construction du style n’est pas destinée à élever esthétiquement l’existence, mais bien plutôt à lutter contre les formes de typifications sociales dévalorisantes et disqualifiantes à travers lesquelles se déroule l’interaction. En témoigne notamment le mépris des Punks pour les Punks « à panoplies ». Le style est une lutte qui se développe dans une double direction, vers les membres extérieurs au groupe d’une part, au sein du groupe d’autre part.

7La lutte dirigée vers l’extérieur du groupe consiste à mettre au jour la stigmatisation implicite des typifications sociales et à l’exagérer jusqu’à la rendre insupportable. Le nom même de Punk implique une sorte d’identification au rebus, et les épingles à nourrices, ainsi que les vêtements déchirés, produisent une mise en scène du corps de jeune prolétaire chômeur comme un objet de dégoût. Nous sommes loin d’une simple inversion de stigmate, il s’agit plutôt de rendre le stigmate insupportable à ceux qui l’imposent sans voir la stigmatisation. C’est bien une la lutte de reconnaissance qui se développe ainsi dans l’interaction.

8La mise en scène de soi est également dirigée vers l’intérieur du groupe et c’est alors trois effets de reconnaissance positive qui sont recherchés : a) une confirmation de sa propre identité (Punk), b) une reconnaissance substitutive valorisante (par exemple par l’intermédiaire de la valeur accordée à la culture Punk) et c) celle qui est conférée par la participation à une lutte collective contre les structures qui induisent le déni de reconnaissance.

9Les trois approches mentionnées dépolitisent soit en psychologisant, soit en culturalisant, soit en esthétisant. Une problématique en terme de reconnaissance permet de reconnaître au mouvement Punk sa dimension politique, tout en explicitant l’originalité et la radicalité de cette dimension politique. Originale, elle l’est en posant la question politique dans l’interaction (et non pas seulement dans l’action collective et dans la délibération publique), en mettant en question non pas seulement les modèles sociaux de présentation de soi et de classification sociale, mais les types mêmes de rapports aux corps et de partage de l’intime et du public qui sont présupposés dans l’interaction sociale ordinaire. Radicale, elle l’est parce que la lutte politique est ainsi située au niveau le plus profond de l’inégalité sociale sans pour autant que les structures sociales de la domination et de l’exploitation soient perdues de vue.

Le groupe du wagon

10Pour les jeunes du wagon, tout commence en 1997 par l’expulsion d’un immeuble qu’ils squattaient. Ils y avaient monté une association et projetaient d’y organiser des concerts. Interprétée comme une volonté de les faire disparaître de la ville, cette expulsion intervenant en plein hiver est vécue par le groupe comme un déni de reconnaissance et une forme d’injustice. A l’invisibilisation ordonnée par les pouvoirs publics, avec la fermeture de leur squat, ils répondent par une survisibilité de leur sort. Pour protester, ils décident en effet d’occuper jour et nuit un espace public en centre-ville, une partie de la rue St Guillaume. La municipalité leur propose des solutions d’hébergement qu’ils refusent catégoriquement en déclarant qu’ils veulent rester ensemble et réclament « un squat légalisé ». La mairie décide alors de régler provisoirement la question en leur octroyant un recoin du port industriel du Légué. La SNCF dans le cadre des plans d’urgence hivernaux achemine un wagon qui leur servira d’abri. Le site devient vite un lieu associant hébergement et pratiques artistiques et culturelles. Une association chargée d’organiser des concerts Punks est créée. La municipalité signe avec cette association une première convention. Une deuxième convention sous la forme d’un Gip (groupement d’intérêt public) réunissant la Préfecture, la Mairie et le Conseil Général et dont la finalité est de trouver une solution d’habitat adapté voit le jour. Ce dispositif vient donner une reconnaissance légale à un lieu qui via les concerts avait acquis une visibilité et un rayonnement international.

11On remarque que, dès le départ, une lutte se cristallise autour de revendications liées à un mode de vie, des revendications visant à faire reconnaître un droit à se soustraire au mode de vie normé et à conserver un mode de vie identifié par les enquêtés comme Punk, c’est-à-dire une vie en collectivité et centrée sur des pratiques culturelles spécifiques. Ces revendications se développent dans une lutte de reconnaissance. En effet, ils refusent un mode de désignation et de reconnaissance institutionnelle véhiculées par les formules « SDF », « sans logis », « jeunes en errance » à qui il suffirait d’attribuer un hébergement en foyer et des mesures d’accompagnement. En réponse, ils posent des exigences de reconnaissance sur la base d’une spécificité auto-définie. D’une part, ils veulent être reconnus comme un groupe d’individus autonomes liés par des pratiques culturelles particulières (comme les membres d’un mouvement culturel Punk) et non pas comme des individus marqués par le handicap social. D’autre part, et plus paradoxalement, ils veulent être reconnus comme un groupe ayant le droit de maintenir un rapport conflictuel avec le reste de la société, de façon à ce que cette reconnaissance demeure un élément moteur et central dans leur lutte et que la dimension subversive de celle-ci ne soit pas neutralisée, ce caractère subversif constituant la spécificité politique du groupe. Pour se faire reconnaître dans sa valeur par le reste de la société, on se présente comme un groupe culturel, mais les motivations de la lutte pour la reconnaissance d’une spécificité sont politiques.

12Il est frappant que l’ensemble des revendications portent sur l’habiter et que cette question revête un caractère conflictuel et paradoxal. Un premier conflit tient au fait qu’ils sont perçus comme des précaires ayant besoin d’un logement et d’un accompagnement en réinsertion. Seulement, de leur point de vue, l’habitat est secondaire par rapport à l’habiter, il est simplement un moyen de conserver leur mode de vie. Les modalités de logement doivent être alors définies à partir du projet politique, social et culturel. Un deuxième conflit se situe au niveau des relations avec les pouvoirs publics et tient aux formes de partenariat avec ceux-ci. La première convention est signée sur des attentes divergentes : la mairie se positionne sur la question du logement et croit signer avec le groupe des habitants du wagon. Les membres du groupe mettent en avant le collectif et le projet culturel, ils n’apparaissent pas nommément et sont donc qualifiés en tant qu’entrepreneurs de spectacles et producteurs culturels à l’insu de la mairie qui n’y a pas prêté attention. La transformation de la convention en Gip est l’occasion de nouvelles luttes de reconnaissance. Ils refusent tout d’abord le montage institutionnel en exigeant « un squat légalisé » puis, face aux menaces d’expulsion, ils finissent par accepter pour pérenniser le lieu et le projet qui est en plein développement.

13Le fait que les luttes de reconnaissance portent sur l’espace de l’habiter nous permet de parler de territoire de reconnaissance. Soulignons en premier lieu que nous entendons par cette formule la reconnaissance d’habiter un certain espace d’une certaine manière. Cette reconnaissance est externe au groupe et l’espace est posé comme un lieu conflictuel dans ses rapports avec le reste de la société et comme une zone d’autonomie individuelle et collective. Nous utilisons la notion de territoire plutôt que d’espace parce que cette dernière notion est trop générique et trop vague. Elle est trop souvent réduite à un simple décor, un cadre physique dans lequel se localiserait l’action. Pour envisager la dimension spatiale de manière plus complexe, à savoir dans le sens d’une ressource mobilisable par les individus et les groupes, nous optons pour la notion de territoire entendue ici comme une production socio-culturelle à la fois matérielle et symbolique, qui permet l’identification d’un nous. Par territoire de reconnaissance, nous entendons des formes matérielles, spatiales en l’occurrence qui sont les conditions des rapports de reconnaissance à l’intérieur du groupe et du mouvement Punk. Par territoire de reconnaissance, nous entendons enfin l’expression de relations de reconnaissance sous des formes spatiales ou la structuration de l’espace par des relations de reconnaissance.

14Pour comprendre comment le territoire est condition de reconnaissance, il faut d’abord préciser quels sont les types de reconnaissance qui définissent un groupe Punk et quels sont les types de reconnaissance qui sont valorisés au sein des groupes Punks. Etre un groupe Punk aux yeux d’autres groupes Punks, c’est être reconnu comme un acteur dans la construction d’une zone d’autonomie. Les qualifications se réfèrent à un territoire dans lequel le groupe permet à l’identité Punk de se déployer. Cette identité a la particularité de ne pouvoir être obtenue que par la reconnaissance des pairs parce qu’elle porte exclusivement sur la vie que l’on mène, sur un mode de vie centré principalement sur la musique. Un groupe est d’autant plus estimé que l’appropriation territoriale qui lui assure un terrain d’expression de son autonomie a un rayonnement international. Parce qu’il attirait des groupes Punks internationaux, le festival annuel organisé au wagon permettait à ses organisateurs d’obtenir une image valorisante de leurs activités et par conséquent d’eux-mêmes.

15Ce qui est valable pour le groupe l’est aussi pour l’individu qui peut obtenir l’estime des autres membres du mouvement en s’inscrivant dans des actions et des espaces-temps qui donnent corps à l’identité Punk. Il s’agit alors d’organiser, d’assister à des concerts, des activités perçues comme une forme de travail. La reconnaissance de l’utilité des contributions par les pairs permet d’obtenir l’estime sociale de soi. La mobilité a aussi un rôle déterminant dans les processus de reconnaissance. Les festivals et les squats nourrissent en grande partie une territorialité à des échelles variées. Qualifiés de jeunes en errance par les services sociaux qui ont une lecture négative en termes de handicap de leur mobilité, les occupants du wagon valorisent leurs déplacements qui sont compris par leurs pairs comme une capacité à l’autonomie. Ce potentiel de mobilité a dans leur système de représentation une valeur de ressources sociales et donne accès à l’estime des pairs. Ce qui est mis en relief, ce sont les savoirs et les compétences de circulation et de débrouille selon le principe DIY (do it yourself) qui prône les valeurs de l’autonomie. La certitude de posséder des compétences utiles et précieuses participe de la valorisation de soi.

16L’importance de la dimension spatiale pour la reconnaissance prend tout son sens avec la destruction du lieu. Le 15 octobre 2004, les forces de l’ordre expulsent les occupants du wagon suite à une décision du tribunal administratif rendue publique la veille. Ce dernier est rasé dans la foulée alors qu’il est encore soutenu dans le cadre du Gip par les pouvoirs publics et notamment la préfecture. Réveillés brutalement au petit matin par une cinquantaine d’agents de police, les habitants sont sommés de faire leur valise en dix minutes. Ils vivent cet événement comme une humiliation et une atteinte à leur dignité en estimant que leurs droits ont été bafoués. Cette blessure morale va nourrir dans les jours qui suivent une réaction, une mobilisation pour protester contre ce qui s’apparente à une expérience d’injustice. Mais on observe très vite le démantèlement du groupe, un sentiment de disqualification grandit chez la plupart des membres. Le vécu de l’humiliation et du mépris social débouche chez certains sur une grande souffrance morale qui se traduit par une prise accrue de drogue et d’alcool et par un abandon de soi dans la rue. La destruction du lieu et l’impossibilité d’en obtenir un autre ont eu raison du collectif qui a volé en éclats. L’espace formalisait la lutte de reconnaissance, il étayait une possibilité d’estime sociale de soi.

17Nous avons cherché à montrer que la problématique de la reconnaissance avait un pouvoir heuristique non négligeable dans l’étude du mouvement Punk en général, et d’un groupe de Punk squatters en général. L’étude de ces deux objets permet également de tirer des conséquences générales pour la théorie de la reconnaissance. Une première conséquence tient à la distinction des luttes pour la reconnaissance et des luttes de la reconnaissance (Renault, à paraître). Les Punks procèdent à une politisation des interactions qui constituent des luttes de reconnaissance, mais ces luttes n’ont pas pour but principal d’être reconnus par le groupe social opposé, ni même par le groupe Punk. Une seconde conséquence tient au rôle des conditions matérielles dans la reconnaissance. La théorie de la reconnaissance pose le problème des composantes normatives de l’interaction et elle court toujours le risque de négliger l’influence exercée par les conditions matérielles de l’interaction sur le contenu des attentes et des revendications (Deranty, 2005). L’espace est manifestement l’une des ces conditions matérielles dont il faut tenir compte si l’on veut conserver aux théories de la reconnaissance leur pouvoir heuristique.

Bibliographie

Bohnsack, R. (1995). Auf der Suche nach habitueller übereinstimmung PeerPeergroups : Cliquen, Hooligans und Rockgruppen als Gegenstand rekonstruktiver Sozialforschung. In Krüger, H.-H. & Marotzki, W. (Eds), Erziehungswissenschaftliche Biographieforschung. Leske et Budrich : Opladen.

Deranty, J.-P. (2005). Les horizons marxistes de l’éthique de la reconnaissance. Actuel Marx, 38.

Hebdige, D. (1979). Subculture. The meaning of style. London/New-York : Routledge.

O’Hara, C. (2003). La philosophie du Punk. Rytrut.

Pop, I. (2001). I need more. Le serpent à plumes.

Renault, E. (à paraître). Théorie de la reconnaissance et sociologie de l’injustice. In Widmer, J. (Ed), Humiliation, colère, compassion. Morale et émotions dans l’espace public politique. (titre provisoire).

Soeffner, H.-G. (1992). Stil und Stilisierung. Punk und die überhöhung des Alltags. In Die Ordnungen der Rituale, 76-101. Francfort : Suhrkamp.

Notes

1 Le terme « Punk » est utilisé ici en un sens général, au sens d’un idéal-type qui ne correspond qu’à certaines lignes générales d’un mouvement en constante évolution depuis l’origine, et par ailleurs marqué par des traditions nationales très différentes.

2 Voir les remarques traumatisées d’Iggy Pop (2001), ancêtre fondateur mythique qui rencontre en Angleterre cette pratique alors qu’il crachait depuis dix années déjà sur le public.

3 Voir par exemple le titre « Career Opportunities » de The Clash, ou plus clairement encore, l’engagement de Crass au côté des mineurs. Voir également la réplique « classiste » d’Exploited au Punk jugé embourgeoisé des Clash ou de Crass.

4 Voir par exemple le film et l’album des Sex Pistols, “The great Rock and Roll Swindel”.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540