Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

III. Plaidoyers pour la paix et la résistance aux totalitarismes

« … le rustre de Wittenberg n’était pas un pacifiste1.» Luther et le IIIe Reich selon Thomas Mann

François Genton

Texte intégral

  • 1 « Der […] gewaltig innerliche Grobian von Wittenberg war kein Pazifist ». Thomas Mann, « Deutschlan (...)
  • 2 « Verwandtes Verhältnis zur katholischen Kirche wie zum Kommunismus. Gegen beides kein Wort ! Mögen (...)
  • 3 « … enger, beschränkter, ins Religiöse eingeschlossener, sozusagen provinzieller […,], altweltlich, (...)

1Le 29 avril 1953, Thomas Mann peut enfin baiser à Rome la main de Pie XII. Il note alors dans son journal : « Attitude semblable envers l’Église catholique et le communisme. Pas un mot contre les deux. À d’autres de faire preuve de zèle et d’encourir les foudres de la théocratie et de la censure2.» En revanche, l’hostilité à Luther et au luthéranisme, dont témoignent en 1945 le fameux discours L’Allemagne et les Allemands (Deutschland und die Deutschen, 1945) et en 1947 le roman Doktor Faustus, reste manifeste jusqu’à la fin de la vie de Thomas Mann. De 1953 à 1955, l’année de sa mort, l’écrivain réunit des notes pour un drame sur le mariage de Luther (Luthers Hochzeit), un projet qui est loin d’être à l’honneur du Réformateur. Comparant Luther à son disciple, le bourgeois de Nuremberg Hieronymus Baumgärtner, Thomas Mann prévoit de montrer le Réformateur comme un être « plus limité, plus borné, plus enfermé dans sa religiosité, pour ainsi dire plus provincial […], un homme des temps anciens, moyenâgeux, sans expérience du monde et réactionnaire3 ». Thomas Mann ne s’est pas converti au catholicisme, mais son petit-fils « préféré », Frido Mann, dont la grâce enfantine a inspiré le personnage de Nepomuk Schneidewein dit « Echo » de Doktor Faustus, cette incarnation de la beauté et de l’innocence emportées par le Mal, a étudié de 1964 à 1969 la théologie catholique à Munich. Sa thèse, dirigée par Karl Rahner, porta sur Le jeune Luther et la communion (Das Abendmahl beim jungen Luther).

  • 4 Thomas Mann, « On Myself », Gesammelte Werke, Francfort, Fischer, t. 13, 1974 et 1990, p. 132, cité (...)
  • 5 Manfred Görtemaker, Thomas Mann und die Politik, Frankfurt, Fischer, 2005, p. 36-42.
  • 6 Los von Rom (« Détachons-nous de Rome ! ») est une expression déjà courante dans les milieux cathol (...)
  • 7 « Eine deutsche Überwindung der décadence würde nicht katholisch sein und von etwas Äußerem, vom Ku (...)
  • 8 Herbert Lehnert (note 3), p. 157 (Lettre à Ernst Bertram). Thomas Mann décrit ce buste dans son jou (...)
  • 9 Cité par Herbert Lehnert (note 3), p. 149, d’après Thomas Mann. Gesammelte Werke (note 7), t. 10, p (...)
  • 10 « Nein, Hitler ist kein Zufall, kein illegitimes Unglück, keine Entgleisung. Von ihm fällt “Licht” (...)

2L’animosité de Thomas Mann est l’aboutissement d’une évolution qui, des ères bismarckienne et wilhelmienne à la fin du IIIe Reich, a conduit l’écrivain à se démarquer des positions de sa jeunesse. Au départ, selon ses propres dires en 1940, il y eut un drame d’écolier, en vers classiques, intitulé Les Prêtres (Die Priester), bien dans la lignée de la propagande anticatholique de l’époque du Kulturkampf4. En 1914 l’écrivain salue la « purification », la « libération », l’« espérance » que représente la fin d’une longue période de paix ! De l’automne 1915 à la fin de l’année 1917, Thomas Mann rédige ses Considérations d’un apolitique. Le 7 octobre 1918, l’auteur tente d’empêcher in extremis – mais en vain – la publication de ce livre, dont le succès est limité5. Dans son chant du cygne, le Thomas Mann wilhelmien fixe et varie les éléments-clés de la pensée conservatrice allemande, opposant la culture, germanique et profonde, à la civilisation, française et superficielle, et, bien dans la tradition du mouvement « Los von Rom6 ! », le protestantisme national au catholicisme étranger : le remède allemand à « la décadence ne pourrait être catholique et s’en remettre entièrement à quelque chose d’extérieur, à savoir au culte des traditions, mais serait protestant et ferait appel au sentiment intérieur du devoir, conformément à l’héritage kantien et prussien7… ». Très logiquement, à la fin de la guerre, Thomas Mann fait l’acquisition d’un buste de Luther8. Dès les premières années de la République de Weimar, l’écrivain se rapproche des idéaux pacifistes et démocratiques. Dans un discours sur La position de Freud dans l’histoire moderne des sciences humaines, prononcé le 16 mai 1929 à l’université de Munich, Thomas Mann insiste sur l’ambivalence d’une Réforme luthérienne qui est à la fois préparation à l’émancipation et au progrès accomplis par la Révolution française et régression vers le Moyen Âge, un « givre presque mortel » pour la Renaissance9 … Après 1933 l’appréciation devient encore plus négative, puisque Thomas Mann n’hésite pas à rapprocher le Réformateur de la figure du Führer. Le 19 octobre 1937 l’écrivain note ces phrases dans son journal : « Non, Hitler n’est pas un hasard, un malheur illégitime, un déraillement. Il rejette un certain “éclairage” sur Luther, et pour une grande part on doit reconnaître ce dernier en lui. C’est un phénomène authentiquement allemand10

  • 11 D’abord prononcé en anglais à la Bibliothèque du Congrès à Washington, ce discours a été publié en (...)
  • 12 Manfred Görtemaker (note 5), p. 175, qui renvoie à Joachim Fest, Die unwissenden Magier Thomas und (...)
  • 13 Herbert Lehnert (note 3), p. 154, n’a pas trouvé cette citation dans l’œuvre de Luther, mais dans Z (...)
  • 14 Thomas Mann répète en 1949 cette opposition entre la synthèse harmonieuse représentée par Goethe et (...)

3Dans le discours L’Allemagne et les Allemands, tenu le 29 mai 1945 à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire à la Bibliothèque du Congrès11, Thomas Mann s’attarde longuement sur le rôle selon lui funeste que le Réformateur a joué dans l’histoire de l’Allemagne. Comme l’ont noté Joachim Fest et à sa suite Manfred Görtemaker12, Thomas Mann reprend des développements de ses Considérations d’un apolitique de 1918… en inversant la polarité, Luther, cette fois figure négative, demeurant l’Allemand par excellence. Parlant en tant que citoyen des États-Unis, en tant que cosmopolite, l’auteur déplore d’abord le provincialisme et le retard intellectuel d’un pays dont le héros, entre Moyen Âge et humanisme, n’est autre que ce Faust qui pactise avec le diable. N’est-ce pas le diable, celui de Faust comme celui de Luther, qui emporte en ce moment l’Allemagne ? La relation de l’Allemagne au monde est musicale, c’est-à-dire, poursuit Thomas Mann, mystique, irrationnelle et se voulant profonde par rapport à un monde que l’on juge superficiel sans le connaître. Martin Luther, cette incarnation démesurée (riesenhaft) de l’âme allemande possédait une sensibilité au plus haut point musicale : « Je ne l’aime pas et le reconnais volontiers. » En rompant avec Rome, en s’opposant au reste de l’Europe, cet Allemand par excellence, sensible et profond, mais grossier, colérique et superstitieux, ne peut que susciter l’aversion. Thomas Mann lui aurait préféré Jean de Médicis, le pape Léon X, celui que Luther a appelé « le porc du diable13 ». Par ailleurs, l’opposition entre Luther, l’homme-peuple, et Érasme, le fin lettré, n’est pas indispensable : Goethe ne concilie-t-il pas ces extrêmes en les dépassant14 ? Certes, Luther a favorisé la naissance de l’esprit démocratique en Europe et les progrès de la philosophie et de la psychologie, mais cet émancipateur n’a rien compris à la liberté. Ebert, le premier président d’une république allemande, celle de Weimar, était luthérien lorsqu’il disait : « Je hais la Révolution comme le péché. » Luther est responsable de l’obséquiosité et de la soumission des Allemands, de la séparation entre nationalisme et revendication libérale. Les révolutions allemandes ont toutes échoué, de la révolte des paysans en 1525 à novembre 1918, et les Allemands, toujours en retard sur l’Occident, conçoivent la « liberté » comme une idée antieuropéenne et ethniciste, proche de la barbarie. Comment ne pas croire à l’effet d’un pacte passé avec le diable ? La Réforme a séparé l’Allemagne du reste de l’Occident, la Guerre de Trente Ans l’a dépeuplée et transformée en quelque chose d’autre et de plus mauvais que ce qu’elle était au Moyen Âge : le rustre de Wittenberg, ce colosse d’intériorité (gewaltig innerlich), n’était pas un pacifiste ! Cette intériorité a donné plus tard le romantisme allemand, une contre-révolution opposée au rationalisme, aux Lumières, une révolte de la musique contre les lettres, du mysticisme contre la clarté. De Bismarck à Hitler, ce romantisme s’est doté des techniques les plus modernes et des moyens de destruction les plus terrifiants.

  • 15 Herbert Lehnert (note 3), p. 181 sq.
  • 16 « Wer nicht liebt Wein, Weib und Gesang, / Der bleibt ein Tor sein Lebenlang,/Sagt Doktor Martin Lu (...)
  • 17 Thomas Mann, Doktor Faustus. Die Entstehung des Doktor Faustus, Francfort, Fischer, 2001 (2e éd.), (...)
  • 18 Ibid., p. 123 : « Es ist ja wohl kein Zweifel, daß der Menschheit unendliches Blutvergießen und die (...)

4Thomas Mann interrompt la rédaction de Doktor Faustus pour écrire le discours qui vient d’être résumé. Le roman paraît en 1947. Son héros, le compositeur Adrian Leverkühn, entame à l’université de Halle-Wittenberg des études de théologie luthérienne. Si l’auteur s’inspire des nombreux détails concrets que lui a communiqués Paul Tillich15, le grand représentant d’une théologie luthérienne antinazie, il compose une satire plutôt cruelle du luthéranisme universitaire du début du XXe siècle. Au chapitre XIV, les étudiants de la corporation Winfried se distinguent par des discours idéalistes, où, malgré la présence d’opinions contraires, semblent dominer les tendances nationalistes. Au chapitre XII apparaît Eberhard Kumpf, une caricature de Luther, inspirée à Thomas Mann par le personnage de Martin Kähler, tel que son ancien étudiant Paul Tillich l’a décrit. Kumpf emploie des expressions, voire des jurons, du XVIe siècle et manifeste un goût plutôt grossier pour les plaisirs du corps, selon la formule injustement attribuée à Luther « Aimer, boire et chanter » (Wein, Weib und Gesang)16. Comme Luther à la Wartburg, il jette un objet sur le diable, mais c’est un petit pain qui a remplacé le pot d’encre de la légende. Adrian Leverkühn finit par abandonner ses études de théologie, mais, jusqu’à la fin, il continue de singer la langue de Luther-Kumpf. Le chapitre XIII de Doktor Faustus est consacré comme il se doit au diabolique Schleppfuss – littéralement « celui qui traîne des pieds » – un curieux théologien protestant, professeur sans chaire (Privatdozent), qui parle volontiers du Malin et de l’« humanité émouvante » manifestée par l’Inquisition. Quant au narrateur, Serenus Zeitblom, humaniste et catholique, il juge avec sévérité la Réforme, à savoir « l’irruption d’un arbitraire subjectif dans les statuts et les règlements objectifs de l’Église17 », et ses conséquences : « Sans aucun doute, l’humanité aurait évité d’interminables bains de sang et les plus épouvantables déchirements si Luther n’avait pas restitué l’Église18

  • 19 Cf. Martin Luther. Studienausgabe, Éd. Karl Gerhard Steck, Francfort, Fischer, 1970, (1re éd. 1955) (...)

5En 1955, dans la dernière année de sa vie, annotant l’écrit Du Pouvoir temporel et dans quelle mesure on lui doit obéissance (Von weltlicher Obrigkeit und Wieweit man ihr Gehorsam schuldig sei, 1523), qui figure dans l’anthologie des œuvres de Luther réunie par Karl Gerhard Steck19, Thomas Mann note « l’anti-pacifisme de Luther » à propos de ce passage concernant une guerre défensive décidée par le Prince :

  • 20 Martin Luther (note 19), p. 186 sq. : « Und hierbei sind die Untertanen verpflichtet, Folge zu leis (...)

Et, de ce fait, les sujets ont le devoir d’obéir au péril de leur vie et de leurs biens ; car dans ce cas un chacun doit risquer sa vie et ses biens pour autrui. Et dans une telle guerre il est chrétien et une œuvre de charité de massacrer l’ennemi, de piller et de brûler et de faire tout ce qui peut lui faire tort jusqu’à la victoire, – comme il est d’usage dans les guerres ; il suffira de se garder de commettre des péchés en violant les femmes et les vierges20.

6Résumons les principaux reproches que Thomas Mann adresse à Luther et à son influence sur l’histoire de l’Allemagne :

  • Luther, en trahissant les paysans révoltés et en prônant l’obéissance aux princes, a pour toujours barré la route à une révolution allemande, c’est-à-dire à une émancipation réelle du peuple allemand, lequel a été incité à considérer la politique comme une activité immorale où tous les coups sont permis ;

  • la Réforme luthérienne a été un facteur de guerre civile allemande et européenne et a préparé au nationalisme allemand des XIXe et XXe siècles, dont l’agressivité trouve son origine dans le romantisme réactionnaire et irrationaliste, conséquence de la rupture luthérienne avec la culture mesurée de l’humanisme.

7Cette argumentation tente une synthèse improbable entre la critique libérale, voire marxiste, du luthéranisme et celle qu’a formulée l’Église catholique. Rappelons que non seulement l’Église catholique s’est opposée aux révoltes sociales et aux révolutions, mais qu’il est aussi pour le moins rapide de lui opposer le romantisme allemand, une école animée en partie par des écrivains catholiques… nostalgiques de l’unité chrétienne de l’Europe au point de se convertir au catholicisme.

La polémique antiluthérienne dans son contexte international et allemand

  • 21 Thomas Mann (note 17), p. 742. Il s’agit de Benedetto Croce, Geschichte Europas im 19. Jahrhundert,(...)
  • 22 Paolo Chiarini, « Benedetto Croce, Thomas Mann e la Germania », studi germanici, anno XLIII, 2005, (...)
  • 23 Voir Jean Jaurès, « Philosopher à trente ans », Éd. établie par Annick Taburet-Wajngart, Œuvres de (...)
  • 24 Lucien Febvre, Un destin. Martin Luther, Bruxelles-Paris, éditions du Sablon, 1945, (1re éd. 1928).
  • 25 Edmond Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1945, p. 75, p. 84 sq. et p. 11 (...)
  • 26 Ian Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation. Traduit de l’an (...)
  • 27 William L. Shirer, Le Troisième Reich. Des origines à la chute, Paris, Stock (coll. Le livre de poc (...)

8La polémique de Thomas Mann rejoignait un discours répandu parmi les observateurs étrangers de l’évolution intellectuelle et politique de l’Allemagne au XIXe siècle. En novembre 1944, durant la rédaction de Doktor Faustus, Thomas Mann lit une traduction allemande de L’Histoire de l’Europe au XIXe siècle de Benedetto Croce21, œuvre dans laquelle le philosophe italien parle du « dualisme » de la Réforme, qui annonce d’un côté l’émancipation intellectuelle des individus et des sociétés et de l’autre leur soumission politique, la répression des révoltes paysannes ayant abouti au culte du prince22. Nous avons vu que dans son discours sur Freud, dès 1929, Thomas Mann avait déjà noté ce dualisme. En France, comme avant lui Jean Jaurès23 ou Lucien Febvre24, le germaniste Edmond Vermeil, issu d’une famille réformée, reconnaît dans L’Allemagne. Essai d’explication, étude publiée en 1940 et rééditée en 1945, la contribution du réformateur allemand à l’émancipation humaine. Mais il parle aussi de « l’univers sombre et trouble de Luther », des écrits luthériens qui annoncent le « subjectivisme moderne », d’une « rupture avec l’humanisme tolérant et internationaliste d’Érasme ». L’obéissance aux princes aboutira, dans la version prussienne du luthéranisme, à une « machinerie » qui « brise les sujets25 ». En Grande-Bretagne et aux États-Unis, de nombreux observateurs de l’évolution politique allemande font le lien entre nazisme et luthéranisme. En 1941, le spécialiste du bouddhisme tibétain et politiste nord-américain William Montgomery McGovern publie à Londres un essai intitulé From Luther to Hitler : the History of Fascist-Nazi Philosophy. La même année Robert Gilbert Vansittart lance le « vansittartisme » avec son « livre noir » sur l’Allemagne passée et présente (Black Record : Germans Past and Present) : le régime hitlérien y est présenté comme la conséquence logique de toute l’histoire politique et intellectuelle de l’Allemagne26. Même William L. Shirer, le fameux journaliste, note encore en 1960 dans son livre sur Le Troisième Reich. Des origines à la chute le rôle funeste que Martin Luther avait joué, malgré d’incontestables mérites, dans l’histoire du pays : malheureusement pour les Allemands le fait qu’il ait pris le parti des princes dans les soulèvements paysans pourtant inspirés par lui dans une large mesure et sa passion pour l’autocratie déterminèrent la formation d’un absolutisme politique provincial et primitif qui réduisit la grande majorité du peuple à la pauvreté, à un état de torpeur et à une dégradante servitude ; pis encore peut-être, il concourut à perpétuer et même à accentuer les divisions sans remède qui séparaient les classes sociales et intervenaient entre les différents groupements dynastiques et politiques de l’Allemagne, dont il empêcha l’unification pendant des siècles27.

  • 28 Hans Rothfels, Die deutsche Opposition gegen Hitler. Eine Würdigung, Krefeld, Scherpe, 1949, p. 34, (...)

9Un historien de l’émigration allemande antinazie comme Hans Rothfels a beau protester, l’idée d’une voie allemande qui mène de l’opportunisme politique de Luther et de sa rupture avec l’Europe catholique aux crimes hitlériens semble s’enraciner28.

  • 29 Herbert Lehnert (note 3), p. 174 sq.
  • 30 Voir Gunter Scholdt (note 10), p. 433 sq.
  • 31 Karl Barth, Eine deutsche Stimme 1938-1945, Zurich, Theologischer Verlag, 1945, cité par Johann Bap (...)

10Thomas Mann s’appuyait sur des sources allemandes diverses, de Nietzsche et Troeltsch au très polémique Stefan Zweig (Triumph und Tragik des Erasmus von Rotterdam, 1934) ou à des critiques plus modérés, comme Karl Heinrich Stein (Tillman Riemenschneider im deutschen Bauernkrieg : Geschichte einer geistigen Haltung, 1937) ou plus encore Ricarda Huch (Das Zeitalter der Glaubensspaltung, 1937)29. Pendant le IIIe Reich, outre Zweig, plusieurs auteurs allemands avaient favorisé l’idée d’une évolution conduisant de Luther à Hitler, par exemple Emil Ludwig, Elisabeth Langgässer, voire Joseph Roth30. En 1945, le théologien Karl Barth parlait de l’hitlérisme comme du « mauvais rêve actuel des païens allemands qui n’ont été christianisés pour la première fois que sous la forme luthérienne31 ».

  • 32 Theodor Fontane, Schach von Wuthenow, Stuttgart, Reclam, 1961, p. 25 : « Nun wohl denn, es geht ein (...)
  • 33 Voir notre étude « “Das ist kein Kitt für Jahrtausende”. Les récits de Storm et de Fontane à l’époq (...)

11Comme Thomas Mann, ces auteurs alimentaient un courant déjà ancien, car dès le XIXe siècle le luthéranisme « officiel » avait suscité des oppositions dans les lettres allemandes. Si, dans le Prince de Hombourg de Kleist (IV, 1), Nathalie pouvait encore féliciter le Prince de Brandebourg d’avoir fondé une patrie solide comme la « forteresse » (Feste Burg) du choral de Luther quelques décennies plus tard un Theodor Fontane dénonçait, par l’intermédiaire de son personnage Bülow, la fragilité de la Prusse de 1806, dont la description évoquait par plus d’un trait le pays dirigé par Bismarck. Le personnage déplorait en particulier l’alliance à la prussienne du trône et de l’autel, à savoir le luthéranisme officiel – à une époque où la dynastie Hohenzollern était encore, officiellement, calviniste ! Ainsi, pour Bülow, le luthéranisme n’est pas cette révolution intellectuelle qui a libéré l’Europe de l’emprise du dogmatisme catholique pour l’engager sur la voie de la réflexion autonome et du progrès moral, politique et scientifique. Bien au contraire, Luther n’a apporté au monde que « l’intolérance et les procès en sorcellerie, l’austérité et l’ennui. Ce ciment n’est pas fait pour tenir des millénaires32 ». À l’époque du Kulturkampf, des nouvelles de Storm, par exemple Pole Poppenspäler en 1874, et de Fontane prennent le parti du catholicisme et de l’Autriche et de la Bavière contre le luthéranisme « triomphant33 ».

12Cette critique de la Prusse et de l’Église luthérienne se retrouve aussi dans Buddenbrooks, roman publié en 1901. Le personnage peut-être le plus antipathique du roman n’est autre que le pasteur de Riga Sievert Tiburtius, un Tartuffe accompli dont tout laisse penser qu’il a précipité la mort de Clara Buddenbrook, l’épouse dont il ne désirait que la dot. La décadence de la famille commence par la religiosité excessive de « la consule », la mère de Thomas Buddenbrook, à laquelle Thomas Mann fait chanter un bien grotesque choral :

  • 34 « Ich bin ein rechtes Rabenaas, / Ein wahrer Sündenkrüppel, / Der seine Sünden in sich fraß, / Als (...)

Je suis une charogne pour corbeaux,
Un homme dont les péchés ont fait un véritable infirme
Dévoré par ses péchés
Comme l’oignon par la rouille.
Ô Seigneur, prends moi, pauvre chien, par les oreilles,
Jette moi l’os de la grâce,
Et moi, misérable couvert de péchés,
Emmène-moi dans ton ciel de grâce34 !

  • 35 Thomas Mann, Buddenbrooks. Verfall einer Familie (note 34), p. 560.

13Aux diaconesses, ces « sœurs noires » qui accompagnent traditionnellement les membres de la famille dans la maladie et l’agonie, Thomas Buddenbrook, sans pour autant se convertir, préfère les « sœurs grises », de la congrégation de sainte Elisabeth, parce qu’elles sont plus capables de « fidélité, de générosité et d’esprit de sacrifice35 ». On peut bien entendu considérer que ce père de famille n’a plus la tranquille force d’âme de ses aïeux, mais la suite du roman semble bien confirmer une tendance critique envers un luthéranisme qui se compromet de plus en plus avec l’esprit prussien.

14Il ne serait d’ailleurs pas exagéré de montrer que ce roman ne fait que raconter la « prussianisation » de Lubeck, les dégâts causés par une modernisation autoritaire. Ainsi, le chapitre deux de la onzième et dernière partie montre comment, sous la férule de Dr. Wulicke, un directeur importé de Prusse, le lycée est devenu pour le sensible Hanno un endroit terrifiant. La matinée commence ici, comme de juste, par le choral de Leuthen Nun danket alle Gott, qui est chanté aussi lors du centenaire de la firme Buddenbrook, alors que Lubeck vient d’entrer dans la Confédération de l’Allemagne du Nord.

  • 36 Les propos de Wolfgang Harich lors du congrès des écrivains allemands (4-8 octobre 1947) sont repro (...)
  • 37 Pour l’histoire du concept de « misère allemande » de Marx à Heiner Müller, voir Jost Hermand, « He (...)
  • 38 Voir François Genton (note 37).
  • 39 « Deutschlands revolutionäre Vergangenheit ist nämlich theoretisch, es ist die Reformation. […] (Lu (...)
  • 40 Alexander Abusch, « Zu Hanns Eislers “Johann Faustus” », Sinn und Form, 3. und 4. Heft, 1953, p. 17 (...)

15En 1947 le jeune intellectuel communiste Wolfgang Harich affirme que Thomas Mann fait de Luther l’initiateur de la « misère allemande36 ». Cette notion, forgée par Karl Marx et Friedrich Engels dans leurs écrits du Vormärz37, a été popularisée à la fin du XIXe siècle par l’écrivain social-démocrate Franz Mehring et réactualisée par Georg Lukács, durant ses années d’exil à Moscou, et surtout par Bertolt Brecht, en 1950 dans le prologue de son adaptation de la comédie de Lenz Le Précepteur (Der Hofmeister)38. En 1844, dans l’introduction à La Critique de la philosophie du droit de Hegel, Marx montre que Luther, en rompant avec Rome, a détruit la domination cléricale pour mieux instaurer une servitude intérieure39. Six ans plus tard, dans La Guerre des paysans, Engels formule une vision encore plus critique d’un Luther prenant parti pour les princes contre les paysans révoltés. Pour Marx et Engels, la « misère allemande », c’est avant tout la pusillanimité d’une bourgeoisie qui s’allie à l’aristocratie contre le prolétariat : d’une certaine manière, Thomas Mann formule une thèse proche quand, dans L’Allemagne et les Allemands, il dénonce une séparation bien allemande entre la vie intellectuelle et artistique et la vie politique. Au lieu de servir l’humanité et d’intervenir dans la vie publique, l’intellectuel allemand se perd dans des spéculations audacieuses… et diaboliques, au plus grand profit des forces du Mal auxquelles il s’est lié pour son plus grand malheur. En 1952, le SED interdit la publication du livret de l’opéra Johann Faustus de Hanns Eisler. Ce dernier montre en Faust l’incarnation même de la misère allemande, de cette éternelle compromission de l’intellectuel allemand avec les classes dirigeantes, dans le contexte de la guerre des paysans, alors que le parti dominant voit en Faust le représentant de la lutte contre la « misère allemande » : en effet, dans une lignée plutôt traditionnelle, les dirigeants du SED pensent que Faust incarne des vertus positives, le goût de l’effort, la soif de connaître, le progrès40. Il n’est pas interdit de penser que le modèle de l’intellectuel rebelle et critique préconisé par Eisler et Brecht ne peut leur convenir !

16Dans son livre sur Lessing (Die Lessing-Legende), Franz Mehring emploie en 1893 l’expression de « misère allemande » pour dénoncer le traitement réservé aux grands intellectuels allemands par la Prusse de Frédéric II. Jean Jaurès s’indigne au début du XXe siècle qu’un social-démocrate allemand puisse si mal penser du premier serviteur de l’État :

  • 41 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. 3, « La République (1792) », Paris, (...)

Le souverain admirable qui, dans la guerre de Sept Ans, avait lutté contre presque toute l’Europe, qui ne s’était laissé abattre par aucun revers, éblouir par aucune victoire, qui avait ensuite, dans la paix, donné l’exemple d’un labeur infatigable et scrupuleux, et qui, tout en méconnaissant et dédaignant les efforts immédiats et les œuvres présentes de la pensée allemande, lui avait ouvert les voies de la grandeur, était pour toutes les classes du peuple allemand, pour les soldats comme pour les lettrés, pour les paysans comme pour les artistes, le héros de la renaissance nationale.
À quoi sert-il à M. Franz Mehring de le nier, dans son livre sur la Légende de Lessing41 ?

  • 42 Thomas Mann, Doktor Faustus (note 17), p. 50.

17Le discours antiprussien, qui donne, comme nous l’avons vu, une certaine dimension politique au roman Buddenbrooks, est plus que nuancé chez Thomas Mann par une grande admiration pour les héros de l’histoire prussienne, à commencer par Frédéric II. En 1915 paraît l’essai Frédéric et la Grande Coalition (Friedrich und die große Koalition), texte remanié et publié à nouveau en 1953 [ !] dans le recueil Altes und Neues. Kleine Prosa aus fünf Jahrzehnten. Or, l’un des principaux reproches adressés traditionnellement au luthéranisme concerne le statut officiel de l’Église luthérienne dans la Prusse bismarckienne et wilhelmienne, ce conformisme que représente le « choral de Leuthen » (Nun danket alle Gott) dans Buddenbrooks. En 1945 pourtant, Thomas Mann ne s’en prend pas à la Prusse dans son discours « L’Allemagne et les Allemands ». La condamnation du « despotisme éclairé » reste à l’évidence un seuil difficile à franchir. On est même surpris de découvrir dans ce discours de 1945 une allusion plutôt positive à Bismarck. Sans que le « chancelier de fer » soit nommé, on cite sa définition de la politique comme de « l’art du possible » (die Kunst des Möglichen) : comme dans son roman Doktor Faustus, Thomas Mann s’en prend au provincialisme, à l’Allemagne violente et agressive de « Kaisersaschern », où repose, malgré lui, un empereur représentatif d’une « antipathie de soi » bien allemande42. S’il est bien question des « princes » et des « autorités étatiques », ces instances restent pour ainsi dire anonymes, le poids principal de la faute est assumé par Luther et les protestants.

  • 43 Klaus Harpprecht (note 2), p. 1393-1396, prend la défense de Luther contre Thomas Mann tandis que H (...)
  • 44 Telle est la vision de Reinhard Mehring, Thomas Mann. Künstler und Philosoph. Munich, Wilhelm Fink, (...)

18Ce n’est pas le lieu ici de faire la part de la polémique, par nature injuste43, et d’un discours raisonné sur l’histoire allemande. L’anti-luthéranisme n’est pas l’aspect principal du roman Doktor Faustus, qui est essentiellement une réflexion sur l’art et l’artiste dans le monde moderne, réflexion qui part davantage de Nietzsche que de Luther. L’évolution de Thomas Mann, d’une idéologie plutôt conformiste dans l’Allemagne wilhelmienne, vers un discours peut-être exagérément critique envers l’un des fondements de cette idéologie, à savoir la représentation de Luther en tant qu’« homme allemand » par excellence, ouvre les perspectives d’une appréhension novatrice et critique de l’histoire allemande, celle qu’anticipaient de nombreux écrivains et penseurs allemands avant Thomas Mann… et Thomas Mann lui-même dans son œuvre, par exemple dans son roman Buddenbrooks. Il n’est pas interdit de penser que la réflexion de Thomas Mann en 1945, réflexion qui pouvait s’appuyer sur de grands prédécesseurs, de Heine et Marx à Franz Mehring, de Theodor Storm et Fontane à Stefan Zweig, a contribué au renouveau de la pensée historique allemande, jusqu’à la thèse critique du Sonderweg qui continue aujourd’hui encore de dominer l’analyse du devenir de l’Allemagne de l’époque de la Réforme à 1945, voire à l’unité de 199044. S’il est possible aujourd’hui de juger autrement de Luther que ne le fit en 1945 Thomas Mann, c’est que le luthéranisme allemand a su évoluer vers la tolérance, voire un certain pacifisme. Implicitement, le conseil de l’Église évangélique allemande a reconnu sa compromission dès les mois qui ont suivi la capitulation de mai 1945. Le 19 octobre de la même année à Stuttgart, à l’occasion de la tenue d’un conseil œcuménique des Églises, dix représentants de l’Église évangélique allemande – tous des anciens de l’Église confessante parmi lesquels figuraient Otto Dibelius, l’inspirateur du texte collectif, Martin Niemöller et Gustav Heinemann, le futur président de la République Fédérale d’Allemagne – s’accusaient d’avoir failli :

  • 45 « Mit großem Schmerz sagen wir : Durch uns ist unendliches Leid über viele Länder und Völker gebrac (...)

Nous avons causé d’infinies souffrances à de nombreux pays et peuples. Ce dont nous avons témoigné souvent face à nos paroisses, nous le disons maintenant au nom de toute l’Église : certes, nous avons lutté des années durant au nom de Jésus Christ contre l’esprit qui a trouvé sa terrible expression dans la dictature national-socialiste ; mais nous nous accusons de n’avoir pas plus courageusement professé notre croyance, de n’avoir pas plus fidèlement prié, de n’avoir pas manifesté une foi plus gaie et un amour plus ardent45.

  • 46 Voir Jürgen W. Falter, « Die Wahlen des Jahres 1932/33 und der Aufstieg totalitärer Parteien », dan (...)

19Il n’est en effet pas inutile de rappeler, en conclusion, une réalité incontestable : lorsqu’il entame sa résistible ascension, après 1928, le parti de Hitler s’appuie surtout sur un électorat protestant46. N’était-il pas dès lors tentant d’établir une continuité entre la docilité manifestée par le luthéranisme envers les princes et l’attirance exercée sur lui par le nationalisme, jusqu’à son expression extrême, le nazisme ?

Bibliographie

Chiarini, Paolo. 2005. « Benedetto Croce, Thomas Mann e la Germania », studi germanici, anno XLIII, 1-2, p. 49-65.

Eberan, Barbro. 1983. Luther ? Friedrich « der Große » ? Wagner ? Nietzsche ?… Wer war an Hitler schuld ? Die Debatte um die Schuldfrage 1945-1949, Munich, Minerva-Publikation.

Febvre, Lucien. 1945. Un destin. Martin Luther, Bruxelles-Paris, éditions du Sablon, (1re éd. 1928).

Fontane, Theodor, Schach von Wuthenow. Erzählung aus der Zeit des Regiments Gensdarmes, Ditzingen, Reclam 1971.

Görtemaker, Manfred. 2005. Thomas Mann und die Politik, Frankfurt, Fischer.

Harald, Jacob (s.d.). Erscheinungen konservativer Revolution im Doktor Faustus. URL : http://www.zum.de/Faecher/Materialien/jacob/refdrfaustus.htm

Harpprecht, Klaus. 1996. Thomas Mann. Eine Biographie, Reinbek, Rowohlt, 2 vol.

Hermanns, Ulrike. 1994. Thomas Manns Roman Doktor Faustus im Lichte von Quellen und Kontexten, Francfort, Europäische Hochschulschriften, Reihe I, Bd. 1486.

Jaurès, Jean. 1970. Histoire socialiste de la Révolution française, t. 3, « La République (1792) », Paris, Éditions sociales.

Jaurès, Jean. 1891. De Primis socialismi germanici lineamentis apud Lutherum, Kant, Fichte et Hegel, Toulouse, A. Chauvin et fils.

Jaurès, Jean. 2000. « Philosopher à 30 ans », éd. établie par Annick Taburet-Wajngart, Œuvres de Jean Jaurès, tome 3, Paris, Fayard.

Kanno, Ken. 1989. « Martin Luther bei Thomas Mann. Das Problem der deutschen Geistesgeschichte bei Thomas Mann », Studies in Languages and Cultures, Institute of Modern languages and Cultures ; The University of Tsukuba, no 30, 57-77.

Kershaw, Ian. 1997. Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation, traduit de l’anglais par Jacqueline Carnaud. Paris, Gallimard.

Koopmann, Helmut (éd.). 1990. Thomas-Mann-Handbuch, Stuttgart, Kröner.

Kurzke, Hermann. 1991. Thomas Mann. Epoche – Werk – Wirkung, Munich, C. H. Beck, 2eédition.

Kurzke, Hermann. 2000. Thomas Mann. Das Leben als Kunstwerk. Eine Biographie. Munich, C. H. Beck.

Lehnert, Herbert. 1968. Thomas Mann – Fiktion Mythos Religion, Stuttgart, Kohlhammer (2e éd.).

Lukács, Georg. 1964. Deutsche Literatur in zwei Jahrhunderten, Neuwied et Berlin, Luchterhand.

Mann, Golo. 1999. Erinnerungen und Gedanken. Lehrjahre in Frankreich, Francfort, Fischer.

Mann, Thomas. 1960. Gesammelte Werke in zwölf Bänden, Francfort, Fischer.

Mann, Thomas. 2002. Buddenbrooks. Verfall einer Familie, Francfort, Fischer, 52eéd.

Mann, Thomas. 2002. Große kommentierte Frankfurter Ausgabe, Band 1.2, Buddenbrooks. Verfall einer Familie. Roman, Kommentar von E. Heftrich und S. Stachorski unter Mithilfe von H. Lehnert, Francfort, Fischer.

Mann, Thomas. 2001. Doktor Faustus. Die Entstehung des Doktor Faustus, Francfort, Fischer, 2eéd.

Mann, Thomas. 1992. Selbstkommentare : Doktor Faustus und Die Entstehung des Doktor Faustus, hg. von Hans Wysling unter Mitwirkung von Marianne Eich-Fischer, Francfort, Fischer.

Mann, Thomas. 1968. « Deutschland und die Deutschen », Politische Reden und Schriften, Francfort, Fischer, t. 3, 161-178.

Mann, Thomas. 1977-1995. Tagebücher 1918-1955, éd. par Peter de Mendessohn et Inge Jens, Francfort, Fischer, 10 vol.

Mayer, Hans. 1984. Thomas Mann, Francfort, Suhrkamp.

Mehring, Franz. 1972. Die Lessing-Legende, Francfort, Berlin, Vienne, Ullstein.

Mehring, Reinhard. 2001. Thomas Mann. Künstler und Philosoph, Munich, Wilhelm Fink.

Müller, Johann Baptist (éd.). 1983. Luther und die Deutschen. Texte zur Geschichte und Wirkung, Stuttgart, Reclam.

Röcke, Werner (Hg.). 2001. Thomas Mann : Doktor Faustus 1947– 1997, Berne, Peter Lang, Publikationen zur Zeitschrift für Germanistik 3.

Scholdt, Günther. 1993. Autoren über Hitler. Deutschsprachige Schriftsteller 1919-1945 und ihr bild von « Führer », Bonn, Bouvier.

Schwöbel, Christoph. 1999. « Der “Tiefsinn des Herzens” und das “Pathos der Distanz”, Thomas Mann, Luther und die deutsche Identität », dans Thomas Mann Jahrbuch 12, 59-75.

Solchany, Jean. 1997. Comprendre le nazisme dans l’Allemagne des années zéro (1945-1949), Paris, PUF.

Tambarin, Marcel. 2002. « Edmond Vermeil, L’Allemagne, essai d’explication », dans Chroniques allemandes, no 10, Grenoble, p. 189-202.

Vermeil, Edmond. 1945. L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard.

Wisskirchen, Hans ; Sprecher Thomas (éd.). 1998. « und was werden die Deutschen sagen ? ». Thomas Manns Doktor Faustus, Lubeck, Dräger, 2e éd.

Wisskirchen, Hans. 1986. Zeitgeschichte im Roman. Zu Thomas Manns Zauberberg und Doktor Faustus, Berne, Francke.

Notes

1 « Der […] gewaltig innerliche Grobian von Wittenberg war kein Pazifist ». Thomas Mann, « Deutschland und die Deutschen » (1945), Politische Reden und Schriften, Francfort, Fischer, t. 3, 1968, p. 161-178. Sauf indication contraire, toutes les traductions sont de l’auteur.

2 « Verwandtes Verhältnis zur katholischen Kirche wie zum Kommunismus. Gegen beides kein Wort ! Mögen andere eifern und Theokratie und Censur befürchten. » Klaus Harpprecht, Thomas Mann. Eine Biographie, Reinbek, Rowohlt, 1996, p. 1960.

3 « … enger, beschränkter, ins Religiöse eingeschlossener, sozusagen provinzieller […,], altweltlich, mittelalterlich, ohne Welt und reaktionär », cité par Herbert Lehnert, 1968. Thomas Mann – Fiktion Mythos Religion, Stuttgart, Kohlhammer, 1968 (2e éd.), p. 220.

4 Thomas Mann, « On Myself », Gesammelte Werke, Francfort, Fischer, t. 13, 1974 et 1990, p. 132, cité par Hermann Kurzke, Thomas Mann. Das Leben als Kunstwerk. Eine Biographie, Munich, C. H. Beck, 2000, p. 58.

5 Manfred Görtemaker, Thomas Mann und die Politik, Frankfurt, Fischer, 2005, p. 36-42.

6 Los von Rom (« Détachons-nous de Rome ! ») est une expression déjà courante dans les milieux catholiques nationalistes en 1848. Voir Georg Büchmann, Geflügelte Worte, 32e éd., entièrement revue par Gunther Haupt et Winfried Hofmann, Berlin, Haude und Spener, 1972, p. 716. Il y eut un mouvement de ce nom à la fin du XIXe siècle, mené par le pré-nazi von Schönerer à Vienne, entraînant vers 1900 quelques milliers de conversions au protestantisme. Voir le site internet du ministère fédéral autrichien de l’éducation, de la science et de la culture : http://www.aeiou.at/aeiou.encyclop.l/l891666.htm.

7 « Eine deutsche Überwindung der décadence würde nicht katholisch sein und von etwas Äußerem, vom Kult der Traditionen, alles erhoffen, sondern protestantisch, sondern an das innere Pflichtgefühl appellierend, sondern kantisch-preußisch… ». Thomas Mann, « Betrachtungen eines Unpolitischen », Gesammelte Werke, Francfort, Fischer, 1960, t. 12, p. 201.

8 Herbert Lehnert (note 3), p. 157 (Lettre à Ernst Bertram). Thomas Mann décrit ce buste dans son journal le 19 novembre 1918.

9 Cité par Herbert Lehnert (note 3), p. 149, d’après Thomas Mann. Gesammelte Werke (note 7), t. 10, p. 259.

10 « Nein, Hitler ist kein Zufall, kein illegitimes Unglück, keine Entgleisung. Von ihm fällt “Licht” auf Luther zurück, und man muß diesen weitgehend in ihm wiedererkennen. Er ist ein echtes deutsches Phänomen. » Thomas Mann, Tagebücher, 19.10.1937, p. 139, cité par Günter Scholdt, Autoren über Hitler. Deutschsprachige Schriftsteller 1919-1945 und ihr Bild von « Führer », Bonn, Bouvier, 1993, p. 434. Voir aussi Ulrike Hermanns, Thomas Manns Roman Doktor Faustus im Lichte von Quellen und Kontexten, Francfort, Europäische Hochschulschriften, 1994, p. 104, qui cite : « Deutsche Kultur : Luther und Hitler. »

11 D’abord prononcé en anglais à la Bibliothèque du Congrès à Washington, ce discours a été publié en allemand en octobre 1945 dans Die Neue Rundschau. Le texte est reproduit dans Thomas Mann, Politische Reden und Schriften, Francfort, Fischer, 1968, t. 3, p. 161-178. Traduction française dans Thomas Mann. Les Exigences du jour, trad. de l’allemand par Louise Servicen et Jeanne Naujac, Paris, Grasset, 2003.

12 Manfred Görtemaker (note 5), p. 175, qui renvoie à Joachim Fest, Die unwissenden Magier Thomas und Heinrich Mann, Berlin, Corso bei Siedler, 1985, p. 68.

13 Herbert Lehnert (note 3), p. 154, n’a pas trouvé cette citation dans l’œuvre de Luther, mais dans Zur Genealogie der Moral (III, 22) de Nietzsche. Nous ajouterons que l’expression « ein Schwein oder Sau des Teufels » figure déjà dans le passage romain du Faustbuch de 1587 (cf. Historia von D. Johann Fausten, Stuttgart, Reclam, 1964, p. 54) et qu’à l’époque de Luther l’injure « porcine » était couramment employée dans les polémiques religieuses, notamment contre les juifs.

14 Thomas Mann répète en 1949 cette opposition entre la synthèse harmonieuse représentée par Goethe et le tempérament brutal de Luther dans son texte Die drei Gewaltigen (il s’agit de Luther, Goethe et Bismarck). Voir Klaus Harpprecht (note 2), p. 1713.

15 Herbert Lehnert (note 3), p. 181 sq.

16 « Wer nicht liebt Wein, Weib und Gesang, / Der bleibt ein Tor sein Lebenlang,/Sagt Doktor Martin Luther. » Ces vers ont été forgés par Johann Heinrich Voß dans le Musenalmanach édité à Hambourg en 1777. Cité dans Georg Büchmann (note 6), p. 140.

17 Thomas Mann, Doktor Faustus. Die Entstehung des Doktor Faustus, Francfort, Fischer, 2001 (2e éd.), p. 122 : « … ein Einbruch subjektiver Willkür in die objektiven Satzungen und Ordnungen der Kirche ».

18 Ibid., p. 123 : « Es ist ja wohl kein Zweifel, daß der Menschheit unendliches Blutvergießen und die entsetzlichste Selbstzerfleischung erspart geblieben wäre, wenn Martin Luther die Kirche nicht wiederhergestellt hätte ».

19 Cf. Martin Luther. Studienausgabe, Éd. Karl Gerhard Steck, Francfort, Fischer, 1970, (1re éd. 1955). Voir Herbert Lehnert (note 3), p. 220.

20 Martin Luther (note 19), p. 186 sq. : « Und hierbei sind die Untertanen verpflichtet, Folge zu leisten und Leib und Gut dran zu setzen ; denn in solchem Falle muss einer um des andern willen sein Gut und sich selbst dranwagen. Und in einem solchen Krieg ist es christlich und ein Werk der Liebe, unter den Feinden unverzagt zu würgen, zu rauben und zu brennen und alles zu tun, was Schaden bringt, bis man sie überwindet – wie es eben im Krieg zugeht ; nur soll man sich vor Sünden hüten, Weiber und Jungfrauen nicht schänden », Von weltlicher Obrigkeit und Wieweit man ihr Gehorsam schuldig sei (1523).

21 Thomas Mann (note 17), p. 742. Il s’agit de Benedetto Croce, Geschichte Europas im 19. Jahrhundert, édition allemande sous la responsabilité d’A. Japhé, Zurich, Europa Verlag, 1935 (Storia d’Europa nel secolo decimono, 1932).

22 Paolo Chiarini, « Benedetto Croce, Thomas Mann e la Germania », studi germanici, anno XLIII, 2005, 1-2, p. 59.

23 Voir Jean Jaurès, « Philosopher à trente ans », Éd. établie par Annick Taburet-Wajngart, Œuvres de Jean Jaurès, t. 3, Paris, Fayard, 2000, p. 398 sq. Traduction française de la thèse latine de Jean Jaurès, 1891. De Primis socialismi germanici lineamentis apud Lutherum, Kant, Fichte et Hegel, Toulouse, A. Chauvin et fils.

24 Lucien Febvre, Un destin. Martin Luther, Bruxelles-Paris, éditions du Sablon, 1945, (1re éd. 1928).

25 Edmond Vermeil, L’Allemagne. Essai d’explication, Paris, Gallimard, 1945, p. 75, p. 84 sq. et p. 113. Le discours d’Edmond Vermeil s’est attiré les foudres de Golo Mann, alors qu’il était plus nuancé que celui de l’auteur de Deutschland und die Deutschen. Voir Golo Mann, Erinnerungen und Gedanken. Lehrjahre in Frankreich. Francfort, Fischer, 1999, p. 89 sq.

26 Ian Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation. Traduit de l’anglais par Jacqueline Carnaud, Paris, Gallimard, 1997, p. 430, mentionne aussi cet ouvrage : Rohan d’Olier Butler, The Roots of National Socialism, Londres, 1941.

27 William L. Shirer, Le Troisième Reich. Des origines à la chute, Paris, Stock (coll. Le livre de poche), 1970, t. 1, p. 122. Le nom du traducteur n’est pas indiqué. L’édition originale de The Rise and Fall of the Third Reich a paru en 1960 à New York et Londres.

28 Hans Rothfels, Die deutsche Opposition gegen Hitler. Eine Würdigung, Krefeld, Scherpe, 1949, p. 34, cité par Christiane Blume, « Transformationen eines Historikers – Hans Rothfels’ Weg aus dem Dunstkreis der Volksgeschichte zur leuchtenden Symbolfigur der Nachkriegshistoriografie », 24.09.2004. URL : http://hsozkult.geschichte.huberlin.de/forum/type=artikel&id=525

29 Herbert Lehnert (note 3), p. 174 sq.

30 Voir Gunter Scholdt (note 10), p. 433 sq.

31 Karl Barth, Eine deutsche Stimme 1938-1945, Zurich, Theologischer Verlag, 1945, cité par Johann Baptist Müller (éd.), Luther und die Deutschen. Texte zur Geschichte und Wirkung, Stuttgart, Reclam, 1983, p. 195.

32 Theodor Fontane, Schach von Wuthenow, Stuttgart, Reclam, 1961, p. 25 : « Nun wohl denn, es geht eine Sage, daß mit dem Manne von Wittenberg die Freiheit in die Welt gekommen sei, und beschränkte Historiker haben es dem norddeutschen Volke so lange versichert, bis man’s geglaubt hat. Aber was hat er denn in Wahrheit in die Welt gebracht ? Unduldsamkeit und Hexenprozesse, Nüchternheit und Langeweile. Das ist kein Kitt für Jahrtausende. »

33 Voir notre étude « “Das ist kein Kitt für Jahrtausende”. Les récits de Storm et de Fontane à l’époque du Kulturkampf », dans Philippe Alexandre (dir.), Religions – Nations – Identités, Nancy, PUN, 2004, p. 183-193.

34 « Ich bin ein rechtes Rabenaas, / Ein wahrer Sündenkrüppel, / Der seine Sünden in sich fraß, / Als wie der Rost den Zwippel. / Ach Herr, so nimm mich Hund beim Ohr, / Wirf mir den Gnadenknochen vor / Und nimm mich Sündenlümmel / In deinen Gnadenhimmel ! » Thomas Mann, Buddenbrooks. Verfall einer Familie. Francfort, Fischer, 52e éd., 2002, p. 278. Thomas Mann s’est inspiré d’un pastiche sans doute composé en 1840 par Friedrich Wilhelm Wolff. Voir Thomas Mann, Große kommentierte Frankfurter Ausgabe, t. 1.2, « Buddenbrooks. Verfall einer Familie. Kommentar von Eckhard Heftrich und Stephan Stachorski (unter Mitarbeit von Herbert Lehnert) », Francfort, Fischer, 2002, p. 311.

35 Thomas Mann, Buddenbrooks. Verfall einer Familie (note 34), p. 560.

36 Les propos de Wolfgang Harich lors du congrès des écrivains allemands (4-8 octobre 1947) sont reproduits dans Ursula Reinhold / Dieter Schlenstedt / Horst Tannenberger (Hrsg.), Deutscher Schriftstellerkongreß (4.-8. Oktober 1947). Protokoll und Dokumente, Berlin, Aufbau, 1997, p. 348 : « Ich möchte hinweisen auf die Antwort, die Thomas Mann in seiner Rede “Deutschland und die Deutschen” gegeben hat, wo er sagte : Bei diesem Verrat Luthers an denn kämpfenden revolutionären Bauern beginnt die deutsche Misere. » Thomas Mann dit à peu près cela, mais n’emploie pas l’expression.

37 Pour l’histoire du concept de « misère allemande » de Marx à Heiner Müller, voir Jost Hermand, « Heines “Wintermärchen” – Zum Topos der “deutschen Misère” », Diskussion Deutsch, Heft 35, juin 1977, p. 234-249 et François Genton, « Lenz et la misère allemande », Études Germaniques, no 1, 1997, p. 143-158.

38 Voir François Genton (note 37).

39 « Deutschlands revolutionäre Vergangenheit ist nämlich theoretisch, es ist die Reformation. […] (Luther) hat den Menschen von der äußeren Religiosität befreit, weil er die Religiosität zum innern Menschen gemacht hat. Er hat den Leib von der Kette emanzipiert, weil er das Herz in Ketten gelegt ». Karl Marx, « Zur Kritik der Hegelschen Rechtsphilosophie. Einleitung » (1844), in Marx-Engels-Werke, Berlin, Dietz, 1970, t. 1, p. 386.

40 Alexander Abusch, « Zu Hanns Eislers “Johann Faustus” », Sinn und Form, 3. und 4. Heft, 1953, p. 179-197. Sur le débat autour de la misère allemande en RDA voir Manfred Jäger, Kultur und Politik in der DDR, Cologne, Deutschland Archiv, 1994, p. 67 sq.

41 Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, t. 3, « La République (1792) », Paris, Éditions sociales, 1970, p. 474.

42 Thomas Mann, Doktor Faustus (note 17), p. 50.

43 Klaus Harpprecht (note 2), p. 1393-1396, prend la défense de Luther contre Thomas Mann tandis que Herbert Lehnert (note 3), p. 205, prétend corriger l’image fausse de Luther.

44 Telle est la vision de Reinhard Mehring, Thomas Mann. Künstler und Philosoph. Munich, Wilhelm Fink, 2001, p. 140. La thèse du Sonderweg a été popularisée par Hans-Ulrich Wehler, notamment dans son livre Das Deutsche Kaiserreich, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1973.

45 « Mit großem Schmerz sagen wir : Durch uns ist unendliches Leid über viele Länder und Völker gebracht worden. Was wir unseren Gemeinden oft bezeugt haben, das sprechen wir jetzt im Namen der ganzen Kirche aus : Wohl haben wir lange Jahre hindurch im Namen Jesu Christi gegen den Geist gekämpft, der im nationalsozialistischen Gewaltregiment seinen furchtbaren Ausdruck gefunden hat ; aber wir klagen uns an, daß wir nicht mutiger bekannt, nicht treuer gebetet, nicht fröhlicher geglaubt und nicht brennender geliebt haben. » Le texte est publié sur le site de l’EKD (Evangelische Kirche in Deutschland) : http://www.ekd.de/bekenntnisse/stuttgarter_schulderklaerung.html

46 Voir Jürgen W. Falter, « Die Wahlen des Jahres 1932/33 und der Aufstieg totalitärer Parteien », dans Die Weimarer Republik, t. 3, « Das Ende der Demokratie, 1929-1933 », München, Bayerische Länderzentrale für politische Bildungsarbeit, 1995. Rappelons ici l’ouvrage de Rita Thalmann, Protestantisme et nationalisme en Allemagne de 1900 à 1945, Paris, Klincksieck, 1976.

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search