Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

III. Plaidoyers pour la paix et la résistance aux totalitarismes

Préserver la paix : un facteur de motivation des protestants allemands dans la résistance au national-socialisme

Ekkehard Klausa
Traduction de Sandrine Sirejol

Texte intégral

  • 1 Cf. Wolfram Wette, Ideologien, Propaganda und Innenpolitik als Voraussetzung der Kriegspolitik des (...)

1On assimile souvent le « pacifisme » à un rejet de tout recours à la violence. Il en résulte parfois davantage de polémiques dogmatiques que de véritables politiques pratiques de construction de la paix. L’époque de la République de Weimar connut une multitude de pacifismes, dont Carl von Ossietsky, lui-même adepte d’une forme de cette doctrine, affirmait que beaucoup étaient « des illusions, des exaltations fanatiques d’un certain système de pensée et méfiantes à l’égard des moyens du politique », ou encore « des conceptions du monde, des religions, des dogmes, sans que rien de tout cela se fût jamais transformé en véritable énergie1 ». Notre propos ne va pas être de déterminer de manière dogmatique ce que devaient penser les personnes qui mirent en jeu leur liberté et leur vie dans la résistance contre la guerre hitlérienne. En considérant leurs motivations de façon empirique, nous constaterons bien plutôt que le concept de paix pouvait prendre chez elles des significations bien différentes. Nous distinguerons ici cinq niveaux de pacifisme que nous hiérarchisons en fonction de leur lien à un pacifisme radical :

Niveau 1 : Le pacifisme, pris au sens radical du terme, consiste à rejeter par principe aussi bien la guerre que tout recours à la violence, sans aucune exception ;

Niveau 2 : Dans le sens des théologies augustino-thomiste et luthérienne, il consiste à condamner toute « guerre injuste » ;

Niveau 3 : Il consiste à combattre pour des raisons éthiques la guerre concrète, telle qu’elle fut préparée de manière systématique et provoquée par Hitler – que ce soit à cause du cynisme des buts de guerre ou en référence au traumatisme du premier conflit mondial et de la déshumanisation sans précédent de la guerre qu’il a déclenchée ;

Niveau 4 : Il consiste à argumenter en tacticien et à rejeter cette guerre-ci comme étant inutile sur le plan politique et hasardeuse sur le plan militaire ;

  • 2 Cf. Peter Hoffmann, Motive, in Jürgen Schmädeke / Peter Steinbach (Hrsg.), Der Widerstand gegen de (...)

Niveau 5 : Il consiste enfin à condamner cette guerre comme étant en contradiction avec le droit international et en raison des crimes contre l’humanité (l’Holocauste) qui lui sont associés. On peut déceler une telle motivation (partielle) chez plusieurs des personnes impliquées dans la tentative de révolte du 20 juillet 1944, qui émanait des milieux bourgeois et militaires2 ; cette motivation n’a bien sûr plus grand-chose à voir avec un rejet a priori de la guerre en soi, et ne peut être ramenée qu’à une conception fortement diluée du pacifisme.

  • 3 Cf. Wolfram Wette, dans l’introduction de l’article intitulé : Probleme des Pazifismus in der Zwis (...)
  • 4 Cf. Wolfram Wette, Ideologien (note 1), p. 25-173 (p. 29 sq.).

2La notion de pacifisme ainsi conçue est donc apparemment bien large et vague. Mais il ne s’agira pas ici d’examiner un concept, notre objectif est au contraire de déceler chez certaines personnes une volonté de maintenir la paix, quelle qu’en soit l’origine, et d’analyser les motivations qui en ont découlé et qui les ont incitées à s’engager de manière active contre la guerre hitlérienne. Cette définition est encore plus large que le « concept » lui-même déjà bien général « de pacifisme non dogmatique3 ». C’est le concept que Wolfram Wette a utilisé pour regrouper toutes les tendances qui, à l’époque de la République de Weimar, rejetaient tout recours offensif à la puissance militaire aussi bien que tout préparatif de guerre, et préconisaient en lieu et place une politique de renoncement à la violence et de conciliation par la paix, ce qui incluait la possibilité de réviser le traité de Versailles de façon pacifique4. J’associe ici à ce concept en outre des courants qui n’étaient nullement favorables au renoncement à la violence et qui envisageaient même de remilitariser la société, comme le courant des Nationaux-Allemands, mais qui s’engagèrent tout de même par la suite de manière active contre la gestion hasardeuse de la guerre par Hitler ainsi qu’en faveur de la paix. En procédant de la sorte, j’ai certes bien peur d’irriter même les pacifistes les plus pacifiques ; mais le critère de sélection que j’utilise n’est pas celui de l’existence d’une conviction pacifiste, c’est au contraire celui de la réalité d’une lutte active contre la guerre. Nous reviendrons sur ce point dans la conclusion, où nous analyserons la pertinence de l’utilisation d’un tel dénominateur commun.

  • 5 Selon l’article « guerre » rédigé par Karl Burger pour la « Realenenzyklopädie » de 1904, lexique (...)

3Qu’apporta donc le protestantisme allemand au concept de paix ? La grande majorité des Églises protestantes en Allemagne n’avait pas de tradition pacifiste. Dans son œuvre intitulée : « Si les gens de guerre peuvent aussi accéder au salut », Luther avait certes qualifié de « condamnable » « la passion de la guerre », mais il avait également considéré la « guerre nécessaire » comme un « devoir des autorités ». C’est la « guerre juste », qui se rattache au concept de légitime défense5.

  • 6 Ibid.

4La question décisive à ce sujet est cependant celle de savoir qui a le droit d’examiner le caractère juste ou injuste de la guerre. Les gens de guerre soucieux d’assurer leur salut ? Ou du moins le haut clergé en sa qualité de conseiller des croyants et d’instance compétente disposant de quelque autorité ? Dans la tradition protestante de l’Église d’État, on estima que la question de la guerre juste relevait de la compétence des autorités, du seigneur territorial dans son rôle de Summus Episcopus. L’Église n’exigea manifestement même pas des autorités un examen consciencieux du caractère juste ou injuste de toute guerre qu’elles étaient susceptibles de prévoir. Personne – pas un homme de guerre, pas un surintendant (Superintendent), pas un Summus Episcopus – n’aurait par exemple considéré la Première Guerre de Silésie comme une « guerre nécessaire ». Ce fut à l’évidence la « passion condamnable de la guerre » du jeune roi Frédéric II, qui profita du moment qui lui était favorable et de la mort de l’Empereur Charles VI, pour s’emparer d’une province. Cela ne correspondait certes pas aux considérations théoriques de Luther ni à celles des traités théologiques, mais bien à la conception de la souveraineté absolutiste. C’était essentiellement pour accroître leur puissance que les princes faisaient la guerre. Cela ne correspondait certes pas non plus à la logique de la divine Providence, mais « le chrétien doit prendre son parti de l’imperfection et du mal inhérents au monde des créatures déchues » (Romains, 12, 11)6.

5Plus tard, lorsque, à l’époque des États-nations, l’opinion publique, et avec elles la propagande, prirent une importance plus grande, les théologiens eux-mêmes, et ce pratiquement sans exception, posèrent une équivalence entre les intérêts propres de l’État ou de son gouvernement d’une part, et la volonté de Dieu d’autre part. Cette théologie du « Dieu soit avec nous » atteignit son apogée pendant la Première Guerre mondiale, où il ne sembla guère possible de surpasser les sermons de l’Église protestante allemande en matière de suffisance nationale-belliciste. Dieu, disait-on, aurait donné à l’Allemagne la mission d’infliger un châtiment aux infâmes ennemis. L’esprit de cette théologie de guerre s’exprime de manière effrayante dans le « Notre-Père de la guerre » (Kriegsvaterunser) que le pédagogue des religions Dietrich Vorwerk publia dans son recueil de chants de guerre intitulé « Hourra et Halleluia » (Hurra und Halleluja) :

  • 7 Dietrich Vorwerk, Hurra und Halleluja. Kriegslieder, Schwerin 1914, p. 31, cité d’après Günter Bra (...)

Notre-Père qui es aux Cieux,
Empresse-toi d’assister les Allemands,
Aide-nous dans cette sainte Guerre !
Fais de ton nom une étoile
Qui nous éclaire, ton Empire allemand,
Mène-le à la magnifique victoire !
[…]
Par ta miséricorde pardonne
Chaque balle et chaque coup
Que nous avons envoyés devant toi !
Ne nous soumets pas à la tentation
D’accomplir par notre colère
Ton divin jugement avec trop de clémence7 !

6Il faut tout de même tenir compte du fait que dans cette guerre, l’Église protestante a adhéré de bonne foi à la validité du concept de « guerre nécessaire », ainsi qu’à l’agression malveillante des ennemis – et il en allait de même pour toutes les Églises dans les pays du camp adverse. En quelque sorte, le protestantisme se conforma donc pendant la Première Guerre mondiale davantage aux critères luthériens de la guerre juste que cela n’avait été le cas pendant la Première Guerre de Silésie – et a fortiori pendant la Seconde Guerre mondiale. Car il est difficilement imaginable que les hauts dignitaires de l’Église aient cru à la fable de l’agression polonaise contre l’émetteur radio de Gleiwitz. Ils voyaient bien plutôt la guerre, que de toute façon pratiquement personne ne voulait, à l’exception de Hitler et de Ribbentrop, davantage comme un moyen de réviser par la force le « diktat de Versailles ». Et, une fois de plus, ils ne contestèrent pas aux autorités leur droit de faire la guerre, ils ne se contentèrent même pas de se taire, ils allèrent jusqu’à bénir les armes haut et fort et prièrent pour la victoire du Führer et de son armée. Peut-être cela ne relevait-il que d’un patriotisme « normal » en temps de guerre, right or wrong, my country (qu’il ait tort ou raison, je soutiens mon pays) – qui incita même Martin Niemöller, opposant à Hitler qui fit plus tard l’expérience de la détention en camp de concentration, à solliciter en 1939 l’autorisation de pouvoir à nouveau commander un sous-marin (comme il l’avait déjà fait en 1914-1918). Ce fut seulement après 1945 qu’il devint un pacifiste radical.

  • 8 Pour ne citer que quelques-uns des principaux groupes : le mouvement « Plus jamais la guerre » (Ni (...)
  • 9 Otto Dibelius, Frieden auf Erden ? Fragen, Erwägungen, Antwort, Berlin 1930, p. 57, 210, cité par (...)

7Entre les deux guerres mondiales se développa un vaste courant répondant à l’appel de « Plus jamais la guerre » (Nie wieder Krieg), qui était toutefois moins lié à la théologie protestante qu’aux expériences terribles que la plupart de ses militants avaient faites pendant les périodes de la guerre et de l’après-guerre. En majorité, les groupes et groupuscules impliqués étaient plutôt d’orientation politique laïque, et quand ils étaient chrétiens, ils étaient alors plutôt catholiques que protestants8. Même si elle était dépourvue de Summus Episcopus, la très grande majorité des pasteurs et des théologiens protestants resta solidement attachée à une tradition nationaliste et loyale envers l’institution militaire. Selon Otto Dibelius : « La guerre [est] un ordre de vie naturel pour les peuples ! Même la religion ne soulève pas la moindre objection contre ce principe. Pas même le christianisme ! […] Ainsi le chrétien s’en va-t-il en guerre. […] Il va se montrer à la hauteur et ne refuser d’accomplir aucun service qui lui sera ordonné. Quand il se bat pour sa patrie, il est au service de son Dieu ! […] C’est la voie de l’Église9

  • 10 Karl Barth, Die Kirchliche Dogmatik, Bd. III, 4, p. 521.
  • 11 Ibid, p. 524.
  • 12 Ibid, p. 529.
  • 13 Barth écrivit à son collègue pragois Hromaka : « Chaque soldat tchèque qui combat et qui souffre l (...)

8La voie de l’Église fut historiquement celle qui partit de la communauté pacifiste des catacombes pour aller vers une Église d’État affirmée qui bénit le service de guerre et condamna l’objection de conscience. Selon Karl Barth, pour les Pères de l’Église comme Origène, Tertullien et bien d’autres, « le métier de “soldat du Christ” (militia Christi) était incompatible avec une implication active dans le monde des armes ». On reconnut même comme martyrs les objecteurs de conscience qui furent exécutés. Élevée au rang de dogme de l’Église officielle, la doctrine élaborée lors du Concile d’Arles, qui se réunit en 314 en présence de l’Empereur Constantin, décréta pour les objecteurs de conscience la plus haute sanction que l’Église pût infliger – c’est-à-dire l’excommunication10. Barth lui-même ne faisait pas partie des pacifistes radicaux, il condamnait leur « absolutisme éthique11 » qu’il jugeait « inacceptable », et considérait même dans certaines circonstances que Dieu interdisait qu’un État menacé de guerre se rendît de lui-même sans recourir aux armes12. La guerre ne se réduit donc pas ici à un mal qui devrait être seulement toléré par la religion, mais elle devient au contraire un commandement divin positif. C’est dans cette optique que Barth, en 1938, exhorta la Tchécoslovaquie à agir selon le sens de Dieu en se défendant contre Hitler par les armes13. Il s’agit donc d’une adaptation cohérente de la thèse de Luther selon laquelle, même si la guerre était condamnable, la décision de livrer une guerre nécessaire relèverait du devoir des autorités.

  • 14 Ibid., p. 683 sq.

9Même l’Église confessante, qui se trouvait dans une situation d’opposition partielle au régime, ne se révolta pas contre la politique militariste que menait Hitler à l’intérieur et à l’extérieur du Reich, elle se révolta seulement contre les incursions violentes de l’État et du Parti dans le domaine réservé de l’Église. D’éminents pasteurs de cette Église, à l’aide d’une « liturgie » courageuse, se retournèrent toutefois contre la guerre en septembre 1938, au moment où Goebbels tentait en vain de susciter l’enthousiasme du peuple pour la guerre contre la Tchécoslovaquie. Ils furent isolés et eurent à subir des insultes14.

  • 15 Dieter Riesenberger, Der « Friedensbund Deutscher Katholiken » und der politische Katholizismus in (...)
  • 16 Erich Kock, Der Widerstand – Bernhard Lichtenberg, Berlin 1996, p. 110 sq.

10Les activistes pacifistes protestants étaient donc plutôt rares, alors qu’à l’intérieur du mouvement catholique pour la paix, on voit tout de même apparaître les noms de personnalités éminentes – comme, dans les années qui suivirent la Première Guerre mondiale, celui de Matthias Erzberger, membre dirigeant du parti confessionnel du Zentrum, et dans la phase finale de la République de Weimar, celui de Bernhard Lichtenberg, qui fut plus tard prévôt de la Cathédrale de Berlin. Erzberger fut un moment président15 de « l’Alliance pour la paix des catholiques Allemands » (Friedensbund der deutschen Katholiken) et Lichtenberg fut membre du Comité Directeur. Cette association comptait, à la fin de la République de Weimar, un nombre conséquent d’adhérents : 88 groupes locaux auxquels adhéraient plus de 8 000 membres ordinaires et 58 groupes issus des corporations et comportant 38 000 membres extraordinaires. Dans les dernières années de la République de Weimar, on comptait parmi les membres de « l’Alliance pour la paix » six archevêques, douze évêques, neuf coadjuteurs et 250 autres dignitaires de l’Église catholique. À l’automne 1932, l’Alliance pour la paix protesta contre la pratique, dans les écoles et les universités, d’un sport destiné à préparer les jeunes à l’activité militaire (Wehrsport), et contre les forces politiques qui voulaient ouvrir la voie à un nouveau militarisme16. Il fut donc manifestement plus facile au catholicisme, qui bénéficiait d’une orientation internationale et qui avait déjà été victime de persécutions à l’époque du Kulturkampf, qu’à un protestantisme national au statut d’Église d’État, de contester aux autorités leur droit souverain de faire la guerre.

  • 17 Meinulf Barbers, Max Joseph Metzger, Vorkämpfer für Frieden und Versöhnung und Einheit der Christe (...)
  • 18 Dieter Riesenberger, (note 15), p. 101.

11Aux côtés de Lichtenberg, nous trouvons également dans cette « Alliance pour la paix des catholiques allemands » d’autres noms célèbres, comme celui de Max Joseph Metzger, prêtre résistant qui fut exécuté par la suite, et celui du Dominicain Franziskus Maria Stratmann, fondateur de « l’Union de la croix blanche pour la paix mondiale » (Weltfriedensbund vom Weißen Kreuz)17 et président de l’Alliance, pour qui le concept de guerre juste selon le droit de la guerre augustino-thomiste, et même celui de guerre défensive18, n’étaient plus pertinents eu égard aux conditions dévastatrices de la réalité de la guerre moderne. Mais le mouvement catholique pour la paix ne représentait lui aussi qu’une petite minorité.

  • 19 Matthias Wolfes, Karl Julius Schmidt, Fritz Wilhelm, Artikel in Biographisch-Bibliographisches Kir (...)

12Mais n’y avait-il pas aussi des protestants dans ce mouvement pour la paix ? Bien sûr que si. En 1930, Stratmann fonda un « Groupe de travail interconfessionnel pour la paix », dont faisaient également partie des protestants et des juifs. Lichtenberg était membre du comité directeur. Le protestantisme était représenté par un pasteur aujourd’hui peu connu, Karl Julius Schmidt, fondateur de « l’Alliance protestante pour la paix19 ». Le régime nationalsocialiste ne daigna même pas engager de persécution contre lui.

13Étant donné les options répandues dans les milieux du protestantisme national, qui acceptait la guerre comme faisant partie de l’ordre des choses, il ne faut pas s’attendre à ce qu’une quelconque motivation protestante ait induit un rejet de la guerre, ait transformé de nombreux croyants en pacifistes au sens le plus étroit du terme, et les ait donc ainsi poussés à s’engager dans la résistance. Rechercher les personnes qui auraient pu correspondre à un tel cas de figure nous confronte plutôt au problème de chercher une aiguille dans une botte de foin.

14Si l’on considère également l’objection de conscience comme une forme de résistance, on peut alors citer ici le nom du publiciste protestant Hermann Stöhr, qui, en sa qualité de membre de « l’Union pour la réconciliation internationale » (Internationaler Versöhnungsbund), refusa d’accomplir le service de guerre et fut exécuté.

  • 20 Ferdinand Schlingensiepen, Dietrich Bonhoeffer 1906-1945, München, 2005, p. 225.
  • 21 Ibid., p. 187.
  • 22 Dietrich Bonhoeffer Werke (DBW), hrsg. von Eberhard Bethge u. a., Gütersloh, 1986-1999, Bd. 10, p. (...)
  • 23 Schlinsiepen (note 20), p. 90.

15Dietrich Bonhoeffer était lui aussi résolu à refuser de servir sous les drapeaux lorsqu’il revint en Allemagne après un séjour aux États-Unis, peu de temps avant le début de la Seconde Guerre mondiale20. Dès la Conférence œcuménique de Fanö en 1934, il déclara qu’il espérait que Dieu lui donnerait la force de refuser de participer à la guerre21. Mais il n’avait pas toujours été de cet avis : quelques années auparavant, alors qu’il avait 23 ans et travaillait comme jeune pasteur à Barcelone, il avait déclaré : « Dieu appelle le peuple à se battre et à remporter la victoire. Dieu m’a donné à mon peuple ; ce que je suis, je le suis à travers mon peuple, et il faut donc que tout ce que j’ai lui appartienne aussi en retour. L’amour que je porte à mon peuple va justifier le meurtre, il va justifier la guerre22. » Son revirement résulte des contacts étroits qu’il a entretenus avec le pacifiste français Jean Lasserre. Ce dernier convainquit Bonhoeffer de la valeur absolue du Sermon sur la montagne et de son commandement de paix23.

  • 24 Sabine Dramm, V-Mann Gottes oder der Abwehr ? Dietrich Bonhoeffer und der Widerstand, Gütersloh 20 (...)
  • 25 Ibid., p. 51.
  • 26 DBW 15, p. 625, (souligné par nous, EK).

16Il ne s’agissait toutefois pas pour Bonhoeffer de se réclamer d’un pacifisme de principe – ne serait-ce que parce qu’il aurait ainsi placé l’Église confessante, qu’il représentait aux côtés de quelques autres personnalités, dans une situation dangereuse. « Il veut que les hommes aiguisent leur regard et reconnaissent l’absurdité qui consiste à ce que des êtres humains se massacrent entre eux au nom de Dieu, ou du moins avec son approbation, […] il veut amener les hommes à reconnaître qu’il est possible de dire non à la guerre en le justifiant par la foi24. » Il aurait été prêt à participer au service sanitaire de l’armée25. Sa position se rapprochait de celle de Barth. Il ne condamnait pas toutes les guerres, mais seulement les guerres injustes. Il écrivit à sa sœur en 1939 qu’il lui paraissait « impossible, à partir de ce que lui dictait sa conscience, de participer à une guerre dans les circonstances présentes26 ».

17Le chemin qui conduisit Stöhr directement à l’échafaud fut épargné à Bonhoeffer, parce qu’il ne fut pas incorporé tout de suite et qu’il fut plus tard recruté par les milieux résistants dans le « contre-espionnage », le service secret militaire, en qualité de prétendu « agent infiltré ». Ce statut avait initialement pour objectif d’assurer une protection à un pasteur de l’Église confessante et de lui permettre de continuer ses travaux théologiques ; mais aussi de l’impliquer plus tard dans la résistance active. Ce fut justement à cause de ses convictions pacifistes que Bonhoeffer s’engagea sur la voie de la résistance active et conspiratrice, dont le but final consistait à tuer le tyran. « L’amour que je porte à mon peuple va justifier le meurtre » – cette déclaration qu’il avait faite à Barcelone, il l’a mise en application, mais il avait abandonné cet argument pour ce qui concernait la justification de la guerre ; il était seulement prêt à assumer sa part de culpabilité dans le but de libérer le monde de Hitler. Parmi les représentants de la résistance active contre Hitler en Allemagne, peut-être Dietrich Bonhoeffer est-il celui chez qui on décèle le plus nettement un pacifisme spécifiquement protestant au sens le plus étroit du terme et chez qui ce pacifisme a pu servir de motivation. Cette observation ne suffit cependant pas encore pour déterminer à quel niveau de pacifisme, parmi ceux qui sont mentionnés plus haut, nous pouvons situer son action. Il ne peut certes guère s’agir du niveau radical qui rejette toute forme de recours à la violence puisque son approbation du meurtre du tyran ne rentre pas dans cette catégorie. Sa décision de refuser de servir à la guerre dut bien plutôt être orientée contre toute guerre injuste en général ainsi que contre les aspects concrets d’un régime criminel qui menait une guerre de conquêtes. Elle correspondrait alors aux niveaux 3 et 4 de notre classification du concept de pacifisme.

  • 27 Theodor Ebert, Taugt die gewaltfreie Aktion auch zum Widerstand gegen Diktaturen ? Eine Untersuchu (...)

18Theodor Ebert, pacifiste de principe, qualifie certes Bonhoeffer d’« expacifiste » et considère comme un « point problématique » le fait qu’il se soit rallié aux conjurés dans le cadre du contre-espionnage et qu’il ait participé « aux projets de liquidation du régime hitlérien par des moyens militaires27 ». Une liquidation par la force, certes oui, mais peut-on parler d’une liquidation par des moyens militaires ? Les conjurés avaient-ils l’intention de déclencher une nouvelle guerre ? Non, il s’agissait bien plutôt d’arrêter l’emballement de la machine militaire, de mettre un terme à la guerre. Celui qui se résout à assassiner un tueur en série au nom de la légitime défense et pour porter secours à des millions d’êtres humains en détresse a-t-il déjà pour autant enfreint les règles pures et sacrées du pacifisme ?

  • 28 Cf. Wolfgang Benz (Hrsg.), Überleben im Dritten Reich : Juden im Untergrund und ihre Helfer, Münch (...)
  • 29 Marlies Flesch-Thebesius, Zu den Außenseitern gestellt. Die Geschichte der Gertrud Staewen 1984-19 (...)

19Il se peut qu’un pacifisme des niveaux 2 et 3 ait aussi joué un rôle chez d’autres protestants que nous comptons aujourd’hui parmi les membres de la résistance – parmi « ceux qui s’engagèrent dans la résistance pour sauver ce qui pouvait l’être » (Rettungswiderstand)28. De nombreux simples citoyens, parmi lesquels beaucoup peuvent être considérés comme plutôt neutres sur le plan politique, aidèrent au péril de leur vie des juifs à survivre dans la clandestinité. Il est impossible de placer leurs motivations sous un dénominateur commun, et sûrement pas sous celui de « l’altruisme ». Mais pour un grand nombre de ces personnes qui apportèrent leur aide, ce furent leur conscience de chrétiens et leur sens de la responsabilité qui donnèrent l’impulsion décisive à leur engagement en faveur de leurs semblables qui étaient en danger de mort. Ces éléments ne nous permettent certes pas à eux seuls de déterminer si ces personnes ont dès la première heure rejeté la guerre comme étant criminelle (niveau 3) ou si elles se sont seulement révoltées contre l’Holocauste (niveau 5). Un rejet de la guerre dès la première heure est cependant déjà très net par exemple chez Gertrud Staewen, une élève de Barth ; elle faisait partie de l’Église confessante et s’investit avec une énergie inépuisable dans l’aide et l’organisation du secours à apporter aux Juifs persécutés. En 1939, elle se prononça apparemment même en faveur de l’objection de conscience29.

  • 30 Cf. Ekkehard Klausa, Zu wenig und zu spät ? Der Kampf des anderen Deutschland, in Bernd Sösemann ( (...)
  • 31 Bodo Scheurig, Henning von Tresckow, in Herman Graml (Hrsg.), Widerstand im Dritten Reich. Problem (...)
  • 32 Ibid., p. 232 sq.
  • 33 Oster discuta d’abord avec Bonhoeffer, qui l’approuva, de la décision qu’il avait prise en son âme (...)
  • 34 Hans-Adolf Jacobsen (Hrsg.), Spiegelbild einer Verschwörung. Die Opposition gegen Hitler und der S (...)

20On relève, dans la résistance active qui conduisit à la tentative de l’attentat du 20 juillet 1944, le nom de nombreuses personnalités que la foi chrétienne avait déjà éloignées du national-socialisme et qui en furent finalement encouragées à passer à l’action30. C’est en particulier le cas de Henning von Tresckow qui, comme quelques autres, avait au départ accueilli le national-socialisme favorablement puis avait décidé de s’en détourner, notamment à cause de la politique religieuse du national-socialisme, et entrepris bientôt de le combattre activement31. Il est peut-être possible d’identifier chez Tresckow une conception du « pacifisme » dans un sens qui se situe entre les niveaux 3 et 4, c’est-à-dire entre le rejet moral et le rejet rationnel de la guerre concrète. Le triomphe de Hitler à Munich relevait pour lui d’une « politique du droit du plus fort » (Wildwestpolitik). Hitler allait faire la guerre. « Il nous faut provoquer sa chute – et ce sera par la mort32. » Pour Hans Oster33, Hans von Dohnanyi, Helmuth Groscurth, Alexis von Roenne – pour toutes ces personnes comme pour bien d’autres résistants, la foi chrétienne représenta une importante force d’impulsion. Cela n’échappa pas à la Gestapo, qui constata un « fort lien confessionnel entre les membres du groupe des conjurés réactionnaires34 ».

  • 35 C’est ce que note son interlocuteur Ulrich von Hassell le 31 août 1939, in Die Hassell-Tagebücher,(...)
  • 36 Ibid., p. 130.

21Et quelle était la position des autres opposants protestants au national-socialisme à l’égard du concept de paix ? Ernst von Weizsäcker déclara, à la veille de la guerre, qu’il fallait « se demander si nous devions vraiment tomber dans l’abîme à cause de deux fous [Hitler et Ribbentrop]35 ». Ulrich von Hassell note le 22 octobre 1939 le « sentiment qu’il éprouve d’être dirigé par des aventuriers criminels ». Il parle aussi de « l’opprobre dont la façon de conduire la guerre en Pologne […], à travers les horribles atrocités que commirent en particulier les SS surtout à l’encontre des juifs, a recouvert le nom allemand36 ». Ces deux observations renvoient aux niveaux 3 et 4 du concept de pacifisme dans un sens assez large, c’est-à-dire aux raisons morales et rationnelles de condamner la guerre ; les propos de Hassell renvoient également au niveau 5, c’est-à-dire à l’horreur éprouvée en pensant à la manière criminelle dont la guerre était conduite, et même déjà en pensant aux débuts de l’Holocauste. On trouve des observations semblables chez Carl Goerdeler.

  • 37 Bärbel von Haeften, « Nichts Schriftliches von Politik », Hans-Bernd von Haeften. Ein Lebensberich (...)

22D’autres membres de la résistance, comme Hans-Bernd von Haeften, qui fut fortement marqué par la doctrine de la communauté fraternelle protestante de saint Michel (Michaels-Bruderschaft), condamnèrent la guerre sur les plans moral et politique au moins aussi sévèrement, mais ils n’écrivirent rien par mesure de précaution – après avoir fait de mauvaises expériences en raison de la censure qui frappait la correspondance37. Au demeurant, Weizsäcker, Hassell, Goerdeler et les autres n’avaient nullement besoin d’une éthique protestante spécifique pour trouver criminelle et stupide la façon hasardeuse dont Hitler menait la guerre ; il suffisait pour cela de faire preuve d’une certaine perspicacité politique et d’une bienséance générale d’inspiration humaniste.

  • 38 Klemens von Klemperer, Glaube, Religion, Kirche und Widerstand gegen den Nationalsozialismus, in H (...)
  • 39 Freya von Moltke / Michael Balfour / J. Frisby, Helmuth von Moltke 1907-1945, Anhalt der Zukunft, (...)

23En revanche, pour bien des membres du « Cercle de Kreisau » (Kreisauer Kreis) – comme Helmuth James von Moltke, Peter Yorck von Wartenburg, Adam von Trott zu Solz, et même pour le socialiste Carlo Mierendorff – ce fut une position fondamentalement chrétienne qui prit de plus en plus d’importance et devint le fondement de leur activité de résistance. Dans ce groupe, des hommes d’Église appartenant aux deux confessions, comme les prêtres Alfred Delp et Augustin Roesch ou les pasteurs protestants Gerstenmaier et Poelchau, jouèrent un rôle primordial. Un évêque catholique (le comte Konrad Preysing) et un évêque protestant (Eivind Berggrav) furent consultés à titre de conseillers38. Moltke souligna le fait que « le degré de mise en danger de soi et d’abnégation qui était alors exigé de nous supposait davantage que de bons principes éthiques » – c’est-à-dire ici que cela supposait des convictions religieuses39.

  • 40 Stauffenberg dit certes en mai 1939 à un ami : « Le fou fait la guerre » (Peter Hoffmann, Claus Sc (...)

24De nombreux membres qui entrèrent plus tardivement dans la résistance, en particulier quand il s’agissait d’officiers, avaient toutefois une vision théorique de la guerre beaucoup moins négative, surtout après les premiers succès militaires des années 1939/40. Cette conception se vérifie chez Stauffenberg40 comme chez bien d’autres.

25Par exemple un jeune officier du 9e Régiment d’Infanterie de Potsdam, dont furent issues dix-neuf des personnes impliquées dans la tentative de révolte du 20 juillet, écrit en 1935 dans son journal intime :

  • 41 Ekkehard Baron von Ardenne, Tagebuchblätter, Briefe und Verse eines Frühvollendeten, Privatdruck o (...)

On souligne sans cesse la théorie selon laquelle le meilleur moyen de garantir la paix serait d’avoir une armée forte. Je ne le crois pas, et je ne crois pas non plus que la paix soit une fin en soi. La fin en soi, c’est le bien du peuple ou de l’État, ou plus exactement : la fin en soi consiste en ce que le peuple remplisse sa mission. […] Il ne revient pas à la politique d’éviter les guerres, il lui revient seulement de créer la configuration favorable en vue des guerres nécessaires. […] Que voulons-nous : un nouveau Reich qui entraîne l’instauration d’un ordre nouveau en Europe, […] il va devoir assumer une sorte de domination idéologique dans la région du sud-est de l’Europe et dans les États-nations limitrophes, dans la région de la Baltique en revanche, il va devoir pratiquer la colonisation41.

  • 42 Cf. l’introduction de l’ouvrage : Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg (note 1), p. 22.

26La paix n’était-elle donc, chez ceux qui développèrent ce type de réflexion aussi longtemps que l’Allemagne fut victorieuse et ne s’engagèrent dans la résistance qu’après la défaite de Stalingrad, qu’un instrument tactique au service d’une politique hégémonique nationale-allemande ? Certains historiens critiques estiment plausible l’hypothèse selon laquelle même sans Hitler, un gouvernement dirigé par les anciennes élites conservatrices – par exemple un régime autoritaire comme Papen ou Goerdeler se le représentaient déjà avant 1933 – aurait provoqué une guerre pour réviser l’ordre de paix territorial instauré par le traité de Versailles. Ainsi, selon Manfred Messerschmidt42 ; « la guerre, qui commença le 1er septembre 1939, ne se serait pas abattue sur l’Europe sans lui [Hitler] : cela aurait été très vraisemblablement une autre guerre qui aurait présenté une tout autre configuration ».

  • 43 Wilhelm Deist, Manfred Messerschmidt, Hans-Erich Volkmann, Schlussbetrachtung, in Das Deutsche Rei (...)

27L’hypothèse inverse me paraît cependant plus plausible que cette spéculation : le pacifisme relatif des élites nationales-allemandes – c’est-à-dire la réticence rationnelle qu’elles ressentaient à l’idée de reproduire et même de dépasser dans son horreur le bain de sang de la Première Guerre mondiale sans aucune nécessité – les aurait fait reculer devant l’éventualité d’une guerre européenne, et encore plus devant l’éventualité d’une guerre mondiale. Ces élites prônaient certes le concept d’une société formatée et en uniforme, elles exaltaient « l’esprit de front » et le devoir du soldat comme étant de nobles vertus humaines, elles avaient grandement besoin d’affirmer la « dignité de l’armée » pour surmonter la douloureuse humiliation du traité de Versailles. Mais elles ne voulaient pas la guerre. Messerschmidt et ses collaborateurs en fournissent eux-mêmes la preuve : « Hitler déclina toutes les offres britanniques de participation de l’Allemagne à une modification pacifique du statu quo dans l’Europe de l’Est et du Sud-est. Les grands objectifs du révisionnisme en Pologne, en Tchécoslovaquie et en Autriche auraient été réalisables par des moyens pacifiques – une offre très large de la politique d’apaisement43. » C’est précisément ce qui aurait suffi à un gouvernement national-allemand. Il aurait certes vraisemblablement agité le spectre de la guerre pour intimider la Pologne. Mais il aurait possédé ce minimum de pacifisme (de niveau 4), qui l’aurait empêché, après le traumatisme européen de la Première Guerre mondiale, de vraiment passer à l’acte.

  • 44 Klaus-Jürgen Müller, Zur Struktur und Eigenart der nationalkonservativen Opposition bis 1938 – Inn (...)
  • 45 Ai-je utilisé ici le concept respectable de pacifisme de façon trop souple ? C’est ce qu’a fait re (...)

28C’est seulement à une occasion qu’il se créa au sein de l’opposition allemande une coalition de pacifistes qui étaient mus par des arguments rationnels et qui s’étaient si bien préparés que leur projet de mettre un terme à la gestion hasardeuse de la guerre par Hitler aurait été susceptible de réussir : ce fut pendant la « crise des Sudètes » de l’automne 1938, quand on songea à une attaque contre la Tchécoslovaquie censée déclencher un coup d’État et un attentat contre Hitler44. Ce projet fut peut-être celui qui, de tous ceux qu’a jamais conçus la résistance allemande, avait le plus de chance de réussir mais l’ironie du sort voulut qu’il échoua à cause de la Conférence de Munich, donc à cause de la solution précisément trouvée par les « politiciens de l’apaisement » (appeasers), solution qui fut motivée par des raisons pacifistes. L’espoir que Chamberlain plaçait en une « paix pour notre époque » (peace for our time) a ainsi peut-être détruit la dernière possibilité qu’il y aurait eu d’empêcher la Seconde Guerre mondiale45.

Notes

1 Cf. Wolfram Wette, Ideologien, Propaganda und Innenpolitik als Voraussetzung der Kriegspolitik des Dritten Reiches, in Wilhelm Deist / Manfred Messerschmidt / Hans-Erich Volkmann / Wolfram Wette, Ursachen und Voraussetzungen der Deutschen Kriegspolitik. Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, Band 1, Stuttgart 1979, p. 30 sq.

2 Cf. Peter Hoffmann, Motive, in Jürgen Schmädeke / Peter Steinbach (Hrsg.), Der Widerstand gegen den Nationalsozialismus. Die deutsche Gesellschaft und der Widerstand gegen Hitler, München, 2. Auflage, 1986, p. 1089-1096 (1090).

3 Cf. Wolfram Wette, dans l’introduction de l’article intitulé : Probleme des Pazifismus in der Zwischenkriegszeit, in Karl Holl / Wolfram Wette, Pazifismus in der Weimarer Republik, Paderborn 1981, p. 9-25 (précisément p. 13 sq.).

4 Cf. Wolfram Wette, Ideologien (note 1), p. 25-173 (p. 29 sq.).

5 Selon l’article « guerre » rédigé par Karl Burger pour la « Realenenzyklopädie » de 1904, lexique de théologie protestante qui, aux yeux des spécialistes, n’a pas encore été égalé, ni sur le plan de l’exhaustivité, ni sur celui de l’érudition.

6 Ibid.

7 Dietrich Vorwerk, Hurra und Halleluja. Kriegslieder, Schwerin 1914, p. 31, cité d’après Günter Brakelmann, Kriegsprotestantismus 1870/71 und 1914-1918, in Manfred Gailus und Hartmut Lehmann (Hrsg.), Nationalprotestantische Mentalitäten, Göttingen 2005, p. 103-114, (p. 109 sq.).

8 Pour ne citer que quelques-uns des principaux groupes : le mouvement « Plus jamais la guerre » (Nie wieder Krieg-Bewegung) ; le Cartel Allemand pour la Paix (das Deutsche Friedenskartell), une association organisée de manière très souple qui chapeautait plusieurs groupes ; la Société Allemande pour la Paix (die Deutsche Friedensgesellschaft), d’inspiration pacifiste radicale ; l’Union Internationale pour la Réconciliation (Internationaler Versöhnungsbund) ; l’Union des Opposants au service de guerre (Bund der Kriegsdienstgegner) ; l’Union pour la Paix des combattants (Friedensbund der Kriegsteilnehmer) ; l’Alliance pour la Paix des catholiques Allemands (Friedensbund Deutscher Katholiken) ; l’Union Allemande des étudiants pacifistes (Deutscher Pazifistischer Studentenbund). Cf. Holl/Wette (note 3).

9 Otto Dibelius, Frieden auf Erden ? Fragen, Erwägungen, Antwort, Berlin 1930, p. 57, 210, cité par Wette, Ideologien (note 1), p. 58 sq.

10 Karl Barth, Die Kirchliche Dogmatik, Bd. III, 4, p. 521.

11 Ibid, p. 524.

12 Ibid, p. 529.

13 Barth écrivit à son collègue pragois Hromaka : « Chaque soldat tchèque qui combat et qui souffre le fera aussi […] pour l’Église de Jésus ». Eberhard Bethge, Dietrich Bonhoeffer, München 1967, p. 683.

14 Ibid., p. 683 sq.

15 Dieter Riesenberger, Der « Friedensbund Deutscher Katholiken » und der politische Katholizismus in der Weimarer Republik, in Karl Holl / Wolfram Wette (note 3), p. 91-111 (p. 94).

16 Erich Kock, Der Widerstand – Bernhard Lichtenberg, Berlin 1996, p. 110 sq.

17 Meinulf Barbers, Max Joseph Metzger, Vorkämpfer für Frieden und Versöhnung und Einheit der Christen und Quickborner, in Quickborner Arbeitskreis, http://www.quickbornak.de/html/max_joseph_metzger.

18 Dieter Riesenberger, (note 15), p. 101.

19 Matthias Wolfes, Karl Julius Schmidt, Fritz Wilhelm, Artikel in Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon, Band XVIII, 2001.

20 Ferdinand Schlingensiepen, Dietrich Bonhoeffer 1906-1945, München, 2005, p. 225.

21 Ibid., p. 187.

22 Dietrich Bonhoeffer Werke (DBW), hrsg. von Eberhard Bethge u. a., Gütersloh, 1986-1999, Bd. 10, p. 338.

23 Schlinsiepen (note 20), p. 90.

24 Sabine Dramm, V-Mann Gottes oder der Abwehr ? Dietrich Bonhoeffer und der Widerstand, Gütersloh 2005, p. 50.

25 Ibid., p. 51.

26 DBW 15, p. 625, (souligné par nous, EK).

27 Theodor Ebert, Taugt die gewaltfreie Aktion auch zum Widerstand gegen Diktaturen ? Eine Untersuchung am Fall Bonhoeffer. Exposé présenté à Stuttgart le 21 novembre 2002, dont le texte est disponible à l’adresse suivante : http://www.friedenschaffen.de/KdV.schriften/KdV.Schriften.widerstandbonhoeffer/, p. 5.

28 Cf. Wolfgang Benz (Hrsg.), Überleben im Dritten Reich : Juden im Untergrund und ihre Helfer, München, 2003. Wolfram Wette utilise ce concept de « Rettungswiderstand » (« résistance de sauvetage ») dans son article intitulé : Rettungswiderstand aus der Wehrmacht, in Peter Steinbach / Johannes Tuchel (Hrsg.), Widerstand gegen die nationalsozialistische Diktatur 1933-1945, Berlin, 2004, p. 322-337 (p. 322).

29 Marlies Flesch-Thebesius, Zu den Außenseitern gestellt. Die Geschichte der Gertrud Staewen 1984-1987, Berlin, 2004, p. 127.

30 Cf. Ekkehard Klausa, Zu wenig und zu spät ? Der Kampf des anderen Deutschland, in Bernd Sösemann (Hrsg.), Der Nationalsozialismus und die deutsche Gesellschaft, München, 2002, p. 258-281, (p. 271 sq.).

31 Bodo Scheurig, Henning von Tresckow, in Herman Graml (Hrsg.), Widerstand im Dritten Reich. Probleme, Ereignisse, Gestalten, Frankfurt / M., 1984, p. 230-238 (p. 232).

32 Ibid., p. 232 sq.

33 Oster discuta d’abord avec Bonhoeffer, qui l’approuva, de la décision qu’il avait prise en son âme et conscience de se rendre coupable de « haute trahison » militaire par patriotisme. Cf. Eberhard Bethge (note 13), p. 759.

34 Hans-Adolf Jacobsen (Hrsg.), Spiegelbild einer Verschwörung. Die Opposition gegen Hitler und der Staatstreich vom 20. Juli 1944 in der SD-Berichterstattung, Band 1, Stuttgart 1984, p. 450.

35 C’est ce que note son interlocuteur Ulrich von Hassell le 31 août 1939, in Die Hassell-Tagebücher, hrsg. v. Friedrich Frhr. Hiller von Gaertringen, Berlin 1988, p. 119.

36 Ibid., p. 130.

37 Bärbel von Haeften, « Nichts Schriftliches von Politik », Hans-Bernd von Haeften. Ein Lebensbericht, München 1997.

38 Klemens von Klemperer, Glaube, Religion, Kirche und Widerstand gegen den Nationalsozialismus, in Herman Graml (note 31), p. 140-156, (p. 153).

39 Freya von Moltke / Michael Balfour / J. Frisby, Helmuth von Moltke 1907-1945, Anhalt der Zukunft, Stuttgart 1972, p. 176.

40 Stauffenberg dit certes en mai 1939 à un ami : « Le fou fait la guerre » (Peter Hoffmann, Claus Schenk, Graf von Stauffenberg und seine Brüder, Stuttgart 1992, p. 182), mais s’engagea ensuite dans la campagne de Pologne « comme presque tous ses camarades […] en ayant la conscience d’accomplir son devoir de soldat […] et tout comme les autres jeunes officiers, il fut enivré par la victoire » (Cf. Hoffmann, p. 191 sq.)

41 Ekkehard Baron von Ardenne, Tagebuchblätter, Briefe und Verse eines Frühvollendeten, Privatdruck o. J. (1942), p. 12. Ardenne, tombé au combat en 1940 lors de la campagne de France, exprima dans cette œuvre des convictions qui peuvent être considérées comme caractéristiques de celles que partagèrent de nombreux Résistants en provenance des milieux militaires et qui ne se convertirent qu’après la défaite de Stalingrad.

42 Cf. l’introduction de l’ouvrage : Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg (note 1), p. 22.

43 Wilhelm Deist, Manfred Messerschmidt, Hans-Erich Volkmann, Schlussbetrachtung, in Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg (note 1), p. 714.

44 Klaus-Jürgen Müller, Zur Struktur und Eigenart der nationalkonservativen Opposition bis 1938 – Innenpolitischer Machtkrampf, Kriegsverhinderungspolitik und Eventual-Staatsstreichplanung, in Schmädeke / Steinbach (note 1), p. 329-344.

45 Ai-je utilisé ici le concept respectable de pacifisme de façon trop souple ? C’est ce qu’a fait remarquer Wolfram Wette, qui a eu l’amabilité de commenter mon essai. Il conteste en premier lieu que la solution trouvée à Munich par les « politiciens de l’apaisement » (appeasers) a été motivée par des raisons « pacifistes ». Selon lui, l’Angleterre aurait bien plutôt poursuivi des objectifs relevant de la politique de puissance. Que conclure de cette hypothèse ? Quand l’effort d’un gouvernement pour maintenir la paix lui apparaît utile sur le plan politique également, doit-on affirmer pour autant que ce gouvernement s’est déjà écarté du droit chemin de la conception pacifiste ? On peut bien sûr réserver le concept de pacifisme à son niveau 1 (rejet de la violence par principe et dans toutes circonstances). Albert Einstein, qui approuva la guerre contre Hitler et même l’utilisation de la bombe atomique, ne serait alors déjà plus un pacifiste. Avec Karl Barth, ils ne peuvent être considérés comme des pacifistes que si l’on admet comme légitime le niveau 2 (la guerre nécessaire). Mais s’il paraît pertinent, pour atteindre certains objectifs, de trouver un dénominateur commun à toutes les personnes qui se sont engagées de manière active contre la guerre hitlérienne, cette démarche ne l’est pas pour examiner de manière approfondie les convictions de ces personnes. Peut-être le terme d’« opposition à la guerre » est-il ici plus approprié que celui de « pacifisme ». Un tel dénominateur commun ne serait en tout cas plus opératoire si, comme le font Wette et Messerschmidt, on crédite les Nationaux-Allemands hostiles à la guerre d’une opposition qui n’aurait été que « situationnelle » ; si l’on suppose donc qu’ils auraient également fait la guerre, mais qu’ils ont seulement attendu une situation plus favorable. Cette allégation me semble plus que discutable, car elle se fonde sur des manifestations de l’existence d’une mentalité et d’une rhétorique bellicistes pour en conclure à des intentions d’action. Mais cette conclusion serait trop hâtive si, comme Messerschmidt le note à juste titre, le but de l’action – la révision du traité de Versailles – avait été réalisable sans recourir à la guerre. Nous abordons finalement ici une question de foi – ce qui arrive bien souvent dans les débats sur le pacifisme.

Auteur

Historien, chercheur à la Gedenkstätte deutscher Widerstand, Berlin
Mémorial de la Résistance allemande

Sandrine Sirejol (Traducteur)

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search