Version classiqueVersion mobile

De la guerre juste à la paix juste

 | 
Jean-Paul Cahn
, 
Françoise Knopper
, 
Anne-Marie Saint-Gille

II. Ruptures et changements de paradigme avant 1933

Le pacifisme confessionnel face au désarmement dans les Pays-Bas, 1925-1933

Eleni Braat

Texte intégral

1Au lendemain du traumatisme des consciences provoqué par la Grande Guerre, un impressionnant mouvement pacifiste se développe en Europe et ce, dès le début des années vingt. L’idéalisme qui règne alors dans les milieux pacifistes – et qui entend s’opposer aux rivalités persistantes entre les nations durant l’après-guerre – vise à établir les fondements d’une paix qui se voudrait éternelle. L’aversion profonde de ce mouvement envers le militarisme se manifeste aux quatre coins de l’Europe, notamment par de nombreuses marches et de multiples protestations durant cette première décennie d’après-guerre.

2Il en va de même aux Pays-Bas. En septembre 1923, quatre-vingt mille personnes se réunissent dans les rues d’Amsterdam et une pétition signée par plus d’un million de personnes, soit un tiers de la population majeure, est remise au gouvernement. Le slogan en est le suivant : « Plus aucun homme, plus aucun franc pour le militarisme ! » En l’occurrence, les militants s’opposent au renforcement de la flotte coloniale néerlandaise. Cette mobilisation est tellement impressionnante qu’en octobre 1923, la proposition de loi visant au renforcement de la flotte coloniale aux Indes néerlandaises est rejetée par le Parlement, ce qui entraîne aussitôt la démission du gouvernement.

3Ce qui peut être considéré comme l’apogée du militantisme pacifiste aux Pays-Bas ne connaîtra par la suite plus jamais pareille importance dans les Pays-Bas de l’entre-deux-guerres. Cet événement démontre sans aucun doute la présence d’un profond sentiment pacifiste dans le pays. Pourtant, force est de constater qu’en 1923, c’est avant tout le parti socialiste qui se trouve à l’origine de cette mobilisation. Aussi, l’on peut se demander ce qu’il en est d’un pacifisme « confessionnel », c’est-à-dire porté par des organisations religieuses et/ou par des forces politiques qui leur sont homologues. Plus précisément, peut-on établir qu’à cette époque, les organisations pacifistes catholique et protestante manifestent, pour ces questions de politique d’armement, un engouement comparable à celui manifesté par les forces socialistes ?

  • 1 Dans le cadre de cette étude, nous traduisons librement en français les articles rédigés originelle (...)

4Pour répondre à ces interrogations, notre source principale sera les deux journaux publiés par ces organisations1. Il s’agit, d’une part, d’identifier les points sur lesquels se concentrent leurs propagandes. D’autre part, il convient d’évaluer l’importance que ces organisations accordaient, dans le cadre de la problématique du militarisme, à l’objectif du désarmement.

Les Pays-Bas et ses voisins durant l’entre-deux-guerres

5Avant d’avancer dans cette étude, sans doute n’est-il pas inutile de rappeler quelques éléments propres au contexte historique des Pays-Bas de l’entre-deux-guerres. Durant la Première Guerre mondiale, l’État néerlandais affiche ouvertement sa neutralité. Cette neutralité peut être respectée durant toute la guerre parce que la présence d’une zone neutre sur l’échiquier militaire sert autant les intérêts de la Grande-Bretagne que ceux de l’Allemagne. La force militaire du pays ne joue, en revanche, aucun rôle à cet égard. Bien que cette position intermédiaire entre deux grandes puissances soit relativement fragile, les Néerlandais ne peuvent pas se permettre, pour des raisons idéologiques et économiques, de choisir leur camp : idéologiquement beaucoup plus proches de la Grande-Bretagne que de l’Allemagne, mais économiquement fortement dépendants de l’Allemagne, les Néerlandais n’envisagent pas d’autre solution que le maintien de leur neutralité.

  • 2 H. Daalder, « The Netherlands and the world » in J. H. Leurdijk (éd.), The Foreign Policy of the Ne (...)
  • 3 H. Daalder a su récapituler d’une manière frappante le caractère paradoxal de cette politique : « L (...)
  • 4 J. C. Boogman, « The Netherlands in the European scene, 1813-1913 », in J. H. Leurdijk, (note 2), p (...)

6Après la guerre, cette neutralité fait place à ce que d’aucuns ont appelé une « neutralité active2 ». On peut, à cet égard, se demander si à cette nuance terminologique correspond un changement tangible dans la politique extérieure. Sans doute est-il plus intéressant d’essayer d’établir le rôle que continuent à jouer après la guerre les autres principes qui déterminent la politique extérieure néerlandaise ? Ainsi, le nouveau concept de « neutralité active » est combiné avec celui de « politique d’indépendance », un principe déterminant en grande partie la politique extérieure néerlandaise dès la seconde moitié du XIXe siècle. Une « politique d’indépendance » consiste pour un État à se mêler aussi peu que possible aux développements politiques internationaux, cela afin de pouvoir entretenir de bonnes relations avec chacune des grandes puissances voisines. Il est évident que des arguments utilitaristes d’ordre économique en sont à la base3. L’existence d’une possibilité de recours aux procédures de règlement des différends en droit international offre un argument supplémentaire aux partisans de cette théorie. Avec la création toute récente de la Société des Nations (SDN), le droit international gagne en effet encore davantage en importance aux yeux des Néerlandais. En outre, cette proclamation des « défenseurs du droit » va souvent de pair avec un petit « doigt accusateur » envers d’autres puissances, ce qui permet de pallier l’absence d’une force et d’une tradition militaires. Le fait que ce pacifisme utilitariste et cette neutralité portent, même jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’empreinte d’une élite libérale, nostalgique du passé glorieux hollandais, a contribué largement à la poursuite de cette politique4.

7Pourtant, que reste-t-il de ce passé glorieux ? La possession d’un territoire colonial immense en porte encore les traces mais, durant l’entre-deux-guerres, la dynamique de l’empire colonial néerlandais laisse peu à peu la place à une politique passive qui réduit les Indes orientales à une simple source de richesses à exploiter. Les Néerlandais ne peuvent guère faire face aux dangers qui les guettent : l’expansionnisme japonais, les mouvements communistes dans l’Archipel des Indes néerlandaises et le nationalisme indonésien naissant.

8Les effets de cette indifférence par rapport à la gestion de l’empire colonial sont renforcés par la politique d’austérité de l’entre-deux-guerres. À la suite des deux crises économiques, du manque d’une tradition militaire ainsi que du maintien de l’étalon-or jusqu’en 1936, le pouvoir des forces armées stationnées dans l’Archipel, tout comme celui des forces armées dans la Métropole, se voit fortement réduit.

9Voilà pour une rapide esquisse de la politique extérieure néerlandaise entre les deux guerres mondiales. Il nous reste encore à justifier notre choix d’examiner particulièrement le pacifisme confessionnel au sein du mouvement pacifiste néerlandais.

Le pacifisme confessionnel et la société cloisonnée néerlandaise

  • 5 La position des catholiques aux Pays-Bas variait beaucoup selon les régions. Dans le Brabant du Nor (...)
  • 6 Les libéraux formaient le camp le moins homogène et n’aspiraient pas à être isolés. En politique, i (...)

10La société néerlandaise de l’entre-deux-guerres, héritière de la société libérale du XIXe siècle, est fortement cloisonnée, plus précisément en quatre « piliers » : les protestants, les catholiques, les socialistes et les libéraux. Chaque pilier dispose de ses propres partis politiques, journaux, associations sportives, stations de radio, écoles, hôpitaux, etc.5. Depuis la fin du XIXe siècle, les barrières entre les piliers ne font que se renforcer. La période de l’entre-deux-guerres est dominée par la coalition confessionnelle, dénommée aussi plus simplement « la Coalition » : l’ARP protestant (Anti-Revolutionaire Partij : Parti antirévolutionnaire) et le RKSP catholique (Roomsch-Katholieke Staats Partij : Parti étatique catholique romain). Le SDAP socialiste (Sociaal-Democratische Arbeiders Partij : Parti ouvrier social-démocrate) reste dans l’opposition jusqu’en 19366.

  • 7 Kerk en Vrede existe depuis 1924 et est aujourd’hui la plus ancienne organisation pacifiste aux Pay (...)
  • 8 Le nombre de membres de la R.K. Vredesbond est inconnu. Pourtant, étant donné la longue période d’e (...)

11Cet aspect confessionnel dans le gouvernement trouve-t-il son équivalent dans le mouvement pacifiste ? Jusqu’à quel point les deux organisations pacifistes confessionnelles restent-elles loyales envers leurs homologues politiques ? Les réponses à ces questions expliquent les raisons pour lesquelles nous avons jugé les organisations pacifistes confessionnelles dignes d’un examen particulier : l’organisation pacifiste Kerk en Vrede (Église et Paix) a été la plus grande organisation pacifiste aux Pays-Bas durant l’entre-deux-guerres7. Elle s’écarte considérablement de son homologue politique et, à certains égards, se rapproche même parfois d’une ligne anarchiste. Par contre, l’organisation pacifiste Roomsch-Katholieke Vredesbond (Alliance pacifiste catholique), dénommée R.K. Vredesbond par la suite, qui a un nombre de membres plus restreint8, s’exprime très loyalement dans la ligne de son homologue politique.

  • 9 En réaction au projet gouvernemental pour le renforcement de la flotte en 1923, le SDAP avait organ (...)
  • 10 La question du désarmement entre les deux guerres mondiales était dominée par une conférence mondia (...)

12Cette loyauté envers les homologues politiques trouve son intérêt dans le fait que la Coalition propose, non seulement en 1923, mais aussi en 1930, un renforcement de la flotte. Après avoir subi un échec en 1923, le projet est finalement accepté en 19309. Comment les organisations pacifistes confessionnelles combinent-elles leur lutte contre le militarisme avec le soutien de leurs homologues politiques à la défense nationale ? Comment cette contradiction s’exprime-t-elle ? En un mot, comment se positionnent-elles par rapport à la question du désarmement10 ?

Kerk en Vrede et les éléments de son idéologie

  • 11 G. J. Heering, G.J., « Mogen wij zwijgen ? », dans Kerk en Vrede, mars 1926, année 1, no 11, éditio (...)
  • 12 Jan van Kasteel, « De werkelijkheid », dans Kerk en Vrede, octobre 1927, année 3, no 6, p. 43.

13Malgré le fait que Kerk en Vrede ait officiellement un caractère œcuménique, il s’agit d’une organisation protestante par excellence. Créée en 1924, elle existe jusqu’à aujourd’hui. Dès le départ, son but est d’encourager les Églises à s’opposer ouvertement au militarisme, et elle est motivée par le fait que « les pourparlers nationalistes, militaristes et religieux et le silence non-chrétien sur le comportement de guerre sont la culpabilité lourde de l’Église. Nous devons parler11 ». Pourtant, « il n’y a pas d’espoir. Peut-être pour des générations ultérieures. Mais on ne peut pas agir différemment : la conscience le demande12 ».

  • 13 Kerk en Vrede critiquait surtout le parti protestant ARP et son chef Hendrik Colijn, mais aussi le (...)

14Une détermination, donc, qui ne se base pas sur une foi dans la faisabilité de l’objectif mais qui est exclusivement inspirée par la conscience, la culpabilité et le sens du devoir. La direction du journal Kerk en Vrede qualifie le pacifisme inspiré par ces valeurs de « pacifisme fondamental », c’est-à-dire un pacifisme qui rejette la guerre par principe. Ce type de pacifisme s’oppose alors au pacifisme « opportuniste », qui ne serait pas fondé sur des arguments moraux mais économiques, stratégiques ou politiques. L’importance accordée aux arguments « justes » dans la défense de sa position pacifiste rend peu à peu Kerk en Vrede rigide, peu tolérante et désapprobatrice à l’égard d’autres organisations ou partis politiques qui défendent le même but13.

  • 14 D’autres personnalités importantes dans l’organisation étaient J.B. Th. Hugenholtz, J.J. Buskes et (...)
  • 15 L’œuvre, écrite en néerlandais (G.J. Heering, De zondeval van het Christendom, Arnhem, N.V. van Log (...)
  • 16 G. J. Heering, De zondeval van het Christendom, Arnhem, N.V. van Loghum Slaterus’ Uitgevers Maatsch (...)
  • 17 Ibid., p. 70.

15Gerrit Jan Heering (1879-1955), la figure de proue de l’organisation, joue un rôle primordial dans la formation de l’idéologie de Kerk en Vrede14. Son œuvre principale « La chute de la chrétienté » est devenue une sorte de « bible » pour l’organisation15. Il y définit l’attitude personnelle qui doit être celle du chrétien face à la guerre et, plus précisément, face à l’État et au service militaire. Après avoir condamné l’interprétation belligérante de l’Ancien Testament, il constate que « toute tentative de réconcilier la guerre avec l’Évangile s’avère vaine16 ». Son raisonnement se poursuit avec le postulat que « l’être humain est une personne qui n’a qu’une seule vie spirituelle17 », ce qui exclut la possibilité d’un double sens moral dans la vie privée et la vie publique. En outre, vu que les devoirs chrétiens sont censés précéder les devoirs publics, l’idéologie de Heering se concentre sur la problématique du service militaire : en tant que question morale, appuyée par la conscience humaine, l’objection de conscience devient le point central de son idéologie. L’importance de ce moyen pour lutter contre le militarisme ne cesse de croître parce que, selon Heering, il constitue la meilleure manière de nuire directement à la taille des armées et donc au militarisme lui-même. Voilà pourquoi les articles dans le journal Kerk en Vrede qui portent sur l’objection de conscience dépassent, en quantité, les articles sur tout autre sujet.

  • 18 A. K. Kuiper, « Revolutionair ? », in Kerk en Vrede, janvier 1933, année 8, no 9, p. 102.
  • 19 G. J. Heering, « Wij Christen-antimilitaristen », in Kerk en Vrede, janvier 1929, année 4, no 9, p. (...)

16Néanmoins, sans doute par crainte de se rapprocher trop des tendances anarchistes, Kerk en Vrede n’encourage pas ouvertement l’objection de conscience auprès des jeunes. Au contraire, l’objection est plutôt envisagée comme une mesure qu’on ne prend, en réalité, qu’à contrecœur. Ainsi, Heering de préciser que « quand il [un membre] entre en conflit avec l’État, il sera désobéissant avec grand regret, parce qu’il a un respect profond pour l’autorité étatique et parce qu’il croit que celle-ci est indispensable dans notre société18 ». On le voit, l’image selon laquelle l’organisation est bien disposée envers l’État se doit d’être cultivée à tout prix, ce qui ne veut pas dire pour autant « qu’on ne plaide pas en faveur d’un certain ordre ou un certain État19 ».

  • 20 Ibid.

17L’invention du terme « antimilitarisme chrétien », qui désigne entre autres l’idéologie de l’organisation, provient de ce même souci de ne pas être associé aux anarchistes. Ceci étant, que différencie fondamentalement l’anarchisme de l’antimilitarisme chrétien ? Selon plusieurs articles du journal de l’organisation, c’est surtout l’usage de la violence auquel Kerk en Vrede ne veut pas être associée. Pourtant, même sur ce point, les antimilitaristes chrétiens n’ont pas une position absolue, puisque la violence policière est acceptée et même encouragée20. Après tout, selon eux, il faut bien admettre que les forces policières agissent au nom de la loi et en faveur du maintien de l’ordre intérieur, ce qui ne s’applique pas à la guerre.

  • 21 C.G. van Riel, « Wat verwachten wij van Genève ? », in Kerk en Vrede, janvier 1933, année 8, no 9, (...)

18On arrive alors à un autre principe-clef de l’idéologie de Kerk en Vrede. À la question de savoir si en temps de guerre, il peut être fait appel au droit – autrement dit, la guerre peut-elle être réglementée ? –, Kerk en Vrede affirme que toute interdiction en temps de guerre est inutile dans la mesure où l’on se trouve déjà, par définition, en dehors du domaine juridique21.

  • 22 Kerk en Vrede n’avait pas une grande confiance dans la SDN. Pourtant, elle estimait que l’organisat (...)

19Cela a comme conséquence que l’organisation protestante ne témoigne qu’une confiance très limitée dans le respect des traités internationaux en temps de guerre et, par conséquent, n’accorde qu’un faible crédit à la SDN22.

  • 23 Hendrik Colijn, l’homme fort de l’ARP avec un passé « douteux » dans la guerre d’Aceh (1873-1903), (...)

20Que peut-on dire des rapports qu’elle entretient avec son homologue politique ? Entre l’ARP, qui accepte et encourage la (préparation à la) guerre, et Kerk en Vrede, dont les points de vue sont absolus à ce sujet, il y a un grand fossé qui exclut toute possibilité de rapprochement23. À la source de cette différence, il y a la réprobation morale de la guerre de la part de Kerk en Vrede, mélangée avec une conception de la force et l’utilité de la défense nationale. Ainsi Kerk en Vrede de proclamer que

  • 24 J.J. Bleeker, « Uit het debat over het vlootplan », in Kerk en Vrede, décembre 1930, année 6, no 8, (...)

Quoi que l’on fasse, s’armer ou se désarmer, de grands dangers continueront à exister. Pourtant, si on désarme, les dangers seraient moins grands, parce qu’on ne serait pas obligé de commettre ce péché qu’est la guerre24.

  • 25 J. van Zadelhoff, « Oorlog en Christendom », in Kerk en Vrede, mars 1928, année 3, no 11, p. 92.

21En outre, les pacifistes protestants partent du principe que l’armement de l’État néerlandais n’aurait comme seul résultat que d’entraîner le pays dans la guerre25. Le rôle que la défense nationale peut jouer dans le pays ne leur apparaît donc pas clairement. D’autre part, en soutenant cette position, ils mettent chaque fois en avant des arguments d’ordre moral, sans les lier jamais à des éléments politiques, économiques ou sociaux, lesquels se trouvent évidemment à la base de toute politique nationale de défense. Cette indifférence du journal à l’égard des analyses politiques serait-elle révélatrice d’une vision (trop) étroite et inflexible, fixée sur le seul aspect moral de la défense ?

22Essayons de résumer l’idéologie de Kerk en Vrede. La première caractéristique frappante tient sans aucun doute à l’importance que l’organisation accorde à la morale, au sens de culpabilité et au devoir du chrétien au sujet de la guerre. Ces valeurs sont à ce point primordiales aux yeux de ses membres que chaque groupement pacifiste qui n’y accorde pas la même importance fait l’objet d’une désapprobation immédiate. Ce radicalisme s’amplifie en raison d’une étonnante indifférence à l’égard des développements politiques internationaux. Autrement dit, on peut dire que le radicalisme de l’idéologie de Kerk en Vrede est à la mesure de l’indifférence et du manque d’analyse que celui-ci manifeste à l’égard de la situation politique internationale.

23De ce raisonnement découle très logiquement la grande confiance accordée à l’objection de conscience, laquelle permet de disculper la conscience personnelle et de s’attaquer, en même temps, efficacement au militarisme. Kerk en Vrede se méfie fortement de la réglementation de la guerre et de presque tout groupement politique ou pacifiste. La somme de ces éléments fait apparaître une organisation clairement radicale. Malgré ses dénégations, force est de reconnaître que la position défendue par Kerk en Vrede n’est finalement que peu éloignée des tendances anarchistes.

Kerk en Vrede et son interprétation de la question du désarmement

  • 26 D. van Embden, « De ontwapeningsconferentie gestrand », in Kerk en Vrede, juin 1927, année 3, no 2, (...)

24La position de Kerk en Vrede à l’égard de la question du désarmement se situe dans la parfaite continuité de l’idéologie radicale résumée ci-dessus. La question du désarmement est, bien entendu, celle de la limitation des armements. Cette réduction de l’objectif est inacceptable pour Kerk en Vrede. Pour l’organisation protestante, il n’y a qu’une solution possible : le désarmement unilatéral, comme étape provisoire avant le désarmement général et international. Et puisque ce but final est pour l’instant irréalisable, il faut se concentrer sur le désarmement unilatéral. Néanmoins, même le désarmement unilatéral est irréalisable dans le contexte international des années 1920. L’attitude radicale de Kerk en Vrede est due au fait que l’organisation n’accepte pas de voie moyenne dans la question de la guerre. C’est pour cela aussi qu’elle ne témoigne aucune confiance en la SDN, dont elle prétend qu’elle n’atteindra pas son but, précisément parce que celui-ci reste trop modéré26.

  • 27 J. van Zadelhoff, « Oorlog en Christendom », in Kerk en Vrede, mars 1928, année 3, no 11, p. 92 ; J (...)

25Ceux qui s’opposent au désarmement absolu et unilatéral des Pays-Bas mettent surtout en évidence les dangers relatifs à la défense du pays. Quels arguments avance Kerk en Vrede en faveur du désarmement unilatéral ? Le rejet de la guerre par principe, c’est-à-dire pour des raisons morales, en est le facteur déterminant. En outre, comme on a vu, l’organisation estime que le renforcement de la défense ne ferait qu’encourager la guerre. Troisièmement, le pessimisme au sujet de la réglementation de la guerre exige également d’adopter une position radicale. Enfin, en se désarmant unilatéralement, les Pays-Bas pourraient, pense-t-elle, servir d’exemple aux États voisins27.

  • 28 C.G. van Riel, « De Nederlandsche delegatie der ontwapeningsconferentie naar Genève », in Kerk en V (...)

26Que répond Kerk en Vrede à ceux qui s’opposent au désarmement unilatéral, comme par exemple, la délégation néerlandaise à la Commission préparatoire pour la Conférence du désarmement (1926-1930) ? Les directives du ministère des affaires étrangères à la délégation néerlandaise ne prévoient pas, bien entendu, le désarmement unilatéral. Selon Kerk en Vrede la délégation « bafoue les droits divins du peuple néerlandais, et méjuge brutalement ce qui vit actuellement dans le cœur de millions de gens, qui demandent désespérément la paix28 ».

  • 29 G. J. Heering, « De rede van Mr. Rutgers te Genève », in Kerk en Vrede, avril 1928, année 3, no 12, (...)
  • 30 G. J. Heering, « De rede van Mr. Rutgers te Genève », in Kerk en Vrede, avril 1928, année 3, no 12, (...)

27Partant, la délégation devrait être rappelée « au nom de l’honneur des Pays-Bas29 ». Selon Kerk en Vrede, la façon dont la délégation s’exprime est due au fait qu’elle « ne croit pas que les guerres arrêteront d’exister, [elle] ne croit pas en la possibilité de désarmement général30 ». Que l’attitude de la délégation néerlandaise soit déterminée par la croyance dans la possibilité du désarmement général, c’est assurément très révélateur de l’idéologie de Kerk en Vrede.

  • 31 H. J. Mispelblom Meyer, « Waartegen strijden wij ? », in Kerk en Vrede, mai 1930, année 6, no 1, p. (...)

28Le choix pour le désarmement unilatéral est donc clair. Pourtant, quelle importance y accorde-t-on dans le cadre du but général, à savoir la lutte contre le militarisme ? Selon Kerk en Vrede, le militarisme conditionne l’esprit humain. Un changement de cet état d’esprit exigerait un « désarmement moral », qui devrait précéder le désarmement matériel. Le désarmement, sous n’importe quelle forme que ce soit, ne serait donc qu’une conséquence du processus du « désarmement moral », qui, selon Kerk en Vrede, n’a même pas été initié. Vu le manque de faisabilité temporaire du désarmement unilatéral, le projet est donc abandonné31. En revanche, l’objection de conscience serait beaucoup plus faisable et représenterait une manière bien plus directe pour lutter contre le militarisme.

29Comme pour les autres éléments constitutifs de son idéologie, Kerk en Vrede soutient donc également une position radicale par rapport à la question du désarmement. Cette position est fondée sur la foi dont il faut, tout simplement, faire preuve vis-à-vis de la faisabilité de ces objectifs. Cette conviction comme argument principal de l’idéologie de l’organisation est l’aspect le plus caractéristique de la façon dont Kerk en Vrede approche la question du désarmement.

R.K. Vredesbond et les éléments de son idéologie

30Qu’en est-il de l’autre organisation pacifiste confessionnelle, la R.K. Vredesbond ? Cette organisation catholique, qui existe de 1925 à 1942, publie son journal Pro Pace à partir de 1929. Contrairement à Kerk en Vrede, l’organisation catholique ne bénéficie pas d’une figure de proue évidente comme l’est Heering pour les pacifistes protestants. L’organisation catholique aurait pu trouver son « chef » en la personne de G. de Langen Wendels (1869-1928), qui est décédé peu d’années après la création de la R.K. Vredesbond. Mais le fait est que, même après sa mort, bon nombre de ses articles font l’objet d’une nouvelle publication dans Pro Pace.

  • 32 Le message de Benoît XV du 1er août 1917 prévoit la promotion du droit international et de l’arbitr (...)
  • 33 J.B. Kors, « Ter inleiding », in Pro Pace, année 5, no 1, mai 1933, p. 2.
  • 34 Anonyme], « De R. K. Vredesbond », in Pro Pace, année 1, no 1, mai 1929, p. 11.
  • 35 Anonyme], « Katholieke en wereldvrede », in Pro Pace, année 2, no 9, janvier 1931, p. 138 ; [anonym (...)

31L’organisation est fortement influencée par le message de paix de Benoît XV qui date de 191732. Cette influence se traduit par la formulation du but de l’organisation, qui prévoit « l’encouragement d’une inclination pacifiste » auprès de la population, « le soutien à tout ce qui pourrait promouvoir un ordre mondial sain » et « la propagation de l’idée d’une véritable paix chrétienne33 ». La réalisation de cette « véritable paix chrétienne » doit être effectuée par la prière pour la paix, la pratique de la paix chrétienne dans la sphère publique et privée, le respect de chaque mouvement pacifiste sérieux ainsi que par l’étude et la propagation de la doctrine pacifiste chrétienne. En théorie, l’organisation se concentre tant sur l’étude que sur l’action34. Pourtant, son action se résume à quelques motions, sans portée significative, adressées au président de la Conférence du désarmement, en 1931 et en 1932. Malgré les plaintes répétitives dans Pro Pace pour que l’action pacifiste catholique prenne davantage d’envergure, l’action et la propagande de la R.K. Vredesbond restent très limitées35.

  • 36 Pro Pace avoue ouvertement son manque d’intérêt pour les développements politiques dans l’article s (...)
  • 37 Voir, par exemple, les rapports sur l’invalidation de l’esprit de Versailles : [anonyme], « Maandkr (...)

32Doit-on chercher les origines de ce manque d’action dans le peu d’intérêt que l’organisation catholique manifeste pour les développements politiques, ce dont témoignent les articles publiés dans Pro Pace36 ? Les analyses politiques, souvent très superficielles voire naïves37, sont extrêmement rares en comparaison des analyses des questions théoriques et dogmatiques. De ces questions, il y en a trois qui ont reçu la plupart de l’attention : la question de la « guerre juste », l’objection de conscience et le capitalisme militariste.

  • 38 Le Cardinal Michael Faulhaber était surtout connu comme Archevêque de Munich et Freising, un poste (...)
  • 39 Anonyme], « Kardinaal Faulhaber over den oorlog », in Pro Pace, année 1, no 3, juillet 1929, p. 9-1 (...)

33À l’égard de la guerre juste, la R.K. Vredesbond subit l’influence du Cardinal Michael Faulhaber (1869-1952)38. Que ressort-il de ses points de vue ? Tout d’abord, le postulat que la guerre juste existe pourvu qu’elle soit menée par une autorité juste, pour une cause juste et tout en ayant un but juste. C’est pourquoi l’objection de conscience, selon cette idée, ne peut pas toujours être justifiée. En plus, selon le Cardinal Faulhaber, l’État a le droit de se défendre, c’est-à-dire de mener une guerre. Pourtant, en aucun cas, estime-t-il, la guerre ne peut devenir inhumaine. Un dernier élément est, enfin, que la SDN doit être soutenue, sans pour autant trop s’y fier39.

  • 40 Il s’agit d’une citation de De Langen-Wendels, dans Kors, J.B., 1930. « Het oorlogs-en dienstplicht (...)

34Ceci semble clair si on ne prend pas en considération l’expérience de la Première Guerre mondiale. L’apparition des armes bactériologiques et biologiques, qui rendent la guerre « d’un point de vue de civilisation chrétienne et purement humaine, objectivement et absolument répréhensible40 », pousse à contester la pertinence des conclusions claires tirées des paroles du Cardinal Faulhaber. Si la guerre est devenue inhumaine, existe-t-il encore une guerre juste ? S’il n’existe plus de guerre juste, l’objection de conscience serait-elle désormais justifiée ?

35L’acceptation de réponses rationnelles aurait rendu la position pacifiste catholique trop radicale, et surtout trop éloignée de la ligne politique du RKSP. L’ambiguïté au sujet de la guerre juste, et par conséquent aussi au sujet de l’objection de conscience, devient progressivement de plus en plus grande, tout en s’éloignant des paroles claires de De Langen-Wendels. Par exemple, en 1931, on lit dans Pro Pace :

  • 41 J.A.W. [anonyme], 1931. « Het ongeoorloofde van den voorbereiden oorlog », in Pro Pace, année 2, no(...)

Toute guerre n’est pas illégale en soi. […] Mais il faut reconnaître que, dans beaucoup de cas, il est plus probable que chacun de nous « ressente » plutôt le caractère moral d’une action au lieu de pouvoir l’exprimer dans des idées claires ou de le définir avec des arguments évidents41.

36Cela étant, malgré le caractère inhumain de la guerre moderne, la R.K. Vredesbond estime que :

  • 42 Franciskus Stratmann, P., 1931. « De zondeval van het christendom. Idee en werkelijkheid », in Pro (...)

La notion de « guerre » représente un moyen pour défendre […] la justice. […] En face d’une masse de délinquants agressifs, qui menacent l’État, il faut se protéger […] Vu que la loi chrétienne ne neutralise jamais la loi naturelle mais, au contraire, l’élève, la Chrétienté ne devrait pas priver la société humaine d’une telle protection42.

37Que peut-on conclure de ces citations contradictoires ? La R.K. Vredesbond défend sans aucun doute une position extrêmement ambiguë en considérant, d’un côté, la défense nationale comme un devoir moral et en désapprouvant, de l’autre, des moyens de défense modernes.

38La clarté de la question de l’objection de conscience a été affectée aussi par l’ambiguïté relative à la question de la guerre juste aux temps modernes. Quels autres paramètres ont influencé la position peu claire par rapport à l’objection de conscience ? Évidemment, le rôle du parti catholique dans les débats gouvernementaux sur la défense nationale et le désarmement met l’organisation pacifiste catholique dans l’embarras à de nombreux points. Pourtant, il y a aussi le message de Benoît XV, qui vise l’abolition simultanée des armées ainsi que du service militaire obligatoire. Comment les pacifistes catholiques, en situation bien délicate, parviennent-ils à combiner ces différents propos ? C’est seulement à la fin de 1932 que Pro Pace s’exprime clairement à propos du service militaire obligatoire :

  • 43 [Anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 4, no 6, décembre 1932, p. 128.

[Le service militaire obligatoire] met la population entière au service de la guerre, répand l’esprit du militarisme parmi le peuple entier, et restreint la liberté dans tous les domaines de la vie publique. Le service militaire obligatoire enlève à l’homme son droit à l’autodétermination, […] c’est dégradant et immoral43.

39Durant l’année 1933, les arguments contre le service militaire obligatoire deviennent même explicites et radicaux, ce qui est lié à la décevante conférence du désarmement. Pourtant, pourquoi continue-t-on à se référer au service militaire au lieu de l’objection de conscience ? Il est très probable que cela tienne au fait qu’une sensibilité existe encore.

  • 44 [Anonyme], « Taak van den R. K. Vredesbond » in Pro Pace, année 1, no 2, juin 1929, p. 5 ; et [anon (...)
  • 45 [Anonyme], « Maandkroniek », ibid., p. 16.
  • 46 Cf. Alain Crémieux, L’armement à l’heure du désarmement. Voyage à travers le complexe militaro-indu (...)

40En matière de propagation de l’esprit militariste, la R.K. Vredesbond met en avant la responsabilité des « constructeurs de navires, banquiers et industriels, qui font de bonnes affaires avec les millions que demande la construction d’une flotte44 ». Le lien entre ce monde financier, qui « quand les dividendes baissent, […] ne connaît aucune morale45 », et la guerre est souvent interprété comme le complexe militaro-industriel. Le réseau international des marchands d’armes, qui fournissent des armes aux partis belligérants, est, pourtant, très difficile à définir46. Vu que la R.K. Vredesbond n’arrive pas à le définir non plus, ces allusions, surtout d’ordre idéologique, restent vagues et semblent provenir d’une aversion générale contre le capitalisme et l’impérialisme.

  • 47 E. E. Meursing, « De winstgevende dood in China en Japan », in Pro Pace, année 3, no 11, 1931, p. 1 (...)

41À partir de mars 1932, juste après le début de la Conférence du désarmement, les allusions à une « Internationale sanglante de l’industrie d’armements » et au « capitalisme criminel47 » s’intensifient. La Conférence du désarmement semble fonctionner comme un catalyseur pour la radicalisation des points de vue de l’organisation catholique. L’attention prêtée au complexe militaro-industriel montre que ce réseau militaro-industriel, aussi mal défini qu’il soit, est considéré non seulement comme la raison principale de l’échec de la Conférence du désarmement, mais aussi comme l’élément responsable de la continuation de l’esprit militariste.

R.K. Vredesbond et son interprétation de la question du désarmement

42Le fait que la Conférence du désarmement provoque une telle radicalisation des points de vue de la R.K. Vredesbond, nous amène à prendre la mesure de l’importance du désarmement dans les analyses relatives à la persistance du militarisme. Quels sont les paramètres qui ont déterminé ces analyses ?

  • 48 Harry C. Koenig (ed.), Principles for Peace. Selections from Papal Documents. Leo XIII to Pius XII,(...)
  • 49 [Anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 3, no 8, décembre 1931, p. 121.
  • 50 E.J.E.M.H. Jaspar, « Artikel 16 lid 2 en 3 van het Volkenbondsverdrag en Nederland », in Pro Pace, (...)
  • 51 [Anonyme], « Van een vlootplan », in Pro Pace, année 2, no 3, juillet 1930, p. 40.

43À l’égard de la question du désarmement, deux paramètres, qui ont été déjà évoqués, doivent être rappelés : d’une part, la position du RKSP par rapport à la défense nationale et coloniale et, d’autre part, le message papal de 1917 qui prévoit « un accord juste d’une limitation simultanée et réciproque des armements pour tous48 ». Ces deux points de vue sont irréconciliables avec le désarmement unilatéral. La R.K. Vredesbond enrichit les arguments contre le désarmement unilatéral en expliquant que le Seigneur a créé le monde avec ordre et régularité49, que l’article 16 du pacte de la SDN demande une force armée50 et que le désarmement unilatéral mettrait en danger le maintien de l’indépendance et de la neutralité néerlandaises51.

  • 52 Ibid.

44Ce dernier argument est basé sur la présupposition que la défense néerlandaise serait capable de résister à des attaques éventuelles allemandes, britanniques ou japonaises. Cette présupposition fait preuve d’un manque de volonté de reconnaître la faiblesse militaire néerlandaise. Pourrait-elle être due au fait que, comme Pro Pace l’avoue, « on ne peut pas décrypter des questions militaires et techniques52 », c’est-à-dire que l’organisation n’est pas intéressée par des questions élémentaires par rapport au problème du désarmement ?

45Un autre argument contre le désarmement – unilatéral ou général – est que l’organisation catholique, comme Kerk en Vrede, considère la limitation des armements comme la conséquence de la lutte contre le militarisme, et non comme un moyen pour lutter contre celui-ci. Comme les membres de Kerk en Vrede, les pacifistes catholiques estiment également que le désarmement matériel ne pourrait qu’être précédé par le « désarmement moral » :

  • 53 J. J. G. Baron van Voorst tot Voorst, « De Moreele Ontwapening », dans Pro Pace, année 3, no 10, fé (...)

Le vrai état d’esprit, qui mène au désarmement moral, ne comprend pas seulement la loyauté envers la parole donnée ou le traité conclu, mais aussi l’esprit d’honnêteté qui, par lui-même, veut dissoudre les traités qui n’ont pas été conclus dans une atmosphère de paix et d’amitié et qui veut contrôler le contenu de ces traités sur la base, outre de la sécurité, de l’impartialité, de la justice et de la liberté53.

46Une simple reformulation de cette description du « désarmement moral » ne serait-elle pas, tout simplement, une « attitude critique et morale envers les traités de paix » ? Cela dit, on n’y fait aucune mention de la manière dont on pourrait éventuellement diffuser une telle attitude auprès de la population.

  • 54 A.W.A v. d. Eelaart, « Christendom en ontwapening I. », in Pro Pace, année 2, no 5, septembre 1930, (...)

47Un dernier argument contre le désarmement unilatéral repose sur l’idée que l’abolition de l’armée et de la flotte ne causerait qu’une déstabilisation dans les relations internationales et, partant, la suprématie militaire de certains États uniquement. Où faut-il chercher dès lors la solution ? Pour les pacifistes catholiques, elle doit être cherchée davantage par « l’organisation de la communauté internationale » que dans le désarmement ou l’objection de conscience54.

48La solution du problème du militarisme et de la guerre se trouve donc dans l’organisation de la communauté internationale. Le désarmement unilatéral est jugé hors de question. Le désarmement simultané est acceptable pour le Vatican mais délicat pour le RKSP. En plus, auprès de la R.K. Vredesbond, il manque tout simplement la volonté et l’intérêt pour approfondir les côtés techniques de la question. La position selon laquelle le « désarmement moral » est, en tout cas, un premier pas à franchir mais qu’on ne propose pas de solution sur les moyens pour atteindre ce changement d’esprit parmi le « peuple », témoigne de ce manque d’intérêt pour la question.

Conclusion

49L’analyse du problème du désarmement comporte des questions politiques, techniques et stratégiques. Ce qui frappe dans l’analyse de ces deux organisations est, tout d’abord, le peu d’intérêt manifesté dans les développements politiques et le manque d’intérêt total à approfondir les questions techniques et stratégiques concernant la défense nationale. Kerk en Vrede ainsi que la R.K. Vredesbond montrent une sclérose dans leurs points de vue idéologiques : des analyses du contexte politique ne pourraient qu’entraîner des modifications troublantes dans l’idéologie.

50Ce manque d’intérêt et cette sclérose idéologique ne sont pas au bénéfice de l’importance que les deux organisations accordent au problème. Ceci étant, il y a d’autres raisons qui expliquent le fait que la question du désarmement n’a reçu qu’une importance secondaire dans la problématique de la lutte contre le militarisme : Pour Kerk en Vrede, qui se concentre surtout sur l’objection de conscience, ces raisons sont liées au rôle de la morale et de la conscience et la responsabilité personnelle. Par contre, pour la R.K. Vredesbond, qui voit dans l’organisation de la communauté internationale et l’anéantissement des intérêts financiers de l’industrie de guerre la clef du problème du militarisme, le désarmement passe rapidement à l’arrière-plan en raison de sa position délicate entre la ligne politique du RKSP et celle du Vatican.

51L’analyse démontre également que Kerk en Vrede élabore une ligne beaucoup plus radicale que ne le fait la R.K. Vredesbond. Alors que Kerk en Vrede définit son identité par opposition à d’autres partis politiques ou à d’autres organisations pacifistes, la R.K. Vredesbond se laisse précisément guider par son homologue politique ainsi que par les directives du Vatican. Sans doute faut-il trouver les raisons de cette radicalisation des pacifistes protestants dans le fait que les membres de Kerk en Vrede ne se sentent pas freinés par les idées de l’ARP sur la défense nationale.

52Bien qu’opposées dans de nombreux domaines, les deux organisations défendent l’idée que la problématique de la guerre et du militarisme ne doit pas être résolue par le désarmement. Bien au contraire, comme nous l’avons montré dans cette étude, elles préconisent d’autres solutions.

Bibliographie

Berg, Henk van den ; Coppes, Ton. 1982. Dominees in het geweer. Het christen-anti-militarisme van Kerk en Vrede, 1924-1950, Amersfoort, Vereniging Kerk en Vrede.

Crémieux, Alain. 1993. L’armement à l’heure du désarmement. Voyage à travers le complexe militaro-industriel, Paris, ADDIM.

Heering, G.J. 1928. De zondeval van het Christendom, Arnhem, N.V. van Loghum Slaterus’ Uitgevers Maatschappij.

Heering, G.J. 1933. Dieu et César, Paris, Société commerciale d’édition et de librairie.

Heering, G.J. 1936. Militia Christi, Van Loghum Slaterus’Uitgeversmaatschappij N.V., Arnhem.

Hugenholtz, J.B.Th. (dir.) 1930. Handboek voor de vredesbeweging in Nederland, Gouda, Mulder.

Koenig, Harry C. (ed.) 1943. Principles for Peace. Selections from Papal Documents. Leo XIII to Pius XII, Washington, National Catholic Welfare Conference.

Leurdijk, J.H. (éd.) 1978. The Foreign Policy of the Netherlands, Alphen aan den Rijn, Sijthoff & Noordhoff.

Sources

Kerk en Vrede, année 1, no 1, mai 1925 – année 8, no 12, avril 1933.

Pro Pace, Officieel orgaan van den R.K. Vredesbond in Nederland, sous la direction du professeur Dr. J.B. Kors O.P. et P. Mr. D. Beaufort O.F.M., Maison d’édition « Foreholte », Voorhout, année 1, no 1, mai 1929 – année 5, no 8, décembre 1933.

Notes

1 Dans le cadre de cette étude, nous traduisons librement en français les articles rédigés originellement en langue néerlandaise.

2 H. Daalder, « The Netherlands and the world » in J. H. Leurdijk (éd.), The Foreign Policy of the Netherlands, Alphen aan den Rijn : Sijthoff & Noordhoff, 1978, p. 49.

3 H. Daalder a su récapituler d’une manière frappante le caractère paradoxal de cette politique : « La politique de neutralité était un étrange mélange d’un étroit contentement de soi et d’un espoir compréhensible d’être laissé tranquille, d’un degré excessif d’intérêt personnel et d’un vrai désir de paix, d’un credo dérivé du passé et d’une faiblesse au présent, du manque d’une ligne politique d’un côté et de celle basée sur l’impuissance de l’autre. » Il conclut, à juste titre, de la manière suivante : « Un phénomène complexe, qui ne peut pas être réduit à un slogan simple » (ibid., p. 59.)

4 J. C. Boogman, « The Netherlands in the European scene, 1813-1913 », in J. H. Leurdijk, (note 2), p. 40-41.

5 La position des catholiques aux Pays-Bas variait beaucoup selon les régions. Dans le Brabant du Nord et dans le Limbourg la population catholique était si concentrée et nombreuse que la prépondérance protestante n’était ressentie qu’au niveau national. Par contre, dans les provinces hollandaises et dans l’Est et le Nord du pays, les catholiques étaient confrontés à la prépondérance protestante au niveau régional.

6 Les libéraux formaient le camp le moins homogène et n’aspiraient pas à être isolés. En politique, ils se retrouvaient surtout dans l’Union libérale démocratique (VDB). Les protestants représentaient la scission binaire la plus claire entre le Parti antirévolutionnaire (ARP) et l’Union chrétienne historique (CHU). Le parti principal des socialistes était le Parti ouvrier social-démocrate (SDAP), d’où une aile marxiste s’était séparée en 1909. Cette aile a formé le Parti social-démocrate (SDP) qui s’est nommé Parti communiste de Hollande (CPH) en 1918 et Parti communiste des Pays-Bas (CPN) à partir du 1935. Comme on l’a déjà mentionné, les catholiques constituaient un « pilier » à la fois vaste et fort. Leur parti, le Parti étatique catholique romain (RKSP), est resté un facteur politique constant de l’entre-deux-guerres.

7 Kerk en Vrede existe depuis 1924 et est aujourd’hui la plus ancienne organisation pacifiste aux Pays-Bas. Le nombre de ses membres était de 76 en mai 1925, déjà de 2061 en avril 1928, de 3772 en avril 1929, de 5149 en avril 1930, de 7960 en juin 1931, de 9044 en septembre 1932, et de 9723 en mars 1933 (données obtenues dans le journal homonyme de l’organisation).

8 Le nombre de membres de la R.K. Vredesbond est inconnu. Pourtant, étant donné la longue période d’existence de l’organisation (de 1925 à 1942) et le fait que l’organisation avait 70 cellules dans le pays, on peut avancer que son influence a été considérable (Cf. J.B. Th. Hugenholtz (dir.), Handboek voor de vredesbeweging in Nederland, Gouda, Mulder, 1930).

9 En réaction au projet gouvernemental pour le renforcement de la flotte en 1923, le SDAP avait organisé une grande marche à Amsterdam en septembre 1923, qui a attiré 80 000 personnes, et une pétition signée par presque un tiers de la population majeure. La pétition contre la proposition de renforcement de la flotte en 1930 a été signée, de nouveau, par un tiers de la population majeure (Cf. Robert Wichink, Van conservatief-liberaal tot rechts-autoritair, mémoire de maîtrise, Rotterdam : Erasmus Universiteit Rotterdam, 1994, p. 12).

10 La question du désarmement entre les deux guerres mondiales était dominée par une conférence mondiale du désarmement (1932-1934) et sa longue préparation par la Commission préparatoire (1926-1930), installée par la SDN. En dehors du cadre de la SDN, les trois conférences navales à Washington (1921-1922), Genève (1927) et Londres (1930) ont été aussi d’une importance particulière.

11 G. J. Heering, G.J., « Mogen wij zwijgen ? », dans Kerk en Vrede, mars 1926, année 1, no 11, édition de propagande, p. 4. « Devons » est en italiques dans le texte original.

12 Jan van Kasteel, « De werkelijkheid », dans Kerk en Vrede, octobre 1927, année 3, no 6, p. 43.

13 Kerk en Vrede critiquait surtout le parti protestant ARP et son chef Hendrik Colijn, mais aussi le parti catholique RKSP, le CHU (Union chrétienne-historique), le parti socialiste SDAP, ainsi que les organisations pacifistes de jeunes. Mentionnons, à titre d’exemple, qu’en 1930, Kerk en Vrede refusa de participer à la pétition organisée par le SDAP et le NVV contre le renforcement de la flotte. L’organisation insista pour faire signer sa propre pétition, parce qu’« il fa[llait] qu’une parole purement religieuse émane » (Cf. Frits Kuiper, « Ons petitionnement. De Vlootplannen 1930 », in Kerk en Vrede, 1930, année 6, no 3-4, 34).

14 D’autres personnalités importantes dans l’organisation étaient J.B. Th. Hugenholtz, J.J. Buskes et D. Van Embden. Malgré les publications nombreuses, notamment de J.J. Buskes, l’influence de G.J. Heering a été la plus décisive pour la formation idéologique de l’organisation. En plus de ses nombreuses publications dans Pro Pace, il a également publié des brochures. Par exemple : Christendom en oorlogsbedrijf, Ammerstol, Vereeniging « Kerk en Vrede », 1927 ; Kerk en Oorlog, Utrecht, P. den Boer, 1923 ; Pro Rege, Amsterdam, Uitgeverij W. ten Have N.V., 1945 ; De kerk en haar vredestaak, Bolsward, Schermer’s Drukkerij en Uitgeverij, 1931 ; De les van « De Zeven Provinciën », Ammerstol, Vereeniging « Kerk en Vrede », 1933.

15 L’œuvre, écrite en néerlandais (G.J. Heering, De zondeval van het Christendom, Arnhem, N.V. van Loghum Slaterus’ Uitgevers Maatschappij, 1928), a été traduite en allemand (Gotha : Leopold Klotz 1930), en anglais (London, G. Allen & Unwin, 1930), en danois (København, H. Hagerups Forlag, 1932), et en français (éditeur et année de publication inconnus). À part cette œuvre, d’autres publications significatives sont : Dieu et César (Paris, Société commerciale d’édition et de librairie, 1933) et Militia Christi (Arnhem, Van Loghum Slaterus’Uitgeversmaatschappij N.V., 1936). Néanmoins, les idées principales de Heering sur la guerre, l’État et le service militaire sont exprimées surtout dans La chute de la Chrétienté.

16 G. J. Heering, De zondeval van het Christendom, Arnhem, N.V. van Loghum Slaterus’ Uitgevers Maatschappij, 1928, p. 32.

17 Ibid., p. 70.

18 A. K. Kuiper, « Revolutionair ? », in Kerk en Vrede, janvier 1933, année 8, no 9, p. 102.

19 G. J. Heering, « Wij Christen-antimilitaristen », in Kerk en Vrede, janvier 1929, année 4, no 9, p. 2-4

20 Ibid.

21 C.G. van Riel, « Wat verwachten wij van Genève ? », in Kerk en Vrede, janvier 1933, année 8, no 9, p. 90.

22 Kerk en Vrede n’avait pas une grande confiance dans la SDN. Pourtant, elle estimait que l’organisation genevoise devrait être encouragée, avec précaution (par exemple : G. J. Heering, « De rede van Mr. Rutgers te Genève », in Kerk en Vrede, avril 1928, année 3, no 12, p. 104-105).

23 Hendrik Colijn, l’homme fort de l’ARP avec un passé « douteux » dans la guerre d’Aceh (1873-1903), était souvent critiqué.

24 J.J. Bleeker, « Uit het debat over het vlootplan », in Kerk en Vrede, décembre 1930, année 6, no 8, p. 109.

25 J. van Zadelhoff, « Oorlog en Christendom », in Kerk en Vrede, mars 1928, année 3, no 11, p. 92.

26 D. van Embden, « De ontwapeningsconferentie gestrand », in Kerk en Vrede, juin 1927, année 3, no 2, p. 14.

27 J. van Zadelhoff, « Oorlog en Christendom », in Kerk en Vrede, mars 1928, année 3, no 11, p. 92 ; J.J. Bleeker, « Uit het debat over het vlootplan », in Kerk en Vrede, décembre 1930, année 6, no 8, p. 109.

28 C.G. van Riel, « De Nederlandsche delegatie der ontwapeningsconferentie naar Genève », in Kerk en Vrede, décembre 1931, année 7, no 8, p. 91.

29 G. J. Heering, « De rede van Mr. Rutgers te Genève », in Kerk en Vrede, avril 1928, année 3, no 12, p. 105 ; [anonyme], « De 5de jaarvergadering », in Kerk en Vrede, juin-juillet 1928, année 4, no 2-3, p. 10.

30 G. J. Heering, « De rede van Mr. Rutgers te Genève », in Kerk en Vrede, avril 1928, année 3, no 12, p. 104. « Ne croit pas » est en italiques dans le texte original.

31 H. J. Mispelblom Meyer, « Waartegen strijden wij ? », in Kerk en Vrede, mai 1930, année 6, no 1, p. 9.

32 Le message de Benoît XV du 1er août 1917 prévoit la promotion du droit international et de l’arbitrage, ainsi que la limitation simultanée des armements dans une mesure suffisante pour maintenir l’ordre public.

33 J.B. Kors, « Ter inleiding », in Pro Pace, année 5, no 1, mai 1933, p. 2.

34 Anonyme], « De R. K. Vredesbond », in Pro Pace, année 1, no 1, mai 1929, p. 11.

35 Anonyme], « Katholieke en wereldvrede », in Pro Pace, année 2, no 9, janvier 1931, p. 138 ; [anonyme], « De taak en de plicht van den katholiek ten opzichte van de vredespropaganda », in Pro Pace, année 3, no 7, novembre 1931, p. 98-100.

36 Pro Pace avoue ouvertement son manque d’intérêt pour les développements politiques dans l’article suivant : [anonyme], « Twee belangrijke feiten », in Pro Pace, année 3, no 10, février 1932, p. 144.

37 Voir, par exemple, les rapports sur l’invalidation de l’esprit de Versailles : [anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 1, no 3, juillet 1929, p. 13 ; sur l’idée de lancer un référendum mondial permettant au peuple de voter pour ou contre la guerre (Ko de Haan, « Het eerste lustrum van den katholieken vredesbond », in Pro Pace, année 2, no 7, novembre 1930, p. 102-103), sur la déclaration répétée en 1933 qu’une vue pessimiste de la situation politique internationale n’est pas justifiée et qu’il n’y pas de raison de trop s’inquiéter à propos de l’Allemagne ([anonyme], « Het nieuwe seizoen », in Pro Pace, année 5, no 6, octobre 1933, p. 90).

38 Le Cardinal Michael Faulhaber était surtout connu comme Archevêque de Munich et Freising, un poste qu’il a occupé pendant 35 ans. Il est considéré comme l’une des personnalités les plus importantes de l’épiscopat allemand pendant la première moitié du XXe siècle.

39 Anonyme], « Kardinaal Faulhaber over den oorlog », in Pro Pace, année 1, no 3, juillet 1929, p. 9-10.

40 Il s’agit d’une citation de De Langen-Wendels, dans Kors, J.B., 1930. « Het oorlogs-en dienstplichtprobleem I », dans Pro Pace, année 2, no 4, août 1930, 52-53.

41 J.A.W. [anonyme], 1931. « Het ongeoorloofde van den voorbereiden oorlog », in Pro Pace, année 2, no 12, avril 1931, 184.

42 Franciskus Stratmann, P., 1931. « De zondeval van het christendom. Idee en werkelijkheid », in Pro Pace, année 3, no 3, juillet 1931, 29-30.

43 [Anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 4, no 6, décembre 1932, p. 128.

44 [Anonyme], « Taak van den R. K. Vredesbond » in Pro Pace, année 1, no 2, juin 1929, p. 5 ; et [anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 1, no 5, septembre 1929, p. 15.

45 [Anonyme], « Maandkroniek », ibid., p. 16.

46 Cf. Alain Crémieux, L’armement à l’heure du désarmement. Voyage à travers le complexe militaro-industriel, Paris, ADDIM, 1993, pour avoir une idée de la difficulté de définir ce réseau en France après la Seconde Guerre mondiale.

47 E. E. Meursing, « De winstgevende dood in China en Japan », in Pro Pace, année 3, no 11, 1931, p. 163.

48 Harry C. Koenig (ed.), Principles for Peace. Selections from Papal Documents. Leo XIII to Pius XII, Washington, National Catholic Welfare Conference, 1943, p. 230.

49 [Anonyme], « Maandkroniek », in Pro Pace, année 3, no 8, décembre 1931, p. 121.

50 E.J.E.M.H. Jaspar, « Artikel 16 lid 2 en 3 van het Volkenbondsverdrag en Nederland », in Pro Pace, année 2, no 1, mai 1930, p. 12.

51 [Anonyme], « Van een vlootplan », in Pro Pace, année 2, no 3, juillet 1930, p. 40.

52 Ibid.

53 J. J. G. Baron van Voorst tot Voorst, « De Moreele Ontwapening », dans Pro Pace, année 3, no 10, février 1932, [non paginé]. Il est intéressant de noter que l’auteur de cet article sur le désarmement moral était l’un des quatre « experts techniques » de la délégation néerlandaise auprès de la Commission préparatoire pour la Conférence du désarmement

54 A.W.A v. d. Eelaart, « Christendom en ontwapening I. », in Pro Pace, année 2, no 5, septembre 1930, p. 71-72.

Auteur

Historienne, chercheuse, Institut universitaire de Florence et EHESS (Paris)

© Presses universitaires du Septentrion, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search